Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transferts culturels et droits dans le monde grec et hellénistique

 | 
Bernard Legras

Interactions juridiques en Orient et en Égypte hellénistiques

« La vache et les policiers » : pratique de l’investissement dans l’Égypte tardive

Damien Agut-Labordère

Texte intégral

  • 1 Sagesse de Chasheshonqy (P. BM, 10508) 9. x + 8.

Ne néglige pas une affaire ayant trait à une vache1.

  • 2 Rostovtseff 1989. p. XVI.

1Dans la belle introduction qu’il a donnée à la version française de L’Histoire économique et sociale du monde hellénistique de Μ. I. Rostovtseff, Jean Andreau a résumé un des impensés les plus structurants de cette oeuvre : « Rostovtseff, écrit-il, est convaincu que la modernité (tant économique et sociale que politique ou culturelle) est tout entière du côté de la Méditerranée gréco-romaine2. » S’il est un domaine dans lequel cette vision perdure, c’est celui de l’histoire économique. Évoquer les transformations de l’économie égyptienne à la suite de l’installation des Grecs en Égypte revient souvent à postuler que le transfert culturel, le changement de culture économique, s’est effectué de manière univoque de la Grèce vers les territoires « retardataires » d’Orient. Plus précisément, les Lagides auraient importé en Égypte les pratiques « modernes » de la Grèce, à commencer par la monnaie, la banque et le prêt à la grosse. En résumé, si la old economy, agricole et institutionnelle, est égyptienne, la new economy, commerciale et privée, est arrivée sur les bords du Nil grâce à un transfert culturel à partir du monde grec.

  • 3 Si le papyrus dare du ier siècle av. notre ère, la rédaction de la sagesse remonte à la fin de la p (...)

2Nous souhaiterions nuancer partiellement ce point de vue en examinant la question des sociétés d’investisseurs et en montrant que cette pratique est attestée dans la documentation démotique dès l’époque saïte. L’idée d’étudier la notion d’investissement dans l’Égypte saïte m’est venue en travaillant sur la traduction d’un document littéraire dont la rédaction remonte à l’époque saïte : le P. Insinger3. Une ligne de ce texte s’est révélée particulièrement délicate à traduire.

Un problème de traduction en démotique : ny, « affaire », « investissement »

  • 4 P Insinger 19, 16 : tm ir wi rwš bw-ir=k ir nyn.

3Il s’agit d’un stiche inséré dans le chapitre 17 : « Ne laisse pas prospérer les soucis et tu ne seras pas nerveux4. » Les maximes compilées dans cette partie du texte traitent pêle-mêle des ennuis avec la justice, de l’emprisonnement, de la perte des êtres chers. Le sage recommande de s’en remettre aux dieux et… de prendre patience.

4À la fin de la colonne 19, se trouve un stiche dont le sens est particulièrement délicat à établir (P. Insinger 19, 23) :

  • 5 Le scribe du P Insinger écrit ny avec un .t, marque du féminin. Cette habitude se retrouve dans le(...)

tm th3 3ty r-db3 ny5 nn3w p3y=s 33 ḥ‘

« Ne sois pas triste à cause d’un… lorsque sa tête demeure intacte. »

  • 6 Rappelons ici les différentes traductions qui ont été proposées. « Ne t’afflige pas pour une chose  (...)
  • 7 Erichsen 1954, p. 312.
  • 8 Crum 1939, p. 799a. Cette solution a été proposée par F. de Cenival et J. F. Quack dans une traduct (...)

5Grammaticalement, la traduction de cette phrase ne pose pas de difficulté6. C’est à deux problèmes de vocabulaire que nous nous heurtons. D’abord, le mot ny dont la graphie indique ici qu’il s’agit d’« encens » ou d’une « plante aromatique »7, ensuite 33 dont le sens le plus courant est « tête ». Cependant, ce dernier peut avoir une autre signification. En bohaïrique, xwx, dont 33 est l’étymon, désigne la « tête » mais aussi le « capital »8. Ce stiche traiterait donc d’une affaire d’argent. Reste le motny La solution que nous proposons pour le mot 33 donne, par ricochet, une solution. Il serait en effet tentant de le traduire par « investissement » (P. Insinger 19, 23) :

tm th3 3ty r-db3 ny inn3w p3y=s ḏ3ḏ3

« Ne sois pas triste à cause d’un investissement lorsque son capital (initial) demeure intact. »

6Cette solution de traduction permet de surcroît de comprendre le rôle que joue la ligne suivante (20, 1) dans le chapitre. En effet, 19, 23 et 20, 1 forment très certainement un distiche dont le second stiche explique le contenu du premier (P. Insinger 19, 23-20, 1) :

tm thi ḥ3ty r-b3 ny nn3w p3y=s 33 ‘
r i p3 ssw n i (r-)dbi pi d.t-w3 (n) rn=f

« Ne sois pas triste à cause d’un investissement lorsque son capital demeure intact.

(Car) le moment de (la) faillite est effacé grâce à la préservation (de) celui-ci. »

7On le voit, l’hypothèse ny « investissement » est tout empirique. Pour en vérifier la validité, il faut la confronter avec d’autres occurrences de ce terme dans le P. Insinger. Cette enquête montre que ny peut aussi revêtir un sens plus général mais voisin, « affaire commerciale », et parfois celui, plus précis, d’« investissement ».

8ny = « affaire » et plus précisément « affaire commerciale ou financière »

9La maxime suivante est sans ambiguïté : la présence d’une caution qui sert de gage nous place d’emblée dans le contexte de transactions de biens (P. Insinger 26, 19-20) :

rmt-rh iw=w nte=f t3y=f we.t w=s n r.=w
r ir rw=f hn ny we.t w mn ‘n

« Un sage en qui l’on a confiance, sa caution, elle est dans ses mains.
(Car), en matière d’affaires, sa parole sert de gage sans qu’il ait besoin de prêter serment. »

10Le monostiche qui suit rappelle le précédent (P. Insinger 12, 15) :

bw-ir =w gm 3. n rm-r w bn-pw=w dnt=f ẖn ny

« On ne connaît pas le coeur du sage sans l’avoir éprouvé au cours d’une affaire. »

11Le passage suivant dénonce l’avare (P Insinger 15, 16-18) :

bw-r=f wnm n sy ẖn ny r-b3 swg
d w wn ‘f‘ bw-ir p3y=f bwi mnk

  • 9 Littéralement : « Pas plus qu’il ne mange à satiété parmi les choses… » La préposition n s’emploie (...)

« Il ne se satisfait jamais d’une affaire9 par stupidité.
L’argent géré avec cupidité, sa souillure est infinie. »

12ny = « investissement »

Dans deux autres cas, ny a le sens plus précis d’investissement.

13P. Insinger 4, 7 :

tm wnm p3 w n t3 ny iw bw-r‘-tw p3 šy d.t s

« Ne mange pas le bénéfice d’un investissement alors que le sort ne te l’a pas encore accordé. »

14P Insinger 23, 4-5 :

bw-ir l t3y dn.t ẖn ny r-b3 in
n3-‘n t3 dn
.t n p3 .r g‘ n p3 .r d 3wy

  • 10 Littéralement : « en contrepartie d’un apport ».
  • 11 Littéralement : « Donne ici ! » Il s’agit de l’impératif i. 3w du verbe ‘w (Erichsen 2954, p. 57) e (...)

« En matière d’investissement, l’imbécile ne reçoit pas en proportion à (son) apport10.
(Car) meilleure est la rémunération de celui qui patiente que celle de celui qui s’est exclamé : “Donne-moi11 !” »

15Deux remarques s’imposent à ce stade de l’analyse. D’abord, l’hypothèse avancée pour résoudre la difficulté rencontrée en P. Insinger 19, 23 trouve confirmation avec les autres occurrences du papyrus : ny peut être traduit par « affaire », « investissement ». Mais avant cela, remarquons ce que le contenu de ces maximes a de surprenant. Touchant au domaine financier, elles traitent de l’investissement en s’adressant directement au lecteur/investisseur. Dans une économie égyptienne souvent décrite comme entièrement institutionnalisée, elles ont de quoi surprendre.

Les sociétés d’investisseurs dans l’Égypte pré-ptolémaïque

  • 12 Malinine 1968.

16Les seules sources documentaires qui, à notre connaissance, attestent de l’existence d’investisseurs dans l’Égypte saïte et perse sont des contrats que M. Malinine a appelés « contrats de société12 ». Par ces actes, plusieurs personnes se reconnaissent comme étant associés (br.w) autour d’un bien dont la jouissance, si ce n’est la possession, s’effectue en commun : il peut s’agir d’une vache, d’oies, d’une charge rituelle ou d’une parcelle.

17Nous disposons au moins de trois exemplaires de ce type de contrat. Ils datent de la fin de l’époque saïte ou du début de l’époque perse :

  • 13 Malinine 1953, p. 108-112 ; Donker van Heel 1996, p. 197-209, pl. XXIV (thèse de doctorat aimableme (...)

18P Louvre E. 7843 (an 35 d’Amasis). Deux choachytes (prêtres chargés des libations funéraires) se disent copropriétaires de deux tombes dans la région thébaine. Ils en assurent le service funéraire et partagent tous les revenus qui y sont affectés13.

  • 14 Spiegelberg 1931, p. 70-72, pl. 24 ; Cruz-Uribe 1985, p. 1-3 ; Vleeming 1991, p. 109-125 (P. Hou 7)

19P. Loeb 41, an 2 ( ?) de Psammétique III. Deux calasiries (membres de la police) du nome deviennent co-propriétaires d’une vache14.

  • 15 Spiegelberg 1931, p. 79-80, pl. 26 ; Malinine 1968 ; Vleeming 1991, p. 19-45 (P. Hou 1).

20P. Loeb 47, an 34 de Darius Ier. Deux gardiens d’oies du domaine d’Amon, dans le district de Diospolis Parva (Gébélen), partagent l’usufruit de dix oies15.

21Le formulaire de ces trois documents est assez semblable : un des deux partenaires dit à l’autre « c’est toi, mon partenaire pour moitié » (mtw=k p3y=y ry n pš, 1. 1). Ensuite, les deux hommes s’engagent à partager les bénéfices, les pertes et les tâches à accomplir. Dans le cadre de cette étude, seul le P Loeb 41 retiendra notre attention :

(1.) 3.t-sp [2].t bd [4] 3h-t n Pr-c3c.w.s Psmtk c. w.s. d gr- šr (n p3) tš St3-Imn-gwy šr Ns-p3- ẖrd mwt=f rwrw n gr-šr Dd-mn-w=f-‘n šr P3-d-r-n-py mwt=f ‘3-šr-mhy
(2.) mtw=k p3y(=y) hbr n ps n t3y -sm.t dšr(.t) nty 3b n p3 tn p3 mhn r-n=n r- b3 d wt=n n pi s 2 mtw=k tiy=s pš n‘ t3 pš n n3y=s hrt.w (3.) nty w=s r ms.t=w n-t3y p3 hrw r-hry
bn-iw r
rmt nb (n) p3 t3, it, mwt, sn, sn.t, hrd, hrd.t ink mit ir sy n t3y=s pš (.t) n’ t3 pš (.t n) n3y=s rd.w nty w=s r ms.t=w (4.) p3y=k bnr
.r p3y=s w gwy r pr wt=n n p3 s 2

« (1.) En l’an [2], [quatrième] mois de la saison akhet du pharaon v. p.·s. Psammétique (IV) v. p. s (= mars-avril 485). Le calasiries du nome Stamengôuy, fils d’Espchrat, sa mère étant Rourou, a dit au calasiries du nome Téaménefônch, fils de Peteharempy, sa mère étant Tsenméhy : (2.) “Tu es mon associé pour moitié sur cette vache rousse qui est marquée de l’obélisque et du pot à lait que nous avons achetée en commun, tous les deux. A toi revient la moitié de celle-ci ainsi que la moitié de ses veaux (3.) qui naîtront à partir de ce jour.
Personne sur la terre, ni (mon) père, ni (ma) mère, ni (mon) frère, ni (ma) soeur, ni (mon) fils, ni (ma) fille, ni moi-même ne pourra revendiquer sa moitié, ni la moitié (de)s veaux qu'elle mettra au monde, (4) à part toi.
C’est entre nous, tous les deux, que se feront les gains et les pertes.” »
Suivent les signatures du notaire et des témoins.

22Dans les deux autres documents, les charges de choachytes ou les oies n’ont pas été acquises par les membres de la société. Ceux-ci se contentent de s’en partager l’usufruit. En revanche, dans le P. Loeb 41, l’un des deux partenaires dit à l’autre : « C’est toi mon partenaire pour moitié pour la vache rousse […] que nous avons achetée contre de l’argent en commun (litt, entre nous deux) » (l. 2, mtw=k p3y(=y) br n pš n t3y -sm.t dšr(.t) r- n=n r-db3 d wt=n n p3 s 2). On voit ici la mise en commun d’un capital en vue d’obtenir un bien qui profitera aux associés. En somme, les deux hommes ont investi dans une vache.

  • 16 Le même phénomène lexical se retrouve en copte : le mot τοκός qui désigne l’« enfant », le « rejeto (...)
  • 17 Sur les calasiries, on se reportera à la bibliographie donnée par Depauw 2000, p. 219 n. r.

23On sait par deux autres documents, les P. Louvre 9292 (an 19 de Darius Ier) et P. IFAO 901 & 902 (an 12 ? de Nektanébo II), que ces parts sur un bovin pouvaient être vendues ou louées. On pouvait aussi espérer tirer profit de la descendance de l’animal qui fait, elle aussi, partie du partage : « À toi revient la moitié de celle-ci ainsi que la moitié de ses veaux qui naîtront à partir de ce jour » (P. Loeb 41, l. 2-3, mtw=k t3y=s pš n‘ t3 pš n n3y=s ẖr.w nty w=s r ms. =w n- 3y p3 hrw r-ry). Dans le même esprit, en P. IFAO 901 & 902, la part du veau est vendue avec celle de sa mère. Le ms, le « jeune animal », constitue en fait la ms.t l’« intérêt » du placement16. Ainsi, la sagesse et les contrats de société de la période saïte et perse témoignent de la même réalité : il existait en Egypte, au moins à partir du vie siècle, des sociétés d’investisseurs. Quel est le rôle des institutions dans ce type d’association ? Ici encore, l’apport du P. Loeb 41 est déterminant. Les deux investisseurs sont deux calasiries (membres de la police du nome). Par leur statut, ils sont liés à une institution au service de l’État ou du temple d’Amon17, mais leur société s’établit sans référence à une quelconque activité institutionnelle : la vache leur appartient. Ainsi fautil, dans ce cas précis, reconnaître qu’il s’agit d’un acte privé passé autour d’un bien privé. L’examen du P. Loeb 41 confirme ce que le texte du P. Insinger avait laissé présager : l’existence d’investissements faits par des particuliers.

L’investissement agricole à l’époque saïte

  • 18 Vleeming 1991, p. 10.
  • 19 Donker van Heel 1996, p. 39.

24Tentons de mieux cerner la place de ces investisseurs dans la société égyptienne. Les contrats de société en démotique archaïque ou en hiératique anormal émanent de trois groupes de personnes : les gardiens d’oies du domaine d’Amon, les choachytes et les calasiries. S. P. Vleeming, qui a étudié le dossier des gardiens d’oies, donne un aperçu de la place de ce groupe dans la société égyptienne : « T he position of the Gooseherds and others in our dossier is more or less comparable with that of the Theban choachytes so far as we know it from the early period. This is only as was to be expected. Our papyrus documentation for the period stems from the middle class, as this was by far the largest body of men to record their affairs in notarial acts, etc. [...]18. » Middle class étant une catégorie protéiforme par définition, on aimerait plus de précision. K. Donker van Heel, qui a réédité le dossier des choachytes thébains, a dressé un tableau permettant de situer ces derniers dans la hiérarchie du domaine d’Amon19. Il distingue cinq niveaux d’autorité, du premier prophète, dont le pouvoir s’étend sur toute la Thébaïde, aux ouvriers agricoles qui travaillent pour le compte des fermiers (‘wty.w) du domaine. Dans cette hiérarchie, les choachytes se situent juste au-dessus de la dernière classe. Ainsi, tout porte à croire que nos investisseurs – ou tout au moins une partie d’entre eux – occupaient le bas de la classe moyenne.

  • 20 Moreno-Garcia 2009.

25Ces personnes ont pour point commun d’appartenir à une institution, qu’il s’agisse du temple d’Amon, de l’administration de la nécropole ou de l’État. Cette position leur garantit un revenu suffisant pour investir mais trop faible pour leur permettre de s’offrir une vache. C’est pour cela qu’ils sont contraints de fonder une société. On peut aussi s’interroger sur le sens de cet achat. Juan Carlos Moreno Garcia a montré que l’utilisation de la traction animale était réservée à l’élite locale. Une vache de labour était « à la fois coûteuse et importante au plan symbolique20 ». Posséder une telle bête était surtout le fait des institutions et des notables. Ainsi, pour les calasiries du P. Loeb 41, l’achat collectif de la « vache rousse marquée de l’obélisque et du pot à lait » leur donne accès au statut de « laboureur », notable agricole qui n’a pas besoin de louer un attelage pour cultiver la ou les parcelles dont il a la charge. En cela le P Loeb 41 témoigne d’une volonté d’ascension sociale de la part des contractants.

  • 21 Glanville 1955.

26Symbole de la réussite pour une partie de la population, on conçoit l’importance que la vache de labour dut occuper dans l’imaginaire des Égyptiens de la Basse Époque. La littérature de l’époque saïte en atteste. La Sagesse de Chasheshonqy contient plusieurs maximes ayant trait à la possession d’une vache21. L’une d’entre elles a été placée en exergue à ce travail. On peut aussi citer :

27P. BM 10508 9. x + 22 - x + 23

r t3y nkt p3y=f nb
p3 nb t3
.t p3 nty šm r sẖs
« Les biens s’emparent de leur propriétaire.
(Ainsi) est-ce le maître de la vache qui se déplace en courant (après elle). »

28P. BM 10508 19. x + 4

.r=w dwy .t n sht .r=w []n[]n [p3y]=s nb r p3 tmy
« Si on vole une vache dans un champ, c’est au village que l’on [affrontera] son nouveau maître. »

  • 22 La bibliographie touchant à ce texte se trouve dans Quack 2005, p. 107 n. 188.

29Cependant, rien n’illustre mieux ce fait que les lignes qui se trouvent à la fin du texte que l’on appelle parfois l’« Éloge du fermier » de la sagesse du P. Brooklyn 47.218.135 (6, 17-18)22.

p3 nty sn (r) sk3 w=f d.t (18) sm n r3 n p3 bw-r-rh=f wty p3 ry n 3w.w(t) nb(.t) .r=w b3k n=f n3y=f dr p3y=w t3w n ‘n m [m3‘.t]
« Celui qui est équipé (pour) labourer, il fait (18) dire (même) à celui qui n’y connaît rien : “Fermier, le premier de tous les métiers.” C’est grâce à lui qu’ils travaillent. Ses mains sont [vrai] ment leur souffle de vie. »

  • 23 Voir à ce sujet les remarques de Vernus 2001, p. 347-348.

30Ce texte témoigne d’une véritable inversion de l’échelle des valeurs par rapport aux satires des métiers du IIe millénaire : à la tête du monde professionnel, le fermier remplace le scribe23. On le voit, il ne s’agir pas de louer les vertus morales de la vie paysanne – à la manière de ce que fit Hésiode à peu près à la même époque sur l’autre rive de la Médirerranée –, mais de faire l’éloge du fermier doté d’un attelage, de glorifier le laboureur.

  • 24 Moreno-García 2008, p. 125.

31Ainsi, à l’époque saïte, posséder un attelage de labour était devenu un objectif pour une partie du bas de la classe moyenne. Cela ouvrait en effet à de nouveaux profits et à un prestige social dont témoigne la littérature sapientiale. Plus largement, à côté des grandes institutions et des notables locaux, les petits fonctionnaires ou les prêtres de rang inférieur se mêlent donc d’affaires : ils louent des terres, des animaux, s’associent pour prendre une parcelle à ferme. En cela, ils évoquent les puissants ‘hwty.w du Nouvel Empire24, sauf que leurs entreprises sont conduites à une échelle bien plus modeste.

  • 25 Malinine 1953, p. V.

32La vie de cette partie de la population égyptienne est éclairée par une documentation totalement nouvelle : les contrats rédigés en démotique et en hiératique anormal. Les contrats concernant des particuliers sont inédits dans l’histoire juridique égyptienne. M. Malinine notait : « Pour la période qui va de l’Ancien Empire jusqu’à la fin du Nouvel Empire, ne possède-t-on, actuellement, que six documents qui, par leur rédaction, peuvent être rapprochés des contrats écrits en démotique et en “hiératique anormal”25. » Outre l’innovation juridique, ces contrats marquent aussi la naissance de nouvelles écritures : le hiératique anormal, qui descend directement des graphies hiératiques employées dans la région thébaine au début du premier millénaire, mais surtout le démotique. On peut alors se demander si ce n’est pas cet essor de la classe moyenne qui est à l’origine de la naissance de ces écritures. Sous l’effet de l’activité de cette partie de la population, il est possible que les notaires de l’époque saïte aient dû rédiger des actes plus nombreux année après année entraînant la banalisation du contrat et imposant la transformation radicale du hiératique aboutissant à la mise au point d’écritures plus cursives encore. Ainsi, le démotique et le hiératique anormal trouvent-ils peut-être leur origine dans cette mutation de la sociologie égyptienne à l’époque saïte. C’est en cela que le démotique serait, à la lettre, une écriture « populaire ».

33Au terme de ce travail, nous retrouvons le thème du colloque : les transferts culturels. L’économie et la société égyptiennes n’ont pas attendu l’arrivée d’Alexandre pour connaître une profonde transformation. Les sociétés à but lucratif existaient déjà deux siècles avant la venue des Macédoniens. Replacée dans le temps long du premier millénaire, l’histoire économique de l’Égypte tardive apparaît ainsi moins heurtée, plus cohérente. Le transfert culturel signalé par Μ. I. Rostovtseff a bien eu lieu. Mais le porte-greffe était prêt à recevoir le greffon.

Bibliographie

Bibliographie

Crum 1939 : Crum W. E., Coptic Dictionary., Oxford, 1939.

Cruz-Uribe 1985 : Cruz-Uribe E., Saite and Persian Demotic Cattle Documents. A Study in Legal Forms and Principles in Ancient Egypt, Chico, 1985.

Depauw 2000 : Depauw M., Archive of Teos & Thabis from Early Ptolemaic Thebes, P. Brux.dem.inv.e.8252-8256, Turnhout, 2000.

Donker van Heel 1996 : Donker van Heel K., Abnormal Hieratic and Early Demotic Texts Collected by the Theban Choachytes in the Reign ofAmasis. Papyri from the Louvre Eisenlohr Lot, Thèse de doctorat inédite, Leyde, 1996.

Erichsen 1954 : Erichsen W., Demotisches Glossar, Copenhague, 1954.

Glanville 1955 : Glanville S. R. K., Catalogue of Demotic Papyri in the British Museum, 2. The Instructions of ‘Onchsheshonqy (British Museum Papyrus 10508), 2 vol., Londres, 1955.

Hughes 1952 : Hughes G., Saite Demotic Land Leases, Chicago, 1952.

Kaplony-Heckel 1964 : Kaplony-Heckel U., Die demotischen Gebelen-Urkunden des Heidelberger Papyrus-Sammlung, Heidelberg, 1964.

Lexa 1926 : Lexa F., Le papyrus Insinger, 2 vol., Paris, 1926.

Lichtheim 1980 : Lichtheim M., Ancient Egyptian Literature, III. Die demotische und gräko-ägyptische Literaturgeschichte, Berkeley, 1980.

Lüddeckens 1980 : Lüddeckens E. (éd.), Demotisches Namenbuch, Wiesbaden, 1980.

Malinine 1953 : Malinine M., Choix de textes juridiques en hiératique « anormal » et en démotique (XXVe-XXVIIe dynasties), vol. 1, Paris (BEHE, 300), 1953.

Malinine 1968 : Malinine M., « Un contrat démotique de société (P Loeb no 47 et 46) », dans W. Helck (éd.), Festschrifi für Siegfried Schott zu seinem 70. Geburtstag am 20. August 1967, Wiesbaden, 1968, p. 87-93.

Menu 1981 : Menu B., « Deux contrats de vente datés du règne de Nectanébo II (P. Dém. IFAO 901 et 902) », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 81 (1981), p. 45-52, pl. X-XIII.

Menu 1998 : Menu B., Recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale, II, Le Caire, 1998.

Moreno-García 2008 : Moreno-Garcia J. C., « La dépendance rurale en Égypte ancienne », Journal of the Economic and Social History of the Orient, 51 (2008), p. 99-150.

Moreno-García 2009 : Moreno-García J. C., « Quelques observations sur l’emploi de l’araire en Égypte ancienne », Groupe de recherche archéologique française et internationale sur les métiers depuis l’Antiquité, 9-10 (2008-2009), p. 53-60.

Nur el-Din 1974 : Nur el-Din M. A. A., The Demotic Ostraca in the National Museum of Antiquities at Leiden, Leyde, 1974.

Quack 2002 : Quack J. F., « Zur Chronologie der demotischen Weisheitsliteratur », dans K. Ryholt (éd.), Acts of the Seventh International Conference of Demotic Studies. Copenhagen, 23-27 August 1999, Copenhague, 2002 (Carsten Niehbur Institut Publications, 27), p. 329-342.

Quack 2005 : Quack J. E, Einführung in die altägyptische Literaturgeschichte, III. Die demotische und gräko-ägyptische Literaturgeschichte, Münster, 2005.

Rostovtseff 1989 : Rostovtseff M. I., Histoire économique et sociale du monde hellénistique, rééd. Paris, 1989.

Sottas 1921 : Sottas H., Papyrus démotiques de Lille, I, Paris, 1921.

Spiegelberg 1910 : Spiegelberg W., Der Sagenkreis des Königs Petuhastis nach dem Strassburger demotischen Papyrus sowie Wiener und Pariser Papyri, Leipzig, 1910 (Demotische Studien, 3).

Spiegelberg 1925 : Spiegelberg W., Demotische Grammatik, Heidelberg, 1925.

Spiegelberg 1931 : Spiegelberg W., Die demotischen Papyri Loeb, Munich, 1931.

Vergote 1984 : Vergote J., « Dém. sn τράπεζα : ‘banque’ », dans Mélanges Adolphe Gutbub, Montpellier, 1984, p. 231-232.

Vleeming, 1984 : Vleeming S. P., « Some Notes on P. IFAO 901 & 902 », Enchoria, 12 (1984), p. 57-62.

Vleeming 1991 : Vleeming S. P., The Gooseherds of Hou (Pap. Hou). A Dossier relating to Various Agricultural Affairs from Provincial Egypt of the Early Fifth Century B.C., Louvain, 1991.

Vernus 2001 : Vernus R, Sagesses de l’Égypte pharaonique, Paris, 2001.

Vycichl 1983 : Vycichl W., Dictionnaire étymologique de la langue copte, Louvain-Paris, 1983.

Annexes

Annexe

Les sources concernant les sociétés, des Saïtes aux Ptolémées

Les sociétés à but lucratif sont d’abord connues par les contrats qui les établissent, mais le nombre de ces documents est réduit. Cependant, ce type d’association apparaît aussi dans la documentation fiscale, dans des actes de vente ou de location ainsi que dans la correspondance privée.

Les contrats de société

Le plus ancien de ces contrats remonte à 536 :

  • P. Louvre E. 7843, an 35 d’Amasis. Deux choachytes se disent copropriétaires de deux tombes dans la région thébaine. Ils en assurent le service funéraire et partagent tous les revenus qui y sont affectés. Malinine 1953, p. 108-112 ; Donker van Heel 1996, p. 197-209, pl. XXIV.

  • Le P. Louvre 7845B (en hiératique anormal ; règne d’Amasis) est très lacunaire. Il se pourrait cependant qu’il s’agisse aussi d’un contrat de société : deux hommes s’accordent pour cultiver une terre ensemble. Donker van Heel 1996, p. 116-119, pl. VII.

  • P. Loeb 47, an 34 de Darius Ier. Deux gardiens d’oies du domaine d’Amon, dans le district de Diospolis Parva (Gébélen), se partagent l’usufruit de dix oies appartenant au temple d’Amon. Ces palmipèdes sont confiés à la surveillance de deux autres gardiens du domaine d’Amon. Spiegelberg 1931, col. 79-80, pl. 26 ; Malinine 1968, p. 87-93 ; Vleeming 1991, p. 19-30, pl. 1 (P. Hou 1).

  • P. Loeb 41, an 2 ( ?) de Psammétique IV. Deux calasiries du nome deviennent copropriétaires d’une vache. Chacun des partenaires doit avoir une part égale des profits et des pertes. La bibliographie concernant ce texte se trouve à la note 14.

  • Le P. Heidelberg 725 (an 21 de Ptolémée X) est un accord passé entre deux personnes pour cultiver une parcelle qui appartient à trois autres personnes. En cela, ce document (appelé « archive d’association », bk n br) est proche du P. Louvre 7845B. Kaplony-Heckel 1964, p. 34-37, no 11.

Les sociétés connues par les reçus fiscaux

- P. Louvre 7841 (an 12 d’Amasis) est un reçu attestant le paiement de la taxe sur la moisson, versée par un particulier et son partenaire (bry) pour une parcelle dont ils disposent en commun. Donker van Heel 1996, p. 88-91, pl. III.

- P. Louvre 7847 (an 19 d’Amasis) est un reçu attestant le paiement d’une taxe (dn.t br) versée en retard par un des deux associés qui cultivent une parcelle. Donker van Heel 1996, p. 120-124, pl. VIII.

- Le P. Loeb 46 (an 35 ? de Darius) est un reçu concernant le paiement d’une somme relative à dix oies, probablement les mêmes que celles dont il est question en P. Loeb 47. M. Malinine a considéré que cet argent était lié au paiement d’un impôt. Le caractère fragmentaire du document interdit toute certitude sur ce point. Spiegelberg 1931, col. 78-79, pl. 26 ; Malinine 1968, p. 87-93 ; Vleeming 1991, p. 31-45, pl. 2 (P Hou 2).

- Le P. Lille 21 (238 av. J.-C). Sottas 1921, p. 46-48 n. 8.

Les sociétés connues par des actes de vente ou de location

- P Louvre 7836 (an 35 d’Amasis). Location de la moitié d’une terre par un homme et ses associés. Hughes 1952, p. 45-50 ; Donker van Heel 1996, p. 192-199, pl. XXIII.

- P. Louvre 9292 (an 19 de Darius Ier). Vente d’une part d’une société sur une vache. Cruz-Uribe 1985, p. 14-17.

- P IFAO 901 & 902 (an 12 ? de Nektanébo II). Vente d’une part de société d’une vache et de son veau. Menu 1981 ; Vleeming 1984 ; Menu 1998, p. 345-356.

Une société mentionnée dans la correspondance privée

- P. Bruss. 8255d, 1. 14 (an 11 d’Alexandre IV ?). Depauw 2000, p. 209-224, pl. 28.

Document à écarter

Sur l’Ο. Leiden 65, H. J. Thissen, Enchoria, 6 (1976), p. 139 (recension de Nur el-Din 1974), avait proposé de lire « son associé », p3y=f br, à la ligne 2, mais la lecture proposée par Nur el-din 1974, p. 139, qui y voit l’anthroponyme P3-t3-my.t paraît correcte (on pourra comparer cette graphie avec celles retenues dans Lüddeckf.ns 1980, p. 422).

Notes

1 Sagesse de Chasheshonqy (P. BM, 10508) 9. x + 8.

2 Rostovtseff 1989. p. XVI.

3 Si le papyrus dare du ier siècle av. notre ère, la rédaction de la sagesse remonte à la fin de la période saïte : Quack 2002.

4 P Insinger 19, 16 : tm ir wi rwš bw-ir=k ir nyn.

5 Le scribe du P Insinger écrit ny avec un .t, marque du féminin. Cette habitude se retrouve dans le P. Spiegelberg, sauf en 5, 16 où le mot est au masculin (Spiegelberg 1910, p. 42*, no 274). Ce dernier choix correspond au genre de l’étymon copte de ce mot. 2HNE est considéré comme un masculin par Crum 1939, p. 688b. Nous considérerons donc l’emploi du féminin comme une faute du scribe et écrirons ny.

6 Rappelons ici les différentes traductions qui ont été proposées. « Ne t’afflige pas pour une chose ; son cours s’arrête-t-il [par cela] ? » : Lexa 1926, 1, p. 63. Pour parvenir à cette traduction, Lexa fut obligé de corriger le texte. Le scribe aurait écrit ḏ3ḏ3 pour ḏḏy « courir » (Erichsen 1954, p. 693), mais le sens de ce verbe ne convient pas exactement au contexte du P. Insinger. Cette traduction est cependant reprise par Lichtheim 1980, p. 201 : « Do not be beartsore about a matter if its course comes to a halt. »

7 Erichsen 1954, p. 312.

8 Crum 1939, p. 799a. Cette solution a été proposée par F. de Cenival et J. F. Quack dans une traduction conjointe du P Insinger dont ils ont eu l’extrême amabilité de me communiquer un exemplaire.

9 Littéralement : « Pas plus qu’il ne mange à satiété parmi les choses… » La préposition n s’emploie après un autre verbe relatif à la nutrition : swr, P. Leyde I 384 19, 15 et Spiegelberg 1925, p. 143, § 318.

10 Littéralement : « en contrepartie d’un apport ».

11 Littéralement : « Donne ici ! » Il s’agit de l’impératif i. 3w du verbe ‘w (Erichsen 2954, p. 57) et non de l’exclamation 3wy (ibid., p. 2).

12 Malinine 1968.

13 Malinine 1953, p. 108-112 ; Donker van Heel 1996, p. 197-209, pl. XXIV (thèse de doctorat aimablement communiquée par son auteur).

14 Spiegelberg 1931, p. 70-72, pl. 24 ; Cruz-Uribe 1985, p. 1-3 ; Vleeming 1991, p. 109-125 (P. Hou 7).

15 Spiegelberg 1931, p. 79-80, pl. 26 ; Malinine 1968 ; Vleeming 1991, p. 19-45 (P. Hou 1).

16 Le même phénomène lexical se retrouve en copte : le mot τοκός qui désigne l’« enfant », le « rejeton », peut aussi signifier F« intérêt » de l’argent prêté, le « revenu » : Vycichl 1983, p. 122 ; Vergote 1984.

17 Sur les calasiries, on se reportera à la bibliographie donnée par Depauw 2000, p. 219 n. r.

18 Vleeming 1991, p. 10.

19 Donker van Heel 1996, p. 39.

20 Moreno-Garcia 2009.

21 Glanville 1955.

22 La bibliographie touchant à ce texte se trouve dans Quack 2005, p. 107 n. 188.

23 Voir à ce sujet les remarques de Vernus 2001, p. 347-348.

24 Moreno-García 2008, p. 125.

25 Malinine 1953, p. V.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540