Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Capitales culturelles, capitales symboliques

 | 
Christophe Charle
, 
Daniel Roche

Deuxième partie. Capitales divisées

Résistances du local à l’emprise symbolique du national à Paris à la fin du XIXe siècle

Céline Braconnier

Texte intégral

1Le fait pour Paris d’accueillir sur son territoire les pouvoirs publics est-il compatible avec sa constitution en collectivité politique locale ?

2À cette question, le préfet Haussmann répond en 1868 par la négative. Dans un contexte marqué par la mise à l’ordre du jour des réformes en faveur de la démocratie locale, il légitime l’exclusion de Paris des réformes envisagées en offrant à la notion de capitale un sens bien plus fort que celui de simple statut administratif désignant la ville siège du gouvernement. Il fait de la capitale un élément essentiel de la politique de construction nationale :

  • 1 G. Haussmann, rapport préfectoral du 18 juin 1868, reproduit dans F. Mouttet, Monsieur Haussmann e (...)

« Il est difficile de trouver dans les deux millions d’habitants qui composent la population de Paris le moindre lien municipal, les moindres affinités d’origine. (...) isolés, perdus dans la foule bigarrée de la capitale, les Parisiens n’ont plus aucun moyen de se compter ni de se grouper. Pour eux, la commune n’existe pas, elle ne peut pas exister. (...). Paris, par la composition hétérogène, mouvante, cosmopolite de ses habitants ne peut être considérée comme une commune. C’est tout autre chose. C’est une capitale (...) c’est-à-dire la propriété collective du pays tout entier et la cité de tous les Français. »1

  • 2 B. Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, trad. frs (...)

3Parce qu’il est dans ce discours érigé en signe de la nation, le territoire parisien ne peut plus servir de support à la construction d’un collectif qui ne serait composé que de ses seuls habitants, sauf à rompre au profit des Parisiens la part égale qui doit revenir à chaque citoyen dans ce qui relève du national. Vivement contestée à cette date par les députés républicains de Paris, cette position est reprise à leur compte par tous les gouvernements des débuts de la Troisième République alors pourtant qu’ils se trouvent face à un conseil municipal désormais élu au suffrage universel. Il en résulte une concurrence entre autorités locales et nationales pour faire de Paris un espace d’appartenance. Celle-ci s’exprime aussi bien au plan des communautés imaginaires2 distinctes qu’on se propose de constituer de part et d’autre qu’à celui des processus de décision qui les commandent.

L’emprise symbolique du national à Paris

  • 3 J.-J. Linz, « Construction étatique et construction nationale », Pôle Sud, 7, novembre 1997, pp. 1 (...)

4L’emprise symbolique du national à Paris se lit d’abord, indépendamment même des réalisations concrètes auxquelles elles peuvent donner lieu, dans la multiplicité des prises de parole tendant à définir une politique parisienne de marquage symbolique du territoire en concurrence avec les élus de la ville. Elle rend compte de la formation d’une sphère d’intervention aux frontières fluides dans laquelle Juan J. Linz voit l’une des particularités des politiques à travers lesquelles se construisent les nations3. Au delà des enjeux de pouvoir qu’elles dissimulent, par les valeurs qu’elles proposent d’inscrire dans la toponymie parisienne et les offres identitaires qu’elles ménagent, ces prises de parole tendent à dessiner les contours d’une communauté imaginée dont l’articulation avec celle construite depuis l’Hôtel de Ville se fait sur un mode conflictuel.

Ces Français qui investissent leur cité

  • 4 Conseil Municipal de Paris, Rapports et documents, rapport Beudant sur les noms de rue adopté en s (...)
  • 5 Archives Départementales (A.D.) Seine, VONC/245, Dénomination des voies publiques, 1871-1885, péti (...)

5En août 1871, les jours qui suivent la publication d’un mémoire du Préfet de Seine tendant à supprimer cinq noms impériaux des rues de Paris sont marqués par un débat public dont la presse se fait largement l’écho. Il s’agit d’évaluer le bien-fondé d’une proposition du Conseil visant à substituer à ces quelques mesures timides une révision générale de la nomenclature4. A la Préfecture, les pétitions affluent qui suggèrent à Léon Say des principes pouvant servir de guide à cette entreprise5.

6La convergence des systèmes proposés est remarquable. Mises à part les propositions en faveur d’un système de marquage à l’américaine par numérotation, les pétitions, envoyées depuis la province ou la banlieue parisienne, tendent toutes à proposer une nationalisation symbolique de Paris via l’inscription de la géographie de la France dans ses rues.

7Eugène Rab, professeur de sciences, plaide en faveur d’une division de Paris « de la même manière que la France ; il y aurait autant de quartiers que de départements et les rues de chaque quartier prendraient les noms des villes importantes, des lieux célèbres et des hommes illustres des départements auxquels elles appartiendraient (...) je serais d’avis d’opérer comme si l’Alsace et la Lorraine nous appartenait encore.(...) De cette manière, la connaissance de Paris deviendrait facile et chacun apprendrait forcément la géographie et un peu celle de la France ».

8Le sieur Piorry, professeur à la Faculté de médecine, propose un système « d’une simplicité extrême, (qui) se réduit à proposer de placer le plan de Paris sur une carte de France réduits l’un et l’autre de façon à leur donner une dimension et une forme semblables et à assigner à chaque voie de communication le nom des montagnes, des rivières, des villes, des bourgs, des communes qui correspondraient aux rues, aux quais indiqués sur le plan de la capitale ». Un ancien comptable, le sieur Rémond, plaide lui aussi en faveur d’une nomenclature qui ferait de Paris « la géographie vivante de la France. Plus de politique, tout national ».

9Et l’on retrouve tout au long de la décennie 1870 le même type de projet aussi bien porté par des citoyens qui avouent parfois leur faibles ressources culturelles que par des savants qui trouvent là une occasion de faire valoir leurs compétences propres.

  • 6 Conseil Municipal de Paris, Rapports et documents, rapport préfectoral du 24 août 1871. Les noms p (...)
  • 7 Les micro-mesures qui participent de la définition de la politique symbolique élaborée sous les Pr (...)
  • 8 Voir infra, Comité des Inscriptions parisiennes.

10Sous la préfecture de Léon Say, c’est officiellement pour des raisons pratiques liées à l’organisation du service postal qu’il n’est pas donné suite à ces projets. On leur préfère alors la promotion d’une toponymie descriptive non susceptible de servir de support à un imaginaire collectif fondé sur la référence à des valeurs6. C’est certes refuser aux conseillers de Paris le droit d’inscrire la République dans les rues mais ce n’est pas, comme sous les préfectures de l’Ordre moral, leur opposer d’autres valeurs fixées d’après l’interprétation de consignes ministérielles7. Sous les préfectures républicaines, la mise en place de commissions d’experts à qui revient le soin d’émettre des propositions dans ce domaine explique le peu de cas fait des pétitions émanant de simples citoyens et le fait que la promotion de l’imaginaire national qui s’y dessine emprunte davantage à l’hommage rendu aux personnalités marquantes des corps professionnels représentés dans ces commissions qu’à la géographie de la France8.

Le pouvoir d’influence des porte-parole organisés de la nation

11Si de simples citoyens ne parviennent pas à peser sur la définition de la politique symbolique parisienne, des acteurs organisés, qui sont ou s’autoproclament, investis d’une mission de promotion ou de préservation nationale, parviennent à se ménager une place de choix dans le processus de décision.

  • 9 J. Benoist, Le Sacré-Cœur de Montmartre de 1870 à nos jours, Paris, Éditions ouvrières, 1992, 2 vo (...)
  • 10 J. Hargrove, Les statues de Paris. La représentation des grands hommes dans les rues et sur les pl (...)

12C’est le cas, d’abord, des élus de la nation. Il faut rappeler ici que le découpage juridique de l’espace parisien entre un domaine public local et un domaine public national particulièrement étendu, dont l’extension ne dépend de surcroît que de la seule volonté de l’Assemblée nationale, ménage un espace ouvert à l’expression d’une politique symbolique nationale dans la capitale. La nation promue dans ce cadre dépend évidemment des valeurs politiques auxquelles se réfèrent les majorités de l’Assemblée. Le Sacré-Cœur inscrit dans les rues de Paris celles d’une majorité monarchiste et cléricale9 ; les hommes d’Etat statufiés aux Tuileries au tournant du siècle proclament les valeurs républicaines de la majorité des députés10.

  • 11 A.N., F1CI/169, dossier Marat.

13Mais, au delà de cet espace juridiquement nationalisé, les schèmes du discours haussmannien fonctionnent à plein pour légitimer l’emprise des représentants de la nation sur la totalité de l’espace parisien. Députés ou sénateurs discutent périodiquement la légitimité des délibérations municipales au nom de la nation, comme cet élu qui, en 1891, interpelle le gouvernement lorsqu’il découvre au cours de l’un de ses séjours parisiens une statue de Marat dissimulée derrière un bosquet du parc Monceau11.

  • 12 A.N., C/3312, commission parlementaire chargée de préparer la réforme municipale, 1882-1884, amend (...)
  • 13 Commission instituée par Clemenceau alors président du Conseil. Sur cette commission et celles qui (...)

14Pourtant, ce ne sont pas les élus qui tirent le plus avantage de cette situation en termes d’influence sur le processus de décision. De fait, après une expérience de quelques mois au cours desquels le Parlement est directement investi, en janvier 1870, de la gestion des affaires parisiennes, c’est au gouvernement que les députés s’en remettent le plus souvent pour tout ce qui concerne Paris. Aussi Laroche-Joubert fait-il figure d’exception, au milieu des années 1880, lorsqu’il demande encore l’institution d’un Conseil national qui serait chargé de gérer les affaires parisiennes12. De la même manière que la réforme du statut de Paris est instituée en affaire gouvernementale par les députés au milieu des années 1880, c’est à une commission interministérielle d’esthétique parisienne que reviendra la charge, au tournant du siècle, sur la demande des mêmes, de lutter contre l’extension jugée trop importante des statues municipales13. Le pouvoir monopolistique de l’Etat impérial sur ces questions, contesté par les opposants républicains comme libéraux à la fin de l’Empire, est donc en partie reconstitué au début de la Troisième République avec la bénédiction de députés prêts à lui conférer, à l’occasion, l’onction démocratique qui sied au nouveau régime.

  • 14 L’affirmation d’une élite culturelle engagée dans la promotion d’une « image conservatrice du futu (...)
  • 15 Voir notamment la correspondance entretenue avec les membres des bureaux ministériels par les memb (...)
  • 16 M. Agulhon, Marianne au pouvoir. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1880 à 1914, Paris, (...)

15En fait, davantage que les députés ou sénateurs qui disposent d’un espace propre où inscrire leur marque, ce sont les porte-parole autoproclamés de la nation qui concurrencent les conseillers municipaux dans la définition d’une politique de marquage symbolique du territoire communal. Rassemblements de savants prompts à consacrer Paris comme capitale culturelle, un certain nombre d’associations prennent en charge, à partir de la décennie 1880, la préservation patrimoniale de la ville contre les atteintes supposées des conseillers. Exalter le vieux Paris, lutter contre la construction de nouveaux monuments et en faveur de la restauration des anciens, s’opposer à l’entreprise de débaptisation des rues sauf à lui faire servir une âme parisienne supposée exaltée dans les noms médiévaux, sont autant de facettes d’une entreprise qui s’énonce comme apolitique. À travers elle, la révélation d’une communauté nationale par l’exaltation d’un passé inscrit dans les pierres du patrimoine s’entend par opposition à l’entreprise de construction d’une communauté de citoyens parisiens essayée depuis l’Hôtel de ville14. C’est pourtant bien à elle que les républicains de gouvernement apportent leur soutien en laissant les savants qui la promeuvent influer sur le processus de décision. Parce que d’une part, contrairement aux pétitionnaires qui s’adressent aux conseillers ou au Préfet, les membres de ces sociétés disposent de suffisamment de ressources pour entretenir des liens directs avec les bureaux ministériels en charge du contrôle de la politique municipale. Célébrités du monde artistique ou bien hauts fonctionnaires issus du corps des architectes qui trouvent par là aussi un moyen de concurrencer le pouvoir acquis par les ingénieurs dans le marquage de l’espace urbain, ces élites obtiennent souvent la satisfaction de leurs revendications, via l’écriture d’une lettre ministérielle au préfet de Seine qui vaut proposition de politique à suivre15. D’autre part, les républicains de gouvernement trouvent avantage à contenir à l’extérieur des murs de Paris leur entreprise de politisation de la Nation, celle qui se lit notamment dans la fusion des symboles républicains et nationaux16. Parce qu’à Paris, d’autres acteurs bénéficiant d’une indéniable légitimité se revendiquent de la République pour réclamer un pouvoir qu’on leur refuse. Parce qu’à Paris, célébrer la République revient à célébrer des figures et des événements qui disent la République comme une série de luttes dont certaines ne sont pas encore abouties sans qu’on soit prêt à les faire aboutir depuis les sommets de l’État.

Le pouvoir de décision des bureaux ministériels

  • 17 Voir par exemple W. Cohen, « Symbols of Power. Statues in Nineteenth- Century Provincial France », (...)
  • 18 A.N., F/21/4853, Ministère des Beaux-Arts, Hôtel des Invalides, 1908-1909, correspondance des bure (...)

16L’emprise symbolique du national à Paris s’énonce ainsi aussi sous la forme d’une entreprise étatique de construction de la Nation qui diffère, par les contours donnés à cette figure, de celle entreprise en province17. La politique monumentale est ici légitimée par référence à une Nation culturelle qui explique, par exemple, que des statues napoléoniennes soient réinstallées dans l’espace public de la capitale au tournant du siècle par un gouvernement radical agissant sous la pression insistante d’associations engagées dans la mise en valeur du patrimoine18.

  • 19 A.D. Seine, VR/52, Commission du Vieux Paris, 1900-1910 ; A.N., F/21/6105, Monuments aux généraux (...)
  • 20 AN., F/21/5876, Colonne de Juillet, 1890-1912.

17Dans l’espace relevant du domaine public national, la timidité des proclamations républicaines devient évidente quand on la compare à l’œuvre de préservation puis de mise en valeur du passé d’une ville largement empreinte des marques qu’y ont apposées les régimes précédents, eux-mêmes engagés dans la promotion d’une nation politiquement définie mais censée avoir perdu cette qualité du fait de son historicité. Ainsi, au plan micromonumental, la République redore-t-elle au tournant du siècle, toujours sous les mêmes influences, les inscriptions qui font parler les arcs de triomphe et les monuments aux généraux victimes des insurgés de la Commune19. Mais, sans même évoquer le sort qu’elle réserve aux lieux de mémoire des Fédérés, elle refuse obstinément sa dorure au génie de la Liberté20.

  • 21 Bulletin des Lois du royaume de France, 1816, 7e série, Paris, Imprimerie royale, février 1817, or (...)
  • 22 A.N., F1CI/169, Hommages publics, dossier Victor Hugo, 1885.

18Pour intervenir dans l’espace relevant du domaine public municipal, les républicains de gouvernement réactivent une ordonnance royale de 1816 offrant au chef de l’Etat le monopole de la décision en matière d’hommage public21. Ils le font certes partout ailleurs. Mais d’une manière bien particulière à Paris. Là, l’autorité municipale appartenant au Préfet de la Seine, le pouvoir de contrôle ministériel se mue en pouvoir d’initiative de la politique symbolique. Après que deux préfets républicains, anciens élus du Conseil, ont tenté d’affirmer leur indépendance en suivant les élus dans leur proposition d’honorer certains républicains en lieu et place de généraux d’Empire, les stratégies de nomination préfectorale se portent sur des fonctionnaires en fin de carrière dont le sens de l’État assure une soumission sans faille aux suggestions venues d’en haut. Et l’on voit même, sous la préfecture Poubelle, un ministre de l’Intérieur sermonner son préfet pour que la légalité soit formellement respectée : à trois reprises, il lui est ainsi demandé d’énoncer des propositions municipales avant qu’intervienne le contrôle sollicité par lui en dehors de toute prise de position préalable22.

  • 23 C’est le cas, notamment, de Joffrin et Tridon, en 1895.

19À la faveur de ces processus décisionnels, ce sont les mêmes logiques que celles à l’œuvre dans le domaine public national qui président au choix du contenu des hommages rendus dans les rues. Ceux qui s’énoncent via des plaques, dont l’absence de relief explique qu’elles constituent des lieux de mémoire au moindre potentiel subversif que les statues, rendent compte du soin prêté à ne jamais laisser à Paris la primauté. Quelques révolutionnaires avancés trouvent ainsi place dans la toponymie parisienne au tournant du siècle mais quelques années après que des communes de province ou de banlieue les ont honorés23.

Les élus en résistance

  • 24 A. Mabileau (dir.), Les citoyens et la politique locale. Comment participent les Français et les B (...)

20Face au processus de nationalisation de l’espace parisien, une résistance s’organise. Elle a pour particularité d’être initiée dans un cadre institutionnel, le Conseil municipal, que ce processus prive de facto d’un champ d’exercice de son pouvoir en même temps que des ressources habituellement attachées aux positions institutionnelles pour promouvoir un collectif qui légitime en retour la qualité de représentants de ses membres. Cette résistance se poursuit sous la forme d’une « mobilisation descendante », soit la mobilisation d’un certain nombre de Parisiens derrière leurs élus pour promouvoir une collectivité dont l’existence même semble menacée et dont la préservation passe par la modification du statut de Paris24.

Dans les couloirs et les arènes du Conseil, la mise en forme d’une revendication

21La résistance initiale se lit dans des actions d’éclat tentées au coup par coup au sein d’une institution nouvelle dont certains acteurs s’emploient à inventer les traditions en concurrence avec les autorités préfectorales. Au-delà des bribes de pouvoir que ces tactiques permettent parfois de ménager aux élus mais qui dépendent largement de la latitude que le fonctionnaire en charge de la Préfecture accepte de leur laisser, elles ont pour but d’attirer l’attention de l’opinion publique sur une scène traditionnellement dans l’ombre du pouvoir d’Etat et interdite de publicité. Elles s’inscrivent dans les années 1870 dans deux logiques d’action.

22Il s’agit d’abord de contester le pouvoir exorbitant du Préfet dans les processus de décision parisiens et de lui opposer la légitimité des élus. « Paris rendu aux Parisiens » renvoie alors à un Paris géré, jusques et y compris dans le domaine du symbolique, par les représentants élus de la ville. Faute d’une législation qui les y autorise, c’est par le refus de donner une onction démocratique à des politiques municipales conçues dans les sphères préfectorales ou ministérielles et par un travail de mise en forme puis de publicisation de politiques alternatives montrées comme empêchées que les conseillers procèdent. Les commissions municipales offrent le cadre adéquat et leur création continue au cours de la décennie finit par dessiner une structure strictement parallèle à celle des services spécialisés de la Préfecture. Dans le domaine du symbolique, la commission des Beaux-Arts qui prend en charge la question des statues est instituée en 1879 et complète le dispositif mis en place dès l’été 1871 avec la commission des noms de rues bientôt intégrée à la commission de voirie par ses créateurs. Le conseiller Viollet-le-Duc, son initiateur, rend bien compte de ce dont il s’agit :

  • 25 Conseil Municipal de Paris, Rapports et documents, commission spéciale des Beaux-Arts, rapport ann (...)

« Une seule prérogative lui est laissée (...) le Conseil peut ouvrir ou fermer les mannes du budget. Libre à l’Administration de maintenir la commission administrative des Beaux-Arts, mais il est évident que le Conseil entend procéder désormais en dehors de son action (....). En attendant que cette ordonnance (celle de 1816) ait pu être rapportée et qu’il lui soit substituée une législation plus conforme aux tendances modernes, nous avons nos squares, nos promenades municipales où nous pouvons dresser des statues retraçant l’image des personnages historiques chers aux Parisiens. »25

  • 26 Conseil Municipal de Paris, Rapports et documents, commission spéciale des noms de rue, rapport Be (...)

23Au plan du contenu, il s’agit ensuite pour les conseillers, en effet, d’exalter Paris comme figure du local via la volonté proclamée de rendre hommage, dans ses rues, à des personnalités ou des événements ayant marqué l’histoire parisienne. Dans les années 1870, Paris rendu aux Parisiens renvoie ainsi à un Paris dont les noms de rue parlent de personnages familiers et sympathiques aux Parisiens même lorsqu’ils peuvent ne pas l’être pour le reste du pays. Concrètement, cela revient à exalter les héros des luttes en faveur des libertés de Paris par le biais de plaques de rue ou de statues de manière à ce que le Parisien ne soit plus dans sa ville « comme un hôte de passage. »26 Le meilleur exemple est fourni, évidemment, par la figure d’Etienne Marcel.

  • 27 Conseil Municipal de Paris, Rapports et discussions des rapports Beudant du 7 septembre 1871 et du (...)

24Paris rendu aux Parisiens, cela peut renvoyer aussi à l’histoire de la capitale. L’imaginaire national est alors admis à se manifester symboliquement dans l’espace local, mais à la condition de s’énoncer en des termes politiques qui ménagent à Paris une première place dans cet ensemble. Fer de lance des luttes républicaines de tout le siècle, le Paris des conseillers qui n’accepte de se confondre avec la capitale qu’en tant que l’inclusion du local dans le national, équivaut à l’intégration dans une République qu’on n’est évidemment pas prêt alors à exalter depuis les sommets de l’État, les noms proposés recoupant largement le répertoire des figures révolutionnaires de tout le siècle27.

Une mobilisation descendante

25Dans cette première période, l’organisation de la résistance du local face à l’emprise symbolique du national est essentiellement prise en charge par deux conseillers radicaux, Eugène Viollet-le-Duc et Maurice Engelhard.

26Engelhard est président de la commission de voirie et rapporteur pour les noms de rue. Viollet-le-Duc s’occupe des Beaux-Arts, initie la commission municipale chargée de ces questions et en devient le président. Les deux hommes disposent au même moment d’une grande autorité au Conseil, ce qu’atteste le fait qu’ils soient tous deux pressentis pour occuper le poste de président de l’institution. Mais ce qui différencie leurs trajectoires biographiques se retrouve dans la manière dont ils mènent la lutte parisienne. Viollet-le-Duc est très combatif au Conseil mais il est aussi assuré de sa réélection du fait d’une autorité liée à sa célébrité antérieure. Aussi ne prend-il pas la peine de rendre compte de son action dans les réunions publiques qu’il fréquente peu, préférant l’atmosphère feutrée des réunions privées entre notabilités. À l’inverse, inconnu à son entrée au Conseil, le jeune et ambitieux Engelhard fréquente assidûment les lieux publics susceptibles de le faire connaître. Il y souligne systématiquement son rôle dans le combat en faveur des noms de rue. Et autour de quelques noms répétés dans les différents quartiers de la ville qui cristallisent une opposition à l’État en même temps qu’ils dessinent une revendication identitaire, c’est Paris comme collectivité qui légitime le combat engagé au départ par des conseillers isolés.

27En effet, Paris comme communauté politique locale prend aussi une certaine consistance en dehors du Conseil. D’abord dans les réunions publiques animées par certains élus dont Engelhard fait partie jusqu’en 1879. Ils animent ainsi un cycle de conférences municipales dont une série a, par exemple, pour but de familiariser les habitants avec la figure historique d’Etienne Marcel. Pendant les périodes électorales, la thématique de l’opposition au Préfet se nourrit largement des références faites aux obstacles dressés à la politique municipale de baptême des rues voulue par les élus. Dans le cours d’un discours écouté avec attention, la simple évocation par un orateur de noms de héros républicains que l’État empêche d’honorer suffit à provoquer des salves d’applaudissements qui rendent compte de la connaissance par le public des conflits auxquels ils ont donné lieu, à nouveau rappelés au fil de récits fonctionnant comme des rituels dans lesquels la communauté des citoyens parisiens puise une partie de sa consistance :

  • 28 A.P.P., BA 540, Élections municipales partielles, 17e, rapport Brissaud, réunion du 23 septembre 1 (...)

« (...) Toutes les communes de France ont le droit d’élire leur Maire ; seul Paris est hors la loi. Mais cet état de choses ne peut durer (...). Que voyons-nous se passer entre le Conseil municipal de Paris et le gouvernement républicain de nom que nous avons ? Pour ne vous citer qu’un fait, la majorité des conseillers municipaux désirerait des changements notables dans la dénomination des rues...
(cris dans la salle) : Morny ! Abbatucci !
… Oui, et Saint-Armand ! ... Oui, celles-là et bien d’autres dont les plaques ont été barbouillées avec une éponge imbibée du sang des martyrs de la liberté...
(vifs applaudissements dans la salle)
… Eh bien ! Le gouvernement s’y oppose (...). Il s’obstine à ne vouloir rien faire pour élargir le cadre de la liberté (...). »28

  • 29 Voir les graphiques récapitulatifs réalisés à partir de l’analyse du contenu de 160 revues d’actua (...)

28La prégnance de cette communauté imaginaire se lit aussi dans une sphère publique dont l’animation ne doit rien aux élus et qui, pour cette raison même, offre un bon indicateur de sa diffusion, celle des cafés-concerts parisiens. Dans les revues d’actualité que les directeurs de ces établissements offrent chaque année à leur public, Paris la ville est mise en scène et ses particularités commentées pat des personnages personnifiant les Parisiens. Ce qui se dit sur ces planches, s’il ne présume en rien de l’intériorisation par le public des valeurs exaltées pat les personnages, constitue un bon indicateur des offres identitaires qui lui sont faites indépendamment de celles proposées dans les réunions publiques. Or, qu’ils soient installés dans les quartiers populaires de la périphérie ou au cœur du Paris nouveau des grands boulevards, ces établissements mettent en scène une ville dont le cœur est significativement, jusqu’au début des années 1880, l’Hôtel de Ville, et dont les protecteurs sont les conseillers municipaux quand la défiance vis-à-vis des députés, par exemple, peut déjà nourrir des sentiments antiparlementaires29. La volonté d’échapper aux ciseaux de la censure explique la timidité des allusions faites aux conflits qui opposent les conseillers au Préfet. Mais les débats et les réalisations relevant de la politique symbolique, qu’ils concernent la nomenclature ou les statues, sont suivis avec une grande attention et les valeurs auxquelles ils renvoient sont par ce biais intégrées à la définition normative du « bon Parisien » proposée à l’identification du public par ces revues.

  • 30 Même si, dès le milieu de la décennie, l’attention portée aux prises de position secrètes de Ferry (...)

29Enfin, une autre particularité de cette résistance municipale initiale réside dans le fait qu’elle bénéficie de relais politiques au Parlement. En effet, dans cette première période, la lutte que mène Paris pour la reconnaissance de son existence comme collectivité locale tend à se confondre avec la lutte menée par un conseil républicain face à un gouvernement qui refuse de s’inscrire dans la continuité du 4 septembre. Jusqu’en 1879, la résistance du local parisien recoupe celle que livre la capitale humiliée d’une France républicaine qui ne se reconnaît pas dans les pouvoirs publics installés à Versailles. Même s’il ne s’agit plus des mêmes soutiens qu’en 1868, au moment où Haussmann prononçait son discours, la revendication d’un pouvoir municipal parisien digne de ce nom demeure inscrite au cours de la décennie 1870 dans les programmes de réformes sur lesquels se font élire certains des députés parisiens républicains. Aussi quelques-uns viennent-ils soutenir les candidats municipaux dans leur lutte contre le Préfet lors de réunions électorales et tentent-ils de relancer le débat du statut de Paris dans les commissions parlementaires. Jusqu’en 1879, certains des animateurs du mouvement en faveur d’un Paris rendu aux Parisiens peuvent donc croire que l’arrivée des républicains au pouvoir signera la consécration de leur ville comme figure du local en politique30. Ils sont rapidement déçus.

De la résistance à l’offensive : la reconfiguration du local parisien par les autonomistes

  • 31 Le problème de Paris comme collectivité locale est désormais ouvertement et exclusivement posé en (...)

30L’installation des républicains au pouvoir emporte la nomination de Préfets dont les valeurs recoupent au moins partiellement celles au nom desquelles les conseillers de Paris combattaient jusque là. Mais, outre que la mémoire des héros républicains avancés ne trouve toujours pas à s’inscrire dans le territoire communal ou alors d’une manière périphérique, il devient rapidement évident que le pouvoir des élus parisiens demeure amputé. La continuation du combat engagé au Conseil suppose donc une reconfiguration qu’une nouvelle génération d’élus prend effectivement en charge. Elle se lit dans le progressif abandon du terrain identitaire et symbolique au profit de la seule montée civique en généralité31. Elle se lit aussi dans la modification des termes de cette dernière, qui cesse de renvoyer à la lutte menée par la République contre ses ennemis pour s’affirmer comme le combat que mène une République face à une autre. C’est le moment où Paris réclame son autonomie mais aussi celui où les relais politiques nationaux s’effondrent.

La concurrence préfectorale : le local dépolitisé

  • 32 Conseil Municipal de Paris, rapports et documents, rapport Engelhard du 10 juin 1879.
  • 33 C’est le cas, par exemple, de la statue d’Étienne Marcel, qui perd une grande part de son caractèr (...)

31La nomination d’un Préfet républicain, ancien conseiller municipal de Paris, préside à une nouvelle distribution des acteurs prenant en charge la résistance du local. Au plan du contenu de la politique symbolique revendiquée par les conseillers, l’arrivée à la Préfecture de Ferdinand Hérold marque un changement important puisque certaines des figures symboliques du combat municipal jusque là rejetées trouvent alors à s’incarner dans les rues de Paris. C’est le cas de la République qui s’énonce dans la nomenclature en un geste que certains conseillers interprètent comme le signe annonciateur d’un accroissement de leur pouvoir32. C’est le cas aussi d’Étienne Marcel, qui reçoit bientôt sa statue et sa rue. Pourtant, le nombre réduit de ses hommages et le choix de leur emplacement par le Préfet33 dissimulent à peine le fait que la première Préfecture à donner sens au second titre de ce statut hybride de représentant de l’Etat et d’une collectivité locale entende bien profiter pour elle-même de l’espace offert à l’affirmation du pouvoir municipal par le nouveau gouvernement. De fait, Ferdinand Hérold devient davantage un concurrent des élus qu’un allié.

32Certes, il s’engage dans la promotion de Paris comme figure du local via l’indépendance qu’il parvient à ménager à l’égard des pouvoirs publics nationaux.

  • 34 A.N., F1CI/168, correspondance entre le Préfet et le ministre de l’Intérieur de février 1879 à fév (...)

33Pour ce faire, il initie en 1879 une jurisprudence en matière de politique symbolique municipale que les ministères avalisent. Elle consiste à exclure du champ d’application de l’ordonnance de 1816 – donc du contrôle ministériel -les noms « historiques ». En outre, le Préfet parvient progressivement à faire reculer les bornes de cette historicité dans un sens qui lui est favorable. Dès 1880, ce sont tous les hommages rendus aux personnages autres que ceux « mêlés à la politique contemporaine » qui sont abandonnés à la municipalité34. Pourtant, ce pouvoir conquis sur l’espace ministériel et présidentiel ne s’accompagne aucunement d’une ouverture aux élus puisque Hérold institue dans le même temps, dès 1879, un Comité préfectoral des Inscriptions parisiennes chargé de la préparation des mesures à adopter dans ce domaine. Ce comité, qui a pour vocation de mettre en valeur l’histoire locale dans la toponymie parisienne, rassemble des experts et des savants indépendants à côté de fonctionnaires de la Ville et n’accueille qu’un seul conseiller municipal sur trente-et-un membres. C’est dire combien il doit se comprendre comme une institution concurrente de la commission municipale des noms de rue et comme un moyen de paralyser un domaine d’action pourtant institué comme enjeu dans l’arène municipale depuis 1871. A travers lui en effet, est à la fois reconnue la légitime aspiration de Paris à exister comme collectivité et effectuée la dépolitisation de celle-ci, dont les traits sont proposés par des personnalités extérieures au champ politique.

L’offensive autonomiste : une nouvelle montée en généralité civique

  • 35 Conseil Municipal de Paris, Débats, voir les interventions d’Engelhard lors de la discussion de so (...)

34Du côté des conseillers, Viollet-le-Duc étant décédé, c’est dans un premier temps à travers l’évolution de la position d’Engelhard que peut se lire la fragilisation de la résistance municipale dans ce nouveau contexte de concurrence. Lors des débats consacrés aux noms de rues, la timidité soudaine de l’ancien meneur et le soutien qu’il apporte aux propositions en faveur de l’exaltation d’une histoire locale dépolitisée tranche avec le ton combatif adopté lors de la décennie précédente35. Or, en occupant par là le terrain d’une histoire savante dans laquelle leur qualité d’élus ne constitue plus une ressource légitimante et en s’empêtrant dans des débats historiographiques dans lesquels ils font figure d’amateurs, les conseillers participent de la légitimation d’une emprise préfectorale qui s’alimente aux dossiers préparés par les experts.

  • 36 Conseil Municipal de Paris, débats, séances du 12 juin 1885 et du 19 juillet 1885. Le rapporteur a (...)

35C’est alors, à travers l’affirmation publique et solennelle de la nature politique de l’entreprise de baptême des rues, elle-même mise au service de la construction d’une communauté indivisible de citoyens dont les élus sont les seuls habilités à définir les contours, que la résistance municipale se réorganise progressivement dans le domaine symbolique, au milieu des années 188036. Mais cette résistance est alors menée par d’autres acteurs et sous d’autres formes que dans les années précédentes. Elle est prise en charge par ceux des radicaux qui ont fondé le groupe d’autonomie de Paris dont le nom évoque bien la radicalité des objectifs. Ils poursuivent le combat en faveur d’un Paris républicain rendu aux Parisiens par le biais d’un Conseil aux pouvoirs élargis. Mais ce Paris républicain renvoie alors au projet d’institution d’une République des communes. C’est au nom de la maturité politique de ses habitants lue dans l’expérience communale avortée de 1871 et dans le combat engagé depuis 1871 contre l’emprise de la Préfecture dans les réunions publiques municipales que Sigismond Lacroix, Abel Hovelacque et les conseillers qu’ils parviennent à rallier progressivement à leur cause s’engagent dans la promotion d’un projet institutionnel dont Paris doit être l’avant-garde.

  • 37 Conseil Municipal de Paris, rapports et documents, rapport Lacroix d’une centaine de pages tendant (...)

36Dans le même temps, si les héros que l’on se propose d’honorer depuis l’Hôtel de Ville sont toujours les mêmes, les logiques d’action municipale évoluent notablement. Elles consistent, par exemple, en l’adoption de stratégies radicales de « grèves » des délibérations susceptibles de faire naître des crises politiques dont on espère qu’elles pourront favoriser les réformes attendues. Celles-ci aboutissent à réduire le nombre de séances consacrées effectivement à la politique symbolique. Jusque-là formulées à l’occasion de débats sur les noms de rue ou la statuaire publique, les revendications en faveur d’un Paris rendu aux Parisiens s’énoncent donc désormais indépendamment de toute affaire particulière en un programme explicite de réformes institutionnelles autour duquel se constitue et se perpétue le Groupe d’Autonomie parisienne37.

L’échec autonomiste ou la disparition de Paris comme figure politique du local

  • 38 A.P.P., BA/551, élections municipales de 1884, résultats, l’Eclaireur du 7 mai 1884.

37Au plan politique local, le succès électoral de 1884, qui assure la constitution d’une majorité soutenant les autonomistes au Conseil de Paris, rend compte du soutien apporté par de nombreux électeurs, en cette année où les députés décident définitivement d’exclure les Parisiens du bénéfice même de la réforme municipale qui profite aux autres communes de France. Un publiciste croit pouvoir interpréter cette victoire comme celle de « Parisiens qui ont manifesté de la façon la plus complète, la plus péremptoire, la plus absolue, leur volonté d’être une Commune ayant sa vie propre, au lieu de devenir une sorte de territoire neutre, ne s’appartenant pas parce qu’il plaît au gouvernement d’y siéger. »38

38Mais, sans maire susceptible d’incarner institutionnellement Paris comme communauté politique locale, la force mobilisatrice du projet autonomiste continue de reposer uniquement sur la capacité des membres du groupe municipal à continuer de le faire concevoir comme possible.

39Or, progressivement, cette capacité s’étiole.

  • 39 A.N., F1 CI/3312, commission parlementaire relative à la loi municipale, 1882-1884, audition de Cl (...)

40D’une part, parce que les relais jusque là ménagés au sein de la Chambre des députés disparaissent dès lors que les conseillers promeuvent ouvertement un projet politique porteur d’un affaiblissement du pouvoir des députés. L’évolution de la position de Clemenceau à l’égard du groupe, repérable lors des auditions réalisées dans le cadre des commissions parlementaires qui reviennent sur la question du statut de Paris, est révélatrice de l’éloignement de députés radicaux qui l’ont jusque-là soutenu, mais qui tendent désormais à laisser au gouvernement le soin de régler cette question en ne défendant même plus le projet d’accorder un Maire élu à la ville39.

41D’autre part, parce que cette situation emporte la nécessité pour les autonomistes parisiens de venir par eux-mêmes défendre leur projet à l’Assemblée nationale. En cessant de guider l’action d’un groupe municipal dont la cohérence repose largement sur la force de leur engagement sans pour autant parvenir à faire discuter en séance, au niveau national, le projet d’autonomie communale, les leaders Sigismond Lacroix et Abel Hovelacque sont progressivement poussés hors du jeu politique.

  • 40 Sur cette évolution, J. Gaillard, « Le conseil municipal et le municipalisme parisien, 1871-1890 » (...)

42Privé de ses guides, le groupe d’autonomie communale s’efface au profit d’un groupe des Droits de Paris aux ambitions beaucoup plus réduites, dans lequel s’inscriront progressivement des élus sans positionnement clair sur l’échiquier politique. Au point qu’au tournant du siècle, le slogan d’un Paris rendu aux Parisiens, lesté du sens précis que lui a conféré le groupe de Lacroix, est adopté par des candidats tant socialistes que modérés, tant radicaux que nationalistes40.

  • 41 Cette évolution est à rapporter au double processus de construction d’une culture nationale analys (...)

43Enfin, parce que les animateurs du nouveau groupe municipal cessent de promouvoir une figure politique de la communauté parisienne en acceptant de faire participer le conseil à la construction d’une communauté culturelle dont les élus ne sont en rien les défenseurs privilégiés. Cette évolution explique que l’arène municipale devienne, à partir de la décennie 1890, une instance de légitimation de politiques symboliques décidées ailleurs qu’en son sein, au niveau national, et dessinant les contours d’une communauté imaginaire qui n’a rien de spécifiquement locale. Elle explique aussi que, dans la sphère publique formée par les cafés-concerts, l’Hôtel de Ville disparaisse des lieux symboliques de la résistance parisienne face à l’emprise de l’État au profit de mises en abyme qui font des scènes mêmes de ces établissements les nouveaux lieux de résistance. Porte-parole auto-désignés d’une communauté culturelle que les élus ne sont en rien habilités à défendre, les artistes qui écrivent les revues de fin d’année participent à la fois de la disparition de Paris comme figure du local distincte de la figure du national et de l’exclusion des valeurs politiques de la définition normative de la parisianité qu’ils offrent à leur public41.

Notes

1 G. Haussmann, rapport préfectoral du 18 juin 1868, reproduit dans F. Mouttet, Monsieur Haussmann et les Parisiens, Paris, Dentu, 1868, p. 19.

2 B. Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, trad. frse, Paris, La Découverte, 1996.

3 J.-J. Linz, « Construction étatique et construction nationale », Pôle Sud, 7, novembre 1997, pp. 11-12 : « La nation, en tant que telle, n’a aucune caractéristique organisationnelle comparable à celle de l’Etat. Elle n’a pas d’autonomie, pas d’agents, pas de règlements. (...) Une Nation n’a pas de gouvernants, les rôles n’y sont pas définis, même si des individus peuvent agir comme porteurs de sentiment national (...) ».

4 Conseil Municipal de Paris, Rapports et documents, rapport Beudant sur les noms de rue adopté en séance le 7 septembre 1871.

5 Archives Départementales (A.D.) Seine, VONC/245, Dénomination des voies publiques, 1871-1885, pétitions.

6 Conseil Municipal de Paris, Rapports et documents, rapport préfectoral du 24 août 1871. Les noms proposés, tels l’avenue des Tuileries ou l’avenue du Bois de Boulogne, redoublent la matérialité du paysage.

7 Les micro-mesures qui participent de la définition de la politique symbolique élaborée sous les Préfectures Calmon et Duval sont consignées aux A.D. Seine, VN/35 et VONC/245, Dénomination des voies publiques et aux A.N., F1CI/168, Ministère de l’Intérieur, Esprit public et hommage public, 1871-1878.

8 Voir infra, Comité des Inscriptions parisiennes.

9 J. Benoist, Le Sacré-Cœur de Montmartre de 1870 à nos jours, Paris, Éditions ouvrières, 1992, 2 vol.

10 J. Hargrove, Les statues de Paris. La représentation des grands hommes dans les rues et sur les places de Paris, Paris, Albin Michel, 1989.

11 A.N., F1CI/169, dossier Marat.

12 A.N., C/3312, commission parlementaire chargée de préparer la réforme municipale, 1882-1884, amendement déposé par Laroche-Joubert, sans date, proposant de substituer au Conseil élu de Paris un Conseil national de 126 membres dont 86 seraient nommés par les députés de province.

13 Commission instituée par Clemenceau alors président du Conseil. Sur cette commission et celles qui lui succèderont, B.H.V.P., 929-451.

14 L’affirmation d’une élite culturelle engagée dans la promotion d’une « image conservatrice du futur » et qui s’emploie à restaurer l’autorité morale et artistique de la nation à travers une activité de défense du patrimoine est bien analysée par Philip. G. Nord, qui la voit particulièrement à l’œuvre dans l’institution et l’influence grandissante de la Société pour la protection des paysages français. P.-G. Nord, « Social Defense and Conservative Regeneration: the National Revival, 1900-1914 » in R. Tombs, Nationhood and Nationalism in France From Boulangism to the Great War, Londres, Harper Collins Academic, 1991, pp. 210-228.

15 Voir notamment la correspondance entretenue avec les membres des bureaux ministériels par les membres de la très puissante Société des Amis des monuments parisiens à partir de 1885, reproduite dans les bulletins dont la collection complète est conservée à la Bibliothèque de la Sorbonne.

16 M. Agulhon, Marianne au pouvoir. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1880 à 1914, Paris, Flammarion, 1989.

17 Voir par exemple W. Cohen, « Symbols of Power. Statues in Nineteenth- Century Provincial France », Comparative Studies in Society and History, 31, 3, 1989, pp. 491-513.

18 A.N., F/21/4853, Ministère des Beaux-Arts, Hôtel des Invalides, 1908-1909, correspondance des bureaux et des membres de la Société d’Histoire et d’archéologie du 7e arrondissement de Paris.

19 A.D. Seine, VR/52, Commission du Vieux Paris, 1900-1910 ; A.N., F/21/6105, Monuments aux généraux Lecomte et Clément Thomas, 1911-1913.

20 AN., F/21/5876, Colonne de Juillet, 1890-1912.

21 Bulletin des Lois du royaume de France, 1816, 7e série, Paris, Imprimerie royale, février 1817, ordonnance n° 198 du 10 juillet 1816, pp. 43-44 : « Le droit de décerner des récompenses est un droit inhérent à notre couronne. Dans la monarchie, toutes les grâces doivent émaner des souverains ; et c’est à nous seuls qu’il appartient d’apprécier les services rendus à l’État, et d’assigner des récompenses à ceux que nous en jugeons dignes ».

22 A.N., F1CI/169, Hommages publics, dossier Victor Hugo, 1885.

23 C’est le cas, notamment, de Joffrin et Tridon, en 1895.

24 A. Mabileau (dir.), Les citoyens et la politique locale. Comment participent les Français et les Britanniques, Paris, Pedone, 1987. La mobilisation descendante, spécifique à l’échelon local, a pour particularité d’être initiée par des acteurs institutionnels appelant les citoyens à les soutenir dans une action de défense d’une collectivité locale dont l’existence est montrée comme menacée par les autorités nationales.

25 Conseil Municipal de Paris, Rapports et documents, commission spéciale des Beaux-Arts, rapport annexé au P.V. de la séance du 11 février 1879.

26 Conseil Municipal de Paris, Rapports et documents, commission spéciale des noms de rue, rapport Beudant, 7 septembre 1871.

27 Conseil Municipal de Paris, Rapports et discussions des rapports Beudant du 7 septembre 1871 et du 1er juillet 1872, du rapport Engelhard du 6 mars 1877.

28 A.P.P., BA 540, Élections municipales partielles, 17e, rapport Brissaud, réunion du 23 septembre 1878 rue Lautiez, intervention de Louis Blanc venu soutenir le candidat radical Maret contre le candidat opportuniste soutenu par Gambetta, dont l’échec signe alors la première grande défaite à Paris.

29 Voir les graphiques récapitulatifs réalisés à partir de l’analyse du contenu de 160 revues d’actualité dans notre thèse de science politique, C. Braconnier, Improbable cité. Paris et la transition démocratique au début de la Troisième République, Université Paris I, 1998, volume 3, pp. 844-845. L’intégralité de la 5e partie est consacrée à l’analyse de ces revues.

30 Même si, dès le milieu de la décennie, l’attention portée aux prises de position secrètes de Ferry et Gambetta, par exemple, laisse deviner une évolution qui explique que la défense de Paris devienne progressivement une marque distinctive des seuls députés radicaux et même bientôt socialistes. On remarquera notamment qu’à la suite des élections législatives de 1876, Ferry, premier à dénoncer en 1868 « l’abus de langage » qui consiste à dite que « Paris appartient à la France et non aux Parisiens », devient président d’une commission parlementaire chargée de préparer la réforme tant attendue des institutions municipales qui vote un amendement déposé par Gambetta disposant que « Dans toutes les communes de France, excepté la capitale, le conseil municipal élit le maire et les adjoints parmi ses membres, au scrutin secret et à la majorité absolue ». À cette date, seuls les députés Blanc, Cantagrel, Floquet, Clemenceau, Raspail et Talandier déposent un contre-amendement rédigé comme suit « effacer : la capitale exceptée », A.N., C/1 163.

31 Le problème de Paris comme collectivité locale est désormais ouvertement et exclusivement posé en termes institutionnels. Il est montré comme un défaut de démocratie susceptible, en tant que tel, de mobiliser de nombreux acteurs, tant dans la sphère publique locale que nationale. Sur les processus de montée en généralité, L. Boltanski, L’amour et la justice comme compétences, Paris, Métailié, 1990.

32 Conseil Municipal de Paris, rapports et documents, rapport Engelhard du 10 juin 1879.

33 C’est le cas, par exemple, de la statue d’Étienne Marcel, qui perd une grande part de son caractère subversif en étant installée face à la Seine et non pas sur le parvis de l’Hôtel de Ville restauré, comme le voulaient les conseillers. C’est le cas aussi des statues de personnalités historiques nichées en hauteur dans les parois du même monument. Voir le Catalogue de l’exposition du centenaire de l’Hôtel de Ville, Paris, Bibliothèque Historique Ville de Paris, 1982, notamment la contribution de M. Agulhon, « Le langage des façades ». Sur ces stratégies de canalisation, ici préfectorale, qui se lisent aussi dans la relégation au musée de monuments dont on paralyse par là la force mobilisatrice, P. Veyne, « Conduites sans croyance et œuvre d’art sans spectateurs », Diogène, 143, 1988, pp. 3-22. Plus généralement, sur les stratégies républicaines de contrôle de la rue sous la Troisième République, D. Reynié, Le triomphe de l’opinion publique, Paris, Odile Jacob, 1998.

34 A.N., F1CI/168, correspondance entre le Préfet et le ministre de l’Intérieur de février 1879 à février 1880 et A.D. Seine, VONC/30, Dénomination des voies publiques, notes préfectorales de janvier 1881.

35 Conseil Municipal de Paris, Débats, voir les interventions d’Engelhard lors de la discussion de son 2e rapport le 29 juillet 1879 et de celui de son successeur Hamel le 17 février 1880. Les rapports de police fournissent une explication à ce changement d’attitude. Quand Engelhard entretenait des relations personnelles extrêmement tendues avec le Préfet de l’Ordre moral, il est l’ami du préfet Hérold. En outre, le fait qu’Engelhard brigue alors la présidence du Conseil l’incite à prendre ses distances avec ses anciens amis de combat, dont les positions n’ont plus les mêmes implications et ne sont plus autant suivies dès lors que les républicains sont au pouvoir. Engelhard est néanmoins victime, à terme, de ce retournement stratégique. Alors qu’il a lui-même contribué à ériger ce combat contre la préfecture en enjeu majeur, ses électeurs lui signifient la réussite de son entreprise en lui refusant le renouvellement de son mandat. A.P.P., BA/1065, dossier Engelhard.

36 Conseil Municipal de Paris, débats, séances du 12 juin 1885 et du 19 juillet 1885. Le rapporteur affirme que les conseillers n’ont pas à faire œuvre d’historiens « car si l’histoire doit s’écrire sur ces pages en tôle émaillée, nous devons y inscrire la Saint-Barthélémy, les dragonnades, le 18 Brumaire, le 2 Décembre et le 16 Mai. »

37 Conseil Municipal de Paris, rapports et documents, rapport Lacroix d’une centaine de pages tendant à la réorganisation des institutions municipales parisiennes, annexe au P.V. de la séance du 12 juillet 1880. Rapport voté par 35 conseillers et annulé par l’autorité préfectorale. Le contenu de ce rapport qui fait figure de véritable constitution parisienne ainsi que la manière dont il sert de manifeste au nouveau groupe d’autonomie communale sont exposés dans notre thèse, op. cit., p. 472 et suivantes.

38 A.P.P., BA/551, élections municipales de 1884, résultats, l’Eclaireur du 7 mai 1884.

39 A.N., F1 CI/3312, commission parlementaire relative à la loi municipale, 1882-1884, audition de Clemenceau le 14 mars 1883. Un rapport de police établit que la désaffection du député radical à l’égard des autonomistes n’est pas étrangère à l’ombrage que lui porte la popularité parisienne de Sigismond Lacroix à un moment où il cherche à s’imposer comme leader de l’extrême gauche à la Chambre. Voir A.P.P., BA/1133, dossier Lacroix, rapport du 27 janvier 1885 et J. Kayser, Les grandes batailles du radicalisme, 1820-1901, Paris, M. Rivière, 1962.

40 Sur cette évolution, J. Gaillard, « Le conseil municipal et le municipalisme parisien, 1871-1890 », Bulletin de la Société d’Histoire moderne, 13, 1981 et notre thèse, op. cit.

41 Cette évolution est à rapporter au double processus de construction d’une culture nationale analysé par E. Gellner dans Nations et nationalisme (1983), trad. fse, Paris, Payot, 1989 notamment p. 178 et sq. La promotion de valeurs constitutives de l’imaginaire national, tel qu’il apparaît dans d’autres sphères, va de pair avec l’inscription du genre café-concert dans le champ des premiers supports indépendants de la culture de masse standardisée, bien lisible dans la progressive uniformisation des discours qui y sont mis en scène.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site