Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Capitales culturelles, capitales symboliques

 | 
Christophe Charle
, 
Daniel Roche

Cinquième partie. Capitales et commerce des lettres

Parisianisme ou provincialisme culturel ?

Les sociétés savantes et la capitale dans la France du XIXe siècle

Jean-Pierre Chaline

Texte intégral

1Dans ce colloque axé sur la notion de « capitale culturelle » dont Paris, du fait de la centralisation française, apparaît comme l’expression la plus accomplie en Europe, notre propos ne vise assurément pas à remettre en cause l’évidence d’une primauté qui, depuis longtemps, s’impose et a pu dès lors constituer un modèle pour les États voisins. L’idée que l’on développera ici est cependant que, même en France, cette domination culturelle de la capitale n’a pas été sans susciter certaines résistances de la part de ce qu’on appelle avec quelque dédain chez nous la « province ».

  • 1 A. Corbin, « Paris-province », in P. Nora (dir), Les Lieux de mémoire III, Les France, vol. 1, Par (...)
  • 2 D. Roche, Le Siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Pa (...)
  • 3 J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, xixe-xxesiècles, Paris, (...)

2Pour ce dernier concept, renvoyons aux pages éclairantes d’Alain Corbin dans les Lieux de mémoire. Sous le titre « Paris-province »1, notre collègue montre comment, dès le « Grand Siècle », un microcosme parisien développa ce thème d’une « province » définie négativement par un manque, un éloignement qui la marginalisent irrémédiablement : type de représentation dont nous sommes les héritiers – ainsi serai-je moi-même contraint de justifier d’abord l’intérêt, nullement évident pour beaucoup de nos contemporains, du sujet que je vais traiter – et qui s’est imposé souvent aux provinciaux eux-mêmes. Daniel Roche ne suggère-t-il pas, à propos des académies provinciales de l’Ancien Régime2, qu’elles exprimaient plus peut-être une volonté d’imitation du modèle parisien qu’un véritable dynamisme culturel local ? C’est aborder là le cas d’un type d’associations cultivant les lettres, les sciences ou les arts, dont le prolongement et l’épanouissement, au xixe siècle, me paraissent mériter l’intérêt et dont les réactions, face à l’emprise parisienne, diffèrent alors sensiblement de ce qu’elles pouvaient être avant 893.

  • 4 Rapport de Grégoire in Procès-verbaux du Comité d’Instruction publique de la Convention Nationale, (...)

3La Révolution, en effet, devait balayer ces groupements par trop liés aux élites ou aux institutions de l’Ancien Régime. Ils étaient une centaine à caractère « savant » : 37 académies dont 33 en province, des sociétés d’agriculture (19 en province, plus 29 « bureaux secondaires »), des sociétés de médecine, etc., toutes expressions largement provinciales de l’esprit des Lumières. La Convention règle leur sort le 8 août 1793, suivant l’abbé Grégoire pour qui, « institution parasite, le fauteuil académique doit être renversé. »4 D’où un décret « portant suppression de toutes les Académies et Sociétés littéraires patentées ou dotées par la Nation » et organisant la confiscation de leurs biens.

  • 5 Pour ce développement numérique et l’extension géographique des sociétés savantes, cf. J.-P. Chali (...)

4C’est de cette table rase que tout va repartir, les principes de liberté affirmés par la Constitution de l’an III ouvrant les perspectives d’une renaissance sur des bases juridiques nouvelles. L’art. 300 de cette constitution – celle du Directoire – proclame en effet que « les citoyens ont le droit de former des établissements particuliers d’éducation et d’instruction ainsi que des sociétés libres pour concourir au progrès des sciences, des lettres et des arts ». Les régimes suivants seront plus restrictifs quant à cette liberté d’association, mais tous se montreront ouverts aux demandes d’autorisation présentées par ce qu’on appelle désormais les « sociétés savantes ». D’où l’essor continu de celles-ci tout au long du xixe siècle : déjà au nombre d’une centaine à la fin de l’Empire, dont 80 dans les départements, elles passent à 300 à la fin de la Monarchie de juillet, 470 à la veille de Sedan, enfin 800 à la Belle Epoque, dont les 4/5 en province5.

5Car c’est là l’autre fait majeur à souligner : la multiplication des sociétés savantes s’accompagne d’une implantation massivement provinciale, Paris ne comptant qu’à peine 20 % de l’effectif total. Sans doute la capitale, nullement absente de ce mouvement, brille-t-elle par la présence, en bord de Seine, des prestigieuses compagnies composant l’Institut et de quelques autres académies ou « sociétés centrales » rayonnant par leurs succursales ou leurs correspondants sur l’ensemble du territoire. Mais il serait très erroné de ne voir en province que des dépendances ou des imitations. Dans leur immense majorité, les sociétés savantes des départements ont un caractère autonome et sont vraiment l’émanation d’élites locales soucieuses d’affirmer une certaine personnalité culturelle ancrée dans un terroir et une histoire spécifiques.

  • 6 La Grande Encyclopédie, t. 30, art. « société », notamment pp. 147 à 156, « Sociétés savantes, lit (...)
  • 7 Des exemples in J.-P. Chaline, op. cit., chap. VIII, notamment pp. 210-211.
  • 8 Le premier est l’Annuaire des Sociétés savantes de la France et de l’étranger, publié sous les aus (...)
  • 9 Bibliographie générale des Travaux historiques et archéologiques publiés par les sociétés savantes (...)
  • 10 Le Repertorium du Dr Koner (Berlin 1852, 2 vol.) visait à cataloguer les articles historiques ou a (...)
  • 11 Le Catalogue of Scientific Papers, publié par la Royal Society, Londres, 1864, se limitait aux dis (...)

6Par là va se poser le problème de leurs relations avec une capitale qui non seulement fait prévaloir ses goûts, ses modes, ses représentations, mais, de surcroît, s’efforce institutionnellement d’imposer son contrôle aux foyers culturels provinciaux. Un problème, il faut le dire, plus sérieux qu’on ne serait tenté de le croire aujourd’hui, l’image trop répandue des sociétés savantes provinciales – rançon peut-être d’un succès qui devait en faire naître jusque dans d’obscures bourgades – les ayant réduites au cliché dérisoire de l’« érudit local ». Ce n’est pas ainsi que le xixe siècle les considérait ; et plutôt que les traits d’ironie qu’elles partageaient d’ailleurs avec l’Académie Française, c’est leur définition très louangeuse dans la Grande Encyclopédie qu’il faut de préférence retenir : « Réunion d’hommes de sciences, de lettres, d’érudits, de penseurs qui mettent en commun leurs efforts, leur savoir et leurs ressources en vue de faire progresser la branche de connaissances humaines à laquelle ils se sont spécialement adonnés. »6 Ton de respect qui surprendra peut-être mais qui était celui des autorités de l’époque. Il faut entendre les ministres de l’Instruction publique ouvrant rituellement les congrès des ces sociétés7, il faut voir le soin mis à les répertorier dans des annuaires parfois internationaux8 ; il faut songer au très officiel inventaire de leurs travaux par Lasteyrie (83 818 recensions rien que jusqu’en 1885)9, après les précédents moins exhaustifs du Dr Koner (1852) pour les travaux allemands du même genre10 ou de la Royal Society de Londres pour les Scientific Papers (1864)11. Quelle que soit, à nos yeux, la valeur réelle de cette production, comprenons qu’au xixe siècle, elle faisait impression et qu’à ses auteurs ou coordinateurs, on accordait sans restriction le titre de « savants ».

  • 12 Il était de bon ton, à l’époque, pour un notable de pouvoir inscrire sur ses cartes de visite « me (...)
  • 13 Rappelons que dans une France où les partis politiques durent attendre 1901 pour avoir une reconna (...)

7Autre considération, inspirant le respect, l’effectif important de membres rassemblés par toutes ces sociétés : je l’évalue vers 1900 à quelque 200 000, déduction faite des appartenances multiples12. Quel organisme culturel, ou d’ailleurs politique, pouvait alors en France en aligner autant13 ?

8Tout ceci, dit un peu longuement sans doute, mais j’ai dit pourquoi, explique qu’au xixe siècle on ait pris au sérieux les sociétés savantes. Par la masse de leurs adhérents comme par leur réseau national, elles constituaient une force potentielle et par conséquent un enjeu. Que cet enjeu soit à fondement culturel et qu’il ait pu remettre en cause la domination de la capitale en ce domaine nous situe bien dans la problématique de ce colloque.

  • 14 L’Annuaire publié en 1846 en fournit de frappants exemples, avec tout un vocabulaire de la catastr (...)
  • 15 A. Allier, L’Ancien Bourbonnais, Moulin, 1833, Introduction.

9Écartons ici l’objection possible qui, de fait, rendrait superflue la suite du propos, à savoir que ces sociétés de province pourraient n’être que les agents d’une uniformisation culturelle à la parisienne, simples imitateurs d’un modèle central. Cela se rencontre parfois avec des groupements nés surtout du zèle d’un préfet mais qui, précisément, ne survivent guère à son départ ; et s’il est vrai qu’en restaurant les ci-devant académies, le pouvoir napoléonien y voyait d’abord un moyen d’encadrer les esprits, c’était là compter sans le réveil d’une conscience provinciale et sans une grande méfiance envers un centralisme culturel ne rappelant que trop à ces compagnies l’esprit du décret de 93. Ce ressentiment à l’égard d’un jacobinisme dont elles furent victimes, fortement exprimé dans leur discours rétrospectif14, enracine en ces sociétés un véritable girondisme culturel : Paris n’est après tout qu’un 1/80e de la France. La province aussi est capable d’avoir une pensée, un goût, dont nos sociétés se voudront interprètes et gardiennes. Sans refuser l’innovation venue de la capitale, elles entendent en filtrer les excès et résister aux simples modes, estimant incarner la saine tradition des valeurs classiques. Un exemple en peut être donné avec le débat ouvert à l’Académie de Rouen par la proposition d’un de ses membres – le romantique Ulric Guttinguer – d’élire correspondant le jeune Victor Hugo. Tenants et adversaires du nouveau courant s’affrontent, opposant qui les promesses, qui les outrances de l’« enfant sublime ». Finalement Hugo est élu, en 1827, ce qui relativise le « provincialisme » et le conservatisme souvent reprochés à ces académies. Ces sociétés de province ne sont pas formées, en effet, uniquement de vieillards grincheux ou de beaux esprits de sous-préfecture. On est surpris d’y découvrir des jeunes gens, et de vrais talents, pour qui l’épanouissement intellectuel n’implique pas forcement de vivre à Paris, quoi qu’en ait dit Balzac dont les personnages pèsent trop peut-être sur notre jugement. Je citerai ici un jeune espoir du romantisme, Achille Allier, qu’une mort prématurée, à trente ans, empêcha d’acquérir au-delà de sa province natale la notoriété que lui promettaient des talents multiples. L’introduction de son premier grand livre, en 1833, est un vrai manifeste anti-parisien : « Adorant de loin cette idole, faudra-t-il que les hommes de lettres des provinces fassent venir de Paris leur style en même temps que leurs habits ?... Jeunes hommes des provinces, pourquoi irions-nous nous mêler à cette existence de passions dégradantes et de besoins factices ? Paris est un Styx où l’éducation nous immerge pour nous endurcir... Quittons donc la vaste officine où la société frelate les intelligences provinciales jusqu’à ce qu’elles aient perdu tout goût de terroir. »15

10Sans doute, reconnaît-il, la province n’offre pas toujours l’émulation ni les contacts intellectuels souhaitables. Mais c’est pour lui précisément le rôle des sociétés savantes que de rassembler des capacités dispersées autour de projets stimulants.

  • 16 Cf. F. Bercé, « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mém (...)

11C’est bien ce que suggère la floraison de groupements à la curiosité féconde. Parmi maint exemple possible voici celui des créations d’Arcisse de Caumont16. Propriétaire normand aisé, c’est à 21 ans qu’au sortir de l’École de Droit il contribue à la fondation d’une société de naturalistes. L’année suivante, en 1824, il crée lui-même les Antiquaires de Normandie dont le succès allait bientôt faire un modèle imité à Toulouse, Poitiers ou Amiens. Animateur infatigable, associant des goûts scientifiques à sa passion pour l’architecture médiévale, il est celui qui va renouveler la connaissance de l’art du Moyen Âge par un manuel d’archéologie qui sera longtemps la bible de cette discipline.

12L’éclat qu’il donne à Caen, ville universitaire de province qui n’aura jamais mieux mérité son surnom d’« Athènes normande », repose, on le voit, sur tout autre chose qu’une érudition locale ou une connaissance bornée. Caumont va souvent à Paris où il fréquente la Bibliothèque Royale, le cours de Champollion, les salons de Cuvier ou Brongniard où il fait connaissance avec l’Allemand Humboldt. C’est dire qu’il n’y a chez lui aucun « provincialisme » au sens péjoratif du terme et qu’il sait utiliser les ressources offertes par la capitale. Autour de lui, parmi ses aînés, des hommes que les péripéties de la Révolution ont souvent amenés à émigrer en Angleterre et qui y ont découvert la très pionnière Société des Antiquaires de Londres. Parmi ses jeunes recrues, enfin, nombre d’élèves de la toute nouvelle Ecole des Chartes, qui vont apporter aux sociétés de province leur caution scientifique d’archivistes-paléographes.

  • 17 Cl. Cohen, J. Hublin, Boucher de Perthes, 1788-1866. Les origines romantiques de la préhistoire, P (...)

13Cet exemple caennais, loin d’être unique, se retrouve en bien d’autres villes, avec un type d’élites pas seulement aristocratiques, à la fois attachées au terroir et ouvertes aux apports extérieurs. Sans même citer le cas d’une petite cité comme Abbeville où, au sein d’une société locale d’Émulation, l’étonnant Boucher de Perthes17 invente rien de moins qu’une science nouvelle – la Préhistoire – et ce contre les sommités parisiennes, peu promptes à faire crédit à cet amateur, provincial de surcroît, on peut évoquer, plus loin de Paris, une métropole comme Toulouse, seule en province à compter deux académies, outre une puissante Société archéologique du Midi de la France et bien d’autres groupements encore.

14Mais le plus bel exemple est fourni par Lyon. Seconde ville de France par ses habitants et par sa richesse, l’ancienne « métropole des Gaules », longtemps capitale religieuse, s’avère aussi la ville savante par excellence, avec cinq sociétés dès 1810, quand Paris n’en comptait qu’une douzaine, 15 en 1846 et jusqu’à 27 en 1902, qui font vraiment de Lyon la capitale de l’érudition et le premier pôle culturel de province. Autant dire que la métropole rhodanienne ne se considère pas comme le simple élément d’un obscur agrégat provincial ; à l’instar des grandes cités d’Allemagne ou d’Italie du Nord avec lesquelles elle est très liée, elle affirme son autonomie culturelle et – détail révélateur – affecte ostensiblement de ne pas répondre aux enquêtes ministérielles sur les sociétés savantes...

15Cette volonté d’autonomie par rapport à une capitale dont on ne nie pas la primauté intellectuelle mais dont certains foyers culturels provinciaux supportent mal les prétentions à résumer toute vie de l’esprit, est à la base des entreprises d’Arcisse de Caumont et de son long combat pour opposer à la croissante mainmise parisienne une organisation issue des départements.

16Nous avons vu l’érudit caennais mettant sur pied des sociétés à l’échelle d’une province, la Normandie, forte déjà de cinq départements. L’expérience acquise puis l’apparition, dans les années 1830, de groupements similaires dans d’autres régions allaient inciter Caumont à aller plus loin en rassemblant périodiquement ces types de société au niveau national. Un modèle lui était fourni par les grands congrès scientifiques patronnés en Allemagne par Alexandre de Humboldt. Celui de Vienne, en 1832, avait rassemblé 1 100 participants. Sous le nom d’« Assises scientifiques », de tels congrès se tiennent à Caen, dès 1833, puis à Poitiers, dans une ambiance de véritable mobilisation culturelle et d’exaltation des gloires de la province. La création par l’infatigable Caumont, en 1834, d’un groupement d’envergure nationale bien qu’ayant son siège à Caen, la Société pour la conservation et la description des Monuments Historiques, rebaptisée plus tard Société française d’Archéologie, devait de même susciter la tenue de congrès chaque année dans une ville de province différente, autre façon de s’affirmer face à la capitale.

  • 18 X. Charmes, Le CTHS, Histoire et Documents, Paris, Imprimerie nationale, 1886, 3 vol.
  • 19 Cité in X. Charmes, op. cit., tome II, p. cxlviii.

171834 : c’est précisément l’année où Guizot, ministre de l’Instruction publique, crée la première esquisse de ce qui deviendra le CTHS18 (Comité des Travaux Historiques et Scientifiques). Lui-même fondateur, quelques mois plus tôt à Paris, d’une Société de l’Histoire de France, il mesure l’importance de ces groupements savants et de ce qu’ils peuvent apporter : « Réunissant, dit-il, l’élite des hommes remarquables par leur instruction, leur position sociale, leur goût éclairé », il convient, estime-t-il, de les « encourager » mais aussi de « les diriger, les centraliser »19. Dès le départ, tout est dit : pour le Parisien, le ministre qu’est Guizot, les sociétés de province constituent une « armée » qu’il faut encadrer et faire œuvrer à des programmes décidés d’en haut. Et tout en assurant respecter leur indépendance, Guizot pose bel et bien les bases d’un organisme de tutelle appelé à diriger ces sociétés depuis Paris, en échange de quelques subventions.

18C’est à cette tentative d’enrôlement, qui se précise sous le ministre Salvandy, qu’Arcisse de Caumont riposte en fondant l’Institut des Provinces (1839), structure d’organisation des congrès et de coordination entre les sociétés savantes des départements. Province contre Paris, en quelque sorte, et au Congrès de Reims, qui réunit 1 200 participants, tel orateur ne se prive pas de dénoncer la « tyrannie » de la capitale à travers les comités institués par le Ministère. Une tentative de Salvandy pour débaucher Caumont avec un titre, aussi pompeux que vide, de « Délégué général du ministre près des sociétés savantes » échoue, et seuls les événements de 48 empêcheront le conflit de tourner à l’épreuve de force.

19Profitant d’une tolérance de fait, Caumont multiplie ses congrès sous la Seconde République. Le Second Empire, sans les interdire, allait chercher à contrôler les manifestations des sociétés savantes. Avec les ministres Fortoul puis Rouland se développe une tentative pour les rattacher à l’autorité des recteurs dans chaque circonscription universitaire. Mais surtout, pour faire pièce aux congrès Caumont, le pouvoir organise lui-même en 1861 à la Sorbonne un Premier congrès des sociétés savantes, rendu très attractif pour les provinciaux par des billets de chemin de fer à demi-tarif et des concours dotés de prix... Sévère concurrence pour Caumont, auquel restent pourtant fidèles les sociétés les mieux tentées, que ces libéralités gouvernementales ne suffisent pas à rallier. D’où pendant une quinzaine d’années une dualité de congrès savants, à celui de la Sorbonne s’opposant celui de l’Institut des Provinces, dont on notera à l’occasion qu’il n’envisageait pas de se tenir ailleurs... qu’à Paris.

  • 20 Jules Ferry, le 5 mars 1881, remanie l’ancien Comité de travaux historiques et des sociétés savant (...)

20Le décès de Caumont en 1873, puis une politique plus souple inaugurée par Jules Ferry en 188120, allaient progressivement désamorcer le conflit opposant la province à Paris à travers ces sociétés savantes. Comme le « moment Guizot » dont parle P. Rosanvallon, le « moment Caumont » était passé et avec lui l’influence des notables incarnant une certaine tradition provinciale.

  • 21 Après le temps d’une « Association bretonne » (1843-1859) dans l’esprit d’Arcisse de Caumont appar (...)
  • 22 Sur le lien du Félibrige avec les sociétés savantes et sa reconnaissance officielle dans ce cadre (...)

21L’habileté de la Troisième République aura été de gérer plus libéralement cette aspiration à l’autonomie culturelle dans le cadre d’institutions un peu moins directives mais non moins centralisatrices, en fait, dans ce domaine. Un autre exemple en serait la façon dont elle devait exorciser un possible séparatisme breton21 ou occitan22, ce dernier notamment, exprimé par les groupements félibréens inspirés de Mistral, se voyant à la fois très officiellement reconnu et, en même temps, réduit à sa dimension littéraire, sous la forme précisément de sociétés savantes. Le choc de la défaite et le traité de Francfort devaient y contribuer, en estompant de telles velléités derrière le deuil commun de l’Alsace-Lorraine. Mais dans ce dernier cas comme dans celui, plus général, qu’on vient de développer, l’aspiration de la province – ou d’une certaine partie de la province – à exister culturellement en dehors de Paris se résout dans une sorte de liberté emboîtée. Oserons-nous parler ici de poupées russes ? De même, en tout cas, que selon la formule habile retenue alors par les autorités, l’amour de la « petite patrie » s’inclut dans celui de la grande, l’expression culturelle de la province ne se conçoit décidément, en France, que dans le cadre d’une expression nationale, autant dire largement parisienne.

Notes

1 A. Corbin, « Paris-province », in P. Nora (dir), Les Lieux de mémoire III, Les France, vol. 1, Paris, Gallimard, 1992, pp. 777-823.

2 D. Roche, Le Siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris-La Haye, Mouton, 1978, 2 vol.

3 J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, xixe-xxe siècles, Paris, Éditions du CTHS, 1995, rééd., 1999.

4 Rapport de Grégoire in Procès-verbaux du Comité d’Instruction publique de la Convention Nationale, séance du 8 août 1793 (B.N. Le 38 389). S’y joignait un discours non moins assassin du peintre David. Les deux sont reproduits in J.-P. Chaline, op. cit. « Documents », pp. 228-230.

5 Pour ce développement numérique et l’extension géographique des sociétés savantes, cf. J.-P. Chaline, op. cit., chapitres II et III.

6 La Grande Encyclopédie, t. 30, art. « société », notamment pp. 147 à 156, « Sociétés savantes, littéraires et artistiques ».

7 Des exemples in J.-P. Chaline, op. cit., chap. VIII, notamment pp. 210-211.

8 Le premier est l’Annuaire des Sociétés savantes de la France et de l’étranger, publié sous les auspices du Ministère de l’Instruction publique (Paris, 1846) 1019 p. On peut citer plus tard les répertoires d’A. d’Héricourt, Annuaire des Sociétés savantes de la France et de l’étranger, Paris, 1866, ou d’H. Delaunay, Annuaire international des Sociétés savantes, Paris 1902, sans oublier les listes périodiquement dressés par le CTHS de 1862 à nos jours.

9 Bibliographie générale des Travaux historiques et archéologiques publiés par les sociétés savantes de la France, par R. de Lasteyrie et E. Lefèvre-Pontalis, Paris, Imprimerie nationale, 1888.

10 Le Repertorium du Dr Koner (Berlin 1852, 2 vol.) visait à cataloguer les articles historiques ou archéologiques publiés de 1800 à 1850 par les diverses sociétés d’Europe.

11 Le Catalogue of Scientific Papers, publié par la Royal Society, Londres, 1864, se limitait aux disciplines scientifiques.

12 Il était de bon ton, à l’époque, pour un notable de pouvoir inscrire sur ses cartes de visite « membre de plusieurs sociétés savantes ». Aussi convient-il pour évaluer l’effectif réel des érudits, d’appliquer au nombre d’inscrits déclaré un abattement d’environ 10 %.

13 Rappelons que dans une France où les partis politiques durent attendre 1901 pour avoir une reconnaissance officielle, les quelque 500 loges maçonniques ne comptaient alors guère plus de 30 000 initiés au total et les sociétés gymniques pas plus de 100 000 adhérents. Seules les sociétés orphéoniques, avec environ 300 000 membres à la Belle Époque, semblent avoir dépassé l’effectif des sociétés savantes.

14 L’Annuaire publié en 1846 en fournit de frappants exemples, avec tout un vocabulaire de la catastrophe – « orage », « naufrage », « tourmente » révolutionnaire – mais aussi de la persécution et de la dépossession.

15 A. Allier, L’Ancien Bourbonnais, Moulin, 1833, Introduction.

16 Cf. F. Bercé, « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire II La Nation, vol. 2, Paris, Gallimard, 1986.

17 Cl. Cohen, J. Hublin, Boucher de Perthes, 1788-1866. Les origines romantiques de la préhistoire, Paris, Belin, 1989.

18 X. Charmes, Le CTHS, Histoire et Documents, Paris, Imprimerie nationale, 1886, 3 vol.

19 Cité in X. Charmes, op. cit., tome II, p. cxlviii.

20 Jules Ferry, le 5 mars 1881, remanie l’ancien Comité de travaux historiques et des sociétés savantes, perçu par les groupements concernés comme trop directif, et organise ce qui sera, désormais, le CTHS, avec 90 membres titulaires et 200 correspondants départementaux, s’efforçant d’unifier le monde érudit tant provincial que parisien.

21 Après le temps d’une « Association bretonne » (1843-1859) dans l’esprit d’Arcisse de Caumont apparaît un pan-celtisme toléré par l’administration impériale, autour de la Villemarqué qu’avait rendu célèbre l’édition du Barzaz-Breiz, recueil de chants populaires bretons. Mais c’est seulement avec la création, en 1898, de l’Union régionaliste bretonne que ce mouvement s’étend au-delà du milieu érudit et des sociétés savantes, commençant à imaginer un possible séparatisme.

22 Sur le lien du Félibrige avec les sociétés savantes et sa reconnaissance officielle dans ce cadre érudit, cf. J.-P. Chaline, op. cit., chap. VIII, notamment pp. 212-214.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540