Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Capitales culturelles, capitales symboliques

 | 
Christophe Charle
, 
Daniel Roche

Quatrième partie. Les lieux du savoir

La bibliothèque nationale : l’expérience allemande

Matthias Middell

Texte intégral

  • 1 L’ironie du sort veut que les perceptions françaises de l’Allemagne et celles des dirigeants de la (...)

1À la suite de l’unification allemande en 1990, Berlin a assumé la fonction de capitale de la République Fédérale, ce qui a réactualisé également une ambivalence ancienne dans les perceptions réciproques de la France et de l’Allemagne. Au cours des trois derniers siècles et demi, la concentration à Paris de nombreuses, si ce n’est de la plupart des fonctions culturelles, contrasta toujours avec la multiplicité des résidences, des centres du commerce, de l’industrie et de la banque ou des lieux d’attraction des élites culturelles dans les pays de langue allemande. Le transfert du Parlement et du gouvernement de Bonn vers Berlin a suscité des fantasmes sur la possible instauration d’un centralisme analogue à celui de Paris dans la ville aux quatre millions d’habitants où coule la Sprée. Cette ville doit devenir une métropole non seulement nationale, mais aussi européenne et s’ouvrir ainsi sur l’Est de l’Europe, et ce ne sont pas les souvenirs nostalgiques de l’époque de la République de Weimar qui manquent, période où Berlin fut identifiée à la Metropolis caricaturale du film de Fritz Lang. En particulier, pour de nombreux observateurs, diplomates, journalistes et scientifiques français, cela semble être un certain retour à la normale parce que le voisin allemand s’accorde maintenant avec leurs propres habitudes. Il suffit de s’envoler pour Berlin, de flâner sur le Hackescher Markr et à Prenzlauer Berg pour capter des images valables de l’Allemagne1 . Ce rêve de l’homogénéisation européenne dans lequel les États nationaux se dotent, selon un modèle de subsidiarité perverti et à l’exemple aussi bien français qu’anglais, hongrois que tchèque, de capitales puissantes où les énergies politiques et culturelles sont liées entre elles de façon représentative pour simplifier les négociations sur l’harmonisation, ne peut cependant masquer que très imparfaitement que le polycentrisme de l’Allemagne ne fut pas supprimé pendant l’époque du Reich fondé en 1871 et qui sombra en 1945. Il s’est même à nouveau renforcé après la Deuxième Guerre mondiale, si bien qu’il doit constituer aujourd’hui aussi le fondement d’une perception plus exigeante du pays. Mais pour l’instant, incontestablement, se déroule un débat influencé et même stimulé par les points de vue extérieurs. Il porte sur la question suivante : la perspective convenant à une Allemagne européanisée réside-t-elle dans un centralisme culturel ou dans l’entretien d’une évolution décentralisée, à ancrage régional et enfermée dans de perpétuelles négociations ?

2C’est dans ce décor tout juste esquissé que se joue l’histoire d’une bibliothèque nationale allemande qui ne s’accorde pas de façon évidente avec le topos d’une capitale culturelle. Cette histoire est au moins caractérisée par les trois particularités suivantes :

  • La création d’une bibliothèque nationale allemande eut lieu relativement tard par rapport au reste de l’Europe.
  • Elle était liée à un système polycentrique de répartition des symboles et des collections de biens culturels qui représentent la nation.
  • Elle resta toujours précaire dans sa fonction de bibliothèque nationale, même si l’on peut distinguer des conjonctures stables et des phases pendant lesquelles le statut national de cette bibliothèque fut contesté.

La création tardive2

  • 2 R. Blum, « Nationalbibliographie und Nationalbibliothek. Die Verzeichnung und Sammlung der nationa (...)
  • 3 Pour approfondir cet aspect de l’histoire du livre et de l’histoire culturelle, on se reportera au (...)
  • 4 Le Handbuch der Historischen Buchbestände in Deutschland, publié sous la direction de B. Fabian en (...)

3Une partie considérable de l’histoire de la bibliothèque nationale allemande est l’histoire de ses antécédents et l’histoire de tentatives de création qui ont échoué3. Bien avant le xixe siècle, l’Allemagne était très riche en bibliothèques, ce qui constituait à la fois un obstacle et un substitut pour une bibliothèque nationale. On peut distinguer trois types de bibliothèques qui, par l’ampleur de leurs fonds, atteignaient une importance dépassant de loin une éventuelle fonction locale4.

  1. Les vieilles bibliothèques princières des villes de résidence qui furent ensuite transformées en bibliothèques régionales, comme à Dresde ou à Munich par exemple, ou qui, centres culturels, furent transférées dans d’autres lieux comme cela se produisit à Helmstedt, dans le cas de la bibliothèque des princes de Julich qu’on installa ensuite à Wolfenbüttel. De par leur création, ces bibliothèques dataient de l’époque de la Renaissance et de la Réforme ou, selon le cas, du xviiie siècle. À l’époque, on y trouvait un rassemblement important des connaissances régionales et internationales ainsi que des différentes disciplines scientifiques. Elles jouèrent un grand rôle dans l’éducation des princes et l’édification familière et, plus tard, dans l’administration et l’économie du pays5 Depuis le xviiie siècle, il était également possible à un public (socialement restreint) d’utiliser la plupart de ces bibliothèques, même si celles-ci n’étaient pas en mesure, tant s’en fallait, de satisfaire les besoins de la « rage de lire » qui sévissait et fit proliférer, après 1770, les bibliothèques de prêt6,lesquelles disparurent cependant à nouveau au xixe siècle lorsque l’on se retira dans la sphère privée pour lire pour soi7.
  2. Les bibliothèques universitaires les plus anciennes furent ouvertes à Heidelberg et à Leipzig au xve siècle et au début du xvie siècle. À l’époque des lumières, ce fut le tour des tout aussi importantes bibliothèques de Gœttingen et de Halle. Elles ancrèrent l’idée d’une unité indissoluble entre une université de bonne qualité et une bibliothèque respectable. Cette conception fut au fondement de la réorganisation des universités allemandes au xixe siècle. Ainsi s’étend aujourd’hui sur tout le pays un réseau dense de bibliothèques universitaires dont les plus importantes disposent de millions de livres, indépendamment du fait qu’elles furent créées à la Renaissance comme Leipzig8 ou qu’elles remontent seulement au développement universitaire des années 1960 comme Bielefeld, Bochum ou Constance9. C’est relativement tôt qu’elles s’ouvrirent aussi partiellement au public, cette fonction resta cependant extrêmement limitée étant donné le manque de moyens financiers pour former des bibliothécaires professionnels et les rares possibilités existantes pour permettre la consultation des livres10. Ce n’est que dans la deuxième moitié du xixe siècle que la fréquence d’utilisation put passer par exemple à Leipzig de 1 700 commandes pour 3 385 volumes (en 1832) à 72 100 commandes (en 1900). Provenant, en règle générale, des collections de livres des facultés11 , les bibliothèques créées de bonne heure lors de la sécularisation des cloîtres au cours de la Réforme acquirent un fonds initial et l’enrichirent continuellement, surtout lorsqu’elles se trouvaient près de lieux centraux pour le commerce du livre12. Grâce aux ouvrages scientifiques légués et aux œuvres rassemblées, en particulier par les philologues, les bibliothèques universitaires devinrent des lieux importants d’une mémoire culturelle et revendiquèrent au xixe siècle d’autant plus fort le statut de représentants de la nation que le manque d’un État unifié et d’institutions correspondantes passaient au premier plan. Au début du xxe siècle, les collections d’ouvrages et documents sur les cultures étrangères détenues par les bibliothèques universitaires prirent en outre une plus grande importance. L’internationalisation de la science à l’époque d’un européocentrisme impérialiste devint alors également un élément stabilisateur de l’affirmation de la nation pour elle-même13.
  3. Dans certaines villes assez grandes, les bibliothèques municipales – issues bien souvent des bibliothèques des conseils municipaux à finalité administrative, des bibliothèques de prêt généralistes ou de donations privées14 – atteignirent également la taille de véritables grandes bibliothèques. Elles rassemblaient des ouvrages pour transmettre une mémoire régionale la plus complète possible dans laquelle la ville occupait une fonction centrale. Ce dense entrelacs composé de différents types de bibliothèques satisfit un certain temps la demande de livres accessibles au public. Les catalogues, de concert avec les listes de livres publiées par les libraires allemands établies surtout à l’occasion des foires de Leipzig, fournirent initialement des ressources bibliographiques suffisantes. Cependant, à partir des années 1840, le fait que la littérature allemande soit représentée à une plus grande échelle dans une bibliothèque incarnant le lieu de la mémoire nationale naissante devint une exigence croissante qui ne voulait plus s’accommoder de la dispersion dans les trente-neuf États particuliers fermement attachés à leurs bibliothèques princières, municipales et régionales avec leurs réglementations différentes concernant la collecte et le dépôt obligatoire d’ouvrages15.
  • 16 J. Rex, « Karl Bernhardis Gedanken zur Errichtung einer deurschen Nationalbibliothek in der Period (...)
  • 17 17. J. Jacobi, « Anmerkungen zur Bibliothek der deutschen Reichsversammlung von 1848/49 », in J. J (...)

4En 1843, le bibliothécaire de Cassel, Karl Christian Siegismund Bernhardi, fit une première tentative et adressa un mémorandum à l’Académie prussienne des sciences de Berlin. Le 17 janvier 1844, il reçut néanmoins une réponse totalement négative signée de Jakob Grimm. J. Grimm pensait qu’une bibliothèque nationale fondée sur l’obligation pour toutes les maisons d’édition de déposer un exemplaire de leurs publications n’était ni opportune, ni applicable. Il se plaçait du point de vue d’une conception de la grande culture inspirée par le classicisme, et l’« accumulation systématique des livres médiocres et mauvais » lui inspirait avant tout une grande répulsion16. Avec la Révolution de 1848, l’idée fut toutefois reprise et c’est l’éditeur-libraire de Hanovre, Heinrich Wilhelm Hahn le jeune, qui se tourna, dans un écrit du 15 juillet 1848, vers la présidence de l’Assemblée nationale de Francfort et lui proposa toutes les publications de sa maison d’édition pour l’édification d’une bibliothèque de travail. La maison d’édition de Hahn se prêtait tout particulièrement à une telle proposition puisqu’elle dirigeait la publication, depuis 1826 déjà, de la plus importante collection de documents historiques nationaux, les monumenta Germaniae Historica. Lors de la 69e séance de l’Assemblée nationale, le don fut accepté et le fondement d’une Bibliothèque du Reich posé. Les députés Karl Gustav Schwetschke de Halle et Moritz Veit de Berlin s’associèrent à la proposition de Hahn et s’engagèrent également à remettre à la future Bibliothèque du Reich un exemplaire de leurs futures publications. Jusqu’au 12 mai 1849, quarante et un éditeurs-libraires consentirent librement à cette obligation, mais, en réalité, dix-sept maisons d’édition seulement livrèrent à l’Assemblée nationale tout juste 3 000 ouvrages représentant un peu plus de 4 500 volumes17.

  • 18 Cf. R. Blum, art. cit., p. 65 et sq.

5Dans les circonstances particulières des discussions révolutionnaires de 1848-1849, le bibliothécaire du Reich, Johann Heinrich Plath, joua un grand rôle dans la croissance et le développement systématique de cette Bibliothèque du Reich qui en était encore à ses débuts, non seulement en dressant un catalogue en cinq volumes à ambition nationale, mais aussi en envoyant de très nombreuses lettres à d’autres maisons d’édition pour les gagner à l’entreprise. L’extension et l’établissement d’un catalogue divisé en trente spécialités présentes à la Paulskirche fut la première tentative pour classer la littérature nationale. Plath obtint aussi du ministre des Finances un décret dispensant des frais de port tous les envois de livres à la Bibliothèque du Reich. Ainsi, on peut voir également, en dehors des actes fondateurs votés par le Parlement, que l’exécutif commençait à reconnaître à cette bibliothèque le statut d’une nouvelle institution officielle. Outre les nouvelles parutions, Plath s’efforça de rassembler les lois et ordonnances anciennes importantes pour le commerce du livre et il essaya d’organiser l’acquisition courante de tous les journaux officiels ; par conséquent, même la littérature qui échappait à la distribution par les librairies trouva sa place dès le début dans cette Bibliothèque du Reich18.

  • 19 A. Paust, Die Idee einer deutschen Reichsbibliothek. Zur Vorgeschichte und Gründung der Deutschen (...)
  • 20 F. Barbier, L’Empire du livre. Le livre imprimé et la construction de l’Allemagne contemporaine 18 (...)
  • 21 Katalog der Bibliothek des Börsenvereins der Deutschen Buchhändler, 2 vol., Leipzig, 1885/1902.

6En mai 1849, suivit toutefois la dissolution de la bibliothèque et l’Assemblée fédérale déclara, le 11 octobre 1851, que la création d’une bibliothèque nationale allemande ne devait être reconnue ni comme un devoir de la Confédération germanique, ni comme un besoin s’inscrivant dans l’intérêt national même pour le présent.19 Les fonds rassemblés dans la Bibliothèque du Reich allèrent, sur une décision de l’Assemblée fédérale de 1855, au Germanisches Nationalmuseum (musée national germanique) de Nuremberg et ne furent transférés à la Deutsche Bücherei qu’en 1938. L’attitude négative des gouvernements et des parlements à l’égard des propositions d’établir une bibliothèque nationale ne changea pas jusqu’à la fin du xixe siècle. Aussi bien la tentative de 1869 dans le cadre de la Confédération de l’Allemagne du Nord que les propositions de l’éditeur Eduard Brockhaus en 1874 au Reichstag lorsque la nouvelle loi sur la presse fut discutée et dans laquelle il voulait remplacer les réglementations sur le dépôt obligatoire d’ouvrages au niveau des territoires nationaux particuliers par un dépôt obligatoire d’exemplaires au niveau national, montrèrent l’intérêt permanent pour l’institution d’une bibliothèque nationale mais aussi les difficultés provisoirement insurmontables qui se dressaient à l’encontre de son établissement. Ce sont précisément les divergences sur le dépôt légal des ouvrages dans les différents Länder – beaucoup ne prévoyaient plus aucune obligation du tout alors que d’autres avaient institué l’obligation de déposer dans différentes bibliothèques – qui devinrent un obstacle majeur pour assurer la collection complète des nouvelles parutions en langue allemande du territoire du Reich. D’autre part, les libraires qui étaient concentrés dans une forte proportion à Leipzig20 et jouissaient d’un appui puissant au Börsenverein s’opposèrent à ce que la Bibliothèque royale prussienne soit simplement transformée en une collection nationale, ainsi que le prévoyaient les statuts de la bibliothèque de 1885. Le Börsenverein réagit à cette revendication de la Bibliothèque de Berlin en publiant, entre autres, un catalogue de sa propre bibliothèque21. Les années 1880 et 1890 furent marquées par une certaine coordination des normes de catalogage. Une première bibliographie nationale des publications universitaires parut, et la création de la Zeitschrift für das Bibliothekswesen (Revue des bibliothèques) accéléra non seulement la professionnalisation du métier de bibliothécaire mais aussi une unification des structures des bibliothèques et la diffusion de la revendication d’une bibliothèque nationale. En même temps, il faut retenir environ vingt propositions de diverses sortes qui, partant de points de vue totalement différents, devaient aboutir à une bibliothèque nationale, mais qui furent toutes provisoirement vouées à l’échec.

  • 22 R. Blum, « Die Denkschriften von 1906, betreffend die Begründung einer Sammlung von allen Erschein (...)

7Ce n’est qu’en 1906 que le directeur du ministère prussien des Cultes et de l’Éducation, Friedrich Althoff, et le président du Börsenverein, Karl Siegismund, se rencontrèrent et rapprochèrent leurs points de vue22. On convint d’accélérer, sur l’initiative des éditeurs, la création d’une bibliothèque nationale et le Börsenverein mobilisa ses membres pour qu’ils acceptent d’eux-mêmes d’envoyer leurs nouvelles publications à cette bibliothèque. De cette manière, l’obligation librement consentie par les éditeurs remplaçait une législation du Dépôt légal comme cela était le cas depuis longtemps dans d’autres pays. On peut supposer qu’Althoff, instigateur de la réforme des universités de Prusse qu’il voulait appliquer à tout le Reich et fondateur d’une préfiguration de l’actuelle conférence des ministres des Affaires culturelles, espérait qu’une telle obligation librement consentie de la part des éditeurs échouerait et qu’enfin la transformation de la bibliothèque de Berlin en une bibliothèque nationale réussirait grâce à l’avortement de cette proposition de compromis. On peut conclure, entre autres, de sa proposition qu’il voulait abriter la nouvelle bibliothèque nationale et la Bibliothèque royale de Berlin en un seul et même bâtiment, mais qu’il était également prêt à prendre d’autres options en considération dans les négociations avec Siegismund.

8Dans cette situation, l’Etat de Saxe et la ville de Leipzig, vite informés par Siegismund des projets en gestation, prirent l’initiative, après avoir présenté une série de mémorandums et garanti au Borsenverein un terrain à bâtir et les financements pour ériger rapidement une bibliothèque. De même, la commune comme le gouvernement de Dresde se montrèrent tous deux prêts à participer aux coûts permanents de la bibliothèque au moyen d’une subvention permanente pour transférer la bibliothèque nationale à Leipzig. La fondation de la bibliothèque nationale apparaissait à maint membre du Borsenverein comme un coup de force, si bien que lors des assemblées annuelles de 1912 des attaques violentes contre les procédés du comité directeur ne purent être évitées. Prévue pour le 1er janvier 1913, la fondation résulta d’une initiative privée du Borsenverein et des éditeurs pour réagir aux besoins en informations d’un marché national et, en même temps, pout entreprendre un effort financier considérable dans le but d’assurer, voire d’augmenter encore la prééminence de Leipzig comme centre de la production et du commerce du livre en profitant de la bonne volonté de l’Etat de Saxe et de la ville de Leipzig où la Foire des livres avait trouvé sa place. L’idée d’une concurrence entre les États territoriaux était donc toujours répandue malgré toutes les tentatives pour unifier la communication culturelle au sein du Reich. Elle constituait un facteur décisif quand des efforts financiers étaient nécessaires pour créer de nouvelles institutions.

  • 23 K. Keller/H.-D. Schmid (dir.), Vom Kult zur Kulisse. Das Völkerschlachtdenkmal als Gegenstand der (...)

9Le sentiment national, pour ne pas dire un certain nationalisme, qui s’exprimèrent, entre autres, dans le fait que le bâtiment fut inauguré le 2 septembre 1916, jour anniversaire de la bataille de Sedan, joua sans aucun doute le rôle d’un troisième facteur. Ce ne fut pas non plus un hasard si la Deutsche Bücherei fut construite dans le même style et tout près du monument à la Bataille des nations, ce monument qui devait rappeler la tradition nationale de 1813, même si ce souvenir était à double tranchant pour les Saxons qui n’avaient abandonné Napoléon qu’au milieu de la bataille23. La constitution des archives de toutes les publications liées au livre fut décisive pour les fondateurs de la Deutsche Bücherei, c’est-à-dire les éditeurs regroupés au sein du Borsenverein. À cette occasion, l’espace que cette collection devait couvrir ne fut pas défini en fonction des frontières administratives claires de la politique, mais par la zone d’influence de cette association d’éditeurs créée en 1825 sur la base des pratiques des foires du xviiie siècle. L’Autriche et la Suisse ainsi que des ouvrages publiés en langue allemande à l’étranger furent ainsi inclus dès le début dans le projet de bibliothèque.

  • 24 H. Paalzow, « Die Deutsche Bücherei in Leipzig », in Deutsche Bücherei des Börsenvereins, Leipzig, (...)

10En deuxième lieu, il s’agissait pour le Borsenverein d’établir la collection la plus complète possible de l’ensemble de la production imprimée, y compris les documents officiels qui n’étaient pas commercialisés par les libraires, de telle sorte que la fonction de mémoire nationale à laquelle appartiennent aussi bien les publications gouvernementales officielles que celles qu’on peut trouver en librairie, fut effectivement remplie. Finalement, on devait associer au projet une bibliographie nationale afin de remplacer le catalogue des publications établi jusque-là par la librairie Hinrich, mais qui répondait de moins en moins aux besoins modernes en informations après que le marché littéraire eut connu un développement considérable. Deux défauts de ce projet apparurent pourtant très vite. Déjà, le 16 mai 1913, au cours du Congrès des bibliothécaires de 1913, le représentant de la Deutsche Bücherei avait dû défendre sa nouvelle institution contre l’ironie des directeurs des bibliothèques anciennes qui existaient en Allemagne depuis des siècles et prédisaient que la nouvelle bibliothèque, puisqu’elle n’abritait pas de fonds anciens, n’attirerait personne avant très longtemps. La réponse montrait clairement que les archives et la bibliographie étaient au centre du projet d’une bibliothèque nationale. Le lecteur était tout à fait le bienvenu, mais aucun effort particulier ne fut fait pour placer ses besoins au centre du travail de la bibliothèque24. Dans cette mesure, la Deutsche Bücherei, qui atteignit rapidement le statut de bibliothèque centrale dans le commerce de livres, dut s’affirmer sans posséder comme capital de départ des fonds anciens sur lesquels pouvait s’appuyer une bibliothèque créée au xvie ou au xviie siècle. Le deuxième manque résidait dans le fait que la Deutsche Bücherei ne répondait pas aux besoins croissants des sciences qui exigeaient des publications étrangères en plus de la production nationale de livres. Jamais les représentants des universités et des académies n’eurent la moindre influence sur la conception de la Deutsche Bücherei.

Le système polycentrique

11Quand un habitant de Leipzig entend le mot « bibliothèque nationale », il pense, sans aucun doute, à la Deutsche Bücherei de sa ville, mais cela ne va en aucun cas de soi. On doit à cet effet prendre en compte trois facteurs opposés et complémentaires. De par sa création très tardive, la Deutsche Bücherei de Leipzig ne réunit intégralement grosso modo que la littérature parue depuis 1913, même si le Museum für Buchgeschichte (musée de l’histoire du livre) qui se trouve dans le même bâtiment que la Deutsche Bücherei a le droit de rassembler des livres et des journaux antérieurs à la date de fondation de 1913, de telle sorte qu’on peut aussi trouver dans la bibliothèque de très importants documents datant d’avant la Première Guerre mondiale. Une série de fonds plus anciens, parmi lesquels notamment la Bibliothèque du Reich de 1848-1849, fut intégrée dans la Deutsche Bücherei, mais on renonça, en bonne logique, à recueillir systématiquement les ouvrages du xixe ou du xviiie siècle pour ne pas épuiser les moyens disponibles lors de la création de la Deutsche Bücherei en 1913. Cette lacune d’une collection systématique des publications du siècle dernier a entraîné une conception quasi virtuelle de la bibliothèque nationale allemande dont les centres de gravité sont répartis dans tout le pays. La politique d’achat de livres et les stratégies pour établit une bibliographie nationale complète ont, depuis les années 1960, institutionnalisé à très peu de détails près cette idée d’une bibliothèque nationale polycentrique. Munich devint ainsi le centre spécifique des publications du xvie siècle, Wolfenbüttel de celles du xviie, Gœttingen de celles du xviiie et Francfort-sur-le-Main ainsi que Berlin (1871-1913) ceux des livres et revues du xixe siècle. De cette coopération est né, entre-temps, le Handbuch historischer Buchbestände (Catalogue des fonds de livres anciens) qui, certes, ne remplace pas un catalogue historique général car ce qui n’a pas été rassemblé (qu’on estime à environ un tiers des nouvelles parutions du xixe siècle) ne peut pas être remplacé par un achat a posteriori aussi intensif, mais permet cependant, pour la première fois, une vue d’ensemble. Dans les années 1970 et 1980, la politique des bibliothèques de la République Fédérale a encore accentué cette stratégie en spécialisant toute une série d’institutions universitaires dans le rassemblement d’ouvrages ayant trait à des domaines particuliers. Dans les années 1990, les bibliothèques Est-allemandes furent intégrées à ce système décentralisé et obtinrent également de la Deutsche Forschungsgemeinschaft les moyens appropriés à l’établissement ou, selon le cas, à l’approfondissement des spécialités thématiques de leurs fonds.

  • 25 E. Umlauf, « Der Wiederaufbau des Buchhandels, Beiträge zur Geschichte des Büchermarktes in Westde (...)

12Le deuxième facteur qui gêna le monopole de la Deutsche Bücherei de Leipzig fut la concurrence exercée, depuis le début du xxe siècle, pat la Bibliothèque de Berlin. Déjà avant 1900, lorsque l’on développa le projet d’une bibliothèque nationale allemande, on eut l’idée de transformer la Bibliothèque royale prussienne. Encore en 1912-1913, Adolf von Harnack qui était à la fois secrétaire de l’Académie des Sciences, directeur de la Bibliothèque royale et l’inspirateur de la Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft pensa remplacer le projet qui se concentrait sur Leipzig par un engagement croissant de la Prusse et du Reich à Berlin. Les membres du Börsenverein, partisans d’une Deutsche Bücherei à Leipzig, réussirent à s’imposer et gagnèrent à leur projet le directeur du département des livres de la Bibliothèque royale au moment encore incertain de la création pendant la Première Guerre mondiale, alors qu’il participait à la création de la Deutsche Bücherei en sa qualité de responsable des catalogues et de la bibliographie. Cela empêcha le conflit latent de se produire dans cette période particulièrement critique, mais cela n’y a mis fin en aucun cas, ce conflit s’étant même accentué à long terme. Ainsi, la Deutsche Bücherei se sentait menacée par la concurrence de Berlin, en particulier, pendant la deuxième moitié des années 1920 et pendant les années 1970 et 1980, et elle observait avec une grande méfiance l’attention que l’État portait au développement d’une « Staatsbibliothek ». Le troisième adversaire du projet de Leipzig résulta à la fin de la Deuxième Guerre mondiale de la création de la Deutsche Bibliothek à Francfort-sur-le-Main, déjà effective en juin 1945, en fonction du partage de l’Allemagne. La Deutsche Bibliothek évolua dans le cadre d’un monde de l’édition divisé qui entraîna une structure double persistante après 199025.

Une construction précaire

  • 26 Il existe de nombreux ouvrages sur l’histoire de la Deutsche Bücherei, voir par exemple H. Rörzsch (...)

13L’histoire de la Deutsche Bücherei est l’histoire d’un succès, mais aussi d’une succession de crises. Tout d’abord, sa création fut placée dans l’ombre de la Première Guerre mondiale qui éclata juste après la décision du Borsenverein de créer la Deutsche Bücherei, une époque pendant laquelle les discussions nationales étaient accaparées par bien d’autres sujets. En 1917, un premier bilan fit apparaître que 37 % des publications parues depuis 1913 ne se trouvaient pas dans la bibliothèque et que le gouvernement du Reich ne donnait pas les moyens ni ne mettait son autorité politique à la disposition de la nouvelle institution26. La crise postérieure à la Première Guerre mondiale conduisit presque à la fermeture de la Deutsche Bücherei qui venait d’ouvrir. Mais cette crise économique et l’inflation aux conséquences catastrophiques pour les moyens d’acquisition disponibles entraînèrent le premier engagement du Reich pour la Deutsche Bücherei, après une visite du président Ebert, en août 1920. En 1925, une loterie nationale organisée dans l’ensemble du Reich devait servir à accroître les moyens financiers destinés à l’achat des livres parus après 1913 qui n’étaient pas arrivés jusque-là sur les rayons de la Deutsche Bücherei. Elle renforça l’impression d’une participation de toute la population du Reich à la création de cette bibliothèque qui symbolisait de plus en plus la mémoire nationale. Entre 1927 et 1931, les catégories de publications utilisées dans la bibliographie nationale furent progressivement élargies et, à partir de 1931, la bibliographie nationale lut entièrement fondée sur les collections de la Deutsche Bücherei.

  • 27 D. Aigner, » Die Indizierung ‘schädlichen und unerwünschten Schrifttums’ im Dritten Reich », Archi (...)

14L’arrivée des nationaux-socialistes au pouvoir, en 1933, eut des conséquences contradictoires pour la Deutsche Bücherei. D’une part, les nouveaux dirigeants portèrent à cette collection de la littérature de langue allemande une très grande attention et lui consacrèrent des moyens financiers considérables. Un nouveau bâtiment donna l’espace supplémentaire nécessaire à 700 000 livres, après que la Deutsche Bücherei eut déjà atteint un fonds de 1,3 million d’unités bibliographiques. Le 20 septembre 1935 enfin, la loi sur l’obligation de déposer des exemplaires donna désormais aussi à la Deutsche Bücherei un fondement légal pour qu’elle complète ses fonds. La Deutsche Bücherei devint en 1940 une institution de droit public autonome sur le plan juridique, après que le Borsenverein se fut retiré des administrations de tutelle et dut accepter d’être effectivement dépossédé de la bibliothèque qu’il avait fondée en 1912-1913. D’autre part, le travail bibliographique au sein de cette institution dorénavant étatique alla de pair avec la censure que les nationaux-socialistes appliquèrent à l’encontre des maisons d’édition et des librairies, de telle sorte que des catégories entières de livres furent proscrites27. La guerre entraîna finalement la destruction de parties très importantes des bâtiments et la perte d’environ 50 000 revues, tandis que les fonds restants furent mis en lieu sûr et progressivement réinstallés seulement après 1945.

15Les agissements des Alliés après la Deuxième Guerre mondiale eurent un effet tout aussi important et critique. Conformément aux Accords de Yalta, des troupes américaines ne pénétrèrent à Leipzig qu’entre les mois d’avril et de juin et cédèrent ensuite la ville à l’Armée Rouge. Pendant la courte période de leur occupation, elles essayèrent de convaincre la majorité des éditeurs qui étaient organisés au sein du Borsenverein et les bibliothécaires de la Deutsche Bücherei de les suivre à Wiesbaden où l’on autorisa une série de maisons d’édition à proximité de la Deutsche Bibliothek créée à Francfort. Les catalogues de la Deutsche Bücherei n’allèrent au-devant de cette action que parce qu’elle n’avait pas accès à différents domaines des environs ruraux de Leipzig. Les troupes soviétiques se hâtèrent de rouvrir la Deutsche Bücherei de Leipzig, mais en même temps elles tentèrent de l’utiliser pour leur propre politique du livre en ordonnant de retirer, à l’aide des catalogues de la Deutsche Bücherei, la littérature national-socialiste et antisoviétique. Les changements au sein du Borsenverein fermèrent à la fin toute possibilité à un retour au statut initial de la bibliothèque, de telle sorte qu’elle resta, même après 1945, une institution d’État.

  • 28 Sur cette relation, voir maintenant C. Kleßmann/A. Misselwitz/G. Wiehert (dir.), Deutsche Vergange (...)
  • 29 Cf. P. Vodosek/K. Marwinski (dir.), Geschichte des Bibliothekswesens in der DDR, Wiesbaden, Harras (...)

16En 1961, W. Ulbricht parla de la Deutsche Bücherei comme de la bibliothèque nationale de la RDA mais, pendant la totalité des années 1960 encore, un débat, compliqué et conflictuel, se déroula entre une tendance à se différencier de la République Fédérale et à se définir par rapport à celle-ci et une tendance à maintenir la perspective d’un État national unifié. Ce n’est qu’après 1971 que le projet de nation socialiste s’imposa, et la conception d’un État-nation RDA dominait alors aussi la politique des bibliothèques et eut des conséquences notables pour la Deutsche Bücherei. Cette décision eut aussi des conséquences contradictoires sur la politique de la Deutsche Bücherei, de même que la revendication d’un statut séparé fondé de façon nationale resta ambivalente. L’existence de deux États allemands devenait toujours plus une réalité reconnue sur le plan international. Pourtant la querelle pour la poursuite de la tradition d’une nation culturelle allemande s’amplifia dans la mesure où les deux sociétés, séparées par un mur mais aussi reliées l’une à l’autre de façon asymétrique par de multiples réseaux de communication, se disputaient le même héritage28. Au sein de la Deutsche Bücherei, on expérimenta très tôt l’idée d’une bibliothèque nationale spécifique à l’Allemagne de l’Est. Cependant le catalogue édité tous les mois entre 1951 et 1954 sous le titre Biicherverzeichnis der DDR (Catalogue des livres de la RDA) fut un échec catastrophique et ne fut aucunement reconnu par les utilisateurs prévus, de telle sorte qu’on en revint bientôt à ne poursuivre que la bibliographie nationale allemande. Lorsqu’à la fin des années 1960 l’idée d’un catalogue des écrits propres à la RDA reparut, les bibliothécaires de Leipzig, intéressés par leur position centrale dans l’administration de la mémoire allemande imprimée, purent convaincre la direction politique du pays du caractère inopportun de telles réflexions menées au niveau idéologique. Le compromis trouvé reprit une idée autrichienne qui tenait mieux compte de la réalité de l’après-guerre que la concurrence de Francfort qui revendiquait toujours le titre suspect de bibliographie nationale. Désormais, c’était la Deutsche Nationalbibliographie und Bibliographie des im Ausland erschienenen deutschsprachigen Schrifttums (Bibliographie nationale allemande et bibliographie des écrits de langue allemande parus à l’étranger), sous la responsabilité de Leipzig, qui paraissait politiquement correcte, bien que son titre soit un peu compliqué. Au cours du changement dans les rapports à la nation, le catalogue des doctorats et doctorats d’Etat tomba aussi sous le feu croisé de la critique, mais ici c’est la concurrence de la Deutsche Bibliothek de Francfort-sur-le-Main qui joua plus directement encore un rôle décisif pour que le Jahresverzeichnis der Hochs-chulschriften der DDR, der BRD und West-Berlins (Catalogue annuel des publications universitaires de la RDA, de la RFA et de Berlin-Ouest) continue à paraître29. Dans ces bibliographies, la rupture avec la tradition fut cependant entièrement rendue visible, elle était déjà évidente dans la première section nouvellement organisée, réservée à la rubrique marxisme-léninisme, qui représentait l’expression la plus manifeste de la nouvelle hiérarchisation du savoir.

  • 30 W. Bleek, L. Mertens (dir.), Bibliographie der geheimen DDR-Dissertationen, Munich, New Providence (...)
  • 31 D. Lülfing, « Die Entwicklung der deutschen Staatsbibliothek und ihre Rolle im Bibliothekswesen de (...)

17À partir de 1977, la Deutsche Bücherei n’eut plus pour fonction de rassembler les doctorats et ne revendiqua plus non plus l’obligation de les déposer. La mesure prise par le ministère de l’Enseignement universitaire et technique pour protéger des documents secrets donna l’impression d’avoir été dictée par une certaine paranoïa et modifia profondément le caractère de la bibliothèque nationale. De ses catalogues et bibliographies disparurent les dissertations qu’il fallait maintenir secrètes. Il ne resta qu’une fonction de dépôt qui, après 1990, offrit cependant au moins des points de départ pour combler les lacunes qui étaient néanmoins apparues30. La politique d’acquisitions de la Deutsche Bücherei resta, dans une large mesure, la même que celle établie dans les années 1920. Elle s’appuyait en grande partie non seulement sur l’obligation de déposer des maisons d’édition particulières, qui était aussi soumise à des lois en RDA, mais aussi sur la remise volontaire d’exemplaires par les maisons d’édition des autres territoires de langue allemande, lesquelles renouaient avec les traditions du Börsenverein et obtinrent le soutien de leurs gouvernements respectifs pour remplir cette fonction culturelle nationale. À la place du terme de bibliothèque nationale que Walter Ulbricht « emprunta » en 1961, le nom utilisé lors de la création et transmis réapparut désormais ; il rappelait un peu par son style le xixe siècle : Gesamtarchiv des deutschsprachigen Schrifftums (Archives générales des écrits de langue allemande). Mais la fonction d’une bibliothèque nationale fut avant tout mise en danger par le centralisme de la RDA, accompagné de la concurrence entre Leipzig et Berlin, où la Staatsbibliothek obtint, par une loi de 1984, les mêmes droits dans un système bipolaire de bibliothèque nationale ; en 1989, elle réclama même, pour elle seule, dans une ébauche de nouveau statut qui n’est plus vraiment mis en valeur, ce nouveau rang « exception faite de la littérature allemande de 1913 à nos jours qui était rassemblée dans la Deutsche Bücherei. »31

18Nous en arrivons ainsi au dernier point de cette histoire des crises et des périodes plus stables avec le processus de l’unification allemande à partir de 1990. L’existence de deux bibliothèques nationales, à Leipzig et à Francfort-sur-le-Main, souleva le problème fondamental de leur avenir et de leurs relations réciproques. Si l’on n’avait considéré que la richesse des fonds, pour ne pas prendre en considération des raisons teintées de nostalgie comme la tradition, le choix n’aurait alors pas dû poser problème. Née de la Guerre Froide et du bi-étatisme allemand apparu après 1949, la Deutsche Bibliothek de Francfort-sur-le-Main n’avait le droit d’exister que depuis peu. Cette bibliothèque est, en y regardant de plus près et pour utiliser une formulation volontairement provocante, une collection des doubles des livres et revues parus entre 1945 et 1990 qui se trouvent à Leipzig, ce qui s’explique avant tout par le fait que cette bibliothèque n’avait pas le droit aux achats rétrospectifs. Mais on peut facilement s’imaginer, considération faite des rapports de forces politiques dans ce processus d’unification et de l’énorme signification prise après la Première Guerre mondiale par Francfort-sur-le-Main, lieu du commerce de livre et de l’édition, qu’une telle vision des choses ne fut guère partagée. Tout comme Leipzig, Francfort-sur-le-Main avait atteint au xviiie siècle le rang de métropole du marché littéraire. À présent, les cartes furent à nouveau battues et la fonction de représentation nationale fut redistribuée de manière différente. La Deutsche Bücherei de Leipzig fut incorporée à la Deutsche Bibliothek de Francfort-sur-le-Main, sur une décision des deux Börsenvereine du 10 juillet 1990 et après un élargissement de la « Loi sur la Deutsche Bibliothek » de 1969 à la Deutsche Bücherei de Leipzig.

  • 32 En français dans le texte (n.d.t.).
  • 33 En français dans le texte (n.d.t.).
  • 34 W. Ernst, « Schnittstellen zwischen Bibliothekslogistik und dem Imaginären der Kulturnation : das (...)

19Les sommes considérables qui furent aussi investies après 1990 dans ce lieu désormais numéro deux, menèrent à la rapide intégration de la Deutsche Bücherei dans le circuit des informations bibliographiques (organisé aujourd’hui par internet) et réduisirent ainsi la précarité de son rôle. Mais en même temps, cette décision accentua encore le polycentrisme de l’espace culturel. Beaucoup considèrent cela comme un chemin possible conduisant dans le paysage futur des lieux de mémoire32 européens et qui s’éloigne de l’image française ou plutôt parisienne d’une bibliothèque nationale33. Leipzig est devenu, pour une longue période de l’histoire allemande, le lieu de la bibliothèque nationale, mais cela n’a pas conduit — de même que la concentration d’autres institutions administrant la mémoire culturelle en des lieux comme Nuremberg, avec son Germanisches Nationalmuseum, ou Marbach, avec l’Archiv der deutschen Dichternachlässe (Archives littéraires de Marbach), ou Weimar, avec les lieux commémoratifs du classicisme, pour ne citer que quelques exemples –, à ce qu’un système formé d’une multitude de centres culturels complémentaires et en partie concurrents ne disparaisse au profit d’une seule capitale culturelle34. Pour une histoire comparée européenne, cette différence structurale fondamentale serait à placer au cœur des réflexions.

20traduit par Marianne Charle

Notes

1 L’ironie du sort veut que les perceptions françaises de l’Allemagne et celles des dirigeants de la RDA jusqu’en 1989/90, qui selon le schéma « métropole-province » faisaient une différence entre « Berlin, capitale de la RDA » et « nos compatriotes ( ?) dehors, dans la République » étaient très proches sur ce point. Le déplacement du centre berlinois vers le centre et l’est de la ville ne semble pas exclure un certain danger d’infection par ce virus, bien que le chapitre des relations particulières entre la France et l’Allemagne de l’Est soit clos depuis longtemps.

2 R. Blum, « Nationalbibliographie und Nationalbibliothek. Die Verzeichnung und Sammlung der nationalen Buchproduktion, besonders der deutschen, von den Anfängen bis zum zweiten Weltkrieg », Archiv für Geschichte des Buchwesens, 35 (1990), pp. 1-294 ; M.P. Olson, The Odyssey of a German National Library, Wiesbaden, Harrassowitz, 1996 ; B. Fabian (dir.), Buchhandel – Bibliothek-Nationalbibliothek, Wiesbaden, Harrassowitz, 1997.

3 Pour approfondir cet aspect de l’histoire du livre et de l’histoire culturelle, on se reportera aux ouvrages généraux suivants : Bibliographie der Buch-und Bibliotheksgeschichte, Bad Iburg, H. Meyer, 1982 et sq., et Wolfenbütteler Bibliographie, Zur Geschichte des Buchwesens im deutschen Sprachgebiet, 1840-1980, établie pat E. Weyrauch, en collaboration avec C. Fricke, vol. 1 et sq., munich, K. G. Saur, 1990 et sq.

4 Le Handbuch der Historischen Buchbestände in Deutschland, publié sous la direction de B. Fabian entre autres, vol. 1 et sq, Hildesheim/Zurich/New York, Olms-Weidmann, 1992 er sq. offre une vue d’ensemble impressionnante sur ce paysage des effectifs de livres historiques transmis (c’est-à-dire parus jusqu’à la fin du xixe siècle).

5 Voir, par exemple, H. Bräuning-Octavio, « Die Bibliothek der großen Landgräfin Caroline von Hessen-Darmstadt », Archiv für Geschichte des Buchwesens, 6, 1966, pp. 681-876.

6 S.J. Schmidt, Die Selbstorganisation des Sozialsystems Literatur im 18. Jahrhundert, Francfort/M., Suhrkamp, 1989 ; G. Jäger/J. Schönert (dir.), Die Leihbibliothek als Institution des literarischen Lebens im 18. und 19. Jahrhundert, Hambourg, Hauswedell, 1980; G. Jäger, A. Martino, R. Wittmann (dir.), Die Leihbibliothek der Goethezeit, Hildesheim, Gerstenberg, 1979.

7 G. Jäger, « Die deutsche Leihbibliothek im 19. Jahrhundert. Verbreitung-Organisation-Verfall », Internationales Archiv für Sozialgeschichte der Literatur, 2, 1977, pp. 96-133.

8 G. Loh , Geschichte der Universitätsbibliothek leipzig von 1543-1832, 1re éd., Leipzig, Bibliographisches Institut, 1987 ; D. Debes (ed.), Zimelien. Bücherschätze der Universitäts-Bibliothek Leipzig, Weinheim, VCH, Acta Humaniora, 1989 ; R. Jäger (ed.), 450 Jahre Universitätsbibliothek Leipzig 1543-1993, Leipzig, Universitätsbibliothek Leipzig, 1993.

9 On peut considérer le nombre des ouvrages imprimés jusqu’en 1943, c’est-à-dire jusqu’au moment de leur transport en lieu sûr après la destruction d’universités centrales et donc d’importantes bibliothèques d’instituts, et disponibles à la bibliothèque universitaire de Leipzig, comme un exemple de la dynamique régnant lorsque l’on augmenta le nombre des livres :
Image

10 J. Dietze, « Die Universitäts-Bibliotheken und die Öffentlichkeit. Die Benutzerordnungen von Göttingen (1761), Berlin (1813) und Leipzig (1833) », Wissenschaftliche Zeitschrift der Karl-Marx-Universität Leipzig, Gesellschafts-und sprachwissenschaftliche Reihe, vol. 9, 1959/60, cahier 5, pp. 809-816.

11 D. Döring, Die Bestandsentwicklung der Bibliothek der philosophischen Fakultät der Universität zu Leipzig von ihren Anfängen bis zur Mitte des 16. Jahrhunderts, Leipzig, 1990.

12 C. Alschner, Die Säkularisierung der Klosterbibliotheken im albertinischen Sachsen (Mark Meißen, Leipzig und Pegau), Leipzig, doctorat Université de Leipzig, 1969 ; E. Kroker, Katalog der Büchersammlung der deutschen Gesellschaft in Leipzig, Leipzig, Zentralantiquariat der DDR, 1971 ; G. Loh, Die Katalogisierungsarbeiten an der Universitätsbibliothek Leipzig in den Jahren 1813 bis 1829, Leipzig, 1981.

13 Ainsi, la bibliothèque universitaire de Leipzig, qui nous servira ici d’exemple une fois encore, entreprit de publier à partir de 1898 un catalogue des adresses qui étaient à sa disposition et commença en 1901 par un catalogue des manuscrits en sanscrit qui furent suivis des manuscrits islamiques, chrétiens-orientaux, juifs, samaritains, grecs, latins et aussi des manuscrits juridiques du Moyen-Âge. Entre 1901 et 1935, on accéléra ainsi la classification de la mémoire nationale, y compris de ses éléments étrangers.

14 Cf., par exemple, U. Schmidt, « Jüdische Bibliotheken in Frankfurt a. Main. Vom Anfang des 19. Jahrhunderts bis 1938 », Archiv für Geschichte des Buchwesens, 29, 1987, pp. 235-267.

15 À propos de la protohistoire de la bibliothèque nationale, cf. également J. Stollbetg, « Die Bibliothek der ehemaligen Deutschen Bundesversammlung. Kurzer Abriß ihrer Geschichte und der Struktur ihres Bestandes », Archiv für Geschichte des Buchwesens, 26, 1986, pp. 297-315.

16 J. Rex, « Karl Bernhardis Gedanken zur Errichtung einer deurschen Nationalbibliothek in der Periode des Heranreifens der bürgerlich-demokratischen Revolution (1843) », Zentralblatt für Bibliothekswesen, 81, 1967, pp. 529-538.

17 17. J. Jacobi, « Anmerkungen zur Bibliothek der deutschen Reichsversammlung von 1848/49 », in J. Jacobi (éd.), Bibliothek als Lebenselixir : Festschrift für Gottfried Rost zum 65. Geburtstag, Leipzig/Francfort/M./Berlin, Die Deutsche Bibliothek, 1996, p. 47-77.

18 Cf. R. Blum, art. cit., p. 65 et sq.

19 A. Paust, Die Idee einer deutschen Reichsbibliothek. Zur Vorgeschichte und Gründung der Deutschen Bücherei, Leipzig, Gesellschaft der Freunde der Deutsche Bücherei, 1933, p. 6 et sq.

20 F. Barbier, L’Empire du livre. Le livre imprimé et la construction de l’Allemagne contemporaine 1815-1914, Paris, Cerf, 1995.

21 Katalog der Bibliothek des Börsenvereins der Deutschen Buchhändler, 2 vol., Leipzig, 1885/1902.

22 R. Blum, « Die Denkschriften von 1906, betreffend die Begründung einer Sammlung von allen Erscheinungen des deutschen Buchhandels », Archiv für Geschichte des Buchwesens, 38, 1992, pp. 295-297 ; B. Fabian, « Die Reform des preußisch-deutschen Bibliothekswesens in der Ära Althoff : Fortschritt oder Weichenstellung in die Sackgasse », in B. vom Brocke (dir.), Wissenschaftsgeschichte und Wissenschaftspolitik im Industriezeitalter, Hildesheim, Edition Bildung und Wissenschaft, Verlag A. Lax, 1991, pp. 425-442.

23 K. Keller/H.-D. Schmid (dir.), Vom Kult zur Kulisse. Das Völkerschlachtdenkmal als Gegenstand der Geschichtskultur, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1995.

24 H. Paalzow, « Die Deutsche Bücherei in Leipzig », in Deutsche Bücherei des Börsenvereins, Leipzig, Börsenverein der deutschen Buchhändler, 1915, pp. 62-67.

25 E. Umlauf, « Der Wiederaufbau des Buchhandels, Beiträge zur Geschichte des Büchermarktes in Westdeutschland nach 1945 », Archiv für Geschichte des Buchwesens, 17, 1977/78, pp. 1-1750.

26 Il existe de nombreux ouvrages sur l’histoire de la Deutsche Bücherei, voir par exemple H. Rörzsch et al. (dir.), Deutsche Bücherei, 1912-1962. Festschrift zum fünfzigjährigen Bestehen der Deutschen Nationalbibliothek, Leipzig, Verlag für Buch-und Bibliothekswesen, 1962.

27 D. Aigner, » Die Indizierung ‘schädlichen und unerwünschten Schrifttums’ im Dritten Reich », Archiv für Geschichte des Buchwesens, 11, 1971, pp. 933-1034.

28 Sur cette relation, voir maintenant C. Kleßmann/A. Misselwitz/G. Wiehert (dir.), Deutsche Vergangenheiten – eine gemeinsame Herausforderung. Der schwierige Umgang mit der doppelten Nachkriegsgeschichte, Berlin, C. Links, 1999.

29 Cf. P. Vodosek/K. Marwinski (dir.), Geschichte des Bibliothekswesens in der DDR, Wiesbaden, Harrassowitz, 1999. Dans cet ouvrage, voir, en particulier, G. Rost, « Tradition auf dem Prüfstand. Die Deutsche Bücherei in den Jahren der DDR », pp. 133-144 ainsi que D. Höchsmann, « Die Entwicklung des Bibliothekswesens im zentralisrischen Sraar : Verordnete Strukturen und ihre Wirksamkeit », pp. 37-46.

30 W. Bleek, L. Mertens (dir.), Bibliographie der geheimen DDR-Dissertationen, Munich, New Providence, K.G. Saur, 1994.

31 D. Lülfing, « Die Entwicklung der deutschen Staatsbibliothek und ihre Rolle im Bibliothekswesen der DDR », in P. Vodosek, K. Marwinski, op. cit., pp. 145-158.

32 En français dans le texte (n.d.t.).

33 En français dans le texte (n.d.t.).

34 W. Ernst, « Schnittstellen zwischen Bibliothekslogistik und dem Imaginären der Kulturnation : das Germanische Nationalmuseum Nürnberg und die Deutsche Bücherei Leipzig », Wolfenbütteler Notizen zur Buchgeschichte, 24e année, 1999, Cahier 1 ; l’ancien directeur général de la Deutsche Bücherei de Leipzig souligne au contraire que le cycle typique s’est accompli avec l’unification des deux bibliothèques à Francfort et Leipzig. Étant donnée la dispersion de l’État, le commerce de livres se développe selon lui et remplit presque son devoir national-culturel, après la réussite de l’unification de l’État, l’État national endosserait la responsabilité pour la bibliothèque nationale : G. Rost, « Die Vollständigkeit als wesentlichster Zweck. Der Buchhandel und die Bewahrung der deutschsprachigen Literatur im zwanzigsten Jahrhundert », in B. Fabian (dir ), Buchhandel – Bibliothek – Nationalbibliothek, op. cit., pp. 157-197.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540