Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Capitales culturelles, capitales symboliques

 | 
Christophe Charle
, 
Daniel Roche

Sixième partie. Les lieux de l'émotion esthétique

Conclusions et prolongements

Christophe Charle

Texte intégral

  • 1 Animée par François Gasnault (Archives de Paris), elle réunissait Frédéric Barbier (CNRS/EPHE), Pi (...)

1Le colloque s’est terminé par une table ronde1 chargée de dresser un premier bilan et de proposer des pistes de recherche pour des enquêtes futures. Il reposait sur trois paris, inégalement tenus, ce qui doit nous inciter à aller plus loin : le pari de l’interdisciplinarité, le pari de la longue durée et le pari de la comparaison européenne. Ces trois paris vont à l’encontre des tendances actuelles de l’historiographie, en particulier de l’histoire culturelle et de l’histoire politique, de plus en plus tournées vers le local, le court terme, voire l’intemporel anthropologique. Qu’on ait pu rassembler des historiens, des historiens d’art, des musicologues, des historiens du livre et de la littérature, des sociologues et des ressortissants d’espaces nationaux aux historiographies décalées est déjà un événement notable. La comparaison, c’est-à-dire l’histoire au second degré et le refus des limites nationales indiscutées, et le dialogue entre disciplines, c’est-à-dire la réaction contre la spécialisation croissante, sont sans doute les pratiques les plus improbables dans l’état actuel des universités et des sciences de l’homme. Au cours du colloque, les discussions ou les réflexions finales ont permis ces approches plus synthétiques. Plus rarement certains communicants y ont recouru pour les besoins même de leur démonstration. Ce n’est donc qu’un premier pas dans la bonne direction.

2Trois enseignements semblent émerger de ces confrontations.

  • 2 Cf. Céline Braconnier (Universiré Paris I), « Résistances du local à l’emprise symbolique du natio (...)
  • 3 Cf. Jean-Pierre Chaline (Université Paris IV), « Parisianisme ou provincialisme culturel ? Les soc (...)
  • 4 Jean-Louis Robert (Université Paris I), « Les monuments aux morts de la Grande Guerre à Paris ».
  • 5 Didier Francfort (Université Nancy II), « Rome et l’Opéra ».
  • 6 C. Charle, Paris fin de siècle, Paris, Le Seuil, 1998, chapitre 1 ; E. François et al. (hg.), Mari (...)

31) Tout d’abord, il en ressort une image plus complexe de la typologie des capitales culturelles et symboliques. Au plan symbolique, l’opposition, trop simple, entre espaces nationaux centralisés et espaces polycentriques a été affinée dans l’analyse du jeu des interactions entre le local2, le national3 et l’international comme médiations expliquant la capacité ou non pour une capitale ancienne ou nouvelle d’affirmer son identité et sa prééminence, de maîtriser son image et son passé ou de se projeter vers l’avenir. Paris très, voire trop, contrôlé par le pouvoir central et ses investissements nationaux, ne laisse ainsi guère d’espace à la mémoire spécifique de certaines tragédies qui touchent sa population : un seul tombeau sous l’Arc de Triomphe, lieu du deuil de tous les Français, masque le deuil propre des habitants d’une ville pourtant en première ligne du front en 1914-1918, auxquels ne sont concédés que d’aléatoires mémoriaux dans des arrière-cours de mairies d’arrondissement4. Rome après 1870, enjeu de deux politiques symbolique concurrentes, l’une nationale de l’Etat unifié, l’autre à la fois locale – grâce à l’ancienneté du marquage de l’espace chrétien par le dense réseau d’églises, de couvents et de processions – et internationale en tant que capitale d’un État universel et lieu de pèlerinage, est devenue une ville double, capitale incomplète contestée au plan culturel5 comme au plan politique. L’excès de mémoire peut nuire à une capitale. Inversement des tables rases ou quasiment comme Madrid ou Berlin peuvent progressivement accumuler un capital symbolique et politique qui les rapproche tendanciellement du modèle parisien comme le montrent Paul Aubert et Virgilio Pinto ou comme je l’ai montré, avec d’autres, pour Berlin6.

  • 7 Thème que j’ai personnellement analysé et présent aussi dans l’intervention de M. Steinhauser.
  • 8 Sujet abordé par D. Rabreau et D. Francfort. Voir aussi les travaux plus anciens de Jane Fulcher, (...)

42) Au plan culturel, la dominance ne dépend pas seulement de l’histoire et, en particulier, de l’histoire de l’État et de la nation, comme nous avons trop tendance à le croire en France, mais aussi largement des types de biens symboliques qui sont en jeu. L’affirmation d’un centre reste toujours précaire dans le cas des biens liés à un marché de masse, à un large public (théâtre7, livre) ou à circulation facile. En revanche, les biens culturels liés aux élites (opéra8), à un marché à diffusion restreinte (musique avant l’ère de la reproduction) ou à fort enjeu politique et financier (musées, expositions) nécessitent des investissements lourds, des arbitrages entre acteurs peu nombreux et des politiques culturelles de longue durée. En contrepartie, ils produisent des effets d’attraction ou d’image à long terme, à la différence des premiers types de biens symboliques.

5Ainsi, si Pascale Casanova peut parler de Paris comme du « méridien de Greenwich de la littérature », en d’autres termes, d’une sorte de capitale des capitales littéraires, c’est sans doute en raison du très ancien investissement de la monarchie sur les pouvoirs de l’écrit et de la rhétorique mais aussi de l’image de liberté attachée à la capitale française depuis le milieu du xviiie siècle, émaillée d’une série de batailles littéraires, artistiques, musicales ou théâtrales qui accompagnent – et parfois annoncent –, en contrepoint, d’autres batailles politiques ou sociales plus tragiques. Les autres capitales littéraires ou artistiques de l’Europe peuvent posséder l’un des deux traits (Londres, capitale libérale, n’a pas de véritables académies, Berlin, ville universitaire et académique, n’est que tardivement le théâtre de luttes littéraires ou artistiques mémorables). L’un sans l’autre ne peut susciter cette dialectique symbolique, source du magnétisme culturel à long terme. Il faut prendre garde toutefois ici à l’importance de la durée d’observation. A la veille de la guerre de 1914, une dynamique proche de celle de Paris s’emparait de la plupart des capitales d’Europe centrale et orientale, qu’on songe aux Sécessions de Vienne et de Berlin, aux créations de scènes ou de revues d’avant-garde à Berlin, Budapest, Moscou, Munich, Saint-Pétersbourg ou Vienne dans le prolongement du Théâtre libre et du Théâtre de l’Œuvre, du Mercure de France ou de la Revue blanche de Paris.

63) Si, au plan des effets symboliques, les communications ont permis d’identifier les acteurs et leurs stratégies (l’État ou le souverain, les municipalités, les autorités spirituelles, les intellectuels et les artistes, mais aussi certains groupes de citoyens), au plan culturel, du fait des décalages chronologiques et de l’entrelacement des politiques de moyenne, courte et longue durée, il est plus difficile de proposer des modèles d’analyse explicative des convergences et des divergences constatées selon les contextes, en dehors des processus de transferts toujours importants au sein de la culture européenne de cette époque.

  • 9 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, Paris, A. Colin, 1979, vol. 3, pp. 5 (...)
  • 10 Cf. aussi son livre, La République mondiale des lettres, Paris, Le Seuil, 1999.
  • 11 Cf. M. Chimènes, « Les salons parisiens et la promotion des musiciens étrangers (1870-1940) ».
  • 12 Cf. sa communication comparative « Trajectoires opposées : les institutions musicales et leurs fon (...)

7Nous retrouvons ici l’absence d’un véritable paradigme d’analyse imputable au caractère encore jeune de l’histoire culturelle ou de sa dépendance forte par rapport à d’autres branches historiques plus anciennes. Fernand Braudel, dans Civilisation matérielle, économie et capitalisme, notait déjà le décalage entre la liste des villes dominantes sur le plan culturel et celle des centres successifs des économies-mondes qu’il croyait discerner à chaque époque9. Pour le cœur de l’époque embrassée par le colloque (1750-1930), la première était incontestablement Paris, comme l’ont montré aussi bien les analyses de Pascale Casanova10 que le tableau des salons musicaux parisiens comme lieux de lancement des artistes internationaux dressé par Myriam Chimènes (CNRS)11. Alors qu’à la même époque, Londres occupait le centre des courants économiques mondiaux, le rayonnement culturel, européen et mondial de la capitale britannique était beaucoup plus limité et contesté au sein même de l’espace anglais par New York ou certaines métropoles régionales britanniques. Pourtant, cette domination parisienne rencontre aussi ses limites non seulement à l’échelle internationale mais aussi dans l’espace français en fonction des aléas politiques : Jane F. Fulcher (Université de Bloomington), a ainsi évoqué les difficultés de l’avant-garde musicale française des années 1920 dans le cadre du climat néo-nationaliste anti-allemand. Cette hostilité à l’ouverture indispensable pour une musique novatrice a imposé au « Groupe des Six » une stratégie internationale pour se faire reconnaître et c’est l’Allemagne progressiste de Weimar qui a le mieux rempli ce rôle12.

  • 13 Cf. sa communication « Salon et art moderne ».

8Surtout, si le processus de construction nationale, appuyé sur des politiques symboliques et culturelles, semble un trend de longue durée, suscitant des transferts de proche en proche à mesure que les nations européennes émergent et tentent d’égaler leurs aînées, l’affirmation des capitales culturelles, elle, est de plus en plus traversée par la tension qui marque la culture contemporaine. Dès que l’écart grandit entre une sphère de production restreinte et une sphère à large public ou à public traditionnel, la dynamique novatrice n’implique plus forcément la centralité sociale et spatiale que symbolisait le Salon des Beaux-Arts tel que nous le restitue Éric Darragon (Université Paris I)13. Une foule bruyante et béotienne, des groupes d’amateurs argentés, des critiques plus ou moins inspirés et des officiels chargés de passer commande s’y côtoyaient devant le caravansérail des nouveautés artistiques dans une sorte de lutte pour la vie à l’état pur. Avec l’éclatement des institutions académiques, inégalement rapide selon les capitales et les arts, les avant-gardes rejettent de plus en plus la protection de l’État et refusent de produire des œuvres en fonction d’un contexte simplement national. Selon les cas, elles s’adressent aux happy few, à l’internationale des lettres et des arts, voire à la postérité. Pour la culture d’élite innovatrice, la mobilité des acteurs et des publics entre ainsi de plus en plus en contradiction avec l’ancien paradigme fondé, à l’époque moderne, sur le dialogue entre la Cour et la Ville, entre le Roi (et les grands) et l’artiste ou l’homme de lettres.

  • 14 Cf. pour une première approche à propos de Paris à élargir à l’Europe et aux autres époques : D. R (...)

9Notre programme, ambitieux en termes de chronologie et de thématique, nous avait obligé à limiter le nombre des cas étudiés et à concentrer notre attention sur la culture d’élite. Ces choix impliquent que d’autres rencontres ou d’autres recherches changent la géographie des lieux comparés : non plus Berlin, Leipzig, Madrid, Rome, Vienne ou Saint-Pétersbourg, mais, pourquoi pas, Athènes, Barcelone, Budapest, Bruxelles, Dublin, Helsinki, Londres, Moscou, Prague ou Stockholm. Ils demandent aussi qu’au livre, au théâtre, à l’opéra, au musée et aux cénacles musicaux succèdent des enquêtes comparatives sur la presse, les revues, les festivals, les carnavals, la danse, le café-concert, l’opérette, les images, etc. Notre problématique enregistrait encore ce qu’on pourrait appeler « l’effet-lieux-de-mémoire » et « l’effet-patrimoine » qui, après la France des années 1980, ont touché les autres pays d’Europe dans les années 1990. A cette logique historiographique fin de siècle, doit se substituer une logique nouveau siècle moins tournée vers la pierre et l’histoire, vers la trace et la mémoire, vers le lieu et le symbole, pour rechercher la mobilité et le projet, le passant et la passante, l’éphémère de la capitale en mouvement, la rencontre de l’habitant et de l’hôte, le croisement des cultures et des langues, bref « la ville promise »14.

Notes

1 Animée par François Gasnault (Archives de Paris), elle réunissait Frédéric Barbier (CNRS/EPHE), Pierre Bourdieu (Collège de France), Christophe Charle (Paris I), Alain Corbin (Paris I, IUF), Daniel Roche (Collège de France) et Carl E. Schorske (Princeton).

2 Cf. Céline Braconnier (Universiré Paris I), « Résistances du local à l’emprise symbolique du national à Paris à la fin du xixe siècle ».

3 Cf. Jean-Pierre Chaline (Université Paris IV), « Parisianisme ou provincialisme culturel ? Les sociétés savantes et la capitale dans la France du xixe siècle ».

4 Jean-Louis Robert (Université Paris I), « Les monuments aux morts de la Grande Guerre à Paris ».

5 Didier Francfort (Université Nancy II), « Rome et l’Opéra ».

6 C. Charle, Paris fin de siècle, Paris, Le Seuil, 1998, chapitre 1 ; E. François et al. (hg.), Marianne-Germania. Deutsch-französischer Kulturtransfer im europäischen Kontext, 1789-1914, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1998 ; Gerhard Brunn & Jürgen Reulecke (hg.), Metropolis Berlin, Berlin als deutsche Hauptstadt im Vergleich europäischer Hauptstàdte, 1870-1939, Bonn-Berlin, Bouvier Verlag, 1992.

7 Thème que j’ai personnellement analysé et présent aussi dans l’intervention de M. Steinhauser.

8 Sujet abordé par D. Rabreau et D. Francfort. Voir aussi les travaux plus anciens de Jane Fulcher, Le Grand Opéra français : un art politique, Paris, Belin, 1988, William Weber, « L’institution et son public. L’Opéra à Paris et à Londres au xviiie siècle », Annales ESC, n° 6, novembre-décembre 1993, pp. 1519-1539 et Frédérique Patureau, Le Palais Garnier dans la société parisienne 1875-1914, Liège, Mardaga, 1991.

9 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, Paris, A. Colin, 1979, vol. 3, pp. 52-54.

10 Cf. aussi son livre, La République mondiale des lettres, Paris, Le Seuil, 1999.

11 Cf. M. Chimènes, « Les salons parisiens et la promotion des musiciens étrangers (1870-1940) ».

12 Cf. sa communication comparative « Trajectoires opposées : les institutions musicales et leurs fonctions à Paris et à Berlin après 1914 ». Le même phénomène se retrouve en peinture, cf. Kenneth E. Silver, Vers le retour à l’ordre : l’avant-garde parisienne et la Première Guerre mondiale, trad. française, Paris, Flammarion, 1991.

13 Cf. sa communication « Salon et art moderne ».

14 Cf. pour une première approche à propos de Paris à élargir à l’Europe et aux autres époques : D. Roche (dir.), La Ville promise. Mobilité et accueil à Paris (fin xviie-début xixe siècle), Paris, Fayard, 2000.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540