Version classiqueVersion mobile

Droit musulman

 | 
Hervé Bleuchot

Le droit public

Chapitre VIII. Le jihâd

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

429Siyar et jihâd. Ce quʼon peut appeler le droit international musulman est abordé dans les traités dans les chapitres consacrés aux siyar ou au jihâd.

Le mot siyar est le pluriel de sîra. Dans le Coran, le mot nʼapparaît quʼune fois dans le sens de forme, état (*20, 21). La racine signifie se mouvoir, voyager, passer, et elle est employée plusieurs fois dans ces sens dans le Coran. Puis le mot sîra a signifié comportement habituel, ou voie, ou conduite (Jurjânî), et, par la suite, vie ou biographie. Le sens juridique ne se trouve pas dans les dictionnaires ordinaires. Dans les livres de hadîth, on indique par le mot siyar les récits et paroles du Prophète durant ses expéditions de guerre. Le mot au pluriel signifia par la suite expéditions. Un synonyme est employé parfois : maghâzî, campagnes ou razzias, pluriel de maghzâ. Dans le fiqh, le mot siyar est surtout employé par les hanéfites. Sarakhsî définira le contenu de son livre commentant le Kitâb siyar al-kabîr de ach-Chaybânî...

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search