Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Capitales culturelles, capitales symboliques

 | 
Christophe Charle
, 
Daniel Roche

Deuxième partie. Capitales divisées

Les monuments aux morts de la Grande Guerre à Paris

Jean-Louis Robert

Texte intégral

  • 1 Cf. A. Becker, Les monuments aux morts : mémoire de la Grande Guerre, Paris, Errance, 1998.
  • 2 C’est une étudiante de DEA, E. Julien qui, enquêtant dans les mairies parisiennes, s’est aperçue q (...)

1L’étude des monuments aux morts est depuis une vingtaine d’années un secteur particulièrement fécond de l’historiographie de la Grande Guerre et de sa mémoire1. Et d’emblée, nous voudrions remarquer le fait que les monuments aux morts parisiens n’ont pas fait l’objet d’un travail, même simplement érudit, élaboré. Ce n’est nullement un hasard, car plus largement nous savons qu’à l’exception très notable du Soldat inconnu sous l’Étoile, ces monuments sont ignorés des Parisiens eux-mêmes2. D’emblée ainsi, nous pouvons nous interroger sur Paris capitale symbolique. Paris est bien sûr capitale de la France et par là même elle est, naturellement, le lieu de manifestations, de constructions qui prennent sens d’une construction symbolique de toute capitale. Mais une ville est-elle capitale symbolique seulement du fait qu’elle dispose des symboles propres à une capitale étatiste ? Paris n’est-elle pas capitale symbolique aussi par Paris, par son peuple, sa culture, ses mobilisations... ?

2Notre histoire est alors celle d’une réussite partielle et d’un échec. Paris est capitale symbolique de la Grande Guerre des monuments par le tombeau et la flamme du Soldat inconnu, mais si ce monument se situe bien à Paris, nous verrons qu’il serait très impropre de ne le désigner que comme parisien. En revanche, il n’existe assurément pas de monument parisien, ni de monuments locaux, qui construisent par Paris la capitale symbolique de la Grande Guerre.

L’échec des projets parisiens d’un grand monument parisien aux morts de la Grande Guerre

Une floraison de projets à la fin de la guerre et dans l’immédiat après-guerre

3Parfois individuels, mais le plus souvent sur l’initiative de conseillers municipaux ou généraux, et débattus dans les deux Conseils (plus au Conseil municipal de Paris qu’au Conseil général de la Seine), les projets d’un ou plusieurs grands monuments aux morts se sont multipliés entre novembre 1918 et mai 1919. Ces monuments ont le plus souvent sens de monument à tous les morts de la guerre ; ainsi tout se passe bien alors comme si Paris fonctionnait comme la capitale symbolique du pays, comme si la Ville était le fer de lance, l’avant-garde des initiatives nationales pour un grand monument aux morts.

  • 3 Pour ceci cf. H. Sellier, A. Bruggeman et M. Poëte, Paris pendant la guerre, Paris, P.U.F., Collec (...)
  • 4 E. Vaillant, « Paris », L’Humanité, 20 septembre 1914.
  • 5 Cf. la récente thèse de Th. Bonzon, Les politiques sociales des Conseils de Paris, 1912-1919, Univ (...)

4Il faut ici faire sa part au fait que Paris a bien fonctionné pendant la Grande Guerre comme une capitale symbolique du pays combattant, une capitale symbolique ambiguë d’ailleurs3. Nous devons rappeler que Paris, par sa situation névralgique et sa proximité du front – à la différence de Londres et Berlin – fait figure de symbole de la défense nationale. Comme le dit Edouard Vaillant, le député socialiste, ancien communard : « Il (le peuple) sait qu’en elle (la ville de Paris) pense le cerveau et bat le cœur de la Nation qui serait mortellement frappée par sa chute. »4 Des épisodes dramatiques et mythiques sont venus renforcer ce sentiment : les taxis de la Marne en 1914 ou les bombardements de Paris en 1918 qui en font une ville martyre, une Ville Croix de Guerre comme Reims. Mais Paris a aussi été pendant la guerre le modèle d’une modernité sociale5. Notamment le Conseil municipal de la capitale, pourtant considéré souvent comme une assemblée de notables ayant peu de pouvoirs et seulement une clientèle, a su mettre en place une politique sociale et économique inédite qui contribua très largement à la régulation sociale de la ville, reprenant dans le registre des politiques réfléchies avant la guerre par les réformateurs sociaux ou même les socialistes qui participent aux bureaux d’Union sacrée.

  • 6 Il s’agit de la proposition du conseiller D’Andigné, conseiller nationaliste de Paris, Conseil mun (...)
  • 7 Pétition d’un citoyen transmise au Conseil le 15 novembre 1918. Cette proposition reprenait aussi (...)
  • 8 Proposition transmise par le conseiller municipal Chassaigne-Goyon le 3 décembre 1918.

5C’est bien dans la continuité de ce dynamisme symbolique et politique qu’il faut comprendre la floraison des initiatives du Conseil municipal de Paris à propos des monuments qui symboliseraient la guerre. Notons d’abord que presque toutes ces propositions furent des monuments aux morts. Nous ne décomptons que deux propositions différentes ; un arc de triomphe à la gloire des armées alliées qui devait être érigé porte Dauphine6 ; un monument de la Victoire dans l’esprit de la colonne élevée par Bismarck après 1870 à Berlin qui s’installerait dans une allée de la Victoire, célébrant les généraux et les batailles, qui irait de l’Hôtel de Ville aux Champs-Élysées7. Ces propositions furent vite repoussées sur l’initiative de l’ancien président du Conseil municipal Louis Dausset qui souligna qu’il convenait de célébrer le « Poilu » anonyme et que la victoire avait le seul sens d’un succès des « peuples libres ». Plus vivement encore, un citoyen qui proposa un projet personnel, le docteur Bourjade, s’opposa à tout Arc de Triomphe : « Il me semble impossible qu’on puisse célébrer la libération du monde, le triomphe de la civilisation contre la barbarie, de la liberté contre l’esclavage par le symbole qui a servi à déifier les Césars (...). Il faut autre chose. »8 Ainsi, très tôt, comme partout en France, Paris proposa d’ériger des monuments aux morts. Je ne présenterai que les principaux projets.

6Le premier vint de Louis Dausset lots du Conseil municipal du 22 novembre 1918. Ce projet fut le plus développé et le plus étudié par le Conseil. L’ancien président proposait l’érection d’un monument au Poilu, qui serait un immense lieu de pèlerinage. Il ne décrivit pas le monument car il se prononça pour un concours très ouvert aux artistes ; étant bien entendu que ce monument devait aussi embellir la ville, être « un chef-d’œuvre du génie français ». Il se prononçait pour un emplacement central, les jardins des Tuileries qui devaient ainsi être entièrement réaménagés en fonction du monument.

7Le second projet que nous évoquerons fut déposé par les conseillers municipaux Lemarchand et Petitjean le 30 mai 1919 et soutenus par de nombreux conseillers généraux. Il se prononçait surtout pour un rééquilibrage vers l’est de la monumentalité parisienne. Ainsi Brisson déclara-t-il « la région Est de Paris est trop souvent déshéritée ». Un cénotaphe et un monument aux Poilus devaient être érigés porte de Vincennes ; le cours de Vincennes devenant une Avenue symbole de l’orientation vers les champs de bataille.

8La proposition du Docteur Bourjade fut sans doute la plus belle et la plus émouvante. Ce « citoyen » proposait d’édifier à la Défense une immense montagne « jaillie de la main de nos peuples », par l’amoncellement de pierres venues du monde entier. Et il suggérait que « les sculpteurs de toutes les nations peuplent ces blocs de milliers de statues ». L’Humanité reconstituée par ses morts.

9Le dernier projet que nous évoquerons ici est aussi le plus tardif puisque présenté par le conseiller Fiquet le 4 mars 1921 ; mais c’était déjà un projet qui enregistrait l’échec des grandes propositions parisiennes. Constatant « l’urgence », Fiquet proposait de faire un monument au Père-Lachaise, « dans la vraie nécropole parisienne » où les Parisiens ne trouvaient qu’une petite stèle du Souvenir Français.

L’échec des projets parisiens

10Finalement aucun de ces grandioses projets n’a été réalisé ni même sérieusement examiné. Et l’on peut constater que, dès le milieu de 1919, le Conseil municipal perd son rôle d’initiative des projets monumentaux. Plusieurs causes ont convergé vers cette évolution.

11D’abord sans doute la question des finances municipales. À l’issue de la guerre, les caisses sont vides et la Ville est très lourdement endettée. C’est d’ailleurs sur cette question que l’Union sacrée parisienne, qui avait fortement contribué à l’image d’un grand Paris, va éclater. En 1919, la majorité qui était attachée à l’emprunt ne veut plus en susciter de nouveaux pour ne pas aggraver la dette, mais elle refuse aussi les propositions socialistes d’une augmentation des impôts locaux pour assurer des finances saines et équitables. Le Conseil municipal de Paris perd ainsi les moyens d’affirmer ses choix monumentaux au profit de l’État.

12Les divisions jouent aussi un rôle direct qui paralyse le Conseil et interdit un choix unanime : division entre les élus suivant les quartiers (Centre, Est, Ouest...), division sur la nature du monument, division sur les exigences esthétiques... La majorité du Conseil municipal retrouve d’ailleurs ou réaffirme plus que jamais ses tentations xénophobes ; le rapporteur sur les projets, Lampué, s’opposa ainsi vivement à celui du Docteur Bourjade :

  • 9 Conseil municipal de Paris, Rapport de la 4e commission, n° 3, 1919.

« Tout ceci est très brillant, ce qui l’est moins c’est l’idée de faire appel aux artistes de tous les pays pour concourir à l’embellissement de ce monument ; je sais bien que l’art n’a pas de patrie ; mais j’estime que les artistes doivent en avoir une et qu’ils doivent la défendre jalousement. S’ils avaient été plus vigilants, nous n’aurions pas connu la honte du cubisme. La France ne doit produire et ne s’enorgueillir que de l’art français. »9

13Ici apparaît alors clairement que le Conseil municipal ne peut ou ne veut pas faire fonctionner Paris comme symbolique de l’universel, alors même que l’on peut se demander si Paris n’a pas toujours été capitale symbolique pat l’universel.

14Une dernière cause, que nous ne pouvons pas développer ici, tiendrait à l’ambiguïté de Paris, capitale symbolique pendant la guerre. En effet, très tôt des réticences provinciales se manifestent face à certains aspects de la vie parisienne dans cette période. Paris a ainsi une image de ville embusquée que l’on oppose aux provinciaux combattants.

15Au total, même si la ville de Paris et le département de la Seine sont représentés dans les commissions ad hoc, c’est désormais bien l’État qui va prendre en mains, étudier et financer le souvenir national de la guerre. Le monument qui va en sortir sera bien à Paris, mais pas de Paris. De Paris seront les monuments aux morts des arrondissements.

L’échec relatif des monuments aux morts parisiens

16Si Paris avait échoué à être l’initiateur et le maître d’œuvre du grand monument aux morts de la Nation, il lui restait la possibilité de réaliser un des monuments aux morts parisiens. Comme toutes les communes de France, il fallait à la capitale rendre hommage aux siens. Par là, la Ville aurait pu retrouver une place de capitale symbolique en érigeant un ou des monuments modèles. Or il n’en a rien été.

L’absence de tout grand monument aux morts parisiens

17Paris a d’abord échoué à réaliser un grand monument à ses habitants morts pour la Patrie. Encore en 1932, de Fontenay, le président du Conseil municipal, le déplorait, lors de l’inauguration du monument aux morts du IXe arrondissement :

  • 10 Discours prononcé le 16 juillet 1932, Bulletin municipal officiel... du 24 août 1932.

« Paris, nous le savons, a l’insigne honneur de posséder le mémorial le plus sacré que l’on puisse concevoir : la tombe du Soldat inconnu (...), mais la Capitale, écrasée sous le poids des innombrables sacrifices consentis, n’a pas encore dressé un autel digne de l’immense holocauste de ses fils (...) Il n’est point surtout d’œuvre d’art à la mesure d’un aussi sublime sujet (...) Une heure sonnera peut-être où le recul du temps (...) et le génie d’un artiste inspiré permettront à la Cité d’exprimer sa douleur et sa fierté totale de métropole en deuil. »10

  • 11 Ministre de l’Intérieur, 6 août 1949, Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carto (...)
  • 12 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du XIIIe arrondi (...)

18Le sentiment de cette incapacité de la Ville à concevoir un monument unique est encore sensible dans l’après-Seconde Guerre mondiale. Ainsi, en 1949, devant le projet de créer un monument aux morts des deux guerres du XXe arrondissement dans le square Vaillant, le ministre de l’Intérieur manifesta son extrême réticence en estimant « qu’il convient d’éviter de donner par arrondissement (...) un hommage aux morts de la Guerre et qu’il est bien préférable d’honorer leur mémoire dans un seul et même monument pour une ville. »11 Il est vrai qu’il s’agissait aussi d’éviter des doublons entre les deux guerres. Mais cette idée d’éviter la dispersion monumentale de l’hommage aux morts parisiens réapparaît encore en 1961, où la construction d’un monument aux morts du XIIIe arrondissement – qui n’en avait encore aucun - se heurta à une opposition du ministre de l’Intérieur qui estimait qu’il n’était pas opportun de laisser se multiplier dans la capitale des monuments aux morts particuliers à chaque arrondissement12. Ces regrets des autorités politiques parisiennes ou nationales attestent bien l’importance de l’enjeu symbolique de l’unicité du monument et la portée de son absence. Paris n’a pu construire au lendemain de la Grande Guerre ce qui aurait été la manifestation d’une « métropole » victorieuse.

Des monuments aux morts d’arrondissement tardifs, médiocrement symboliques, médiocrement visibles

19Faute de moyens ou de volonté, le Conseil municipal passa la main aux arrondissements et à l’initiative privée ou associative. C’est par souscription que furent financés les monuments aux morts des arrondissements parisiens, le Conseil municipal ne fournissant qu’un complément inégalement important. Il existe bien 20 monuments aux morts parisiens ainsi érigés, mais force est de constater leur absence totale dans le marquage symbolique de la capitale. S’il est arrivé qu’un trait symbolique d’un espace parisien particulier ait pris une force telle qu’il a joué dans le dispositif de Paris capitale symbolique (nous pensons par exemple à la mairie de Montmartre), ce n’est absolument pas le cas des monuments aux morts que nous étudions ici.

  • 13 Par exemple le monument aux morts du XVIe est inauguré le 2 juin 1929 devant Poincaré, Archives de (...)

20Notons d’abord le caractère tardif de nombre de ces monuments, ce qui restreint l’effet qu’aurait pu produire une inauguration précoce et simultanée de 20 monuments. Il fallut attendre 1925 pour que le Xe arrondissement inaugure, le premier, son monument. Ensuite les inaugurations se succèdent lentement dans les années 1920 et 1930, suivant une chronologie que nous ne développerons pas ici13. Encore en 1939, six arrondissements n’avaient pas leur monument à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

  • 14 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du Ier arrondiss (...)
  • 15 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du IIIe arrondis (...)
  • 16 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du VIe arrondiss (...)

21C’est ainsi que, dans le petit Ier arrondissement de Paris, il faut attendre 1953 pour que soit effectivement lancé le projet de monument aux morts (qui devient ainsi automatiquement un monument aux morts des deux guerres mondiales) qui ne sera achevé qu’en 195414. Dans le IIIe arrondissement, on s’était contenté jusqu’en 1984 d’une modeste stèle qui faisait office de monument aux morts. Cette stèle fut envoyée en 1984 aux cimetières des monuments, à Ivry, et un monument fut érigé aux morts des deux guerres15. Dans le VIe arrondissement également, on avait renoncé à un monument aux morts, mais au moins avait-on procédé au rare établissement de grandes plaques de marbres où s’affichait la liste nominative des morts. Ces plaques se trouvaient dans la salle des trophées de la mairie qui servait aussi de bibliothèque. L’idée d’un monument aux morts des deux guerres fut relancée en 1970. Elle se heurta à des réticences de la direction des affaires culturelles qui s’opposait à tout monument d’allure classique et les discussions furent nombreuses sur le lieu. Finalement, l’accord se fit sur un monument très épuré qui fut inauguré en 1976 et fort bien placé dans le hall d’entrée de la mairie, près de la porte principale16.

  • 17 Lettre de M. Jacques Toubon à l’auteur du 25 mai 1999.
  • 18 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du XIIIe arrondi (...)

22Mais le retard n’a pas concerné seulement de petites mairies. Ainsi la réalisation du monument du XIIIe arrondissement fut aussi très tardive. Peut-être fut-il concurrencé par le monument aux mères françaises17 ? Toujours est-il que c’est seulement en 1954 que le projet fut relancé. La réalisation fut longue (il y eut deux projets concurrents) et nous avons vu qu’il se heurta quelque temps à l’opposition du ministre de l’Intérieur. Il lut néanmoins inauguré en 1964 après dix ans de tergiversations et d’hésitations18.

  • 19 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du XVIIe arrondi (...)

23C’est sans doute le cas du XVIIe arrondissement qui est le plus étonnant. Cet arrondissement, un des plus grands et des plus riches de la capitale, ne s’était pas encore doté en 1964 d’un monument aux morts mais d’une simple petite plaque commémorative. Ce fut sur la proposition des élus communistes Suzanne Diquelou et Albert Ouzoulias que lut adoptée la décision de construire un monument dans le cadre des travaux de construction de la nouvelle (et particulièrement laide) mairie de l’arrondissement des Batignolles. La discrétion resta de mise puisque le monument fut un simple mur érigé en 197319 dans l’arrière-cour derrière les places de stationnement réservées aux véhicules de la mairie ou de livraison...

24Monuments tardifs, les monuments aux morts parisiens sont aussi généralement peu visibles, modestes et, si l’on interroge les Parisiens d’aujourd’hui, tout à fait inconnus. Une enquête partielle d’une étudiante de DEA a même montré que des employés de mairie ignoraient leur existence, alors que dans toutes les villes de France, ces monuments sont un lieu de mémoire essentiel de l’identité communale. Le plus souvent, ils sont dans les mairies et fréquemment excentrés et peu visibles. Encore après la Seconde Guerre mondiale, ce sentiment était partagé par les Associations d’anciens combattants qui s’en préoccupèrent.

  • 20 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du Ier arrondiss (...)
  • 21 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du IIIe arrondis (...)

25Ainsi, dans le Ier arrondissement, le monument est à peine visible, et de loin n’apparaît qu’une sculpture de jeune homme dénudé dont rien n’indique qu’il s’agisse d’un « jeune héros » d’autant que les lettres « À nos héros et martyrs » sont illisibles. Aussi le conseil d’arrondissement du Ier arrondissement adopta, le 30 juin 1983, un vœu qui, « considérant que le monument aux morts situé sous le porche de la mairie (...) n’assure pas aux morts pour la France domiciliés dans le Ier arrondissement un hommage suffisamment digne de l’ampleur de leur sacrifice », se prononçait pour que soit apposée une grande plaque honorant les victimes. L’absence de crédit ne permit pas de réaliser ce vœu20. En 1986, le maire du IIIe arrondissement, J. Dominati, souhaitait aussi faire déplacer le monument érigé en 1984 qui était à peine visible sur son emplacement derrière des grilles sur la façade côté rue Perrée de la mairie. Mais le déplacement ne fut jamais opéré car estimé trop coûteux21.

  • 22 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du VIe arrondiss (...)
  • 23 Compte tendu de l’inauguration du monument du XIIe le 9 décembre 1928, Bulletin municipal officiel (...)
  • 24 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du XIIe arrondis (...)

26Des discussions pouvaient aussi opposer les associations d’anciens combattants qui souhaitaient une visibilité maximum à d’autres acteurs. Ainsi, pour le tardif monument aux morts du VIe arrondissement, les associations voulaient absolument un monument hors de la mairie alors que la Direction des affaires culturelles de la Ville, inquiète de la qualité du monument, souhaitait qu’il soit dans une allée discrète de la mairie22. Dans le XIIe arrondissement, le débat sur l’emplacement du nouveau monument aux morts eut lieu dès son installation en 1928. Le maire de l’arrondissement, annonçant que le monument prendrait place dans la cour intérieure de la mairie, rappelait que « d’aucuns auraient souhaité voir ce monument s’élever dans un emplacement plus grandiose, plus imposant, dans un square ou sur la voie publique... »23 Le débat rebondit en 1963 quand un élu gaulliste, le député Pernin, et le Comité d’entente des Anciens combattants déposèrent un vœu tendant « au déplacement du monument aux morts de cet arrondissement actuellement situé dans la cour de la mairie. À sa place actuelle le monument est presque inaccessible au public et la cour est très insuffisante pour contenir la foule... » Ils proposaient de le situer sur la rue, juste devant le péristyle de la mairie, alors le monument serait « devenu visible pour le passant qui pourrait se recueillir aux souvenirs de nos morts. »24 Finalement, si ce vœu fut accepté par le conseil municipal en septembre 1964, il ne fut qu’incomplètement accompli. Le monument fut placé au long du petit square qui se situe en face de la mairie et regarde vers l’avenue Daumesnil. Assez bien visible des passants, il perd toutefois du caractère central qu’il aurait eu en se situant en vis-à-vis de la façade de la mairie.

  • 25 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du XIVe arrondis (...)

27C’est sans doute aussi ce souci de visibilité qui fit construire dans le XIVe arrondissement en 1982, juste en face de la mairie, place Ferdinand-Brunot, un monument aux morts moderne qui doublait l’ancien monument aux morts exécuté en 1927 et actualisé en 1955-1959, jugé peu visible du public par son emplacement dans l’escalier principal25 et trop peu spacieux pour que « les manifestations du souvenir puissent s’y dérouler en toute solennité ».

  • 26 Cf. Rapport Lampué, op. cit.
  • 27 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du XIXe arrondis (...)

28La question de la visibilité du monument du XIXe arrondissement fut aussi posée dès 1919. Dans une lettre du 23 octobre 1919, le maire demandait au Préfet l’autorisation d’établir son monument aux morts dans les Buttes Chaumont, le long de la rue Botzaris26. Le Directeur du service des promenades s’y opposa en évoquant les risques d’agitation et la protection du paysage. Là encore, le débat rebondit bien plus tard. Situé sous l’escalier principal, ce monument était « peu connu de la population » estimait la Municipalité et les groupements de ceux qui jugeaient qu’il déparerait la façade. D’autres vœux de le déplacer dans les Buttes-Chaumont se heurtèrent au refus des Bâtiments historiques qui estimèrent, à juste titre, que la « valeur artistique non négligeable » de ce monument ne devait pas encourir le risque d’une exposition publique à l’extérieur. Finalement, le monument est resté à sa place initiale et reste très peu connu du public27.

  • 28 Le VIe arrondissement a aussi des plaques sur lesquels figurent les noms des morts de l’arrondisse (...)

29Peu visibles, les monuments sont aussi peu sensibles. Je me garderai bien de me prononcer ici sur leur qualité esthétique, inégale, ou sur leur charge émotive pour m’en tenir à un lait assuré. L’essentiel est que ne figure pas sur la quasi-totalité des monuments la liste des noms des morts qui, partout ailleurs en France, donne toute sa force dramatique et sensible aux monuments aux morts. Seul le VIIe arrondissement fait exception, avec un ingénieux système de plaques coulissantes autour d’une colonne de la victoire ; preuve que le prétexte souvent avancé d’un manque de place ne tient guère28.

  • 29 Il est toutefois difficile de tracer des limites entre des représentations du peuple de la capital (...)

30Je ne souhaite pas m’étendre longuement sur le contenu symbolique de ces monuments dont l’étude renvoie à des problématiques autres, classiques de l’historiographie des monuments : monuments pacifistes, monuments glorieux, monuments mortuaires, monuments religieux etc. Disons seulement que Paris n’échappe nullement à la tendance générale qui a tendu à mettre en avant dans les monuments plus la tombe que la gloire. Par ailleurs, peu de monuments évoquent un Paris qui pourrait faire figure de capitale symbolique. Seul le monument du VIIIe arrondissement représente le Paris glorieux, armé des glaives et décoré de la Croix de guerre. Les monuments des IVe et XVe arrondissements montrent, eux, la continuité du sacrifice des combattants de la Révolution, de 1870 et de 1914, réifiant ainsi le mythe parisien du Paris patriote et révolutionnaire, une formule — la formule politique - sans doute du Paris capitale symbolique. Peut-être aussi les monuments qui montrent les dimensions populaires de Paris sont-ils à ranger dans cette catégorie ? C’est le cas des monuments des XIe et XVIIIe arrondissements où l’ouvrier et le petit peuple sont présents29.

31Mais généralement, les monuments aux morts parisiens par leur dispersion, leur caractère tardif, leur médiocre lisibilité dans l’espace, leur faible charge émotive, leur maigreur symbolique sont de peu d’importance dans la construction mémorielle de la capitale et, par là, n’ont pas la figure de lieux d’une capitale symbolique. Il resterait alors le Soldat inconnu.

La tombe du Soldat inconnu et la flamme

32Le site est bien sûr beaucoup plus connu et nous nous éviterons de longs développements. S’il est connu, c’est que le lieu est bien un lieu très fort, exceptionnellement fort et qu’il y a eu là la réussite d’une construction et d’une constante reconstruction.

  • 30 Pour tous ces détails voir A. Prost, Les Anciens combattants et la société française, 1914-1939, P (...)

33Mais si, par le Soldat inconnu, Paris est bien une capitale symbolique, ce n’est que parce que l’Etat, qui comme nous l’avons vu reprend la main dans le courant de 1919 à la Ville, ne peut que fixer à Paris le monument national des morts. C’est le 12 novembre 1919 que fut prise une première décision de déposer le corps d’un Soldat inconnu au Panthéon. Si l’enthousiasme fut unanime sur l’idée du Soldat inconnu qui va en parallèle avec celle du Poilu anonyme, les Anciens combattants réagirent très négativement à la proposition du Panthéon. Le lieu leur apparut trop petit, trop fermé et surtout trop faible en regard du sacrifice. C’est Binet-Valmer, le vice-président de la Ligue des chefs de section, qui va organiser une grande campagne pour que le corps soit déposé sous l’Arc de Triomphe30. Georges Leygues accepte cette proposition qui est votée précipitamment par la Chambre le 8 novembre 1920. Le 11 novembre 1920, le corps du Soldat inconnu fut exposé dans une chapelle ardente et la mise au tombeau eut lieu le 28 janvier 1921.

34C’est seulement plus de deux années après que, à la suite d’une campagne menée dans l’Intransigeant par le colonel Boissy qui considérait que le tombeau n’avait pas d’âme, se met en place, le 11 novembre 1923, la Flamme autour de laquelle se construit le fort rituel du feu ravivé tous les soirs, manifestation répétée et vivante du culte du souvenir.

35La tombe du Soldat inconnu et la Flamme (tous deux signes très puissants par leur sobriété même, en contraste avec le grandiose de l’Arc) vont fonctionner alors d’une part comme lieu de pèlerinage et d’émotion et comme lieu cérémoniel et étatiste, d’autre part (pas de grandes journées, pas de grands visiteurs... sans l’hommage à l’Étoile). Mais c’est ici bien plus la capitale symbolique à Paris que par Paris qui fonctionne.

36La comparaison avec la situation berlinoise que nous connaissons mal est difficile. En effet, Berlin ne devient réellement la capitale d’un État achevé et unifié qu’en 1919 avec l’établissement de la République de Weimar. Berlin connut aussi une croissance de son territoire par l’absorption de sa banlieue au lendemain de la guerre, ce que ne connut pas Paris. Par ailleurs, le souvenir est ici celui d’une défaite dont la commémoration est toujours difficile. Toutefois des parallèles sont évidents qui tiennent à la communauté des cultures de guerre et des difficultés économiques des après-guerres. Ainsi, il y eut aussi réutilisation d’un lieu ancien à Berlin. Ce fut le beau pavillon de la Nouvelle Garde, réalisé par l’architecte Schinkel au début du xixe siècle qui fut consacré au culte du souvenir. Mais l’histoire tourmentée de l’Allemagne allait interdire d’y fixer un rituel aussi fort que celui de l’Arc de Triomphe. La RDA y créa un monument aux victimes du fascisme et de l’impérialisme. En 1993, y fut installé, après la réunification, un monument très contesté dédié aux victimes des dictatures et des totalitarismes. En quelque sorte, du point de vue de notre observatoire très particulier, Berlin, comme capitale symbolique paraît bien être restée fragile jusqu’à la fin du millénaire. Ce qui n’étonnera pas.

37Pour autant, l’examen du cas parisien ne prête pas à un optimisme exagéré. Paris, capitale symbolique de la mémoire de la Grande Guerre ? Oui, mais plus par un effet mécanique de la centralisation des fonctions de la capitale à Paris que par un vrai dynamisme symbolique de la Ville, dynamisme sensible pendant la guerre mais qui s’éteint dans le cours de 1919 et ne renaît pas vraiment. Mais cet essoufflement de la capitale symbolique au lendemain de la victoire ne témoigne-t-il pas plus largement de l’épuisement du pays ?

Notes

1 Cf. A. Becker, Les monuments aux morts : mémoire de la Grande Guerre, Paris, Errance, 1998.

2 C’est une étudiante de DEA, E. Julien qui, enquêtant dans les mairies parisiennes, s’est aperçue que les monuments aux morts y étaient à peine connus.

3 Pour ceci cf. H. Sellier, A. Bruggeman et M. Poëte, Paris pendant la guerre, Paris, P.U.F., Collection Carnegie, 1926. J.-L. Robert, Les ouvriers, la Patrie et la Révolution, Paris, 1914-1919, Besançon, Annales littéraires, 1995.

4 E. Vaillant, « Paris », L’Humanité, 20 septembre 1914.

5 Cf. la récente thèse de Th. Bonzon, Les politiques sociales des Conseils de Paris, 1912-1919, Université Paris I, 2000.

6 Il s’agit de la proposition du conseiller D’Andigné, conseiller nationaliste de Paris, Conseil municipal du 15 novembre 1918. Tous les comptes rendus des séances des Conseils paraissent dans le Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris et du département de la Seine.

7 Pétition d’un citoyen transmise au Conseil le 15 novembre 1918. Cette proposition reprenait aussi la tradition de la statuaire patriotique parisienne. Cf. M. Agulhon, « Les statues patriotiques », in G. Bresc-Bautier et X. Deltot (dir.), Art - Politique, Arcs, Statues et Colonnes à Paris, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 1999.

8 Proposition transmise par le conseiller municipal Chassaigne-Goyon le 3 décembre 1918.

9 Conseil municipal de Paris, Rapport de la 4e commission, n° 3, 1919.

10 Discours prononcé le 16 juillet 1932, Bulletin municipal officiel... du 24 août 1932.

11 Ministre de l’Intérieur, 6 août 1949, Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du XXe arrondissement.

12 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du XIIIe arrondissement.

13 Par exemple le monument aux morts du XVIe est inauguré le 2 juin 1929 devant Poincaré, Archives de Paris, VK3 261 ; celui du XVe arrondissement le 17 juin 1934, Archives de Paris, VIO 285, celui du IVe arrondissement le 8 juillet 1934, Archives de Paris, VK3 281.

14 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du Ier arrondissement.

15 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du IIIe arrondissement.

16 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du VIe arrondissement.

17 Lettre de M. Jacques Toubon à l’auteur du 25 mai 1999.

18 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du XIIIe arrondissement.

19 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du XVIIe arrondissement.

20 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du Ier arrondissement.

21 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du IIIe arrondissement.

22 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du VIe arrondissement.

23 Compte tendu de l’inauguration du monument du XIIe le 9 décembre 1928, Bulletin municipal officiel... du 1er février 1929.

24 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du XIIe arrondissement.

25 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du XIVe arrondissement.

26 Cf. Rapport Lampué, op. cit.

27 Archives du Bureau des monuments de la Ville de Paris, carton Monuments aux morts du XIXe arrondissement.

28 Le VIe arrondissement a aussi des plaques sur lesquels figurent les noms des morts de l’arrondissement. Mais ces plaques sont dissociées du monument aux morts et très mal accessibles aux Parisiens.

29 Il est toutefois difficile de tracer des limites entre des représentations du peuple de la capitale et celles d’un quartier. Les monuments sont aussi les signes d’un patriotisme d’arrondissement : « notre 10e arrondissement a répondu tout entier à l’appel de la Patrie en danger... notre 10e arrondissement, le plus vibrant peut-être de tous les arrondissements de Paris... qui a été le témoin des départs enthousiastes de 1914 ». Déclaration d’un conseiller municipal lors de l’inauguration du monument du Xe le 28 juin 1925, Bulletin municipal officiel... du 15 août 1925.

30 Pour tous ces détails voir A. Prost, Les Anciens combattants et la société française, 1914-1939, Paris, Presses de la FNSP, 1977 ; La Flamme sous l’Arc de Triomphe au tombeau du Soldat inconnu, Paris, ed. Littré, 1949 et M. Dupont, L’Arc de Triomphe de l’Étoile et le Soldat inconnu, Paris, Les Éditions françaises, 1958.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540