Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transferts culturels et droits dans le monde grec et hellénistique

 | 
Bernard Legras

Transferts culturels et construction des droits durant l’époque archaïque et classique

Tyrannie grecque et royautés orientales

Françoise Ruzé

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, Morris 2003.
  • 2 Schnapp-Gourbeillon 2007, p. 226-235.
  • 3 Ruzé 1989, p. 228-231.
  • 4 Thucydide, 1, 13, 1 : « Lorsque la Grèce fut devenue plus puissante et qu'elle acquit encore plus (...)

1Les historiens semblent éprouver une grande fascination pour la tyrannie grecque archaïque, devenue très à la mode : les publications à son sujet se sont multipliées, affinant l’utilisation des sources et faisant sensiblement progresser la compréhension du phénomène. Dans la foulée, ces études ont permis une vision beaucoup plus historique de ce qu’était la royauté grecque archaïque, à savoir quelle semble ne pas avoir existé sous forme de monarchie, à de rares exceptions près (Cyrène, Macédoine, Bosphore cimmérien). Les rois dont on nous parle s’inscrivent dans des traditions mythiques, tels Thésée à Athènes ou Pheidon à Argos, et des reconstructions généalogiques1, ou alors il s’agit de magistrats dont la fonction est d’abord religieuse. Le wanax mycénien lui-même n’est plus le monarque absolu qu’on avait cru pouvoir imaginer2 et les rois de Sparte ne sont certainement pas des monarques, même s’ils sont plus que les simples magistrats militaires d’Aristote. Il y a près de 20 ans3, j’avais souligné que les basileis homériques constituaient une sorte de gouvernement autour d’un chef « plus roi » que les autres, mais qui ne saurait agir sans eux, sous peine de provoquer des catastrophes. Lorsque Thucydide oppose à la tyrannie les « royautés traditionnelles » (patrikai basileiai)4 reposant sur des « avantages convenus » (rhèta gérea), il suggère une sorte de pacte : les avantages d’une fonction (pouvoir, revenus), mais fixés par accord oral, selon un protocole dont nous ignorons tout.

2Il n’y aurait donc pas eu en Grèce, du moins à notre connaissance, d’antécédent au pouvoir solitaire du tyran, et c’est pourquoi il a fallu un mot nouveau, emprunté à une langue anatolienne et cela n’est pas sans signification : est-ce parce qu’il y a une ressemblance avec des pouvoirs orientaux ou est-ce à cause du mot que l’on a inventé cette ressemblance ? Et, finalement, sur quoi repose celle-ci ? Pour mieux le comprendre, je voudrais dresser un rapide bilan des études sémantiques avant d’aborder quelques thèmes qui permettent de mesurer la pertinence des traits monarchiques qui sont imputés aux tyrans archaïques.

La sémantique de turannos5

  • 5 Voir les très bonnes mises au point parues dans Ktèma 1991 et 1993.
  • 6 Parmentier 1991.
  • 7 C’était déjà le point de vue de Polybe, V, 11,6 (trad. P. Pédech) : « C’est le propre d’un tyran d (...)

3Nos renseignements sur les personnages historiques antérieurs au Ve siècle nous viennent essentiellement d’Hérodote et de Nicolas de Damas. Ce dernier, qui écrivit son Histoire universelle à l’instigation du roi de Judée, Hérode, est incité à réécrire l’histoire selon l’optique des rois hellénistiques dont les rois archaïques deviennent les archétypes6 ; à l’opposé, le tyran est présenté comme un chef qui se maintient au pouvoir par la force, à défaut de popularité7. Même si cela ne convient pas toujours, l’image du tyran est négative, ce qui l’amène à appeler rois Gygès ou Kypsélos dont la réputation est trop favorable pour qu’on puisse les noircir.

  • 8 Lévy 1993 ; Dewald 2003. Je laisse de côté le cas des tyrans des cités grecques d’Asie sous contrô (...)
  • 9 Flusin 1999, p. 138, considère qu’en disant du Mède Déiokès qu’il « avait le désir de la tyrannie (...)
  • 10 White 1955, p. 3-4, repris par Parker 1998, p. 164. Page 168, Parker souligne que Thucydide est au (...)
  • 11 Cf. Ruzé 2007, p. 256-257.

4Les emplois des deux termes étaient apparemment moins clairs pour Hérodote8 : dès lors qu’il envisage un pouvoir absolu, il peut aussi bien parler de basileus que de turannos, le premier ayant un sens plus institutionnel, le second évoquant les modalités d’exercice du pouvoir9. Mais jamais il ne qualifie de turannos un basileus au pouvoir limité et régulé, tel le roi de Sparte ou tout magistrat de ce nom. Thucydide est le premier auteur à avoir clairement qualifié tyrans et rois et il donne toujours à turannos une connotation négative, reflétant peut-être le point de vue des Athéniens de son temps10. L’obsession de la menace tyrannique est alors très présente à Athènes, comme en témoignent le développement du culte des tyrannoctones, les rumeurs engendrées par l’affaire des Hermès en 415, ou encore les remarques d’Aristophane dans les Guêpes (v. 463-506) qui datent de 42211.

  • 12 Casëvitz 1991 a bien montré l’absence totale de connotation négative alors associée à ce terme.

5En fait, les hésitations à employer turannos dans un sens négatif s’expliquent bien quand on examine l’usage qu’en fait la poésie archaïque dans laquelle il apparaît, terme emprunté à une langue anatolienne dont l’identification reste controversée12. Archiloque est le premier à l’utiliser à propos de Gygès, roi de Lydie, suggérant que la puissance du tyran peut être enviée au même titre que la richesse (W 19) :

« Je ne me soucie pas de Gygès et de ses trésors.
L’envie n’a jamais habité mon cœur et je n’ai point de colère
contre l’ordre établi par les dieux. Je ne souhaite pas l’altière puissance d’un tyran.
Tout cela est bien loin de mes yeux. »

  • 13 Parker 1998, p. 151-152 n. 10.
  • 14 Le « chéri-du-peuple » comme le traduit Casevitz 1991, p. 209 n. 12.

6Le poète n’évoque là que des désirs ordinaires chez les mortels13. Ailleurs, lorsqu’il ironise sur un certain Léophilos14, la coqueluche des Thasiens, devenu leur maître absolu, ce n’est pas lui qu’il condamne mais le ridicule des Thasiens béats devant lui.

  • 15 Salmon 1997, p. 68-69 : il s’interroge sur le rejet de la tyrannie par Solon et conclut que cela n (...)

7Solon aussi rejette la tyrannie en soulignant qu’il aurait pu l’accepter et qu’on le considère comme un sot d’avoir refusé un tel pouvoir ; Pisistrate l’acceptera malgré ses conseils, nous dit-on. Si Solon méprise la tyrannie, c’est au même titre que n’importe quel excès ; de richesse, de pouvoir, de consommation ; il se veut un « homme du milieu » et, comme d’autres poètes sans doute peu fortunés, il critique la débauche de luxe comme celle de puissance. A la « force pure (bia) du tyran » (W 34, 8) répondent les moyens qu’il a mis en œuvre pour réformer, à savoir « l’autorité (kratos) de la loi en ajustant l’une à l’autre force et justice (bia kai dikè) » (W 36, 1 5-16)15 Mais les troubles persistèrent. Postérieur d’un siècle, Pindare, n’hésite pas à faire l’éloge de Hiéron de Sicile en l’appelant tantôt roi ou prytanis, tantôt tyran (notamment Pythique, III, 70-3 et 84-6) et, s’il chante « l’horreur du destin des tyrans » (Pythique, XI, 50-52), c’est pour souligner sa nécessaire brièveté, faute de modération.

  • 16 Selon Lane Fox 2000, p. 37-40, qui le situe plutôt avant 560.
  • 17 Par exemple, Homère : Achille (Iliade, 1, 231) traite Agamemnon de « roi dévoreur du peuple » (dèm (...)
  • 18 Voir l’analyse de l’atteinte à la doxa par Pittacos dans Kurke 1994, p. 80 et suiv.
  • 19 Wees 2000.
  • 20 Lanza 1997, p. 187.

8Pour ces poètes, la tyrannie n’est donc qu’une forme de pouvoir comme une autre, un pouvoir enviable car il est fort, mais dangereux car il est fragile. Deux poètes toutefois sembleraient lui donner une connotation nettement négative : Théognis de Mégare et Alcée de Mytilène. Nous ne trouvons pas de mention de tyran dans le corpus ancien de Théognis (v. 19-254)16, mais il évoque des troubles qui entraînent « staseis, massacres entre citoyens, monarques » (v. 51-52). Dans des vers postérieurs et difficiles à dater, le tyran est dit dèmophagos, « dévoreur de son peuple » (1182), ce qui reprend Homère et Hésiode17. De même Alcée, dans les premières décennies du vie siècle, critique la tyrannie et notamment celle de Pittacos, dont il dit aussi qu’il « dévore la cité » (LP, 70, 6 ; 129, 23-24). Mais ils n’expriment l’un comme l’autre que leur hostilité aux gens au pouvoir qui n’ont pas l’heur de leur plaire, notamment s’ils les estiment socialement inférieurs. Derrière ces critiques, nous discernons la rivalité de groupes d’aristocrates, furieux de voir s’imposer le chef adverse, surtout s’il s’avise de remettre de l’ordre en rompant avec celui qu’ils avaient établi18. Cela permet à Hans van Wees de rapprocher, avec prudence mais efficacité, les bandes d’aristocrates mégariens des mafiosi siciliens19. Donc, le tyran que critiquent ces poètes, des aristocrates eux aussi, c’est celui qui conteste leur autorité et les prive d’un pouvoir qu’ils devraient au moins partager avec le chef, pensent-ils20.

  • 21 Pour Platon, République, IX, 573bc, il y a tyrannie dès lors qu’un homme laisse son âme s’abandonn (...)
  • 22 Dans les Perses (472), Eschyle offre la première représentation grecque connue du « despotisme ori (...)
  • 23 Voir aussi Lenfant 1993.

9Les auteurs tragiques du ve siècle insistent plus particulièrement sur le tyran virtuel qui sommeille en tout chef et qui se réveille dès que survient une crise ou une opposition qui le surprend21. Certes, nous trouvons encore fréquemment des emplois indifférenciés de tyrannos, et il existe des rois qui, à la manière des rois homériques, respectent les traditions et, surtout, ne songent pas à gouverner seuls, sans consulter, voire sans faire voter. Mais lorsque le roi rejette les avis du chœur comme ceux de son entourage, lorsqu’il insulte le devin porteur d’avertissements contrariants et lorsqu’il se montre soupçonneux envers tous et profère des menaces, qu’il prend des ordonnances contraires aux nomima, c’est un portrait stéréotypé du tyran qui se dresse devant nous, du chef isolé, enfermé en lui-même et confiant dans ses seules opinions. C’est Créon dans Antigone, mais c’est aussi Zeus dépeint par Prométhée, tous deux de « jeunes » chefs inquiets pour leur autorité. La tragédie nous montre clairement que, même dans les projections mythiques, les Athéniens ignorent ce que serait une « monarchie » non tyrannique. De plus, comme l’a souligné D. Lanza, la tyrannie des tragiques est une figure idéologique : l’opposé absolu du sage en politique, la quintessence de ce que la cité rejette (non-liberté, démesure, impiété, irrationalité), avec en outre une confusion totale entre intérêt personnel et pouvoir, sentiments privés et droit. Ce sont à la fois la psychologie et la destinée humaine qui sont mises en évidence : la tragédie nous fait assister à la décomposition progressive du personnage qui fabrique sa propre ruine ; Zeus, lui, finira par y échapper, car Prométhée l’amène à suivre une voie qui le mène du jeune tyran des débuts au dieu des dieux, si nous ne nous trompons pas sur le contenu de la trilogie d’Eschyle22. Or, le monarque délabré que met en scène Sophocle à la fin d'Œdipe-roi ou d'Antigone n’a que de lointains rapports avec le tyran archaïque qui apparaît comme accoucheur d’une cité plus forte et fondée sur la loi, au point que sa réussite même rend sa succession difficile. Quant à Créon ou à Étéocle, respectivement dans les Suppliantes et les Phéniciennes d’Euripide, leur refus de respecter les règles de la guerre pour l’un, le serment prêté à son frère pour l’autre, illustre leur goût du pouvoir poussé jusqu’au risque de ruiner leur cité ; cela suffit à les caractériser comme des tyrans23.

  • 24 Je crois, en effet, que les conflits étaient plus larges, impliquant l’ensemble de la société, du (...)

10Cette rapide revue des usages du terme « tyran » chez les historiens, les poètes et les dramaturges souligne la difficulté d’en percevoir une valeur univoque, en l’absence d’un terme courant pour désigner le pouvoir autocratique. Cependant, il appert qu’a bien existé ce que nous appelons « l’âge des tyrans » aux viie-vie siècles, mais la nature de ces tyrannies est obscurcie par l’ambiguïté de nos sources qui mêlent éloges et condamnations et qui ne permettent pas de dégager les raisons pour lesquelles la tyrannie fut autre chose qu’un simple avatar du pouvoir aristocratique avec ses luttes d’influence24. Derrière l’ambiguïté de la représentation du tyran, on a suggéré une contamination de la représentation que l’on se faisait des seules monarchies connues, celle de Lydie mais surtout celle des Perses. Il nous faut donc examiner la pertinence des rapprochements entre ce nouveau pouvoir et celui des monarchies orientales.

Un pouvoir nouveau

  • 25 Je laisse de côté Pittacos de Mytilène qui a cette particularité de s’en être tenu aux dix années (...)
  • 26 C’est dans la tragédie que nous trouvons un pouvoir légitime ; les historiens, eux, préfèrent insi (...)

11Les récits dont nous disposons reconstituent des prises de pouvoir, par les rois ou par les tyrans, selon des schémas assez stéréotypés. Quatre récits de prises de pouvoir par des rois orientaux (Gygès, Déiokès, Cyrus et Darius) soulignent la rupture qu’ils provoquent, mais leurs successeurs directs sont également vus en rupture avec eux (Cyrus, Cambyse, Xerxès). De même, la personnalité des seuls tyrans grecs suffisamment documentés, Kypsélos, Pisistrate et Polycrate, s’oppose à celle de leurs successeurs comme à celle de leurs prédécesseurs25. Comme si un tel pouvoir ne pouvait s’inscrire dans une continuité dynastique, malgré les apparences26. Du reste, le nouveau pouvoir se justifie par les déficiences du pouvoir précédent qui sont toujours soulignées : conflits de pouvoir et anarchie (ex. Deiokès chez les Mèdes et Pisistrate à Athènes), usurpation du pouvoir et cruauté (ex. Bardiya/Smerdis selon Darius), arrogance et violence du clan des Bacchiades qui détiennent le pouvoir et sont haïs des Corinthiens, selon Nicolas de Damas.

  • 27 Cf. Flusin 1999, n. 9.
  • 28 Sur Kypsélos, Hérodote, V, 92 ; Nicolas de Damas, FGrN, 90 F 57. Pour Tourraix 2005, Deiokès est l (...)
  • 29 Geste de Cyrus dans Hérodote, I, 107-129. Lenfant 1996, p. 367-369, développe les doutes que susci (...)
  • 30 Nous retrouvons ce thème dans le mythe d’Œdipe, par exemple.

12En même temps, celui qui prend le pouvoir est un proche du prédécesseur, mais il se sent contraint d’employer la force s’il rencontre une quelconque résistance. Deiokès se rend célèbre parmi des tribus mèdes qui n’arrivaient pas à régler leurs conflits, en s’imposant comme maître de justice capable de rétablir le calme ; il lui suffit dès lors de faire la grève pour que tous prennent conscience de l’importance de la paix entre tribus et clans sous l’autorité d’un juge unique devenu roi27. Ceci nous rapproche du cas de Kypsélos de Corinthe qui était polémarque sous le gouvernement des Bacchiades28, une fonction importante que Nicolas de Damas présente comme judiciaire autant que militaire. La façon dont il s’en est acquitté lui attira la sympathie et la reconnaissance des Corinthiens, de sorte qu’il aurait été poussé à éliminer physiquement le Bacchiade qui faisait office de basileus. Or cela paraît absurde, puisque le mandat de ce dernier n’était que d’un an ; on dirait qu’il fallait absolument poser une élimination violente d’un prédécesseur. Mais il y a plus. Kypsélos n’a pas de place évidente au sein du groupe au pouvoir, puisque si sa mère est une Bacchiade, son père n’en est pas un. Cyrus, lui aussi, s’est acquis dès l’enfance une réputation de sagesse, de justice et d’autorité, mais il n’est pas vraiment mède : si sa mère est bien la fille d’Astyage, roi des Mèdes, son père est le prince perse Cambyse29. Dans les deux cas, nous avons donc un enfant un peu marginal, mais qu’un oracle avait dénoncé comme un danger à venir pour le pouvoir en place ; dans les deux cas, l’enfant est condamné à la mort mais y échappe30. Lorsque Astyage pense que Cyrus ne représente plus aucun danger, il l’envoie vivre en Perse avec ses parents ; de là il pourra tranquillement préparer la conquête du pays mède, sans qu’aucun danger ne soit perçu... Quant à Kypsélos, lui aussi élevé à l’étranger, il serait revenu encore plus dangereux car le dieu de Delphes avait confirmé le pouvoir qui lui était destiné, et c’est alors qu’on lui aurait confié le commandement des troupes et la mainmise sur la justice... La contamination entre les deux récits est peu probable, mais nous y retrouvons des éléments communs des mythes de récupération du pouvoir par des souverains appelés à être célèbres.

  • 31 Pour Briant 1996, p. 126-127, Darius est peut-être déjà en position de force et ne discute avec se (...)
  • 32 Voir par exemple les inscriptions de Behistun dans Lecoq 1997, p. 189-192, nos 10 à 14.

13Derrière l’homme qui s’impose comme roi ou tyran, nous voyons aussi agir des groupes importants : à la force s’ajoute l’entente entre aristocrates. Pisistrate, déjà connu par ses succès militaires, a pris une première fois le pouvoir en s’imposant aux autres factions aristocratiques, notamment en obtenant « du peuple » une garde de 300 hommes qui lui ont permis de tenir la place forte qu’est alors l’Acropole. La deuxième fois, ce fut en négociant avec ses adversaires, notamment avec les Alcméonides, et en scellant l’alliance par son mariage avec la fille de leur chef, Mégaclès. Mais cela ne suffit pas et il dut revenir une troisième fois, avec des troupes recrutées à l’étranger, comme le firent Cyrus et probablement Darius. Plus spectaculaire est le groupe des Sept, membres des meilleures familles perses31, qui ont permis à Darius d’éliminer le prétendant à la succession de Cambyse, Smerdis/Bardiya, transformé en usurpateur – mais l'était-il vraiment et, si oui, l'était-il plus que ne le sera Darius ? Peu importe, car les comploteurs qui accompagnent Darius dans son action représentent l’aristocratie qui cherche à se débarrasser d’un souverain jugé incapable32.

  • 33 Dans Eschyle, Agamemnon, v. 1355, le chœur interprète les plaintes du roi assassiné comme « le sig (...)
  • 34 Deiokès est présenté par Hérodote comme le « type iranien du premier roi », cf. Tourraix 1995, p.  (...)
  • 35 Lecoq 1997, p. 187-188, notamment DB nos 2 et 4 ; avant lui, Cyrus en fit autant : ibid., p. 183, (...)

14L’élimination du pouvoir précédent est nécessaire, certes, mais la violence, et notamment le meurtre du roi légitime, apparaît plus comme un topos de la prise de pouvoir par le roi ou le tyran que comme une réalité33, introduisant souvent de l’incohérence dans le récit. En fait, la notion même d’« usurpation » du pouvoir est contestable, car il s’agit simplement d’une prise de pouvoir par celui qui l’emporte par astuce, par autorité personnelle ou par puissance et qui, dès lors, pourra le mieux garantir l’État face aux menaces de dissolution dans la stasis ou d’éclatement d’un ensemble trop vaste. Le thème du « premier inventeur »34, de celui qui crée un État nouveau, est aussi faux pour nos rois orientaux que pour les tyrans ; pourtant ce rôle leur est attribué dans les deux cas, alors même que les tyrans revendiquent le respect des lois et des magistratures existantes (Thucydide, VI, 54, 6 ; Hérodote, I, 59) et que les rois se construisent une généalogie « royale » affichée publiquement, comme le fit Darius sur les rochers de Behistun35.

La conquête de l’opinion et l’affirmation de l’autorité

  • 36 Voir n. 29.

15La question qui se pose est alors de savoir quelle forme va prendre cet exercice solitaire du pouvoir. Nous nageons au milieu des contradictions. Que penser, en effet, d’un Kypsélos déclaré basileus car il respectait les Corinthiens et leurs lois36, mais que Soclès de Corinthe aurait ainsi présenté en 507/6 (Hérodote, V, 92) :

« Devenu tyran, voici quel homme fut Kypsélos. Il chassa de nombreux Corinthiens, en priva beaucoup de leurs biens et de plus nombreux encore de leur souffle. »

16Que penser de l’image de Périandre, son fils, dont Soclès, encore, dit qu’après le conseil donné par Thrasybule de Milet de couper tous les épis qui dépassaient,

  • 37 Voir infra p. 91 et l’interprétation de Salmon 1997.

« il manifesta la plus grande méchanceté envers ses concitoyens ; tout ce que Kypsélos avait laissé à tuer et à expulser, Périandre l’acheva37 » ?

17Or, il apparaît parmi les Sept Sages de la Grèce et, selon Diogène Laërce (I, 97), son épitaphe sur son cénotaphe était ainsi composée :

« La terre de Corinthe, sa patrie, garde dans les replis de son rivage Périandre, premier (prutanis) en richesse et en sagesse. »

18Cette sorte de schizophrénie est poussée jusqu’à l’absurde par Xénophon dans son Hiéron, un dialogue au demeurant fort intéressant dans lequel il nous présente un Hiéron de Syracuse contraint à son corps défendant de se conformer au modèle négatif élaboré par la littérature et peut-être par la pensée populaire.

  • 38 Tourraix 1995, p. 119 n. 32. Cette succession peut être conçue à l’intérieur d’une même personne, (...)

19Une façon de rendre évidente cette ambivalence est d’opposer par deux les rois ou les tyrans, le fondateur et son successeur : Cyrus/Cambyse, Darius/Xerxès ; Kypsélos/Périandre, Pisistrate/Hippias, Polycrate/Syloson. C’est là un mode d’exposition qui me paraît propre aux Grecs, notamment à Hérodote, et que justifiera Xénophon dans la Cyropédie : il n’est pas bon d’être élevé dans la pourpre. De plus, au souverain ou tyran organisateur et politique, on fait volontiers succéder un guerrier immodéré : à l’hubris des Grecs correspond le « Péché du Roi »38 mais, par ailleurs, ce thème de l’impossible succession est en totale contradiction avec les affirmations généalogiques et il ne correspond nullement à la réalité telle que nous pouvons la percevoir par d’autres sources.

20Quoi qu’il en soit, le rétablissement de la paix civile et du respect des lois est indispensable au roi comme au tyran. Pour s’imposer, dans tous les cas, il faut supprimer toute rébellion, sous protection du dieu, et mettre un terme aux conflits. Comme l’a proclamé Pisistrate après la rencontre de Pallène : chacun à ses affaires et moi aux affaires publiques (Hérodote, I, 64 ; Aristote, Athenaion Politeia, XV, 5). Cependant, il n’y a aucune commune mesure entre la mise au pas de quelques aristocrates mécontents et la reconquête de pays entiers soulevés contre l’autorité du nouveau roi. Si le roi se présente comme le grand législateur sous l’autorité d’Ahura-Mazda, du tyran on ne dira jamais qu’il est l’auteur d’une loi qui serait restée en usage après lui ; or nous supposons, par exemple, que les lois attribuées à Solon sont en partie dues à Pisistrate ; mais, quelle que soit la bonne opinion qu’on eut de lui, une loi attribuée à Pisistrate n’aurait pas conservé la même vertu.

  • 39 Selon Élien, Histoire variée, XII, 43, Darius fut « porte-carquois » de Cambyse mais, selon Hérodo (...)

21Plus concrètement, pour souligner les similitudes entre rois et tyrans, nous n’aborderons ici que deux thèmes concernant l’autorité du pouvoir : les gardes du corps et la justice. Auprès des uns comme des autres, nous trouvons mention de « doryphores », des « porte-lance » au sens strict du terme. Auprès des rois, la fonction semble importante : Gygès comme Darius sont des « doryphores » du roi39, autrement dit un de ces gardes sélectionnés dans la haute aristocratie pour le protéger, voire le conseiller. Les titulaires de ce titre aulique sont représentés à Behistun ou sur le tombeau de Darius suivant le roi, parfois en très grand nombre, contribuant ainsi à le rendre invisible au quotidien.

  • 40 C’est ce qui ressort du rapprochement entre Aristote, Politique, V, 1315b, 22-29, Héraclide, V, 2, (...)
  • 41 Est-ce une coïncidence si la céramique corinthienne nous offre les premières représentations figur (...)

22Que signifie la mention d’une garde de « doryphores » en Grèce, si importante symboliquement que la transformation par Périandre du pouvoir hérité de Kypsélos en un pouvoir de nature tyrannique est marquée par son apparition40 ? Est-ce encore un topos sur le tyran qui a peur car il ne peut compter sur sa popularité, tout comme le roi qui préférerait mettre une barrière entre lui et ses sujets ? Mais nous savons que la lance était caractéristique de l’équipement hoplitique et nous pouvons donc penser qu’une petite troupe d’hoplites41, disponible à tout moment, se trouve grandie et assimilée à cette multitude qui suit le roi et dont le nombre suggère qu’il ne s’agit pas de ses seuls gardes de confiance. Cela ressemble à une façon de donner au tyran une allure de monarque. Platon pousse plus loin le mépris et la confusion (République, 587c) :

« le tyran, ayant franchi la limite des plaisirs bâtards (nothoi) et fuyant la loi comme la raison (logos), vit avec son escorte de plaisirs serviles (mot à mot : ses plaisirs doryphores : δορυφόροις ἡδοναῖς συνοικεῖ) ».

23Les soldats qui servent le tyran seraient donc assimilables à des esclaves ? Cependant, Hérodote précise que Pisistrate, lui aussi, a obtenu du peuple des gardes, lors de sa première prise de pouvoir en 561/0 ; ces gardes, qui sont des citoyens (astoi), ne sont pas « des porte-lance, mais des porte-massue » (I, 59). Ce seraient alors des citoyens pauvres qui ne peuvent financer l’équipement de l’hoplite : le tyran ne saurait rivaliser avec un roi gardé par des soldats d’élite, car ceux qui sont capables de servir comme hoplites ne sont pas disposés à lui consacrer leur vie. Ce n’est un honneur que pour de petites gens.

24Après la force, la justice. Des traditions bien documentées font des rois et tyrans non seulement les garants, mais aussi les maîtres de la justice. Deiokès doit son pouvoir à cette capacité et Darius affirme :

« Par la volonté d’Ahura-Mazda, je suis de telle nature que je suis favorable à ce qui est juste et que je ne suis pas favorable à ce qui est injuste, je ne veux pas que le faible subisse la loi du fort, mais je ne veux pas non plus que le fort subisse du tort de la part du faible. Je veux ce qui est juste. » (Tombe de Darius, DNb 6-7.)

25Et il ajoute que, sachant maîtriser sa colère, il est capable d’infliger la juste sanction. Hérodote, lorsqu’il décrit les mœurs des Perses, reprend ce thème du contrôle de la colère et de l’examen attentif des cas avant de sanctionner, l'ensemble des Perses calquant leurs pratiques sur celles du roi (I, 137) :

  • 42 Cf. Briant 1996, p. 224 n. 30.

« Pour une seule faute, le roi lui-même ne met personne à mort, ni aucun autre Perse n’inflige à une personne de sa maison une peine irréparable à l’occasion d’une seule faute. Si, après examen, on trouve que les méfaits sont plus grands et plus nombreux que les services rendus, alors on cède à la colère42. »

26Il va de soi, bien évidemment que tout dépend de la conception du juste, du moins quand l’autorité du roi est en cause. Si le roi est généreux pour ceux qui lui ont rendu service et qui sont inscrits sur une liste spéciale de ses « bienfaiteurs », il se vante de punir sans pitié ni retenue les « menteurs », c’est-à-dire les hommes déloyaux, les révoltés.

27Cette affirmation d’une justice pour tous, dont nous ignorons les effets réels, nous la retrouvons pour les tyrans. Le « bon tyran » s’affirme lui aussi soucieux d’une justice qui échappe à l’arbitraire des puissants. Selon Aristote (Politique, V, 1313b, 15-16), les Orthagorides de Sicyône « gouvernèrent avec modération et, pour l’essentiel, étaient esclaves des lois (τὰ πολλὰ τοῖς νόμοις ἐδούλευον) » ; le dieu aurait fait de Kypsélos le justicier de Corinthe, la Pythie déclarant à son père (Hérodote, V, 92b) :

« Éétion, personne ne t’honore toi qui es très honorable.
Labda est enceinte, elle enfantera une pierre roulante ; elle tombera
sur les hommes qui gouvernent seuls et elle jugera Corinthe
(ἐν... ἀνδράσι μουνάρχοισι, δικαιώσει δὲ Κόρινθον). »

  • 43 Voir le développement sur le tyran, la loi et la justice dans Salmon 1997, p. 63-65 n. 30.

28C’est pour une meilleure justice que Pisistrate aurait établi les juges des dèmes ; lui-même aurait accepté, selon Aristote, de comparaître devant l’Aréopage (Athènaiôn Politeia, XVI, 8)43. Mais nous sommes un peu démunis pour pousser la comparaison car, à côté de témoignages d’un fonctionnement libre de la justice, on nous parle de mesures d’exil, de confiscations et de mises à mort, sans nous dire selon quelles modalités elles furent adoptées, laissant entendre qu’elles étaient dues au seul tyran. Là encore, la contradiction suggère une double tradition : celle du « bon tyran » et celle du tyran violent et aux comportements arbitraires. Il faut donc examiner les affirmations sur les violences.

Hubris et violence du tyran

29Ces deux traits semblent venir tout naturellement à l’esprit de ceux qui évoquent la tyrannie en Grèce. Hérodote les fait parfaitement résumer par le Perse Otanès dans le débat des Sept conjurés autour de Darius (III, 80) :

« Comment la monarchie serait-elle chose bien ordonnée, quand il lui est loisible, sans avoir de comptes à rendre, de faire ce qu'elle veut ? Le meilleur homme du monde, investi de cette autorité, serait en effet mis par elle hors de ses pensers accoutumés. »

30Suit la liste des excès : envie, « actes follement criminels », car il n’est jamais rassasié ; calomnies bien accueillies, flatterie suscitée tout en se méfiant des flatteurs. Et il conclut :

« Et je vais dire ce qu’il y a de plus grave : il bouleverse les coutumes des ancêtres (ta nomaia patria), il fait violence aux femmes, il met à mort sans jugement. »

31Ceci explique la violence donnée aux propos, évoqués plus haut, qu’aurait tenus Soclès de Corinthe devant les Lacédémoniens et leurs alliés en 507/6 :

« En vérité, le ciel va s’enfoncer sous terre et la terre va couvrir le ciel de sa voûte, les hommes vont aller vivre dans la mer et les poissons s’installeront à leur place, puisque c’est vous, Lacédémoniens qui vous préparez à détruire les régimes à pouvoir égalitaire (isocratiai) pour installer des tyrannies dans les cités, ce qu’il y a de plus injuste chez les hommes et de plus sanguinaire ! »

  • 44 Anderson 2005, p. 198-202 et 210-215, conteste l’aspect dictatorial de la tyrannie et attribue la (...)

32Or, lorsque le fonctionnement concret des tyrannies nous est décrit, rien d’aussi noir n’est présenté44. Prenons quelques exemples de violences, d’injustices et d’excès pour tenter d’en décrypter la signification.

  • 45 Périandre : Hérodote, III, 50 et Diogène Laërce, I, 94. Cambyse : Hérodote, III, 1-38 ; 61-66 ; Len (...)
  • 46 Briant 1996, p. 66-70 n. 30.

331. Les violences envers les femmes ou les jeunes gens, qui font partie de l’image royale et tyrannique ; dans ce domaine, nous trouvons deux cas intéressants. Périandre et Cambyse sont tous deux accusés du meurtre de leur épouse enceinte, sous le coup de la colère45. Or Cambyse est devenu pour les Grecs le modèle oriental du fou impie, réputation surfaite, semble-t-il46, mais cela importe peu ici. Attribuer un acte similaire au tyran est une façon de le faire basculer du côté de la violence incontrôlable que le monarque seul peut se permettre sans risques.

34Un autre rapprochement troublant concerne encore Périandre : il s’agit des trois cents jeunes aristocrates de Corcyre que le tyran, pour punir leurs pères du meurtre de son fils, fit envoyer au roi de Lydie, Alyatte, afin qu’il en fit des eunuques (Hérodote, III, 48). Or les eunuques, étrangers à la tradition grecque, apparaissaient comme une spécialité des cours orientales ; plus précisément, la castration était le sort qui attendait bien des vaincus, comme le rappelle Hérodote (VI, 32) : lorsque les généraux des Perses, vainqueurs des Ioniens, voulurent exécuter les menaces proférées lors de la révolte,

  • 47 On peut y ajouter III, 92, 97 ; VI 32. À noter que ces « gardiens de la couche » des rois comme de (...)

« aussitôt maîtres des cités, ils choisirent les jeunes garçons (paides) les plus jolis, les mutilèrent et de mâles qu’ils étaient ils en firent des eunuques ; quant aux plus belles jeunes filles, ils les envoyèrent au Roi47 ».

  • 48 Les jeunes gens n’atteignirent pas la Lydie, car les Samiens leur offrirent l’asile lorsque leurs (...)

35Comme le roi, Périandre impose aux révoltés un tribut humain de jeunes gens, mais on ne peut lui attribuer une transformation en eunuques, non attestée en Grèce ; il les offre donc à Crésus qui se chargera de la castration. La perversion du tyran n’en demeure pas moins symbolisée par cette contribution à l’amputation sexuelle de jeunes gens appelés à devenir des valets du roi de Lydie48.

362. L’élimination des opposants peut se faire selon plusieurs modalités, notamment la mise à mort ou l’exil, accompagnés de confiscations. L’élimination physique serait une nécessité proclamée par la « parabole des épis » attribuée à Thrasybule, tyran de Milet (Hérodote, V, 92) ; sans prononcer une parole, il aurait emmené l’envoyé de Périandre dans un champ de blé et aurait coupé tous les épis qui dépassaient ; une fois informé,

« Périandre comprit ce que cela signifiait et se mit en tête que Thrasybule lui conseillait de mettre à mort ceux des citoyens qui l’emportaient sur les autres. »

  • 49 Le cas des Corcyréens est à part, car non seulement ils se sont révoltés contre Périandre, mais il (...)
  • 50 Le mensonge est alors assimilé à la déloyauté et à la rébellion (drauga) qui s’opposent à arta,(...)
  • 51 À nuancer avec les références des notes 44-45.

37Cependant, pour lui comme pour les autres tyrans de l’époque, l’historien ne dispose pas d’exemples précis, aussi n’avons-nous droit qu’à des généralités49. Il en va autrement des rois perses. Darius élimina de nombreux rebelles, présentés comme des « rois menteurs »50, et les supplices furent atroces et publics : écorchés vifs, oreilles coupées, yeux arrachés, etc. ; le comble aurait été atteint par Cambyse51. Rien de tel ne semble concevable en Grèce, d’où le recours à des formules vagues pour marquer un despotisme auquel on ne peut donner de réel contenu.

  • 52 Briant 1996, p. 86-87 n. 30.

38Le thème des exils et des confiscations, un peu mieux documenté, a son parallèle chez les Perses, et il rejoint, je crois, celui du partage des terres : une tradition voudrait que le roi ait confisqué des terres de rebelles pour les redistribuer, sans doute en partie comme domaines de fonction, militaires notamment (« terres d’arc, de cheval, de char »)52. A-t-on pensé que le tyran se devait d’en faire autant dans son souci de renforcer la paysannerie pour disposer de troupes d’hoplites ? On le dit, mais on ne nous en fournit pas de preuve concrète, et le mythe d’une redistribution foncière par les tyrans a fait long feu. Même les exils ne semblent pas avoir été accompagnés de confiscations massives : pour Athènes, par exemple, Hérodote (I, 64) affirme que, lorsque

« Pisistrate s’empara d’Athènes pour la troisième fois [...] il prit en otages les fils des Athéniens qui avaient tenu bon contre lui, au lieu de s’enfuir aussitôt, et les installa à Naxos, car il soumit cette île et la confia à Lygdamis.
[...] Pisistrate exerçait donc la tyrannie à Athènes et, parmi les Athéniens, les uns étaient tombés dans le combat, les autres s’étaient exilés d’eux-mêmes de leur patrie, en compagnie des Alcméonides. »

  • 53 Nomima, I, 89 : de 526/525 à 522/521, nous aurions : Hippias, Clisthène, Miltiade, Calliadès, Pisi (...)

39Cependant, les Alcméonides partis conservent leurs biens lorsqu’ils ont quitté l’Attique sous Pisistrate et certains sont revenus, au moins pour quelque temps, si la liste des archontes indique bien Clisthène pour l’année 525/453. À Corinthe, on nous parle d’un Bacchiade nommé Démarate qui, exilé, stupéfie les Etruriens par sa richesse : il n’avait pas été dépouillé de ses biens. On peut du reste se demander s’il aurait été opportun d’envoyer, pour fonder des colonies, des irréductibles auxquels on aurait confisqué leurs biens : quelle fidélité aurait-on pu attendre d’eux et quelle obéissance aux fils du tyran (Nicolas de Damas, FGrH, 90 F 57, 7) ?

  • 54 Sur cet épisode, voir Jacqmin 2005, p. 66-68.

403. La richesse et le luxe sont un autre thème récurrent. Accusé de vouloir acquérir toujours plus aux dépens de ses sujets afin de satisfaire son goût du luxe, le tyran doit se débrouiller avec de petites cités qui ne perçoivent pas de tribut et n’ont pas de tradition fiscale. Alors on lui attribue des financements par des moyens qui sont totalement anomiques. Périandre, par exemple, aurait confisqué les habits de fête des femmes de Corinthe54 pour les offrir à sa femme morte (Hérodote, V, 92) :

« En un seul jour il fit déshabiller toutes les femmes de Corinthe à cause de sa femme, Mélissa [car, consultée après sa mort, elle exigea qu’il fit brûler pour elle des vêtements de femmes avant de lui révéler où se trouvait un dépôt d’argent fait par un étranger]. Dès qu’il eût reçu le message, il fit faire une proclamation enjoignant à toutes les femmes de Corinthe de sortir pour aller à l’Héraion. Elles y allèrent comme à une fête, parées de leurs plus beaux atours ; mais, ayant posté ses porte-lance (doruphoroi), il les fit toutes dépouiller de la même façon, les femmes libres comme les servantes, et, ayant tout fait rassembler dans une fosse, il le fit complètement brûler tout en priant Mélissa. Après quoi, il envoya consulter une deuxième fois et le spectre de Mélissa indiqua en quel endroit elle avait mis le dépôt de l’étranger. »

41Ce qu’Hérodote associe au désir de voler un trésor peut cacher non une turpitude mais de la mégalomanie : offrir à sa femme un deuil universel. Éphore racontait (selon Diogène Laërce, I, 96) une autre histoire. Pour remercier le Zeus d’Olympie d’une victoire au quadrige, Périandre voulut lui offrir une statue en or mais, « manquant d’or, il vit les femmes parées à l’occasion d’une fête nationale, leur fit enlever toutes leurs parures et envoya son offrande ». De fait, puisque, selon Héraclide, Périandre ne préleva aucun impôt, il lui fallait bien financer autrement les offrandes somptueuses au dieu ou à une défunte, et les récits nous plongent alors dans l’univers du monarque qui peut tout exiger de ses sujets.

42Or, certains vont jusqu’à suggérer l’instauration par Kypsélos d’un véritable « impôt sur la fortune » ([Aristote], Économiques, II, 2, 1 ; trad. E. Will) :

« Kypsélos de Corinthe, ayant fait vœu de consacrer à Zeus, s’il parvenait à se rendre maître de la ville, tous les biens des Corinthiens, ordonna à ceux-ci d’en dresser une déclaration écrite. Quand ce fut fait, il prit à chacun le dixième de ce qu’il avait et leur ordonna de travailler avec le reste. Après un an, il procéda de même, de telle sorte qu’il arriva que Zeus obtint en dix ans ce que Kypsélos lui avait consacré, cependant que les Corinthiens acquéraient d’autres biens. »

  • 55 Briant 1996, p. 81 n. 30.

43Cet impôt est encore associé à une offrande religieuse et ostentatoire, comme le sont aussi celles des rois, et cela devient une banalité. Plus intéressante est l’idée que, monarque dans la cité, le tyran a droit à des prélèvements, alors que cela suppose deux pratiques très étrangères aux coutumes grecques : un recensement écrit de la valeur des terres et un versement proportionnel ; en revanche, c’est exactement ce qui est attribué comme réforme fiscale à Darius55.

  • 56 Voir, par exemple, Miller 1995. Shear 1994.
  • 57 Kurke 1992, p. 103-105. Sur les travaux des tyrans, voir Salmon 1997, p. 66-67 n. 15.

44Les tyrans sont donc crédités d’offrandes somptueuses aux dieux, objets ou constructions, et de grands travaux dans leur cité, très utiles aux citoyens. Mais que peut-on dire de leur train de vie ? Nous n’avons guère d’indications de luxe que pour Polycrate, dont Caligula aurait envisagé de reconstruire le palais monumental, selon Suétone (Caligula, 21), mais rien n’a été retrouvé. On a voulu voir dans le bâtiment F, au sud-ouest de l’agora d’Athènes, un « palais de Pisistrate », terme grandiose pour une construction fort modeste : un trapèze de 18 m sur 27 au maximum, dont les murs de brique crue, stuqués à l’intérieur, reposent sur une base en calcaire mal équarri et dont le sol est demeuré en terre battue ; ce bâtiment abritait notamment une cour à péristyle, une réserve à pithoi et des fourneaux. R. Martin parle d’un « palais » en opérant des rapprochements avec des constructions d’Asie Mineure, mais avec les réserves que ce terme implique ; plus modestement, T. L. Shear en fait « la maison de Pisistrate »56. Quoi qu’il en soit, nous sommes fort éloignés d’une demeure royale, même si le bâtiment est assez important pour que s’y tiennent débats et repas. En ce lieu les tyrans ont pu vouloir confondre privé et public dans la pratique de l’hospitalité et du pouvoir ; nous pourrions avoir là l’illustration de cette transformation des rapports sociaux soulignée par L. Kurke, selon laquelle la fortune aristocratique se met alors au service de la communauté57. C’est possible, mais ce bâtiment était peut-être tout simplement une sorte de prytanée accueillant les magistrats de la cité et leurs hôtes. En tout état de cause, l’austérité des lieux ne conforte pas l’image de tyrans vivant dans le luxe.

454. Reste enfin le désir effréné d’augmenter sa puissance territoriale, à n’importe quel prix. Les Grecs ont tendance à voir leurs voisins orientaux comme des conquérants insatiables ; Eschyle et Hérodote s’entendent pour affirmer que Xerxès s’est trouvé contraint par la tradition d’étendre l’empire légué par son père Darius, ce que la tradition orientale, elle, ne confirme absolument pas. Cependant, les auteurs grecs aiment à attribuer aux détenteurs d’un pouvoir monarchique un esprit de conquête, et les tyrans n’y échappent pas plus que les rois lydiens ou perses. Nicolas de Damas nous dit que Périandre « fit expédition sur expédition », mais nous sommes bien en peine de trouver autre chose que quelques fondations de colonies confiées à des opposants que l’on éloignait ainsi, ou à son fils qui ne lui pardonnait pas la mort de sa mère. Le seul qui semble avoir eu des visées expansionnistes, c’est Polycrate, allant jusqu’à vouloir rivaliser avec Oroïtès le satrape de Sardes, ce qui lui coûtera la vie. Encore a-t-il plutôt visé un contrôle de la mer Égée et lui attribue-t-on sans doute des politiques menées par ses prédécesseurs, tel ce vol de cratère pour lequel les Spartiates auraient voulu le punir, alors qu’il remontait à 547, bien avant son arrivée au pouvoir (Hérodote, III, 47). Nous n’avons donc pas de matière à exploiter en ce domaine et nous retrouvons l’importance de la représentation du pouvoir monarchique, conquérant par essence.

  • 58 Voir, par exemple, comment Hippias, FGrH, 421 F 1, décrit les comportements d’Ortygès et de ses pa (...)

46Au total, nous n’avons donc pas grand-chose de concret sur la violence et le luxe ou l'impérialisme des tyrans. Si nous voulions plonger dans l’excès, il faudrait nous tourner vers les comportements attribués à des aristocrates d’Asie Mineure dépouillant des « rois » légitimes et traités de « tyrans »58. Mais l’information est tardive et ils ne ressemblent nullement aux tyrans traditionnels de la Grèce archaïque.

Conclusion

  • 59 Finkelberg, 2005, notamment chap. 3. Voir déjà Tourraix 2000.

47Ces topoi de la déviance monarchique, constituant un répertoire dans lequel on puise pour marquer l’horreur et l’excès, sont communs aux monarchies orientales et aux tyrannies grecques, ce qui pourrait suggérer un fonds commun, correspondant à cette communauté d’origine étudiée par M. Finkelberg59. Mais si, pour les monarchies orientales, nous pouvons nous appuyer sur des données concrètes, nous sommes très démunis pour la tyrannie, d’autant que les informations sont contradictoires, comme si on avait voulu donner une certaine image du tyran mais que les faits résistaient. Et résistaient au point que les réflexions sur le bon gouvernement de tel ou tel tyran sont plus nombreuses que les mentions de ses turpitudes.

  • 60 Sa famille s’opposait à celle du tyran d’Halicarnasse, mais nous ignorons ce qui provoqua son dépa (...)
  • 61 Œdipe-Roi, v. 873. Parker 1998, p. 160 n. 10, décide d’accepter la correction de R. Dawe qui inver (...)
  • 62 Lord Acton (1834-1902), catholique, Italien d’origine, figure éminente du parti libéral, s’est bat (...)

48Mais alors, pourquoi ce volet négatif de la tyrannie, alors que ceux qui en parlent ainsi, même Hérodote60, n’ont pas vraiment eu à en souffrir ? Sophocle suggère une explication d’ordre intellectuel : « l'hubris engendre le tyran (ὓβρις φυτεύει τύραννον)61 ». La logique même de la tyrannie est dans cette hubris que représente le désir de gouverner en solitaire ; les excès liés à la peur et à la méfiance en sont la conséquence directe et sont renforcés par le goût du pouvoir sans contrôle. Selon l’adage de ce farouche libéral que fut Lord Acton, « le pouvoir rend fou, le pouvoir absolu rend fou absolument62 ». Faute de véritables informations pour étayer cette théorie, on a emprunté peut-être à la fois aux comportements attestés des rois de l’Orient proche mais aussi à l’image que l’on s’en faisait : on n’avait pas d’autre modèle à disposition. De plus, les anciens ne parvenaient pas mieux que nous à expliquer quelle force avait permis au tyran de s’imposer, qui la lui avait consentie, comment il avait pu passer d’un pouvoir ordinaire à un pouvoir supérieur, d’où l’usage de ce mot étranger pour désigner une forme de pouvoir jusqu’alors inconnue, mais à laquelle un Hérodote ou un Ctésias reconnaissaient une teinte orientalisante.

  • 63 Lanza 1997, p. 200-201 n. 19.

49D’une certaine façon, alors que la supériorité du mythe sur la réalité a plutôt bénéficié à la réputation des souverains perses, elle a nui à celle des tyrans. Comme le notait déjà D. Lanza63, lorsque le tyran a fait son office contre les excès de l’aristocratie, il devient un monarque à rejeter et donc le bouc émissaire ; en le « barbarisant », on se rassure : il n’est pas tout à fait grec.

Bibliographie

Bibliographie

Anderson 2005 : Anderson G., « Before Turannoi Were Tyrants : Rethinking a Chapter of Early Greek History », Classical Antiquity, 24 (2005), p. 173-222.

Austin 1990 : Austin Μ. M., « Greek Tyrants and the Persians, 546-479 », Classical Quarterly, 40 (1990), p. 289-306.

Briant 1996 : Briant P., Histoire de l’Empire perse. De Cyrus à Alexandre, Paris, 1996.

Brock et Hodkinson 2000 : Brock R. et Hodkinson S. (éd.), Alternatives to Athens. Varieties of Political Organization and Community in Ancient Greece, Oxford, 2000.

Casevitz 1991 : Casevitz M., « Le vocabulaire du pouvoir personnel dans la poésie archaïque », Ktèma, 16 (1991), p. 203-210.

Dewald 2003 : Dewald C., « Form and Content : the Question of Tyranny in Herodotus », dans Morgan 2003, p. 25-58.

Drews 1972 : Drews R., « The First Tyrants in Greece », Historia, 21 (1972), p. 129-144.

Eck 1990 : Eck B., « Sur la vie de Ctésias », Revue des études grecques, 103 (1990), p. 409-434.

Finkelberg 2005 : Finkelberg M., Greeks and Pre-Greeks. Aegean Prehistory and Greek Heroic Tradition, Cambridge, 2005.

FGrH = Jacoby F. (éd.), Die Fragmente der griechischen Historiker, Berlin puis Leyde, 1923-...

Flusin 1999 : Flusin M., « Comment les Mèdes ont raconté leur histoire : l’épopée d’Arbacès et le Médikos Logos d’Hérodote », Ktèma, 24 (1999), p. 136-145.

Jacqmin 2005 : Jacqmin C., « La femme entre le tyran et la cité. Réflexions sur le rôle de la femme dans les régimes tyranniques », Kentron, 21 (2005), p. 53-82.

Kurke 1992 : Kurke L., « The Politics of ἁβρoσύνη in Archaic Greece », Classical Antiquity, 11 (1992), p. 91-126.

Kurke 1994 : Kurke L., « Crisis and Decorum in Sixth-Century Lesbos : Reading Alkaios Otherwise », Quaderni urbinati di cultura classica, n.s. 47 (1994), p. 67-92.

Lane Fox 2000 : Lane Fox R., « Theognis : An Alternative to Democracy », dans Brock et Hodkinson 2000, p. 35-40.

Lanza 1997 : Lanza D., Le tyran et son public, Paris, 1997 (1re éd., Il tiranno e il suo pubblico, Turin, 1977).

Lecoq 1997 : Lecoq R, Les inscriptions de la Perse achéménide, Paris, 1997.

Lenfant 1993 : Lenfant D., « Le vocabulaire du pouvoir personnel chez Euripide », Ktèma, 18 (1993), p. 29-40.

Lenfant 1996 : Lenfant D., « Ctésias et Hérodote, ou les réécritures de l’histoire dans la Perse achéménide », Revue des études grecques, 109 (1996), p. 348-380.

Lévy 1993 : Lévy É., « Basileus et turannos chez Hérodote », Ktèma, 18 (1993), p. 7-18.

Lloyd 1988 : Lloyd A. B., « Herodotus on Cambyses. Some Thoughts on Recent Work », AchaemenidHistory, 3 (1988), p. 55-66.

Miller 1995 : Miller S. G., « Architecture as Evidence for the Identity of the Early Polis », dans Μ. H. Hansen (éd.), Sources for the Ancient Greek City-State. Symposion 1994, Copenhague, 1995 (Acts of the Copenhagen Polis Center 2), p. 201-244.

Morgan 2003 : Morgan K. A. (éd.), Popular Tyranny, Austin, 2003.

Morris 2003 : Morris S., « Imaginary Kings : Alternatives to Monarchy in Early Greece », dans Morgan 2003, p. 1-24.

Nomima = Van Effenterre H. et Ruzé R, Nomima. Recueil d'inscriptions politiques et juridiques de l’archaïsme grec, I, Rome-Paris, 1994.

Ogden 1997 : Ogden D., The Crooked Kings in Ancient Greece, Londres, 1997.

Parker 1998 : Parker V., « Τύραννος. The Semantics of a Political Concept from Archilochus to Aristotle », Hermes, 126 (1998), p. 145-172.

Parmentier 1991 : Parmentier É., « Rois et tyrans chez Nicolas de Damas », Ktèma, 16 (1991), p. 229-244.

Ruzé 1989 : Ruzé F., « Basileis, tyrans et magistrats », Mètis, 4 (1989), p. 211-231.

Ruzé 2007 : Ruzé F., « “Lacôniser” à Athènes : à propos des Guêpes d’Aristophane », dans Schmitt Pantel et Polignac 2007, p. 249-270.

Ruzé et Christien 2007 : Ruzé F. et Christien J., Sparte. Géographie, mythes et histoire, Paris, 2007.

Salmon 1984: Salmon J. B., Wealthy Corinth. A History of the City to 338 B.C., Oxford, 1984.

Salmon 1997 : Salmon J. B., « Lopping off the Heads ? Tyrants, Politics and the polis », dans L. G. Mitchell et P. J. Rhodes (éd.), The Development of the Polis in Archaic Greece, Londres, 1997, p. 60-73.

Schmitt Pantel et Polignac 2007 : Schmitt Pantel P. et Polignac F. de (dir.), Athènes et le politique. Dans le sillage de Claude Mossé, Paris, 2007.

Schnapp-Gourbeillon 2007 : Schnapp-Gourbeillon A., « Thésée et les siens », dans Schmitt Pantel et Polignac 2007, p. 223-247.

Shear 1994 : Shear T. L. Jr., «Ἰσονόμους τ´ Ἀθήνας ἐποιησάτην : The Agora and the Democracy », dans W. D. E. Coulson et al. (éd.), The Archaeology of Athens and Attica under the Democracy. Proceedings of an International Conference Celebrating 2500 years since the Birth of Democracy in Greece, Held at the American School of Classical Studies at Athens, December 4-6, 1992, Oxford, 1994, p. 225-248.

Tourraix 1991 : Tourraix A., « Le paradoxe de la monarchie dans l’idéologie poliade au ve siècle », dans L’idéologie du pouvoir monarchique dans l’Antiquité. Actes du colloque de la SOPHAU (1989), Paris, 1991, p. 9-21.

Tourraix 1995 : Tourraix A., « Hérodote et la légende royale iranienne », Ktèma, 20 (1995), p. 115-124.

Tourraix 2000 : Tourraix A., L’Orient, mirage grec, Paris, 2000.

Tourraix 2005 : Tourraix A., « Deiocès, législateur de modèle grec ou souverain fondateur iranien ? », dans P. Sineux (éd.), Le législateur et la loi, Caen, 2005, p. 161-168.

Wees 2000 : Wees H. van, « Megara’s Mafiosi : Timocracy and Violence in Theognis », dans Brock et Hodkinson 2000, p. 52-67.

White 1955 : White Μ., « Greek Tyranny », Phoenix, 9 (1955), p. 1-18.

Notes

1 Voir, par exemple, Morris 2003.

2 Schnapp-Gourbeillon 2007, p. 226-235.

3 Ruzé 1989, p. 228-231.

4 Thucydide, 1, 13, 1 : « Lorsque la Grèce fut devenue plus puissante et qu'elle acquit encore plus de richesses qu’auparavant, la plupart du temps des tyrannies s’établirent dans les cités avec l’augmentation des revenus (prosodoi) - auparavant il y avait des royautés traditionnelles (uel : héréditaires) aux avantages convenus (ἦσαν έπὶ ῤητοῖς γέρασι πατρικαὶ βασιλεῖαι). » Aristote, Politique, III, 1286b, oppose au tyran le roi « maître en vertu de la loi (κατὰ νόμον κύριος) ».

5 Voir les très bonnes mises au point parues dans Ktèma 1991 et 1993.

6 Parmentier 1991.

7 C’était déjà le point de vue de Polybe, V, 11,6 (trad. P. Pédech) : « C’est le propre d’un tyran de dominer les gens malgré eux, par la crainte (τò... τῶ φόβῳ δεσπόζειν ἀκουσίων), en leur faisant du mal, étant détesté de ses sujets et les détestant ; mais c’est le fait d’un roi de commander et de diriger en faisant du bien à tous, aimé pour sa bienfaisance et sa bienveillance, accepté de bon gré (διὰ τὴν εὐεργεσίαν καὶ φιλανθρωπίαν ἀγαπώμενον, ἐκόντων). »

8 Lévy 1993 ; Dewald 2003. Je laisse de côté le cas des tyrans des cités grecques d’Asie sous contrôle perse : le pouvoir perse, ne disposant pas d’interlocuteurs dans ces cités, a favorisé l’établissement d’un correspondant – déjà en place ou non – qu’il a appelé « tyran », titre donné en Orient. Austin 1990 note qu’ils sont souvent soutenus par la population, à l’exception de Coès de Mytilène (Hérodote, IV, 138). Par ailleurs, l’accusation lancée contre Pausanias, le régent de Sparte, qui aurait flatté les Perses pour obtenir de dominer la Grèce « en tyran » semble en bonne partie inventée ; cf. Ruzé et Christien 2007, p. 200-201.

9 Flusin 1999, p. 138, considère qu’en disant du Mède Déiokès qu’il « avait le désir de la tyrannie (ἑρασθεὶς τυρραννίδος) », Hérodote (I, 96) exprimait « la certitude des Mèdes que l’obéissance aux lois de l'arta passe par la soumission aux ordres du roi », seul à savoir ce qui est juste. L’historien n’a pas trouvé de meilleur terme que « tyrannie » pour désigner la conception orientale de la monarchie absolue.

10 White 1955, p. 3-4, repris par Parker 1998, p. 164. Page 168, Parker souligne que Thucydide est aussi le premier auteur à écrire en attique, ce qui ne serait pas étranger à cette ferme distinction. Notons toutefois que Thucydide, VI, 54, 1, écrit à propos de l’assassinat d’Hipparque et du culte d’Harmodios et Aristogeiton : « ni les autres ni les Athéniens ne disent rien d’exact (ἀκριβές οὐδὲν) sur leurs tyrans ».

11 Cf. Ruzé 2007, p. 256-257.

12 Casëvitz 1991 a bien montré l’absence totale de connotation négative alors associée à ce terme.

13 Parker 1998, p. 151-152 n. 10.

14 Le « chéri-du-peuple » comme le traduit Casevitz 1991, p. 209 n. 12.

15 Salmon 1997, p. 68-69 : il s’interroge sur le rejet de la tyrannie par Solon et conclut que cela ne concerne pas les réalisations des tyrans mais l’excès de leur pouvoir.

16 Selon Lane Fox 2000, p. 37-40, qui le situe plutôt avant 560.

17 Par exemple, Homère : Achille (Iliade, 1, 231) traite Agamemnon de « roi dévoreur du peuple » (dèmoboros basileus) et tout son discours insiste sur sa cupidité effrénée qui fait risquer la vie de tous ; Thersite (Iliade, II, 226-234) décrit un chef insatiable qui ne se soucie nullement des hommes sous son commandement. Hésiode, TJ, 38, critique les rois « mangeurs de présents » (dôropbagoi). Cf. Casevitz 1991, p. 208 n. 12, et Parker 1998, p. 168 n. 10.

18 Voir l’analyse de l’atteinte à la doxa par Pittacos dans Kurke 1994, p. 80 et suiv.

19 Wees 2000.

20 Lanza 1997, p. 187.

21 Pour Platon, République, IX, 573bc, il y a tyrannie dès lors qu’un homme laisse son âme s’abandonner aux excès et donc tout homme est un tyran virtuel.

22 Dans les Perses (472), Eschyle offre la première représentation grecque connue du « despotisme oriental », et il montre l’angoisse de voir le roi tout-puissant brisé par une défaite militaire meurtrière et absurde. Voir Tourraix 1991.

23 Voir aussi Lenfant 1993.

24 Je crois, en effet, que les conflits étaient plus larges, impliquant l’ensemble de la société, du dèmos, et qu’ils témoignent du besoin ressenti d’un pouvoir fort pour sortir des luttes stériles qui devaient rendre à tous la vie quotidienne bien incertaine, en établissant de nouvelles bases pour le fonctionnement de la cité. Ogden 1997, lui, voit, dans la tyrannie un avatar de la royauté qui aurait évolué en fonction des transformations intellectuelles et économiques ; le primus inter pares homérique ne lui paraît guère différent du tyran qui impose son autorité.

25 Je laisse de côté Pittacos de Mytilène qui a cette particularité de s’en être tenu aux dix années de mandat qui lui auraient été confiées. Dès lors, rien déplaise à Alcée, il apparaît plutôt comme un magistrat chargé d’une mission précise dans sa forme et dans sa durée.

26 C’est dans la tragédie que nous trouvons un pouvoir légitime ; les historiens, eux, préfèrent insister sur la rupture, en dehors du cas de Pheidon d’Argos, assez obscur (Aristote, Politique, V, 1310b, 16-29 et Hérodote, VI, 127).

27 Cf. Flusin 1999, n. 9.

28 Sur Kypsélos, Hérodote, V, 92 ; Nicolas de Damas, FGrN, 90 F 57. Pour Tourraix 2005, Deiokès est l’équivalent du législateur pour les Grecs. Toutefois, le législateur n’est pas nécessairement le juge mais celui qui fixe des normes pour mieux juger.

29 Geste de Cyrus dans Hérodote, I, 107-129. Lenfant 1996, p. 367-369, développe les doutes que suscite la version d’Hérodote trop conforme au désir d’établir une généalogie royale. Sur l’information dont a pu disposer Ctésias, voir ECK 1990. Voir aussi Flusin 1999, n. 9, p. 139 et suiv. Drews 1972, p. 132-136, exprime des doutes semblables pour l’appartenance de Kypsélos aux Bacchiades et son intégration comme polémarque ; il suppose qu’il commande à des troupes étrangères ; mais Salmon 1984, p. 55-57 et 186-192, est plus confiant dans nos sources qui remonteraient à Éphore, au ive siècle, car on n’aurait pas inventé une charge aussi précise ni forgé une version aussi favorable au tyran dans une période d’hostilité à la tyrannie. De toute façon, la réalité importe moins que sa représentation, ce qu’expose admirablement Lloyd 1988, p. 57.

30 Nous retrouvons ce thème dans le mythe d’Œdipe, par exemple.

31 Pour Briant 1996, p. 126-127, Darius est peut-être déjà en position de force et ne discute avec ses partisans que sur les modalités lui permettant de s’imposer au mieux.

32 Voir par exemple les inscriptions de Behistun dans Lecoq 1997, p. 189-192, nos 10 à 14.

33 Dans Eschyle, Agamemnon, v. 1355, le chœur interprète les plaintes du roi assassiné comme « le signal de la tyrannie pour la cité ». On a l’impression que l’idée du nécessaire coup de force s’est tellement imposée qu’on peine à évoquer un grand tyran sans ce passage obligé. C’est aussi le cas de Polycrate, alors même que la continuité avec des tyrans précédents, de sa famille, est implicitement admise par les Spartiates puisqu’ils le considèrent comme solidaire des prédations de ses prédécesseurs à l’époque de Crésus ; mais on peut supposer un intermède.

34 Deiokès est présenté par Hérodote comme le « type iranien du premier roi », cf. Tourraix 1995, p. 117, et Briant 1996, p. 36 n. 30.

35 Lecoq 1997, p. 187-188, notamment DB nos 2 et 4 ; avant lui, Cyrus en fit autant : ibid., p. 183, CB no 7.

36 Voir n. 29.

37 Voir infra p. 91 et l’interprétation de Salmon 1997.

38 Tourraix 1995, p. 119 n. 32. Cette succession peut être conçue à l’intérieur d’une même personne, soit par évolution naturelle de celui qui détient trop de pouvoir, soit en fonction des adversaires.

39 Selon Élien, Histoire variée, XII, 43, Darius fut « porte-carquois » de Cambyse mais, selon Hérodote, III, 139, il fut son porte-lance en Égypte. Hérodote, VII, 41, écrit à propos de l’armée de Xerxès qui se met en branle en 480 : « les aikhmophoroi sont les meilleurs et les mieux nés des Perses (Περσέων οί ἄριστοι τε καὶ γενναιότατοι) » ; or aikhmè évoque la pointe et doru le bois des mêmes armes. [Aristote], De Mundo, 398a, affirme aussi qu’ils étaient « les premiers et les plus réputés (oἰ πρῶτοι καὶ δοκιμότατοι) ».

40 C’est ce qui ressort du rapprochement entre Aristote, Politique, V, 1315b, 22-29, Héraclide, V, 2, et Nicolas de Damas, FGrH, 90 F 57, 8 et 58, 1.

41 Est-ce une coïncidence si la céramique corinthienne nous offre les premières représentations figurées de troupes hoplitiques (l’olpè Chigi est datée d’environ 640) ?

42 Cf. Briant 1996, p. 224 n. 30.

43 Voir le développement sur le tyran, la loi et la justice dans Salmon 1997, p. 63-65 n. 30.

44 Anderson 2005, p. 198-202 et 210-215, conteste l’aspect dictatorial de la tyrannie et attribue la déformation de l’image tyrannique au changement de conception politique qui permit à la communauté de supplanter l’individu.

45 Périandre : Hérodote, III, 50 et Diogène Laërce, I, 94. Cambyse : Hérodote, III, 1-38 ; 61-66 ; Lenfant 1996, p. 369-371 n. 27, développe le thème du stéréotype grec hostile à Cambyse et s’appuie, entre autres, sur le récit très différent donné par Ctésias, FGrH, 688 F 13 ; elle renvoie au décryptage du récit hérodotéen par Lloyd 1988. Néron aussi aurait tué Poppée alors qu’elle était enceinte (Tacite, Annales, XVI, 6).

46 Briant 1996, p. 66-70 n. 30.

47 On peut y ajouter III, 92, 97 ; VI 32. À noter que ces « gardiens de la couche » des rois comme des femmes ne sont pas tous des castrats.

48 Les jeunes gens n’atteignirent pas la Lydie, car les Samiens leur offrirent l’asile lorsque leurs bateaux firent relâche dans l'île (Hérodote, III, 48).

49 Le cas des Corcyréens est à part, car non seulement ils se sont révoltés contre Périandre, mais ils ont assassiné son fils. À noter que dans Plutarque, Banquet des Sept Sages, 2, Thalès déclare : « Le conseil, que lui [Périandre] a donné mon compatriote Thrasybule, de décapiter l’aristocratie, il ne l’a pas accepté. »

50 Le mensonge est alors assimilé à la déloyauté et à la rébellion (drauga) qui s’opposent à arta, Vérité, dont Darius est dépositaire par la volonté d’Ahura-Mazda. Toute révolte contre lui est en même temps une faute religieuse. Les tyrans grecs ne sont pas associés à de pareilles théories, bien qu’ils se considèrent comme protégés de la divinité et, de ce fait, aptes à assurer au peuple « paix, bonheur et prospérité » tout comme les souverains perses.

51 À nuancer avec les références des notes 44-45.

52 Briant 1996, p. 86-87 n. 30.

53 Nomima, I, 89 : de 526/525 à 522/521, nous aurions : Hippias, Clisthène, Miltiade, Calliadès, Pisistrate (le Jeune).

54 Sur cet épisode, voir Jacqmin 2005, p. 66-68.

55 Briant 1996, p. 81 n. 30.

56 Voir, par exemple, Miller 1995. Shear 1994.

57 Kurke 1992, p. 103-105. Sur les travaux des tyrans, voir Salmon 1997, p. 66-67 n. 15.

58 Voir, par exemple, comment Hippias, FGrH, 421 F 1, décrit les comportements d’Ortygès et de ses partisans à Érythrées : tous les excès sont réunis.

59 Finkelberg, 2005, notamment chap. 3. Voir déjà Tourraix 2000.

60 Sa famille s’opposait à celle du tyran d’Halicarnasse, mais nous ignorons ce qui provoqua son départ.

61 Œdipe-Roi, v. 873. Parker 1998, p. 160 n. 10, décide d’accepter la correction de R. Dawe qui inverse la proposition, parce que, sinon, on ne pourrait pas traduire turannos par « roi » ! C’est à la fois nier la transformation du comportement d’Œdipe avant l’effondrement final, et oublier que précisément, comme le dit Casevitz 1991, n. 12, il faut de 1'hubris pour vouloir et pour exercer le pouvoir personnel et que, dès lors, la tyrannie advient.

62 Lord Acton (1834-1902), catholique, Italien d’origine, figure éminente du parti libéral, s’est battu de toutes ses forces pour la liberté ; quitte à irriter Pie IX, il estimait que c’était au christianisme de s’en faire le champion.

63 Lanza 1997, p. 200-201 n. 19.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540