Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sujet et citoyen

 | 
Michel Ganzin

Du sujet d’ancien régime au citoyen révolutionnaire

Comment former les citoyens sous la révolution française ? Ou la régénération et la fête révolutionnaire

Franck Laidié

Texte intégral

  • 1 Jean Starobinski, 1789, Les emblèmes de la Raison, Paris, Flammarion, 1973, p. 112.
  • 2 Bronislav Baczko, « Instruct ion publique », Dictionnaire critique de la Révolution française, Ins (...)

1Héritère des Lumières, la Révolution française s'engage dans la Régénération. Plus encore elle en devient la « manifestation historique »1. En effet, les acteurs de cette Révolution reprennent à leur compte l'idée que la monarchie absolue telle qu'elle existe avant la réunion des États généraux est un régime en voie d'épuisement, un régime qui peu à peu dégénère et qu'il devient donc nécessaire de régénérer. C'est ainsi que très vite on parle d'Ancien Régime. D'une simple, mais déjà ô combien ambitieuse remise à plat de l'administration et de l'ordre public de la monarchie, on voit pour les acteurs révolutionnaires, se développer l'idée que la Régénération doit finalement permettre l'émergence d'un monde, d'un peuple et d'un homme nouveaux. Alors, cette Régénération devient un programme sans bornes qui touche tout à la fois les droits politiques et les droits civils : les premiers régénérant l'État, les seconds régénérant la société. Ces lois politiques et civiles réalisent ensemble la Régénération et l'unité juridique de la Nation. Même si le plus souvent la fête révolutionnaire rassemblent ces deux aspects, seules cette régénération politique et ces lois politiques seront abordées dans ces développements. Celles-ci doivent permettre de faire avec ce peuple nouveau « du neuf avec du vieux » ou encore « des citoyens avec des sujets »2 car désormais dans ce Nouveau Régime, chacun peut être appelé un jour à tenir le rôle de l'autre.

  • 3 Antoine de Baecque, « La Révolution accueille la Régénération. Naissance, éducation et prétention (...)
  • 4 Mona Ouzouf, « Régénération » in Dictionnaire critique de la Révolution française, Idées, op. cit. (...)

2Or, très rapidement, chacun convient que l'homme révolutionnaire ne peut pas miraculeusement « renaître en un instant et pour toujours à la vie heureuse »3, comme pourrait le laisser entendre l'origine étymologique de l'expression. Cette transformation ne saurait être immédiate, spontanée et définitive. Le passage de l'Ancien au Nouveau Régime doit donc être préparé et progressif, « l'homme nouveau pour voir le jour devra être péniblement ouvré »4. Si, seuls des hommes neufs, régénérés, des citoyens, peuvent vivre dans ce Nouveau Régime, il convient donc de former, d'instruire et d'éduquer ces derniers. On rejoint ici l'idée qui considère que toute pédagogie est une conception de la cité et que toute politique est nécessairement pédagogie. Donc, la pédagogie détermine la politique autant qu'elle est déterminée par elle. C'est pour asseoir cette France nouvelle que la Révolution se donne une véritable vocation pédagogique (I) dont l'instrument privilégié est la fête (II).

I - LA RÉVOLUTION FRANÇAISE, UNE NÉCESSAIRE VOCATION PÉDAGOGIQUE

3La prise de conscience de l'indispensable effort de formation d'un peuple nouveau invite les révolutionnaires à s'interroger sur le contenu de celle-ci et sur les cibles auxquelles elle s'adresse puis à formuler nombre de théories et de projets tout au long de la décennie révolutionnaire.

- L'instruction, l'éducation et leurs cibles

  • 5 Séance du 13 août 1793, Archives parlementaires (A.P.), Tome LXXII, p. 125.
  • 6 Séance du 21 décembre 1792, A. P., Tome LV, p. 346.

4Cette vocation pédagogique recoupe tout à la fois l'instruction publique et l'éducation nationale. Romme le 13 août 1793 rappelle que l'« on a raison de distinguer l'éducation de l'instruction... Réunissez-les, et vous donnerez aux hommes des mœurs pures et des lumières »5. Quelques mois auparavant, Rabaut Saint-Etienne a tracé cette voie tout en précisant les cibles à atteindre : « l'instruction publique éclaire et exerce l'esprit, l'éducation nationale doit former le cœur, la première doit donner des lumières et la seconde des vertus. L'instruction publique est le partage de quelques-uns, l'éducation nationale est l'aliment nécessaire à tous. Elle s'empare de l'homme sans le quitter jamais, en sorte que l'éducation nationale n'est pas une institution pour l'enfance mais pour la vie entière »6.

  • 7 Voir Condorcet, Rapport sur l'organisation générale de l'instruction publique, in B. Lehembre, Nai (...)
  • 8 Ibid, p. 26.

5Cette vocation pédagogique s'adresse donc en priorité à l'enfant et à la jeunesse qui sont neufs de toute influence. Dans ces âges se jouent en matière de pédagogie la dégénérescence ou le progrès social. L'homme en devenir doit être en mesure d'assumer l'opportunité de tenir le rôle civique, tant au niveau électoral, politique, fiscal et militaire, que ses facultés lui permettront. Pour Condorcet, il s'agit là d'« un devoir de justice »7 que « d'établir entre les citoyens une égalité de fait et de rendre réelle l'égalité politique reconnue par la loi »8. Et cet enseignement doit se prolonger tout au long de la vie pour éviter de voir resurgir l'homme d'hier ou constater que d'une génération à l'autre le fruit de l'instruction est perdu.

6Les hommes faits constituent, eux, une cible doublement prioritaire. D'abord, ils ont connu l'Ancien Régime : à ce titre, il peut donc exister à titre individuel ou collectif une indifférence, une résistance, voire parfois un refus vis-à-vis de la Révolution. L'esprit et le comportement de certains sont marqués par le poids de l'habitude et la crainte de la nouveauté. On peut parler pour l'homme ancien de conditionnement. Et personne ne peut assurer que les traces de ce conditionnement ne vont pas rejaillir et remonter à la surface.

  • 9 Michel Le Peletier préconise dans son plan présenté par Robespierre à la Convention nationale au n (...)
  • 10 Voir Albert Soboul, « Les Institutions républicaines selon Saint-Just d'après les manuscrits de la (...)

7Ensuite ce sont ces adultes qui forment les familles. Ils constituent donc par la proximité évidente qui existe entre eux et leurs enfants une menace pour la réussite de l'enseignement qui est prodigué à l'extérieur. Ce sont ces risques qui expliquent certains partis pris du projet d'enseignement de Michel Le Peletier9 ou de Saint-Just dans ses Institutions républicaines10. Pour toutes ces raisons, l'ensemble de la population doit être concerné.

- Des débats aux concrétisations matérielles

  • 11 Dominique Julia, « L'éducation révolutionnaire, fille de Sparte ou héritière des lumières » in L'e (...)
  • 12 Ces deux projets sont présentés le 10 septembre 1791 à l'Assemblée. A. P., Tome XXX, p. 448 et s. (...)
  • 13 Ibid., p. 528.

8Cet impératif pédagogique qui accompagne la Régénération explique la richesse des théories pédagogiques qui voient le jour pendant cette décennie révolutionnaire. Il est clair que les découpages chronologiques usuellement admis pour diviser en étapes successives l'histoire politique de la Révolution « ne présentent pas de pertinence dans le domaine de l'instruction »11. La fête révolutionnaire met à mal les clivages partisans traditionnels car il existe une très grande continuité et un sentiment d'unanimité sur la fête voire sur les projets pédagogiques eux-mêmes. La fête est d'ailleurs l'élément fédérateur de tous les projets d'instruction publique débattus dans les différents hémicycles révolutionnaires. L'Assemblée nationale Constituante permet à deux projets d'être exposés12. Il s'agit du rapport sur l'Instruction publique fait au nom du comité d'instruction publique par Talleyrand-Périgord et du projet Mirabeau-Cabanis présenté par ce dernier après la mort du premier quelques mois auparavant. Mirabeau trouve à la fête une telle pertinence qu'il en dévoile même une face sombre et dangereuse. Il affirme que par ce moyen, « on pourrait le [l'homme] passionner pour une organisation sociale complètement absurde, injuste et même cruelle » et « même plus, lui faire trouver du bonheur dans ce misérable état de choses »13.

  • 14 Séance du 20 avril 1792, A. P., Tome XLII, p. 194
  • 15 Pour plus de renseignements sur le contenu de tous ces projets et débats, sur leurs références, on (...)

9Pour l'Assemblée nationale Législative, Condorcet rapporte son projet relatif à l'Instruction publique. Il rappelle la place nécessaire des cérémonies civiques et donne la trame de ce qui constituera plus tard les cérémonies décadaires14. La Convention nationale notamment par son Comité d'instruction publique est particulièrement active dans ce domaine. Baraillon, Chénier, Leclerc, Lanthenas, Condorcet, Rabaut Saint-Etienne, Bancal, Rolland, Lakanal, Daunou, Sieyès, Coupé de l'Oise, Léquinio, Duval, Fouché de Nantes, Le Peletier, Robespierre, Raffron du Trouillet, Delacroix, Hentz, Petit, Danton, Rhomme, Fourcroy, Thibaudeau, Bouquier, Boissy d’Anglas, Billaud-Varenne, Mathieu, Barère sont concernés dans les débats relatifs à la fête et à l'instruction publique15. Au lendemain du 9 thermidor, cent cinquante textes sont encore consacrés à la fête malgré l'adoption du projet qui la consacre législativement le 3 brumaire an IV, même si ces textes ne modifieront pas plus la loi que son esprit.

  • 16 Constitution du 3 septembre 1791, Titre premier Dispositions fondamentales garanties par la Consti (...)
  • 17 On peut citer par exemple toutes les fêtes funèbres, les célébrations en l'honneur des victoires m (...)
  • 18 Voir « Rapport sur les idées religieuses et morales avec les principes républicains » in Jean Pope (...)
  • 19 Selon les termes même de Daunou dans son rapport sur la loi du 3 brumaire an IV. Séance du 3 juill (...)
  • 20 Ibid.

10Toutefois, jamais ou presque ces théories ne vont trouver de véritables concrétisations matérielles. Seule la fête révolutionnaire va se révéler être l'instrument permettant de répondre à la volonté régénératrice du Nouveau Régime. Ce sont d'abord des textes insérés dans les Constitutions successives16 mais surtout des lois particulières qui en permettent la mise en œuvre17. La plus célèbre traduction de ces dernières est fournie par le décret du 18 floréal an II, projet élaboré, amendé et rapporté à la Convention par Maximilien Robespierre18. Puis, la loi du 3 brumaire an IV sur l'organisation de l'instruction publique impose la fête comme « le plus vaste moyen d'instruction publique »19 de l'ambition même de Daunou le rapporteur du texte. Ce dernier ajoute « nulle autre institution ne peut, ce me semble, avoir sur la régénération intime du peuple français une influence plus heureuse et plus étendue », « la fête est le moyen le plus direct et le plus sûr pour entretenir dans les citoyens, le sentiment de leurs devoirs et de leurs droits »20. La vague festive de l'an VI avec la création de la fête de la Souveraineté du peuple, la célébration de l'anniversaire du 18 fructidor et la loi relative à la célébration des décadis, s'intègre aux principes pertinents de la loi du 3 brumaire an IV.

II - LA FÊTE RÉVOLUTIONNAIRE INSTRUMENT DE LA RÉGÉNÉRATION

11Arme pédagogique privilégiée de la Régénération, la fête dans sa conception révolutionnaire répond intrinsèquement aux exigences régénératrices de la Révolution française par ses fondements comme en témoignent les messages politiques qu'elle transmet.

- Les fondements de la fête

12Cette place privilégiée de la fête s'explique par le fait qu'elle prend à son compte, qu'elle intègre des éléments structurants de la société donc de la Régénération. La fête s'approprie des instruments journaliers comme le temps –le calendrier révolutionnaire est la base des fêtes sur le temps long de l'année et sur le temps court de la décade– ou comme la langue nationale qui évite le confinement linguistique, géographique et politique, afin que naisse une famille nationale dont tous les membres puissent se comprendre et comprendre les textes régénérateurs.

  • 21 Mona Ozouf, La fête révolutionnaire 1789-1799, Paris, Gallimard, Folio histoire, 1988, p. 334.

13Cette place privilégiée s'explique également par le fait que la fête utilise scrupuleusement quelle que soit la cérémonie, dans son fonctionnement pédagogique, deux principes indissociables et traditionnels que sont l'exemple et l'émulation. La fête charrie un message pédagogique qu'elle érige en modèle aux yeux des acteurs et spectateurs de la fête. La loi Daunou prévoit expressément que les fêtes seront les lieux de la distribution des récompenses : « la fête est le lieu du défi, du combat, du concours, de la récompense du triomphe »21, ceci dans la partie cérémonielle comme dans la partie divertissement. Mais la fête s'achève toujours par une étape de pacification : repas, bal, illumination, feu d'artifice.

14La fête met à profit tous les sens des participants, tout est étudié et scrupuleusement destiné à marquer la mémoire des acteurs comme des spectateurs : les cortèges, les parcours et lieux de station, les simulacres et mises en scène, les chants et les discours. Cette fête révolutionnaire est le fruit d'un syncrétisme qui emprunte à tout et à tous et qui se traduit par une volonté unificatrice dans un cérémonial qui, pour l'essentiel, est identique. La fête révolutionnaire permet la réunion de tous les âges de la vie. Elle intègre dans sa conception, la famille. Celle-ci, véritable modèle réduit du politique, est présente au-delà des cérémonies sociales ou d'âge. La fête directoriale notamment permet de célébrer en présence de chacun, tous les âges de la vie et leurs rôles régénérés dans le Nouveau Régime.

  • 22 Michel Vovelle, « Sociologie ou idéologie des fêtes de la Révolution », A.H.R.F., n° 221, 1975, p. (...)

15Aussi, la fête révolutionnaire par sa vocation et sa pertinence pédagogique ne peut être qu'une fête institutionnalisée qui naît des textes qui l'organisent. Elle est du ressort exclusif des administrations. C'est une manifestation publique où se rendent les administrations en corps et accompagnées d'une assistance expressément invitée, ce qu'elles agissent de leur propre chef, en exécution des textes législatifs ou encore des instructions ministérielles. Le contrôle du contenu pédagogique par le pouvoir est à ce prix. En conséquence, la fête révolutionnaire ne peut pas être l'émeute parce que confrontée à la violence la fête perd sa pertinence pédagogique, son essence même. Michel Vovelle parle même alors « d'anti-fête »22. Les fêtes révolutionnaires sont par nature des fêtes commémoratives. Elles consacrent chacune, une date ou une vertu considérée comme vitales pour le Nouveau Régime. Ceci est vrai aussi pour les fêtes d'âge ou les fêtes sociales (de la jeunesse, des époux, de la vieillesse) y compris pour les fêtes à visée économique que sont les fêtes de l'agriculture. Toutes les célébrations consacrent par la rupture avec hier l'avènement de l'homme neuf et régénéré.

- La fête et ses messages

16Les fêtes représentent certes une occasion de délivrer aux populations une information immédiate sur l'actualité locale, nationale ou internationale notamment par la lecture des lois les plus récentes et des proclamations du pouvoir local, départemental ou parisien. Mais plus encore, la fête va se servir du passé pour construire a contrario la Régénération et le Nouveau Régime. Les messages politiques passent dans les fêtes révolutionnaires par une vision de l'histoire car le passé et sa lecture permettent d'affirmer l'avènement du Nouveau Régime, et d'un nouvel homme, d'affirmer la réussite de la Régénération. Cette vision n'est jamais remise en cause dans son principe et la fête offre à l'historien un terrain de conflit où il peut lire qu'elle est un enjeu politique essentiel.

  • 23 On peut se référer à François Furet, « Ancien Régime » in Dictionnaire critique de la Révolution f (...)
  • 24 Ibid., p. 32.

17Prendre en compte le passé de la Révolution, c'est le déclarer irréversible et tout appel à la mémoire doit être tourné vers l'avenir. La Régénération apparaît très tôt, non pas comme une réalité définitive, mais plus comme un objectif à atteindre, plus comme un nouveau régime à construire par étapes successives. Ceci bien évidemment parce que les révolutionnaires ont foi dans le progrès humain et que la Régénération ne peut se concevoir comme aboutie. Tout cela implique que plus on avance dans la Révolution, plus la notion d'Ancien Régime va se gonfler de nouvelles acceptions au fur et à mesure des expériences humaines, politiques et institutionnelles laissées au bord du chemin. « L'Ancien Régime devient alors un théâtre où paraissent ensemble la Contre révolution et la révolution d'hier »23. Pour détruire l'ouvrage du passé, on se sert de l'exclusion et de la violence à rencontre des agents du passé. La Régénération devient alors synonyme d'épuration et de neutralisation. L'Ancien Régime selon Furet ce sont « les résistances ou simplement les inerties du passé, opposées à l'effort collectif pour instaurer l'ordre nouveau condition du bonheur collectif. Il s'agit donc de préjugés, de traits de mentalités, d'habitudes et de mœurs qui s'opposent à cet impératif républicain qui est de former un homme nouveau »24.

18Détruire le passé est une première étape. Ensuite il faut construire, rebâtir tout un réseau, une série de gestes, de rites, de croyances qui correspondent au Nouveau Régime pour remplacer l'ancien.

  • 25 A.D.CO. L 452 : Discours prononcé par l'abbé Volfius, le 18 mai 1790 à la célébration de la conféd (...)
  • 26 La justice est également l'objet d'une attaque en règle « avec ses tribunaux composés de membres i (...)

19Dès la fête de la confédération des gardes nationales formant la ci-devant Province de Bourgogne, le 18 mai 1790 à Dijon, une mise en pratique exemplaire de ces principes est offerte à la population. C'est l'abbé Volfius, aumônier des confédérés dijonnais et futur évêque constitutionnel qui en est l'auteur dans un discours remarquable. L'Ancien Régime y est dénoncé dans une violente critique contre la division en ordre de la société, les impôts, les offices25 et la justice26. Finalement, seul le roi est épargné et présenté comme victime de son entourage. De ce triste tableau, l'abbé conclut qu'« il fallait renverser le monstrueux assemblage de tous les genres d'abus et d'oppressions accumulés pendant des siècles », qu'« il fallait tout détruire parce que tout était vicieux ».

20Puis, il décrit le Nouveau Régime qui permet d'établir une Constitution fruit des « conquêtes de la raison et de la justice sur la tyrannie et le préjugé », « digne du siècle où la raison humaine est parvenue à maturité », avec comme bases de l'édifice « la déclaration [des] droits qui sont antérieurs à toute convention », « [des] droits naturels de l'homme ». Sur ce socle, les nouvelles institutions s'épanouissent sur les principes de séparation des pouvoirs, de souveraineté et d'unité nationale : « une assemblée gardienne éternelle et tutélaire de nos droits ; un grand royaume divisé sans que l'unité nationale en soit rompue ; le monde le plus parfait de la représentation nationale découvert, l'unité d'intérêt qui produit l'union, substituée aux différences d'ordres et de provinces qui n'engendraient que haine et injustice ; des administrations graduelles et subordonnées, tous les citoyens appelés à concourir au bien général, unis entre eux par les liens d'affection et d'harmonie qui les attachent tous ensemble à la chose publique ; un roi le plus grand des monarques puisqu'il commande à des hommes libres, chef auguste et centre où tout se rallie, revêtu de toutes les forces que demande une grande monarchie, donnant le mouvement à toute la machine, toujours obéi, parce qu'il commande au nom de la loi, heureux du bonheur de tous : tel est le magnifique tableau qu'offre la Constitution nouvelle ».

  • 27 A.D.C.O.L 455/1 : Arrêté du 3 août 1793 du directoire exécutif du département de la Côte-d'Or rela (...)
  • 28 A.D.C.O.L 455/1 : Procès-verbal de célébration du 10 août du district de Châtillon-sur-Seine

21La Convention nationale s'inscrit dans cette même logique festive avec la cérémonie « du brûlement » des titres de noblesses lors de la fête du 10 août 1793. Il s'agit selon les mots du directoire du département de la Côte-d'Or « pour tous les citoyens qui aiment la liberté, l'égalité, qui veulent l'unité, l'indivisibilité de la République, celle par conséquent de tous les vrais Français »27, de consacrer le passage dans une nouvelle ère, celle du régime de l'égalité par la prestation d'un serment. À Châtillon-sur-Seine28, cette nouvelle ère est symbolisée en outre par la destruction définitive par le feu et par chaque citoyen, d' « un tombereau où sont réunis tous les titres de noblesse et d'autres actes de pareille nature ». Par cet acte individuel, chaque citoyen est censé détruire cette part individuelle de lui-même qui le rattache à l'Ancien Régime.

  • 29 A.D.C.O.L 460 : Extrait du registre des délibérations du conseil général de la commune de Dijon du (...)
  • 30 A.D.C.O.L 460 : Discours du citoyen Couthon, représentant du peuple et président de la Convention (...)

22La fête de l'être suprême célébrée à Dijon est l'occasion pour le conseil général de la commune « de se comporter avec toute la majesté d'un peuple libre qui ayant détruit les préjugés de la superstition s'occupe à rendre l'hommage dû à l'Être suprême »29. Cette fête s'adresse aussi et tout autant au clergé catholique qu'à la Régénération née de l'anéantissement des tenants de la vague de déchristianisation accompagnant les fêtes de la Raison. Pour reprendre les propos du citoyen Couthon, « la nation française... s'est dégagée et des mensonges absurdes de la superstition et contre les sophistiques erreurs de l'athéisme »30.

  • 31 A.D.C.O. L 451 : Correspondance du 30 prairial an VII ou 19 juin 1799 du ministre de l'intérieur a (...)
  • 32 Ces prédécesseurs notamment Letourneux, l'année précédente, ont eux aussi rédigé de tels courriers (...)
  • 33 ADCO L 451.
  • 34 À cet égard, un exemple des plus parlants nous est donné par la fête des 9 et 10 thermidor célébré (...)

23Les fêtes directoriales participent de la même façon à cette lecture du Nouveau Régime avec un champ commémoratif bien évidemment accru. Le 30 prairial an VII ou 19 juin 1799, François de Neufchâteau ministre de l'intérieur dans une correspondance adressée aux administrations centrales de département rappelle l'objet et l'intérêt commémoratif des fêtes31. Il s'agit pour lui aussi32 d' « affermir les pas des citoyens dans la carrière de la Révolution et d'exciter ainsi les Français par le souvenir de ce qu'ils ont fait, à faire des choses plus grandes et plus glorieuses encore »33. Le ministre donne ensuite rapidement les grandes lignes d'un historique révolutionnaire à utiliser : 14 juillet : impatient d'une tyrannie qui avait pesé sur quatorze siècles, le peuple français se lève et invoque une Constitution ; 10 août : un autre Tarquin abuse de l'autorité que lui avait laissée le peuple, de nouveaux Brutus fondent la République ; 9 thermidor34 : des décemvirs agitent une hache sanglante : elle est brisée entre leurs mains ; 18 fructidor : le royalisme se relève, il est vaincu. Le ministre insiste dans sa correspondance sur la nécessité pour les Républicains de se réunir au-delà des divisions face au danger royaliste mais en assurant que jamais la terreur ne sera remise à l'ordre du jour.

  • 35 Frank Laidié, « Parents, enfants, la famille dans la fête révolutionnaire. Image et symbole d'une (...)
  • 36 Yves-Marie Bercé, Fête et Révolte. Des mentalités populaires du xvie au xviiie siècle, Paris, Hach (...)
  • 37 Pour notre département, le témoignage de C. Paquelin dans son « quaier de mémoires » est à ce titr (...)

24La régénération politique destinée à former les citoyens du Nouveau Régime et transmise par la fête n'est qu'un des aspects du message pédagogique de la fête révolutionnaire. Les lois civiles et la régénération sociale qui permettent de dresser le portrait idéal de l'homme régénéré, de sa naissance à sa mort, sont tout autant au cœur de chacune des célébrations révolutionnaires35. La Régénération touche également l'administration nouvelle et son organigramme qui trouvent dans les cérémonies festives une lisibilité et une transparence accessibles à chacun. L'économie par les fêtes de l'agriculture et les cérémonies décadaires n'est pas non plus oubliée. Il est évident que les résultats de la pédagogie festive sont difficilement quantifiables car rares sont les renseignements disponibles dans ce domaine. La décennie révolutionnaire n'a laissé que peu de temps à la fête pour faire son œuvre régénératrice –surtout après Thermidor– et certains ont pu montrer que même sur le temps long les mentalités n'évoluent qu'avec difficulté36. Toutefois les quelques témoignages des contemporains disponibles dans le département de la Côte-d'Or, laissent apparaître que la fête a plutôt bien rempli, notamment en matière politique, son office pédagogique37. Mais au-delà, la fête est un véritable et original moyen d'instruction publique dans cette période si riche en théories et projets pédagogiques mais si en retrait à l'heure de les réaliser.

Notes

1 Jean Starobinski, 1789, Les emblèmes de la Raison, Paris, Flammarion, 1973, p. 112.

2 Bronislav Baczko, « Instruct ion publique », Dictionnaire critique de la Révolution française, Institutions et créations, (sous la direction de F. FURET et M. OZOUF), Paris, Flammarion, Champs, 1992, p. 279.

3 Antoine de Baecque, « La Révolution accueille la Régénération. Naissance, éducation et prétention du nouvel homme », La Révolution française et l'homme moderne, colloque international tenu à Rouen les 12, 13, 14 octobre 1988, IRED-université de Rouen, Paris, Messidor, 1988, p. 667.

4 Mona Ouzouf, « Régénération » in Dictionnaire critique de la Révolution française, Idées, op. cit., p. 380.

5 Séance du 13 août 1793, Archives parlementaires (A.P.), Tome LXXII, p. 125.

6 Séance du 21 décembre 1792, A. P., Tome LV, p. 346.

7 Voir Condorcet, Rapport sur l'organisation générale de l'instruction publique, in B. Lehembre, Naissance de l'école moderne – Les textes fondamentaux 1791-1804, Paris, Nathan, Repères pédagogiques, 1989, p. 41.

8 Ibid, p. 26.

9 Michel Le Peletier préconise dans son plan présenté par Robespierre à la Convention nationale au nom du comité d'instruction publique que tous les enfants vivent et travaillent en commun loin des familles de l'âge de 5 à 12 ans. Voir Séance du 29 juillet 1793, A.P., Tome LXVIII, pp. 659-663. On retrouve ce texte in B. LEHEMBRE, Naissance de l'école moderne –Les textes fondamentaux 1791-1804..., op. cit, p. 66-72.

10 Voir Albert Soboul, « Les Institutions républicaines selon Saint-Just d'après les manuscrits de la bibliothèque nationale », A.H.R.F., Tome XXIX, 1957, pp. 193-213.

11 Dominique Julia, « L'éducation révolutionnaire, fille de Sparte ou héritière des lumières » in L'enfant, la famille, la Révolution française, colloque tenu à Paris Sorbonne les 30-31 janvier et 1er février 1989, sous la Direction de P. Lenoël et M.-F. Levy, Paris, Orban, p. 121.

12 Ces deux projets sont présentés le 10 septembre 1791 à l'Assemblée. A. P., Tome XXX, p. 448 et s. et p. 526 et s..

13 Ibid., p. 528.

14 Séance du 20 avril 1792, A. P., Tome XLII, p. 194

15 Pour plus de renseignements sur le contenu de tous ces projets et débats, sur leurs références, on peut se reporter à Frank Laidié, Fêtes et manifestations publiques en Côte-d'Or pendant la Révolution française 1789-1799, Thèse dactylographiée, Dijon, 1999, pp. 171-197 ou voir James Guillaume, Procès-verbaux du Comité d'instruction publique de la Convention Nationale, Paris, Imprimerie nationale, Documents inédits pour l'histoire de France, 1891.

16 Constitution du 3 septembre 1791, Titre premier Dispositions fondamentales garanties par la Constitution : « Il sera établi des fêtes nationales pour conserver le souvenir de la Révolution française, entretenir la fraternité entre les citoyens, et les attacher à la Constitution, à la patrie, et aux lois »

17 On peut citer par exemple toutes les fêtes funèbres, les célébrations en l'honneur des victoires militaires.

18 Voir « Rapport sur les idées religieuses et morales avec les principes républicains » in Jean Poperen, Robespierre : Textes choisis, Paris, Éditions sociales, Les classiques du peuple, Tome troisième (août 1793-juillet 1794), 1958, p. 175

19 Selon les termes même de Daunou dans son rapport sur la loi du 3 brumaire an IV. Séance du 3 juillet 1793, Archives Parlementaires, Tome LXVIII, p. 167. Voir également in Bronislav Baczko, Une éducation pour la démocratie, Textes et projets de l'époque révolutionnaire, Paris, Garnier, Les classiques de la politique, 1982, p. 511.

20 Ibid.

21 Mona Ozouf, La fête révolutionnaire 1789-1799, Paris, Gallimard, Folio histoire, 1988, p. 334.

22 Michel Vovelle, « Sociologie ou idéologie des fêtes de la Révolution », A.H.R.F., n° 221, 1975, p. 429, ou in Les fêtes de la Révolution, Colloque de Clermont-Ferrand, juin 1974 sous la direction de J. Ehrad et P. Vialaneix, Paris, Société des études robespierristes, Bibliothèque d'histoire révolutionnaire, 3ème série, n° 17, p. 477.

23 On peut se référer à François Furet, « Ancien Régime » in Dictionnaire critique de la Révolution française, Idées, (sous la direction de F. Furet et M. Ozouf), Paris, Flammarion, Champs, 1992, pp. 25-43.

24 Ibid., p. 32.

25 A.D.CO. L 452 : Discours prononcé par l'abbé Volfius, le 18 mai 1790 à la célébration de la confédération des gardes nationales des quatre départements formant la ci-devant province de Bourgogne et pays adjacents fait sous les murs de Dijon. L'Ancien Régime y apparaît comme une « odieuse féodalité », une « servitude », un monde où règne « l'injustice », un monde « aux impôts intolérables par leur inégalité monstrueuse », « aux droits onéreux, vexatoires et humiliants », « où il existe une ligne de démarcation entre les citoyens » avec « peine, travail et dédain » pour les uns, « honneur » et « distinction » pour les autres. C'est un monde où « malgré tous les talents et toutes les vertus, l'homme dépourvu de ce que l'on appelait naissance était repoussé par des places que l'incapacité et la jeunesse obtenaient sans peine avec la naissance », où « le droit de décider de la fortune, de la vie de l'honneur était le patrimoine et la propriété de quelques familles ou s'achetait à prix d'argent ».

26 La justice est également l'objet d'une attaque en règle « avec ses tribunaux composés de membres inamovibles et sans responsabilité [qui] semblaient par leur organisation rappeler l'esprit de corps avec ses préjugés, ses intérêts, son despotisme, ses prétentions, prétentions d'autant plus formidables qu'elles étaient armées par le pouvoir le plus terrible qui existe parmi les hommes lorsque la justice criminelle, privée de cette institution, dont nos voisins s'enorgueillissent à juste titre, effrayait l'innocence par ses formes si propres à la confondre au crime, et épouvantait l'humanité par ses supplices dont l'atrocité contrastait si fort avec les mœurs d'une Nation si douce et généreuse. Ibid.

27 A.D.C.O.L 455/1 : Arrêté du 3 août 1793 du directoire exécutif du département de la Côte-d'Or relatif à la fête du 10 août.

28 A.D.C.O.L 455/1 : Procès-verbal de célébration du 10 août du district de Châtillon-sur-Seine

29 A.D.C.O.L 460 : Extrait du registre des délibérations du conseil général de la commune de Dijon du 5 prairial an II.

30 A.D.C.O.L 460 : Discours du citoyen Couthon, représentant du peuple et président de la Convention nationale en réponse à une adresse lue au nom des Jacobins de Paris à la séance du 27 floréal an II.

31 A.D.C.O. L 451 : Correspondance du 30 prairial an VII ou 19 juin 1799 du ministre de l'intérieur aux administrations centrales de département.

32 Ces prédécesseurs notamment Letourneux, l'année précédente, ont eux aussi rédigé de tels courriers. Voir A.D.C.O. L 451. Correspondance du 13 messidor an IV ou 1er juillet 1798.

33 ADCO L 451.

34 À cet égard, un exemple des plus parlants nous est donné par la fête des 9 et 10 thermidor célébrée en l'an VI par le canton de Belle-Défense. A.D.C.O L 461/3 ou Frank LAIDIÉ, Fêtes et manifestations publiques en Côte-d'Or pendant la Révolution française 1789-1799, op. cit., p. 217-219.

35 Frank Laidié, « Parents, enfants, la famille dans la fête révolutionnaire. Image et symbole d'une régénération juridique », Parents et enfants, Colloque international tenu à Dijon les 14, 15, 16 septembre 2000, Mémoire de la société pour l'Histoire du Droit, Volume 58, 2001, pp. 493-510.

36 Yves-Marie Bercé, Fête et Révolte. Des mentalités populaires du xvie au xviiie siècle, Paris, Hachette, Le temps et les hommes, 1976 et Michel VOVELLE, Les métamorphoses de la fête en Provence de 1750 à 1820, Paris, Aubier, Flammarion, Bibliothèque d'ethnologie historique, 1976.

37 Pour notre département, le témoignage de C. Paquelin dans son « quaier de mémoires » est à ce titre révélateur à l'exception peut-être de la politique religieuse qui semble susciter une incompréhension. C. Paquelin, « Quaier de mémoires (1789-1806) », La revue de Bourgogne, 1914, pp. 355-374.

Auteur

Maître de Conférences à l'Université de Besançon

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540