Version classiqueVersion mobile

La constitution anglaise, un modèle politique et institutionnel dans la France des lumières

 | 
Edouard Tillet

Titre I. La constitution anglaise, reflet d’un ordre social et légal singulier

La constitution anglaise, reflet d'un ordre social et légal singulier

Texte intégral

1Par quelles sources d'information s'opère le renversement de la représentation du peuple anglais ? Pour un lecteur de Voltaire ou de Montesquieu, combien ne le connaissent encore que par les amères récriminations des exilés jacobites arrivés en France à partir de 1689, nombre qui augmenta après l'échec du soulèvement écossais de 1715 ?

  • 303 M. Plaisant, "Le mythe de la liberté dans la littérature anglaise (1688-1750)", Modèles et moyens (...)

2Alors que le Grand tour était un élément essentiel de l'éducation de la noblesse anglaise, l'aristocratie et plus généralement les sujets du royaume de France n'étaient encore que peu enclins à traverser le Channel. En 1727, Montesquieu inaugure une nouvelle forme de découverte de l'Angleterre, qui n'est plus une propice terre d'exil, mais devient un séjour philosophique et mondain. La littérature anglaise, alors tant prisée, a joué un rôle essentiel dans ce renversement de perspective. Traversés avec force par le mythe d'une liberté aux accents whigs, la prose de Defoe (1663-1731) ou d'Addison (1672-1719), les vers de Blackmore (1658-1729) ou de Thomson (1700-1748), ont contribué à la lente élaboration d'une véritable mythologie de l'île heureuse et libre303. Exemple transparent, les Délices de la Grand'Bretagne de James Beeverell, offre une description convenue des beautés et des vertus de cette nation :

  • 304 J. Beeverell, Les délices de la Grand'Bretagne et de l'Irlande, Leyde, 1707 (cit., t. IV, p. 869-8 (...)

En Angleterre se trouve établi un peuple civilisé, humain, éclairé par les lumières de l'Évangile, sage, laborieux et appliqué à rechercher tout ce qui peut servir au bien de la nation. (…) Les yeux s'y repaissent de la beauté des lieux qui ont une charmante perspective304.

  • 305 J. Dedieu, Montesquieu, op. cit., p. 35-69 et la recension des périodiques consacrés à l'Angleterr (...)
  • 306 Dès la première livraison, la Bibliothèque britannique rapporte l'ouvrage violemment anticlérical (...)
  • 307 Une exception notoire est le Journal historique sur les matières du tems, plus connu sous le titre (...)
  • 308 Par exemple, les propos contradictoires au sein de la même gazette : en mars 1729, l'Angleterre es (...)

3C'est sans doute la presse périodique qui fut le vecteur le plus efficace de la diffusion d'une image attrayante de cette civilisation au sein de la République des Lettres305. Entre 1712 et 1747, une douzaine de périodiques, au rang desquels une place particulière doit être faite au brillant Spectator d'Addison, s'attache à assouvir une curiosité grandissante pour l'Angleterre. La Bibliothèque anglaise, et surtout la Bibliothèque britannique se firent, sous couvert d'anodins comptes rendus, les propagandistes des thèses anglaises les plus avancées306. Cette littérature n'offrait cependant que des informations relativement pauvres sur la réalité institutionnelle de l'Angleterre. Les rubriques "Nouvelles de Londres" ou "Nouvelles d'Oxford" qui ponctuent chacune des livraisons de ces gazettes sont consacrées à la philosophie, aux belles lettres ou aux écrits théologiques. Leur contenu politique reste cependant très limité. Sans réelle cohérence, des anecdotes parfois piquantes sur la vie de la Cour (exploits cynégétiques du monarque, état de santé de la reine) côtoient de très sommaires explications des débats au Parlement (règlement des litiges à la suite d'élections, vote de la liste civile ou de la taxe sur la terre). À un rapport sur les mouvements de la flotte anglaise ou quelques commentaires sur l'état de la dette nationale succède une reproduction des discours prononcés à l'ouverture d'une session du parlement307. D'un tel constat, il est périlleux de dégager une cohérence d'ensemble dans la présentation de la réalité politique et institutionnelle anglaise faite par la presse périodique de l'époque308.

4Quelques soient ces vecteurs de diffusion, entre 1715 et 1748, une nouvelle représentation de l'Angleterre, plus impressionniste que réaliste, s'impose. Le tableau prend forme par touches successives. Se produit en effet un discret mais progressif renversement de la représentation de l'Angleterre, désormais sujet de commentaires de plus en plus flatteurs. Certains stéréotypes voient alors le jour, pour perdurer dans l'imaginaire politique pendant tout le siècle. Sur la traditionnelle représentation de la perfide et tourmentée Albion se superpose une image nouvelle de la nation anglaise, qui suppose la redéfinition du "génie" de ce peuple (chapitre I), pour établir l'arrière-plan, le cadre général dans lequel se déploient les commentaires sur une liberté, aux accents républicains, à la fois inquiétante et fascinante (chapitre II).

Notes

303 M. Plaisant, "Le mythe de la liberté dans la littérature anglaise (1688-1750)", Modèles et moyens de la réflexion politique au xviiième siècle, op. cit., t. II, p. 243-269.

304 J. Beeverell, Les délices de la Grand'Bretagne et de l'Irlande, Leyde, 1707 (cit., t. IV, p. 869-870).

305 J. Dedieu, Montesquieu, op. cit., p. 35-69 et la recension des périodiques consacrés à l'Angleterre par A.-M. Chouillet et M. Fabre ("Diffusion et réception des nouvelles et ouvrages britanniques par la presse spécialisée de langue française", in La diffusion et la lecture des journaux de langue française sous l'Ancien Régime, APA, Holland U. P., 1988, p. 177-200).

306 Dès la première livraison, la Bibliothèque britannique rapporte l'ouvrage violemment anticlérical de Middleton (A letter from Rome), et les Cato's letters de Gordon et Trenchard (1733, t. I, 1ère partie).

307 Une exception notoire est le Journal historique sur les matières du tems, plus connu sous le titre de Journal de Verdun (G. Bonno, La culture et la civilisation britanniques devant l'opinion française de la paix d'Utrecht aux Lettres philosophiques (1713-1734), Philadelphie, 1948, p. 15-16).

308 Par exemple, les propos contradictoires au sein de la même gazette : en mars 1729, l'Angleterre est "toujours la même, toujours divisée" entre le parti soumis à la Cour et celui opposé à ses vues (La clef du Cabinet des Princes de l'Europe, p. 219). Un mois plus tard, il existerait cette fois "un parfait concours entre la Cour et les deux Chambres, une entière uniformité de sentiments, d'activités dans les dispositions" (avril 1729, p. 298).

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search