Version classiqueVersion mobile

La constitution anglaise, un modèle politique et institutionnel dans la France des lumières

 | 
Edouard Tillet

Titre I. La constitution anglaise : un modèle sous tension

La constitution anglaise : un modèle sous tension

Texte intégral

  • 1578 De Réal, La science du gouvernement, Amsterdam, 1751-1764, t. VIII (1764), p. 619 sq.
  • 1579 Voir l'ouvrage très utile de Ch. A. Rochedieu, Bibliography of French Translations of English Work (...)
  • 1580 Sans prétendre pouvoir y apporter des "preuves" scientifiques, cette affirmation repose sur le con (...)

1Les témoins des troubles des guerres civiles, comme ceux de la Glorieuse Révolution, se sont éteints. Une nouvelle génération, née avec le siècle, qui n'a pas connu le règne du Roi-Soleil, s'affirme par la plume et par le verbe. Elle lit le grave Montesquieu avec avidité, Voltaire en souriant ou en réprimant difficilement quelques agacements. Les écrivains anglais commencent à être mieux connus. La "Table des auteurs" rapportée à la fin de la monumentale Science du Gouvernement de Gaspard de Réal permet de se faire une juste opinion de l'état de la connaissance des écrivains anglais. Sont notamment commentés les traités juridiques de Smith, Duck, Selden, les ouvrages de Jacques Ier, Barclay, Hobbes et Filmer, comme les écrits d'Harrington, Temple, Molesworth et Gordon, Jacques Abbadie figurant même parmi les auteurs anglais1578. À cette liste révélatrice proposée par le juriste provençal ne manquent que Bolingbroke, Hume et Blackstone, mais aussi les whigs radicaux et les publicistes de la jeune Amérique, qui feront progressivement leur entrée dans le temple des auteurs anglais révérés par les Lumières1579. À simplement considérer le nombre de références rencontrées, Algernon Sidney reste toujours la figure clé des penseurs politiques anglais connus en France, n'ayant jamais réussi à être destitué, même par John Locke1580.

  • 1581 M. Sacquin-Moulin, Les voyageurs français en Angleterre et les voyageurs anglais en France de 1750 (...)
  • 1582 Diderot note combien "un voyageur et un voyageur se ressemblent peu. Helvétius est revenu de Londr (...)

2À ces lectures "anglaises" s'ajoute un autre vecteur souvent minoré, le séjour en France d'un nombre toujours croissant d'hommes de lettres, de parlementaires et de publicistes anglais. Horace Walpole, Hume, Wilkes, Fox ou Shelburne seront autant de personnages qu'il conviendra d'avoir fréquentés dans les salons parisiens. Le voyage outre-Manche reste néanmoins le vecteur principal de la connaissance de la réalité politique anglaise. Jusqu'au milieu du siècle, traverser le Channel était encore le fait d'une minorité aventureuse. Après 1750, le séjour londonien devient une nouvelle exigence philosophique, Michèle Sacquin-Moulin ayant réussi à identifier 268 voyageurs entre 1750 et 1789, dont 58 laisseront une trace écrite, manuscrite ou publiée, de leur séjour1581. Il serait vain de chercher un héraut des Lumières qui n'ait effectué son pèlerinage philosophique et politique à Londres. Le voyage en Angleterre prend un caractère initiatique. Il peut même par certains points être rapproché du séjour à la Bastille. Ils traduisent tous deux un acte d'engagement philosophique, et en même temps garantissent le succès à venir dans les salons littéraires. Il convenait alors de vérifier par les faits ce qui avait été lu, même si les conséquences de ce voyage furent naturellement diverses. L'amère déception du baron d'Holbach tranche avec l'enthousiasme difficilement contenu d'Helvétius1582 ou de Grosley.

3Au cours de la seconde moitié du siècle, l'anglophilie politique ne modifie guère les contours du modèle anglais. Les arguments avancés depuis plusieurs décennies se voient le plus souvent repris pour être surtout précisés et complétés. Mais ce modèle n'est jamais figé, subissant une double inclinaison presque contradictoire. Il prend un caractère radical avec la greffe des thèses contractuelles de l'École du droit naturel. Dans le même temps, par le fait de Jean-Louis de Lolme, l'éloge de la réalité institutionnelle anglaise, tout en se banalisant, perd une partie de sa force subversive, apparaissant comme un nouveau rempart contre certaines aspirations réformatrices désormais incarnées par l'exemple américain (chapitre I). Si l'admiration pour les institutions anglaises a changé de sens au cours de la seconde moitié du siècle, l'anglophobie politique est dès l'origine une réalité polymorphe, point de rencontre de deux doctrines contradictoires. Elle naît d'un même consensus initial, s'attaquer aux illusions de la liberté anglaise, tout en se développant au service d'idéologies opposées. Certains restent les tenants de l'ordre établi, profitant de leur critique de la constitution anglaise pour manifester leur adhésion à un ordre monarchique contesté, quand d'autres soulignent les limites de la liberté anglaise, au service cette fois d'un discours violemment anti-absolutiste (chapitre II).

4Au delà des divergences dans l'interprétation de la réalité politique insulaire, 1771 marque une rupture théorique fondamentale dans l'interprétation du modèle anglais par la conjonction de la publication de l'ouvrage de Lolme et de la guerre opposant l'Angleterre à ses colonies. Les principes consacrés outre-Atlantique apparaissent comme une tentative légitime pour régénérer une liberté anglaise devenue illusoire. Un nouveau modèle vient alors concurrencer le modèle anglais (chapitre III).

Notes

1578 De Réal, La science du gouvernement, Amsterdam, 1751-1764, t. VIII (1764), p. 619 sq.

1579 Voir l'ouvrage très utile de Ch. A. Rochedieu, Bibliography of French Translations of English Works (1700-1800), Univ. of Chicago Press, 1947.

1580 Sans prétendre pouvoir y apporter des "preuves" scientifiques, cette affirmation repose sur le constat que les occurrences du nom de Sidney dans les écrits consultés sont autrement plus fréquentes que celles de Locke.

1581 M. Sacquin-Moulin, Les voyageurs français en Angleterre et les voyageurs anglais en France de 1750 à 1789, Thèse de l'École des Chartes, 1977, t. I, p. 6 sq. L'auteur précise l'origine sociale des auteurs de notes de voyages : 5 appartiennent à la haute noblesse, 15 à la noblesse, 5 au clergé et 26 au Tiers état, les 7 derniers restant difficiles à attribuer (p. 232). Nous tenons à remercier vivement l'auteur de nous avoir autorisé à consulter sa très riche étude aux Archives Nationales.

1582 Diderot note combien "un voyageur et un voyageur se ressemblent peu. Helvétius est revenu de Londres fou à lier des Anglais. Le baron [d'Holbach] en est revenu, bien revenu" (Lettre à Sophie Volland, 6 octobre 1765, dans Diderot. Lettres à Sophie Volland, Paris, NRF, 1930, t. II, p. 78).

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search