Version classiqueVersion mobile

La constitution anglaise, un modèle politique et institutionnel dans la France des lumières

 | 
Edouard Tillet

Partie préliminaire

La constitution anglaise au temps de Louis XIV

Discours polémiques et enjeux théoriques (1688-1715)

Texte intégral

1En octobre 1690, Pierre Bayle écrivait :

  • 86 Lettre à Vincent Minutoni, 6 octobre 1690, cité in H. Bots, "Pierre Bayle et la Glorieuse Révolutio (...)

L’Angleterre est à présent le grand théâtre du monde : on y est si fort occupé de tant de grands objets, présents réellement et par l’anticipation des conjectures, qu’on y peut facilement oublier les autres pays86.

  • 87 Aspect bien mis en évidence dans les communications rassemblées dans l’ouvrage The Revolution of 16 (...)
  • 88 O. Lutaud évoque ainsi une "atmosphère de croisade" dans son commentaire de manuscrits inédits des (...)

2Les événements d’Angleterre mêlent religion, politique et diplomatie87 au fil d’une floraison de pamphlets, libelles et opuscules provenant des officines clandestines du Refuge, de la cour de Versailles et des cercles jacobites de Saint-Germain-des-Prés. Ces écrits, comme les gazettes du temps, sont les supports particulièrement efficaces, bien qu’éphémères, de discours contradictoires. Des imprimeries d’Amsterdam, cœur de la république des Lettres, de Londres ou de Genève, paraissent le Mercure historique et politique, ou la Bibliothèque ancienne et moderne, autant de vibrants porte-voix, d’actifs instruments de propagation de la cause orangiste qui a permis l’écrasement de ce "papisme" tant abhorré. À l’inverse, dans la très officielle Gazette de France ou dans les Nouvelles ecclésiastiques, l’Angleterre conserve l’image d’une nation hérétique, séditieuse et ennemie88.

  • 89 J.-M. Goulemot, op. cit., p. 95.

3Dans cette arène aux frontières européennes s’engage alors un impossible dialogue qui prend très vite la forme de monologues assourdissants entre partisans et adversaires de la Glorieuse Révolution. Comme l’a justement montré Jean-Marie Goulemot, l’actualité anglaise n’a pour les contemporains d’autre réalité que l’ensemble des discours qui la constitue. "Il existe un substrat commun aux adversaires et aux partisans de Jacques II : cette hantise d’une révolution, installée dans les marges de toute histoire et qui entraînerait la destruction de l’ordre politique et social"89. Au terme d’un processus qui tend à déréaliser les événements d’Angleterre, cette actualité se fige dans une abstraction. Aussi est-il délicat de dissocier le discours jacobite du discours orangiste, dans la mesure où ils se construisent l’un par rapport à l’autre, bien plus que par une tentative autonome d’explication et d’interprétation de la révolution anglaise.

  • 90 Ibid. Il semble ainsi excessif de qualifier l’opposition entre partisans et adversaires de la Glori (...)

4Dans cet impossible dialogue, les valeurs de "monarchisme, respect de la personne royale et de l’ordre établi"90 leur sont peut-être communes, mais sous-entendent deux contenus politiques diamétralement opposés. Si ces discours s’inscrivent dans une même représentation de l’histoire, ils véhiculent deux corps de doctrines parfaitement distincts. Le discours jacobite perpétue une représentation traditionnelle de la monarchie bourbonienne, alors que le discours orangiste s’inscrit dans la tradition monarchomaque, mais qui a gagné en densité par l’apport du jus naturalisme moderne. Au-delà de la stupeur et de l’effroi suscités par le renversement de Jacques II, l’Angleterre perpétue dans le discours absolutiste l’image d’une terre de sédition et de révolution (I). Sans développer une construction théorique originale, les pasteurs exilés répondent à ces attaques par une vigoureuse apologétique anti-absolutiste de la Glorieuse révolution (II).

I - UNE RÉFUTATION ABSOLUTISTE DE LA GLORIEUSE RÉVOLUTION

  • 91 Sur l’Angleterre dans le théâtre racinien, voir J. Orcibal, La genèse d’Esther et d’Athalie, Paris, (...)
  • 92 Voir ainsi la confession de Mathan (III, 3, v.919-962), ou l’appel à la révolte du chœur contre Ath (...)
  • 93 "Venger vos princes morts, relever vos lois, / Et faites aux deux tribus reconnaître leur roi" (IV, (...)
  • 94 Racine, Athalie, I, 2, v. 289.

5La Révolution de 1688 augurait de sérieuses difficultés diplomatiques et militaires pour Louis XIV. Une coalition protestante au faîte de sa puissance menaçait le royaume de France. Guillaume d’Orange, l’ennemi le plus intraitable du roi de France suscita le rejet et la vindicte dans une nation toute catholique fortement attachée au principe monarchique. Avec Esther et plus encore Athalie, deux allégories politiques représentées respectivement en 1689 et 1691, Racine sut se faire l’écho "officiel" des événements d’Angleterre91. Dans Athalie, inspiré du seul récit de la Bible qui autorise le renversement d’un usurpateur, nombreuses sont les allusions à l’Angleterre. Guillaume, masqué sous les traits de la reine Athalie, apparaît comme un prince arrogant, à la religion incertaine, sous l’emprise de son conseiller, le prêtre apostat Mathan-Burnet92. Contre cet usurpateur93, Joas (futur Jacques III), légitime héritier obligé de fuir son royaume, sera remis sur le trône par l’action de la seule Providence : "Fais qu’au juste héritier le sceptre soit remis"94.

  • 95 Ph. Sueur, "Contribution à l’étude des idées politiques des Jansénistes français de 1640 à la Révol (...)

6Contre les thèses de Jurieu et de ses partisans se constitue alors un véritable front du refus, qui réunit en son sein des courants de pensée profondément antagonistes. Certains Jésuites, comme les Pères Bretonneau ou d’Orléans, d’éminents jansénistes qui n’ont pas encore revêtu leurs habits d’opposants à l’absolutisme monarchique, avec les figures d’Arnauld et Quesnel95, le plus célèbre représentant de l’orthodoxie monarchique de ce xviième siècle finissant, Bossuet, et dans une moindre mesure, Bayle, éminente figure réformée, s’accordent, pour des motifs parfois contradictoires, à dénier toute légitimité à l’entreprise du Statoudher de Hollande (§1), dont le succès contribue à enraciner la représentation d’une Angleterre, terre de troubles et de séditions (§2).

§ 1 -Guillaume d’Orange, "nouvel Absalon, nouvel Hérode, nouveau Cromwel, nouveau Néron"

  • 96 [Arnauld], Le véritable Portrait de Guillaume-Henry de Nassau, nouvel Absalon, nouvel Hérode, Nouve (...)
  • 97 [Arnauld], Le véritable Portrait, op. cit., p. 5.
  • 98 P. Jansen, "Jansénisme et Grande-Bretagne de la chute de Charles Ier à celle de Jacques II", in Fra (...)

7À travers ces figures peu fréquentables de l’histoire de l’humanité, Antoine Arnauld brosse avec une rage fougueuse Le véritable portrait de Guillaume-Henri de Nassau96. Sans doute soucieux d’afficher ostensiblement une fidélité monarchique alors contestée, il puise dans la rhétorique pamphlétaire des xvième et xviième siècles pour se faire l’ardent défenseur de la religion chrétienne, qui "n’apprend pas à fouler aux pieds le respect que l’on doit aux personnes qui nous tiennent de pères, n’y à faire révolter les sujets contre leur roi"97. Mais il est possible de suivre dans le discours jacobite ces quatre figures convoquées par ce docte janséniste sans doute soucieux de rejeter les soupçons de sympathies réformées qui pesaient alors sur les disciples de Jansénius98. Ces figures, plus que de simples représentations métaphoriques, sous-tendent une description cohérente de la personne de Guillaume d’Orange et de son entreprise, mélange de sacrilège et de forfaiture. Archétype de la figure du mal, presque diabolique, comme le montrent les écrits satiriques d’Eustache Le Noble, il n’est en fait que la réplique de celle de "l’Antéchrist" personnifié par Jurieu dans la figure de Louis XIV.

  • 99 Le Noble, Le couronnement de Guillemot, Londres, 1690, p. 12.

8Les références à Hérode et Néron permettent de rappeler la nature "anticatholique" de l’entreprise de Guillaume. Hérode incarne la figure du roi ambitieux et fourbe, mais surtout reste l’auteur du massacre des Innocents, quand Le Noble décrit la fuite de Marie de Modène, seconde épouse de Jacques II, "qui, dans des inquiétudes mortelles pour ce cher et unique fils, le tenait entre ses bras, et fuyait de nuit, accompagné de fidèles gardiens de ce dépôt sacré"99. Figure quasi-christique, le descendant légitime, Jacques-Edouard Stuart, a ainsi pu être heureusement sauvé des armées orangistes.

  • 100 J. Orcibal, op. cit., p. 121.
  • 101 Arnauld, Le véritable Portrait, op. cit., p. 26.
  • 102 [Le Noble], La bibliothèque du Roy Guillemot, in La pierre de touche politique, Londres, 1690, p. 1 (...)

9"Nouvel Absalon", la référence biblique s’impose ici, comme l’avait déjà invoquée le poète Dryden, futur jacobite, en 1686 lors de l’écrasement de la révolte du duc de Monmouth, fils naturel de Charles II et défenseur du parti protestant100. À l’instar de l’épisode du Livre des Rois, un ambitieux, Absalon/Guillaume suscite une révolte populaire pour s’emparer de la couronne de David/Jacques, trahi par son confident Achitophel/Sunderland101. Dans la bibliothèque imaginaire de Guillaume reconstituée par Le Noble se trouverait un ouvrage intitulé Nouvelle interprétation du troisième Commandement du Décalogue par le R. P. Anti Pater, supérieur des Absalonites (sic), qui tendrait à montrer que "le corps d’un père ou d’un beau-père est un agréable degré pour monter au trône, et qui ne sait pas passer le ventre de la Nature ne mérite pas d’arriver au Palais de la Fortune"102 ! À ce qui constitue une trahison familiale vient se superposer une usurpation par la violation caractérisée des règles dynastiques.

  • 103 [Denis de Saint Marthe], Entretiens touchant l’entreprise du Prince d’Orange, Paris, 1689, p. 68.
  • 104 Bretonneau, Abrégé de la vie de Jacques II, Paris, 1702, p. 46.
  • 105 [Dubos], Les intérêts de l’Angleterre, traduit [librement] du livre anglois intitulé England’s inte (...)
  • 106 Dubos, op. cit., p. 31-32. Il fait allusion à la reconnaissance de Jacques III par Louis XIV comme (...)

10En abusant du principe de l’hérédité, Guillaume III sape les fondations de l’ordre monarchique et ouvre la porte à un désordre successoral alors inconcevable. Les règles coutumières de dévolution de la couronne, supérieures à l’autorité personnelle du monarque, relèvent d’un ordre constitutionnel qu’il est interdit de transgresser. Dans ses Entretiens touchant l’entreprise du Prince d’Orange, Denis de Saint Marthe peut alors légitimement fustiger l’usurpateur Guillaume, qui "se dispense lui et la princesse sa femme, du respect et de la soumission que Dieu et la nature lui ordonnent d’avoir pour un oncle et pour un père"103. De plus, Guillaume ne peut en rien prétendre à la couronne, quand bien même marié à la fille aînée du roi d’Angleterre. En juin 1688, la reine avait donné le jour à un descendant mâle, le futur Prétendant, "dont les factieux, rappelle le père Bretonneau, voulaient passer [la] grossesse pour une feinte"104. Après le vote de l’Act of Settlement en 1701, Jean-Baptiste Dubos, alors ambassadeur à La Haye, s’en prend vertement aux Anglais, ce "peuple étourdi", qui oublie "la plus auguste de toutes ces lois, celle qui règle la succession"105. Le statut de 1701 n’est ainsi qu’un règlement illusoire, comme le fut celui passé contre Charles Ier au temps de Cromwell, qui n’empêcha pas l’héritier Stuart de monter sur le trône en 1660106.

  • 107 Le Noble, Le couronnement de Guillemot, op. cit., p. 21.
  • 108 Ibid., p. 45.

11Toujours animé par la volonté de déprécier l’image de Guillaume III, il est de bon ton de mettre en avant le peu de sang royal qui coule dans les veines de l’usurpateur, simple gentilhomme allemand, comme de se laisser aller à quelques digressions pour le moins fantaisistes sur sa généalogie. Le Noble pousse ainsi l’art de la satire en affirmant qu’il descendrait en fait des seigneurs d’Orange, fief mouvant du comté de Provence qui passa ensuite sous l’autorité des comtes des Baux-de-Provence107 ! La cérémonie du sacre, marquée par l’absence de l’archevêque de Cantorbery qui aurait refusé de se compromettre avec ces "statoudérales majestés", comme les appelle Le Noble, est violemment tournée en dérision. Au lieu du traditionnel "God save the King", on aurait entendu au fond de la cathédrale de Westminster : "The devil take him"108 !

  • 109 La Bruyère, Les caractères (éd. 1691), Paris, Le Livre de Poche, 1985, p. 357.
  • 110 Ibid.

12En dénigrant ainsi l’accession sur le trône de Guillaume d’Orange, Le Noble traduit en fait l’atteinte portée au principe monarchique, bafoué dans ses fondements mêmes. Dans Les caractères, La Bruyère s’en fait également l’écho. Guillaume d’Orange, cet "homme pâle et livide", a mis l’Angleterre "en combustion"109 en sortant de sa condition de sujet pour se faire roi, satisfaisant ainsi sa seule ambition personnelle. De la sorte, il a outragé la religion royale. Mais les excès de Le Noble se distinguent du fatalisme teinté de ressentiment de La Bruyère. Ce dernier reconnaît que les Anglais ont activement collaboré à "prendre [leur] père et [leur] mère par les épaules et les jeter hors de la maison ; et ils l’aident dans une si honnête entreprise". Ce peuple semble même se satisfaire de cette condition d’"humbles esclaves" imposée par les "Bataves"110. Mais si Guillaume d’Orange aurait dû craindre "le ressentiment de plusieurs rois qu’il outrage dans la personne d’un seul", la réalité est toute autre :

  • 111 Ibid. (éd. 1690), p. 352-353. Seul Louis XIV, "toujours bon et magnanime", peut, selon La Bruyère, (...)

Qui pourrait voir des choses si tristes avec des yeux secs et une âme tranquille ? Il n’y a point de charges qui n’aient leurs privilèges ; il n’y a aucun titulaire qui ne parle, qui ne plaide, qui ne s’agite pour les défendre : la dignité royale seule n’a plus de privilèges ; les rois eux-mêmes y ont renoncé111.

  • 112 Raguenet, Histoire d’Olivier Cromwel, Utrecht, 1692, t. II, p. 98. Cet opuscule conserve toujours u (...)
  • 113 Le Noble, La Bibliothèque…, op. cit., p. 24. Sur la présence de Cromwell dans le discours orangiste (...)
  • 114 Le Noble, Le festin de Guillemot, quatrième dialogue sur les affaires du tems, Londres, 1691, p. 7.
  • 115 [John of Werstonnay], Le voyage de Cromwel en l’autre monde, Londres, 1690, p. 17. Sous ce pseudony (...)
  • 116 D’Orléans, Histoire des Révolutions d’Angleterre, [1689-1693], Paris, 1737, t. IV, p. 238.
  • 117 [Le Noble], Le festin de Guillemot, op. cit., p. 10.

13Si Absalon permet d’incarner la figure de l’usurpateur, c’est plus encore la référence à la figure inquiétante et obsédante de Cromwell qui s’impose pour rendre compte de l’entreprise de Guillaume d’Orange. En 1693, François Raguenet, qui fut précepteur des neveux du cardinal de Bouillon, peut encore dénoncer "l’infamie éternelle" qui pèse sur la nation anglaise "pour avoir laissé mourir un usurpateur sur son lit"112. À l’exact inverse de ce que développera la propagande orangiste, la Glorieuse Révolution apparaît alors comme une simple répétition de l’histoire. 1688 n’est qu’un bégaiement à peine nuancé de 1649. Au roi assassiné succède un roi renversé, nouvelle victime de ces impies doctrines républicaines. Le Long Parlement qui présida aux destinées du Commonwealth se voit ressuscité sous la forme de la Convention réunie en février 1689. La composition de la bibliothèque royale traduirait cette communauté de sentiments et d’action entre les deux hommes. On y trouve ainsi selon Le Noble une "Histoire de la Convocation Guillemine, baptisée du nom de Parlement, dédiée à la mémoire de His Highness Mylord Protector"113. Mais cette assimilation est même dépassée : "Guillemot a déjà poussé plus loin que Cromwell le crime et l’insolence, puisqu’il a usurpé le nom de roi, que l’autre n’osa jamais prendre"114. Cette omniprésence de la figure de Cromwell peut prendre une forme allégorique plus légère, à travers Le voyage de Cromwel en l’autre monde et son retour sur terre, publié en 1690 dans les milieux jansénistes. Dans cet étrange écrit satirique, Cromwell, après avoir bénéficié des fastes du royaume de Lucifer, où il put côtoyer César, Calvin, Théodore de Bèze ou Du Plessis Mornay, s’en revient sur terre, incarné dans la figure de Guillaume d’Orange, pour "semer le trouble"115 dans sa propre nation. Seul le Père d’Orléans nuance cette assimilation entre les deux révolutions, puisque la première était conduite par des républicains opposés à "la forme du gouvernement monarchique", alors que la seconde tendait seulement à limiter l’étendue de l’autorité royale116. Comme en 1660, lorsque Charles II fut rappelé sur le trône, Guillaume connaîtra le destin de son peu glorieux prédécesseur, et Le Noble de prédire : "Il ne faut pas douter que la moderne Convention et tout ce qu’elle a nullement et criminellement entrepris n’ait tôt ou tard le même sort qu’a eu cet exécrable Parlement"117.

  • 118 D’Orléans, Histoire, op. cit., t. III, non num.
  • 119 Bretonneau, Abrégé de la vie de Jacques II, op. cit., p. 56.
  • 120 Bossuet, "Oraison funèbre d’Henriette-Marie de France", Oraisons funèbres, Paris, Garnier, 1987, p. (...)
  • 121 Bossuet, Oraisons, op. cit., p. 141. L’oraison prononcée l’année suivante pour Henriette d’Angleter (...)
  • 122 "Tuer un Tyran titulo vel exercitio n’est pas un meurtre" selon le titre d’une traduction française (...)

14Nouveau châtiment divin qui frappe l’Angleterre, l’usurpation de Guillaume d’Orange se doit d’être éphémère, car Dieu, dans son infinie bonté, rétablira bientôt un roi digne de régner. Dans l’Avertissement du troisième et dernier livre de son Histoire des Révolutions d’Angleterre entièrement consacré à l’histoire de la dynastie des Stuarts, le Père d’Orléans souhaitait que "une nouvelle révolution lui fourn[isse] la matière d’un livre quatrième"118. D’ailleurs, dans les faits, le maintien de Guillaume d’Orange sur le trône semblait à l’origine bien mal assuré, même après les importantes victoires des armées protestantes conduites par le maréchal Schönberg, en juillet 1690, sur les bords de la Boyne, puis en 1692, au large du Cap de La Hougue, sur la flotte française chargée d’assurer le transport des armées de Jacques II. Contre la volonté de Jacques II en exil, les complots se succédèrent jusqu’en 1696, dont la tentative d’assassinat de Richmond Park fut le point culminant. Parmi les écrits publiés depuis les foyers jacobites, aucun n’en vient en appeler au soulèvement populaire ou au tyrannicide. Comme le rappelle le Père Bretonneau : "Ce sont les ordres du Ciel, que nous devons adorer dans le silence"119. Comme au temps de Cromwell, qui fut selon Bossuet "l’instrument des grands desseins [de Dieu]"120, la providence divine impose une soumission qui ne souffre ni exception, ni limitation. N’a-t-elle pas elle-même vengé "l’injure des rois"121 en rétablissant Charles sur le trône en 1660 ? Notable exception, la tentation du régicide surgit par l’opportune édition d’un célèbre pamphlet de l’époque des guerres civiles anglaises, le Killing no murder, contre le tyran d’exercice qu’est alors Guillaume122.

  • 123 [Le Noble], Dialogue entre le Jacobite et le Guillemin, in Les travaux d’Hercule, Paris, 1694, p. 4 (...)
  • 124 De Saint Marthe, Entretiens touchant l’entreprise du Prince d’Orange, op. cit., p. 20 et 24.
  • 125 Gueulette, Méthode facile pour apprendre l’histoire d’Angleterre (1697), Paris, 1708, Préface, non (...)
  • 126 Ibid., p. 6-8 (droit de grâce, de conclure les traités, de convoquer et dissoudre le Parlement…).
  • 127 Ibid., p. 9.

15Se trouvent donc réunies en une même personne, les deux figures bibliques de l’usurpateur et du roi "ambitieux" et "criminel", celles du tyran sanguinaire de la Rome impériale et du républicain régicide. Mais de telles descriptions du monarque usurpateur occultent la forme de constitution consacrée en 1689. Pour la majorité, elle n’a que l’apparence de la monarchie, pour n’être en fait qu’une tyrannie. Les membres de la chambre basse seraient les principaux supports de cet édifice, où "les voix se négocient deniers comptants"123. Seul de Saint Marthe y voit une "république anglicane", une "démocratie"124, où le pouvoir royal n’est même pas digne de celui d’un doge de Venise. Simon Gueulette nie avec véhémence le caractère mixte de la monarchie anglaise. Dans sa Méthode facile pour apprendre l’histoire d’Angleterre publiée avec privilège royal en 1697, il refuse d’entériner les changements constitutionnels consacrés par la Déclaration des droits. Le gouvernement y est toujours qualifié de "purement monarchique", car "la dignité royale est purement héréditaire et le Parlement n’a aucune autorité s’il n’est convoqué par le roi et si ses résolutions ne sont approuvées"125. Il insiste ainsi sur les prérogatives reconnues à la personne du roi126, notamment son veto en matière législative qui lui permet de "refuser d’approuver les décrets sans avoir à les motiver"127.

§ 2 - L’Angleterre, une nation "tourmentée dans ses entrailles"

  • 128 Madame de La Fayette, Mémoires de la Cour de France pour les années 1688 et 1689, Paris, 1988, p. 1 (...)
  • 129 Raguenet, Histoire d’Olivier Cromwel, op. cit., p. 3.
  • 130 A. Rey, Révolution, Histoire d’un mot, Paris, Gallimard, 1989, p. 58-59.

16Empruntée aux Mémoires de Madame de La Fayette128, cette métaphore trouve une illustration dans la réalité insulaire de l’Angleterre, qui n’est selon Raguenet, "détachée du reste de la terre, qu’afin qu’on y puisse voir plus distinctement les événements tragiques dont elle fournit de si fréquents spectacles aux autres nations"129. Ces "tragiques" tourments sont la conjonction d’un double phénomène : l’hérésie protestante et l’exhumation de la théorie de la souveraineté populaire. Ces écrits jacobites cherchent alors à démontrer que la mutabilité, les variations sont signe d’erreur. En matière de religion comme de politique, la vérité est immobile130.

  • 131 Jacques Liotter, L’hérésie coupable de la guerre, et de tous les troubles de l’Europe, Grenoble, 16 (...)
  • 132 Voir par exemple Le Noble, Dialogue, op. cit., p. 39-42.

17En déchirant le manteau de l’Église, en semant le désordre dans la cité terrestre, le protestantisme serait, selon le titre d’un pamphlet d’une rare violence, "coupable de la guerre et de tous les troubles de l’Europe"131. En laissant prospérer une infinité d’églises, l’Angleterre est accusée d’avoir ouvert la voie à d’inépuisables querelles théologiques qui n’engendrent que l’anarchie et l’instabilité132. Les événements de 1688 n’apportent ainsi qu’une preuve à charge supplémentaire à un réquisitoire déjà séculaire contre la R.P.R., repris en des termes alors classiques par Raguenet :

  • 133 Raguenet, Histoire d’Olivier Cromwel, op. cit., p. 6.

La diversité des sectes, qui par la contradiction de leurs sentiments, y font naître des partis opposés, dont les brigues et les cabales dégénèrent souvent en factions et en ligues, et où les controverses qui commencent par les disputes, se décident toujours par les armes133.

  • 134 De Brueys, Histoire du fanatisme de nostre tems, Paris, 1692, p. 60.
  • 135 Liotter, L’hérésie coupable, op. cit., p. 9. Dans son Histoire des variations (1688), Bossuet émet (...)

18Selon de Brueys, le royaume de France ne serait lui-même pas à l’abri de tels dangers, par la multiplication des appels à la sédition lancés par les réfugiés exilés aux communautés huguenotes restées en France134. De même que les réformés lancent alors un appel désespéré en faveur du rétablissement de l’Édit de Nantes, les adversaires de Guillaume d’Orange ne désirent qu’une seule chose, le retour de l’Angleterre dans le giron de l’Église romaine135.

  • 136 B. Dompnier, Le venin de l’hérésie, Paris, Le Centurion, 1985, p. 76-87.

19Maimbourg, Varillas, Bossuet et bien d’autres avaient fustigé les méfaits de la Réforme. Depuis plus d’un siècle, historiens, théologiens et controversistes catholiques voyaient dans l’hérésie une source de dépravation et de violence, un ferment d’anarchie136. En 1669, à l’évocation du roi-martyr et de sa femme défunte, Henriette de France, l’évêque de Meaux avait poussé l’art rhétorique à son plus parfait achèvement, pour décrire non sans une certaine mélancolie les ravages de la Réforme :

On énerve la religion quand on la change, et on lui ôte un certain poids, qui seul est capable de tenir les peuples. Ils ont dans le fond du cœur je ne sais quoi d’inquiet qui s’échappe, si on leur ôte ce frein nécessaire, et on ne leur laisse plus rien à ménager quand on leur permet de se rendre maîtres de leur religion.

20Aussi, le constat est accablant :

  • 137 Bossuet, "Oraison funèbre d’Henriette-Marie de France", op. cit., p. 127 et 119.

L’Angleterre a tant changé, qu’elle ne sait plus elle-même à quoi s’en tenir ; et, plus agitée en sa terre et dans ses ports que l’océan qui l’environne, elle se voit inondée par l’effroyable débordement de mille sectes bizarres137.

  • 138 J. Truchet, Politique de Bossuet, Paris, Armand Colin, 1966, p. 38.
  • 139 Bossuet, "Oraison funèbre d’Henriette de France", op. cit., p. 124. Lorsqu’il rédigea sa célèbre Or (...)

21Mais Bossuet refuse d’accabler le peuple anglais de tous les maux, et même de critiquer ses institutions. S’il est possible de regretter qu’il n’ait pas mené à son terme un ouvrage qui se serait intitulé L’état du Royaume et de toute l’Europe138, le royaume de France reste la forme la plus parfaite de gouvernement, comme il avait su l’enseigner au Dauphin. Mais, de façon paradoxale, le providentialisme de Bossuet, conjugué dans ses Oraisons à des intentions diplomatiques plus prosaïques, débouche sur une réhabilitation de la nation anglaise. Cette dernière est exonérée des traditionnelles accusations portées à son encontre. "On ne trouve ni la nation si rebelle, ni ses Parlements si fiers et si factieux : au contraire, on est obligé de reprocher à ces peuples d’avoir été trop soumis, puisqu’ils ont mis sous le joug leur foi même et leur conscience"139. Dans ses Avertissemens aux Protestants, subtile entreprise de réappropriation du Livre souillé par les libelles huguenots, Bossuet ne fait que reprendre ces accusations, notamment au cours de célèbres polémiques avec le pasteur écossais Gilbert Burnet. L’unique critique portée contre les Anglais est leur "indifférence des religions". Seul le calvinisme, odieux combustible des troubles qui divisent l’Europe depuis le xvième siècle, est fustigé.

  • 140 Bossuet, Avertissemens aux Protestans (1691), Paris, 1717, p. 381.

C’est un mauvais caractère et un des effets les plus odieux de la nouvelle Réformation que d’avoir armé les sujets contre leur prince et leur patrie et d’avoir rempli tout l’univers des guerres civiles140.

  • 141 D’Orléans, Histoire, op. cit., t. III, p. 502-503.
  • 142 Ibid., t. I, Avertissement, non num. Ce peuple est fondamentalement indocile car "il a toujours en (...)
  • 143 Ibid., t. III, p. 246.
  • 144 L’Angleterre est le pays "où il y a tant de gens enragés, et tant de diversité de religions" (Lettr (...)
  • 145 En dépit de quelques nuances dues à son admiration pour Bacon et Hobbes, Sorbière insistait déjà su (...)
  • 146 J.-M. Goulemot, Le règne de l’histoire, op. cit., p. 140.

22À l’inverse de Bossuet, le père d’Orléans n’hésite pas à accabler cette nation turbulente. Certes la mort de Charles Ier trouve son origine dans les querelles religieuses nées de la Réforme. L’emplacement de sa sépulture, à côté de celle d’Henri VIII, en est la preuve, "comme si la Providence eût voulu faire souvenir que les malheurs de Charles étaient dans le fond une punition des péchés du père"141. Si les conflits répétés entre factions religieuses sont évoqués, c’est bien plus le naturel de cette nation "belliqueuse, fière, inquiète"142 qui explique l’histoire troublée de la monarchie anglaise. Aucun de ses monarques n’a en effet réussi à "guérir pour longtemps la nation anglaise de l’inquiétude, maladie qui produit les révolutions"143. L’historien jésuite ne fait ici que reprendre les avis déjà émis sous le règne de Charles II par les tenants de l’absolutisme monarchique comme Gui Patin144 ou Samuel Sorbière145. Le recours à des causes d’ordre psychologique permet ainsi d’isoler et de faire de l’histoire monarchique anglaise une exception et un contre-modèle. Le royaume de France ne peut, lui, connaître un pareil destin, puisque le peuple y aime véritablement ses rois146.

  • 147 Arnauld, Le véritable Portrait de Guillaume-Henry Nassau, op. cit., p. 47.
  • 148 [Bayle], Advis important aux Refugiez, Paris, 1692, p. 87.
  • 149 Bossuet réfute minutieusement l’interprétation faite par Grotius, de certains livres de l’Ancien Te (...)
  • 150 [Quesnel], La souveraineté des Rois, Paris, 1703, p. 44. Sur l’absolutisme gallican de Quesnel, con (...)

23Au protestantisme vient s’ajouter une seconde cause des troubles de l’Angleterre, à savoir la diffusion de "maximes séditieuses", de "préceptes républicains", de ce "levain de cromwelisme"147 : la souveraineté populaire. Bayle qualifie cette doctrine de "chimère ressuscitée du tombeau de Buchanan, de Junius Brutus et de Milton"148. La condamnation est unanime. Contre Jurieu et ses sectateurs, s’opère ainsi une vigoureuse réaffirmation du caractère absolu de la monarchie, du principe intangible de l’obéissance passive du peuple, comme de la succession héréditaire à la couronne. Pour des élites encore marquées par les stigmates de la Fronde et de l’épisode du Commonwealth, le spectre du désordre suscite une condamnation sans appel du droit de résistance. Souvent invoqué par Jurieu, Grotius n’a pu, selon Bossuet, fonder ce droit que sur une lecture erronée des exemples bibliques149. Même dans le cas le plus extrême du roi embrassant l’hérésie, l’appel à la révolte ne peut être légitime. Même face au tyran, les sujets doivent rester figés dans un stoïcisme héroïque, comme le rappelle le janséniste Quesnel, défenseur d’un absolutisme régalien gallican150, ou encore Arnauld, dans une lettre à Duvaucel :

  • 151 Arnauld, cité par J. A. G. Tans "Les idées politiques des Jansénistes", Neophilologus, 40, 1956, p. (...)

Il y a un endroit qui m’a blessé. C’est ce que vous dites à l’occasion d’Henri IV ; que s’il ne se fût point converti on aurait pu élire un autre roi, par un pouvoir que vous supposez qui réside dans le corps de l’État, et qu’il n’emprunte point d’ailleurs. C’est le fondement des cromwellistes et des parlementaires qui ont détrôné Jacques II et mis le prince d’Orange à sa place. En le supposant bien établi, c’est faire perdre le procès au roi légitime et donner gain de cause à l’usurpateur151.

  • 152 Quesnel, op. cit., p. 40-41.
  • 153 Traité de l’autorité royale, traduit du Defensio regia [1649] de Claude Saumaise, Paris, 1693. A la (...)

24Aussi est-ce la croyance erronée en l’existence d’un contrat limitant une autorité par essence sacrée et absolue, qui a conduit les sujets anglais, "esprits mutins et séditieux" selon l’auteur des Réflexions morales, à traduire leur roi devant un tribunal. Les rois sont souverains et n’ont, comme dépositaires d’une autorité divine, d’autres juges que Dieu lui-même152. Une traduction toute de circonstance du Defensio regia pro Carlo I de l’absolutiste huguenot Saumaise sous le titre de Traité de l’autorité royale153 nourrit une telle affirmation. Comme l’exprime déjà le sous-titre ("De la nécessité de l’obéissance dans toutes les sociétés"), l’auteur veut démontrer que :

  • 154 Saumaise, Traité, op. cit., p. 253. L’hypothèse d’un "crime de lèse-majesté du roi contre la républ (...)

Les sujets ne peuvent jamais non seulement tremper leurs mains dans le sang de leur Roi, qui est le père de l’État, sans se rendre coupable de parricide, mais encore lui refuser l’obéissance, quelque injuste qu’il soit, sans se rendre criminel devant Dieu et les hommes154.

  • 155 Bossuet, Avertissemens aux Protestants, op. cit., p. 345.
  • 156 Bossuet, Panégyrique de Saint Thomas de Cantorbéry (1668) cité par J. Truchet, op. cit., p. 94-97.
  • 157 Bossuet, Avertissemens aux Protestants, op. cit., p. 329.
  • 158 Bossuet, Politique universelle, op. cit., p. 92-96. La constitution Digna vox (Code Justinien, I, 1 (...)
  • 159 "Si [Jurieu] avait trouvé ce contrat primordial du roi et du peuple, qu’on prétend que le roi d’Ang (...)
  • 160 Ibid., p. 465.

25La stabilité de l’ordre politique est au prix de ce renoncement absolu, mais aussi du respect de l’ordre de succession. Quelle que soit la forme de gouvernement, monarchie ou république, les partisans de la cause jacobite démontrent que l’autorité souveraine ne peut subir aucune altération ni contestation, puisqu’elle puise sa légitimité dans la Divinité. Bossuet critique ainsi en ce sens les errements des théologiens anglicans, qui, d’une affirmation sans faille de la doctrine de l’obéissance passive par la Déclaration de l’Université d’Oxford de 1682, cautionneront ensuite l’entreprise orangiste155. Pour lui, le détenteur de la souveraineté ne peut voir son autorité contestée. L’obéissance, de nature filiale, doit être la vertu cardinale des sujets. Thomas Becket, qui préféra mourir en martyr plutôt que de céder aux ordres indus d’Henri II ou de résister à l’autorité royale, en est le plus noble exemple156. L’absolutisme n’est cependant pas pour autant synonyme de pouvoir arbitraire, puisque, selon Bossuet, "tout pouvoir est borné par la loi de Dieu et par l’équité naturelle"157. Dans l’exercice de son autorité, le monarque est absolu. Aucune "force coactive" ne peut s’opposer à lui. Mais il est limité par les lois quant à la "puissance directive", selon les termes de la constitution Digna vox de l’empereur Théodose II que Bossuet se plaît à rappeler158. Pour autant, il ne peut exister de limites dans un pacte mutuel entre le roi et ses sujets, "chimère", dont, il serait vain, note avec malice Bossuet, de trouver une trace écrite159. Quand elle est évoquée, l’idée de convention s’apparente à un contrat de société proche de celui d’Hobbes (1588-1679), qui traduit le passage d’une "multitude confuse" dans un état de liberté sauvage et de guerre continuelle, à un "peuple réglé"160.

  • 161 Il critique ainsi la confusion faite par Jurieu entre les notions "pacte", "obligation" et "devoir" (...)
  • 162 Bossuet, Avertissemens, op. cit., p. 462. Le gouvernement de chaque peuple consacré par la coutume (...)
  • 163 Ibid., p. 319.

26Ce contrat, loin d’être l’abandon soudain et perpétuellement révocable des droits du peuple au profit du souverain, n’est que le progrès de la raison, unissant les hommes entre eux sans retour. Seul un juste calcul des intérêts réciproques a permis le passage de l’état d’anarchie à un gouvernement réglé, où le souverain concentre tous les pouvoirs afin d’assurer une protection de nature paternelle à ses sujets. À un "pacte" juridique liant le roi à ses sujets, Bossuet substitue des obligations morales, des devoirs réciproques scellés par la volonté divine, qui sont, comme le mariage, indissolubles et sacrés161. Aussi, la principale critique portée aux thèses de Jurieu n’est pas d’avoir défendu la légitimité de l’entreprise de Guillaume d’Orange. Plus grave est pour Bossuet l’atteinte faite au "droit commun de la royauté"162 défini par les Saintes Écritures, et incarné par l’auguste royaume de France, pour en dégager des principes généraux capables d’ébranler toutes les sociétés politiques. Par sa prétention à dégager un droit naturel fondé sur la théorie contractuelle et à l’appliquer à "la constitution particulière de quelque État"163, Jurieu a dangereusement tenté de saper les fondement de l’ordre monarchique.

  • 164 Ibid.

Dans le dessein qu’avait Jurieu de faire l’apologie de ce qui se passe en Angleterre, il paraissait naturel d’examiner la constitution particulière de ce royaume ; et s’il s’était tourné de ce côté-là, j’aurais laissé à d’autres le soin de le réfuter. Mais ce ministre a pris un autre tour ; et soit que l’Angleterre lui ait paru un sujet peu digne de ses soins, ou qu’il ait trouvé plus aisé de parler en l’air du droit des peuples, que de rechercher les histoires qui feraient connaître la constitution de celui dont il entreprend la défense, il a bâti une politique également propre à soulever tous les États164.

  • 165 "Réflexions, remarques et éclaircissemens…", in Traité de l’autorité royale, op. cit., p. 473.
  • 166 Ibid., p. 459.
  • 167 Bayle, Advis, op. cit., p. 86.
  • 168 Voir ses Nouvelles de la république des Lettres, in Œuvres diverses, La Haye, 1737, t. I, p. 293-29 (...)

27La singularité de la constitution anglaise, avec son Parlement, entraîne cependant des analyses contradictoires chez les tenants de la cause jacobite. Certains affirment qu’en Angleterre, l’autorité souveraine, fondée sur le droit de conquête depuis l’accession de Guillaume de Normandie sur le trône, réside dans la seule personne du monarque. Relégué à une simple fonction de conseil, le Parlement ne peut en rien, selon le commentateur du Traité de l’autorité royale, lier le monarque165. Les Seigneurs peuvent émettre un avis sur les actes qui leur sont proposés, mais les Communes se doivent elles de consentir aux résolutions du roi et des Seigneurs. En effet, les lettres de convocation du Parlement précisent que les Seigneurs sont convoqués ad consilium impedendum, alors que les Communes ne sont réunies que ad consentiendum166. Quand bien même la souveraineté résiderait, comme l’affirme par exemple Bayle, dans "le tribunal souverain", réunion de la volonté du Parlement avec celle du monarque, aucun particulier ne peut désobéir à ses injonctions sans encourir le crime de rébellion. Dans ce seul tribunal réside le "pouvoir législatif et interprétatif des lois accompagné de la puissance coactive", et personne ne peut s’arroger un droit "d’inspection", comme l’appelle Bayle, à son encontre167. Sans doute l’un des meilleurs connaisseurs de l’Angleterre et de la pensée anglaise de son temps, l’illustre théologien de Rotterdam est un admirateur sincère de Charles II pour son accueil réservé aux huguenots exilés, puis un défenseur enthousiaste de la politique de tolérance de Jacques II. Dans plusieurs de ses écrits, il refuse de croire que les rois ne puissent tolérer qu’une seule religion dans leurs États168. Cet apôtre de la tolérance moderne ne peut ainsi que souligner les contradictions dans lesquelles s’enferment ses coreligionnaires. À la lecture d’un pamphlet whig récemment traduit sous le titre de L’irrévocabilité du Test et des Loix pénales, il relève avec une parfaite lucidité :

  • 169 Bayle, Advis, op. cit., p. 185. Pratique initiée en 1606 à la suite de la conspiration des Poudres, (...)

On étale le procès et le supplice de Charles Ier avec des airs triomphants et comme si on se glorifiait encore de l’action du monde la plus noire et la plus capable de mortifier toute une nation. Mais il est peut-être plus étonnant que des Français qui ne cessent d’appeler tyrannie diabolique l’interdiction des exercices de leur religion, aient traduit et fait imprimer un livre où l’on menace de mort un roi, s’il entreprend de faire changer les lois qui ôtent la liberté de conscience à ses sujets169.

  • 170 En suivant la très claire démonstration de H. Bots (op. cit., p. 83-86), l’analyse de la Révolution (...)
  • 171 Bayle, Advis, op. cit., p. 79.

28Tout en avançant une interprétation nuancée sur les circonstances de l’accession de Guillaume d’Orange au trône d’Angleterre170, Bayle ne peut concevoir une possible contradiction à l’autorité souveraine. Dans un État monarchique ou républicain, que la souveraineté émane des peuples ou des rois, que l’autorité soit concentrée entre les mains d’un seul ou partagée entre plusieurs, Bayle rappelle avec fermeté le principe de l’obéissance passive. Dans toute société doit en effet exister une autorité qui "juge en dernier ressort et sans appel"171.

  • 172 J.-L. Thireau, Les idées politiques de Louis XIV, Paris, PUF, 1973, p. 60-62.
  • 173 Sorbière, Relations d’un voyage, op. cit., p. 114. L’explication de l’existence d’une seconde chamb (...)
  • 174 Raguenet, Histoire d’Olivier Cromwel, op. cit., p. 34.

29Le parlement d’Angleterre, expression institutionnelle de ce droit des peuples abhorré, focalise logiquement les plus virulentes critiques. Dans ce siècle de l’absolutisme triomphant, les institutions anglaises heurtent, à commencer par Louis XIV lui-même, des esprits soucieux d’ordre et de stabilité. L’attitude du Parlement outre-Manche n’a ainsi fait que conforter le roi dans son mépris et son rejet pour toute forme d’assemblée représentative172. En 1679, Sorbière portait même un jugement de nature presque esthétique, en soulignant "l’irrégularité de sa politique dans laquelle il entre toutes les sortes de gouvernement", depuis que Edouard Ier avait autorisé les Communes à participer au Parlement173. La simplicité et la régularité de la facture de la monarchie française offraient un contraste singulier avec les courbes sinueuses de la monarchie anglaise. Selon Raguenet, le Parlement a des droits fort mal définis qui viennent interférer avec les décisions du monarque en matière législative et fiscale. Ainsi, contre les prétentions du roi qui veut légitimement lever les impôts, le Parlement n’a de cesse d’opposer de vaines et infondées résistances, sources de troubles et de désordres dans le royaume174.

  • 175 D’Orléans, Histoire, op. cit., t. IV, p. 402. Le dernier chapitre de son ouvrage s’intitule "Histoi (...)
  • 176 On ne compte pas moins de onze éditions, la dernière datant de 1810.

30Mais c’est au père d’Orléans qu’il revient d’avoir exposé avec le plus de vigueur la "lente dégradation de la royauté"175 dans son Histoire des révolutions d’Angleterre. Prodigieux succès d’édition pendant tout le xviiième siècle176, cet ouvrage retrace avec minutie l’affirmation de l’autorité du Parlement, qui, de simple "conventicule séditieux", réussit à s’imposer comme "tribunal légitime". En effet, l’historien jésuite, ici respectueux des canons de la pensée tory, rappelle :

  • 177 Ibid., p. 456-457. Pour une comparaison des théories absolutistes des deux côtés de la Manche, voir (...)

Le Parlement d’Angleterre, loin d’être l’ouvrage de l’autorité royale, est un tribunal qui s’est érigé insensiblement de lui-même pour la contrebalancer, et lui donner des bornes. À considérer dans la source la puissance des monarques, nulle autorité n’est plus originairement plus absolue et plus arbitraire177.

  • 178 D’Orléans, Histoire, op. cit., t. I, p. 410 et t. IV, p. 270-271.
  • 179 Ibid., t. IV, p. 218-219.

31La Grande Charte de 1215, "célèbre écueil de l’autorité royale, et source des mouvements populaires qui agitent si souvent l’Angleterre", la Pétition de Droit de 1628178, sont autant d’étapes qui jalonnent la progressive érosion de l’autorité royale. Derrière le constat de cette lente dégradation transparaît l’affirmation d’une nécessaire concentration du pouvoir entre les mains d’un seul, meilleur rempart contre les troubles inhérents à toute société politique. La Cabal, anagramme polémique qui traduit la réunion autour du roi et du duc d’York de cinq ministres (Clifford, Arlington, Buckingham, Ashley et Lauderdale), protestants et catholiques, aurait pu être selon l’auteur jésuite l’occasion d’un retour à une forme idéale de gouvernement en empêchant que "d’un mélange de république et de monarchie fait par violence et par usurpation des sujets sur le souverain, il ne résultât une anarchie monstrueuse"179.

  • 180 Bossuet, Avertissemens, op. cit., p. 477-478 ; Bayle, Avis important, op. cit., p. 196-197, réunion (...)

32Si ces auteurs absolutistes proposent des interprétations divergentes des institutions anglaises, ils en arrivent cependant à la même conclusion : l’entreprise de Guillaume d’Orange est illégitime. À cette critique de principe s’ajoutent parfois même des considérations plus pratiques, qui visent à mettre en lumière les limites de l’argumentaire développé en faveur de la Glorieuse Révolution. Bossuet et Bayle unissent ainsi leur plume pour soulever d’embarrassantes questions. Le Parlement, qui partage la souveraineté avec le roi, ne risque-t-il pas de voir un jour son autorité à son tour contesté par le peuple ? Comment affirmer que le Parlement représente le peuple, lorsqu’il est composé pour partie de pairs laïcs et ecclésiastiques, simples créatures du monarque180 ?

  • 181 Plusieurs passages se font l’écho des événements d’Angleterre, notamment le renversement du roi d’E (...)
  • 182 Fénelon cité par F. Gallouedec-Genuis, La conception du Prince dans l’œuvre de Fénelon, Paris, PUF, (...)

33Par ses deux révolutions de 1649 et de 1688, l’Angleterre s’est repliée dans un ailleurs politique étranger à l’absolutisme monarchique. Au-delà de la condamnation de l’entreprise de Guillaume, l’île s’enferme dans un cycle infernal de révolutions religieuses et politiques. Mais la lecture des Aventures de Télémaque de Fénelon, livre de chevet des élites éclairées du xviiième, montre cependant la difficile séparation entre l’idéologie jacobite et le discours orangiste. Sans prétendre le réduire à un simple livre à clefs ou à une fable, cet ultime miroir des princes destiné à l’éducation du duc de Bourgogne, s’intègre dans une réflexion sur les révolutions, à travers le cycle monarchie-tyrannie-monarchie qui traverse la pensée politique de cette fin de siècle181. Fénelon considère la révolution comme un acte à la fois nécessaire, destiné à sauvegarder un ordre monarchique dégénérescent, mais aussi illégitime, car le peuple ne peut en rien revendiquer d’iréniques droits qui viendraient déstabiliser ce même ordre. L’autorité royale, qui repose sur "un pur amour de l’ordre"182, reste le meilleur rempart contre l’anarchie et la tyrannie.

II -UNE APOLOGÉTIQUE ANTI-ABSOLUTISTE DE LA MONARCHIE CONSACRÉE PAR LA GLORIEUSE RÉVOLUTION

  • 183 E. Gojosso, Le concept de République en France (xvi°-xviii° siècle), Aix-en-Provence, PUAM, 1998, p (...)
  • 184 Selon E. Labrousse, "ce serait solliciter abusivement ces pages, si brèves, de Jurieu, que d’y déce (...)

34En dépit de la fidélité manifestée par les membres de la R.P.R. au roi lors de la Fronde et du large ralliement des communautés protestantes exilées à Londres à Charles II en 1660, un lourd soupçon de républicanisme, synonyme de sédition, pesait sur le calvinisme183. En réaction à ces accusations, la défense de la cause de Guillaume d’Orange s’intègre dans un cadre fondamentalement monarchique. Le discours orangiste, dont la portée réelle reste toujours difficile à saisir pour l’historien184, n’en demeure pas moins hétérodoxe au siècle de l’absolutisme rayonnant. À une hérésie religieuse se superpose une hérésie politique. Aussi est-ce bien plus une apologétique qu’une simple apologie que les hommes du Refuge se doivent de livrer dans leur défense de la Glorieuse Révolution.

  • 185 L’itinéraire biographique d’Abbadie rapporté R. Whelam ("Between two Worlds: The Political Theory o (...)

35Espions au service d’un homme et plumes au service d’une cause185, ces penseurs voient dans la Glorieuse Révolution une intervention divine. Au-delà du discours polémique forcément manichéen, qu’il n’est guère possible d’éluder (§ 1), souveraineté populaire et contrat deviennent, pour un temps seulement, les concepts fondateurs de la constitution anglaise consacrée par le Bill of Rights (§ 2). Cette apologétique permet en outre de renouveler l’archétype de la monarchie tempérée opposée à la "tyrannie" de Louis XIV (§ 3).

§ 1 - La défense d’une glorieuse et divine "cause"

36-"Esclavage", "tyran", "despote" et bien évidemment "papisme", qui répondent en écho à ceux de "délivrance", de "libérateur" et de "liberté", autant de termes qui fleurissent sous la plume des littérateurs et pamphlétaires protestants dans leur défense enthousiaste de la Glorieuse Révolution. 1688 est l’expression de l’intervention de la Providence par le truchement de Guillaume, nouveau David du protestantisme. Ainsi, Jacques Abbadie peut écrire :

  • 186 [Abbadie], Défense de la nation britannique (1692), La Haye, 1693, p. 407. Selon l’auteur anonyme d (...)

C’est Dieu qui a tout fait dans cette occasion. C’est la Providence qui a fait que le libérateur se trouve revêtu de toutes les relations qui l’autorisent et l’engagent à s’embarquer dans une entreprise si hasardeuse et pourtant si nécessaire. C’est Dieu qui oblige le peuple d’Angleterre à se tenir dans les bornes du devoir qui les engagent envers leur religion et leur patrie186.

  • 187 Gueudeville, Le grand atlas historique, Leyde, 1703, t. V, p. 542.
  • 188 Dans l’Accomplissement des prophéties ou la délivrance prochaine de l’Église, Jurieu, le plus célèb (...)

37De multiples prophéties, nourries d’exégèses des textes bibliques comme de littérature ésotérique, s’attachent ainsi à montrer le caractère divin d’une telle entreprise visant à sauver les Anglais, nouveau Peuple élu. Selon Gueudeville, Guillaume n’est pas moins que "l’Ange tutélaire, qui allait rétablir les lois enfreintes du royaume et rendre la liberté presque perdue"187. Ce providentialisme caractéristique de la littérature orangiste comme jacobite188 se retrouve dans les Remarques politiques sur les Révolution d’Angleterre. Son auteur resté anonyme voit dans la "délivrance" de l’Angleterre six actions de la main de Dieu, parmi lesquelles "l’esprit d’étourdissement et d’aveuglement" qui frappa l’entourage de Louis XIV, pourtant parfaitement au fait des projets de Guillaume d’Orange, les vents "protestants" qui permirent aux vaisseaux hollandais d’atteindre sans encombres les côtes anglaises, et enfin le dénouement de cette expédition :

  • 189 Remarques politiques sur les Révolutions d’Angleterre, Ville-Franche, 1698, p. 58-89 (cit. p. 88).

N’est-ce pas une grande merveille, qu’un Roi si puissant, qui avait tant de forces et qui passait pour vaillant et généreux, ait été dans cinq semaines dépouillé de son royaume, sans donner aucune bataille, ni sans répandre presque aucun sang189.

  • 190 Publiées à Amsterdam selon un rythme bimensuel de 1688 à 1690, les Lettres sur les Affaires du tems(...)
  • 191 Remarques politiques, op. cit., p. 34-49. Voir également [Neuville], Histoire de Guillaume Ier Prin (...)

38Au-delà de ce providentialisme, le discours réformé, souvent inspiré des écrits whigs publiés entre 1685 et 1688, se contente de reprendre les principaux chefs d’accusations portés contre Jacques II. Dans ses Lettres sur les affaires du tems, Tronchin du Breuil rapporte entre 1688 et 1690 avec une rare précision l’action de l’opposition parlementaire, commentant la publication du moindre opuscule londonien, les principales déclarations de Jacques II, puis de Guillaume III, comme les débats lors de la Convention réunie à Londres en février 1689190. Violation du serment du sacre, cruauté de la répression contre le duc de Monmouth, fils naturel de Charles II, et ses partisans vaincus par les armées loyalistes à la bataille de Sedgemoor, établissement d’une armée permanente en violation des libertés des sujets, révocation des lois pénales et principalement du Test Act sans le consentement du Parlement, multiplication de conseillers jésuites dans l’entourage du roi, le tout aggravé par le rétablissement des relations diplomatiques avec la cour de Rome afin d’établir la religion catholique en Angleterre, telle est la litanie développée avec plus ou moins de rigueur au fil des pamphlets huguenots destinés à défendre l’intervention "salvatrice" de Guillaume d’Orange191.

  • 192 La Déclaration d’Indulgence du 27 avril 1688, acte de conviction, mais d’une grande maladresse poli (...)
  • 193 Parmi les pamphlets anti-catholiques les plus violents, il convient de signaler l’Histoire des révo (...)
  • 194 Réponse au Manifeste adressé par le Roy Jacques II, op. cit., p. 40.
  • 195 Les larmes de l’Angleterre, op. cit., p. 65.
  • 196 Histoire secrète du voyage de Jacques II, Cologne, 1696, p. 23. Cet épisode peut cependant donner l (...)

39Quand elle n’est pas enveloppée dans un silence éloquent, la politique de tolérance de Jacques II manifestée à l’égard des catholiques et des non-conformistes, se trouve réduite à de grossières manœuvres dilatoires. En ébranlant le monopole spirituel de l’anglicanisme, devenue religion d’État depuis l’Acte de Suprématie de 1559, cette politique viserait à rattacher l’Angleterre à l’insupportable joug de l’Église romaine192. Prolongeant ainsi la haine du catholicisme largement diffusée dans la société anglaise depuis la fin de l’Interrègne, ravivée à l’occasion de la découverte du Popish Plot en 1678 ou de la grossesse de la reine, ces pamphlets développent de violentes charges contre Louis XIV, accusé de tous les maux qui menacent la glorieuse Angleterre193. Le traité de Douvres qui consacrait l’alliance de Charles II avec son cousin Louis XIV, n’aurait été qu’une tentative de rendre le roi "absolu et arbitraire, d’abattre l’autorité des Parlements, et d’extirper la religion protestante dans les trois Royaumes"194. Selon l’auteur des Larmes de l’Angleterre, les troubles de la nation anglaise remonteraient au mariage de Charles Ier avec Henriette de France en 1623, noces en apparence heureuses. À l’occasion de cette union, le peuple de Londres célébra les époux "comme firent autrefois les Troyens à l’égard de ce cheval, qui devait être la cause de leur destruction". Une "funeste contagion" commença alors à se répandre, provoquant la mort de Charles Ier et les multiples complots contre son fils195. Dans ce discours teinté de paranoïa, il est alors commun de dénoncer un complot catholique tramé depuis les appartements de Versailles. L’entourage du Roi-Soleil, composé uniquement de Jésuites imbus des préceptes de Mariana sur le régicide, projetterait de faire assassiner Guillaume III, "nouveau Josué qui a fait pâlir le soleil de la France"196.

  • 197 Voir sur ce point J.-M. Goulemot, Le règne de l’histoire, op. cit., p. 87-90.
  • 198 De Rosemond, Histoire des guerres civiles d’Angleterre, Amsterdam, 1690, t. II, Préface, non num.

40La violence et l’acrimonie de tels écrits ne doivent cependant pas occulter le propos fondamentalement monarchiste des pasteurs exilés. Les défenseurs de la cause orangiste n’eurent ainsi de cesse de récuser le possible amalgame entre le régicide de Charles Ier et la révolution de 1688197. Il convenait d’exonérer les réformés des traditionnelles accusations de séditions portées par Bossuet, Nicole et surtout par l’Advis aux réfugiez de Bayle. Aussi, est-il bon, comme le fait de Rosemond, de préciser que les Anglais sont les "sujets du monde les plus soumis" quand le monarque, à l’exemple d’Elisabeth, est magnanime. Ils savent à l’inverse se montrer particulièrement turbulents comme au temps de Jacques II, en cas d’atteinte à leur religion et à leur liberté198. Plus largement, les troubles du xvième siècle, la Fronde comme les guerres civiles anglaises font l’objet de vigoureuses critiques. À l’inverse des plus radicaux des monarchomaques comme Junius Brutus ou Buchanan, les partisans de Guillaume d’Orange récusent l’hypothèse du tyrannicide. Déposition ne signifie plus condamnation à mort. Jacques Clément, Jean Châtel ou Ravaillac sont voués aux gémonies. Ces derniers servent même à laver le peuple anglais des accusations d’inconstance et de frivolité. Avec un goût de la polémique qui annonce celui de Voltaire au siècle suivant, Jurieu proclame :

  • 199 Jurieu, Lettres pastorales, Rotterdam, s.d. [1689], p. 411.

Otez l’exemple de la mort de Charles Ier, on ne trouvera point que l’histoire d’Angleterre soit faite de plus de séditions et de plus de guerres civiles que celle de la France. Au contraire, il n’y a point de royaume ni d’État dans l’Europe qu’on ait vu désolé par tant de guerres civiles que la France. On y a pas vu couper la tête à des rois : mais on les y a vu assassinés coup sur coup. Je ne sais qui vaut le mieux199.

  • 200 Abbadie, Défense de la nation britannique, op. cit., p. 414.
  • 201 Jurieu, Examen d’un libelle (…)intitulé Avis important aux réfugiés, La Haye, 1691, p. 111.
  • 202 Larrey, Réponse à l’avis aux Réfugiez, Rotterdam, 1709, p. 224-225.
  • 203 Selon Abbadie (op. cit., p. 409), la mort de Charles Ier est "un exemple de cruauté qui n’est conte (...)
  • 204 Ibid., p. 437, bel exemple de l’utilisation d’un concept de droit privé dans la sphère du droit pub (...)

41L’exécution de Charles Ier différerait même radicalement de la fuite de Jacques II, puisque, comme l’écrit Abbadie, "l’un est mort par la main du bourreau, [et que] l’autre s’en va parce qu’il veut s’en aller"200. Contre le recours à l’analogie développée par leurs adversaires, les réfugiés huguenots s’attachent à mettre en avant les différences entre 1649 et 1688. La responsabilité des différentes églises protestantes dans la mort de Charles Ier est alors un âpre sujet de division au sein de la communauté du Refuge. Alors que Jurieu s’efforce d’exonérer les presbytériens, pour charger exclusivement la minorité des Indépendants201, Larrey impute lui cette mort à une "minorité de fanatiques presbytériens", réunis au sein du "Parlement dit Croupion, aussi digne de porter le nom de Parlement, que l’assemblée de Tyr qui condamna Saint Anasthase et qui approuva l’arianisme, était indigne de porter le nom de concile"202. Loin des scènes sanglantes des guerres civiles, l’accession de Guillaume se serait faite dans un climat consensuel, manifestation de la volonté unanime de la nation. Cromwell apparaît ainsi comme le fossoyeur du principe monarchique, alors que Guillaume en est le glorieux restaurateur203. Adressés à des lecteurs peut-être peu au fait des règles dynastiques anglaises, ces écrits tentent d’ailleurs de minimiser l’usurpation de Guillaume en insistant sur les droits à la couronne de son épouse Mary, fille de Charles II. Quand elle n’est pas tout simplement omise, la naissance de Jacques-Edouard en juin 1688, qui devenait ainsi l’héritier légitime de la couronne aux dépens de ses deux sœurs aînées mariées à des princes protestants, est bien évidemment contestée. L’opinion d’Abbadie apparaît ici isolée. Dans la mesure où Jacques II fut considéré comme "civilement mort à l’État" par le Parlement, sa postérité ne pouvait plus prétendre à la couronne d’Angleterre204. L’accession de Guillaume sur le trône est cependant le plus souvent interprétée comme une simple anticipation d’une succession voulue par Dieu. Le nouveau roi n’a fait que défendre les droits de sa femme à régner en Angleterre, selon l’explication fournie par l’auteur des Larmes de l’Angleterre.

  • 205 Les larmes de l’Angleterre, op. cit., p. 319.

Le Prince d’Orange, jaloux de la gloire de Dieu, et des droits de la princesse royale son épouse, et touché de compassion pour une nation dont il était originaire du côté de sa mère, et sur laquelle il devait régner à son tour par les droits de sa naissance, se crut obligé de la secourir et de tacher de remédier à tant de maux205.

  • 206 Sur la mutation du concept de "révolution", voir M. Ganzin, "L’émergence du concept moderne de révo (...)

42L’action du Stathouder de Hollande ne s’apparente ni à la destruction de l’institution monarchique, ni à la fondation d’un ordre nouveau. Elle est une révolution dans son acception astrologique traditionnelle, un retour à une forme institutionnelle originelle, épurée des scories de la tyrannie de Jacques II206. Loin d’être un enchaînement complexe d’événements plus ou moins dramatiques, cet épisode marque un terme et un retour à une situation heureuse. La réalité même d’une révolution est parfois banalisée, voire niée. Ainsi, Leclerc rejette l’idée que seule "l’humeur brouillonnée" des Anglais puisse expliquer le renversement de Jacques II. Au contraire, il participe d’une relecture authentiquement whig de l’histoire nationale :

  • 207 Le Clerc, Bibliothèque universelle et historique, t. XVI, 1690, p. 203.

Si les uns et les autres s’étaient un peu plus appliqués à la lecture de l’histoire d’Angleterre, ils auraient vu que les peuples de cette île n’ont rien fait l’année passée qu’ils n’aient fait autrefois ; et que s’il y a eu souvent des troubles dans ce pays-là, c’est qu’ils ne pouvaient conserver leur liberté qu’en s’opposant aux prétentions démesurées et aux désordres de leurs rois207.

  • 208 [P.A. Samson], Histoire de Guillaume III, Amsterdam, 1703.
  • 209 [De Lamberti], Mémoires de la dernière révolution d’Angleterre, La Haye, 1702.
  • 210 De Cize semble s’être largement inspiré des Mémoires de Sir William Temple, qu’il cite abondamment (...)
  • 211 De Cize, Histoire, op. cit., p. 192 ; De Lamberti, Mémoires, op. cit., t. II, p. 275-297.

43Au tournant du siècle, une autre forme de légitimation de la Glorieuse Révolution apparaît. À la virulence des premiers pamphlets orangistes succède un compte rendu en apparence plus circonstancié des événements précédant le renversement de Jacques II. Souvent inspirés des principaux mémorialistes whigs, Samson, hagiographe plus qu’historien de Guillaume III208, de Lamberti, avec ses Mémoires de la dernière révolution d’Angleterre209 ou de Cize, à travers son Histoire du whiggisme et du Torisme210 se font à quelques années d’intervalles les panégyristes de Guillaume d’Orange. Avec le temps, les allusions à la situation de la R.P.R. en France ou à la violence des dragonnades sont plus rares ; les critiques contre Louis XIV sont plus voilées. Pour ces historiens souvent pensionnés, la défense de la Glorieuse Révolution l’emporte désormais sur la cause du protestantisme. Ainsi, le Traité de Ryswick (1697), pourtant muet sur la situation des Réformés en France, est salué avec enthousiasme. Son article quatre reconnaît Guillaume III comme roi d’Angleterre de facto, tout en continuant de considérer Jacques II seul roi de jure211. Mais le fonds du discours sur l’Angleterre reste similaire. Dans la même perspective déterministe, les événements sont soumis à une logique irréversible. Par une accumulation de faits devenus de simples preuves à charges, l’histoire, au-delà de la simple narration, se transforme en prétoire. L’historien cède la place au procureur, qui se contente d’égrener de façon lancinante les violations des lois fondamentales par Jacques II. Sans grande originalité, mais avec une méticulosité qui confine à la maniaquerie, ces écrits se contentent de légitimer l’action de Guillaume d’Orange, qui ne fit que répondre à l’appel de la nation. Comme l’affirme de Lamberti,

  • 212 Ibid., Préface, non num.

C’est par ce peu de connaissance qu’on a des affaires d’Angleterre que des gens accusent la nation anglaise d’une grande inconstance. Si on la connaissait bien, on lui trouverait une grande élévation d’esprit et de cœur, et on conviendrait qu’il n’y a point de nation qui soit plus constante pour le maintien de ses droits et de ses libertés212.

§ 2 - Le Refuge, cadre d’élaboration d’une doctrine whig singulière

  • 213 J. W. Gough, L’idée de loi fondamentale dans l’histoire constitutionnelle anglaise (1975), Paris, P (...)
  • 214 [Levassor], Les soupirs de la France esclave, Amsterdam, 1689-1690. Longtemps attribué à Jurieu (no (...)
  • 215 G. H. Dodge, The Political Theory of the Huguenots, Columbia U. P., 1947, p. 120-136.
  • 216 D’après le catalogue de la British Library, la Francogallia d’Hotman, rééditée à Francfort en 1665, (...)
  • 217 R. Derathé, Jean-Jacques Rousseau et la science politique de son temps, Paris, Vrin, 1974, p. 122-1 (...)
  • 218 Basnage de Bauval, Histoire des ouvrages des savans, 1691, t. IV, p. 457-465. Le Clerc en donnera l (...)
  • 219 S. Mastellone, "Sur l’origine du langage constitutionnel : une traduction anonyme de l’anglais (J. (...)

44À l’instar des débats occasionnés en Angleterre213, Levassor, auteur contesté des Soupirs de la France esclave214, Jurieu, mais aussi certains pasteurs aujourd’hui oubliés qui ont préféré l’exil à l’apostasie, comme Abbadie, Coulan ou Larrey, ont exposé avec plus ou moins de rigueur les fondements juridiques de la monarchie anglaise, et plus largement de toute forme de régime politique215. Simple réactivation de la pensée monarchomaque, qui gardait outre-Manche une actualité éditoriale révélatrice216, nuancée par l’apport des théories jus naturalistes, ce whiggisme du Refuge n’annonce en rien les thèses rousseauistes217. Sans doute est-il plus le pâle reflet d’un whiggisme autrement plus radical exprimé avec vigueur dans les Two Treatises of Government de John Locke (1632-1704). Publié en novembre 1689, cet ouvrage était connu des penseurs protestants, notamment par les comptes rendus dithyrambiques édités dans certains périodiques hollandais de langue française218. Sa traduction parcellaire par Mazel, ami de Jurieu, en 1691, constitue d’ailleurs un apport considérable à la réflexion et au vocabulaire constitutionnels du xviiième siècle219, comme par exemple dans la définition offerte de la "constitution" :

  • 220 Locke cité par S. Mastellone, op. cit., p. 368.

La constitution de l’autorité législative étant l’acte original et suprême de la société, lequel a précédé toutes les lois positives qui y ont été faites, et dépendant entièrement du peuple, nul pouvoir inférieur n’a droit de l’altérer220.

  • 221 Boyer, Dictionnaire royal françois-anglois, La Haye, 1702, v° "Constitution" (français), t. I, p. 7 (...)
  • 222 Bayle cité par S. Mastellone, op. cit., p. 360.
  • 223 Dans la Préface, Locke affirme : "J’espère que [ses écrits] suffisent à établir le trône du grand a (...)
  • 224 H. T. Dickinson, Liberty and Property, London, Weidenfeld, 1977, p. 77-79 ; J. P. Kenyon, "The Revo (...)

45Le fait que, à l’inverse des dictionnaires et des sommes juridiques de l’époque, le principal dictionnaire français-anglais alors disponible, œuvre du huguenot Abel Boyer, offre dès 1702 parmi les significations du terme "constitution", celle de "forme de gouvernement" renforce cette hypothèse d’une influence de la pensée lockienne et plus généralement du vocabulaire politique anglais sur le continent221. Mais il y a loin d’affirmer, comme l’écrivait Bayle en 1693, que Locke était alors "l’Évangile du Jour parmi les Protestants"222. D’une part, sans être réductible à une simple caution a posteriori de 1688, comme pourrait le faire croire la Préface223, l’ouvrage, rédigé lors de la crise de l’Exclusion (1679-1681), présente un caractère "révolutionnaire". Il est l’expression d’une opinion ultra-minoritaire parmi les défenseurs de la cause orangiste, notamment ceux regroupés autour de Shaftesbury224. Il ne faudrait pas voir la Glorieuse Révolution comme l’application des thèses de Locke, et surtout réduire la pensée anglaise de l’époque à celui qui ne sera élevé au rang de père du libéralisme moderne qu’au cours du xixème siècle. D’autre part, trop de différences séparent la philosophie lockienne de la pensée politique du Refuge. Cette dernière s’est élaborée au regard de la situation politique du royaume de France, et c’est Bossuet et surtout Bayle qu’il convient de réfuter et non Filmer (1588-1653) ou Brady (1627-1700).

  • 225 De Cize, Histoire, op. cit., p. 5.

46À ce titre, le premier à avoir établi cette filiation aujourd’hui contestée, entre la Glorieuse Révolution et les thèses lockiennes fut le huguenot Emmanuel de Cize dans une présentation toute subjective des partis qui divisent l’Angleterre. À l’inverse des tories, défenseurs d’une monarchie de droit divin, dans laquelle les rois "peuvent violer toutes les lois dont ils ont juré l’observation à leur sacre, sans que les sujets aient droit de leur faire rendre compte de leur conduite"225, les whigs défendraient une opinion diamétralement opposée qui s’apparente à une vulgate du Second Traité, qu’il convient de citer intégralement :

  • 226 Ibid., p. 3.

Les hommes sont nés libres, égaux et indépendants les uns des autres. Rien ne les a engagés à se soumettre au gouvernement d’un ou plusieurs de leur espèce, que le désir de vivre en paix et en sûreté. La nécessité de se défendre contre l’injustice, l’ambition et la violence de quelques uns d’entre eux, les a obligés à se donner un maître. Il était juste et raisonnable qu’ils donnassent à ce maître des droits et des privilèges, et qu’ils le missent dans une situation qui le fît respecter de ses sujets, et craindre de ses ennemis. (…) Toute l’autorité qu’il a, il l’emprunte des lois, et elles en prescrivent les limites. Lorsqu’un prince se dépouillant du tendre et sacré nom de père de la patrie, en devient le tyran et le persécuteur, lorsqu’il substitue ses caprices et ses passions à la raison et à l’équité, lorsqu’enfin il dispose à son gré de la vie, de la liberté, et des biens de son peuple, alors cette inviolable maxime en politique Salus populi suprema lex, doit avoir lieu. Le prince étant le premier infracteur de ses promesses et de ses serments, le contrat entre lui et le sujet est rompu. Le peuple rentre dans sa liberté où il était, avant que de se donner un maître226.

  • 227 Ibid., p. 108-109. En fait, Sidney (1622-1683) fut condamné à mort par un jury dominé par la figure (...)
  • 228 De Cize, Histoire …, op. cit., p. 245-246.

47Au fil de l’histoire de Cize, de nombreuses allusions sont faites aux défenseurs de la cause whig, comme à propos du républicain Sidney, injustement condamné à mort en 1683 après avoir réfuté les maximes absolutistes de Filmer (1588-1653)227. À l’évocation de la mort de Locke en 1704, il loue le philosophe d’avoir combattu la doctrine patriarcale de Filmer, fondée sur l’idée erronée qu’"Adam avait été le premier monarque du monde", ajoutant : "Locke établit l’origine des gouvernements, comme je l’ai expliqué dans les maximes des whigs, et justifia la révolution"228. Le mythe n’avait plus qu’à prendre son essor.

  • 229 Jurieu, Lettres pastorales, op. cit., p. 366.
  • 230 Selon Jurieu, "les peuples suivent dans l’établissement des princes les ordres de la Providence, et (...)
  • 231 Abbadie, Défense de la nation britannique, op. cit., p. 211-212. Voir R. Welham, "Between Two World (...)
  • 232 Jurieu, Lettres pastorales, op. cit., p. 368-369 ; Id., Examen d’un libelle, op. cit., p. 82.

48Comment cautionner ce qui restait, comme le rappellent d’une voix unanime les partisans de la cause orangiste, un acte exceptionnel : le renversement d’un roi ? "Nous nions, affirme sans ambages Jurieu, que l’origine des souverainetés soit de droit divin"229. La pensée politique du Refuge s’est construite contre le statut de droit divin attribué par les juristes et théologiens gallicans des xvième et xviième siècles, à l’autorité monarchique. Expression d’un pouvoir directement investi par Dieu, le principe monarchique exige une entière et absolue soumission des sujets. Mais, dans une période où le pouvoir commence à peine à se penser en dehors de la sphère religieuse, ces pasteurs du Refuge, profondément croyants, s’attachent en fait plus à relativiser ce droit divin qu’à véritablement le nier. Héritiers de la pensée thomiste, Jurieu et Coulan postulent l’intervention de la Providence comme cause première et originelle dans la désignation du souverain230, mais cette intervention est médiatisée par le peuple. Quant à Abbadie, il distingue de façon assez habile la souveraineté de droit divin consacrée dans les monarchies continentales qui serait source de despotisme, de la souveraineté de providence divine, qui revient à faire de Guillaume d’Orange l’instrument des desseins de Dieu lui-même231. Le transfert de la souveraineté du peuple n’en est pas moins affirmé avec force. Selon Jurieu, "le peuple fait les souverains et donne la souveraineté : donc le peuple possède la souveraineté et la possède dans un degré plus éminent"232. Dix ans plus tard, alors que la polémique avec Bayle perdurait, Larrey, paraphrase Buchanan en affirmant :

  • 233 Larrey, Réponse à l’Avis aux réfugiez, op. cit., p. 173.

Quelqu’indépendans que soient les rois, ils ont été faits pour les peuples, et non les peuples pour les rois. Les peuples naissent peuples : les rois ne naissent pas tels originairement, ce sont les peuples qui les ont originairement créés233.

  • 234 Jurieu, Lettres pastorales, op. cit., p. 419.
  • 235 Misson, Mémoires, op. cit., v° "Gouvernement", p. 234. D’un point de vue constitutionnel, le sermen (...)
  • 236 Pufendorf postule l’existence d’une première convention, pacte d’union qui lie les citoyens entre e (...)
  • 237 Coulan, La défense des Réfugiez, Deventer, 1691, p. 118.

49L’hypothèse contractuelle recouvre cependant un contenu varié et fuyant. Fondamentalement polymorphe, elle est avancée à des fins polémiques et ne débouche pas sur une conception univoque du pouvoir parmi les membres du Refuge. Pour Jurieu, il existe un seul pacte mutuel "tacite" ou "express", "naturel" ou "positif"234, qui organise le transfert de la souveraineté du peuple vers le roi, et régit les rapports entre les deux parties. Librement consenti, ce contrat de gouvernement trouve son expression juridique, sa "trace visible"235 selon l’expression de Misson, dans le serment prononcé lors de la cérémonie du sacre. À l’inverse, Coulan, peut-être inspiré par les deux conventions de Pufendorf236, soutient l’existence d’un premier contrat de société ou pactum societatis, qui donne naissance au corps politique. Naturellement libres, soumis aux seules dépendances naturelles découlant des liens matrimoniaux et de filiation, les individus se sont volontairement et librement accordés pour "former des sociétés composées d’un nombre plus ou moins important de personnes, qui doivent vivre ensemble". Une fois le corps politique établi, ses membres désignent alors "un ou plusieurs souverains, à qui ils ont donné une certaine étendue de pouvoir"237. Au terme de cette construction, Coulan affirme :

  • 238 Ibid., p. 117-118.

Chaque particulier a deux liaisons différentes : l’une avec la société dont il fait partie et l’autre avec son Souverain. La première est plus ancienne que la seconde. Il a formé celle-là pour son bonheur particulier et il a consenti à celle-ci pour le bien général de la société238.

  • 239 Abbadie, Défense de la nation britannique, op. cit., p. 118-119.
  • 240 Ibid.
  • 241 Ibid., p. 245-246. Il pourrait avoir en effet emprunté la distinction autorité paternelle-autorité (...)

50Abbadie dégage six lois fondamentales qui gouverneraient toute société politique. Parmi celles-ci, la "loi de la société" marque le passage de l’état de nature, où les particuliers étaient soumis à l’autorité patriarcale, à la société civile. Cette loi permet ainsi aux particuliers de "donner tout pour la conservation de la communauté dont ils font partie"239. La "loi du gouvernement" attribue à certains "une autorité sur les autres pour entretenir cette égalité de justice que les passions humaines cherchent à violer"240. Contrairement à Jurieu, la société est selon Abbadie et Coulan une réalité non pas naturelle, mais artificielle, produit de la seule volonté des individus qui la composent. Les débats suscités par la publication posthume du Patriarcha de Filmer trouvent ici logiquement un écho. S’inspirant peut-être de John Locke sur ce point, Abbadie prend soin de distinguer l’autorité paternelle de l’autorité politique, tant dans leur principe que dans leur sanction. À la relation naturelle caractéristique du lien familial, il oppose nettement et de façon très moderne la relation artificielle entre gouvernés et gouvernants. Le lien entre le père et ses enfants repose sur une loi de la nature qui établit une autorité sans condition du premier sur les seconds. Si le père se fait le "destructeur" de sa famille, il sera fait appel à un curateur. D’une autre nature est l’autorité politique, qui repose sur un contrat dont les conditions posées a priori exigent que le roi ne soit "ni inhabile à régner", ni "destructeur" de la société. À l’inverse de la structure familiale, la communauté politique préexiste aux aléas de l’autorité politique241.

  • 242 Jurieu (Lettres pastorales, op. cit., p. 376) et Coulan (Défense des réfugiez, op. cit., p. 94) exc (...)
  • 243 L’adage est d’ailleurs utilisé par Jurieu : "Il est certain du moins que personne ne donne ce qu’il (...)
  • 244 Ibid., p. 370.
  • 245 Lacombe de Vrigny, Défense du Parlement d’Angleterre, Rotterdam, 1692, p. 17.
  • 246 Jurieu, Lettres pastorales, op. cit., p. 375 et 385.

51Détenteur de la souveraineté, le peuple en confère l’exercice au monarque, mais ne peut instaurer qu’un pouvoir souverain par essence limité. La loi naturelle prescrit que les membres du corps politique conservent certains droits naturels inaliénables et donc exclus des termes du contrat242. Parfois assimilé à un contrat de donation, le transfert de souveraineté exclut de jure certains droits inaliénables selon l’adage Nemo dat quod non habet243. Le peuple ne peut se livrer sans conditions à l’autorité d’un seul, contrat qui serait "nul parce qu’il serait contre les droits de la nature"244. Posé par Jurieu, cet axiome est illustré par de nombreux exemples dans la Défense du Parlement d’Angleterre de Lacombe de Vrigny. L’Ancien comme le Nouveau Testament, les décrets conciliaires, la doctrine des Pères de l’Église comme le droit féodal sont alors invoqués, l’auteur protestant ajoutant même : "Tous les avocats du pouvoir absolu, Barclay, Grotius, et Saumaise le plus hardi de tous, demeurent d’accord que le peuple n’a pas pleinement transmis tout son droit au Prince"245. Selon les termes du contrat, le monarque est investi d’un pouvoir absolu, comme en France, ou tempéré, comme en Angleterre, mais il n’est jamais le détenteur d’un pouvoir sans bornes, doctrine "idolâtre" selon Jurieu246.

  • 247 Réponse au manifeste, op. cit., p. 63.
  • 248 Larrey, Réponse à l’avis aux Réfugiez, op. cit., p. 136 ; Jurieu, Lettres pastorales, op. cit., p.  (...)
  • 249 Ibid., p. 372.
  • 250 "Celui qui se déclare ennemi de tout le peuple se dépouille lui-même de la Royauté" (Grotius cité p (...)
  • 251 Jurieu, Lettres pastorales, op. cit., p. 417 ; Id., Examen d’un libelle, op. cit., p. 94-95.

52Ainsi établie, la thèse contractuelle établit l’antériorité de la loi civile sur le souverain. À son accession, le roi devient le magistrat suprême chargé de maintenir cette loi à laquelle il est lui-même soumis. La Glorieuse Révolution se trouve ainsi légitimée a posteriori, puisque Jacques II a violé les termes du contrat, "la constitution du gouvernement"247, en embrassant la religion catholique, et en se mettant au-dessus des lois civiles, notamment lors de la crise du Test. Lorsque le souverain, qui a pour fonction la protection et la conservation des membres du corps politique, s’écarte des fins fixées par les termes du contrat, il devient alors un tyran d’exercice contre lequel la résistance est un droit légitime. Déliés de toute obligation, les sujets peuvent invoquer la vieille maxime cicéronienne : Salus populi suprema lex esto248. En effet, "quand une des deux parties vient à violer ce pacte, l’autre est dégagée", rappelle Jurieu249. Le peuple d’Angleterre n’a fait qu’user de son droit imprescriptible de résistance à l’oppression. Par une utilisation qui oscille entre le sophisme et le paralogisme du De jure belli ac pacis de Grotius, -autorité omniprésente sous la plume des hommes du Refuge250-, Jurieu et ses compatriotes exilés, peuvent ainsi conclure qu’il n’est possible "de contester les droits de Guillaume, Roi d’Angleterre, ni condamner la conduite de la nation anglaise"251.

  • 252 Ainsi, Lacombe de Vrigny prétend descendre de du Plessis-Mornay. Larrey trouve dans les Vindiciae c (...)
  • 253 Les Vindiciae s’adressaient à la noblesse ayant récemment embrassé le protestantisme, tandis que le (...)
  • 254 Abbadie, Défense de la nation britannique, op. cit., p. 199-200.

53Une telle affirmation de la souveraineté populaire et de la théorie du droit constitutionnel de résistance pourrait donner l’illusion d’une simple reprise des thèses couramment avancées dans les écrits monarchomaques de la fin du xvième siècle, qui sont d’ailleurs parfois cités252. Le contexte dans lequel ces théories ont été élaborées est assurément déterminant et permet de comprendre les hésitations de la pensée du Refuge sur la mise en œuvre de ce droit de résistance253. Affirmer avec trop de vigueur le droit de résistance risquait d’apporter une dangereuse caution aux opposants jacobites, notamment en Irlande. C’est pourquoi, en 1692, Abbadie refuse de reconnaître un tel droit aux individus, ni même à la société, restant ainsi particulièrement flou sur sa mise en œuvre, qui se limite désormais au cas où le roi serait devenu incapable physiquement ou mentalement, de régner254.

  • 255 Dans une conception encore organiciste de la société, les auteurs supposés Languet et Duplessis-Mor (...)
  • 256 Voir la référence aux "théologiens gallicans" selon lesquels le pape est le chef de l’Église, mais (...)
  • 257 Jurieu, Examen d’un libelle, op. cit., p. 78. Plus loin, il précise : "Nous faisons le peuple sourc (...)

54Mais la mutation de la doctrine contractuelle est illustrée par l’utilisation du concept de peuple. La confusion terminologique entre les termes "nation", "société" et "peuple" vient d’une part estomper la forte coloration aristocratique caractéristique de la doctrine monarchomaque. D’autre part, la notion de peuple n’a plus la densité péjorative qui la caractérisait, notamment dans la théorie des magistrats inférieurs exposée au fil des Vindiciae contra tyrannos255. Au peuple "médiéval" entendu comme la sanior pars, à travers le prisme des États généraux, des Parlements ou des magistrats inférieurs, Abbadie et Coulan substituent, non sans ambiguïtés, le peuple entendu comme une communauté politique artificielle dotée d’une personnalité juridique et représentée au sein du Parlement. Concept ambivalent dans la pensée du Refuge, le peuple est soit le résultat artificiel d’un contrat entre particuliers, soit défini comme un corps politique naturel, organique comme chez Jurieu. Reprenant les théories conciliaristes, ce dernier considère la souveraineté populaire non comme l’émanation de la volonté de chacun des membres du corps politique, mais comme le résultat des fins pour lesquelles les hommes vivent en société. Les autorités politiques et ecclésiastiques ne sont plus de droit divin, mais procèdent toutes deux du populus256. À l’image des synodes et des pasteurs élus par les communautés de fidèles, les sujets élisent un monarque, détenteur d’une autorité absolue, mais faillible257.

  • 258 Les larmes de l’Angleterre, op. cit., p. 3.

55Nouveau David du protestantisme, Guillaume a rétabli "un gouvernement doux et agréable"258, dont il est désormais possible de tracer les contours.

§ 3 - 1688, ou la découverte d’une monarchie limitée

  • 259 Faisant remonter, comme il était alors d’usage, cette pratique à Edouard Confesseur, Misson loue Gu (...)

56Dans leur grande majorité, les réfugiés huguenots s’attachent à défendre une cause, la Révolution de 1688. Cette défense suppose un raisonnement a priori, qui repose sur l’opposition entre Guillaume -liberté Angleterre, et Jacques II -tyrannie -France. Dans une communauté traumatisée par la révocation de l’édit de Nantes, il importe autant de s’en prendre à l’absolutisme de Louis XIV que de défendre l’entreprise de Guillaume d’Orange. Cependant, les hommes du Refuge n’en ont pas moins dessiné un modèle institutionnel aux contours encore flous, qui anticipe certaines réflexions des Lumières. Simple exemple, dans une conception désacralisée du pouvoir royal, il n’est guère surprenant de trouver sous la plume de l’un de ces exilés, Misson de Valberg, qui abandonna sa charge de conseiller au Parlement de Paris après la révocation de l’Édit de Nantes, une sévère critique du pouvoir thaumaturgique des rois259.

  • 260 Misson, Mémoires, op. cit., v° "Parlement", p. 329-339 (cit. p. 337).
  • 261 Ibid., v° "Comité", p. 65.
  • 262 Gueudeville, Atlas historique, Amsterdam, 1718, t. II, p. 120.
  • 263 Samson, Histoire de Guillaume III, op. cit., t. I, p. 241.

57La plupart des écrits huguenots ne s’attardent guère sur les mécanismes de la constitution anglaise. Le rôle du Parlement est éclipsé au profit de celui, plus flou, du "peuple" ou de la "nation". Les Mémoires de Misson sont à ce titre une exception remarquable. Cet ouvrage offre en effet des observations assez rigoureuses sur le fonctionnement des institutions anglaises après le Settlement de 1689. On y trouve une description des conditions d’élection des députés, l’auteur précisant justement qu’un "parlement sans roi est comme un corps sans âme"260. La procédure d’élaboration d’un statut y est clairement exposée. Un "comité", terme francisé comme il est précisé, composé soit de membres désignés par les deux chambres, soit de toute la chambre qui "ne diffère d’elle-même que dans la manière de délibérer" procède à l’examen des bills avant leur vote successif dans les mêmes termes par les deux assemblées261. L’Atlas historique de Gueudeville, offre un autre exemple plus tardif de telles descriptions : sous la forme de superbes planches dotées d’une belle iconographie, il rapporte en des termes élogieux les privilèges du monarque, la composition des deux chambres du Parlement, ainsi que les mécanismes d’élaboration de la loi262. Le Parlement peut également être évoqué de façon indirecte, comme à propos du caractère "légal" de la Convention qui présida à la rédaction du Bill of Rights. Selon les partisans de la cause jacobite, cette assemblée n’était pas légitime puisqu’elle n’avait pas été convoquée par le roi, seule autorité capable de lui donner une existence juridique. Contre cette attaque, était invoqué soit le précédent de Charles II, qui en 1660, s’était vu rappeler au trône par une assemblée du même nom, soit la légitimité propre à cette assemblée qui représentait "toute la nation, dans laquelle réside proprement l’autorité souveraine"263.

  • 264 Les larmes de l’Angleterre, op. cit., p. 288-289.

58Objet légitime d’admiration pour les réfugiés huguenots, la monarchie anglaise est à l’unanimité qualifié de "tempérée". 1689 augure, ou ressource, une nouvelle conception du pouvoir monarchique, soumis au contrôle d’un parlement. Contre le dogme de l’indivisibilité de la souveraineté incarnée dans la seule personne du roi alors consacré dans la tradition juridique française, l’exercice de la souveraineté outre-Manche procède de la réunion de deux volontés, celle du roi et celle du Parlement. Rapportant les propos de Commynes, qui, du temps de Louis XI considérait le gouvernement anglais comme "le mieux fondé et le mieux policé du monde", l’auteur des Larmes de l’Angleterre voit dans la participation du Parlement au pouvoir législatif la principale limite "à l’oppression et à la violence des Rois"264. Misson définit la constitution anglaise comme un gouvernement "aristocratico-démocratico-monarchique", définition en passe d’être consacrée outre-Manche.

  • 265 Misson, Mémoires, op. cit., v° "Gouvernement", p. 233.

Le corps dans lequel réside la puissance souveraine consiste en la personne du Roi qui en est le chef et en son Parlement, dont la chambre haute est une assemblée aristocratique et la chambre basse, une assemblée démocratique265.

  • 266 [Jurieu], Apologie pour leurs sérénissimes majestés britanniques, 1689, p. 136-137. Sur l’utilisati (...)
  • 267 Sur cette maxime, apposée sur le frontispice de la traduction française de la Défense des droits de (...)
  • 268 Jurieu, Lettres pastorales, op. cit., p. 373 ; Misson, Mémoires, op. cit., v° "Impôts", p. 257-258.

59La pensée politique du Refuge donne une nouvelle vigueur au vieil idéal du régime mixte, qui a trouvé une nouvelle consécration institutionnelle dans la constitution anglaise. Loin d’être une chimère historique de l’époque franque, ou une interprétation polémique de la fonction des États généraux, cet idéal semble ici se réaliser. Le monarque anglais, rappelle Jurieu, ne peut invoquer la maxime Princeps Legibus solutus est car la souveraineté réside dans le concours du roi et du parlement266. Bornée dès son origine, la fonction royale est ainsi encadrée dans son exercice selon la vieille maxime de droit privé romain reprise dans le code de Justinien, Quod omnes tangit267, qui garde encore de son actualité. La participation à l’élaboration de la loi et le nécessaire consentement d’une assemblée à la levée des subsides sont pour Jurieu et Misson les deux garanties contre l’arbitraire du prince268.

  • 269 Parmi de multiples exemples, il est possible de citer Mackworth, qui insiste sur la nécessité de "c (...)
  • 270 Jurieu, Lettres pastorales, op. cit., p. 373.

60La limitation du pouvoir royal ne se réduit pas à la seule participation d’une assemblée représentative, mais à une certaine répartition des pouvoirs entre deux organes : le roi et le Parlement. Phénomène nouveau, les incantations en faveur d’un pouvoir tempéré ont trouvé outre-Manche269 comme dans les écrits du Refuge, une explication constitutionnelle plus rigoureuse. Si la souveraineté reste dans son principe indivisible, la loi est le produit de la collaboration du monarque avec son Parlement. "C’est le Parlement qui, rapporte Jurieu, y fait des lois et qui ordonne les levées des deniers. Le roi a l’exécution des lois. Cependant le peuple n’y est pas privé de toute la puissance exécutrice et coactive. Car le Parlement a le droit avec le roi de faire le procès à qui il veut"270. Misson est encore plus explicite dans l’emploi de termes voués à une longue postérité :

  • 271 Misson, Mémoires, op. cit., v° "Gouvernement", p. 233.

Le pouvoir législatif est dans la concurrence de volonté entre le roi et son Parlement. Le pouvoir exécutif est entre les mains du roi. De sorte que le roi est monarque absolu pour tenir le peuple dans l’obéissance des lois qui ont été faites par le corps dans lequel réside la souveraine autorité271.

  • 272 "Le droit de succession n’est point un droit naturel ni divin, puisque tout gouvernement a toujours (...)

61Le fondement contractuel de la monarchie en vient par ailleurs à modifier la nature des lois de dévolution de la couronne. Elles ne sont plus des règles coutumières régissant la transmission de la couronne, mais l’expression constitutionnelle du consentement de la nation272. À la conception traditionnelle de la succession fondée sur la coutume se trouve substitué un volontarisme juridique nourri de rationalisme parfaitement exprimé par d’Abbadie :

  • 273 Abbadie, Défense de la nation britannique, op. cit., p. 343. Selon Jurieu, les peuples confient la (...)

La loi de succession enferme ordinairement le consentement du peuple qui a voulu attacher l’autorité royale à une certaine famille ; et le successeur n’est jamais proclamé qu’en vertu de ce consentement qui est supposé dans ces occasions avec celui du Prince qui accepte la puissance souveraine273.

  • 274 Abbadie, op. cit., p. 237.

62Le principe de l’hérédité perd ainsi son caractère intangible. Il peut être remis en question dans l’hypothèse d’un héritier fou ou incapable, ou dans celle de la violation du contrat entre le roi et ses sujets. Aucun des partisans de la cause orangiste n’en vient cependant à défendre l’idée d’une monarchie purement élective, l’exemple polonais étant alors honnis. Leur préférence se tourne vers une monarchie héréditaire "conditionnelle", dans laquelle le peuple, par l’intermédiaire du Parlement, "ne fait que confirmer le droit de la succession ou d’une élection divine"274. Comme l’écrit Jacques Abbadie, il convient de garder :

  • 275 Ibid., p. 277-278.

le milieu entre deux erreurs extrêmes, dont l’une ôte la souveraineté aux rois pour la donner aux peuples ; et l’autre ôte à Dieu ses droits pour en revêtir les rois. On laisse aux Milton et aux Saumaise à déclamer contre les rois en faveur des peuples ou contre les peuples en faveur des rois275.

  • 276 Ibid., p. 219, 230, 237 ; Jurieu, Lettres pastorales, op. cit., p. 417 ; Lacombe de Vrigny, Défense (...)
  • 277 Levassor, Les soupirs de la France esclave, op. cit., p. 88, qui a peut-être puisée cette idée chez (...)
  • 278 Tronchin du Breuil, Lettres sur les affaires du temps, op. cit., t. II, 15 juillet 1689, p. 214-215

63Bien loin d’être une particularité du royaume d’Angleterre, le consentement du peuple à l’organisation de la succession est élevé au rang de loi fondamentale, présentant un caractère absolu et universel. Les exemples tirés de l’Ancien Testament, de la Castille et de l’Aragon, ou encore le cas plus récent d’Alfonse, roi du Portugal déposé au profit de son frère, fournissent autant de précédents à la destitution de Jacques II. Avec une même légèreté historique, le royaume de France serait régi par de tels principes, comme le prouveraient les mutatio regni de 751 et 987 ou les querelles de succession du xivème siècle276. Selon Levassor, qui reprend des arguments déjà avancés lors des Guerres de religion, notamment par Hotman, la crise successorale de 1328 ne fut tranchée que par l’intervention des États généraux, auxquels "les deux rois assistèrent et y plaidèrent leur cause. Philippe de Valois y gagna la sienne, et il fut ordonné par les États qu’il serait préféré à Edouard"277. Le goût de la polémique pousse même du Breuil et Abbadie à affirmer que Louis XIV ne serait pas un monarque légitime, si le peuple, par l’intermédiaire de chimériques États généraux, n’avait consenti à l’accession d’Hugues Capet sur le trône. En effet, Charles de Lorraine était alors "légitime héritier par droit de succession, selon la loi fondamentale du Royaume"278.

  • 279 Larrey, Réponse à l’avis aux réfugiez, op. cit., p. 22.
  • 280 Levassor, Les Soupirs de la France esclave, op. cit., p. 219 sq.
  • 281 Il s’agit d’un appel solennel au Grand Dauphin pour l’inciter à suive l’exemple de Guillaume III, e (...)
  • 282 Levassor, Les soupirs de la France esclave, op. cit., p. 176. Animé par une modération inconnue du (...)
  • 283 Ibid., p. 41.

64La constitution anglaise, en parvenant à encadrer le pouvoir royal dans de justes limites, fournit sinon une alternative, du moins un exemple de la nécessaire régénération des institutions françaises. Larrey analyse la révolution de 1688 comme "un prélude de la notre, un présage qui nous la fait espérer et un moyen qui nous y conduit"279. Dans les Soupirs de la France esclave, Levassor manifeste, à l’inverse de ses coreligionnaires, peu d’enthousiasme pour la figure de Guillaume d’Orange280. Contrairement à l’auteur du Salut de la France281, il ne souhaite en rien une modification des règles dynastiques, notamment de la loi salique, craignant de susciter une guerre civile, ou de livrer le royaume aux étrangers282. Mais, en voulant "remettre la monarchie sur l’ancien pied"283, il pousse à son plus parfait achèvement l’assimilation de la forme constitutionnelle consacrée outre-Manche par la Glorieuse Révolution à celle de l’ancienne monarchie française.

  • 284 Ibid., p. 3.

La France se doit réveiller et sentir le poids de l’effroyable tyrannie sous laquelle elle gémit (…). Et le bonheur que l’Angleterre vient d’obtenir en voyant rompre les fers qu’on lui mettait sur les bras, doit faire renaître dans l’âme de tout Français, l’amour de la patrie et les désirs pour le retour de la liberté284.

  • 285 Ibid., p. 86.
  • 286 Ibid., p. 134 et 136. A rebours de l’interprétation traditionnelle des anti-absolutistes anglais su (...)
  • 287 Levassor (op. cit., p. 136-137) invoque un statut d’Edouard Ier, la célèbre lettre de Fulbert de Ch (...)
  • 288 "On voulait faire comprendre au prince qu’il n’était roi que dans l’assemblée de ses états. (…) Hor (...)

65Reprenant les thèses de la littérature contestataire posées par Hotman, les réflexions constitutionnelles avancées dans les Soupirs sont un appel à une nécessaire régénération de la forme monarchique, pervertie par plusieurs siècles de "tyrannie". Jusqu’au règne de Louis XI, des deux côtés de la Manche se trouvait consacrée une monarchie tempérée par l’aristocratie285. Sous les deux premières dynasties, et plus encore à la suite de l’invasion de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant, les deux gouvernements étaient "absolument semblables"286, comme tendrait à le prouver la pratique alors commune du jugement par les pairs287. Levassor décrit même le fonctionnement des institutions mérovingiennes selon la théorie anglaise du roi en son Parlement288.

  • 289 Hotman, La Franco-Gallia, op. cit., p. 104-105.

66Les hommes du Refuge s’inscrivent ici dans la tradition monarchomaque. Hotman, citant l’Anglica Historia (1513) de l’humaniste Polydore Virgile, faisait référence à la tenue régulière d’assemblées convoquées depuis le règne d’Henri Ier pour délibérer de toutes les affaires "concernant l’état de la république". Mais, loin d’être un legs de l’époque saxonne, cette pratique serait directement empruntée au royaume franc, comme le prouverait l’origine étymologique française du mot "parlement"289. Si l’Angleterre ne fut qu’indirectement bénéficiaire de cette liberté venue du Nord, la forme de constitution qu’elle a consacrée ne peut que susciter l’admiration d’Hotman :

  • 290 Hotman, La Franco-Gallia, éd. de 1600, p. 44, cité par A. Leca, op. cit., p. xviii, n. 190.

Le roi ne peut, ni par lui, ni par ses ministres, établir tailles, subsides ou autres charges quelconques, changer les lois ou en établir de nouvelles sans l’autorisation de tout le royaume exprimé par le parlement290.

  • 291 La convocation des États généraux comme la restitution du droit de remontrances aux Parlements, lie (...)
  • 292 Levassor, Les soupirs de la France esclave, op. cit., p. 54.
  • 293 Ibid., p. 157.

67Pour Levassor, la monarchie des Bourbons se réduit à la version dégradée et corrompue d’un modèle constitutionnel originel conservé outre-Manche. À l’image de la moderne Angleterre, le royaume de France doit abattre le "despotisme" qui le corrompt en recouvrant ses antiques libertés. À l’instar de la plupart de ses coreligionnaires291, il en appelle à la restitution du droit de remontrances aux cours souveraines, comme à la réunion des États Généraux qui seuls pourront "remédier aux désordres de l’État, précisément comme cela se fait encore aujourd’hui en Angleterre"292. Les États ainsi réunis aboliront les aides perpétuelles en vigueur depuis Charles VII, et permettront la levée d’impôts librement consentis293.

  • 294 Voir J. Dedieu, Montesquieu, op. cit., passim.
  • 295 Misson, Mémoires, op. cit., v° "Impôt", p. 257 ; Abbadie, Défense, op. cit., p. 374.

68Au terme de ces développements, il convient de se demander s’il est dès à présent possible de déceler les prolégomènes de l’anglophilie politique des Lumières. Si certains n’hésitent pas à le faire, il convient d’être prudent294. Misson, enthousiasmé par les libertés individuelles anglaises, n’hésite certes pas à affirmer que "chaque Anglais est roi chez soi, et tranquille possesseur de ses biens" et Abbadie peut lui rappeler que la Magna Carta "porte que personne ne perdra sa vie ni ses biens qu’en vertu des lois du pays"295.

  • 296 Montesquieu notait avec une certaine méfiance : "Nos réfugiés sont tous whigs et, si le trône d’Ang (...)

69La prolifération de pathétiques anathèmes et la virulence des attaques desservirent la cause des hommes du Refuge aux yeux d’une opinion fortement imprégnée de loyalisme monarchique. Traversée par un certain nombre de contradictions (providentialisme-souveraineté du peuple ; conception du peuple organique ou artificielle), puisant dans un arsenal théorique hétéroclite, où Saint Thomas côtoie Grotius et les figures de la rhétorique frondeuse des xvième et xviième siècles, cette pensée, souvent confuse et embrouillée, n’en reste pas moins porteuse de doctrines vouées à une large audience au siècle suivant (notamment l’Angleterre entendue comme le conservatoire des antiques libertés germaniques). La "tyrannie" de Jacques II ou de Louis XIV annonce le "despotisme" de Louis XV puis de Louis XVI. Mais les hommes des Lumières ne puiseront que tardivement dans la pensée du Refuge, lors de la seconde moitié du siècle. Les premiers anglophiles, à commencer par Voltaire ou Montesquieu296, y seront étrangers, comme l’illustre le peu de place faite à la notion de contrat dans la plupart des lectures de la constitution anglaise. La question de l’organisation des pouvoirs effacera pour un temps celle de sa légitimité.

Notes

86 Lettre à Vincent Minutoni, 6 octobre 1690, cité in H. Bots, "Pierre Bayle et la Glorieuse Révolution d’Angleterre", Actes du VIème Colloque Jean Boisset, Montpellier, 1990, p. 79.

87 Aspect bien mis en évidence dans les communications rassemblées dans l’ouvrage The Revolution of 1688-1689. Changing perspectives, L. S. Schwoerer (ed.), Cambridge U.P., 1992.

88 O. Lutaud évoque ainsi une "atmosphère de croisade" dans son commentaire de manuscrits inédits des Nouvelles ecclésiastiques de janvier-mars 1689 (Des révolutions d’Angleterre à la Révolution française, La Haye, Nijhoff, 1973, p. 143-146).

89 J.-M. Goulemot, op. cit., p. 95.

90 Ibid. Il semble ainsi excessif de qualifier l’opposition entre partisans et adversaires de la Glorieuse révolution "d’accessoirement idéologique", ou bien alors les doctrines élaborées de part et d’autre ne sont plus que des mots vides de tout contenu politique, ce que nous nous refusons de penser.

91 Sur l’Angleterre dans le théâtre racinien, voir J. Orcibal, La genèse d’Esther et d’Athalie, Paris, Vrin, 1950, p. 11-87 ; O. Lutaud, Des Révolutions d’Angleterre …, op. cit., p. 119-136 et 151-168 et surtout J.-M. Goulemot qui a nuancé les analyses précitées en insistant sur le complexe providentialisme qui traverse Athalie (Le règne de l’histoire, op. cit., p. 102-106). Dans la Préface de l’édition ici utilisée, J. P. Collinet minimise cependant la place de l’Angleterre dans la pièce de Racine, n’y voyant que de "fugitifs reflets" (Théâtre complet, t. II, Paris, Folio-Gallimard, 1983, p. 45).

92 Voir ainsi la confession de Mathan (III, 3, v.919-962), ou l’appel à la révolte du chœur contre Athalie : "Partez, enfants d’Aaron, partez. / Jamais plus illustre querelle / De vos aïeux n’arma le zèle. / Partez enfants d’Aaron, partez. / C’est votre roi, c’est Dieu, pour qui vous combattez" (IV, 6, v. 1463-1467).

93 "Venger vos princes morts, relever vos lois, / Et faites aux deux tribus reconnaître leur roi" (IV, 3, v. 1335-1336).

94 Racine, Athalie, I, 2, v. 289.

95 Ph. Sueur, "Contribution à l’étude des idées politiques des Jansénistes français de 1640 à la Révolution française", Publications de la faculté de droit d’Amiens, 5, 1973-1774, p. 32.

96 [Arnauld], Le véritable Portrait de Guillaume-Henry de Nassau, nouvel Absalon, nouvel Hérode, Nouveau Cromwel, nouveau Néron, Bruxelles, 1689. En 1681, il avait déjà rédigé une Apologie pour les catholiques d’Angleterre, où l’auteur fustigeait notamment les prétentions du Parlement de vouloir exclure le duc d’York de la succession royale.

97 [Arnauld], Le véritable Portrait, op. cit., p. 5.

98 P. Jansen, "Jansénisme et Grande-Bretagne de la chute de Charles Ier à celle de Jacques II", in France et Grande-Bretagne, op. cit., p. 91-101.

99 Le Noble, Le couronnement de Guillemot, Londres, 1690, p. 12.

100 J. Orcibal, op. cit., p. 121.

101 Arnauld, Le véritable Portrait, op. cit., p. 26.

102 [Le Noble], La bibliothèque du Roy Guillemot, in La pierre de touche politique, Londres, 1690, p. 14-15. Voir également Le couronnement de Guillemot et de Guillemette, avec le sermon de grand Docteur Burnet, "troisième dialogue sur les affaires du temps", Londres, 1689, p. 4 et 9.

103 [Denis de Saint Marthe], Entretiens touchant l’entreprise du Prince d’Orange, Paris, 1689, p. 68.

104 Bretonneau, Abrégé de la vie de Jacques II, Paris, 1702, p. 46.

105 [Dubos], Les intérêts de l’Angleterre, traduit [librement] du livre anglois intitulé England’s interest mistaken in the present war, Amsterdam, 1703, p. 39. Sur les circonstances de rédaction de cet ouvrage, où Dubos cherche à démontrer les méfaits de la politique belliciste de Guillaume III, notamment grâce aux informations fournies par les dépêches diplomatiques mises à sa disposition par Torcy, voir J. Klaits, Printed Propaganda under Louis XIV, Princeton U.P., 1976, p. 171-181.

106 Dubos, op. cit., p. 31-32. Il fait allusion à la reconnaissance de Jacques III par Louis XIV comme roi d’Angleterre en septembre 1701 (p. 150), qui provoqua outre-Manche une émotion considérable, et permit aux whigs, favorables à la guerre contre la France, d’emporter les élections générales suivantes.

107 Le Noble, Le couronnement de Guillemot, op. cit., p. 21.

108 Ibid., p. 45.

109 La Bruyère, Les caractères (éd. 1691), Paris, Le Livre de Poche, 1985, p. 357.

110 Ibid.

111 Ibid. (éd. 1690), p. 352-353. Seul Louis XIV, "toujours bon et magnanime", peut, selon La Bruyère, se glorifier d’avoir "ouv[ert] ses bras à une famille malheureuse". Sur le séjour de Jacques II en France, voir E. Corp, "La Maison du Roi à Saint-Germain-en-Laye", in L’autre exil. Les jacobites en France au début du xviiième siècle, Presses du Languedoc, 1993, p. 55-78.

112 Raguenet, Histoire d’Olivier Cromwel, Utrecht, 1692, t. II, p. 98. Cet opuscule conserve toujours un certain intérêt historiographique car il cite 47 ouvrages consacré à l’Angleterre publiés en latin, français, italien ou espagnol entre 1644 et 1686.

113 Le Noble, La Bibliothèque…, op. cit., p. 24. Sur la présence de Cromwell dans le discours orangiste, voir J.-M. Goulemot, Le règne de l’histoire, op. cit., p. 78 sq.

114 Le Noble, Le festin de Guillemot, quatrième dialogue sur les affaires du tems, Londres, 1691, p. 7.

115 [John of Werstonnay], Le voyage de Cromwel en l’autre monde, Londres, 1690, p. 17. Sous ce pseudonyme se cacherait le janséniste Jean Lenoir (O. Lutaud, op. cit., p. 176).

116 D’Orléans, Histoire des Révolutions d’Angleterre, [1689-1693], Paris, 1737, t. IV, p. 238.

117 [Le Noble], Le festin de Guillemot, op. cit., p. 10.

118 D’Orléans, Histoire, op. cit., t. III, non num.

119 Bretonneau, Abrégé de la vie de Jacques II, op. cit., p. 56.

120 Bossuet, "Oraison funèbre d’Henriette-Marie de France", Oraisons funèbres, Paris, Garnier, 1987, p. 130. Au-delà de cet épisode, l’histoire d’Angleterre nourrit le providentialisme de Bossuet, comme l’a montré Th. Goyet ("Bossuet et l’Angleterre", in France et Grande-Bretagne, op. cit., p. 253-275).

121 Bossuet, Oraisons, op. cit., p. 141. L’oraison prononcée l’année suivante pour Henriette d’Angleterre, fille de Charles Ier qui épousa Philippe d’Orléans, illustre encore les desseins de la Providence, mais dans un sens inverse : "Pour donner [Henriette] à l’Église il a fallu renverser tout un royaume" ("Oraison funèbre d’Henriette-Anne d’Angleterre", ibid., p. 178).

122 "Tuer un Tyran titulo vel exercitio n’est pas un meurtre" selon le titre d’une traduction française de ce pamphlet faite en 1658 par Marigny de Carpentier, protégé du cardinal de Retz.

123 [Le Noble], Dialogue entre le Jacobite et le Guillemin, in Les travaux d’Hercule, Paris, 1694, p. 4. Au terme de ce dialogue, le jacobite parvient évidemment à "convertir" le partisan de Guillaume d’Orange.

124 De Saint Marthe, Entretiens touchant l’entreprise du Prince d’Orange, op. cit., p. 20 et 24.

125 Gueulette, Méthode facile pour apprendre l’histoire d’Angleterre (1697), Paris, 1708, Préface, non num. Cet ouvrage fut réédité sous un titre identique mais avec un contenu profondément modifié par Abel Boyer à la Haye en 1720.

126 Ibid., p. 6-8 (droit de grâce, de conclure les traités, de convoquer et dissoudre le Parlement…).

127 Ibid., p. 9.

128 Madame de La Fayette, Mémoires de la Cour de France pour les années 1688 et 1689, Paris, 1988, p. 106. Elle rapporte le mot cruel Le Tellier, archevêque de Reims qui aurait dit, à la vue de Jacques II : "Voilà un fort bon homme, il a quitté trois royaumes pour une messe" (p. 130).

129 Raguenet, Histoire d’Olivier Cromwel, op. cit., p. 3.

130 A. Rey, Révolution, Histoire d’un mot, Paris, Gallimard, 1989, p. 58-59.

131 Jacques Liotter, L’hérésie coupable de la guerre, et de tous les troubles de l’Europe, Grenoble, 1695.

132 Voir par exemple Le Noble, Dialogue, op. cit., p. 39-42.

133 Raguenet, Histoire d’Olivier Cromwel, op. cit., p. 6.

134 De Brueys, Histoire du fanatisme de nostre tems, Paris, 1692, p. 60.

135 Liotter, L’hérésie coupable, op. cit., p. 9. Dans son Histoire des variations (1688), Bossuet émet le vœu que l’Angleterre, "nation si savante ne demeure pas longtemps dans cet éblouissement ; le respect qu’elle conserve pour les Pères, et ses curieuses et continuelles recherches sur l’Antiquité la ramèneront à la doctrine des premiers siècles" (cité par G. Ascoli, La Grande-Bretagne, op. cit., t. I, p. 242).

136 B. Dompnier, Le venin de l’hérésie, Paris, Le Centurion, 1985, p. 76-87.

137 Bossuet, "Oraison funèbre d’Henriette-Marie de France", op. cit., p. 127 et 119.

138 J. Truchet, Politique de Bossuet, Paris, Armand Colin, 1966, p. 38.

139 Bossuet, "Oraison funèbre d’Henriette de France", op. cit., p. 124. Lorsqu’il rédigea sa célèbre Oraison, des négociations devaient s’ouvrir entre Louis XIV et Charles II, qui débouchèrent sur le Traité de Douvres. L’opinion de Bossuet peut paraître contradictoire, puisque dans l’oraison dédiée à Henriette d’Angleterre (op. cit., p. 165), ce dernier avait été ainsi moins nuancé, en évoquant une "des nations les plus belliqueuses de l’univers".

140 Bossuet, Avertissemens aux Protestans (1691), Paris, 1717, p. 381.

141 D’Orléans, Histoire, op. cit., t. III, p. 502-503.

142 Ibid., t. I, Avertissement, non num. Ce peuple est fondamentalement indocile car "il a toujours en tête de ces libertés si funestes au repos de la nation" (t. III, p. 367).

143 Ibid., t. III, p. 246.

144 L’Angleterre est le pays "où il y a tant de gens enragés, et tant de diversité de religions" (Lettres choisies de feu M. Guy Patin, oct. 1660, Rotterdam, 1725, t. II, p. 187).

145 En dépit de quelques nuances dues à son admiration pour Bacon et Hobbes, Sorbière insistait déjà sur "l’inconstance de cette nation", "l’esprit brouillon et fanatique des Anglais, lorsqu’ils se jettent sur la politique et la religion" ou encore la "particulière inclination que la nature leur donne à former des raisonnements si peu respectueux" (Relation d’un voyage en Angleterre, Cologne, 1679, p. 101, 102, 103). Outre cette riche description de l’Angleterre, Sorbière est le célèbre traducteur du De Cive de Hobbes en 1646 et de la Britania de Camden en 1662.

146 J.-M. Goulemot, Le règne de l’histoire, op. cit., p. 140.

147 Arnauld, Le véritable Portrait de Guillaume-Henry Nassau, op. cit., p. 47.

148 [Bayle], Advis important aux Refugiez, Paris, 1692, p. 87.

149 Bossuet réfute minutieusement l’interprétation faite par Grotius, de certains livres de l’Ancien Testament, notamment les exemples de David et des Machabées (Avertissemens, op. cit., p. 440-441).

150 [Quesnel], La souveraineté des Rois, Paris, 1703, p. 44. Sur l’absolutisme gallican de Quesnel, construit contre la Glorieuse Révolution, voir R. Tavenaux, Jansénisme et politique, Paris, 1965, p. 122-135.

151 Arnauld, cité par J. A. G. Tans "Les idées politiques des Jansénistes", Neophilologus, 40, 1956, p. 15.

152 Quesnel, op. cit., p. 40-41.

153 Traité de l’autorité royale, traduit du Defensio regia [1649] de Claude Saumaise, Paris, 1693. A la fin de l’ouvrage, ont été ajoutés des "Réflexions, remarques et éclaircissements sur ce Traité" (p. 428-540).

154 Saumaise, Traité, op. cit., p. 253. L’hypothèse d’un "crime de lèse-majesté du roi contre la république" est alors en soi inconcevable, puisque l’intérêt de l’État est inséparable de celui du roi (p. 374).

155 Bossuet, Avertissemens aux Protestants, op. cit., p. 345.

156 Bossuet, Panégyrique de Saint Thomas de Cantorbéry (1668) cité par J. Truchet, op. cit., p. 94-97.

157 Bossuet, Avertissemens aux Protestants, op. cit., p. 329.

158 Bossuet, Politique universelle, op. cit., p. 92-96. La constitution Digna vox (Code Justinien, I, 14, 4) était couramment avancée par les partisans de l’absolutisme monarchique (A. Leca, "La place de la lex digna dans l’histoire des institutions et des idées politiques", L’influence de l’Antiquité sur la pensée politique européenne, Aix-en-Provence, PUAM, 1996, p. 147 sq).

159 "Si [Jurieu] avait trouvé ce contrat primordial du roi et du peuple, qu’on prétend que le roi d’Angleterre a violé, il n’aurait pas dû le dissimuler ; car il aurait relevé la convention dont il entreprend la défense d’un grand embarras" (Bossuet, Avertissemens, op. cit., p. 330).

160 Ibid., p. 465.

161 Il critique ainsi la confusion faite par Jurieu entre les notions "pacte", "obligation" et "devoir" (Avertissemens, op. cit., p. 469). Sur l’influence de Hobbes, plus importante que celle de Filmer, sur la pensée de Bossuet, voir L. Jaume, "Bossuet devant Filmer. Proximité apparente et divergences réelles", La pensée politique, Paris, Seuil-Gallimard, 1995, t. III, p. 459-462.

162 Bossuet, Avertissemens, op. cit., p. 462. Le gouvernement de chaque peuple consacré par la coutume doit être respecté. Il peut exister des exceptions à ce "droit commun", la royauté étant "tempéré[e] plus ou moins, suivant le génie des nations et les diverses constitutions des États" (ibid.).

163 Ibid., p. 319.

164 Ibid.

165 "Réflexions, remarques et éclaircissemens…", in Traité de l’autorité royale, op. cit., p. 473.

166 Ibid., p. 459.

167 Bayle, Advis, op. cit., p. 86.

168 Voir ses Nouvelles de la république des Lettres, in Œuvres diverses, La Haye, 1737, t. I, p. 293-294 (mai 1685), p. 385-386 (octobre 1685) ; p. 607 (juillet 1686).

169 Bayle, Advis, op. cit., p. 185. Pratique initiée en 1606 à la suite de la conspiration des Poudres, le Test Act de 1673, imposé au roi par un Parlement ultra-anglican, obligeait par serment tout détenteur d’une charge publique à affirmer son appartenance à la communion anglicane et à rejeter le dogme de la transsubstantiation.

170 En suivant la très claire démonstration de H. Bots (op. cit., p. 83-86), l’analyse de la Révolution de 1688 par Bayle reste équivoque, obscurcie par sa condamnation des écrits de Jurieu. Dans le Dictionnaire, où aucun article n’est consacré aux monarques du xviième siècle, trois références sont faites à l’Angleterre. Le phénomène révolutionnaire n’est d’abord pas entendu comme un mouvement populaire, mais comme la modification des règles successorales conséquence de l’ambition d’un seigneur, à qui le peuple reconnaît a posteriori une légitimité (Dictionnaire historique et critique, 5ème éd., 1745, v° "Edouard VI, rem. O", p. 341). Ensuite, en dépit de son règne florissant, Elisabeth a créé un fâcheux précédent. Ne pouvant reconnaître la nullité du divorce de son père avec Catherine d’Aragon, reconnaissance qui l’exclurait de jure de la succession eu égard à sa condition de bâtarde, elle fut contrainte d’embrasser la religion anglicane. Or, toujours selon Bayle, elle avait promis lors de son sacre de maintenir le catholicisme. Aussi, Jacques II n’a pas hésité à tirer profit d’un si glorieux précédent pour à son tour violer le serment du sacre. Et Bayle de conclure tout en nuance : "N’ayant point lieu de s’assurer sur son serment, [les Anglais] ont travaillé de bonne heure à l’empêcher d’imiter leur Héroïne. Voilà comment il y a des choses qui servent en plusieurs manières, et pour le présent et pour l’avenir" (v° "Elisabeth, rem. E et F", p. 350). Enfin, il est certaines circonstances exceptionnelles, comme l’usurpation de la couronne par Pépin le Bref et Hugues Capet, où une révolution, notion déjà définie, peut être légitime. Aucun sang ne doit être versé, et allusion à peine voilée à Jacques II, il convient de s’assurer que "le possesseur légitime sera bientôt abandonné de tous ses amis, ou qu’il ne lui en restera si peu qu’il ne sera capable de résister, chacun se rangeant sous les enseignes de celui qui paraîtra le plus fort" (v° "Guise (Henri de), rem D", p. 412).

171 Bayle, Advis, op. cit., p. 79.

172 J.-L. Thireau, Les idées politiques de Louis XIV, Paris, PUF, 1973, p. 60-62.

173 Sorbière, Relations d’un voyage, op. cit., p. 114. L’explication de l’existence d’une seconde chambre démontre également son peu d’admiration pour la constitution anglaise : "Il est bon qu’il y ait entre les Souverains et leurs peuples une troisième espèce d’hommes contre lesquels les peuples exercent leur envie, qui seront des barrières à ces animaux indisciplinables, et qui empêchent le torrent de venir jusqu’à eux" (p. 109).

174 Raguenet, Histoire d’Olivier Cromwel, op. cit., p. 34.

175 D’Orléans, Histoire, op. cit., t. IV, p. 402. Le dernier chapitre de son ouvrage s’intitule "Histoire des mouvements de la monarchie britannique" (p. 207).

176 On ne compte pas moins de onze éditions, la dernière datant de 1810.

177 Ibid., p. 456-457. Pour une comparaison des théories absolutistes des deux côtés de la Manche, voir J.-P. Sommerville, "Absolutisme et royalisme", in Histoire de la pensée politique moderne, J.H. Burns (éd.), Paris, PUF, 1997, p. 315-339.

178 D’Orléans, Histoire, op. cit., t. I, p. 410 et t. IV, p. 270-271.

179 Ibid., t. IV, p. 218-219.

180 Bossuet, Avertissemens, op. cit., p. 477-478 ; Bayle, Avis important, op. cit., p. 196-197, réunion de circonstance car Bayle pourfend ici autant la virulence des attaques des protestants contre Louis XIV que les "dragonnades" menées contre ses coreligionnaires restés en France.

181 Plusieurs passages se font l’écho des événements d’Angleterre, notamment le renversement du roi d’Egypte Bocchoris, "prince si indigne du trône". Pour mettre un terme à ces violences, qui avaient provoqué "une révolte de ses sujets et allumé une guerre civile", les Egyptiens firent appel aux Phéniciens (Les aventures de Télémaque, Paris, Folio-Gallimard, 1995, Liv. II, p. 58-60).

182 Fénelon cité par F. Gallouedec-Genuis, La conception du Prince dans l’œuvre de Fénelon, Paris, PUF, 1963, p. 12. Sur ce point, voir J.-M. Goulemot, Le règne de l’histoire, op. cit., p. 114-120.

183 E. Gojosso, Le concept de République en France (xvi°-xviii° siècle), Aix-en-Provence, PUAM, 1998, p. 250 sq.

184 Selon E. Labrousse, "ce serait solliciter abusivement ces pages, si brèves, de Jurieu, que d’y déceler d’emblée et sans hésiter une mise en cause de Louis XIV, jugé coupable de “tyrannie”. Car elles ne comportent pas de contestation de l’absolutisme, bien que ce système, comme les autres, puisse être détérioré et trahi" ("Note sur Pierre Jurieu", Revue d’histoire et de philosophie religieuse, 3, 1978, p. 290).

185 L’itinéraire biographique d’Abbadie rapporté R. Whelam ("Between two Worlds: The Political Theory of Jacques Abbadie. I- The Dean of Killaloe", Lias XIV, 1987-1, p. 101-117) est à ce titre exemplaire. Contraint à l’exil en 1685 à la cour de Berlin, il prononce le sermon lors de la cérémonie du sacre de Frédéric III. Ses liens d’amitié avec Schönberg le conduisent à suivre l’illustre maréchal de France rallié à la cause protestante lors de l’expédition d’Irlande. Installé à Londres en 1691, il bénéficie des faveurs de Guillaume d’Orange, qui le fait Doyen de Killaloe à Dublin. Son soutien indefectible au nouveau monarque l’ammènera à prononcer l’oraison funèbre de la reine défunte en 1695.

186 [Abbadie], Défense de la nation britannique (1692), La Haye, 1693, p. 407. Selon l’auteur anonyme d’une "lettre du traducteur à un Gentilhomme français", Guillaume a été "l’instrument de la délivrance d’un peuple qui sentait déjà la pesanteur du joug de la puissance arbitraire" (Entretiens sur l’ancien état et gouvernement d’Angleterre, traduit de l’Anglois, Londres, 1696, p. 142). Pour une version anglaise de cette défense de la Révolution, voir G. Straka, "The Final Phase of Divine Right Theory in England, 1688-1702", E.H.R., 1962, p. 638-658.

187 Gueudeville, Le grand atlas historique, Leyde, 1703, t. V, p. 542.

188 Dans l’Accomplissement des prophéties ou la délivrance prochaine de l’Église, Jurieu, le plus célèbre de ces "prophètes", s’attache à démontrer, selon le titre complet de l’ouvrage publié en 1686, que "le papisme est l’Empire antichrétien ; que cet empire n’est pas éloigné de sa ruine ; que cette ruine doit commencer dans peu de temps ; que la persécution présente peut finir dans trois ans et demi". Misson rapporte ces vers hermétiques de Nostradamus : "Celui qui dans la Principauté / Tiendra par grande cruauté / A la fin verra grande Phalange /Par coup de feu très dangereux. / Par accord pourra faire mieux ; / Autrement boira suc d’Orange" (Mémoires et observations faites par un voiageur, La Haye, 1698, v° "Faits mémorables", p. 161). Certains écrits protestants ou catholiques avaient parfois des titres évocateurs : Mene Tekel, ou jugement astrologique sur la grande et merveilleuse année 1688. Déduit des principes authentiques de cet art, et signalant l’imminence de la catastrophe qui guette le papisme (s.d.) ou L’accomplissement de la grande prophétie de Messire Michel Nostradamus qui a prédit la mort du Prince d’Orange, et le rétablissement de Jacques II (1690) (cité in B. Cottret, La Glorieuse révolution d’Angleterre, Paris, Gallimard-Julliard, 1988, p. 73-75).

189 Remarques politiques sur les Révolutions d’Angleterre, Ville-Franche, 1698, p. 58-89 (cit. p. 88).

190 Publiées à Amsterdam selon un rythme bimensuel de 1688 à 1690, les Lettres sur les Affaires du tems critiquent ainsi les Considérations sur le pouvoir royal (t. I, p. 91-97), l’Examen politique des affaires d’Angleterre (t. I, p. 137-149), et surtout L’advis aux réfugiez de Bayle (t. III, p. 142-158).

191 Remarques politiques, op. cit., p. 34-49. Voir également [Neuville], Histoire de Guillaume Ier Prince d’Orange, Amsterdam, 1689, p. 280-350 ; Réponse au Manifeste adressé par le Roy Jacques II aux Princes confédérez catholiques, La Haye, 1697, p. 48-52.

192 La Déclaration d’Indulgence du 27 avril 1688, acte de conviction, mais d’une grande maladresse politique, précipita les événements. Sept dignitaires de l’Église anglicane (les "Sept Immortels"), dont l’archevêque de Canterbury, refusèrent de procéder à la lecture en chaire de la Déclaration, et présentèrent une pétition au roi lui demandant de retirer cette Déclaration. Poursuivis pour publication de libelles séditieux (le "Trial of the Seven Bishops"), ils furent acquittés par la Cour du Banc du Roi et reçus en héros dans la ville de Londres. La défection de la hiérarchie anglicane fut ainsi l’une des principales causes qui précipitèrent l’accession de Guillaume d’Orange sur le trône d’Angleterre.

193 Parmi les pamphlets anti-catholiques les plus violents, il convient de signaler l’Histoire des révolutions d’Angleterre sous le règne de Jacques II jusqu’au couronnement de Guillaume III (Amsterdam, 1689) et L’Europe esclave si l’Angleterre ne rompt pas avec ses fers (Cologne, 1702).

194 Réponse au Manifeste adressé par le Roy Jacques II, op. cit., p. 40.

195 Les larmes de l’Angleterre, op. cit., p. 65.

196 Histoire secrète du voyage de Jacques II, Cologne, 1696, p. 23. Cet épisode peut cependant donner lieu à des écrits plus originaux, comme Le retour de Jacques II (Cologne, 1696), comédie légère, mais non dénuée d’humour, qui offre quelques dialogues piquants entre Louis XIV, Jacques II et leurs confesseurs respectifs, les Pères de La Chaise et Peters.

197 Voir sur ce point J.-M. Goulemot, Le règne de l’histoire, op. cit., p. 87-90.

198 De Rosemond, Histoire des guerres civiles d’Angleterre, Amsterdam, 1690, t. II, Préface, non num.

199 Jurieu, Lettres pastorales, Rotterdam, s.d. [1689], p. 411.

200 Abbadie, Défense de la nation britannique, op. cit., p. 414.

201 Jurieu, Examen d’un libelle (…)intitulé Avis important aux réfugiés, La Haye, 1691, p. 111.

202 Larrey, Réponse à l’avis aux Réfugiez, Rotterdam, 1709, p. 224-225.

203 Selon Abbadie (op. cit., p. 409), la mort de Charles Ier est "un exemple de cruauté qui n’est contesté par personne".

204 Ibid., p. 437, bel exemple de l’utilisation d’un concept de droit privé dans la sphère du droit public.

205 Les larmes de l’Angleterre, op. cit., p. 319.

206 Sur la mutation du concept de "révolution", voir M. Ganzin, "L’émergence du concept moderne de révolution (1789-1794)", Actes du IVème colloque de l’AFHIP, Aix-en-Provence, PUAM, 1986, p. 23-52, et A. Rey, Révolution. Histoire d’un mot, op. cit., passim.

207 Le Clerc, Bibliothèque universelle et historique, t. XVI, 1690, p. 203.

208 [P.A. Samson], Histoire de Guillaume III, Amsterdam, 1703.

209 [De Lamberti], Mémoires de la dernière révolution d’Angleterre, La Haye, 1702.

210 De Cize semble s’être largement inspiré des Mémoires de Sir William Temple, qu’il cite abondamment (Histoire du wigghisme et du torisme (1717), La Haye, 1718, notamment p. 28, 56-57).

211 De Cize, Histoire, op. cit., p. 192 ; De Lamberti, Mémoires, op. cit., t. II, p. 275-297.

212 Ibid., Préface, non num.

213 J. W. Gough, L’idée de loi fondamentale dans l’histoire constitutionnelle anglaise (1975), Paris, PUF, 1992, p. 173-187 et H. Nenner, "Pretense and Pragmatism : the Response to Uncertainty in the Succession Crisis of 1689", The Revolution of 1688-1689, op. cit., p. 83-94.

214 [Levassor], Les soupirs de la France esclave, Amsterdam, 1689-1690. Longtemps attribué à Jurieu (notamment par G. Dodge cité note suivante), Levassor, ancien oratorien devenu protestant, serait l’auteur de ce pamphlet. Voir sur ce point la démonstration de F. R. Knetsch, "Pierre Jurieu réfugié unique et caractéristique", B.S.H.P.F., 1969, p. 468-470.

215 G. H. Dodge, The Political Theory of the Huguenots, Columbia U. P., 1947, p. 120-136.

216 D’après le catalogue de la British Library, la Francogallia d’Hotman, rééditée à Francfort en 1665, fut traduite en anglais en 1711 par le whig Moleworth, et réédité en 1717 et 1721. Encore plus éloquent, 1648 et 1689 furent les deux dates d’édition des Vindiciae contra tyrannos en anglais.

217 R. Derathé, Jean-Jacques Rousseau et la science politique de son temps, Paris, Vrin, 1974, p. 122-123.

218 Basnage de Bauval, Histoire des ouvrages des savans, 1691, t. IV, p. 457-465. Le Clerc en donnera lui aussi un résumé dans la Bibliothèque Universelle. Cependant, il convient d’être prudent sur la diffusion des thèses lockiennes, puisque, simple exemple, le journaliste huguenot se réfère aux pouvoirs législatif et exécutif, sans mentionner le pouvoir fédératif (t. XIX, 1690, nouvelle éd., Amsterdam, 1699, p. 583-584). Il ne serait pas absurde d’envisager l’hypothèse selon laquelle les hommes de Refuge lisaient Locke comme une simple reformulation des théories monarchomaques du siècle précédent.

219 S. Mastellone, "Sur l’origine du langage constitutionnel : une traduction anonyme de l’anglais (J. Locke et D. Mazel)", B.S.H.P.F., 126, 1980, p. 357-378, où l’auteur démontre comment cette traduction devient "un acte d’accusation" contre Louis XIV.

220 Locke cité par S. Mastellone, op. cit., p. 368.

221 Boyer, Dictionnaire royal françois-anglois, La Haye, 1702, v° "Constitution" (français), t. I, p. 70 ; v° "Constitution" (anglais), t. II, p. 82. Voir également les éditions de 1727, 1768 et 1780. A l’inverse, les grands dictionnaires (Furetière, Trévoux, Académie française) et les sommes juridiques de Brillon, de Ferrière ou de Guyot ne proposent que les acceptions traditionnelles de cette notion (M. Valensise, "La constitution française", op. cit., p. 443-446).

222 Bayle cité par S. Mastellone, op. cit., p. 360.

223 Dans la Préface, Locke affirme : "J’espère que [ses écrits] suffisent à établir le trône du grand auteur de notre Restauration, notre présent roi Guillaume ; à faire valoir son titre, par le consentement du peuple, cette assise unique de tout gouvernement légitime" (Deux traités du gouvernement, traduction de B. Gilson, Paris, Vrin, 1997, p. 15). Sur la rédaction de cet ouvrage, voir F. Lessay, Le débat Locke-Filmer, Paris, PUF, 1998, p. 26-27.

224 H. T. Dickinson, Liberty and Property, London, Weidenfeld, 1977, p. 77-79 ; J. P. Kenyon, "The Revolution of 1688 : Resistance and Contract", Studies in English Thought and Society in honnor of J.H. Plumb, London, Europa Publications, 1979, p. 57-58, et surtout R. Ashcraft qui a sans doute poussé le plus loin cette interprétation, Locke devenant l’héritier des Niveleurs (La politique révolutionnaire et les Deux traités du gouvernement de John Locke (1986), Paris, PUF, 1995). Contra L. S. Schwoerer, "Locke and Lockean Ideas in the Glorious Revolution", Journal of the History of Ideas, 51, 1990, p. 531-548.

225 De Cize, Histoire, op. cit., p. 5.

226 Ibid., p. 3.

227 Ibid., p. 108-109. En fait, Sidney (1622-1683) fut condamné à mort par un jury dominé par la figure du Lord Chief Justice George Jeffreys, pour avoir collaboré à la célèbre conspiration du Rye House Plot tramée dans l’entourage de Shaftesbury pour assassiner Charles II et son fils. C’est au cours des préparatifs de ce complot qu’il rédigea ses Discourses, publiés en 1698. Sur Sidney, voir P. Carrive, La pensée politique anglaise de Hooker à Hume, Paris, PUF, 1994, p. 33-73.

228 De Cize, Histoire …, op. cit., p. 245-246.

229 Jurieu, Lettres pastorales, op. cit., p. 366.

230 Selon Jurieu, "les peuples suivent dans l’établissement des princes les ordres de la Providence, et ne sont que des causes secondes qui travaillent sous la première" (ibid., p. 367).

231 Abbadie, Défense de la nation britannique, op. cit., p. 211-212. Voir R. Welham, "Between Two Worlds: The Political Theory of Jacques Abbadie. II- The Political Theory", Lias XIV, 1987, 2, p. 147.

232 Jurieu, Lettres pastorales, op. cit., p. 368-369 ; Id., Examen d’un libelle, op. cit., p. 82.

233 Larrey, Réponse à l’Avis aux réfugiez, op. cit., p. 173.

234 Jurieu, Lettres pastorales, op. cit., p. 419.

235 Misson, Mémoires, op. cit., v° "Gouvernement", p. 234. D’un point de vue constitutionnel, le serment d’Edouard II marque un tournant. Jusque-là le roi promettait de conserver les lois, principalement celles d’Edouard le Confesseur. A partir de 1307, elles deviennent "le produit d’une coopération “constitutionnelle” entre le roi et la communauté politique". Cette cérémonie fait désormais du roi un "véritable magistrat" (J.-Ph. Genet, "La monarchie anglaise : une image brouillée", in J. Blanchard (éd.), Représentation, pouvoir et royauté à la fin du Moyen Age, Paris, Picard, 1995, p. 106).

236 Pufendorf postule l’existence d’une première convention, pacte d’union qui lie les citoyens entre eux et leur impose des obligations réciproques qui précède une seconde convention, pacte de soumission par lequel s’établit l’autorité souveraine (Le Droit de la nature et des gens (1672), traduit par J. Barbeyrac, Londres, 1740, Liv. VII, ii, §2 et §7).

237 Coulan, La défense des Réfugiez, Deventer, 1691, p. 118.

238 Ibid., p. 117-118.

239 Abbadie, Défense de la nation britannique, op. cit., p. 118-119.

240 Ibid.

241 Ibid., p. 245-246. Il pourrait avoir en effet emprunté la distinction autorité paternelle-autorité politique à Locke (Traité du gouvernement civil, Paris, 1992, §74, p. 197-198), mais il convient de noter que le publiciste anglais introduisait dans la sphère familiale l’idée de "consentement tacite" des enfants à se soumettre à l’autorité paternelle (§ 75, p. 198), dernier point absent chez Abbadie.

242 Jurieu (Lettres pastorales, op. cit., p. 376) et Coulan (Défense des réfugiez, op. cit., p. 94) excluent les biens, la vie et la liberté de la sphère contractuelle. A ces trois éléments, Abbadie ajoute la réputation, l’honneur et la liberté de conscience (Défense de la nation britannique, op. cit., p. 114, 126 et 298).

243 L’adage est d’ailleurs utilisé par Jurieu : "Il est certain du moins que personne ne donne ce qu’il n’a pas et ne peut avoir" (Lettres, op. cit., p. 367). La critique de la doctrine du droit de conquête repose sur le caractère imprescriptible et inaliénable des droits naturels (p. 375).

244 Ibid., p. 370.

245 Lacombe de Vrigny, Défense du Parlement d’Angleterre, Rotterdam, 1692, p. 17.

246 Jurieu, Lettres pastorales, op. cit., p. 375 et 385.

247 Réponse au manifeste, op. cit., p. 63.

248 Larrey, Réponse à l’avis aux Réfugiez, op. cit., p. 136 ; Jurieu, Lettres pastorales, op. cit., p. 398.

249 Ibid., p. 372.

250 "Celui qui se déclare ennemi de tout le peuple se dépouille lui-même de la Royauté" (Grotius cité par Larrey, Réponse à l’Avis aux réfugiés, op. cit., p. 171). En réponse au Traité sur les pouvoirs absolus des souverains, Jurieu affirme que "l’aliénation de l’État" et le "droit de conservation" sont les deux limites reconnues par Grotius au pouvoir souverain (Lettres pastorales, op. cit., p. 386 et Examen d’un libelle, op. cit., p. 94-95). Dans la mesure où Abbadie (Défense de la nation, op. cit. p. 172 et 201), Larrey (Réponse à l’Avis aux réfugiez, op. cit., p. 171), Lacombe de Vrigny (Défense du Parlement d’Angleterre, op. cit., p. 46) et Coulan (Défense des réfugiez, op. cit., p. 83) invoquent également l’autorité du juriste hollandais, Barbeyrac peut justement affirmer qu’on "s’en est servi pour défendre les droits des peuples contre les prérogatives royales trop loin poussées" (Le droit de la guerre et de la paix par Hugues Grotius (1625), nouvelle traduction par J. Barbeyrac, Amsterdam, 1720, Avertissement du traducteur, t. I, p. xxix). En Angleterre paraissait d’ailleurs un opuscule intitulé The Proceedings of the present Parliament justified by the Opinion of the Most Judicious and Learned Grotius (cité in G. Dodge, op. cit., p. 61).

251 Jurieu, Lettres pastorales, op. cit., p. 417 ; Id., Examen d’un libelle, op. cit., p. 94-95.

252 Ainsi, Lacombe de Vrigny prétend descendre de du Plessis-Mornay. Larrey trouve dans les Vindiciae contra Tyrannos "des choses dignes de l’attention et des réflexions des rois, aussi bien que des sujets, et s’il y a en a de mauvaises, c’est au lecteur à les rejeter" (Réponse à l’Avis, op. cit., p. 152).

253 Les Vindiciae s’adressaient à la noblesse ayant récemment embrassé le protestantisme, tandis que les écrits issus des foyers du Refuge étaient eux destinés aux fidèles protestants, de condition souvent modeste restés en France et privés de temple comme de ministre (E. Labrousse, "les premières “Lettres pastorales”", in La Révocation de l’Edit de Nantes, op. cit., p. 229-238).

254 Abbadie, Défense de la nation britannique, op. cit., p. 199-200.

255 Dans une conception encore organiciste de la société, les auteurs supposés Languet et Duplessis-Mornay avaient réservé aux magistrats inférieurs, qualifiés de "tuteurs et petits rois", le droit de résistance car eux seuls étaient les représentants naturels du menu peuple, "cette bête qui porte un million de têtes" (Vindiciae contra tyrannos (1581), Genève, Droz, 1979, p. 225 et 61). Lacombe de Vrigny suit ses augustes coreligionnaires lorsqu’il accorde à "la nation ou à la meilleure partie" le droit de changer "l’état de la République" (Défense du Parlement, op. cit., p. 45). D’autres, tout en semblant paraphraser cette théorie, lui insufflent une inclinaison "démocratique" absente des Vindiciae. En des termes joliment choisis, Jurieu affirme : "Il est vrai que le droit de conservation est possédé par indivis par toute la société : il n’y a point de particulier qui ne soit obligé de faire ses efforts pour le salut de la République, quand ceux qui gouvernent et qui tiennent le timon de l’État sont les instruments de la tyrannie. Il n’est pas possible que le dessein de délivrer la patrie du joug ne monte premièrement dans l’esprit de quelques gens portant caractère. Mais quand cela serait possible, il est vrai que tout le monde a vocation pour réveiller ceux qui dorment" (Examen d’un libelle, op. cit., p. 124). Coulan est tout aussi affirmatif dans sa critique de la théorie des magistrats inférieurs lorsqu’il pose que "les peuples sont selon nos principes autant ou plus autorisés à s’opposer à la tyrannie des magistrats et des seigneurs subalternes qu’à résister à des souverains tyrans" (Défense des Réfugiez, op. cit., p. 143). L’abandon de l’idée d’un double contrat -entre Dieu et le roi, puis entre le roi et son peuple-, donne encore plus de consistance à l’idée de souveraineté du peuple.

256 Voir la référence aux "théologiens gallicans" selon lesquels le pape est le chef de l’Église, mais "toute l’Église est au-dessus du pape" (Lettres pastorales, op. cit., p. 367).

257 Jurieu, Examen d’un libelle, op. cit., p. 78. Plus loin, il précise : "Nous faisons le peuple source de la puissance ecclésiastique : à cause de cela faisons-nous le peuple prêtre, ministre, et en droit d’administrer les choses sacrées ? Il y a bien de la différence entre avoir le pouvoir et l’autorité en main et conserver le droit de se pourvoir contre l’abus d’autorité" (p. 84-85). Comme l’a montré F. Knetsch (op. cit., p. 465-467), dès 1677, Jurieu, admiratif de l’Église anglicane, a élaboré sa théorie de la souveraineté du peuple d’abord contre l’autorité pontificale. Ce n’est que par l’effet conjugué de la Révocation et de la révolution anglaise qu’il l’a étendue à la sphère politique.

258 Les larmes de l’Angleterre, op. cit., p. 3.

259 Faisant remonter, comme il était alors d’usage, cette pratique à Edouard Confesseur, Misson loue Guillaume d’avoir abandonné cette "sottise" (Mémoires, op. cit., v° "Ecrouelles", p. 118). Il s’inscrit dans la tradition calviniste, qui passa d’un silence respectueux ou prudent au xvième siècle à une ferme et intransigeante condamnation du miracle royal au siècle suivant (M. Bloch, Les rois thaumaturges (1924), Paris, Armand Colin, 1961, p. 331). Comme la France, l’Angleterre connut la pratique du pouvoir thaumaturgique, mais aussi la guérison de maladies nerveuses (King’s Evil) grâce à des anneaux médicinaux obtenus par la fonte de pièces d’or offertes par le roi (cramps rings). Henri VIII et Elisabeth, les Stuarts et même le duc de Monmouth en 1685, ont entretenu ce rite. Seul Jacques Ier se montra plus réticent. Alors que Guillaume l’avait abandonné, la reine Anne, soeur de Jacques II, rétablit le toucher royal en 1701, la dernière cérémonie ayant eu lieu sur l’île en avril 1714 (ibid., p. 390-394).

260 Misson, Mémoires, op. cit., v° "Parlement", p. 329-339 (cit. p. 337).

261 Ibid., v° "Comité", p. 65.

262 Gueudeville, Atlas historique, Amsterdam, 1718, t. II, p. 120.

263 Samson, Histoire de Guillaume III, op. cit., t. I, p. 241.

264 Les larmes de l’Angleterre, op. cit., p. 288-289.

265 Misson, Mémoires, op. cit., v° "Gouvernement", p. 233.

266 [Jurieu], Apologie pour leurs sérénissimes majestés britanniques, 1689, p. 136-137. Sur l’utilisation détournée de ce fragment du Digeste, voir H. Morel, "L’absolutisme français procède-t-il du droit romain ?", Mélanges Henri Morel, Aix-en-Provence, PUAM, 1989, p. 526-543.

267 Sur cette maxime, apposée sur le frontispice de la traduction française de la Défense des droits des Communes (1702) du whig Mackworth, voir Y. Congar, "Quod omnes tangit", RHD, 1958, p. 210-259et J.H. Burns, Histoire de la pensée politique médiévale, Paris, PUF, 1993, p. 485-486 et 523-524.

268 Jurieu, Lettres pastorales, op. cit., p. 373 ; Misson, Mémoires, op. cit., v° "Impôts", p. 257-258.

269 Parmi de multiples exemples, il est possible de citer Mackworth, qui insiste sur la nécessité de "conserver la juste balance de la constitution" entre les trois branches de l’autorité souveraine. Le roi, les Seigneurs et les Communes "doivent s’accorder ensemble, s’assister réciproquement dans l’exercice de leur pouvoir, sans la moindre usurpation de part ni d’autre". Ces trois organes, comme trois cordes de musique, doivent dégager "une agréable harmonie" (Défense des droits des Communes, op. cit., p. 17 sq).

270 Jurieu, Lettres pastorales, op. cit., p. 373.

271 Misson, Mémoires, op. cit., v° "Gouvernement", p. 233.

272 "Le droit de succession n’est point un droit naturel ni divin, puisque tout gouvernement a toujours été susceptible de différentes formes, selon les intérêts et les dispositions des diverses nations" (Tronchin du Breuil, Lettres sur les affaires du tems, op. cit., t. II, p. 70).

273 Abbadie, Défense de la nation britannique, op. cit., p. 343. Selon Jurieu, les peuples confient la couronne "à qui bon leur semble, pour les attacher à une personne ou à une famille, pour les transporter d’une famille à l’autre quand le salut du peuple le demande" (Lettres pastorales, op. cit., p. 417).

274 Abbadie, op. cit., p. 237.

275 Ibid., p. 277-278.

276 Ibid., p. 219, 230, 237 ; Jurieu, Lettres pastorales, op. cit., p. 417 ; Lacombe de Vrigny, Défense du Parlement d’Angleterre, op. cit., p. 10-12 ; Larrey, Réponse à l’avis aux réfugiez, op. cit., p. 182 et 201.

277 Levassor, Les soupirs de la France esclave, op. cit., p. 88, qui a peut-être puisée cette idée chez Hotman (Franco-Gallia, traduction de 1574, éditée par A. Leca, Aix-en-Provence, PUAM, 1991, p. 167). Sur ce point, voir A. Lemaire, Les lois fondamentales de la monarchie française d’après les théoriciens de l’Ancien Régime, thèse droit, Paris, 1907, p. 92-102.

278 Tronchin du Breuil, Lettres sur les affaires du temps, op. cit., t. II, 15 juillet 1689, p. 214-215.

279 Larrey, Réponse à l’avis aux réfugiez, op. cit., p. 22.

280 Levassor, Les Soupirs de la France esclave, op. cit., p. 219 sq.

281 Il s’agit d’un appel solennel au Grand Dauphin pour l’inciter à suive l’exemple de Guillaume III, en montant sur le trône de son père. Louis XIV n’aura lui qu’à suivre le précédent de Charles Quint qui, après avoir partager l’empire entre son fils et son frère, se retira dans un monastère en Espagne (Le salut de la France, à Monseigneur le Dauphin, Cologne, 1690, p. 41).

282 Levassor, Les soupirs de la France esclave, op. cit., p. 176. Animé par une modération inconnue du bouillonnant Jurieu, il ajoute : "Il ne serait pas nécessaire d’aller justement aussi loin que les Anglais ont fait. Mais on pourrait donner des bornes à une puissance qui n’en veut point sans répandre du sang (…) et même sans faire descendre personne du trône".

283 Ibid., p. 41.

284 Ibid., p. 3.

285 Ibid., p. 86.

286 Ibid., p. 134 et 136. A rebours de l’interprétation traditionnelle des anti-absolutistes anglais sur le "joug" normand, l’entreprise du Conquérant fournit à Levassor la preuve du caractère modéré d’une forme monarchique importée de France en Angleterre. Voir C. Hill, "The Norman Yoke", Puritanism and Revolution, Londres, Secker et Warburg, 1958, p. 50-93.

287 Levassor (op. cit., p. 136-137) invoque un statut d’Edouard Ier, la célèbre lettre de Fulbert de Chartres, et les témoignages de Mathieu Paris et de Philippe de Beaumanoir. Il avance d’autres preuves : la participation des pairs dans les assemblées, comme grands féodaux du Royaume et non comme les douze pairs, image de l’actuelle chambre haute anglaise (p. 139), ou l’emprunt de termes français comme "barons" et "parlement" (p. 99 et 139).

288 "On voulait faire comprendre au prince qu’il n’était roi que dans l’assemblée de ses états. (…) Hors de là, on voulait que le prince se considérât à peu près comme un particulier, et comme le premier membre de l’État, qui n’avait autre pouvoir que celui d’exécuter les ordres et les lois que lui-même avait faites avec ses barons" (ibid., p. 86).

289 Hotman, La Franco-Gallia, op. cit., p. 104-105.

290 Hotman, La Franco-Gallia, éd. de 1600, p. 44, cité par A. Leca, op. cit., p. xviii, n. 190.

291 La convocation des États généraux comme la restitution du droit de remontrances aux Parlements, lieu commun de la littérature réformée, se trouvent évoquées par Jurieu (Examen d’un libelle, op. cit. p. 147) ; Coulan, Défense des réfugiez, op. cit., p. 80 ; Le Salut de la France, op. cit., p. 143-144 ; L’Europe esclave, op. cit., p. 86. Le droit de remontrances avait été particulièrement encadré par l’ordonnance de1667, puis par la déclaration royale de février 1673. Seul subsistait alors un droit de remontrances a posteriori, dénué de toute efficacité. M. Antoine a cependant montré la persistance de ce droit dans les Parlements de province ("Les remontrances des cours supérieures sous le règne de Louis XIV", Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 151, 1993, p. 87-122).

292 Levassor, Les soupirs de la France esclave, op. cit., p. 54.

293 Ibid., p. 157.

294 Voir J. Dedieu, Montesquieu, op. cit., passim.

295 Misson, Mémoires, op. cit., v° "Impôt", p. 257 ; Abbadie, Défense, op. cit., p. 374.

296 Montesquieu notait avec une certaine méfiance : "Nos réfugiés sont tous whigs et, si le trône d’Angleterre est jamais renversé, il le sera par ces gens là (…)" (Pensée 1882 (155), OC., Paris, Gallimard, "La Pléiade", 1994, t. I, p. 1447).

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search