Version classiqueVersion mobile

La constitution anglaise, un modèle politique et institutionnel dans la France des lumières

 | 
Edouard Tillet

Titre II. La constitution anglaise, un ordre politique singulier

La constitution anglaise, un ordre politique singulier

Texte intégral

  • 772 G. Ascoli, op. cit., t. I, p. 256.

1Au cours des premières années du règne de Louis XV, les écrits scientifiques ou littéraires de Newton, Defoe, Swift ou Pope suscitent davantage la curiosité ou l'enthousiasme dans les milieux lettrés que les inquiétantes discussions sur les institutions anglaises, dont aucun ouvrage n'offre une véritable vision d'ensemble. La Britannia de Camden (1585) ou le Commonwealth of England (1589) de Smith, connus des érudits et des juristes français du siècle précédent772, restent alors encore des ouvrages de référence.

  • 773 Ce n'est qu'en 1997 ( !) que fut traduit pour la première fois dans son intégralité le Premier tra (...)
  • 774 L'abbé Dubos s'était vu offrir par Locke, non pas un exemplaire du Traité sur le gouvernement civi (...)
  • 775 D'Argenson, Mémoires, (P. Janet), op. cit., t. V, p. 273. Il précise que d'Aguesseau lui aurait co (...)

2Parmi les auteurs de la fin du xviième siècle, contrairement à une légende tenace, c'est Algernon Sidney dont les Discours sur le gouvernement avaient été traduits par le huguenot Samson en 1702, et non John Locke773, qui semble avoir joui en France de la plus grande notoriété774. Reprenant un projet du chancelier d'Aguesseau, d'Argenson offrira ainsi une réfutation fort respectueuse des Discours sur le gouvernement jamais publiée de son vivant, notant : "C'est ce qui a été écrit de mieux contre le pouvoir d'un seul. En lisant ce livre, on devient républicain"775.

  • 776 Cet officieux vade-mecum des institutions anglaises rédigé en 1669 par Chamberlayne, et totalement (...)

3Entre 1715 et 1748, les descriptions de la constitution anglaise, souvent inspirées de L'état présent de la Grande-Bretagne776 se multiplient sous les formes les plus diverses (récits de voyages, dictionnaires, œuvres de compilation), qui toutes participent à l'émergence de ce nouveau modèle politique et institutionnel. Mais les conclusions n'arrivent le plus souvent qu'au terme de réflexions préalables sur l'histoire de cette nation. La démarche diachronique reste en effet essentielle pour comprendre la singularité de cette nation. La constitution anglaise n'est en fait que le produit d'une histoire troublée sur laquelle il convient de se pencher (chapitre I). Ces conclusions tendront à mettre en avant, de façon élogieuse ou critique, la singularité de la constitution anglaise, entendue comme une monarchie tempérée (chapitre II). Au terme de cette maturation doctrinale, Montesquieu marque une rupture en insérant la description des rouages de cette constitution dans une théorie de la liberté politique (chapitre III).

Notes

772 G. Ascoli, op. cit., t. I, p. 256.

773 Ce n'est qu'en 1997 ( !) que fut traduit pour la première fois dans son intégralité le Premier traité sur le gouvernement par Bernard Gilson (Paris, Vrin, 1997) consacré à la réfutation des thèses patriarcalistes de Filmer. En revanche, le Second traité a connu une diffusion sinueuse tout au long du xviiième siècle. Absent des nombreuses éditions des œuvres complètes de Locke, cet écrit fut réédité, selon la traduction proposée par Mazel en 1691, à Genève en 1724, puis à Bruxelles en 1749 où pour la première fois figurait le nom de l'auteur. Selon I. M. Wilson, il fut ainsi quasiment inconnu en France jusqu'en 1735 (The Influence of Hobbes and Locke in the Shapping of the Concept of Sovereignty in Eighteenth-Century France, Stud. on Voltaire, ci, 1973, p. 69). Excepté Ramsay (infra, section III) et certains jansénistes (Ph. Sueur, "Contributions à l'étude…", op. cit., p. 61), il revient à Barbeyrac d'avoir le plus contribué à la connaissance de la pensée politique de Locke sur le continent. Dans les substantielles notes ajoutées aux traductions des ouvrages de Noodt (Du pouvoir des souverains (1704) Amsterdam, 1714, p. 352, 355 et 382) et de Pufendorf (Le droit de la nature, op. cit., t. II, p. 194 et 333 sq), ce dernier a inséré de longues citations extraites du Second traité, notamment pour définir le droit de propriété, la nature de l'autorité et le droit de résistance. Voir R. Hutchinson, Locke in France, 1688-1734, Oxford, 1991, p. 42-85.

774 L'abbé Dubos s'était vu offrir par Locke, non pas un exemplaire du Traité sur le gouvernement civil, mais les Discours de Sidney qu'il juge en ces termes : "Je crois qu'un auteur qui entreprendrait de faire voir les inconvénients qu'il y a à craindre du livre de monsieur Sidney ferait un bon livre" (Lettre du 19 novembre [1698], cité par G. Bonno, "Une amitié franco-anglaise du xviième siècle : John Locke et l'abbé Dubos", RLC, xxiv, 1950, p. 487).

775 D'Argenson, Mémoires, (P. Janet), op. cit., t. V, p. 273. Il précise que d'Aguesseau lui aurait confié qu'il avait réuni tous les éléments d'une réfutation de l'ouvrage de Sidney quand il était procureur général au Parlement de Paris. Il est dommage que ce projet n'ait vu pas le jour.

776 Cet officieux vade-mecum des institutions anglaises rédigé en 1669 par Chamberlayne, et totalement refondu en 1698, puis en 1728 par le huguenot exilé Gui Miège fut un extraordinaire succès d'édition. Un catalogue manuscrit de la Bibliothèque Nationale n'en recense pas moins trente-huit éditions, dont dix-sept traduites en français entre 1669 et 1755 (Catalogue de l'histoire d'Angleterre en accès direct à la Bibliothèque Nationale, série Nc). Lenglet-Dufresnoy considère la République d'Angleterre de Smith comme "assez exacte, quoique fort abrégée", mais seul l'ouvrage de Chamberlayne dans sa traduction de Miège permettrait de comprendre "les changements intervenus dans la police et dans la forme de cette monarchie" depuis le règne d'Elisabeth (Méthode pour étudier l'histoire, op. cit., t. II, p. 305-306).

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search