Version classiqueVersion mobile

La construction du militaire, Volume 3

 | 
Benjamin Deruelle
, 
Hervé Drévillon
, 
Bernard Gainot

Auteurs

Texte intégral

1Martine Acerra est professeure d’histoire moderne à l’université de Nantes. Ses travaux s’attachent à l’histoire maritime de l’Europe moderne dans une perspective comparatiste, et particulièrement à l’histoire des villes-arsenaux et des villes-ports, à la transmission des savoirs techniques, industriels et gestionnaires, ainsi qu’à la perception des espaces maritimes. Elle est l’auteure de nombreux articles et ouvrages individuels ou collectifs dont : Rochefort et la construction navale française. 1661-1815 (Librairie de l’Inde, 1993) ou Arsenal et patrimoine. Europe Atlantique et Rochefort, xviie-xixe siècle (Rivages des Xaintons, 2009).

2Florence Alazard est maîtresse de conférences en histoire moderne à l’université François-Rabelais de Tours. Elle est l’auteure notamment de : Art vocal, art de gouverner. La musique, le prince et la cité en Italie à la fin du xvie siècle (Minerve, 2002) et Le lamento dans l’Italie de la Renaissance. « Pleure, belle Italie, jardin du monde » (Presses universitaires de Rennes, 2010). Ses travaux récents portent sur l’histoire culturelle et politique des guerres d’Italie.

3Julien Alerini est docteur et enseignant en histoire à l’université de Paris 1, rattaché à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC) et à l’Institut des études de la guerre et de la paix. Ses travaux concernent les relations sociales, politiques et économiques entre les populations civiles et les militaires à l’époque moderne. Il a écrit une thèse, à paraître, intitulée La Savoie et le « Chemin espagnol ». Les communautés alpines à l’épreuve de la logistique militaire (1560-1659).

4Stéphane Baudens est maître de conférences en histoire du droit de l’université Paul-Cézanne Aix-Marseille (UPCAM), détaché aux écoles de Saint-Cyr Coëtquidan depuis 2008. À travers la parution d’ouvrages et d’articles, il travaille actuellement sur les discours touchant la réforme de l’État absolutiste au xviiie siècle et les origines provinciales de la Révolution française.

5Élisabeth Belmas est professeure d’histoire moderne à l’université de Paris 13. Ses recherches portent sur l’histoire de la santé et des maladies des temps modernes ainsi que sur l’histoire du jeu et des loisirs dans la société française moderne, notamment en codirection avec S. Nonnis, La santé des populations civiles et militaires. Nouvelles approches et nouvelles sources hospitalières, xviie-xviiie siècle (2010), ou Les relations médecin-malade. Des temps modernes à l’époque contemporaine (2013).

6Joël Coste est professeur des universités-praticien hospitalier de biostatistique et d’épidémiologie à l’université Paris Descartes et directeur d’études d’histoire de la médecine à l’École pratique des hautes études (section des Sciences historiques et philologiques). Ses domaines de recherche incluent l’histoire intellectuelle et sociale de la médecine, l’épidémiologie historique et l’histoire culturelle des maladies. Il est l’auteur, le coauteur ou le co-éditeur de plus de 300 publications médicales et d’une dizaine de livres.

7Lorenzo Cuccoli est ATER à l’université Paris-Est Créteil et docteur en histoire des universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Institut d’Histoire de la Révolution française) et de Bologne. Sa thèse porte sur les ingénieurs militaires entre la France et l’Italie depuis la seconde moitié du xviiie siècle jusqu’au début du xixe. Il a été postdoctorant au CNRS dans le cadre du projet ANRACTAPOL pour la confection du Dictionnaire des Conventionnels, puis à la RGGU (Russian State University for the Humanities) pour un projet de recherche sur la recomposition de la hiérarchie militaire dans les armées révolutionnaires. Il est chercheur associé à l’université de Bologne, à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine, au Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC) de l’EHESS et au Centre de recherche en histoire européenne comparée. Il a été également ATER aux universités de Lille 3 et d’Aix-Marseille. Il est notamment l’auteur de plusieurs articles dont « Gouverner le front : des politiques d’exception ? Les cas des commissaires politiques “extraordinaires” aux armées dans les révolutions française et russe », Michel Biard et Jean-Numa Ducange (dir.), L’exception politique en révolution. Pensées et pratiques (1789-1917), Rouen, 7-8 novembre 2017, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2019, p. 187-209 ; « Les traductions des textes techniques destinés aux officiers des armes savantes (France-Italie/Italie-France, 1750-1840) », Pratiques et enjeux scientifiques, intellectuels et politiques de la traduction (1660-1840), ANR Euroscientia, Paris 3-5 décembre 2012, La Révolution française, 13/2018, https://journals. openedition.org/lrf/1940 ; et « Le armi dotte e la Rivoluzione francese : riformismo, elitismo, meritocrazia », Società e Storia, 135, 2012, p. 41-63.

8Benjamin Deruelle est professeur d’histoire moderne à l’université du Québec à Montréal et chercheur à l’Institut de recherches historiques du Septentrion (IRHIS UMR 8529-CNRS-Université de Lille). Ces travaux portent sur l’histoire de l’État, de la guerre et des élites, ainsi que sur la culture et les pratiques guerrières au tournant du Moyen Âge et de l’époque moderne. Il est notamment l’auteur de De papier, de fer et de sang : chevaliers et chevalerie à l’épreuve de la modernité (ca. 1460-ca. 1620) (2015), des chapitres sur la première modernité de L’histoire militaire de la France (2018) et a contribué à l’histoire globale de la guerre, Mondes en guerre (2019). Il codirige la série consacrée à la Construction du militaire (Éditions de la Sorbonne, 2013, 2017, 2020).

9Hervé Drévillon est professeur d’histoire à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et directeur de la recherche du Service historique de la Défense. Il a notamment publié, L’impôt du sang. Le métier des armes sous Louis XIV (2005), Batailles. Scènes de guerre de la table ronde aux tranchées (2007), et L’individu et la guerre. Du chevalier Bayard au soldat inconnu (2103). Il a également dirigé l’Histoire militaire de la France (2018) et la collection Mondes en guerre (2019).

10Élisabeth Étienne est agrégée d’allemand et professeure d’allemand aux Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan (1992-2012). Ancienne élève de l’ENS de Fontenay-aux-Roses (1973-1977), elle a contribué notamment à l’ouvrage collectif, paru aux Presses universitaires de Rennes en 2004, La fascination de l’Inde dans le monde germanique avec l’article suivant : « Le svastika, de l’Inde au nazisme ».

11Renaud Faget est agrégé d’histoire et a soutenu une thèse en 2011 (IHRF, Paris 1) sur le commandement au début des guerres de la Révolution et sur l’émergence d’une doctrine militaire républicaine. Il a contribué à la rédaction du Dictionnaire des guerres et des batailles de l’histoire de France (Perrin, 2004) et du Dictionnaire des ministres de la Guerre (SHD, à paraître). Il est également l’auteur d’Austerlitz (Perrin, 2005) et il a publié une étude sur « La doctrine judiciaire de la guerre » dans les Annales historiques de la Révolution française (2010).

12Bernard Gainot est maître de conférences, habilité à diriger des recherches, honoraire en histoire moderne à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Membre du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage, ses recherches portent sur l’histoire des sociétés coloniales de la période moderne ; l’histoire impériale, plus particulièrement les conflits dans les espaces coloniaux entre 1763 et 1830 ; et l’histoire politique de l’Europe méditerranéenne (France, Italie, Espagne) entre 1792 et 1830. Il est l’auteur de l’Atlas des esclavages, en collaboration avec Marcel Dorigny, et de l’Atlas de l’Empire napoléonien, en collaboration avec Jean-Luc Chappey. Il a dirigé un volume sur La colonisation nouvelle, paru chez SPM fin 2018, et rédigé une Histoire de l’Empire colonial français de Richelieu à Napoléon (1640-1810). Il a également contribué à l’Atlante storico dell’Italia rivoluzionaria e napoleonica (Maria-Pia Donato, David Armando, Masimo Cattaneo, et Jean-François Chauvard [dir.]), et à l’Histoire militaire de la France (Hervé Drevillon et Olivier Wievorka [dir.]).

13Dénes Harai est docteur en histoire de l’université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne (2009). Il est chercheur associé à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066 - ENS-CNRS-Paris 1) et chargé des projets de recherche à l’École pratique des hautes études (EPHE). Il est l’auteur de plusieurs livres et de nombreux articles consacrés à l’histoire française et hongroise des xvie et xviie siècles, en focalisant essentiellement sur les aspects politiques et militaires ainsi que sur leurs représentations. Il a notamment publié : Grands serviteurs de petits États. Les conseillers de Navarre et de Transylvanie (xvie-xviie siècle), Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2012 ; Gabriel Bethlen, prince de Transylvanie et roi élu de Hongrie, (1580-1629), L’Harmattan (Histoire hongroise), 2013 ; Dictionnaire Richelieu (codirigé avec Françoise Hildesheimer), Honoré Champion, 2015 ; Le pouvoir au fil de l’eau. Usages politiques des images aquatiques en France (1594-1715), Les Indes savantes, 2015 (3e médaille du Concours des antiquités de la France décernée par l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 2016).

14Daniel Jaquet est un médiéviste, maître-assistant à l’université de Genève. Sa thèse (2013) porte sur la littérature technique des gestes du combat en armure à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance. Il s’est spécialisé dans les questions relatives à la mise par écrit et à la transmission des savoirs du corps. Il prépare la publication de la thèse chez Brepols (De Diversis Artibus) et a dirigé les ouvrages collectifs L’art du combat chevaleresque (Neuchâtel, Alphil, 2013) et, avec Nicolas Baptiste, Expérimenter le maniement des armes à la fin du Moyen Âge (Revue d’histoire suisse, 2016).

15Christophe Masson est docteur en histoire, art et archéologie de l’université de Liège. Il consacre ses recherches à l’histoire militaire des anciens Pays-Bas, de la France et de l’Italie de la fin du Moyen Âge et du début des Temps modernes. Ses travaux envisagent les armées comme des microsociétés répondant à leurs propres lois, coutumes, usages, hiérarchies, structures sociales et normes. Cet axe de recherche est complété par son exploration de la culture militaire de cette époque au travers des mémoires rédigés par les vétérans des guerres de l’époque et des traités théoriques d’art militaire qui se diffusent à grande échelle à partir des derniers siècles du Moyen Âge. Il est l’auteur de Des guerres en Italie avant les guerres d’Italie. Les entreprises militaires françaises dans la Péninsule à l’époque du Grand Schisme d’Occident, École française de Rome, 2014, et de nombreux articles. Il a codirigé, avec J. Dumont, C. Masson, le volume 121/1 de Le Moyen Âge, Le pouvoir par les armes, le pouvoir par les idées, 2015, ainsi qu’un hors-série de la Revue du Nord : É. Bousmar, A. Marchandisse, C. Masson, B. Schnerb (dir.), La bâtardise et l’exercice du pouvoir (xiiie-début xvie siècle) (2015).

16Florence Pauc a été reçue en 2009 au concours du Capes externe d’histoire-géographie. L’année suivante, elle a continué, dans le cadre de son master 2, les recherches menées lors de son master 1 qu’elle avait interrompues afin de passer le concours du Capes. Ses recherches l’ont amenée à produire le mémoire Les levées de milice provinciale du bataillon de Corbeil : un observatoire de la société du xviiie siècle, soutenu à Paris 1 sous la direction de monsieur Bernard Gainot, et lauréat du prix d’histoire militaire du ministère de la Défense en 2011. Elle a participé à l’ouvrage collectif Cultures et identités combattantes à paraître à l’été 2016 aux Publications de la Sorbonne. Actuellement elle enseigne en tant que professeure certifiée d’histoire-géographie à Villeneuve-le-Roi, dans le Val-de-Marne.

17Natalie Petiteau est professeure d’histoire contemporaine à l’université d’Avignon et chercheure au Centre Norbert-Élias (UMR 8562). Elle a publié en 2015 une biographie de Napoléon chez Armand Colin, Napoléon Bonaparte. La nation incarnée. Elle est aussi l’auteure de Lendemains d’Empire. Les soldats de Napoléon dans la France du xixe siècle, Paris, La Boutique de l’histoire, 2003. et de Guerriers de l’Empire. Expériences et mémoires, Paris, Les Indes Savantes, 2011.

18Patrick Villiers est professeur émérite en histoire moderne à l’université du Littoral Côte-d’Opale, fondateur du Centre de recherche en histoire atlantique et littorale (CRHAEL) université du Littoral-Côte-d’Opale, et membre de la Société française d’histoire maritime. Il a écrit de nombreux ouvrages sur le commerce colonial atlantique, la marine royale et la guerre de course, comme Marine royale. Corsaires et trafics dans l’Atlantique de Louis XIV à Louis XV (rééd. 2012) ; Les corsaires du littoral de Philipe II à Louis XIV (2000) ; ou encore Jean Bart, corsaire du Roi-Soleil (2014).

19Katia Visconti est professeure associée d’histoire moderne à l’Università degli Studi dell’Insubria. Elle est l’auteure de L’ultimo Direttorio : La lotta politica nella Repubblica cisalpina tra guerra rivoluzionaria e ascesa di Bonaparte, 1799-1800 (Guerini, 2011), de « A patriotic School : The Recruitment of the Italian Legion in France (1799-1800) », dans P. Serna et al. (dir.), Republics at War, 1776-1840. Revolutions, Conicts, and Geopolitics in Europe and in the Atlantic World (Palgrave McMillan, 2013) et de « La Storia americana di Carlo Botta : una proposta costituzionale per l’Impero dei francesi ? », dans A. De Francesco (dir.), Tra Washington e Napoleone. Quattro saggi sulla Storia americana di Carlo Botta (Guerini 2014).

© Éditions de la Sorbonne, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search