Version classiqueVersion mobile

Des comportements fautifs du créancier et de la victime en droit des obligations

 | 
Yannick Le Magueresse

Long et difficile est le chemin qui mène à la lumière...

Texte intégral

1Il est impossible de remercier ici tous ceux qui, à leur façon, ont contribué à l'aboutissement de ce travail.

2Il est toutefois des personnes dont le nom ne peut être passé sous silence.

3Marie-Claude et Jean-Claude, mes parents, qui par l'équilibre de notre famille, la droiture de leur éducation et l'amour qu'ils m'ont transmis m'ont tout appris et tout donné,

4Nathalie, ma « petite » grande sœur, qui m'a toujours soutenu contre vents et marées dans les choix que j'effectuais,

5Camille et Romain, ma nièce et mon neveu, dont les sourires d'enfants m'ont continuellement émerveillé,

6Pearl, ma reine de cœur, qui m'a donné envie de parler au futur,

7Monsieur le Professeur Didier R. Martin qui fut un directeur de thèse exemplaire, toujours présent, qui a su lever mes incertitudes et m'indiquer la voie à suivre par ses remarques éclairantes,

8Monsieur le Professeur Pierre Catala dont les constants encouragements et le soutien de toujours ont été la source du plus grand réconfort tout au long de cette entreprise,

9Madame Marie-Claude Catala, « ma maman de la fac », dont les conseils, la relecture assidue, l'attention, la prévenance de chaque instant ont été l'assise de ma stabilité,

10Laure Bathellier, laurette, mon amie indéfectible, qui a relu l'ensemble de mon travail en apportant à cette tâche - parfois ingrate - tout le soin qu'elle requérait,

11Miguel Barata qui a su, face à l'incertitude, m'indiquer le cap à suivre pour mettre au point la théorie du fondement renouvelé du bénéfice de subrogation,

12Tanguy Decaup, « mon cousin breton », dont l'amitié et le soutien n'ont jamais failli,

13Madame Myriam Dauba, mon professeur de droit au lycée, qui m'a redonné le goût d'apprendre et de comprendre, sans qui rien de tout cela ne serait arrivé,

14Fabienne Duez, ma p'tite fab, que j'ai trop peu côtoyée lors de notre DEA et que j'ai découvert lors de notre doctorat comme une amie irremplaçable,

15Emmanuèle Pierroux, dont j'ai découvert la vraie personnalité aussi touchante qu'attachante,

16Lionel Andreu, Elodie Cauquil, Stéphane Cherqui, Mathieu Chudet, Alexis Colin, Séverine Delataille, Cyril D'Herbes, Franck Goncalves, Corinne Filippone, Edouard Job, Guillaume Kessler, Mazvydas Mickalauskas, Stéphane Obéliane, Alexis Posez, Jean-François Quiévy, Pierre Sadi, Emilie Senne, Sylvain Sigonneau, Nicolas Thomassin, mes collègues et amis chargés de travaux dirigés, avec qui j'ai traversé six années d'enseignement universitaire inoubliables,

17L'ensemble des personnels de la Faculté et en particulier Alain Tondu, que j'ai sollicité à maintes reprises pour la mise au point des exemplaires de ma thèse, dont il faut saluer le professionnalisme et la gentillesse rare,

18L'ensemble de l'équipe du JurisData qui m'a accueilli pendant près d'un an et demi : Nadine Berna, Ghislaine Cantiran, Vincent Da Rocha, Guillaume Deroubaix, Elise Fils, Christine Gailhard, Isabelle Gore-Cotty, Ludivine Jean, Marie-Claude Julliard, Patricia Persillet, Manuella Ruiz, Zahia Sekkai, Valérie Sicot,

19L'ensemble de mes étudiants, qui m'ont fait comprendre qu'enseigner est bien plus dur que d'apprendre car enseigner veut dire faire apprendre.

20Les mots ne cesseront de manquer pour leur exprimer à tous ma profonde gratitude.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search