Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La cité et l’Empereur

 | 
Antony Hostein

Aspects idéologiques

Chapitre 10. De Bibracte à Flauia Aeduorum : noms et titulature de la cité

Texte intégral

1L’étude du vocabulaire institutionnel employé par Eumène et l’Anonyme de 311 révèle que les deux orateurs emploient des mots associés à des procédures bien attestées dans la documentation épigraphique ou juridique des iiie-ive siècles. La rhétorique épidictique n’est point, dans leur cas, source d’imprécisions ou de mensonges.

2La revalorisation de ce contenu institutionnel et idéologique oblige à rouvrir des dossiers longtemps négligés avec un regard neuf, dépouillé des préjugés habituels. Dans le présent chapitre, deux extraits mal appréciés par les commentateurs du corpus vont faire l’objet d’une relecture. Le premier, tiré du discours d’Eumène (Panégyrique latin v(9), 5, 1), définit la cité des Éduens comme une colonia. Le second, relevé dans la dernière phrase de la péroraison du Panégyrique latin viii(5), 14, 5, énonce une série d’épithètes qui semblent former une titulature coloniale : selon l’auteur du discours, Augustodunum se serait appelée Bibracte puis Iulia, Polia (ou Polla selon les leçons des manuscrits), Florentia avant de devenir, en 311, Flauia Aeduorum. Faut-il voir dans ces passages une forme d’archaïsme et de snobisme municipal de la part des notables de l’époque tardive ? Le titre de colonia, mentionné à une reprise par Eumène, renvoie-t-il au statut de la cité à cette date ou doit-il être compris dans un sens métaphorique ?

  • 1 Sur la question des colonies de droit latin, statut original accordé exclusivement aux cités de Nar (...)

3Ces deux extraits peuvent être lus en réalité de manière complémentaire, une fois analysés à la lueur de témoignages littéraires, épigraphiques et archéologiques remontant au ier siècle de notre ère. La démarche apporte une preuve que la ciuitas Aeduorum a disposé précocement du statut de colonie de droit latin, peut-être dès sa fondation par Auguste1.

Étude détaillée des Panégyriques latins v(9), 5, 1 et viii(5), 14, 5

4Avant d’avancer dans l’analyse, il paraît nécessaire de resituer les deux passages concernés dans les discours d’Eumène et de l’Anonyme de 311.

Panégyrique latin v(9), 5, 1 : istam coloniam [...] erigere atque animare statuerunt

  • 2 Sur les caractéristiques de l’épigraphie éduenne du Haut-Empire, Y. Le Bohec, « Les inscriptions de (...)

5Eumène, qui qualifie sa cité de colonia à une reprise, est le seul auteur antique à mentionner ce statut, absent des témoignages épigraphiques en particulier2. Circonspects face à cet unicum, les commentateurs du texte ont refusé d’accorder au passage toute valeur institutionnelle au profit d’une interprétation réductrice, attribuant aux défauts du genre épidictique (amplification, exagération) ce qu’ils considèrent comme une sorte d’imprécision terminologique.

6C’est oublier qu’Eumène, tout au long de son discours, est extrêmement précis dans le choix du vocabulaire qui sert à désigner sa cité. Sa palette est restreinte : il utilise urbs à cinq reprises (§ 3, 2 ; 4, 3 ; 9, 1 ; 9, 4 et 17, 3), ciuitas à quatre reprises (§4, 1 ; 9, 2-3 et 10, 3), respublica une fois (§11, 2). Dans l’epistula sacra, le rédacteur, membre de la chancellerie, a utilisé successivement oppidum, ciuitas et respublica (§ 14, 1 ; 14, 4-5). De ce constat, il ressort qu’Eumène, selon qu’il souhaitait mentionner Augustodunum au sens de centre urbain, de caput ciuitatis, ou bien évoquer la communauté civique, a utilisé urbs ou ciuitas, réservant respublica au sens de « municipal » pour qualifier les uires, c’est-à-dire la caisse municipale. La même précision s’observe chez le rédacteur de la lettre impériale. Ainsi, contrairement à l’idée reçue, le genre épidictique, dans ces discours, n’a pas conduit inéluctablement à une perte de précision du vocabulaire institutionnel ou technique. Comment dès lors interpréter colonia ? La clé d’interprétation repose sur une analyse du contexte du passage.

  • 3 Cette politique est présentée supra, au chapitre 4.

7Le quatrième paragraphe, qui précède la mention de colonia, introduit la première partie du discours qui a vocation à justifier l’entreprise de reconstruction des écoles avant d’aborder, dans un second temps, les moyens envisagés pour sa mise en œuvre. Eumène défend le projet en rappelant que la restauration des écoles constitue un prolongement naturel de la politique de rétablissement engagée par les empereurs3. Chaque volet marquant de cette politique est ensuite détaillé : financement, reconstruction de bâtiments publics et privés, envoi d’artisans et de soldats pour les travaux, repeuplement de l’ordo decurionum (§ 4, 2-3). Quelques lignes plus haut, dans ce même paragraphe, Eumène justifiait cette aide massive en invoquant les mérites des Éduens, fratres populi Romani depuis des temps immémoriaux et victimes de leur fides lors des événements de 269-270 (§ 4, 1). C’est ici qu’intervient le passage où Augustodunum-kuxxm est qualifiée de colonia :

istam coloniam [...] erigere atque animare statuerunt [les empereurs].

  • 4 Définition de statuere : OLD, p. 1815-1816. Ce verbe apparaît de manière récurrente dans les textes (...)
  • 5 Définitions d’erigere et d’animare : OLD, p. 134 et p. 616-617 ; A. Diehl, « Animare », dans ThLL, (...)
  • 6 Byzance, Antioche, Nicomédie furent punies par Septime Sévère pour leur soutien à Pescennius Niger (...)
  • 7 Sur les ornamenta ciuitatis, voir l’article fondamental de Thomas, « Les ornements, la cité, le pat (...)

8En employant le terme colonia, Eumène semble jouer sur deux registres, l’un métaphorique, l’autre historique et institutionnel. Il compare d’abord la politique des Tétrarques en faveur de sa cité à une déduction coloniale, ce à quoi cette politique pouvait s’assimiler, ou plutôt ressembler, car dans le même temps, Eumène utilise des verbes qui ne correspondent pas à l’idée d’une nouvelle fondation : istam coloniam erigere et animare statuerunt. Le verbe principal, statuere, signifie que la décision des empereurs a force de loi et intervient à la suite d’une mesure officielle4. L’emploi d’erigere et animare implique ensuite que la cité, grâce à cette aide, a été rendue à la vie, c’est-à-dire rétablie5. Et précisément, les deux verbes indiquent que la colonia, communauté civique dotée de privilèges particuliers, a été rétablie dans ses droits initiaux. Si l’on suit le raisonnement, on peut émettre l’hypothèse que la communauté a été dégradée de son statut civique par Victorin ou son successeur dans le cadre des représailles qui ont suivi la révolte, procédure attestée à l’époque impériale6. Dans ce schéma d’interprétation, il faut supposer que le statut de ciuitas de plein droit a été rendu par Aurélien ou l’un de ses successeurs. Si les évolutions du statut de la ciuitas Aeduorum durant les années 270-290 demeurent obscures, la remarque d’Eumène signifierait qu’en plus de l’aide apportée pour la restauration d’Augustodunum, les Tétrarques auraient reconfirmé, par le biais d’une procédure officielle, le statut colonial de la communauté civique. Enfin, dans le cas où le statut avait été rendu auparavant, Eumène pouvait légitimement proclamer que la colonie avait bel et bien été rétablie en 298, le titre reflétant à cette date une dignité et une grandeur que le centre urbain incarnait dans des ornamenta ciuitatis restaurés ou sur le point de l’être7.

  • 8 Sur la question d’une mesure impériale générale visant à homogénéiser les statuts des cités, voir l (...)
  • 9 En témoignent les nombreuses sources du ive siècle où sont mentionnés les titres anciens que portai (...)

9Les observations qui précèdent permettent de mieux comprendre l’emploi exceptionnel du terme et d’en dégager la signification profonde. Rien ne permet de rejetter la valeur du témoignage d’Eumène ni de penser que jamais la cité ne bénéficia du statut colonial. Par ailleurs, en 298, ce titre de colonia ne conservait assurément plus la valeur juridique qui était la sienne sous le Haut-Empire. La crise était passée par là, entraînant l’homogénéisation des statuts des cités de l’Empire, à un moment situé entre les règnes des empereurs Probus et Dioclétien8. Mais si, d’un point de vue juridique, le titre n’était plus associé à des droits particuliers, le lustre et le prestige qu’il représentait trouvaient encore de profondes résonances dans les esprits des contemporains, ceux des notables municipaux et des dirigeants romains9.

Panégyrique latin viii(5), 14, 5 : iam non antiquum Bibracte, quod huiusque dicta est Iulia Polia Florentia, sed Flauia est ciuitas Aeduorum

10Le Panégyrique latin viii(5), 14, 5, apporte des précisions complémentaires et décisives sur l’attribution du statut colonial à la ciuitas Aeduorum. Au préalable, comme pour le texte d’Eumène, il paraît indispensable de resituer le passage dans son contexte.

  • 10 Voir la fiche qui lui est consacrée dans l’annexe prosopographique (Anonyme 11.)
  • 11 L’auteur du Panégyrique latin viii(5) emploie ciuitas aux § 1, 1 ; 2, 1 ; 4, 4 (2 fois) ; 5, 4 ; 7, (...)

11Bien qu’il n’ait vraisemblablement pas parcouru les échelons les plus élevés de la carrière équestre, l’Anonyme de 311 ressemble à Eumène sur bien des points : il est un grand notable, fin orateur et homme de dossiers, désigné comme porte-parole de la cité par ses compatriotes en raison de ses compétences10. Rien ne permet de mettre en doute sa parole ni de jeter un regard suspicieux sur la valeur des épithètes qu’il attribue à la cité. Comme Eumène, il emploie un vocabulaire précis selon qu’il évoque la ville d’Autun (il utilise urbs ou oppidum) ou la communauté civique des Éduens (il emploie alors le terme ciuitas)11. De la même façon, quand il qualifie Constantin de restitutor ou de conseruator, il suggère toujours que l’empereur est le restaurateur ou le sauveur de la cité et des biens des citoyens, jamais simplement le restaurateur de la ville.

  • 12 Analyse détaillée du contexte du discours et des intentions de son auteur supra, chapitre 2.
  • 13 Sur la procédure de changement de nom des cités : M. Rouche, « Le changement de nom des chefs-lieux (...)

12Dans sa publica gratulatio12, l’orateur avait la triple intention de faire confirmer les bienfaits en public, de les justifier devant les délégués des cités exclues d’un tel régime de faveur et de remercier le prince bienfaiteur. Sur ce dernier point, l’un des honneurs accordés par les notables éduens en échange des indulgentiae impériales consistait à rebaptiser leur cité du nom de Constantin, ainsi considéré comme un refondateur. Ces procédures de changement de nom intervenant suite à l’obtention d’un bienfait étaient courantes à l’époque impériale13, et c’est dans une démarche traditionnelle que s’inscrivent les Éduens en 312, Augustodunum devenant Flauia Aeduorum.

  • 14 Ont commenté cet extrait en détail, dans l’ordre chronologique : J. Rosny, Histoire de la ville d’A (...)

13Les commentateurs ont néanmoins été désorientés par la dernière phrase du discours, la plus détaillée sur la procédure (§ 14, 5)14 :

Omnium sis licet dominus urbium, omnium nationum, nos tamen etiam nomen accepimus tuum: iam non antiquum Bibracte, quod hucusque dicta est Iulia Polia Florentia, sed Flauia est ciuitas Aeduorum.

  • 15 Selon J. Rosny, op. cit., p. 5, il faut voir dans ces épithètes « autant de monuments qui furent él (...)
  • 16 Cette doxa a bénéficié de l’autorité de Jullian, op. cit., 4, p. 76 : « Du reste, ces villes neuves (...)
  • 17 Plin., NH, iv, 18, 107 (éd. /trad. H. Rackham, Loeb) : Lugdunensis Gallia habet [...] flumen clarum (...)
  • 18 A. Chastagnol, « Le problème de la diffusion du droit latin dans les Trois Gaules », dans La Gaule (...)
  • 19 Seuls P. Gros, « Rapport de synthèse », dans Les enceintes augustéennes, p. 162, et L. Maurin, Sain (...)

14La fiabilité du témoignage a été mise en cause par les historiens en raison de la nature du discours et de sa date tardive. Envisagée sous cet angle, cette dernière phrase a été interprétée comme une référence archaïsante à des titres peut-être réels mais certainement usurpés, qu’il fallait considérer comme de lointains échos du Principat, période durant laquelle ils traduisaient le statut et les privilèges des communautés civiques15. Le passage a par ailleurs mal été apprécié en raison d’une vision biaisée de l’histoire de la municipalisation des Trois Gaules, fondée sur le témoignage de Pline l’Ancien et entretenue par l’absence d’une documentation épigraphique comparable à celle de la Narbonnaise entre les époques triumvirale et julio-claudienne. L’idée qu’en Gaule intérieure aucune cité n’aurait reçu le statut de colonie latine s’est ainsi progressivement érigée en doxa16, d’autant plus aisément qu’un extrait de l’Histoire Naturelle consacré aux Éduens semble la conforter, la ciuitas Aeduorum figurant dans la liste des cités fédérées (ciuitates foederatae) et non dans celle des communautés de droit latin17. À cela, s’ajoute le fait que les historiens des institutions municipales, souvent épigraphistes, ont négligé le témoignage du Panégyrique latin viii(5) en raison du caractère littéraire et prétendument subjectif des informations qu’il contiendrait comparé aux inscriptions18. L’accumulation de préjugés sans cesse entretenus éclaire les raisons pour lesquelles aucune discussion sérieuse n’a été engagée sur le statut civique de la ciuitas Aeduorum19.

15Trois objections peuvent cependant être opposées aux tenants d’une approche hypercritique des passages étudiés. D’abord, une analyse recontextualisée des discours permet d’établir de manière définitive la valeur documentaire du dossier, en particulier pour tout ce qui concerne les institutions civiques. De ce point de vue – et c’est la deuxième objection –, il n’est pas possible, au nom de la cohérence générale du commentaire historique de ces panégyriques, d’admettre d’un côté la valeur historique des informations sur la fiscalité contenues dans le discours de 311 et, de l’autre, de jeter le discrédit sur cette série d’épithètes. Troisième argument : le discours a été prononcé devant l’empereur, en présence des hauts dignitaires de la cour et des représentants des cités de l’Occident romain. Dans ce contexte protocolaire, l’orateur ne pouvait dire n’importe quoi, et en particulier revendiquer des titres usurpés. En agissant ainsi, il aurait porté atteinte au prestige et à la dignitas même de sa cité, se serait discrédité et aurait failli à sa mission.

  • 20 Décompte effectué d’après Lepelley, Les cités, 2, p. 263, 278, 301-303, 313-314, 325-326, 452-453, (...)
  • 21 Ce trait de mentalité est également mis en évidence pour les notables de l’Italie tardive par C. Le (...)

16Il n’y a pas lieu non plus de s’étonner que le statut et la titulature d’une cité du Haut-Empire soient attestés dans une source tardive. Il s’agit du lot commun des spécialistes de la vie municipale africaine tardoantique, région de l’Empire où pas moins de sept cités érigées au statut de colonies romaines honoraires durant le iie siècle qui sont attestées par des inscriptions du premier tiers du ive siècle20. Comparé à la documentation africaine, le rappel des anciens titres portés par la ciuitas Aeduorum en 311 s’inscrit dans des pratiques et des mentalités fidèles à celles de notables du reste de l’Occident21.

  • 22 Christol, « Pline l’Ancien et la formula de la province de Narbonnaise », p. 45-63 (repris dans Une (...)
  • 23 En Narbonnaise, pour comprendre le choix de Pline de classer les colonies latines parmi les oppida (...)
  • 24 Le témoignage de Pline sur la Gaule chevelue repose sur des écrits à caractère administratifs laiss (...)

17Pour revenir au témoignage de Pline l’Ancien, il convient de le considérer avec une extrême prudence. Michel Christol, dans l’examen qu’il a récemment proposé de la source, a éclairé la logique qui a prévalu dans la rédaction de la partie de l’œuvre consacrée à la Narbonnaise. Pour cette seule province, il apparaît que Pline s’est fondé sur une source antérieure remontant aux toutes premières décennies du Principat, époque certes révolue mais qui constituait un « horizon » majeur pour les hommes de la fin de l’époque julio-claudienne. La liste a été mise à jour par les soins de Pline lui-même. Pour ce faire, il a consulté la formula provinciale en vigueur à son époque, comme il le dit explicitement (NH, iii, 37)22. Par ailleurs, il importe de rappeler que Pline ne fournit jamais l’indication du statut de colonie latine, certainement parce qu’il ne saisissait pas parfaitement les réalités institutionnelles de ce statut juridique caractéristique des provinces gauloises23. Pour la Gaule intérieure, Pline s’est fondé sur une source augustéenne dont la mise à jour paraît incomplète. L’état qu’il donne de l’organisation des peuples en ciuitates correspond à celui fixé au moment de l’engagement du processus de municipalisation, peut-être dans les années 30-10 avant notre ère, voire au lendemain de la conquête césarienne24. De ce point de vue, rien n’interdit d’envisager que la cité des Éduens était bel et bien une cité fédérée à cette époque, une simple ciuitas, peut-être dotée du ius Latinum. Ce n’est que plus tard qu’elle aurait bénéficié du rang de colonia de droit latin, vers 15-10 avant notre ère, au moment du transfert du caput ciuitatis de Bibracte à Augustodunum.

18Ces objections et ces préjugés écartés, l’attribution du statut de colonie latine à la ciuitas Aeduroum paraît désormais envisageable à défaut d’être établi. Il reste, pour conforter l’hypothèse, à conduire l’étude systématique des épithètes rattachées au nom de la cité.

Étude des épithètes Iulia, Polla (ou Polia) et Florentia

  • 25 Sur la titulature des cités, la bibliographie est très abondante mais il n’existe aucune synthèse r (...)
  • 26 À titre comparatif, pour s’en tenir aux régions voisines de la Lyonnaise pour la période qui s’éten (...)

19Durant le Haut-Empire, l’attribution du statut municipal ou colonial de droit latin ou romain se traduisait par une titulature officielle où figuraient, selon un ordre strict et chronologique, le statut, les épithètes honorifiques, puis le nom de la communauté (sous la forme du nom du peuple ou du nom du chef-lieu)25. Ces épithètes étaient formées sur le gentilice du prince à l’origine de l’élévation (ou du magistrat, si la fondation remontait à la République), sur le nom de la légion dont étaient originaires les colons déduits, sur des qualificatifs destinés à exalter la renommée ou la fortune de la cité et à souligner les traits originaux de son identité26. Si l’hypothèse selon laquelle la cité des Éduens possédait le rang de colonie latine est juste, la série d’épithètes mentionnées dans le Panégyrique latin viii(5), 14, 5 devrait permettre, par rapprochement avec des titulatures mieux attestées, d’apporter des précisions sur la date d’obtention de ce statut et sur ses développements ultérieurs.

Iulia

  • 27 L’épithète fait référence à Jules César ou à Octavien entre le moment où il devint maître de la Gau (...)
  • 28 Pour la période triumvirale, le faible nombre de témoignages datés ne permet pas de mener une étude (...)
  • 29 Les exemples d’attributions viritanes de la citoyenneté par César à des chefs gaulois fidèles sont (...)

20L’épithète renvoie à Jules César ou à son fils adoptif Octavien avant qu’il ne prenne le surnom d’Augustus27, ou encore à Caligula, appelé Caius Caesar. Une fondation césarienne de la colonia paraît difficile à admettre, bien qu’il ne faille pas l’écarter a priori. En l’état de la documentation, nous serions plutôt tenté d’attribuer la paternité de ce nouveau statut à Octave-Auguste. Les sources permettent en effet d’établir que si César fut le conquérant de la Gallia comata, les événements qui suivirent la victoire d’Alésia ne lui laissèrent guère le loisir de réorganiser le territoire conquis. Ce qui ne signifie pas que César n’avait pas conçu un projet cohérent ; simplement, l’oeuvre de réorganisation de la Gallia comata est à mettre au crédit d’Octave-Auguste et de son proche collaborateur Agrippa, actifs au lendemain des guerres civiles28. Si Jules César a généreusement concédé la citoyenneté viritane à ses clients et alliés gaulois les plus fidèles, rien ne laisse penser qu’il accorda de manière collective un droit quelconque à l’un des peuples du secteur, en particulier le droit latin29. Un octroi du droit latin à la ciuitas foederata des Éduens, en raison de l’ancienneté du foedus et de leur titre de fratres populi Romani, n’est cependant pas à exclure. De manière confuse, l’Anonyme de 311 suggère que la titulature Iulia Polia Florentin a pu être portée dans un premier temps par l’antique Bibracte. Si l’on suit cette idée, deux voies s’ouvrent alors : 1/ Bibracte a simplement été chef-lieu d’une cité de droit latin avant le transfert vers Augustodnnum, érigée au rang de colonie latine. Dans ce schéma, Bibracte Iulia Polia Florentia signifierait que l’auteur du discours a fait figurer les noms et titres rattachés aux deux chefs-lieux successifs de la ciuitas Aeduorum sans citer explicitement Augustodunum, mention jugée inutile car évidente dans le contexte d’énonciation d’un discours prononcé à Autun. 2/ La ciuitas Aeduorum aurait été dotée du statut de colonie latine au temps où Bibracte demeurait encore le caput ciuitatis, durant les trois décennies séparant la fin de la guerre des Gaules de la fondation d’Augustodunum.

  • 30 Szabó, « La basilique de Bibracte », p. 389-408, en particulier la conclusion p. 404-406. Sur le dr (...)

21Dans cet échafaudage périlleux d’hypothèses, vient s’ajouter au dossier un nouvel élément qui bouleverse les schémas établis et permet de renouveler certains questionnements : il s’agit de la découverte récente, sur le site du Mont Beuvray, d’une « basilique » monumentale dont la construction remonte aux années 40 avant notre ère. L’équipe de l’université de Budapest, dirigée par Miklós Szabó, a mis au jour, à partir de 2000 au lieu-dit La Pâture du Couvent, les vestiges d’un vaste bâtiment maçonné de plan basilical situé au cœur de l’oppidum de Bibracte, le long de la voie principale qui le traversait du nord-est au sud, de la Porte du Rebout aux Grandes Portes. Ce bâtiment basilical à trois nefs (fig. 3) s’inscrit dans un rectangle de 71 pieds romains sur 41, et il est construit selon des normes et des techniques architecturales méditerranéennes (usage de mortier, colonnes moulurées, pilastres, chapiteaux corinthiens, tuiles, antéfixes, etc.). Ce bâtiment de type basilical, orienté parallèlement à la voie selon un axe nord-ouest/sud-est, était flanqué sur son côté occidental d’une salle dont le mur extérieur est distant de 110 pieds environ de cette même voie. Sur son côté oriental, il s’ouvrait sur une esplanade carrée de 71 pieds de côté, encadrée de plusieurs pièces larges de 14,3 pieds30. Entre la voie bordée de tabernae et l’entrée occidentale se trouvait une cour carrée. Achevé dans les années 40 avant notre ère (La Tène D2b pour les archéologues), élaboré selon des calculs et une planification stricts, le bâtiment fut utilisé durant une vingtaine d’années avant d’être détruit volontairement, comme le prouve une couche de destruction par incendie qui scelle une couche d’arasement systématique des élévations, précédée d’une récupération des éléments architecturaux et du mobilier. La destruction est datée par le mobilier au plus tard des années 20-10 avant notre ère. Peu de temps après en effet, le complexe laissa place à une vaste domus calquée sur les modèles italiens de type augustéen.

Fig. 3 : Le complexe monumental de Bibracte. La « basilique » et les deux « forums » (d’après Vestiges et création architecturale sur l’oppidum de Bibracte (Sâone-et-Loire, Nièvre), Dijon, 2009, p. 7, fig. 4).

22Le caractère exceptionnel de la découverte mérite d’être rappelé. Comme le soulignent les fouilleurs, il s’agit du plus ancien bâtiment basilical attesté dans le Nord de la Gaule, et même dans l’Europe occidentale. Le monument offre ainsi des repères intéressants sur l’apparition des techniques et modèles architecturaux méditerranéens en Gaule intérieure. En plus de sa présence inattendue à une date si haute, ce bâtiment caractéristique de la romanitas s’insérait dans un environnement absolument inhabituel et inadapté, celui d’un oppidum gaulois établi au sommet d’un mont balayé par les vents et dont les constructions étaient pour l’essentiel élaborées en bois, dans le cadre d’une organisation proto-urbaine sommaire comparée aux villes italiennes d’alors.

23Loin d’ajouter du trouble aux débats, cette découverte jette des lueurs nouvelles sur le destin de la ciuitas Aeduorum durant une période mal documentée. Cette « basilique » oblige à repenser l’ensemble du dossier concernant le statut collectif des Éduens au lendemain de la conquête césarienne. Car à moins d’admettre que la fonctionnalité de ce monument n’était pas celle qui lui était assignée en Italie, il faut reconnaître que sa présence oblige à formuler l’hypothèse de l’existence d’une communauté civique structurée et inspirée du modèle romain, d’une ciuitas à part entière chez les Éduens dès César, c’est-à-dire à une date bien plus haute que celle qui est habituellement admise. En d’autres termes, le complexe formé par la « basilique » et les deux espaces ouverts adjacents, que l’on serait tenté de qualifier, avec les découvreurs, de forum et de cours, incarnerait dans la pierre un statut civique privilégié d’inspiration romaine, accordé par les dirigeants romains pour des raisons indéterminées qu’il faut certainement mettre au compte des rapports étroits entretenus depuis près d’un siècle avec ce peuple gaulois « frère des Romains ».

  • 31 Débats récents dans J.-C. Béal, « Bibracte-Autun, ou le “transfert de capitale” : lieu commun et ré (...)
  • 32 La date de création habituellement admise se situe autour des années 15-10 avant notre ère : Rebour (...)

24D’où l’épithète Iulia mentionnée plus de trois cents ans plus tard par l’auteur du Panégyrique latin viii(5). Mais si la cité des Éduens n’était pas un simple peuple tributaire dépourvu pour un temps d’une organisation civique calquée sur le modèle romain, quel pouvait être alors son statut ? En l’absence d’élévation au statut colonial, la cité ne pouvait être dotée d’une titulature. En revanche, au moment de l’accès au rang, certains des privilèges ou honneurs acquis précédemment ont pu resurgir dans la nouvelle titulature, sous la forme d’épithètes. Dans ces conditions, à titre d’hypothèse, nous pouvons envisager que la cité des Éduens lut créée sur décision de César, au début des années 40 avant notre ère. Dotée du statut de cité fédérée, elle bénéficia probablement dès cette époque du droit latin, en raison de ses mérites et de l’ancienneté de son attachement à Rome. Le privilège obtenu aurait été incarné physiquement dans l’ensemble monumental de la basilique, fonctionnel et typiquement romain, destiné à abriter les réunions des notables locaux. Puis, au moment de la déduction coloniale et du transfert de capitale31, durant l’avant dernière décennie du ier siècle avant notre ère32, les habitants, soucieux d’honorer à la fois le nouveau fondateur (Auguste) et l’ancien (César), auraient réparti les honneurs de la sorte : à Auguste, le privilège de donner son nom au nouveau caput ciuitatis, Augustodunum ; à Jules César, le privilège de voir figurer son gentilice dans la première épithète de la titulature coloniale, Iulia. Au passage, l’intégration de ce gentilice offrait l’avantage d’honorer doublement César et Auguste, son fils adoptif, chef de la gens Iulia. Nous verrons plus loin, dans le cadre de l’analyse de l’enceinte monumentale d’Autun et des Iulii éduens, que rien ne vient contredire cette proposition.

Florentia

  • 33 Il faut écarter l’hypothèse d’Edme Thomas selon laquelle Florentia serait une épithète fondée sur l (...)
  • 34 Sur le sens deflorens ouflorentia : OLD, p. 714 ; J. Kapp dans ThLL, vi (1912-1926), col. 920-923.
  • 35 Sur le thème du retour à l’âge d’or, central dans l’idéologie augustéenne, G. Sauron, L’histoire vé (...)

25La signification de l’épithète honorifique Florentia, qui n’est formée ni sur un cognomen ni sur un nomen, ne soulève aucun problème majeur de compréhension33. Florentia vient du verbe florere (« fleurir, être en fleur ») et son sens figuré recoupe celui de l’adjectif français « florissant34 ». En intégrant cet adjectif dans la titulature civique, les autorités romaines et les Éduens souhaitaient souligner un trait particulier de la communauté incarnée dans le nouveau chef-lieu, Augustodunum. L’objectif était d’exalter la prospérité et le rayonnement du caput ciuitatis, que traduisaient alors ses monuments imposants et les nombreuses activités qu’il abritait. L’épithète Florentia, qui renvoie également aux cycles de la nature, contient des connotations idéologiques fortes, associées à l’idée d’un retour à un âge d’or fondé sur l’abondance et la prospérité, thème essentiel de la littérature officielle et de la plastique d’époque augustéenne et julio-claudienne35.

  • 36 Caes., BG, iv, 3, 3 : Ad alteram partem [= de la frontière du territoire des Suèves] succedunt Vbii (...)
  • 37 Ainsi, l’ordo decurionum d’Vreu, en Proconsulaire, est qualifié de splendidissimus et florentissimu (...)

26Le sens de Florentia peut s’éclairer par un passage de la Guerre des Gaules. Évoquant les Ubiens, César précise que leur ciuitas était ampla et florens36. Le balancement entre ampla et florens, par-delà son caractère rhétorique, mêle deux notions, l’une quantitative et l’autre qualitative. La formulation semble signifier, pour César, que la dignité d’un peuple résidait dans son amplitudo (sa taille, son poids, sa force), mais également dans sa florentia (sa richesse, sa prospérité, son épanouissement en termes de civilisation). La remarque de César à propos des Ubiens – entièrement justifiée, comme viennent le rappeler les récentes publications de Werner Eck – vaut pour les Éduens, d’autant que l’épithète n’était pas interchangeable avec des adjectifs de sens voisin. Les Éduens ont préféré Florentia à Copia ou Felix, par exemple, parce que l’épithète reflétait des réalités économiques, culturelles et idéologiques qui caractérisaient particulièrement bien l’identité de la communauté à leurs yeux. Notons pour terminer qu’à l’époque tardive, l’adjectif florens au superlatif sert souvent à qualifier, dans le formulaire épigraphique, l’ordo d’une cité, un empereur ou son règne37. Dans ce contexte également, l’emploi de florentissimus s’inscrit dans l’idéologie d’un retour à l’âge d’or.

  • 38 Grenade, antique Iliberris, portait le titre de municipium Florentinum gravé sur plusieurs inscript (...)
  • 39 Le nom antique de Florence apparaît dans CIL, xi, 7030 (colonia Florentia) et sous une forme abrégé (...)

27Si la signification du terme ne soulève pas de problème majeur, en revanche il faut s’interroger sur le choix qui a présidé à l’attribution d’une épithète attestée seulement dans la cité voisine des Allobroges, en Narbonnaise, ainsi que dans la titulature du municipe espagnol de Grenade38. Le rapprochement avec Florentia (Florence), municipe au début du ier siècle avant notre ère (puis colonie au plus tard sous Tibère) est peu pertinent, car la dénomination est ancienne et renvoie aux réalités de l’Italie républicaine39.

  • 40 Titulature officielle de Vienne dans CIL, xii, 2317 (ILS, 6995 ; ILN, 5-2, no 515). Sur le sens de (...)
  • 41 RPC, i, no 517 (p. 151-152). Il semble désormais assuré que ce monnayage date au plus tard de l’ann (...)
  • 42 L’hypothèse d’une élévation au statut de colonie romaine honorifique dès Auguste reposait sur une e (...)
  • 43 L’inscription dédicatoire de l’enceinte est connue par deux imposants fragments découverts en 1888 (...)
  • 44 Le raisonnement d’Hans-Georg Pflaum est détaillé dans les travaux cités supra, n. 40 et 42. La chro (...)

28Compte tenu de la rareté de l’épithète et en raison des nombreux points communs qui liaient les deux peuples proches par la géographie et l’histoire, il faut selon toute vraisemblance envisager que le titre fut donné à Vienne et à Autun à quelques d’années d’intervalles, peut-être de manière quasi simultanée. Retracer l’histoire de la cité des Allobroges depuis sa fondation jusqu’aux premières décennies du ier siècle de notre ère permet d’éclairer l’évolution des statuts présumés endossés par la cité des Éduens, et inversement. La documentation viennoise, abondante, autorise en effet à préciser les moments importants de l’histoire de cette cité appelée officiellement, sous Néron, colonia Iulia Augusta Florentia Vienna40. Le monnayage frappé à Vienne par les autorités locales atteste qu’au plus tard en 36 avant notre ère, la ciuitas était une colonie latine : colonia Iulia Vienna41. L’épithète Augusta ne peut avoir été accordée que par Auguste, sans nécessairement une modification du statut civique : la colonie latine a pu par exemple bénéficier de privilèges exceptionnels, que traduirait ce nouvel élément de la titulature42. Il est tentant d’ailleurs, comme l’ont suggéré certains historiens, de faire coïncider l’octroi de ce titre avec l’autorisation accordée par Auguste aux Allobroges d’entourer leur caput ciuitatis d’une enceinte monumentale, dont des fragments de la dédicace ont été mis au jour à la fin du xixe siècle43. De là, l’épithète florentia, a pu être donnée en même temps qu’Augusta, sous Auguste, ou bien à une date ultérieure. Il revient à Hans-Georg Pflaum d’avoir démontré que Vienne fut élevée au rang de colonie romaine honoraire par Caligula, entre les années 36 et 4l44. En admettant que l’ordre des épithètes dans la titulature respecte l’ordre chronologique de leur obtention, il paraît juste, en effet, de penser que la cité a reçu de Caligula ce nouveau qualificatif rare, soulignant le caractère exceptionnel du privilège accordé. Le choix s’éclaire peut-être pour des raisons plus triviales : Caius Caesar (Caligula), membre de la gens des Iulii, ne pouvait donner son nom à la cité puisque son illustre aïeul, Auguste, l’avait fait avant lui. Cependant, à cette occasion, l’épithète Iulia se trouva réinvestie et resémantisée, en quelque sorte, donnant la possibilité à Caligula de se présenter comme le digne héritier du fondateur du Principat.

  • 45 Ces rivalités sont fameuses. Pour preuve, la compétition féroce à laquelle se livrèrent Vienne et L (...)
  • 46 Sur les notables des Trois Gaules membres de l’ordre sénatorial, voir Burnand, « Senatores Romani e (...)

29Comment, dans ces conditions, interpréter l’attribution de l’épithète Florentia aux Éduens ? Le choix traduit certainement, étant donné la rareté de l’épithète et la proximité géographique des deux cités, une volonté de prééminence doublée d’une rivalité consciente, fondée sur une compétition (aemulatio)45 conduisant les Éduens à réclamer le même titre au prince, ou bien, a contrario, un signe de l’alliance, de la concordia qui régnait entre les deux cités. Dans les deux cas, l’épithète peut être l’indice d’une promotion simultanée des deux cités au rang de colonie romaine par Caligula. S’il est impossible de trancher entre ces deux solutions, il paraît néanmoins nécessaire de tirer des enseignements de la proposition qui, entre l’époque triumvirale et le règne de Claude, lie les destins des Éduens et des Allobroges, deux peuples qui comptaient parmi les plus importants de la Gaule. S’il paraît difficile d’envisager une politique planifiée, il faut admettre que les autorités romaines, ont pu avoir recours aux mêmes procédés d’intégration et aux mêmes récompenses à l’égard de chacun d’entre eux, procédés fondés en partie sur la reconnaissance d’une primauté symbolique sur les peuples voisins, mais formulés dans des termes purement romains (droit latin, colonie latine, privilège d’enceinte, statut colonial honoraire), selon des séquences très proches. L’aboutissement du processus ouvrit l’accès aux magistratures de Rome aux plus illustres représentants des deux peuples, ce que confirment les sources littéraires et épigraphiques46.

Polla ou Pol(l)ia

  • 47 Les deux expressions sont admises, en raison des modalités de la transmission du texte. Il était en (...)
  • 48 La mécompréhension du texte, à laquelle il faut ajouter un certain mépris à l’égard du témoignage d (...)

30L’interprétation de l’énigmatique Polla ou Pol(l)ia, deuxième élément dans l’ordre de citation de ce qui devait être la titulature coloniale de la ciuitas Aeduorum, pose des problèmes inextricables47, suscitant des hypothèses ingénieuses48. La mécompréhension de la signification de l’épithète a souvent servi de prétexte à disqualifier l’ensemble de l’extrait, bien que, comme cela a pu être démontré, les autres paraissent absolument conformes aux éléments d’une titulature canonique.

  • 49 C. Jullian, op. cit., 4, p. 36, n. 2.
  • 50 Par exemple, Roidot, op. cit., p. 287, η. 1.
  • 51 Hypothèse ancienne d’Edme Thomas (op. cit.) rappelée par Landriot, Rochet, Discours d’Eumène, p. 8, (...)
  • 52 Vespasia Polla : PIR1, V, 300. Landriot, Rochet, op. cit., p. 8, comptent parmi ceux qui ont tenté (...)
  • 53 Sur la sœur d’Agrippa, J.-M. Roddaz, op. cit., p. 26, 28, 278 et 293.
  • 54 Sur Cologne (colonia Claudia Ara Agrippinensium), voir H. Galsterer, art. cit., p. 251-269 ; Eck, K (...)
  • 55 À titre d’exemple, en Afrique, on enregistre à l’époque flavienne la fondation de colonies (Ammaeda (...)
  • 56 Sur la politique municipale des Flaviens en Occident : en Espagne, P. Le Roux, Romains d’Espagne. C (...)
  • 57 Comme l’a fait justement fait remarquer Rebourg, art. cit., p. 216-218, tout en apportant quelques (...)
  • 58 CIL, viii, 16550 (ILAlg, i, 3120) et CIL, viii, 27850 (ILAlg, i, 3116). À titre d’hypothèse, il est (...)

31Au préalable, il convient de passer en revue les hypothèses anciennes, formulées pour la majorité d’entre elles au cours du xixe siècle, le plus souvent par des érudits locaux et non par des historiens spécialistes des institutions romaines. Camille Jullian a montré un désintérêt complet vis-à-vis de ce passage, qu’il n’a commenté que brièvement sans citer la bibliographie antérieure49. Parmi les tentatives d’interprétation, il faut d’abord écarter celles qui font dériver l’épithète Polla ou Pol(l)ia de toponymes locaux50 et privilégier d’autres pistes. À l’époque moderne et au xixe siècle, les historiens savaient, par rapprochement avec le formulaire des inscriptions municipales, que les épithètes contenues dans la titulature officielle d’une cité étaient généralement formées sur le nom d’un bienfaiteur de la cité ou quelles étaient honorifiques, deux idées attestées dans les épithètes Iulia et Florentia. Pour l’épithète Pola ou Pol(l)ia, plusieurs savants ont cherché dans la liste des grands personnages de l’histoire de Rome postérieurs à Jules César et à Auguste (car Pola/Pol(l)ia vient après Iulia), celui ou celle dont le cognomen ou le gentilice substantivé aurait donné Pollus/Pol(l)ius et, de là, Pola/Pol(l)ia au féminin. Certains ont pensé au fils de César, Césarion, appelé Pollio sur des légendes de monnaies provinciales (mais il s’agit d’une erreur de lecture et d’interprétation)51 ; d’autres ont envisagé qu’il s’agissait d’une référence à la famille de Vespasien, dont la mère s’appelait Vespasia Polla52 ; une dernière candidate, jamais envisagée, pourrait être proposée en la personne de Vipsania Polla, sœur d’Agrippa53. Il faut immédiatement exclure l’hypothèse d’une épithète honorant le fils de César et de Cléopâtre, assassiné sur ordre d’Octave afin d’éliminer un rival potentiel : on voit mal comment son souvenir aurait été conservé dans la titulature de l’une des plus importantes cités de Gaule. Il faut certainement écarter Vipsania Polla, dans la mesure où elle n’était pas membre du tout premier cercle de la famille impériale, bien qu’étant une personnalité de premier plan dans la Rome augustéenne. D’ailleurs, aucune colonie ni aucun municipe de fondation césarienne, triumvirale ou augustéenne, ne comporte dans sa titulature une épithète formée sur le nom d’une femme de la gens Iulia. Reste Vespasia Polla, qui demeure la candidate la plus sérieuse. Les arguments ne manquent pas : d’abord, l’épithète renverrait à l’époque des Flaviens, connus pour leur politique municipale active ; ensuite, l’insertion d’une épithète fondée sur le nom d’un membre de la domus Augusta était devenue acceptable depuis la fondation de la colonia Agrippinensis54. L’attribution soulève cependant un problème car l’épithète Polia/Pol(l)ia/Polla est un unicum : pourquoi ne pas avoir accordé l’épithète Flauia comme ailleurs55 ? En admettant l’hypothèse à titre provisoire, il faudrait supposer que Vespasien ou l’un de ses fils aurait accordé un privilège important à la ciuitas Aeduorum. Bénéficiant alors probablement du rang de colonie latine, elle aurait été élevée à cette date à celui de colonie romaine honoraire. La politique présumée des Flaviens à l’égard de la ciuitas Aeduorum paraît vraisemblable à la fois par sa cohérence et son insertion dans la tradition locale : elle s’inscrirait bien, en effet, dans la politique municipale conduite en Occident par les Flaviens, en particulier dans la péninsule Ibérique56. Plusieurs découvertes archéologiques autunoises confirment d’ailleurs l’importance de la dynastie dans le remodelage de l’urbanisme57. Pour finir sur ce point, deux inscriptions découvertes à Théveste et datées probablement du iie siècle font connaître deux soldats, citoyens romains et éduens, inscrits dans la tribu Quirina, celle de Vespasien précisément (ou de Claude, ce qui ajoute un problème supplémentaire)58. Cependant, la cité a peut-être reçu le statut de colonie romaine honoraire de Caligula ou de Claude ; l’hypothèse d’une attribution par les Flaviens du statut colonial honoraire, même si elle ne manque pas d’arguments, offre une nouvelle solution au caractère incertain.

  • 59 Hirschfeld, op. cit., p. 17, n. 1. Même si l’on ne peut suivre les conclusions auxquelles aboutit l (...)
  • 60 Pour approfondir les observations formulées supra, n. 47, sur certaines inscriptions, rares au deme (...)

32Comment, dans ces conditions, interpréter Pollia, si aucune des propositions traditionnelles ne paraît satisfaisante ? La question peut être relancée à partir d’une observation d’Otto Hirschfeld restée lettre morte59, selon laquelle il faudrait interpréter l’épithète Pol(l)ia comme le nom de la tribu où les nouveaux citoyens de la communauté des Éduens ont été inscrits à un moment donné de son histoire60.

  • 61 Sur l’hypothèse d’un édit impérial général ayant conduit à l’homogénéisation des statuts des cités (...)
  • 62 Sur l’Édit de Caracalla (ou Constitution antonine) connu par un unique document papyrologique (P. G (...)
  • 63 Dans une inscription découverte à Hispellum et datée de la fin des années 330 (CIL, xi, 5283 = ILS,(...)

33L’Anonyme de 311, en détaillant la titulature officielle de sa cité, pensait assurément que ces éléments conservaient le souvenir d’un statut juridique ancien mais rendu caduc deux ou trois décennies plus tôt61. Certains règlements juridiques régissant les statuts et le fonctionnement institutionnel des communautés avaient disparu au moment de l’Édit de Caracalla en 212, en particulier les points concernant l’obtention de la citoyenneté romaine : à cette date en effet, tous les hommes libres de l’Empire devinrent de facto citoyens62. De là, il est permis de formuler une première explication concernant cette épithète : l’orateur de 311, consultant des documents officiels du Haut-Empire qui contenaient la titulature officielle de la cité, a pu intégrer l’un des éléments qui, du point de vue juridique, sanctionnait l’obtention de la citoyenneté, à savoir l’inscription dans une tribu. L’amalgame s’expliquerait, à cette date tardive, par l’oubli chez ce notable d’époque constantinienne du rôle et de la valeur juridique de l’inscription dans une tribu63.

  • 64 Une liste de ces épithètes est dressée par B. Galsterer-Kröll, art. cit.
  • 65 Pour l’Afrique, se reporter aux cas étudiés par J. Gascou, op. cit., p. 32, 88, 153 et 192. L’étude (...)
  • 66 Autres exemples et attestations dans G. Forni, op. cit., p. 39-41.
  • 67 G. Forni, ibid., p. 41. Sur la titulature de la cité, nommée à partir de Trajan colonia Vlpia Traia (...)
  • 68 Sur la tribu de Sinope, J. Kubitschek, Imperium Romanum Tributim Descriptum, Prague, 1889 (éd. anas (...)

34Il existe une deuxième possibilité : l’épithète Polla ou Pol(l)ia figurait effectivement dans la titulature de la colonie latine au moment de sa création. Cette interprétation se heurte néanmoins à une objection majeure, l’épithète étant un hapax. Il n’existe par ailleurs aucun exemple contemporain d’insertion du nom de la tribu dans une titulature coloniale. Mais la souplesse avec laquelle des éléments variés pouvaient être insérés rend la proposition, sinon assurée, du moins envisageable, avec beaucoup de précautions. Car, comme nous l’avons évoqué précédemment, pouvaient apparaître dans les titulatures des colonies latines ou romaines, en plus des épithètes traditionnelles relatives aux empereurs, d’autres plus inhabituelles et parfois uniques, faisant référence aux dieux topiques (des cas sont attestés en Afrique), aux légions des colons déduits (Béziers, par exemple), au fondateur (épithète Munatia dans la titulature de Lyon), etc.64 Par ailleurs, un phénomène observé au iie siècle de notre ère permet d’opérer des rapprochements suggestifs : il s’agit de l’insertion des pseudo-tribus dans la dénomination de citoyens romains. Ces pseudo-tribus se substituent sous les Antonins à la vraie tribu dans le formulaire d’inscriptions se rapportant à des militaires pour l’essentiel, et s’insèrent entre la filiation et le cognomern65. Giovanni Forni, à la suite d’un examen approfondi de la documentation, a mis en évidence certaines originalités rompant avec l’ordre canonique de présentation d’un citoyen (prénom, nom, filiation, tribu, cognomen, mention de l’origo). C’est ainsi que la mention de ces pseudo-tribus a pu devenir une séquence interchangeable avec l’indication du lieu d’origo, ou a pu se trouver rejetée à la fin du formulaire associée à l’origo66. Dans des cas rares mais intéressants pour notre propos, apparaît la titulature civique en lieu et place de la tribu qui se trouve alors rejetée et intégrée au chapelet d’épithètes de la titulature coloniale. Ainsi, dans une inscription d’Ancyra/Ankara datée du iie siècle (CIL, iii, 6761), un soldat originaire de Poetouio/Pettau se présente comme M(arcus) Aebutius, M(arci) f(ilius), Vlp(ia) Papir(ia) Troiana [pour Traiana], Victorinus Poetouione67. Un raisonnement rétroactif permet d’envisager que dans la cité éduenne, dès la mise en oeuvre du processus de municipalisation ou plus tard, au moment de l’élévation coloniale, la fierté d’intégrer le système politique romain a conduit les notables locaux à afficher le nom de la tribu dans laquelle ils étaient inscrits. La procédure a peut-être été favorisée – ce n’est qu’une hypothèse fragile – par le fait qu’il s’agissait d’une tribu accordée de manière quasi exclusive à des cités de la péninsule italienne, à l’exception notable de la colonia Iulia Felix (Sinope), en Pont-Bithynie68. En mettant en évidence cet élément dans la titulature, les autorités romaines et les Éduens souhaitaient peut-être souligner l’assimilation profonde de la ciuitas Aeduorum, placée sur un pied d’égalité avec les communautés bien intégrées d’Italie. Il s’agirait d’un nouvel indice d’une volonté affichée en haut lieu de distinguer les Éduens des autres peuples gaulois.

  • 69 Mention de citoyens romains ou de marchands sur le territoire éduen dans BG, vii, 38, 9 ; vii, 42, (...)

35Selon une troisième hypothèse, la colonie latine fut bien, dès sa fondation, une véritable colonie, au sens où des Éduens, c’est-à-dire des pérégrins, coexistèrent avec des colons romains. Ces derniers pouvaient être des résidents italiens, par exemple des negotiatores (dont la présence est mentionnée par Jules César69) ou d’anciens légionnaires, ou encore des membres d’un conuentus ciuium Romanorum préexistant. Au moment de la déduction coloniale, la présence importante d’Italiens aurait ainsi conduit les autorités romaines à inscrire les nouveaux citoyens dans une tribu traditionnellement associée à des cités italiennes. L’hypothèse demeure cependant extrêmement fragile, et nous nous contentons de l’énoncer sans trop lui donner de crédit.

  • 70 Cette caractéristique de l’épigraphie des Trois Gaules a été mise en évidence par Dondin-Payre, « O (...)
  • 71 Voir supra, n. 58.
  • 72 Inscription du magistrat et prêtre éduen C. Licinius Campanus découverte à Antre, en Germanie supér (...)

36Les raisonnements qui précèdent ne peuvent être confirmés par des attestations épigraphiques de citoyens éduens mentionnant leur tribu : de telles inscriptions sont rares en Gaule et le formulaire épigraphique en usage dans cette partie de l’Empire se caractérise par l’absence de la mention de la tribu, alors qu’elle figure ailleurs en bonne place jusqu’au début du iie siècle70. Le seul Éduen dont la tribu est attestée, en plus des deux légionnaires déjà mentionnés71, devait descendre d’un immigré originaire d’Italie (un commerçant ? un vétéran ?), en raison de son nom aux consonances très italiennes (C. Licinius Campanus, fils de Licinius Latinius) et de sa tribu, la Pomptina, dans laquelle étaient seulement inscrits les citoyens originaires des cités de la péninsule72.

37Au terme de ces analyses fondées sur des hypothèses plus ou moins solides, il faut retenir que si le naufrage de la documentation ne permet pas de trancher définitivement, il aboutit cependant au schéma interprétatif qui suit.

38L’analyse croisée des sources archéologiques et littéraires oblige à remonter la date supposée de la municipalisation du peuple éduen, processus ayant conduit à l’intégration de ces Gaulois dans l’imperium Romanum par le biais d’une organisation civique de type romain imposée de manière volontariste par les dirigeants de Rome. Cité fédérée selon Pline qui écrit sous les Flaviens, la ciuitas Aeduorum semble avoir bénéficié d’un traitement de faveur précoce, comme l’atteste le prestigieux complexe monumental « basilique »/ forum mis au jour à Bibracte et daté des années 40-20 avant notre ère. Dès ce moment, l’ancien oppidum gaulois semble avoir tenu un rôle officiel de caput ciuitatis abritant des ornamenta incarnant dans la pierre la dignité de ce statut. Il n’est pas exclu par ailleurs, bien que l’hypothèse demeure indémontrable, que cette municipalisation précoce, associée à une monumentalisation à la romaine des bâtiments publics, ait été justifiée ou accompagnée d’un octroi du ius Latinum aux Éduens, en vertu de l’ancienneté des relations entretenues avec Rome par les fratres populi Romani.

39Un autre élément d’explication peut être tiré des découvertes monétaires sur le site de Bibracte. L’étude par Katherine Gruel et Laurent Popovitch des deniers tardorépublicains a permis de rattacher les ensembles monétaires de l’oppidum à ceux des sites militaires romains. Ce qui signifie que durant les guerres civiles, César puis ses héritiers ont veillé à s’assurer la fidélité de leur vieil allié en Gaule centrale en lui octroyant des privilèges importants, tout en le plaçant sous l’étroite surveillance des légionnaires. À défaut de pouvoir s’engager dans une politique générale de municipalisation de la Gallia comata, les dirigeants romains pouvaient du moins étaler les bienfaits de leur civilisation en s’appuyant sur un peuple couvert de privilèges et sensible aux modèles politiques et culturels importés d’Italie, avec l’espoir qu’un exemple aussi éclatant susciterait l’admiration et l’adhésion au modèle romain.

  • 73 Sur cette affaire mentionnée par Tacite et rapportée par la Table claudienne de Lyon, voir la bibli (...)

40Comme une cité fédérée, même dotée du droit latin, ne bénéficiait pas d’une titulature coloniale, l’épithète Iulia n’a pu apparaître qu’au moment de la déduction coloniale ou du temps où Bibracte était caput ciuitatis, ou encore – c’est plus probable – au moment où fut créé ex nihilo un nouveau centre urbain dans des normes purement romaines, doté du monument colonial par excellence, une enceinte monumentale. Selon ce scénario, le plus plausible compte tenu de la documentation, la ciuitas Aeduorum aurait reçu le statut de colonie latine. Colonia Iulia (Pollia) Florentin Augustodunum : Iulia en souvenir des anciens privilèges accordés par César, et Augustodunum en l’honneur de son refondateur. Pollia figure ici entre parenthèses car rien ne permet d’affirmer que l’épithète fondée sur la tribu des nouveaux citoyens figurait alors dans la titulature ; elle a très bien pu être le fruit d’un amalgame de la part de l’Anonyme de 311. Quant à Florentia, par rapprochement avec la titulature de Vienne, il faut envisager son octroi par les empereurs Caligula ou Claude. Pour les Éduens, son attribution témoignerait d’une largesse impériale exceptionnelle indéterminée ou bien, comme pour les Allobroges, d’une élévation au statut de colonie romaine honoraire, difficile à démontrer. Dans la liste des privilèges exceptionnels justifiant l’octroi d’une telle épithète, il faut envisager en particulier celui du ius honorum, « droit aux honneurs » accordé par Claude aux seuls Éduens en 48 de notre ère, selon les témoignages des Annales et de la table de bronze découverte à Lyon sur le site de l’Autel des Trois Gaules73.

41Il reste une dernière question : pourquoi, dans ces conditions, aucun auteur d’époque julio-claudienne n’a-t-il mentionné ce statut supposé des Éduens ? Les témoignages de Pline et de Tacite contredisent-ils nos suppositions ?

  • 74 Pour Tac., An., xi, 25, 1, le simple rappel du titre de fratres suffisait-il à souligner la dignita (...)
  • 75 Sur l’hypothèse d’une mesure claudienne d’octroi du droit latin aux cités des Trois Gaules, voir Ju (...)

42Pline se fonde, comme nous l’avons signalé à la suite de Michel Christol, sur une formula provinciale obsolète. Par ailleurs, il ne faut pas prendre pour argent comptant les propos de Tacite dans les Annales, qui justifie l’octroi du ius honorum aux Éduens par l’ancienneté du foedus et le titre de fratres populi Romani porté par ce peuple. L’historien, notre principale source, oublie sciemment – peut-être par mépris pour ces Gaulois qu’il ne porte pas dans son cœur et qu’il juge responsables de l’ampleur de la crise de 68-69 – de préciser que ces deux éléments ont permis aux Éduens de bénéficier de statuts juridiques avantageux et prestigieux, au premier plan de celui de colonie latine74. De ce point de vue, la politique de Claude semble avoir prolongé celle de ses prédécesseurs, aboutissant à une mesure d’ensemble d’octroi du droit latin aux cités des Trois Gaules les plus éminentes. La mesure, envisagée par les savants depuis Camille Jullian, semble confirmée par des travaux récents75.

Arguments complémentaires en faveur de l’attribution du statut de colonie latine

43L’hypothèse défendue peut être étayée grâce à d’autres indices relevés dans la documentation littéraire et archéologique, et qui n’ont jamais été exploités dans cette perspective.

La question des Iulii éduens

  • 76 Sur les Iulii, Drinkwater, art. cit., p. 817-850 ; Hostein, art. cit., p. 50 et suiv.
  • 77 Tel est le cas pour les descendants du chef Éporédorix mentionné par César (BG, vii, 39), cités dan (...)

44Les sources du Haut-Empire font connaître plusieurs Éduens comportant dans leur séquence onomastique le praenomen Caius suivi du nomen Iulius. Ils forment le groupe des Gallic Iulii, selon la désignation consacrée par John Drinkwater76. Un consensus semble s’être dégagé pour établir que ces Iulii éduens, comme ceux attestés dans d’autres cités des Trois Gaules (chez les Santons, par exemple), auraient reçu de César la citoyenneté romaine à titre personnel, en récompense de leurs mérites durant la conquête des Gaules et les guerres civiles77. L’interprétation d’une attribution viritane repose sur un paradigme bien ancré, selon lequel la cité des Éduens, dans la seconde moitié du ier siècle avant notre ère, n’était qu’une cité fédérée, sans droit latin. Or, l’argumentation demeure circulaire et s’appuie sur un schéma sinon contestable, du moins trop orienté car fondé sur le témoignage de Pline l’Ancien.

45Compte tenu des remarques qui précèdent, on peut envisager que certains de ces Iulii ont pu obtenir la citoyenneté à titre collectif, par le droit latin, grâce à l’exercice de magistratures dans leur cité. La proposition n’exclut pas les attributions viritanes au lendemain des événements de 52 avant notre ère ; mais en l’état, il demeure impossible de faire la part entre les deux catégories de citoyens. Les nombreux Gallic Iulii attestés chez les Éduens ont ainsi pu recevoir la citoyenneté soit par concession viritane par César, soit par attribution collective par le même personnage ou son héritier adoptif, César le Jeune (le futur Auguste), dans le cadre d’une ciuitas fédérée dotée du droit latin, entre les années 40 et 20 avant notre ère.

L’enceinte urbaine

  • 78 Sur les portes, Rebourg, art. cit., p. 166-170 (nouveautés).
  • 79 Ibid., p. 164-165. Compléments dans L’enceinte monumentale d’Augustodunum-Autun, op. cit. ; A. Fort(...)

46L’enceinte d’Augustedunum demeure l’un des monuments romains de France comptant parmi les plus impressionnants encore visibles de nos jours. La muraille était percée de quatre portes monumentales de part et d’autre du cardo et du decumanus78. Haute en moyenne de 13 mètres et épaisse de 2,40 à 2,50 mètres, elle mesurait 6 kilomètres, enserrant une aire urbaine de près de 200 hectares dont l’assiette, marquée par une forte déclinaison, impliquait d’importants travaux de terrassement. Selon les spécialistes, l’ensemble de l’ouvrage aurait nécessité l’utilisation et le maniement de 400 000 tonnes de matériaux79.

  • 80 Selon Fontenay, op. cit., p. 22 : « Ce magnifique ouvrage est donc contemporain de la fondation d’A (...)

47Harold de Fontenay, auteur d’une histoire d’Autun, fut le premier à mener une étude minutieuse du monument, fondée sur les meilleures méthodes scientifiques et archéologiques dont il disposait à la fin du xixe siècle. Selon lui, l’enceinte, de bonne facture, a été créée d’un seul jet à une date haute (sous Auguste) dans le cadre d’un plan d’ensemble cohérent et unitaire, sa création étant rattachée à la fondation ex nihilo du nouveau chef-lieu de la cité80.

  • 81 Lire les remarques de synthèse dans Rebourg, art. cit., p. 164-172, qui reprend l’ensemble de ses c (...)
  • 82 R Varène, L’enceinte gallo-romaine de Nîmes : les murs et les tours, Paris, 1992 ; en dernier lieu, (...)
  • 83 Rebourg, art. cit., p. 169-170 ; P. Gros, « Rapport de synthèse », dans Les enceintes augustéennes (...)
  • 84 Rebourg, art. cit., p. 170 et 216.
  • 85 Mises au point complètes sur les fouilles du nouvel Hôpital dans P. Bet, « Le site gallo-romain du (...)

48Les avancées récentes des méthodes de l’archéologie ont permis de confirmer et de nuancer ces remarques. Les rapports de fouilles et les articles d’Alain Rebourg81 en particulier, ainsi que des monographies consacrées à des enceintes augustéennes de Narbonnaise (thèse de Pierre Varène sur Nîmes82), tendent à confirmer les intuitions d’Harold de Fontenay. L’enceinte d’Autun fut bel et bien construite d’un seul jet, selon un plan d’ensemble cohérent et unitaire accompagné d’une volonté consciente d’accroître la monumentalité de l’ouvrage, à travers notamment le soin accordé aux portes et la présence d’un enduit blanc sur le parement interne (côté ville), sur lequel était représenté un appareillage de pierre au moyen de lignes couleur ocre. Il est difficile de déterminer si elle fut créée en même temps que la ville ou réalisée une fois son tracé défini, après la construction des principaux bâtiments publics ou même après l’achèvement des portes qui en monumentalisaient le tracé, datées assurément du milieu du règne d’Auguste83. Toujours est-il que cette enceinte a pu avoir été construite au plus tôt dans la dernière décennie du ier siècle avant notre ère, d’après des critères techniques, architecturaux et stylistiques84. Néanmoins une date plus basse n’est pas à exclure, comme le montrent les études récentes85. Quelles que soient les propositions adoptées, il faut retenir que l’enceinte d’Augustodunum offre un magnifique exemple, le seul assurément attesté, d’enceinte augustéenne – au sens d’enceinte érigée sur ordre d’Auguste – en Gaule intérieure.

  • 86 Cette communis opinio est formulée à différentes reprises par Christian Goudineau, par exemple dans(...)
  • 87 Le seul à défendre cet avis est P. Gros, « Rapport de synthèse », art. cit., p. 162 : « À vrai dire (...)
  • 88 Un autre élément pouvait rappeler dans la topographie le statut de la cité : il s’agit de l’« arx » (...)

49Pourquoi une simple cité fédérée aurait-elle bénéficié d’une enceinte de ce type, normalement accordée aux seules colonies ? La question est rarement posée en ces termes, et la majorité des spécialistes semblent avoir admis l’idée qu’il s’agissait là d’un exemple atypique, unique en réalité pour l’ensemble du monde romain86. Or, il paraît difficile d’accepter la proposition : pourquoi, en ce domaine, Augustodunum dérogerait à la règle en disposant d’une enceinte équivalente à celle de Nîmes (environ 6 km) et dépassée en longueur par les seules murailles de Trèves (6,4 km) et de Vienne (7,2 km), sans que la ciuitas ne possède le rang colonial ? Si l’on admet – comme nous tentons de le faire – que la cité était bien une colonie latine, la présence de l’enceinte monumentale entre dans un schéma acceptable87. Elle incarne alors, comme tout monument de ce genre, la dignitas de la cité des Éduens et la bienveillance du pouvoir romain à son égard. Car si le forum et les bâtiments publics (curie, temples, capitole mentionnés par Eumène) constituaient des ornamenta ciuitatis caractéristiques des communautés régies selon le modèle civique romain, l’enceinte en revanche constituait un ornamentum supplémentaire et exceptionnel, qui inscrivait et mettait en scène dans le paysage la supériorité du statut institutionnel de la communauté88.

50En adoptant ce point de vue, l’unique exemple attesté de cité pérégrine entourée d’une enceinte coloniale disparaît de la documentation et des débats.

Le statut civique d’Autun et le premier grand-prêtre provincial

  • 89 Sur l’Autel du Confluent, son origine, son rôle, son fonctionnement, Raepsaet-Charlier, art. cit., (...)
  • 90 Raepsaet-Charlier, art. cit., p. 169.

51En l’an 12 avant notre ère, Drusus fut chargé par Auguste d’effectuer une tournée d’inspection dans les Trois Gaules avant de mener campagne contre les Germains. À cette occasion, il paracheva l’œuvre d’organisation provinciale entreprise par son parent en inaugurant l’Autel du Confluent89. L’Ara Romae et Augusti, selon la dénomination officielle, fut inaugurée pour devenir le lieu de réunion du concilium Galliarum, « avatar romanisé des anciennes assemblées gauloises90 ». Cette assemblée, composée de délégués élus parmi l’élite des notables municipaux, se réunissait chaque1er août. Elle jouait un rôle politique de premier plan, qui consistait à dresser le bilan de la politique conduite par les représentants du pouvoir central, le gouverneur de Lyonnaise au premier chef, qui siégeait dans la colonie romaine de Lyon, sur la colline de Fourvière, à quelques centaines de mètres du sanctuaire de la Croix Rousse. L’assemblée pouvait alors faire entendre la voix des habitants de la Gaule intérieure auprès des empereurs, par le biais des délégués issus du concilium. Mais le conseil se réunissait avant tout devant un autel dédié à Rome et à Auguste pour la célébration de cérémonies du « culte impérial », destinées à renforcer l’adhésion au pouvoir romain.

  • 91 Les listes dressées par Maurin, Saintes antique, p. 202-204 (appendice v) sont rendues en partie ob (...)

52Les informations tirées de la documentation des ier et iie siècles, plus riches que pour l’époque des origines91, rappellent que les membres du conseil étaient systématiquement recrutés parmi les notables ayant exercé tous les honores dans leur cité, c’est-à-dire ayant parcouru la carrière locale. Le grand-prêtre (sacerdos) qui présidait aux cérémonies, une fois élu par ses pairs, comptait parmi les personnalités les plus éminentes des notables gallo-romains.

  • 92 Sur l’inauguration de l’autel et son premier grand-prêtre, D.C., liv, 32, 1 ; Liv., Per., cxxxix, c (...)
  • 93 Selon D. Fishwick, ibid., 1, p. 98, 101 et 187, « Caius Iulius Vercondaridubnus was elected by the (...)

53Or, précisément, le premier sacerdos élu – comme le rappelle Tite-Live qui emploie creatus dans une expression à l’ablatif absolu –, était un Éduen nommé C. Iulius Vercondaridubnus92. Le choix de ce notable éduen, citoyen romain, ne relevait certainement pas du hasard. Car en 12 avant notre ère, lors de l’inauguration marquée par des symboles forts aussi bien du côté du pouvoir impérial que de celui des notables gaulois en voie d’assimilation, Drusus ne bénéficiait pas d’une marge de décision importante. L’élection du premier délégué a certainement dû être appuyée par une intervention active de la part de celui-ci (une commendatio), afin de mettre en scène ce moment clé de l’expression exemplaire du consensus entre Romains et provinciaux. Drusus, en appuyant la candidature de Vercondaridubnus, a réaffirmé devant les délégués la prééminence des Éduens, fratres populi Romani, sur les autres peuples de Gallia comata93. L’opération ayant une portée symbolique et des connotations idéologiques fortes, le choix de C. Iulius Vercondaridubnus a dû être commandé par le récent statut obtenu par la cité des Éduens qui, devenue colonie latine, était la plus désignée pour donner un sacerdos à l’assemblée. Par ailleurs, à travers ce vote les autorités reproduisaient dans l’assemblée la hiérarchie poliade établie à la suite de la conquête et confirmée par la politique municipale d’Auguste. La cité des Éduens étant la seule colonie latine dont le chef-lieu était ceint d’une muraille, il était naturel que soit recruté parmi les notables de ce peuple le premier grand-prêtre du culte impérial de la province.

Autun : une « vitrine de la romanisation »

  • 94 L’expression est employée dans le plus récent guide archéologique consacré à la ville : A. Rebourg, (...)

54L’expression « vitrine de la romanisation » sert à qualifier le rôle joué par la ville d’Augustodunum en Gaule centrale94. Forgée par les Modernes, elle suggère que la cité des Éduens fut comme un poste avancé et un phare de la romanisation. Les découvertes faites à Bibracte témoignent de la précocité du phénomène, révélant en creux l’originalité de la politique césarienne tout en banalisant, de manière relative, celle d’Auguste, qui ne fit qu’emboîter les pas de son père adoptif en amplifiant et en accélérant ces réformes durant les années 30-10 avant notre ère.

  • 95 Voir, sur ces questions, P. Gros, « Nouveau paysage urbain et cultes dynastiques : remarques sur l’ (...)

55Sous Auguste, dans les années 20-10 avant notre ère, la ville faisait effectivement figure d’îlot de la romanité sur un vaste territoire récemment pacifié et en voie de conversion au modèle romain de civilisation. Autun fut donc dotée, de manière précoce et en raison d’un volontarisme évident de la part des autorités romaines, de la panoplie monumentale caractéristique des villes nouvelles, dont les principaux bâtiments avaient vocation à investir l’urbanisme des normes idéologiques augustéennes : enceinte, portes monumentales, plan orthonormé, grand forum disposant de temples en l’honneur des dieux et de la famille impériale (dont le rayonnement éclipse celui des divinités locales), et enfin, présence d’écoles95.

  • 96 Par exemple, c’est le sens de la fondation d’Augst (appelée ensuite colonia Augusta Raurica) par L. (...)
  • 97 Sur ce point, voir Jullian, op. cit., 4, p. 36 ; Raepsaet-Charlier, art. cit., p. 151 et suiv. ; C. (...)

56Les élites locales qui acceptèrent et relayèrent cette politique furent couvertes d’honneurs : les aristocrates éduens, en contact depuis longtemps avec les Romains, furent chargés par ces derniers de montrer l’exemple aux autres peuples et cités. La politique ainsi conduite en Gaule et Germantes96 n’avait rien d’original ; elle reprenait, en somme, le rôle dévolu aux colonies romaines de déduction, qui consistait à créer des espaces de romanité au sein de territoires mal intégrés97.

  • 98 Sur Eumène et les écoles, voir supra, p. 202 et suiv.
  • 99 En ce sens, P. Gros, « Rapport de synthèse », art. cit., p. 163-164 ; A. Rebourg, C. Goudineau, op. (...)

57La ville d’Augustodunum, par son prestige, par les avantages dont elle bénéficiait en raison de son attachement au modèle romain, devait inciter les autres peuples de Gaule à adhérer pleinement à ce système. En un sens, l’image du phare permet de bien rendre compte de la fonction assignée aux écoles de rhétorique connues dès le règne de Tibère. La tradition « universitaire » locale, bien documentée à la fin du iiie siècle grâce au discours d’Eumène, remontait semble-t-il à la fondation même de la cité et était liée au projet augustéen de faire d’Autun une vitrine98. Si les écoles jouèrent un rôle majeur dans l’assimilation des jeunes aristocrates gaulois, c’est l’urbanisme d’Autun considéré dans son ensemble qui paraît avoir revêtu cette fonction. La richesse des monuments et leur qualité artistique encore perceptibles aujourd’hui offraient aux yeux de ceux qui contemplaient la cité des exemples d’un art nouveau à reproduire ou à imiter, conforme idéologiquement au nouveau mode de vie poliade. À Autun, le volontarisme augustéen en matière d’urbanisme était particulièrement marqué, et les habitants en avaient conscience99. Plus de trois siècles après la fondation, l’Anonyme de 311 en conserve la mémoire quand il affirme que Constance Ier avait rétabli la communauté civique et son chef-lieu ut esset illa ciuitas prouinciarum uelut una mater, quae reliquas urbes quodammodo Romanas prima fecisset (§ 4, 4). Augustodunum fut fondée pour tenir un rôle de métropole des Gaules (au sens premier de « ville-mère » destinée à servir de modèle), à défaut d’en être la capitale administrative.

Une colonie latine ?

58Avant de mettre en perspective la portée idéologique de ce passé dans le dialogue entre Constantin et les Éduens, il convient de dresser un bilan des réflexions qui précèdent.

59Sont ici défendues des idées originales et nouvelles, tirées de la relecture des Panégyriques latins v(9) et viii(5) ainsi que de découvertes archéologiques récentes. Ces différents éléments permettent de relancer le débat, figé au xixe siècle, sur les statuts successifs de la cité des Éduens. La vulgate actuelle repose sur l’analyse sommaire du passage de Pline l’Ancien qui rapporte le statut de cité fédérée de la ciuitas Aeduorum. Or, suivre cette proposition aboutit à une impasse.

60En recontextualisant et en réhabilitant les propos d’Eumène et de l’Anonyme de 311, en croisant leur témoignage avec les découvertes archéologiques, en relisant une documentation ancienne mais jamais analysée sous cet angle, un nouveau schéma interprétatif émerge, qui consiste à reconnaître à la ciuitas Aeduorum un octroi précoce du droit latin. Certes, dans cette proposition qui vise à se substituer à la vulgate, aucune source n’apporte de preuve définitive ni déterminante. Néanmoins, en l’état de la documentation et des connaissances, elle apparaît préférable, dans la mesure où elle tient compte de toutes les sources sur la question sans faire apparaître de contradictions majeures entre elles.

Épilogue : des titres creux ?

61Comment interpréter la référence de l’Anonyme de 311 aux anciens statuts de sa cité à une époque où ceux-ci n’avaient plus de valeur juridique véritable ? S’agit-il d’une forme d’archaïsme et de snobisme de sa part ?

  • 100 C. Lepelley, « Permanences de la cité classique et archaïsmes municipaux en Italie au Bas-Empire », (...)

62De tels rappels pourraient s’interpréter comme les signes d’un conservatisme nostalgique soucieux de se rattacher à un passé brillant. Sur ce point, l’attitude des notables éduens d’époque tétrarchique apparaît conforme à celle de leurs pairs vivant en Afrique ou en Italie, régions où ces réminiscences sont fréquentes dans le formulaire des inscriptions100.

  • 101 Expression commentée supra, p. 332, n. 125.

63Pour autant, il serait réducteur d’aborder la question sous ce seul angle d’approche, car cela reviendrait à négliger la force des traditions dans le comportement des dirigeants des cités et de l’Empire, à une époque où le souvenir des privilèges concrets obtenus demeurait vivace. La génération des notables éduens contemporains des Panégyriques latins avait connu en effet la situation qui avait prévalu avant les réformes de la fin du iiie siècle. Ceux-ci pouvaient être réticents face à ces changements, en infléchir le mouvement, en comptant moins sur des droits liés aux statuts que sur des traditions incarnées dans des symboles forts comme le titre de fratres, qui justifiait par la coutume un droit à la primauté. Un recours à l’autorité supérieure, le prince, était possible, dans la mesure où il pouvait rétablir des beneficia en les octroyant non iure sed iuste101. Ces éléments cumulés semblent justifier la situation exceptionnelle traversée par la ciuitas Aeduorum à l’époque tétrarchico-constantinienne.

64Ces titres, révélateurs du conservatisme des notables, demeuraient encore utiles à la communauté civique malgré leur perte de valeur institutionnelle, revêtant même une fonction que l’on pourrait qualifier de quasi officielle. Dans des situations particulières, ils pouvaient resurgir et être invoqués pour revendiquer des droits et des privilèges auprès des autorités romaines. Le pouvoir, en acceptant d’entendre ces revendications, reconnaissait a posteriori la valeur, même symbolique, de l’argumentation. Par ailleurs, la mention de la titulature civique par l’Anonyme de 311 ne peut se comprendre qu’à la double condition de la rapprocher des extraits où il est question du titre de fratres populi Romani et de la replacer dans le contexte d’énonciation du discours.

  • 102 Sur l’exemption fiscale accordée par Constantin au peuple éduen, voir les analyses du chapitre 7.
  • 103 À la même époque, Maxence proclame dans les inscriptions et sur les monnaies qu’il est le conseruat (...)

65Les privilèges exceptionnels accordés par Constantin se justifient par le seul souci, bien réel, d’épargner à la cité la banqueroute. Une simple remise de l’arriéré aurait suffi. Or, l’empereur a en plus accordé un rabattement conséquent, à hauteur du cinquième de l’imposition globale102. Le privilège est trop important pour ne pas avoir été motivé en partie par des considérations idéologiques. Constantin a très certainement accordé cette remise d’arriérés et ce rabattement perpétuel du cinquième de l’impôt au nom de la dignité ancienne des Éduens incarnée dans leurs titres, à une époque où le souvenir des privilèges rattachés à ces statuts n’avait pas été totalement gommé. De même que l’orateur décrit la relation entre Éduens et Romains comme une relation diplomatique entre deux peuples unis par des traités officiels et placés sur un pied d’égalité, de même Constantin a accordé un bienfait en vertu des titres et de la dignitas de la cité des Éduens, dans la tradition des premiers empereurs. L’attachement à ces titres a maintenu la fiction d’une relation diplomatique que Constantin, sans être dupe, a acceptée et prolongée par ces actes, allant même jusqu’à prendre une décision contraire au droit. L’empereur, par son attitude, s’est ainsi présenté comme un restaurateur du passé, soucieux de rétablir des titres et des pratiques abolis durant les décennies précédentes103, comme l’avait fait Auguste avant lui. Constantin n’étant pas revenu sur la mesure générale d’homogénéisation du statut des cités intervenue vers la fin du iiie siècle, son geste à l’égard des Éduens fut donc un acte ponctuel et exceptionnel, accordé au titre d’une évergésie.

  • 104 Sur le rôle de Maximien après son abdication du 1er mai 305, voir Barnes, NE, p. 13. Sur sa révolte (...)
  • 105 Sur la révolte de Domitius Alexander, Barnes, op. rit., p. 14-15 ; Christol, op. cit., p. 223.
  • 106 Sur la conférence de Carnuntum (novembre 308) : Christol, op. cit., p. 220-221 ; Kuhoff, op. cit., (...)
  • 107 Sur le règne de Galère Auguste, Barnes, op. cit., p. 6 et 32. Sur Maximin Daïa, H. Castritius, Stud (...)

66Le contexte géopolitique des années 309-312 éclaire cette mesure d’exception. Constantin, au moment de sa promesse aux Éduens en 310, se trouvait en effet dans une situation délicate, qui avait conduit à saper les fondements de sa légitimité. Le vieil herculéen Maximien, révolté, avait été contraint au suicide à la fin du printemps 310, événement entraînant la rupture définitive de Constantin avec l’idéologie tétrarchique et avec Maxence, qui ne manqua pas de dénoncer l’impiété de son rival104. Ce dernier, durant l’hiver, avait repris l’Afrique à l’usurpateur Domitius Alexander, renforçant ainsi son prestige et sa position105. En Orient, la situation s’était complexifiée : Licinius, Auguste depuis la rencontre de Carnuntum du 11 novembre 308, s’était vu confier les provinces balkaniques106, alors que Galère, dernier représentant au pouvoir de la Première Tétrarchie, Senior Augustus, partageait l’Orient avec Maximin Daïa, élevé à l’Augustat au printemps 310 puis maître de cette partie de l’Empire en mai 311, à la mort du vieil Auguste107. Ainsi, en juillet 311, la situation entre les différents prétendants était devenue très tendue. La confrontation avec Maxence paraissait inévitable et d’autant plus pressante que Maximin Daïa risquait de devenir un adversaire redoutable si trop de temps lui était laissé pour rassembler ses forces en Orient.

  • 108 Baglivi, « Nota a Paneg. viii(5), 13, 4 », p. 148.
  • 109 Sur la nouvelle inflexion de la politique et de la communication de Constantin prise après l’élimin (...)

67C’est dans ce contexte de vives tensions des années 310-311, à la veille d’une série de campagnes militaires qui promettaient d’être longues et incertaines, que Constantin rendit visite aux Éduens et leur accorda ce double privilège exceptionnel. L’octroi du beneficium répondait à trois objectifs : le premier, d’ordre financier, consistait pour Constantin à alléger le fardeau fiscal de la cité des Éduens pour mieux prélever et garantir la levée du reliquat dans une situation d’urgence, puisqu’il s’agissait de financer la campagne à venir contre Maxence, prévue l’année suivante108. Le deuxième, géopolitique, visait à conforter l’assise du prince sur les provinces formant la base arrière des opérations militaires, en défendant les habitants des cités des incursions germaniques et en accordant des privilèges importants aux communautés en échange de leur fidélité. Le dernier motif, idéologique, qui rejoint le premier, consistait à transformer cette affaire en une opération de publicité où les notables éduens et Constantin apparaissaient comme les acteurs d’une mise en scène aux règles établies d’avance et offrant à chaque partie l’occasion de conforter ses propres intérêts. Pour les Éduens, l’obtention de ce double privilège fiscal permettait de réaffirmer publiquement la prééminence à laquelle ils prétendaient depuis le iie siècle avant notre ère. Ils récupéraient au passage certains avantages fiscaux perdus au iiie siècle. Pour Constantin, l’octroi de ces indulgentiae accroissait sa légitimité en l’inscrivant dans la continuité des politiques d’Auguste et de son père Constance, l’un et l’autre loués pour leur modération et leur justice car soucieux de ne pas accabler les provinciaux par des taxes ou des réformes nouvelles. Or, précisément à cette date, Constantin tirait sa légitimité de ses origines dynastiques remontant à Claude II, de sa pietas et de sa moderatio, de ses dévotions, enfin, dans le cadre du culte envers Apollon son comes, comme l’attestent les Panégyriques latins109. Constantin, par sa politique à l’égard des Éduens, pouvait espérer bénéficier d’un surplus de légitimité et montrer la voie à suivre aux légats d’autres peuples présents dans l’assistance. Bien que le mot ne soit jamais prononcé dans le Panégyrique latin viii(5), on peut considérer le discours comme un acte de fides, comme la réaffirmation devant témoins et en public d’un foedus liant le destin du prince à celui d’une communauté civique à la fidélité constante.

  • 110 CIL, xiii, 3255 (ILS, 703), inscription perdue, anciennement découverte à Reims : Imp(erator) Caesa (...)
  • 111 Aperçu du rôle joué par les Rèmes durant la conquête dans Goudineau, César et la Gaule (à l’entrée (...)

68Ce régime de faveur n’a peut-être pas été accordé aux seuls Éduens. Les Rèmes bénéficièrent de la part de Constance et de Constantin d’une politique d’implantation de barbares vaincus pour le repeuplement des campagnes, ou encore d’une importante évergésie impériale pour financer la construction des thermes monumentaux de Durocortorum-Reims110. Le lien intime qui s’était noué entre le prince et la cité, dont la nature demeure difficile à établir (un patronage ?), s’exprime avec force dans la formule de la dédicace de ces bains, élaborée autour du pronom personnel possessif dans l’expression « sa <chère> cité des Rèmes » (ciuitati suae Remorum pro solita liberalitate largitus est). Au passage, relevons que, même s’il peut s’agir d’un simple hasard dû à la transmission des sources, Constantin a privilégié dans le cadre de sa politique municipale deux peuples dont l’alliance avait été déterminante durant la conquête des Gaules111. Il souhaitait peut-être inscrire ses pas dans ceux du divin Jules, au moment même où le représentant éduen s’affirmait comme l’héritier de Diviciac.

  • 112 Sur la campagne de 312, la principale source à notre disposition demeure le Panégyrique latin ix(12 (...)
  • 113 Les bagues où figure l’inscription fidem Constantino ont été recensées et examinées en dernier lieu (...)
  • 114 Sont attestés pour le Haut-Empire les serments adressés au prince en diverses occasions : J. Le Gal (...)
  • 115 Eumène compare ainsi les éloges prononcés par les étudiants dans les écoles d’Autun aux prières adr (...)
  • 116 Le martelage du nom de Maximien fut appliqué scrupuleusement sur les milliaires de Narbonnaise : CI (...)
  • 117 CIL, xiii, 9022 (xvii-2, 495), milliaire de forme cubique découvert en 1772 près de Beaune, sur l’a (...)
  • 118 Sur les inflexions de l’idéologie politique de Constantin à cette époque, bien attestées dans les P (...)

69Courant 311 et déjà l’année précédente, avant l’engagement de la campagne italienne contre Maxence112, Constantin semble avoir conduit une politique active pour s’assurer de la fidélité des provinciaux et des troupes par divers moyens (obligation de prêter serment, etc.). Plusieurs indices le suggèrent. En premier lieu, la découverte dans les provinces germaniques de bagues en bronze et en or portant l’inscription constantino fidem, qui suggèrent par leur formulation et leur contexte de découverte que cette politique visa les milieux militaires113. Pour les civils aucune trace de ce type n’est attestée, excepté les informations livrées par l’orateur de 311 sur les rituels, prières et uota accomplis à l’occasion des festivités des quinquennalia114. D’une manière générale, le Panégyrique latin viii(5) et le discours d’Eumène offrent des témoignages uniques sur la persistance du « culte impérial » dans une cité gallo-romaine au seuil du Bas-Empire. Chacun de ces discours, dans des contextes différents certes, révèle combien ce culte élaboré autour de rituels civiques contribuait encore, à une date tardive, à renforcer la cohésion de la ciuitas Aeduorum tout en renforçant le loyalisme à l’égard des princes régnants115. Le martelage systématique du nom de Maximien Hercule, révolté en 310, sur des milliaires du territoire de la Narbonnaise a très bien pu être réalisé non seulement l’année de la mort du vieil empereur, mais encore durant l’année 311, en réponse à la politique de réhabilitation de sa mémoire orchestrée par Maxence116. Le message adressé aux populations était clair et de portée exemplaire : Constantin lançait un avertissement sans ambiguïté à ceux qui auraient pu être tentés par une éventuelle défection. De ce point de vue, la découverte sur le territoire éduen d’un milliaire attribuable à Constantin conserve peut-être le souvenir d’une politique active de marquage et de contrôle de l’espace dans les provinces occidentales à la veille de la guerre contre Maxence117. Enfin, il est assuré qu’au moment de la mort de Maximien, Constantin rompit avec l’idéologie tétrarchique d’un pouvoir collégial fondé sur l’élection divine des Joviens et des Herculiens. Pour se démarquer, il prit pour divinité tutélaire Sol-Apollon118, changement brutal que les Éduens semblent avoir compris puisqu’à deux reprises, dans les Panégyriques latins vii(6) et viii(5), les représentants de la cité tentent de tirer avantage de cette nouvelle dévotion. En creux, la publicité par les provinciaux de cet attachement au dieu protecteur du prince pouvait être interprétée comme un nouvel acte d’allégeance à son égard.

70Les leçons à tirer de l’analyse des titres revendiqués par les panégyristes sont multiples. S’ils n’avaient plus de valeur juridique en 298 et 311, ils n’en gardaient pas moins une force symbolique importante. La conjoncture particulière des années 310-311 fut exploitée à la fois par les Éduens et le pouvoir impérial, pour des raisons différentes mais avec le même objectif : ménager ses propres intérêts sans nuire à ceux des autres.

71Dans ce contexte particulier et « anormal » (en dehors des normes, au sens premier du terme) furent réactivés des pratiques et des principes voués progressivement à disparaître en raison de l’application stricte des réformes tétrarchiques. Les notables surent alors profiter de ce moment propice. Pour la dernière fois de son histoire, le peuple éduen appuya ses revendications sur ses titres antiques, pour défendre sa prééminence et les privilèges concrets qui lui étaient associés. Constantin, placé dans une situation politique inconfortable après la mort de Maximien et à la veille de la guerre contre Maxence, saisit l’occasion en se montrant magnanime, en digne héritier de la tradition du Principat. Assurément, en raison des indulgentiae octroyées, Augustodunum méritait son nouveau nom de Flauia Aeduorum.

  • 119 Peu d’informations sur la politique municipale de Maxence sont parvenues jusqu’à nous, à l’exceptio (...)

72À l’échelle de l’Empire, l’analyse du dossier révèle le caractère original de la période de transition que furent les années 306-325 pour la vie des cités, période qui consacra la fin du système collégial établi par Dioclétien et le triomphe de Constantin. Le discours de 311, dont le contenu montre que le rappel du passé ainsi que la dignitas d’une cité pouvaient justifier des entorses dans l’application du droit, permet de saisir précisément cette tension engendrée par des transformations institutionnelles rapides opposées aux mutations lentes des esprits, étalées sur deux ou trois générations. La lecture du Panégyrique latin viii(5) révèle la manière avec laquelle les notables et dirigeants contemporains ont réagi face à ces mutations, adaptant leurs discours et leurs pratiques à un nouveau cadre institutionnel. Si les réformes furent jugées nécessaires et rapidement mises en place par Dioclétien et ses collègues, leurs successeurs, dans le cadre des luttes fratricides qui les opposèrent, furent contraints d’adopter une attitude conciliante vis-à-vis des provinciaux pour s’assurer de leur soutien, ce qui revenait à en tempérer et à infléchir l’application. Une large place fut donc laissée au compromis, et le pragmatisme qui caractérise les relations entre Constantin et les Éduens semble avoir eu cours chez ses deux principaux adversaires, Maxence et Maximin Daïa, restés célèbres pour leur politique traditionnelle à l’égard des cités119.

73Une lecture des Panégyriques latins v(9) et viii(5) centrée sur des questionnements portant sur l’idéologie permet d’orienter l’enquête dans trois directions principales. D’abord, les deux discours offrent la possibilité d’étudier les représentations du prince par les notables éduens, ainsi que ses fonctions ou son « métier » à travers la description de plusieurs scènes de rencontre entre les habitants de la cité et l’empereur (chapitre 8). Dans ces discours, l’éloge du prince tel qu’il est formulé ne se réduit pas à la reprise servile du formulaire des éloges officiels émanant du pouvoir lui-même : les orateurs, chacun à leur manière, se sont réapproprié ces éléments selon les préoccupations qui étaient les leurs et selon la nature du mandat qui leur avait été confié par leurs concitoyens. Ces ambassadeurs brossent le portrait de princes incarnant la figure du bon gouvernant proche de ses sujets, bienveillant à leur égard et dont l’attitude est conforme à leurs attentes. Le consensus qui s’en dégage se lit clairement à travers les scènes de rencontre rapportées à plusieurs reprises. Ce consensus, loin de ne n’être que le témoignage d’un asservissement, constitue l’aboutissement d’un dialogue ayant conduit les Éduens à proclamer volontairement leur allégeance au prince régnant. Il faut donc admettre que la fonction de l’encomiaste est plus subtile qu’elle ne paraît de prime abord et qu’elle se prête à des lectures à plusieurs niveaux. Si l’éloge peut effectivement être l’expression d’un asservissement, il ne faut pas oublier qu’il sert aussi à amadouer et à flatter afin d’obtenir, en contrepartie, des bienfaits. L’éloge peut également servir à souligner la valeur exemplaire du destinataire et aboutir à formuler des suggestions plus ou moins explicites. Dans le dialogue établi avec les empereurs, c’est par ce biais que les Éduens exposent leur opinion sur la politique en cours, même si le propos demeure centré sur les affaires locales. En conséquence, on retiendra du dossier que le message délivré par les orateurs éduens revêtait une véritable dimension politique.

74D’un point de vue idéologique, l’utilisation du titre de fratres populi Romani a joué une place centrale dans ce dialogue continu et circulaire, même à une époque aussi avancée (chapitre 9). S’il constituait un élément fondateur de l’identité éduenne, l’un de ses « lieux de mémoire », il n’avait pourtant aucune implication juridique ni institutionnelle du point de vue des dirigeants romains. Or, il est sans cesse invoqué par chacun des panégyristes, et l’Anonyme de 31 1 va même jusqu’à rappeler les clauses du foedus aequum conclu entre Rome et les Éduens au iie siècle avant notre ère. Dans le contexte difficile qui caractérise les décennies immédiatement postérieures à la grande crise du iiie siècle, les orateurs semblent avoir utilisé le titre comme un argument d’autorité destiné à faire valoir des merita, afin d’obtenir en retour de la part des dirigeants romains des bienfaits concrets ainsi qu’une confirmation de la primauté de la ciuitas Aeduorum sur les communautés voisines.

75Enfin, une lecture attentive des passages où se trouvent rapportés le statut et la titulature présumés de la cité confirme la valeur historique des propos rapportés et souligne, comme pour fratres, l’importance de ces titres séculaires dans le dialogue avec les autorités, bien que ceux-ci n’aient plus aucune valeur juridique à cette date (chapitre 10). Le statut de cité de droit latin, obtenu peut-être dès César, puis celui de colonie latine augustéenne dotée du privilège d’enceinte, comme cela se déduit de la titulature officielle mentionnée par l’Anonyme de 311 à la fin de son discours (colonia Iulia Polia Florentia), contribuent, aux yeux des Éduens et du pouvoir romain, à conférer à cette ciuitas un rang particulier et envié, doublé d’une dignitas exceptionnelle, au sein des cités de Lyonnaise et des provinces voisines. Comme le titre de fratres, le poids du passé, le respect des préséances et de certaines formes de distinctions symboliques ont lourdement pesé dans le dénouement de ces affaires, au moins autant que les considérations juridiques et institutionnelles.

Notes

1 Sur la question des colonies de droit latin, statut original accordé exclusivement aux cités de Narbonnaise, des Trois Gaules et des Germanies, la bibliographie est vaste. Pour une première approche de la question : Jacques, Scheid, Rome et l’intégration de l’Empire, 1, p. 230-238 (bibliographie p. xli-xlii) ; Raepsaet-Charlier, « Les Gaules et les Germanies », p. 173. Sur les processus de municipalisation des Gaules et des Germanies : Cités, Municipes, Colonies, en particulier les contributions de M. Christol, « La municipalisation de la Gaule Narbonnaise », p. 1-27 (repris dans Une histoire provinciale. La Gaule narbonnaise de la fin du iie s. av. J.-C. au iiie s. ap. J.-C., Paris, 2010, p. 129-156), et de M. Dondin-Payre, « Magistratures », p. 127-230. Sur les cités de droit latin, l’exemple des Voconces a été étudié par Goudineau, Les fouilles de la maison du dauphin, p. 248-306. L’auteur a brossé un tableau très précis de l’historiographie sur la question du droit latin. On retiendra, dans cette masse de publications : H. Wolff, « Criterien für lateinische und römische Städte in Gallien und Germanien und die “Verfassung” der gallischen Stammesgemeinden », BJ, 176 (1976), p. 46-121 ; id., « Civitas und colonia Treverum », Historia, 26 (1977), p. 204-242 ; A. Chastagnol, « À propos du droit latin provincial », IVRA, 38 (1987), p. 1-24 (repris dans La Gaule romaine et le droit latin, p. 89-112) ; id.,« Le problème de la diffusion du droit latin dans les Trois Gaules et les Germanies » ; id.,« Société et droit latin dans les provinces des Alpes occidentales », dans La Gaule romaine et le droit latin, p. 143-154 et p. 181-190 ; P. Le Roux, « La question des colonies latines sous l’Empire », Ktèma, 17 (1992), p. 183-200 ; id., « Le droit latin provincial : itinéraire d’un historien », Ktèma, 26 (2001), p. 173-178 ; D. Kremer, Ius Latinum. Le concept de droit latin sous la République et sous l’Empire, Paris, 2007. Sur le sujet, le dossier des Panégyriques latins n’apporte aucune information nouvelle et nous suivrons, dans les pages à venir, les positions d’André Chastagnol en intégrant en plus l’hypothèse de Patrick Le Roux selon laquelle l’élévation au rang de colonie latine ne consistait pas seulement en une simple procédure honorifique ; elle s’accompagnait très probablement de la déduction de colons dans le cadre préexistant d’une ciuitas, quel que fût son statut antérieur. Le droit latin permettait de faire coexister colons romains et indigènes pérégrins. Surtout, toujours au sujet des colonies latines, « leur institution a [...] correspondu à l’obligation de faire cohabiter des citoyens romains numériquement minoritaires avec des populations indigènes relativement nombreuses » (P. Le Roux, art. cit. [1992], p. 200). En dernier lieu, sur le droit latin chez les Éduens, Hostein, « D’Eporedirix à Iulius Calenus », p. 65-72.

2 Sur les caractéristiques de l’épigraphie éduenne du Haut-Empire, Y. Le Bohec, « Les inscriptions des Éduens : présentation générale », dans Inscriptions Latines de Gaule Lyonnaise : actes de la table ronde de novembre 1990 organisée au Centre d’Études romaines et gallo-romaines de l’Université de Lyon lu et au Musée de la civilisation gallo-romaine, Bérard F., Le Bohec Y. éd., Paris, 1992, p. 85-90 (en particulier p. 86 sur les raisons de la disparition des inscriptions). Les rares notables éduens du Haut-Empire attestés ne le sont que par des inscriptions découvertes sur les territoires de cités voisines d’Autun : Dondin-Payre, art. cit., en particulier le tableau, p. 178-179, et les remarques, p. 174 et 179-180. Sur le sujet, lire également Woolf, Becoming Roman, p. 77-105.

3 Cette politique est présentée supra, au chapitre 4.

4 Définition de statuere : OLD, p. 1815-1816. Ce verbe apparaît de manière récurrente dans les textes de lois : 225 fois dans le seul Code Théodosien, selon un pointage effectué à partir d’O. Gradenwitz, Heidelberger Index zum Theodosianus, Berlin, 1925, p. 238.

5 Définitions d’erigere et d’animare : OLD, p. 134 et p. 616-617 ; A. Diehl, « Animare », dans ThLL, ii (1900-1906), col. 86-87 ; A. Rehm, « Erigere », dans ThLL, v (1909-1934), col. 777-786. L’auteur du Panégyrique latin viii(5), rappelant ce rétablissement une décennie plus tard, emploie le terme recreare (§ 4, 4).

6 Byzance, Antioche, Nicomédie furent punies par Septime Sévère pour leur soutien à Pescennius Niger (voir à ce sujet les remarques formulées supra aux chapitres 3, p. 107 et 4, p. 150). Les cas de la ciuitas Heracleotarum ou d’Orcistos peuvent être versés au dossier, même si la procédure de déclassement ne peut que se deviner pour ces deux cités. Sur le texte épigraphique récemment mis au jour concernant la ciuitas Heracleotarum, Lepelley, « Une inscription d’Heraclea », p. 221-231. Sur l’inscription d’Orcistos (CIL, iii, 352 = 7000 ; ILS, 6091), A. Chastagnol, « L’inscription constantinienne d’Orcistos », MÉFRA, 93-1 (1981), p. 381-416 (repris dans Aspects de l’Antiquité tardive, p. 105-142). La ciuitas Aeduorum a très bien pu subir une amputation de territoire au iiie siècle. L’hypothèse a été développée par Jean-Louis Voisin dans la CAG, 89-1 (2002), p. 175-175-178 :1 historien pense que Postume a puni la cité pour des raisons indéterminées en retranchant la partie septentrionale de son ager et en l’attribuant à une cité nouvellement créée dont le chef-lieu aurait été Autessiodurum, factuelle ville d’Auxerre.

7 Sur les ornamenta ciuitatis, voir l’article fondamental de Thomas, « Les ornements, la cité, le patrimoine », p. 263-284.

8 Sur la question d’une mesure impériale générale visant à homogénéiser les statuts des cités, voir la discussion supra, p. 154, n. 45, et p. 225, n. 17.

9 En témoignent les nombreuses sources du ive siècle où sont mentionnés les titres anciens que portaient les cités. Ces questions sont abordées plus loin, dans le cadre d’une réflexion sur les épithètes de la titulature coloniale présumée de la ciuitas Aeduorum.

10 Voir la fiche qui lui est consacrée dans l’annexe prosopographique (Anonyme 11.)

11 L’auteur du Panégyrique latin viii(5) emploie ciuitas aux § 1, 1 ; 2, 1 ; 4, 4 (2 fois) ; 5, 4 ; 7, 1 ; 11, 5 ; 14, 4-5 ; urbs aux § 2, 1 ; 4, 4 ; 7, 2 ; 7, 4 et 7, 6 ; oppidum au § 7, 2 ; respublica aux § 4, 3 et 13, 3.

12 Analyse détaillée du contexte du discours et des intentions de son auteur supra, chapitre 2.

13 Sur la procédure de changement de nom des cités : M. Rouche, « Le changement de nom des chefs-lieux de cité en Gaule au Bas-Empire », BSAF (1968), p. 47-64 ; J.-P. Callu, « Cités et provinces : des confusions toponymiques », dans La fin de la cité antique, p. 15-23.

14 Ont commenté cet extrait en détail, dans l’ordre chronologique : J. Rosny, Histoire de la ville d’Autun, connue autrefois sous le nom de Bibracte, capitale de la république des Éduens, Autun, 1802, p. 4-5 et p. 122 ; Landriot, Rochet, Discours d’Eumène, p. 5-10 (avec renvois à la bibliographie antérieure au xixe siècle) ; A. de Charmasse, « Précis historique », dans Fontenay, Autun, p. xxxiv ; Fontenay, Autun, p. 11-12 ; Roidot, « Origines d’Augustodunum », p. 269-298 ; Jullian, Histoire de la Gaule, 4, p. 36, n. 2 (commentaire expéditif et décevant) ; O. Hirschfeld, CIL, xiii, 1, p. 402, et Les Haeduens et les Arvernes, p. 17, n. 1 ; Galletier, 2, p. 83-85 ; Nixon, Rodgers, In Praise of Emperors, p. 287 ; Goudineau, dans Goudineau, Peyre, Bibracte et les Éduens, p. 196-197.

15 Selon J. Rosny, op. cit., p. 5, il faut voir dans ces épithètes « autant de monuments qui furent élevés à la flatterie et à la vanité ». Idées proches chez Landriot, Rochet, de Charmasse, de Fontenay, Roidot, Jullian, Hirschfeld, Galletier, Goudineau, dans les travaux cités à la note précedente.

16 Cette doxa a bénéficié de l’autorité de Jullian, op. cit., 4, p. 76 : « Du reste, ces villes neuves, Autun et Clermont, restèrent villes de Celtes. Nulle part dans la Gaule chevelue Auguste ne fonda de colonie. » L’idée a été constamment reprise depuis, par exemple dans une synthèse récente de qualité, particulièrement significative de l’état de la recherche sur la question : Raepsaet-Charlier, art. cit., p. 156 et 174.

17 Plin., NH, iv, 18, 107 (éd. /trad. H. Rackham, Loeb) : Lugdunensis Gallia habet [...] flumen clarum Ligerem, sed paeninsulam spectatiorem excurrentem in Oceanum a fine Ossismorum [...] ultra eum Namnetes, intuus autem Aedui foederati, Carnuti foederati.

18 A. Chastagnol, « Le problème de la diffusion du droit latin dans les Trois Gaules », dans La Gaule romaine et le droit latin, p. 182, offre une appréciation nuancée du passage d’Eumène : « Bien plus tard, à la fin du iiie siècle, Eumène déclare sans ambage qu’Autun, sa patrie, chef-lieu des Éduens, est également une colonie, ce qu’aucun autre document ne confirme : certes cette promotion de la cité pourrait être un fait récent à l’époque de Dioclétien, cependant rien n’interdit de penser qu’elle remonte beaucoup plus haut sans que les hasards de la documentation nous aient permis de l’apprendre plus tôt. » En revanche, Dondin-Payre, art. cit., p. 127-230, qui vise principalement à rassembler la documentation épigraphique des Trois Gaules sur les statuts de cités et les magistratures municipales, ne discute ni le texte d’Eumène ni celui de l’Anonyme de 311.

19 Seuls P. Gros, « Rapport de synthèse », dans Les enceintes augustéennes, p. 162, et L. Maurin, Saintes antique, p. 159, ont défendu en quelques lignes et par des cheminements différents l’affirmation d’Eumène. Ces auteurs n’excluent pas l’hypothèse d’une déduction coloniale remontant à l’époque augustéenne.

20 Décompte effectué d’après Lepelley, Les cités, 2, p. 263, 278, 301-303, 313-314, 325-326, 452-453, à partir des cités suivantes : Hadrumète, appelée colonia Concordia Vlpia Traiana Augusta Frugifera Hadrumetina dans une table de patronat datée de 321 découverte à Rome dans la maison du patron, Q. Aradius Valerius Proculus (CIL, vi, 1687 = ILS, 6111) ; Aggar, splaenda (sic) col(onia) (CIL, viii, 12145, ive siècle) ; Pheradi Maius, municipe attesté sous le Haut-Empire devenu s[plendidissim]a coloni[a] (ILTun, 251, ive siècle) ; Pupput, col(onia) Aurelia Commoda P(ia) F(elix) Aug(usta) (CIL, viii, 24093, de 312-323) ; Thaenae, colonia Aelia Augusta Mercurialis Thaenitanorum (CIL, vi, 1685 = ILS, 6111a ; même dossier que celui d’Hadrumète relatif au patronage de Q. Aradius Valerius Proculus) ; Zama Regia, colonia Aelia Hadriana Augusta (CIL, vi, 1685 = ILS, 6111e ; même dossier que le précédent) ; Timgad/ Thamuggadi, colonia Marchiana Traiana Thamogadiensis (AE, 1913, 25 = BCTH, 1912, p. lxiii ; 1913, p. ccvii-ccx et 173 ; ILCV, 387, table de patronat datée des années 360-370). Dans ce dernier cas, il s’agit d’une colonie déduite et non honoraire (Lepelley, Les cités, 2, p. 452-453). Notons pour terminer que même après la refondation de Cirta rebaptisée Constantina dans les années suivant la victoire du Pont Milvius (312), la cité continua de porter le titre de colonie, comme l’atteste CIL, viii, 7034 (ILS, 5789 ; ILAlg, ii-1, 619) : splendida colonia Constantina.

21 Ce trait de mentalité est également mis en évidence pour les notables de l’Italie tardive par C. Lepelley, « Permanences de la cité classique et archaïsmes municipaux en Italie au Bas-Empire », dans Institutions, société et vie politique, p. 353-371.

22 Christol, « Pline l’Ancien et la formula de la province de Narbonnaise », p. 45-63 (repris dans Une histoire provinciale. La Gaule narbonnaise de la fin du iie s. av. J.-C. au iiie s. ap. J.-C., Paris, 2010, p. 105-128) ; id., « La municipalisation de la Gaule Narbonnaise », p. 1-27 (repris dans op. cit., p. 129-156). Concernant ces différentes listes, on trouvera une bonne présentation de la Quellenforschung dans Nicolet, L’inventaire du monde, p. 188-190 ; Christol, « Pline l’Ancien », art. cit., p. 45-52. Les analyses de Jehan Desanges concernant les sources de Pline sur l’Afrique (voir l’introduction du Livre v de l’édition de la CUF, p. 11-27) montrent que ce dernier s’est appuyé sur trois témoignages principaux : la description littéraire d’un itinéraire suivant la côte d’est en ouest (datée des années 44-29 avant notre ère, attribuable à Varron qui s’inspirait de l’œuvre du géographe grec Poseidonios – fin du iie siècle avant notre ère) ; les commentaires et les cartes dressées par Agrippa ; les formulae prouinciarum plus ou moins mises à jour. Pour les Trois Gaules, si Pline a fait un usage systématique de ces trois catégories de sources dans ses descriptions des provinces, il semble ne pas avoir eu à sa disposition de formula prouinciae actualisée.

23 En Narbonnaise, pour comprendre le choix de Pline de classer les colonies latines parmi les oppida latina, Christol, « Pline l’Ancien », art. cit., p. 53, n. 29.

24 Le témoignage de Pline sur la Gaule chevelue repose sur des écrits à caractère administratifs laissés par Auguste. Sur le sujet, lire les analyses de Nicolet, op. cit., p. 125 (Pline semble s’être beaucoup appuyé sur les écrits personnels d’Agrippa), 189 (Pline reprend des listes sur le modèle de celles dont l’élaboration fut ordonnée par Auguste). Voir également M. Christol, « Pline l’Ancien », art cit., p. 48, n. 16, qui, en s’appuyant sur les travaux de C. Pallu de Lessert en particulier, pense que les sources de Pline concernant la description des provinces remontent à une époque comprise entre 27 et 9 avant notre ère.

25 Sur la titulature des cités, la bibliographie est très abondante mais il n’existe aucune synthèse récente, à l’exception de celle de B. Galsterer-Kröll, « Untersuchungen zu den Beinamen der Städte des Imperium Romanum », Epigraphiscbe Studien, 9, 1972, p. 44-145. Renseignements utiles mais dispersés dans J. Gascou, La politique municipale de l’Empire romain en Afrique proconsulaire de Trajan à Septime Sévère, Rome, 1972 (CÉFR, 8) ; Lepelley, Les cités, 1, p. 128-132.

26 À titre comparatif, pour s’en tenir aux régions voisines de la Lyonnaise pour la période qui s’étend de César à Hadrien, voici les principaux travaux sur les épithètes des titulatures coloniales. Pour les colonies latines de Gaule Narbonnaise, M. Christol, M. Heijmans, « Les colonies latines de Gaule Narbonnaise : un nouveau document d’Arles mentionnant la colonia Iulia Augusta Avennio », Gallia, 49 (1992), p. 37-44 ; J. Gascou, « César a-t-il fondé une colonie à Vienne ? », MÉFRA, 111-1 (1999), p. 157-165, en particulier les réflexions concernant Nîmes (colonia Augusta) et Avignon (colonia Iulia Hadriana), p. 164-165. Pour la cité d’Aix (colonia Iulia Augusta Aquae Sextiae), ILN, 3, p. 26-28 (en particulier les n. 53 et 55). Pour Apt (colonia Iulia Apta), ILN, 4, p. 21-22. Pour Arles (colonia Iulia Paterna Arelate Sextanorum), M. Heijmans, Arles durant l’Antiquité tardive : de la duplex Arelas à l’urbs Genesii, Rome, 2004 (CÉFR, 324), p. 10. Pour Narbonne, la plus ancienne colonie romaine fondée hors d’Italie (colonia Narbo Martia, puis colonia Iulia Paterna Narbo Martia, puis colonia Iulia Paterna Claudia Narbo Martia), M. Gayraud, Narbonne antique des origines à la fin du iiie siècle, Paris, 1981, p. 146-149, 177-181, 330-331. Pour Béziers (colonia Vrbs Iulia Baeterrae), M. Clavel, Béziers et son territoire dans l’Antiquité, Paris, 1970, p. 163-167. Pour Vienne (colonia Iulia Augusta Florentia Vienna), colonie latine puis romaine, ILN, 5-1, p. 37-40 ; J. Gascou, art. cit., p. 157-165. Pour Lyon, colonie romaine (colonia Copia Claudia Augusta Lugdunensis), C. Goudineau, « Note sur la fondation de Lyon », Gallia, 44 (1986), p. 171-173 ; Lugdunum, naissance d’une capitale, p. 28-49. Pour les colonies romaines et latines de la Suisse actuelle, à savoir Nyon (colonie romaine), colonia Iulia Equestris, Augst (colonie romaine), colonia Augusta Raurica, Avenches (colonie romaine), colonia Pia Flauia Constans Emerita Helvetiorum Foederata, R. Frei-Stolba, « Recherches sur les institutions de Nyon, Augst et Avenches », dans Cités, municipes et colonies, p. 29-95. Sur Cologne (colonia Claudia Ara Agrippinensium) et Xanten (colonia Vlpia Traiana) : H. Galsterer, « Kolonisation im Rheinland », dans Cités, municipes et colonies, p. 251-269 ; Eck, Köln, p. 132 et suiv. (résumé en français : id., La romanisation de la Germanie, p. 9-32). On prendra la mesure de la diversité des épithètes officielles portées par les municipes et les colonies dans B. Galsterer-Kröll, art. cit., p. 99-143. Il est difficile d’expliquer pourquoi la savante a classé la cité des Éduens dans sa liste des cités pérégrines, alors qu’elle rapporte dans le même temps les épithètes Iulia Polia Florentia mentionnées par l’orateur de 311 (p. 119). L’anomalie est flagrante : cela signifierait que cette communauté était la seule cité pérégrine du monde romain dotée d’une titulature municipale ou coloniale.

27 L’épithète fait référence à Jules César ou à Octavien entre le moment où il devint maître de la Gaule chevelue (en 40 avant notre ère) et celui où il reçut le surnom Auguste, en 27 avant notre ère. En ce sens, M. Christol, M. Heijmans, art. cit., p. 41-42, n. 35 : « une colonia Iulia peut avoir été créée à partir du moment où César le Jeune contrôla la Transalpine, et jusqu’en 27 av. J.-C. » ; J. Gascou, art. cit., p. 157-165, qui pense que l’épithète Iulia dans la titulature de Vienne ne renvoie pas à César mais à une fondation octavienne, datée approximativement entre les années 40 et 27 avant notre ère.

28 Pour la période triumvirale, le faible nombre de témoignages datés ne permet pas de mener une étude d’ensemble de la politique d’Octave à l’égard des cités de Narbonnaise et de Gaule chevelue. Par ailleurs, l’abondance documentaire de l’époque augustéenne et la communication politique très active du fondateur du Principat constituent autant d’écrans à une bonne compréhension historique de la période : J.-M. Roddaz, Marcus Agrippa, Rome, 1984 (BÉFAR, 253), p. 66-85, sur l’œuvre d’Agrippa en Gallia comata à l’occasion de son premier séjour dans les années 40-37 avant notre ère, p. 383-402, sur le second séjour de 20 à 18 avant notre ère, souvent considéré comme décisif pour la réorganisation de la province des Trois Gaules.

29 Les exemples d’attributions viritanes de la citoyenneté par César à des chefs gaulois fidèles sont bien attestés et semblent avoir été nombreux. Ses contemporains le lui ont assez reproché (Suet., Caes., 80). Goudineau, César et la Gaule, p. 339, présente les Iulii les plus célèbres mentionnés dans l’épigraphie, sur les monnaies ou dans les textes littéraires. Une étude détaillée des détenteurs du nomen Iulius a été conduite par Drinkwater, « The Gallic Iulii », p. 817-850. La politique césarienne se trouve éclairée sous un nouveau jour à la suite des fouilles archéologiques récentes effectuées à Lyon : Lugdunum, naissance d’une capitale, p. 97-110.

30 Szabó, « La basilique de Bibracte », p. 389-408, en particulier la conclusion p. 404-406. Sur le droit latin accordé à certaines cités de Gaule narbonnaise à la même époque, droit qui entraîna des transformations monumentales importantes d’anciens oppida, M. Feugères et alii, « Signes de la romanisation », RAN, 31 (1998), p. 299-353, en particulier p. 324-328. Le bâtiment est brièvement commenté et analysé par M. Reddé, « La Gaule chevelue entre César et Auguste », dans Autour de la Maison Carrée de Nîmes, p. 85-96.

31 Débats récents dans J.-C. Béal, « Bibracte-Autun, ou le “transfert de capitale” : lieu commun et réalités archéologiques », Latomus, 55-2 (1996), p. 339-367. Peyre, dans Goudineau, Peyre, op. cit., p. 169, présente la vision traditionnelle du processus.

32 La date de création habituellement admise se situe autour des années 15-10 avant notre ère : Rebourg, art. cit., p. 170 et 216. Alain Rebourg se fonde sur la datation des portes de l’enceinte, à partir de critères stylistiques, pour faire remonter la construction globale de l’enceinte à « la première moitié du règne d’Auguste ». L’enceinte d’Autun a fait l’objet de relevés dans le cadre d’un travail universitaire conduit par Armelle Fort. Plusieurs résultats ont été rendus publics dans un fascicule édité par l’INRAP : L’enceinte monumentale d’Augustodunum-Autun (Saône-et-Loire), Dijon, 2008 (Archéologie en Bourgogne, 11). En dernier lieu, A. Fort, « L’enceinte romaine d’Autun. Plan et données métrologiques à la lumière des observations récentes », Bulletin archéologique. Comité des travaux historiques et scientifiques. Antiquité, archéologie classique, 35 (2009), p. 81-95.

33 Il faut écarter l’hypothèse d’Edme Thomas selon laquelle Florentia serait une épithète fondée sur le nom d’un gouverneur romain ayant présidé au rétablissement de la cité (Histoire de l’antique cité d’Autun depuis sa fondation jusqu’à St Amator, premier évêque d’Autun, Lyon, 1640, p. 15), reprise par Landriot, Rochet, op. cit., p. 9.

34 Sur le sens deflorens ouflorentia : OLD, p. 714 ; J. Kapp dans ThLL, vi (1912-1926), col. 920-923.

35 Sur le thème du retour à l’âge d’or, central dans l’idéologie augustéenne, G. Sauron, L’histoire végétalisée. Ornements et politique à Rome, Paris, 2000, p. 30, 40-42 et 76-80.

36 Caes., BG, iv, 3, 3 : Ad alteram partem [= de la frontière du territoire des Suèves] succedunt Vbii, quorum ciuitas ampla atque florens, ut est captus Germanorum. Sur les Ubiens, Eck, La romanisation de la Germanie, p. 9-32.

37 Ainsi, l’ordo decurionum d’Vreu, en Proconsulaire, est qualifié de splendidissimus et florentissimus (AE, 1975, 877), de même que le populus de la cité de Thubursicu Numidorum (AE, 1917-1918, 26). Le futur Constance II est nobilissimus et florentissimus Caesar dans une inscription de Lambèse (CIL, viii, 2720). Dans une inscription d’Antium (CIL, x, 6656 = ILS, 5702), le règne des empereurs Valentinien, Valens et Gratien est décrit comme un imperium florens.

38 Grenade, antique Iliberris, portait le titre de municipium Florentinum gravé sur plusieurs inscriptions (par exemple dans CIL, ii, 2069 = ii2-5, 619 ; CILA, iv, 1).

39 Le nom antique de Florence apparaît dans CIL, xi, 7030 (colonia Florentia) et sous une forme abrégée dans CIL, xi, 1617 (Florentia).

40 Titulature officielle de Vienne dans CIL, xii, 2317 (ILS, 6995 ; ILN, 5-2, no 515). Sur le sens de ces épithètes, dont l’attribution doit naturellement être mise en rapport avec les différents statuts revêtus par la cité, R. Frei-Stolba, « Zum Stadtrecht von Vienna (colonia Iulia Augusta Florentia Vienna) », MH, 41 (1984), p. 81-105 ; ILN, 5-1, p. 37-40 ; J. Gascou, art. cit., p. 157-165. Christian Goudineau a émis l’hypothèse que l’épithète pouvait désigner la ville avant César, traduisant ainsi, comme pour Valentia (Valence), l’essor économique et la prospérité de la région dans la première moitié du Ier siècle avant notre ère : C. Goudineau, « La romanisation des institutions en Transalpine », Cahiers ligures de Préhistoire et d’Archéologie, 24 (1975), p. 34. Sur les évolutions du statut de Vienne, en plus des articles cités, M. Christol, « La municipalisation de la Gaule Narbonnaise », p. 1-27 (p. 22-23 sur Vienne) ; H.-G. Pflaum, « La mise en place des procuratèles financières dans les provinces du Haut-Empire romain », RHD, 46 (1968), p. 378. Ce savant a été l’un des premiers à relier cette élévation au statut colonial romain à une mesure de Caligula, en s’appuyant notamment sur les témoignages littéraires de Phil., Leg., 285, et Sen., Const., xviii, 2.

41 RPC, i, no 517 (p. 151-152). Il semble désormais assuré que ce monnayage date au plus tard de l’année 36 et non pas, comme l’avait envisagé Jean-Baptiste Giard à partir de rapprochements iconographiques avec le monnayage lyonnais, des premières années du Principat d’Auguste : J.-B. Giard, « La monnaie coloniale de Narbonne en 40 av. J.-C. », RN (1983), p. 63-72.

42 L’hypothèse d’une élévation au statut de colonie romaine honorifique dès Auguste reposait sur une erreur de datation de l’inscription CIL, xii, 2317 (ILS, 6995 ; ILN, 5-2, no 515) par HansGeorg Pflaum : Pflaum, Carrières, p. 1050, suivi d’une retractatio dans Les Fastes de la province de Narbonnaise, Paris, 1978 (Suppl. Gallia, 30), p. 204-207.

43 L’inscription dédicatoire de l’enceinte est connue par deux imposants fragments découverts en 1888 (ILGN, 262 = ILN, 5-2, no 47) : apparaissent en lettres monumentales les expressions [--- tribu]nicia potes[tate ---] et [--- m]uros portas[que ? ---]. Commentaire rapide de cette inscription dans P. André, A. Desbat, R. Lauxerois, A. Le Bot-Helly, « Données nouvelles sur la Vienne augustéenne », dans Les villes augustéennes de la Gaule, p. 64-65. Selon Roger Lauxerois, « Auguste aurait donné à la colonie encore latine de Vienne le droit de construire une enceinte et des portes – libéralité que le nouveau surnom d’Auguste aurait commémoré ». Sur les caractéristiques archéologiques et architecturales du monument, A. Le Bot-Helly, « L’enceinte de Vienne » dans Les enceintes augustéennes dans l’Occident romain, p. 51-61. Des fouilles menées en 1991 sur le cours Brillier ont permis d’établir la datation d’un tronçon de l’enceinte qui semble remonter « à la fin de l’époque augustéenne ou au début de l’époque tibérienne », sans informations complémentaires ni précisions quant aux critères de datation adoptés (ead., Gallia Informations (1996), p. 133-134).

44 Le raisonnement d’Hans-Georg Pflaum est détaillé dans les travaux cités supra, n. 40 et 42. La chronologie s’appuie sur un passage du discours de l’empereur Claude, qui rappelle que Vienne a reçu solidum ciuitatis Romanae beneficium (CIL, xiii, 1668, col. ii, 1. 14-16) après le consulat éponyme de D. Valerius Asiaticus, en l’an 35 de notre ère. Le terminus ante quem est établi à partir de l’absence d’épithète honorant Claude dans la titulature de Vienne, preuve indirecte – mais très probante – de l’absence d’intervention de ce prince dans le statut juridique de la cité. En ce sens, voir les réflexions relevées dans ILN, 5-1, p. 40, n. 199. Le séjour de Caligula à Lyon à l’hiver 39-40, qui succède à une visite d’inspection sur la frontière rhénane à l’été-automne 39, est bien attesté : Kienast, Römische Kaisertabelle, p. 85 ; Halfmann, Itinera Principum, p. 170-172.

45 Ces rivalités sont fameuses. Pour preuve, la compétition féroce à laquelle se livrèrent Vienne et Lyon, au moment de la crise de l’année 68. Tac., H., i, 65, source principale sur les événements, fait remonter la rivalité à la fondation même de Lyon, en 43 avant notre ère.

46 Sur les notables des Trois Gaules membres de l’ordre sénatorial, voir Burnand, « Senatores Romani ex prouinciis Galliarum orti », p. 387-437 ; id., Primores Galliarum, 4 vol., Bruxelles, 2005-2008 (coll. Latomus, 290, 302, 306 et 319). L’auteur relève seulement deux sénateurs susceptibles d’être d’origine éduenne, classés parmi les incerti (art. cit., p. 425-426). En revanche, chez les Allobroges, on peut citer Valerius Asiaticus (PIR1, V, 25), issu d’une des plus grandes familles de notables de Vienne et qui devint, en raison de ses liens avec la famille impériale, consul suffect en l’an 35. Sur le personnage, I. Cogitore, « Valerius Asiaticus, le plus romain des Allobroges », dans Les Allobroges. Gaulois et Romains du Rhône aux Alpes. De l’indépendance à la période romaine (4e siècle av. J.-C.-2e siècle apr. J-C.), Jospin J.-P. éd., Gollion, 2002, p. 68-71 (avec liste des sources et bibliographie sur le personnage, p. 71). Sur les notables de Vienne du ier siècle, dont plusieurs accédèrent à l’ordre équestre et même sénatorial, remarques de Jacques Gascou dans ILN, 5-1, p. 43-50.

47 Les deux expressions sont admises, en raison des modalités de la transmission du texte. Il était en effet courant, pour un copiste médiéval, de confondre les lettres « i » et « 1 » et de les faire disparaître au moment de les recopier, à plus forte raison si trois de ces lettres se succédaient. On lira donc indifféremment Polla, Polia ou Pol(l)ia. Voir à ce sujet les remarques formulées infra, n. 60.

48 La mécompréhension du texte, à laquelle il faut ajouter un certain mépris à l’égard du témoignage de ces auteurs du Bas-Empire, a laissé libre cours aux hypothèses les plus fantaisistes. Celle d’Anatole de Charmasse, dans le précis historique qui précède l’ouvrage de Fontenay, op. cit., p. xxxiv-xxxv, s’illustre par son ingéniosité et sa complexité. L’auteur expédie en deux pages à peine le commentaire des passages des Panégyriques latins v(9) et viii(5). Dès les premières lignes, le ton est donné : « Plus tard, l’adulation cherchera à effacer ce nom d’Augustodunum et à le remplacer par celui des maîtres d’un jour. » Si de Charmasse admet que l’épithète Iulia témoigne bien d’un lien privilégié entre les Éduens et César, il rejette l’idée que Polla/Polia ou Florentia aient pu revêtir une valeur officielle : « Il y a plutôt lieu de les regarder comme une annotation marginale qui, de la marge où elle a été placée sur quelque ancien exemplaire manuscrit, dans un but de rapprochement avec des changements semblables, a été jointe ensuite au texte avec la pensée de réparer une omission supposée. »

49 C. Jullian, op. cit., 4, p. 36, n. 2.

50 Par exemple, Roidot, op. cit., p. 287, η. 1.

51 Hypothèse ancienne d’Edme Thomas (op. cit.) rappelée par Landriot, Rochet, Discours d’Eumène, p. 8, et Roidot, op. cit., p. 287, mais réfutée par eux. Edme Thomas estimait que l’Anonyme de 311, qu’il identifiait à Eumène, désignait à travers ces épithètes non pas Augustodunum mais l’antique Bibracte.

52 Vespasia Polla : PIR1, V, 300. Landriot, Rochet, op. cit., p. 8, comptent parmi ceux qui ont tenté d’étayer l’hypothèse, en reprenant toujours une idée ancienne attribuée à un éditeur et commentateur anonyme de l’ouvrage inachevé d’Edme Thomas. Selon eux, l’épithète Pola ou Polla honorerait la mère de Vespasien, Polla, fille de Vespasius Pollio issu d’une famille distinguée de Nursie (Suet., Vesp., 1).

53 Sur la sœur d’Agrippa, J.-M. Roddaz, op. cit., p. 26, 28, 278 et 293.

54 Sur Cologne (colonia Claudia Ara Agrippinensium), voir H. Galsterer, art. cit., p. 251-269 ; Eck, Köln, p. 134 et suiv. (repris en français dans La romanisation de la Germanie, p. 9-32).

55 À titre d’exemple, en Afrique, on enregistre à l’époque flavienne la fondation de colonies (Ammaedara, Madaure, Sbeitla ?) ou de municipes (Bulla Regia, Lepcis Magna). Dans le cas d’Hippo Regius, l’attribution du titre de colonie honoraire est vraisemblable. Sur ces questions, C. Lepelley, « L’Afrique », dans Rome et l’intégration de l’Empire, 2, C. Lepelley dir., p. 82 (avec bibliographie) ; id., « Deux ruptures dans l’histoire de l’Afrique romaine : les Flaviens et les Vandales », Pallas, 68 (2005), p. 49-54.

56 Sur la politique municipale des Flaviens en Occident : en Espagne, P. Le Roux, Romains d’Espagne. Cités et politiques dans les provinces (iie siècle av. J.-C.-iiie siècle ap. J.-C), Paris, 1995, p. 83-87 ; dans les Germanies, M.-T. Raepsaet-Charlier, « Les institutions municipales dans les Germanies sous le Haut-Empire : bilan et questions », dans Cités, municipes, colonies, p. 271-352 ; en Afrique, M. Le Glay, « Les Flaviens et l’Afrique », MÉFRA, 80 (1968), p. 201-246.

57 Comme l’a fait justement fait remarquer Rebourg, art. cit., p. 216-218, tout en apportant quelques nuances à cette chronologie qui repose sur des observations anciennes et sur des affirmations parfois péremptoires.

58 CIL, viii, 16550 (ILAlg, i, 3120) et CIL, viii, 27850 (ILAlg, i, 3116). À titre d’hypothèse, il est permis d’attribuer à Claude une décision importante comme, par exemple, l’élévation de la cité au rang de colonie romaine au moment de la censure de l’année 48, alors même qu’il accordait aux notables éduens le ius honorum et le droit latin à l’ensemble des cités de la Gaule chevelue. La tribu Quirina constituerait un indice de la politique claudienne à l’égard de la cité.

59 Hirschfeld, op. cit., p. 17, n. 1. Même si l’on ne peut suivre les conclusions auxquelles aboutit le savant dans sa note, il avait eu une intuition clairvoyante lorsqu’il écrivait : « il se peut, pour Pollia, qu’il y ait eu plutôt confusion avec le nom de la tribu ».

60 Pour approfondir les observations formulées supra, n. 47, sur certaines inscriptions, rares au demeurant, le nom de la tribu peut apparaître sous la forme tronquée Polia : R. Cagnat, Cours d’épigraphie latine, Paris, 1914 (4e éd. augm.), p. 63.

61 Sur l’hypothèse d’un édit impérial général ayant conduit à l’homogénéisation des statuts des cités vers la fin du iiie siècle, voir supra, n. 8.

62 Sur l’Édit de Caracalla (ou Constitution antonine) connu par un unique document papyrologique (P. Giessen, i, 40) et quelques brèves allusions rapportées par des textes littéraires ou juridiques : Jacques, Scheid, op. cit., 1, p. 279-289 ; Christol, L’Empire romain du iiie siècle, p. 40-41 ; Carrié, dans Carrié, Rousselle, ERM, p. 57-65.

63 Dans une inscription découverte à Hispellum et datée de la fin des années 330 (CIL, xi, 5283 = ILS, 6623), un grand personnage de la cité, prêtre du culte impérial provincial, a fait mentionner, assurément par goût des formules archaïsantes, la tribu dans laquelle les notables de la cité étaient inscrits avant l’Édit de Caracalla – la Lemonia (C. Lepelley, « Permanences de la cité classique et archaïsmes municipaux en Italie au Bas-Empire », dans Institutions, société et vie politique, p. 355-357). Il s’agit de la dernière attestation de ce type en Occident, avec une inscription italienne récemment réinterprétée par Michel Christol, une base érigée à Canusium vraisemblablement au ιve siècle en l’honneur de L. Annius Rufus, de la tribu Oufentina (CIL, ix, 339 = ILS, 5500 ; ERC, 38), un notable particulièrement puissant et bien enraciné dans sa cité d’origine : M. Christol, A. Magioncalda, « Continuités dans la vie municipale à l’époque tardive d’après l’épigraphie de Canusium (Canosa, Italie) », dans La fin de la cité antique, p. 37.

64 Une liste de ces épithètes est dressée par B. Galsterer-Kröll, art. cit.

65 Pour l’Afrique, se reporter aux cas étudiés par J. Gascou, op. cit., p. 32, 88, 153 et 192. L’étude incontournable sur le sujet demeure celle de G. Forni, Le tribu romane, iii, 1. Le pseudo-tribù, Rome, 1985.

66 Autres exemples et attestations dans G. Forni, op. cit., p. 39-41.

67 G. Forni, ibid., p. 41. Sur la titulature de la cité, nommée à partir de Trajan colonia Vlpia Traiana Poetouio, dont les citoyens étaient inscrits dans la tribu Papiria, voir les observations des éditeurs du CIL, iii, p. 510.

68 Sur la tribu de Sinope, J. Kubitschek, Imperium Romanum Tributim Descriptum, Prague, 1889 (éd. anast., Rome, 1972), p. 252 et 271. Pour la liste des cités italiennes inscrites dans la tribu Pollia, ibid., p. 271. Une cité des Alpes maritimes fut peut-être aussi inscrite dans cette tribu : Forum Germa[norum ou –nici] (ibid., p. 123). Ce dernier cas est cependant mal assuré dans la mesure où l’attribution repose sur une seule inscription mentionnant un duumuir de la cité (CIL, v, 7832). Notons que la tribu Pollia fut donnée aussi, au moment de sa fondation, à Narbonne, considérée comme un poste avancé de la romanisation au iie siècle avant notre ère, rôle endossé par la cité des Éduens au début du Principat. Sur Narbonne, M. Gayraud, op. cit., p. 149-153.

69 Mention de citoyens romains ou de marchands sur le territoire éduen dans BG, vii, 38, 9 ; vii, 42, 1 ; vii, 42, 5-6 ; vu, 55, 5. Sur les indices archéologiques d’une présence romaine avant la conquête, voir supra, p. 359.

70 Cette caractéristique de l’épigraphie des Trois Gaules a été mise en évidence par Dondin-Payre, « Onomastique », p. 205-206 et 208-209 en particulier.

71 Voir supra, n. 58.

72 Inscription du magistrat et prêtre éduen C. Licinius Campanus découverte à Antre, en Germanie supérieure, sur le territoire des Séquanes (CIL, xiii, 5353 = AE, 1965, 341 ; 1967, 332) : C(aio) Licinio, Pompti/[n]a (tribu), Latini fil(io), Cam/[p]ano, Aeduo, salcerd(oti) iii prouin/[c]iarum Galliar(um) / [offi]cis et hono/ribus omnibus / fu[nc]to, Seq(uani) / [p]ublice.

73 Sur cette affaire mentionnée par Tacite et rapportée par la Table claudienne de Lyon, voir la bibliographie mentionnée supra, p. 95, n. 31.

74 Pour Tac., An., xi, 25, 1, le simple rappel du titre de fratres suffisait-il à souligner la dignitas et la maiestas des Éduens ? Il faut peut-être considérer son silence comme un témoignage du mépris qu’il pouvait avoir pour une entreprise permettant à des barbares, anciens ennemis de Rome, de siéger dans la vénérable assemblée dont il défendait ardemment l’éthique et les idéaux traditionnels. Dans ces conditions, Tacite n’allait pas en plus préciser que ces Gaulois vivaient dans un cadre juridiquement romain, en mentionnant le statut de colonie honoraire. Sur la Gaule et les Gaulois dans l’œuvre de Tacite, voir R. Syme, Tacitus, 1, Oxford, 1958, p. 451-464 (chapitre xxxiv, « Tacitus and Gaul »).

75 Sur l’hypothèse d’une mesure claudienne d’octroi du droit latin aux cités des Trois Gaules, voir Jullian, op. cit., 4, p. 246, l’un des premiers à la formuler. Elle a ensuite été étayée et reprise notamment par H. Wolff, art. cit., p. 46-121 ; A. Chastagnol, « Le problème de la diffusion du droit latin dans les Trois Gaules et les Germanies », dans La Gaule romaine et le droit latin, p. 181-190. Bonne mise au point sur la question dans Raepsaet-Charlier, art. cit., p. 174-175.

76 Sur les Iulii, Drinkwater, art. cit., p. 817-850 ; Hostein, art. cit., p. 50 et suiv.

77 Tel est le cas pour les descendants du chef Éporédorix mentionné par César (BG, vii, 39), cités dans deux inscriptions souvent commentées (CIL, xiii, 2728 et 2805) : Drinkwater, art. cit., p. 821-821-822 ; Goudineau, dans Goudineau, Peyre, op. cit., p. 189-193 ; Hostein, art. cit., p. 50 et suiv.

78 Sur les portes, Rebourg, art. cit., p. 166-170 (nouveautés).

79 Ibid., p. 164-165. Compléments dans L’enceinte monumentale d’Augustodunum-Autun, op. cit. ; A. Fort, art. cit.

80 Selon Fontenay, op. cit., p. 22 : « Ce magnifique ouvrage est donc contemporain de la fondation d’Augustodunum. L’unité de sa construction... »

81 Lire les remarques de synthèse dans Rebourg, art. cit., p. 164-172, qui reprend l’ensemble de ses conclusions sur l’enceinte, en particulier sa contribution en collaboration avec] J.-P. Guillaumet, « L’enceinte d’Autun », dans Les enceintes augustéennes dans l’Occident romain, p. 41-49. Voir en dernier lieu L’enceinte monumentale d’Augustodunum-Autun, op. cit. ; A. Fort, art. cit.

82 R Varène, L’enceinte gallo-romaine de Nîmes : les murs et les tours, Paris, 1992 ; en dernier lieu, P. Gros, « Les villes d’Auguste en Narbonnaise. Nouvelles recherches sur Arles et Nîmes », dans Autour de la Maison Carrée à Nîmes, p. 111. Sur l’enceinte de Reims, S. Fichtl, « Des capitales de cités gauloises aux chefs-lieux de province : le cas de Reims-Durocortorum », dans Simulacra Romae, p. 295-306.

83 Rebourg, art. cit., p. 169-170 ; P. Gros, « Rapport de synthèse », dans Les enceintes augustéennes dans l’Occident romain, p. 159, ont souligné l’importance de s’interroger sur la contemporanéité de la construction de l’enceinte et d’autres équipements monumentaux.

84 Rebourg, art. cit., p. 170 et 216.

85 Mises au point complètes sur les fouilles du nouvel Hôpital dans P. Bet, « Le site gallo-romain du nouvel Hôpital d’Autun », Archéologia, 316 (2006), p. 78-85 ; R Be t, J. Boislève, « Un palais du Bas-Empire sur le site du ‘nouvel hôpital’ d’Autun », dans Hommes de feu, hommes du feu. L’artisanat en pays éduen, p. 184-195.

86 Cette communis opinio est formulée à différentes reprises par Christian Goudineau, par exemple dans Les fouilles de la maison au dauphin, p. 268, n. 154, et dans les pages de l’Histoire de la France urbaine, 1. La ville antique, Paris, 1980, p. 245.

87 Le seul à défendre cet avis est P. Gros, « Rapport de synthèse », art. cit., p. 162 : « À vrai dire, rien ne permet d’affirmer, comme le rappelle Louis Maurin, qu’Augustodunum, appelée colonia par le rhéteur Eumène, ne devait pas cet honneur à une promotion ancienne [...] et l’on a quelque peine à imaginer qu’un rempart aussi vaste et aux accès aussi soignés ait été concédé à une cité pérégrine. » L’auteur emprunte une idée à P.-A. Février, « Enceinte et colonie. De Nîmes à Vérone, Toulouse et Tipasa », Revue d’études ligures, 35 (1969), p. 277-286. Si le questionnement et l’intuition première de ce savant, qui opérait un lien entre l’existence d’une enceinte et le statut colonial, demeurent pertinents, le schéma qui en découle ne peut être étendu systématiquement à toutes les cités disposant d’une enceinte. En effet, il faut considérer l’octroi d’une enceinte par un empereur comme un privilège supplémentaire associé à un statut juridique de type romain préexistant (contra Goudineau, Les fouilles de la maison au dauphin, p. 269, n. 154), privilège qui n’était pas accordé systématiquement à une collectivité élevée à statut supérieur. L’exemple de Vienne est suggestif : il semble que l’octroi de l’enceinte ait été considéré par Auguste comme un privilège accordé à la colonie latine pour récompenser la bonne intégration des élites locales, insuffisante cependant à cette date pour obtenir le statut de colonie romaine honoraire. Dans ce cas, le privilège d’enceinte constitua une étape vers un statut plus avantageux obtenu ultérieurement. Auguste a pu l’octroyer également afin de distinguer Vienne des autres cités de Narbonnaise.

88 Un autre élément pouvait rappeler dans la topographie le statut de la cité : il s’agit de l’« arx » située au sud de l’emprise urbaine, séparée d’elle par une enceinte et surplombant le reste de la ville (voir le plan d’Autun, fig. 1 supra p. 144). Le schéma d’urbanisme correspondrait ainsi, dans ses grandes lignes, à celui des colonies latines républicaines d’Italie, qui reposait sur une dichotomie entre l’« arx » (l’espace militaire, la citadelle) et les espaces urbanisés civils et augurés. Voir supra, chapitre 8, n. 67.

89 Sur l’Autel du Confluent, son origine, son rôle, son fonctionnement, Raepsaet-Charlier, art. cit., p. 169-171 ; C. Delaplace, J. France, Histoire des Gaules (vie s. av. J.-C./vie s. ap. J.-C.), Paris, 2005, p. 93-95 ; D. Fishwick, op. cit., 1-1, p. 97-137 ; 3-3, p. 205-127.

90 Raepsaet-Charlier, art. cit., p. 169.

91 Les listes dressées par Maurin, Saintes antique, p. 202-204 (appendice v) sont rendues en partie obsolètes par W. Van Andringa, « Prêtrises et cités dans les Trois Gaules et les Germanies au Haut-Empire », dans Cités, municipes, colonies, p. 425-446, reprenant des éléments de sa thèse, La religion en Gaule romaine. Piété et politique (ier-iiie siècle apr. J.-C.), Paris, 2002, p. 208-209. Si les Éduens C. Iulius Vercondaridubnus (Liv., Per., cxxxix), C. Licinius Campanus (CIL, xiii, 5353 = AE, 1965, 341 ; 1967, 332) et l’anonyme mentionné dans CIL, xiii, 1714 sont assurément attestés en qualité de prêtres de l’Autel du Confluent, il faut en revanche exclure l’anonyme de CIL, xiii, 2870 – un s[a]/[ce]rdos Aug[usti --] – et celui de CIL, xiii i, 11250 – un sacerd(os) Romae et Aug(usti) –, tous deux prêtres municipaux du culte impérial.

92 Sur l’inauguration de l’autel et son premier grand-prêtre, D.C., liv, 32, 1 ; Liv., Per., cxxxix, commentés par D. Fishwick, op. cit., 1, p. 97-102.

93 Selon D. Fishwick, ibid., 1, p. 98, 101 et 187, « Caius Iulius Vercondaridubnus was elected by the Gallic leaders rather than chosen by Drusus ». Mais est-il judicieux d’opposer ainsi l’élection et l’intervention probable de Drusus dans l’affaire ? C. Iulius Vercondaridubnus fut très certainement élu selon des procédures conformes aux règles en vigueur, ce qui n’empêchait pas pour autant la pratique de la commendatio, courante à Rome pour n’importe quel type d’élection.

94 L’expression est employée dans le plus récent guide archéologique consacré à la ville : A. Rebourg, C. Goudineau, Autun antique, Paris, 2002, p. 8 et 13. La ville est souvent présentée comme une réplique miniature de Rome, comme une « émule de Rome » (Landriot, Rochet, op. cit., p. 14).

95 Voir, sur ces questions, P. Gros, « Nouveau paysage urbain et cultes dynastiques : remarques sur l’idéologie de la ville augustéenne à partir des centres monumentaux d’Athènes, Thasos, Arles et Nîmes », dans Les villes augustéennes de la Gaule, p. 126-140. L’auteur souligne l’importance, aussi bien dans les villes nouvelles qu’anciennes, de l’emprise d’Auguste au profit de sa personne et de sa famille dans les lieux centraux (forum, capitole), subordonnant à cette idéologie dynastique tous les monuments préexistants.

96 Par exemple, c’est le sens de la fondation d’Augst (appelée ensuite colonia Augusta Raurica) par L. Munatius Plancus, dont la création dans ce secteur septentrional visait à défendre l’imperium Romanum des incursions des Rhètes, comme le rappelle Raepsaet-Charlier, art. cit., p. 152. N’était-ce pas le cas de toutes les colonies romaines fondées en Gaule, dont la vocation principale était, comme pour Narbonne, d’être un « observatoire et rempart du peuple romain », pour reprendre le bon mot de Cicéron (Cic., Font., v, 13 : Narbo Martius, colonia nostrorum ciuium, specula populi Romani ac propugnaculum ; éd./trad. A. Boulanger, CUF) ? Seule exception, et non des moindres, Lyon, qui fut fondée pragmatiquement par Plancus en 43 avant notre ère, sur un site au départ peu favorable. La colonie ne dut ensuite sa fortune qu’au volontarisme politique des dirigeants romains, d’Octave-Auguste en particulier. Voir les remarques formulées par Christian Goudineau dans Aux origines de Lyon, Goudineau C. éd., Lyon, 1989 (DARA 2. Série Lyonnaise, 1), p. 35 et 119-120, qui reprenait et confirmait une hypothèse émise par J. F. Drinkwater, « Lugdunum natural capital of Gaul », Britannia, 6 (1975), p. 133-140. Ces réflexions sont désormais éclairées d’un jour radicalement nouveau grâce aux fouilles récentes conduites sur place : Lugdunum, naissance d’une capitale, Gollion, 2005.

97 Sur ce point, voir Jullian, op. cit., 4, p. 36 ; Raepsaet-Charlier, art. cit., p. 151 et suiv. ; C. Delaplace, J. France, op. cit., p. 96-97.

98 Sur Eumène et les écoles, voir supra, p. 202 et suiv.

99 En ce sens, P. Gros, « Rapport de synthèse », art. cit., p. 163-164 ; A. Rebourg, C. Goudineau, op. cit., p. 36-39.

100 C. Lepelley, « Permanences de la cité classique et archaïsmes municipaux en Italie au Bas-Empire », dans Institutions, société et vie politique, p. 353-371.

101 Expression commentée supra, p. 332, n. 125.

102 Sur l’exemption fiscale accordée par Constantin au peuple éduen, voir les analyses du chapitre 7.

103 À la même époque, Maxence proclame dans les inscriptions et sur les monnaies qu’il est le conseruator Vrbis, précisant même Vrbis suae voir B. H. Warmington, « Aspects of the Constantinian Propaganda in the Panegyrici Latini », TAPhA, 104 (1974), p. 371-372 ; Cullhed, Conseruator Vrbis suae, en particulier p. 45-67, sur le rôle joué par la restauration et la sauvegarde de Rome dans l’idéologie et la communication politique de Maxence. Sur Maxence, bibliographie récente dans P. Porena, « L’Italia prima di Ponte Milvio e la carriera di Caecilianus », Epigraphica, lxviii (2006), p. 117-154 ; W. Oenbrink, « Maxentius als conservator urbis suae. Ein antitetrarchisches Herrschaftskonzept tetrarchischer Zeit », dans Die Tetrarchie, p. 169-204.

104 Sur le rôle de Maximien après son abdication du 1er mai 305, voir Barnes, NE, p. 13. Sur sa révolte, voir N. Baglivi, « Osservazioni su Paneg. vii(6), 9 », Orpheus, 7 (1986), p. 329-337. Sur la brouille entre le père et le fils, qui n’eut lieu qu’au printemps 308, Christol, op. cit., p. 220 et suiv. ; Cullhed, op. cit., en particulier p. 43 ; présentation synthétique du contexte des années 308-311 dans Kuhoff, Diokletian un die Epoche der Tetrarchie, p. 841-881. Alors qu’en 310, Constantin faisait marteler le nom de son beau-père sur des milliaires de Narbonnaise (voir les remarques ci-dessous), Maxence répondait à son concurrent direct en faisant frapper des monnaies de commémoration pour honorer son défunt père, dans le cadre d’un message légitimant à caractère fortement dynastique : voir Cullhed, op. cit., p. 53-55, avec références aux monnaies (p. 53, n. 233) et photographie de l’une d’entre elles (p. 55, fig. 12). Lire également les analyses brèves mais pertinentes de N. Baglivi, art. cit., p. 335, n. 30.

105 Sur la révolte de Domitius Alexander, Barnes, op. rit., p. 14-15 ; Christol, op. cit., p. 223.

106 Sur la conférence de Carnuntum (novembre 308) : Christol, op. cit., p. 220-221 ; Kuhoff, op. cit., p. 826-840. À l’issue de cette réunion, le collège impérial officiel était composé ainsi : étaient Augustes Galère et Licinius, Césars Maximin Daïa et Constantin, bien que ce dernier se proclamât toujours Auguste en son domaine. Quant à Maxence, il fut sommé de déposer la pourpre. Sur ces questions, voir Barnes, op. rit., p. 5.

107 Sur le règne de Galère Auguste, Barnes, op. cit., p. 6 et 32. Sur Maximin Daïa, H. Castritius, Studien zum Maximinus Daia, Kallmünz, 1969 ; Barnes, op. cit., p. 65-67 ; B. Bleckmann, « Maximinus Daia », dans Der Neue Pauly, 7 (1999), col. 1071-1072 ; S. Mitchell, « Maximinus and the Christians in a.d. 312. A new latin inscription », JRS, 78 (1988), p. 105-124.

108 Baglivi, « Nota a Paneg. viii(5), 13, 4 », p. 148.

109 Sur la nouvelle inflexion de la politique et de la communication de Constantin prise après l’élimination de Maximien en 309, réactivant le principe dynastique (par l’évocation de Constance et de l’ancêtre Claude II) et plaçant Apollon/Sol Inuictus au cœur de la politique religieuse du prince (voir le Panégyrique latin vii(6) de 310), Christol, op. cit., p. 221-222 ; F. Chausson, « La généalogie du prince dans la pratique de l’éloge impérial aux iiie-vie siècles », dans L’éloge du prince, p. 105-123 (position développée dans Stemmata Aurea. Constantin, Justine, Théodose, Rome, 2007, p. 25 et suiv.) ; Kolb, Herrscherideologie, p. 59-61, 63-72 et 196-200. Sur les monnaies au type de Sol Inuictus frappées en abondance dans tous les ateliers placés sous le contrôle de Constantin, voir, par exemple, RIC, 101-102 ; 113-115... (Londres) ; RIC, 826, 865-876... (Trèves) ; RIC, 307-312 (Lyon). Désormais, à la suite des réflexions de François Chausson et d’A. Lippold, « Constantius Caesar, Sieger über die Germanen Nachfahre des Claudius Gothicus ? », Chiron, 11 (1981), p. 347-369, le doute généralement jeté sur le lien familial entre Constantin et Claude II apparaît en réalité comme une construction historiographique. En conséquence, il n’existe aucune raison valable de remettre en cause le témoignage des sources antiques jugées fiables sur cette question, en particulier l’Origo Constantini imperatoris, i, i (éd./trad. I. König) : Constantius, diui Claudi optimi principis nepos ex fratre.

110 CIL, xiii, 3255 (ILS, 703), inscription perdue, anciennement découverte à Reims : Imp(erator) Caesar Flau(ius) Constantinus max(imus) / Aug(ustus) sempiternus diui Constanti Aug(usti) Pii filius / toto orbe uictoriis suis semper ac feliciter celebrandus / thermas fisci sui sumptu a fundamentis coeptas ac peractas / ciuitati suae Remorum pro solita liberalitate largitus est.

111 Aperçu du rôle joué par les Rèmes durant la conquête dans Goudineau, César et la Gaule (à l’entrée Rèmes dans l’index). Les notables de ce peuple légitimiste jouèrent un rôle essentiel dans l’apaisement de la crise de l’année 69 à l’occasion de l’assemblée des peuples des Trois Gaules tenue dans leur chef-lieu, Durocorturum-Reims. Le discours prononcé alors par Iulius Auspex, e primoribus Remorum, est rapporté par Tacite : Tac., H., iv, 69, 1-3.

112 Sur la campagne de 312, la principale source à notre disposition demeure le Panégyrique latin ix(12) de 313, dont l’auteur est anonyme. Sur le déroulement de la campagne, l’étude incontournable, Μ. A. Levi, « La campagna di Costantino nell’Italia settentrionale (a. 312) », Bolletino Storico-Bibliografico Subalpino, 36 (1934), p. 1-5, doit désormais être complétée par celle de G. Mennella, « La campagna di Costantino nell’Italia nord-occidentale : la documentazione epigrafica », dans L’armée romaine de Dioclétien à Valentinien Ier, p. 359-369.

113 Les bagues où figure l’inscription fidem Constantino ont été recensées et examinées en dernier lieu par L. Schwinden, « Kaisertreue. Ein weiterer Fingerring mit Inschrift fidem Constantino », Funde und Ausgrabungen im Bezirk Trier, 27 (1995), p. 39-45. L’auteur pense avec raison qu’il s’agit d’une acclamation à cause de l’emploi de fides à l’accusatif (p. 45) : il faut envisager une expression du type (pro) fidem Constantino ou (do/damus) fidem Constantino. On peut rapprocher cette acclamation de celle qui se trouve sur une fibule en or découverte à Turin, dont le texte quasiment contemporain précise (ILS, 681) : Constantine Caes(are), uiuas ! Herculi Caes(are), uincas ! En dernier lieu, ces bijoux ont fait l’objet d’une importante notice dans Constantino il grande. La civiltà antica al bivio tra Occidente et Oriente, Donati A., Gentili G. éd., Milan, Rimini, 2005, p. 226-228, notices nos 38 et 39.

114 Sont attestés pour le Haut-Empire les serments adressés au prince en diverses occasions : J. Le Gall, « Le serment à l’empereur : une base méconnue de la tyrannie impériale sous le Haut-Empire », CCG, 1 (1990), p. 165-180 (avec texte et traduction des principaux serments attestés, p. 174-180) ; F. Hurlet, « Le consensus et la concordia en Occident (ier-iiie siècles ap. J.-C.). Réflexions sur la diffusion de l’idéologie impériale », dans Hommage à Claude Lepelley, p. 171-173. Une soixantaine d’années avant l’avènement de Constantin, Trajan Dèce, dans un moment de crise, afin de renforcer l’adhésion des provinciaux à sa personne, avait également mené une politique active et volontariste de restauration des cultes, en promulguant un édit général d’obligation de sacrifier, daté probablement du 3 janvier 250, jour des uota annuels. Voir à ce sujet Christol, op. cit., p. 120-122.

115 Eumène compare ainsi les éloges prononcés par les étudiants dans les écoles d’Autun aux prières adressées aux dieux pour la protection des empereurs dans le Capitole situé à proximité (Panégyrique latin v(9), 10, 2 et 20, 1). Eumène lui-même procède à un acte de deuotio pour le salut des Tétrarques (§ 16, 5). Sur les origines du culte impérial : D. Fishwick, op. cit., 1-1, p. 1-93. Sur le culte durant le Haut-Empire, synthèse dans Jacques, Scheid, op. cit., 1, p. 43-44 et 122-124. L’acte d’Eumène doit être mis en rapport avec la multiplication des deuotiones émanant d’officiels à l’époque tétrarchique, bien attestées dans le formulaire de l’épigraphie à travers l’expression deuotus numini maiestatique eius (ou eorum si plusieurs empereurs sont honorés). À titre indicatif, c’est la formule utilisée par le contemporain et égal d’Eumène, Valerius Concordius (PLRE, i, Concordius 4, p. 219), dux, uir perfectissimus, pour honorer Constance et ses collègues sur les bases d’un groupe statuaire de Trèves (CIL, xiii, 3672). Sur cette formule, Chastagnol, « Le formulaire », p. 35-36 ; W. Eck, « Deuotus numini maiestatique eorum. Repräsentation und Propagierung der Tetrarchie unter Diocletian », dans Medien in der Antike. Kommunikative Qualität und normative Wirkung, Von Hesberg H., Thiel W. éd., Cologne, 2003, p. 51-62. Sur la deuotio, voir J. Scheid, La religion des Romains, Paris, 1998, p. 90-91. Une mention du culte rendu aux images impériales présentes partout en Occident apparaît dans le Panégyrique latin iv(8), 15, 6 et, à la même époque, en Orient dans le Corpus Hermeticum, xviii, 16. Ces passages sont commentés par S. R. F. Price, Rituals and Power. The Roman Imperial Cult in Asia Minor, Cambridge, 1984, p. 196 et suiv.

116 Le martelage du nom de Maximien fut appliqué scrupuleusement sur les milliaires de Narbonnaise : CIL, xii, 5463 ; 5470 (ILS, 684) ; 5490 ; 5508 ; 5512-5513 ; 5540 ; 5555. Maxence répondit avec opportunisme et cynisme à Constantin en se réappropriant la mémoire de son défunt père, avec lequel il était pourtant brouillé depuis 307. Maxence fit notamment frapper des monnaies de consécration : Cullhed, op. cit, p. 53-55.

117 CIL, xiii, 9022 (xvii-2, 495), milliaire de forme cubique découvert en 1772 près de Beaune, sur l’antique voie reliant Autun à Besançon. Disparu depuis, il est connu grâce à un bon croquis reproduit dans l’ouvrage de l’abbé Gandelot, Histoire de la ville de Beaune et de ses Antiquités, Dijon, 1772, p. xliv. L’inscription, soignée, était gravée au milieu d’une couronne. Son formulaire renvoie sans ambiguïté à l’époque tardive (fin du iiie ou courant du ive siècle) : [Imp(eratori) ---] / --- / bono / rei publ(icae) / nato / leugas xxiii. L’attribution à Constantin plutôt qu’à un autre empereur du ive siècle paraît la plus vraisemblable en raison de la belle qualité de la gravure et de la forme parallélépipédique du support, comparable aux milliaires cubiques découverts en Italie sur la uia Appia et attribués à Constantin (CIL, x, 6080 ; 6222 ; 8419) par rapprochement avec des milliaires de ce prince au formulaire identique mis au jour le long de la même voie (CIL, x, 6915 ; 6929), en raison enfin du formulaire qui, en Gaule ou en Narbonnaise, se rapporte dans un cas sur deux à ce prince. Voir en ce sens les remarques d’É. Thévenot, Les voies romaines de la cité des Éduens, Bruxelles, 1969 (coll. Latomus, 98), p. 127-129. On peut supposer également, avec les réserves de rigueur, que ce milliaire fut érigé et gravé lors de la visite du prince à Autun en 310-311.

118 Sur les inflexions de l’idéologie politique de Constantin à cette époque, bien attestées dans les Panégyriques latins, voir B. H. Warmington, « Aspects of the Constantinian Propaganda in the Panegyrici Latini », TAPhA, 104 (1974), p. 371-384 ; M. Franzi, « La propaganda costantiniana e le teorie di legittimazione del potere nei Panegyrici Latini », AAT, 114-2 (1980), p. 25-37, en particulier p. 30-35. Voir aussi Christol, op. cit., p. 221-222, qui fait référence aux monnaies à l’effigie de Sol et d’Apollon. Sur l’idéologie solaire, en dernier lieu, on consultera S. Berrens, Sonnenkult und Kaisertum von den Severern bis zu Constantin I. (193-337 n. Chr.), Stuttgart, 2004 (Historia Einzelschriften, 185) ; I. Tantillo, « L’impero della luce : riflessioni su Costantino e il Sole », MÉFRA 115-2 (2003), p. 985-1048 ; M. Bergmann, « Konstantin und der Sonnengott. Die Aussagen der Bildzeugnisse », dans Konstantin der Grosse. Geschichte, Archäologie, Rezeption, Demandt A., Engermann J. éd., Trèves, 2006, p. 143-161.

119 Peu d’informations sur la politique municipale de Maxence sont parvenues jusqu’à nous, à l’exception de celles, très négatives voire franchement hostiles, transmises par des auteurs pro-constantiniens et/ou chrétiens : Cullhed, op. cit., p. 71-73. Sur la politique de Maximin Daïa, en revanche, la documentation est beaucoup plus riche : H. Castritius, Studien zum Maximinus Daia, Kallmünz, 1969, p. 48-62 (Chap. 3, « Die Rolle der Städte und des heidnischen Religionsbetriebes im Reichsteil des Maximinus Daia ») ; Barnes, NE, p. 5-7, 65-68 (bibliographie n. 82, p. 65) ; B. Bleckmann, « Maximinus Daia », dans Der Neue Pauly, 7 (1999), col. 1071-1072 ; S. Mitchell, « Maximinus and the Christians in a. d. 312. A new latin inscription », JRS, 78 (1988), p. 105-124. Sur le monnayage qualifié de « pseudo-autonome » attribué désormais à Maximin Daïa et qui témoigne bien de la politique « réactionnaire » menée par ce prince en faveur des cités relevant de son domaine, J. Van Heesch, « Une frappe semi-autonome sous Maximin Daïa », RBN, 121 (1975), p. 98-108 ; id., « The last civic coinage and the religious policy of Maximinus Daza (ad 312) », NC, 153 (1993), p. 65-75 (pl. 11).

Table des illustrations

Légende Fig. 3 : Le complexe monumental de Bibracte. La « basilique » et les deux « forums » (d’après Vestiges et création architecturale sur l’oppidum de Bibracte (Sâone-et-Loire, Nièvre), Dijon, 2009, p. 7, fig. 4).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/9218/img-1.jpg
Fichier image/, 104k

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540