Version classiqueVersion mobile

La construction du militaire, Volume 3

 | 
Benjamin Deruelle
, 
Hervé Drévillon
, 
Bernard Gainot

Enjeux institutionnels et sociaux de la désignation/ identification du militaire

Les mots des soldats de la Grande Armée

Ce qu’être soldat de l’Empereur veut dire

Natalie Petiteau

Résumé

Les travaux d’anthropologie historiques portant sur les guerres des xviiie-xixe siècles ont jusqu’ici négligé d’interroger les regards que les combattants portaient sur eux-mêmes. Afin de comprendre comment les soldats de Napoléon se pensaient dans leur vie de militaire et dans leur action de citoyens, il convient d’être attentif à la façon dont ils se qualifiaient. Quels sont donc les mots qu’ils utilisent pour se dire et pour qualifier les situations qu’ils vivent. Voient-ils leur état de soldat comme un métier ? Le pensent-ils comme un service rendu à la nation ? Tirent-ils quelque fierté de la façon dont ils donnent de leur personne pour la défense de la patrie ? Dans leurs écrits se mêlent joies naïves du soldat, orgueil d’être militaire, sens du devoir, mais aussi sentiment de la misère de leur condition.

Texte intégral

  • 1  Alan Forrest, Napoleon’s men. The Soldiers of the Revolution and Empire, Londres/New York, Hambled (...)

1Alors que les travaux récents ont permis de mieux cerner les conditions de vie et de combat des soldats de l’Empire1, les historiens ont accordé peu d’attention aux regards que les combattants portaient sur eux-mêmes et à la façon dont ils se qualifiaient. Il y a pourtant là un volet essentiel pour une connaissance anthropologique des guerres de l’Empire : saisir le regard que les combattants posaient sur leur existence est essentiel pour comprendre ce que signifiait vraiment pour chacun la vie à l’armée.

  • 2  Alan Forrest, Napoleon’s Men, op. cit., p. 53-78.

2Alan Forrest a déjà mis en évidence la façon dont Napoléon a construit une image spécifique de ses soldats2. Il invite chaque Français à voir en eux des hommes dévoués et pétris de patriotisme, courageux et glorieux, méritant les honneurs dont il les couvre. Les Bulletins de la Grande Armée et Le moniteur sont en cela relayés par les œuvres des peintres. La cause y est entendue : l’armée est bien l’une des masses de granit du régime, l’empereur place les militaires au cœur de la recomposition sociale de la France postrévolutionnaire. Ce sont pourtant des mots imposés, qui transfigurent, donc qui trahissent. Quoi qu’il en soit, les conscrits doivent être vus comme ceux qui vont porter haut les couleurs de la France face à des ennemis qui poursuivent une lutte injuste contre la France de la Révolution et du progrès. Il reste néanmoins beaucoup à faire pour mieux connaître l’image que les soldats pouvaient avoir auprès des civils. Reste que, pour bien des familles, le soldat, c’est le fils ou le frère parti au loin dans des combats dont on craint sans cesse les issues.

  • 3  Odile Roynette, Les mots des tranchées. L’invention d’une langue de guerre, 1914-1919, Paris, Arma (...)
  • 4  Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française des origines à nos jours, t. 9, La Révolution et (...)
  • 5  Natalie Petiteau, Lendemains d’Empire, op. cit.

3Il semble donc plus urgent de poser la question du regard que chaque soldat porte sur lui-même, des mots qu’il utilise pour se dire et pour qualifier sa situation. Voit-il son état de soldat comme un métier ? Le pense-t-il comme un service rendu à la nation ? Tire-t-il quelque fierté de la façon dont il donne de sa personne pour la défense de la patrie ? Hélas, les sources qui permettent d’esquisser des réponses sont bien plus rares que pour la Première Guerre mondiale3. Ferdinand Brunot a reconnu qu’il est impossible de connaître le « parler du soldat » d’alors par l’oralité4. Quelques sources existent néanmoins, de deux ordres bien différents : d’une part, il s’agit des lettres que les soldats adressent à leur famille, mais bien peu sont conservées, et lorsqu’elles le sont, il faut bien reconnaître que l’on y repère les traces d’une autocensure qui fait que l’on ne dit pas tout de ce que l’on voit de la guerre5. Les très rares journaux publiés, en revanche, ne font guère état de réflexions sur la façon dont l’auteur pense sa vie de soldat et cette source ne sera pas évoquée ici.

4Par ailleurs, les hommes de Napoléon, conscients d’avoir vécu des événements exceptionnels, ont été nombreux à rédiger des mémoires, plus ou moins élaborés selon l’instruction dont ils étaient dotés. Il faut bien évidemment tenir compte du fait qu’il y a là écriture a posteriori, faisant d’autant plus problème dans ses liens à la réalité qu’elle est éloignée du temps des combats. Mais il convient de prendre alors cette source pour ce qu’elle est : elle révèle les représentations que les hommes se sont finalement faites de leur vie militaire, celle avec laquelle ils vivent dans l’après-1815, celle qu’ils ont transmise à leurs contemporains, les membres de leurs familles puis leurs lecteurs. Il y a là des échos déformés certes, mais échos quand même de la façon dont les acteurs ont vécu leur rôle de soldat. Si ces textes ne restituent pas forcément ce que les hommes pensaient au moment des combats, ils traduisent néanmoins la façon dont les hommes et les femmes du xixe siècle ont été invités à penser les guerres de l’Empire.

  • 6  Charlotte Nordmann, Jérôme Vidal, « Une provocation », introduction à Judith Butler, Le pouvoir de (...)
  • 7  Judith Butler, Le pouvoir des mots, op. cit.

5Car il y a par là un pouvoir performatif des mots ; les réitérations des mêmes expressions d’une lettre à une autre, d’un mémoire à un autre sont autant d’indices de l’état des esprits face à la situation militaire et de la façon dont s’impose la perception de l’« état de soldat », pour reprendre une expression que l’on trouve à plusieurs reprises dans les lettres. Or « nous sommes ce que nous sommes parce que nous avons été constitués comme sujets dans le langage et par le langage6 ». Par les mots avec lesquels chaque acteur des guerres de l’Empire traduit son expérience de soldat, il révèle comment il la voit, comment il la vit et il lui donne la forme sous laquelle elle est transmise à sa famille puis éventuellement aux lecteurs de ses mémoires. Son langage a bien ainsi une puissance d’agir7. Il apparaît que les mots des soldats ne sont pas les mêmes selon que sont évoqués les temps de garnison ou les temps des combats, ils ne sont pas les mêmes non plus selon que l’auteur est simple soldat ou officier, ils ne sont pas les mêmes selon que l’on prend en considération les lettres ou les mémoires.

La joie d’être soldat ou l’illusion des garnisons

  • 8  Série J des Archives départementales françaises.
  • 9  Ken Potel, Les oubliés du Premier Empire, Paris, Pleine vie, 1999.

6Notons tout d’abord qu’il est étonnant de constater que dans les lettres des soldats français, inédites8 ou non9, ne se trouve aucun commentaire sur l’état de soldat, ce qui n’est pas du tout le cas des lettres provenant des fonds belges… Ces commentaires sont-ils alors le signe de ce que, pour les jeunes conscrits belges, l’idée que l’on puisse être soldat est nouvelle, tandis que les Français sont habitués depuis longtemps à l’existence de la conscription ? Quoi qu’il en soit, les lettres du recueil de Ken Potel montrent toutes des soldats évoquant les fatigues et les misères de la guerre, mais de façon très distanciée, comme par crainte de la censure. Elles ne présentent aucun commentaire sur le métier de soldat, tout au plus quelques preuves que l’on s’efforce de bien faire ce métier que l’on ne nomme pas ainsi, ou son devoir, que l’on ne mentionne pas comme tel. Il faut d’ailleurs également relever l’absence totale d’expression de patriotisme dans ces lettres ; or, en ce cas, il ne peut y avoir effet de l’autocensure.

  • 10  Émile Fairon, Henri Heuse (dir.), Lettres de grognards, Liège/Paris, Bénard-Courville, 1936, p. 28
  • 11  Natalie Petiteau, « Les voyages des hommes de la Grande Armée : de la vie militaire aux pratiques (...)
  • 12  Émile Fairon, Henri Heuse (dir.), Lettres de grognards, op. cit., p. 61.

7Bien que dénuées elles aussi de sentiments patriotiques, les lettres des conscrits du département de l’Ourthe sont d’une autre teneur. Il s’agit de lettres archivées parce qu’utilisées à un moment ou à un autre en vue de démarches administratives. La seule logique de leur conservation tient à cela. Parmi leurs auteurs, un conscrit, en 1813, note : « Si j’ai le bonheur de m’en retourner, je ne serai pas fâché d’avoir vu du pays10. » La première signification positive donnée à la vie de soldat, c’est donc le fait de sortir de son cadre de vie habituel, de découvrir le monde en de nouvelles dimensions : être soldat, c’est donc bien entre autres être un voyageur11 ! En témoigne aussi Pierre Lempreur, qui écrit de Strasbourg, en mai 1809 : « Je me plais bien dans mon nouvel état. C’est un plaisir pour un jeune homme de voir beaucoup de pays12. » Être soldat signifie donc pour certains, en premier lieu, élargir l’horizon du monde connu. Tout se passe comme si les nouvelles recrues avaient le sentiment de devenir vraiment des hommes en s’inscrivant désormais dans un espace de dimension européenne.

  • 13  Ibid., p. 33.
  • 14  Ibid., p. 302.

8Nombreux sont ceux qui se disent satisfaits de leur « nouvel état ». Bernard Cappe, écrivant à ses parents, de Paris, le 29 mars 1813, indique : « Je vous dirai seulement que l’état militaire me paroit moins pénible que je ne me l’étais imaginé13. » On se laisse donc rapidement séduire par certains avantages de la vie militaire. Certes, les expressions de satisfactions peuvent sans doute avoir pour but de rassurer les familles. L’ensemble de ces lettres restitue néanmoins une acceptation point trop contrainte. Ainsi, sous la plume de Walthère-Joseph Cabolet, en décembre 1812, alors que se reconstitue une armée en Allemagne, il apparaît qu’il est satisfait de ce qu’il gagne et de la façon dont il est habillé : « soldat pour la vie, puisque nous ne pouvons point faire différemment14 », précise-t-il.

  • 15  Ibid., p. 53.
  • 16  Ibid., p. 57.
  • 17  Ibid., p. 61.

9Les affectations jouent bien évidemment un rôle dans la plus ou moins grande satisfaction face à son sort. Hubert-Joseph Cajot, qui écrit le 20 janvier 1813, se dit très heureux d’être dans la garde et, si ce n’était pour ses parents, il ne voudrait plus être « au pays » : « Car j’ai plus de plaisir ici sur un jour que je n’avais sur deux mois avant de partir […] un jour de bon fait oublier cent de mauvais15. » Mais il est encore en garnison, et une telle position éclaire bien évidemment la teneur de tels propos. Mais tous se disent notamment heureux de la bonne humeur et de la camaraderie qu’ils connaissent quotidiennement16. Ainsi Jean-Augustin Warland, également à Strasbourg en 1813, le confesse à ses parents : « Je vous prie de ne pas vous chagriner, car j’ai la joie au cœur. Je ris, je chante, je suis content. C’est la volonté de Dieu que je suis dans la guerre, mais Dieu merci, je m’y plais fort bien. J’espère, avec la grâce de Dieu, de retourner chez nous17. » Si la religion aide à la résignation, la découverte des plaisirs des solidarités et des distractions militaires compte également pour beaucoup.

  • 18  Ibid., p. 371.

10Plusieurs conscrits n’hésitent pas même à dire qu’ils jugent leur nouvelle situation meilleure que celle qui était la leur lorsqu’ils travaillaient, certains vont même jusqu’à annoncer qu’ils ne veulent pas envisager de devoir quitter l’armée18 :

Je suis content d’être soldat, je ne voudrais plus être cloutier
Je suis mieux que je n’étais avant de rejoindre
Je suis soldat pour la vie. Si j’avais su qu’il fait si bon dans le service militaire, il y aurait quatre ans que j’y serais. Si on voulait me donner mon congé, je ne le prendrais pas.

11Les joies de la camaraderie, jointes à la satisfaction de faire des tâches plus gratifiantes que dans la vie civile, conduisent donc les jeunes hommes de troupe fraîchement enrôlés à définir l’état de soldat comme un état enviable et à le concevoir comme une position sociale supérieure à celle d’un ouvrier ou d’un paysan.

  • 19  Ibid., p. 94.
  • 20  Ibid., p. 192.
  • 21  Jacques Chevillet, Souvenirs d’un cavalier de la Grande Armée, 1800-1810, présenté et annoté par C (...)
  • 22  Émile Fairon, Henri Heuse (dir.), Lettres de grognards, op. cit., p. 98.

12Or, pour certains, les jugements positifs sur l’état de soldat existent, y compris après les combats : Louis Christophe, de Liège, après la prise de Stralsund, le 8 avril 1808, écrit à ses parents : « Ne vous faites pas de la peine si mon frère vient à tomber dans la conscription, parce que l’état militaire est très bon19. » Jean-Henri Binot, le 14 novembre 1811, demeure optimiste même hors de sa garnison : « J’espère à l’avenir, écrit-il à ses parents, vous faire un détail de ma carrière. L’état militaire est beau et “respectif”, car on y apprend à vivre en bon garçon20. » Certains disent même leur enthousiasme à être dans une armée en campagne : « c’est un bonheur pour moi que de considérer une armée en mouvement21 », écrit un soldat en juillet 1804, mais il est vrai qu’il n’a pas encore rencontré l’épreuve du feu. C’est qu’alors, tous les rêves de gloire sont permis, et les jeunes enrôlés de 1804 peuvent encore croire que leur vie de soldat va être faite de jours de victoire. Ainsi Jean-Pierre Blaise souligne que son régiment était heureux de quitter le dépôt en 1805 : « nous étions persuadéz que, comendé par l’empereur, nous marcherions à la victoire22 ». Être soldat, c’est donc connaître l’émerveillement de l’action et même de l’aventure militaire. C’est connaître l’espoir de la gloire porteuse des promesses d’une vie meilleure.

13Il existe donc un relatif enthousiasme, mais qui s’exprime le plus souvent à un moment où celui qui écrit à ses proches n’a qu’une connaissance bien incomplète de la vie de soldat. Il sait ce qu’est la vie de garnison, il a connu les plaisirs de la vie d’une armée en campagne, il a parfois goûté à l’ivresse de la gloire, mais rares sont ceux, sans doute, qui écriraient encore de telles lettres en 1814 ou en 1815. On n’en a pas trace, en tout cas. Il faut donc, pour connaître la pensée des hommes qui ont connu les années les plus difficiles et qui ont traversé de nombreuses campagnes, se résoudre à utiliser la source que constituent les mémoires.

  • 23  Jacques Chevillet, Souvenirs, op. cit., p. 29.

14Les mémoires des plus modestes sont en général très factuels et ne livrent pas de réflexion sur la condition militaire. Jacques Chevillet explique cependant qu’être soldat, c’est suivre tout d’abord un parcours initiatique. À propos de son entrée à l’armée, en 1801, il explique que l’« on ne peut devenir bon soldat23 » sans faire son noviciat consistant en plusieurs épreuves d’usage parmi les vieux chasseurs. Par ailleurs, Florent Guibert, sergent-major, note ceci :

  • 24  Florent Guibert, Souvenirs d’un sous-lieutenant d’infanterie légère (1805-1815), éd. par Thierry R (...)

Le bon procédé de ces militaires et autres que j’ai été à portée de voir dans l’état militaire pendant dix ans m’attendrit et se sont souvent après rappelés à ma mémoire. Les personnes n’ayant point servi ne pourraient se faire une idée de cette union entre eux. Je ne sais si c’est le danger auquel ils sont exposés réciproquement, l’éloignement de leur patrie, ou un caractère que les chefs, depuis longtemps, tâchent d’inspirer à l’armée, etc., mais j’ai remarqué que plus un militaire est ancien de service, plus il est bon, désintéressé et secourable envers ses camarades. Il est de fait qu’une sympathie sans bornes règne parmi eux, et jamais aucun ressentiment de haine. Ce qui m’a fait dire et désirer plusieurs fois qu’il serait à désirer qu’il en fût de même parmi les civils24.

  • 25  Pour reprendre l’expression de Norbert Elias.
  • 26  André Corvisier, Armées et sociétés en Europe de 1494 à 1789, Paris, PUF, 1976.

15Voilà ce qui confirme que, même avec le recul du temps, être soldat renvoie notamment aux plaisirs d’une solide camaraderie, être soldat peut avant tout signifier être inséré dans un réseau de solidarités plus fortes qu’au village. À sa façon, Florent Guibert indique que l’armée devrait constituer un modèle d’organisation sociale qui donnerait à chacun une vie meilleure, qui ferait de la société civile une société plus policée et plus digne. La civilisation des mœurs25 passerait selon lui par l’armée. On est ici à l’opposé de ce que pouvait être la signification de la vie militaire telle qu’en ont rendu compte les hommes de 1914-1918… mais plus près de la conscience sociale du militaire de l’Ancien Régime26.

  • 27  François-Frédéric Billon, Souvenirs, 1804-1815, Paris, La Boutique de l’Histoire éditions, 2006, p (...)
  • 28  Ibid., p. 21.
  • 29  Jean-Baptiste Ricome, Journal d’un grognard de l’Empire, présenté par Jacques Garnier, Paris, Pres (...)
  • 30  Ibid., p. 47.

16Le recul du temps n’empêche pas des témoignages de départs enthousiastes, comme celui de Billon qui s’engage dans les vélites : « Je quittai ma mère et mon frère presque sans regrets, tant j’avais hâte de m’élancer vers un avenir si rempli d’espérances27. » On retrouve donc là ce que se disaient en direct les conscrits de Belgique : la vie de soldat est synonyme d’espoir de gloire. Billon précise même que cela est finalement le seul bien du soldat : « La gloire et la pipe, la fumée de la poudre sont pour le soldat français les seuls biens enviables ; il n’attend pas le baptême du feu pour se croire capable d’égaler nos plus habiles maréchaux28. » Un tel état d’esprit se retrouve sous la plume du modeste grognard Jean-Baptiste Ricome qui dit finalement sa fierté : « La terre n’a qu’un bon soldat, c’est le soldat français29 », « nous étions tous contents d’appartenir à une si belle armée30 ». Être soldat, c’est aussi être fier de l’être.

L’orgueil d’être militaire

  • 31  Émile Fairon, Henri Heuse (dir.), Lettres de grognards, op. cit., p. 50-51.
  • 32  Jacques-François Martin, Souvenirs de guerre du lieutenant Martin, texte présenté par Jacques Jour (...)
  • 33  Julien Combe, Mémoires du colonel Combe, 1793-1832, éd. par Michel Legat, Paris, Giovanangeli, 200 (...)
  • 34  Capitaine Vincent Bertrand, Mémoires. Grande Armée, 1805-1815. Recueillis et publiés par le colone (...)

17Il est vrai que ce sentiment de fierté se dit plus rarement dans les lettres que dans les mémoires. Le recul du temps a permis une lecture plus distanciée et donc enjolivée de la guerre. On note toutefois sous la plume de Jean-Joseph Hohn, qui écrit de Niort, le 7 juin 1811 : « Je suis très content. J’ai le meilleur cheval du régiment. Je suis aimé et très considéré de mes chefs, car je fais le même service qu’un caporal », il a alors quarante hommes sous ses ordres, dont il est fier de souligner qu’ils lui obéissent bien parce qu’il les traite avec justice31. Lorsque Jacques-François Martin pose sa candidature à l’École militaire de Saint-Cyr, en 1812, il se sentait, dit-il dans ses mémoires, « influencé par notre penchant national à voir du pays, peut-être même, s’il faut l’avouer, par le plaisir de porter l’uniforme32 ». Si l’on retrouve ici la propension des soldats de l’Empire à être des voyageurs heureux de voir du pays, on y décèle également ce qui est dans la culture de bien d’autres militaires : la fierté de se donner à voir comme faisant partie d’un groupe qui est alors valorisé. Pour Julien Combe, qui s’engage en 1807, « il n’y avait point d’adolescence pour quiconque avait le goût des armes ; la carrière militaire, si belle d’espérance sous un chef comme Napoléon, présentait à nos yeux un horizon sans limites. Tous les cœurs imbus de sentiments patriotiques et de l’amour de la gloire étaient fanatisés33 ». Être un soldat de l’Empire, c’est être animé des sentiments si bien dépeints après 1815 par Musset et Vigny, c’est se laisser guider par les promesses de gloire attachée au seul nom de Napoléon. Ainsi Vincent Bertrand, également dans ses mémoires, dit radicalement son orgueil d’être un soldat de Napoléon34. Être soldat quand on est soldat de Napoléon semble donc être pensé, a posteriori, comme une situation privilégiée.

18Et plus on porte de galons, plus cela semble vrai. Ainsi, en décembre 1804, Boulart passe à Reims voir ses parents,

  • 35  Mémoires du général d’artillerie baron Boulart, présentés par Jacques Jourquin, Paris, Tallandier (...)

fier d’être capitaine d’artillerie à cheval, glorieux de mes dorures, de mon pantalon à triples chevrons en galon d’or, de mon gilet écarlate à tresses d’or, de mon plumet rouge, de mon grand sabre, enfin de l’élégance qu’offrait l’ensemble de ce costume, je me pavanais dans les rues, la tête haute, le chapeau un peu de travers, le sabre traînant, supposant que mes compatriotes, parmi lesquels se trouvaient mes condisciples, feraient attention à moi35.

19Être officier dans les armées de Napoléon, c’est être porteur d’une parcelle de la gloire dont est nimbée la Grande Armée mais aussi son chef. C’est se penser comme jouissant d’une position sociale supérieure.

20Pourtant, Boulart a dû réviser sa conception quant à sa position sociale :

  • 36  Ibid., p. 128.

ô mystification ! l’attention que je provoquai fut celle de nombreux gamins qui me suivaient comme si j’eusse été un tambour-major. Les gens de Reims sont très peu engoués de l’état militaire ; les spéculations industrielles et commerciales absorbent toutes leurs pensées et tout ce qui s’y rattache mérite seul estime et considération ; aussi ce pays a-t-il fourni extrêmement peu d’officiers généraux et de militaires d’un nom un peu connu36.

21On trouve ici la trace précieuse de ces regards d’autrui : n’est pas forcément « péquin » celui que l’on croit… Boulart reste néanmoins optimiste, il persiste à penser que son ascension sociale dépend de ses progrès dans la hiérarchie militaire : à propos de sa situation en septembre 1806, il écrit : « Je ne voyais dans la guerre que de bonnes chances pour moi. » Être officier, c’est donc aussi s’inscrire dans une dynamique d’ascension sociale.

  • 37  Jacques-François Martin, Souvenirs de guerre du lieutenant Martin, op. cit., p. 154.

22Jacques-François Martin en donne cependant une vision complémentaire : pour lui il s’agit aussi de s’engager dans un véritable sacerdoce qui fait que l’on n’est même plus apte à appartenir à une communauté d’habitants : « Pour rester impassible en de telles circonstances, commente-t-il à propos des événements de Dresde, en 1813, il faut être devenu ce moine militaire qu’on appelle le vieux soldat, qui ne connaît plus d’autre clocher que son drapeau et d’autre famille que le régiment. L’honneur des armes, voilà son principe vital et sa raison d’être37. » Être soldat, c’est être l’homme d’un drapeau, c’est être finalement semblable au moine entré dans un ordre dont il ne sort plus jamais.

  • 38  Ibid., p. 158.

23Mais cet ordre est hiérarchisé, officiellement par les grades, bien évidemment, mais aussi par l’ancienneté : évoquant un canonnier défendant sa pièce contre des cosaques, Martin se souvient que « ce fut un beau mouvement et qui allait à l’âme. C’était comme un père défendant sa fille, ou, si vous aimez mieux, comme un époux prêt à mourir pour sauver sa fiancée des malandrins qui veulent l’enlever. Je vois encore son attitude et son mâle visage, […] c’était un vieux soldat38 ». Être un vieux soldat, c’est être devenu un militaire tellement bien rompu aux lois de la guerre qu’il n’a plus rien à apprendre et qu’il est le modèle de tous ceux qui espèrent progresser dans la carrière : être un vieux soldat, ce n’est pas forcément être au sommet de la hiérarchie des grades militaires, mais c’est avoir atteint le sommet de l’estime de ses compagnons d’armes. Les soldats de Napoléon ne lisent donc pas l’organisation de leur armée au seul prisme des promotions officielles. Chacun espère sans doute tout à la fois devenir général et vieux soldat.

24Il faut pour cela avoir réellement fait de la maîtrise des lois de la guerre un métier véritable. Désiré Briant de Laubrière en témoigne dans une lettre écrite de Leipzig à son cousin, le 2 octobre 1813 :

  • 39  Ken Potel, Les oubliés du Premier Empire, op. cit., p. 304.

Je suis donc à présent capitaine […] mon estomac qui est très délabré ne me permet pas de continuer longtemps l’honorable métier que j’ai embrassé. Je ne puis résister à toutes les fatigues que demande mon métier ; il faut avouer que c’est bien malheureux de rester en chemin à mon âge, mais je ne puis plus prétendre à d’autres avancements car ma poitrine ne me permet pas d’avoir le ton de commandement aussi fort qu’il le faudrait39.

  • 40  Émile Fairon, Henri Heuse (dir.), Lettres de grognards, op. cit., p. 124.
  • 41  Ibid., p. 365.
  • 42  Jean-Nicolas-Auguste Noël, Souvenirs militaires d’un officier du Premier Empire, rééd. par Christo (...)

25Les officiers pensent leur vie de soldat comme un vrai métier. En décembre 1804, le capitaine Pierre Lejeune, alors âgé de quarante-deux ans, écrit d’Italie à son homme d’affaires, vieil ami de sa famille : « Je pense réellement à me retirer du service. Ce n’est plus un métier de mon âge, j’en suis dégoûté40. » Mais quand, en août 1809, il voit ses camarades partir pour une nouvelle campagne, il en est désappointé : « Quelle chienne de vie que la mienne, ayant été accoutumé à la plus grande activité ! […] C’est un fichu jeu que de jouer à se faire tuer, mais c’est la vie du soldat, et il en vaut bien un autre41. » On voit ainsi comment, de campagne en campagne, de 1804 à 1809, cet homme persiste à penser sa vie d’officier comme un véritable métier, et puisqu’il est le seul qu’il sache faire, il persiste à y faire carrière, en dépit des fatigues de la guerre. Et c’est aussi de métier dont parle le colonel Noël qui conclut, à propos de la campagne d’Allemagne : « J’aime pourtant mon métier de soldat, mais j’ai été plus heureux de me battre pour notre indépendance que de prendre part à des guerres de conquêtes42. » Toujours fort critique à l’égard de l’Empereur, Noël peine à accepter de faire son métier pour une cause qu’il n’estime pas juste. Le métier de soldat ne peut être noble que s’il est destiné à défendre la cause de la patrie en danger. Exercer le métier de soldat, c’est donc avoir le sens du service de la patrie, c’est savoir ce que l’on doit à celle-ci, c’est, finalement, être un homme de devoir.

Le sens du devoir

  • 43  Émile Fairon, Henri Heuse (dir.), Lettres de grognards, op. cit., p. 268-269.
  • 44  Victor Dupuy, Souvenirs militaires de Victor Dupuy, chef d’escadrons de hussards (1794-1816), publ (...)
  • 45  Victor Dupuy, Souvenirs, op. cit., p. 3.
  • 46  Ibid., p. 10.
  • 47  Ibid., p. 29.
  • 48  Ibid., p. 32.

26Véritable métier donc, l’état de soldat en est un aussi parce qu’il impose à chacun des devoirs. Le premier d’entre eux est d’apprendre le maniement des armes, comme en témoigne Gilles-Joseph Wéra, de Munster, en février 1812, en écrivant à sa famille : « puisqu’il faut être soldat, on doit prendre son parti et à présent, je veux apprendre à tirer des armes et à pouvoir me défendre militairement. Je veux laisser le chagrin de côté et ne plus penser qu’à la joie, malgré toute la misère où je suis plongée, éloigné de vous comme je le suis43 ». On se console donc de l’éloignement des siens en se soumettant à l’apprentissage de son métier. Être soldat, c’est se plier à un apprentissage. Dupuy s’habitue vite aux corvées qui incombent à un nouveau cavalier : étriller les chevaux, balayer l’écurie, porter les ballots de fourrages ou les sacs de grain, mais « les corvées intérieures de la caserne furent celles qui me parurent les plus désagréables » ajoute-t-il44. Puis le service lui « devint même agréable » grâce au fait qu’il se voit bientôt confier des tâches plus nobles45. Il trouve en revanche « le service très pénible » quand il y a de nombreux tours de garde à faire et des reconnaissances aux avant-postes génératrices d’escarmouches46. Il prend ses galons de brigadier en l’an X sans beaucoup de plaisir : « J’étais heureux comme chasseur ; aimé de mes camarades, considéré de mes chefs, la vie m’était assez douce47 ». Un soldat qui parvient à bien remplir les devoirs qui lui incombent semble donc heureux dans ses fonctions, surtout quand il s’agit d’y accomplir des tâches gratifiantes. Quand arrivent les bruits de descente en Angleterre, il demande à faire partie des escadrons de guerre, soucieux sans doute, quoi qu’il en dise, d’obtenir lui aussi de l’avancement48.

27Mais en l’an XII, il apparaît de nouveau satisfait de sa position :

  • 49  Ibid., p. 33.

De tous les grades que j’ai obtenus, […] ce fut celui [de maréchal des logis chef] qui me flatta le plus. J’étais jeune, sans ambition, je commandais à des hommes de choix, je jouissais de l’amitié de mes subordonnés, de la considération de mes chefs et, certes, je n’eusse pas échangé dans ce moment mon double galon d’argent contre une épaulette, dans une autre compagnie49 !

  • 50  Ibid., p. 68.
  • 51  Ibid., p. 76.
  • 52  Ibid., p. 108.
  • 53  Ibid., p. 130.
  • 54  Ibid., p. 164.
  • 55  Ibid., p. 311.

28Dupuy se montre toujours content de ses promotions, tout en regrettant les camarades qu’il est alors amené à quitter : ses plaintes ne portent pas sur le métier de soldat mais sur la mauvaise organisation de tel ou tel service, par exemple celui des reconnaissances composé « d’un trop grand nombre d’hommes, qui n’étaient pas tous bien montés50 ». Il est officier, il raisonne en professionnel, son discours n’est pas celui des hommes de troupe et sa vision du métier de soldat n’est pas la même. Et même quand il plaint les souffrances de ceux qui meurent à petit feu après avoir été blessés sur le champ de bataille, il n’a aucune réflexion sur la dureté du métier de soldat51. Et alors que se profile la campagne de 1809, il révèle son ardeur au combat : « on parlait beaucoup de guerre ; nous en étions enchantés, parce que lorsque les balles sifflent, lorsque chaque jour les salves ennemies tourbillonnent autour de vous, les gens de la faveur ne viennent guère vous enlever les places qui vous sont destinées52 ! ». Dupuy montre ainsi que l’armée est un espace social et professionnel où les faveurs ne peuvent pas, selon lui, avoir réellement cours, tant les compétences sont essentielles à qui tente de cueillir de la gloire. Officier de cavalerie, il acquiert une haute idée de ses fonctions dans une vision finalement toute romantique du métier de soldat : il parle même de combats de cavalerie « magnifiques53 », il souligne que « lorsque l’on voulait acquérir de la gloire et faire son chemin, il fallait être partout où il y avait des coups à donner ou à recevoir54 ! ». Nul passe-droit ne serait ainsi possible, chaque grade, chaque promotion ne peut qu’être mérité, puisque l’armée est avant tout guidée par le sens du devoir. Il termine en parlant du « bonheur de servir sa patrie55 ». Là est aussi l’essence du métier de soldat.

  • 56  Jacques-François Martin, Souvenirs de guerre du lieutenant Martin, op. cit., p. 74.
  • 57  Émile Fairon, Henri Heuse (dir.), Lettres de grognards, op. cit., p. 185.

29Si le souci de servir sa patrie est un devoir du soldat, le courage en est un autre. C’est lui qui forge véritablement la personnalité du militaire digne de ce nom, comme en témoigne Jacques-François Martin : « La vie de soldat à la guerre exerce une heureuse influence sur le jeune homme qui n’est pas trop mal disposé. S’il est officier surtout, le sentiment du devoir, celui de sa responsabilité, la lutte avec les privations et les souffrances, les actes de dévouement mutuel à la fois simples et touchants dont il est parfois le témoin, enfin sa continuelle familiarité avec la mort, tout cela, non seulement développe ses facultés, mais élève son âme, la fortifie et la mûrit56. » Chacun a donc le devoir d’acquérir la force permettant d’endurer la vie de soldat, comme l’indique une lettre de Louis Christophe, de Tortose, écrite le 29 juin 1811 : « j’ai vu beaucoup de mes camarades tomber de chaque côté de moi […], ce qui m’a fait beaucoup de peine, mais ça ne m’a pas ôté le courage ni la force qu’un brave militaire doit avoir pour sa patrie57 ». Pour bien satisfaire aux nécessités du service de la patrie, il faut donc avoir un caractère suffisamment bien trempé pour surmonter les dangers du combat.

30Mais au-delà du courage, il y a la nécessité, pour le mémorialiste Jacques-François Martin comme pour l’épistolier Louis Christophe, de l’aptitude à ne plus être sensible à la souffrance d’autrui :

  • 58  Jacques-François Martin, Souvenirs de guerre du lieutenant Martin, op. cit., p. 188.

Quant à l’esprit du soldat, ses impressions se modifient étonnamment, surtout sur le champ de bataille ; on pourrait en citer mille preuves. Voyez seulement cet homme, qui, dans son village, mis en présence d’un malheureux fracassé, pouvait à peine supporter la vue de ces horribles plaies, et qui, lorsqu’il sera de retour, éprouvera à peu près les mêmes sensations en cas pareil, voyez-le maintenant parmi ces êtres affreusement mutilés et tout palpitants ; il marche au milieu d’eux presque avec indifférence, quoique ce soient pourtant ses camarades et qu’il puisse à chaque instant tomber de même58.

31C’est par cette indifférence au spectacle des blessés et des morts que l’on devient un vrai soldat, et bientôt peut-être, un vieux soldat

32Mais si l’on écoute les conclusions du célèbre capitaine Coignet, il est un autre devoir qui doit être cher au soldat :

  • 59  Jean-Roch Coignet, Les cahiers du capitaine Coignet, établissement du texte et préface par Jean Mi (...)

Maintenant, qu’il me soit permis de parler aux pères de famille qui me liront, de faire tous leurs efforts pour faire apprendre à leurs enfants à lire et à écrire. Qu’ils fassent tous leurs efforts pour les amener au bien, c’est le plus bel héritage qu’ils [puissent] leur donner ; cela s’emporte avec soi. Si mes parents m’avaient gratifié de ce don précieux, j’aurais pu faire un soldat marquant dans l’histoire du règne de mon Empereur. […] A 33 ans, je ne savais ni A ni B et là, ma carrière pouvait être ouverte si j’avais su lire et écrire. Il y avait chez moi courage et intelligence ; jamais puni, toujours présent à l’appel, infatigable dans toutes les marches et contremarches. J’aurais pu faire le tour du monde sans me plaindre. Pour faire un bon soldat, il faut courage dans l’adversité et obéissance à tous ses chefs, sans exception de grade. Il n’y a pas de soldat sans peur. Le premier boulet fait frissonner le soldat dans l’inaction ; et sitôt qu’il lui est permis de faire feu, c’est un soldat accompli pour la journée et tous les jours il se trouve dans le même cas. Mais le soldat qui attaque ne se trouve pas dans le même cas ; il a une espèce de jouissance à faire le coup de fusil sur son ennemi et de marcher en avant. [Ce] qui fait le bon soldat, c’est le bon officier. Je n’ai jamais puni un de mes vieux grognards, sévère avec eux en paroles, mais jamais en actions. Aussi, rentré en campagne, j’en ressentais les fruits toujours bienveillants envers moi59.

  • 60  Sur ces projets d’intégration sociale et de bienfaisance nationale, voir Stuart Woolf, « The Grand (...)

33Seule semble importante, selon Coignet, l’instruction permettant de monter en grade, car finalement, il n’est point de bon soldat sans bon officier, le bon officier est la quintessence du soldat60.

34Il n’en existe pas moins des dissensions, d’un mémorialiste à l’autre, quant à la définition des devoirs du soldat. Selon Billon, l’un d’eux est de faire le bien autour de soi à tout prix :

  • 61  François-Frédéric Billon, Souvenirs…, op. cit., p. 39.

À cette époque de ma jeunesse, j’avais encore la naïveté de penser qu’un soldat ne doit jamais laisser passer une occasion de faire un peu de bien, même à ses ennemis, de soulager quelque misère, en compensation de tout le mal qu’il cause dans sa passive coopération61.

35Mais le capitaine Bertrand donne une autre version à propos du passage de la Bérézina, où les chefs ont donné ordre de sauver tout ce qui est resté groupé autour du drapeau :

  • 62  Capitaine Vincent Bertrand, Mémoires, op. cit., p. 155.

je m’entends appeler par mon nom et je vis dans cette triste cohue la femme d’un sous-officier de mon régiment, tenant dans ses bras son enfant qui se mourait. Cette vue me procura l’impression la plus atroce que j’ai jamais pu ressentir, j’aurai toujours devant les yeux l’expression du visage de cette mère aux regards éperdus et suppliants. Mais mon devoir de soldat, tout en me déchirant le cœur, passa avant tout sentiment de commisération. En toute autre circonstance, j’aurais donné ma vie pour sauver cette femme et son enfant62.

36Vincent Bertrand a finalement fort bien résumé ce que sont les devoirs du soldat, en citant ce qu’il a appris de son camarade de lit, dès son intégration dans sa compagnie :

  1. Obéir à ses chefs

  2. Être brave sur le champ de bataille

  3. Battre l’ennemi de la France

  4. Protéger, en tous pays et en toutes circonstances, les enfants, les femmes, les vieillards

  5. Ne jamais perdre de vue le drapeau, c’est le point de ralliement, la gloire, la France

    • 63  Ibid., p. 11-12.

    Ne jamais déserter63.

  • 64  Ibid., p. 90.
  • 65  Ibid., p. 97.

37Mais il fournit des précisions en évoquant les lendemains de Wagram, en 1809, sur la route de Vienne : « On nous affecte une grande chambre […] et aussitôt chacun, selon le premier devoir du soldat, se met en mesure de nettoyer et de mettre en état ses effets, son équipement, ses armes64. » Par ailleurs, il explique qu’il a renoncé à revoir une jeune femme dont il était amoureux « voyant que j’avais le cœur pris, et réfléchissant qu’un soldat en campagne se doit tout à son drapeau », il ne retourne pas la voir65. Bref, un soldat est un homme qui se donne totalement à son drapeau, qui est toujours prêt à se battre pour sa patrie et à triompher par sa bravoure, sans négliger le fait que pour cela, il convient d’avoir uniforme et armes en parfait état. C’est donc bien d’un véritable sacerdoce, une fois encore, qu’il s’agit. Ceux qui en tout cas sont rentrés vivants et suffisamment instruits pour mettre leurs souvenirs par écrit laissent deviner dans leurs témoignages que c’est ainsi qu’ils définissaient leur « état ». Sans doute est-ce en assumant ainsi la vie militaire que l’on parvient à surmonter la misère que l’on côtoie chaque jour dans les campagnes militaires et qui fait aussi la définition de l’état militaire.

La misère des campagnes

  • 66  Émile Fairon, Henri Heuse (dir.), Lettres de grognards, op. cit., p. 40.
  • 67  Ibid., p. 59.
  • 68  Ibid., p. 357.
  • 69  Ibid., p. 110.

38À lire les témoignages cités jusqu’ici, on a le sentiment qu’être soldat des armées napoléoniennes signifie uniquement goûter aux joies de la camaraderie, aux satisfactions d’un parcours initiatique enrichissant, et à l’ivresse de la gloire. Mais il faut ne pas oublier, bien évidemment, que beaucoup de conscrits ont également déploré leurs conditions de vie misérables et souhaité en nombre de lettres que leurs frères échappent au service66. Ainsi, Jean-Léonard Mafatz écrit de Bayonne, à ses parents, le 16 décembre 1807 : « Faites votre possible pour ne pas laisser venir mes frères. Car c’est un bien triste état d’être soldat. Ce n’est pas que j’aie mauvais au service, comme je suis en grade, mais le pauvre soldat n’est pas trop bien67. » De Madrid, le 15 juin 1808, François-Joseph Joskin écrit à sa mère : « le grand malheur que j’ai eu de tomber dans la conscription ! la malheureuse vie que c’est d’être soldat68 ! ». Jean-Joseph Jeunechamps, en août 1809, de Vienne, résume sa situation par ces mots : « c’est une grande misère que d’être militaire69 ».

  • 70  Ibid., p. 163.
  • 71  Ibid., p. 208.

39Cette déploration tient à deux causes essentielles. D’une part, les conditions matérielles qui définissent la vie du soldat en campagne expliquent le contraste de ces discours avec ceux des jeunes recrues habituées uniquement à la vie de garnison. Mathieu Leclercq, le 6 avril 1808, précise que « l’état militaire est un pauvre état. Un jour on a du pain, l’autre on n’en a pas. C’est bien vrai que nous avons une bouteille de vin par jour. Mais pour le pain, il est très mauvais70 ». Pierre-Joseph Leclercq, le 5 février 1812, expose combien les soldats ont faim faute de ravitaillement : « je vous promets bien que si j’avais trente-six frères, je ne conseillerais à aucun de servir, car en vérité, c’est un pauvre état. Il y a une quantité de camarades qui sont malades de faiblesse71 ». Si l’état de soldat est un pauvre état, c’est parce que, matériellement, il est difficile d’y faire face. Sortis des garnisons, les hommes sont confrontés à des conditions de vie cette fois bien plus pénibles que celles qui étaient les leurs au sein de leurs familles.

  • 72  Ibid., p. 138.
  • 73  Ibid., p. 182.
  • 74  Maurice Messiez, Pierre Decouz par lui-même, Challes-les-Eaux, Curandera, 1989, p. 97.
  • 75  Émile Fairon, Henri Heuse (dir.), Lettres de grognards, op. cit., p. 139.
  • 76  Jean-Paul Bertaud, « Les soldats médiateurs de l’horreur », dans Quand les enfants parlaient de gl (...)

40D’autre part, la découverte de la réalité des combats éclaire cette définition de l’état de soldat comme « un triste état ». En septembre 1807, d’Alexandrie, en Italie, Léonard Lovinfosse, qui a été cinquante jours à l’hôpital, laisse comprendre son état d’esprit à ses parents : « Que Dieu me donne la force de soutenir le fléau de la guerre72. » Et quand il ne s’agit pas de surmonter les douleurs de ses propres blessures, il faut de toute façon affronter la vue de celles de ses camarades. Ainsi Jean-Hubert Georis, à Séville, le 15 novembre 1810, observe : « L’état d’un soldat est l’état le plus pénible qu’il y ait au monde. Un soldat est pour souffrir toutes les disgrâces qui se présentent devant ses yeux, tant qu’il conserve la santé il est heureux73. » Même le général Pierre Decouz, le 10 septembre 1809, reconnaît que l’état militaire est devenu « désastreux pour la vie humaine74 ». On comprend ainsi que plusieurs lettres disent combien on espère obtenir un congé de réforme75. L’état de soldat est finalement un état qu’il faut absolument parvenir à quitter : on est ici à l’opposé des discours des jeunes recrues encore épargnées par les réalités des combats76.

  • 77  Jean-Roch Coignet, Les cahiers…, op. cit., p. 43.
  • 78  Jean-Nicolas-Auguste Noël, Souvenirs…, op. cit., p. 51.

41Ainsi, être soldat, c’est vivre une vie qui n’a rien de commun avec celle des civils, ce qui éclaire le légendaire mépris des soldats pour les « péquins ». Être soldat, c’est être inséré dans une société spécifique, qui a ses codes et sa hiérarchie, et qui, par ce qu’impose le métier de guerrier, est radicalement séparée de la société civile : être soldat, c’est appartenir à un autre monde où les souffrances ont été telles que nombreux sont ceux qui ont éprouvé le besoin d’en rendre compte a posteriori par leurs mémoires. Coignet y fait allusion : « je vais commencer mon état militaire. Première partie de mes peines, et celles-là ne sont que des roses77… ». Le colonel Noël, à propos de la campagne d’Allemagne en 1809, indique clairement à quoi se résume l’état militaire : « Quoi qu’on en ait dit du désir qu’avait l’armée de toujours se battre, rien n’est plus faux. Après les fatigues, les souffrances, les misères qu’entraîne toujours une campagne pour les soldats, tous aspirent au repos78. » Il précise même :

  • 79  Ibid., p. 135-136.

C’est ignorer ce qu’est en campagne la vie du soldat, que de croire qu’il désire la guerre. Depuis longtemps on l’a dit : la gloire des chefs est faite du sang et des souffrances du soldat […] Si, au début d’une campagne, quelques-uns s’en réjouissent, bientôt les fatigues, les privations, les misères de toutes sortes viennent calmer ce désir de guerre. La lutte et ses émotions font un instant oublier les dangers et les peines ; mais la vue du champ de bataille, même après une victoire, ces morts jetés pêle-mêle dans une fosse creusée à la hâte […], ces blessés abandonnés sans secours […], ces cris et ces plaintes qui partent des ambulances, calment bien vite les plus ardents, et à moins qu’une guerre ne soit nationale, on en est bien vite las79.

42Coignet, l’un des plus célèbres parmi les auteurs de mémoires sur l’Empire, ne parle guère de ce qu’il ressent au cours de ses marches et de ses combats. Il n’hésite pas en revanche à évoquer son admiration pour Napoléon. Il note toutefois, en relatant la campagne de Pologne, après deux jours d’une marche dans des sables trempés d’eau et de boue :

  • 80  Jean-Roch Coignet, Les cahiers…, op. cit., p. 131-132.

Le découragement commençait à se faire sentir dans les rangs d[es] vieux soldats. Il y a eut qui se suicidèrent dans le transport des souffrances. Nous en perdîmes bien 60 dans le trajet de deux jours pour arriver à Pultusk […]. C’est là le bout de notre misère, il ne fut pas possible d’aller plus loin. […] Jamais l’homme ne pourra peindre cette misère […] c’est là que [l’Empereur] vit la désolation dans les rangs de ses vieux soldats qui se faisaient sauter la cervelle. Et c’est de là qu’il nous traita du nom de grognards, nom qui nous est resté et qui nous fait honneur aujourd’hui80.

43Le mot tant attendu est lâché : être soldat de Napoléon, c’est donc être un grognard. Ce qui signifie un homme qui proteste contre les conditions de vie qui lui sont faites, qui est consterné devant les horreurs des combats, mais qui demeure animé de l’envie de gloire et d’une fascination pour l’Empereur. Mais la hiérarchie interne dessinée notamment par Jean-Roch Coignet ou Jacques-François Martin permet de comprendre comment seule une minorité a pu finalement se glorifier du titre de « grognard », tandis qu’une majorité des survivants est rentrée pour dire que l’état militaire est « un triste état » qu’il ne faut absolument pas envier.

44Force est néanmoins de reconnaître que bien peu de termes ont été livrés par les soldats sur la façon dont aurait existé un vocabulaire spécifique par lequel ils se seraient qualifiés eux-mêmes. Ferdinand Brunot n’en a lui-même pas repéré, hormis justement le célèbre « grognard », faute de source sans doute : on ne dispose pas pour l’Empire de journaux écrits par les hommes, ni d’une littérature équivalente à celle de Barbusse et les officiers ne font pas état de termes particuliers. Reste que les acteurs des guerres de l’Empire n’ont pas été avares d’expressions permettant de cerner comment ils définissaient leur condition. À lire sous ces différentes plumes la définition du soldat des armées napoléoniennes, l’historien comprend comment a pu tout à la fois se forger une légende dorée des guerres napoléoniennes et exister dans chaque village de France ou chaque quartier des villes françaises des vétérans qui ont diffusé une image autre de l’armée de Napoléon. Être soldat de l’Empire signifie certes faire l’apprentissage d’une vie dont on estime qu’elle mérite l’admiration de tous ses concitoyens, c’est aussi se donner les moyens d’une ascension sociale enviable, mais c’est par ailleurs endurer des souffrances dont nul civil ne peut avoir idée. C’est donc bien être un homme au statut spécifique au sein de l’univers sociopolitique de l’aube de l’ère contemporaine.

Notes

1  Alan Forrest, Napoleon’s men. The Soldiers of the Revolution and Empire, Londres/New York, Hambledon, 2002 ; Natalie Petiteau, Lendemains d’Empire. Les soldats de Napoléon dans la France du xixe siècle, Paris, La Boutique de l’histoire, 2003 ; Sylvie Caucanas, Jean-Marc Olivier, Natalie Petiteau (dir.), Les Européens dans les guerres napoléoniennes, Toulouse, Privat, 2012.

2  Alan Forrest, Napoleon’s Men, op. cit., p. 53-78.

3  Odile Roynette, Les mots des tranchées. L’invention d’une langue de guerre, 1914-1919, Paris, Armand Colin, 2010.

4  Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française des origines à nos jours, t. 9, La Révolution et l’Empire, Paris, Armand Colin, 1937, p. 983-1007.

5  Natalie Petiteau, Lendemains d’Empire, op. cit.

6  Charlotte Nordmann, Jérôme Vidal, « Une provocation », introduction à Judith Butler, Le pouvoir des mots. Politique du performatif, Paris, Éditions Amsterdam, 2004 [1997], p. 8.

7  Judith Butler, Le pouvoir des mots, op. cit.

8  Série J des Archives départementales françaises.

9  Ken Potel, Les oubliés du Premier Empire, Paris, Pleine vie, 1999.

10  Émile Fairon, Henri Heuse (dir.), Lettres de grognards, Liège/Paris, Bénard-Courville, 1936, p. 28.

11  Natalie Petiteau, « Les voyages des hommes de la Grande Armée : de la vie militaire aux pratiques de la mobilité géographique », dans Nicolas Bourguinat, Sylvain Venayre (dir.), Voyager en Europe de Humboldt à Stendhal. Contraintes nationales et tentations cosmopolites, Paris, Nouveau Monde éditions, 2007, p. 345-363.

12  Émile Fairon, Henri Heuse (dir.), Lettres de grognards, op. cit., p. 61.

13  Ibid., p. 33.

14  Ibid., p. 302.

15  Ibid., p. 53.

16  Ibid., p. 57.

17  Ibid., p. 61.

18  Ibid., p. 371.

19  Ibid., p. 94.

20  Ibid., p. 192.

21  Jacques Chevillet, Souvenirs d’un cavalier de la Grande Armée, 1800-1810, présenté et annoté par Christophe Bourachot, Paris, La Boutique de l’histoire éditions, 2004, p. 43.

22  Émile Fairon, Henri Heuse (dir.), Lettres de grognards, op. cit., p. 98.

23  Jacques Chevillet, Souvenirs, op. cit., p. 29.

24  Florent Guibert, Souvenirs d’un sous-lieutenant d’infanterie légère (1805-1815), éd. par Thierry Rouillard, Paris, La Vouivre, 1997, p. 21.

25  Pour reprendre l’expression de Norbert Elias.

26  André Corvisier, Armées et sociétés en Europe de 1494 à 1789, Paris, PUF, 1976.

27  François-Frédéric Billon, Souvenirs, 1804-1815, Paris, La Boutique de l’Histoire éditions, 2006, p. 23.

28  Ibid., p. 21.

29  Jean-Baptiste Ricome, Journal d’un grognard de l’Empire, présenté par Jacques Garnier, Paris, Presses du CNRS, 1988, p. 29.

30  Ibid., p. 47.

31  Émile Fairon, Henri Heuse (dir.), Lettres de grognards, op. cit., p. 50-51.

32  Jacques-François Martin, Souvenirs de guerre du lieutenant Martin, texte présenté par Jacques Jourquin, Paris, Tallandier, 2007 [1867], p. 14.

33  Julien Combe, Mémoires du colonel Combe, 1793-1832, éd. par Michel Legat, Paris, Giovanangeli, 2006, p. 33.

34  Capitaine Vincent Bertrand, Mémoires. Grande Armée, 1805-1815. Recueillis et publiés par le colonel Chaland de Guillanche, son petit-fils, rééd. par Christophe Bourachot, Paris, À La Librairie des Deux Empires, 1998, p. 15.

35  Mémoires du général d’artillerie baron Boulart, présentés par Jacques Jourquin, Paris, Tallandier (Bibliothèque napoléonienne), 1992, p. 128.

36  Ibid., p. 128.

37  Jacques-François Martin, Souvenirs de guerre du lieutenant Martin, op. cit., p. 154.

38  Ibid., p. 158.

39  Ken Potel, Les oubliés du Premier Empire, op. cit., p. 304.

40  Émile Fairon, Henri Heuse (dir.), Lettres de grognards, op. cit., p. 124.

41  Ibid., p. 365.

42  Jean-Nicolas-Auguste Noël, Souvenirs militaires d’un officier du Premier Empire, rééd. par Christophe Bourachot, Paris, La Librairie des Deux Empires, 1999, p. 57.

43  Émile Fairon, Henri Heuse (dir.), Lettres de grognards, op. cit., p. 268-269.

44  Victor Dupuy, Souvenirs militaires de Victor Dupuy, chef d’escadrons de hussards (1794-1816), publiés par le général Thoumas, Paris, La Librairie des Deux Empires, 2001 [1892], p. 2.

45  Victor Dupuy, Souvenirs, op. cit., p. 3.

46  Ibid., p. 10.

47  Ibid., p. 29.

48  Ibid., p. 32.

49  Ibid., p. 33.

50  Ibid., p. 68.

51  Ibid., p. 76.

52  Ibid., p. 108.

53  Ibid., p. 130.

54  Ibid., p. 164.

55  Ibid., p. 311.

56  Jacques-François Martin, Souvenirs de guerre du lieutenant Martin, op. cit., p. 74.

57  Émile Fairon, Henri Heuse (dir.), Lettres de grognards, op. cit., p. 185.

58  Jacques-François Martin, Souvenirs de guerre du lieutenant Martin, op. cit., p. 188.

59  Jean-Roch Coignet, Les cahiers du capitaine Coignet, établissement du texte et préface par Jean Mistler, Paris, Hachette, 1968, p. 354.

60  Sur ces projets d’intégration sociale et de bienfaisance nationale, voir Stuart Woolf, « The Grande Armée : Army and Society in the Revolutionnary-Napoleonic Era », dans Anna-Maria Rao (dir.), Esercito e società nell’età rivoluzionnaria e napoleonica, Naples, Morana, 1990, p. 9-26.

61  François-Frédéric Billon, Souvenirs…, op. cit., p. 39.

62  Capitaine Vincent Bertrand, Mémoires, op. cit., p. 155.

63  Ibid., p. 11-12.

64  Ibid., p. 90.

65  Ibid., p. 97.

66  Émile Fairon, Henri Heuse (dir.), Lettres de grognards, op. cit., p. 40.

67  Ibid., p. 59.

68  Ibid., p. 357.

69  Ibid., p. 110.

70  Ibid., p. 163.

71  Ibid., p. 208.

72  Ibid., p. 138.

73  Ibid., p. 182.

74  Maurice Messiez, Pierre Decouz par lui-même, Challes-les-Eaux, Curandera, 1989, p. 97.

75  Émile Fairon, Henri Heuse (dir.), Lettres de grognards, op. cit., p. 139.

76  Jean-Paul Bertaud, « Les soldats médiateurs de l’horreur », dans Quand les enfants parlaient de gloire. L’armée au cœur de la France de Napoléon, Paris, Flammarion, 2006, p. 351-353.

77  Jean-Roch Coignet, Les cahiers…, op. cit., p. 43.

78  Jean-Nicolas-Auguste Noël, Souvenirs…, op. cit., p. 51.

79  Ibid., p. 135-136.

80  Jean-Roch Coignet, Les cahiers…, op. cit., p. 131-132.

Auteur

Avignon Université - Laboratoire culture et communication EA 7542
Professeure d’histoire contemporaine à l’université d’Avignon et chercheure au Centre Norbert-Élias (UMR 8562). Elle a publié en 2015 une biographie de Napoléon chez Armand Colin, Napoléon Bonaparte. La nation incarnée. Elle est aussi l’auteure de Lendemains d’Empire. Les soldats de Napoléon dans la France du xixe siècle, Paris, La Boutique de l’histoire, 2003. et de Guerriers de l’Empire. Expériences et mémoires, Paris, Les Indes Savantes, 2011.

© Éditions de la Sorbonne, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search