Version classiqueVersion mobile

La constitution anglaise, un modèle politique et institutionnel dans la France des lumières

 | 
Edouard Tillet

Titre I. La constitution anglaise : un modèle sous tension

Conclusion

Texte intégral

1Depuis sa conceptualisation définitive par Montesquieu en 1748, le modèle anglais n'est pas resté inerte. Modèle sous tension, il a sans cesse évolué, soumis à la double influence de la vie politique et parlementaire anglaise et des aspirations idéologiques de plus en plus radicales des Lumières françaises.

2La puissance d'attraction de la constitution anglaise sur la pensée politique des Lumières s'explique par la rencontre de trois courants idéologiques souvent considérés comme antagonistes. Dans le sillon tracé par les monarchomaques protestants, l'école historique, dont les figures majeures sont Levassor, Rapin-Thoyras, Montesquieu et Mably considèrent l'Angleterre comme le conservatoire de libertés étouffées sur le continent. Délestés de toute tentation absolutiste présente notamment chez Grotius et Pufendorf, les membres tardifs de l'école du droit naturel moderne, comme Vattel, Burlamaqui et le chevalier de Jaucourt, s'avèrent être eux les partisans d'une monarchie limitée d'essence contractuelle à l'instar de celle consacré par le Settlement de 1701. L'école philosophique, de Voltaire, Helvétius à Mercier et Morellet, considère enfin l'Angleterre comme la terre d'élection du progrès et de la raison, d'un ordre monarchique rationnel.

3Dans le même temps, et cela confirme l'hypothèse selon laquelle la constitution de cette nation n'est pas tant étudiée pour elle-même, mais qu'elle est un miroir qui permet de penser les institutions françaises, deux courants, l'un absolutiste, l'autre violemment anti-absolutiste se rencontrent pour dénoncer les illusions de la liberté anglaise. Il n'empêche que, face aux expériences constitutionnelles anglo-américaines, les contours de la doctrine absolutiste traditionnelle se délitent. Nombre de contemporains, à commencer par certains serviteurs de l'État comme Turgot, semblent manifester, fait significatif de la crise idéologique et institutionnelle de cette fin de siècle, une adhésion aux principes juridico-politiques consacrés par les jeunes républiques américaines.

4Si l'Angleterre des Hanovre a été l'un des lieux privilégiés de la réflexion politique et constitutionnelle des Lumières, elle a servi également d'argument dans la critique de l'ordre monarchique traditionnel. Cadre de la spéculation, elle n'en a pas moins été sans cesse invoquée comme exemple au service de la contestation.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search