Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Capitales culturelles, capitales symboliques

 | 
Christophe Charle
, 
Daniel Roche

Cinquième partie. Capitales et commerce des lettres

Paris, méridien de Greenwich de la littérature

Pascale Casanova

Texte intégral

1On voudrait ici tenter de comprendre pourquoi et comment Paris est devenu capitale mondiale de la littérature. Et pourquoi une telle affirmation n’est pas une représentation nationalo-centrique, mais une réalité qui, reposant sur la croyance, est vraie à la fois dans les représentations et dans les faits, et dont les effets sont mesurables.

2Je me permets de m’arrêter brièvement sur ce point parce qu’il est évidemment très difficile pour une Française d’affronter ce sujet sans s’exposer à apparaître comme victime d’un « biais » national, sinon nationaliste, suspicion si forte que de nombreux chercheurs n’osent s’aventurer sur ce terrain. C’est sans doute ce qui fait qu’on en reste souvent à une analyse des fonctions nationales de Paris, occultant qu’elle est aussi une capitale mondiale dé-nationalisée.

Paris est une fonction

  • 1 P. Valéry, « Fonction de Paris », Regards sur le monde actuel, Œuvres, Paris, Gallimard, 1960, Bib (...)

3En réalité, pour éviter tous les malentendus liés à la notion de capitale, je pense qu’il vaudrait mieux dire, en reprenant les termes de Paul Valéry qui a écrit un article célèbre intitulé précisément « Fonction de Paris »1, il vaudrait mieux dire que Paris exerce une fonction littéraire au sein de ce qu’il faut appeler, je crois, l’« espace littéraire international ». Le Paris dont je parlerai ici n’est donc pas un Paris « réel », avec des monuments visitables, des « lieux de mémoire » et des signes visibles et avérés de puissance et de pouvoir. Il s’agit d’une fonction nécessaire à la structuration et au fonctionnement de l’ensemble de la République mondiale des Lettres.

4D’autres centres ont d’autres fonctions internationales. George Bernard Shaw, d’origine irlandaise, avait été accusé par les nationalistes irlandais d’avoir trahi son pays en préférant Londres à Dublin. Et il s’était défendu très ironiquement en énumérant les vertus et les fonctions comparées des capitales européennes, énumération qui lui permettait au passage d’égratigner les nombreux écrivains irlandais exilés à Paris. Shaw écrivait donc en 1930 :

  • 2 G. B. Shaw, Immaturity, Londres, Constable, 1930. (je traduis).

« Londres était le centre littéraire de la langue anglaise [...] Si mon objet avait été la science ou la musique j’aurais été à Berlin ou Leipzig. Si cela avait été la peinture, j’aurais été à Paris : beaucoup d’écrivains irlandais en effet qui se sont fait un nom dans la littérature s’étaient enfuis à Paris avec l’intention de devenir peintres. Pour la rhéologie je serais allé à Rome, et pour la philosophie protestante à Weimar. Mais comme la langue anglaise était mon arme, il n’y avait rien en dehors de Londres. »2

5Penser Paris comme une fonction littéraire permet de formuler l’hypothèse d’une autonomie de cette fonction, en d’autres termes de traiter son rôle au sein de l’espace littéraire comme indépendant de la fonction politique ou économique, par exemple, qui est la sienne au sein de l’espace politique national. Fernand Braudel a observé qu’il y a, le plus souvent et de façon transhistorique, dissociation entre les capitales économiques – les grandes places financières – et les capitales culturelles. Au xvie siècle, Venise est la capitale économique, mais c’est Florence qui l’emporte intellectuellement ; au xviie siècle, Amsterdam devient le centre du commerce européen, mais Rome et Madrid triomphent dans les arts et la littérature ; au xviiie siècle, Londres est devenu le centre du monde économique, mais c’est Paris qui impose son hégémonie culturelle.

  • 3 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècles, tome 3, Le Temps (...)

« À la fin du xixe siècle, au début du xxe, écrit Braudel, la France, largement à la traîne de l’Europe économique, est le centre indubitable de la littérature et de la peinture de l’Occident ; la primauté musicale de l’Italie puis de l’Allemagne s’est exercée à des époques où ni l’Italie ni l’Allemagne ne dominaient économiquement l’Europe. »3

6Autrement dit, si l’on réfléchit dans ces termes structuraux on peut affirmer que chaque fonction qu’exerce une capitale dépend de sa position dans l’espace ou le champ auquel elle appartient. On peut montrer dans le même sens qu’au sein d’un même espace national, la fonction politique peut être dissociée de la fonction intellectuelle ou culturelle, ou mieux, il peut y avoir, dans un même espace national, une lutte entre une capitale politique gardienne des traditions intellectuelles les plus conservatrices et les plus académiques et une métropole moderne, prétendante au statut de capitale littéraire. Cette seconde métropole est souvent plus ouverte sur le monde extérieur ; elle est dotée d’une classe intellectuelle plus cosmopolite, moins nationale, plus subversive. C’est souvent dans ces villes, où va s’accumuler le capital littéraire, que se réunissent les éditeurs les plus novateurs, que les traducteurs, c’est-à-dire, par définition, les gens les plus ouverts aux innovations internationales, diffusent les nouvelles normes esthétiques. On peut répéter en ce sens une dissociation et une lutte qui peut se décliner sur ce modèle entre Pékin et Shanghaï dans les années 1920 ; entre Madrid et Barcelone à partir de la fin du siècle dernier ; entre Varsovie et Cracovie ; entre Rio de Janeiro et Saõ Paulo, etc.

7Dans le cas de Paris, et du fait de la centralité française, les fonctions – politique, économique, culturelle, intellectuelle, littéraire – se trouvent concentrées dans le même lieu, et de ce fait, souvent confondues. Or, la très grande spécificité du rôle de Paris comme capitale littéraire, c’est qu’elle ne peut être définie par son rôle au plan national. La fonction littéraire de Paris ne s’exerce pas, ou pas seulement, sur le territoire national. Ce n’est pas la capitale de la littérature spécifiquement pour les Français. Ce n’est pas la capitale de la littérature nationale. C’est, depuis le début du siècle dernier, la capitale de la littérature, c’est-à-dire de l’univers littéraire dans son ensemble. C’est pourquoi, parler de Paris en tant que capitale littéraire, c’est parler de la capitale dénationalisée d’un espace littéraire qui a conquis son autonomie relative selon un processus qui s’amorce au xvie siècle.

8Si Paris, en tant que centre littéraire, n’est pas la capitale de la France, mais la capitale du monde (littéraire), on doit pouvoir montrer qu’elle est une sorte de capitale par excellence dotée de propriétés qui en font une sorte de « type idéal » au sens de Max Weber c’est-à-dire une entité possédant dans leur totalité et au plus haut degré toutes les caractéristiques définissant une catégorie d’objets. Tenter de définir Paris en ce sens, devrait donc permettre, par contiguïtés, distinctions ou rapprochements, de définir et de comprendre la fonction et le rôle d’autres capitales littéraires.

9En outre, parler de Paris comme d’une « fonction » littéraire, suppose qu’on le considère relationnellement, c’est-à-dire, non pas pour et en lui-même, mais dans sa relation avec d’autres instances de consécration, avec d’autres fonctions complémentaires ou concurrentes. On ne peut donc pas comprendre le rôle spécifique de Paris en dehors d’une appréhension globale des fonctionnements de l’espace littéraire mondial.

Paris capitale de la liberté

10On peut montrer par exemple que Paris combine des propriétés a priori antithétiques et qu’il réunit toutes les représentations historiques de la liberté. La Révolution française, puis les grands soulèvements parisiens du xixe siècle, en font, dans le monde entier et selon le récit mythique qui en a circulé, l’incarnation par excellence de la liberté politique. C’est Victor Hugo qui, dans le fameux Paris-Guide de 1867, suggérait que, sans 1789, la suprématie de Paris était incompréhensible :

  • 4 Victor Hugo, « Introduction », in Paris Guide, par les principaux écrivains et artistes de la Fran (...)

« Rome a plus de majesté, Trèves a plus d’ancienneté, Venise a plus de beauté, Naples a plus de grâce, Londres a plus de richesse. Qu’a donc Paris ? La Révolution [...] Paris est, sut toute la terre, le lieu où l’on entend le mieux frissonner l’immense voilure invisible du progrès. »4

11Il faut d’ailleurs noter que Hugo esquissait là une typologie intéressante des centres culturels. C’est par l’espèce de « capital » – substantif masculin qui n’est pas sans lien avec son homonyme féminin puisque le capital, notamment littéraire, s’accumule dans les capitales – qu’il les caractérise : capital historique et monumental pour Rome, artistique pour Venise, économique pour Londres, etc. Ce qui nous ramène très directement à la question des « fonctions » et de l’autonomie des fonctions au sein des différents espaces.

12Mais si Paris est la capitale des soulèvements et de la liberté politique, il est aussi, et conjointement, la « ville aux cent mille romans », comme l’a dit Balzac, la ville qui, mille fois décrite littérairement, s’est mise à incarner la littérature. C’est enfin la capitale des arts, du luxe et de la mode. Liberté politique, élégance et intellectualité – et il faudrait sans doute ajouter aussi, avec d’infinies nuances, liberté sexuelle avec la tolérance à l’égard du mode de vie des artistes qu’on a appelé « la vie de Bohême » – dessinent donc une configuration unique et mythique, une sorte de figure idéale qui a permis, dans les faits, d’inventer et de perpétuer la liberté de l’art et des artistes.

13Sous ce rapport, on peut rapprocher Paris d’autres villes. De Barcelone par exemple, qui cumule, pendant la période franquiste une réputation de libéralisme politique relatif et un grand capital intellectuel. La capitale catalane joue le rôle de centre littéraire sur un plan national ou plus largement linguistique puisqu’elle a contribué à la reconnaissance des romanciers latino-américains. Mais – il suffit de l’énoncer pour le comprendre – Barcelone ne joue aucun rôle de consécration en dehors de son aire linguistique.

14Et, de même que de nombreux intellectuels, et surtout de nombreux éditeurs se sont installés à Barcelone pour jouir d’un « climat » plus libéral qu’à Madrid – capitale politique –, de même, Paris devient le lieu d’une immigration massive. Entre 1830 et 1945, réfugiés politiques et artistes du monde entier viennent à Paris – on peut même dire qu’ils y affluent – et contribuent à en faire, dans les faits, la nouvelle « Babel », « Cosmopolis » réelle, carrefour mondial de l’art et de la littérature.

  • 5 Cf. A. Kaspi et A. Marès (éd.), Le Paris des étrangers depuis un siècle, Paris, Imprimerie Nationa (...)
  • 6 H.Michaux, « Lieux lointains », Mercure de France, 1er janvier 1956, n° 1109 (Le souvenir d’Adrien (...)

15À la croyance en sa littérature et son libéralisme politique, Paris ajoute donc la foi dans son internationalisme artistique. L’universel sans cesse proclamé fait de Paris le lieu universel de la pensée universelle. Paris est universel deux fois : dans la croyance en son universalité et dans les effets réels que produit cette croyance. « En art, disait Brancusi à Tzara en 1922, il n’y a pas d’étrangers »5 ; dans la capitale du monde, il n’y a pas de frontières nationales, au moins pas de frontières proclamées ; autrement dit, ce n’est pas l’appartenance nationale qui compte pour accéder à la reconnaissance littéraire. « Ici, écrit Henri Michaux à propos de la fameuse et pourtant très marginale, très pauvre, très petite, librairie d’Adrienne Monnier, ici est la patrie de ceux qui n’ont pas trouvé de patrie, cheveux de l’âme flottant librement. »6 La patrie de ceux qui n’ont pas de patrie, serait la définition la plus exacte de l’exterritorialité artistique et littéraire de Paris.

Les étrangers qui « font » Paris

16À propos de cette fonction mondialisée ou, mieux, internationalisée de Paris, je voudrais préciser que cela ne signifie nullement que tous les secteurs de la vie littéraire parisienne sont ouverts à la nouveauté de l’étranger, que les écrivains s’intéresseraient tous à des esthétiques exotiques, que les instances littéraires parisiennes échapperaient toutes aux revendications nationalistes, ou même qu’aucune manifestation de fermeture à l’étranger et aux littératures étrangères ne pourraient être repérables à Paris, surtout dans les moments de tension politique et nationale. Les espaces littéraires sont des lieux de luttes, de rivalités et de tensions, et il y a évidemment dans l’espace littéraire parisien des secteurs nationalistes et mêmes xénophobes littérairement. Mais pour des raisons historiques, Paris est une fabrique efficace de littérature, c’est-à-dire que, dans certains secteurs de l’espace littéraire, très peu nombreux, très marginaux, il y a de grands consécrateurs -traducteurs et/ou critiques – dont les verdicts critiques sont autant de certificats d’universalité littéraire. Et il suffit d’un ou deux agents de ce type – songeons pour l’entre-deux guerres à Valery Larbaud et à André Gide –, de gens très marginaux comme Adrienne Monnier, pour que la totalité du système se mette à fonctionner. Donc, d’une part, de grands cosmopolites, et surtout, d’autre part, de grands immigrés qui viennent à Paris pour emprunter et « importer » dans leur pays les grandes innovations qu’ils y découvrent, pour les faire connaître chez eux et provoquer ainsi de grandes révolutions spécifiques. Autrement dit, si on peut parler de Paris comme d’une capitale littéraire dénationalisée, c’est parce que ce sont les étrangers qui font Paris, ce sont eux qui mettent en œuvre la fonction parisienne. Et ils font Paris en deux sens : ils font la « valeur » de Paris en contribuant à produire et à reproduire sans fin la croyance dans Paris ; et ils font l’effet par excellence de Paris, celui qui consiste à imposer des formes et des modes d’expression, c’est-à-dire des valeurs littéraires nouvelles.

17Qu’on songe à Rubén Darío, poète nicaraguayen, dont la révolution moderniste qui bouleversa, vers 1890, toutes les pratiques poétiques de langue espagnole jusqu’à Borges – et qui a donc été prodigieusement important pour toute la poésie moderne de langue espagnole – ce modernisme de Darío, donc, ne fut pas autre chose que l’importation dans la poésie, la langue et les tournures castillanes, des innovations de la poésie symboliste française.

18Qu’on songe aussi à Georg Brandes, grand critique littéraire danois qui, lui, fasciné par le naturalisme, par Taine et par Zola, les importa à la fin du siècle dernier dans tous les pays Scandinaves et provoqua un gigantesque mouvement politico-littéraire qu’on a appelé le « Genommbrot », la « percée moderne », mouvement qui permit à tous les intellectuels et écrivains de ces pays de lutter contre l’emprise inséparablement esthétique et politique de l’Allemagne.

19Qu’on songe enfin, et beaucoup plus près de nous, à quelqu’un comme Carl Burjström, grand traducteur suédois, capable, fait rarissime dans l’histoire de la traduction, de traduire dans les deux sens et de proposer ici en France des traductions renouvelées et commentées d’August Strindberg, mais aussi de publier en Suède de nombreuses traductions de romanciers français. C’est lui qui a traduit et donc introduit les auteurs du Nouveau Roman en Suède dès les années 1960 et qui a favorisé ainsi, quelques années plus tard, l’accession de Claude Simon au prix Nobel. Mais il faudrait parler aussi de Heinrich Heine, de Gabriela Mistral, de Sylvia Beach, de Gertrud Stein, de Ezra Pound. En d’autres termes, la fonction et l’effet de Paris s’exercent dans toutes les langues et ce sont les grands intermédiaires venus du monde entier qui mettent en œuvre et activent cette fonction de Paris.

20Paradoxe ou preuve supplémentaire de l’efficacité de ces mécanismes : c’est sur les provinciaux et sur les francophones non français que l’effet de Paris s’exerce le plus difficilement. Ainsi, à partir du début du xixe siècle, Paris accueille, consacre et célèbre – sous forme de traductions, de préfaces, de prix littéraires, d’articles critiques, de citations, etc. – de nombreux écrivains venus d’espace littéraires nationaux lointains, écrivant dans de petites langues, mais rejette avec constance tous les provinciaux venus du territoire français, ainsi que de nombreux Belges et Suisses, qui, Ramuz en a longuement témoigné, du fait notamment de leur accent, sont considérés comme des sortes de « provinciaux aggravés ». On peut donc dire qu’il y a à Paris, à l’inverse de toutes les capitales littéraires nationales et/ou linguistiques, une sorte de préjugé défavorable à l’égard des nationaux provinciaux ou de ceux qui, bien qu’étrangers, parlent la même langue.

Le méridien de Greenwich

21Cette fonction faite ville, cette ville-fonction donc, ou cette littérature-monde pour parodier Fernand Braudel, produit donc des effets précis dans l’univers littéraire. Un des effets de Paris – et il faudrait dire plus précisément, un des effets structurants de la fonction de Paris, c’est qu’il devient, du fait de sa centralité, le méridien littéraire, c’est-à-dire le lieu à partir duquel on va mesurer et décompter le temps spécifique de la littérature. Paris devient donc, une fois « l’empire du français », comme le dit Rivarol, établi en Europe, la capitale de la consécration littéraire. Mais toute la difficulté pour en parler c’est d’enlever cette ville à la chronologie politique qui est devenue la seule chronologie historique légitime.

22Il y a des temps – des temporalités, mais aussi des chronologies – qui, étant produits par des univers relativement autonomes, ne sont pas réductibles à la chronologie historique ordinaire. Chaque espace, chaque champ relativement autonome produit son tempo, mais aussi son histoire, ses événements qui font date, ses structures, ses luttes, sa périodisation donc son histoire qui ne peut pas être alignée – décalquée – sur l’histoire politique.

  • 7 Cf. P. Casanova, La République mondiale des Lettres, Paris, Le Seuil, 1999, pp. 69-118.
  • 8 G. Stein, Paris-France, Alger, Chariot, 1945 (trad. par la baronne d’Aiguy), p. 23.
  • 9 Ibid., p. 25.

23L’histoire spécifique de l’espace littéraire international – qui passe notamment par les œuvres manifestes de Du Bellay et Herder, pour le dire trop vite7 – permet de montrer comment et pourquoi le capital littéraire s’accumule et se concentre d’abord à Paris, et pourquoi la langue française devient, à partir de la fin du xviie siècle et pour longtemps, la langue littéraire par excellence. Rappelons brièvement que l’espace littéraire s’organise selon une structure qui oppose la capitale, lieu le plus doté en capital littéraire et la ou les provinces, elles-mêmes situables dans cet espace, non en termes spatiaux mais en termes temporels. Chaque point dans l’espace pourra être situé selon sa distance temporelle au centre. Gertrud Stein a écrit génialement dans un texte de la fin de sa vie et qui s’appelle justement Paris-France : « Paris était là où était le xxe siècle. »8 Elle donne ainsi à comprendre ou à saisir à travers ce raccourci saisissant, comment, dans l’univers littéraire, l’espace n’est rien d’autre que du temps, ou une manière de nommer le temps. Et le temps, en matière littéraire, c’est une autre façon de parler d’esthétique. Autrement dit Paris est le lieu où se décrète, ou à partir duquel on peut mesurer, le présent littéraire, c’est-à-dire la modernité esthétique. Stein le dit d’ailleurs très clairement : « Paris était l’endroit qui convenait à ceux d’entre nous qui avaient à créer l’art et la littérature du xxe siècle. »9

24C’est en ce sens que j’ai proposé de parler de Paris comme du méridien de Greenwich de la littérature : c’est une ligne fictive qui permet pourtant une organisation et une mesure réelle du temps et de l’espace. Dans la République mondiale des Lettres, le méridien de Greenwich permet de déterminer la mesure spécifique du temps. Donc, dans une sorte de circulation et de contamination des effets et des causes, on peut dire qu’à la fois, le moderne, c’est-à-dire ce qui est décrété présent au moment où il est consacré, se fait, s’élabore à Paris ; mais aussi, qu’il se fait à Paris parce que la grande autonomie des instances consacrantes leur permet de reconnaître et de consacrer l’innovation littéraire. Les critiques, les traducteurs, les éditeurs choisissent et proclament ce qui est littérairement moderne ou non, prononcent des consécrations et des anathèmes, désignent les textes qui constitueront la mesure de toutes choses littéraires. C’est ainsi qu’à partir de l’évaluation et de la mesure parisiennes, on dira qu’un texte est périmé, académique, d’avant-garde, révolutionnaire ou anachronique.

25La traduction est sans doute la forme par excellence de la reconnaissance spécifique. C’est par exemple à partir de la traduction de son Ulysse à Paris, en 1929, traduction rédigée sous la direction de Valery Larbaud et publiée par Adrienne Monnier, que Joyce accède à la reconnaissance internationale. Ce faisant il devient, et pour longtemps, le grand « moderne », c’est-à-dire celui à partir duquel, ou à l’aune duquel, on évaluera la modernité de tous les autres textes, c’est-à-dire leur distance précise au centre littéraire.

26Si Paris désigne le présent, la position d’un écrivain dans l’espace littéraire mondial peut se déterminer en fonction de sa distance temporelle, donc esthétique, au centre. Cette distance temporelle et esthétique peut être évaluée elle-même en fonction de ses pratiques et de ses prises de position stylistiques, formelles, narratives, etc. Mais qu’on ne croit pas qu’il s’agit ici de théories abstraites. Tous les écrivains des périphéries littéraires ont évoqué la province, les écrits provinciaux, c’est-à-dire les anachronismes qui les ont longtemps tenus à l’écart des grands courants esthétiques mondiaux. L’historien brésilien de la littérature, Antonio Candido, évoque l’usage des techniques et de l’esthétique néonaturalistes dans le roman d’Amérique Latine pendant toute la première moitié du xxe siècle, alors même, dit-il, que c’est, depuis longtemps, un anachronisme dans de nombreuses régions de l’Europe. Le Yougoslave, Danilo Kis, qui a eu accès à la modernité littéraire internationale – notamment à travers l’œuvre de l’Argentin Borges – voyait tout le roman yougoslave comme une production arrêtée dans le temps, figée dans des questions et des formulations périmées pour lui depuis longtemps. Le romancier espagnol Juan Benet évoque le retard du roman espagnol des années 1950 et 1960 en parlant d’un « paysage ruiné ». Le Péruvien Mario Vargas Llosa emploie aussi les termes de « pittoresque », de « provincial » et d’« anachronique » pour faire comprendre ce qui se passait dans la littérature latino-américaine des années 1950. Et c’est pourquoi, pour accéder au présent, ils vont tous deux avoir recours à ce que j’appellerais des « accélérateurs temporels » : Faulkner pour l’un – lui-même consacré à Paris -, Sartre pour l’autre.

  • 10 Paris, Gallimard, 1991 (trad, par J.C. Masson).

27On pourrait évoquer aussi, beaucoup plus récemment, mais ce sont des phénomènes structurels qui échappent, je l’ai dit, aux chronologies ordinaires, le discours de réception du prix Nobel du poète mexicain Octavio Paz. Ce texte s’intitule précisément : La Quête du présent10 et, selon le rituel presque magique de celui qui, ayant accédé à la plus haute consécration littéraire, peut dévoiler la nature non pas spatiale mais temporelle de son long voyage de Mexico jusqu’à Paris et Stockholm, Paz y évoque la distance temporelle qui l’a toujours séparé du centre. Ayant été « expulsé », comme il le dit, du présent légitime, celui de Londres, de Paris ou de New York, il évoque tout son itinéraire de poète parti pour ramener le présent chez lui ; et ce, afin, non seulement d’accéder à la modernité poétique, mais aussi de devenir, comme il le dit encore « contemporain de tous les hommes » et faire cesser la malédiction de l’anachronisme.

28Je voudrais terminer en rappelant et mon inquiétude initiale et le paradoxe de la situation. Parler de Paris comme d’une capitale littéraire mondiale et dénationalisée, c’est s’exposer à apparaître comme défendant une position nationale ou nationaliste – même inconsciemment -. Surtout en ces temps de lutte féroce entre Paris et Londres ou New York où chaque prise de position sur le déclin supposé ou la suprématie de telle ou telle place mondiale est aussi une façon de choisir son camp ; et où les attaques nombreuses contre Paris peuvent toujours faire apparaître cette façon d’en parler comme une défense et illustration nostalgique. Cette suspicion donc, ne peut être levée aussi longtemps qu’on ne comprend pas que Paris exerce une fonction qui ne peut être incarnée que par des internationaux.

29On sait que Valery Larbaud a fait la généalogie de tous les anglicistes français depuis Voltaire qui ont permis la dénationalisation de la littérature anglaise. Il faudrait de même dresser la généalogie de tous les cosmopolites, intellectuels, traducteurs, écrivains, poètes internationaux, Français aussi bien qu’étrangers, qui ont fait de Paris une capitale littéraire, qui l’ont arraché aux limites de sa fonction nationale, politique, qui l’ont enlevé aux frontières linguistiques et au nationalisme commun. Paris est aussi une capitale politique nationale et c’est une fonction qu’elle continue d’exercer par ailleurs. Mais ceux qu’on pourrait appeler les « fonctionnaires de l’universel littéraire », ont fait peu à peu de Paris un territoire autonome, au service exclusif de la littérature, voué à l’invention, à la désignation et à la consécration des œuvres universelles, c’est-à-dire celles qui échappent aux définitions et aux consécrations nationales prononcées par les capitales nationales.

Notes

1 P. Valéry, « Fonction de Paris », Regards sur le monde actuel, Œuvres, Paris, Gallimard, 1960, Bibliothèque de la Pléiade, t. II, pp. 1007-1010.

2 G. B. Shaw, Immaturity, Londres, Constable, 1930. (je traduis).

3 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècles, tome 3, Le Temps du Monde, Paris, Armand Colin, 1979, p. 54.

4 Victor Hugo, « Introduction », in Paris Guide, par les principaux écrivains et artistes de la France, Paris, A. Lacroix, Verbœckhoven, 1867, vol. 1, pp. xviii-xx.

5 Cf. A. Kaspi et A. Marès (éd.), Le Paris des étrangers depuis un siècle, Paris, Imprimerie Nationale, 1989, p. 213.

6 H.Michaux, « Lieux lointains », Mercure de France, 1er janvier 1956, n° 1109 (Le souvenir d’Adrienne Monnier), p. 52.

7 Cf. P. Casanova, La République mondiale des Lettres, Paris, Le Seuil, 1999, pp. 69-118.

8 G. Stein, Paris-France, Alger, Chariot, 1945 (trad. par la baronne d’Aiguy), p. 23.

9 Ibid., p. 25.

10 Paris, Gallimard, 1991 (trad, par J.C. Masson).

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540