Version classiqueVersion mobile

Le travail de l’histoire

 | 
Étienne Anheim

Épigraphe

Texte intégral

1« Je pourchasserai toujours, avec la même vigueur, […] et l’érudition oiseuse, qui est bêtise, et la pseudo-illumination de pseudo-idées, qui est hallucination (ou paresse). »
Marc Bloch

2« Qu’il soit artiste ou philosophe, savant ou industriel, l’Alsacien témoigne toujours d’un esprit souple et progressif. Il rêve peu, il agit lentement, il aime se cantonner dans une catégorie bien définie de l’activité sociale, y chercher ses aises, son confort cérébral, l’image d’un pays qu’il n’oublie jamais. Dans la quotidienne combativité de Paris, l’Alsacien paraît davantage désireux de vérité que de prestige ; ses œuvres ont cette caractéristique : la fantaisie y cède toujours le pas aux exigences d’une invariable dialectique ; un désir d’autonomie les gouverne qui répond au vœu d’une race la plus compacte qui soit au monde. »
André Girodie, « Hommage à Eugène Müntz (1845- 1902) », Revue alsacienne illustrée, 1902.

3« Le piano est un remarquable entraînement pour le lancer du disque. »
Micheline Ostermeyer

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search