Version classiqueVersion mobile

La constitution anglaise, un modèle politique et institutionnel dans la France des lumières

 | 
Edouard Tillet

Titre II. La constitution anglaise, un ordre politique singulier

Chapitre I. La constitution anglaise, un produit douloureux de l’histoire

Texte intégral

  • 777 Exception notoire, Lancelot remonte au confluent de l’histoire des deux monarchies dans une dissert (...)

1Au xviiième siècle, l’Angleterre n’est pas un sujet d’histoire au sens académique du terme, comme elle le sera au xixème siècle. On la visite, on l’observe, on s’arrache ses périodiques, ses romans, ou les comptes rendus de la Société royale de Londres, mais son histoire reste encore méconnue, abandonnée aux pamphlétaires et aux folliculaires. Les récits de la Bible, l’Antiquité, et l’histoire des deux premières dynasties accaparent plus l’attention des érudits, comme le prouve la seule consultation de la table des matières des Mémoires de l’Académie royale des Inscriptions. Les âpres querelles sur l’origine de Rome ou sur le caractère héréditaire de la dynastie mérovingienne qui opposent Foncemagne, Vertot et Dubos occupent plus les esprits que la composition du Witena-Gemot ou les compétences de la Chambre étoilée. Tite-Live ou Tacite, Grégoire de Tours ou Hincmar de Reims, font l’objet de scrupuleuses exégèses, alors que Coke (1552-1634) ou Spelman (1562-1641) ne sont guère invoqués777.

  • 778 Lettres philosophiques, op. cit., t. II, p. 138.
  • 779 Ibid.

2Il serait périlleux de tirer de ces remarques de trop rapides conclusions. L’histoire nourrit une intense réflexion sur la liberté anglaise. Et si elle n’est guère un sujet prisé des académies, c’est peut-être en raison des soupçons pesant sur la production historiographique de cette nation. "En Angleterre, on a des factums et point d’histoire"778. Par ce jugement lapidaire, Voltaire résume l’esprit de ses contemporains qui envisagent les écrits anglais marqués par les querelles religieuses et partisanes, avec une certaine circonspection quand ce n’est pas avec mépris. Rapporté dans les Lettres philosophiques, l’exemple le plus célèbre en serait Marie Stuart, reine d’Écosse, veuve de François II, qui, "sainte héroïne" pour les catholiques, n’est pour d’autres, le plus souvent protestants, qu’une "débauchée, une adultère, une homicide"779, affirmation permettant de légitimer sa condamnation à mort en 1587. Montesquieu se contentera de corroborer un tel jugement sur les historiens de cette nation "extrêmement libre" :

  • 780 EDL, xix, 27, p. 583.

Dans les monarchies extrêmement absolues, les historiens trahissent la vérité, parce qu’ils n’ont pas la liberté de la dire : dans les États extrêmement libres, ils trahissent la vérité à cause de la liberté même, qui produisant toujours des divisions, chacun devient aussi esclave des préjugés de sa faction, qu’il le serait d’un despote780.

3En dépit de cette profonde méfiance, l’histoire est le cadre dans lequel s’épanouit l’analyse des institutions anglaises. Loin d’apparaître comme un ensemble de règles de droit positif, comme une figure an-historique, désincarnée, la constitution anglaise est alors envisagée dans une perspective fondamentalement diachronique. Que l’Angleterre soit libre ou non, elle le doit en grande partie à son passé. À la fois puissance légitimante, preuve irréfragable et mode explicatif d’un présent, le passé offre les clés indispensables à la compréhension de la réalité institutionnelle anglaise. Il intervient alors comme un processus de canonisation de ce qui constitue le plus souvent une innovation.

4En dépit de leurs profondes divergences, ces études ont plus en commun de se faire l’écho tardif des débats qui ont divisé l’Angleterre au siècle précédent, que d’apporter de nouvelles connaissances. Leurs auteurs ne font guère preuve d’originalité, se contentant de reprendre les constructions théoriques des auteurs anglais invoqués avec plus ou moins de discrétion à l’appui de leur démonstration. Les partisans de la Glorieuse Révolution préféreront les ouvrages de Petyt (1637-1707) ou Tyrrell (1642-1718), connus pour s’être illustrés dans la défense des prétentions de la Chambre des Communes au xviième siècle. D’autres utiliseront essentiellement les écrits de Brady (1627-1700) pour étayer leurs thèses aux sympathies "absolutistes". Décalés dans le temps, ces écrits n’en sont pas moins l’occasion d’importantes réflexions sur la nature du pouvoir monarchique, grâce à une démarche comparative plus ou moins explicite.

5Comment était alors envisagée l’histoire anglaise ? Trois lectures apparaissent au cours de ce premier xviiième siècle. La première, et sans doute la plus importante par la rupture historiographique qu’elle constitue, est celle de Rapin-Thoyras, qui offre un schéma d’explication cohérent de la liberté anglaise par le recours, dans une perspective whig hétérodoxe, au mythe saxon (I). La seconde, dont Voltaire est la figure la plus représentative, décrit la lente et douloureuse genèse d’une monarchie libre et raisonnable (II). La troisième, enfin, perpétue une représentation absolutiste de l’Angleterre, toujours conçue comme terre des révolutions (III). À la liberté "conservée" de Rapin-Thoyras ou "acquise" de Voltaire répond la liberté "usurpée" de Ramsay et de Raynal.

I - RAPIN-THOYRAS OU LA COMPLEXE DIFFUSION DE L’HISTORIOGRAPHIE WHIG

  • 781 E. Glasson reprend les principales conclusions de Macaulay, notamment dans sa présentation des guer (...)
  • 782 D. Baranger, "Les historiens et la politique anglaise du xviiième siècle", Droits, 21, 1995, p. 142
  • 783 Voir F. Lessay, qui définit la whig history comme une "théologie nationale" ("Penser la révolution (...)

6L’Histoire d’Angleterre de Rapin-Thoyras est l’une des étapes essentielles d’un courant historiographique en gestation qui triomphera au cours du XIXème et de la première moitié du xxème siècle sous le nom de whig history. Macaulay (1800-1859), dans son History of England publiée à partir de 1848, jeta les fondations de cette tradition, dont les ramifications s’étendent jusqu’aux grands historiens des institutions que furent Stubbs (1825-1901) en Angleterre, Glasson et Esmein en France781. En raison d’un "anachronisme conceptuel"782, qui s’attache à deviner dans le passé les termes d’un conflit dialectique résolu dans le présent783, ce courant historiographique repose sur le postulat méthodologique d’un inéluctable progrès constitutionnel. La démocratie libérale et parlementaire apparaît comme la consécration des thèses avancées depuis le xviième siècle par les whigs protestants contre les tories rendus suspects par leurs sympathies catholiques et absolutistes. Rapin-Thoyras anticipe certaines des conclusions de cette historiographie insulaire en légitimant par le passé un présent qu’il admire : le Settlement de 1688.

  • 784 Sur la biographie de cet historien, voir N. Girard d’Albissin, op. cit., p. 19-21. Il n’était cepen (...)
  • 785 Elle fut rééditée en 1730 dans une version abrégée, puis en 1736. Cette histoire sera continuée en (...)

7De Castres où il est né en 1661, Rapin-Thoyras est contraint à l’exil au lendemain de la Révocation de l’Édit de Nantes. Après avoir été le précepteur du fils de l’un des plus fidèles amis du roi d’Angleterre, le duc de Portland784, il s’établit en 1702 dans les Provinces-Unies, où il s’attelle à la rédaction de sa monumentale Histoire d’Angleterre (dix volumes in folio), qui court de l’invasion de Jules César jusqu’à la Révolution de 1688. Épuisé par un immense labeur, il s’éteint en 1725 avant d’avoir pu achever la publication des derniers volumes de son ouvrage785.

  • 786 Guizot, Histoire de la Révolution d’Angleterre, Paris, 1841, p. xxx. Les Anglais seront plus fidèle (...)

8Même si elle est aujourd’hui tombée dans un relatif oubli, cette publication marque une étape essentielle dans la connaissance de l’histoire constitutionnelle anglaise en France. Les plus fines plumes de l’histoire anglaise du xixème siècle sauront d’ailleurs encore apprécier la subtilité des analyses de Rapin-Thoyras. Ainsi, Guizot, qui faisait déjà référence en 1826 à cet injuste oubli dans lequel était tombée l’Histoire d’Angleterre, avoue avoir beaucoup consultée l’ouvrage de son coreligionnaire, car "la révolution d’Angleterre y est peut-être mieux comprise et plus complètement exposée que dans les ouvrages de ses successeurs"786.

9Trois éléments peuvent illustrer l’apport historiographique de Rapin-Thoyras : ses réflexions sur le mythe de la constitution éternelle (§ 1), l’épineuse question de la genèse du Parlement (§ 2), et la description des troubles du xviième siècle (§ 3). La confrontation de ses conclusions avec celles avancées quelques années auparavant par Isaac Larrey, autre historien du Refuge, permettra de faire ressortir l’originalité de Rapin-Thoyras.

§ 1 - Les libertés saxonnes : le mythe de la constitution éternelle

-Le dessein de Rapin-Thoyras

  • 787 Affirmation de Saint-Marc dans la préface (Histoire d’Angleterre, La Haye, 1749, t. I, p. v).
  • 788 N. Girard d’Albissin, op. cit., p. 34, et plus généralement R. Minuti, "Il problema costituzionale (...)
  • 789 Par une ordonnance de 1693, Rymer (1646 ?-1713), historiographe de Guillaume III fut chargé de publ (...)
  • 790 Le recueil de Rymer "sera un témoignage éternel de l’amour que cette nation a pour la vérité, malgr (...)
  • 791 Rapin-Thoyras, Extraits des Actes de Rymer, Amsterdam, 1725, p. 4.
  • 792 Rapin-Thoyras, Histoire d’Angleterre, t. I, p. xx.

10Destinée aux étrangers et non à "former un député des Communes"787, l’Histoire d’Angleterre s’inscrit dans la tradition de l’historiographie savante, qui, depuis les travaux des bénédictins de Saint-Maur comme Mabillon et Tillemont, s’attache à établir scientifiquement les faits par une méticuleuse utilisation des sources archivistiques788. La publication contemporaine des Actes publics d’Angleterre par Thomas Rymer789, dont Rapin donnera à la fin de sa vie une édition abrégée, allait favoriser son ambitieux dessein. L’entreprise de Rymer, qui suscitera l’admiration de Boulainvilliers790, lui permet de fonder son histoire sur "des actes authentiques des temps mêmes, et sur des originaux dignes de foi", préférant ainsi les documents officiels, exhumés des archives, aux témoignages forcément suspects des contemporains. Il rejette donc les écrits de ces historiens pour tous les événements antérieurs à 1485. Son étude repose ainsi sur une critique des documents officiels, sans pour autant tomber dans les excès du pyrrhonisme d’un Bayle ou d’un Leclerc, dont le scepticisme rendrait "inutile toute l’histoire des siècles passés"791. Lucide sur les difficultés d’une telle entreprise et conscient de l’impossibilité de parvenir à une "exacte neutralité"792, Rapin-Thoyras s’efforce de légitimer chacun de ses choix par une confrontation des thèses en présence.

  • 793 Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. clxxxii. Voir par exemple ses "Considérations sur les auteurs qui (...)

11Au-delà de la tension whig de l’ouvrage, chaque événement est ainsi mûrement analysé, disséqué, évitant une exposition trop tendancieuse des faits. Dans ce discours marqué par une certaine rationalité scientifique, l’invasion de l’île par Guillaume le Conquérant, la genèse du Parlement comme les innombrables querelles dynastiques, autant de faits qui donnèrent lieu en leur temps à de vives polémiques, sont soumis à l’analyse scrupuleuse de l’historien qui n’a qu’un objectif : "faire connaître la nature et l’origine du gouvernement anglais"793. Expression caractéristique de l’historiographie des Lumières, l’Histoire d’Angleterre est un monument d’érudition par l’utilisation d’une documentation jusque-là inconnue au service d’une réinterprétation du passé. S’il est en son temps l’un des meilleurs connaisseurs de l’histoire anglaise, il n’en reste pas moins prisonnier de ses a priori confessionnels et politiques.

12Cette méthode critique donne ainsi naissance à ce qu’il est possible de considérer comme la première histoire critique des institutions anglaises. Au même titre que l’histoire romaine ou l’époque franque, le passé anglais peut dès lors devenir un des cadres privilégiés de la réflexion institutionnelle. Supplantant définitivement les études du Père d’Orléans et d’Isaac Larrey, Rapin-Thoyras a su satisfaire la curiosité croissante pour les institutions anglaises, et offrir un terrain suffisamment stable sur lequel pourront naître de nombreuses conclusions. En cette première moitié du xviiième siècle, ce ne sont plus les "révolutions" ou l’instabilité politique endémique, qui suscitent des interrogations, comme celles du père d’Orléans au lendemain de la Glorieuse Révolution. Alors que l’Angleterre entre dans une ère de relative stabilité, ce sont les racines, les fondements de ce qui commence à apparaître comme un gouvernement libre aux yeux des contemporains qu’il s’agit d’expliquer.

-La whig history, ou la quête des antiques libertés

  • 794 Voir l’ouvrage classique de J. G. A. Pocock, The Ancient Constitution and the Feudal Law, Cambridge (...)
  • 795 J.W. Gough, L’idée de loi fondamentale, op. cit., p. 75 sq.
  • 796 J. Beauté, Sir Edward Coke (1552-1634), Paris, PUF, 1974, p. 63 sq ; F. Lessay, v° "Common Law", in (...)
  • 797 Dans son Treatise of Feuds and Tenures, Henry Spelman fut le principal théoricien de la féodalité a (...)

13Si les débats suscités par la Glorieuse Révolution résonnent encore dans les écrits de Rapin-Thoyras comme dans ceux de Larrey, la réflexion de ces deux historiens sur la constitution anglaise s’inscrit en fait dans la lignée des travaux des "antiquitaires" (antiquarians) des xvième et xviième siècles. Par une démarche historique, ces érudits menaient une quête inlassable d’une antique constitution originelle794. De telles études juridiques et philologiques portaient d’une part sur le caractère immémorial et rationnel du common law, à partir d’une exégèse souvent peu scrupuleuse des textes médiévaux et notamment de la Grande Charte, et d’autre part sur la nature de la féodalité anglo-normande. Cette dernière était interprétée soit comme l’importation d’un système juridique étranger, soit comme la simple mutation d’un système de relations personnelles existant depuis l’époque saxonne. Derrière cette impressionnante érudition se dissimulait la volonté de définir la nature et le contenu des "lois fondamentales" du royaume795. Les common lawyers comme Selden, Hale ou Petyt, héritiers de l’humanisme juridique du xvième siècle et des constructions théoriques du Chief of Justice Edward Coke, s’attachaient à démontrer le caractère an-historique et artificiel de la loi, expression d’une coutume immémoriale de la nation, qu’il appartenait au seul juge, et non au roi, de mettre en évidence. L’affirmation de la Court of Chancery, l’influence de la Star Chamber sur le droit national, les velléités de réformes de Francis Bacon, chancelier de Jacques Ier (codification des sources de droit, abandon du law french et des règles devenues archaïques du common law, notamment en matière contractuelle), étaient alors interprétées comme de dangereuses atteintes aux libertés anglaises. La prérogative royale devait rester soumise et encadrée par un double principe : le Parlement, dont il n’était, selon la théorie du gouvernement mixte, que l’une des composantes, et les juridictions de Common Law (opposées à celles de l’Equity), auxquelles il revenait en dernier lieu de dire (dicere) et non de faire (facere) le droit796. À l’inverse, les absolutistes défenseurs de la prérogative royale comme Dudgale (1605-1686) ou Brady, influencés par les travaux historiques de Spelman (1564-1641) sur la féodalité797, niaient l’existence même d’une constitution originelle par la critique de la notion de coutume. Dans cette perspective, le Parlement se trouvait cantonné dans une fonction de conseil. Loin d’être une institution saxonne, il n’était que le produit de la volonté royale, à laquelle il restait entièrement soumis.

  • 798 Nous reprenons les récentes conclusions de O. Tholozan, Henri de Boulainvilliers, Aixen-Provence, P (...)

14Si, au début du xviiième siècle, ces controverses perdent de leur intensité outre-Manche, Larrey et Rapin contribueront de façon essentielle à diffuser sur le continent une conception whig de la liberté par le recours au mythe germain. Ce mythe, intrinsèquement polyphonique, a déjà en France une longue histoire. Apparu au début du xvième siècle, il a d’abord servi à repenser les fondations sociales et politiques du royaume en se substituant progressivement à la légende troyenne. Déjà présent chez de Bèze et Hotman, le référent germain s’est ensuite chargé au cours des crises politiques du Grand siècle d’un contenu subversif, en permettant l’exaltation d’une monarchie tempérée par des assemblées réunies dès la première dynastie798. Les hommes du Refuge, hostiles à la politique religieuse de Louis XIV, avançaient l’exemple des plaids mérovingiens et carolingiens pour exiger la réunion des États généraux. Ce mythe n’en restait pas moins opératoire que pour la seule description du passé français, l’Angleterre n’ayant connu d’assemblées représentatives qu’à partir de la conquête normande. Avec Larrey et Rapin-Thoyras, le référent germain, qu’il soit franc ou saxon, prend alors une dimension européenne, valable pour appréhender les annales des royaumes de France et d’Angleterre.

15C’est à l’époque saxonne qu’il convient de rechercher les fondations de la liberté anglaise puisque là se trouve l’essence de la constitution, à savoir une monarchie tempérée par la participation d’une assemblée de la nation. Sur les ruines de l’empire romain, les peuples du Nord imposèrent à l’Europe entière une même forme de gouvernement. Assimilant les coutumes et des lois des Germains, décrites par Tacite, à celles des Saxons, Rapin-Thoyras loue cette heureuse forme de gouvernement, qui, au temps des sept royaumes (l’heptarchie), a su contenir l’autorité royale. Selon un postulat répété à satiété, il convient de rechercher dans les brumes des forêts de Germanie les racines de l’actuelle constitution. L’Angleterre apparaît ainsi comme une exception dans le paysage institutionnel européen :

  • 799 Rapin-Thoyras, Dissertation sur les Whigs, op. cit., p. 2. Les gouvernements "étaient les mêmes, à (...)

La différence qui se trouve présentement entre l’Angleterre et les autres États, à cet égard, vient de ce que les Anglais ont conservé la forme de leur gouvernement, depuis qu’ils se sont établis dans la Grande-Bretagne, au lieu que dans les autres pays, elle s’est perdue peu à peu ou extrêmement altérée799.

  • 800 Ibid., t. I, p. clxxxii.
  • 801 Ibid., t. I, p. clxxviii. L’existence d’une monarchie limitée en France se retrouve dans sa descrip (...)
  • 802 Rapin-Thoyras, Histoire d’Angleterre, Préface, p. clxxii-clxxiii.
  • 803 Hotman, Franco-Gallia, op. cit., Dédicace, non num.

16L’insularité et le "génie" du peuple anglais font de cette nation l’unique conservatoire des libertés saxonnes. L’attachement excessif des Anglais à leurs libertés a parfois été la cause de "mouvements violents dans le royaume", mais lui seul leur a permis de maintenir la forme première de leur gouvernement, et notamment leur Parlement800. Les Cortès d’Espagne, les diètes de l’Empire, et "les champs de mars, ou de mai appelés depuis États Généraux" en France ne sont plus que "des restes de cette ancienne forme de gouvernement que les nations du Nord avaient portée dans tous les pays où elles s’étaient établies"801. Un mouvement contraire anime donc l’histoire des monarchies continentales, caractérisé par l’affirmation irréversible de l’autorité royale, "privant peu à peu le peuple de ses libertés"802. L’Histoire d’Angleterre s’inscrit dans cette quête d’une mythique constitution, tout en expliquant comment cette forme de gouvernement s’est progressivement corrompue sur le continent, devenant comme une "musique désaccordée" selon l’heureuse expression d’Hotman803.

  • 804 Voir J. G. A., Pocock, The Ancient Constitution, op. cit., p. 70-90.

17Il existait quelques précédents à l’histoire comparée des institutions anglaises et françaises, lieu commun de la pensée politique d’outre-Manche depuis le xvème siècle804. En 1560, le chancelier Michel de l’Hospital rappelait déjà à ses contemporains l’origine des États généraux en évoquant l’Angleterre :

  • 805 Michel de l’Hospital, cité par S. Hanley, Le lit de Justice en France, Paris, Aubier, 1983, p. 145.

Il est certain que les anciens rois avaient coutume de tenir souvent les "états", qui étaient l’assemblée de tous leurs sujets, ou des députés par eux. Et n’est autre chose "tenir les états", que communiquer par le roi avec ses sujets, de ses plus grandes affaires, prendre leur avis et conseil… [Quand se tenaient les États] ceci était anciennement appelé tenir "le Parlement", et encore a retenu le nom en Angleterre et Écosse805.

  • 806 Bodin considérait les "états d’Angleterre" comme une assemblée chargée d’éclairer les décisions roy (...)
  • 807 Selon Bouchel, qui suit l’opinion émise par de L’Hospital, "Anciennement tenir le Parlement en Fran (...)
  • 808 P. Richelet, Dictionnaire françois, Genève, 1680, v° "Parlement" et Dictionnaire de l’Académie fran (...)
  • 809 Furetière, Dictionnaire, op. cit., v° "Parlement d’Angleterre".
  • 810 D’Aguesseau, Introduction sur les études propres à former un magistrat (1716), Œuvres, op. cit., t. (...)
  • 811 Voir C. Bruschi, "Henry-François d’Aguesseau, un juriste face au pouvoir", Actes du XII° colloque d (...)
  • 812 Boulainvilliers, Lettres historiques sur les anciens Parlements de France [1727], Londres, 1753, t. (...)

18Quelques années plus tard, cette opinion fut reprise par Bodin806, puis dans certains traités juridiques de la première moitié du xviième siècle, notamment la Bibliothèque ou Thresor du Droict françois de Bouchel. Chez ces auteurs, l’évocation de l’exemple du Parlement anglais ne signifie cependant en rien une participation des États au pouvoir législatif, mais une simple fonction de conseil auprès du monarque807. Les dictionnaires du Grand siècle se font alors l’écho de cette réalité historique, mais avec des nuances éloquentes. Si l’entrée "Parlement" du Dictionnaire françois de Richelet se garde d’évoquer la synonymie de ces institutions de part et d’autre de la Manche, le Dictionnaire de l’Académie française mentionne avec une parfaite neutralité cette "assemblée convoquée par ordre du roi d’Angleterre, et composée des Pairs ecclésiastiques et laïques, et des députés des provinces et des villes"808. À l’inverse, celui de Furetière ajoute dans sa notice qu’il "y avait autrefois en France des Parlements à peu près de cette nature"809. Cette affirmation se retrouve dans une brève allusion du chancelier d’Aguesseau aux "monarchies de l’Europe, [qui] ont toujours été tempérées", notamment "par un reste des anciennes mœurs des Germains et des Gaulois"810. Quand le chancelier maintient ses aspirations de réforme de l’État monarchique, notamment l’unification des sources du droit, dans un cadre absolutiste renouvelé811, l’un de ses contemporains, le comte de Boulainvilliers, tire de ce constat des conclusions autrement plus subversives. Dans ses Lettres historiques sur les Anciens Parlemens de France, il fait une brève allusion à l’Angleterre présentée comme le conservatoire des antiques libertés germaniques. Les peuples conquérants établirent dans toute l’Europe une forme de monarchie limitée par une "même institution [qui] se trouve partout, quoique sous des noms différents, comme ceux de Diètes en Allemagne et en Pologne, de Parlements en Angleterre, d’États en France"812. Face à l’affirmation d’un pouvoir royal "non borné" depuis le règne de Louis XI, le célèbre théoricien du mythe germanique tourne les yeux vers l’Angleterre pour affirmer :

  • 813 Ibid., t. III, p. 160-161. Sur ce point, voir O. Tholozan, op. cit., p. 90-106.

Il ne peut y avoir de sûreté pour les peuples que dans les États gouvernés sur les modèles donnés par les anciens destructeurs de l’Empire romain dont il ne reste plus de trace qu’en Angleterre813.

-Les libertés saxonnes

  • 814 B. Cottret, Bolingbroke, op. cit., p. 344.
  • 815 G. Burgess, op. cit., p. 61.

19En s’attachant à démontrer les racines saxonnes de la liberté anglaise, Larrey et surtout Rapin-Thoyras marquent un tournant dans l’étude comparée de l’Angleterre et des autres monarchies européennes. Pendant tout le xviième siècle, surtout après 1649, l’Angleterre paraissait différente, anormale, au sens premier du terme, séparée non seulement par les flots agités de la Manche, mais aussi par les troubles qui avaient jalonné son histoire. Par le recours au récit fondateur des invasions saxonnes du vème siècle, l’Angleterre devient la norme, le point de référence d’une forme idéale et idéalisée de gouvernement. L’insularité, considérée jusque-là comme un bouclier, un rempart contre la possible contagion des "émotions" anglaises, prend une autre signification. Parée de nouvelles vertus, elle a contribué au maintien d’une forme monarchique jadis commune à toutes les nations européennes. En niant le poids de l’histoire, faisant fi de toute mutation institutionnelle, le référent saxon permet à l’Angleterre de "réintégr[er] le tronc commun de l’histoire européenne"814. Faire remonter l’actuelle constitution à la conquête saxonne présente d’ailleurs d’un point de vue théorique l’avantage de ne pas introduire un "law giver" extérieur et supérieur aux institutions elles-mêmes. Contrairement à l’historiographie absolutiste du xviième siècle, qui confère un rôle central à Guillaume Ier, fondateur de la monarchie anglaise, les thèses ici avancées permettent d’affirmer que la constitution procède d’un peuple, qui dès sa naissance, manifestait son attachement à la liberté815.

  • 816 Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. 491-553.

20Rapin-Thoyras s’attarde longuement sur cette antique monarchie, dans une très riche Dissertation sur le gouvernement, les lois, les Mœurs, les coutumes et la langue des Anglo-Saxons816. La conquête saxonne entraîna l’établissement d’une monarchie tempérée d’aristocratie. Pour assurer l’union du roi avec son peuple, il fut en effet nécessaire d’établir "une voie de communication entre eux" par le Witena-Gemot, ou "assemblée des sages", identique à celle réunie en Germanie, mais aux prérogatives plus limitées.

  • 817 Ibid., Préface, p. clxxv. Le terme de Witena-Gemot, absent des textes de l’époque, fut forgé au xiè (...)

Il y eut quelque changement à faire, pour la raison qu’en Allemagne, les Saxons n’avaient point de roi : c’était dans l’assemblée générale que résidait la souveraineté ; au lieu qu’en Angleterre, les chefs saxons qui firent la conquête, y prirent le titre de roi817.

  • 818 Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. 524-525.
  • 819 Ibid., t. I, p. 319-320.
  • 820 Ibid., Préface, p. clxxxix.
  • 821 Mézeray, Histoire de France (1643-1651), Paris, 1685, t. II, p. 313 et t. I, p. 196.
  • 822 Mézeray fut le précurseur de l’idée d’un consentement a posteriori donné par les Francs en 987, ce (...)

21Dès l’origine, il fut admis que le roi ne pourrait changer ou altérer les lois établies sans l’approbation de ses sujets, ni lever taxes et impôts, qu’avec le consentement d’une assemblée818. Le règne d’Alfred le Grand permet à Rapin-Thoyras de préciser l’organisation constitutionnelle du royaume, en évoquant l’existence de trois conseils. Le premier réunissait un petit nombre de personnes "dans l’estime et la faveur du Roi". Plus élargi, le second regroupait les principaux dignitaires du royaume selon le bon vouloir du monarque (évêques, comtes et vicomtes, juges, présidents de provinces). Dans le troisième conseil, appelé "Assemblée Générale de la Nation", le critère de participation était déterminé "indépendamment de la volonté royale". Certains sujets possédaient le droit d’y assister en fonction de leur seule qualité et leur seule charge. Rapin-Thoyras se laisse emporter par son imagination lorsqu’il conclut : "On voit dans ses trois conseils l’origine du Conseil Secret, du Conseil Privé, aussi bien que l’ancienneté des Parlements"819. En cela, il fait figure d’héritier direct de l’idéologie whig. Ses conclusions peuvent cependant également s’inspirer de la grande Histoire de France de Mézeray, dont il n’a de cesse de vanter les mérites820. Selon l’historiographe de Louis XIV, le Parlement était, sous la dynastie mérovingienne, "une assemblée de seigneurs pour résoudre des grandes affaires et du gouvernement de l’État que les rois assignaient, où à leur défaut les Grands, qui unanimement tempéraient par une autorité publique la violence de leurs princes et modéraient l’insolence du peuple". L’une des définitions de la loi salique entendue comme "toutes sortes de lois faites par les anciens Français dans les assemblées de leurs États ou Parlements"821, n’était d’ailleurs en rien contradictoire avec les aspirations politiques de Rapin-Thoyras. De même, il ne pouvait qu’agréer quand Mézeray affirmait que le consentement des francs avait couvert l’usurpation du premier des Capétiens en 987822. Si, sans embrasser ses conclusions, il se montre déférent envers l’école historique du Grand siècle, il sait faire preuve d’originalité face à la tradition historiographique whig.

-Rapin-Thoyras : un whig hétérodoxe

  • 823 R. Minuti (op. cit., p. 107) considère à juste titre que Rapin illustre une "crise" de l’historiogr (...)
  • 824 Larrey reprend les conclusions de Tyrrell pour affirmer que le couronnement de Guillaume s’est fait (...)
  • 825 En s’appuyant sur l’historien absolutiste Brady, Rapin-Thoyras considère que le Domesday Book est l (...)
  • 826 Cette charte est restée célèbre pour avoir rétablie "la loi du roi Edouard [le Confesseur]", permet (...)
  • 827 Rapin-Thoyras, op. cit., t. II, p. 86-87. La Charte de 1215 est reproduit p. 363 sq.

22Tout en reconnaissant une communauté de principes entre le gouvernement des Saxons et celui de l’actuelle Angleterre, le prudent historien se montre fort scrupuleux pour embrasser l’orthodoxie whig823. Parfaitement au fait des polémiques du temps de Jacques Ier et de son fils, il n’hésite pas à mettre à mal certaines approximations alors avancées pour défendre la cause du Parlement. Son interprétation de la conquête normande, plus nuancée que celle de Larrey824, illustre la remise en question des canons historiques whigs825. De façon plus surprenante, l’épisode de la Grande Charte donne aussi lieu à une analyse pour le moins circonspecte. Au terme du conflit avec ses barons, Jean sans Terre fut obligé de concéder à Runnymède une charte, "bien plus ample et plus avantageuse aux sujets", que celle concédée par Henri Ier en 1100826. Par cette charte, les barons "bridèrent tellement le pouvoir du roi, qu’ils le mirent à peu près au même état où il était sous les Saxons avant la Conquête"827. Si l’ancienne constitution se voit ainsi rétablie, Rapin Thoyras n’en porte pas moins un jugement nuancé :

  • 828 Rapin-Thoyras, Dissertation sur les Whigs et les Torys, op. cit., p. 13-14.

Cette concession qui paraissait si défectueuse dans son origine, puisqu’elle était manifestement extorquée, changea de nature, par la fermeté des Anglais, et acquit une autorité incontestable, quoiqu’elle eût pu être disputée au commencement828.

  • 829 Après être tombée dans un relatif oubli sous les Tudor, la Grande Charte fut remise à l’honneur par (...)
  • 830 Il critique ainsi Bignon qui fait de la loi salique une loi naturelle et le Père Daniel qui considè (...)
  • 831 Ibid., t. II, p. 348.

23"Concession défectueuse", les termes sont essentiels. Rapin-Thoyras prend ici ses distances avec la lecture proposée par Coke un siècle plus tôt. L’illustre Chief Justice avait conféré à ce texte l’aura qu’il allait avoir chez les parlementaires anglais, en l’interprétant comme une simple "confirmation" des antiques libertés nationales d’abord par Jean sans Terre, puis par ses successeurs jusqu’au xvème siècle829. Bien différente est l’opinion de l’historien protestant. Seules les années ont pu laver cet acte de ses irrégularités originelles et lui conférer sa légitimité. Les principes de la continuité et du caractère immémorial de la coutume, tant prisés par les juristes de common law, sont écornés au profit de celui tout aussi efficace de la prescription. Cette prudence critique peut être illustrée par un parallèle entre les chartes de 1100 et de 1215 avec la loi salique, trois textes auxquels le temps a conféré leur valeur juridique absolue. De même que la loi salique, aujourd’hui loi fondamentale "juste et certaine", était à l’origine "douteuse"830, les chartes, initialement usurpées, sont devenues avec le temps "le principal fondement du droit des sujets"831.

  • 832 Préférant fonder ses réflexions sur des "faits", plutôt que sur des "raisonnements", Rapin-Thoyras (...)
  • 833 Ibid., t. I, p. clxxv.
  • 834 Selon les juristes "antiquitaires" du xviième siècle, l’ancient constitution repose sur la coutume (...)
  • 835 S’appuyant sur les témoignages de Tacite et de César, Sidney avait loué le gouvernement saxon, mona (...)
  • 836 Rapin-Thoyras, op. cit., Préface, p. clxxiii.
  • 837 Larrey, "Dissertation sur l’origine des Parlemens", Histoire d’Angleterre, t. I, p. 6.
  • 838 Ibid., p. 3. Il invoque même le Discours sur l’Histoire universelle (III, 6, Paris, Gallimard, "La (...)

24Si l’essence de la constitution anglaise est saxonne, Rapin s’attache ainsi à en montrer ses évolutions et ses altérations. Loin de plier une réalité historique, qu’il sait obscure et complexe, à des partis pris théoriques trop évidents, il préfère démontrer le caractère infondé des théories défendues tant par les défenseurs de la prérogative royale, que par les parlementaires, plutôt que d’avancer ses propres certitudes832. Dans l’équilibre nécessaire entre les prérogatives du monarque et les libertés des sujets, l’histoire prouve que le peuple a parfois tenté de "dépouiller les rois de leurs justes prérogatives"833. Loin de transposer dans l’histoire des théories contractuelles avancées au cours de la crise de l’Exclusion ou en 1688, l’Histoire d’Angleterre s’inscrit dans la tradition de Coke ou de Selden, qui pensent la constitution anglaise en termes de "continuité", d’"immémorialité"834, sans pour autant tomber dans leur téléologisme, qui serait contradictoire avec la méthode critique ici revendiquée. C’est d’ailleurs au De Republica Anglorum de Smith, et non aux Discours de Sidney835, que Rapin-Thoyras renvoie le lecteur qui voudrait "entrer dans un plus grand détail" sur la nature des institutions anglaises836. Cette utilisation toute relative des thèses saxonnes viserait donc moins à légitimer, comme au temps des guerres civiles, les prétentions les plus radicales des parlementaires, souvent regardées avec une certaine méfiance, qu’à pourfendre la montée de ce qu’il appelle le "despotisme" ou la "tyrannie", caractéristique des autres monarchies européennes, et notamment de la France. Il n’aurait sans doute cette fois pas contesté les conclusions d’Isaac Larrey, qui, lecteur d’Hotman et de Tyrrell, avait considéré le règne de Louis XI comme le seuil de la ruine des assemblées représentatives européennes837. Alors, "le despotisme l’emporta et la France perdit la liberté"838. À travers la question de la genèse du parlement, Rapin-Thoyras illustrera plus encore son approche originale de l’histoire anglaise.

§ 2 -La genèse du Parlement, ou une réalité historique à l’épreuve d’un principe théorique

-La redéfinition des termes du débat

  • 839 Saint-Evremond, Des Belles Lettres et de la jurisprudence, Les véritables œuvres, op. cit., t. II, (...)

25"Il serait ridicule de vouloir écrire [l’histoire] d’Angleterre, sans savoir les affaires du Parlement et être bien instruit des différentes religions de ce royaume", affirmait le libertin Saint-Évremond depuis son exil londonien839. C’est assurément à Rapin-Thoyras que revient l’honneur de s’être attelé le premier à une telle entreprise. La question de l’origine des assemblées représentatives de la nation était d’ailleurs présente dans les esprits quand, par exemple, un certain Duval affirme en 1725 :

  • 840 [Duval], Lettres curieuses sur divers sujets, Paris, 1725, t. I, lettre xlvi, p. 210.

La création des Parlements d’Angleterre, si nous voulons avoir recours à leur première origine, demeure ensevelie sous les ruines d’une histoire peu éclairée, telle qu’est celle des anciens Bretons, des Danois, des Saxons ; il y a plusieurs de ces assemblées nationales lorsque quelques Grands le requerraient ; ainsi, il faut attribuer au bien de l’État la création des Parlements840.

  • 841 Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. 495.

26Si la participation de la nation à l’exercice de la puissance législative est un principe constitutionnel constant, Rapin-Thoyras refuse de l’appliquer à une réalité historique qu’il sait plus complexe. Le Witena-Gemot saxon fut certes la matrice de l’actuel Parlement, puisque Rapin considère comme certain la participation des sujets au "pouvoir législatif"841, mais il limite cette participation aux seuls grands.

  • 842 Ibid., t. VIII, p. 194-195.

Il est très vraisemblable, pour ne pas dire certain, que le Parlement d’Angleterre est aussi ancien que la monarchie, quoique que quelques-uns le contestent ; mais à mon avis sans beaucoup de fondement. (…) Mais il est très difficile de prouver que les Communes fussent appelées au Parlement, et y eussent voix délibératives842.

27À l’inverse, son coreligionnaire Issac Larrey s’inscrit dans le whiggisme le plus orthodoxe en affirmant :

  • 843 Larrey, Histoire d’Angleterre, op. cit., t. I, p. 33. Citant de Tyrrell, il refuse de limiter la pa (...)

Les états ou parlements se sont assemblés dès le commencement de la monarchie, et ils n’étaient pas seulement composés des Pairs ecclésiastiques et laïques, qui forment aujourd’hui la chambre haute, mais aussi des Communes ; c’est-à-dire des magistrats et des notables, députés tant des villes, que des propriétaires des terres en franc-alleu ; et tels sont les membres de la chambre basse843.

  • 844 L’utilisation du terme de "procuratores" dans certains actes royaux du xème siècle prouverait la pa (...)
  • 845 D’une part, aucun témoignage contemporain ne distingue clairement les Communes de la noblesse. D’au (...)
  • 846 Il ne s’attarde guère sur la question de l’origine des fiefs, matière qu’il juge "trop vaste" et re (...)
  • 847 Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. 504. Sur la transformation du thane, entendu au viième siècle com (...)
  • 848 Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. 521. Il n’est ainsi pas possible de suivre H. Trévor-Roper, qui c (...)

28Pour Rapin-Thoyras, assimiler la forme du Witena-Gemot à celle de l’actuel Parlement n’est pas un principe politique choquant, mais historiquement douteux. Sa Dissertation sur le gouvernement des Saxons rapporte avec soin les arguments alors avancés pour justifier844 ou réfuter845 la participation du peuple dans les anciennes assemblées. Afin d’en préciser la composition, Rapin s’inspire des Titles of Honors de Selden pour définir la structuration de la société saxonne dans laquelle il projette une hiérarchie féodale encore absente846. Pour l’historien, la société était alors divisée en trois ordres : les esclaves, les hommes libres ou coerles et les thanes. Les thanes étaient eux-mêmes divisés en trois groupes. Les thanes du roi, futurs pairs du royaume, tenaient des grands domaines relevant directement de la Couronne ; les middle thanes, qui ne tenaient eux que de petites terres inféodées par le roi ou les barons, et enfin les "vavasseurs", soumis à l’autorité des thanes de second rang847. Parmi ces hommes insérés dans la pyramide féodale, seuls les thanes du roi assistaient de façon certaine au Witena-Gemot. Les preuves avancées quant à la participation des autres groupes lui semblant manquer de solidité, l’historien sceptique conclut simplement "le lecteur pourra maintenant former son jugement sur ce qui a été dit"848. Dans le même temps, parfaitement conscient de la portée d’une telle affirmation, il s’empresse de préciser, à l’intention de certains lecteurs malintentionnés qui pourraient faire un usage détourné de ses remarques :

  • 849 Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. 512.

Il y a des gens qui croient que le Witena-Gemot, ou le Parlement, est moins ancien en Angleterre que la royauté, et qu’il doit son origine à la condescendance des rois. Ils prétendent que les souverains ayant volontairement assemblé, de temps en temps, les principaux de la nation pour les consulter sur des affaires importantes, cela s’est enfin tourné en coutume ; que dans la suite, le peuple s’étant servi de certaines occasions favorables, a fait regarder comme un privilège, le droit d’avoir un parlement, quoiqu’au commencement, il dépendît absolument du roi de le consulter, ou d’agir sans lui849.

  • 850 Sur cette épineuse question de la genèse et de la nature du parlement à l’époque médiévale, voir Ch (...)
  • 851 Voir F. Dumont, Cours d’histoire comparative des institutions de l’Europe, Les cours de droit, Pari (...)
  • 852 Après la mort de Guillaume II le Roux, Henri Ier parvint sur le trône grâce au soutien d’une assemb (...)
  • 853 Ibid., t. II, p. 102-103.
  • 854 Ibid., t. II, p. 498. G. I. Langmuir a montré que le terme parlamentum employé à l’origine à propos (...)
  • 855 Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. clxxviii et t. II, p. 498. Retenir 1265 est lourd de conséquence (...)
  • 856 Ibid., t. III, p. 2.
  • 857 L’érudit Robert Brady avait défendu la thèse de la légitimité militaire de Guillaume le Conquérant (...)

29À l’époque féodale, le concilium magnatum ou Commun Conseil demeure une assemblée aristocratique, occasionnellement plus représentative, comme en 1295, 1300 et 1305, lorsqu’elle admet en son sein des députés des villes et des comtés. D’abord cour de justice comme dans le royaume de France, elle n’affermit sa compétence politique, notamment en matière législative et fiscale, que dans le cours du xvème siècle850. Aujourd’hui, les historiens semblent avoir renoncé à la quête d’une illusoire première assemblée de ce qui constituera par la suite la chambre des Communes. À cette recherche forcément infructueuse, est préférée une réflexion sur les modalités de transition entre une participation de nature féodale, liée à l’obligation de conseil, et une représentation de la communauté politique du royaume851. Héritier d’une longue tradition historique, Rapin-Thoyras n’a pas pleinement renoncé à ce projet de dater le passage d’une assemblée aristocratique à une assemblée aristo-démocratique. Il exclut ainsi la participation des Communes lors de "l’élection" d’Henri Ier en 1100852 puis à l’Assemblée générale de Salisbury en 1116853. Les Provisions d’Oxford de 1258 retiennent son attention, puisque douze députés participaient au "parlement", terme pour la première fois employé pour désigner le Commun Conseil854. Son choix s’arrête à la date de 1265. Au cours de cette période de guerres civiles, le comte de Leicester, fils de Simon de Montfort, se porta à la tête des barons révoltés, prit les armes contre les troupes royales, fit prisonnier le roi et son fils à la suite de la bataille de Lewes, et institua un protectorat. En janvier 1265, il réunit une assemblée, où, avec les grands laïcs et ecclésiastiques, figurèrent deux chevaliers élus par chacun des comtés, ainsi que deux bourgeois représentant certaines villes du royaume855. Après les heurts du règne d’Henri III, Rapin-Thoyras précise que le roi Edouard Ier fut "la première autorité légitime"856 à convoquer en 1272 dans une même assemblée les seigneurs spirituels et temporels, ainsi que les députés de chaque province. Il prend ainsi ses distances avec les canons whigs, pour suivre sur ce point les conclusions de Robert Brady, défenseur notoire des prétentions absolutistes des Stuarts, qui suscita un vaste émoi dans les milieux parlementaires à la suite de la publication en 1685 de sa Complete History of England857.

  • 858 Rapin-Thoyras, op. cit., t. III, p. 90.
  • 859 B. Wilkinson, Constitutional History of England in the Fifteenth Century, London, 1964, p. 280 et 2 (...)

30Cette quête obsessionnelle de la première participation des représentants du peuple au Parlement n’efface pas pour autant l’idée de continuité qui caractérise l’histoire d’Angleterre. La composition de cette assemblée a certes changé à partir de 1265, mais elle n’a en rien entraîné de modification de ses attributions et par là même la nature première de la constitution. Cette idée est illustrée par le fait que Edouard Ier a reconnu dans une confirmation de la Grande charte le droit des Communes à consentir à l’impôt858. Prisonnier de cette représentation, Rapin-Thoyras occulte le passage chaotique du King’s Parliament de l’époque médiévale au King in Parliament. En effet, la participation régulière des Communes à la législation ne fut véritablement établie que sous la dynastie des Lancastre. Sous Henri V, fut pour la première fois établie la règle selon laquelle le roi ne pourrait promulguer un statut directement opposé aux pétitions présentées aux Communes859.

-Le temps de la controverse

  • 860 Rapin-Thoyras, op. cit., t. II, p. 526.

Qu’on se déchaîne tant qu’on voudra contre le comte de Leicester, qu’on le traître d’impie et de scélérat, pour avoir osé prendre les armes contre son souverain : du moins on ne saurait disconvenir que son ambition n’ait produit d’heureux effets pour toute la nation anglaise860.

  • 861 Lenglet-Dufresnoy, Méthode pour étudier l’histoire, op. cit., t. I, p. 80.
  • 862 Le Gendre de Saint-Aubin, Traité, op. cit., t. IV, p. 209-210.

31La lecture novatrice des mutations des assemblées de la nation par Rapin-Thoyras a suscité des analyses qui illustrent la fluidité du référent saxon. Ainsi, Lenglet-Dufresnoy recourt à un psychologisme sommaire pour expliquer la désuétude des assemblées représentatives en France, autrefois "en usage, mais heureusement ces temps sont changés". Le caractère "bouillant" du Français explique la nécessité d’un pouvoir monarchique non-partagé, alors que la nature "toujours soupçonneuse" des Anglais serait elle à l’origine de la permanence des assemblées de la nation861. Plus nuancée est l’opinion du marquis de Saint-Aubin, qui reprend à son compte les deux postulats historiques avancés dans l’Histoire d’Angleterre, conjugués avec des arguments tirés des Six livres de la république de Bodin. Les assemblées sont nées avec les invasions barbares qui ont imposé une même forme de gouvernement représentatif. À cette époque, seuls les grands, et non le peuple, "tempéraient l’autorité royale, sans pour autant la partager", en manifestant leur consentement à l’impôt, ce dernier point ayant déjà été avancé par Bodin deux siècles plus tôt. De même, il s’accorde à retenir la date de 1265 comme première participation des députés des villes au Parlement. Mais il nuance l’opinion de Rapin-Thoyras en insistant sur l’évolution divergente des monarchies européennes au sortir du Moyen Age. Alors qu’en France comme en Espagne, les États généraux et les Cortès se limitèrent à leur seule fonction de conseil, les diètes de l’Empire s’emparèrent "de la moitié" de l’autorité royale, quand les Parlements d’Angleterre en envahirent "les trois quarts" au cours des guerres civiles862.

  • 863 En 1264, le comte de Leicester fut ainsi le "restaurateur de la liberté, des droits et des privilèg (...)
  • 864 Saint-Marc, op. cit., p. lxxv. Outre cette pièce, reproduite en français et latin (p. cxxii-cxliii) (...)
  • 865 C. C. Weston, "L’Angleterre …", op. cit., p. 356-358.

32Toute autre est l’opinion avancée par Saint-Marc dans les Observations sur le Parlement d’Angleterre, dissertation très documentée insérée dans l’édition de 1748 de la somme de Rapin-Thoyras. Grand lecteur des historiens du droit anglais du xviième siècle, il cherche à démontrer, de façon laborieuse, la participation ininterrompue des députés du peuple aux assemblées de la nation, et ainsi à réfuter "la fable de l’origine du Parlement" apparaissant en 1265863. Depuis l’époque saxonne, deux "états" composaient les assemblées : les grands vassaux laïcs et ecclésiastiques et les députés des Communes. Trois arguments sont avancés. Le premier se fonde sur l’exploitation d’une pièce originale, le Modus tenendi Parlamentum, texte remontant au xième siècle, sous le règne heureux d’Edouard le Confesseur. Ce document, qu’il considère comme une preuve irréfutable, établirait que "les comtés jouissaient du droit d’envoyer au Parlement deux chevaliers (milites), de même que les cités deux citoyens (cives), et les bourgs, deux bourgeois"864. En réalité, ce texte n’est qu’un apocryphe du xvème siècle. Exhumé par Coke et Lambarde, puis largement diffusé dans les milieux parlementaires au cours des guerres civiles, il relate avec minutie la procédure parlementaire tout en majorant le rôle des Communes865.

  • 866 Saint-Marc, Observations sur le Parlement d’Angleterre, op. cit., p. xcvi. De cette promesse, il pe (...)
  • 867 Ibid., p. xcvi.
  • 868 Ibid.

33Le deuxième argument est celui de la continuité. Le règne de Guillaume le Conquérant n’a pas marqué une mise en sommeil des assemblées car son accession au trône ne résulte pas, en dépit de son titre, d’un droit de conquête, mais d’une "simple promesse verbale"866 faite par Edouard Ier sur son lit de mort. Mais les batailles de Fulford, de Stamford Bridge puis d’Hastings l’obligent à préciser son analyse. Ainsi, Guillaume "avait acquis la couronne sur Harold par le droit de guerre ; mais il n’avait pas conquis la nation, qui l’avait reconnu volontairement pour roi comme donataire d’Edouard"867. La période normande ne constitue donc pas une parenthèse dans l’histoire anglaise, puisque Guillaume Ier, légataire d’Edouard Ier, "reconnut solennellement et dans plus d’une occasion les titres de la nation anglaise". Lors de son couronnement, il prêta serment d’observer "les anciennes lois et réellement il les observa en quelques points". Si par la suite, la nation se souleva contre son prince, ce n’est pas en vertu de l’illégitimité de son titre de roi acquis par l’"envahissement de l’Angleterre", mais pour protester contre "l’envahissement de ses droits qui ne se prescrivent point"868.

  • 869 Ibid., t. I, p. xcxvi-xcxvii. La formule de l’article 14 de la Grande charte de 1215, supprimée dan (...)

34Enfin, le dernier temps de l’argumentation de Saint-Marc, consiste en une interprétation de la Grande charte en tout point conforme à celle défendue par les common lawyers depuis deux siècles. Le texte de 1215 prouverait que "l’ancienneté des droits des Communes était alors pleinement reconnue en Angleterre", puisque son article 14 confirme le principe du consentement à impôt, et l’article 18 mentionne la procédure de convocation d’une "assemblée générale"869. Il conclut alors sa démonstration en ces termes :

  • 870 Saint-Marc, op. cit., t. I, p. cxxi.

La puissance législative d’un Parlement composé des Barons et des Communes, égales à l’ancienneté de la monarchie, est le flambeau qui doit porter le jour dans les ténèbres des révolutions continuelles que cette histoire [d’Angleterre] nous offre. Sans cette lumière, on n’y voit partout qu’une suite d’attentats horribles. À la faveur de cette lumière, on voit partout un peuple jaloux de ses libertés, qui sacrifie tout à leur conservation870.

35Tout en suivant la plupart des conclusions des partisans de la prérogative royale comme Dudgale ou Brady dans son historique des Communes, Rapin-Thoyras a su les délester de toute tension absolutiste, pour les inscrire dans une défense de la Glorieuse Révolution.

§ 3 -Du despotisme des Stuarts à la "Restauration" de 1688 : les deux visages de Rapin-Thoyras

-La critique du despotisme des Stuarts

  • 871 Rapin-Thoyras, op. cit., t. VII, p. 524-528. Pour un état des lieux de l’historiographie anglaise s (...)
  • 872 Voir J. R. Tanner, English Constitutional Conflicts of the Seventeenth Century, Cambridge U.P., 196 (...)
  • 873 Rapin-Thoyras, op. cit., t. VIII, p. 65. Sur Cowell, titulaire de la chaire royale de droit civil à (...)

36Au glorieux règne d’Elisabeth succède, avec l’accession de Jacques VI d’Écosse au trône d’Angleterre en 1603 une période de troubles et de guerres civiles jusqu’en 1688871. À la différence de ses prédécesseurs huguenots qui limitaient pour d’évidentes raisons religieuses leurs critiques aux derniers Stuarts, Charles II et Jacques II, suspectés de sympathies romaines, Rapin-Thoyras, le premier sans doute à son époque, englobe dans une même condamnation les quatre monarques de cette dynastie. Sans chercher à préciser la singularité de chacun de ces règnes872, le seul nom de Stuart suffit à emporter la condamnation. L’introduction par Jacques Ier et ses descendants de principes étrangers à la tradition monarchique en Angleterre aurait bouleversé l’équilibre institutionnel et ouvert une ère de révolutions. Ainsi, les thèses absolutistes nourries de droit romain développées dans l’Interpreter (1607) de John Cowell suscitent une sévère critique : "On n’avait jamais débité de pareilles maximes en Angleterre, excepté peut-être dans les dernières années du règne de Richard II"873. À l’orée du xviième siècle s’établirent de nouveaux principes,

  • 874 Rapin-Thoyras, op. cit., t. VIII, p. 372.

qui étant une fois admis, devaient, par des conséquences nécessaires, revêtir le souverain d’une autorité illimitée. Tout ce qui s’était dit de plus fort par les partisans les plus outrés du pouvoir absolu des souverains, [Jacques Ier] s’appliquait, sans hésiter aux rois d’Angleterre ; sans jamais examiner si le pouvoir d’un roi pouvait recouvrir divers degrés, selon les divers États, ou selon la constitution du gouvernement dont il était le chef874.

  • 875 Ibid., t. VIII, p. 370.
  • 876 Ibid., t. X, p. 470.
  • 877 Ibid., t. X, p. 185.

37Initié en 1603, ce phénomène s’amplifia sous Charles Ier, qui voulait "porter l’autorité royale beaucoup plus loin que ne l’avait fait son père"875, entraînant par là même sa chute. Après l’interrègne de Cromwell, l’alliance des épiscopaliens et des presbytériens, conjuguée aux manœuvres du général Monk permirent le retour de Charles II de son exil en Hollande, mais très vite celui-ci "allait ruiner la liberté et la religion des Anglais, ouvrage que Jacques II son frère aurait achevé, si, par une révolution des plus merveilleuses, Dieu n’eût soufflé sur ces projets"876. Au-delà de ce providentialisme superficiel, les derniers livres de l’Histoire d’Angleterre, composés dans la hâte et publiés de façon posthume, constituent une sombre litanie des atteintes répétées du roi aux droits et libertés des Anglais. Rapin-Thoyras ne réserve cependant pas ses critiques à l’autorité royale, accusant les députés siégeant au Long Parliament de mai 1661 à janvier 1679 d’avoir alors été totalement "dévoués au roi et à la prérogative royale"877.

  • 878 Ibid., t. X, p. 589.

38L’arrivée de Jacques II sur le trône en 1685, amène alors Rapin-Thoyras à sortir de sa réserve. L’historien scrupuleux cède le pas au polémiste, la critique l’emporte désormais sur l’analyse. Le discours devient manichéen, obéissant à une parfaite distribution des rôles : d’un côté les parlementaires composés de whigs et d’une minorité de torys, presbytériens ou anglicans, soucieux de défendre les droits du peuple et de l’Église établie ; de l’autre le roi, entouré de perfides conseillers et de son épouse catholique qui, soutenu et pensionné par Louis XIV tente d’"établir un gouvernement arbitraire et [de] détruire la religion protestante"878 en invoquant le dogme de l’obéissance passive. La suspension de l’acte du Test constitue la manifestation symbolique des prétentions absolutistes de Jacques II, un monarque ne pouvant selon Rapin-Thoyras être au dessus des lois. L’antipapisme vient alimenter la critique des velléités absolutistes du monarque.

  • 879 Ibid., t. X, p. 44.

Ces deux projets ne pouvaient que marcher d’un pas égal. Car le roi étant catholique, son but principal, en se rendant absolu, était de changer la religion du royaume, et d’un autre côté, il ne pouvait introduire la religion catholique qu’en se mettant au dessus des lois879.

  • 880 Ibid., t. X, p. 400-434 (affaire Titus Oates) et p. 640-655 (naissance de Jacques III). Sur ces deu (...)

39Cette lecture confessionnelle des prétentions des Stuarts doit être dépassée. Contrairement à ses coreligionnaires, Rapin-Thoyras refuse de souscrire aux principales thèses de la propagande émanant de l’entourage de Guillaume d’Orange. Il rejette l’hypothèse d’une conspiration catholique "dénoncée" par Titus Oates en 1679. Plus éclairante encore est son analyse circonstanciée du contexte trouble entourant la naissance de l’enfant royal. Loin d’y voir une manœuvre des Jésuites, comme cela était souvent avancé par les partisans de Guillaume d’Orange, il regrette seulement que Jacques II ait offert des arguments à ceux qui contestaient la légitimité de celui qui devra alors se contenter du titre de Prétendant en exil880.

40Cette relative prudence dans la narration des événements qui précipitèrent la chute de Jacques II se retrouve dans son argumentation de la Glorieuse révolution.

-Une Glorieuse révolution ou une "Glorieuse restauration"

  • 881 Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. clxxxiiii.
  • 882 Ibid., t. X, p. 188.

41Les crises politiques du xviième siècle permettent à Rapin-Thoyras d’illustrer sa conception générale de la constitution anglaise : un équilibre juste et nécessaire entre les prérogatives du roi et celles du Parlement, équilibre atteint au cours du règne d’Henri V ou de celui d’Elisabeth. Dès lors qu’une des deux parties porte atteinte à cet équilibre, le désordre, synonyme d’anarchie ou de tyrannie, s’installe. Ce schéma le conduit à critiquer avec une même vigueur les partisans des Stuarts, qui voulaient "revêtir le roi d’un pouvoir absolu et arbitraire", comme ceux qui souhaitaient "non seulement ôter [au roi] ses plus justes prérogatives, mais même le faire regarder comme simple serviteur de la nation, et dépendant du Parlement"881. La thèse de la souveraineté du peuple avancée lors des débats au Parlement en 1640 comme celle de la souveraineté royale défendue par Jacques Ier et ses descendants eurent ainsi tous deux de funestes conséquences882.

  • 883 "Il est vrai qu’on ignore le détail de la convention qui peut avoir été faite sur ce sujet, entre l (...)
  • 884 "C’est une chose impossible en Angleterre que de marquer le degré d’obéissance que le peuple doit a (...)
  • 885 "Le roi et le peuple ne font qu’un même corps dont le roi est la tête" (ibid., t. I, p. clxxii-clxx (...)
  • 886 Ibid., t. I, p. 485.

42Dès lors, la Glorieuse révolution ne s’apparente pas, comme sous la plume de nombre de ses coreligionnaires, à la rupture d’un contrat entre le roi et le peuple. Historiquement, cette idée d’un contrat de gouvernement n’est envisagée qu’avec la plus grande prudence, lorsque Hengist, général saxon, fut le premier au vème siècle à être revêtu du titre de roi avec le consentement de ses sujets883. Le droit de résistance ne suscite par ailleurs que des réflexions circonspectes884. Étranger à toute perspective contractuelle, ce représentant tardif de la pensée du Refuge demeure, en digne héritier de Thomas Smith, dans une conception organiciste du pouvoir, illustrée par le recours à la traditionnelle métaphore corporelle pour décrire les relations entre le roi et ses sujets885. Le Grand Sceau d’Angleterre apparaît comme le symbole de cette union. Il n’est pas le sceau du roi en particulier, mais le sceau du royaume, de ce "corps composé du roi qui en est la tête et des sujets les membres", confié au roi "en qualité du plus noble des membres de corps, considéré comme étant uni avec les autres membres, et non pas séparé"886.

  • 887 Ibid., t. XI, p. 15. L’History of England d’Echard (1670-1730), est un bon exemple de l’historiogra (...)

43D’ailleurs, ce n’est l’autorité ni de Locke, ni de Sidney, qui est invoquée par Rapin-Thoyras dans sa description de la Glorieuse révolution, mais celle d’un tory modéré, Laurence Echard. Adversaire du droit de résistance, Echard venait de publier une History of the Revolution qui, d’après Rapin-Thoyras, ne "marque aucune impartialité"887. Elle viendra alors conforter son interprétation sur les circonstances de l’accession de Guillaume sur le trône :

  • 888 Rapin-Thoyras, op. cit., t. X, p. 154.

Le roi avait abandonné son royaume, sans y être contraint. Il était en pleine liberté, et il ne paraissait point qu’il y eut d’autres motifs, que la crainte d’être obligé d’assembler un Parlement libre, qui, vraisemblablement n’aurait pas approuvé son gouvernement passé, et qui aurait rétabli la constitution sur l’ancien pied888.

  • 889 Rapin-Thoyras, Dissertation, op. cit., p. 50.
  • 890 La thèse de la "désertion" du trône avancée par certains Lords, permettait de considérer que le trô (...)
  • 891 En affirmant notamment que le verbe "abdiquer" était étranger à la "Loi Commune" (op. cit. t. X, p. (...)
  • 892 L’Act for declaring the rights and liberties of the subject and settling the succession of the crow (...)

441688 constitue une "révolution", mais dans sa seule acception traditionnelle, celle d’un retour à une forme antérieure, et donc légitime de gouvernement. Grâce à l’alliance des torys et des whigs "modérés", Jacques II n’a pu "ruiner la constitution de l’Église et de l’État, et saper les fondements de la Grande Charte"889. Pour préciser la situation juridique créée par le départ de Jacques II, Rapin-Thoyras rapporte avec une grande précision les débats à la Convention, "parlement assemblé sans les formalités ordinaires". Il fait preuve d’une relative impartialité dans la présentation des arguments juridiques avancés par les partisans de "l’abdication" et comme par ceux soutenant la thèse de la "désertion" du trône par Jacques II890. Le seul point qu’il s’attache à souligner est le caractère inédit de la situation, qu’aucun précédent historique, ni principe de common law, ne pourrait venir justifier891. Jamais cependant il ne conteste le principe hybride consacré dans le Bill of Rights, qui, sans trancher véritablement le débat, permettra à Guillaume et Marie de ceindre la couronne d’Angleterre892.

  • 893 Sur le contexte de la publication de cet ouvrage, voir J. Dedieu, Montesquieu, op. cit., p. 87-96. (...)
  • 894 À l’exemple de Salmon dans la Defense of the English History against the Misinterpretation of Mr. d (...)
  • 895 Silhouette lui reprochera une description du règne d’Elisabeth trop fidèlement inspirée des Annales (...)
  • 896 Lenglet-Dufresnoy, Méthode pour étudier l’histoire, op. cit., t. II, p. 307 sq.
  • 897 Moreri, Supplément au grand Dictionnaire historique, Paris, 1735, t. II, v° "Rapin-Thoyras", p. 173 (...)
  • 898 Secousse, "Mémoire dans lequel on prouve que Charles V étoit souverain de Guienne", Mémoires de l’A (...)

45Rapin-Thoyras a développé une lecture whig originale de l’histoire des libertés anglaises et une parfaite légitimation de l’accession sur le trône de Guillaume d’Orange, qui seront largement diffusées dans les milieux éclairées. La publication de l’Histoire d’Angleterre suscite une vague d’enthousiasme des deux côtés de la Manche. Pour contrecarrer cet inquiétant enthousiasme, les Jésuites de Trévoux jugèrent bon d’en publier en 1726 une édition contrefaite, expurgée des passages les moins conformes à l’orthodoxie monarchique893. Il est certes possible de relever quelques critiques sur le caractère polémique de certaines thèses avancées par le gentilhomme huguenot894 ou les griefs portés à son encontre sur de dommageables erreurs historiques895. Mais les louanges l’emportent largement. Lenglet-Dufresnoy, comme le marquis d’Argens et Montesquieu et bien d’autres en seront des lecteurs assidus896. L’édition de 1735 du Dictionnaire de Moreri lui consacre une notice élogieuse897. Même Secousse, vante à la très officielle Académie des Inscriptions ses réflexions "sensées et judicieuses, souvent assez exactes", tout en lui reprochant certains propos trop prévenus contre la France898. Derrière ces éloges peut se cacher une critique implicite de l’Angleterre. Cette nation, tellement divisée par des querelles intestines, ne serait en mesure de proposer une description équitable de son propre passé. Comme le note, non sans perfidie, Le Blanc à l’évocation de l’historien huguenot :

  • 899 Le Blanc, Lettres, op. cit., t. III, p. 102.

Les Anglais auraient-ils craint qu’un récit fidèle de ce qui est arrivé parmi eux, et une peinture vraie de leurs mœurs, ne démentissent sur plusieurs points les éloges outrés qu’ils font quelques fois et de la sagesse de leur gouvernement et du caractère des peuples de leurs îles899 ?

  • 900 Sur les critiques portées par Hume sur l’œuvre de Rapin-Thoyras, voir M. Baridon, Edward Gibbon et (...)
  • 901 Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 1197.
  • 902 Ibid., p. 1017. Sa lecture de Hume lui démontre que Rapin "semblait seul avoir écrit une histoire i (...)

46Seule la publication de la Complete History of England (1754-1761) de Hume, traduite en français à partir de 1763, viendra ternir l’aura de Rapin-Thoyras. L’Écossais francophile s’inscrira de nombreuses fois en faux contre son prédécesseur, et deviendra alors l’une des références favorites des publicistes français du second xviiième siècle900. Même s’il affirme que l’Histoire d’Angleterre est "la seule histoire qu’on pût citer en Europe comme approchant de la perfection"901, Voltaire s’écartera du schéma explicatif de la généalogie des libertés anglaises proposée par Rapin-Thoyras pour se rapprocher de celle de Hume, qui a su "écrire l’histoire en philosophe"902.

II -L’HISTOIRE ANGLAISE SELON VOLTAIRE : L’ÉMERGENCE D’UNE MONARCHIE LIBRE ET RAISONNABLE

  • 903 Voltaire, cité par R. Pomeau, Politique de Voltaire, op. cit., p. 112. Sur la portée de cette affir (...)
  • 904 Voir M.-B. Bruguière, "Anglomanie et mythes politiques…", op. cit., p. 476-477.
  • 905 La philosophie de l’histoire, 1765, M. t. xiv, p. 231.

47Loin de la rigueur et de la prudence de Rapin-Thoyras, Voltaire, qui voulait écrire l’histoire "en citoyen et en philosophe"903, décèle dans les annales de l’Angleterre l’émergence d’une monarchie libre et raisonnable. Au prix d’une lecture souvent erronée, voire falsifiée des événements904, il fait de l’histoire anglaise une sanglante pièce de théâtre dont l’acte final consacre la liberté. Contre les excès du pyrrhonisme, Voltaire ré-enchante l’histoire. Sa philosophie de l’histoire repose sur un double postulat : d’une part un certain déterminisme aux accents pessimistes qui le conduit à croire en un destin "qui enchaîne tous les événements et se joue de la prévoyance des hommes"905, et d’autre part une croyance sincère en un progrès, une perfection de la civilisation, porteuse de valeurs comme la tolérance, la raison et la science. Décrivant la France médiévale, il tient ces propos résumant cette conception linéaire de l’histoire :

  • 906 Essai sur les mœurs, op. cit., t. I, p. 451.

Si on compare ces siècles au nôtre, ils paraissent l’enfance du genre humain, dans tout ce qui regarde le gouvernement, la religion, le commerce, les arts, les droits du citoyen906.

48Le pessimisme fataliste du Poème sur le désastre de Lisbonne écrit en 1755 répond à l’optimisme des Lettres philosophiques et du Mondain qui trouvera une parfaite illustration dans la lecture de l’histoire anglaise. L’idée d’une nécessaire et irréversible perfection de l’humanité trouvera outre-Manche une terre d’élection idéale -ou idyllique- (§ 1). Apparaît alors une tension imperceptible entre le progrès immanent, naturel du genre humain et l’action de certains monarques, qui ont contribué à faire sortir le genre humain des ténèbres où il était enfermé (§ 2).

§ 1 -La raison en marche, ou la lente consécration d’une monarchie tempérée

-La douloureuse genèse des libertés anglaises

  • 907 J.-M. Goulemot, Le règne de l’histoire, op. cit., p. 323.

49Selon Voltaire, la liberté anglaise n’est pas de l’ordre de l’inné, une forme de postulat, présent dès les premiers temps de la monarchie saxonne, comme l’avait démontré Rapin-Thoyras, mais de l’ordre de l’acquis. Cette "historicité de la liberté anglaise"907 n’a été consacrée que lorsque le genre humain, grâce aux lumières de la philosophie, est sorti de l’ignorance et du désordre. À la vision providentialiste de l’histoire posée par Bossuet, il substitue, à travers le modèle anglais, une conception matérialiste et résolument optimiste.

  • 908 Lettres philosophiques, op. cit., t. I, p. 90.

Il en a coûté sans doute pour établir la liberté en Angleterre ; c’est dans des mers de sang qu’on a noyé l’idole du pouvoir despotique ; mais les Anglais ne croient point avoir acheté trop cher de bonnes lois. Les autres nations n’ont pas eu moins de troubles, n’ont pas versé moins de sang qu’eux ; mais ce sang qu’elles ont répandu pour la cause de leur liberté n’a fait que cimenter leur servitude908.

  • 909 Ibid., t. I, p. 91.
  • 910 Essai sur les mœurs, op. cit., t. I, p. 468. Voir également, p. 359 (années 1402-1403).
  • 911 Annales de l’Empire, 1753, Œuvres, Paris, 1822, p. p. 327.
  • 912 L’absolutisme gallican de Cardin Le Bret le conduit à souligner que le roi d’Angleterre, comme ceux (...)
  • 913 Essai sur les mœurs, op. cit., t. I, p. 723. Les causes du conflit avec la papauté remontent au mil (...)
  • 914 Essai sur les mœurs, op. cit., t. II, p. 118.

50L’Angleterre a ainsi connu une histoire troublée, sanglante et Voltaire est loin de l’ignorer. Aux "révolutions" de l’Angleterre, il oppose avec un certain mépris les "séditions" des autres nations909. Dans ses Lettres philosophiques, mais plus encore dans les Annales de l’Empire et dans l’Essai sur les mœurs, Voltaire insiste sur les troubles et les guerres civiles qui caractérisent l’histoire anglaise. "Les portes de Londres, s’écrit-il, ont été infectées de crânes humains attachés aux murailles comme les temples du Mexique"910. Partie prenante de l’Occident médiéval, l’Angleterre fut soumise au joug de la féodalité, source d’anarchie et de tyrannie. Pendant longtemps, elle a subi l’emprise de Rome, qui fit de l’Angleterre "une province du pape"911, argument très "gallican" déjà avancé, dans une autre perspective, un siècle auparavant par le grand jurisconsulte Cardin Le Bret912. Ce n’est qu’avec le statut de 1353 qu’Edouard III sut émanciper son royaume de la tutelle pontificale : "Les Anglais, dans tout ce qui concerne les libertés de l’État, ont donné plus d’une fois l’exemple"913. Sous Henri VI, cette île n’était encore que "le centre de la superstition et de la cruauté", et Henri VIII accapare les critiques d’une rare violence puisqu’il ne fut que le "tyran de ses parlements, de ses ministres, de ses femmes, des consciences et des bourses"914.

  • 915 Ibid., t. I, p. 522.
  • 916 "L’Angleterre fut plongée dans l’ignorance et le mauvais goût jusqu’au temps du chancelier Bacon" ((...)

51Le xvième siècle ouvre une ère nouvelle : "le gouvernement féodal fit bientôt place en Angleterre à la liberté ; il a cédé en Espagne au pouvoir absolu"915. La raison, nouvelle déesse tutélaire incarnée dans la figure magnifiée du chancelier Bacon916, jeta son dévolu sur le destin de l’Angleterre, lui permettant de s’émanciper de ses "tyrans" féodaux et de mettre un terme à cet âge gothique que Voltaire abhorre. C’est bel et bien des "troubles", des "fers", pour reprendre quelques expressions omniprésentes sous sa plume, qu’est apparue la liberté en Angleterre.

  • 917 Essai sur les mœurs, op. cit., t. II, p. 52-53.

L’Angleterre, encore presque sauvage, après avoir été longtemps déchirée par les guerres civiles de la Rose blanche et de la Rose rouge (…) commençait à peine à respirer sous son roi Henri VII qui, à l’exemple de Louis XI, abaissait les barons et favorisait le peuple917.

  • 918 Dans une démarche comparative (apparition concomitante de la Cour du Banc du roi et du Parlement, d (...)
  • 919 À propos de la crise de 1328, il n’hésite pas à affirmer que Edouard III fut "un terrible interprèt (...)
  • 920 Annales de l’Empire, op. cit., p. 104.
  • 921 Ibid.

52Il serait cependant illusoire de voir dans cette marche de la raison une critique plus ou moins explicite de l’absolutisme monarchique918. Celui qui occupa la fonction d’historiographe du roi, fut certes l’un de ceux qui contribua le plus à saper les mythes fondateurs et l’ordre juridique de la monarchie française919. Mais son relativisme sur la question de la forme idéale de gouvernement trouve dans l’histoire des monarchies européennes une parfaite illustration. Il prend la forme dialectique d’une lutte entre le pouvoir royal "qui veut toujours accroître" et la liberté "qui ne veut point céder"920, pour donner à chaque nation une forme spécifique de gouvernement. À l’inverse de l’Angleterre, le pouvoir du monarque l’a emporté en France et en Espagne ; alors qu’en Pologne, c’est "la liberté du noble et l’esclavage du peuple" qui ont été consacrées921. L’histoire institutionnelle européenne peut être réduite à deux voies possibles : celle suivie par l’Angleterre, avec son Parlement et celle offerte par la France monarchique qui trouvera sa forme achevée sous Louis XIV. Ces dernières emportent toutes deux l’adhésion de Voltaire car elles ont permis de mettre un terme aux troubles de l’époque féodale :

  • 922 Lettres philosophiques, op. cit., t. I, p. 104. On retrouve la même idée exprimée en des termes dif (...)

N’est-ce pas un bonheur pour le genre humain que l’autorité de ces petits brigands ait été éteinte en France par la puissance légitime de nos rois, et en Angleterre par la puissance légitime des rois et du peuple922.

  • 923 Ibid., p. 652. L’indignation et le sentiment d’horreur devant l’acte du régicide de Charles Ier iro (...)
  • 924 Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 1116.
  • 925 Homélies prononcées à Londres sur la superstition, M. t. xxvi, p. 333.
  • 926 Essai sur les mœurs, op. cit., t. II, p. 773.
  • 927 Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 684. A de plusieurs reprises dans le Dictionnaire philosophiqu (...)

53Au milieu du xviième siècle, la France et l’Angleterre connurent de façon simultanée des troubles civils, la première se précipitant "dans les séditions par amour et par caprice", alors que la seconde montrait à cette occasion "un acharnement mélancolique et une fureur raisonnée". Cependant, l’issue en fut radicalement différente. En 1649, une "cour de justice" condamna Charles Ier à l’échafaud, comme un simple "citoyen criminel"923. La fin tragique de ce monarque "assassiné juridiquement" est d’ailleurs toujours évoquée avec une certaine compassion924. La condamnation à mort de Strafford, principal ministre et confident de Charles Ier, "plein de zèle pour la conservation de l’État", est la preuve que la tyrannie du plusieurs est plus dure que celle d’un seul. Le régicide de Charles Ier, victime sacrificielle des fanatiques presbytériens détestés par Voltaire, est vertement condamné, conséquence ultime des superstitions et des passions religieuses qui embrasèrent l’Angleterre au xviième siècle. "Le trône de Charles Ier, dit-il, fut changé en échafaud, et ce roi périt par le dernier supplice, après que plus de deux cent mille hommes eurent été égorgés pour une liturgie"925. Avec commisération, Voltaire observe le destin tragique des Stuarts, dont 1688 constitue l’aboutissement. Les traditionnelles accusations de despotisme et de tyrannie portées à l’encontre de cette dynastie sont abandonnées. Le refus du Parlement d’accorder des subsides à Charles Ier n’annonce en rien une monarchie limitée en devenir, mais constitue pour Voltaire un dangereux acte d’insoumission de parlementaires avares et orgueilleux926. Après l’Interrègne, "il n’y eu peut-être jamais, selon Voltaire, de spectacle plus touchant, ni de révolution plus subite"927 que le retour de Charles II sur le trône en juin 1660. Mais ce spectacle fut éphémère. Très vite, et se retrouve ici le déterminisme historique déjà évoqué, la malédiction pesant sur cette famille, réapparaît pour mettre brutalement un terme au règne de son frère :

  • 928 Lettres philosophiques, op. cit., t. I, p. 49.

Le malheureux Jacques II, qui comme presque tous les Stuarts était un composé de grandeur et de faiblesse, et qui, comme eux, en fit trop et trop peu, perdit son royaume sans qu’on pût dire comment la chose arriva928.

  • 929 Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 760-761.
  • 930 Histoire de Charles XII, 1731, Œuvres historiques, op. cit., p. 171.
  • 931 Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 761.
  • 932 La citation entière permet de saisir toute la subtilité de Voltaire : "L’entreprise la plus crimine (...)

54À ce fatalisme s’ajoutent deux causes avancées dans le Siècle de Louis XIV : l’erreur de Jacques II, qui, loin de la prudence de son frère, voulut rétablir dans son royaume le catholicisme, "regardé avec horreur par ces royalistes républicains comme la religion de l’esclavage"929 mais surtout l’ambition d’un prince étranger, Guillaume d’Orange. À travers l’exemple anglais, l’idée même de révolution perd d’ailleurs le caractère brutal et violent, pour devenir un changement soudain de dynastie930, un simple coup d’État. Les acteurs de la Révolution de 1688 ne furent en effet ni le peuple, ni le Parlement, mais "les principales têtes de l’État [réunis] en secret contre les desseins du roi"931. Tout en faisant preuve de scepticisme sur les arguments avancés de part et d’autre pour légitimer la Glorieuse Révolution, il se montre enthousiaste du résultat de cette d’entreprise à l’origine "criminelle", mais qui sut trouver une fin "heureuse"932. Loin d’être la restauration d’une antique liberté, elle consacre une forme de gouvernement libre et raisonnable :

  • 933 Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 763.

Ce fut là l’époque de la vraie liberté de l’Angleterre. La nation représentée par son parlement, fixa les bornes si longtemps contestées des droits du roi et de ceux du peuple ; et, ayant prescrit au prince d’Orange les conditions auxquelles il devait régner, elle le choisit pour roi, conjointement avec sa femme Marie, fille du roi Jacques933.

  • 934 Essai sur les mœurs, op. cit., t. I, p. 738.

55Ce qui importe n’est pas tant la liberté, entendue comme un absolu, qui supposerait la nécessaire limitation d’un pouvoir par essence dangereux, mais l’exigence de l’ordre et de la tranquillité. En consacrant l’autorité conjointe du monarque et du Parlement, les Anglais ont mis un terme à l’anarchie féodale comme aux guerres civiles. Ne considère-t-il pas le "véritable but de la politique" comme celui "[d’]enchaîner au bien commun tous les ordres de la société"934 ? Point de référence, l’histoire anglaise apparaît comme la quintessence de l’irréversible progrès du genre humain, une histoire optimiste annonçant des temps heureux.

  • 935 Compte rendu de l’Histoire complète de l’Angleterre de David Hume, op. cit., p. 172.

Voilà ce qui distingue le peuple anglais de tous les autres peuples et ce qui rend son histoire si intéressante et si instructive. Ce peuple rentre de lui-même dans l’ordre, et quelques années après la catastrophe de Charles Ier, on voit les fanatiques absurdes et féroces qui ont trempé leurs mains dans son sang changés en philosophes. La raison humaine se perfectionne dans la même ville où il n’y avait peut-être pas, du temps de Charles Ier, un seul homme qui eut des notions raisonnables935.

56Cette admiration pour un peuple devenu raisonnable et libre depuis la Glorieuse révolution est pourtant, par bien des aspects, peu conforme avec les canons de la pensée whig traditionnelle.

-Un iconoclaste dans le temple de Westminster936

  • 936 Belle image empruntée à H. Duranton, "Voltaire historien de l’histoire de France : un iconoclaste d (...)
  • 937 J.-M. Goulemot, Le règne de l’histoire, op. cit., p. 322. Contra D. Ligou ("Voltaire et la "Glorieu (...)
  • 938 Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 871.
  • 939 Dictionnaire philosophique, v° "Lois (Esprit des)", M. t. xix, p. 327 et Commentaire sur l’Esprit d (...)
  • 940 Lettres philosophiques, op. cit., t. I. 102.
  • 941 Ibid., t. I, p. 101. Voir également Dictionnaire philosophique, v° "Gouvernement", M. t. xix, p. 29 (...)
  • 942 Essai sur les mœurs, op. cit., t. II, p. 709-710. La preuve de l’inexistence de la Chambre des Comm (...)
  • 943 Essai sur les mœurs, op. cit., t. I, p. 779.
  • 944 "Qu’on parcourt toute la charte, on trouvera seulement que les droits du genre humain n’ont pas été (...)
  • 945 Essai sur les mœurs, op. cit., t. I, p. 537. La charte d’Henri Ier de 1100 constitue, elle, la "pre (...)

57Tout en apportant sa caution au Settlement de 1688, Voltaire s’attaque à deux des principaux supports de l’idéologie whig : le mythe de l’antiquité des libertés anglaises et la défense d’une monarchie contractuelle937. Sans contester la légitimité de Guillaume d’Orange au trône d’Angleterre, il n’a que mépris pour les whigs, cette "faction qui avait détrôné Jacques II, persécuté Charles II, et immolé Charles Ier"938. Il réfute avec ironie le mythe de la constitution éternelle heureusement restaurée en 1688, comme l’illustrent ses propos railleurs à l’encontre du "beau système" de Montesquieu, trouvé, selon les leçons de Tacite, dans les forêts de Germanie : "La Chambre des Pairs et celle des Communes, la Cour d’équité, trouvées dans les bois ! On ne l’aurait pas deviné"939. Il ne succombe pas au mirage de l’antique liberté saxonne, puisque le peuple gémissait alors "dans une servitude misérable"940. Le Parlement n’est en rien le digne héritier des assemblées germaniques. Certes antérieure à la Conquête, il n’était alors composé que "de tyrans ecclésiastiques et de pillards nommés barons"941. À la fin du xiiième siècle, Edouard Ier, désireux de tempérer l’influence de l’aristocratie, ouvrit pour la première fois les portes du Parlement aux représentants des villes et des comtés942. "Ainsi le chaos du gouvernement commençait à se débrouiller presque partout, par les malheurs mêmes que le gouvernement féodal, trop anarchique, avait partout occasionné"943. La Grande Charte, texte poussiéreux des temps gothiques, fait logiquement l’objet de violents sarcasmes. Loin d’être le palladium de la liberté anglaise, comme il était alors traditionnellement considéré, ce texte féodal est réduit à un simple compromis aristocratique imposé par les barons et le clergé à un monarque dépourvu de qualités. Il illustre bien plus les limites de la liberté anglaise à l’époque de Jean sans Terre, que l’acte fondateur de ces mêmes libertés944. Seules ses critiques portées à l’encontre de l’ordonnance de 1670 sur la procédure criminelle et ses réflexions sur la réforme de la justice pénale l’amèneront à nuancer son jugement sur ce texte désormais qualifié de "charte des libertés d’Angleterre", consacrant "les droits les plus naturels" de l’individu945.

  • 946 C’est à la suite d’une critique acide portée contre l’orgueilleux Voltaire, qualifié de "nain" et d (...)
  • 947 D’Argens, Critique du siècle, op. cit., t. II, p. 99.
  • 948 D’Argens, Lettres sur divers sujets, 1740, in Mémoires, Paris, 1807, p. 38.
  • 949 D’Argens, Lettres juives, op. cit., t. V, p. 79-80 et 83.

58Tout aussi iconoclaste est sa critique des théories contractuelles invoquées lors de la Glorieuse révolution. Voltaire, notamment dans une violente polémique qui l’oppose à La Beaumelle, s’écarte de cette conception du pouvoir pour ne retenir que la volonté aveugle de Jacques II de vouloir, par la reconnaissance de la tolérance, favoriser la communion romaine946. Le marquis d’Argens illustre de façon encore plus évidente cette difficulté à légitimer l’usurpation de Guillaume d’Orange. Le succès de cette entreprise s’expliquerait en effet par la seule emprise exercée par les Jésuites sur Jacques II, ce qui lui permit d’obtenir facilement le ralliement des Anglais mus par une haine viscérale du catholicisme. Le sage et noble projet de ce "prince bon, valeureux, généreux" de faire cohabiter harmonieusement protestants et catholiques ne put aboutir, car il ne réussit pas à tenir une balance égale entre les deux partis, si bien qu’il "devint odieux aux protestants, et perdit la confiance de plusieurs catholiques, qui craignirent qu’il ne voulût se servir d’eux pour établir le pouvoir arbitraire"947. S’en prenant violemment aux écrits de Jurieu948, d’Argens rappelle avec force le principe de la nécessaire soumission des sujets. S’il est impossible à un monarque de contraindre ses sujets à se convertir à une religion, "il n’est jamais permis aux sujets de se révolter contre leurs Souverains"949.

  • 950 Lettres philosophiques, op. cit., t. I, p. 104.
  • 951 Fragments des instructions pour le Prince royal de *** (1767), M. t. xxvi, p. 442.
  • 952 J. G. A. Pocock, Vertu, commerce, histoire, op. cit., p. 289.

59Pour Voltaire, "la liberté est née en Angleterre des querelles des tyrans"950, mais ce n’est qu’avec l’accession de Guillaume d’Orange sur le trône que les Anglais ont enfin pu savourer une liberté ordonnée, une douce prospérité951. Voltaire se rapproche ainsi des "whigs modernes" comme Defoe et Addisson, qui, contre un idéal gothique ou médiéval, assimilaient la liberté "à la richesse, aux Lumières et au progrès futur"952. Grâce à la philosophie et aux vertus du commerce, les troubles et les convulsions de l’Angleterre appartiennent désormais à une époque révolue. La confusion a cédé le pas à l’ordre, l’anarchie à la liberté. La nation anglaise est enfin réconciliée autour de la personne de son monarque :

  • 953 Lettres philosophiques, op. cit., t. I, p. 81.

Si Cromwell renaissait, lui qui a fait couper la tête à son roi et s’est fait souverain, il serait un simple marchand de Londres953.

60En substituant une liberté fondée sur la seule raison aux illusoires libertés du Parlement comme dynamique de l’histoire, Voltaire peut alors projeter son idéal d’une monarchie ordonnée et autoritaire dans les annales de la nation anglaise.

§ 2 – Temps historique et figures monarchiques : Alfred, Elisabeth et … Cromwell

61À cette représentation de la raison en marche à travers l’histoire de la liberté anglaise, conçue comme un équilibre entre la prérogative du monarque et les libertés du peuple, se surimpose la figure de l’heureux législateur, ou du despote éclairé, qu’il soit roi ou simple Lord Protector, titre longtemps utilisé pour désigner le Régent (comme le duc de Sommerset pendant la minorité d’Edouard VI), mais qui allait prendre en décembre 1653 un tout autre sens. À trois reprises au cours de son histoire, l’Angleterre connut en effet un monarque civilisateur et bienfaiteur : Alfred, Elisabeth et Cromwell.

-Un monarque éclairé dans les ténèbres : Alfred le Grand

  • 954 Voir A. Crépin, "Mentalités anglaises au temps d’Henri II Plantagenêt d’après les Proverbs of Alfre (...)
  • 955 Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. 322. N. Lambert publiera d’ailleurs au siècle suivant The Beginne (...)

62Après avoir hanté l’imaginaire médiéval anglais, la figure d’Alfred le Grand, roi de Wessex de 871 à 899, sombra dans l’oubli avant que Spelman ne l’élève au rang de glorieux fondateur de la monarchie anglaise. Souvent avancé comme exemple d’idéal monarchique au cours des guerres civiles du xviième siècle, il sera l’une des figures tutélaires de la monarchie hanovrienne et l’objet d’un véritable culte national954. Rapin-Thoyras illustre cet engouement pour le roi saxon, quand il affirme que ce dernier aurait été animé par la seule volonté "de donner de l’émulation aux Anglais, et de les porter à faire des efforts pour bannir la grossière ignorance dans laquelle ils croupissaient"955. De tels propos ne pouvaient que séduire Voltaire.

  • 956 Essai sur les mœurs, op. cit., t. I, p. 391.
  • 957 Ibid., p. 393. Comme le note R. Pomeau, qui voit en Alfred un exemple de "despotisme éclairé", Volt (...)
  • 958 Essai sur les mœurs, op. cit., t. I, p. 391. L’université d’Oxford fut en fait fondée en 1167 par H (...)
  • 959 Ibid.

63L’apologie de ce monarque, qualifié "de prince au dessus de son siècle"956 dans une période pour laquelle Voltaire avait le plus souverain mépris, permet d’illustrer son utilisation toute sélective des préceptes whigs. Sous la plume de Voltaire, Alfred devient l’archétype du monarque éclairé. Celui qu’il est possible de qualifier de Lycurgue saxon est présenté sous les traits du sage réformateur par des lois "douces mais sévèrement exécutées" sur le jury, par l’habile division administrative du royaume en shires ou comtés. Ayant encouragé le commerce et mis sur pied d’entreprenantes expéditions maritimes, il se trouve légitimement élevé "au premier rang des héros utiles au genre humain, qui, sans ces hommes extraordinaires, eût toujours été semblable aux bêtes farouches"957. Monarque pédagogue et éclairé, il incarne le législateur, la figure de l’homme rationnel qui a su, par la loi, donner une cohérence à un monde "barbare", éduquer le peuple pour le détacher de l’emprise des passions et des préjugés en favorisant, par la fondation de l’Université d’Oxford ( !), l’étude des sciences958. Ce portrait ne vient cependant en rien nuancer sa critique portée contre le référent saxon. Bien au contraire, il le conforte par le contraste établi entre une époque où "d’horribles dévastations" désolaient l’Angleterre, et l’action digne d’éloges du roi Alfred, qui a su élever ses sujets au-dessus de leur piètre condition959.

-Ordre et harmonie : le mythe de la reine Vierge

64Quelques siècles plus tard, la reine Elisabeth Ière se voit parée à son tour des mêmes vertus. Dans La Henriade, on peut lire ces vers :

  • 960 Voltaire, La Henriade, op. cit., p. 40.

Sur ce sanglant théâtre, où cent Héros périrent
Sur ce trône glissant, d’où cent Rois descendirent,
Une femme à ses pieds enchaînant les destins,
De l’éclat de son règne étonnait les humains960.

  • 961 G. Ascoli, La Grande-Bretagne, op. cit., t. I, p. 242-249.
  • 962 Si La Calprenède en 1639 et l’abbé Claude Boyer en 1678 avaient déjà trouvé un sujet d’inspiration (...)
  • 963 De façon iconoclaste, d’Argens voit dans ce règne la preuve "qu’un trône est souvent occupé plus di (...)
  • 964 G. Leti, La vie d’Elisabeth, reine d’Angleterre (1694), 3ème éd., Amsterdam, 1734. On recense au mo (...)
  • 965 Saint-Simon évoque "les lumières de son esprit, la profondeur et la justesse de sa politique, l’adr (...)

65Il ne s’agit ici que d’une simple reprise de la légende nationale de la Reine Vierge, forgée au cours de son règne et célébrée dans les Annales Rerum Anglicarum de Camden (1551-1623), comme dans le théâtre shakespearien. Largement diffusé dans les milieux huguenots du siècle précédent961, sujet d’inspiration pour les auteurs dramatiques par la mise en scène de la célèbre conspiration du comte d’Essex962, le mythe est en passe d’être consacré à l’aube des Lumières, pouvant parfois même servir à une critique implicite de la loi de masculinité reconnue dans la succession à la couronne de France963. Les nombreuses éditions de La vie d’Elisabeth de l’italien Gregorio Leti constituent à ce titre une pierre supplémentaire dans l’élévation de ce superbe mausolée964. Saint-Simon, alors marqué par son idéologie nobiliaire, ainsi que Mably et Raynal, encore partisans de l’absolutisme monarchique, surent aussi louer le règne d’Elisabeth (15581603)965.

  • 966 La philosophie de l’histoire, op. cit., p. 139.
  • 967 Essai sur les mœurs, op. cit., t. II, p. 295.
  • 968 Ibid., p. 267.

66Nouvel âge d’or, ce règne marque pour Voltaire une époque glorieuse, qui contraste avec les troubles passés comme à venir. À l’image de Pierre le Grand, cette reine a su changer "les mœurs, les lois, l’esprit" de sa nation966. Elle peut être honorée d’avoir pacifié un peuple en proie aux dissensions religieuses depuis les règnes d’Edouard VI et de Marie. Sous le dernier règne Tudor triomphent "l’esprit de liberté, également éloigné de la rébellion et de la tyrannie, [et] les droits des rois toujours assurés, sans que ceux de l’humanité soient oubliés"967. Comme pour Alfred, le rôle des assemblées de la nation n’est jamais évoqué. Seule importe la figure du monarque autoritaire. En s’emparant du titre de chef de la religion anglicane, Elisabeth put par là même assouvir sa haine de la religion catholique, ce qui ne pouvait que plaire à Voltaire968. Ce dernier en vient même à affirmer, contre toute réalité historique, que son règne ne fut pas "sanguinaire" contre les catholiques, comme l’avait été celui de Marie Tudor contre les protestants.

  • 969 Ibid.

Personne ne fut persécuté, ni même recherché selon sa croyance ; mais on poursuivait sévèrement selon la loi ceux qui violaient les lois et troublaient l’État. Ce grand principe, si longtemps méconnu, s’établit alors en Angleterre dans les esprits, que c’est à Dieu seul à juger les cœurs qui peuvent lui déplaire, que c’est aux hommes à réprimer ceux qui s’élèvent contre le gouvernement établi par les hommes. Vous examinerez dans la suite ce que vous devez penser d’Elisabeth, et surtout ce que fut sa nation969.

  • 970 Ibid., p. 466. Voir également Dictionnaire philosophique, v° "enthousiasme". Ce thème est bien évid (...)
  • 971 Essai sur les mœurs, t. II, p. 474. "Jamais jugement ne fut plus incompétent, et jamais procédure n (...)

67Au terme de sa lutte avec Philippe II d’Espagne, Elisabeth permit à son peuple de devenir "puissant, policé, industrieux, laborieux, entreprenant". C’est alors que purent apparaître les noms de Shakespeare et Marlowe, de Spencer, de Raleigh, que Londres s’embellit, que les beaux-arts furent cultivés avec bonheur. À la fin du xvième siècle, "les Anglais étaient le second peuple par leur industrie ; et comme libres, ils étaient les premiers"970. Le tableau ne s’obscurcit qu’à l’évocation de l’injuste condamnation à mort, "un assassinat commis avec le glaive de la justice" dit Voltaire, qu’elle fit prononcer en 1587 contre l’infortunée Marie Stuart, reine d’Écosse et veuve de François II971.

  • 972 J.-L. Quantin, "Le mythe du législateur au xviiième siècle", Ch. Grell (éd.), Primitivisme et mythe (...)
  • 973 R. Pomeau, Politique de Voltaire, op. cit., p. 45.

68Élisabeth incarne pleinement la figure du despote éclairé, du législateur, entendue au xviiième siècle, comme celui qui fait passer d’un état à un autre, de la barbarie et du désordre à l’ordre et la civilisation972. La description de ce règne, similaire à ceux d’Henri IV ou de Louis XIV, permet de préciser la conception voltairienne du pouvoir monarchique : un prince éclairé et autoritaire, qui, soucieux de la grandeur de l’État, s’attache à éradiquer tous les facteurs de divisions pour permettre la diffusion des lumières de la raison. Cette quête d’un "esthétisme politique"973, pour reprendre la belle formule de René Pomeau, trouve dans l’illustre Reine Vierge une parfaite incarnation.

-Une inavouable fascination : Cromwell

69Il est une dernière figure sur laquelle il convient de s’attarder, tant elle a traumatisé une France à la ferveur monarchique intacte : Cromwell. Ce personnage, abhorré par les whigs les plus radicaux et les exilés de la communauté huguenote, obsède véritablement Voltaire comme nombreux de ses contemporains.

  • 974 De Sacy, Traité de la gloire (1715), La Haye, Henri Sauget, 1745, p. 78-79. Dubos ne succombe pas à (...)
  • 975 Desban, Les principes naturels du droit et de la politique, Paris, 1715, p. 128.
  • 976 Le Blanc, Lettres, op. cit., t. II, p. 276 et t. III, p. 354.
  • 977 Raynal, Histoire du Parlement d’Angleterre, op. cit., t. II, p. 103.

70Certains, comme de Sacy dans son Traité de la gloire, l’assimilent à un "scélérat rebelle à son roi" qui "dédaigna le nom de Roi, comme trop commun, pour prendre l’insolent titre de Protecteur de sa patrie, qu’il opprimait"974. Desban ne retient que l’épisode du régicide de Charles Ier, en déniant tout pouvoir à une assemblée de juger un roi, puisque "la volonté du Prince contient celle de tous ses sujets"975. Avec plus de nuance dans son jugement, l’abbé Le Blanc voit dans le Protecteur une parfaite négation de la liberté, "un tyran de sa patrie", mais qui sut élever sa nation au rang des puissances commerciales976. Raynal retient de lui la figure du despote, habile politique, fourbe et rusé, qui ne "peut être loué sans horreur, ni méprisé sans injustice, qu’on est forcé d’admirer et de détester tout ensemble"977. Plus curieux est cependant cet extrait d’une Pensée de Pascal, ajoutée à l’édition de 1735 du Dictionnaire de Moreri, qui montre combien la destinée de ce personnage fascinait :

  • 978 Pascal cité dans le Moreri (Supplément au Grand Dictionnaire historique, op. cit., v° "Cromwell", t (...)

Cromwell allait ravager toute la chrétienté ; la famille royale était perdue, et la sienne à jamais puissante, sans un petit grain de sable qui se mit dans son uretère. Rome même allait trembler sous lui. Mais ce petit gravier s’étant mis là, il est mort, sa famille abaissée, tout en paix et le roi rétabli978.

  • 979 Terme utilisé quelques lignes plus loin par Pascal (Pensées (632), 1670, Paris, Gallimard, 1977, p. (...)

71Dans une perspective providentialiste, Cromwell reste donc encore à cette époque un "dérèglement"979 terrifiant, mais passager de l’ordre monarchique, une fatale et dramatique parenthèse, que le retour de Charles II viendra heureusement refermer.

  • 980 Dans La Tyrannie heureuse, ou Cromwel politique (Leyde, 1671), P. F. de Galardi condamne le régicid (...)
  • 981 Loin de condamner le régicide, il tient des propos singuliers, même parmi les penseurs les plus rad (...)

72Cette unanimité dans la condamnation de Cromwell doit être nuancée par la mention de quelques exceptions notables. Déjà au siècle précédent, certains voyaient d’ailleurs à travers l’ascension de Cromwell une menace divine qui pèserait sur un monarque abusant de son autorité naturelle980. L’exemple du Protecteur permet à la fois de rendre perceptible le déclin de la ferveur monarchique au cours du xviiième siècle et d’illustrer la difficile appréhension de l’idée républicaine. Ainsi de Limiers, fils de huguenots exilés dans les Provinces-Unies, interprète l’épisode du Commonwealth à travers le prisme de la fondation de la République romaine. La révolution de 1649 n’est que la répétition de celle de 509 avant J.-C. En reversant la dynastie Stuart, le Parlement rappelle l’auguste Sénat romain, qui établit la République sur les ruines de la monarchie des Tarquins devenue tyrannique. Cette assimilation lui permet alors de donner une caution singulière au régicide de Charles Ier981. Les quatre années qui suivirent la proclamation de la République furent une période heureuse et prospère. Seule la suite fut plus funeste :

  • 982 Ibid., p. 230.

Qui n’aurait crû après cela que l’Angleterre, ayant encore plus fait que Rome sous ses premiers consuls, ne dût pas attendre des destins aussi heureux, et qu’elle ne pût, aussi bien que cette fière République, se flatter de l’éternité de son nouveau gouvernement ? Cependant, à peine fut-il élevé, qu’il tomba. Celui qui en avait été le principal auteur, sous prétexte d’en affermir la constitution, s’en attribua toute l’autorité, et profitant habilement de l’ascendant qu’il avait sur les peuples, sous le titre spécieux de Protecteur, il établit sa domination particulière982.

  • 983 D’Argenson, Des loisirs d’un ministre, Mémoires, (P. Janet), op. cit., t. V, p. 268.
  • 984 Son interprétation de la mise à mort de Charles Ier est assez originale. Les parlementaires sont ai (...)

73De façon encore plus surprenante, l’abbé de Saint-Pierre et le marquis d’Argenson semblent eux aussi regretter la fin trop rapide du Commonwealth. Ce dernier eût en effet souhaité que Cromwell établît "une bonne république, une vraie démocratie", en organisant des élections annuelles des députés du peuples, députés qui à leur tour éliraient des "comités" pour gouverner la nation. Mais Cromwell, trop ambitieux, préféra conserver le pouvoir pour asseoir sa tyrannie983. Pour Saint-Pierre, Cromwell est un personnage machiavélique, subtil connaisseur des "moyens", mais pas des "fins" de l’art politique, qui parvint à imposer son autorité grâce au soutien des armées presbytériennes et du Parlement. Cependant, une fois au pouvoir, il ne fit que substituer sa propre tyrannie à celle de Charles Ier984. Et Saint-Pierre de le blâmer en ces termes :

  • 985 Saint-Pierre, Annales politiques, 1758, t. I, p. 110. Les parlementaires commirent deux erreurs emp (...)

Le seul parti qu’il avait à prendre était d’aider le Parlement à donner peu à peu au gouvernement cette forme de république, qui paraissait être l’objet des vœux du gros de la nation, et de tous ceux qui avaient commencé cette révolution985.

  • 986 Ces deux textes sont reproduits par J. P. Kenyon (The Stuart Constitution, op. cit., p. 342348 et 3 (...)
  • 987 Le 17 Mars (19 mai) 1649, soit plus de 3 mois après l’exécution de Charles Ier.

74À travers l’épisode de Cromwell, l’hypothèse d’un gouvernement républicain se substituant à ce qui restait une monarchie dans un État de grande dimension, n’est ainsi en rien impossible, ni même illégitime. De plus, le parallèle éclairant de Limiers démontre que l’argument traditionnel de l’éloignement dans le temps des républiques antiques perd de sa force. Ce parallèle vient au contraire conforter une expérience nouvelle. Qu’il soit tyran, régicide ou usurpateur, Cromwell n’est cependant jamais présenté comme l’auteur de l’Instrument of Government de décembre 1653 et de l’Humble Petition and Advice de mai 1657, deux textes qui ne sont en rien perçus comme une innovation juridique, à savoir une constitution écrite. Le personnage, l’acteur de l’histoire, l’emporte sur l’œuvre juridique986. À l’inverse de Venise ou des Provinces-Unies, la république, même entendue comme une simple non-monarchie consacrée par l’Act for the Abolishing the Kindly Office987, n’a pas encore trouvé dans le Protectorat de Cromwell une véritable consécration institutionnelle.

  • 988 Lettres philosophiques, op. cit., t. II, p. 127-128.

75Dans les premiers écrits de Voltaire, le personnage de Cromwell prend une forme tout à fait nouvelle. Il peut être assimilé à la figure du despote éclairé. Un poème aux accents élogieux à la gloire du Protecteur, œuvre de Waller, est reproduit dans l’une des Lettres philosophiques988. Au terme "d’une révolution presque inouïe", dans une période de fanatisme religieux et de prolifération de sectes, Cromwell apparaît comme :

  • 989 Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 625 et 670.

Un usurpateur digne de régner, [qui] avait pris le nom de protecteur, et non celui de roi, parce que les Anglais savaient jusqu’où les droits de leur roi devaient s’étendre, et ne connaissaient pas quelles étaient les bornes de l’autorité d’un protecteur989.

  • 990 Ibid., p. 626.
  • 991 Essai sur les mœurs, op. cit., t. II, p. 682. Dans un de ses manuscrits, il laissa ce portrait éloq (...)
  • 992 Essai sur le mœurs, op. cit., t. II, p. 681 et 683.
  • 993 Ibid., t. II, p. 683. Dans le Siècle de Louis XIV (op. cit., p. 626), Cromwell avait "l’Evangile da (...)
  • 994 "Piccini notebook", Notebooks, op. cit., t. I, p. 504.

76De façon paradoxale, c’est dans son hagiographie du Roi-Soleil que Voltaire propose un portrait admiratif de Cromwell, confirmant ainsi combien il était éloigné de tout sentiment authentiquement monarchiste. À l’origine "simple citoyen", Cromwell, qui "couvrit des qualités d’un grand roi tous les crimes d’un usurpateur"990 devint par l’épée le général victorieux, respecté des cours européennes, comme en témoigne le traité de 1655 signé avec Mazarin, puis un habile législateur dans une nation rendue prospère par le commerce. Par ses seules qualités personnelles, une fois Charles Ier assassiné et la république proclamée, la chambre haute supprimée, et la révolte en Écosse matée lors de la bataille de Dunbar, il s’octroya le titre de Protecteur en 1653 et alors "régna, sans être roi, avec plus de pouvoir et plus de bonheur qu’aucun roi" jusqu’à sa mort paisible en septembre 1658991. À une époque où "l’excès de ridicule se mêla aux excès de la fureur", il sut s’imposer "par sa valeur secondée de son hypocrisie" ; il conserva jusqu’à sa mort paisible "son autorité cimentée de sang, et maintenue par la force et par l’artifice"992. Voltaire envisage l’expérience cromwellienne comme une tyrannie raisonnable, un roi régnant en vertu d’un droit de conquête, arrivé sur le trône "l’Évangile à la main"993. Dans un de ses manuscrits, Voltaire en profite même pour offrir un mot d’esprit au goût douteux : "À la mort de Charles Ier, les Anglais disaient dans leur Pater "adveniat respublica tua" au lieu de "regnum tuum"994.

  • 995 Essai sur les mœurs, op. cit., t. II, p. 678, 682 et 683. Dans sa troisième lettre philosophique, i (...)
  • 996 "Lenigrad notebook", Notebooks, op. cit., t. I, p. 229
  • 997 Essai sur les mœurs, op. cit., t. II, p. 679.

77S’il est parfois décrit en des termes attrayants, Cromwell est le plus souvent présenté comme une personnage double, complexe, dissimulateur. Sans minorer les aspects proprement tyranniques et sanguinaires de son action (violation du droit des gens, mise sur pied du piètre parlement des Saints ou Barebones, du nom d’un de ses membres), il lui reconnaît deux mérites : avoir restauré les finances de l’Angleterre et réussi à ménager les différentes sectes, notamment les catholiques et les anglicans995. Plus "barbare", mais aussi plus "grand" que son contemporain Mazarin, il "n’abusa jamais de son pouvoir pour opprimer le peuple. Il rendit la nation florissante au dedans et respectable au dehors. Usurpateur et non tyran"996. Et Voltaire de conclure : "Jamais l’Angleterre n’avait été plus puissante que depuis qu’elle était en république"997.

78À travers une comparaison avec son fils Richard, ce despote, qui peut être assimilé à un monarque laïcisé, se voit légitimé en des termes machiavéliens :

  • 998 Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 676.

Richard fit voir que du caractère d’un seul dépend souvent la destinée de l’État. Il avait un génie bien contraire à celui d’Olivier Cromwell, toute la douceur des vertus civiles, et rien de cette intrépidité féroce qui sacrifie tout à ses intérêts998.

  • 999 Dictionnaire philosophique, v° "Tyran", M. t. xx, p. 542. Plus loin, ce personnage est qualifié d’" (...)
  • 1000 Articles extraits de la Gazette littéraire de l’Europe, op. cit., p. 172.

79Au fil de ses ouvrages, le patriarche de Ferney viendra tempérer son attirance pour Cromwell, désormais considéré comme un "tyran", un "assassin" et un "parricide"999. Cette évolution dans la représentation de la figure du Protecteur s’explique par la volonté désormais affichée d’écraser l’infâme, le fanatisme religieux. Personnage où le cynisme se conjugue à l’hypocrisie, véritable tartufe sous l’emprise des sectes millénaristes, Cromwell est accusé d’avoir exploité le fanatisme de son temps en usant d’un "galimatias prophétique (…) au-dessous de ce que les prophètes des Cévennes ont jamais prononcé de plus bas et de plus extravagant"1000. Il est possible de mesurer l’évolution de l’opinion de Voltaire sur ce point à travers une critique portée contre Helvetius. Ce dernier, admirateur de la figure du Protecteur, nouvel Auguste des temps modernes, rapporte son épitaphe. Mais, selon Voltaire, elle s’appliquerait bien plus à Guillaume d’Orange qu’à celui qui n’est désormais plus qu’un tyran fanatique dans un siècle fanatique :

  • 1001 Helvétius, De l’esprit, Œuvres complètes, Londres, 1780, t. II, p. 73 et Voltaire, Dictionnaire phi (...)

Ci-gît le destructeur d’un pouvoir légitime,
Jusqu’à son dernier jour favorisé des cieux,
Dont les vertus méritaient mieux
Que le sceptre acquis par un crime.
Par quel destin s’en faut-il, par quelle étrange loi,
Qu’à tous ceux qui sont nés pour porter la couronne,
Ce soit l’usurpateur qui donne
L’exemple des vertus que doit avoir un roi1001 ?

  • 1002 Essai sur les mœurs, op. cit., t. I, p. 465.
  • 1003 J.-L. Quantin, "Le mythe du législateur au xviiième siècle", op. cit., p. 154-155.

80Alfred, Elisabeth et dans une moindre mesure Cromwell, telles sont ces trois figures atypiques qui surent accélérer le progrès du genre humain, mais de façon somme toute éphémère. Certes, elles marquent le passage d’une situation de désordre, de chaos, à celui de l’ordre, de la civilisation. Mais, au terme de chacun de leur règne glorieux, réapparaît "la confusion et la barbarie"1002. Non sans un certain pessimisme, Voltaire sait vanter les vertus de ces monarques qui surent dompter les passions populaires, pour lesquelles il avait la plus grande méfiance. Par la description de ces trois souverains "laïcisés", Voltaire met plus en évidence la marque qu’ils ont imprimée sur leur époque que leurs qualités personnelles ou leurs actes héroïques. Le portrait brossé à des strictes fins pédagogiques cède le pas à l’éloge de l’action politique. Ces hommes d’État se voient reconnaître une fonction motrice dans le progrès du genre humain. Comme dans les traditionnels paradigmes biblique (Moïse), spartiate (Lycurgue) ou romain (Romulus)1003, ces figures contribuent pleinement au progrès de la raison humaine. Seule la philosophie, et non de chimériques droits du peuple, peut régler le pouvoir monarchique et assurer le bonheur d’un État.

81Pour les tenants de l’absolutisme orthodoxe, ce n’est ni dans la philosophie, ni dans les droits de la nation qu’il faut rechercher la clé d’interprétation de l’histoire anglaise. Bien au contraire, celle-ci est une parfaite illustration des maux provoqués par toute forme de contestation de l’autorité. La liberté anglaise est "usurpée", n’entraînant avec elle que troubles et désordres, comme le rappelle de Bury à l’auteur de La Henriade :

  • 1004 Bury, Lettres sur quelques ouvrages de M. de Voltaire (Amsterdam, 1769) cité dans l’édition critiqu (...)

Jamais les Français désirent l’accomplissement de ce souhait que M. de Voltaire fait faire à Henri, de réunir cette gloire et cette paix dont il prétend que les Anglais, au prix qu’ils les ont achetées ; ni de jouir de cette liberté effrénée qu’ils ont acquise par les torrents qu’ils ont versés du plus beau de leur sang, par le mépris qu’ils témoignent pour leurs rois et par l’avilissement de leur majesté, qu’ils livrent aux caprices d’une populace indomptée. Non, les Français ont trop d’amour et de vénération pour leurs Rois, pour jamais imiter les défauts du gouvernement anglais1004.

III - LA PERMANENCE D’UNE REPRÉSENTATION ABSOLUTISTE DE L’HISTOIRE ANGLAISE

  • 1005 Higgons, Abrégé de l’Histoire d’Angleterre, La Haye, 1729. Il fut réédité en 1730 sous un titre mod (...)
  • 1006 Higgons, op. cit., Préface du Traducteur, non num. J. Dedieu rapporte également la traduction d’un (...)
  • 1007 Moreri, Grand Dictionnaire historique, 1732, v° "Guillaume d’Orange", t. III, p. 993 ; 1750, t. V, (...)
  • 1008 Reboulet, Histoire du règne de Louis XIV, Avignon, 1744, p. 403 et 390.

82La légitimité de la Glorieuse Révolution semble en passe d’être consacrée dans la pensée des Lumières. Tous ne se soumettent cependant pas à cette "histoire des vainqueurs". Certains écrits venus d’Angleterre, comme l’Abrégé de l’Histoire d’Angleterre de Higgons, qui suivit Jacques II en exil, pouvaient fournir des armes à la réfutation des thèses whigs1005. En mettant cet ouvrage à la disposition des lecteurs français, le traducteur de cet Abrégé ne cache pas sa volonté de mettre à mal les thèses défendues par "les perturbateurs de l’État, et les esprits républicains, ennemis irréconciliables des monarchies légitimes" pour offrir une relation véritable de "la forme du gouvernement de la Grande-Bretagne"1006. Dans les éditions de 1732 et de 1750 du Moreri, Guillaume d’Orange est encore accusé d’avoir "foul[é] aux pieds les devoirs du sang et de l’alliance" en s’emparant du trône de son beau-père1007, opinion partagée par Simon Reboulet dans son hagiographie de Louis XIV. Jacques II est présenté comme la victime de la "perfidie de son neveu", alors qu’il se trouvait dans son bon droit de vouloir rétablir la religion catholique en usant de son légitime pouvoir "dispensatif" des lois1008.

83L’histoire anglaise, rapportée par Rapin-Thoyras ou par Voltaire, ne peut que difficilement s’inscrire dans le cadre traditionnel de l’idéologie absolutiste. Deux discours différents, presque contradictoires, remettent en question cette histoire de la liberté anglaise. Le premier, illustré par dom Toussaint Duplessis, s’inscrit dans une conception providentialiste de l’histoire héritée du siècle précédent. Tout en s’attachant à exonérer les Stuarts des traditionnelles accusations portées par la propagande whig, ce bénédictin de la Congrégation de Saint-Maur illustre la permanence de l’image d’une Angleterre troublée, terre des révolutions, même si une indicible tentation anglophile fait jour (§ 1). Le second, s’il tend aux mêmes fins, n’est plus revêtu de la majesté de la Providence. Ramsay, Mably et Raynal délaissent le droit divin pour nourrir leurs suspicions à l’égard de l’Angleterre. L’histoire est bien plus l’illustration des dangers, pour une véritable monarchie, d’établir une assemblée représentative de la nation, dont les droits reposent outre-Manche sur une usurpation (§ 2).

§ 1 - Droit divin et principe monarchique : la défense de Jacques II

-La permanence d’une lecture providentialiste de l’histoire anglaise

  • 1009 Ecclésiastique de son état, Duplessis se fit remarquer en son temps pour son érudition, puisque, bi (...)
  • 1010 [Dom Michel-Tours-Chrétien Duplessis], Histoire de Jacques II, Roi de la Grande-Bretagne, Bruxelles (...)

84Publiée en 1740, l’Histoire de Jacques II de Duplessis1009 traduit la permanence d’un discours absolutiste plus discret, mais sans aucun doute majoritaire dans le royaume, sur l’Angleterre, qui tente de réagir à la diffusion des idées subversives propagées par les partisans des Hanovre. Dans cet ouvrage, si les réformés Henri Buchanan, célèbre défenseur du droit de résistance contre le tyran alors incarné par Marie Stuart, Hector Boëce ou Isaac Larrey font l’objet de quelques critiques, la personne d’Henri de Limiers accapare la plupart des attaques, apparaissant comme un dangereux défenseur de la souveraineté populaire1010. Contre ces thèses, l’auteur défend une conception de la monarchie dans laquelle le droit divin est associé à un principe dynastique absolu. Dès les premières lignes de son ouvrage, Duplessis voit dans la destitution de Jacques II une intervention de la Providence :

  • 1011 Ibid., p. 3-4.

Dieu, dont le règne seul ne peut finir, a fait descendre de nos jours d’un trône qui n’était déjà que trop teint de sang, soit peut-être que [l’Angleterre] n’en fut plus digne, soit qu’il [Jacques II] ne fut plus digne d’elle1011.

  • 1012 Ibid., p. 27.
  • 1013 Ibid., p. 162.
  • 1014 Voir supra, Partie préliminaire, section I.
  • 1015 Ibid., p. 287.
  • 1016 Ibid., p. 214. Emporté par sa fougue, l’auteur oublie de préciser que Sidney fut condamné à mort à (...)

85Plus précisément, c’est à cause "du schisme, de l’hérésie et du libertinage", que s’est diffusé l’esprit républicain dans les rangs du Parlement à compter du règne de Charles II. Rejetant l’injure de papisme, "terme odieux dont les prétendus Réformés se servent pour désigner la religion catholique", l’auteur prend clairement parti pour la dynastie des Stuarts, victime expiatoire d’une "faction de frénétiques saoul[ées] à plaisir du sang de son roi"1012. Par plusieurs bills "monstrueux", le Parlement tenta vainement de modifier les règles de succession, chose impensable pour Duplessis, puisque "il n’est point donné à l’homme d’abaisser celui que Dieu veut élever"1013. À l’instar du discours absolutiste développé à la fin du xviième siècle1014, 1688 apparaît comme la simple répétition, le bégaiement du malheureux précédent de 1649. Volontiers polémiste comme l’étaient certains au temps de Louis XIV, il n’hésite pas à trouver l’attitude de Cromwell, "plus entendue, plus régulière, et mieux suivie", que celle du Stathouder de Hollande1015. Reprenant alors l’idée d’une révolution aussi "prompte" que "subite", l’accession de Guillaume d’Orange n’est que le résultat d’un vaste complot fomenté par des protestants "zélés", notamment par Sidney et Burnet, qui voulaient interdire au roi de pratiquer sa religion. Alors que Jacques II s’attachait, par ses tentatives d’abolition de l’acte du Test, à tirer les catholiques de "l’oppression où ils étaient", il devint "le rebut de sa nation"1016.

  • 1017 Duplessis, op. cit., p. 283. On retrouve un écho de cette affirmation dans les propos tenus à la Co (...)
  • 1018 Duplessis, op. cit., p. 284-285. Sa défense du droit héréditaire le conduit à déplorer qu’à la mort (...)

86À l’évocation des débats à la Convention réunie en 1689, il résume avec une certaine finesse les cinq opinions avancées par les parlementaires. Certains invoquaient le principe d’instantanéité de la succession, illustré par l’adage "le mort saisit le vif", pour permettre au très jeune Prince de Galles de monter sur le trône1017. Il était possible de rappeler de Jacques II pour lui confier la couronne sous "certaines conditions", voire de "substituer" un gouvernement républicain au gouvernement monarchique. De même, certains, comme Clarendon ou Rochester souhaitaient voir la Convention constater la "démence" de Jacques II qui permettrait, en confiant la régence à Guillaume d’Orange, de "conserver les droits de la souveraineté tout en confiant l’exercice à un autre". Mais l’intransigeance de Guillaume lui permit de se voir remettre la couronne par les députés réunis en Convention1018.

  • 1019 Ibid., p. 58-59.
  • 1020 Ibid., p. 296.

87L’histoire anglaise sert à la fois de repoussoir et d’exemple dans la définition de l’autorité royale. Jamais le royaume de France n’a admis une telle conception de la monarchie, entendue comme un "mélange de République et de Monarchie"1019. Les précédents de Mérovée, de Pépin le Bref et de Hugues Capet, souvent avancés par les défenseur de la Glorieuse révolution, le prouveraient, puisqu’ils tirèrent tous trois leur couronne non de l’élection, mais d’une "usurpation"1020. Aussi est-il logique que Duplessis achève son tableau à la fois compatissant et admirateur du règne de Jacques II par ces propos incantatoires :

  • 1021 Ibid., p. 299.

Mais sans affecter trop de vanité, nous savons aussi plus que qui que ce soit, et que l’Angleterre en particulier, respecter la majesté sacrée de nos rois. (…) Et nous souhaiterions qu’on se formât dans cette île voisine de nos terres des idées plus justes, je ne dis pas de telle ou telle monarchie, mais du moins de certains droits inséparablement attachés à toute tête couronnée1021.

-Une indicible anglophilie ?

  • 1022 Ibid., p. 276. A la fin de l’ouvrage se trouvent d’ailleurs reproduits des "Sentimens de Jacques II (...)
  • 1023 Ibid., p. 276 et 209.

88Sans douter de la sincérité de Duplessis, son propos reste traversé, sinon par des contradictions, du moins par une indéniable attirance pour l’Angleterre. Au-delà de l’apparente exaltation d’un monarque "malheureux selon les hommes, mais heureux selon les lumières de la foi"1022, une indicible anglophilie sourd des propos de l’historien bénédictin. D’un côté, il conteste toute légitimité aux prétentions du Parlement de vouloir limiter le pouvoir des rois "images de Dieu sur la terre", puisque "tout fléchit sous leur autorité"1023. Mais de l’autre, il ne peut que constater la singularité des institutions anglaises, à travers cette noble exhortation :

  • 1024 Ibid., p. 60. Il reprend avec un certain opportunisme l’argument de ses adversaires pour plaider la (...)

Que la Grande-Bretagne fasse donc part à toute l’Europe de son droit public : qu’elle nous instruise pleinement de l’étendue et des bornes du pouvoir de ses rois, reconnu et attestée par ses Parlements, et celui de ses Parlements, reconnu et attesté par ses rois ; et il n’y aura plus lieu de reprocher aux autres nations qu’elles ne sont en état de juger qui est celui des deux partis qui empiète sur les droits de l’autre. On sait que les Parlements jouissent d’une autre autorité en France : aussi, ne prétend-on pas que le pouvoir de ses rois soit purement arbitraire comme il l’est dans ce denier royaume1024.

  • 1025 Relevant la haine viscérale des Anglais pour le catholicisme, il note qu’il ne trouve pas "d’autre (...)
  • 1026 Ibid., p. 60 et 298.

89De même, ses évidentes convictions religieuses, qui le poussent à souhaiter voir ces insulaires revenir dans le giron de l’Église romaine1025 se conjuguent avec une attirance indéniable pour les lumières d’Albion. Mais ce qui surprend plus encore le lecteur est la volonté d’exonérer le peuple anglais des traditionnelles accusations portées à son encontre. Sans reprendre les arguments avancés par Bossuet dans ses Oraisons funèbres, il laisse échapper certains propos qui traduisent pour cette nation une discrète admiration. Il évoque ainsi ce peuple "recommandable et digne de louanges" composés d’habitants "savants, braves, spirituels et policés", dont il se ferait "un plaisir de cultiver leur amitié et de la mériter"1026. Au milieu du siècle, la civilisation anglaise commence à fasciner les plus fermes partisans de l’absolutisme monarchique. Sans pour autant aller de pair avec une admiration pour les institutions de cette nation, l’anglophilie devient, à travers la personne de dom Toussaint Duplessis, un sentiment de plus en plus courant parmi les élites éclairées. La profession de foi absolutiste, illustrée par l’attachement indéfectible à la dynastie des Stuarts, n’oblitère pas un sentiment d’estime pour une nation pourtant rivale. Toute autre sera la démarche adoptée par Ramsay et Raynal, dans leur historique de la liberté anglaise, ou plus exactement des illusions de la liberté anglaise.

§ 2 - L’histoire d’Angleterre, illustration d’une liberté usurpée

  • 1027 Sur ce point, voir O. Tholozan, op. cit., p. 354 sq.

90La publication des thèses historiques iconoclastes de Boulainvilliers au début du règne de Louis XV provoquèrent l’indignation de Dubos qui répliqua en 1734 par la publication d’une Histoire critique de la monarchie française. D’autres publicistes comme Mably et dans une moindre mesure le marquis d’Argenson sauront réfuter les thèses germanistes de l’aristocrate normand1027. Ces trois auteurs ont en commun de développer une lecture de l’histoire de France fondée sur une souveraineté monarchique originellement absolue, qui s’est vu contestée par les autorités seigneuriales. Contre l’idéal d’une monarchie aristocratique défendue par Boulainvilliers, l’histoire sert de cadre théorique à la réaffirmation d’un pouvoir par essence absolu, dont la féodalité ne constitue qu’une vaine tentative d’usurpation. Un schéma similaire se retrouve dans l’interprétation de l’histoire anglaise. Comme l’avaient déjà rapporté Sorbière et d’Orléans, la nation anglaise offre, à l’inverse de la France, l’exemple d’un lent et dommageable processus d’usurpation de l’autorité monarchique par le Parlement, qui a outrepassé sa fonction première de conseil pour s’imposer comme assemblée représentative de la nation.

-L’histoire anglaise, un enjeu politique ?

  • 1028 Ramsay, Traité philosophique sur le gouvernement civil, 1721, Œuvres de Fénelon, Versailles, J. A. (...)
  • 1029 L’attribution de cette œuvre à Ramsay, auteur d’une Vie de Fénelon publiée en 1723 a fait l’objet d (...)
  • 1030 Il est téméraire de voir dans ce projet de réforme une quelconque influence des institutions anglai (...)

91Ramsay comme Raynal et Mably avancent des arguments analogues dans leur critique de l’histoire de la liberté anglaise, mais s’inscrivent dans un contexte différent qu’il convient de préciser. Le Traité philosophique sur le gouvernement civil a été rédigé par le chevalier Ramsay à la suite de l’échec de l’insurrection jacobite de 17151028. À cette occasion, il pourrait prendre quelques libertés avec Fénelon dont il se prétend pourtant être l’héritier spirituel et littéraire1029. Lorsque Ramsay publie le fruit des conversations du Prétendant alors en exil à la cour de Saint-Germain avec l’archevêque de Cambrai, ce dernier est mort depuis quatre ans. L’auteur des Tables de Chaulnes se serait-il reconnu dans cette réfutation implicite de Locke, comme le montre le titre de l’ouvrage retenu par Ramsay1030 ? La question mérite au moins d’être soulevée.

  • 1031 J. Black, Natural and Necessary Enemies, op. cit., p. 36 sq.
  • 1032 A la suite de divergences avec le cardinal de Tencin sur des questions religieuses, Mably s’éloigne (...)
  • 1033 A. Feugère, Un précurseur de la Révolution, l’abbé Raynal (1713-1796), 1922, Slatkine Reprints, Gen (...)
  • 1034 Précis sommaire de l’histoire d’Angleterre depuis la Conquête saxonne jusqu’en 1739, s.d. (Arch. Mi (...)
  • 1035 Voici la division chronologique adoptée par Raynal : Première époque : "Guillaume Premier, surnommé (...)
  • 1036 Pour ne donner que deux exemples, Ramsay écrivait à propos des élections : "On ne voit, dans les pr (...)

92Mably, l’auteur du Parallèle des Romains et des François (1740) et du Droit public de l’Europe fondé sur les traités (1748), et Raynal, avec l’Histoire du Parlement d’Angleterre (1748), peuvent être considérés comme deux porte-parole du discours officiel de la monarchie de Louis XV sur l’Angleterre, discours dans lequel des considérations diplomatiques importent autant que les analyses historiques. La rupture de l’Angleterre avec la France était en effet en voie d’être consommée1031. Ces trois écrits publiés en 1740 et 1748 avec "approbation royale" paraîtront alors que les deux abbés bénéficiaient de la protection de la Cour. Lorsque Mably rédige son Parallèle, qui a pour sous-titre "histoire politique", il avait alors gagné les faveurs de l’entourage royal, notamment du cardinal de Tencin1032. Il en est de même pour l’abbé de Raynal, dont l’Histoire fut rédigée à la demande du marquis de Puisieux, successeur du marquis d’Argenson au poste de secrétaire d’État pour le département des Affaires Étrangères en 17471033. Si son nom est apposé sur la page de garde de l’Histoire d’Angleterre, il est possible d’affirmer que Raynal ne développe aucune idée personnelle, puisque cet ouvrage de commande apparaît par bien des aspects comme un exemple remarquable de plagiat. Il est vrai que l’esprit du temps n’exigeait pas qu’un auteur cite ses sources, que les scrupules du chercheur et la méthode de travail étaient différents de ceux aujourd’hui reconnus. Le travail de Raynal n’en reste pas moins une exception notable tant sur la forme que sur le fond. Sur la forme, il emprunte le plan de son ouvrage à un Précis sommaire de l’histoire d’Angleterre, document manuscrit conservé aux Archives du Ministère des Affaires Étrangères1034, en proposant dix "époques", qui rythment son ouvrage1035. Quant au fond, il se contente de rassembler des phrases entières "empruntées", mais bien évidemment jamais attribuées, à des auteurs aussi différents que le Père d’Orléans, Rapin-Thoyras, Ramsay et Le Blanc. Il ne convient certes pas de projeter dans le passé les scrupules de l’historien contemporain, Raynal ayant recours de plus ici à une méthode qui sera remise à profit dans son autrement plus célèbre Histoire des deux Indes. Mais le pillage de l’abbé prend un tel caractère systématique qu’il n’est pas possible de le passer sous silence1036. L’intérêt de cet exercice compilatoire réside dans sa démarche pédagogique, presque didactique, qui cherche à emporter la conviction par une construction d’une grande rigueur. La volonté du ministère de contrecarrer une anglophilie politique suspecte sera atteinte puisque trois éditions de l’Histoire du Parlement d’Angleterre seront publiées entre 1748 et 1749.

  • 1037 Voir infra, IIème partie, Tit. I, chap. 2.

93Mably et Raynal connurent un destin étonnamment parallèle. Pensionnés par la Cour au début de leur vie, ils deviendront dans la seconde moitié du siècle deux figures emblématiques de la contestation de l’absolutisme monarchique. Au midi du siècle, les analyses sur l’histoire et les institutions anglaises, que la monarchie des Bourbons ne peut laisser entre les mains des seuls érudits ou polémistes, deviennent un véritable enjeu de savoir. Mais ce n’est qu’au cours de la guerre de Sept ans que les publications sur l’Angleterre émanant du ministère des Affaires étrangères deviendront une pratique courante1037.

-Les inquiétantes variations de la forme monarchique anglaise

  • 1038 Les sources anglaises avouées de Ramsay sont Glanville et Brady, Bracton, ce dernier étant ici abus (...)
  • 1039 Ibid., p. 404-406.
  • 1040 Ibid., p. 408.
  • 1041 Ibid.
  • 1042 Ibid., p. 409. La même idée était évoquée au siècle précédent par Sorbière, qui constate que si le (...)

94Comme l’illustre le seul titre du chapitre consacré à cette nation ("Du gouvernement d’Angleterre, et des différentes formes qu’il a prises"), Ramsay réfute avec la plus grande vigueur le mythe de la constitution éternelle. À la thèse de la continuité, mythique, qui animerait l’histoire d’Angleterre, Ramsay oppose celle du changement, de la rupture. Dans cette perspective, cette nation n’a jamais connu une forme originelle de liberté, qu’il conviendrait de restaurer1038. À la domination romaine, succéda celle, à peine évoquée, des Saxons, puis la conquête de Guillaume de Normandie, qui établit un "gouvernement despotique et absolu", notamment par la redistribution des terres, alors propriété des Anglais, aux barons normands. En dépit des promesses plusieurs fois affirmées par Guillaume, son fils Guillaume le Roux et Henri Ier, les anciennes libertés saxonnes ne furent jamais rétablies. L’exilé écossais cherche à démontrer l’enracinement du droit féodal normand, réduisant les chartes d’Henri Ier et de Jean sans Terre, à de vagues promesses jamais appliquées1039. De façon assez subtile, la Grande Charte est présentée comme un ensemble de privilèges concédés par le roi à la nation, privilèges qui consacrent "la liberté et la propriété des sujets, et l’immunité de toute taxe extraordinaire sans le consentement des barons". Loin d’être l’expression de la restauration d’antiques libertés, elle n’est qu’une simple concession, par là même révocable, de justes droits par l’autorité royale. Ces concessions serviront pourtant de prétexte aux atteintes à l’autorité souveraine par "toutes les factions qui agitent si souvent l’Angleterre"1040. Les règnes d’Henri II et d’Edouard Ier marquent une rupture dans l’histoire constitutionnelle anglaise quand les barons sortirent cette fois "des justes bornes de la subordination"1041. Les députés, anciennement désignés par le roi, furent alors élus par le peuple. De simple "voix représentative", ils obtinrent "voix délibérative" dans l’assemblée. Aussi, "le pouvoir populaire augmentant peu à peu dans le Parlement, la constitution fondamentale de la monarchie anglaise fut altérée, et enfin totalement bouleversée"1042.

  • 1043 Mably, Parallèle, op. cit., t. II, p. 142.
  • 1044 Ibid., p. 144. L’auteur cite d’ailleurs longuement Rapin-Thoyras.
  • 1045 Ibid., p. 147.
  • 1046 "L’Allemagne, la Hongrie (…) ont tiré de l’usage des fiefs les inventions de brider l’autorité roya (...)

95En 1740, Mably n’aurait sans doute pas contredit les thèses de Ramsay, mais ses critiques contre la forme institutionnelle consacrée par la Glorieuse Révolution s’inscrivent dans une perspective absente de l’œuvre du jacobite exilé : le comparatisme, ou plus exactement "les causes de la supériorité de la France sur l’Angleterre"1043. Pendant "six siècles"1044, au temps des Saxons et des Gaulois, les deux royaumes connurent une même forme de gouvernement. Hugues Capet et Guillaume de Normandie, comme leurs successeurs, n’eurent à l’origine qu’une autorité limitée, sans cesse contestée. Ce n’est qu’à l’époque médiévale que les deux nations empruntèrent deux voies divergentes. Les premiers Capétiens se heurtaient à la seule opposition des barons. À l’inverse, de l’autre côté de la Manche, les dynasties normande puis angevine furent confrontées à l’opposition d’un peuple indocile, expert dans "l’art de la révolte"1045. Mably suit sur ce point les conclusions développées par Lefebvre Chantereau, feudiste du siècle précédent, dans une même perspective absolutiste. Son Traité des fiefs, rédigé alors que la guerre civile ravageait l’Angleterre, constituait déjà une violente critique de la période féodale, simple parenthèse heureusement refermée par la réaffirmation de la souveraineté royale en France à partir du xvème siècle. En Angleterre cependant, comme dans les autres nations européennes, l’usurpation des grands s’est enracinée, non plus par les relations féodo-vassaliques, mais à travers leur succédané, les assemblées représentatives1046. Mably marche ainsi sur les traces de ce feudiste du Grand siècle en expliquant l’évolution opposée de la forme de gouvernement dans les deux nations :

  • 1047 Mably, Parallèle, op. cit., t. II, p. 150-151.

Si la police barbare des fiefs affaiblissait la France par la désunion de ses parties, et pouvait y faire naître des désordres favorables aux étrangers, le gouvernement anglais n’était pas moins propre à exciter des révolutions encore plus dangereuses (…). Les guerres civiles des Anglais étaient d’une autre nature que celles des Français. En Angleterre, c’étaient les passions des Grands et du peuple, c’était tout le corps de la nation qui se soulevait contre son chef, et dès lors toute harmonie était détruite. En France, les guerres civiles de la nation étaient par rapport à chaque membre une guerre étrangère qui attaquait que rarement les ressorts de son gouvernement particulier1047.

  • 1048 Ibid., t. II, p. 148.
  • 1049 Ibid., t. II, p. 369.
  • 1050 Ibid., t. II, p. 147.
  • 1051 Ibid. La reconnaissance du Parlement a provoqué "un partage inégal et mal affermi de l’autorité" (p (...)

96À la soumission sage et respectueuse des Français pour leur monarque, Mably oppose le "génie d’usurpation" des Anglais1048. En France, Louis XI mit un terme aux désordres de la féodalité, et assit définitivement son autorité dans le royaume par "une police qu’on ne peut trop louer"1049. À l’exact opposé, l’Angleterre ne connut qu’une succession de règnes troublés, dont l’acte de naissance serait la Grande charte de 1215, qui changea le royaume en "une espèce de république"1050. L’Angleterre devint dès lors une forme hybride et imparfaite de monarchie, où le prince n’avait qu’une autorité équivoque : "une puissance immense s’il n’était que le premier magistrat de l’État, mais trop faible s’il en était le roi"1051. À partir d’Henri III, le Parlement ne cessa de porter atteinte à la majesté du Prince au nom d’une prétendue liberté. Mably peut dès lors mettre en avant la contradiction fondamentale qui anime l’histoire anglaise. En théorie, il n’existerait qu’un "fantôme de royauté", mais la réalité a montré que seuls quelques monarques dotés de qualités exceptionnelles, comme Edouard III, Henri VII, et Elisabeth ont pu régner avec bonheur, car ils surent dompter "l’indocilité des Anglais".

  • 1052 Mably, Parallèle, op. cit., t. II, p. 155-156.

Les troubles qui ont agité l’Angleterre sont trop constants et trop uniformes pour ne pas tirer leur origine du fond du génie des Anglais et des principes mêmes d’un gouvernement1052.

  • 1053 Ibid., p. 263-265.
  • 1054 Raynal bénéficiera de l’assistance de Duport du Tertre dans cette entreprise. Si ce dernier prétend (...)
  • 1055 Raynal, Histoire, op. cit., t. I, p. 38.
  • 1056 Ibid., t. I, p. 59.

97À l’inverse de Mably qui n’envisage l’histoire anglaise que comme un réactif, au sens chimique du terme, pour magnifier les vertus de la monarchie française, notamment le règne de Louis XIV1053, Raynal dépeint une vaste fresque des vicissitudes de l’institution parlementaire anglaise. Sans avoir le ton polémique et parfois amer de Duplessis, l’Histoire du Parlement d’Angleterre constitue une redoutable machine de guerre contre la diffusion de l’anglophilie politique1054. Comme pour Ramsay et Mably, le Parlement d’Angleterre, loin d’être l’éternel rempart des libertés anglaises, est la cause première des divisions, des querelles et des troubles apparus lors de la révolte du comte de Leicester, "Catilina anglais" ou "enthousiaste républicain", contre Henri III en 12651055. À l’inverse de la France, l’Angleterre fut dès lors victime "d’une erreur pernicieuse"1056, qui prend valeur de principe : la croyance en l’existence d’intérêts contradictoires entre le prince et ses sujets.

  • 1057 Ibid., t. I, p. 19.
  • 1058 Ibid., t. I, p. 41 sq.
  • 1059 Ibid., t. I, p. 125-136 où le texte de la Charte est reproduit intégralement.

98Pour étayer son argumentation, Raynal se contente de prendre l’exact contre-pied des thèses de Rapin-Thoyras et de ses vulgarisateurs. Aussi est-il logique qu’"à un sceptre de fer" les rois saxons ajoutèrent "un gouvernement vicieux"1057. La figure de Guillaume le Conquérant fait l’objet d’une réhabilitation partielle1058. La Grande Charte, qui "a servi de prétexte à toutes les guerres civiles", est pour les "royalistes", une simple concession du monarque, extorquée dans des conditions douteuses à l’incapable et faible Jean sans Terre. À l’inverse, pour ceux que Raynal qualifie de "républicains", cette charte illustre la volonté "d’affermir la liberté naturelle et originaire de la nation en rédigeant par écrit les droits qu’elle était déterminée à maintenir"1059. L’histoire anglaise se résume à une guerre civile permanente entre républicains et royalistes. Mais ce qui importe le plus pour Raynal est de préciser l’origine et la nature exacte du Parlement, qui ne tire sa légitimité et ses droits que de l’usurpation des barons contre Henri III :

  • 1060 Ibid., t. I, p. 186. La seule description du règne d’Henri III s’étend sur cinquante pages.

Si par le mot parlement, on entend le droit usurpé par les barons d’accorder au roi les impositions extraordinaires, le parlement remonte jusqu’aux premiers successeurs de Guillaume le Conquérant. Si par le mot parlement, on n’entend que le nom même, il a commencé à Oxford en 1258. Mais si par parlement, on entend une assemblée composée des trois corps du royaume, il faut en fixer l’origine à cet événement de 12641060.

  • 1061 Ibid., t. I, p. 230.
  • 1062 Ibid., t. I, p. 241.
  • 1063 Ibid. t. II, p. 196.
  • 1064 Raynal, Histoire du Stadhouderat depuis son origine jusqu’à présent, s.l., 5ème éd., 1750, t. I, p. (...)
  • 1065 Raynal, op. cit., t. II, p. 197.

99Une fois ce principe rappelé, il suffit pour Raynal d’énumérer les étapes d’un long processus d’érosion de l’autorité royale. Une telle altération obligea les Anglais à une redéfinition du pouvoir législatif, "marque distinctive de l’autorité souveraine"1061, qui originairement concentré entre les mains du monarque, fut progressivement usurpé par les barons, puis par les Communes. En partageant cette prérogative avec le Parlement, Edouard Ier, qualifié de "destructeur de la monarchie anglaise", ouvrait la voie aux conflits récurrents entre la couronne et le Parlement, les Anglais ayant toujours "travaillé à rendre leurs rois méprisables, pour mieux les mépriser"1062. La seule surprise à la lecture de l’Histoire du Parlement est la violence des critiques portées contre les deux derniers Stuarts. Peut-être faut-il y voir une simple conséquence de l’incohérence d’une raisonnement construit à partir d’emprunts d’auteurs trop différents. Jacques II "porta sur le trône des talents bornés, quelques vertus inutiles, beaucoup de défauts essentiels". Non seulement les factieux et les fanatiques s’unirent contre leur roi, mais également les "citoyens (…) accoutumés à vivre sous l’empire des lois"1063. Pour autant, il n’a aucune admiration pour la personne de Guillaume d’Orange. Ce dernier montra au cours de son règne "une grande inapplication, beaucoup d’humeur et très peu de capacité"1064. Son entreprise est en outre dangereuse car elle consacre des principes dangereux, le droit des peuples à disposer du trône de leur roi, en violation des lois fondamentales de la monarchie. Reprenant la leçon du père d’Orléans, il conclut ses développements par ce principe : "L’anarchie est mille fois plus funeste que le despotisme"1065.

  • 1066 Ibid., t. II, p. 175.

100Au-delà des quelques divergences rencontrées, ce qui frappe à la lecture de ces trois auteurs est l’abandon de toute référence à des causes de nature religieuse pour expliquer les troubles de l’histoire anglaise. Ainsi, la conspiration de Titus Oates, qui cinquante années auparavant avait suscité de violentes polémiques, inspire à Raynal une froide analyse : "On aura de la peine à croire qu’une des nations les plus éclairées et les plus vertueuses qui soient au monde, ait été assez aveugle pour croire cette rêverie, ou pour verser du sang sans y ajouter foi"1066. Le temps de Bossuet et de Varillas est révolu. L’histoire se conçoit hors du champ d’intervention de la Providence, dans un contexte définitivement sécularisé. Les contempteurs de la constitution anglaise sauront puiser dans ces écrits historiques pour nourrir leur rejet d’un modèle anglais devenu de plus en plus prégnant dans la pensée des secondes Lumières.

101Qu’elle soit conservée, acquise ou usurpée, la liberté anglaise est pour tous ces historiens du règne de Louis XV une source de désordre et de guerres civiles. D’un même constat, les conclusions divergent sur la réalité des institutions anglaises. Ces trois lectures des annales d’Angleterre obéissent de façon frappante à une logique similaire en rapportant un processus historique identique : la lente et irrémédiable émergence des Communes. Que les causes soient la faiblesse des rois et l’insoumission du peuple dans le discours absolutiste, ou l’attachement des Anglais à leur liberté selon les partisans de la cause whig, l’histoire anglaise s’apparente à une lente modification de l’équilibre socio-politique. Elle ne se limite plus à une fastidieuse énumération de règnes, mais elle permet d’envisager la question des mutations institutionnelles qui ont donné une forme singulière à la monarchie. Le centre d’intérêt s’est donc progressivement déplacé, illustré par le seul choix des titres d’ouvrages retenus. Quand le père d’Orléans se proposait d’écrire en 1688 une Histoire d’Angleterre, Raynal préfère rapporter soixante ans plus tard une Histoire du Parlement d’Angleterre.

Notes

777 Exception notoire, Lancelot remonte au confluent de l’histoire des deux monarchies dans une dissertation sur l’Explication d’un monument de Guillaume le Conquérant (Mémoires (…) de l’Académie Royale des Inscriptions et Belles Lettres, Paris, 1724, t. VI, p. 739-755 ; 1730, t. VIII, p. 602-645).

778 Lettres philosophiques, op. cit., t. II, p. 138.

779 Ibid.

780 EDL, xix, 27, p. 583.

781 E. Glasson reprend les principales conclusions de Macaulay, notamment dans sa présentation des guerres civiles et des débats constitutionnels du xviième siècle (Histoire du droit, op. cit., t. V, p. 165-204). Esmein s’appuie sur les conclusions Dicey, Anson et Bagehot, mais aussi sur celles de Stubbs dans son Cours élémentaire de droit français (Paris, Sirey 1921, p. 471) et dans ses Eléments de droit constitutionnel (op. cit., t. I, p. 80 sq et 104 sq).

782 D. Baranger, "Les historiens et la politique anglaise du xviiième siècle", Droits, 21, 1995, p. 142.

783 Voir F. Lessay, qui définit la whig history comme une "théologie nationale" ("Penser la révolution anglaise", Commentaire, 47, 1989, p. 585). Sur la remise en question de cette historiographie, voir B. Cottret, Histoire d’Angleterre, op. cit., chap. V, "La défaite de la whig history".

784 Sur la biographie de cet historien, voir N. Girard d’Albissin, op. cit., p. 19-21. Il n’était cependant pas le premier de sa famille à s’illustrer par des talents d’historien. Parmi ses ascendants, son oncle abjureur Paul Pellisson-Fontanier fut historiographe de Roi-Soleil jusqu’en 1676.

785 Elle fut rééditée en 1730 dans une version abrégée, puis en 1736. Cette histoire sera continuée en 1735 par un autre huguenot David Durand (pour les tomes XI et XII, qui couvrent la période 1689-1714), puis en 1736 par Dupart (pour le tome XIII, qui court jusqu’à l’avènement de Georges II). C’est à Saint-Marc que l’on doit la meilleure édition de cette Histoire, qui servira ici de référence. Publiée en seize volumes in quarto, elle présente l’avantage d’intégrer les commentaires de Tindal et des extraits des Actes publics de Rymer. Dans les développements consacrés à la dynastie des Stuarts, Saint-Marc a ajouté des extraits d’ouvrages nettement plus sympathiques pour les Stuarts, le premier du Père Bretonneau (Abrégé de la vie de Jacques II, 1702), le second de Dupleissis (Histoire de Jacques II, 1740).

786 Guizot, Histoire de la Révolution d’Angleterre, Paris, 1841, p. xxx. Les Anglais seront plus fidèles à la mémoire de l’historien. En 1800, Tr. H. Robinson proposait encore une nouvelle traduction de la somme de Rapin-Thoyras.

787 Affirmation de Saint-Marc dans la préface (Histoire d’Angleterre, La Haye, 1749, t. I, p. v).

788 N. Girard d’Albissin, op. cit., p. 34, et plus généralement R. Minuti, "Il problema costituzionale nell’Histoire d’Angleterre di Rapin-Thoyras", Studi Settecenschi, 5, 1984, p. 49107.

789 Par une ordonnance de 1693, Rymer (1646 ?-1713), historiographe de Guillaume III fut chargé de publier les documents officiels de la monarchie anglaise, selon le modèle du Corpus Juris Gentium Diplomaticum de Leibniz. Ces documents diplomatiques et politiques (traités, chartes, statuts, bulles pontificales), qui courent du règne d’Henri Ier à la mort de Jacques Ier en 1625 furent réunis sous le titre de Foedera, Conventiones, literare, et cujuscumque generis Acta publica (…) (Londres, 1704-1717, 17 vol. in fol.).

790 Le recueil de Rymer "sera un témoignage éternel de l’amour que cette nation a pour la vérité, malgré les intérêts qui la divisent et malgré les fréquentes révolutions que nous prétendons qui la déshonorent et dont, par cette raison, elle aurait eu intérêt à déguiser les motifs" (Préface au Journal de Saint-Louis, cité par R. Simon, Henri de Boulainvilliers, Gap, 1940, p. 54). Le vœu de Boulainvilliers sera réalisé par la mise en place d’un "ministère de l’érudition" selon la formule de Michel Antoine (Louis XV, Paris, Hachette, 1991, p. 859), qui permettra la constitution d’un Recueil chronologique des actes relatifs à l’histoire et au droit public de la France ou Rymer français.

791 Rapin-Thoyras, Extraits des Actes de Rymer, Amsterdam, 1725, p. 4.

792 Rapin-Thoyras, Histoire d’Angleterre, t. I, p. xx.

793 Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. clxxxii. Voir par exemple ses "Considérations sur les auteurs qui ont écrit l’histoire du règne de Charles Ier", qui analyse notamment l’apport historiographique des Historical Collections de Rushworth, qui fut le secrétaire particulier de Fairfax et des Annales de Jacques Ier et Charles Ier du Docteur Franklin (t. VIII, p. 358-368).

794 Voir l’ouvrage classique de J. G. A. Pocock, The Ancient Constitution and the Feudal Law, Cambridge U.P., 1957 (qui a fait l’objet d’une récente traduction, L’ancienne constitution et le droit féodal, Paris, PUF, coll. "Fondements de la politique", 2000), dont les thèses ont été depuis nuancées par G. Burgess (The Politics of the Ancient Constitution, London, Macmillan Press, 1992) et C.C. Weston ("L’Angleterre : l’ancienne constitution et le droit commun", in J. H. Burns (éd.), Histoire, op. cit., p. 340-374). Sur la période antérieure, voir J.-Ph. Genet, "Droit et histoire : la préhistoire de la "révolution historique"", Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 87, 1980, p. 319-351.

795 J.W. Gough, L’idée de loi fondamentale, op. cit., p. 75 sq.

796 J. Beauté, Sir Edward Coke (1552-1634), Paris, PUF, 1974, p. 63 sq ; F. Lessay, v° "Common Law", in Dictionnaire de philosophie politique, op. cit., p. 92-96.

797 Dans son Treatise of Feuds and Tenures, Henry Spelman fut le principal théoricien de la féodalité anglaise, en démontrant, contre les traditionnelles thèses des common lawyers, que la Conquête transforma profondément la société anglo-saxonne en introduisant le système de la tenure féodale. Les Communes, institution non pas immémoriale, mais issue de la volonté royale, sont la conséquence de l’érosion des structures féodales, lent processus au cours duquel la classe des lesser tenants in capite évolua en une classe de freeholders, qui put élire ses représentants. Aussi, les privilèges de l’"homme libre" (freeholder) exprimés dans la Grande Charte se trouvent réduits à des concessions royales octroyées à de grands vassaux (J. G. A. Pocock, op. cit., p. 119).

798 Nous reprenons les récentes conclusions de O. Tholozan, Henri de Boulainvilliers, Aixen-Provence, PUAM, 1999, p. 83-89.

799 Rapin-Thoyras, Dissertation sur les Whigs, op. cit., p. 2. Les gouvernements "étaient les mêmes, à peu près que celui que les Saxons établirent en Angleterre. C’étaient des monarchies, mais on n’entendait pas par ce mot, un pouvoir despotique et arbitraire, mais un pouvoir qui, bien qu’entre les mains d’un seul, était néanmoins restreint par l’obligation de gouverner selon les lois du pays ou de la nation" (Histoire d’Angleterre, t. I, p. clxxv).

800 Ibid., t. I, p. clxxxii.

801 Ibid., t. I, p. clxxviii. L’existence d’une monarchie limitée en France se retrouve dans sa description de l’épisode du vase de Soissons. A cette occasion, Clovis n’ose punir le soldat qui l’avait brisé car en voulant s’approprier cette pièce du butin, il aurait excédé son pouvoir. S’il le punit par la suite, ce ne fut que sous prétexte que ses armes n’étaient pas en bon état (p. clxxvii). En faisant de Clovis un simple général, Rapin-Thoyras s’oppose à l’historiographie absolutiste de son temps, qui considérait le roi franc comme étant doté d’un pouvoir absolu hérité des empereurs romains (Ch. Grell, L’histoire entre érudition et philosophie, Paris, PUF, 1993, p. 201-203).

802 Rapin-Thoyras, Histoire d’Angleterre, Préface, p. clxxii-clxxiii.

803 Hotman, Franco-Gallia, op. cit., Dédicace, non num.

804 Voir J. G. A., Pocock, The Ancient Constitution, op. cit., p. 70-90.

805 Michel de l’Hospital, cité par S. Hanley, Le lit de Justice en France, Paris, Aubier, 1983, p. 145.

806 Bodin considérait les "états d’Angleterre" comme une assemblée chargée d’éclairer les décisions royales, le roi conservant le pouvoir souverain en acceptant ou refusant la loi "comme bon lui semble" (Les Six livres de la République (1577), éd. de 1593, Paris, Fayard, 1986, t. I, (I, 8), p. 200).

807 Selon Bouchel, qui suit l’opinion émise par de L’Hospital, "Anciennement tenir le Parlement en France, comme encore de présent en Angleterre et en Ecosse, c’était assembler les états du royaume, et communiquer par le roi, avec ses sujets, ou leurs députés de ses plus grandes affaires et prendre leur avis et conseil" (Bibliothèque ou Thresor du Droict François, Paris, 1629, v° "Parlement", t. II, p. 958). Cette phrase est reprise en des termes presque identiques par Ferrière (Dictionnaire, op. cit., v° "Assemblées des États du Royaume", t. I, p. 174).

808 P. Richelet, Dictionnaire françois, Genève, 1680, v° "Parlement" et Dictionnaire de l’Académie françoise, Paris, 2ème éd., 1695, t. II, v° "Parlement d’Angleterre".

809 Furetière, Dictionnaire, op. cit., v° "Parlement d’Angleterre".

810 D’Aguesseau, Introduction sur les études propres à former un magistrat (1716), Œuvres, op. cit., t. I, p. 323.

811 Voir C. Bruschi, "Henry-François d’Aguesseau, un juriste face au pouvoir", Actes du XII° colloque de l’AFHIP, Aix-en-Provence, PUAM, 1998, p. 343-363.

812 Boulainvilliers, Lettres historiques sur les anciens Parlements de France [1727], Londres, 1753, t. I, p. 66.

813 Ibid., t. III, p. 160-161. Sur ce point, voir O. Tholozan, op. cit., p. 90-106.

814 B. Cottret, Bolingbroke, op. cit., p. 344.

815 G. Burgess, op. cit., p. 61.

816 Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. 491-553.

817 Ibid., Préface, p. clxxv. Le terme de Witena-Gemot, absent des textes de l’époque, fut forgé au xième siècle par l’auteur des Annales anglo-saxonnes (Ch. Petit-Dutaillis, La monarchie féodale en France et Angleterre (1933), Paris, Albin Michel, 1971, p. 49).

818 Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. 524-525.

819 Ibid., t. I, p. 319-320.

820 Ibid., Préface, p. clxxxix.

821 Mézeray, Histoire de France (1643-1651), Paris, 1685, t. II, p. 313 et t. I, p. 196.

822 Mézeray fut le précurseur de l’idée d’un consentement a posteriori donné par les Francs en 987, ce qui explique sa postérité parmi les auteurs anti-absolutistes (J. Thibaut-Payen "L’historiographie pré-révolutionnaire face à l’élection d’Hugues Capet", Études offertes à Pierre Jaubert, P.U. de Bordeaux, 1992, p. 707-718, notamment 707-708).

823 R. Minuti (op. cit., p. 107) considère à juste titre que Rapin illustre une "crise" de l’historiographie whig au tournant du siècle.

824 Larrey reprend les conclusions de Tyrrell pour affirmer que le couronnement de Guillaume s’est fait non en vertu d’un droit de conquête, mais avec l’approbation du peuple (Histoire d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande, Rotterdam, t. I et II, 1697 ; t. III, 1707 et t. IV, 1713 ; cit. t. I, p. 257. Sur l’interprétation du "joug normand" au xviième, voir C. Hill, "The Norman Yoke", op. cit., passim. S’il semble désormais acquis dans l’historiographie contemporaine que la Conquête ne bouleversa pas totalement la structure politique et sociale de l’Angleterre, comme l’illustre le maintien des shires et hundreds, la question d’une "rupture" suite à l’invasion normande fait encore l’objet de débats parmi les historiens. Voir J. O. Prestwich, "Anglo-norman Feudalism and the Problem of Continuity", Past and Present, 26, 1983, p. 39-57 et E. Bournazel et J.-P. Poly (éd.), Les féodalités, Paris, PUF, 1998, p. 69 et 107.

825 En s’appuyant sur l’historien absolutiste Brady, Rapin-Thoyras considère que le Domesday Book est la preuve de l’accession de Guillaume sur le trône, non en vertu d’un droit de succession légitime, mais par le seul droit de conquête, rupture dynastique qui entraîna un boulversement de l’ordre juridique ancien. Les assemblées de la nation ne furent alors plus réunies (Histoire d’Angleterre, t. II, p. 46 et 55). Cependant, il critique Blackwood, qui, dans son Apologia pro Regibus, affirmait que la Conquête "avait fait des Anglais autant d’esclaves" (t. VIII, p. 65).

826 Cette charte est restée célèbre pour avoir rétablie "la loi du roi Edouard [le Confesseur]", permettant ainsi d’établir, par une glose peu rigoureuse, d’une part un lien entre la monarchie saxonne et la monarchie normande et d’autre part, un précédent, la concession (ou le rétablissement) de libertés jusqu’alors bafouées. Voir le texte reproduit par Ch. Bémont (Chartes…, op. cit., p. 1-7).

827 Rapin-Thoyras, op. cit., t. II, p. 86-87. La Charte de 1215 est reproduit p. 363 sq.

828 Rapin-Thoyras, Dissertation sur les Whigs et les Torys, op. cit., p. 13-14.

829 Après être tombée dans un relatif oubli sous les Tudor, la Grande Charte fut remise à l’honneur par une célèbre formule des Institutes de Coke : "Magna Carta is such a fellow that it will have no sovereign". Ce texte perdait alors son statut de concession royale et son caractère aristocratique, pour devenir une confirmation de droits éternellement reconnus au peuple anglais. Mais cette glose peu scrupuleuse ne date pas du xviième siècle. La plupart des modifications du sens du texte eurent lieu au xivème siècle. Par exemple, le terme "no free man" contenu dans l’article 29 devint "no man" en 1331, puis en 1354 "no man of what ever estate or condition he may be" (J. C. Holt, Magna carta, op. cit., p. 10). Ainsi, "Magna Carta has been preserved not as a museum piece, but as part of the common law of England, to be defended, maintened or repealed as the needs and functions of the law" (p. 2).

830 Il critique ainsi Bignon qui fait de la loi salique une loi naturelle et le Père Daniel qui considère que celle-ci réglait la succession royale dès l’époque mérovingienne ("Dissertation sur la Loi salique", Histoire d’Angleterre, t. III, p. 249-267) et rappelle que le De alodis ne concernait à l’origine que les héritages privés et n’établissait pas la primogéniture (p. 250).

831 Ibid., t. II, p. 348.

832 Préférant fonder ses réflexions sur des "faits", plutôt que sur des "raisonnements", Rapin-Thoyras reconnaît la difficulté de son entreprise, eu égard à la rareté des sources de l’époque saxonne. Comme il le note avec justesse, la plupart des chartes ne sont que des apocryphes établis du temps du Conquérant pour prouver droits, immunités ou privilèges (ibid., t. I, p. 521).

833 Ibid., t. I, p. clxxv.

834 Selon les juristes "antiquitaires" du xviième siècle, l’ancient constitution repose sur la coutume (custom), elle est immémoriale (immemorial), et enfin elle est équilibrée, terme impropre pour traduire balance (G. Burgess, op. cit., p. 4-5).

835 S’appuyant sur les témoignages de Tacite et de César, Sidney avait loué le gouvernement saxon, monarchie élective où une "assemblée générale de la noblesse et des personnes libres de la nation" partageait le pouvoir législatif avec le roi (Discours sur le gouvernement, La Haye, 1702, t. III, p. 206).

836 Rapin-Thoyras, op. cit., Préface, p. clxxiii.

837 Larrey, "Dissertation sur l’origine des Parlemens", Histoire d’Angleterre, t. I, p. 6.

838 Ibid., p. 3. Il invoque même le Discours sur l’Histoire universelle (III, 6, Paris, Gallimard, "La Pléiade", 1961, p. 991) de Bossuet pour conclure sa présentation de l’antique monarchie franque : "Sous le nom de liberté, les Romains et les Grecs se figuraient un État où personne ne fut sujet que de la loi, et où la loi fût plus puissante que les hommes" (cité p. 20).

839 Saint-Evremond, Des Belles Lettres et de la jurisprudence, Les véritables œuvres, op. cit., t. II, p. 160.

840 [Duval], Lettres curieuses sur divers sujets, Paris, 1725, t. I, lettre xlvi, p. 210.

841 Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. 495.

842 Ibid., t. VIII, p. 194-195.

843 Larrey, Histoire d’Angleterre, op. cit., t. I, p. 33. Citant de Tyrrell, il refuse de limiter la participation de la nation aux seuls tenantes in capite, qui tenaient leur fief directement du roi, car ils ne pouvaient "faire de leur chef le corps représentatif du peuple ; c’est à l’universalité du peuple et non à sa moindre partie qu’appartient le pouvoir législatif" (p. 37). Les possesseurs de "tenure en socage et en bourgage" avaient ainsi leurs propres députés (p. 47). Sur cette réalité de l’Angleterre médiévale, voir F. Jouön des Longrais, "La tenure en Angleterre au Moyen Age", RSJ Bodin, 1938, t. III, p. 166-210.

844 L’utilisation du terme de "procuratores" dans certains actes royaux du xème siècle prouverait la participation du peuple. Autre argument, le droit aujourd’hui reconnu à de simples hameaux d’envoyer des députés s’explique par l’importance de la population de ces lieux à l’époque saxonne (Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. 520).

845 D’une part, aucun témoignage contemporain ne distingue clairement les Communes de la noblesse. D’autre part, l’histoire européenne apporte un démenti à la participation du peuple. Rapin-Thoyras cite Mézeray, qui ne mentionne à ce propos que les "Seignores et les Majores", Fouchet et surtout Pasquier. En 1560, l’auteur des Recherches de la France (Liv. 2, chap. 7) précise que ceux qui étaient appelés au parlement, étaient "les princes, grands seigneurs, nobles et ceux qui tenaient les premières dignités dans l’Église", le peuple n’apparaissant qu’en 1286 (cité par Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. 521).

846 Il ne s’attarde guère sur la question de l’origine des fiefs, matière qu’il juge "trop vaste" et renvoie à l’ouvrage de Selden (ibid., p. 542). Dans les Titles of honors (1631), Selden (15841654), démontrait que la féodalité n’était point une conséquence de la conquête normande, mais trouvait son origine dans les tribus germaniques qui submergèrent l’Empire romain (J. G. A. Pocock, The Ancient Constitution, op. cit., p. 135). Sur l’influence de Selden sur Rapin-Thoyras, voir R. Minuti, op. cit., p. 68-69.

847 Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. 504. Sur la transformation du thane, entendu au viième siècle comme simple serviteur pour désigner au milieu du siècle suivant un noble tenant du roi, voir E. Bournazel et J.-P. Poly (éd.), Les féodalités, op. cit., p. 61-68.

848 Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. 521. Il n’est ainsi pas possible de suivre H. Trévor-Roper, qui commente l’Histoire d’Angleterre en ces termes: "It was a story of aristocratic virtue, of conservatism, of continuity" ("A Huguenot Historian: Paul Rapin", in I. Scouloudi (ed.), Huguenots in Britain, op. cit., p. 15).

849 Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. 512.

850 Sur cette épineuse question de la genèse et de la nature du parlement à l’époque médiévale, voir Ch. Petit-Dutaillis, op. cit., p. 329-356; G.O. Sayles, The King’s Parliament of England, London, E. Arnold, 1975 et A. Harding, England in the Thirteenth Century, Cambridge U.P., 1993, p. 264-320.

851 Voir F. Dumont, Cours d’histoire comparative des institutions de l’Europe, Les cours de droit, Paris, 1967-1968, p. 117 sq ; A. Marongiu, "Pré-parlements, parlements, États, assemblées d’États", RHD, 1979, p. 631-644.

852 Après la mort de Guillaume II le Roux, Henri Ier parvint sur le trône grâce au soutien d’une assemblée, mais, précise Rapin-Thoyras (op. cit., t. II, p. 85), il ne faut pas y voir là "la nation représentée, comme elle l’est aujourd’hui, par un Parlement".

853 Ibid., t. II, p. 102-103.

854 Ibid., t. II, p. 498. G. I. Langmuir a montré que le terme parlamentum employé à l’origine à propos de négociations diplomatiques, s’est dissocié de ceux de colloquium et de concilium pour désigner des assemblées "où les discussions avaient une dimension nettement plus politique que judiciaire" ("Politics and Parliaments in the Early Thirteenth Century", F. Dumont (éd.), Études sur l’histoire des assemblées d’États, Paris, PUF, 1966, p. 53-55). L’étymologie du terme "parlement" retenait déjà au xviiième siècle l’attention de Duval (op. cit., t. I, p. 209) qui précise qu’il provenait du latin "parlamentum", qui a donné "parola" en italien et "parler" en français. Introduit en Angleterre lors de la Conquête par "le vieux jargon normand parlar de la ment", il donna son nom à cette assemblée car "c’est un lieu privilégié pour les membres de l’une et l’autre des chambres, qui peuvent inopinément déclarer leur sentiment, même contre le Roi, sans être censurés".

855 Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. clxxviii et t. II, p. 498. Retenir 1265 est lourd de conséquence en droit anglais. Une règle de droit, pour être qualifiée d’immémoriale, devait être antérieure au time of memory, le jour du couronnement de Richard Ier le 3 février 1189.

856 Ibid., t. III, p. 2.

857 L’érudit Robert Brady avait défendu la thèse de la légitimité militaire de Guillaume le Conquérant imposant par les armes le droit féodal et celle d’une conception absolue de la souveraineté monarchiste. 1265 marquerait la première participation des représentants des Communes. Voir la "Brady controversy" rapportée par J. G. A. Pocock, The Ancient Constitution, op. cit., p. 182-228, et C. C. Weston, "L’Angleterre…", op. cit., p. 370-373.

858 Rapin-Thoyras, op. cit., t. III, p. 90.

859 B. Wilkinson, Constitutional History of England in the Fifteenth Century, London, 1964, p. 280 et 283. La première mention de la volonté des Communes d’être à la fois "assentors" et "petitioners" fut exprimée sous Henri V en 1414, sans encore obtenir gain de cause.

860 Rapin-Thoyras, op. cit., t. II, p. 526.

861 Lenglet-Dufresnoy, Méthode pour étudier l’histoire, op. cit., t. I, p. 80.

862 Le Gendre de Saint-Aubin, Traité, op. cit., t. IV, p. 209-210.

863 En 1264, le comte de Leicester fut ainsi le "restaurateur de la liberté, des droits et des privilèges de la nation anglaise" ("Observations sur le Parlement d’Angleterre", in Histoire d’Angleterre, t. I, p. lxx-cxlix, cit. p. lxxii). Cette dissertation constitue un petit essai fort érudit d’histoire parlementaire dans lequel Saint-Marc critique Rapin-Thoyras, mais surtout l’abbé de Raynal, qui venait de publier en 1748 une Histoire du Parlement d’Angleterre. Sur ce dernier ouvrage, voir infra, section III.

864 Saint-Marc, op. cit., p. lxxv. Outre cette pièce, reproduite en français et latin (p. cxxii-cxliii), il cite un cartulaire de l’abbaye de Westminster et des extraits de l’Archaionomia, sive De Priscis Anglorum Legibus (rédigé en 1591 et publié en 1635) de William Lambarde (Saint-Marc écrivant Lombard).

865 C. C. Weston, "L’Angleterre …", op. cit., p. 356-358.

866 Saint-Marc, Observations sur le Parlement d’Angleterre, op. cit., p. xcvi. De cette promesse, il peut logiquement conclure que la transmission de la couronne anglaise n’obéit pas à des règles de droit public, comme par la théorie statutaire de la couronne élaborée par les juristes français, mais de droit privé. Cette patrimonialisation du pouvoir royal est en effet étayée par de nombreuses citations d’historiens du droit et de mémorialistes anglais. Aux définitions de "Conquérant" empruntés à Matthieu Paris et à Spelman, il ajoute celle des "acquêts" proposée par Jean Skene : "choses acquises ou possédées par le droit privé, soit en vertu d’un titre particulier, soit en vertu d’une donation, donc d’un contrat particulier". Guillaume Ier est ainsi appelé Conquerant (Conquestor), "pour avoir conquis l’Angleterre, c’està-dire acquis l’Angleterre, et non pour l’avoir subjuguée" (ibid.).

867 Ibid., p. xcvi.

868 Ibid.

869 Ibid., t. I, p. xcxvi-xcxvii. La formule de l’article 14 de la Grande charte de 1215, supprimée dans celle de 1225, "pour avoir le commun conseil du royaume" ("per Commune Consilium regni") ne figurait pas dans la pétition des barons, mais fut insérée par les légistes du roi afin de limiter l’absentéisme des barons au Magnatum Consilium (Ch. Petit-Dutaillis, op. cit., p. 346-347). Quant à l’article 18, dont il propose une traduction pour le moins adaptée à ses prétentions ("nous promettons encore de faire sommer en général, par nos shérifs et baillis tous ceux qui tiennent des terres de nous en chef, quarante jours avant la tenue de l’Assemblée générale"), il ne désigne en rien le Parlement, mais le Grand conseil des vingt-cinq barons, qui pouvait, s’il n’avait pas été remédié à un abus constaté dans un délais de quarante jours, procéder à la confiscation des châteaux royaux.

870 Saint-Marc, op. cit., t. I, p. cxxi.

871 Rapin-Thoyras, op. cit., t. VII, p. 524-528. Pour un état des lieux de l’historiographie anglaise sur le xviième siècle, voir V. Barrie-Currien, "La guerre civile anglaise : interprétation et révision", V. Barrie-Currien (éd.), Guerre et pouvoir en Europe au xviième siècle, Paris, M. Veyrier, 1991, p. 9-34.

872 Voir J. R. Tanner, English Constitutional Conflicts of the Seventeenth Century, Cambridge U.P., 1966.

873 Rapin-Thoyras, op. cit., t. VIII, p. 65. Sur Cowell, titulaire de la chaire royale de droit civil à Cambridge, qui fut un ferme adversaire des thèses des common lawyers, voir J. G. A. Pocock, The Ancient Constitution, op. cit., p. 102-105 et 120.

874 Rapin-Thoyras, op. cit., t. VIII, p. 372.

875 Ibid., t. VIII, p. 370.

876 Ibid., t. X, p. 470.

877 Ibid., t. X, p. 185.

878 Ibid., t. X, p. 589.

879 Ibid., t. X, p. 44.

880 Ibid., t. X, p. 400-434 (affaire Titus Oates) et p. 640-655 (naissance de Jacques III). Sur ces deux épisode, voir B. Cottret, La Glorieuse révolution, op. cit., p. 105-110.

881 Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. clxxxiiii.

882 Ibid., t. X, p. 188.

883 "Il est vrai qu’on ignore le détail de la convention qui peut avoir été faite sur ce sujet, entre les rois et leur peuple ; mais les preuves qu’on trouve dans la suite, de la liberté du peuple, ne laissent aucun lieu de douter, qu’il y eu d’abord quelque règlement là-dessus" (ibid., p. clvii). Contra N. Girard d’Albissin (op. cit., p. 49 sq et p. 89 sq), qui considère Rapin-Thoyras comme un fidèle légataire de Locke.

884 "C’est une chose impossible en Angleterre que de marquer le degré d’obéissance que le peuple doit au roi ou au Parlement quand ils se trouvent opposés. La raison en est évidente. C’est que l’essence du gouvernement consiste dans leur union. C’est dans le roi et dans le Parlement unis ensemble que réside le pouvoir absolu, qui est nécessaire dans tout gouvernement, de quelque nature qu’il soit" (Histoire d’Angleterre, t. X, p. 195).

885 "Le roi et le peuple ne font qu’un même corps dont le roi est la tête" (ibid., t. I, p. clxxii-clxxiii).

886 Ibid., t. I, p. 485.

887 Ibid., t. XI, p. 15. L’History of England d’Echard (1670-1730), est un bon exemple de l’historiographie tory du règne de la reine Anne (J. W. A. Gunn, Beyond Liberty and Property, op. cit., p. 146).

888 Rapin-Thoyras, op. cit., t. X, p. 154.

889 Rapin-Thoyras, Dissertation, op. cit., p. 50.

890 La thèse de la "désertion" du trône avancée par certains Lords, permettait de considérer que le trône n’était pas vacant, ouvrant la voie à une possible régence. Les tenants de l’abdication, estimant le trône comme vacant, aspiraient à ce que la Convention désigne un nouveau monarque. Plusieurs comités des droits (Rights Committes), furent réunis au cours des mois de janvier et février pour trancher cette question dans la Declaration of Rights. Voir B. Cottret, La Glorieuse révolution, op. cit., p. 138-140 et L. G. Schwoerer, qui a souligné l’influence modératrice des lawyers dans la rédaction de la Declaration of Right puis du Bill of Rights présenté à l’automne suivant, textes en retrait par rapport à la première formulation des doléances énoncées par les députés en février 1689 dans les Heads of Grievances ("The Role of Lawyers in the Revolution of 1688-1689, Die Rolle der Juristen bei der Entstchung des modern Staates, Berlin, Duncker et Humbolt, 1986, p. 474-498).

891 En affirmant notamment que le verbe "abdiquer" était étranger à la "Loi Commune" (op. cit. t. X, p. 608) et en rejetant les précédents de la guerre des Deux-Roses, souvent invoqués lors des débats à la Convention (p. 697). Sur les précédents historiques avancés lors des débats, voir H. Nenner, The Right to be King. The Succession to the Crown of England (1603-1714), London, Macmillan, 1994, p. 145-170.

892 L’Act for declaring the rights and liberties of the subject and settling the succession of the crown, est reproduit par E. N. Williams, The Eighteenth Century Constitution, op. cit., p. 26-28.

893 Sur le contexte de la publication de cet ouvrage, voir J. Dedieu, Montesquieu, op. cit., p. 87-96. Il fut traduit et annoté en anglais par Tindal et Kelly en 1725, puis réédité en 1732 et en 1757-1763.

894 À l’exemple de Salmon dans la Defense of the English History against the Misinterpretation of Mr. de Rapin-Thoyras (London, 1734).

895 Silhouette lui reprochera une description du règne d’Elisabeth trop fidèlement inspirée des Annales de Camden (Lettre sur les transactions publiques du règne d’Elisabeth, Amsterdam, 1736, p. 6 sq).

896 Lenglet-Dufresnoy, Méthode pour étudier l’histoire, op. cit., t. II, p. 307 sq.

897 Moreri, Supplément au grand Dictionnaire historique, Paris, 1735, t. II, v° "Rapin-Thoyras", p. 173-174.

898 Secousse, "Mémoire dans lequel on prouve que Charles V étoit souverain de Guienne", Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres (5 avril 1743), t. XVII, p. 535.

899 Le Blanc, Lettres, op. cit., t. III, p. 102.

900 Sur les critiques portées par Hume sur l’œuvre de Rapin-Thoyras, voir M. Baridon, Edward Gibbon et le mythe de Rome, Paris, Honoré Champion, 1977, p. 467-478.

901 Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 1197.

902 Ibid., p. 1017. Sa lecture de Hume lui démontre que Rapin "semblait seul avoir écrit une histoire impartiale : mais on voit encore la souillure du préjugé jusque dans les préjugés que Thoyras raconte" (Articles extraits de la Gazette littéraire de l’Europe, 1764, M. xxiii, p. 169173).

903 Voltaire, cité par R. Pomeau, Politique de Voltaire, op. cit., p. 112. Sur la portée de cette affirmation, qui suppose que l’historien doit être raisonnable, utile et impartial, voir B. Binoche, Les trois sources des philosophies de l’histoire, Paris, PUF, 1994, p. 50-52.

904 Voir M.-B. Bruguière, "Anglomanie et mythes politiques…", op. cit., p. 476-477.

905 La philosophie de l’histoire, 1765, M. t. xiv, p. 231.

906 Essai sur les mœurs, op. cit., t. I, p. 451.

907 J.-M. Goulemot, Le règne de l’histoire, op. cit., p. 323.

908 Lettres philosophiques, op. cit., t. I, p. 90.

909 Ibid., t. I, p. 91.

910 Essai sur les mœurs, op. cit., t. I, p. 468. Voir également, p. 359 (années 1402-1403).

911 Annales de l’Empire, 1753, Œuvres, Paris, 1822, p. p. 327.

912 L’absolutisme gallican de Cardin Le Bret le conduit à souligner que le roi d’Angleterre, comme ceux d’Aragon et de Pologne "n’ont jamais été absolument souverain, parce qu’ils relevaient par hommage-lige de l’Église romaine" (De la souveraineté du Roy, Paris, 1632, p. 10).

913 Essai sur les mœurs, op. cit., t. I, p. 723. Les causes du conflit avec la papauté remontent au milieu du xiième siècle, lors de l’utilisation abusive par les parties du writ of prohibition qui assurait la compétence des juridictions royales aux dépends des cours ecclésiastiques, jusqu’à son paroxysme lors de la fameuse dispute entre Henri II et Thomas Becket. Contrairement à l’affirmation de Voltaire, le statut de 1353, renforcé par le statut de Winchester (1393), n’interdisait pas tous les appels devant le Pape. Il fut le moyen pour le roi, encouragé par le Parlement, d’étendre la compétence des juridictions royales sur les tribunaux ecclésiastiques. Voir J. H. Baker, op. cit., p. 149-150. Si Voltaire, comme bien d’autres, y voit une anticipation de la crise du xvième siècle, B. Wilkinson rappelle : "It was not the first blast of the Reformation" (Constitutional History, op. cit., p. 384).

914 Essai sur les mœurs, op. cit., t. II, p. 118.

915 Ibid., t. I, p. 522.

916 "L’Angleterre fut plongée dans l’ignorance et le mauvais goût jusqu’au temps du chancelier Bacon" (Réflexions pour les sots, op. cit., p. 353). Voltaire ne retient de ce personnage que le père de la philosophie expérimentale, le théoricien de la connaissance et non le brillant Lord chancelier (1561-1626) de Jacques Ier destitué en 1621.

917 Essai sur les mœurs, op. cit., t. II, p. 52-53.

918 Dans une démarche comparative (apparition concomitante de la Cour du Banc du roi et du Parlement, de la Cour de l’Echiquier et des généraux des finances, devenue ensuite Cour des Aides, des Communes et des États généraux), Voltaire s’interroge sur l’évolution institutionnelle de ces deux nations depuis la fin du xivème siècle : "La France et l’Angleterre ayant donc été administrées si longtemps sur les mêmes principes ou plutôt sans aucun principe, et seulement par des usages tout semblables, d’où vient qu’enfin ces deux gouvernements sont devenus aussi différents que ceux du Maroc et de Venise ?" (Dictionnaire philosophique, M. t. xix, v° "Gouvernement", p. 294).

919 À propos de la crise de 1328, il n’hésite pas à affirmer que Edouard III fut "un terrible interprète de la loi salique" (Commentaire sur l’Esprit des Lois, 1779, M. t. xxx, p. 464). Sur la démarche iconoclaste de Voltaire historien des institutions, voir C. Saguez-Lovisi, Les lois fondamentales au xviiième siècle, Paris, PUF, 1984, p. 106-121.

920 Annales de l’Empire, op. cit., p. 104.

921 Ibid.

922 Lettres philosophiques, op. cit., t. I, p. 104. On retrouve la même idée exprimée en des termes différents : "Il faut, pour qu’un État soit puissant, ou que le peuple ait une liberté fondée sur les lois, ou que l’autorité souveraine soit affermie sans contradiction" (Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 618).

923 Ibid., p. 652. L’indignation et le sentiment d’horreur devant l’acte du régicide de Charles Ier iront croissant. Dans la dernière période de sa vie, Voltaire pourra, dans un style limpide, fustiger ce Parlement croupion (Rump Parliament) qui, une fois expurgé, fut transformé en une haute cour de justice présidée par John Bradshaw, ce "sergent de loi". "On sait trop que cette sombre rage de joindre les formalités de la loi aux horreurs de la politique fut poussée si loin chez cette nation, alors féroce, que son roi, vendu par des Ecossais à des Anglais, fut enfin jugé à mort par une prétendue cour de justice à laquelle présidait, pour grand-steward, un sergent de loi, et où siégeaient un cordonnier et un charretier mêlés à trente-huit colonels. C’est le plus solennel et le plus tranquille assassinat juridique dont jamais aucun nation se soit vantée" (Prix de la justice et de l’humanité (1777), M. t. xxx, p. 573), l’expression "assassinat juridique" étant empruntée à Beccaria.

924 Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 1116.

925 Homélies prononcées à Londres sur la superstition, M. t. xxvi, p. 333.

926 Essai sur les mœurs, op. cit., t. II, p. 773.

927 Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 684. A de plusieurs reprises dans le Dictionnaire philosophique (v° "Tyran", M. t. xx, p. 543 et v° "Arrêts notables", p. 388) Voltaire prend la défense de Charles Ier.

928 Lettres philosophiques, op. cit., t. I, p. 49.

929 Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 760-761.

930 Histoire de Charles XII, 1731, Œuvres historiques, op. cit., p. 171.

931 Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 761.

932 La citation entière permet de saisir toute la subtilité de Voltaire : "L’entreprise la plus criminelle de toute cette guerre fut la seule véritablement heureuse : Guillaume réussit toujours pleinement en Angleterre et en Irlande (…). Quand j’appelle cette entreprise criminelle, je n’examine pas si la nation, après avoir répandu le sang du père, avait tord ou raison de proscrire le fils, et de défendre sa religion et ses droits : je dis seulement que, s’il y a quelque justice sur la terre, il n’appartenait pas à la fille et au gendre du roi Jacques de le chasser de sa maison" (Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 786). Dans les Fragments historiques sur l’Inde, il n’hésite pas à dire que Guillaume III "est encore plus usurpateur" que Jacques II (1773, M. t. xxix, p. 197).

933 Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 763.

934 Essai sur les mœurs, op. cit., t. I, p. 738.

935 Compte rendu de l’Histoire complète de l’Angleterre de David Hume, op. cit., p. 172.

936 Belle image empruntée à H. Duranton, "Voltaire historien de l’histoire de France : un iconoclaste dans le temple de Clio", F. Laplanche et Ch. Grell (éd.), La monarchie absolutiste et l’histoire de France, P.U. de Paris-Sorbonne, 1986, p. 218-229

937 J.-M. Goulemot, Le règne de l’histoire, op. cit., p. 322. Contra D. Ligou ("Voltaire et la "Glorieuse Révolution" d’Angleterre de 1688", Parliaments, Estates and Representation, 11-2, 1991, p. 156).

938 Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 871.

939 Dictionnaire philosophique, v° "Lois (Esprit des)", M. t. xix, p. 327 et Commentaire sur l’Esprit des lois (op. cit., M. t. xxx, p. 435).

940 Lettres philosophiques, op. cit., t. I. 102.

941 Ibid., t. I, p. 101. Voir également Dictionnaire philosophique, v° "Gouvernement", M. t. xix, p. 293.

942 Essai sur les mœurs, op. cit., t. II, p. 709-710. La preuve de l’inexistence de la Chambre des Communes dans une période antérieure lui est fournie par la Grande Charte, qui ne fait pas mention de cette institution (Lettres philosophiques, op. cit., t. I, p. 105).

943 Essai sur les mœurs, op. cit., t. I, p. 779.

944 "Qu’on parcourt toute la charte, on trouvera seulement que les droits du genre humain n’ont pas été assez défendus" (ibid., t. I, p. 557). Dans les Lettres philosophiques (t. I, p. 105), deux articles sont ainsi critiqués : l’article 32 qui ne fait que réglementer, et non supprimer, les obligations vassaliques, et l’article 21, qui en vient à substituer la "plus grande tyrannie" des barons féodaux à celle plus légitime de l’autorité royale.

945 Essai sur les mœurs, op. cit., t. I, p. 537. La charte d’Henri Ier de 1100 constitue, elle, la "première origine des libertés anglaises, tant accrues dans la suite" (p. 526).

946 C’est à la suite d’une critique acide portée contre l’orgueilleux Voltaire, qualifié de "nain" et de "bouffon" dans l’une des Pensées de La Beaumelle, qu’éclatera une violente polémique entre les deux hommes. Voltaire refuse d’envisager cette révolution à travers la question : "Un peuple a-t-il le droit de se révolter contre l’autorité qui veut le forcer à croire ?", mais à travers celle beaucoup moins polémique de savoir : "Si le roi pouvait dispenser du serment du Test ceux qu’il admettait aux emplois ?" (Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 760).

947 D’Argens, Critique du siècle, op. cit., t. II, p. 99.

948 D’Argens, Lettres sur divers sujets, 1740, in Mémoires, Paris, 1807, p. 38.

949 D’Argens, Lettres juives, op. cit., t. V, p. 79-80 et 83.

950 Lettres philosophiques, op. cit., t. I, p. 104.

951 Fragments des instructions pour le Prince royal de *** (1767), M. t. xxvi, p. 442.

952 J. G. A. Pocock, Vertu, commerce, histoire, op. cit., p. 289.

953 Lettres philosophiques, op. cit., t. I, p. 81.

954 Voir A. Crépin, "Mentalités anglaises au temps d’Henri II Plantagenêt d’après les Proverbs of Alfred", Henri II Plantagenêt et son temps, Actes du colloque de Fontevraut, Cahiers de civilisation médiévale, 1999, p. 49-60. Sur le mythe d’Alfred, qui supplante progressivement celui d’Edouard Le Confesseur dans le panthéon royal anglais au cours du xviième siècle, voir C. Hill, "The Norman Yoke", op. cit., p. 95-98. En 1740, l’anglais David Mallet rédigera une pastorale à grand succès, Alfred, dédiée au Prince de Galles et George III donnera à l’un de ses fils le prénom du roi saxon, (B. Cottret, Bolingbroke, op. cit., p. 446-447).

955 Rapin-Thoyras, op. cit., t. I, p. 322. N. Lambert publiera d’ailleurs au siècle suivant The Beginner’s French Book. Life of Alfred the Great by Rapin-Thoyras, Londres, 1835. A l’exception de la dynastie des Stuarts, Alfred est le seul monarque à se voir consacrer une notice dans le Dictionnaire de Moreri (1718, op. cit., t. I, 124).

956 Essai sur les mœurs, op. cit., t. I, p. 391.

957 Ibid., p. 393. Comme le note R. Pomeau, qui voit en Alfred un exemple de "despotisme éclairé", Voltaire tend ici à prouver l’influence qu’un seul homme peut avoir sur son temps (Politique de Voltaire, op. cit., p. 92).

958 Essai sur les mœurs, op. cit., t. I, p. 391. L’université d’Oxford fut en fait fondée en 1167 par Henri II inquiet de voir les plus éclairés de ses sujets fréquenter la Sorbonne.

959 Ibid.

960 Voltaire, La Henriade, op. cit., p. 40.

961 G. Ascoli, La Grande-Bretagne, op. cit., t. I, p. 242-249.

962 Si La Calprenède en 1639 et l’abbé Claude Boyer en 1678 avaient déjà trouvé un sujet d’inspiration dans le sémillant comte d’Essex, qui, après avoir gagné les grâces et le coeur de la reine, fut condamné à mort en 1601 pour tentative de conspiration, la postérité n’a retenu que le nom de Thomas Corneille. L’intrigue de la pièce peut être résumée par ces vers mis dans la bouche de la reine Elisabeth : "Et la raison d’État, en le privant du jour, / Servira de prétexte à la raison d’amour" (Le comte d’Essex, act. 3, scène 4, Chefs d’œuvre de Thomas Corneille, Paris, 1818, p. 134).

963 De façon iconoclaste, d’Argens voit dans ce règne la preuve "qu’un trône est souvent occupé plus dignement par une femme que par un homme" (Lettres morales et critiques, op. cit., p. 88).

964 G. Leti, La vie d’Elisabeth, reine d’Angleterre (1694), 3ème éd., Amsterdam, 1734. On recense au moins sept éditions de cet ouvrage jusqu’en 1750.

965 Saint-Simon évoque "les lumières de son esprit, la profondeur et la justesse de sa politique, l’adresse et la sagesse de son gouvernement" (Parallèle des trois premiers rois Bourbons, Traités politiques et autres écrits, Paris, Gallimard, "La Pléiade", 1996, p. 250). Selon Mably, "son génie suppléa aux lois, sa politique savante dompta le Parlement, et sous une puissance absolue l’Angleterre fut florissante" (Parallèle des Romains et des François par rapport au gouvernement, par rapport à leur pouvoir, Paris, 1740, t. I, p. 157). Pourtant peu enclin à vanter le mérite des monarques anglais, l’abbé de Raynal reconnaît que "l’histoire doit recueillir avec soin les principes sublimes d’une administration si parfaite" (Histoire du Parlement d’Angleterre (1748), Londres, 1751, t. II, p. 50-51).

966 La philosophie de l’histoire, op. cit., p. 139.

967 Essai sur les mœurs, op. cit., t. II, p. 295.

968 Ibid., p. 267.

969 Ibid.

970 Ibid., p. 466. Voir également Dictionnaire philosophique, v° "enthousiasme". Ce thème est bien évidement omniprésent dans La Henriade.

971 Essai sur les mœurs, t. II, p. 474. "Jamais jugement ne fut plus incompétent, et jamais procédure ne fut plus irrégulière", dit-il à propos de ce procès (ibid., p. 479).

972 J.-L. Quantin, "Le mythe du législateur au xviiième siècle", Ch. Grell (éd.), Primitivisme et mythe des origines dans la France des Lumières (1680-1820), P.U. de Paris-Sorbonne, 1989, p. 159.

973 R. Pomeau, Politique de Voltaire, op. cit., p. 45.

974 De Sacy, Traité de la gloire (1715), La Haye, Henri Sauget, 1745, p. 78-79. Dubos ne succombe pas à cette fascination de la figure de Cromwell, à qui il faut accorder "pour tout mérite la valeur de simple soldat, et le talent d’avoir su paraître pénétré des sentiments qu’il voulait feindre, et aussi ému des passions qu’il voulait inspirer aux autres, que s’il les avait senties véritablement" (Réflexions critiques, op. cit., t. I, p. 39). De même, Le Gendre de Saint-Aubin, à la lecture du républicain "Sidnei", qu’il critique sévèrement, estime que Cromwell "ôta à la nation sa liberté et ses privilèges : il la punit lui-même du parricide qu’il lui avait fait commettre" (Traité, op. cit., t. IV, p. 187-188).

975 Desban, Les principes naturels du droit et de la politique, Paris, 1715, p. 128.

976 Le Blanc, Lettres, op. cit., t. II, p. 276 et t. III, p. 354.

977 Raynal, Histoire du Parlement d’Angleterre, op. cit., t. II, p. 103.

978 Pascal cité dans le Moreri (Supplément au Grand Dictionnaire historique, op. cit., v° "Cromwell", t. I, p. 332).

979 Terme utilisé quelques lignes plus loin par Pascal (Pensées (632), 1670, Paris, Gallimard, 1977, p. 391).

980 Dans La Tyrannie heureuse, ou Cromwel politique (Leyde, 1671), P. F. de Galardi condamne le régicide, qualifiant la déclaration des Communes de 1649 de "fière, insolente et dépouillée de respect". Mais il voit dans l’œuvre de Cromwell un "fléau du Ciel [destiné à] punir les peuples, et à faire rentrer un prince au devoir" (p. 104). Ce châtiment rappelle aux deux parties, le peuple et le roi, qu’ils se doivent "mutuelle protection et fidélité". Il se refuse de diaboliser Cromwell, citant à ce propos un extrait de L’art de régner (1665) du Père Le Moyne : "Qui niera que celui qui remua dernièrement l’Angleterre, qui ôta de sa place une monarchie que tant de siècles avaient établie, et qui était fondée sur l’enchaînement de tant de races, ne fut un homme de sens et de coeur ?" (p. 107).

981 Loin de condamner le régicide, il tient des propos singuliers, même parmi les penseurs les plus radicaux, sur la mort de Charles Ier : "Evénement terrible ! Dans lequel on ne sait ce qu’on doit le plus admirer, ou l’avilissement de la majesté souveraine, qui cesse d’être respectable, dès que ceux qui en sont revêtus oublient à quelle condition elle leur a été confiée, ou la hardie entreprise d’une nation toujours jalouse de ses privilèges, qui sacrifie ses biens, sa vie et jusqu’au sang de ses rois, à l’amour de la liberté" (de Limiers, Histoire du règne de Louis XIV (1717), Amsterdam, 1720, t. I, p. 182).

982 Ibid., p. 230.

983 D’Argenson, Des loisirs d’un ministre, Mémoires, (P. Janet), op. cit., t. V, p. 268.

984 Son interprétation de la mise à mort de Charles Ier est assez originale. Les parlementaires sont ainsi accusés d’avoir violé les lois fondamentales en condamnant le roi sans respecter le principe de légalité. Dans ce royaume en effet, nul ne peut être condamné à mort sans loi. Mais c’est le roi qui le premier viola les lois fondamentales en levant des subsides par la seule autorité de son Conseil, se heurtant alors à l’opposition légitime des députés. Il ajoute : "Il ne voulut point reconnaître son tord, et il lui en coûta le royaume et la vie" (Ouvrages de politique, op. cit., t. VI, p. 90).

985 Saint-Pierre, Annales politiques, 1758, t. I, p. 110. Les parlementaires commirent deux erreurs empêchant la République de perdurer dans une nation pourtant peu encline à la monarchie : la suppression de la Chambre haute, provoquant la rancœur des grands seigneurs au lieu de les "intéresser au nouveau gouvernement" et la trop grande influence de la New Model Army stationnée aux portes de Londres qu’il aurait fallu renvoyer (p. 121-122).

986 Ces deux textes sont reproduits par J. P. Kenyon (The Stuart Constitution, op. cit., p. 342348 et 350-357). A. Esmein a étudié l’apport théorique des textes constitutionnels de cette période en les comparant avec la Constitution américaine de 1787 et les lois constitutionnelles de 1875 ("Les Constitutions du Protectorat de Cromwell", RDP, xii, 1894, p. 193-218 et 405-442).

987 Le 17 Mars (19 mai) 1649, soit plus de 3 mois après l’exécution de Charles Ier.

988 Lettres philosophiques, op. cit., t. II, p. 127-128.

989 Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 625 et 670.

990 Ibid., p. 626.

991 Essai sur les mœurs, op. cit., t. II, p. 682. Dans un de ses manuscrits, il laissa ce portrait éloquent: "He had a quick sighted sagacity, a firm understanding, an irresistible eloquence, a courage above all mankind, a profound knowledge of the world. He did not aim at first at the supreme power, but he was carried on by degrees at the throne, making always the best use of the least circumstances" ("Small Lenigrad notebook", Notebooks (T. Besterman ed.), University of Toronto Press, 1968, t. I, p. 62).

992 Essai sur le mœurs, op. cit., t. II, p. 681 et 683.

993 Ibid., t. II, p. 683. Dans le Siècle de Louis XIV (op. cit., p. 626), Cromwell avait "l’Evangile dans une main, l’épée dans l’autre".

994 "Piccini notebook", Notebooks, op. cit., t. I, p. 504.

995 Essai sur les mœurs, op. cit., t. II, p. 678, 682 et 683. Dans sa troisième lettre philosophique, il avait pourtant reproché à Cromwell sa persécution des Quakers.

996 "Lenigrad notebook", Notebooks, op. cit., t. I, p. 229

997 Essai sur les mœurs, op. cit., t. II, p. 679.

998 Le siècle de Louis XIV, op. cit., p. 676.

999 Dictionnaire philosophique, v° "Tyran", M. t. xx, p. 542. Plus loin, ce personnage est qualifié d’"enthousiaste" et de "fanatique", qui "augmenta toujours son pouvoir, en osant toujours en abuser" (v° "Cromwell", M. t. xvii, p. 294-298). Au temps de Fairfax et de Cromwell, "le fanatisme absurde s’était introduit dans ce grand édifice comme un feu qui consume un beau bâtiment qui n’est que de bois" (v° "Gouvernement", M. t. xix, p. 295-296).

1000 Articles extraits de la Gazette littéraire de l’Europe, op. cit., p. 172.

1001 Helvétius, De l’esprit, Œuvres complètes, Londres, 1780, t. II, p. 73 et Voltaire, Dictionnaire philosophique, v° "Anecdotes", M. t. xvi, p. 197.

1002 Essai sur les mœurs, op. cit., t. I, p. 465.

1003 J.-L. Quantin, "Le mythe du législateur au xviiième siècle", op. cit., p. 154-155.

1004 Bury, Lettres sur quelques ouvrages de M. de Voltaire (Amsterdam, 1769) cité dans l’édition critique par O. R. Taylor de La Henriade (The complete works of Voltaire), Institut et musée Voltaire, Genève, 1970, p. 199-200.

1005 Higgons, Abrégé de l’Histoire d’Angleterre, La Haye, 1729. Il fut réédité en 1730 sous un titre modifié, sans que le contenu en soit changé (Histoire critique du Gouvernement de la Grande-Bretagne, La Haye, 1730). Comme le rapporte le Mercure de France, Higgons s’attache à une vigoureuse défense des Stuarts, victimes des doctrines "républicaines" et "séditieuses" des parlementaires (septembre 1730, p. 190 sq).

1006 Higgons, op. cit., Préface du Traducteur, non num. J. Dedieu rapporte également la traduction d’un ouvrage du célèbre juriste John Selden, qui, s’il fut un adversaire acharné de la politique de Charles Ier, commit un pamphlet d’une rare violence contre le Parlement de 1640, publié à titre posthume en 1689 sous le titre de Table Talk (Montesquieu, op. cit., p. 101-103). Le titre de Table Talk (Propos de Table), fait référence aux conversations studieuses des apprentis avocats lors de leurs déjeuners dans ce qui étaient alors le lieu de formation, les Inns of Court.

1007 Moreri, Grand Dictionnaire historique, 1732, v° "Guillaume d’Orange", t. III, p. 993 ; 1750, t. V, p. 448.

1008 Reboulet, Histoire du règne de Louis XIV, Avignon, 1744, p. 403 et 390.

1009 Ecclésiastique de son état, Duplessis se fit remarquer en son temps pour son érudition, puisque, bibliothécaire de la ville d’Orléans, il prit part aux querelles sur l’histoire romaine. Outre une étude sur le calvinisme, il a laissé une histoire de la ville d’Orléans et des observations sur la Normandie.

1010 [Dom Michel-Tours-Chrétien Duplessis], Histoire de Jacques II, Roi de la Grande-Bretagne, Bruxelles, 1740, Préface non num. et p. 293-295.

1011 Ibid., p. 3-4.

1012 Ibid., p. 27.

1013 Ibid., p. 162.

1014 Voir supra, Partie préliminaire, section I.

1015 Ibid., p. 287.

1016 Ibid., p. 214. Emporté par sa fougue, l’auteur oublie de préciser que Sidney fut condamné à mort à la suite du complot de Rye House visant à assassiner les deux frères royaux en 1683. Il ne pouvait donc participer aux préparatifs de l’expédition de Guillaume d’Orange. Un tel rapprochement de Sidney avec Burnet (1643-1715) s’explique par la probable lecture de l’History of my own time écrite par le second à partir de 1723. Dans ses mémoires traduits par Lapillonnière, Burnet s’explique sur son rapprochement avec Sidney et Russel. Disgracié par Charles II, il trouva l’exil auprès de Guillaume d’Orange. Sur le rôle actif de Burnet dans la révolution de 1688, pour lequel il sera récompensé par l’évêché de Rochester, voir R. Ashcraft, La politique révolutionnaire, op. cit., p. 584-590.

1017 Duplessis, op. cit., p. 283. On retrouve un écho de cette affirmation dans les propos tenus à la Convention par le comte de Nottingham, brillant adversaire de la vacance du trône : "Our laws know no inter regnum, but upon the death of the predecessor the next heir is in uno et eodem instanti" (cité par H. Nenner, The Right to be King, op. cit., p. 164).

1018 Duplessis, op. cit., p. 284-285. Sa défense du droit héréditaire le conduit à déplorer qu’à la mort de Mary épouse de Guillaume, en 1694, la couronne ne soit pas allée à Anne, seconde fille de Jacques II et épouse du roi George de Danemark, qui ne montera sur le trône qu’en 1702. "Le sceptre survécut à son épouse", affirme-t-il dans une jolie formule (ibid., p. 291).

1019 Ibid., p. 58-59.

1020 Ibid., p. 296.

1021 Ibid., p. 299.

1022 Ibid., p. 276. A la fin de l’ouvrage se trouvent d’ailleurs reproduits des "Sentimens de Jacques II sur divers sujets de piété" (p. 333-406).

1023 Ibid., p. 276 et 209.

1024 Ibid., p. 60. Il reprend avec un certain opportunisme l’argument de ses adversaires pour plaider la cause des Irlandais - il ne mentionne pas les Ecossais -, qui eux, souhaitent voir un membre de la dynastie des Stuarts régner en Irlande. Ainsi, à l’inverse du principe cujus regio, ejus religio, les Irlandais comme les Anglais auraient un roi de leur choix (p. 257). Sur cette hypothèse, voir K. S. Bottigheimer, "The Glorious Revolution and Ireland", in L. G. Schwoerer (ed.), The Revolution of 1688-1689, op. cit., p. 234-243.

1025 Relevant la haine viscérale des Anglais pour le catholicisme, il note qu’il ne trouve pas "d’autre crime dans le duc d’York [futur Jacques II] qu’un grand désir d’étendre les bornes de l’Église romaine. Ce crime est celui du christianisme tout entier" (Duplessis, Histoire de Jacques II, op. cit., p. 94).

1026 Ibid., p. 60 et 298.

1027 Sur ce point, voir O. Tholozan, op. cit., p. 354 sq.

1028 Ramsay, Traité philosophique sur le gouvernement civil, 1721, Œuvres de Fénelon, Versailles, J. A. Lebel, 1824, t. XII. Sauf mention contraire, cette édition servira de référence. Celle publiée à La Haye en 1719 sous le titre d’Essay de politique, où l’on traite de la nécessité, de l’origine, des droits, des bornes et des différentes formes de souveraineté selon les principes de l’Auteur du Télémaque ne propose que des différences minimes dans la présentation de l’Angleterre.

1029 L’attribution de cette œuvre à Ramsay, auteur d’une Vie de Fénelon publiée en 1723 a fait l’objet de nombreuses discussions. F. Gallouedec-Genuys souligne "l’étroite parenté entre les idées que défend Fénelon dans ses livres et celles exposées par Ramsay" (La conception du Prince, op. cit., p. 290). A l’inverse, R. Mousnier l’exclut délibérément des écrits politiques de l’archevêque de Cambrai, puisque Ramsay "laïcise Fénelon et en tire un Philosophe" ("Les idées politiques de Fénelon", La plume, la faucille et le marteau, Paris, PUF, 1970, p. 78), opinion suivie par J. Molino pour qui l’Essai est "la première de ces utilisations abusives de l’héritage fénelonien que le xviiième siècle va voir se multiplier" ("L’Essai philosophique sur le gouvernement civil, Ramsay ou Fénelon ?", La Régence, Paris, Armand Colin, 1970, p. 292). Peut-être convient-il aussi de mentionner qu’une génération sépare Fénelon (1651-1715) de Ramsay (1686-1743) ?

1030 Il est téméraire de voir dans ce projet de réforme une quelconque influence des institutions anglaises. La structure sociale de l’Ancien Régime y est maintenue (F. Gallouedec-Genuys, op. cit., p. 129-136). Il est seulement possible de relever que les États provinciaux seraient élus tous les trois ans, comme le Parlement d’Angleterre avant le Septennial Act de 1716, même si les compétences de ces assemblées, composées de députés des trois ordres élus au suffrage indirect, sont limitées à un rôle fiscal. Peut-être en réaction contre la pratique anglaise, Fénelon a soin de préciser : "élection libre : nulle recommandation du roi, qui se tournerait en ordre ; nul député perpétuel, mais capable d’être continué" (Tables de Chaulnes (1711), art. II, § iii, Ecrits et lettres politiques, Paris, Boissard, 1920, p. 103-104).

1031 J. Black, Natural and Necessary Enemies, op. cit., p. 36 sq.

1032 A la suite de divergences avec le cardinal de Tencin sur des questions religieuses, Mably s’éloignera des sphères du pouvoir à partir de 1748. Il n’est donc guère surprenant que les éditeurs des œuvres complètes sous la Révolution, en 1789 comme en l’an III, aient "oublié" le Parallèle.

1033 A. Feugère, Un précurseur de la Révolution, l’abbé Raynal (1713-1796), 1922, Slatkine Reprints, Genève, 1970, p. 26-35.

1034 Précis sommaire de l’histoire d’Angleterre depuis la Conquête saxonne jusqu’en 1739, s.d. (Arch. Mini. Aff. Etrangères, série "Mémoires et Documents", Angleterre, 1 A, Pièce 1). Ce constat, qui doit tout à une hasardeuse confrontation de nos "fiches", peut être illustré par la simple mention de quelques "périodes" retenues par l’auteur qui inspirèrent Raynal (voir note suivante). Après la "première époque", consacrée à l’heptarchie que Raynal ne traitera pas, la "deuxième époque" a pour titre "Guillaume le Conquérant régna despotiquement" (fol. 1 r.) ; la "troisième époque", "Jean sans Terre dégrada l’autorité royale en accordant la Grande charte" (fol. 2, r.) ; la "sixième époque", "1461. Edouard IV en arrivant sur le trône laissa les Communes usurper le pouvoir législatif" (fol. 7 r.).

1035 Voici la division chronologique adoptée par Raynal : Première époque : "Guillaume Premier, surnommé le Bâtard, et ensuite le Conquérant, établit le despotisme" ; Deuxième époque : "Le roi Jean sans Terre dégrade l’autorité royale en accordant la Grande Charte en 1215" ; Troisième époque : "Le Parlement s’établit sous le règne de Henri III en l’an 1234" ; Quatrième époque : "Les Députés des Communes, qui étaient choisis par le Roi, commencent à être choisis par leurs villes et leurs provinces, sous le règne d’Edouard Ier en 1272" ; Cinquième époque : "Les Barons usurpent l’autorité législative sous Edouard II. 1308" ; Sixième époque, "Les Communes usurpent le pouvoir législatif sous le règne d’Edouard IV. 1461" ; Septième époque : "Les Communes s’emparent de toute l’autorité souveraine sous Charles Ier. 1648" ; Huitième époque : "Le Parlement s’attribue le droit de disposer de la couronne de Jacques II en 1689" ; Neuvième époque : "Union des Parlements d’Angleterre et d’Ecosse sous le nom de Parlement de la Grande-Bretagne, par les soins de la Reine Anne en 1707" ; Dixième époque : "État actuel du Parlement".

1036 Pour ne donner que deux exemples, Ramsay écrivait à propos des élections : "On ne voit, dans les provinces, que brigues, que haines, que divisions, que tromperies. Les Whigs et les Tories, les républicains et les royalistes, les amateurs de l’indépendance et ceux du despotisme" (Essai philosophique, op. cit., p. 427), phrase qui se retrouve à l’identique dans l’Histoire du Parlement d’Angleterre (op. cit., t. II, p. 253). De même, une anecdote concernant l’absentéisme des députés au Parlement rapportée par Rapin-Thoyras (Dissertation sur les whigs, op. cit., p. 164) se retrouve mot pour mot (Histoire du Parlement, t. II, p. 267). Il serait possible d’étendre ces exemples d’emprunts au père d’Orléans et à l’abbé Le Blanc.

1037 Voir infra, IIème partie, Tit. I, chap. 2.

1038 Les sources anglaises avouées de Ramsay sont Glanville et Brady, Bracton, ce dernier étant ici abusivement présenté comme un théoricien de la seule monarchie de droit divin par une formule tirée du De legibus et consuetudinibus Angliae : "Le Roi n’a point d’autre supérieur que Dieu ; qu’il n’y a point d’autre remède, quand il fait des injustices, que d’avoir recours aux remontrances respectueuses, afin qu’il redresse ; et s’il ne le fait point, il doit suffire que Dieu s’en vengera un jour" (Essai, op. cit., p. 410).

1039 Ibid., p. 404-406.

1040 Ibid., p. 408.

1041 Ibid.

1042 Ibid., p. 409. La même idée était évoquée au siècle précédent par Sorbière, qui constate que si le roi avait coutume d’examiner les pétitions des sujets présentées par les "bourgeois" et les "gentilshommes", ce n’est que depuis Edouard Ier que les Communes ont le droit de participer physiquement aux délibérations (Relation d’un voyage, op. cit., p. 107).

1043 Mably, Parallèle, op. cit., t. II, p. 142.

1044 Ibid., p. 144. L’auteur cite d’ailleurs longuement Rapin-Thoyras.

1045 Ibid., p. 147.

1046 "L’Allemagne, la Hongrie (…) ont tiré de l’usage des fiefs les inventions de brider l’autorité royale, en lui opposant des diètes, des états, et des parlements, qu’ils prétendent être au-dessus de leurs rois. (…) Et la guerre civile qui dévore maintenant l’Angleterre, sur quoi est-elle fondée, sinon sur l’autorité du parlement ? Je soutiens que c’est en conséquence du droit des fiefs que ces diètes, états, parlements ont été introduits, et que devant que l’intention en eût été trouvée du temps de Hugues Capet, tous ces royaumes, aussi bien que la monarchie française, n’auraient point de ces prétendus privilèges, mais étaient régis par les rois en toute souveraineté" (Lefebvre-Chantereau, Traité des fiefs, Paris, 1662, Liv. I, chap. x, p. 71). En annexe, il reproduit un long extrait de l’Archeologo sive Glossario (1622) de Spelman à qui il semble emprunter cette idée (p. 373-384).

1047 Mably, Parallèle, op. cit., t. II, p. 150-151.

1048 Ibid., t. II, p. 148.

1049 Ibid., t. II, p. 369.

1050 Ibid., t. II, p. 147.

1051 Ibid. La reconnaissance du Parlement a provoqué "un partage inégal et mal affermi de l’autorité" (p. 152). C’est pourquoi, à l’évocation des négociations du traité d’Utrecht rapportées dans son ouvrage de droit international, il critique le fait que les Anglais exigent la convocation des États généraux, "nécessaire dans un État tel que l’Angleterre, où la nation partage avec le prince la puissance législative, mais (…) inutile en France" (Le droit public de l’Europe, Œuvres complètes, t. VI, p. 98).

1052 Mably, Parallèle, op. cit., t. II, p. 155-156.

1053 Ibid., p. 263-265.

1054 Raynal bénéficiera de l’assistance de Duport du Tertre dans cette entreprise. Si ce dernier prétend dans sa Préface s’être largement inspiré de Rapin-Thoyras (Abrégé chronologique de l’histoire d’Angleterre, Paris, 1751, t. I, p. x), il reprend en fait les thèses de l’Histoire du parlement d’Angleterre, avouant même qu’il s’est donné "quelques fois la liberté de [la] copier mot pour mot" (t. II, p. 377). Cet ouvrage a d’ailleurs été publié avec "approbation royale".

1055 Raynal, Histoire, op. cit., t. I, p. 38.

1056 Ibid., t. I, p. 59.

1057 Ibid., t. I, p. 19.

1058 Ibid., t. I, p. 41 sq.

1059 Ibid., t. I, p. 125-136 où le texte de la Charte est reproduit intégralement.

1060 Ibid., t. I, p. 186. La seule description du règne d’Henri III s’étend sur cinquante pages.

1061 Ibid., t. I, p. 230.

1062 Ibid., t. I, p. 241.

1063 Ibid. t. II, p. 196.

1064 Raynal, Histoire du Stadhouderat depuis son origine jusqu’à présent, s.l., 5ème éd., 1750, t. I, p. 323. Comme la même critique se retrouve dans son Histoire du Parlement (t. II, p. 322), Lafont de Saint-Yenne pourra louer l’abbé de Raynal d’avoir su présenter un portrait de Guillaume sous "ses véritables traits, déguisés jusqu’à présent par les écrivains de la nation, intéressés à justifier le coupable détrônement de leur légitime roi" (Lettre sur l’histoire du Parlement d’Angleterre, s.l., 1748, p. 6).

1065 Raynal, op. cit., t. II, p. 197.

1066 Ibid., t. II, p. 175.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search