Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Capitales culturelles, capitales symboliques

 | 
Christophe Charle
, 
Daniel Roche

Quatrième partie. Les lieux du savoir

Bibliothèque de la Cour, bibliothèque nationale à Vienne

Norbert Bachleitner

Texte intégral

1La bibliothèque viennoise la plus renommée est sans cloute un centre culturel, et, pour emprunter le mot de Schopenhauer, un lieu de la mémoire de l’humanité. Beaucoup moins évidente est la réponse à la question : centre de quel espace politique et culturel ? Surtout quand on regarde l’histoire de la Bibliothèque nationale, l’ambiguïté l’emporte pour donner une réponse courte et nette. Certes, la difficulté pour définir l’espace dominé par la capitale Vienne résulte de la multiplicité des nations et des langues en Europe centrale. Pour traiter le problème de la Bibliothèque nationale de Vienne, lieu de mémoire culturelle et lieu symbolique, je donnerai d’abord quelques informations sur son histoire. Ensuite, j’analyserai plusieurs aspects de la bibliothèque, centre culturel de l’Empire et de la République : le problème du propriétaire, la question, souvent discutée à partir de la deuxième moitié du dernier siècle : à qui appartient la bibliothèque ? La question des exemplaires remis à titre de dépôt légal ; la question de la dénomination de la bibliothèque, la question des changements de nom, liée à son orientation programmatique ; le projet, jamais réalisé, d’une Bibliothèque centrale de l’empire.

  • 1 L’exposé de l’histoire de la bibliothèque est tiré de Geschichte der Österreichischen Nationalbibl (...)

2Les débuts de la Bibliothèque de la cour remontent au xive siècle1. Or, le plus ancien témoignage sur un membre de la dynastie Habsbourg collectionneur de livres, date de 1368. Le duc Albtecht III, qui règne alors, est un amateur passionné de manuscrits et de livres. les livres sont d’abord incorporés dans le trésor du souverain à Vienne, puis, sous Frédéric III et maximilien 1er, ils sont partiellement dispersés à Wiener Neustadt et à Innsbruck, résidences de ces deux empereurs. À cette époque, Vienne n’est pas encore le centre naturel de l’Empire ; la ville est même occupée pat matthias Corvin, roi de Hongrie, entre 1485 et 1490. C’est seulement au xvie siècle que les livres de l’empereur sont réunis à Vienne, d’abord dans le monastère des minorites, plus tard dans le Palais de la cour impériale (Hofburg). À cette époque, pour la première fois, un bibliothécaire, Hugo Blotius, est nommé ; en 1576 il dresse un catalogue des fonds qui comportent 7 300 volumes environ.

3Au XVIIe siècle, la bibliothèque grandit tellement qu’une nouvelle salle devient nécessaire. Une telle salle, grande et d’apparat (Prunksaal), est achevée en 1726 par Joseph Emanuel Fischer von Erlach, d’après le plan de son père Johann Bernhard, architecte très connu, qui avait dessiné le château de Schönbrunn et l’église de Karl (Karlskirche) entre autres. Somptueusement décorée dans le style baroque, la nouvelle salle offre une capacité de 200 000 volumes. le décor de la salle est centré sur l’apothéose de Charles VI : au centre s’élève une statue de l’empereur, la fresque le glorifie comme mécène des arts. Du luxe officiel, certes. Mais, en même temps, un nouveau règlement ouvre la bibliothèque à un public de savants intéressés. Désormais, le lecteur est expressément invité à fréquenter la bibliothèque à son gré et à y enrichir son savoir. Bien sûr, au xviiie siècle, le nombre de lecteurs est encore faible. L’ouverture au grand public n’aura lieu qu’au cours du xixe siècle, et notamment à partir de 1860. Mais un premier pas vers une bibliothèque publique, et donc nationale, est déjà fait par Charles VI dans la première moitié du siècle des lumières.

4À cette époque, les fonds sont enrichis par la collection de livres d’Eugène de Savoie, par la bibliothèque de l’Université, et par plusieurs autres collections importantes. la bibliothèque, toujours plus importante, manque toujours de place. Donc, au cours des xixe et xxe siècles, plusieurs parties de la Hofburg sont adaptées aux besoins de la bibliothèque. Mais jusqu’alors il n’y a pas de bâtiment particulier pour recevoir les fonds de la bibliothèque. Ce fait me semble significatif de son statut ambigu.

5En 1920, deux ans après la chute de la monarchie, la bibliothèque est prise en charge par la République. Jusqu’en 1945 elle portera le nom « Nationabibliothek » (Bibliothèque nationale), puis le nom d’« Österreichische Nationalbibliothek » (Bibliothèque nationale d’Autriche). Il faut ajouter que c’est seulement après la Deuxième Guerre mondiale qu’elle jouera le rôle d’une véritable bibliothèque nationale.

La question du propriétaire

6La question délicate de la délimitation entre la dynastie, la Cour et l’État, divisés en 1866 par la nouvelle constitution, fut vivement discutée pendant la deuxième moitié du xixe siècle. La question touchait aussi le statut de la Bibliothèque de la Cour. Mais, sous la monarchie, il n’y avait pas de raison pour se disputer la bibliothèque. Par contre, la question « à qui appartient la bibliothèque ? » s’est évidemment posée à la fin du règne des Habsbourg. Par principe, on distinguait trois catégories de propriétaires potentiels, à savoir l’État, la Cour (Hofstaat), et l’Empereur lui-même. En 1918, lors de la succession de l’empereur François-Joseph, la plupart des manuscrits sont considérés comme un patrimoine personnel des Habsbourg ; les imprimés, acquis par dépôt légal, tirés des couvents abolis, etc., sont considérés plutôt comme propriété de la Cour. Mais le problème du statut de la bibliothèque n’est pas encore résolu. Après la chute de la monarchie, en février 1919, la République prend la bibliothèque en charge provisoirement. Néanmoins, les fonds sont encore des biens plus ou moins sans maître. On propose même de les vendre à l’étranger pour alléger la disette qui règne après la guerre.

7La prise en charge de la bibliothèque par la République est importante pour rejeter les réclamations des États successeurs, notamment de l’Italie et de la Tchécoslovaquie. L’argumentation du nouveau gouvernement, qui n’est pas encore fondée par une décision judiciaire, vise à refuser de telles réclamations. Le patrimoine des Habsbourg, donc les fonds anciens, est déclaré propriété de la République ; seule la propriété de la Cour, c’est-à-dire les imprimés récents, acquis par deniers publics ou à titre de dépôt légal, fait partie de la succession de la monarchie.

8Le traité de Saint-Germain avait reconnu les réclamations de documents historiques et d’objets d’art par les États successeurs d’après le principe du patrimoine culturel. Heureusement pour l’Autriche, les États en question respectèrent l’intégrité des collections historiques, et ils ont abandonné presque toute demande en restitution. Enfin, en 1920, une convention spéciale empêche tout pillage quelconque.

Les exemplaires remis à titre de dépôt légal

9La question du propriétaire renvoie à la question de la dotation. Traditionnellement, les frais de la bibliothèque étaient supportés par la « Grande maîtrise » (Obersthofmeisteramt, plus tard Oberstkämmereramt), c’est-à-dire par le budget de la Cour. Mais, pour compliquer les choses, à partir du xviiie siècle, une taxe sur les almanachs et journaux viennois contribuait à la dotation. En plus, il y avait les livres remis à titre de dépôt légal, sans doute la source principale des fonds de la bibliothèque. Dès le xvie siècle, l’Empereur, en contrepartie du privilège impérial qui protégeait de la contrefaçon, recevait un certain nombre d’exemplaires d’un nouveau livre. Ensuite, un commissaire devait veiller à la remise de nouveautés présentés à la foire aux livres à Francfort. Même si la remise ne se déroulait jamais sans difficultés, ce qui, d’ailleurs, expliquent les lacunes dans les fonds viennois, grâce aux exemplaires de dépôt légal collectionnés à Vienne, la bibliothèque peut être considérée, du moins dans la période du xvie au xviiie siècle, comme la bibliothèque représentative du Saint Empire romain.

  • 2 Cité d'après O. Doublier, « Ein Vierteljahrhundert aus der Geschichte der Hofbibliothek 1891-1916  (...)

10En 1808, peu après la naissance de l’Empire autrichien, désormais plus ou moins indépendant de l’Empire allemand, la bibliothèque s’est, par décret, réservée le droit de recevoir des exemplaires de tous les livres qui paraissent dans les provinces cisleithanes, c’est-à-dire dans tout l’Empire autrichien, à l’exception de la Hongrie. On pourrait dire que, désormais, la bibliothèque, à un certain degré, remplir la fonction d’un centre national de documentation. Ainsi, à cette époque, un conservateur en parle déjà comme de la « bibliothèque nationale de l’empire autrichien. »2

11Mais, en pratique, la remise de nouveautés de librairie ne se déroule pas encore d’une manière satisfaisante. Beaucoup de libraires, surtout ceux de provinces éloignées de Vienne, refusent de délivrer leurs nouveaux titres, et bien sûr, il n’est pas facile pour la bibliothèque de les recouvrer. En plus, les bibliothécaires, d’un point de vue critique, choisissent les livres dignes de figurer sur leurs rayons, mettant au pilon tous les titres qu’ils considèrent inutiles. C’est là l’une des raisons pour lesquelles il n’y avait pas de bibliographie nationale autrichienne jusqu’à la Deuxième République. Mises à part les listes incomplètes, dressées par les libraires dans la deuxième moitié du XIXe siècle, il n’y avait pas de bibliographie autrichienne jusqu’à 1945, la Bibliothèque de la Cour se déclarant incapable de la fournir. Il faut souligner le fait que la bibliothèque n’a pas rempli cette fonction centrale d’une bibliothèque nationale, restant une bibliothèque de la Cour, d’orientation scientifique et officielle.

12Après la perte de la Lombardie et de la Vénétie en 1866, la bibliothèque n’avait droit qu’aux exemplaires provenant de la moitié autrichienne de l’Empire. Avec la constitution, promulguée en 1867, la question des exemplaires remis à titre de dépôt légal est de nouveau discutée dans les cercles libéraux. Pourquoi devrait-on remettre des exemplaires ? Pour enrichir le trésor de l’Empereur et de la Cour ? Sauf dans le cas des œuvres présentées luxueusement, la bibliothèque était obligée de rembourser un certain pourcentage du prix. Dans l’opinion de quelques critiques, la Bibliothèque de la Cour n’est pas l’institution propre à recevoir les exemplaires. Ils désirent la création d’une véritable bibliothèque nationale. Les libraires protestent vigoureusement contre la « taxe » imposée et la Chambre des députés (Reichsrat), en 1877, essaie en vain d’abolir le dépôt légal. De même, tous les essais ultérieurs pour réformer la loi échouent. Jusqu’à la fin de la monarchie, on continue comme auparavant, avec la loi en vigueur et avec des libraires qui la rejettent.

Le nom de la bibliothèque et son orientation programmatique

13Déjà au début du xixe siècle, on l’a vu, un conservateur avait constaté que la Bibliothèque de la Cour n’était pas, à vrai dire, une bibliothèque nationale. C’est seulement en 1920 qu’elle change de nom. On se décide pour « Nationalbibliothek » sans adjectif qualificatif. La discussion sur ce sujet est vive, et nombreux sont les noms envisagés : Bibliothèque de l’État (Staatsbibliothek), Bibliothèque de la province (Landesbibliothek), Bibliothèque centrale de l’État (Staatszentralbibliothek), et Bibliothèque fédérale (Bundesbibliothek). Finalement, toutes ces dénominations alternatives n’apparaissent pas pertinentes, parce qu’elles sont déjà présentes dans les autres bibliothèques autrichiennes ou simplement trop compliquées. Il est important pour nous de constater que toutes les alternatives proposées manquent d’un qualificatif précisant la bibliothèque de quel État, de quelle nation etc. il s’agit. Or, il faut savoir qu’à cette époque non seulement les milieux nationalistes pro-allemands (Deutschnationalen) mais presque tout le monde en Autriche espérait et attendait le rattachement prochain à l’Allemagne. Même les patriotes autrichiens les plus ardents estimaient faible la chance de survie du pays comme État indépendant. Par ailleurs, la plupart des commentateurs doutaient qu’une nation autrichienne existât. En tout cas, on ne voulait pas préjuger de l’avenir très incertain par des noms tels que « Bibliothèque nationale d’Autriche ».

14Vue de 1920, la Bibliothèque nationale devait être le centre de documentation de la littérature des anciennes provinces de la monarchie, et notamment de la littérature rédigée en langue allemande. À cette époque, le directeur de la bibliothèque écrit à ce sujet :

  • 3 « Sie wird [...] über ihren Rahmen als Hauptbibliothek Oesterreichs hinaus ein Sammelpunkt für die (...)

« La bibliothèque devra être, au-delà de son rôle de bibliothèque principale de l’Autriche, un centre de documentation de la littérature des Allemands maintenant dominés par d’autres nations, et surtout de la littérature des minorités dans les pays dans l’est er dans le sud, à savoir en Yougoslavie, en Roumanie, en Hongrie, en Pologne, et surtout en Italie qui a annexé le sud du Tyrol et quelques parties allemandes de la Carinthie. [...] Ce sera du travail « national » au sens propre. »3

15L’idée que la Bibliothèque nationale devra collectionner la littérature allemande des pays de l’ancienne monarchie, Othmar Doublier, le directeur des imprimés, la souligne dans un essai intitulé L’importance de la Bibliothèque nationale du point de vue de la politique mondiale (Die weltpolitische Bedeutung der Nationalbibliothek, 1920). En même temps, il met en évidence la fonction d’encouragement à l’intégration et à la réconciliation des peuples :

  • 4 « Wenn auch die österreichisch-ungarische Monarchie, einst einer der größten Staatskomplexe Mittel (...)

« Même si la monarchie austro-hongroise, l’une des plus grandes formations d’Etats de l’Europe centrale, n’existe plus, les membres des soi-disant États successeurs, er surtout ceux des pays slaves, chercheront et trouveront ici les documents pour la recherche du développement de leurs patries. Plus la recherche s’intensifie et plus les hommes politiques et les journalistes prendront intérêt à l’histoire, plus la bibliothèque deviendra un centre politique et pacifique. [...] Elle cherchera [...] à rapprocher l’ouest er l’est, du moins au niveau scientifique. »4

  • 5 « [...]die einzige Bücherei Europas, an der sämtliche slawische Literaturen in ihren wichtigsten E (...)
  • 6 Cf. ibid., p. 531.

16Or, il est évident que la bibliothèque est riche en fonds slaves. Un document de 1919 la vante d’être « la seule bibliothèque européenne qui rassemble dans ses collections les produits les plus importants de toutes les littératures slaves. »5 On peut y ajouter un détail de la statistique d’acquisitions : en 1913, le taux d’acquisitions dans les langues slaves s’élève à presqu’un quart des acquisitions totales6.

17On le voit, l’orientation de la nouvelle Bibliothèque nationale hésite entre le nationalisme allemand et la fonction d’un pont entre l’ouest et l’est, d’un lieu de rencontre des cultures. Cette balance indécise me semble significative, parce qu’il s’agit d’un élément important de l’identité autrichienne, et de sa capitale notamment, d’un auto-stéréotype qui s’est maintenu jusqu’à présent. Je ne renvoie ici qu’à la discussion actuelle sut l’adhésion des pays de l’Europe orientale à l’Union européenne. D’un côté, l’on peut y constater une orientation politique et culturelle vers l’Ouest, de l’autre, les relations historiques avec l’Est sont soulignées, surtout quand il s’agit de préparer la voie à des échanges économiques ou de se présenter comme un lieu idéal pour des conférences sur des problèmes géopolitiques. D’un côté, on rencontre un nationalisme borné, de l’autre, une ouverture vers les autres qui tient parfois à la négation de soi-même.

  • 7 La phrase est empruntée au titre de Rohert menasse, Das Land ohne Eigenschaften. Essay zur österre (...)

18Une résolution du gouvernement, rédigée en 1920, défend la nouvelle désignation « Bibliothèque nationale » et trouve qu’elle représente au mieux la situation indécise du pays. Après avoir lu cette résolution, on est tenté de paraphraser le titre du roman de Robert Musil et de parler d’un pays sans qualités7:

  • 8 « Für diese Neubenennung war insbesondere die Erwägung maßgebend, daß einerseits dieser Name am be (...)

« Nous avons choisi la nouvelle désignation parce qu’elle exprime au mieux le caractère de la bibliothèque et la distingue nettement des autres bibliothèques publiques. D’ailleurs, cette désignation ne préjuge pas de la solution des questions de droit public. Elle signifie seulement que la bibliothèque appartient à la communauté. »8

  • 9 Die « [...] Pflege und Förderung eines selbstbewußten österreichischen Patriotismus ». Cité d’aprè (...)

19L’ambiguïté n’est résolue qu’après la Deuxième Guerre mondiale et la libération en 1945. Tout de suite, la même année, l’adjectif « autrichienne » est ajouté au nom de la bibliothèque. Le nouveau programme donne comme objectif principal à la bibliothèque « l’encouragement d’un patriotisme autrichien sûr de soi-même. »9 le patriotisme devrait être encouragé par la collection d’œuvres des auteurs, des artistes et des chercheurs autrichiens ainsi que d’œuvres concernant la culture autrichienne parues à l’étranger. En plus, le nom « Bibliothèque nationale autrichienne » devrait prévenir la confusion avec les autres bibliothèques nationales, et avec la Bibliothèque nationale française en particulier. Voilà un argument, qui montre qu’on jugeait encore nécessaire de justifier l’adjectif « autrichienne », même par un raisonnement un peu curieux.

20Bien sûr, après 1945, la bibliothèque reçoit encore les exemplaires remis à titre de dépôt légal. En outre, elle s’occupe de la coordination de la coopération entre les bibliothèques autrichiennes ainsi que de la formation des bibliothécaires. Désormais, la bibliothèque prépare la bibliographie nationale, qui est éditée par l’organisation des libraires. De même, elle recense la littérature consacrée aux thèmes autrichiens parue à l’étranger. D’ailleurs, elle encourage le développement de nouveaux instruments de bibliographie, par exemple un catalogue des périodiques dans toutes les bibliothèques autrichiennes ainsi qu’un modèle de comptabilisation électronique des livres prêtés. Un fonds d’archives chargé de collectionner et d’étudier les papiers laissés par des écrivains autrichiens y est créé. Evidemment, une telle mission pose des problèmes de financement majeurs parce que le fonds d’archives doit entrer en concurrence avec les collectionneurs privés ainsi qu’avec des archives étrangères, et surtout avec des archives allemandes qui achètent les papiers d’écrivains autrichiens sous prétexte de rassembler les sources de la littérature de langue allemande. Pour des raisons évidentes, le problème de la collection du patrimoine culturel est encore plus grand dans le cas des autographes des musiciens.

21Néanmoins, on peut conclure de toutes ces activités, que, sous la Deuxième République, l’ancienne Bibliothèque de la Cour est enfin devenue une bibliothèque nationale.

Le rêve d’une « Bibliothèque centrale de l’Empire »

  • 10 « [...] daß die äußere Erscheinung des ehrwürdigen Instituts nicht ganz seiner Bedeutung und Würde (...)

22Un plan pour le développement de la ville, élaboré en 1859, avait prévu l’agrandissement du Palais de la Cour impériale (Hofburg), avec un bâtiment de bibliothèque particulier. Le plan ne fut jamais réalisé, d’un côté parce qu’il manquait d’argent, de l’autre, parce qu’on ne voulait pas déprécier la salle de lecture historique, bâtie par Charles VI. L’idée d’un bâtiment de bibliothèque particulier, qui devrait être et représentatif et fonctionnel ne cessa pas de hanter les architectes et les bibliothécaires. En 1879, l’un des directeurs de la Bibliothèque de la Cour regrettait que « l’apparence de l’institution vénérable ne soit pas en accord avec son importance ou avec sa dignité et qu’elle ne soutienne pas la comparaison avec la splendeur des deux musées de la Cour. »10

  • 11 W. von Harrel, Über Aufgaben und Ziele der classischen Philologie, Vienne, Selbstverlag der k.k. U (...)

23Le manque de place dans la Bibliothèque de l’Université alimente la discussion à ce sujet. En 1890, le recteur de l’Université pense à une bibliothèque centrale de l’Empire (Reichsbibliothek), centre de la recherche autrichienne mais aussi internationale11.

  • 12 « Bibliothekspalast » ; cf. Ferdinand Eichler, « Moderne Bibliotheksbauten », Mitteilungen des Öst (...)

24Au tournant du siècle, on rêvait encore d’un grand « palais de bibliothèque »12, sur le modèle des autres villes. Une telle bibliothèque moderne devrait fusionner la Bibliothèque de l’Université et la Bibliothèque de la Cour. Ferdinand Eichler, un bibliothécaire de Graz, écrit à ce sujet :

  • 13 « Eine große Aufgabe hat aber der Staat in Wien zu erfüllen. Wenn wir die Straßen Wiens durchwande (...)

« Le gouvernement devra remplir une grande tâche à Vienne. Si nous parcourons les rues de la ville, nous nous réjouissons de la vue de beaucoup de nouveaux bâtiments splendides. Des théâtres, des musées, le Parlement et l’Hôtel de Ville, l’Université et la cathédrale s’élèvent au ciel dans des lignes magnifiques. Mais nous cherchons en vain le grand et moderne édifice de bibliothèque que nous trouvons ailleurs dans les villes les plus petites. » 13

25Vers 1910, un projet similaire prévoit une bibliothèque près du Nouveau Palais de la Cour impériale (Neue Holfburg). Voilà le rêve d’un centre culturel non réalisé, le rêve aussi d’un centre symbolique qui pourrait soutenir la comparaison des musées nationaux.

26En résumé, on peut constater que l’histoire de la Bibliothèque nationale reflète l’histoire de l’Autriche et les problèmes de l’identité du pays. Ce dernier étant indécis par rapport à son orientation, tiraillé entre l’ouest et l’est, entre les options d’un État multi-culturel avec plusieurs centres régionaux et nationaux et le rattachement à l’Allemagne, la principale bibliothèque du pays n’est devenue une vraie bibliothèque nationale qu’après la Deuxième Guerre mondiale.

Notes

1 L’exposé de l’histoire de la bibliothèque est tiré de Geschichte der Österreichischen Nationalbibliothek, édité par Josef Stummvoll ; première partie : Die Hofbibliothek (1368-1922), Vienne, Prachner, 1968 ; deuxième partie : Die Nationalbibliothek (1923-1967), Vienne, Hollinek, 1973.

2 Cité d'après O. Doublier, « Ein Vierteljahrhundert aus der Geschichte der Hofbibliothek 1891-1916 », in Festschrift der Nationalbibliothek in Wien. Herausgegeben zur Feier des 200 jährigen Bestehens des Gebäudes, Vienne, Österreichische Staatsdruckerei, 1926, pp. 163-210, citation p. 210.

3 « Sie wird [...] über ihren Rahmen als Hauptbibliothek Oesterreichs hinaus ein Sammelpunkt für die nationale Literatur jener deutschen Stämme sein müssen, die jetzt unter fremdnationale Herrschaft gekommen sind, besonders der kleineren Splitter, in den östlich und südlich gelegenen Staaten, also in Jugoslavien, Rumänien, Ungarn, (das heute nicht mehr unmittelbar mit deutschem Geiste in Berührung steht wie früher) in Polen, aber auch und das vielleicht in besonderen Masse, in Italien, das Deutschsüdtirol und deutsche Teile Kärntens annektiert hat. [...] Das aber ist dann ‘nationale’ Arbeit im eigentlichsten Sinne des Wortes ». Cité d’après J. Mayerhöfer, « Von der Hofbibliothek zur Nationalbibliothek (1899-1922) », in Geschichte der Österreichischen Nationalbibliothek, première partie, op. cit., p. 618.

4 « Wenn auch die österreichisch-ungarische Monarchie, einst einer der größten Staatskomplexe Mitteleutopas, nicht mehr besteht, so werden die Angehörigen ihrer sogenannten Sukzessionsstaaten, gerade vorzugsweise die slawischen, das Material zur Erforschung des staatlichen Werdens ihrer Heimat dauernd hier suchen und finden. Je verzweigter die Forschung wird und je mehr auch bei Politikern und Journalisten Vergangenheitwärts gerichtete Interessen fühlbar werden, desto mehr wird die Bibliothek ein friedliches, politisches Zentrum werden. [...] Sie wird [...] West und Ost wenigstens auf dem Gebiete der Wissenschaft wieder nahe zu bringen suchen ». Cité d’après ibid., p. 636.

5 « [...]die einzige Bücherei Europas, an der sämtliche slawische Literaturen in ihren wichtigsten Erscheinungen vertreten sind ». Cité d’après ibid., p. 590.

6 Cf. ibid., p. 531.

7 La phrase est empruntée au titre de Rohert menasse, Das Land ohne Eigenschaften. Essay zur österreichischen Identität, Francfort/Main, Suhrkamp, 1995.

8 « Für diese Neubenennung war insbesondere die Erwägung maßgebend, daß einerseits dieser Name am besten das Wesen und den Charakter dieser Bibliothek im Gegensatz zu den übrigen Staatsbibliotheken kennzeichnet, anderseits durch diesen Namen jeder staatsrechtliche Hinweis vermieden und lediglich die Zugehörigkeit zur Allgemeinheit ausgedrückt wird. » Cité d’après Josef Mayerhöfer, “Von der Hofbibliothek zur Nationalbibliothek (1899-1922)”, in Geschichte der Ӧsterreichischen Nationalbibliothek, première partie, op. cit., p. 580.

9 Die « [...] Pflege und Förderung eines selbstbewußten österreichischen Patriotismus ». Cité d’après E. Trenkler, « Vom Ende des Zweiren Weltkrieges zur Konsolidierung (1945-1949) », in Geschichte der Österreichischen Nationalbibliothek, deuxième partie, op. cit., p. 156.

10 « [...] daß die äußere Erscheinung des ehrwürdigen Instituts nicht ganz seiner Bedeutung und Würde entspreche und sich nicht mit dem Glanze der beiden kaiserlichen Hofmuseen vergleichen dürfe ». Cité d’après Doublier, « Ein Vierteljahrhundert aus der Geschichte der Hofbibliothek », p. 178.

11 W. von Harrel, Über Aufgaben und Ziele der classischen Philologie, Vienne, Selbstverlag der k.k. Universität, 1890, p. 35.

12 « Bibliothekspalast » ; cf. Ferdinand Eichler, « Moderne Bibliotheksbauten », Mitteilungen des Österr. Vereins für Bibliothekswesen, tome 10, 1906, n° 1, pp. 1-11, citation p. 11.

13 « Eine große Aufgabe hat aber der Staat in Wien zu erfüllen. Wenn wir die Straßen Wiens durchwandern, so erfreut sich unser Auge an dem Anblick vieler prächtiger neuer Gebäude. Theater und Museen, Parlament und Rathaus, Universität und Dom ragen in herrlichen Formen zum Himmel empor, aber das große, von Grund auf neu errichtete, moderne Bibliotheksgebäude, wie es anderwärts kleine und kleinste Städte bereits besitzen, das suchen wir vergebens ». Ibid., pp. 10-11.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540