Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transferts culturels et droits dans le monde grec et hellénistique

 | 
Bernard Legras

Transferts culturels en Grèce d’Europe et en Asie Mineure durant l’époque hellénistique et romaine

La Bonne Fortune et son rôle civique dans les cités grecques et romaines

Athina Dimopoulou-Piliouni

Texte intégral

  • 1 Rhodes 1997, p. 522-523. L’iconographie de Tychè a été étudiée par Messerschmidt 2003.
  • 2 Sur l’étymologie du terme, Curtius 1866, p. 219 ; Boisacq 1916, p. 989.
  • 3 Thucydide, Histoire, 4, 118, 11, 1-12, 1.

1L’invocation de la Bonne Fortune pour la protection de la cité constitue un phénomène commun de l’antiquité grecque et romaine. La dimension religieuse de la Bonne Fortune, la personnification de Tychè ou Fortuna et leur culte finissent par avoir un rapport évident avec les affaires publiques et le contenu des textes législatifs dans les cités grecques à l’époque classique et hellénistique, aussi bien que dans le contexte du monde romain. L’une des expressions les plus répandues de ce phénomène est l’invocation de la Bonne Fortune soit au début, soit à la fin des décrets des cités grecques. Dans un décret pleinement articulé, la formule Tychè Agathè apparaît d’habitude avant la mention de la décision prise. La première apparition de cette formule, selon P. J. Rhodes, se trouve dans un décret de Colophon daté du ive siècle av. J.-C., dans un contexte où des circonstances critiques la rendent appropriée1. Mais, avant même cette date, la recherche de l’occurrence du terme τύχη chez les auteurs2 montre que Thucydide préserve la formule dans le texte d’un décret qu’il attribue à Lachès3 :

ἔδοξεν τᾠ δήμῳ. Ἀκαμαντὶς ἐπρυτάνευε, Φαίνιππος ἐγραμμάτευε, Νικιάδης ἐπεστάτει. Λάχης είπε, τύχη ἀγαθῇ τῇ ’Αθηναίων, ποιεῖσθαι τὴν ἐκεχειρίαν καθ´ ἃ ξυγχωροῦσι Λακεδαιμόνιοι καὶ οἱ ξύμμαχοι αὐτῶν καὶ ὡμολόγησαν ἐν τῷ δήμῳ

  • 4 IG, II2, 43,1. 7-15.

2À Athènes, l’une des toutes premières apparitions de la Bonne Fortune se trouve sur l’une des plus importantes inscriptions du ive siècle : le décret de l’assemblée de l’an 378/377 av. J.-C. concernant la seconde confédération athénienne. La Bonne Fortune y est clairement introduite par la formule4 :

’Αριστοτέλης εἶ[πεν τύχ]ηι ἀγαθῆι τῆι Ἀ-

θηναίων καὶ τ[ώ]ν [συμμ]άχων τῶv Ἀθηναίω-

ν ὅπως ἂν Λακεδ[αιμό]νιοι ἐῶσι τòς Ἕλλη-

10 νας ἐλευθέ[ρ]ος [καί] αὐτονόμος ἡσυχίαν

ἄγειν τὴ[ν χώραν] ἔχοντας ἐμ βεβαίωι τὴ-

[ν ἑαυτών πᾶσαν, [κα]ί [ὅπ]ω[ς κ]υ[ρ]ία ἦι κ[α]ὶ δι-

[ναμένηι ἤ τε εἰρήνη καὶ ή φιλία ἥν ὤμοσ]α-

[ν οἱ Ἕλληνες] καὶ [βασ]ιλεὺς κατὰ τὰ[ς σ]συν-

15 [θήκας], ἐψηφίσ]θαι τῶι δήμωι (...).

  • 5 Pounder 1975 (non uidi), Traywick 1968 (non uidi).
  • 6 Woodhead 1981b, p. 39 ; Te Riele 1987, p. 170, à propos de l’invocation (restituée) θεός et τύχα ἀ (...)
  • 7 Hedrick 1989, p. 129, note au sujet de l’invocation de Zeus et Athéna au début de IG II2, 344 : «  (...)

3La Bonne Fortune a une identité bien définie : c’est la Fortune des Athéniens comme celle de leurs alliés, dont la mission est fort ambitieuse et importante, assurer la paix des Grecs. La formule τύχηι άγαθήι devient par la suite si fréquente et si banale dans les inscriptions que l’on oublie presque sa présence et, du point de vue de l’histoire du droit, elle a rarement fait l’objet d’une étude. En revanche, il a soutenu que lorsque les dieux (Θεοί) sont mentionnés au début des décrets, ce n’est pas à cause d’une cérémonie religieuse liée à la prise de décision ni à cause du contenu de la décision que les dieux seraient censés approuver, mais que cette mention constitue plutôt une relique de croyances religieuses anciennes5. Il a aussi été soutenu qu’il s’agit du résidu de la prière qui précédait les sessions officielles des assemblées où les décisions étaient prises6. Pourtant, ni Dikè ni Thémis, déités qui sont plus liées au droit et à l’administration des affaires publiques, ne sont mentionnées par leur nom au début des décrets. Une des rares divinités invoquées couramment par leur nom7 est précisément Tychè Agathe, la Bonne Fortune. Le culte de Tychè n’est pas un culte ancien et sa mention ne pourrait donc pas être expliquée comme une relique du passé. Une série de questions se pose donc. Pourquoi les Athéniens et autres Grecs introduisent-ils la Bonne Fortune dans les textes par excellence techniques et juridiques que sont les décrets des cités ? Dans quel contexte religieux et politique la formule Agathe Tychè fait-elle son apparition ? S’agit-il d’une simple forme de langage, d’un cliché oral qui finit par être traduit dans un culte religieux, ou révèle-t-elle le procédé contraire, c’est-àdire un culte religieux qui serait institutionnalisé ?

  • 8 Hymne à Déméter, 420 ; Hésiode, Théogonie, 360.
  • 9 Solon, Op. 001, 31, 1-2 : πρώτα μὲν εὐχώμεσθα Aιὶ Κρονίδηι βασιλῆϊ θεσμοῖς τοῖσδε τύχην ἀγαθὴν καὶ (...)

4Tychè est absente de l'Iliade et de l'Odyssée. Elle lait sa première apparition dans l’Hymne homérique à Déméter et dans la Théogonie d’Hésiode où elle est l’une des Océanides, compagne de Persephone8. Solon est le premier à mentionner la bonne fortune dans le cadre des institutions publiques9, sans que tychè y prenne le sens d’une déité personnifiée autonome. Pindare, en revanche, dans la XIIe Olympique écrite pour Ergotélès de la cité d’Himère en Sicile après sa victoire à la course à pied aux Concours Olympiques de 466 av. J.-C., explique le rôle que Tychè, fille de Zeus Eleuthérios, peut avoir non seulement dans la vie des hommes, mais aussi dans celle des cités :

  • 10 Pindare, Olympique, 12, 1-12a.

« Je t’implore, enfant de Zeus Eleuthérios, Tychè sauveuse, protège Himère, et rends-la puissante. Parce que c’est par ta faveur que les bateaux naviguent sur la mer, c’est toi qui domines sur terre les batailles impétueuses et qui présides les assemblées délibérantes10. »

  • 11 Pindare, Hymnes. Fragments, 39, 1.

5Pindare invoque Tychè, la fille personnifiée de Zeus le libérateur, pour demander la protection de la cité et mentionne sa puissance en rapport avec les principaux corps législatifs et administratifs de la cité : κἀγοραὶ βουλαφόροι. La cité d’Himère lui aurait d’ailleurs élevé un autel et un temple, lorsque le tyran Térillos fut chassé du pouvoir en 482 av. J.-C. Pindare parle aussi de la chance en tant que Tycha Phérépolis, la Fortune qui est le soutien de la cité11.

  • 12 Empédocle, B 103.
  • 13 Eschyle, Agamemnon, 664.
  • 14 Euripide, Cyclope, 606-607.
  • 15 Thucydide, Histoire, 5, 16 ;6, 17.Au sujet de Tyché dans l’œuvre de Thucydide, voir Trisoglio 1984 (...)
  • 16 Thucydide, Histoire, 5, 104, 1, 1-1, 8.
  • 17 Thucydide, Histoire, 7, 68, 1, 1-2, 1.

6Empédocle, le seul des présocratiques qui la mentionne, note que « toutes les choses sont conçues selon la volonté de Tychè12 ». Eschyle parle déjà d’elle en tant que divinité sauveuse13 et Euripide la considère aussi comme une force importante, quoique différente des dieux14. Dans l’œuvre de Thucydide, plusieurs références sont faites à la Fortune en tant que facteur qui influence le sort des hommes et des cités15. Il est difficile, nous le savons, de lutter contre votre Fortune, disent les Méliens aux députés d’Athènes16. Si la Fortune abandonne une armée ou une cité, celle-ci est perdue : c’est l’argument qu’avance Gylippe pour décider les Syracusains d’en finir avec la flotte athénienne17. L’idée prend ainsi forme, au ve siècle, selon laquelle la Fortune gouverne le monde et peut avoir une double nature : un aspect positif, synonyme du Bonheur, εὐτυχία, et un aspect négatif, synonyme de la malchance, ἀτυχία, ou du malheur, δυστυχία. Le mot ἀγαθὴ devient donc un adjectif nécessaire pour la Fortune afin de souligner sa nature bénéfique. Dans les textes des décrets, elle est uniquement invoquée ainsi.

  • 18 Au sujet de l’évolution de la notion de Tyché au ve siècle à Athènes, voir Giannopoulou 2001.
  • 19 Pour une vision panoramique de Tyché dans l’historiographie grecque, voir. Trisoglio 1984, p. 1001 (...)

7Les citoyens des cités grecques et d’Athènes en particulier, au cours des événements du ve siècle, prennent conscience de la place que tient l’imprévisible dans la vie politique et sociale18. Au cours du vie siècle déjà, la prise de conscience du corps civique fut accompagnée de changements radicaux de la structure politique et sociale : stasis, tyrannies et conflits divers aboutissent au passage du gouvernement des oligoi à la démocratie. Le siècle suivant sera marqué d’événements d'une envergure encore plus étendue. Les guerres médiques et les victoires inespérées des Grecs, la formation de l’empire athénien, puis sa chute, sans oublier les événements imprévisibles comme les tempêtes qui ravagent la flotte perse ou l’épidémie qui fauche une partie de la population d’Athènes, font prendre conscience que dans les affaires de l’État comme dans la vie des individus, l’imprévu, l’inattendu et l’incertain sont – ironiquement – les seules vraies constantes de la vie politique et sociale19. Les Grecs ont amplement l’occasion de réfléchir sur les exemples que ce siècle donne des bouleversements qui, n’ayant pas d’explication rationnelle, sont en grande partie attribués au sort, à Tychè. Des États et des armées considérés comme invincibles subissent des désastres sur le champ de bataille, tandis que d’autres, d’une force nettement inférieure, remportent la victoire. Les expéditions triomphalement commencées tournent à l’échec, des personnages importants aboutissent à une fin tragique. Le passage du désastre au triomphe, de l’échec au succès (ἐπιτυχία dérive d’ailleurs étymologiquement de τύχη), fait prendre conscience de l’existence d’une force capricieuse et imprévisible que l’on appelle destin, sort, fortune, Tychè, qui se joue des calculs humains et attribue à volonté ses faveurs. Le rôle qu’acquiert alors la Bonne Fortune, Tychè Agathè, une force, puis une divinité qu’il est prudent d’adorer et d’invoquer, aussi bien dans la vie de tous les jours que dans les affaires de l'État, devient de plus en plus prononcé.

  • 20 Démosthène, Sur la Couronne, 194, 3-195, 1.
  • 21 Démosthène, Sur la Couronne, 303, 6-304, 1.
  • 22 Démosthène, Olynthiennes, 2, 22, 3-22, 5.
  • 23 Démosthène, Sur la Paix, 11, 5-12, 1.
  • 24 Démosthène, Sur la Couronne, 252, 1-253, 4.
  • 25 Démosthène, Sur la Couronne, 192-194.

8À partir du ive siècle, la littérature abonde en références sur la nature et les effets de Tychè. Dans les discours et plaidoyers de Démosthène, la Fortune tient un rôle de premier plan en tant que force qui intervient aussi bien dans les affaires publiques20 que dans les affaires privées21. La Fortune est d’un grand poids ou, pour mieux dire, elle intervient en tout dans les choses humaines, souligne-t-il à plusieurs reprises22. Contre elle, la sagesse et la prudence humaine ne peuvent rien23. Un passage de son Discours sur la Couronne résume les idées qui avaient cours sur Tychè24. La Fortune se distingue en Fortune commune à tous les hommes, en celle qui préside au sort des différents peuples, en celle des individus et aussi en celle des cités. La Fortune d’Athènes, la Fortune de Philippe, la Fortune de Démosthène sont toutes pourtant des manifestations de la même divinité, mais aussi distinctes entre elles. Démosthène explique aussi la défaite des Athéniens à la bataille de Chéronée par la volonté conjointe de la Fortune, du daimôn et de la divinité25.

  • 26 Isocrate, 4, 26.
  • 27 Xénophon, Anabase, 2, 2, 13.
  • 28 Lysias, 13, 63.
  • 29 Lysias, 12, 80.
  • 30 Eschine, 2, 183.
  • 31 Dinarque, 1, 29, 98.

9Isocrate décrit l’autochtonie des Athéniens comme un cadeau de la Fortune26. Xénophon mentionne le rôle que la Fortune a joué en tant que « général » afin de déterminer le plan stratégique des Dix Mille27. En ce qui concerne les affaires privées, Lysias28 attribue à la Bonne Fortune le sauvetage d’une mort certaine, et lui-même29, Eschine30 et Dinarque31 soulignent que certains criminels sont conduits devant la justice grâce à la Fortune. Sans mentionner la Fortune en tant que divinité, ces textes suggèrent que commence à s’ancrer à cette époque la croyance en une force surnaturelle qui gouvernerait le destin des humains.

  • 32 Eschine, Contre Ctésiphon, 157, 9-11.
  • 33 Plutarque, Vie de Démosthène, 21, 3, 1-4.
  • 34 Démosthène, Olynthiennes, 2, 22.
  • 35 Démostène, Sur la Couronne, 254.

10La Fortune des individus peut même se trouver en conflit avec celle de l’État, comme ne manque pas de le reprocher Eschine à Démosthène32. Démosthène lui-même, selon Plutarque, après Chéronée, afin de détourner le sort qui s’acharnait contre lui (ἐξοιωνιζόμενος τòν ἴδιον δαίμονα καὶ τὴν τύχην33), évita d’inscrire son nom sur ses décrets et les mit sous le nom de tous ses amis. De plus, les Fortunes des États étaient souvent rivales, celle d’Athènes par exemple était en lutte avec celle de Philippe34. La Fortune heureuse d’Athènes était réputée, pourtant Démosthène remarque que la cité a eu son lot de calamités35. Les toutes premières mentions de Tychè dans le texte de décrets font appel à la τύχῃ ἀγαθῇ τῇ Ἀθηναίων, une personnification de la Bonne Fortune précisément définie comme protectrice de la cité. A la même époque pourtant, on constate l’émergence d’un culte officiel de Tychè au sein de la cité d’Athènes, avec l’apparat et le personnel habituels.

  • 36 Au ve siècle, Diagoras de Mélos (fr. 2, Lyriques grecs Bergk) oppose Tychè aux vains fantômes de l (...)
  • 37 IG, II2, 1496,1. 107-108.
  • 38 Mikalson 1998, p. 36-38.
  • 39 IG, II2, 333,1. 19-20.
  • 40 Au sujet du culte de Tyché à Athènes, voir Cook 1925, p. 1128 ; au Pirée, p. 1104-1105.
  • 41 Conomis 1970, p. 98-100, fr. 5, 6.
  • 42 IG, II2, 4610 ; 4644 (provenant de l’Asclépion de la cité) ; 4564 (aux Douze Dieux et à Agathè Tyc (...)
  • 43 Conservée aujourd’hui dans la Ny Carlsberg Glyptothek de Copenhague.
  • 44 IG, II2, 4627. Au sujet de cette dédicace, voir Cook 1925, p. 1162-1163, et Harrison 1991, p. 355- (...)

11Sans qu’on puisse préciser le moment où Tychè fait son apparition en tant que déesse de la Fortune, cette déité relativement tardive semble prendre forme à l’époque où les Grecs essaient d’expliquer le monde au moyen de forces qui vont au-delà de l’image des dieux connus36. Elle évoluera en déité à part entière, dont le culte sera fort populaire. Les premières informations sur un culte officiel de Tychè à Athènes remontent au temps de l’orateur Lycurgue (quoique ceci puisse être attribué au hasard des sources) : une inscription (IG, II2, 1496) préservant un rapport sur les revenus de l’État athénien pendant les années 334/333-331/330, provenant de la vente des peaux des sacrifices des fêtes religieuses financées par la cité37. Parmi ces sacrifices figurent ceux en faveur d'Agathè Tychè, ainsi que ceux en faveur du dieu égyptien Ammon, de la Démocratie, d’Eirènè, d’Hermès Hégémonios et de Zeus Sôter38. Une mesure proposée en 335/334, qui concerne le renouveau des sanctuaires religieux, mentionne aussi bien les trésoriers que les épistates du sanctuaire d'Agathe Tychè39. Ainsi, nous savons qu’avant la fin du ive siècle, Agathè Tychè possédait un temple à Athènes (situé probablement auprès des Longs-Murs) ainsi qu’un trésor, et qu'elle faisait partie des cultes officiels de la cité40. Lycurgue a d’ailleurs soutenu le culte de Tychè en réparant son temple – il le mentionne dans son discours sur son administration41 – dans le contexte de son programme de renouveau de la cité. Plusieurs dédicaces privées à Tychè Agathè sont aussi datées du ive siècle av. J.-C. : l’une est une dédicace aux Douze Dieux et à Agathè Tychè, tandis que, dans une autre, elle est mentionnée seule comme divinité et, dans la troisième, elle est mentionnée aux côtés de Dionysos et Zeus42. Dans la dernière et la plus intrigante des dédicaces43, Tychè Agathè est représentée en tant qu’épouse de Zeus Epitéleios Philios, dans un contexte où elle est considérée comme protectrice du mariage et de la famille44. La juxtaposition de Tychè avec des dieux majeurs montre qu’au milieu du ive siècle av. J.-C., son culte était établi à Athènes. Deux des personnages faisant ces dédicaces sont connus : celui de IG, II2, 4564 est un triérarque de 370 av. J.-C., tandis que celui de IG, II2, 4610 est un orateur et un membre du Conseil en 304/303 av. J.-C.

  • 45 SEG, 30, 69.
  • 46 Tracy 1994.
  • 47 Walbank 1994, p. 237 n. 7.
  • 48 SEG, 25, 149
  • 49 Il s’agit de Démétrios Poliorcète et d’Antigone le Borgne.
  • 50 Woodhead 1981a.

12Dans d’autres textes, Tychè Agathè est associée à des victoires militaires45. À l’occasion d’une victoire durant la guerre lamiaque, les membres du dème de Kollytos, dans le seul décret connu de ce dème, daté de 323-322 av. J.-C., votent l’offrande de sacrifices à tous les dieux et héros, mais en premier lieu à la déesse Agathè Tychè, pour la sécurité de la cité46. Les 2000 drachmes destinées aux sacrifices en faveur de Tychè sont, surtout pour un sacrifice de dème, une somme considérable, comparée par exemple aux 4100 drachmes destinées à une hécatombe des Petites Panathénées en 338/337 av. J.-C.47 En l’an 304/303 av. J.-C., une inscription athénienne48 mentionne le sacrifice offert par la tribu Akamantis, aux frais de l’État, à Athéna Nike, et probablement aussi à Agathè Tychè et aux Sauveurs49, en faveur des Athéniens en campagne militaire avec Démétrios Poliorcète50.

  • 51 Élien, Histoires Variées, 9, 39 ; Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, 3, 23.

13Tychè Agathè est désormais une divinité personnifiée dont les statues trouvent place au cœur de la cité. Olga Palagia propose l’identification d’un torse colossal, trouvé à l’Agora d’Athènes lors des fouilles de l’École américaine en mai 1970, avec une statue qui servit de modèle à la Tychè colossale du Forum de Septime Sévère à Leptis Magna. À Athènes, une statue de Praxitèle lui sera consacrée auprès du centre symbolique de la vie publique, le Prytanée. Elle aurait été plus tard transférée à Rome51. Sa proximité avec le Bouleutérion, un des centres législatifs de la cité, est fort symbolique. La déesse veillerait ainsi aux délibérations du Conseil : ceci explique aussi que les décrets publics soient rédigés en son nom et sous sa protection. La formule Agathè Tychè dans les inscriptions de l’Attique, d’habitude interprétée comme un datif renfermant un voeu (« À la Bonne Chance »), pourrait ainsi indiquer plus spécifiquement que la décision est prise en invoquant les auspices de la Bonne Fortune en tant que déesse protectrice de la cité et des citoyens.

  • 52 Palagia 1982.
  • 53 Mikalson 1983, p. 60-61.

14À partir du ive siècle av. J.-C., Agathè Tychè est bien établie en tant que divinité associée au culte officiel de la cité et acquiert une importance religieuse croissante. Certains reliefs datés du ive siècle av. J.-C., trouvés à Athènes et au Pirée, montrent Agathe Tychè tenant la corne d’abondance52. On constate aussi que la santé et la sécurité obtiennent un rôle prépondérant dans les décrets athéniens relatifs aux sacrifices et autres affaires religieuses de la cité. Il s’agit d’un changement assez marqué des attitudes religieuses, souligné par une nouvelle importance des cultes d’Asclépios et d’Amphiaraos, qui va de pair avec des sacrifices importants à Eirènè et à Zeus Sôter. Plus la vie publique et les conditions politiques et économiques se détériorent, plus le besoin d’invoquer la Bonne Chance devient prononcé. La déesse s’approprie ainsi le pouvoir d’apporter le bien, autrefois réservé aux autres divinités. L’inauguration et le développement rapide du culte d’Agathè Tychè reflètent ainsi une nouvelle attitude populaire : la croyance que les événements de la vie politique et personnelle dépendent largement de la Chance. L’apparition du culte d’Agathè Tychè au ive siècle av. J.-C., ainsi que la formule qui devient désormais typique au tout début des décrets ou à leur fin, indique la tentative d’influencer par son invocation la Bonne Chance afin de s’en approprier dans toute entreprise, privée et surtout publique. Il est pourtant intéressant de noter que la mauvaise Fortune, qui est tenue dans les sources littéraires comme responsable de la mort ou d’autres calamités, n’apparaît nulle part comme un concept religieux ou comme une divinité à qui une prière puisse être adressée. Elle est simplement une explication pour les malheurs de la vie53. Par contraste, la formule Tychè Agathè dans les décrets athéniens dès le milieu du ive siècle av. J.-C., qui aura désormais une longue présence épigraphique, constitue une référence à cette force déjà divinisée plutôt qu’un simple voeu sans consonance religieuse.

  • 54 Parker 1996, p. 230-232.
  • 55 FGrH, 228 F 39.

15L’apparition de l’invocation Ἀγαθῆι Τύχηι ou (Τύχηι Ἀγαθῆι) τοῦ δήμου τοῦ Ἀθηναίων dans les décrets et autres inscriptions publiques et privées, qui coïncide, au milieu du ive siècle av. J.-C., avec les manifestations d’un culte officiel de la divinité, traduit la perméabilité des pratiques étatiques à la croyance religieuse du jour mais aussi à la réflexion empirique sur le rôle de l’inattendu. Tychè Agathè devient un cliché dans les décrets de l’assemblée exactement au même moment (la seconde moitié du ive siècle av. J.-C.) où l’existence d’un culte officiel de la divinité du même nom est attestée54. Il semble donc que son invocation au début des décrets constitue plus qu’une formule orale de superstition : si ce n’était qu’un vœu de bienveillance, certainement prononcé lors de la proposition orale du décret, ceci ne suffirait pas à expliquer pourquoi ce vœu devrait être transcrit aussi dans la formule écrite du décret. Étant donné que plus de mille inscriptions datées d’entre 360 et 318 av. J.-C. attestent cet usage, cette constance souligne l’importance attachée à la formule, devenue coutumière. Le fait qu’Agathè Tychè obtienne une place quasi permanente dans la formulation des décrets et autres documents juridiques privés dérive d’autre chose que d’un usage superstitieux : c’est une des expressions du culte de l’abstraction personnifiée de la Bonne Fortune en tant qu’association nécessaire au succès de toute entreprise, publique ou privée. Cette réflexion se retrouve chez les penseurs du ive siècle av. J.-C. où, pourtant, Tychè est mentionnée plus comme une notion personnifiée que comme une divinité. Démétrios de Phalère résume les croyances de son temps sur Tychè55 : elle est incompréhensible pour nous (ἀσύνετος) et accomplit son œuvre contre nos calculs (παρὰ λογισμòν τòν ἠμέτερον). Elle montre son pouvoir contre ce que l’on attend (ἐν τοῖς παραδόξοις). Selon Démétrios, les événements des cinquante dernières années – la disparition de l’empire perse si puissant et l’essor des Macédoniens autrefois si modestes – attestent de sa puissance. Les références à Tychè abondent aussi dans la Comédie Nouvelle, en tant que force inéluctable avec laquelle il faut compter dans le cours de la vie humaine.

  • 56 ΤΑΜ, V, 2, 1346.
  • 57 Edwards 1990.
  • 58 SEG, 26, 121 (1. 44).

16La Fortune est une divinité qui s’adapte à des contextes variés. Outre la Fortune des cités et celle des individus, on rencontre aussi la Fortune de certaines associations, telle celle du collège des Smyrniotes établis à Magnésie. L’assemblée de Magnésie lui fait une dédicace en présence du collège des ouvriers du corail qui lui avaient demandé une faveur56. La Fortune apparaît dans nombre d’épitaphes pour désigner le sort du défunt. La Bonne Fortune maintient donc un aspect public important, mais elle revêt aussi une importance particulière pour les individus : l’invocation de la Bonne Fortune deviendra une formule introductive, non seulement dans les décrets des cités, mais aussi dans les dédicaces honorifiques et les contrats privés, tels les prêts entre particuliers. Son culte se répand et s’établit à travers le monde grec. Pausanias mentionne plusieurs sanctuaires et statues : elle possédait des temples ou autels à Mégare, Corinthe57, Sicyone, Argos (où, selon la tradition, le héros Palamède avait consacré les dés qu’il avait inventés), Hermioné, Thèbes, Thespies, Lébadée en Messénie, Élis, Olympie, Aigeira, Mégalopolis, Stéphanopolis en Épire, Antioche et Himère en Sicile. Au ier siècle av. J.-C., elle possédait aussi un téménos au Pirée58. Les statues de Tychè de Smyrne et d’Antioche étaient célèbres, ainsi que celles de Mégare et d’Athènes, réputées de la main de Praxitèle, tandis que d’autres sanctuaires conservaient de simples xoana.

  • 59 Allègre 1889, p. 185 et suiv.
  • 60 IG, XII, 2, 270.
  • 61 Au sujet de l’iconographie de Tyché dans les cités du monde romain tardif, aussi bien dans les œuv (...)
  • 62 Comme sur la monnaie d’Antioche, sous Alexandre Sévère, en 226-227 apr. J.-C.
  • 63 Comme pour Corinthe, sous Néron.

17À l’époque hellénistique, les représentations artistiques de Tychè l’identifient à une sorte d’esprit gardien de la cité. Quatre statues de culte de Tychè de l’époque hellénistique la représentent portant une couronne tourelée, formée de la muraille de la cité. Dans ses nombreux portraits, surtout sur les monnaies des époques hellénistique et romaine, elle figure souvent portant la corne d’abondance qui symbolise la prospérité de la cité commerçante, parfois aussi avec une roue qui symbolise l’inconstance. À la même époque, les cités, surtout celles d’Asie Mineure, possèdent leur propre Tychè, les Tychè Poléôn qui ont un caractère nettement politique, puisqu’elles représentent non seulement la prospérité de la ville, mais aussi celle de la cité même avec ses institutions, ses lois, sa destinée politique autant que matérielle59. Une inscription trouvée dans l'île de Lesbos, à quelque distance de Mytilène, sur la route de Thermi, mentionne, sur une face, la Grande Artémis Thermia et, sur la face opposée, la Grande Fortune de Mytilène60. Plusieurs monnaies sont décorées de la figure de Tychè, avec la légende Tychè Poléôs ou le nom de la cité (Σμυρναίων, Νικαιέων, Ἐφεσίων, Μαγνησίων)61. Les monnaies portant l’effigie de Tychè sont innombrables. À l’époque romaine, la figure de plusieurs empereurs est associée à celle de Tychè, représentée à côté du portrait de l’empereur62 ou remettant entre ses mains les destinées de la ville63. Tychè sert aussi à diviniser les souverains. Le portrait le plus fameux est celui de Bérénice, épouse de Ptolémée III Évergète, représentée sur un vase trouvé en Cyrénaïque avec la légende Βερενίκης βασιλίσσης Ἀγαθῆς Τύχης, où la reine est parée de tous les symboles de cette divinité. La même représentation sous la forme de Tychè sera reprise dans les monnaies romaines des impératrices : sur les monnaies de Nicée en Bithynie pour Faustina Junior, l’épouse de Marc Aurèle, et Julia Domna, celle de Septime Sévère. Sous ces traits, Tychè se confond avec une déesse ancienne des Romains, Fortuna.

  • 64 Arya 2002.
  • 65 Strabon, Géographie, 5, 4, 11 ; 8, 6, 23.
  • 66 Guelfucci 2010.
  • 67 Sur l’interprétation de cette œuvre de Plutarque comme une défense de la liberté humaine et notamm (...)
  • 68 Au sujet de Tychè ex. Daimon dans l’œuvre de Plutarque, voir Brenk 1977, p. 145-183. Sur l’opposit (...)

18La déesse Bona Fortuna64 est en effet l’équivalent romain de Tychè Agathè. Initialement adorée comme déesse de la fécondité, elle sera considérée comme déesse de la Bonne Fortune, dont le culte très ancien sera fort populaire. Plusieurs temples lui sont consacrés à Rome, dans le Latium, en Campanie65, et ses dénominations sont très variées : Fortuna Bona, Fortuna Virgo, Fortuna Mulieribus, Fortuna Virilis, Fortuna Equestris, Fortuna Primigenia, connue aussi sous le nom de Fortuna publica populi Romani Quiritium, et Fortuna Priuata ne sont que quelques-unes des variantes rencontrées chez les auteurs, sur les monnaies et les inscriptions. Les variations du culte reprennent l’éventail connu du monde grec, y compris la Fortune privée et publique mais aussi la Fortune des associations, à une différence près : une seule Fortune de ville domine le monde romain, la Fortune de Rome. La Bonne Fortune des Romains était d’ailleurs légendaire. Polybe se réfère souvent à Tyché en tant qu’arbitre ou metteur en scène des événements et de l’histoire, en particulier de l’ascension du pouvoir romain66. Plutarque, qui consacre un traité à la Fortune des Romains, constate : « Après avoir parcouru tout l’univers, Tychè coupe ses ailes et fixe sa demeure au Capitole. » Le thème de Tychè parcourt d’ailleurs l’œuvre de Plutarque, qui lui consacre son écrit Sur la Fortune. Il la considère comme une expression du daimon de chacun67. Même s’il la considère comme subordonnée à l'aretè, elle est omniprésente dans ses Vies, comme élément décisif de sa philosophie de l’histoire68.

  • 69 Philostrate, 2, 5.
  • 70 Ammien Marcellin, 23, 1, 6.

19Lors de son passage à Antioche en 47 av. J.-C. quand, parti d’Alexandrie, il traversa la Syrie pour aller combattre Pharnace, César fit dresser, au fond d’une basilique appelée de son nom Caesarium, une statue d’airain représentant la Τύχη Ῥώμης, la Fortune de Rome. Plusieurs statues de Bona Fortuna portant la corne d’abondance sont connues. La Fortune des Empereurs prendra la relève, la Fortuna Augusta ou Augusti étant largement représentée sur les inscriptions, monnaies et autres représentations impériales. Le culte de Fortuna et, en territoire grec, Tychè prospère donc aussi sous l’empire romain. Hérode Atticus, au iie siècle apr. J.-C., fit bâtir un temple en l’honneur de la Tychè d’Athènes sur un rocher fermant la partie occidentale du stade panathénaïque de Lycurgue qu’il avait fait restaurer. Dans ce temple, il fit placer une statue en ivoire de la déesse tenant à la main un gouvernail. Son épouse, Appia Regilla, en fut la première prêtresse69. L’empereur Julien sacrifia à Tychè à Antioche, en 361-362 apr. J.-C.70 Son temple y était encore intact à l’époque de Théodose. À Constantinople, dans le cœur du nouvel empire romain chrétien, Tychè eut aussi une place. Constantin commanda une statue en bois doré de lui-même portant sur sa main droite la Tychè de la ville, statue qui fut promenée en grand cortège à travers l’hippodrome lors des célébrations en l’honneur de la fondation de la ville. Cette Tychè, portant une croix sur la tête, n’est plus la divinité païenne mais en conserve les attributs, transformée en une sorte d’ange protecteur de la ville. La statue sera finalement brisée par Bardas, le régent de l’empereur Michel III, au milieu du ixe siècle.

20La Bonne Fortune constitue donc un phénomène de divinisation d’une croyance populaire bien établie à travers l’antiquité grecque et romaine, avec une présence millénaire en tant que protectrice des peuples, des individus, des États et des hommes du pouvoir. Plus que toute autre divinité peut-être, ses liens sont étroits avec l’élément juridique de prise de décision au sein des cités, ou d’accords entre particuliers. Les innombrables inscriptions qui, dès l’époque classique et jusque tard dans l’époque romaine, font appel à la Bonne Fortune au début de toute décision ou entreprise importante, publique ou privée, sont un témoignage frappant de ce mélange de superstitions, de croyances religieuses et du désir de se prémunir contre des forces invisibles qui gouvernent tout destin, que plusieurs générations antiques ont adopté. Plus qu’une formule de langage, qui n’aurait pas de vraie place dans la transcription d’une décision des organes de la cité, Agathè Tychè devient assez tôt une divinité à part entière qu’il est prudent d’invoquer afin d'en obtenir les faveurs. Cette croyance populaire, puis religieuse, traverse aussi la réflexion des penseurs grecs. En devenant un cliché du jargon juridique des décrets et autres textes juridiques, elle illustre une attitude de prudence vis-à-vis de conditions que nul ne peut prévoir et contrôler, et qui pourtant sont sous-jacentes et peuvent bouleverser à tout moment un projet ou une entreprise personnelle ou collective.

  • 71 De nos jours, le dernier cri de la science politique est l’application de la théorie du chaos (la (...)
  • 72 Cf. Rankin 1966, p. 494 : « Statistical mechanics, quantum mechanics, and probability theory, itse (...)

21En conclusion, l’expression reflète une constatation dictée par plusieurs événements de la vie mouvementée des cités grecques, puis romaines. Il ne suffit pas d’avoir pris la bonne décision afin de diriger les affaires de l’État dans la bonne direction, il est aussi, et peut-être surtout, nécessaire de s’assurer de conditions initiales favorables pour se protéger de l’imprévu et du désastreux. Dans ce sens, la Bonne Fortune semblerait être comme un talisman contre les effets de ladite théorie du chaos71 que la science moderne est tout juste en train de formuler72, y compris dans le domaine de la science politique, selon laquelle les conditions initiales imprévues jouent un rôle important dans l’évolution de tout système. Quoi de plus prudent, donc, que d’invoquer la protection de la Tychè Agathè, la Bonne Fortune, dans les textes conservant toute décision importante, afin de faire démarrer les affaires de l’État et les affaires privées sous les meilleurs des auspices. Cette croyance partagée entre plusieurs civilisations du monde antique constitue, sinon un transfert culturel, du moins une constante culturelle et cultuelle reflétée dans le domaine du droit, tant dans le monde grec que dans le monde romain.

Bibliographie

Bibliographie

Allègre 1889 : Allègre F., Étude sur la déesse grecque Tychè, Paris, 1889.

Arya 2002 : Arya D. A., The Goddess Fortuna in Imperial Rome : Cult, Art, Text, diss. University of Texas, Austin, 2002.

Becchi 2010 : Becchi F., « L’écrit de Plutarque Sur la Fortune : histoire d’une interprétation », dans Frazier et Leäo 2010, p. 47-56 (Humanitas, Supplententum).

Boisacq 1916 : Boisacq E., Dictionnaire étymologique de la langue grecque, étudiée dans ses rapports avec les autres langues indo-européennes, Heidelberg-Paris, 1916.

Brenk 1977 : Brenk F. E., In Mist Apparelled : Religious Themes in Plutarch’s Moralia and Lives, Leyde, 1977.

Conomis 1970 : Conomis N. C. (éd.), Lycurgus, Leipzig, 1970.

Cook 1925 : Cook A. B., Zeus. A Study in Ancient Religion, 2. Zeus God of the Dark Sky (Thunder and Lightening), Cambridge, 1925.

Curtius 1866 : Curtius G., Grundzüge der griechischen Etymologie, Leipzig, 1866.

Edwards 1990 : Edwards C., « Tyche at Corinth », Hesperia, 59 (1990), p. 529-554.

FGrH = Jacoby F. (éd.), Die Fragmente der griechischen Historiker, 15 vol., Leyde, 1923-1959.

Frazier 2010 : Frazier F., « Le De sera, dialogue pythique : hasard et providence, philosophie et religion dans la pensée de Plutarque », dans Frazier et Leäo 2010, p. 69-92.

Frazier et Leäo 2010 : Frazier F. et Leäo D. F. (éd.), Tychè et Pronoia. La marche du monde selon Plutarque, Coimbra, 2010 (Humanitas, Supplementum).

Giannopoulou 2001 : Giannopoulou V., Tyche. Fortune and Chance in Euripides and Fifth-Century Historiography, Oxford, 2001.

Guelfucci 2010 : Guelfucci M.-R., « Polybe, la Τύχη et la marche de l’Histoire », dans Frazier et Leäo 2010, p. 141-168.

Harrison 1991 : Harrison J. E., Prolegomena to the Study of Greek Religion, Cambridge, 1991.

Hedrick 1989 : Hedrick C. W., « The Phratry from Paiania », The Classical Quarterly, n.s. 39 (1989), p. 126-135.

IG = Inscriptiones Graecae, Berlin, 1903–

Messerschmidt 2003 : Messerschmidt W., Prosopopoiia. Personifikationen politischen Charakters in spätklassischer und hellenistischer Kunst, Cologne, 2003.

Mikalson 1983 : Mikalson J. D., Athenian Popular Religion, Chapel Hill-Londres, 1983.

Mlkalson 1998 : Mikalson J. D., Religion in Hellenistic Athens, Berkeley, 1998.

Palagia 1982 : Palagia O., « A Colossal Statue of Personification », Hesperia, 51 (1982), p. 99-113.

Parker 1996 : Parker R., Athenian Religion. A History, Oxford, 1996.

Pounder 1975 : Pounder R. L., The Origin and Meaning of ΘΕΟΙ and ΑΓΑΘΗΙ TYXHI in Greek Inscription Headings, diss. Brown University, 1975.

Rankin 1966 : Rankin B., « The History of Probability and the Changing Concept of the Individual », Journal of the History of Ideas, 27/4 (1966), p. 483-504.

Rhodes 1997 : Rhodes P. J., The Decrees of the Greek States, Oxford, 1997.

SEG = Supplementum Epigraphicum Graecum, Leyde puis Amsterdam, 1923–

TAM = Tituli Asiae Minoris, Vienne, 1901–

Te Riele 1987 : Te Riele G.-J., « Hélisson entre en sympolitie avec Mantinée : une nouvelle inscription d’Arcadie », Bulletin de correspondance hellénique, 111 (1987), p. 167-190.

Tracy 1994 : Tracy S. V., « IG II2 1195 and Agathé Tyche in Attica », Hesperia, 63 (1994), p. 241-244.

Traywick 1968 : Traywick P., Theoi and Agathei Tychei in the Headings of Attic Inscriptions, diss. Harvard, 1968.

Trisoglio 1984 : Trisoglio R, « L’intervento divino nelle vicende umane dalla storiografia classica greca a Flavio Giuseppe e ad Eusebio di Cesarea », dans Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt, 11.21, Berlin-New York, 1984, p. 977-1 104.

Shelton 1979 : Shelton K. J., « Imperial Tyches », dans Gesta 18/1. Papers Related to Objects in the Exhibition « Age of Spirituality », The Metropolitan Museum of Art (November 1977-February 1978), New York, 1979, p. 27-38.

Walbank 1994 : Walbank Μ. B., « A Lex Sacra of the State and of the Deme of Kollytos », Hesperia, 63 (1994), p. 233-239.

Woodhead 1981a : Woodhead A. G., « Athens and Demetrios Poliorcetes at the End of the Fourth Century B.C. », dans H. J. Dell et E. N. Borza (éd.), Ancient Macedonian Studies in Honor of Charles F. Edson, Thessalonique, 1981, p. 357-367.

Woodhead 1981b : Woodhead A. G., The study of Greek inscriptions, Cambridge, 1981.

Notes

1 Rhodes 1997, p. 522-523. L’iconographie de Tychè a été étudiée par Messerschmidt 2003.

2 Sur l’étymologie du terme, Curtius 1866, p. 219 ; Boisacq 1916, p. 989.

3 Thucydide, Histoire, 4, 118, 11, 1-12, 1.

4 IG, II2, 43,1. 7-15.

5 Pounder 1975 (non uidi), Traywick 1968 (non uidi).

6 Woodhead 1981b, p. 39 ; Te Riele 1987, p. 170, à propos de l’invocation (restituée) θεός et τύχα ἀγαθὰ au début d’une inscription d’Arcadie.

7 Hedrick 1989, p. 129, note au sujet de l’invocation de Zeus et Athéna au début de IG II2, 344 : « Thus the heading serves as a notice of possession, a statement that the stele is in the care of the two gods. Zeus and Athena serve as witnesses, guarantors and ultimately protectors of the inscription. A similar practice may perhaps be seen in those official documents of the Athenian state which are headed with a simple impersonal invocation : θεοὶ. The word is an invitation to ‘the gods’ to protect the inscription. »

8 Hymne à Déméter, 420 ; Hésiode, Théogonie, 360.

9 Solon, Op. 001, 31, 1-2 : πρώτα μὲν εὐχώμεσθα Aιὶ Κρονίδηι βασιλῆϊ θεσμοῖς τοῖσδε τύχην ἀγαθὴν καὶ κῦδος ὀπάσσαι.

10 Pindare, Olympique, 12, 1-12a.

11 Pindare, Hymnes. Fragments, 39, 1.

12 Empédocle, B 103.

13 Eschyle, Agamemnon, 664.

14 Euripide, Cyclope, 606-607.

15 Thucydide, Histoire, 5, 16 ;6, 17.Au sujet de Tyché dans l’œuvre de Thucydide, voir Trisoglio 1984, p. 1017 n. 81.

16 Thucydide, Histoire, 5, 104, 1, 1-1, 8.

17 Thucydide, Histoire, 7, 68, 1, 1-2, 1.

18 Au sujet de l’évolution de la notion de Tyché au ve siècle à Athènes, voir Giannopoulou 2001.

19 Pour une vision panoramique de Tyché dans l’historiographie grecque, voir. Trisoglio 1984, p. 1001-1040.

20 Démosthène, Sur la Couronne, 194, 3-195, 1.

21 Démosthène, Sur la Couronne, 303, 6-304, 1.

22 Démosthène, Olynthiennes, 2, 22, 3-22, 5.

23 Démosthène, Sur la Paix, 11, 5-12, 1.

24 Démosthène, Sur la Couronne, 252, 1-253, 4.

25 Démosthène, Sur la Couronne, 192-194.

26 Isocrate, 4, 26.

27 Xénophon, Anabase, 2, 2, 13.

28 Lysias, 13, 63.

29 Lysias, 12, 80.

30 Eschine, 2, 183.

31 Dinarque, 1, 29, 98.

32 Eschine, Contre Ctésiphon, 157, 9-11.

33 Plutarque, Vie de Démosthène, 21, 3, 1-4.

34 Démosthène, Olynthiennes, 2, 22.

35 Démostène, Sur la Couronne, 254.

36 Au ve siècle, Diagoras de Mélos (fr. 2, Lyriques grecs Bergk) oppose Tychè aux vains fantômes de l’Olympe et commence un de ses dithyrambes en disant que tout est gouverné par elle. Au sujet du culte de Tychè en tant que déesse-mère, voir Harrison 1991, p. 270-271.

37 IG, II2, 1496,1. 107-108.

38 Mikalson 1998, p. 36-38.

39 IG, II2, 333,1. 19-20.

40 Au sujet du culte de Tyché à Athènes, voir Cook 1925, p. 1128 ; au Pirée, p. 1104-1105.

41 Conomis 1970, p. 98-100, fr. 5, 6.

42 IG, II2, 4610 ; 4644 (provenant de l’Asclépion de la cité) ; 4564 (aux Douze Dieux et à Agathè Tychè).

43 Conservée aujourd’hui dans la Ny Carlsberg Glyptothek de Copenhague.

44 IG, II2, 4627. Au sujet de cette dédicace, voir Cook 1925, p. 1162-1163, et Harrison 1991, p. 355-356.

45 SEG, 30, 69.

46 Tracy 1994.

47 Walbank 1994, p. 237 n. 7.

48 SEG, 25, 149

49 Il s’agit de Démétrios Poliorcète et d’Antigone le Borgne.

50 Woodhead 1981a.

51 Élien, Histoires Variées, 9, 39 ; Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, 3, 23.

52 Palagia 1982.

53 Mikalson 1983, p. 60-61.

54 Parker 1996, p. 230-232.

55 FGrH, 228 F 39.

56 ΤΑΜ, V, 2, 1346.

57 Edwards 1990.

58 SEG, 26, 121 (1. 44).

59 Allègre 1889, p. 185 et suiv.

60 IG, XII, 2, 270.

61 Au sujet de l’iconographie de Tyché dans les cités du monde romain tardif, aussi bien dans les œuvres d’art que les monnaies, voir Shelton 1979.

62 Comme sur la monnaie d’Antioche, sous Alexandre Sévère, en 226-227 apr. J.-C.

63 Comme pour Corinthe, sous Néron.

64 Arya 2002.

65 Strabon, Géographie, 5, 4, 11 ; 8, 6, 23.

66 Guelfucci 2010.

67 Sur l’interprétation de cette œuvre de Plutarque comme une défense de la liberté humaine et notamment de l’autonomie intellectuelle et morale de l’homme contre le déterminisme du Portique – d’après lequel le hasard régit tout –, voir Becchi 2010.

68 Au sujet de Tychè ex. Daimon dans l’œuvre de Plutarque, voir Brenk 1977, p. 145-183. Sur l’opposition entre Tychè et Pronoia, voir Frazier 2010.

69 Philostrate, 2, 5.

70 Ammien Marcellin, 23, 1, 6.

71 De nos jours, le dernier cri de la science politique est l’application de la théorie du chaos (la fameuse Chaos theory) aux affaires politiques. Née dans les années 1970 mais ayant déjà ses racines dans les observations scientifiques de la fin du xixe siècle, cette théorie a des applications diverses dans les mathématiques, la physique, la biologie, la mécanique, mais aussi l’économie et les sciences politiques. Elle étudie et observe le comportement chaotique dans une grande variété de systèmes. L’« effet papillon » est déjà devenu un jargon scientifique pour expliquer le phénomène complexe de la dépendance et sensibilité de certains systèmes aux conditions initiales. Il suffit d’une condition initiale minimale pour déployer un cataclysme d’événements et de réactions, à première vue imprévisibles et non linéaires mais qui, en fin de compte, entraînent une évolution suivant certaines lois que la science commence tout juste à comprendre.

72 Cf. Rankin 1966, p. 494 : « Statistical mechanics, quantum mechanics, and probability theory, itself, are areas of modern science that are particularly concerned with the interplay of causal and random elements. Is it surprising, then, that the earliest ideas of “fate,” as a determining force that gave unswerving direction to our lives, should be leavened with the idea that fate is administered by Zeus but not determined by him, and that, aside from fate, there was the separate but complementary sphere of influence, that of Tyche ? »

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540