Version classiqueVersion mobile

La constitution anglaise, un modèle politique et institutionnel dans la France des lumières

 | 
Edouard Tillet

Première partie

L’élaboration du modèle politique et institutionnel anglais (1715-1748)

Texte intégral

  • 297 J.-L. Harouel et alii, Histoire des Institutions publiques, op. cit., p. 421.

1Lorsque s'éteint le Roi-Soleil le 1er septembre 1715, l'Angleterre offre le visage d'une puissance victorieuse. Les traités d'Utrecht et de Rastatt, symboles de l'hégémonie anglaise sur le continent, marquent la reconnaissance officielle de la nature contractuelle et protestante de la monarchie insulaire. La diplomatie anglaise, obtient la renonciation, juridiquement non valable en droit public interne297, de Philippe V d'Espagne au trône de France.

  • 298 Pour une mise en perspective, voir J. Black, Natural and Necessary Enemies. Anglo-French Relations (...)

2Conformément à l'Act of Settlement, George Ier, Électeur de Hanovre, succède à la reine Anne Stuart, décédée en 1714. La régence ouvre ainsi une brève parenthèse diplomatique, caractérisée par la politique de renversement des alliances, qui vise à se protéger des prétentions de Jacques III Stuart comme de Philippe d'Espagne. La politique anglophile et intéressée de Dubois ouvre d'une courte période pendant laquelle l'Angleterre perd, pour un temps, sa figure d'ennemie naturelle, illustrée par la signature du traité de Séville en 1729. Malgré une sourde hostilité entre les deux puissances, la paix sera maintenue jusqu'en 1744, date de l'entrée officielle de l'Angleterre dans la Guerre de Succession d'Autriche298.

3Après la répression de l'insurrection jacobite de 1715, les manœuvres d'Harley, comte d'Oxford, et de Bolingbroke pour obtenir la conversion de Jacques III au rite anglican échouent face à l'intransigeance du monarque exilé. En 1727, George II succédera à son père sans contestation, chose exceptionnelle depuis presque un siècle. L'Angleterre met ainsi un terme au cycle révolution-restauration qui l'avait longtemps caractérisée.

  • 299 D. L. Keir, The Constitutional History of Modern Britain, 9th ed., London, 1969, p. 289.
  • 300 J. H. Plumb, The Growth of Political Stability in England 1675-1725, London, 1967. Voir également (...)
  • 301 J. V. Beckett, "Stability in Politics and Society, 1680-1750", Cl. Jones (ed.), Britain in the Fir (...)

4Les historiens ont longtemps défini l'âge augustéen comme "l'âge classique de la constitution"299, une ère de "stabilité politique"300 dont le symbole le plus éclatant serait l'hégémonie de Walpole sur la vie politique de son temps. Cette image idéalisée d'un xviiième siècle anglican, pacifié, serein et prospère a cependant vécu301

  • 302 Afin de respecter la césure chronologique ici retenue (1748), le soutien de Voltaire à la réforme (...)

5Entre 1715 et 1748, la perception de l'Angleterre se modifie par la conjonction de multiples éléments, dont les écrits politiques sont à la fois l'instigateur et le reflet. Parmi les penseurs de ce matin des Lumières, les noms de Voltaire302 et de Montesquieu viennent les premiers à l'esprit. Il convient cependant de ne pas majorer ici leur importance. Ils s'inscrivent dans un courant plus vaste qui considère cette nation comme la terre d'élection du savoir et de la liberté. À partir de 1715, de nombreux écrivains, la plupart oubliés de l'histoire, ont multiplié remarques, constats et digressions, qui, sans être toujours originaux, ni inscrire leurs réflexions dans un cadre théorique rigoureux, permettent de saisir la singularité de l'Angleterre. C'est de leur lecture et de leur confrontation qu'il est alors possible de saisir les mutations dans la représentation de cette nation. S'élabore ainsi un modèle politique qui, sous bien des aspects, est demeuré figé dans la seconde moitié du siècle. De sujet privilégié d'une littérature de l'exil, l'Angleterre, est devenu trente années plus tard, l'un des loci classici de la pensée politique du second xviiième siècle.

6Comprendre la gestation de ce modèle politique dans toute sa complexité exige de s'attarder sur la singularité de l'ordre social et légal de la nation anglaise (Titre I), puis sur ses institutions politiques (Titre II).

Notes

297 J.-L. Harouel et alii, Histoire des Institutions publiques, op. cit., p. 421.

298 Pour une mise en perspective, voir J. Black, Natural and Necessary Enemies. Anglo-French Relations in the Eighteenth Century, London, Duckworth, 1986.

299 D. L. Keir, The Constitutional History of Modern Britain, 9th ed., London, 1969, p. 289.

300 J. H. Plumb, The Growth of Political Stability in England 1675-1725, London, 1967. Voir également G. Holmes, "The Achievment of Stability : the Social Context Politics from the 1680's to the Age of Walpole", The Whig Ascendancy, J. Cannon (ed.), London, E. Arnold, 1981, p. 1-22.

301 J. V. Beckett, "Stability in Politics and Society, 1680-1750", Cl. Jones (ed.), Britain in the First Age of Party, London, 1987, p. 1-19 ; J. Black, "Introduction : an Age of Political Stability ?", Britain in the Age of Walpole, London, MacMillan, 1992, p. 1-22. L'écrasante majorité whig au Parlement contraste en effet avec une instabilité politique chronique relevée par L. Colley : "Throughout this period, one-party whig government had been superimposed on a two-party, predominantly tory, State" (In Defiance of Oligarchy. The Tory Party, Cambridge U. P., 1982, p. 290).

302 Afin de respecter la césure chronologique ici retenue (1748), le soutien de Voltaire à la réforme Maupeou et sa critique de la justice criminelle ne sont envisagés que dans la seconde partie. Ce n'est qu'à la fin de sa vie que sa voix s'est faite entendre sur ces questions. Exceptée l'édition de références des Lettres philosophiques (1734) de A.-M. Rousseau (Paris, Librairie Marcel Didier, 1964) ont été utilisés les Œuvres Complètes, éd. Moland, Paris, 1877-1885, 52 vol. (cité sous la forme M., suivi du numéro du volume en chiffres romains) des Œuvres disponibles dans la Pléiade, et de l'Essai sur les mœurs (Paris, Bordas, 1990).

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search