Éditions de la Sorbonne https://books.openedition.org/psorbonne CC0 edsorb@univ-paris1.fr Le passé au fil de l’eau La 17e journée doctorale d’archéologie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a réuni doctorants et doctorantes de plusieurs disciplines autour de la question de l’eau et de ses enjeux dans les sociétés anciennes, afin de témoigner de la manière dont diverses communautés ont pu exploiter l’eau et ses ressources, les maîtriser et les intégrer dans leur imaginaire collectif.
Des approches archéologiques, géoarchéologiques ou encore historiques présentent les différentes solutions adoptées par ces sociétés anciennes de contextes chrono-culturels variés : stratégies visant à perfectionner les activités halieutiques, développement de réseaux fluviaux et maritimes, pratiques d’irrigation et de contrôle des infrastructures hydrauliques, gestion de l’eau dans les zones arides et nomades. Ces systèmes entendent aussi bien préserver les ressources aquatiques, que protéger les zones habitées des dangers de l’eau, et profiter de ses bienfaits curatifs et spirituels.
À l’heure où cette ressource naturelle est menacée, ces études offrent l’occasion d’amorcer une réflexion sur la gestion actuelle de l’eau et d’aborder les solutions qui ont existé dans le passé, pour les solliciter de nouveau dans le présent.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/115397 2024-04-02 Sarah Georgel-Debedde, Camille Hut, Valentine Martin et Stèlio Poli Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Wuhan, une grande ville chinoise de l’intérieur Dans le cadre de la politique nationale des « villes centrales de rang national », la municipalité de Wuhan, ville chinoise de l'intérieur, est engagée depuis le milieu des années 2000 dans un processus de métropolisation. Cette métropolisation se distingue du développement des grandes métropoles chinoises du littoral des années 1990 par sa temporalité : décalée d'une quinzaine d’années par rapport à ces dernières, elle projette certains espaces choisis du territoire municipal dans un développement accéléré. L’étude des recompositions de la vie urbaine locale, appelée ici le secteur résidentiel, constitue une échelle d’observation privilégiée des effets de ces temporalités métropolitaines : si l’accroche aux réseaux et l’entrée dans la modernité urbaine d’un nombre choisi d’espaces urbains stratégiques amènent à un développement inégal entre les secteurs, la vie locale bénéficie de manière générale de la densification des services et équipements, du redéploiement des zones d’emploi dans l’ensemble de la zone métropolitaine et de la diversité des pratiques urbaines et des cadres de vie accessibles. Toutefois, ce développement échoue à gommer la persistance des inégalités de statut entre les résidants urbains, notamment entre les résidants originaires et non originaires de Wuhan. Ainsi la progression d’un cadre de vie standardisé et la hausse générale du coût du logement et des services menacent-elles la possibilité d’un développement bénéficiant à l’ensemble de la population.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/112557 2024-03-28 Georgina André Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Pavages, garages, dallages Les rues font partie de ces paysages du quotidien tellement banals qu'ils ont peu intéressé la recherche historique. Cet ouvrage propose une histoire de la rue aux XIXe et XXe siècles, à travers ses réalités matérielles : du lampadaire à l'abribus, en passant par le pavé et le bitume des chaussées, chaque élément de la rue a sa propre histoire. Ces divers éléments, combinés de manière plus ou moins intentionnelle par les techniciens et urbanistes, forment des paysages de rues identifiables à des idéaux-types qui peuvent renvoyer à des époques bien identifiées (le grand boulevard dit « haussmannien ») ou être vus comme intemporels (la petite rue résidentielle de quartier périphérique).

Fondé principalement sur des observations de rues de Lyon mais destiné à toute personne intéressée par les villes et leur aménagement, cet ouvrage propose d'éclairer le fonctionnement de l’aménagement des rues : domaine technique en apparence, politique dans les faits, avec des usagers qui s’affirment de plus en plus, obligeant les pouvoirs publics à mettre très tôt en place des espaces de concertation. Chaque rue a une histoire, souvent différente de celle d’à côté, par la diversité de ceux qui la gèrent et s’en préoccupent : l’histoire des rues est aussi une histoire sociale, faite de débats entre techniciens, de mobilisations habitantes et de choix politiques variables selon les territoires et les époques.

En remontant le temps à la recherche des rues, le lecteur pourra trouver des clés de lecture de la ville d’aujourd’hui, à travers ses paysages et certaines problématiques d’aménagement : l’adaptation de la ville aux évolutions des déplacements, l’aménagement des espaces publics ou la protection face aux nuisances des transports sont plus que jamais d’actualité.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/112428 2024-03-26 Louis Baldasseroni Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Ces Rois mages venus d’Occident Que dire encore aujourd'hui des Rois mages que nous reconnaissons sans difficulté en tête de caravanes chargées des richesses de l'Orient ? Et si ces Rois mages étaient en réalité venus d’Occident ? Si les Mages avaient été couronnés non dans leurs lointaines contrées, mais dans les royaumes de l’Europe féodale ? Le livre propose de suivre le voyage des Mages à travers une tradition plus que millénaire, jusque dans les sculptures, peintures murales et vitraux des églises des Xe-XIIe siècles. À une étape de ce voyage, les magiciens païens ont reçu le plus haut insigne qui soit, la couronne royale. C’est en tant que rois et mages qu’ils prennent corps dans les consciences et dans les arts. En scrutant toutes les modifications des images dans le temps, des plus remarquables aux plus inaperçues, et en les étudiant à la lumière des textes, du rituel et de la place des décors dans l’architecture, l’auteur invite à sonder l’imaginaire de la société féodale pour découvrir ce qui fascine les populations de ce temps chez ces trois hommes. La réponse ne se trouve ni en Orient ni dans les récits légendaires mais dans la signification de leur acte de charité : un don à un enfant qui est une offrande à Dieu.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/112216 2024-03-25 Mathieu Beaud Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Mondialisation et justice sociale L’Organisation internationale du travail est née du traité de Versailles en 1919, a survécu à la Société des nations et a trouvé sa place au sein de l’Organisation des Nations unies, où elle a apporté l’héritage et le savoir-faire du premier internationalisme, et la spécificité du tripartisme. L’OIT a formulé et poursuivi des idéaux de réforme sociale, fondés notamment sur la production de savoirs et d’expertise, dans un siècle traversé par des conflits majeurs, les décolonisations et l’évolution des rapports de force, entre les mondes capitalistes et communistes, entre les États et entreprises du Nord et du Sud.
Cet ouvrage fait suite à un colloque qui a rassemblé acteurs sociaux et chercheurs pour célébrer les cent ans de l’Organisation internationale du travail et interroger son rôle face à la mondialisation des économies et du travail. Il éclaire de manière pluridisciplinaire la fécondité et le renouvellement de la recherche sur la plus ancienne organisation du système onusien. Les contributions se penchent sur la nature et les principales missions de l’Organisation à travers les nouvelles approches des sciences sociales suscitées par les interrogations de notre époque. L’efficacité des normes internationales du travail dans un marché mondial, l’importance du tripartisme et du dialogue social face au retrait de l’État comme les limites de l’universalité dans un monde inégal sont ainsi discutées dans une perspective renouvelée et résolument internationale. À travers l’OIT et sa promesse de justice sociale, ce volume propose plus largement une autre façon de penser la mondialisation.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/114276 2024-03-25 Marine Dhermy-Mairal, Sandrine Kott, Isabelle Lespinet-Moret et Marieke Louis Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Pourquoi une <em>Généalogie de la morale</em> ? Redécouvrir le projet de recherche collectif, interdisciplinaire et fondamentalement ouvert que Nietzsche a présenté dans la Généalogie de la morale en 1887 constitue la visée de ce livre. Paradoxalement, la généalogie nietzschéenne a en effet été méconnue par les premiers interprètes qui en ont fait un philosophème à part entière : en particulier par Gilles Deleuze, dont le Nietzsche et la philosophie, paru en 1962, a présenté à tort la généalogie de la morale comme un concept propre à Nietzsche. Ce n’est pas ce que nous dit Nietzsche et il est essentiel de l’entendre. Car non seulement Nietzsche se reconnaît des prédécesseurs en matière de généalogie, comme l’Allemand Paul Rée et l’Anglais Herbert Spencer, mais son intervention personnelle dans ce champ consiste bien souvent à corriger des hypothèses antérieures trop « azurées ». Il faut donc lire les auteurs que Nietzsche a lus pour mesurer ses dettes, discerner ses originalités et saisir les enjeux de son travail. On mesure ainsi le sérieux philologique de son entreprise, qui en accroît à vrai dire la portée philosophique, y compris dans une perspective contemporaine.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/115537 2024-03-20 Emmanuel Salanskis Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Horizons médiévaux d’Orient et d’Occident On trouvera dans ce volume quinze articles issus du colloque international « Les échanges culturels au Moyen Âge : du dialogue à la construction des cultures », tenu les 18 et 19 novembre 2017 au musée Yamato-Bunkakan de Nara, ancienne capitale du Japon, à l'initiative du réseau de médiévistes Ménestrel. À l’issue d’un long travail en commun, il restitue l’expérience d’une rencontre sur le mode polyphonique, mettant en résonance les cultures passées et présentes, entrelaçant thèmes historiques et voix historiennes des extrémités de l’Eurasie.
Les cultures médiévales y sont mises en regard par deux perspectives principales, déterminées par l’échelle des distances. D’une part une histoire d’échanges et d’interactions plus ou moins proches, prolongée par des formes de connaissance mutuelle qui avec l’éloignement géographique tendent vers l’imaginaire. D’autre part, entre les extrémités du monde privées de contacts directs, une approche comparée qui met au jour d’intrigantes similitudes et différences.
Réunissant et entrecroisant des thématiques très diverses – guerre, langues, emblématique, religions, sciences, collections d’art et de livres, voyages et connaissance du monde... –, ce volume ouvre de nouvelles pistes en histoire politique et sociale comme en histoire de l’art ou des textes. Franchissant allègrement les limites disciplinaires, il appelle surtout à ouvrir largement le dialogue entre les traditions de la pensée historiographique.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/114842 2024-03-12 Atsushi Egawa, Marc Smith, Megumi Tanabe et Hanno Wijsman Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Les nouveaux martyrs à Byzance Le présent volume se présente sous la forme de deux parties indépendantes mais complémentaires sur le thème des nouveaux martyrs à Byzance.

La première est une édition critique, avec introduction, traduction et commentaire, réalisée par André Binggeli et Stéphanos Efthymiadis, de la Vie et Passion de Bacchos le Jeune (BHG 209). Ce texte hagiographique raconte l’histoire d’un néomartyr de Palestine, exécuté pour apostasie en 787. Le texte grec est présenté ici dans une nouvelle édition critique qui en améliore sensiblement la lecture et dont la traduction en français rend accessible un texte important du corpus des Passions de néomartyrs de Syrie-Palestine. L’introduction et le commentaire montrent que ce texte hagiographique, s’il renvoie bien à la situation des chrétiens sous domination arabomusulmane au viiie siècle, a cependant été produit dans l’Empire byzantin, pour un public byzantin, par un hagiographe majeur de la période iconoclaste, Étienne le Diacre.

La seconde partie du volume est constituée d’un recueil d’articles rassemblés par André Binggeli et Sophie Métivier, issus, pour la plupart, des contributions d’une table ronde sur le thème de la réactualisation de la figure du martyre à Byzance, organisée dans le cadre du XXIIIe Congrès international des études byzantines à Belgrade en 2016. Il s’agit d’analyser la notion et la figure du nouveau martyr dans le monde byzantin, d’examiner les conditions d’élaboration des cultes qui furent rendus à ces martyrs et les fonctions qui furent imputées à ces cultes dans la société de l’époque mésobyzantine comme de la période paléologue.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/115196 2024-03-12 André Binggeli, Stéphanos Efthymiadis et Sophie Métivier Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Les cathédrales du savoir ou les bibliothèques universitaires de recherche aux États-Unis Les cathédrales du Savoir sont les grandes bibliothèques d’étude et de recherche dont s’enorgueillissent les Etats-Unis. A la fois conserva­toires du savoir et de tout l’acquis de la culture, centres de documenta­tion, institutions pédagogiques et de recherche ainsi que foyers culturels vivants, elles représentent dans la civilisation anglo-saxonne ce qu’ont symbolisé les cathédrales pour le Moyen-Age chrétien. Ces « universi­tés sans professeurs » sont appelées à jouer un rôle de plus en plus considérable dans l’avenir où elles détermineront en grande partie par la maîtrise des banques de données en particulier - le développement économique, social et culturel d’un pays. C’est dire que cet ouvrage vient à son heure en traitant d’un sujet à peu près inédit en France. Très clair, illustré de nombreuses figures, tableaux et photographies, il sera utile non seulement aux bibliothécaires, aux documentalistes et aux étudiants, mais il apporte une contribution non négligeable à l’étude de la civilisation américaine.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/77477 2024-03-06 Jacquette Reboul Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Écrire du côté des animaux Comment écrire pour bien restituer le passage du côté des animaux, pour bien reconstituer des individualités, des sociabilités, pour bien faire saisir et faire ressentir des expériences, des sensations, des vécus différents des nôtres ? La question n’est pas oiseuse, elle est même tout à fait scientifique, contrairement à ce que d’aucuns croient depuis le grand partage instauré entre les sciences et les arts – partage sur lequel d’autres conviennent qu’il faudrait revenir, non pas pour faire ou pour dire n’importe quoi, mais pour mieux faire et mieux dire. D’autant que toutes les sciences sont humaines, avec des questions, des méthodes, des concepts, des lectures forgés par les humains pour parler en l’occurrence d’autres vivants, d’autres animaux.
Tout discours scientifique est aussi une littérature et une mise en scène, même en éthologie comme dans les grands livres d’un Charles Darwin, d’un Jakob von Uexküll, d’une Jane Goodall, d’une Diane Fossey. Dans les autres disciplines, en histoire, en anthropologie, en sociologie, en abordant les animaux pour eux-mêmes, cette question de l’écriture doit être posée, et elle peut l’être avec une grande franchise, à la fois salutaire – il s’agit de ne pas être dupe de l’acte d’écrire – et fructueuse, pour s’en servir comme d’un instrument scientifique supplémentaire.
Ce livre, auquel ont contribué des éthologues, des linguistes, des sémioticiens, des littéraires, des psychologues, des anthropologues et des historiens, s’adresse à tous les chercheurs des sciences de la vie et des sciences humaines – et au public passionné d’animaux.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/114767 2024-03-05 Éric Baratay Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Regards contemporains sur la philosophie moderne Tout en proposant une lecture critique de la modernité, les philosophes contemporains ont souvent nourri un dialogue serré avec les philosophes du Grand Siècle. Ce retour critique vers le siècle de la raison et du calcul a en réalité contribué à dessiner les contours d'une époque qui nous apparaît comme étrangement familière. Qu’il s’agisse des sciences humaines ou des sciences cognitives, cette période décisive de l’histoire de l’Europe, que Foucault désignait volontiers comme le « moment cartésien », n’apparaît pas seulement comme un moment de rupture, mais également comme une révolution dans l’ordre du savoir dont les échos et les effets sont encore perceptibles dans les débats contemporains sur les rapports entre l’âme et le corps, les mondes possibles, les fondements du droit et le pouvoir symbolique, ou encore l’usage de la notion de finalisme en biologie. Qu’il s’agisse de Schlick, Duhem et Lewis, de Heidegger, Horkheimer, Sartre et Deleuze, ou bien de Lacan, Bourdieu et Villey, les contemporains ont souvent cherché chez les modernes une source d’inspiration, un modèle à imiter et à réactiver, ou bien une figure à dépasser, à réfuter et à subvertir. Descartes, mais aussi Hobbes, Pascal, Leibniz, Spinoza ou Locke, apparaissent ainsi comme nos contemporains, c’est-à-dire comme des penseurs dont la philosophie est, dans notre présent, encore à l’œuvre.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/114521 2024-03-04 Éric Marquer et Paul Rateau Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Dictionnaire géographique de l’Afrique médiévale Au XIIIe et au XIVe siècle, trois géographes arabes ont consacré une part de leurs dictionnaires aux territoires africains. Les villes, les montagnes, les fleuves et les mers y sont décrits au lecteur de façon très vivante, fournissant quantité de détails historiques, géographiques ou économiques, un nombre important de realia, des poèmes surprenants et tant de savoureuses anecdotes qui accroissaient l’horizon des lecteurs contemporains tout comme elles élargissent aujourd’hui le nôtre. Ces textes révèlent une société ouverte sur les mondes lointains. Les articles regroupés ici concernent le Maghreb, la Libye, l’Afrique occidentale et orientale, mais pas l’Égypte qui a déjà été traitée ailleurs. Ce vaste corpus, comptant plus de 800 articles, a été réuni jadis par Jacques Thiry (Université libre de Bruxelles) qui avait entrepris de l’étudier avant son décès en 2012. Il a été revu et abondamment commenté par deux de ses anciens étudiants pour lui rendre un chaleureux hommage.
Ce volume permet de relire les grands épisodes de l’histoire du Maghreb et de découvrir de nombreuses précisions ethnographiques. Le lecteur y voyage de Fès au fleuve Niger, d’Alger au pays des Zanğ et jusqu’à la fameuse île de Wāqwāq où l’or abonde à ce point que les habitants s’en servent pour fabriquer les chaînes de leurs chiens et les colliers de leurs singes.
Cet ouvrage s’adresse aux africanistes, aux spécialistes du monde musulman, aux historiens médiévistes et à un vaste public curieux.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/114579 2024-03-04 Jean-Charles Ducène et Virginie Prevost Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Le travail de parti de Marx Entre la philosophie et l’histoire, cet ouvrage étudie l’activité déployée par Marx au sein des structures militantes dans lesquelles il est successivement intervenu. Il interprète les différentes traces de cette activité, en particulier les procès-verbaux des réunions auxquelles Marx a participé et la correspondance qu’il a entretenue avec de nombreux dirigeants ouvriers. L’analyse de ces documents montre qu’à ses yeux les partis ne constituaient pas de simples caisses de résonance, dont la vocation première aurait été d’accroître la diffusion d’idées élaborées en amont, de façon solitaire, mais qu’ils faisaient au contraire figure de véritables laboratoires théoriques. Ainsi apparaît la distinction entre parti et secte, le premier étant compris comme une forme saine, la seconde comme une modalité pathologique de l’organisation de classe. Marx pense en effet le parti comme une structure démocratique dont le discours s’élabore de façon collective et en lien étroit avec la pratique réelle du mouvement ouvrier.
De ce point de vue, la logique partisane s’oppose nécessairement à la pratique sectaire, vestige anachronique du temps des sociétés secrètes, qui se caractérise par sa croyance aux recettes miracles et sa tendance au culte du chef charismatique.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/115281 2024-03-04 Jean Quétier Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Le progrès des connaissances et la conduite de la vie (XVII<sup>e</sup>-XVIII<sup>e</sup> siècles) La plupart des philosophes des XVIIe et XVIIIe siècles discutent l'idée que le progrès des connaissances puisse avoir des effets sur la conduite de la vie. Doit-on penser que le développement des savoirs favorise nécessairement l'accès des hommes à la sagesse, ou bien faut-il en douter ? Les différentes contributions de l’ouvrage s’efforcent de répondre à cette question. Si ce sont le progrès des connaissances et la quête de nouveaux savoirs qui caractérisent la modernité, pourquoi ne pas se demander comment les philosophies morales des XVIIe et XVIIIe siècles intègrent ou, au contraire, résistent à ces bouleversements ?

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/113701 2024-02-29 Iris Douzant, Louis Rouquayrol et Mélanie Zappulla Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Nigeria : la fabrique de la malédiction du pétrole dans le delta du Niger On le sait peu, mais près d’un litre sur dix de l’essence vendue aux automobilistes français provient du delta du Niger. Cette région, qui ne doit pas être confondue avec le delta intérieur du Niger au Mali, se trouve sur la côte atlantique du Nigeria anglophone, le pays le plus peuplé d’Afrique et l’un des principaux producteurs de pétrole du continent. Ce dédale de criques, immense, s’étale sur des centaines de kilomètres et constitue le plus vaste delta d’Afrique – le troisième au monde par son étendue. Une grande insécurité caractérise aussi la région, liée à des conflits qui mêlent groupes armés et contrebandiers en tous genres, trafiquants hier d’esclaves, aujourd’hui de fûts de pétrole.

Pour beaucoup d’observateurs, la ruée vers l’or noir est à l’origine de ces troubles. Le pétrole serait une malédiction, et le Nigeria un exemple emblématique de gaspillage financier, de gâchis industriel, de corruption endémique, de mauvaise gouvernance, de criminalité violente. Or, à y regarder de plus près, les nombreux conflits qui secouent le delta du Niger ne peuvent être réduits à une simple opposition entre des pêcheurs, des militaires et les multinationales du pétrole. La production d’hydrocarbures ne constitue qu’un des éléments d’un problème dont les racines sociales et communautaires sont beaucoup plus profondes.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/114017 2024-02-16 Marc-Antoine Pérouse de Montclos Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Expériences vécues du genre et de la race Comment envisager les effets subjectifs et corporels produits par le sexisme et le racisme ? En quoi les catégories de race et de genre organisent-elles l’expérience ordinaire – y compris dans ses dimensions non réflexives, affectives ou intimes – et dans quelle

mesure configurent-elles le rapport au monde, aux autres et à soi ? Quelles implications normatives et politiques sont mises au jour dès lors que les rapports de race et de genre sont envisagés, non comme des événements ponctuels dont la violence serait paroxystique, mais comme des structures de l’expérience quotidienne ou banale ?

En élucidant l’expérience vécue des rapports de race et de genre depuis le point de vue des personnes concernées, la phénoménologie critique s’affirme depuis plusieurs années comme un renouvellement radical des problématiques qui guident la philosophie politique et sociale. Elle prend appui sur les travaux fondateurs de Simone de Beauvoir et de Frantz Fanon, pour proposer une relecture du canon phénoménologique – ses modes de description, ses objets, méthodes et concepts – et envisager les déplacements que les expériences minoritaires induisent.


Elle redéfinit ainsi les outils de l’épistémologie sociale en comprenant les rapports sociaux de genre et de race au prisme des expériences qu’ils constituent : la manière dont ils configurent les corps et subjectivités, orientent le rapport au monde et aux autres ou modèlent la perception. Par un double diagnostic – la race et le genre produisent des effets réels et matériels dans l’expérience vécue, mais cette réalité n’implique aucun fondement nécessaire – la phénoménologie critique articule transformation sociale et transformation de soi en dessinant d’autres expériences politiques possibles.

Alors que la phénoménologie critique est encore peu connue en France, cet ouvrage collectif témoigne de la fécondité d’une telle approche, tout en reconnaissant la pluralité des démarches qui s’en revendiquent. Il réunit des travaux de philosophes pour interroger la transformation de la phénoménologie par la critique sociale, les dimensions politiques de l’expérience personnelle, et les possibilités de faire de l’expérience de la domination la matière même de sa transformation.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/110171 2024-02-14 Marie Garrau et Mickaëlle Provost Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Reformatio ? Incantatoire, le terme « réforme » oriente et sature discours et représentations politiques actuels, à l'opposé du Moyen Âge qui semble avoir fait un usage extrêmement limité de la forme longue du terme prévalant à l'époque : la reformatio. L’histoire du Moyen Âge occidental est pourtant tout entière narrée selon une trame « réformiste » : rois, papes ou évêques plus ou moins « réformateurs », réformes carolingienne, clunisienne, grégorienne, cabochienne, etc. sont autant de formules qui ont connu, ou connaissent encore, un vif succès, sans que le mot « réforme » ne soit toujours clairement défini et presque jamais historicisé. Que bon nombre de « réformateurs » médiévaux se soient définis comme des conservatores, des conservateurs, devrait pourtant nous interroger, d’une part, sur l’imaginaire politique que nous projetons sur leurs expériences institutionnelles, et, d’autre part, sur la direction et le sens que ces derniers entendaient originellement donner à leur entreprise.

Régressive, la démarche qui sous-tend cet ouvrage collectif vise ainsi à retracer l’histoire d’un terme aujourd’hui à succès – la réforme – et à identifier un vocabulaire « réformateur » proprement médiéval. Sans verser dans l’écueil du nominalisme et en laissant sagement de côté la « réforme » comme phénomène historique, les contributions qu’il rassemble resteront plus résolument au ras des mots, et, partant, au plus près des représentations politiques médiévales, tout en interrogeant les usages (et les mésusages) de ce paradigme par les médiévistes.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/112333 2024-02-09 Marie Dejoux Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Vie, activité, handicap : réadaptations et normes médico-sociales Les invalidités semblent chargées d'une part immuable et de fixité, où se mêlent médecine, assistance et monstruosité. Mais les possibilités ouvertes aux personnes invalides ont été considérablement transformées au début du xxe siècle, par le droit et le travail, à partir de la Première Guerre mondiale.
C'est alors qu’a été affirmée la compatibilité de l’invalidité et de l’exercice d’un travail, alors que, depuis la fin du Moyen Âge, l’invalidité se définissait par l’inaptitude au travail. La notion de handicap est née à partir de cette idée d’un emploi possible des personnes invalides, grâce à leur réadaptation, c’est-à-dire à leur rééducation physique et professionnelle. 
Suivre cette histoire permet de comprendre comment, à partir de ce droit au travail, en tant que celui-ci va de pair avec un droit à une assistance inconditionnée, les personnes handicapées ont pu desserrer l’étau de la survie et de l’urgence dans lequel leurs existences avaient été jusque-là prises, en dehors des secours des familles et de la charité.
Les normes médico-sociales de réadaptation sont ainsi exemplaires non pas de la toute-puissance de certains systèmes et de certaines exigences biopolitiques, mais de la fragilité et des limites des normes, en concurrence et traversées de tensions internes.
Comprendre leur histoire, leurs valeurs directrices et leurs articulations permet de mieux comprendre ce qui se joue dans le droit du travail et dans les droits humains pour les personnes handicapées.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/113879 2024-02-09 Stéphane Zygart Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
De l'histoire, du sport, et des images Comment devient-on historien à l’université lorsqu’on s’intéresse au domaine marginal, et considéré comme superficiel, des images de sport ? Comment légitimer la culture visuelle sportive dans un contexte universitaire qui a tendance à hiérarchiser les objets de recherche en fonction de leur prestige social et académique ?
À la croisée d’une réflexion ego-historique et d’une fiction littéraire, cet itinéraire d’un historien du sport nous invite à suivre les méandres d’une trajectoire professionnelle singulière. Il révèle l’influence des déterminismes sociaux et le poids des blessures nourrissant des résiliences. Il dévoile des mécanismes de résistance aux contraintes exercées par le système dominant ou encore d’étranges concours de circonstances. Prenant forme à la fois dans les stades et sur les estrades, les engagements politiques et humanistes de l’auteur prennent vie dans ce récit original et incisif.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/113058 2024-01-25 Sébastien Laffage-Cosnier Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Sororité et colonialisme Qui connaît Célestine Ouezzin-Coulibaly, Jacqueline Chonavel, Loffo Camara, Marie-Hélène Lefaucheux, Germaine Guillé, Sœur Marie-André du Sacré-Cœur, Jane Vialle, Vicky Cauche, Aoua Keita, Renée Stibbe, Andrée Dore-Audibert, Jeanne Martin Cissé, Gisèle Rabesahala et tant d’autres ? D’Afrique et de France, engagées dans des associations, des syndicats et des partis politiques, elles participèrent au grand mouvement des décolonisations. Ce livre raconte leurs combats pour les droits des femmes et pour l’égalité, interroge la possibilité d’un « Nous, les femmes » malgré les différences de couleur de peau et de culture, les inégalités de statuts et de droits, le racisme et la violence. Familier du monde anglophone, le terme de sororité est récemment revenu sur le devant de la scène politique et médiatique en France. Célébrée par les féministes, « sœurs politiques » en lutte, la sororité est aussi souvent considérée comme illusoire. À l’heure du féminisme postcolonial et de l’afroféminisme, ce livre revient en arrière pour décrire les luttes communes mais aussi les rapports de domination entre des femmes blanches, noires et métisses, de la Seconde Guerre mondiale aux premières années des indépendances africaines. Il mêle histoire coloniale de la France et histoire de l’Afrique. Il interroge l’histoire des féminismes et de ses liens avec le communisme et l’impérialisme. Il inscrit l’histoire des mobilisations politiques des femmes d’Afrique dans une dimension transnationale. Au fil des pages, en dessinant les contours d’une improbable sororité au temps du colonialisme et de la guerre froide, il propose une autre histoire des décolonisations.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/113136 2024-01-25 Pascale Barthélémy Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
L’amibe et la machine « Le “ Je ” de l’homme que je suis, centre d’activités sensées, peut-il s’isoler, se poser dans le vide, enfant trouvé métaphysique ? » Assurément non, pour le philosophe Raymond Ruyer (1902-1987) : conscience humaine ne saurait être comprise que comme un cas particulier de l’activité commune à tous les vivants, voire à tout être véritable. Pour Ruyer, toutes les explications mécanistes de l’émergence de la conscience à partir d’une matière inerte ont échoué, il est donc temps de rompre tant avec le dualisme qu’avec le matérialisme mécaniste, pour repenser ensemble et radicalement la conscience, la vie et la matière. Au milieu du xxe siècle, il élabore ainsi une philosophie panpsychiste et finaliste qui fait de la conscience « l’étoffe même du monde ». S’appuyant sur une connaissance solide des sciences de son temps, de l’embryologie à la cybernétique, il s’efforce de montrer que cette version renouvelée du finalisme, inscrite dans la filiation de Leibniz, Schopenhauer, Bergson ou encore Whitehead, correspond bien mieux que le mécanisme à notre connaissance de la vie. Ce faisant, il développe une pensée originale, à l’audace métaphysique certaine, dont les intuitions donnent à voir ce que l’attention au vivant fait aux catégories classiques de la philosophie, et combien elle nous force à les refonder. Ce livre se penche sur les méthodes, les sources et les arguments de la théorie ruyérienne du vivant. Il s’efforce de mettre en évidence ses forces et ses faiblesses, voire ses dangers, quand elle prétend appliquer la « psycho-biologie » à des questions morales, sociales et politiques.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/113371 2024-01-25 Bertrand Vaillant Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Évêques et communautés religieuses dans la France médiévale Depuis l'Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, les évêques et les communautés religieuses, cléricales ou monastiques, font partie intégrante des élites sociales et politiques et se conçoivent difficilement les uns sans les autres. Les premiers, par leur ministère, sont les consécrateurs des églises et ceux qui les réconcilient, ils ordonnent les clercs et ont, au Moyen Âge, clairement fondé leur puissance sur leur emprise territoriale. Leur pouvoir d’ordre et de juridiction fait d’eux l’autorité ordinaire qui administre, contrôle et enseigne tous les membres du clergé d’un diocèse. Les seconds utilisent ou contestent la tutelle épiscopale pour asseoir et développer leur puissance. Sur une chronologie qui court de la réforme carolingienne au début du XVIe siècle, et privilégie donc l’intégration comparatiste de différents types de communautés religieuses, régulières et séculières, le propos de cet ouvrage est d’envisager différents aspects des relations entre ces deux pôles et d’examiner l’action épiscopale déployée dans les diocèses à destination particulière des établissements collectifs. En décloisonnant les catégories traditionnelles du séculier et du régulier, l’approche de ces communautés religieuses, définies comme communautés canoniales et monastiques, y compris au sein des ordres militaires, se veut ici résolument innovante pour mieux appréhender l’ensemble des interactions qui réunit deux des principaux acteurs de la société médiévale.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/113479 2024-01-25 Noëlle Deflou-Leca et Anne Massoni Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
En bon trayn de justice Comment pérenniser la paix au terme d'une interminable guerre ? Au lendemain de la guerre de Cent Ans dans le royaume de France, une grande attention est prêtée aux institutions judiciaires. Leur restauration et l'intensification de leur activité doivent alors contribuer à maintenir les sujets en paix, leur permettre de recouvrer leurs droits, et renforcer la légitimité du roi justicier. Afin de remettre les sujets « en bon trayn de justice », d’éphémères mais souverains tribunaux, les grands jours du parlement de Paris, sont alors envoyés de par le royaume : en Poitou, en Auvergne, enfin dans le Bordelais fraîchement reconquis.Par l’analyse des registres issus de ces sessions judiciaires, cet ouvrage éclaire ce contexte d’après-guerre, dans lequel l’accomplissement du rituel judiciaire joue un rôle politique essentiel à la restauration du royaume.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/112918 2023-12-15 Elisabeth Schmit Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
De l'ALN à l'ANP L’armée algérienne est une institution névralgique mais, soixante ans après l’indépendance, son histoire reste très peu documentée : ce livre, totalement dépassionné, écrit avec la froide rigueur d’une historienne, restitue à sa juste mesure, et en l’incarnant, la place de l’armée dans le système politique algérien. L’Armée de libération nationale (ALN), en tant qu’unique force organisée dans le pays a, de fait, préfiguré l’État indépendant. L’ascendant de l’État-major de l’ALN en 1962, le coup d’État du 19 juin 1965, la tentative de putsch du chef d’état-major en 1967 ainsi que d’autres péripéties ont d’emblée situé l’armée au cœur du pouvoir et de ses tumultes. De fait perçue comme « une boîte noire », l’armée est à l’origine de nombreux mythes, voire de fantasmes – ainsi des expressions médiatiques telles « les BTS » (Batna-Tébessa-Souk-Ahras) ou « les DAF » (Déserteurs de l’armée française). Saphia Arezki s’applique à les déconstruire avec précision à travers l’étude concrète de la trajectoire d’officiers de l’ANP ayant contribué à la construction de l’armée nationale moderne. Le livre dévoile comment Houari Boumediene a assuré, dans une démarche pragmatique voire tâtonnante, la transition entre une armée de libération et une armée nationale, conciliant l’impératif politique d’intégrer les grands chefs de l’ALN et celui d’impliquer les compétences techniques. Il retrace également les évolutions qui se sont faites par la suite au sein de l’armée avec l’arrivée de Chadli Bendjedid au pouvoir. La mise en relief du parcours des hommes et des groupes dans leur contexte historique apporte un éclairage remarquable sur la construction aussi bien de l’institution que de l’État indépendant.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/113246 2023-12-15 Saphia Arezki Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Modèles, réseaux et échanges curiaux au Moyen Âge Les cours ont été, de longue date, l’un des terrains d’enquête favoris des écoles historiques, tant elles constituent un cadre privilégié pour l’étude des sociétés du Moyen Âge. Propices aux échanges, elles sont le lieu où peuvent s’exprimer, se résoudre ou s’exaspérer contestations et tensions, mais aussi un espace de distinction et un lieu de mise en scène d’où émergent et rayonnent des modèles d’organisation et de consommation. Fruit des 43e rencontres du Réseau des médiévistes belges de langue française et du 52e congrès de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, ce volume envisage la cour non seulement comme un espace politique et un moyen de gouvernement, mais également comme un lieu de production et de consommation matérielle et culturelle, un creuset de réseaux de solidarités et de dépendances, une société particulière, régie par des lois et des usages, et enfin un espace physique d’autant plus complexe que les cours sont itinérantes. Autant de chantiers abordés en tirant profit des nouvelles méthodes et approches, comme l’analyse de réseaux, dans une perspective d’histoire comparative, en dépassant les divisions géographiques traditionnelles entre Orient et Occident. Cet ouvrage entend ainsi favoriser l’émergence de nouveaux modèles explicatifs de la nature et du développement des sociétés curiales médiévales.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/111066 2023-12-12 Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
L’hagiographie est un genre introuvable Cet ouvrage rassemble sous forme d'hommage onze articles écrits par Monique Goullet, choisis dans une bibliographie foisonnante. Latiniste renommée, Monique Goullet a consacré sa carrière scientifique à la littérature hagiographique du Moyen Âge qu'elle a contribué à rendre plus intelligible aux historiens. Après sa thèse sur le théâtre hagiographique de Hrotsvita de Gandersheim, elle a édité et traduit de nombreux textes, et a beaucoup œuvré, aux côtés de Michel Parisse, pour la défense et l'enseignement du latin médiéval à l'université. En 2005, elle a publié un ouvrage devenu classique, intitulé Écriture et réécriture hagiographiques : essai sur les réécritures de Vies de saints dans l'Occident latin médiéval (VIIIe-XIIIe s.), et elle a animé plusieurs recherches collectives et internationales. Parmi elles, la première étude et édition d'un des rares manuscrits hagiographiques du haut Moyen Âge conservés, le Légendier de Turin (2014).

Les textes rassemblés ici sont représentatifs des grands chantiers scientifiques qu'elle a ouverts, à l'intersection de la philologie et de l'histoire : ils interrogent d'abord les liens entre l'hagiographie, le théâtre et la poésie latines ; ils permettent d'explorer l'hagiographie de l'espace lorrain au Moyen Âge central ; ils rappellent l'inscription de cette littérature dans un réseau intertextuel particulièrement dense. Enfin, ils invitent à une reprise ab ovo de la culture hagiographique mérovingienne, en étudiant les premiers manuscrits hagiographiques conservés en Occident. Tous témoignent de la richesse, de la rigueur et de la générosité avec lesquelles ces recherches ont été conduites ces trente dernières années.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/112302 2023-12-12 Monique Goullet Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Le futur empêché Ce livre reconsidère la politique de défense française pendant la Quatrième République et les débuts de la Cinquième République grâce à l’étude du financement des programmes d’armement. De l’après-guerre à la crise économique de 1973-1974, il restitue ainsi les processus formels et informels de préparation des plans militaires et lois de programme et précise le jeu des différents acteurs (Gouvernement, Parlement, états-majors, services du ministère de la Défense, directions du ministère des Finances). Cette recherche dresse le bilan des réussites des années de la nucléarisation à marche forcée des forces françaises, mais elle analyse également les obstacles conjoncturels et structurels à la mise en œuvre des programmes et les sacrifices consentis par les forces non nucléarisées. En effet, les armées voient le plus souvent le futur qu’elles programmaient empêché d’être réalisé. Enfin, cet ouvrage met en lumière les finalités de la programmation financière d’aujourd’hui, qui concerne désormais aussi bien les dépenses sociales et locales que le budget de l’État.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/112863 2023-12-12 Fabien Cardoni Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Otto Neurath et le Cercle de Vienne de gauche L'empirisme logique, mouvement incontournable dans l'histoire de la philosophie analytique, apparut dans l'entre-deux-guerres viennois comme une réaction progressiste à la pensée métaphysique. Continuant la mission des Lumières, ce mouvement moderniste est représenté par le Cercle de Vienne formé de Moritz Schlick, Rudolf Carnap et Otto Neurath, entre autres scientifiques. Ce livre invite à une réflexion sur la dimension politique méconnue de l'empirisme logique à travers la vie et l'œuvre d'Otto Neurath (1881-1945), figure notable de « l'aile gauche » du Cercle. Il examine comment les travaux innovatifs de Neurath en matière d'infographisme, sa vision pédagogique et son socialisme s'articulent autour de la philosophie néo-empiriste des sciences.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/109926 2023-11-29 Başak Aray Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Les faux-semblants de la mobilité durable Les politiques de mobilité durable, légitimes au regard de la nécessaire transition écologique, ne sont pas dénuées d'angles morts ni de contradictions. Privilégiant l'amélioration du cadre de vie dans certains espaces, ces politiques sont paradoxalement porteuses de risques environnementaux et sociaux : complexification des espaces réaménagés pour les trams et bus en site propre, nouvelles formes d'accidents, reports de trafic vers des espaces « délesteurs », développement de modes de déplacement à risque (deux-roues motorisés), déploiement sélectif de quartiers « verts » et « apaisés » alimentant la ségrégation sociale.
Identifier ces risques, largement occultés, et en comprendre l'origine est une nécessité si l'on veut qu'ils soient pris en compte dans l'action publique. C'est l'objet de cet ouvrage, qui rassemble les contributions de géographes, d'économistes, d'urbanistes, de politistes, de psychologues, d'ingénieurs en transport.
Ces travaux défendent l'idée que l'impératif d'attractivité et l'intensité des flux qui caractérisent nos sociétés urbaines jouent en défaveur d'une mobilité plus socialement et écologiquement soutenable. Ils mettent en lumière, aussi, les incohérences de ces politiques souvent propices à des conflits d'usages sur les espaces publics. Mobilisant le concept d'ergonomie spatiale et ses outils, ils révèlent enfin que les marges de manœuvre des citadins pour changer de mode de déplacement sont inégalement réparties selon leur situation dans l'espace urbain.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/108735 2023-11-23 Hélène Reigner et Thierry Brenac Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne
Genèse du Kurdistan Au mitan du XIIIe siècle, la dynastie ayyoubide quittait le pouvoir en Égypte et bientôt en Syrie. Le sultanat de Saladin avait été caractérisé par une forte présence kurde à la fois au sein des armées du royaume et dans les plus hautes fonctions civiles politiques et judiciaires. Sa chute, au profit d'un groupe de militaires turcs d'origine servile, les Mamelouks, entraîna la marginalisation progressive des émirs et des notables kurdes. L'influence des Kurdes au sein de l'État mamelouk naissant fut bien réelle mais, au fur et à mesure qu'elle s'éteignait, elle se muait en une faible capacité de nuisance menant à de vaines conjurations. Les Kurdes n'eurent plus qu'une place politique périphérique dans l'Égypte et la Syrie du début du XIVe siècle.
Que devenait alors la ʿasabiyya kurde (« l'esprit de corps ») qui avait soutenu la dynastie ayyoubide ? La phase historique qui s'ouvrait marquait les débuts d'une reconfiguration de la place des Kurdes au Levant ainsi qu'aux marges des empires, au Kurdistan.
Cet ouvrage a pour objet l'étude du processus pluriel de construction d'un territoire des Kurdes, entre l'Anatolie et le plateau iranien. Des tribus belliqueuses ont ancré leur histoire dans les montagnes de ce lieu refuge. Elles y ont établi l'ordre intra- et intertribal, matrice de leur autonomie. Les grands États du Moyen-Orient (Mamelouks et Ilkhanides mongols), quant à eux, ont entériné cet édifice et contribué de manière décisive aux transformations spatiales, par le pouvoir de nommer les lieux et de coopter les hommes. La convergence paradoxale de leurs politiques impériales rivales s'impose comme le facteur crucial d'une autochto­nisation des Kurdes.

]]>
https://books.openedition.org/psorbonne/108635 2023-11-22 Boris James Éditions de la Sorbonne fr Éditions de la Sorbonne