Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Capitales culturelles, capitales symboliques

 | 
Christophe Charle
, 
Daniel Roche

Cinquième partie. Capitales et commerce des lettres

Construction d’une capitale : Leipzig et la librairie allemande, 1750-1914

Frédéric Barbier

Texte intégral

Une situation contrastée

Un poste marginal

  • 1 Lat. Misni, d’où la marche de Misnie.
  • 2 R. Holtzmann, éd., Die Chronik des Bischofs Thiemar von Merseburg..., Berlin, 1935 (reprint Munich (...)

1La suprématie de Leipzig dans le domaine de l’écrit et de l’imprimé, éclatante à partir de la fin du xviiie et surtout au xixe siècle, n’était pourtant en tien donnée a priori, non plus que l’évolution de ce petit point fortifié sur la frontière slave au haut Moyen Âge comme une des principales villes de l’Europe contemporaine. Lorsque, à partir du tout début du xe siècle, les campagnes militaires et la colonisation allemandes s’enfoncent à l’Est de l’Elbe, il ne s’agit d’abord que de quadriller le pays par la construction de forteresses assurant les principaux itinéraires. Henri Ier fonde en 928-929 le poste le plus avancé, à Meissen1, sur l’Elbe. La colonisation s’accompagne de missions chrétiennes, des évêchés sont créés à Meissen (959), Merseburg (965) et Zeitz (968), tous trois suffragants du nouvel l’archevêché de Magdebourg (968). C’est précisément l’évêque Thietmar von Merseburg qui, dans ses Annales, cite pour la première fois le bourg de Libzi (urbs Libzi), sur la route militaire de Merseburg à la Mulde (1015-1017)2.

  • 3 Bibliographie sélective : E. Hasse, Geschichte der Leipziger Messen, Leipzig, 1885 (reprint, Leipz (...)
  • 4 Cette route assure également le commerce des Pays-Bas et, au xve siècle, des pays bourguignons du (...)
  • 5 U. Schirmer, « Die Leipziger Messen in der ersten Hälfte des 16. Jts », dans Leipzigs Messen, 1497 (...)

2Il ne s’agit d’abord que d’un petit peuplement slave (sorbe) et allemand, protégé par des marécages et couvert par une forteresse au confluent de 1 Elster blanche ( Weißer Elster) et de la Pleiße, deux des affluents de l’Elbe. Le premier essor est lié à la poussée allemande en pays slave et au développement du négoce3 le bourg, qui reçoit du margrave Othon le Riche une charte urbaine en 1164, étant en effet placé à la rencontre de deux axes majeurs des échanges : dans le sens Est-Ouest, la « route royale » (via regia) qui conduit de l’Allemagne moyenne (la région de Mayence et de Francfort) vers l’Ostelbie, par Eisenach, Gotha, Erfurt, Weimar et Naumburg4 ; mais Leipzig est également bien située sur la route Nord-Sud, entre la mer du Nord, le Harz (Goslar) et la Baltique d’un côté, l’Erzgebirge et Nuremberg, ou la Bohême (donc aussi l’Allemagne du Sud, le Tyrol et l’Italie) de l’autre. À partir du xive siècle, une part importante des échanges assurés par Leipzig portera d’ailleurs sur le trafic avec Posen (Poznan), Breslau (Wroclaw), Thorn (Torun), Cracovie et le bassin des Carpathes, mais aussi, à la faveur des Guerres hussites, avec Nuremberg, la Bohême et Prague...5

3Pour autant, des concurrents dangereux existent à proximité immédiate : Naumburg, Merseburg (où des foires se tiennent depuis 1007), mais surtout Halle et Magdeburg, voire Erfurt, bénéficient de conditions naturelles parfois meilleures, notamment par suite de leur position sur une voie navigable (Halle, Magdebourg). La résidence des margraves est d’abord fixée à Meissen. Freiberg, portée par les mines d’argent découvertes à proximité, est la principale ville de Saxe aux xiiie et xive siècles (5 500 habitants vers 1300), elle a le droit d’étape pour le commerce avec Prague et la Bohême, y compris pour le sel exporté de Halle. Enfin, nous sommes longtemps sur une marche frontière, un pays nouveau, qui ne saurait de longtemps concurrencer le « vieux pays » du Rhin et de l’Allemagne méridionale. À l’Ouest, commandant le confluent du Rhin et du Main, la ville libre et d’Empire (Freie Reichsstadt) de Francfort-sur-le-Main domine l’ensemble des réseaux, elle est une ville de foire depuis 1140, mais aussi la ville de l’élection (depuis 1152) et du couronnement impérial (depuis 1562) et la résidence de nombreux diplomates. Francfort-sur-le-Main sera décrite, au xviiie siècle, comme la « capitale secrète » de l’Allemagne.

Principales routes commerciales de Leipzig sous l’Ancien Régime : croquis de localisation.
Nota. Les noms de villes sont indiqués dans la langue du pays. Les noms entre parenthèses désignent les directions plus lointaines du commerce.

4N’insistons donc pas davantage, sinon pour rappeler que la position dominante que Leipzig réussira à s’assurer comme ville de foire sera toujours sujette à être remise en question par des concurrents plus actifs, ou par suite d’une organisation différente des acteurs et des courants économiques. Le poids démographique de la ville reste d’ailleurs relativement limité jusqu’à l’époque de la Révolution industrielle : nous sommes évidemment très en retrait par rapport aux principales capitales politiques européennes.

  • 6 K. Blaschke, Bevölkerungsgeschichte von Sachsen bis zur industriellen Revolution, Weimar, 1967.

Tableau 1 – Évolution de la population de Leipzig, xiiie-xixe siècles6

Tableau 1 – Évolution de la population de Leipzig, xiiie-xixe siècles6

Les facteurs de développement

5Leipzig, donc, à ses débuts : une petite place frontière géographiquement marginale, commandant un confluent et un nœud d’itinéraires. Pourtant, la grammaire historique de la ville et de sa région amène à souligner la présence dans le long terme d’un certain nombre d’éléments favorables, qui rendront possible l’essor de Leipzig et sa construction comme capitale du livre. Passons rapidement en revue les cinq points principaux.

  • 7 Le troisième dimanche après Pâques.
  • 8 Le dimanche suivant la Saint-Michel, c’est-à-dire peu après le 29 septembre.
  • 9 Voir la carte de 1726 reproduite dans Leipzig, Stadt der wa(h)ren Wunder..., op. cit, p. 50, et qu (...)

61) La réussite de la ville est fondamentalement liée à son rôle et à son statut de ville de marché (Markt), puis de foire (Messe, lat. missa). Protégés par le margrave de Meissen, deux marchés anciens se tiennent régulièrement à Leipzig, au Jubilate7 et à la Saint-Michel (Michaelis)8, auxquels l’électeur Frédéric II joint en 1458 le privilège d’un troisième marché, à l’An nouveau (Neujahr). La tenue du marché est directement liée à l’instauration d’un droit spécifique, qui permette de garantir un privilège d’exclusivité dans un certain rayon, mais aussi d’assurer la protection des négociants étrangers et de fixer les conditions financières des échanges. Les trois foires annuelles sont confirmées par un acte pris par Maximilien Ier à la demande de la ville en 1497 : les dispositions portent également sur l’interdiction d’instituer de nouvelles foires dans les évêchés de Magdebourg, Halberstadt, Merseburg, Naumbourg et Meissen et sur le droit exclusif d’étape conféré aux Leipzigois dans un rayon de quinze milles9. L’autonomie qui est de fait celle du Magistrat de Leipzig et l’appui que celui-ci réussit à s’assurer de la part des autorités territoriales (le prince et l’empereur) prennent rang parmi les facteurs les plus importants de la réussite urbaine.

72) L’essor de la foire et des activités liées au négoce, notamment au grand négoce, entraîne un certain nombre de conséquences à plus ou moins long terme :

  • Le négoce d’Ancien Régime s’appuie sur des réseaux d’échanges de marchandises, qui recouvrent également des réseaux financiers : les grandes places de négoce sont nécessairement des places financières, où se font les principales opérations bancaires classiques – le change en espèces, d’abord, mais aussi l’ouverture de crédit et, surtout, la création, l’endossement et la circulation du « papier » (progressivement à partir du xvie siècle). Leipzig se trouve à la tête de réseaux financiers étendus, tandis qu’une des fonctions principales de la foire devient celle du paiement, à terme du clearing, et que des maisons de banque commencent à se développer (on en comptera une quinzaine en ville à la fin du xviiie siècle).
  • Le négoce d’Ancien Régime fonctionne principalement sur la base du « papier » commercial émis par une maison, et circulant d’une place à l’autre : autrement dit, sur la base du crédit, que la communauté des négociants accorde à ses différents membres et partenaires. Pour que le système soit viable, pour éviter les crises qui s’enchaînent en cascade, il faut qu’il soit aussi sûr que possible. Le négoce suppose donc aussi une activité fondée à la fois sur l’information (il faut savoir avec qui et dans quelles conditions on travaille), sur la confiance, sur la solidarité et sur la définition de règles communes et de pratiques (Usancen) auxquelles les uns et les autres se soumettront. Dès lors, deux caractéristiques fondamentales sont liées au développement de ce type d’activités.

8D’une part, c’est ce que nous pourrions appeler l’autogestion : les négociants constituent une communauté solidaire et qui a l’expérience de sa propre administration. Dans une ville de foire et d’échanges comme Leipzig (encore plus Francfort, mais aussi Lübeck ou, plus tard, Hambourg), ce sont eux qui dominent la gestion du Magistrat et qui déterminent les cadres principaux de la politique urbaine (songeons par exemple à tous les problèmes d’infrastructure qui se posent pour accueillir la population foraine très importante qui envahit la ville à chaque foire). Cette pratique ancienne de l’autogestion jouera un grand rôle également dans le domaine du livre et de l’imprimé.

  • 10 Leipzig peut être présentée comme la première capitale de la presse périodique allemande. En 1605 (...)

9D’autre part, c’est l’importance de la communication et de l’information. Le négoce et la finance d’Ancien Régime sont en eux-mêmes des activités intimement liées à la communication : nous avons dit que le « papier » et la correspondance devaient circuler rapidement et en sécurité, mais les investisseurs veulent aussi être informés le plus rapidement sur les conditions dans lesquelles ils travaillent. Les réseaux du négoce recouvrent donc des réseaux d’information, et Leipzig devient, à partir du xviie siècle, l’une des capitales allemandes de la communication10.

  • 11 Elles resteront en concurrence pour s’assurer l’hégémonie régionale jusqu’au succès de la Prusse à (...)

103) Le troisième facteur favorable à l’essor de la ville est celui de la territorialisation (Territorialisierung), entendons, de la formation de principautés territoriales pratiquement indépendantes. Au xive siècle, tandis que la poussée allemande vers l’Est s’est plus orientée vers la Baltique, deux puissances principales se sont constituées entre l’Elbe et l’Oder : au Nord, la marche de Brandebourg, au Sud, celle de Misnie, puis de Saxe11. Dans ces principautés territoriales, la logique géo-politique (gouverner un certain territoire) tend à se juxtaposer à la logique féodalo-dynastique ancienne. En Palatinat électoral (Heidelberg) comme en Saxe (mais aussi en Bourgogne, en Bohême, en Autriche et, plus tard, en Hongrie, etc.), une administration se met en place, qui travaille, dans une perspective mercantiliste, à l’enrichissement du pays, au meilleur rendement de la collecte des impôts, donc aussi à la possibilité d’entretenir une armée plus puissante et mieux équipée. La nécessité de disposer de cadres administratifs et ecclésiastiques mieux formés pousse à la fondation d’Universités que l’on pourrait qualifier de territoriales : Prague en Bohême (1348), Vienne en Autriche (1365), Cracovie en Pologne (1364), Erfurt (1379), Heidelberg en Palatinat (1385), Ofen (Buda) en Hongrie (1389) et Leipzig en Saxe (1409) – dans ce dernier cas notamment pour mettre à profit les difficultés de Prague, alors enfoncée dans la crise hussite.

11Dès lors, Leipzig prend rang dans les itinéraires estudiantins, tandis que les différentes activités liées au livre et à l’écrit se développent dans la ville, où l’imprimerie apparaît de manière certaine en 1481. Leipzig se caractérise fondamentalement par cette combinaison de deux catégories principales de fonctions, négociantes (et capitalistes) et culturelles, puis artistiques. Au total, on le voit, une constellation très moderne de caractères – économiques et financiers, mais aussi intellectuels et culturels, dans une moindre mesure politiques, qui interviennent en outre dans le cadre d’un développement démographique tendant très progressivement à s’affirmer.

  • 12 En 1547, la ligne ernestine doit céder la partie orientale de sa principauté à la ligne albertine, (...)

124) Un quatrième facteur oriente la trajectoire de la ville dans un sens favorable : il s’agit du déclenchement de la Réforme luthérienne, dont l’épicentre se place en Thuringe et en Saxe. La mutation vers une principauté territoriale moderne et puissante aux mains de la famille des Wettin n’a pas empêché la logique féodalo-dynastique de jouer et, en 1485, l’électorat de Saxe est divisé entre une principauté électorale, la Saxe ernestine, et un duché, la Saxe albertine, auquel appartiennent Leipzig, Dresde et Meissen. Les origines du luthéranisme s’ancrent le plus nettement en Saxe ernestine, Luther lui-même est né à Eisleben (près de Halle), il entre chez les Augustins d’Erfurt avant de commencer à enseigner dans la nouvelle Université créée par l’électeur Frédéric le Sage en 1502 dans sa petite résidence de Wittenberg. Après avoir été mis au ban de l’Empire, Luther se réfugie à la Wartburg (près d’Eisenach), où il travaille à sa traduction du Nouveau Testament (1521) et, bientôt, Wittenberg devient le centre de la religion nouvelle, et du vaste mouvement intellectuel qui l’accompagne12.

13Les conséquences de ces événements ont été décrites comme d’abord négatives pour Leipzig : l’Université de Wittenberg devient en quelques années la plus importante d’Allemagne, et concurrence bien entendu le plus durement celle, voisine, de Leipzig. Dans le même temps, les activités d’imprimerie et de librairie se développent dans la petite ville, là aussi au détriment, a-t-on soutenu, de Leipzig. Très vite pourtant, le rapport de forces joue plus directement, les professionnels (imprimeurs, libraires et relieurs) de Leipzig reprennent le contrôle de la production et du marché : la ville s’impose dès lors progressivement comme le centre du commerce du livre réformé en Allemagne et dans les pays majoritairement de langue allemande, en même temps que comme le principal centre de production des feuilles volantes, canards et publications éphémères diffusés par le parti réformé (Flugschriften).

14De plus, avec le passage de la ville (en 1540) et de la principauté à la Réforme, le développement des activités éditoriales privilégie de plus en plus nettement les publications en langue vulgaire. Sur les deux plans, de centre de la librairie réformée et de la librairie en langue allemande (donc de la librairie nationale), Leipzig devient plus autonome face à Francfort-sur-le-Main, qui travaille surtout dans le domaine de la librairie catholique, internationale et majoritairement en latin. Il est en outre bien évident que la ville bénéficie du déplacement progressif de l’axe structurant de l’Allemagne en direction de l’Est, du Brandebourg-Prusse et de la double résidence de Berlin/Potsdam. De point d’appui contribuant à la sécurité d’une marche excentrée, Leipzig réussit progressivement à s’imposer comme une des grandes places de négoce et de finances au cœur des pays allemands.

  • 13 D. Debes, (éd.), Leipziger Zimelien : Bücherscbätze der Universitätsbibliothek, Weinheim, 1989. À (...)

15Les maisons religieuses ont été fermées dans les principautés passées à la Réforme, et leurs biens confisqués. En Saxe albertine, après la mort du duc Georg (1541), les livres des anciennes maisons conventuelles sont concentrés à Leipzig. Caspar Borner (1492-1547), humaniste et recteur de l’Université, obtient du duc Moritz en 1543 une aide financière pour payer le corps professoral, mais aussi la remise à l’Université de cinq villages en dehors de la ville (ce qui lui apporte des revenus importants et réguliers) et celle du couvent des Dominicains à Leipzig même. L’Université y établit sa première bibliothèque (la Bibliotheca Paulina), qui s’ajoute aux collections déjà constituées par les différentes facultés. On y incorpore successivement les bibliothèques des Augustins et des Franciscains de Leipzig, mais aussi celles des Cisterciens d’Altzelle et de Buch, des Bénédictins de Pegau et de Chemnitz, des Augustins de Lauterberg près de Halle, des Franciscains de Langensalza et des Dominicains de Pirna. Au milieu du xvie siècle (donc, en moins de dix ans), la Bibliothèque de l’Université de Leipzig est déjà devenue la plus riche de la principauté13.

  • 14 K. Blaschke, « Die Kurfürsten von Sachsen als Förderer der Leipziger Messe », dans Leipzigs Messen (...)
  • 15 Les Kuxen désignent des participations dans les mines d’argent : les capitalistes de Leipzig inves (...)
  • 16 U. Schirmer, « Die Leipziger Messen in der ersten Hälfte des 16. Jts. : ihre Funktion als Silberha (...)

165) Enfin, le développement économique de la Thuringe et de la Saxe assure à l’activité négociante de Leipzig un large volant de marchandises à mettre sur le marché. Au xiie siècle, le premier essor est lié à l’exploitation des mines d’argent de Freiberg, ville qui s’impose dès lors comme la principale place financière du margraviat. Deux siècles plus tard, Freiberg est sur le déclin par suite de l’appauvrissement des mines et de la situation confuse de la Bohême, mais nous assistons à l’essor rapide de l’argent à Schneeberg et dans l’Erzgebirge orientale, et du cuivre dans le comté de Mansfeld (où travailla le père de Luther). À partir du début du xvie siècle, la foire de Leipzig combine plus étroitement les fonctions commerciale et financière14, tandis que se constitue dans la géographie de l’Allemagne moyenne (Thuringe et Saxe) une région minière et industrielle de rang européen, qui nécessite de lourds investissements capitalistes et soutient par la suite le développement des nouvelles techniques15 et des réseaux de finance16.

  • 17 À cet égard, il n’est pas indifférent que Leipzig se situe à proximité de la « capitale littéraire (...)

17Les conséquences sont très importantes, qu’il s’agisse de l’essor d’une économie monétaire, de la richesse plus grande des princes territoriaux (avec aussi la mise en place d’une administration financière), ou de la montée d’autres formes de travail, à terme de la modernisation des rapports sociaux et des logiques culturelles. Leipzig joue le rôle de place centrale dans la circulation monétaire et ce sont des membres de la haute bourgeoisie négociante urbaine que les princes de Saxe chargent d’organiser leur administration financière et de réunir les sommes éventuellement nécessaires à la bonne marche de l’État. Les mêmes phénomènes touchent aussi le domaine du livre, de l’imprimerie et de la librairie : à la fin du xviie, mais surtout aux xviiie et xixe siècles, cette branche d’activités progresse rapidement en ville même et dans les principautés de Saxe et de Thuringe, et la production imprimée de Leipzig dépasse celle de Francfort à partir de la décennie 1610. L’essor plus rapide des industries régionales de Saxe constitue l’un des éléments principaux qui permettent à Leipzig d’asseoir sa suprématie, tandis que l’existence d’un marché régional d’une certaine importance est un élément crucial dans la perspective d’une « librairie d’Ancien Régime » longtemps dominée par le problème de la contrefaçon – donc par les difficultés de contrôler un marché de diffusion géographiquement plus étendu17. Arrivant en Saxe, Mme de Staël s’étonne de l’omniprésence du livre :

  • 18 De l’Allemagne, nelle éd., Paris, Garnier-Flammarion, 1985, 2 vol. , tome I, p. 119 et sq.

« On peut juger, par la quantité d’ouvrages qui se vendent à Leipsick, combien les livres allemands ont de lecteurs ; les ouvriers de toutes les classes, les tailleurs de pierre même, se reposent de leurs travaux un livre à la main... »18

La « librairie d’Ancien Régime » : foires du livre et structures professionnelles

Fonctions de la foire

  • 19 yn (nombre d’arcs reliant n points) = (S x...xn) – xn.

18Comprendre le rôle de la foire du livre nécessite de rappeler quelles sont les trois principales fonctions de la « librairie » – entendue au sens large : l’imprimerie, la librairie de fonds (l’édition) et la librairie de détail (la diffusion). Concrètement, une fois le livre imprimé, le libraire doit faire connaître ses publications ou son assortiment auprès de ses collègues ou de ses clients ; il doit ensuite assurer l’expédition des volumes éventuellement commandés ; il doit enfin se faire payer, ce qui, dans une économie pré-industrielle très morcelée, n’est pas la moindre difficulté. Dès lors que ces activités sont géographiquement dispersées, ce qui est le cas dans l’espace germanique, et non pas concentrées comme en France ou en Angleterre dans une ville principale, des pôles d’échanges deviennent indispensables : la dispersion alourdit et complique le travail, elle ralentit la circulation des livres et elle constitue un facteur évident de renchérissement. La montée en puissance des fonctions de stockage, d’échange et de redistribution permet de répondre à une multiplication d’itinéraires qui s’opère selon une progression factorielle19. Ajoutons que la même dispersion se retrouve du côté du public des lecteurs d’Ancien Régime, dans la mesure où celui-ci ne concerne qu’une minorité plus ou moins étroite répartie dans un grand nombre de villes de résidence princière, de centres universitaires ou négociants, etc. En 1808, le grand libraire berlinois Friedrich Nicolai souligne que :

  • 20 Lettre à Perthes, citée par Pamela E. Selwyn, « Generationskonflikt unter Buchhändlern ? Der deuts (...)

« l’on ne doit pas s’imaginer que ce serait un avantage pour la librairie allemande que d’être pratiquée dans une foire que l’on ne peut visiter qu’après un voyage de trente mille et plus. C’est là un mal nécessaire, parce que toutes les villes allemandes sauf Vienne sont trop pauvres pour nourrir un véritable libraire... »20

19Le système de la foire s’articule avec la technique fondamentale utilisée pat la librairie ancienne qui est celle du Tauschhandel, ou échange entre éditeurs de leurs titres de fonds selon des barèmes précisément établis. Cette pratique, qui combine donc étroitement l’édition et la diffusion, suppose que l’on dispose de la marchandise nécessaire (des titres de fonds) et pousse donc au maintien d’une activité éditoriale dispersée. D’autre part, l’échange doit être matériellement possible, il faut que les libraires se rencontrent pour traiter leurs affaires – et telle est bien la fonction essentielle des foires. En revanche, les échanges de librairie ne sont possibles que dans des aires socio-culturelles cohérentes, ce qui aboutit à la constitution précoce de plusieurs « marchés régionaux » du livre autour de métropoles commerciales comme Augsbourg, Francfort-sur-le-Main et, à terme, Leipzig.

  • 21 Dans le domaine de l’écrit, on connaît tout particulièrement le livre de modèles d’un atelier de c (...)
  • 22 Dès 1469-1470, Peter Schöffer publie un catalogue de ses vingt titres et son « voyageur » parcourt (...)
  • 23 Albrecht Kirchhoff, « Die Anfänge des Leipziger Meßkatalogs », dans Archiv für Geschichte des deut (...)

20Deux autres fonctions complémentaires interviennent dans le système des foires, à savoir l’information et le paiement. Il faut en effet faire connaître ses produits : le monde germanophone est très tôt familiarisé avec les livres de démonstration (Musterbuch) manuscrits21 et les premiers grands libraires éditeurs font imprimer des catalogues de leurs titres, qu’ils remettent à des « voyageurs » chargés de prendre les commandes22. Des listes des titres présentés à la foire paraissent à Francfort en 1564 : ces « catalogues de foires », d’abord publiés par certains libraires, sont compilés, à compter de 1599, pour donner les références de l’ensemble des nouveautés proposées à la foire de Francfort. Le processus est le même à Leipzig à partir de 1594, où un catalogue compilé paraît chaque année à compter de 1602, déjà dans une optique de concurrence à l’encontre de Francfort23 Ces différents catalogues sont publiés sous le contrôle des Magistrats, pour des raisons qui relèvent de l’efficacité économique, mais aussi de la censure.

  • 24 Ahasver Fritsch (chancelier du prince de Schwarzburg), Tractatus de typographis, bibliopolis, char (...)

21Le système du Tauschhandel s’appuie d’autre part sur un ensemble de pratiques spécifiques : progressivement, les échanges sont organisés d’une foire sur l’autre, le retour des exemplaires invendus venant en balance des comptes, lesquels sont soldés par les libraires entre eux, avec plus ou moins de difficultés, un certain jour de la foire (Buchhändler-Abrechnungstag). Des réflexions sont conduites sur les fonctions précises des différents acteurs de la chaîne du livre et sur la mise en place de pratiques professionnelles acceptées par tous24 :

  • 25 H. Widmann, op. cit., pp. 36 et 49.

« Et on a l’impression que le commerce des livres a atteint sa plus haute floraison dans notre siècle. Les librairies les plus significatives d’Allemagne sont celles de Francfort, Leipzig, Nuremberg, Vienne, Strasbourg, Hambourg, tout comme celles des villes où se trouvent des établissements d’enseignement. Mais dans cette optique, à la première place, c’est Francfort qui mérite le prix, ville dont le quartier des libraires est appelé couramment la rue des livres [Buchgasse] et l’Académie foraine des muses [Messeakademie der Musen] par Henri Estienne dans son éloge de la foire de Francfort... »25

Essor de Leipzig

  • 26 Kaiserliche Bücherkommission. Une commission analogue est établie par le prince électeur à Leipzig (...)

22Dès le début du xviie siècle, Leipzig tend à prendre le pas sur sa concurrente principale, Francfort, pourtant siège de la Commission impériale de la librairie26 depuis 1569 (264 titres à Leipzig, 140 à Francfort en 1616). Comme l’a montré Étienne François, la prédominance de la Saxe et de la Thuringe dans la géographie allemande du livre renvoie à un rééquilibrage d’ensemble de la géographie économique allemande la plus large, de sorte que la conjoncture spécifique de la branche est comme le miroir de la conjoncture économique générale. La progression saxonne, tragiquement arrêtée par la Guerre de Trente ans, reprend avec d’autant plus d’ampleur dans la seconde moitié du xviie et au xviiie siècle (3 286 titres à Leipzig en 1701, contre seulement 800 à Francfort). Francfort tend dès lors à devenir une place d’influence plus limitée travaillant surtout pour l’Allemagne du Sud et ses marges et dont les catalogues de foires cesseront de paraître en 1750.

  • 27 Sauf la Baltique. Rappelons que c’est au xviiie siècle qu’est engagé le plus largement le processu (...)
  • 28 M. Espagne et M. Werner (éd.), Qu’est-ce qu’une littérature nationale ? Approches pour une théorie (...)
  • 29 F. Barbier, « De la République des auteurs à la République des libraires : statut de l’auteur, fon (...)

23Un des facteurs les plus importants dans le développement de la foire du livre réside dans le développement accentué du commerce avec l’Est27, pour lequel Leipzig est évidemment mieux placé, et s’impose comme le centre à l’échelle du continent. Depuis l’Europe occidentale, les marchandises sont expédiées à Leipzig, via Amsterdam et Hambourg, puis par bateau en remontant l’Elbe jusqu’à Magdebourg, ou par la route. Au xviiie siècle, l’Elbe est la plus importante voie d’eau en Allemagne même. Enfin, la domination de Leipzig sur le « petit monde » de la « librairie » allemande est définitivement assurée par la mise en place d’une réforme générale de l’organisation et des pratiques des professionnels. La conjoncture est très favorable (essor de la production imprimée), qui se combine avec la prise de conscience de l’existence d’un marché national allemand du livre et avec une réflexion sur la définition d’une littérature nationale28 et sur le rôle de différents acteurs du champ littéraire – l’auteur, le public, mais aussi le libraire29. Dans un espace linguistique unifié, la diversité politique fait cependant les beaux jours de la contrefaçon, parfois avec l’appui même du souverain (surtout en Allemagne du Sud et en Autriche) : les privilèges octroyés par les princes territoriaux (et d’abord par l’Empereur) ne sont pas respectés, l’économie régulière du livre s’en trouve minée, et la modernisation du statut de l’auteur est remise en cause (puisqu’il est difficile, voire impossible, de le payer).

  • 30 30. H. Widmann, op. cit, pp. 57-59.

24En 1764, le libraire leipzigois Philipp Erasmus Reich adresse une circulaire à ses collègues, dans laquelle il évoque la nécessité urgente de réorganiser la librairie allemande pour en extirper la contrefaçon30. Ce que Reich propose, c’est que les libraires de bonne foi [redlich] s’unissent pour adopter des « lois intangibles » [unabweichliche Gesetze], de sorte que les privilèges soient à nouveau observés et les contrefacteurs considérés comme des brigands [Räuber]. La première de ces lois est de refuser de diffuser des contrefaçons et de ne pas entrer en affaires avec ceux qui se livrent à cette activité ni avec des personnages au crédit mal assuré ou inexistant : la librairie doit être définie comme un commerce convenable, qui ne peut accueillir en son sein des hommes qui seraient souvent dignes des galères [oft Galeeren-würdigen Leuten].

25Reich propose donc de ne plus visiter les foires de Francfort, de concentrer les affaires de la librairie allemande à Leipzig, et d’y suivre scrupuleusement la règle interdisant de travailler dans la contrefaçon. Un tel programme suppose, pour être mis en œuvre avec succès, de s’appuyer sur l’unanimité de ceux qui contrôlent la place centrale de la librairie : la fondation, en 1765, de la Buchhandels-Gesellschaft in Deutschland constitue la première étape vers la constitution des professionnels en groupe de pression. Le Tauschhandel ancien sera abandonné au profit du Nettohandel (les livres sont cédés au comptant ou à crédit), de la condition (les livres sont envoyés à condition pour une année, à l’issue de laquelle les invendus sont retournés et le reste soldé), et de la « circulation par Leipzig » (der Verkehr durch Leipzig).

26Le programme proposé par Reich se heurte, bien évidemment, à des oppositions puissantes (notamment en Allemagne méridionale et dans les États des Habsbourg), mais, à moyen terme, la réussite est éclatante. Nombre de correspondances conservées témoignent de l’importance de la foire de Leipzig, même dans une géographie éloignée. À la fin du xviiie siècle, le bâlois Decker, un cousin des grands imprimeurs berlinois, propose à un collègue strasbourgeois de l’accompagner à Leipzig :

« Je compte partir pour Leipsic le 20 avril (...). Le voyage pourrait se monter à 30 louis par tête, mais certainement l’utilité que vous en retireriez surpasserait cette somme... »

  • 31 F. Barbier, « Une Librairie internationale au xixe siècle : Treuttel et Würtz », Revue d’Alsace, 1 (...)
  • 32 Sans doute Louis Gabriel Michaud, l’éditeur de la célèbre et monumentale collection biographique.

27De même, lorsque Wilhelm Ziegler, représentant des Levrault, arrive dans la ville, le 14 avril 1818, il y trouve « presque tous les libraires de l’Allemagne » (entendons, les libraires « qui comptent »), mais aussi plusieurs libraires londoniens, avec lesquels il propose à ses correspondants français d’établir des relations – témoignage remarquable du rôle désormais tenu par Leipzig dans le grand commerce européen de librairie. De France sont venus Treuttel et Würtz31, ainsi que la veuve Renouard et un « commis de Michaud. »32

  • 33 Nombreuses reproductions des aquarelles de Opitz (dès l’époque également diffusées en lithographie (...)

28Bien entendu, la foire du livre est d’abord la rencontre des libraires de fonds, mais elle est aussi bien autre chose : les récits et les autobiographies, plus encore une iconographie considérable et notamment les œuvres de Christian Gottfried Geißler et de Georg Emanuel Opitz, montrent que, autour de la « grande librairie », c’est tout un monde de revendeurs moins importants, de petits colporteurs, etc., qui envahit la ville et occupe chaque arcade et chaque porche libre33.

De nouvelles fonctions : mise en réseau et communication

La commission de librairie

  • 34 La perte d’importance de la foire de la Saint-Michel a, entre autres, pour effet d’imposer un créd (...)
  • 35 La croissance de la production a aussi, pour corollaire logique, le fait qu’un grand nombre de nou (...)

29Le dernier tiers du xviiie siècle avait été marqué par la concentration du commerce de librairie au cours de la seule foire de Jubilate34 Le xixe siècle voit une remise en question fondamentale de la fonction des foires, par suite de l’industrialisation (qui se traduit par l’émergence de nouveaux modèles d’imprimés35), des transformations de la structure démographique et de l’intégration très rapide de la géographie allemande : la proportion des libraires qui « font » la foire rend à s’affaisser de plus en plus nettement, jusqu’à tomber à quelque 13 % de l’ensemble des libraires allemands en 1832.

  • 36 F. List, Über ein sächsisches Eisenbahnsystem als Grundlage eines allgemeinen deutschen Eisenbahn- (...)

30À compter de la décennie 1830, la structure budgétaire de l’édition se modifie, dans un mouvement qui s’amplifiera jusqu’à la Première Guerre mondiale : le livre d’Ancien Régime était plus rare, mais la marge bénéficiaire à l’exemplaire relativement élevée ; désormais, la pratique des grands tirages et la diminution des prix de vente supposent d’écouler un nombre bien plus important de volumes pour rentrer dans ses frais, et les frais généraux sont augmentés d’autant pour le libraire de fonds. Dans le même temps, les conditions mêmes de circulation et d’expédition changent du tout au tout et rendent en principe moins nécessaire le détour par Leipzig : après la publication de la note de Friedrich List sur la nécessité d’un chemin de fer Dresde-Leipzig et son tôle comme noyau du futur réseau national allemand36, cette première ligne de chemin de fer est achevée dès 1837. La foire, concurrencée par d’autres outils, ne répond plus pleinement aux besoins d’affaires qui se sont considérablement accrues et qui se poursuivent tout le long de l’année.

  • 37 La fonction de la commission n’est pas propre au petit monde de la librairie : dans tous les domai (...)

31Un certain nombre de libraires spécialisés vont donc, dans l’intervalle entre deux foires, proposer à leurs correspondants de suivre leurs affaires en ville. C’est l’amorce de la « librairie intermédiaire » (Zwischenbuchhandlung) et de la commission. Le fait de « faire la foire », soi-même ou par le biais d’un « voyageur », n’empêche d’ailleurs pas de disposer parallèlement d’un commissionnaire à Leipzig : pour les Levrault, il s’agit d’abord de la maison Mittler, dont on juge d’ailleurs qu’elle est « assez bien payé[e] » pour rendre tous les services que l’on souhaite. La commission se substitue progressivement à la foire comme le principal agent structurant de la librairie allemande au cours du xixe siècle, et consiste à répondre à la massification du marché par une spécialisation plus grande : alors que le marché s’élargit et se diversifie, et que le bénéfice à l’exemplaire ne couvre plus les frais de diffusion pour un libraire isolé, la spécialisation du commissionnaire dans un certain nombre de fonctions permet de rétablir l’équilibre, voire, paradoxalement, d’abaisser les coûts37.

Une palette de services

32Quels sont donc les services offerts par les commissionnaires de Leipzig ?

33Le commissionnaire offre à ses commettants, d’abord, les services d’un secrétariat (pour les circulaires, la comptabilité, etc.). C’est lui qui reçoit les commandes, les transmet ou les exécute, assure la correspondance, tient les livres d’inventaires et les différents comptes. Comme les commissionnaires sont de plus en plus localisés à Leipzig, les économies de courrier sont importantes. Bientôt, le commissionnaire ajoute à ces services ceux d’un magasin permanent : chaque commissionnaire gère à Leipzig l’Auslieferungslager de son commettant (entendons, il a en stock tous les titres du catalogue de celui-ci, et exécute donc directement les commandes à sa place), de sorte que la fonction d’entrepôt se substitue ainsi pour partie à celle des foires traditionnelles. Il devient inutile, contrairement à ce que l’on voit encore au début du xixe siècle, de venir à Leipzig avec ses équipages et ses volumes, puisque l’on a en ville un magasin permanent.

  • 38 Publikationen des Börsenvereins, II, 305.

34Enfin, le commissionnaire propose les services d’un banquier et d’un comptable, les frais prévus par la commission intégrant un pourcentage destiné à rémunérer le crédit aux commettants. Les comptes sont usuellement arrêtés au 31 décembre, mais non pas réglés : une fois par an, on se retrouve, toujours à la foire de Pâques (foire de Jubilate), pour présenter ses livres de fonds, engager des affaires nouvelles, balancer les comptes de l’année écoulée et effectuer les paiements. Les comptes s’annulent en grande partie les uns les autres, de sorte que le paiement de sommes relativement faibles permet de solder des échanges beaucoup plus importants (c’est la logique du clearing). La foire est elle aussi, et très directement, créatrice de crédit : en 1869 (donc, pour 1868), on a réglé près de 4 millions de thalers à la foire de Pâques, représentant pour l’essentiel les opérations de la commission au cours de l’exercice écoulé38. Pourtant, l’intégration croissante fait que, à la fin du xixe siècle, les paiements effectués au sein de la librairie de Leipzig en cours d’année rejoignent presque en importance ceux faits à la foire (en 1877, 13,4 millions de marks en cours d’année, contre 14,7 millions de marks à la foire).

  • 39 Jahresbericht der Handels-u. Gewerbekammer zu Leipzig, 1863, Leipzig, in Comm. bei S. Hirzel, 1863

35Face aux changements rapides de l’économie du livre (baisse à long terme du prix du livre) et à l’intégration croissante des marchés, les commissionnaires se trouvent, au xixe siècle, constamment forcés d’innover. La tendance de fond est celle de la concentration et de la spécialisation et elle dérive de la nécessité de réaliser des économies d’échelles pour pouvoir rentabiliser la mise en place d’un échelon intermédiaire dans les circuits du livre. En 1842, le Bestellanstalt assure la correspondance entre les seuls commissionnaires, et constitue un outil de rationalisation à l’échelon supérieur. Vingt ans plus tard, en 1863, l’institution emploie six personnes et exécute 50 000 commandes par jour39. La presse spécialisée étrangère se fait l’écho du processus de concentration croissante : ainsi de la Bibliographie de la France annonçant, le 5 décembre 1910, que les deux principales maisons leipzigoises de commission (Koehler et Volckmar) venaient de racheter la raison sociale Robert Hoffmann, créant « une sorte de trust qui contrôle les 7/10e du chiffre d’affaires de la librairie allemande ».

  • 40 A. Druckenmüller (éd.), Der Buchhandel der Welt, Stuttgart, C.E. Poeschel, 1935.

36Au total, les chiffres que nous proposons ci-dessous mettent en évidence le fait que Leipzig réussit à rester la place de commission par excellence autour des années 1900, alors même que la concurrence berlinoise est de plus en plus forte dans les autres branches de la « librairie » (édition, impression, diffusion) et que les nouveaux moyens de communication permettent aux éditeurs ou aux imprimeurs, par économie, d’abandonner les grands centres pour s’établir dans des villes où l’immobilier et le coût des salaires sont moindres – un symbole de cette géographie nouvelle peut résider, par exemple, dans le départ de la maison Diederichs de Leipzig pour Iena au début du xxe siècle40. Paradoxalement, la commission est un outil suffisamment souple pour permettre à Leipzig de conserver son rôle de capitale du livre même en cas de délocalisation des entreprises.

Tableau 2 – Les Commissionnaires à Leipzig (1896-1912)

Tableau 2 – Les Commissionnaires à Leipzig (1896-1912)
  • 41 Mais pour soixante à Stuttgart : ce dernier chiffre témoigne du maintien d’une géographie dominée, (...)
  • 42 Jahresbericht der Handelskammer zu Leipzig, 1878 und 1879, Leipzig, 1880.

37En 1895, tous les commissionnaires ayant plus de 200 commettants sont installés à Leipzig, et le principal d’entre eux, F. Volckmar, travaille pour 618 commettants (K.F. Koehler, 598 ; K.F. Fleischer, 504). À la même date, chaque commissionnaire berlinois travaille pour six commettants à peine41. Ajoutons qu’il ne s’agit là que du nombre des commettants avec lesquels des contrats de commission ont été signés : on estime en lait que chaque commissionnaire important de Leipzig est, à la fin du xixe siècle, en relations d’affaires avec quelque cinq mille correspondants au total... Les masses manipulées sont en proportion : on expédie de Leipzig, essentiellement par le biais de la commission, plus de 10 000 tonnes de livres en 186442. C’est la « librairie intermédiaire » de Leipzig, hautement spécialisée, qui réussit à retourner radicalement à son profit les effets de l’intégration des marchés et de la baisse des coûts des transports.

Les associations professionnelles

38L’organisation systématique des professionnels du livre et de l’édition comme un groupe de pression suffisamment puissant pour définir et imposer ses propres règles de fonctionnement est à la base du programme de Reich. Peu à peu, l’État et la ville, qui y trouvent bien évidemment leur intérêt, soutiennent directement ces associations : le Börsenverein (« Association de la bourse ») est fondé en 1825, qui constitue l’instance centrale de direction pour l’ensemble de la branche des « industries polygraphiques » dans toute l’Allemagne, voire au-delà. À terme, c’est l’inscription au Börsenverein de Leipzig qui manifeste l’appartenance à la « librairie allemande ».

39En 1840 est créée la Gesellschaft « Typographia » (« Société Typographia »), d’abord comme bibliothèque et chorale, puis comme association professionnelle. Leipzig est également le siège de la principale association professionnelle allemande des patrons imprimeurs, fondée en 1864 (Innung Leipziger Buchdruc-kereibesitzer) et qui fixe les « règles du jeu » dans le domaine de l’imprimerie typographique. Ces organisations attachent une grande importance à la qualité du travail, donc aussi à la formation des ouvriers et employés, et elles interviennent directement dans les progrès de l’enseignement professionnel et de l’enseignement technique. L’École des apprentis imprimeurs fonctionne depuis 1869 (Fachschule fur Buchdruckerlehrlinge), elle est supprimée à la suite de la grande grève de 1873 mais sera rétablie en 1884, et le syndicat patronal fait obligation à ses membres d’y envoyer leurs apprentis. Un grand nombre d’autres associations spécialisées existent encore à Leipzig dans tous les domaines des activités du livre et de l’imprimerie : citons l’association des gérants d’imprimeries de Leipzig (1864, Leipziger Faktorenverein), ou encore la Société typographique (1877, Typogra-phische Gesellschaft). Lorsque l’on crée, en 1884, l’ « Association centrale pour l’ensemble des arts du livre » (Centralverein für das gesamte Buchwesen), le ministre saxon de l’Intérieur en définit l’objet en ces termes :

« Promouvoir les arts graphiques à Leipzig et assurer à cette ville d’imprimerie le premier rang dans les arts et les industries graphiques... »

De la ville des foires à la capitale du livre

40Avec cette dernière citation, nous touchons à l’achèvement de la séquence par laquelle l’ancienne place frontalière se métamorphose en capitale de la librairie allemande et de la librairie en langue allemande : si les transformations de la structure et de la topographie urbaines sont gigantesques au xixe siècle, si l’essor industriel fait réellement de la ville l’un des pôles européens de la branche des industries polygraphiques, la construction de l’image de Leipzig comme ville du livre constitue un élément en définitive peut-être aussi important. Reprenons rapidement ces trois points.

Formation de la grande ville et topographie urbaine

  • 43 La ville ancienne reste une petite ville, qui s’étendait à l’origine sur un quadrilatère de 600 su (...)

41L’Allemagne du xixe siècle est un pays touché par un ensemble de transformations radicales, sur le plan de l’économie, bien entendu, mais surtout sur celui de la démographie, avec un accroissement de population très rapide, le développement d’un exode rural massif et, comme corollaire, la montée en puissance de villes et d’entités urbaines qui atteignent des poids considérables. Leipzig peut être considérée comme l’un des symboles de ces bouleversements, puisque la population urbaine y fait plus que décupler en deux générations à peine. La population de Dresde est dépassée dans les années 1880 tandis que, en 1889-1892, dix-sept communes suburbaines sont absorbées : la topographie de la ville s’en trouve radicalement modifiée, et on distingue désormais la vieille ville (Alt-Leipzig) des quartiers nouveaux (Neu-Leipzig)43.

Tableau 3 – Évolution de la population urbaine, 1834-1910

Tableau 3 – Évolution de la population urbaine, 1834-1910
  • 44 La province prussienne de Saxe est très proche de Leipzig (Halle).
  • 45 Verwaltungsbericht des Rathes der Stadt Leipzig für das Jahr 1886[–1905], Leipzig, 1888 [–1907].

42Bien entendu, les habitants ne sont plus les mêmes, et la part des immigrés tend à devenir dominante. Une enquête de 1885 aboutit, pour une population de 170 000 habitants environ, à une proportion de 35 % d’originaires de la ville même, et donc de deux-tiers d’immigrés : 25 % des habitants viennent de Saxe, 23 % de Prusse44, 9 % d’autres États allemands, 1,5 % d’Autriche-Hongrie45.

  • Entre les années 1880 et la Première Guerre mondiale, la vague de constructions immobilières qui touche la ville atteint une ampleur jusque-là inconnue. Dans un premier temps, on construit le Ring, qui entoure la vieille ville, et sur lequel donnent un grand nombre de nouveaux bâtiments publics : la Poste centrale, le Musée et l’Université sont élevés sur l’ Augustusplatz entre 1884 et 1897. L’acquisition par la ville du grand domaine Schimmel (Schimmelsches Gut) permet d’élever le nouveau quartier résidentiel du Musikviertel et de construire en une quinzaine d’années plusieurs édifices très importants et représentatifs : tribunal d’Empire (Reichsgericht)46, Bibliothèque universitaire47, Ecole des arts industriels (Kunstgewerbeschule), Conservatoire de musique48, École industrielle municipale (Städtische Gewerbeschule)49, enfin, nouvelle salle de concert du Gewandhaus50. Les deux parcs du Johanna Parka, plus tard, du König Albert Park, rendent le quartier très agréable. Le couronnement de cette campagne qui a modifié radicalement la physionomie urbaine, est apporté avec le nouvel hôtel de ville, élevé par Hugo Licht entre 1899 et 1905 sur les vestiges de l’ancienne Pleißenburg51 : il n’est pas indifférent d’observer que l’art du livre (Buchkunst) s’y trouve symbolisé par l’une des cinq statues monumentales figurant au fronton du gigantesque complexe de bâtiments.
  • Dans un second temps, à partir des années 1900, l’attention se porte davantage sur les bâtiments destinés au commerce et aux différentes foires. Les maisons de commerce font élever d’imposants complexes abritant bureaux, salles de réunion er espace de stockage et de réexpédition, mais aussi d’exposition : l’un des principaux, le Specks Hof est une construction des années 1908-1909 destinée à l’exposition et au négoce (plus de 10 000 m2 disponibles)52. Le Städtisches Kaufhaus est bâti par la ville à partir de 1893, pour accueillir les nouveaux types de foires (Mustermesse = foire-exposition).
  • 53 Haus der Deutschen Bank (1898-1901), etc.

43La gigantesque gare terminus, élevée sur les plans des architectes dresdois Lossow et Kühne et terminée en 1915, referme symboliquement cette époque particulièrement brillante de l’histoire urbaine : un bâtiment de 300 sur 230 m abrite les deux administrations concurrentes des chemins de fer prussiens et de ceux de Saxe, tandis que douze statues monumentales illustrent, en façade, douze activités professionnelles caractéristiques de Leipzig – parmi lesquelles le professeur, le musicien, l’étudiant, le négociant et l’imprimeur. Bien entendu, les principales entreprises suivent le mouvement, qui font élever des bâtiments « représentatifs » pour les grandes banques53 et les nouvelles usines : imprimeries, usines de reliure industrielle, maison de commission, etc.

  • 54 T. Topfstedt, « Orte der Messe in Leipzig », dans Leipzigs Messen..., op. cit., pp. 29-32.

44La présence de la foire (pas seulement la foire du livre) structure de longue date et le plus profondément la topographie et l’aspect même de la ville. Les commerces envahissent tous les espaces disponibles, à commencer par le marché (Markt), le Naschmarkt, le Brühl et les nouvelles places construites à la fin du xviiie siècle devant les portes (Augustusplatz, Königplatz, Fleischerplatz)54. Des échoppes sont installées dans les cours et dans les passages, tandis que le Gewand-haus rassemble les activités liées au commerce des textiles et que tous les porches et les rez-de-chaussée sont occupés par les marchands. Les annuaires municipaux, etc., permettent d’identifier les visiteurs professionnels, de connaître leur branche d’activité, de savoir d’où ils viennent et où ils résident en ville. Progressivement pourtant, au xixe siècle, les déplacements structurels du commerce amènent à réorganiser les espaces qui lui sont dévolus, tandis que la formation des associations professionnelles et leur action dans la définition des pratiques commerciales les poussent à élever des bâtiments représentatifs et parfois très importants (au premier chef, la Buchhändlerhaus, « Maison des libraires »).

La capitale allemande du livre

  • 55 Pour la situation dans le royaume, voir aussi Zeitschrift des Statistischen Büreaus des Königliche (...)

45Dans le temps même où Leipzig s’impose comme une très grande ville au niveau européen, la montée des activités industrielles liées au domaine de la typographie et des arts graphiques en fait la capitale indiscutable de cette branche en Allemagne. Le tableau ci-dessous présente quelques chiffres qui permettent de mesurer l’ampleur du processus, surtout sensible lorsque la loi saxonne du 15 octobre 1861 sur la liberté d’établissement permet à la croissance de suivre une logique extensive et non plus intensive55.

Tableau 4 – Les activités du livre à Leipzig, 1840-1896

Tableau 4 – Les activités du livre à Leipzig, 1840-1896
  • 56 Jahresbericht der Handels-u. Gewerbekammer zu Leipzig, 1863, Leipzig, in Comm. bei S. Hirzel, 1863
  • 57 Jahresbericht der Handelskammer zu Leipzig, 1886, Leipzig, 1887.
  • 58 Jahresbericht der Handelskammer zu Leipzig, 1895, Leipzig, 1896.

Note56
Note57
Note58

  • 59 Statistische Mittheilungen aus dem Königreich Sachsen, Dresde, 1854.
  • 60 En 1849, la ville compte 91 relieurs, qui emploient 236 apprentis, soit des chiffres très supérieu (...)

46À côté de l’imprimerie, Leipzig dispose de toutes les activités annexes à la typographie proprement dite : taille-douce et lithographie, plus tard photographie, mais aussi fonderie typographique (dont les exportations sont très importantes vers la Russie et l’Autriche-Hongrie)59, reliure60, industries mécaniques (fabrication de matériel d’imprimerie, principale usine allemande de machines pour la papeterie). Seule la papeterie lui échappe, par suite de trop médiocres conditions sous le rapport de l’eau, de même que la fabrication d’encre, pour laquelle les plus grandes usines allemandes spécialisées sont établies à Hanovre, Celle, Hambourg et Stuttgart. Mais, même dans ce cas, la place de Leipzig est telle que toutes les maisons allemandes de quelque importance et actives dans la branche y ont nécessairement un bureau.

  • 61 Leipziger Adressbuch für 1860..., Leipzig, Druck und Verlag von Alexander Edelmann, 1860.
  • 62 Publikationen des Börsenvereins, II, 305.
  • 63 Jahresbericht der Handelskammer zu Leipzig, Leipzig, [s.n.], 1877.
  • 64 « Der Buchhandel und die verwandten Gewerbe in Leipzig im Jahre 1899 », dans Börsenblatt für den d (...)

47Il va de soi que le domaine de la librairie est également très privilégié, avec quelque 186 maisons en 186061, 257 en 1872. La librairie spécialisée (musicale, etc.) est l’un des points forts, de même que l’antiquariat, dont la vigueur s’explique par la présence sur place d’une vaste clientèle éventuellement intéressée, liée notamment à l’Université, et par l’extension des réseaux commandés par la librairie générale. Les ventes aux enchères sont également un secteur d’activité non négligeable. En 1869 par exemple, il s’est déroulé onze ventes à Leipzig, au cours desquelles 250 000 volumes ont été dispersés, pour une valeur totale de 75 000 Talers – dont 23 000 apportés par la vente de la bibliothèque de l’empereur Maximilien du Mexique62. En 1876, le commerce d’antiquariat représente une valeur totale estimée à 300 000 marks.63. En 1899 enfin, la librairie ancienne d’antiquariat a acquis quarante-deux bibliothèques privées particulièrement riches, dont elle a proposé les volumes à la vente dans ses catalogues64.

48Un texte de 1885 souligne les atouts industriels de la ville :

« La signification de Leipzig dans le domaine des industries graphiques repose principalement sur sa capacité de production, sur le grand nombre d’ouvriers qualifiés, sur la quantité et la variété du matériel typographique [= les fontes], sur les machines et appareils annexes que les grandes maisons générales [Gesamtges-chäfte] et les imprimeries de labeur offrent, mais aussi sur le soin d’une série de spécialités : la composition en langues étrangères, les ornements, l’impression de papier monnaie et de valeurs [Wertpapieren], de cartes avec de nombreuses couleuts, de travaux de ville pour les commerçants, d’illustrations, etc. »

49Cet essor des activités du livre à Leipzig s’accompagne d’un double mouvement fondamental. D’une part, c’est la place toujours tenue par l’innovation et la recherche de l’innovation chez les professionnels des différentes spécialisations : rappelons ainsi que c’est Brockhaus qui, en 1826, met en service la première presse mécanique à Leipzig, que la ville est également le lieu d’apparition des principales innovations dans le monde éditorial allemand du xixe siècle (le Pfennimagazin, ou encore la Universal-Bibliothek), et que s’y développe le plus nettement le modèle nouveau de l’usine dans le domaine des industries polygraphiques. D’autre part c’est, précisément, ce type d’usines qui correspondent aux entreprises les plus dynamiques, supposent de nouvelles logiques de gestion, mais sont aussi le lieu privilégié où se diffuse l’innovation. Les bâtiments colossaux qui sont alors élevés pour les principales entreprises industrielles de la branche contribuent également à remodeler la topographie urbaine et l’image de la ville, et d’abord sein du nouveau quartier du livre (Buchviertel).

Tableau 5 – Répartition des entreprises d’imprimerie en fonction de leur structure, Leipzig, 1896

Tableau 5 – Répartition des entreprises d’imprimerie en fonction de leur structure, Leipzig, 1896

Rôle et statut de la capitale

  • 65 M. Lehmstedt, « Ein nothwendiges Übel,... », art. cité, p. 73 et la référence de la note 40.

50Dans les années postérieures à l’unification impériale, Leipzig s’est donc imposée comme la première ville dans le domaine allemand de la « librairie » même si, sur certains points, elle est plus vivement concurrencée par la nouvelle capitale politique de Berlin – notamment dans le domaine de la presse périodique à vocation « nationale ». Progressivement, la ville cherche à se doter des institutions et des bâtiments qui manifestent le plus clairement sa suprématie : rappelons que, dans les années 1800, le solde des comptes (Abrechnung) se fait encore en parcourant les rues à la recherche de ses relations d’affaires ou en les visitant ou les recevant à domicile et que, en 1792, Friedrich Nicolai refuse le choix du Café Richter pour réunir et abriter ces opérations – entre autres parce qu’il l’estime trop éloigné du lieu où se déroule la foire65. Mais, en 1834, est élevée dans la Ritterstraße la première « Bourse des libraires » (Buchhändlerbörse), mais la vague des constructions professionnelles est la plus impressionnante à l’époque de l’Empire wilhelminien : le symbole en est la nouvelle et monumentale « Maison des libraires », construite en 1898-1900 (Buchhändlerhaus). Lorsque l’on envisage de créer, en face de celle-ci, une « Maison des industries du livre » (Deutsches Buchgewerbehaus), la ville offre le terrain. De même, avec la création du Musée allemand du livre (Deutsches Buchmuseum), pour lequel le Gouvernement de Saxe acquiert la ttès belle collection d’incunables de Klemm à Dresde, pour la somme considérable de 400 000 marks.

  • 66 Élevée de 1841 à 1844 comme terminus de la ligne vers Nuremberg par Altenbourg.

51Dans les premières années du xxe siècle, la ville réussit à acquérir un important domaine rural sur sa lisière Sud-Est, et elle entreprend d’y aménager un nouveau quartier autour de l’axe majeur conduisant de la Gare de Bavière66 au monument commémoratif de la Bataille des nations, précisément élevé de 1898 à 1913 sut les lieux mêmes de la bataille de 1813. Même si le quartier projeté ne se construit que lentement, c’est là que l’on va élever, à la veille de la guerre (1913), la nouvelle Bibliothèque nationale allemande (Deutsche Bücherei), sur des plans d’Oskar Pusch. Le parti pris architectural est complètement différent de celui de la Bibliothèque universitaire, avec un bâtiment central à six étages, des façades organisées selon les trois fonctions principales des locaux (consultation, gestion, conservation) et des capacités théoriques de stockage calculées pour deux siècles. Il est significatif que les professionnels de la librairie aient joué un rôle de moteur dans cette création : la Bibliothèque est fondée autour des collections mêmes du Börsenverein et l’initiateur principal du projet est, en 1910, le libraire Ehlermann à Dresde.

  • 67 Le statut de la ville est comme symboliquement affirmé par les grandes expositions qui s’y tiennen (...)

52Au total, il s’agit bien d’inscrire le monde allemand du livre, dont on proclame la suprématie au niveau mondial, dans la continuité d’une construction nationale dont il participe très étroitement et à laquelle renvoie aussi le site de la « bataille des Nations ». L’apogée en est atteint lorsque la ville décide d’organiser, sur un projet de Karl Lamprecht (1856-1915), une Exposition internationale des arts du livre (Internationale Ausstellung fur Buchgewerbe und Graphik, abrégé en Bugra), projet lancé en 1910 mais qui, par une singulière ironie de l’histoire, n’aboutira qu’en 1914. L’exposition sera à son tour accueillie dans le sud-est de la ville, non loin de la Deutsche Bücherei, et ses différentes manifestations s’inscrivent parfaitement dans cette logique de commémoration67.

53Le 28 juin 1914, la Johannisfest est l’occasion de célébrer les « grands morts allemands », parmi lesquels on remarque la cohorte des « hommes du livre », de Peter Schöffer, l’ancien associé de Gutenberg, à Ottmar Mergenthaler (Mühlacker, 1854-Baltimore, 1908), qui mit le point final à la mécanisation de la composition. Dans le même temps, on inaugure le monument à Gutenberg, par A. Lehnert. Et la Bugra, officiellement ouverte le 6 mai 1914, est décrite par le chroniqueur de la Börsenblatt (Th. Goebel), comme

« une exposition inoubliable et grandiose de l’esprit allemand, honorant notre partie allemande, un soleil central pour le monde graphique, oui, un soleil qui envoie savoir et pouvoir parmi tous les peuples, dont apprentis et élèves accourront dans la métropole allemande du livre... »

Conclusion : les instruments de la suprématie

54Le parcours exceptionnel de Leipzig nous aide à préciser les catégories de la capitale et leur mise en œuvre.

55Un concept fondamental éclaire la problématique d’une capitale qui s’impose en dehors d’une fonction politique de direction : le réseau, qui permet à la ville de s’imposer au sein d’une certaine géographie, selon des logiques qui changent et s’adaptent en fonction de la conjoncture. Le réseau est constitué d’itinéraires, mais il est aussi animé par des jeux de pratiques matérielles et professionnelles (comment se font les échanges ?) et par des hommes. Dans les faits plusieurs types de réseaux se superposent et interfèrent dans leur action et dans leurs effets – les routes et les voies commerciales, mais aussi les réseaux financiers, ceux d’informations, etc. Enfin, la géographie des réseaux est dynamique, qui fait appel à des notions comme notamment les liaisons (principales ou secondaires), et la hiérarchie (des centres et des fonctions) : elle s’oppose donc à une géographie plus sratique, fondée sur les limites politiques ou administratives.

56Ces réseaux permettent à la ville de contrôler, dans une conjoncture donnée, ce que nous pouvons appeler un hinterland relativement structuré, pour lequel, s’agissant d’une certaine fonction ou d’une certaine activité, elle constitue le centre. La géographie d’origine des négociants visitant les foires trace les contours d’un espace qui tend à s’élargir progressivement, mais aussi à se déplacer en fonction des conditions changeantes des marchés. A terme, la définition d’une « librairie allemande » dont Leipzig est le centre obligé et qui transcende le système des États et de leurs frontières fait de la ville le point central d’un ensemble qui s’étend à toute la planète.

  • 68 La circulaire de Reich citée plus haut fait d’ailleurs souvent appel à la morale : « Que penserait (...)

57Au cœur de la réussite, nous trouvons, pour reprendre le terme de Max Weber, un « esprit » (Geist), qui combine plusieurs dimensions principales pour constituer un ensemble paradigmatique : à la base, ce sont des fonctions commerçantes et culturelles, mais aussi une éthique de la responsabilité collective, de la solidarité négociante et urbaine et de la compétence professionnelle, et, enfin, une certaine forme de libéralisme économique (les autorités de l’Etat laissant, d’une manière générale, la direction des « affaires » au Magistrat urbain et aux différentes instances professionnelles)68. L’articulation immédiate entre les principaux dirigeants de la branche (les responsables des grandes maisons et des organisations professionnelles) et l’évolution du marché permet des formes d’adaptation beaucoup plus rapide et efficace (par exemple, le passage de la foire à la commission), et conforte la suprématie de Leipzig dans le long terme.

58Enfin, la construction de la « capitale du livre » s’appuie sur une forme d’institutionnalisation et sur un ensemble complexe de symboles qui l’imposent en la proclamant. L’institutionnalisation permet aux professionnels de se constituer collectivement comme organe directeur de la branche et donc de se réserver un volant plus grand pour adapter la configuration de celle-ci à un éventuel déplacement de conjoncture. Du côté des symboles, il s’agira aussi bien de monuments qui rythment la topographie urbaine, que d’institutions (la Deutsche Bücherei) et, pour finir, de l’ordre du discours (les formules imposant le statut de Leipzig comme capitale du livre).

59Au-delà de la simple constatation de la suprématie de Leipzig, les fonctions de la ville par rapport à la librairie allemande relèvent bien d’une logique plus large :

« L’organisation de l’espace [habité] n’est pas seulement une commodité technique, c’est, au même titre que le langage, l’expression symbolique d’un comportement globalement humain, [L’histoire] est idéaliste. Car les faits économiques sont [aussi], comme tous les autres faits sociaux, des faits de croyance et d’opinion... »

60souligne André Leroi-Gourhan.

Notes

1 Lat. Misni, d’où la marche de Misnie.

2 R. Holtzmann, éd., Die Chronik des Bischofs Thiemar von Merseburg..., Berlin, 1935 (reprint Munich, 1980).

3 Bibliographie sélective : E. Hasse, Geschichte der Leipziger Messen, Leipzig, 1885 (reprint, Leipzig, 1963). Jürgen John, éd., Kleinstaaten nnd Kultur in Thüringen vom 16. bis 20. Jahrhundert, Weimar, Köln, Wien, 1994. Ernst Kroker, Handelsgeschichte der Stadt Leipzig, Leipzig, 1925. Walter Lange, Dûs tausendjährige Leipzig : die Stadt der Mitte, Leipzig, 1928, notamment les deux chapitres : « Leipzig, ein Hort deutscher Freiheit und Einheit » et « Leipzig, die Hochburg des Deutschen Buchhandels ». Leipzig, Stadt der wa(h)ren Wunder : 500 Jahre Reichsmesse Privileg, Leipzig, 1997 [catalogue d’exposition, donnant une bibliographie complémentaire récente aux pp. 364-367]. Wolfgang Martens, (éd.), Leipzig : Aufklärung und Bürgerlichkeit, Heidelberg, 1990.
Sur l’histoire du livre : J. Goldfriedrich, F. Kapp, Gescbichte des deutschen Buchhandels, Leipzig, Börsenverein, 1886-1903, 4 vol. G. Schwetske, Codex nundinarius Germaniae literatae bisecularis: Meßjahrbücher des deutschen Buchhandels [1564-1765], Halle, Schwetske’s Verlagsbuchhandlung und Buchdruckerei, 1850. Id. Codex nundinarius Germaniae literatae continuatus [1766-1846], ibidem, 1877 (donne les statistiques de fréquentation de la foire du livre de Leipzig). M. Lehmstedt, « Die Herausbildung des Kommissionsbuchhandels in Deutschland im 18. Jahrhundert. », dans F. Barbier, S. Juratic, D. Varry (éd.), L’Europe et le livre, Paris, Klincksieck, 1996, pp. 451-483. Id., « Ein nothwendiges Übel : die Leipziger Buchhändlermesse im 18. Jt. », dans Leipzig, Stadt der wa(h)ren Wunder..., op. cit., pp. 65-76. Carl B. Lorck, Die Druckkunst und der Buchhandel in Leipzig durch vier Jahrhunderte..., Leipzig, 1879. F.H. Meyer, « Die Leipziger Messe von 1780 bis 1837 », dans Archiv fur Geschichte des Buchhandels, XIV, 1887. « Der Buchhandel und die verwandten Gewerbe in Leipzig im Jahre 1899 », dans Bbrsenblatt fur deutschen Buchhandel, 11, 1901, p. 301 et sq. Deux sources documentaires importantes sont données par un annuaire : Das Jetslebende Leipzig, 1701, Leipzig, zu finden beÿ Johann Gottfried Renger, 1701, et par P.J. Marperger, Beschreibung der Messen und Jahr-Maerckte, Leipzig, 1710.

4 Cette route assure également le commerce des Pays-Bas et, au xve siècle, des pays bourguignons du Nord (Flandre, Hainaut, Brabant, etc.).

5 U. Schirmer, « Die Leipziger Messen in der ersten Hälfte des 16. Jts », dans Leipzigs Messen, 1497-1997, Cologne etc., 1999, 2 vol. , t. 1, pp. 87-107.

6 K. Blaschke, Bevölkerungsgeschichte von Sachsen bis zur industriellen Revolution, Weimar, 1967.

7 Le troisième dimanche après Pâques.

8 Le dimanche suivant la Saint-Michel, c’est-à-dire peu après le 29 septembre.

9 Voir la carte de 1726 reproduite dans Leipzig, Stadt der wa(h)ren Wunder..., op. cit, p. 50, et qui donne l’étendue géographique du privilège d’étape.

10 Leipzig peut être présentée comme la première capitale de la presse périodique allemande. En 1605 paraît la première Meßerelation, donnée par Abraham Lamberg et destinée à diffuser les nouvelles récentes à l’occasion de la foire. Si le modèle est antérieur, puisqu’on le connaît à Cologne et à Francfort-sur-le-Main dans les dernières années du xvie siècle, il est évident qu’il connaît un certain développement pendant les guerres, c’est-à-dire précisément à une époque où le public souhaite être plus vite et mieux informé sur le cours des événements : paradoxalement, la Guerre de Trente ans est caractérisée par l’essor de nouvelles formes de production et de nouvelles pratiques de « consommation » des imprimés, et Leipzig en bénéficie d’autant plus que la ville elle-même a été relativement épargnée par les troubles. A partir de 1632, on y donne un Aviso aus dem Schwedischen Posthause zu Leipzig, qui tendra à prendre la forme d’une publication périodique. Le Wöchentliche Zeitung, apparu en 1642, est également lié à la poste suédoise et paraît une, voire jusqu’à quatre fois par semaine - un chiffre tout-à-fait exceptionnel.

11 Elles resteront en concurrence pour s’assurer l’hégémonie régionale jusqu’au succès de la Prusse à la suite de la Guerre de Sept ans.

12 En 1547, la ligne ernestine doit céder la partie orientale de sa principauté à la ligne albertine, et Wittenberg perd son statut de résidence au profit de Dresde. G. Göbler, Historisches Lexicon der deutschen Lände : die deutscben Territorien und reichsunmittelbaren Geschlechter vom Mittelalter bis zur Gegenwart, 5e éd., Munich, 1995.

13 D. Debes, (éd.), Leipziger Zimelien : Bücherscbätze der Universitätsbibliothek, Weinheim, 1989. À la fin du xviie siècle, les fonctions d’ordre intellectuel et culturel occupent la place la plus importante pour justifier la désignation par Moreri de Leipzig comme une « belle et grande ville » : « Leipzig est considérable par son université (...), par ses foires (...) & par cette assemblée de sçavans, lesquels, à l’imitation des François, se sont fait une coutume de nous donner tous les mois des journaux très instructifs et remplis d’érudition. Celui de Leipzig [les Acta eruditorum] se publie en latin (...). La fameuse bibliothèque de cette ville est nommé Pauline, parce que lors que les habitans embrassèrent la doctrine de Luther en 1539, l’on donna à l’Université des docteurs luthériens le monastère des Dominicains, le plus grand & le plus commode qui y fut, & et qu’on nommoit le monastère de s[aint] Paul (...). Elle est ample & considérable, ayant été composée de tous les livres qui se trouvèrent alors dans tous les couvens de la ville & des environs. Il y a sur tout près de 8 000 manuscrits qui n’ont jamais été imprimez : le sieur Feller en donna le catalogue en 1686... »

14 K. Blaschke, « Die Kurfürsten von Sachsen als Förderer der Leipziger Messe », dans Leipzigs Messen..., op. cit, notamment p. 72.

15 Les Kuxen désignent des participations dans les mines d’argent : les capitalistes de Leipzig investissent eux-mêmes, ou interviennent pour le compte d’investisseurs extérieurs, de telle sorte que la ville devient le marché central des Kuxen en Allemagne.

16 U. Schirmer, « Die Leipziger Messen in der ersten Hälfte des 16. Jts. : ihre Funktion als Silberhandel-u. Finanzplatz der Kurfürsten von Sachsen », dans Leipzigs Messen..., op. cit., notamment p. 97.

17 À cet égard, il n’est pas indifférent que Leipzig se situe à proximité de la « capitale littéraire » de l’Allemagne des Lumières, Weimar. Wiederholte Spiegelungen : Weimarer Klassik, 1759-1832..., Munich, Vienne, 1999, 2 vol.

18 De l’Allemagne, nelle éd., Paris, Garnier-Flammarion, 1985, 2 vol. , tome I, p. 119 et sq.

19 yn (nombre d’arcs reliant n points) = (S x...xn) – xn.

20 Lettre à Perthes, citée par Pamela E. Selwyn, « Generationskonflikt unter Buchhändlern ? Der deutsche Buchhandel im Briefwechsel zwischen Friedrich Perthes und Friedrich Nicolai im Frühjahr 1808 », dans Börsenblatt für den deutschen Buchhandel, Leipzig, 1990/2. p. 16. Soulignons la difficulté réelle, les coûts, les délais, parfois les risques liés au voyage de Leipzig en une saison (Pâques) où les conditions climatiques restent aléatoires. Ces difficultés sont encore accrues en temps de guerre ou lorsqu’éclatent des épidémies.

21 Dans le domaine de l’écrit, on connaît tout particulièrement le livre de modèles d’un atelier de copistes de la région de Mayence au milieu du xve siècle aujourd’hui conservé pour partie à la Bibliothèque de Göttingen (SUBGöttingen, 8° Cod. Ms. Uff. 51 Cim).

22 Dès 1469-1470, Peter Schöffer publie un catalogue de ses vingt titres et son « voyageur » parcourt les villes d’Allemagne, dont Nurembetg, pour prendre les commandes (Thesaurus librorum, Munich, Bayerische Staatsbibliothek, 1983, n° 95). K. Burger, Buchhdndleranzeigen des 15. Jts, Leipzig, 1907. Dans certains cas, ces catalogues sonr manuscrits, comme par exemple à Rome pour les éditions de Sweinheim et Pannartz vendues dans la maison de Pietro et Francisco Massimo, près du Campo dei fiori (Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Einbl. VII-1/2, reproduit dans Gutenberg e Roma, p. 114, n° 73).

23 Albrecht Kirchhoff, « Die Anfänge des Leipziger Meßkatalogs », dans Archiv für Geschichte des deutschen Buchhandels, 7, 1882, pp. 101-122.

24 Ahasver Fritsch (chancelier du prince de Schwarzburg), Tractatus de typographis, bibliopolis, char-tariis et bibliopegis [relieurs] scriptus..., Iena, 1675. La traduction allemande paraît en 1750. Cité par Hans Widmann (éd.), Der Deutsche Buchhandel in Urkunden und Quellen, Hambourg, E. Hauswedell, 1965, t. I, p. 46 et sq.

25 H. Widmann, op. cit., pp. 36 et 49.

26 Kaiserliche Bücherkommission. Une commission analogue est établie par le prince électeur à Leipzig en 1569, qui sera abolie en 1837.

27 Sauf la Baltique. Rappelons que c’est au xviiie siècle qu’est engagé le plus largement le processus d’acculturation de l’Europe centrale et orientale, avec Faction de Pierre le Grand en Russie, plus tard celles de Marie-Thérèse et de Joseph II en Autriche et en Hongrie.

28 M. Espagne et M. Werner (éd.), Qu’est-ce qu’une littérature nationale ? Approches pour une théorie interculturelle du champ littéraire, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994 (« Philologiques », III).

29 F. Barbier, « De la République des auteurs à la République des libraires : statut de l’auteur, fonctions et pratiques de la librairie en Allemagne au xviiie siècle », dans F. Barbier et al. (éd.), L’Europe et le livre : réseaux et pratiques du négoce de librairie, op. cit., pp. 415-449.

30 30. H. Widmann, op. cit, pp. 57-59.

31 F. Barbier, « Une Librairie internationale au xixe siècle : Treuttel et Würtz », Revue d’Alsace, 1985, p. 111 et sq.

32 Sans doute Louis Gabriel Michaud, l’éditeur de la célèbre et monumentale collection biographique.

33 Nombreuses reproductions des aquarelles de Opitz (dès l’époque également diffusées en lithographies), par exemple dans Leipzig, Stadt der wa(h)ren Wunder..., op. cit., pp. 89, 346 et 351.

34 La perte d’importance de la foire de la Saint-Michel a, entre autres, pour effet d’imposer un crédit usuel de un an, au lieu des six mois courant jusque là entre deux foires.

35 La croissance de la production a aussi, pour corollaire logique, le fait qu’un grand nombre de nouveautés sont publiées en dehors du calendrier traditionnel de la foire.

36 F. List, Über ein sächsisches Eisenbahnsystem als Grundlage eines allgemeinen deutschen Eisenbahn-systems und insbesondere über Anlegung einer Eisenbahn von Leipzig nach Dresden, Leipzig, 1833. Id., Aufruf an unsere Mitbürger in Sachsen, die Anlage einer Eisenbahn zwischen Dresden und Leipzig betreffend, Leipzig, 1833.

37 La fonction de la commission n’est pas propre au petit monde de la librairie : dans tous les domaines, les négociants de Leipzig font, en définitive, relativement peu d’affaires « en propre », mais ils interviennent le plus largement comme intermédiaires.

38 Publikationen des Börsenvereins, II, 305.

39 Jahresbericht der Handels-u. Gewerbekammer zu Leipzig, 1863, Leipzig, in Comm. bei S. Hirzel, 1863.

40 A. Druckenmüller (éd.), Der Buchhandel der Welt, Stuttgart, C.E. Poeschel, 1935.

41 Mais pour soixante à Stuttgart : ce dernier chiffre témoigne du maintien d’une géographie dominée, mais bien réelle, de la librairie d’Allemagne du Sud.

42 Jahresbericht der Handelskammer zu Leipzig, 1878 und 1879, Leipzig, 1880.

43 La ville ancienne reste une petite ville, qui s’étendait à l’origine sur un quadrilatère de 600 sur 800 mètres, soit seulement quarante-huit hectares.

44 La province prussienne de Saxe est très proche de Leipzig (Halle).

45 Verwaltungsbericht des Rathes der Stadt Leipzig für das Jahr 1886[–1905], Leipzig, 1888 [–1907].

46 Le bâtiment est construit à partir de 1888 sur un projet de Peter Dybwad.

47 Commencée en 1888 sur des plans dArwed Roßbach.

48 Commencé en 1887 (Hochschule für Musik).

49 Commencée en 1890.

50 Commencé en 1884.

51 L’ancien hôtel de ville accueille notamment le Musée historique de la ville (1911).

52 La tradition de ce type de constructions est ancienne, comme le montrent les deux exemples, aujourd’hui conservés, du Barthels Hof (qui remonte au milieu du xviiie siècle) et du Webers Hof (mi-xviie).

53 Haus der Deutschen Bank (1898-1901), etc.

54 T. Topfstedt, « Orte der Messe in Leipzig », dans Leipzigs Messen..., op. cit., pp. 29-32.

55 Pour la situation dans le royaume, voir aussi Zeitschrift des Statistischen Büreaus des Königlichen Ministeriums des Innern, notamment 26 avril 1857, pp. 60-66 et passim (Saxe, 1837-1856, industries du livre).

56 Jahresbericht der Handels-u. Gewerbekammer zu Leipzig, 1863, Leipzig, in Comm. bei S. Hirzel, 1863.

57 Jahresbericht der Handelskammer zu Leipzig, 1886, Leipzig, 1887.

58 Jahresbericht der Handelskammer zu Leipzig, 1895, Leipzig, 1896.

59 Statistische Mittheilungen aus dem Königreich Sachsen, Dresde, 1854.

60 En 1849, la ville compte 91 relieurs, qui emploient 236 apprentis, soit des chiffres très supérieurs à ceux des autres villes de Saxe, y compris Dresde. En 1861, la branche s’est développée et concentrée, puisque nous relevons désormais la présence en ville de 107 relieurs et de 445 apprentis (Zeitschrift des Stat. Büreaus Sachsen, sept.-oct. 1863, n° 9-10, p. 94 et sq).

61 Leipziger Adressbuch für 1860..., Leipzig, Druck und Verlag von Alexander Edelmann, 1860.

62 Publikationen des Börsenvereins, II, 305.

63 Jahresbericht der Handelskammer zu Leipzig, Leipzig, [s.n.], 1877.

64 « Der Buchhandel und die verwandten Gewerbe in Leipzig im Jahre 1899 », dans Börsenblatt für den deutschen Buchhandel, 11, I, 1901, p. 301 et sq.

65 M. Lehmstedt, « Ein nothwendiges Übel,... », art. cité, p. 73 et la référence de la note 40.

66 Élevée de 1841 à 1844 comme terminus de la ligne vers Nuremberg par Altenbourg.

67 Le statut de la ville est comme symboliquement affirmé par les grandes expositions qui s’y tiennent à partir de 1897 : l’exposition pour le quatrième centenaire de la foire (Exposition industrielle et commerciale de Thuringe et de Saxe, Thüringisch-sächsische Industrie- u. Gewerbe Ausstellung) réunit alors 3 500 exposants et attire 2 300 000 visiteurs. En 1913, l’Internationale Baufach-Ausstellung (IBA) est la première à être organisée sur le nouvel espace aménagé entre le Monument de la bataille des Nations et la Deutscher Platz. F. Barbier, « Un enjeu symbolique : le Salon du Livre (BUGRA) de Leipzig en 1914 », dans D. Bourel (dir.), Fascinations et résistances : Allemagne-France, Préfaces, n° 13 (1989), pp. 114-119.

68 La circulaire de Reich citée plus haut fait d’ailleurs souvent appel à la morale : « Que penserait-on d’un voyageur qui voudrait tourner bride à la première montagne et sacrifier l’accomplissement de ses projets à la crainte de se trop fatiguer ? » (traduction F.B.). Les termes employés assimilent les contrefacteurs à des brigands, qui se sont mis hors la loi, et à la « plus basse classe de l’humanité » [die niedrigste Claße von Menschen]. Le raisonnement s’appuie sur l’articulation entre la morale, la réussite et la reconnaissance sociale.

Table des illustrations

Légende Principales routes commerciales de Leipzig sous l’Ancien Régime : croquis de localisation.Nota. Les noms de villes sont indiqués dans la langue du pays. Les noms entre parenthèses désignent les directions plus lointaines du commerce.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Tableau 1 – Évolution de la population de Leipzig, xiiie-xixe siècles6
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/927/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Tableau 2 – Les Commissionnaires à Leipzig (1896-1912)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/927/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Tableau 3 – Évolution de la population urbaine, 1834-1910
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/927/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tableau 4 – Les activités du livre à Leipzig, 1840-1896
Légende Note56Note57Note58
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/927/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau 5 – Répartition des entreprises d’imprimerie en fonction de leur structure, Leipzig, 1896
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/927/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540