Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transferts culturels et droits dans le monde grec et hellénistique

 | 
Bernard Legras

Conclusion

Bernard Legras

Texte intégral

1Les vingt-sept contributions réunies dans ce volume permettent de dresser un bilan – évidemment provisoire – des recherches sur les transferts culturels dans le monde grec et hellénistique. Cet ouvrage rassemble des perspectives synthétiques, des enquêtes sur un espace relativement large – une région, un ensemble de cités, une monarchie hellénistique – et des analyses consacrées à une problématique plus circonscrite géographiquement ou thématiquement. Le fil conducteur est de réfléchir d’une part à l’importance des transferts et au poids des continuités, d’autre part au caractère de ces transferts. La diversité des lieux, des époques et des sources ne permet pas d’apporter une réponse univoque. La variété des conclusions, qui est source de richesse, car elle montre que la problématique ne saurait se résoudre en un modèle archétypal, ouvre indéniablement des perspectives de recherches pour le futur.

2Le premier ensemble de communications consacré à la Grèce archaïque et classique pose la question des éventuelles influences non grecques et celle des relations entre cités grecques. Michael Gagarin s’intéresse à la problématique des influences internes et externes sur les lois crétoises. Sa documentation épigraphique, qui comprend – entre autres sources – le Code de Gortyne, le conduit à répondre par la négative. Karen R. Kristensen utilise également l’abondante documentation épigraphique crétoise, qui permet de prendre la mesure de la place de la loi dans les cités de l’époque archaïque et classique depuis le viie siècle av. n. è. K. Kristensen conclut à l’absence de transferts, en raison de la volonté des cités de se forger une identité politique propre qui se construit par l’affirmation de deux catégories : « eux » et « nous ». Gerhard Thür se tourne vers les transferts juridiques du Proche-Orient vers le monde grec dans le domaine de la procédure archaïque. L’étude de serments libératoires néo-babyloniens et crétois permet de dresser l’inventaire de parallèles, mais la conclusion est réservée : rien ne permet d’affirmer l’existence de transferts entre les deux espaces. Françoise Ruzé se demande si le pouvoir solitaire du tyran grec ne serait pas issu d’un modèle emprunté aux royautés orientales. Si tout le monde s’accorde à voir dans le mot tyrannos un terme emprunté à une langue anatolienne, les certitudes s’évanouissent pour déterminer l’origine de cette forme de pouvoir. F. Ruzé suggère que les topoi utilisés pour décrire la déviance monarchique en Grèce et en Orient étaient issus d’un fonds commun. Il n’y aurait donc pas eu de transfert institutionnel. Jean-Christophe Couvenhes réexamine les sources concernant l’introduction de cette police urbaine athénienne que sont les archers scythes, à une date qu’il fixe peu après 458/457. Le transfert est avéré : il porte à la fois sur la sphère culturelle (de Scythie vers Athènes), la spécificité technique (l’archerie), l’identification de l’agent de transfert (Speusinos ?) et les modifications qu’il provoqua au sein du groupe (engagement comme esclave public et sans doute perte progressive du caractère ethnique). Martin Dreher élabore une réflexion sur les relations entre les cités de Grèce d’Occident et leurs métropoles pour l’époque archaïque et classique. La Grande Grèce, qui a vu naître les premiers nomothètes, Zaleukos et Charondas, est un espace où des transferts se sont opérés. Mais contrairement à ce que l’on pourrait attendre, ceux-ci se sont produits de l’ouest vers l’est, des colonies vers la Grèce égéenne. Alberto Maffi offre une synthèse où il dresse une typologie des transferts de droits, volontaires ou imposés. Il détermine l’importance du contexte historique permettant ces transferts : l’adoption de l’écriture en tant qu’instrument de rationalisation de l’activité politique. Au total, les quatre premières communications concluent nettement ou à titre d’hypothèse à l’absence de transferts ; les trois suivantes à leur existence.

3Le deuxième groupe de communications, consacré aux transferts culturels en Grèce d’Europe et d’Asie Mineure durant l’époque hellénistique et romaine, fait apparaître des mécanismes de transferts internes et externes au monde grec. Michele Faraguna fait le lien avec la première partie puisqu’il traite de 1'éranos depuis l’époque homérique jusqu’à l’époque hellénistique, de l’héranos-banquet jusqu’à l'éranos-association. La documentation, qui fait une part très large aux sources épigraphiques, est surtout centrée sur Athènes et Rhodes. Les formes de l'éranos dans l’Athènes classique et dans les koina de Rhodes hellénistique évoluent sous le signe de la continuité. Le transfert existe cependant quand on passe du religieux à l’économique. Andréas Helmis fonde également sa communication sur l’analyse des données économiques et religieuses en reprenant le dossier des punitions divines et des amendes au profit des divinités dans les inscriptions grecques d’Asie Mineure d’époque hellénistique et romaine. La documentation des deux périodes doit être traitée comme un tout homogène. Il est possible d’isoler un transfert dans la projection au sein du monde divin du fonctionnement de la justice des hommes : les divinités disent le droit selon les règles des sociétés humaines. Athina Dimopoulou-Piliouni conclut à une continuité entre le monde grec et le monde romain, en s’interrogeant sur la place de la Bonne Fortune, Tychè Agathè et Fortuna Bona. L’une et l’autre agissaient comme des talismans protégeant le monde gréco-romain contre les effets de la théorie dite du chaos. Dimitri Karambélas compare des rêves liés au pouvoir romain dans le livre IV de la Clef des Songes d’Artémidore de Daldis et des rêves consignés dans les Discours sacrés du sophiste Aelius Aristide, deux oeuvres du iie siècle de n. è. Il s’agit de mesurer la représentation du pouvoir impérial chez des Grecs d’Asie durant la Renaissance hellène. L’analyse des transferts entre le monde réel et le monde onirique dégage le non-dit des relations entre Rome et les élites grecques. Julie Vélissaropoulos-Karakostas fonde également sa réflexion sur un rêve exprimant, lui, la volonté des divinités d’Oropos, Amphiaraos et Hygeia. C’est par leur intermédiaire que Moschos fils de Moschion, un esclave juif, aurait été affranchi au iiie siècle av. n. è. Moschos a rêvé que les divinités ordonnaient sa libération. Le transfert résulte ici d’un usage apporté d’Anatolie, probablement la Phrygie, terre d’origine de Moschos : le rêve libératoire. Ilias N. Arnaoutoglou place son étude au carrefour des relations entre le monde grec et le monde lycien, à propos de la fondation de Symmasis au milieu du iie siècle av. n. è. L’édition améliorée de l’inscription lycienne étudiée permet d’envisager la complexité des transferts dans le domaine de l’onomastique, de la religion et de la vie civique, qui montrent l’osmose entre Lyciens et Grecs. L’existence de transferts est donc le cœur de l’analyse de tous les intervenants de cette partie, à l’exception d’Athina Dimopoulou-Piliouni qui met en avant les continuités entre les mondes grec et romain à propos de la Bonne Fortune.

4La troisième partie offre une réflexion qui se déploie dans la Babylonie hellénistique et parthe, singulièrement à Uruk, puis dans l’Égypte saïte et ptolémaïque. Sophie Démare-Lafont constate d’abord, à un niveau général, que l’influence grecque dans la vie juridique mésopotamienne est « quasiment indécelable ». Son analyse porte sur la disparition durant l’époque séleucide de la tradition babylonienne des ventes en cunéiforme à Uruk. Cette disparition doit être rapprochée de la systématisation, à Uruk, de l’usage d’un formulaire fusionné de vente immobilière et mobilière, vers 275 av. n. è. Il faut écarter l’idée d’une politique délibérée de l’administration séleucide conduisant à rédiger en grec (ou en araméen) des contrats sur parchemin ou papyrus (qui ont disparu), puisque seule la documentation d’Uruk atteste de cet abandon. Les agents du transfert sont bien plus les juristes d’Uruk, sensibles à l’intérêt d’autres supports alors bien diffusés au Proche-Orient. L’administration fiscale séleucide, avec ses agents de haut niveau – en particulier le chréophylax chargé de la publicité et de l’enregistrement –, a dû cependant jouer un rôle dans la fin des contrats cunéiformes à Uruk. Francis Joannès s’intéresse à l’enregistrement officiel des contrats à Uruk, qui sont presque tous conservés dans les archives des temples. Il s’agit là d’une pratique attestée dès la période achéménide, et non d’une innovation séleucide. La nouveauté réside dans le fait que cette procédure est désormais coupée de son contexte cunéiforme : elle est devenue strictement grecque ou gréco-araméenne. Sous les Achéménides, l’enregistrement se fait devant les fonctionnaires royaux, les juges babyloniens ou l’assemblée des Anciens ; sous les Séleucides, il s’effectue devant le chréophylax. Philippe Clancier présente un dossier issu des temples de Babylone et d’Uruk, qui permet d’évaluer leurs compétences judicaires dans le domaine des emplois et des sacrilèges du ive siècle au Ier siècle av. n. è. La documentation qui est exclusivement en akkadien cunéiforme fait apparaître une situation différente à Babylone et à Uruk. Dans les deux cas, les traditions babyloniennes perdurent mais l’évolution externe résulte du poids du pouvoir séleucide. Les responsabilités de l’Esagil à Babylone ont pu être limitées du fait de la transformation de la ville en polis au iie siècle, dont les structures administratives dépendaient peut-être uniquement de la cour royale. Uruk est demeurée éloignée du centre du pouvoir séleucide, mais l’hellénisation de la haute administration du Bīt-Rēš peut laisser penser que le temple pouvait aussi rédiger des graphai sur peau (par conséquent disparues). Damien Agut-Labordère rassemble la documentation démotique et en hiératique anormal sur la pratique de l’investissement dans l’Égypte saïte. L’existence de sociétés d’investisseurs est attestée deux siècles avant la conquête gréco-macédonienne. Il faut donc relativiser l’apport économique des Grecs qui vont considérablement développer l’économie commerciale et les sociétés à but lucratif en Égypte. Le transfert pouvait trouver dans le pays récepteur des conditions favorables. Schafik Allant montre, lui aussi, les limites de la modernité du droit grec et hellénistique en Égypte, à propos de la katagraphè, l’enregistrement des biens fonciers lors d’actes de vente entre particuliers. Cette institution, connue sous les Ptolémées grâce à des papyrus grecs alexandrins, résulte bien d’un transfert juridique, mais celui-ci est en fait issu de l’Égypte pharaonique et non du monde grec classique. Mark Depauw fait le point sur l’évolution formelle des contrats démotiques en liaison avec les contrats grecs durant l’époque ptolémaïque. L’influence grecque est surtout sensible dans l’expression de l’identité des contractants. L’absence du nom de la mère dans les contrats démotiques s’explique par l’extrême rareté du matronyme dans les documents grecs d’Égypte, alors que l’influence du droit romain produira une spectaculaire progression des noms maternels dans l’Égypte romaine. Hellénisation et romanisation font naître des transferts exactement inverses dans l’onomastique, et plus largement dans l’anthropologie de l’Égypte sous domination grecque puis romaine. Sydney H. Aufrère s’interroge de manière « hypercritique » sur la dimension de Manéthôn de Sébennytos comme médiateur de la culture sacerdotale du Livre sacré égyptien. Cette œuvre « pseudo-historique » recèle au total peu d’événements réels. L’Égypte qu'elle présente est adaptée pro forma afin de satisfaire les intérêts des conquérants grecs et les siens propres.

5La quatrième partie a pour objet le monde romain et le monde grec, de l’époque tardo-républicaine à l’époque tardo-impériale. Sylvie Pittia revient sur la dîme de Sicile, appliquée par les Carthaginois dans l’ouest de l’île, peut-être créée dans la partie grecque au temps de Denys l’Ancien, transformée au temps de Hiéron II selon des modèles qui pourraient venir de l’Égypte hellénistique, récupérée et progressivement adaptée par les Romains après la conquête. La conception de la dîme révèle la perméabilité mais aussi les différences de culture fiscale. La dîme de la République romaine tardive, connue essentiellement grâce à Cicéron, est la résultante de ces empreintes multiples. Mais il faut renoncer à voir, comme Cicéron semble nous y inviter, la fiscalité sicilienne comme un transfert culturel entre Hiéron II et Rome. Il s’est agi au mieux d’un transfert vers la Sicile non hiéronienne. Ghislaine Stouder fait porter son étude sur le droit des ambassadeurs au moment de la mise en place de l’hégémonie romaine sur presque tous les peuples de la Méditerranée, du ive au ier siècle av. n. è. Les Romains apparaissent comme les premiers à avoir pensé que les fondements juridiques étaient indispensables aux relations internationales. Il s’agit donc là d’une création romaine liée à la montée en puissance de l’impérialisme romain. Cette position posait les fondements d’un dialogue international au-delà des particularismes communautaires. Ce ius gentium fixé dans le droit est cependant pleinement un transfert culturel en ce sens que les Grecs le connaissaient en l’ayant précédemment inscrit dans le champ de la philosophie. Elisabeth Deniaux montre le désir des hommes d’affaires importants de Délos de devenir citoyens d’une communauté civique de cités grecques d’Italie liées à Rome par un traité, de la fin du iie siècle au début du ier siècle av. n. è. Les inscriptions de Délos et le Pro Archia de Cicéron attestent que ces Orientaux ont voulu devenir Italiens pour se rapprocher de la puissance qui les fascinait, et que cette intégration juridique s’est faite par la proximité avec des réseaux de Romains influents. Le transfert individuel consacrant l’accès à la citoyenneté d’une ville grecque d’Italie est vécu comme une promotion qui impose au candidat de pratiquer à Délos un évergétisme ostentatoire. Edward M. Harris pose la question de la sûreté réelle de la vente en droit grec et en droit romain. Les sources athéniennes et éphésiennes le conduisent à voir dans l’hypothèkhè grecque l’origine de l'hypotheca romaine, qui aurait été adoptée à l’époque tardorépublicaine, quand le volume du commerce entre Romains et Grecs s’est considérablement accru. Maria S. Youni traite de l’unique acte de vente d’une esclave dans la Macédoine romaine. Cette inscription de Skydra (Macédoine orientale), datée du iiie siècle de n. è., atteste de la survivance en pleine période impériale de la conception grecque de la propriété comme un droit relatif. Le document contient un apport issu du droit romain, la tutelle des femmes, puisque la vendeuse est assistée de son kyrios. Mais cette influence est sans portée réelle, puisqu’il n’a aucune valeur juridique. Henri-Louis Fernoux entend lui aussi insister sur la continuité, dans une recherche consacrée aux assemblées du peuple dans les cités d’Asie Mineure romaine. Contrairement aux vues manichéennes de Cicéron dans le Pro Flacco, le fonctionnement de ces assemblées n’a pas perdu sa discipline à la fin de la période hellénistique, un désordre qui se serait prolongé durant le Principat. Une évolution s’est certes produite, mais uniquement au niveau de « nuances », par exemple dans l’influence de certaines procédures administratives ou dans l’extension de l’autonomie des magistrats par rapport aux assemblées. Christophe J. Goddard s’intéresse au système symbolique de l’Empire tardif à propos du transfert d’insignes du pouvoir de l’empereur vers les sénateurs. L’évolution globale aboutie dans le premier tiers du vie siècle est nette : l’accroissement du pouvoir impérial. Mais elle n’est pas linéaire car constituée d’accélérations et d’« oscillations », de continuités comme de cassures.

6L’ensemble des contributions aura donc permis d’aborder les différentes facettes de la recherche historique concernant les transferts culturels : objet du transfert, milieu de départ, agent du transfert, chemins de l’exportation, contexte de réception. L’une des difficultés majeures, souvent soulignée, a résidé dans la parcimonie de nos sources, relevée en particulier à propos du déséquilibre de sources entre l'espace émetteur et l’espace récepteur de l’éventuel transfert. Le corpus de sources se trouve être parfois inversement proportionnel aux publications des Modernes. L’un des apports de ce colloque aura été de reprendre les corpus de sources pour en tirer de prudentes conclusions. Le danger de vouloir absolument chercher un texte d’origine a aussi été souligné. Il est vain de vouloir absolument chercher une source modèle bien connue pour expliquer un autre texte (par exemple, le papyrus ptolémaïque Revenue Laws transféré en loi sicilienne de Hiéron). Il faut aussi rappeler les lacunes de notre documentation (par exemple, la perte des sources sur papyrus et parchemins pour la Babylonie). Le rôle des agents du transfert est souvent difficile à évaluer. S’il est clair que la haute classe égyptienne hellénisée a joué un rôle actif en ce domaine, la part exacte prise par Manéthôn de Sébennytos, qui semble offrir un exemple éclatant, devient difficile à percevoir dès que l’on pousse l’étude. Une certaine conception excessivement rationalisante de la Quellenforschung doit donc être abandonnée.

7La fécondité du travail entre spécialistes de périodes et d’espaces différents doit aussi compter parmi les résultats du colloque. Les contributions consacrées à la Grèce archaïque ont montré la vanité de vouloir tout expliquer par le thème Lux ex Oriente trop souvent purement imaginaire. L’Orient, que d’aucuns avaient présenté comme une terre rétrograde attendant les Lumières de l’hellénisme avec la conquête d’Alexandre, est apparu, à plus d’un titre, comme précocement « moderne » (les sociétés d’investisseurs dans l’Égypte saïte ; l’évolution des formulaires de contrats dans la Babylonie achéménide). L’époque hellénistique a montré l’importance des interactions et la proximité des problématiques entre les spécialistes de l’Égypte et de la Babylonie hellénistiques. Si l’onomastique des femmes égyptiennes s’hellénise, la katagraphè est bien un apport égyptien aux institutions de l'Égypte hellénistique. Les traditions babyloniennes continuent à vivre dans les temples qui sont bien des conservatoires d’une culture toujours vivante, mais l’empreinte grecque est bien présente en coupant des procédures du contexte initial cunéiforme. La spécificité de chaque espace reste cependant forte, ainsi pour la rédaction des contrats de vente d’esclave. Le poids des réalités locales, le conservatisme, le traditionnalisme, la fidélité à sa propre histoire sont également apparus dans l’espace des cités grecques, singulièrement dans l’Asie Mineure romaine à l’époque impériale.

8L’apport le plus important est d’avoir restitué les pratiques juridiques et politiques étudiées dans le cadre des réalités ethniques et des pratiques linguistiques. L’abandon des ethniques d’origine par les Orientaux de Délos est une étape marquante du processus d’intégration dans des cités grecques d’Italie du Sud. La construction, la transformation et l’évolution des droits s’insèrent dans une dynamique générale des sociétés méditerranéennes antiques. Le droit apparaît comme un facteur déterminant de la cohabitation entre des peuples et des cultures différentes. L’application de règles identiques dans le droit des ambassadeurs romains devient la garantie fondamentale des échanges internationaux. C’est dans ce champ d’études que les perspectives de recherche les plus intéressantes s’ouvrent désormais, un champ d’analyses où les transferts culturels sont pris en compte avec le champ des constructions identitaires et la définition des ethnicités – un terme aux acceptions multiples – dans le monde grec et hellénistique.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540