Version classiqueVersion mobile

Transferts culturels et droits dans le monde grec et hellénistique

 | 
Bernard Legras

Transferts culturels et construction des droits durant l’époque archaïque et classique

L’introduction des archers scythes, esclaves publics, à Athènes : la date et l’agent d’un transfert culturel

Jean-Christophe Couvenhes

Texte intégral

  • 1 Les études portant sur ces archers scythes athéniens du milieu du ve siècle sont relativement nomb (...)
  • 2 Déjà Wilamowitz-Moellendorf 1893, p. 202 n. 2, qui ne concevait pas que la police de la cité puiss (...)

1Les archers scythes sont une institution de police urbaine dont la postérité historiographique est, comme c’est souvent le cas, inversement proportionnelle à la rareté des sources qui en traitent1. Il semble acquis que la troupe stationnée dans la ville d’Athènes dans la deuxième moitié du ve siècle av. J.-C. est composée d’esclaves publics. Plusieurs commentateurs ont souligné combien il était étrange que des citoyens remettent leur destin dans les mains d’archers de statut servile et d’origine barbare2.

  • 3 Plassart 1913 et Jacob 1928, qui rectifient sur plusieurs points Wernicke 1891.
  • 4 Le dossier épigraphique est repris par Gauthier 1971 (puis Welwei 1974, p. 46-50, et Loraux 1981, (...)

2Cette institution de police urbaine est attestée par un dossier documentaire relativement peu fourni, composé de sources souvent tardives ou bien difficiles d’interprétation. Le cœur du dossier est constitué de sources littéraires : deux passages d’Andocide et d’Eschine, sur lesquels nous revenons, plusieurs mentions chez Aristophane qui donnent une image colorée et partiellement déformée de la réalité à cause du filtre comique et polémique employé par le dramaturge, et des définitions plus ou moins convergentes dans des scholies à Aristophane ou chez des lexicographes, souvent postérieurs de plusieurs siècles. L’analyse de ces sources littéraires, menée de manière serrée par A. Plassart, puis O. Jacob3, permet d’aboutir à des conclusions relativement assurées concernant les attributions et les modalités d’intervention des archers scythes. Le réexamen attentif de ces sources ne peut que confirmer les conclusions de ces savants. En revanche, l’épigraphie et l’iconographie vasculaire nous apprennent peu, voire rien, sur ce sujet4.

  • 5 Ce concept, qui peut en dérouter plus d’un, n’est pas une fin en soi mais un moyen. Il ne cherche (...)

3Après avoir rappelé qui étaient ces archers scythes athéniens, nous reviendrons sur un point précis : la date et le responsable de leur introduction dans la cité. Pour cela, nous interrogerons à nouveau frais certains textes littéraires en nous aidant du concept de transfert culturel5. L’hypothèse que nous souhaitons éprouver est que l’introduction des archers scythes correspond au transfert d’une sphère culturelle (les Scythes en contact avec le royaume de Chersonnèse de Thrace) vers une autre (la cité athénienne) d’un groupe doté d’une spécificité technique (l’archerie), à une date donnée par un agent de transfert identifié, avec les modifications que cette introduction entraîna sur ce groupe (engagement comme esclave public et peut-être perte progressive du caractère ethnique). Il est bien évidemment impossible de répondre à chacune des questions posées.

Des esclaves publics aux attributions de police limitées

  • 6 Plusieurs sources qualifient les archers scythes de δημόσιοι (Anecdota, I, p. 123, s.v. δημόσιος, (...)
  • 7 Outre les ouvrages de Silverio, Waszynski, et Jacob, on pourra consulter, par comparaison avec une (...)
  • 8 Scholie à Aristophane, Acharniens, v. 54 ; Photios, s.v. τοξόται καὶ Σκύθαι καὶ Σπευσίνιοι (éd. Na (...)
  • 9 C’est cette difficulté, que l’on ne peut résoudre compte tenu de la pauvreté des sources, que soul (...)

4De l’analyse des sources littéraires, il ressort que les archers scythes étaient des esclaves publics6 comme il en existait dans les cités antiques7. Pour l’essentiel, ces esclaves étaient qualifiés de manière disjointe soit de skuthai (Scythes), soit de toxotai (archers), donc respectivement par leur ethnique ou bien par leur arme, à la fois chez Aristophane et chez les lexicographes8. Seul le discours Sur la paix des Lacédémoniens (§ 3, voir infra) mentionne des « archers scythes » (toxotai skuthai) à proprement parler. Ces toxotai (sous-entendu skuthai) ou ces skuthai (sous-entendu toxotai) sont également qualifiés de « Speusiniens », du nom de l’Athénien qui les introduisit à Athènes, mais cela n’est attesté que par les notices tardives des lexicographes (cf. infra). L’une des difficultés de compréhension du phénomène réside justement dans la tension qui apparaît entre ces différentes dénominations et les attributions de police limitées que possèdent ces esclaves publics. Le caractère ethnique et militaire du départ, qui est sans cesse réaffirmé par le vocabulaire, semble devoir se dissoudre dans la nature servile de l’emploi de ces « policiers »9.

  • 10 Scholie à Aristophane, Acharniens, v. 54 ; Souda, s.v. τοξόται, tau 771 (éd. Adler) : Τοξόται oἱ δ (...)
  • 11 Souda, s.v. τοξόται, tau 772 (éd. Adler) : Τοξότου δημοσίου ὑπηρέτου, ἐπόπτου καλουμένου.
  • 12 Pollux, Onomasticon, VIII, 132-133 (éd. Bethe) : οἱ μέντοι πρò τῶν δικαστηρίων καὶ τῶν ἄλλων συνόδ (...)
  • 13 Aristophane, Acharniens, v. 21-22. Photios, Lexicon, s.v. σχονίον μεμιλτωμένον εἰ βραδύνοιεν ἐπὶ τ (...)
  • 14 Aristophane, Acharniens, v. 21-22. Photios, Lexicon, s.v. σχονίον μεμιλτωμένον (éd. Naber) :... κα (...)
  • 15 Outre Pollux, cité plus haut, les attestations sont nombreuses chez Aristophane, Assemblée des fem (...)
  • 16 Aristophane, Cavaliers, v. 663 ; cf. Jacob 1928, p. 59.

5Les archers scythes assuraient donc une fonction de police. Entendons-nous sur le sens à donner à ce mot de police, assez différent des réalités contemporaines. Ils sont qualifiés de φύλακες τοῦ ἄστεως10, c’est-à-dire de « gardes du centre urbain » ou bien d'ἒποπτοι11, que l’on pourrait traduire par « surveillants ». Leurs attributions consistaient dans un service de maintien de l’ordre dans les différents rassemblements opérés par les citoyens dans la ville. Pollux indique que ce personnel servile au service du peuple était disposé de façon à refouler les fauteurs de troubles et à écarter ceux qui ne devaient pas prendre la parole dans les tribunaux et dans le reste des réunions auxquelles assistaient les Athéniens12. Ainsi, les Scythes régulaient l’accès à 1'ecclesia, aux abords de la Pnyx, au moyen d’une corde enduite de minium dont la marque signalait les retardataires qui étaient de fait exclus du triobole13. Photios semble ajouter qu’ils étaient ainsi amenés à fermer les marchés14. Lors de la séance, les Scythes étaient utilisés pour faire descendre de la tribune un orateur qui n’y avait pas sa place15. Vraisemblablement, les Scythes avaient un rôle comparable à l’occasion des séances de la boulè qui étaient ordinairement publiques16. On le voit, les attributions des archers scythes restent assez réduites, éloignées des préoccupations strictement militaires.

  • 17 Silverio 1900, qui préfère admettre avec Haerdli que le fouet est leur seule arme.
  • 18 Thesmophories, v. 930 et suiv. ; v. 1125 ; v. 1134.
  • 19 Sur les rhabdophores hellénistiques, cf. Deshours 2006, p. 80, qui donne quelques parallèles.
  • 20 La ξιπομάκαιρα apparaît dans les inventaires de l’Acropole : IG, I3, 356, 41 (413/2 av. J.-C.) ; I (...)
  • 21 Thesmophories, v. 1 195.
  • 22 Le scholiaste, cité par Jacob 1928, p. 56 n. 4, indique τὴν τοξοθήκην συβήνη καὶ αὐλοθήκη·λέγουσι (...)
  • 23 Jacob 1928, ρ. 56.
  • 24 Dans ses comédies, Aristophane insiste sur l’accent barbare des Scythes, lui donnant l’occasion de (...)
  • 25 L’arc est considéré dans l’imaginaire athénien comme une arme portant la mort à distance, une arme (...)

6Les modalités d’intervention des archers scythes apparaissent également davantage relever des techniques de maintien de l’ordre que de la guerre. Certains commentateurs hésitent même à parler de véritable armement à leur sujet17. Plusieurs passages des Thesmophories d’Aristophane attestent un fouet (μάστιξ)18 qui, avec le bâton, est l’outil indispensable pour contenir des foules sans trop les blesser19. Dans un autre passage de la pièce, néanmoins, devant l’inefficacité de son fouet, l’archer menace de sortir τò ξιπομάκαιραν, une arme de poing attestée dans les inventaires de l’Acropole20. Un autre passage évoque également le carquois (συβήνη) que porte l’archer21 : le terme συβήνη désigne avant tout un étui de peau de cochon dont la finalité était, selon la scholie attachée à ce passage, de renfermer des flèches ou bien une flûte22. Plassart considère l’arc comme l’arme principale des toxotai ; conclusion que reprend Jacob à son compte : « il eut été un peu ridicule de leur donner ce nom [de toxotai] s’ils ne le méritaient plus par la nature de leur armement23 ». Effectivement, appeler toxotai des individus dépourvus d’arc semble étrange. Mais de même que l’on aimerait savoir s’ils étaient tous encore véritablement d’origine scythe à l’époque d’Aristophane24, de même l’on peut se demander si ces archers, compte tenu des attributions qui étaient les leurs, eurent beaucoup à se servir de leur arc, sinon comme arme de dissuasion25.

  • 26 Le chiffre de 1 000 est difficile à interpréter. Comme le rappelle Jacob 1928, p. 64 et suiv., la (...)
  • 27 Lysistrata, v. 453.
  • 28 À partir de la mention des quatre lochoi dans Lysistrata, v. 434-458, Jacob 1928, p. 72-73, a cru (...)
  • 29 Le « scytharque » : à l’appui de cette thèse, invoquée de manière rhétorique, Plassart 1913, p. 19 (...)

7Leur organisation en corps semble davantage relever du domaine militaire, encore qu’on ne puisse en déduire qu’ils formaient à proprement parler un corps d’armée. Leur cantonnement s’effectue, semble-t-il, sous tente. La scholie au vers 54 des Acharniens d’Aristophane, reprise par Suidas, indique qu’ils étaient au nombre de 1 000 et qu’ils campèrent d’abord dans des tentes collectives au milieu de l’agora, avant de migrer plus tard sur la colline de l’Aréopage26. La tente collective (σκήνη) fait typiquement référence au cantonnement de l’armée en campagne, créant une solidarité alimentaire et de corps. De même, l’organisation en quatre lochoi des archers, si l’on fait confiance au passage d’Aristophane qui nous livre ce chiffre27, nous introduit dans le domaine militaire. Le λόχος est une unité à effectif variable28. L’emploi du terme chez Aristophane relève peut-être de la parodie. S’il correspond à une réalité, il démontre que l’organisation du personnel servile chargé de certaines fonctions de police urbaine est copiée sur l’organisation militaire. En revanche, on ignore tout de la manière dont les archers scythes étaient commandés. On a pu imaginer l’existence d’un « scytharque » ou d’une « toxarque », citoyen ou esclave, nullement démontrée29.

  • 30 Après le désastre de l’expédition de Sicile, un collège de 10 proboloi avait été désigné avec cert (...)
  • 31 Dans les Acharniens, v. 54, les prytanes essayent de faire arrêter Amphithéos par les archers scyt (...)
  • 32 Platon, Protagoras, 319c
  • 33 L’idée est clairement exprimée par Martin 1985, p. 36-37.

8Les commentateurs ont noté que ces esclaves n’agissaient que sous le contrôle étroit de certains magistrats de la cité : les prytanes ou bien les proboloi30. Aristophane est notre principale référence31. À une époque où ils avaient disparu, Platon confirme qu’à l'ecclesia les Scythes du ve siècle n’agissaient jamais de leur propre initiative mais sur ordre des prytanes32. L’impression qui se dégage des sources est que ces esclaves agissent de manière individuelle ou en plus grand nombre, dans un cadre que l’on qualifierait aujourd’hui de civil, même si la distinction entre civil et militaire n’a pas grand sens dans la cité grecque. Un magistrat se sert de ce bras armé pour contenir ou saisir des citoyens récalcitrants ou en infraction. L’obéissance que ces archers devaient à leur maître collectif, à savoir la cité dans son entier, se comprend bien si l’on mesure le rapport de force numérique, en la défaveur des premiers, entre les 300 archers et les (peut-être) 40 000 citoyens. De plus, ces archers étaient des esclaves et donc étaient considérés comme des objets vivants, à l’entière disposition de magistrats33 dont ils constituaient l’organe coercitif. Enfin, leur fonction unique était d’assurer le maintien de l’ordre public lors des rassemblements démocratiques des citoyens. On peut comprendre que des Athéniens aient délégué, de manière très encadrée, cette tâche à des esclaves, qui plus est à des barbares, détenteurs d’une compétence technique (l’archerie, utilisée peut-être le plus souvent de manière dissuasive). On peut même supposer que dans un contexte de démocratie radicale, la procédure de médiation servile s’avérait plus équitable que si la fonction de prise de corps avait été assurée par des citoyens eux-mêmes à l’encontre d’autres citoyens.

Des archers qui n’interviennent pas dans des opérations militaires

  • 34 Contrairement à Wernicke 1891, p. 74, la surveillance de l’Attique était dévolue à des garnisons, (...)

9Dans les sources littéraires, les archers scythes ne prennent part ni à la surveillance du territoire de l’Attique34 ni aux expéditions militaires. Néanmoins, pour juger de l’implication des archers scythes sur le champ de bataille, les commentateurs ont parfois rapproché deux dossiers documentaires fort problématiques. Le premier est le dossier épigraphique, le second est iconographique.

  • 35 IG, I3, 929 de 459/8 : sur la liste des soldats de la tribu Erechtéis tués à Chypre, en Égypte, en (...)
  • 36 Pour IG, I3, 929 : « Ces archers, inscrits parmi les morts de la tribu, sont citoyens », affirme P (...)
  • 37 Il s’agit, dans l’ordre chronologique d’Agora XVII, no 17 (431/0 av. J.-C.), no 14 (vers 430), no  (...)
  • 38 Mais peut-être étaient-ils déjà influencés par la culture grecque, cf. Welwei 1974, p. 53-54.

10Pour notre sujet d’étude, il convient d’écarter deux obituaires mentionnant aux côtés de soldats athéniens morts pour leur cité, classés par tribus, des noms classés sous la rubrique toxotai35. Comme cela a été démontré de manière convaincante, ces toxotai étaient des Athéniens (ni des esclaves ni des métèques), des alliés ou des mercenaires36. En revanche, quatre obituaires37 portent la mention de toxotai barbaroi, « archers barbares », dont les noms, lorsqu’ils sont conservés, n’apparaissent pas typiquement barbares38. Les listes sont très fragmentaires et seul le contexte peut susciter des rapprochements.

  • 39 Fr. 564 PCG, cité par Hall 1989, p. 54.

11Ainsi, on s’est demandé si les toxotai barbaroi d’IG, I3, 950, dont les noms sont au demeurant très hellénisés, étaient des archers scythes, esclaves publics, que l’on aurait détachés sur un théâtre extérieur d’opération. C’est ce que suggère Ph. Gauthier qui met l’inscription en relation avec un passage de Thucydide relatif aux archers d’Aristarchos, « dont certains étaient des plus barbares » (VIII, 98, 1). Ceux-ci, après l’échec des Quatre-Cents, accompagnèrent dans sa fuite leur chef jusqu’à la forteresse d’Oinoè qu’ils livrèrent ensuite aux Béotiens. Cette hypothèse, soutenue également par Edith Hall, a le mérite de mettre en perspective les Thesmophories d’Aristophane et d’en faire une pièce où se manifesterait une hostilité certaine à l’oligarchie de 411. Produite en 410, après l’épisode d’Oinoè, la pièce des Thesmophories dénigrerait ainsi les Scythes, alliés de l’oligarchie, dans une représentation où le personnage principal, Euripide, incarnerait le triomphe du peuple. Toutefois, E. Hall n’écarte pas la possibilité que les archers d’Aristarchos aient été des mercenaires ibères, comme cela apparaît dans un fragment du Triphalès d’Aristophane39.

  • 40 Loraux 1981, p. 33.

12Il me semble en effet que les toxotai barbaroi d'IG, I3, 950 peuvent être un autre corps que les archers scythes que j’ai tendance à voir cantonnés dans la ville. À propos d'IG, I3, 950, N. Loraux pense que les noms gravés appartenaient à des troupes d’archers que, comme bien d’autres cités, Athènes employait pour combattre sur les bordures extrêmes du monde grec, contre des barbares eux-mêmes armés à la légère et porteurs d’arcs40. Ces archers pouvaient être des citoyens ou bien des mercenaires, grecs ou barbares.

  • 41 P. Foucart, Bulletin de correspondance hellénique, 14 (1890), p. 177-180.
  • 42 Rhodes 1981, p. 303-304, qui indique que ces archers, appartenant peut-être à cette date au corps (...)
  • 43 La solution a été suggérée par Dittenberger, Syll3, no 62 n. 5, et la démonstration établie par Pl (...)

13Notons pour finir qu’une inscription datée de 447/6 (IG, I3, 44), autrefois publiée par Foucart41, mentionne des archers athéniens, gardiens de l’Acropole, que l’on a rapprochés des 50 gardes de l’Acropole attestés au ve siècle par la Constitution des Athéniens, 24,342. Là encore, les archers scythes ne sont nullement concernés43. En l’état actuel des découvertes, il est donc difficile de vouloir retrouver des archers scythes dans certaines mentions d’archers conservées sur la pierre.

  • 44 Jongkees-Vos, Lissarrague et Ivantchik soulignent ce fait.
  • 45 Démonstration pour les Scythes à cheval dans Helbig 1904, p. 190 et suiv., reprise et améliorée pa (...)
  • 46 Jongkees-Vos 1963, p. 56-57 et pl. 18. Sur les Scythes à l’époque archaïque, on peut maintenant pa (...)
  • 47 Helbig 1904, p. 199.
  • 48 Dans un article fouillé où il reprend le dossier iconographique, Ivantchick 2006 montre que les at (...)

14Le second dossier documentaire a, quant à lui, été écarté : il s’agit des représentations sur vases de toute une série d’archers, qualifiés d’archers « scythes » mais qui n’ont rien à voir avec les esclaves publics athéniens44. La première raison tient à la nature des Scythes dans l’iconographie vasculaire. Reprenant les conclusions de M. W. Helbig dont les travaux portaient sur les cavaliers athéniens, A. Plassart souligna que les archers en costume scythique figurant sur des vases à figures noires, puis à figures rouges, étaient en réalité des huperetai, c’est-à-dire des soldats-ordonnances chargés d’accompagner les hoplites au combat. Chaque hoplite disposait en effet d’un compagnon (un valet ou un ordonnance), les deux parvenant à cheval sur le champ de bataille, le premier combattant à pied, le second, armé à la légère d’un arc ou d’un javelot, l’assistant à cheval durant le combat, plutôt au début et à la fin45. Les Scythes des vases étaient-ils des Barbares ou bien des Grecs ? M. F. Vos fait observer qu’un certain nombre d’archers ont un visage camus, non grec, et conclut que tous les archers sont barbares46. Helbig opte pour une solution moyenne47. Fidèle à sa méthode, F. Lissarague déplace la question en insistant sur le fait que les Scythes des vases sont une figure de l’autre guerrier : plutôt que des Scythes ethniques, il convient de voir dans ces personnages des manières athéniennes de « faire le Scythe ». Les Scythes des vases étaient-ils des esclaves ou des hommes libres ? D’une manière convaincante, dans une démonstration que Plassart n’évoque pas, Helbig envisage une évolution, correspondant chronologiquement au passage à la figure rouge, qui ferait des ordonnances habillés à la scythe les fils des hoplites qu’ils accompagnent. Après 530, on pourrait ainsi repérer les représentations d’une sorte d’initiation à la guerre des jeunes gens, ce que semblent pouvoir étayer certaines sources littéraires. Dans ce processus, les esclaves publics ne sont nullement concernés. Notons, pour finir, que l’on a même soutenu l’idée que les « Scythes » des vases portaient en réalité un costume perse48.

  • 49 Plassart 1913, p. 172 ; Jongkees-Vos 1963, p. 61-69.

15La raison essentielle qui doit nous inciter à définitivement écarter les images dans le cas qui nous occupe tient simplement à la chronologie. Les vases présentent de nombreux archers dits « scythes », à pied ou à cheval, entre c. 550 et c. 480, avec un floruit vers 530 où le thème semble prendre sa forme définitive. Lorsqu’à l’époque classique, les archers scythes sont présents à Athènes, les Scythes des vases ont disparu. Plassart soutenait cette affirmation dès 191349.

La date d’introduction des archers scythes : peu après 458/7 ?

16Deux documents littéraires permettent de définir avec une certaine précision la date d’introduction des archers scythes à Athènes. Il s’agit, d’un côté, d’un extrait du Sur la paix des Lacédémoniens, § 3-9, traditionnellement attribué à Andocide et daté de 392/1, et de l’autre, d’un extrait du Sur l’ambassade infidèle, § 172-176, d’Eschine, daté de 343. Dans les deux passages, qui semblent copiés l’un sur l’autre, les orateurs développent la même idée : les différentes paix athéniennes avec Sparte ont toujours constitué des périodes de prospérité mises à profit par la cité pour développer ses institutions et ses défenses militaires. Par commodité, nous reproduisons ci-dessous les deux extraits.

17Sur la paix des Lacédémoniens, III, 3-7 (trad. G. Dalmeyda, Andocide, Discours, CUF, légèrement modifiée) :

  • 50 Un éditeur, Dobree, porte πέντε.

3. Eh bien, quand nous avions la guerre en Eubée et que nous tenions Mégare, Pégai et Trézène, nous eûmes le vif désir de faire la paix. Miltiade, fils de Cimon, banni par ostracisme, vivait en Chersonnèse : comme il était proxène des Lacédémoniens, nous le rappelâmes dans le dessein de l’envoyer à Lacédémone pour engager les négociations.
4. Nous fîmes alors avec les Lacédémoniens une paix de 50 ans (πεντήκοντα)50, et les deux peuples l’observèrent pendant 13 ans. N’examinons d’abord, Athéniens, que ce seul point : durant cette paix notre régime démocratique a-t-il jamais été renversé ? Personne n’en saurait donner la preuve. Mais que d’avantages cette paix nous a valu ! Je les rappelle.
5. D’abord, pendant cette période, nous avons fortifié le Pirée et construit la partie Nord des Longs-Murs ; à la place de ces vieilles trières incapables de tenir la mer, qui nous avaient servi à remporter sur le Grand Roi et les Barbares les batailles navales qui délivrèrent la Grèce, à leur place, dis-je, avons construit cent trières, pour la première fois nous avons institué un corps de trois cents cavaliers et acquis trois cents archers scythes (καὶ πρῶτον τότε τριακοσίους ἱππέας κατεστησάμεθα, καὶ τοξότας τριακοσίους Σκύθας ἐπριάμεθα). Tels sont les avantages que nous valut la paix avec les Lacédémoniens, l’accroissement des forces qu’en retira la cité athénienne.
6. Par la suite, nous entrâmes en guerre à cause des Éginètes ; après avoir tour à tour souffert et infligé bien des maux, nous eûmes, de nouveau, un ardent désir de paix : dix citoyens choisis entre tous les Athéniens furent députés à Lacédémone avec pleins pouvoirs de traiter de la paix : parmi eux était Andocide, mon grand-père. Ces envoyés nous négocièrent une paix de 30 ans avec Lacédémone. Or, Athéniens, dans cette longue période, notre régime démocratique a-t-il jamais été renversé ? Je vous le demande : a-t-on surpris des gens qui travaillaient au renversement du régime ? Personne ne saurait le prouver.
7. Tout au contraire cette paix éleva si haut le peuple athénien, elle le rendit si fort que, d’abord, dans ces années de tranquillité, 1 000 talents furent portés à l’Acropole et une loi les déclara propriété réservée du peuple ; en outre, nous construisîmes 100 autres trières qui furent, elles aussi, spécialement réservées par ὶ (χιλίους τε καὶ διακοσίους ἱππέας καὶ τοξότας τοσούτους ἐτέρους κατεστήσαμεν), et le Long-Mur Sud fut édifié. Tels sont les avantages que nous valut la paix avec les Lacédémoniens, l’accroissement des forces qu’en retira la république athénienne.

Sur l'ambassade infidèle, II, 172-174 (trad. V. Martin et G. de Budé, Eschine, Discours, CUF, modifiée) :

  • 51 Auger et Mitford restituent Κίμωνος τοῦ Μιλτιάδου alors que le manuscrit porte Μ. τοῦ K. Mitford p (...)

172. Dans les temps anciens, après la victoire sur le Perse à Salamine, notre cité a joui de la gloire et, bien que ses murailles eussent été renversées par les Barbares, comme on était en paix avec Lacédémone, la constitution démocratique resta en vigueur. Il y eut alors des gens qui mirent le trouble dans l’État, et la guerre s’engagea avec Lacédémone. Après avoir, au cours de celle-ci, essuyé et infligé vous-mêmes beaucoup de maux, vous avez conclu une paix de cinquante ans par l’intermédiaire de Cimon fils de Miltiade51, qui dirigea les négociations en sa qualité de proxène des Lacédémoniens. Cependant cette paix fut observée treize ans.

  • 52 Προσκατεσκευασάμεθα selon Blass, éd. Teubner (repris par Schindel dans la nouvelle édition de 1978 (...)

173. C’est pendant cette période que vous avez fortifié le Pirée, élevé la muraille du (καὶ τριακοσίους δ' ιππέας προσκατεσκευασάμεθα52, καὶ τριακοσίους Σκύθας ἐπριάμεθα) : nous maintenions ferme le régime démocratique. Cependant des hommes sans et sans frein s’emparèrent du pouvoir et nous dûmes à nouveau entrer en guerre contre les Lacédémoniens à cause des Éginètes.

174. Après avoir subi des pertes sérieuses, nous eûmes un ardent désir de paix. Une ambassade, dont faisait partie Andocide, partit pour Lacédémone, et nous eûmes la paix durant trente années, qui amenèrent le peuple à un haut degré de prospérité. En effet, nous avons alors réuni au Trésor public de l’Acropole une somme de 1000 talents, construit 100 trières nouvelles et bâti des hangars à vaisseaux, équipé 1 200 cavaliers et autant d’archers (χιλίους δὲ καὶ διακοσίους ἱππέας κατεστήσαμεν καὶ τοξότας ἑτέρους τοσούτους), édifié enfin le Long-Mur du Sud. Personne, à cette époque-là, ne tenta de renverser la démocratie.

  • 53 C’est par exemple la position de G. Dalmeyda, Andocide, CUF, p. XXX n. 1, qui précise : « On a rem (...)

18Si l’on respecte la chronologie traditionnelle, le texte d’Eschine apparaît comme une reprise abrégée, souvent mot pour mot, du texte d’Andocide. A l’appui de cette thèse, suivie par tous les commentateurs, est invoquée la mention d’Andocide (au § 6 : « mon grand-père [qui s’appelle aussi Andocide] ») parmi les ambassadeurs de la paix de 30 ans conclue en 446. Pour certains commentateurs, cela semble constituer une preuve irréfutable qu’Eschine recopie Andocide53.

  • 54 Harris 2000, p. 479-505, auquel nous renvoyons pour le détail de la démonstration. L’une des consé (...)
  • 55 Harris 2000, p. 495.

19Pourtant, récemment, E. Harris est revenu sur le texte d’Andocide et a mis en doute son authenticité de manière convaincante54. E. Harris considère que le discours est en réalité un exercice d’école réalisé par un orateur de l’époque hellénistique55. Ce n’est donc pas Eschine qui recopie Andocide mais l’inverse : c’est le pseudo-Andocide (nous l’appellerons désormais comme cela) qui recopie Eschine. L’auteur anonyme du discours Sur la paix devait avoir à sa disposition plusieurs manuscrits, dont celui d’Eschine : il souhaita donc donner plus de vraisemblance à son texte en mentionnant Andocide comme le grandpère de l’orateur auquel il prêtait sa plume.

  • 56 Cf. déjà Martin 1886, p. 71-78 et 295-307 (contra Helbig 1904, p. 158-160, qu’on ne peut pas suivr (...)
  • 57 Bugh 1982, qui pensait qu’Eschine avait recopié et rectifié Andocide, a cherché à justifier partie (...)

20D’une manière générale, l’impression qui se dégage du texte du pseudoAndocide est qu’il cherche à développer certains points de celui d’Eschine et que, ce faisant, il commet des erreurs d’interprétation. E. Harris les recense avec précision. L’une des erreurs les plus significatives porte sur la transformation de καὶ τριακοσίους δ'ἱππέας προσκατεσκευασάμεθα (manuscrit d’Eschine) en καὶ πρώτον τότε τριακοσίους ἱππέας κατεστησάμεθα : là où Eschine indique que les Athéniens ont équipé trois cents cavaliers supplémentaires, ce qui correspond à la réalité puisque la cité est dotée d’une cavalerie depuis l’époque archaïque56, le pseudo-Andocide comprend qu'ils ont institué un corps de trois cents cavaliers pour la première fois57. Une autre erreur du pseudo-Andocide réside dans sa méprise du propos d’Eschine concernant les trières : celui-ci indique seulement que les Athéniens ont construit 100 trières en plus (πρός) de celles qui existaient, alors que celui-là pense que l’on remplaça (ἀντί) pour la première fois les trières de Salamine, ce qui ne peut correspondre à la réalité historique.

  • 58 Harris 2000, p. 503 n. 9, fait néanmoins remarquer : « But the manuscript of Aischines and Andokid (...)
  • 59 Helbig 1904, p. 163 ; Martin 1886, p. 124, qui parle de « système » dans cet arrangement oratoire.
  • 60 Plassart 1913, p. 154-155, à la suite de Helbig 1904, p. 236. Déjà Waszynski 1898, p. 26, pensait (...)
  • 61 La date fut reprise par Jacob 1928, p. 53 ; Lissarrague 1990, p. 126 ; Hunter 1993, p. 145 (« afte (...)

21Pour autant, la mise en doute de l’authenticité de l’auteur du discours Sur la paix avec les Lacédémoniens et le recensement d’erreurs nombreuses doivent-ils entraîner la mise en doute des propos rapportés par Eschine ? Concernant le passage qui nous intéresse, placé au début de l’œuvre, les commentateurs avaient déjà été très nombreux à relever les difficultés chronologiques liées à la succession des paix et à la datation des diverses réformes mentionnées. Très tôt, ils ont souligné plusieurs problèmes. Ainsi, la mention de « Miltiade fils de Cimon », le vainqueur de Marathon, semble fautive car l’on s’attendrait à trouver « Cimon, fils de Miltiade », vainqueur à l’Eurymédon (cf. la rectification d’Auger et Mitford, suivis par Dilts58). La paix de 50 ans entre Sparte et Athènes n’est pas connue par ailleurs, alors que l’on connaît l’existence d’une paix de 5 ans, traditionnellement datée de 451 av. J.-C., pour laquelle est intervenu Cimon. La synchronie des dates relatives aux différentes réformes a également laissé perplexes bien des savants. Après d’autres59, A. Plassart souligne que dans « ce passage qui contient des renseignements uniques sur l’organisation de la cavalerie et des archers, nous rencontrons en même temps de singulières erreurs historiques et chronologiques ». Comment ranger sous une même date la construction des deux Longs-Murs de Phalère et du Pirée, entreprise vers 458 et terminée au plus tard en 456, la construction par Thémistocle, en 482, de 100 trières avec l’argent du fermage des mines de Maronée, les fortifications du Pirée commencées sous l’archontat de Thémistocle en 493/2, puis interrompues et à nouveau reprises après Mycale et Sestos vers 476 ? Dès lors, le savant avouait la difficulté à dater l’introduction d’un corps de 300 cavaliers et de 300 Scythes, et finalement se rangeait « à l’avis de Helbig, qui rattache cette innovation à la grande réforme à laquelle l’armée athénienne fut soumise après la fondation de la confédération maritime », soit 47660. C’est donc à la date de 476, considérée comme la date d’introduction des Scythes à Athènes, que se rallièrent la plupart des études postérieures61.

  • 62 De même que le manuscrit d’Eschine, qui ne fut pas corrigé.
  • 63 Raubitschek 1954. L’article vise à préciser la chronologie du retour de Cimon dans sa cité, dès 45 (...)
  • 64 Thompson 1967, p. 483-490, qui ne connaît pas la notice de Raubitschek. L’article de cet auteur pa (...)

22D’autres savants ont en revanche accordé plus de confiance aux propos de fauteur du Sur la paix et tenté de résoudre les apparentes difficultés qui s’y trouvent. La solution consista essentiellement à rectifier « la paix de 50 ans », inconnue par ailleurs, en « la paix de 5 ans » conclue par Cimon. On sait en effet que la paix de 5 ans fut conclue grâce à l’intervention de l’homme politique athénien après son rappel de Chersonèse mettant fin à son ostracisme survenu en 461. Certes, le manuscrit du pseudo-Andocide porte πεντήκοντα62, mais Dobree crut pouvoir y lire πέντε. Certes, cette correction téméraire pourrait n’être considérée que comme une hypothèse improbable. Pourtant, des considérations chronologiques que nous tentons d’exposer maintenant nous incitent à la considérer comme vraisemblable. La question est en effet de savoir de quand date cette paix de 5 ans. Deux études indépendantes mais convergentes, celle d’A. E. Raubitschek63 et celle de W. E. Thompson64, ont, me semble-t-il, contribué à répondre à cette question de manière décisive, sans avoir toujours reçu l’écho qu’elles méritaient.

  • 65 Bengtson 1962, p. 46 no 143, renvoie à la bibliographie. Lui-même date la paix de 453.
  • 66 Éphore, cité par Diodore, XI, 86, confirme les témoignages d’Eschine et du pseudo-Andocide sur la (...)
  • 67 Théopompe, FGrH, 115 F 88, et Plutarque, Cimon, XVII et Périclès, X, permettent de déterminer que (...)
  • 68 Avant la bataille, les partisans de Cimon avaient en vain tenté de le faire revenir ; puis ils ava (...)
  • 69 Will 1980, p. 164 et n. 1.
  • 70 Raubitschek 1954, p. 380 et n. 1. De même, Raubitschek parvient à concilier Plutarque et Cornelius (...)

23Traditionnellement, la paix de 5 ans est datée de 45165. Cimon y prit une part active en sa qualité de proxène des Lacédémoniens66. Par ailleurs, si l’on se fie au témoignage de Théopompe et de Plutarque67, il apparaît que Cimon, ostracisé en 461, fut définitivement rappelé pour cette raison, après la défaite athénienne de Tanagra, soit durant l’été 45768. On comprend mal pourquoi la paix ne serait survenue que six ans après le retour du fils de Miltiade. Édouard Will ramène ce délai à 3 ans et date la paix de 5 ans de 45469 en arguant de l’indication de Thucydide selon laquelle « après un intervalle de 3 ans, un traité est passé entre les Athéniens et les Péloponnésiens, pour 5 ans » (I, 112, 1-2). Raubitschek contourne la difficulté principale soulevée par ce passage de Thucydide en considérant l’intervalle non pas comme trois années blanches après la fin des hostilités et la trêve de quatre mois conclue par Cimon en 458/7, mais comme trois années pleines de guerre : cela ramène le début du paragraphe de Thucydide en 461/0 et constitue une rupture dans l’écriture de l’auteur de la Guerre du Péloponnèse70. De son côté, Thompson montre qu’il convient simplement d’intervertir, dans le manuscrit de La Paix, « la guerre en Eubée » (mentionnée au début du § 3, avant la paix de 5 ans) avec « la guerre à cause d’Égine » (mentionnée au début du § 6, avant la paix de 30 ans de 446) pour rétablir la vérité historique et restituer une bonne chronologie en ancrant la date de la paix de 5 ans en 458/7.

24Selon Thompson, si l’on accepte la date de 458/7 pour la « paix de 5 ans » (et non de « 50 ans »), l’on comprend dès lors mieux pourquoi les deux passages indiquent que « cependant cette paix fut observée treize ans » (Sur l’ambassade, § 172) ou que « les deux peuples l’observèrent pendant treize ans » (Sur la paix, § 3). Il ne faut pas en effet comprendre qu’une mystérieuse « paix de 50 ans » ne dura que treize ans mais que la « paix de 5 ans », bien connue par ailleurs, qui devait donc durer cinq ans, se prolongea treize ans, ce qui nous amène en 446/5, selon Thompson. En 446, Athènes entre en guerre contre l’Eubée qui s’est révoltée. Alors que Périclès est déjà passé en Eubée, il doit revenir faire face à l’invasion de l’Attique par le roi Spartiate Pleistoanax puisque Mégare et son port Pegai, qui étaient tenus par les Athéniens depuis 461, lui ont ouvert la route. Cette deuxième guerre achevée, les Athéniens et les Spartiates concluent en 446 la paix de 30 ans mentionnée dans les deux extraits.

  • 71 Thucydide, I, 107, I et 108, 3, place la construction du Long-Mur Nord en 457, la dernière année d (...)

25Placer la paix de 5 ans en 458/7 permet d’éclairer davantage « la guerre à cause des Eginètes » mentionnée dans les deux extraits. Si, comme l’a bien vu Thompson, me semble-t-il, l’on ramène les événements d’Eubée à la paix de 30 ans dans le passage du Sur la paix, les événements d’Égine doivent être raccrochés au contexte de la paix de 5 ans. Cette paix marque-t-elle pour autant la conclusion de « la guerre à cause des Éginètes » ? On sait qu’Égine, alliée de Sparte, subit un siège de la part d’Athènes et dut capituler à l’annonce de la victoire athénienne d’Oinophyta (que l’on peut placer à la fin de 457, peu de temps après la défaite athénienne de Tanagra). É. Will considère que Cimon, rappelé au lendemain de Tanagra, ne put conclure immédiatement la paix de 5 ans à cause d’Égine qui subissait toujours le siège d’Athènes, alors que les Athéniens construisaient en hâte les Longs-Murs71 et que la cité insulaire ne tomba que plus tard (fin 457 ou début 456 selon lui). L’alliée de Sparte était-elle concernée par la paix ? Notons qu’Eschine, qui ne mentionne pas la guerre d’Eubée, indique qu’après la « paix de 5 ans », « cependant des hommes sans principe et sans frein s’emparèrent du pouvoir et nous dûmes à nouveau entrer en guerre contre les Lacédémoniens à cause des Éginètes » (§ 173). La mention des Éginètes se rapporte-t-elle aux événements de 458-456 ou bien plutôt à ceux qui précèdent la paix de 446 ? Après Oinophyta, Égine entra dans l'alliance athénienne mais conserva son autonomie. En 446, la paix de 30 ans rappelle ce principe. On aimerait en savoir plus sur les relations d’Égine et d’Athènes durant ces années, et connaître ces hommes sans principe et sans frein qui s’emparèrent du pouvoir.

  • 72 Thucydide, 1, 107, 1 et 108,3.
  • 73 Buch 1988, p. 39 et suiv., Harris 2000, p. 483.
  • 74 Thucydide, I, 93, 3-8.
  • 75 Les deux extraits ne mentionnent pas Thémistocle. Par ailleurs, on peut penser que des travaux eur (...)
  • 76 Comme le souligne Harris 2000, p. 484, la durée de vie d’une trière n’excède pas une trentaine d’a (...)
  • 77 Plutarque, Cimon, XII, 2.

26Placer la paix de 5 ans en 458/7 permet également de justifier partiellement une chronologie nouvelle pour des éléments aussi divers que la fortification du Pirée, la construction du Long-Mur Nord, l’augmentation de la flotte de 100 trières, la mise en place de 300 cavaliers supplémentaires et l’achat de 300 Scythes. L'élément le plus sûrement daté est la construction du Long-Mur Nord que Thucydide place en 458/772, ce qui s’accorde avec la date retenue pour la paix de 5 ans. De même, on considère maintenant que 300 cavaliers supplémentaires furent institués au lendemain de la défaite de Tanagra de 458/7 où les Athéniens virent les cavaliers thessaliens qu’ils avaient recrutés passer du côté des Lacédémoniens73. Pour le reste, il est évident que la fortification du Pirée ne peut être celle entreprise sous l’archontat de Thémistocle en 493/2. Thucydide rapporte que Thémistocle continua les travaux de fortification du Pirée tout de suite après la deuxième guerre médique74. On peut imaginer que des aménagements eurent lieu encore après75. De même, l’allusion à la flotte de 100 trières ne renvoie pas à la loi navale de Thémistocle en 483/2. Le texte d’Eschine, qui est le plus fiable, indique que les Athéniens construisirent 100 trières en plus de celles qui existaient, ce qui veut dire que depuis la victoire de Salamine, la cité procéda bien évidemment au remplacement des vieux vaisseaux (ce sur quoi s’arrête l’auteur du Sur la paix76 – mais Eschine ne mentionne pas ce fait en réalité) et également à une augmentation de la flotte existante. Plutarque indique qu’au début des années 460, pour la campagne de l’Eurymédon, Cimon « partit avec 300 trières que, dès l’origine, Thémistocle avait fort bien équipées en veillant à la vitesse et à la facilité de la manœuvre ; Cimon les élargit encore et ménagea un passage d’un pont à l’autre afin qu’elles pussent porter de nombreux hoplites et être plus redoutables pour les ennemis77 ».

27Si l’on veut donc bien suivre le raisonnement précédent relatif à la mention de la paix de 5 ans (au lieu de celle de 50 ans), à sa datation et à la possible convergence autour de cette date des éléments cités par Eschine, mal repris par le pseudo-Andocide, on pourra considérer que la date d’introduction des Scythes à Athènes se situe après 458/7.

L’agent du transfert : Speusinos ?

  • 78 Souda, s.v. τοζόται et Photios, s.v. τοξόται καὶ Σκύθαι καὶ Σπευσίνιοι ; de même que Pollux, VIII, (...)
  • 79 Voir en dernier lieu Osborne et Byrne 1994.
  • 80 Scholie à Aristophane, Acharniens, v. 54.
  • 81 Etymologicon Magnum, p. 762, 9, s.v. τοξόται (éd. Gaisford).

28Photios, Pollux et la Souda indiquent qu’un certain Σπεύσινος institua le corps des archers scythes78. Le nom est inconnu par ailleurs dans la prosopographie athénienne, pourtant bien recensée79, ce qui intrigue. Le nom lui-même diffère dans les notices d’autres lexicographes : le scholiaste d’Aristophane porte Πεύσινος80, alors que l’auteur de l'Etymologicon Magnum mentionne Σπουσῖνος81. L’adjectif qui dérive du nom propre et qualifie le corps varie de manière équivalente : ces esclaves publics sont appelés respectivement ou bien « Speusiniens » (Σπευσίνιοι), ou bien « Spousiniens » (Σπουσίνιοι), ou bien « Peusiniens » (Πευσίνιοι). Les lexicographes indiquent que cette dénomination est synonyme de τοξόται et de Σκύθαι.

  • 82 Chantraine 2009, s.v. πρίασθαι, qui renvoie à Benvéniste. Dans certains cas, le verbe peut avoir l (...)
  • 83 C’est le cas par exemple de Xénophon, Poroi, 4, 20, qui oppose les fermiers des taxes (τῷ τέλος πρ (...)
  • 84 Contrairement à ce qu’indique A. Bailly, Dictionnaire Grec-Français, Paris, 1894 (26e éd., 1963), (...)
  • 85 Piassart 1913, p. 188.

29Il est tentant de mettre en relation ces indications tardives avec les discours Sur l’ambassade infidèle (§ 173) et Sur la Paix (§ 5) qui mentionnent que les Scythes ont été achetés : dans chacun des textes, c’est la forme verbale ἐπριάμεθα qui est employée. Le verbe marque la réalisation d’un achat d’un objet ou d’un esclave82. Dans certains cas, la forme verbale peut signifier prendre à gage ou à bail83, mais il ne me semble pas que cela ait jamais été le cas dans le vocabulaire militaire84. Dans le vocabulaire du mercenariat, pour signifier l’idée de prendre à sa solde des archers ou tout autre corps de troupe, les textes emploient des composés de μισθός. Les 300 Scythes acquis par la cité, peut-être après 458/7, doivent donc être considérés comme des esclaves. On ignore quel fut le rôle joué par Speusinos dans cet achat. La Souda et le scholiaste d’Aristophane mentionnent « un certain Speusinos, le citoyen qui autrefois les [i.e. les archers scythes] rassembla en corps ». A. Plassart émet l’hypothèse, invérifiable, qu’il aurait proposé l’achat ou encore qu’il en aurait assuré les frais85.

  • 86 Flnley 1962, qui renvoie à l’article de Plassart pour les archers scythes.
  • 87 Hérodote, VI, 34-8.
  • 88 Hérodote, VI, 39.
  • 89 Plutarque, Cimon, XIV, 1, et notre passage du Sur la Paix, § 3, l’attestent.
  • 90 Plutarque, Périclès, XI et XIX.
  • 91 Plutarque, Alcibiade, XXXVI ; Xénophon, Helléniques, I, 5, 17 ; II, 1, 25 ; cf. Diodore, XIII, 105 (...)
  • 92 Ce rôle a été bien mis en avant par Moreno 2007, chapitre 4.

30Si l’on fait le lien entre l’origine de ces 300 hommes et le contexte dans lequel cet achat a pu être réalisé, il me semble que l’on peut admettre que Cimon n’a pas dû être totalement étranger à leur venue dans la cité. Ces Scythes ont pu être achetés sur les rives du Pont, probablement en Chersonnèse de Thrace, là même où Cimon se retira après son ostracisme. La région a toujours été une source d’approvisionnement en esclaves, notamment scythes86. Les liens entre Athènes et cette rive septentrionale de la mer Noire sont anciens et bien établis. Par Hérodote, nous savons que Miltiade l’Ancien prit possession de la région vers 54087 et que Miltiade le Jeune en maintint le contrôle, après son archontat de 524/3, allant jusqu’à se marier avec Hégésipylè, la fille du roi thrace Oloros88. Cimon, son fils, continua d’y exercer la domination familiale89. Plus tard, Périclès y établit des colons90, de même Alcibiade y séjourna91. Au ve siècle et plus encore au ive siècle, la région joua un rôle essentiel dans l’approvisionnement en grain de la cité92.

31Dans une note de son article, A. Plassart rappelle les hypothèses qui avaient prévalu chez certains savants allemands à la fin du xixe siècle, faisant de l’expédition pontique de Périclès au début des années 430 (mais leurs datations différaient sensiblement) la raison de l’introduction des archers scythes à Athènes. Ne peut-on pas au contraire y voir une des conséquences du retour de Cimon dans sa cité, même si aucune source n’autorise clairement cette conclusion ? Quoi qu’il en soit, non seulement les Scythes n’étaient pas des inconnus à Athènes puisqu’ils avaient eu un rôle à jouer à l’époque archaïque, ce dont témoigne l’iconographie vasculaire, mais aussi la présence de certains d’entre eux comme esclaves peut s’expliquer par les liens qui unissaient la cité et la Chersonnèse de Thrace.

  • 93 Plassart 1913, p. 193, à la suite de Waszynski, datait leur disparition de 378, datation basse rec (...)
  • 94 Ainsi Jacob 1928, p. 77, rejette l’utilisation que fait Plassart de Xénophon, Mémorables, III, 6, (...)
  • 95 Constitution des Athéniens, XXXV, 1. Cf. Rhodes 1981, p. 439, qui rappelle que ce sont ces huperet (...)
  • 96 IG, II2, 1006 + 1031, 1. 20-21 (daté de 122/1 av. J.-C.). cité par Rhodes 1972, p. 147 (cf. mainte (...)

32On pourra objecter que les Athéniens n’ont sans doute pas attendu la venue d’archers scythes à Athènes pour assurer les fonctions élémentaires de maintien de l’ordre public dans la ville. Pourtant, il semble difficile d’identifier un personnel antérieur aux archers scythes, à moins de supposer que la tâche incombait déjà à des esclaves publics et n’aurait pas laissé de traces. De même, il semble que l’on perde définitivement la trace des Scythes à la fin du ve siècle et non pas au début du ive siècle93. Car, au contraire, au début du ive siècle, les archers scythes semblent constituer les éléments emblématiques d’une époque révolue94. Il est probable que les Scythes ont fait les frais de la défaite de 404 puis de la refondation démocratique de 403. On sait que sous les Trente, 300 μαστιγοφόροι assuraient le service d’ordre de la ville95. La disparition des archers scythes, institution emblématique de la démocratie, avait peut-être déjà eu lieu. Notons qu’à l’époque hellénistique, les éphèbes étaient présents en armes à l’assemblée : peut-être assuraient-ils une fonction similaire à celle de leurs lointains prédécesseurs96, qui n’étaient ni athéniens ni grecs, et de condition servile.

Bibliographie

Bibliographie

Bäbler 1998 : Bäbler B., Fleissige Thrakerinnen und wehrhafte Skythen. Nichtgriechen im klassischen Athen und ihre archäologische Hinterlassenschaft, Stuttgart-Leipzig, 1998 (Beiträge zur Altertumskunde, 108).

Baughman 2003 : Baughman E., « The Scythian Archers : Policing Athens », dans C. W. Blackwell (éd.), Demos. Classical Athenian Democracy. A Publication of The Stoa : a Consortium for Electronic Publication in the Humanities, A. A. Mahoney et R. Scaife (éd.), 2003, p. 1-6 (www.stoa.org/projects/demos/home).

Bengtson 1962 : Bengtson H., Die Staatsverträge des Altertums, II. Die Verträge der griechisch-römischen Welt von 700 bis 338 v. Chr., Munich, 1962.

Bugh 1982 : Bugh G., « Aeschines and the Three Hundred Athenian Cavalrymen », Phoenix, 36, 4 (1982), p. 306-312.

Bugh 1988 : Bugh G., The Horsemen of Athens, Princeton, 1988.

Chantraine 2009 : Chantraine P., Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, 2009.

Couvenhes et Legras 2006 : Couvenhes J.-C. et Legras B. (éd.), Transferts culturels et politique dans le monde hellénistique (Actes de la journée d'études du 7 février 2004), Paris, 2006.

Deshours 2006 : Deshours N., Les mystères d’Andania, Bordeaux, 2006.

Fgrh - Jacoby E (éd.), Die Fragmente der griechischen Historiker, Berlin puis Leyde, 1923–

Finley 1962 : Finley Μ. I., « The Black Sea and Danubian Regions and the Slave Trade in Antiquity », Klio, 40 (1962), p. 51-59.

Frolov 2000 : Frolov E. D., « Die Skythen in Athen », Hyperboreus, 6 (2000), p. 3-30.

Gauthier 1971 : Gauthier P, « Les ξένοι dans les textes athéniens de la seconde moitié du ve siècle av. J.-C. », Revue des études grecques, 84 (1971), p. 44-79.

Glotz 1892 : Glotz G., « Ecclesia », dans C. Daremberg et E. Saglio (dir.), Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, II, 1, Paris, 1892, p. 520.

Greenhalgh 1973 : Greenhalgh P. A. L., Early Greek Warfare, Cambridge, 1973.

Hall 1989 : Hall E. M., « The Archer Scene in Aristophanes’ Thesmophoriazusae », Philologus, 133 (1989), p. 38-54.

Harris 2000 : Harris E. M., « The Authenticity of Andokides’ De Pace », dans P. Flensted-Jensen, T. H. Nielsen et L. Rubinstein (éd.), Polis and Politics. Studies in Ancient Greek History Presented to Mogens Hermann Hansen on his Sixtieth Birthday, August 20, 2000, Copenhague, 2000, p. 479-505.

Helbig 1904 : Helbig M. W., Les ἱππεῖς athéniens, Paris, 1904 (Mémoires de l’Institut national de France. Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 37, 1).

Hunter 1993 : Hunter V., Policing Athens. Social Control in the Attic Lawsuits, 420-320 B.C., Princeton, 1993.

IG = Inscriptiones Graecae, Berlin, 1903–

Ivantchik 2006 : Ivantchik A. I., « ‘Scythian’ Archers on Archaic Attic Vases : Problems of interpretation », Ancient Civilization from Scythia to Siberia, 12/3-4 (2006), p. 197-271.

Jacob 1928 : Jacob O., Les esclaves publics à Athènes, Liège, 1928 (rééd. anast., 1979).

Jongkees-Vos 1963 : Jongkees-Vos M.-F., Scythian Archers in Archaic Vase Painting, Groningue, 1963.

Lavelle 1992 : Lavelle B. M., « Herodotos, Scythian Archers and the doryphoroi of the Peisistratids », Klio, 74 (1992), p. 78-97.

Llssarrague 1990 : Lissarrague F., L’autre guerrier. Archers, peltastes, cavaliers dans l’imagerie attique, Paris, 1990.

Loraux 1981 : Loraux N., L’invention d’Athènes. Histoire de l’oraison funèbre dans la « cité classique », Paris, 1981.

Martin 1886 : Martin A., Les cavaliers athéniens, Paris, 1886 (BEFAR, 47).

Martin 1985 : Martin T. R., Sovereignty and Coinage in Classical Greece, Princeton, 1985.

Moreno 2007 : Moreno A., Feeding the Democracy. The Athenian Grain Supply in the Fifth and Fourth Centuries BC, Oxford, 2007.

Osborne et Byrne 1994 : Osborne M. J. et Byrne S. G., A Lexicon of Greek Personal Names, II. Attica, Oxford, 1994.

Perrin-Saminadayar 2007 : Perrin-Saminadayar É., Éducation, culture et société à Athènes. Les acteurs de la vie culturelle athénienne (229-88) : un tout petit monde, Paris, 2007.

Plassart 1913 : Plassart A., « Les archers d’Athènes », Revue des études grecques, 26(1913), p. 151-213.

Pope 1935 : Pope H., Non Athenians in Attic Inscriptions, New York, 1935 (rééd. anast., Rome, 1969).

Raubitschek 1954 : Raubitschek A. E., « Kimons Zurückberufung », Historia, 3 (1954), p. 379-380.

Rhodes 1972: Rhodes P. J., The Athenian Boule, Oxford, 1972.

Rhodes 1981: Rhodes P. J., A Commentary on the Aristotelian Athenaion Politeia, Oxford, 1981.

Rhodes 2001 : Rhodes P. J., « Skythai », dans Der Neue Pauly, 11, Stuttgart-Weimar, 2001, col. 644.

Sargent 1924 : Sargent R. L., The Size of the Slave Population at Athens during the Fifth and Fourth Century B.C., Urbana, 1924 [rééd. anast., 1973].

Sllverlo 1900: Silverio O., Untersuchungen zur Geschichte der attischen Staatssklaven, Inaugural Dissertation, Munich, 1900.

Spence 1994: Spence I. G., The Cavalry of Classical Greece, Oxford, 1994.

Syll3 = Dittenberger W., Sylloge inscriptionum Graecarum, 4 vol., 3e éd., Leipzig, 1915-1924 (réimpr. Hildesheim, 1982).

Thompson 1967 : Thompson W. E., « Andocides and Hellanicus », Transactions and Proceedings of the American Philological Association, 98 (1967), p. 483-490.

Waszynski 1898 : Waszynski S., De servis Atheniensum publicis, Dissertatio Inauguralis, Berlin, 1898.

Weiss 2004 : Weiss A., Sklave der Stadt. Untersuchungen zur öffentlichen Sklaverei in den Städten des Römischen Reiches, Stuttgart, 2004 (Historia Einzelschriften, 173).

Welwei 1974 : Welwei Κ.-W., Unfreie im antiken Kriegsdienst, 1. Athen und Sparta, Wiesbaden, 1974.

Wernicke 1891 : Wernicke K., « Die Polizeiwache auf der Burg von Athen », Hermes, 26 (1891), p. 51-75.

Wilamowitz-Moellendore 1893 : Wilamowitz-Moellendorf U. von, Aristoteles und Athen, II, Berlin, 1893.

Will 1980 : Will E., Le monde grec et l’Orient, I. Le ve siècle, 2e éd., Paris, 1980.

Notes

1 Les études portant sur ces archers scythes athéniens du milieu du ve siècle sont relativement nombreuses, bien que limitées, constituant un article ou bien le chapitre d’un livre. Les approches sont multiples, du point de vue des forces de police, des esclaves publics, des archers ou des Scythes. Bäbler 1998, p. 163-181, constitue un outil bibliographique utile, quoique non exhaustif, traitant des Scythes à Athènes à toutes les époques (notamment sous les Pisistratides) et à travers tout type de sources. Pour notre sujet, nous pouvons citer : Wernicke 1891 ; Waszynski 1898 ; Silverio 1900 ; Plassart 1913 ; Sargent 1924, p. 114-119 ; Jacob 1928, p. 53-78 ; Welwei 1974, p. 50-50-54 ; Hall 1989, p. 38-54 ; Hunter 1993, p. 144-149 ; Frolov 2000 ; Rhodes 2001 ; Baughman 2003. Pour les études relatives à l’iconographie vasculaire, cf. infra n. 4.

2 Déjà Wilamowitz-Moellendorf 1893, p. 202 n. 2, qui ne concevait pas que la police de la cité puisse être attribuée à des non-citoyens.

3 Plassart 1913 et Jacob 1928, qui rectifient sur plusieurs points Wernicke 1891.

4 Le dossier épigraphique est repris par Gauthier 1971 (puis Welwei 1974, p. 46-50, et Loraux 1981, p. 33-34) ; pour l’iconographie vasculaire, il convient de citer, outre PLASSART 1913, Jongkees-Vos 1963 ; Lissarrague 1990 et Ivantchik 2006 (riche bibliographie).

5 Ce concept, qui peut en dérouter plus d’un, n’est pas une fin en soi mais un moyen. Il ne cherche donc pas à remplacer les concepts « d’acculturation », de « métissage », « d’hybridation », de « syncrétisme », de « mixité culturelle », etc., mais à compléter ces approches en portant l’attention sur, à mon sens, quatre éléments : 1) non pas le temps long (ce que permettent de définir les processus d’acculturation ou de métissage), mais le temps court, celui de l’événement historique, un transfert culturel pouvant être – quand il peut l’être, bien évidemment – repéré par une date ; 2) au moins deux sphères culturelles hétérogènes mais en contact, avec passage d’un élément d’une sphère à l’autre, avec toutes les précautions méthodologiques et les limites nécessaires pour ce qui est de la définition de ces sphères, dotées d’une identité et de limites suffisamment claires pour que l’on puisse parler de transfert ; 3) un agent du transfert, un médiateur : une personne, un groupe repérable qui « transfère » l’objet, la pratique ou l’institution ; 4) l’adaptation qui est faite du transfert dans la sphère culturelle réceptrice : ses horizons d’attentes, ses aménagements, transformations, gauchissement de l’objet, de la pratique ou de l’institution. Cf. Couvenhes et Legras 2006 (introduction).

6 Plusieurs sources qualifient les archers scythes de δημόσιοι (Anecdota, I, p. 123, s.v. δημόσιος, éd. Bekker) ou de δημόσιοι ὐπηρέται (Scholie à Aristophane, Acharniens, v. 54 ; Souda, s.v. τοξόται, tau 771 et 772, éd. Adler).

7 Outre les ouvrages de Silverio, Waszynski, et Jacob, on pourra consulter, par comparaison avec une autre époque, Weiss 2004.

8 Scholie à Aristophane, Acharniens, v. 54 ; Photios, s.v. τοξόται καὶ Σκύθαι καὶ Σπευσίνιοι (éd. Naber) ; Pollux, Onomasticon, VIII, 132-133 (éd. Bethe) ; Etymologicon Magnum, s.v. τοζόται (éd. Gaisford) ; Souda, s.v. τοξόται, tau 771 et 772 (éd. Adler).

9 C’est cette difficulté, que l’on ne peut résoudre compte tenu de la pauvreté des sources, que souligne à sa manière Baughman 2003 dès le début de sa notice : « In Athens the so-called “Scythian Archers,” who may or may not have been from Scythia and who may or may not have been archers, served as a police force » (p. 1).

10 Scholie à Aristophane, Acharniens, v. 54 ; Souda, s.v. τοξόται, tau 771 (éd. Adler) : Τοξόται oἱ δημόσιοι ὑπηρέται, φύλακες τοῦ ἄστεος.

11 Souda, s.v. τοξόται, tau 772 (éd. Adler) : Τοξότου δημοσίου ὑπηρέτου, ἐπόπτου καλουμένου.

12 Pollux, Onomasticon, VIII, 132-133 (éd. Bethe) : οἱ μέντοι πρò τῶν δικαστηρίων καὶ τῶν ἄλλων συνόδων οί δημόσιοι ύπηρεται, ός έπέταττον ἀνείργειν τούς άκοσμοΰντας καί τούς α μὴ δεῖ λέγοντας ἐξαιρεῖν.

13 Aristophane, Acharniens, v. 21-22. Photios, Lexicon, s.v. σχονίον μεμιλτωμένον εἰ βραδύνοιεν ἐπὶ τὴν ἐκκλησίαν, οί τοξόται σχονίον μιλτοῦντες συνήλαυνον καὶ τὰ πραττηρια διέκλειον (éd. Naber) ; Souda, sigma 1810, s.v. σχονίον μεμιλτωμένον (éd. Adler). Sur ce point, cf. Glotz 1892.

14 Aristophane, Acharniens, v. 21-22. Photios, Lexicon, s.v. σχονίον μεμιλτωμένον (éd. Naber) :... καί τὰ πραττήρια διέκλειον. Jacob 1928, p. 60, comprend que « à l’heure fixée par les règlements des agoranomes, les toxotai faisaient quitter la place aux petits marchands (kapeloi) qui y installaient leur “bazar” ».

15 Outre Pollux, cité plus haut, les attestations sont nombreuses chez Aristophane, Assemblée des femmes, v. 258-260, v. 142-143 ; Acharniens, v. 54 ; Lysistrata, v. 437. Une loi insérée dans le discours d’Eschine, Contre Timarque, 35, indique une liste d’infractions commises par les orateurs de la boulè ou de l'ecclesia ainsi que leurs sanctions par des amendes infligées par des proèdres, vraisemblablement après la réforme de 378 ; cf. Rhodes 1972, p. 146.

16 Aristophane, Cavaliers, v. 663 ; cf. Jacob 1928, p. 59.

17 Silverio 1900, qui préfère admettre avec Haerdli que le fouet est leur seule arme.

18 Thesmophories, v. 930 et suiv. ; v. 1125 ; v. 1134.

19 Sur les rhabdophores hellénistiques, cf. Deshours 2006, p. 80, qui donne quelques parallèles.

20 La ξιπομάκαιρα apparaît dans les inventaires de l’Acropole : IG, I3, 356, 41 (413/2 av. J.-C.) ; IG, II2, 1380, 8 (après 390 av. J.-C.).

21 Thesmophories, v. 1 195.

22 Le scholiaste, cité par Jacob 1928, p. 56 n. 4, indique τὴν τοξοθήκην συβήνη καὶ αὐλοθήκη·λέγουσι δὲ καὶ τòν φαρετρεῶνα συβήνην.

23 Jacob 1928, ρ. 56.

24 Dans ses comédies, Aristophane insiste sur l’accent barbare des Scythes, lui donnant l’occasion de jeux de mots : cf. notamment Thesmophories, v. 1002. Le trait est sans doute grossi, ce qui contribue à brosser l’archétype comique d’un archer scythe borné et idiot.

25 L’arc est considéré dans l’imaginaire athénien comme une arme portant la mort à distance, une arme de lâches dont la valeur morale est bien inférieure à celle que développe le combat hoplitique : cf. le jugement porté sur l’utilisation des flèches par un Spartiate cité par Thucydide, IV, 40, à propos de la défaite des Homoïoï Spartiates à Sphactérie.

26 Le chiffre de 1 000 est difficile à interpréter. Comme le rappelle Jacob 1928, p. 64 et suiv., la question du nombre « a fait écrire une multitude d’articles, surtout en Allemagne ; ils ont singulièrement embrouillé ce délicat problème ». Il n’est pas sûr que la question puisse être totalement résolue. Le chiffre de 1000, derrière lequel il est tentant de déceler le système tribal, s’articule mal avec les 300 archers du départ, à moins de supposer une évolution semblable à celle que connut la cavalerie. À l’heure actuelle, les considérations comparatistes du taux d’encadrement de différentes populations urbaines par des policiers à travers les âges, développées par exemple par Sargent 1924, p. 118 et n. 48, ou Jacob 1928, p. 68-69, apparaissent datées. En revanche, depuis Plassart 1913, p. 189, il semble définitivement acquis que les 1 200 archers mentionnés par le discours Sur la paix, § 7, et celui sur L’ambassade infidèle, § 174, n’ont rien à voir avec les archers scythes mais constituent un corps d’archers, essentiellement citoyens, distinct du précédent et intégré à l’armée civique : au § 7 (ou § 174), τοξότας τοσούτους ἑτέρους ne peut pas se rapporter aux archers scythes mentionnés au § 3 (§ 172).

27 Lysistrata, v. 453.

28 À partir de la mention des quatre lochoi dans Lysistrata, v. 434-458, Jacob 1928, p. 72-73, a cru pouvoir établir que chaque loche était composé de 70 à 100 individus, soit une fourchette de 280 à 400 archers qu’il essaie d’ajuster au chiffre de 300.

29 Le « scytharque » : à l’appui de cette thèse, invoquée de manière rhétorique, Plassart 1913, p. 191, convient que l’on ne peut pas invoquer les deux statues retrouvées au Céramique en 1863 et 1864 (NM 823 et 824 ; cf. Bäbler 1998, p. 175 et suiv., qui donne la bibliographie). Représentant chacune un Scythe agenouillé, ces statues évoquent plutôt le souvenir de la vie militaire d’un Athénien mort vers le milieu du ive siècle. De même, ces deux statues ne peuvent pas être rapprochées de Pausanias, I, 29, qui nous apprend que les archers crétois avaient une tombe dans le Céramique. Le « toxarque » : Jacob 1928, p. 54, avance l’hypothèse par comparaison avec l’armée, mais il avoue : « aucune certitude n’est possible à ce sujet ».

30 Après le désastre de l’expédition de Sicile, un collège de 10 proboloi avait été désigné avec certains des pouvoirs dévolus à la boulè et aux prytanes ; cf. Rhodes 1981, p. 372-373.

31 Dans les Acharniens, v. 54, les prytanes essayent de faire arrêter Amphithéos par les archers scythes (cf. aussi Scholie, Acharniens, v. 54). De la même manière, dans Lysistrata, v. 434-458, un probolos appelle à la rescousse des archers scythes pour arrêter Lysistratè : ceux-ci s’avancent en ligne de bataille, en quatre lochoi. Dans les Thesmophories, v. 923, le prytane vient accompagné d’un archer scythe pour arrêter Mnési loque qui s’est mêlé aux femmes pendant la célébration des Thesmophories.

32 Platon, Protagoras, 319c

33 L’idée est clairement exprimée par Martin 1985, p. 36-37.

34 Contrairement à Wernicke 1891, p. 74, la surveillance de l’Attique était dévolue à des garnisons, peut-être dès avant le milieu du ive siècle, date à partir de laquelle sont attestés les documents épigraphiques.

35 IG, I3, 929 de 459/8 : sur la liste des soldats de la tribu Erechtéis tués à Chypre, en Égypte, en Phénicie, à Halieis, à Égine et à Mégare, on a ajouté postérieurement, au bas de la première colonne, huit noms dont quatre sont des noms d’archers (toxotai). IG, I3, 949 de 425/4 : neuf noms rangés sous la catégorie toxotai sont gravés à côté de deux noms d'engraphoi et de six noms de xénoi.

36 Pour IG, I3, 929 : « Ces archers, inscrits parmi les morts de la tribu, sont citoyens », affirme Plassart 1913, p. 196. Selon Gauthier 1971, p. 60 n. 50, compte tenu de la date de l’inscription, les toxotai de IG, I3, 949 font écho aux 800 toxotai dont dispose Cléon à Pylos (Thucydide, IV, 28, 4 et 32, 2), probablement des thètes, suivant en cela Plassart 1913, p. 198, contre Pope 1935, p. 79, qui estimait que ces archers étaient des mercenaires, sans argument.

37 Il s’agit, dans l’ordre chronologique d’Agora XVII, no 17 (431/0 av. J.-C.), no 14 (vers 430), no 22 (vers 413) et de IG, I3, 950 [révisé par Bradeen, Hesperia, 33 (1964), p. 41-42] (411).

38 Mais peut-être étaient-ils déjà influencés par la culture grecque, cf. Welwei 1974, p. 53-54.

39 Fr. 564 PCG, cité par Hall 1989, p. 54.

40 Loraux 1981, p. 33.

41 P. Foucart, Bulletin de correspondance hellénique, 14 (1890), p. 177-180.

42 Rhodes 1981, p. 303-304, qui indique que ces archers, appartenant peut-être à cette date au corps des 600 archers de l’armée athénienne, ne doivent pas être confondus avec les archers scythes.

43 La solution a été suggérée par Dittenberger, Syll3, no 62 n. 5, et la démonstration établie par Plassart 1913, p. 194, puis reprise par les commentateurs postérieurs.

44 Jongkees-Vos, Lissarrague et Ivantchik soulignent ce fait.

45 Démonstration pour les Scythes à cheval dans Helbig 1904, p. 190 et suiv., reprise et améliorée par Plassart 1913, p. 170 et suiv.

46 Jongkees-Vos 1963, p. 56-57 et pl. 18. Sur les Scythes à l’époque archaïque, on peut maintenant partir de Lavelle 1992, p. 78-97.

47 Helbig 1904, p. 199.

48 Dans un article fouillé où il reprend le dossier iconographique, Ivantchick 2006 montre que les attributs scythes des archers des vases sont des attributs perses et disparaissent au lendemain des guerres médiques. On comprend qu’à cette date la vision d’un Perse pouvait indisposer.

49 Plassart 1913, p. 172 ; Jongkees-Vos 1963, p. 61-69.

50 Un éditeur, Dobree, porte πέντε.

51 Auger et Mitford restituent Κίμωνος τοῦ Μιλτιάδου alors que le manuscrit porte Μ. τοῦ K. Mitford propose également de corriger Andocide. Dilts, Aeschinis Orationes, Stuttgart, 1997 (éd. Teubner), suit Mitford.

52 Προσκατεσκευασάμεθα selon Blass, éd. Teubner (repris par Schindel dans la nouvelle édition de 1978), et Adams, éd. Loeb, que nous suivons. C’est également la lecture que suivent Bugh 1982, p. 306 et n. 5, et Harris 2000, p. 482. ; κατεσκευασάμεθα selon Martin et de Budé, éd. CUF.

53 C’est par exemple la position de G. Dalmeyda, Andocide, CUF, p. XXX n. 1, qui précise : « On a remarqué qu’Eschine emprunte jusqu’à la mention d’Andocide, grand-père de l’orateur. Il est naturel que ce personnage, de peu de notoriété, soit nommé par son petit-fils, fier de rappeler que son aïeul prit part à la négociation d’un traité avec Lacédémone. Eschine avait beaucoup moins de raisons de le nommer, et surtout de lui donner sensiblement plus d’importance que n’ait fait son petit-fils. Ces deux textes, on le voit, pouvaient être d’un intérêt tout particulier quand on mettait en doute l’authenticité du discours d’Andocide. »

54 Harris 2000, p. 479-505, auquel nous renvoyons pour le détail de la démonstration. L’une des conséquences de cette mise en doute de l’authenticité du discours d’Andocide est qu’il ne constitue plus la seule exception d’un discours symbouleutique prononcé devant l’assemblée avant ceux de Démosthène. Liés l’Antiquité, Harpokration et Dionysios ont considéré que le discours était un faux.

55 Harris 2000, p. 495.

56 Cf. déjà Martin 1886, p. 71-78 et 295-307 (contra Helbig 1904, p. 158-160, qu’on ne peut pas suivre) ; Greenhalgh 1973, p. 111-136 ; Bugh 1988, p. 3-38 ; Spence 1994, p. 63-64.

57 Bugh 1982, qui pensait qu’Eschine avait recopié et rectifié Andocide, a cherché à justifier partiellement « l’erreur » d’Andocide. Dans son article, il considère que : 1) Eschine a rétabli la vérité historique en supprimant le πρώτον τότε, mais que : 2) il a mal compris le sens profond de κατεστησάμεθα, qui faisait référence à la procédure de la katastasis, tout en reconnaissant que : 3) κατεστησάμεθα peut avoir un sens moins technique, comme cela apparaît au § 7 du discours sur la Paix. La procédure de la katastasis, que Bugh a contribué à expliquer de manière très satisfaisante dans Bugh 1988, p. 56-58, est un système de prêt, n’excédant pas 1 200 drachmes, octroyé par la cité à un cavalier pour l’achat de sa monture. Ce prêt est certainement un moyen de permettre à des citoyens moins fortunés d’accéder au corps militaire des cavaliers à une époque où la cavalerie joue un rôle plus tactique sur le champ de bataille. Beaucoup, parmi lesquels Bugh 1988 qui ne cite pas son article de 1982 dans Phoenix, pensent que la katastasis fut mise en place, conjointement avec les sitoi et la timesis, au moment où la cavalerie atteignit le chiffre de 1 000 cavaliers, entre la paix de 30 ans et le début de la guerre du Péloponnèse.

58 Harris 2000, p. 503 n. 9, fait néanmoins remarquer : « But the manuscript of Aischines and Andokides give no variant readings. Given the unanimity of the manuscripts, the tendency of each author to make historical errors, and the agreement between Aischines and the De Pace, there is no justification for emending either passage. »

59 Helbig 1904, p. 163 ; Martin 1886, p. 124, qui parle de « système » dans cet arrangement oratoire.

60 Plassart 1913, p. 154-155, à la suite de Helbig 1904, p. 236. Déjà Waszynski 1898, p. 26, pensait que l’achat des Scythes se plaçait au lendemain de la deuxième guerre médique.

61 La date fut reprise par Jacob 1928, p. 53 ; Lissarrague 1990, p. 126 ; Hunter 1993, p. 145 (« after the Persian War ») ; Frolov 2000, p. 16. Silverio 1900, p. 26, plaçait l’introduction des Scythes en 449 (date de la paix de 5 ans), donc au milieu du ve siècle, date qu’à tendance à croire vraisemblable Welwei 1974, p. 51.

62 De même que le manuscrit d’Eschine, qui ne fut pas corrigé.

63 Raubitschek 1954. L’article vise à préciser la chronologie du retour de Cimon dans sa cité, dès 458/7.

64 Thompson 1967, p. 483-490, qui ne connaît pas la notice de Raubitschek. L’article de cet auteur parvient à une conclusion similaire mais par un autre moyen.

65 Bengtson 1962, p. 46 no 143, renvoie à la bibliographie. Lui-même date la paix de 453.

66 Éphore, cité par Diodore, XI, 86, confirme les témoignages d’Eschine et du pseudo-Andocide sur la part prise par Cimon dans la conclusion de la paix.

67 Théopompe, FGrH, 115 F 88, et Plutarque, Cimon, XVII et Périclès, X, permettent de déterminer que Cimon fut rappelé par Périclès moins de cinq ans après son ostracisme survenu au printemps 461, soit durant l’été 457. Le retour se place après la bataille de Tanagra que l’on date de 458/7.

68 Avant la bataille, les partisans de Cimon avaient en vain tenté de le faire revenir ; puis ils avaient montré leur soutien au régime démocratique en combattant sur le champ de bataille avec la panoplie de Cimon ; tous avaient été tués ; cf. Plutarque, Cimon, XVII et Périclès, X.

69 Will 1980, p. 164 et n. 1.

70 Raubitschek 1954, p. 380 et n. 1. De même, Raubitschek parvient à concilier Plutarque et Cornelius Nepos, Cimon, 3, qui indiquent que l’expédition de Chypre (où Cimon trouva la mort) suit la paix de 5 ans.

71 Thucydide, I, 107, I et 108, 3, place la construction du Long-Mur Nord en 457, la dernière année de la guerre contre Egine et avant la paix avec Sparte. Plutarque, Cimon, XIII, 8.

72 Thucydide, 1, 107, 1 et 108,3.

73 Buch 1988, p. 39 et suiv., Harris 2000, p. 483.

74 Thucydide, I, 93, 3-8.

75 Les deux extraits ne mentionnent pas Thémistocle. Par ailleurs, on peut penser que des travaux eurent lieu au Pirée au milieu du ve siècle puisque Hippodamos de Milet, dont l’existence est attestée de manière très ténue, participa à la fondation de Thourioi, en 446-443. On peut placer son activité à l’époque de l’ascension politique de Périclès.

76 Comme le souligne Harris 2000, p. 484, la durée de vie d’une trière n’excède pas une trentaine d’années.

77 Plutarque, Cimon, XII, 2.

78 Souda, s.v. τοζόται et Photios, s.v. τοξόται καὶ Σκύθαι καὶ Σπευσίνιοι ; de même que Pollux, VIII, 131.

79 Voir en dernier lieu Osborne et Byrne 1994.

80 Scholie à Aristophane, Acharniens, v. 54.

81 Etymologicon Magnum, p. 762, 9, s.v. τοξόται (éd. Gaisford).

82 Chantraine 2009, s.v. πρίασθαι, qui renvoie à Benvéniste. Dans certains cas, le verbe peut avoir le sens de corrompre.

83 C’est le cas par exemple de Xénophon, Poroi, 4, 20, qui oppose les fermiers des taxes (τῷ τέλος πριαμένῳ) aux loueurs d’esclaves (τῶ ἀδράποδα μισθουμένφ).

84 Contrairement à ce qu’indique A. Bailly, Dictionnaire Grec-Français, Paris, 1894 (26e éd., 1963), p. 1621, s.v. πρίαμαι, qui renvoie au § 3 du passage du Sur la paix (avec la numérotation d’avant l’édition Teubner : And, 24, 9) en le traduisant de manière fautive par « prendre des archers à sa solde ».

85 Piassart 1913, p. 188.

86 Flnley 1962, qui renvoie à l’article de Plassart pour les archers scythes.

87 Hérodote, VI, 34-8.

88 Hérodote, VI, 39.

89 Plutarque, Cimon, XIV, 1, et notre passage du Sur la Paix, § 3, l’attestent.

90 Plutarque, Périclès, XI et XIX.

91 Plutarque, Alcibiade, XXXVI ; Xénophon, Helléniques, I, 5, 17 ; II, 1, 25 ; cf. Diodore, XIII, 105, 3.

92 Ce rôle a été bien mis en avant par Moreno 2007, chapitre 4.

93 Plassart 1913, p. 193, à la suite de Waszynski, datait leur disparition de 378, datation basse rectifiée partiellement par Jacob 1928, p. 76-78, qui ne peut que constater, avec Plassart, qu’« on ne trouve plus les Scythes à l'ecclesia en 378 ». En 378, en effet, les trente sullogeis tou dèmou se joignent aux lexiarques pour assister les neuf proèdres et frapper d’amende les retardataires, expulser les intrus et les perturbateurs (cf. G. Glotz, dans C. Daremberg et E. Saglio (dir.), Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, Paris, 1877-1919, II, 1, p. 521, s.v. Ecclesia).

94 Ainsi Jacob 1928, p. 77, rejette l’utilisation que fait Plassart de Xénophon, Mémorables, III, 6, 1 et de Platon, Protagoras, 319c, qui font tous deux allusion aux toxotai, pour dater la disparition des Scythes. En effet, dans le premier cas, les entretiens sont censés se dérouler du vivant de Socrate et dans le second, le dialogue a lieu dans la maison de Callias, quarante ans avant la date d’écriture.

95 Constitution des Athéniens, XXXV, 1. Cf. Rhodes 1981, p. 439, qui rappelle que ce sont ces huperetai qui emmenèrent Théramène à la mort (Xénophon, Helléniques, II, 3, 23 et 54-55, armés d’épées ; Diodore, XIV, 5, 1) et que le terme signifie assez souvent esclave, mais pas toujours.

96 IG, II2, 1006 + 1031, 1. 20-21 (daté de 122/1 av. J.-C.). cité par Rhodes 1972, p. 147 (cf. maintenant Perrin-Saminadayar 2007, T26, qui n’évoque pas cette hypothèse).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search