Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transferts culturels et droits dans le monde grec et hellénistique

 | 
Bernard Legras

Transferts culturels dans les droits du monde gréco-romain

Les Orientaux et la citoyenneté des cités d’Italie : l’exemple d’Archias et des Italiens de Délos (fin du iie et début du ier siècle av. J.-C.)

Élizabeth Deniaux

Texte intégral

1L’époque qui précède la Guerre Sociale, qui éclata en 91 av. J.-C., est celle d’un exceptionnel mouvement d’intégration de notables grecs et orientaux dans les communautés civiques des villes d’Italie du Sud. Des textes littéraires, et spécialement le discours prononcé par Cicéron en faveur d’Archias, des inscriptions, tout particulièrement les documents épigraphiques de Délos, nous informent sur une pratique politique liée à un transfert juridique ainsi que culturel : l’inscription des Orientaux sur les tabulae publicae des cités grecques d’Italie liées à Rome par un traité. Nos exemples sont de nature hétérogène, mais ils permettent de poser quelques questions sur ce transfert et sur le comportement des élites de la culture ainsi que des plus éminents des hommes d’affaires de Délos, désireux de devenir, par la citoyenneté d’une communauté civique de Grande-Grèce, des Italiens.

2Originaire d’Antioche, le poète Archias obtint la citoyenneté de plusieurs villes d’Italie du Sud avant de bénéficier de l’octroi de la citoyenneté romaine, qui lui fut d’ailleurs contestée. À la même période, de grands personnages, exerçant des activités commerciales ou bancaires à Délos, devinrent citoyens de villes d’Italie du Sud et s’insérèrent ainsi dans une communauté non reconnue dans le droit mais dans la pratique politique et sociale, celle des Italiens de Délos. L’attrait que présente la citoyenneté des villes grecques d’Italie à un moment particulier de leur histoire paraît intéressant à étudier. Le poète Archias est devenu citoyen de la ville d’Héraclée de Lucanie avant la Guerre Sociale. Mais c’est en 62 qu’il fut accusé d’avoir usurpé la citoyenneté romaine, en vertu d’une loi votée en 65 à l’instigation d’un tribun de la plèbe, C. Papius, qui visait tout étranger jouissant indûment des droits de citoyen. Le rétablissement de la censure à Rome en 70 avait, en effet, accru le nombre des citoyens d’une manière considérable, puisque plus de 900 000 citoyens romains avaient été recensés lors du premier véritable census effectué après la Guerre Sociale et le vote des lois de citoyenneté. Il avait sans doute entraîné des abus et des usurpations du titre de citoyen romain. Le texte Pro Archia, 5, 10, explique que « non seulement après l’octroi [aux Italiens] du droit de cité par Rome (non modo post ciuitatem datant), mais encore après la lex Papia (sed etiam post legem Papiam), certains se seraient glissés d’une manière ou d’une autre dans les registres des cités de Grande-Grèce (aliquo modo in eorum municipiorum tabulas inrepserunt) », des individus qui espéraient devenir citoyens romains de cette manière, puisque ces cités étaient alors bénéficiaires des lois de citoyenneté romaine.

  • 1 Cicéron, Pro Archia, 3, 4 : Post in ceteris Asiae partibus cunctaque Graecia sic eius aduentus cele (...)
  • 2 Cicéron, Pro Archia, 3, 5 : Erat Italia tum plena Graecarum artium. Sur l’accueil des intellectuels (...)
  • 3 Cicéron, Pro Archia, 3, 5 : Itaque hunc et Tarentini et regini et Neapolitani ciuitate ceterisque p (...)

3Le procès de 62 concerne un personnage à la renommée extraordinaire en Orient et à Rome, arrivé à Rome un peu avant 100 av. J.-C. Archias était un Grec originaire d’Antioche, de famille notable, instruit dans toutes les disciplines qui font l’homme cultivé, qui devint très rapidement un poète célèbre. Quand il voyageait en Grèce ou en Asie Mineure, il déplaçait des foules1. L’Italie s’offrit rapidement à sa gloire. Elle était alors « pleine des arts et des sciences de la Grèce2 ». C’est dans la partie grecque de l’Italie qu’il fut d’abord accueilli avant de se faire connaître à Rome. La renommée d’Archias était telle que les plus importantes des villes d’Italie lui offrirent leur citoyenneté. Le nombre des villes dans lesquelles le poète Archias réussit à obtenir des décrets l’introduisant dans leur collectivité civique est révélateur : Tarente, Rhegium et Naples3.

  • 4 Cicéron, Pro Archia, 4, 6.
  • 5 Cicéron, Pro Archia, 3, 5.

4Arrivé à Rome en 101 à l’âge de 17 ans, le poète prodige est reçu dans la famille des Luculli et c’est grâce à l’autorité et à l’influence de L. Licinius Lucullus qu’il décide de se faire inscrire réellement comme citoyen de la ville d’Héraclée, car c’était la cité qui avait la plus grande égalité de droits avec les Romains : quae cum esset ciuitas aequissimo iure ac foedere4. Il est vrai qu’alors, à d’anciennes structures grecques se superposent des mécanismes proprement romains comme le jeu des relations interpersonnelles, les liens d'amicitia et de clientèle qui peuvent favoriser le transfert de citoyenneté. Cependant Cicéron suggère que les villes qui voulurent gratifier Archias de la citoyenneté accordèrent souvent cet honneur à des gens plus insignifiants que lui, des gens n’ayant aucune profession ou en ayant une quelconque : cum mediocribus multis et aut nulla aut humili aliqua arte praeditis grauatim ciuitatem in Graecia homines impertiebant5.

  • 6 Sur les conditions d’obtention de la citoyenneté romaine par Archias, cf. Deniaux 1983, p. 267-268  (...)
  • 7 Les registres d’Héraclée, qui avait conclu un traité avec Rome au moment de la guerre de Pyrrhus en (...)

5Archias, accusé en 62 av. J.-C. par Grattius d’avoir usurpé la citoyenneté romaine en vertu de la lex Papia qui frappait d’exil tout étranger jouissant indûment des droits du citoyen à Rome, bénéficiait de la citoyenneté romaine depuis l’année 89, année du vote de la lex Papiria Plautia. Inscrit sur les registres de la ville d’Héraclée, il put bénéficier de la lex Papiria Plautia, mais les conditions d’obtention de la citoyenneté romaine du poète furent contestées6 et Cicéron prit en charge sa défense en 62. Il le défendit d’autant plus volontiers qu’il avait espéré qu’Archias chanterait en vers les hauts faits du consulat qu’il avait exercé l’année précédente et, en particulier, la manière avec laquelle il avait mis fin à la conjuration de Catilina. Le Pro Archia de Cicéron montre l’habileté de l’orateur à tirer argument des faiblesses du dossier et éclaire la complexité des mécanismes concrets d’enregistrement des hommes qui aspiraient à devenir citoyens romains7.

  • 8 L’intégration des Italiens à Athènes a déjà fait l’objet d’études, cf. Follet 2002.

6La permanence des traditions d’accueil des cités grecques d’Italie du Sud, qui leur permettait de donner librement leur propre citoyenneté à des étrangers, est une idée bien mise en évidence dans le discours de Cicéron. C’est en réfléchissant à cette tradition d’ouverture que j’ai entrepris une enquête sur un groupe social, celui des Orientaux de Délos, dont certains membres eurent, à l’époque où Archias devint citoyen de plusieurs villes de Grande-Grèce, la possibilité d’acquérir la citoyenneté de ces mêmes villes. L’accès à la citoyenneté de ces villes leur permet, en effet, d’intégrer la communauté des Italiens de Délos. Il semble que, souvent, ceux qui, à Délos, attestent par la présence d’un ethnique italien associé à leur nom qu’ils sont d’Héraclée, comme Midas, de Tarente, comme Simalos, de Naples, comme Philostratos, affirment avec solennité qu’ils ont bénéficié d’un transfert individuel considéré comme une promotion personnelle en accédant récemment à la citoyenneté d’une ville grecque d’Italie et, surtout, qu’ils font partie, à ce titre, de la communauté des Italiens de Délos. La trace épigraphique de cette intégration peut être recherchée et la prosopographie des bénéficiaires peut être étudiée8. Ces nouveaux Italiens sont souvent des individus fortunés qui pratiquent l’évergétisme selon le modèle en vigueur.

  • 9 Cf. Bogaert 1968, p. 188, et 1976, p. 13 no 7. Sur Philostrate d’Ascalon, cf. Mancinetti-Santamaria(...)

7L’exemple de Philostratos est particulièrement révélateur de cette volonté qu’ont manifestée les Orientaux de s’introduire dans le corps civique d’une cité grecque d’Italie. Le nombre d’inscriptions (dix-huit attestations épigraphiques) qui le concernent, ainsi que sa famille, est exceptionnel. Philostratos est un des personnages les plus considérables de l'île. Il est un des plus importants banquiers de Délos à la fin du iie siècle av. J.-C. Alors que les autres banquiers de cette époque sont d’origine italienne, il est le seul originaire d’Orient9. Venu d’Ascalon de Palestine, il est devenu citoyen de la ville de Naples. La disparition de l’ethnique Ascalonites est, pour Philostrate, la première étape d’une intégration de fait de celui qui se désigne comme Philostrate, fils de Philostrate, banquier à Délos. Le banquier mentionne ensuite son accession à la citoyenneté de la ville de Naples et le transfert juridique dont il a été bénéficiaire. Philostrate d’Ascalon, banquier à Délos, devient Philostrate, fils de Philostrate, citoyen de Naples. Il agit comme un Italien avant même de devenir citoyen de Naples, et les Italiens le célèbrent collectivement dans l’espace délien.

  • 10 ID, 2549.

8Il a vraisemblablement mis en œuvre d’énormes moyens pour s’intégrer à la communauté des Italiens de Délos. C’est la pratique d’un évergétisme ostentatoire qui lui permet de s’associer à la communauté des Italiens de Délos. Philostrate a agi comme un Italien et s’est montré aussi généreux qu’un Italien avant de devenir citoyen d’une ville d’Italie. Il est le seul Oriental à avoir contribué à la construction d’un portique de l’agora des Italiens. Mais il est aussi intervenu en faveur des Italiens de Délos puisque les Italiens lui ont élevé collectivement une statue sur la base de laquelle sa justice et sa bienfaisance envers eux étaient célébrées en vers10.

  • 11 ID, 2628.
  • 12 ID, 1719, 1720-1721 ; sur le sanctuaire du mont Cynthe et des divinités d’Ascalon, cf. Plassard 192 (...)

9L’origine de Philostrate, citoyen d’Ascalon, son appartenance à la communauté syrienne explique qu’il soit reconnu comme un des souscripteurs ayant contribué à l’édification du théâtre syrien ainsi que parmi les dédicants des sanctuaires des divinités syriennes11. C’est lui qui a vraisemblablement fait édifier le sanctuaire des divinités d’Ascalon sur le mont Cynthe. On y a retrouvé deux autels dédiés par Philostratos lui-même, pour sa femme et pour ses enfants, à Astarté Palaistinè Ourania et à Poséidon Ascalonites12.

  • 13 ID, 1722.
  • 14 ID, 1688. Cf. Queyrel 1991. p. 438.
  • 15 ID, 1717. Sur les dédicaces des portiques de l’agora des Italiens de Délos, cf. Hatzfeld 1921 et La (...)
  • 16 ID, 2454. Sur l’inscription (incomplète) de l’exèdre offerte par Philostratos, cf Hatzfeld 1912, p. (...)
  • 17 ID, 1683.
  • 18 Il se peut que ce conflit ait un lien avec une révolte d’esclaves. De nombreux débats portent, en e (...)
  • 19 ID, 1722.
  • 20 La présentation est différente de celle de la base de la statue que lui a consacrée son neveu Diodo (...)

10La disparition de l’ethnique Ascalonites13 sur une inscription est une étape importante de son intégration. L’inscription en question a été retrouvée à proximité de l’agora des Italiens, sur trois fragments d’une base dans laquelle les Italiens honorent Philostrate, fils de Philostrate, banquier à Délos, ainsi que ses fils. La considération dont il jouit est à la mesure de son immense fortune, mais aussi de son pouvoir de conseil et d’arbitrage. Les Italiens honorent sa δικαιοσύνη et sa φιλαγαθία. Les expressions employées pour célébrer sa justice et son amour du bien sont identiques à celles de la dédicace de la statue de C. Ofellius Ferus à l’intérieur de l’agora des Italiens14. D’ailleurs, il est intéressant de constater que les deux évergètes, l’Italien et celui qui aspire à le devenir, occupent une position symétrique dans l’espace de l’agora des Italiens : Philostrate d’Ascalon a offert aux Italiens et à Apollon le portique dorique nord de l’agora15, tandis qu’Ofellius Ferus a offert le portique dorique ouest ; ce sont les deux seuls dédicants des portiques doriques. En outre, sur le côté nord, Philostrate a offert une exèdre16, alors qu’Ofellius Ferus en a offert une sur le côté ouest17. Tous deux ont exercé une fonction de conseil dans un conflit dont les circonstances nous sont inconnues18. La base de la statue dédiée par les Italiens à Philostratos présente le personnage d’une manière intéressante19 : sur la dédicace, Philostratos est désigné avec ses fils sous la forme Φιλόστρατον Φιλοστράτου τραπεζιτεύοντα ἐν Δήλωι καὶ τοὺς υἱούς20.

  • 21 ID, 2549. La base de marbre blanc, d’environ 80 cm de haut, est très abîmée.
  • 22 Sur ces poèmes, cf. Peek 1941 ; Robert 1942, no 110 ; Peek 1957 ; Robert 1958, n° 356. Et Mancinett (...)
  • 23 À la 1. 22.
  • 24 À la 1. 25. Ce mot fait sans doute allusion à l’intervention évoquée précédemment, cf. supra, ID, 1 (...)

11Il est possible de rapprocher les expressions de cet hommage des Italiens de celles des poèmes réalisés en l’honneur de Philostrate qui furent inscrits sur une base de statue retrouvée dans le lac sacré de Délos, non loin du portique nord de l’agora des Italiens, qu’éleva Philostrate21. Les auteurs des poèmes sont Antipater de Sidon et Antisthène de Paphos, très célèbres en leur temps22. Ils exaltent en vers la munificence de Philostrate, illustre habitant de Palestine, qui construisit un double portique et fut récompensé par l’érection d’une statue dans le téménos italien, ἰταλόν τέμενος23. Il est aussi fait une allusion à son aide dans le domaine judiciaire, avec le mot εὐδικία24.

  • 25 ID, 1724. La statue peut être datée de la fin du iie siècle ou du début du ier siècle, des environs (...)

12Le changement de statut juridique de Philostratos est manifesté dans le texte de la base de statue que lui ont dédiée les frères Egnatii et qui a été retrouvée dans une habitation privée située au nord du sanctuaire syrien. Cette maison appartenait peut-être à Philostratos, si la localisation près du sanctuaire syrien peut en être un indice, ou bien aux frères Egnatii25. Il s’agit d’un hommage privé. Philostratos, autrefois citoyen d’Ascalon, banquier à Délos, est devenu citoyen de Neapolis lorsque les frères Egnatii l’honorent :

[Φιλ]όστρατον [Φ]ιλοστρά[του] | Νεαπολίτην | [τ]ὸν πρότερον [χ]ρημοιτί[ζ]ον[τα | Ἀσ]κα[λωνίτην τραπεζιτε[ύοντα] | ἐν Δήλωι |
[Π]ό[π]λιος καὶ Γάιος καὶ Γναιος Έγ[νά|τι]οι Κοίντου ῾Ρωμαΐοι τò[ν]
ἑαυτ[ῶν] | ἐυεργέτην Ἀ[π̣]όλλωνι | Λύσιππος· Λυσίππου |Ἡράκλειος
ἐποίει.

  • 26 Sur cette inscription, cf. Bogaert 1976, p. 1. Robert 1960, p. 454, avait remarqué que χρηματίζειν (...)
  • 27 Cf. n. 17.
  • 28 Sous 1 archontat de Medeios, cf. ID, 1761. Sur les Egnatii de Délos, famille connue autour des anné (...)
  • 29 ID, 1734.
  • 30 Cf. Roussel 1916, p. 194. Theophilos fut éphèbe sous l’archontat de Menedemos, daté des années 93-9 (...)
  • 31 ID, 1934 ; 2616 (col. 111,1. 72) et 2619, a 18, b 21 (souscripteur au Sarapeion C), cf. Tréheux 199 (...)

13Le mot [χ]ρηματί[ζ]ον[τα] peut poser problème. Il semblerait s’opposer à τραπεζιτε[ύοντα] et aurait pu suggérer l’exercice par Philostratos d’un métier analogue à celui de banquier à Ascalon. Mais il faut comprendre l’expression [τ]ὸν πρότερον [χ]ρηματί[ζ]ον[τα | Ἀσ]κα[λωνίτην] comme « qui avait auparavant été appelé citoyen d’Ascalon »26. La date approximative de l’inscription peut être donnée par la concordance de plusieurs indices, le nom du sculpteur Lysippe27 ainsi que la mention du nom d’un affranchi des Egnatii inscrit au nombre des Compétaliastes en 9728. Philostrate et ses enfants, devenus citoyens de Naples, sont membres de la communauté des Italiens de Délos. Juridiquement et culturellement l’assimilation est complète. Theophilos, fils de Philostrate, citoyen de Naples, est recruté parmi les éphèbes, [Θε]όφιλος Φιλοστράτου Νεαπολίτης ἐφεβεύων29. Il est admis, avec les jeunes Athéniens, à l’enseignement public des palestres30. Philostrate d’Ascalon avait un autre fils, Theophilos, mentionné comme fils de Philostrate, citoyen de Naples31.

  • 32 Cf, par exemple, Seleucos Erucios Gaiou (no 1), Antiochos Sextilios Popliou (n° 2).

14Nous pouvons constater aussi qu’un esclave de Philostratos, Chaireas, est inscrit vers les années 100 dans un collège de Compétaliastes, troisième sur la liste des membres de ce collège d’esclaves ou d’affranchis qui portent des noms grecs mais dont les propriétaires ou les patrons portent des noms latins32.

  • 33 Cf Hasenohr 2002, p. 67-76. Les magistri élus par les membres de la communauté italienne qui représ (...)
  • 34 Les individus qui portent un nomen italien ne portent pas tous de cognomen, mais certains portent u (...)
  • 35 Pouilloux 1973. Simalos était l’ami d’un familier de la cour d’Alexandrie, Stolos, fils de Théon d’ (...)
  • 36 ID, 1763, 1. 7 et Tréheux 1992, p. 31. Il participe à l’érection d’une statue de Rome.

15L’exemple de Philostratos est exceptionnellement riche mais, à cette époque, dans les années 100-90, d’autres Orientaux devenus Italiens apparaissent dans l’épigraphie délienne. Par exemple, l’inscription ID, 1755 fournit une liste de membres des collèges d’Hermaïstes, d’Apolloniastes et de Poséidoniastes qui ont un rôle de représentation de la communauté italienne33, dans laquelle apparaissent seulement deux individus portant un ethnique, Sarapion, fils d’Alexandre, de Naples, et Simalos, fils de Timarchos, de Tarente, au milieu d’individus identifiables comme italiens par leur nom, qui portent un prénom, un nom, une filiation34. Ces deux personnages sont des Orientaux devenus, l’un, citoyen de Naples, l’autre, citoyen de Tarente. La promotion de la famille de Simalos, originaire de Salamine de Chypre, devenu citoyen de Tarente, a été bien étudiée35. Sarapion de Naples est le patron d’Artemidoros dont le nom apparaît, avec des affranchis italiens, sur une inscription de l’agora des Compétaliastes36.

  • 37 ID, 2253 et 2254, aux environs des années 100. Cf. Will et Schmid 1985.
  • 38 ID, 2288.
  • 39 ID, 1689. Cf. ID, 1679 pour l’exèdre de Cluvius. Sur Billienus qui, après sa préture, exerça un com (...)

16Pour terminer cette étude qui n’est pas exhaustive, il paraît intéressant d’étudier un puissant personnage de l’île qui devint, comme Archias, citoyen d’Héraclée, Midas fils de Zénon. Nous ne connaissons pas sa patrie d’origine mais, vraisemblablement, cet individu, qui portait le nom d’un roi de Phrygie, était d’origine orientale. Il se montra généreux à l’égard du sanctuaire syrien. Dans le sanctuaire de la déesse syrienne, il consacra une exèdre aux dieux syriens et à son ami, Philostrate d’Ascalon37, et fit à ses frais confectionner la mosaïque de l’exèdre38. Mais nous pouvons voir qu’il avait aussi pu s’introduire dans l’espace de l’agora des Italiens en dédiant un banc de marbre à un gouverneur romain nommé Billienus, devenu son ami, dans une exèdre, celle de Cluvius39.

  • 40 Les listes réalisées par Tréheux 1992 montrent cependant qu’il existait un nombre important d’indiv (...)
  • 41 Cicéron, Pro Balbo, 21.

17La force d’intégration représentée par l’accès à la citoyenneté d’une ville grecque d’Italie dans la période qui précéda la Guerre Sociale mériterait sans doute une étude plus approfondie en relation avec l’épigraphie et l’onomastique des cités qui disposaient des meilleurs traités avec les Romains40. Les implications sociales de ces transferts juridiques vers l’Italie devaient être très importantes. Grands banquiers, marchands d’esclaves, armateurs, les négociants orientaux ont cherché à devenir citoyens de Naples, de Tarente, d’Héraclée pour être assimilés, grâce à ce transfert, à la communauté italienne de Délos. Grâce à leurs relations et à la fréquentation des Italiens de Délos, ils pouvaient être présents dans le grand commerce en Occident et voir leurs affaires favorisées. En devenant citoyen d’une ville grecque d’Italie, Archias était intégré aux alliés italiens de Rome et pouvait entrer plus facilement dans les réseaux des hommes proches du pouvoir pour faire valoir son talent littéraire auprès de ceux-ci. La citoyenneté des villes grecques d’Italie permettait aux Orientaux d’obtenir la sécurité pour leurs personnes et leurs biens grâce au traité qui avait été anciennement passé entre celles-ci et Rome. Les avantages du foedus que Rome avait conclu avec Héraclée et avec Naples étaient tels, en particulier, que lorsque la lex Iulia donna en 90 la citoyenneté romaine aux Italiens, les habitants de ces deux villes se montrèrent réticents, préférant, selon Cicéron, la liberté que leur laissait leur traité au statut de citoyen romain41.

  • 42 Cf. supra, ID, 1689 et n. 39.

18Devenus citoyens d’une ville de Grande-Grèce où se trouvait sans doute une partie de leurs affaires, les nouveaux Italiens de Délos auraient-ils pu souhaiter devenir citoyens romains ? Il est impossible de le savoir. L’histoire de Délos connut des périodes troublées et la communauté délienne fut ébranlée par les événements de 88. A l’extrême fin du iie siècle et au début du ier siècle, les plus fortunés des Orientaux de Délos avaient acquis une nouvelle citoyenneté qui leur permettait d’être reconnus comme membres de la communauté dominante, celle des Italiens. Quand le banquier Philostrate d’Ascalon devint citoyen de Naples, dans les années 100 av. J.-C, il avait les mêmes réseaux professionnels et amicaux que les Italiens. Son autorité personnelle lui donnait à Délos un pouvoir de conseil et d’arbitrage sur la communauté italienne. Mais Philostrate, honoré par tous les Italiens, était aussi l’ami personnel d’une famille de Romains influents, les Egnatii. Les relations d’autres nouveaux Italiens, comme celles de Midas d’Héraclée avec les hommes du pouvoir romain, le sénateur romain Billienus peuvent être notées aussi42.

  • 43 Sur la lex Papiria Plautia de ciuitate sociis danda, cf. Cicéron, Pro Archia, 4,7 sur lequel Schol. (...)

19Pour les Orientaux installés à Délos, l’intégration juridique avait été la reconnaissance d’une intégration sociale et de la proximité de Romains influents. Mais ces nouveaux citoyens des villes grecques d’Italie n’auraient pas tous pu devenir des citoyens romains. Les lois de citoyenneté que vota le peuple de Rome contenaient des réserves et des restrictions. L’accès à la citoyenneté romaine ne fut pas facile à obtenir. Deux lois attribuèrent la citoyenneté romaine aux alliés. La lex Iulia donna en 90 la citoyenneté romaine aux habitants des communautés d’Italie inscrits sur les registres de celles-ci et qui y résidaient. L’année suivante, en 89, la lex Papiria Plautia permit à des individus qui n’avaient pas été incorporés collectivement par la lex Iulia d’acquérir la citoyenneté romaine s’ils remplissaient certaines conditions. Elle étendit le droit de cité à ceux qui ne résidaient pas dans la ville dont ils étaient citoyens, s’ils avaient un domicilium habituel en Italie43. C’est en vertu de cette loi que le poète Archias obtint la citoyenneté, car il résidait à Rome. La loi de 89 prévoyait que les bénéficiaires devaient avoir été auparavant enregistrés sur les tabulae publicae de leurs cités. Ils devaient avoir un domicile en Italie, ce qui excluait la possibilité de devenir citoyens pour ceux qui, bénéficiant de la citoyenneté d’une cité d’Italie, auraient eu l’habitude de résider à l’extérieur de l’Italie, dans une province. Ceux qui prétendaient au statut privilégié de citoyen romain devaient faire alors une déclaration formelle devant un préteur de Rome dans un délai de deux mois. C’est ce que put faire Archias qui vivait à Rome.

  • 44 Cicéron, Pro Archia, 5, 10.
  • 45 Sur l’accès des Grecs à la citoyenneté romaine, cf. Ferrary 2005.
  • 46 L’exemple de Théophane de Mytilène qui reçut la citoyenneté romaine de Pompée est le mieux connu, c (...)

20La période qui va de la fin du iie siècle av. J.-C. au début du ier siècle av. J.-C. est une brève période intéressante à étudier du point de vue de l’histoire des transferts culturels. Alors que Rome étendait sa puissance sur l’Orient méditerranéen, certains Orientaux attirés par Rome cherchèrent à se rapprocher de la puissance qui les fascinait et réussirent à devenir des Italiens en utilisant la puissance de leurs réseaux de relations. Puis vinrent la Guerre Sociale et l’intégration des Italiens. Les années qui suivirent le premier véritable recensement des Italiens, celui de 70, furent sans doute liées à un changement du comportement des élites, même si Cicéron affirme dans le Pro Archia que les Non-Italiens continuaient à s’inscrire dans les cités d’Italie44. À partir de cette époque, le désir d’obtenir la citoyenneté de Rome elle-même se fit sans doute plus grand parmi les sujets de l’empire dominé par Rome45. Source de prestige, la citoyenneté romaine était un rempart contre l’arbitraire des magistrats romains. C’est alors que s’élargirent d’autres pratiques avec les possibilités accrues données aux imperatores de conférer la citoyenneté romaine à leurs amis, même s’ils n’avaient pas accompli de hauts faits militaires46.

Bibliographie

Bibliographie

Baslez 1977 : Baslez M.-F., Recherches sur les conditions de pénétration et de diffusion des religions orientales à Délos, iie-ier siècles av. J.-C., Paris, 1977.

Baslez 1994 : Baslez M.-F., « La politique et les affaires : à propos de deux familles orientales de Délos à l’époque romaine », Ktèma, 19 (1994), Hommages à Edmond Frézouls, 2, p. 27-37.

Bispham 2007 : Bispham E., From Asculum to Actium. The Municipalisation of Italy from the Social War to Augustus, Oxford, 2007.

Bogaert 1968 : Bogaert R., Banques et banquiers dans les cités grecques, Leyde, 1968.

Bogaert 1976 : Bogaert R., Texts on Bankers, Banking and Credit in the Roman World, Leyde, 1976 (Epigraphica, III).

Brennan 2000 : Brennan T. C., The Praetorship in the Roman Republic, Oxford, 2000.

Bruneau 1975 : Bruneau P., « L’Agora des Italiens servait-elle de marché aux esclaves ? », Bulletin de correspondance hellénique, 99/1 (1975), p. 273-293.

Bruneau 1985 : Bruneau P., « L’Agora des Italiens était-elle un marché aux esclaves ? », Bulletin de correspondance hellénique, 109/1 (1985), p. 557-564.

Bruneau 1995 : Bruneau R, « L’Agora des Italiens était-elle un établissement de sport ? », Bulletin de correspondance hellénique, 119/1 (1995), p. 45-54.

Cébeillac 1983 : Cébeillac M. (éd.), Les bourgeoisies municipales italiennes aux iie et ier siècles av. J.-C. Naples-Paris, 1983.

Coarelli 1982 : Coarelli F., « ‘L’Agora des Italiens’ a Delo : il mercato degli schiavi ? », dans Coarelli, Musti et Solin 1982, p. 119-144.

Coarelli, Musti et Solin 1982 : Coarelli F., Musti D. et Solin H. (éd.), Delo e l'Italia, Rome, 1982 (Opuscula Instituti Romani Finlandiae, 2).

Cocco 1970 : Cocco M., « Sulla funzione dell’Agorà degli Italiani’ di Delos », La parola del passato, 25 (1970), p. 446-449.

Couilloud 1974 : Couilloud M.-T., Les monuments funéraires de Rhénée, Paris, 1974 (Exploration archéologique de Délos, 30).

Crawford 1978 : Crawford Μ. H., « Greek Intellectuals and the Roman Aristocracy in the First Century B.C. », dans P. D. A. Garnsey et C. R. Whittaker (éd.), Imperialism in the Ancient World, Cambridge, 1978, p. 193-207 et 330-337.

Deniaux 1981 : Deniaux É., « Civitate donati, Naples, Héraclée, Côme », Ktèma, 6 (1981), p. 133-141.

Deniaux 1983 : Deniaux É., « Le passage des citoyennetés locales à la citoyenneté romaine et la constitution de clientèles », dans M. Cébeillac (éd.), Les bourgeoisies municipales italiennes aux iie et ier siècles av. J.-C. Naples-Paris, 1983, p. 267-268-274-276.

Deniaux 1993 : Deniaux É., Clientèles et pouvoir à l'époque de Cicéron, Rome, 1993 (CEFR, 182).

Deniaux 2009 : Deniaux É., « Le poète Archias à Rome, une citoyenneté contestée », dans S. Conti et B. Scardigli (éd.), Stranieri a Roma. Atti del Convegno Internazionale di Studi (Certosa di Pontignano, 22-23 maggio 2006), Ancône, 2009 (Musa, 4), p. 49-57.

Ferrary, Hasenohr, Le Dinahet et Boussac 2002 : Ferrary J.-L., Hasenohr C., Le Dinahet M.-T., Boussac M.-F., « Liste des Italiens de Délos », dans Müller et Hasenohr 2002, p. 183-239.

Ferrary 2005 : Ferrary J.-L., « Les Grecs des cités et l’obtention de la civitas romana », dans P. Fröhlich et C. Müller (éd.), Citoyenneté et participation à la basse époque hellénistique, Genève-Paris, 2005, p. 51-75.

Follet 2002 : Follet S., « Les Italiens à Athènes, iie siècle av. J.-C.-ier siècle ap. J.-C. », dans Müller et Hasenohr 2002, p. 79-88.

Hatzfeld 1912 : Hatzfeld J., « Les Italiens résidant à Délos mentionnés dans les inscriptions de l'île », Bulletin de correspondance hellénique, 36 (1912), p. 5-218.

Hatzfeld 1921 : Hatzfeld J., « Les dédicaces des portiques de l’agora des Italiens à Délos », Bulletin de correspondance hellénique, 45 (1921), p. 471-486.

Hasenohr 2002 : Hasenohr C., « Les collèges de magistri et la communauté italienne de Délos », dans Müller et Hasenohr 2002, p. 67-76.

ID = Inscriptions de Délos, 7 vol., Paris, 1926-1972.

Lapalüs 1939 : Lapalus E., Les portiques de l’agora des Italiens, Paris, 1939 (Exploration archéologique de Délos, 19).

Leiwo 1989 : Leiwo M., « Philostratus of Ascalon, his Bank, his Connections and Naples in 130-90 B.C. », Athenaeum, 77 (1989), p. 575-584.

Luraschi 1978 : Luraschi G., « Sulle ‘leges de civitate’ (Julia, Calpurnia, Plautia, Papiria) », Studia et documenta historiae et iuris, 44 (1978), p. 321-370.

Luraschi 1995 : Luraschi G., « La questione della cittadinanza nell’ultimo secolo della Repubblica », Studia et documenta historiae et iuris, 61 (1995), p. 17-67.

Mancinetti-Santamaria 1982 : Mancinetti-Santamaria G., « Filostrato di Ascalona, banchiere in Delo », dans Coarelli, Musti et Solin 1982, p. 79-89.

Mancinetti-Santamaria 1982 : Mancinetti-Santamaria G., « La concessione della cittadinanza a Greet e Orientali nel ii sec. A.C. », dans Cébeillac 1983, p. 125-136.

Müller et Hasenohr 2002 : Müller C. et Hasenohr C. (éd.), Les Italiens dans le monde grec, iie siècle av. J.-C.-ier siècle ap. J.-C., Paris, 2002 (BCH, suppl. 41).

Narducci 1992 : Narducci E., Cicerone. Il poeta Archia, Milan, 1992.

Peek 1941 : Peek W., « Delische Weihepigramme », Hermes, 76 (1941), p. 408-416.

Peek 1957 : Peek W, « Antipater von Sidon und Antisthenes von Paphos », Philologus, 10 (1957), p. 101-112.

Plassard 1928 : Plassard A., Les sanctuaires et les cultes du mont Cynthe, Paris-Athènes, 1928 (Exploration archéologique de Délos, 11).

Pouilloux 1973 : Pouilloux J., « Salaminiens de Chypre à Délos », dans Études déliennes, Paris, 1973 (BCH, suppl. 1), p. 399-413.

Rauh 1992 : Rauh N., « Was the Agora of the Italians an établissement de sport ? », Bulletin de correspondance hellénique, 116/1 (1992), p. 293-333.

Rauh 1993 : Rauh N., The Sacred Bonds of Commerce, Religion, Economy and Trade Society ad Hellenistic and Roman Delos, 166-87 BC, Amsterdam, 1993.

Robert 1942 : Robert J. et L., « Délos », Revue des études grecques, 55 (1942), p. 345-346.

Robert 1958 : RobertJ. et L., « Délos », Revue des études grecques, 71 (1958), p. 287-289.

Robert 1960 : Robert L., Hellenica, Recueil d’épigraphie, de numismatique et d’antiquités grecques, vol. 11-12, Paris, 1960.

Rotondi 1962 : Rotondi G., Leges publicae populi Romani. Elenco cronologico con una introduzione sull’attività legislativa dei comizi romani, rééd., Hildesheim, 1962 (1re éd., Milan, 1912).

Queyrel 1991 : Queyrel R, « C. Ofellius Ferus », Bulletin de correspondance hellénique, 115 (1991), p. 389-464.

Reinach 1890 : Reinach T., De Archia poeta, Paris, 1890.

Roussel 1916 : Roussel P., Délos, colonie athénienne, Paris, 1916.

Sartori 1967 : Sartori F., « Eraclea di Lucania, profilo storico », dans B. Neutsch (éd.), Herakleiastudien, Heidelberg, 1967, p. 16-95.

Sherwin-White 1973 : Sherwin-White A. N., The Roman Citizenship, Oxford, 1973.

Tréheux 1992 : Tréheux J., Inscriptions de Délos. Index, I. Les étrangers à l'exclusion des Athéniens de la clérouchie et des Romains, Athènes, 1992.

Valette-Cagnac 2005 : Valette-Cagnac E., « Naples ou la Grèce en Italie », Métis, 3 (2005), p. 215-252.

Vretska 1979 : Vretska H. K, Marcus Tullius Cicero, Pro Archia Poeta, Darmstadt, 1979.

Will et Schmid 1985 : Will E. et Schmid M., Le sanctuaire de la déesse syrienne, Paris, 1985 (Exploration archéologique de Délos, 35).

Notes

1 Cicéron, Pro Archia, 3, 4 : Post in ceteris Asiae partibus cunctaque Graecia sic eius aduentus celebrabantur, ut famam ingenii, expectationem ipsius aduentus admirationemque superare. Sur le Pro Archia, cf. Reinach 1890 ; Vretska 1979 ; Narducci 1992. L’édition française des Belles-Lettres (texte établi et traduit par F. Gaffiot) a fait l’objet d’une réédition récente, CUF, Paris, 2002, avec une notice complémentaire de P. Moreau, p. 32a à 32g.

2 Cicéron, Pro Archia, 3, 5 : Erat Italia tum plena Graecarum artium. Sur l’accueil des intellectuels grecs dans l’aristocratie romaine, cf. Crawford 1978.

3 Cicéron, Pro Archia, 3, 5 : Itaque hunc et Tarentini et regini et Neapolitani ciuitate ceterisque praemiis donarunt. Naples était passée sous la domination romaine à la fin du ive siècle, au moment des guerres samnites, cf. Tite-Live, 8, 26, sur le foedus conclu entre Rome et Naples. Naples était devenue un lieu de culture rhétorique et philosophique pour les jeunes aristocrates romains, cf. Valette-Cagnac 2005. Sur Héraclée de Lucanie, cf. Sartori 1967 et L. Robert, Bulletin épigraphique, 1968, n° 601. Tarente reçut une colonie gracchienne nommée Neptunia, car son territoire était devenu ager publicus après la deuxième guerre punique, sur laquelle on connaît peu de choses, cf. Pline, N.H., 3, 10, 99. Tarente devint un municipe après la guerre sociale, cf. Bispham 2007, p. 225-227.

4 Cicéron, Pro Archia, 4, 6.

5 Cicéron, Pro Archia, 3, 5.

6 Sur les conditions d’obtention de la citoyenneté romaine par Archias, cf. Deniaux 1983, p. 267-268 ; sur l’accès d’Archias à la citoyenneté, ibid., p. 274-276 et Deniaux 1981. Cf. aussi Mancinetti-Santamaria 1983.

7 Les registres d’Héraclée, qui avait conclu un traité avec Rome au moment de la guerre de Pyrrhus en 278 av. J.-C., avaient disparu. 11 fallut alors faire intervenir le témoignage des habitants de la cité pour attester à Rome qu’Archias avait bien été inscrit sur les registres d’Héraclée. Le témoignage des habitants d’une cité pouvait sans doute aussi être sollicité par l'auctoritas d’un puissant personnage. Enfin, le bon vouloir du préteur qui, à Rome, reçoit les déclarations faites en fonction de la lex Papiria Plautia par ceux qui désirent bénéficier de la ciuitas romana doit jouer un rôle important. Ce n’est sans doute pas par hasard qu’Archias s’est présenté devant un ami, le préteur Q. Caecilius Metellus. Cicéron fait mention (Pro Archia, 5, 9) de possibilités de ratures sur les registres des préteurs et donc, vraisemblablement, de possibilités de falsification des registres. Sur ces problèmes, cf. Deniaux 2009.

8 L’intégration des Italiens à Athènes a déjà fait l’objet d’études, cf. Follet 2002.

9 Cf. Bogaert 1968, p. 188, et 1976, p. 13 no 7. Sur Philostrate d’Ascalon, cf. Mancinetti-Santamaria 1982 ; Leiwo 1989.

10 ID, 2549.

11 ID, 2628.

12 ID, 1719, 1720-1721 ; sur le sanctuaire du mont Cynthe et des divinités d’Ascalon, cf. Plassard 1928, p. 285-289. Cf. Baslez 1977, p. 370 no 838.

13 ID, 1722.

14 ID, 1688. Cf. Queyrel 1991. p. 438.

15 ID, 1717. Sur les dédicaces des portiques de l’agora des Italiens de Délos, cf. Hatzfeld 1921 et Lapalus 1939, p. 89-91.

16 ID, 2454. Sur l’inscription (incomplète) de l’exèdre offerte par Philostratos, cf Hatzfeld 1912, p. 209 no 25.

17 ID, 1683.

18 Il se peut que ce conflit ait un lien avec une révolte d’esclaves. De nombreux débats portent, en effet, sur la fonction de l’espace clos que nous appelons « agora des Italiens ». L’attribution à cet espace de la fonction de marché aux esclaves est contestée. Cf sur ce débat, Cocco 1970 et la réponse de Bruneau 1975-Sur les arguments convaincants apportés par F. Coarelli en faveur de la localisation du marché aux esclaves sur ce site, cf. Coarelli 1982. Cf. la réponse de Bruneau 1985. Sur les hypothèses nouvelles concernant un lieu de rencontre des Italiens avec établissement de sports, arène de gladiateurs, complexe thermal, cf. Rauh 1993 (et Rauh 1992) et la réponse de Bruneau 1995.

19 ID, 1722.

20 La présentation est différente de celle de la base de la statue que lui a consacrée son neveu Diodotos, cf. ID, 1723, sur laquelle son origine ascalonitaine était rappelée.

21 ID, 2549. La base de marbre blanc, d’environ 80 cm de haut, est très abîmée.

22 Sur ces poèmes, cf. Peek 1941 ; Robert 1942, no 110 ; Peek 1957 ; Robert 1958, n° 356. Et Mancinetti Santamaria 1982, p. 79-82.

23 À la 1. 22.

24 À la 1. 25. Ce mot fait sans doute allusion à l’intervention évoquée précédemment, cf. supra, ID, 1722.

25 ID, 1724. La statue peut être datée de la fin du iie siècle ou du début du ier siècle, des environs de 1’année 100, grâce à la mention du nom du sculpteur Lysippe, fils de Lysippe, d’Héraclée.

26 Sur cette inscription, cf. Bogaert 1976, p. 1. Robert 1960, p. 454, avait remarqué que χρηματίζειν n’avait que très rarement un sens financier dans les inscriptions mais qu’il signifiait « porter tel ou tel ethnique » ; cf. Deniaux 1981.

27 Cf. n. 17.

28 Sous 1 archontat de Medeios, cf. ID, 1761. Sur les Egnatii de Délos, famille connue autour des années 100, cf. Hatzfeld 1912, p. 33-35 ; Ferrary, Hasenohr, Le Dinahet et Boussac 2002, p. 195. Sur l’ami de Cicéron, le chevalier romain L. Egnatius Rufus, recommandé pour ses affaires en Asie, cf. Cicéron, Fam., 13, 43, 44, 45, 47, 74 et Deniaux 1993, p. 494-496.

29 ID, 1734.

30 Cf. Roussel 1916, p. 194. Theophilos fut éphèbe sous l’archontat de Menedemos, daté des années 93-92 ou 92-91, années immédiatement antérieures à la Guerre Sociale.

31 ID, 1934 ; 2616 (col. 111,1. 72) et 2619, a 18, b 21 (souscripteur au Sarapeion C), cf. Tréheux 1992, p. 52.

32 Cf, par exemple, Seleucos Erucios Gaiou (no 1), Antiochos Sextilios Popliou (n° 2).

33 Cf Hasenohr 2002, p. 67-76. Les magistri élus par les membres de la communauté italienne qui représentent leurs compatriotes ont des attributions largement cultuelles.

34 Les individus qui portent un nomen italien ne portent pas tous de cognomen, mais certains portent un cognomen grec. Il est intéressant de constater que Sarapion et Simalos ont adopté la formule onomastique latine pour exprimer leur ascendance paternelle en utilisant le mot ὑΐός, manifestant ainsi qu’ils sont bien devenus des Italiens et qu’ils ne peuvent être confondus avec des affranchis.

35 Pouilloux 1973. Simalos était l’ami d’un familier de la cour d’Alexandrie, Stolos, fils de Théon d’Athènes. Son fils Simalos, fils de Simalos, citoyen de Tarente, figure dans une liste d’éphèbes datée de 103-102, cf. ID, 1927. Sur ce personnage et sa famille, cf. aussi Baslez 1994.

36 ID, 1763, 1. 7 et Tréheux 1992, p. 31. Il participe à l’érection d’une statue de Rome.

37 ID, 2253 et 2254, aux environs des années 100. Cf. Will et Schmid 1985.

38 ID, 2288.

39 ID, 1689. Cf. ID, 1679 pour l’exèdre de Cluvius. Sur Billienus qui, après sa préture, exerça un commandement en Macédoine ou en Asie, entre 104 et 102, cf. Brennan 2000, p. 523, 548, 706, 715,746.

40 Les listes réalisées par Tréheux 1992 montrent cependant qu’il existait un nombre important d’individus portant l’ethnique Tarentinoi alors que cette cité, anciennement prestigieuse mais vaincue par les Romains, ne bénéficiait pas d’un foedus favorable comme Naples ou Héraclée. Cf aussi Couilloud 1974. Ces études ont été complétées par Ferrary, Hasenohr, Le Dinahet et Boussac 2002, p. 236-239 (cf. le nombre de 19 Neapolitai et de 21 Tarentinoi).

41 Cicéron, Pro Balbo, 21.

42 Cf. supra, ID, 1689 et n. 39.

43 Sur la lex Papiria Plautia de ciuitate sociis danda, cf. Cicéron, Pro Archia, 4,7 sur lequel Schol. Bob., 6-9, p. 175 Stangl ; Fam., 13, 33, 1 ; Rotondi 1962 p. 340-341 ; Sherwin-white 1973, p. 151-151-152 ; Luraschi 1978 et 1995.

44 Cicéron, Pro Archia, 5, 10.

45 Sur l’accès des Grecs à la citoyenneté romaine, cf. Ferrary 2005.

46 L’exemple de Théophane de Mytilène qui reçut la citoyenneté romaine de Pompée est le mieux connu, cf. Cicéron, Pro Archia, 10, 24 : Noster hic Magnus, qui cum uirtute fortunam adaequauit, nonne Theophanem Mitylenaem, scriptorem rerum suarum, in contione militum ciuitate donauit. Cicéron affirme d’ailleurs (Pro Archia, 10, 25) qu’Archias aurait pu être gratifié de la citoyenneté romaine de cette manière-là s’il ne l’avait pas obtenue d’une autre manière.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540