Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Capitales culturelles, capitales symboliques

 | 
Christophe Charle
, 
Daniel Roche

Deuxième partie. Capitales divisées

Versailles, Potsdam : les capitales bicéphales

Étienne François

Texte intégral

  • 1 L. Réau, L’Europe française au siècle des Lumières, Paris 1re éd. 1938, cité d’après la réédition (...)
  • 2 L’expression est ainsi utilisée par l’actuel directeur des châteaux de Potsdam, H.-J. Gietsberg da (...)

1Dans son étude déjà ancienne, mais toujours considérée comme un « classique », sur « l’Europe française au temps des Lumières », l’historien français Louis Réau présentait comme un fait d’évidence le rayonnement du modèle de Versailles à travers toute l’Europe : « Ce que le xviiie siècle qui est en politique le siècle de l’absolutisme a le plus admiré en France, c’est le décor de la royauté dont Louis XIV avait créé à Versailles l’incomparable modèle. Tous les princes de l’Europe se sont évertués à imiter dans la mesure de leurs moyens le château de Versailles avec son parc ordonné par Le Nôtre et ses annexes de Marly et des Trianons. » « C’est surtout dans les Cours allemandes », précisait-t-il un peu plus loin, « que sévit l’imitation de Versailles », et dans la longue liste d’exemples cités à l’appui, Potsdam figure en bonne position, entre Bonn, Coblence et Mannheim, et Nymphenburg, Wurzbourg et Schönbrunn1. Largement partagée, cette vision des choses se retrouve non seulement sous la plume d’historiens et d’historiens de l’art français, mais aussi d’auteurs allemands : l’actuel directeur de la fondation gérant les châteaux et parcs de Potsdam, Hans-Joachim Giersberg, la reprenait à son compte dans une publication récente et rappelait, non sans une certaine fierté, le qualificatif de « Versailles du Nord » accordé à cette dernière2. Faut-il voir dans ce qualificatif l’expression d’une ressemblance structurelle et d’une proximité particulière entre les deux résidences ?

2Une rapide mise en parallèle de leur histoire et de leurs structures permet sans peine de dégager plusieurs arguments en faveur de cette hypothèse. Si Potdsam a pu être qualifiée de « Versailles du Nord », c’est bien en effet parce qu’il existe entre ces deux villes toute une série de similitudes et de parallélismes qui confirment qu’elles appartiennent au même type urbain, celui de la ville de résidence absolutiste créée de toutes pièces par le prince à l’écart de l’ancienne capitale pour la dédoubler, voire la détrôner.

  • 3 Rainer A. Müller, Der Fürstenhof in der frühen Neuzeit, Munich, Oldenbourg, 1995 (« Enzyklopädie d (...)
  • 4 Ce rôle de la chasse dans les origines de Potsdam est rappelé aujourd’hui encore par le fait que l (...)

3Versailles et Potsdam ont d’abord en commun une surprenante similitude géographique : toutes deux, en effet, sont situées à un peu plus d’une vingtaine de kilomètres à l’Ouest de Paris et de Berlin. Surtout, l’une comme l’autre doivent au seul fait du prince d’être sorties de l’insignifiance et dans les deux cas on trouve les mêmes raisons et la même chronologie à l’origine de leur élection. Dans le choix de Versailles par le jeune Louis XIV dès les débuts de son règne, trois raisons, on le sait, ont été déterminantes : la fidélité dynastique, la passion de la chasse et plus encore la volonté, liée aux expériences traumatisantes de la Fronde, de quitter Paris pour construire à l’écart de la capitale incertaine une capitale nouvelle où l’absolutisme puisse s’épanouir et rayonner sans entraves ni réserves. Or les mêmes raisons se retrouvent à Potsdam où, comme à Versailles, « le transfert de la Cour et du gouvernement hors de l’étroitesse de la métropole pour les installer au large et à l’écart représente une étape décisive de la marche vers l’absolutisme »3 : c’est très précisément en 1661, soit l’année même du début du règne personnel de Louis XIV, que le Grand-Électeur, véritable créateur de l’absolutisme en Brandebourg-Prusse, jette son dévolu sur Potsdam, attiré en ce lieu par ses aptitudes à la chasse4 ; et pour pouvoir y résider de manière plus fréquente, il entreprend, lui aussi, de faire agrandir et moderniser un château portant la marque de la dynastie, le « Stadtschloβ » d’origine médiévale transformé en château de style Renaissance par l’Électrice Katharina à la fin du xvie siècle.

  • 5 J. Cornette, Versailles. Le palais du roi Louis XIV, Paris, Sélection du Readets’Digest, 1999, p.  (...)
  • 6 En 1648, la ville de Potsdam n’aurait compté que soixante dix neuf maisons.

4Élues par le choix du prince, Versailles et Potsdam ont aussi en commun de se définir d’abord et avant tout par rapport au château. Dans un cas comme dans l’autre, le premier chantier d’envergure est le chantier du château : à Potsdam, les travaux de construction du nouveau « Stadtschloβ » commencent sous la direction de Johann Gregor Memhardt en 1662, tandis qu’à Versailles, où l’aménagement des jardins a eu la priorité, les travaux d’agrandissement du château de Louis XIII (le « petit château de cartes » comme l’appelle Saint-Simon) commencent vraiment, sous la direction de Le Vau, à partir de 16685. Dans un cas comme dans l’autre, ensuite, les travaux d’agrandissement et d’embellissement du château principal, de construction de nouveaux châteaux et pavillons annexes, d’aménagement des jardins et des parcs, d’entretien et de restauration sont quasiment ininterrompus, faisant alterner les phases de fièvre architecturale et d’abandon, et enjambant les règnes, les siècles et même les changements de régime - jusqu’à nos jours. Dans un cas comme dans l’autre, enfin, la construction du château entraîne à sa suite celle de la ville qui se trouve promue, quelques années après le début des travaux, au rang de nouvelle capitale : bourgade de quelques centaines d’habitants seulement (en dépit du droit urbain qui lui a été accordé dès 13176), Potsdam devient la seconde capitale (« zweite Residenz ») de l’Électorat de Brandebourg dès 1675 (et le restera jusqu’en 1918), tandis que Versailles devient la résidence officielle du gouvernement et de la Cour en 1682 (et le restera jusqu’en 1789).

  • 7 À la fin du xviiie siècle, Potsdam compte plus d’habitants que n’en comptait Berlin deux siècles p (...)
  • 8 Aux quelque cinq cents autorisations de construire données à Versailles de 1682 à 1708 par la suri (...)

5Créations quasiment ex-nihilo, ces villes ont également en commun une spectaculaire croissance démographique. Entre le début du règne personnel de Louis XIV et la Révolution, Versailles multiplie par huit (au moins) le chiffre de sa population, tandis que Potsdam aurait multiplié le sien par trente entre l’avènement du Grand Électeur (1640) et la mort de Frédéric II (1786). Comparables à ceux des villes neuves et des capitales créées de toutes pièces à travers l’Europe absolutiste (de Saint-Petersbourg à Madrid, en passant par Mannheim, Karlsruhe, Ludwigsburg ou Rastatt), leurs taux de croissance sont nettement supérieurs à ceux de l’ancienne capitale. Entre le milieu du xviie siècle et la fin du xviiie siècle, la population de Paris double et celle de Berlin est multipliée par vingt, si bien qu’à terme, le déséquilibre entre la capitale ancienne et la capitale nouvelle se trouve réduit d’autant. Versailles qui ne représentait qu’un peu plus d’un pour cent de la population parisienne en 1661 en représente 6 % à la mort de Louis XIV, tandis que Postdam qui représentait 5 % de la population de Berlin au début du xviiie siècle en représente 15 à 16 % au milieu du siècle7 et, au terme d’un siècle et demi de croissance accélérée, les deux villes se retrouvent plus proches l’une de l’autre par leur taille que ne le sont Paris et Berlin : à la fin du xviiie siècle, la population de Potsdam est d’environ 27 000 habitants et celle de Versailles d’environ 40 000 habitants, soit de l’une à l’autre un rapport de 1 à 1,5 - alors qu’entre Paris et Berlin, en dépit de la croissance spectaculaire de cette dernière, le rapport est de 6 à 1. Les deux villes, enfin, font l’objet de tous les soins d’un pouvoir dont elles sont l’expression exemplaire et qui les érige en villes modèles. Leur croissance est guidée par les plans d’un urbanisme géométrique et uniformisateur qui structure l’espace urbain à l’aide d’avenues rectilignes et de places rectangulaires, fixe avec précision les normes à respecter pour la construction des façades, impose aux architectes des plans types et fait dépendre toute construction nouvelle de l’obtention d’un permis préalable8.

  • 9 Sur l’évolution démographique de Versailles, voir B. Lepetit, « Une création urbaine : Versailles (...)
  • 10 D. Roche, Le Peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au xviiie siècle, Paris, Aubier, 1981 (...)
  • 11 En 1939, les effectifs de la garnison de Potsdam étaient de 15 000 hommes - avec en particulier le (...)
  • 12 À la fin du xviiie siècle, Berlin s’est hissée au deuxième rang des villes de l’Empire tant par le (...)

6Versailles et Potsdam ont enfin en commun d’amplifier et de pousser jusqu’à l’extrême les caractéristiques des capitales qu’elles dédoublent. Plus encore que Paris et Berlin, elles sont par excellence des villes d’immigration et de brassage de population, des villes cosmopolites dont les habitants viennent non seulement de tout le royaume mais aussi très souvent de l’étranger : à Versailles, à la fin du xviie siècle, les deux tiers de nouveaux époux et la moitié des nouvelles épouses sont des immigrants et à Potsdam même, les deux quartiers hollandais, l’église française et le faubourg de Nowawes (l’actuel Babelsberg) fondé par Frédéric II pour y accueillir des artisans de Bohème en sont jusqu’à nos jours les témoins -pour ne pas parler du quartier russe d’Alexandrowna créé et construit en 1827 autour de l’église Saint Alexandre Newski9. Plus encore que Paris et Berlin, elles sont par ailleurs des villes de contrastes sociaux renforcés, concentrant en elles les groupes sociaux les plus représentatifs des « sociétés absolutistes » dont elles sont l’émanation et qu’elles commandent. Tandis que Versailles est avant tout une ville de nobles et de domestiques (dans la dernière décennie du xviie siècle, 45 % des nouveaux époux versaillais sont des domestiques, alors qu’ils ne représentent que 15 % des contrats de mariage de Paris en 1749)10, Potsdam est avant tout une ville de soldats : son véritable essor démographique démarre avec la décision prise par le « Roi-Sergent » en 1713, c’est-à-dire dès le début de son règne, d’y transférer ses grenadiers géants (les « langen Kerls ») et à la mort de Frédéric II, la population militaire (familles comprises) représente le tiers de la population totale (contre un cinquième à Berlin)11. Volontaristes et paroxystiques, ces deux villes, enfin, restent des villes fragiles et dépendantes, incapables, à la différence de Paris et de Berlin, de prendre leur autonomie et d’enclencher une dynamique de « développement durable ». Loin d’être portées en avant par une croissance régulière, elles voient au contraire alterner, au gré de la conjoncture politique et de l’attention que leur porte le pouvoir, des phases brèves d’explosion démographique (ainsi pendant les règnes de Louis XIV et du Roi-Sergent), de longues séquences de croissance ralentie ou de stagnation, et des périodes de brusque déclin (Régence, règne de Frédéric-Guillaume II). Et s’il est vrai qu’elles atteignent toutes deux à la fin du xviiie siècle des niveaux de population respectables, ni l’une ni l’autre ne deviennent des lieux d’innovation sociale et de création intellectuelle autonome : jusqu’à la fin du xviiie siècle, les salons et les académies, les lieux de sociabilité bourgeoise et la société des Lumières, les maisons d’édition et les librairies restent l’apanage exclusif de Paris et de Berlin12.

  • 13 R. Mandrou, L’Europe « absolutiste ». Raison et raison d’Etat, 1649-1775, Paris, Fayard, 1977, p.  (...)

7Ces concomitances frappantes (qui apportent un démenti à la thèse de l’imitation) et ces ressemblances structurelles confirment amplement l’appartenance des deux villes au même type urbain, celui de la « capitale bicéphale » dont relèvent également, pour s’en tenir à l’Empire, les couples de Brunswick-Wolfenbüttel ou Stuttgart-Ludwigsburg. Cela suffit-il pour autant à justifier le qualificatif de « Versailles du Nord » accordé à Potsdam ? Suivant en cela les recommandations de Robert Mandrou, il faut savoir dépasser la « forme assez plate du constat qui enregistre la présence d’artistes français dans tous les pays », pour s’interroger « sur la signification qu’il convient d’accorder à des phénomènes qui méritent plus que des énumérations complaisantes. »13

  • 14 L’un d’entre eux a même gardé jusqu’à nos jours le nom de Marlygarten.

8La multiplicité des références et des emprunts à la France observés à Potsdam pourrait dans un premier temps le laisser penser. Dans le cas de Sans-Souci, ces références sont même si omniprésentes - depuis le nom du château et les fresques d’Antoine Pesne en passant par les livres de la bibliothèque et les toiles de Watteau et Lancret, jusqu’aux vignes de Bergerac et aux figuiers de Marseille des terrasses — que l’on a l’impression d’avoir affaire à une véritable enclave culturelle française transplantée dans les sables du Brandebourg. Si nombreuses pourtant que soient les références à la France et à sa culture – en tant que culture commune de l’Europe aristocratique de l’époque –, force est de constater la rareté des références explicites au modèle versaillais proprement dit : elles ne vont pas au-delà de l’appel fait aux frères Adam et à Pigalle, « sculpteurs de Sa Majesté T.C. », pour réaliser les statues entourant la fontaine, de la forme donnée aux terrasses et aux jardins14, ou des ferronneries des tonnelles situées du part et d’autre du bâtiment principal de Sans-Souci et qui reprennent des motifs solaires versaillais.

  • 15 E. Spanheim, Relation de la cour de France en 1690, éd. établie et annotée par Emile Bourgeois et (...)
  • 16 J. Cornette, « Le palais du plus grand roi du monde », in Versailles, le pouvoir et la pierre, Les (...)
  • 17 Frédéric II, L’Anti-Machiavel, in Frédéric II, roi de Prusse, Œuvres philosophiques, Paris, Fayard (...)

9Car en termes de bilan, ce qui au contraire paraît l’emporter, c’est bien plutôt le souci de se démarquer d’un modèle d’autant mieux connu qu’une des meilleures descriptions du premier Versailles est due précisément à Ezechiel Spanheim, ambassadeur de l’Électeur de Brandebourg15, et que c’est à Potsdam que Voltaire a achevé la rédaction du Siècle de Louis XIV qui devait jouer un rôle essentiel dans la postérité du mythe versaillais. Par contraste avec Versailles où le roi « a voulu inscrire dans la pierre et le marbre une volonté politique et une démonstration » et où « tout est programme et intention » (J. Cornette)16, le « Stadtschloβ » de Potsdam, en dépit des réaménagements et des agrandissements successifs dont il a fait l’objet jusqu’au milieu du xviiie siècle, reste une construction relativement modeste en regard du « Stadtschloβ » berlinois et relève du même type architectural que ce dernier. Or ceci vaut plus encore pour les châteaux construits ultérieurement dans les jardins alentour : par ses petites dimensions, son caractère privé, son refus de l’apparat et du cérémonial, sa complète désacralisation, son absence de Cour et sa société purement masculine, Sans-Souci est l’antithèse parfaite du château de Versailles et tient plus de l’orangerie et du pavillon de plaisance que du château royal. Et s’il est vrai que le Neues Palais construit en signe de défi et de victoire au sortir de la guerre de Sept Ans paraît plus proche du château de Versailles par ses dimensions comme par sa volonté de rendre manifeste le statut de grande puissance reconnu par l’Europe à la Prusse, il n’en reste pas moins, pour reprendre l’expression de Frédéric II lui-même, une « fanfaronnade » qui tourne en dérision le modèle de Versailles : le château n’est pas prévu pour servir de résidence au roi mais simplement pour y loger ses hôtes et ses parents, il est en quelque sorte banni au fond du parc et des jardins, et au lieu de s’ouvrir sur des avenues d’apparat et, par-delà, sur une ville nouvelle, il est replié sur lui-même, s’arrête aux communs et donne sur la campagne et les pâturages. Dès les débuts de son règne, au reste, Frédéric II avait condamné avec une ironie mordante l’imitation servile du modèle versaillais pratiquée par nombre de princes allemands : « La plupart des petits princes », écrivait-il en 1741 dans son Anti-Machiavel, « et nommément ceux d’Allemagne, se ruinent par la dépense, excessive à proportion de leurs revenus, que leur fait faire l’ivresse de leur vaine grandeur ; ils s’abîment pour soutenir l’honneur de leur maison et ils prennent par vanité le chemin de la misère et de l’hôpital ; il n’y a pas jusqu’au cadet du cadet d’une lignée apanagée qui ne s’imagine d’être quelque chose de semblable à Louis XIV : il bâtit son Versailles, il a ses maîtresses, il entretient ses armées. »17

10La distance par rapport au modèle versaillais s’observe ensuite dans l’agencement et les liens qu’entretiennent entre eux le château et la ville. Alors qu’à Versailles, les jardins, le château et la ville forment un ensemble cohérent, structuré et unifié, à Potsdam, au contraire, les châteaux, bâtiments et jardins construits aux xviiie et xixe siècles (de Sans-Souci à Cecilienhof), se situent à l’écart de la ville et sont séparés d’elle par des murs qui en interdisent l’accès et la vue jusqu’à l’extrême fin du xviiie siècle. A bien des égards même, on a l’impression de deux mondes distincts, sans communication l’un avec l’autre et s’opposant terme à terme, avec d’un côté la ville au plan géométrique et aux façades standardisées, habitée par des soldats et des administrateurs et dont les deux pôles sont la place d’armes (« Exerzierplatz ») et l’église de la garnison (« Garnisonskirche »), et de l’autre des châteaux et des bâtiments allant chercher leurs modèles hors de la Prusse et du Brandebourg (de l’antiquité gréco-romaine au néo-gothique anglais en passant par la Toscane romane ou la France des Lumières) et dispersés comme autant de greffes étrangères au milieu des parcs à l’anglaise dessinés par Lenné au début du xixe siècle.

  • 18 Pendant toute la durée de son règne personnel, Louis XIV ne serait rendu que vingt-quatre fois à P (...)

11La même distance par rapport au modèle versaillais s’observe, enfin, lorsqu’on analyse les relations qu’entretiennent entre elles les deux villes de Potsdam et de Berlin. Alors que Versailles, qui a été construite dans une volonté de rupture et de distance avec Paris, avec l’ambition de s’imposer comme un contre-modèle où l’autorité royale peut s’exprimer et s’épanouir sans entraves, restructure autour d’elle et à partir d’elle l’espace et la société, et devient à partir de 1682 le siège unique du pouvoir18, Potsdam, à l’inverse, se situe bien davantage dans la continuité de Berlin avec laquelle elle partage la fonction de capitale et dont elle se contente d’exagérer les traits ; à la différence du Louvre, le château de Berlin continue d’être une des résidences habituelles des souverains prussiens, pendant tout le xviiie siècle les organes centraux du pouvoir restent localisés à Berlin et il faut attendre 1815 pour voir le transfert à Potsdam d’une partie des ministères. Si bien que, selon la perspective dans laquelle on se place, Potsdam fait tout autant figure « d’anti-Versailles » que de « Versailles du Nord ». Partout présent (explicitement ou implicitement), le modèle versaillais n’est ni dominant, ni univoque ; parfois repris, souvent contesté, ne serait-ce que par la référence à d’autres modèles étrangers, il est foncièrement ambivalent.

12À la fois proches et distantes, Versailles et Potsdam redeviennent cependant étonnamment semblables lorsque, débordant les limites chronologiques de la période moderne, on prend en compte leur postérité jusqu’à nos jours et les envisage dans leurs dimensions symboliques et mémorielles.

  • 19 D. Poulot, « Versailles, lieu de mémoire », in Versailles, le pouvoir et la pierre, op. cit., p. 4 (...)
  • 20 Thomas W. Gaehtgens, Versailles : de la résidence historique au Musée historique. La Galerie des b (...)
  • 21 Dans la géographie imaginaire de la rhétorique politique, Versailles, de ce point de vue, rejoint (...)

13Cette parenté au « second degré » s’exprime en premier lieu par l’intermédiaire des instrumentalisations et récupérations politico-idéologiques dont Versailles et Potsdam ont fait l’objet au cours du xixe siècle et au début du xxe siècle, les transformant en symboles honnis de la réaction. À Versailles ce renversement d’image s’opère dès l’été 1789, quelques mois seulement après la réunion des États Généraux et le serment du Jeu de Paume. Très vite, la Révolution fait de Versailles « l’emblème haï de tous les excès du privilège et de la tyrannie » (D. Poulot)19. Déserté, le château est vidé de tout son mobilier et laissé à l’abandon, tandis que les œuvres d’art qu’il contenait sont transférées au Louvre. La décision prise par Louis-Philippe en 1837 d’en faire un grand musée d’histoire sauve certes le château de la ruine (au prix, il est vrai, de transformations profondes). Elle ne suffit pas cependant à restaurer son image. Car, derrière le projet de « présenter à la France la réunion des souvenirs de son histoire et les monuments de toutes les gloires nationales », l’ambition réelle de Louis-Philippe, Thomas Gaehtgens l’a bien montré, est de célébrer « la splendeur de la couronne » et d’exalter la dynastie des Orléans20. Trop étroitement lié à la personne de celui qui en avait été l’initiateur, le projet ne survit qu’avec peine à la Révolution de Juillet. Une génération plus tard, enfin, le château de Versailles retrouve une nouvelle fonction et redevient pour huit ans, de mars 1871 à 1879, le siège du gouvernement et du Parlement. Mais ce nouvel épisode, loin de réhabiliter Versailles, en conforte au contraire l’image négative : sur Versailles pèse en effet pour plusieurs générations le triple opprobre de la honte de la défaite, de la brutalité sanglante de la répression de la Commune, et de la tentative avortée de restauration de la monarchie et de l’ordre moral. Une des premières décisions prises par la IIIe République enfin établie fut de rapatrier le Parlement à Paris (comme l’avaient fait les révolutionnaires d’octobre 1789 en ramenant à Paris Louis XVI et la famille royale) et c’est à cette époque que le qualificatif de « Versaillais » devient une des pires insultes du langage politique français21.

  • 22 Th. Fontane, Aus den Tagen der Okkupation. Eine Osterreise durch Nordfrankreich und Elsaß-Lothring (...)

14De la même manière, Potsdam en Prusse et en Allemagne s’affirme de plus en plus au cours du xixe siècle et du début du xxe siècle comme le lieu symbolique par excellence de la réaction, du refus de la démocratie et de la révolution, et du combat pour la monarchie et la tradition, l’autorité et la hiérarchie. C’est à Potsdam que, fort de la fidélité de l’armée, Frédéric-Guillaume IV prépare la restauration de son autorité ébranlée par la Révolution de 1848, entreprend la reconquête par les armes de Berlin et de la Prusse, puis fait construire en 1851 un arc de triomphe célébrant sa victoire sur la Révolution. C’est à Potsdam que le futur empereur Guillaume Ier fait appel à Bismarck au plus fort de la crise constitutionnelle de 1862 pour sauver contre la majorité parlementaire son autorité et la réforme de l’armée. C’est à Potsdam, enfin, dans l’église de la garnison où reposait le cercueil de Frédéric II, que Goebbels organise le 21 mars 1933, avec un sens consommé de la mise en scène et de l’utilisation au service de la propagande des techniques de diffusion les plus modernes, la « journée de Potsdam », c’est-à-dire la rencontre entre Hindenburg et Hitler symbolisant le passage d’un Reich à un autre, la relève de l’ancienne Prusse par le IIIe Reich, et la revanche de l’« esprit de Potsdam » sur l’« esprit de Weimar ». Mais dès avant cette culmination fatale, Potsdam était devenue, aux yeux de nombreux Allemands, le symbole par excellence de la réaction. Dans un texte de 1872, Fontane, pourtant peu suspect de préjugés défavorables à l’égard de la Prusse, en fait même un nom générique et le met au pluriel pour mieux en souligner la portée universelle (et la parenté au second degré avec Versailles) : « L’essence de ces Potsdam réside dans un funeste entremêlement - ou non entremêlement — d’absolutisme, de militarisme et de rance médiocrité. On y respire un air de servitude, d’artificialité et de contrainte qui traverse tout et étouffe toutes les âmes qui ont besoin sinon de tenir tête, du moins de respirer librement. Tenir tête, oui, c’est là l’essentiel. Dans ces villes louis-quatorziennes règne comme un besoin de se pousser de l’avant, d’être au premier rang, d’être vu et si possible d’être salué ; tous, qu’ils soient grands ou modestes, s’y donnent avec la même ardeur et dans cette surenchère de vanité renoncent à ce que tout homme a de plus précieux, le sentiment d’être soi-même. On ne trouvera personne qui soit plus fervent partisan que moi de l’esprit de service authentique. Savoir obéir est un trait de caractère et être loyal est un trait de cœur. Mais il faut savoir servir et obéir en liberté. On a dit des Berlinois que chacun d’entre eux avait un « petit Frédéric II dans la peau » (c’est d’ailleurs le compliment le plus flatteur qu’on puisse leur faire) ; de la même manière on pourrait dire des habitants de ces petites villes de résidence que chacun d’entre eux, d’une manière ou d’une autre, porte avec lui le maréchal de Cour von Kalb »22.

15Cette parenté « au second degré » vient en second lieu de ce que Versailles et Paris sont l’un comme l’autre des lieux d’une mémoire partagée, où se lisent et s’entremêlent les imbrications et les déchirements de l’histoire commune de la France et de l’Allemagne. « Lieu de mémoire français », Potsdam ne l’est pas seulement par la multiplicité des références et des emprunts à la France et à sa culture évoqués précédemment ; il l’est également par l’édit du 20 octobre/ 8 novembre 1685 par lequel le Grand-Électeur offrit l’hospitalité de ses États aux protestants français frappés par l’Édit de Fontainebleau ; il l’est, ensuite, par sa promotion dans la seconde moitié du xviiie siècle par nombre de critiques de l’absolutisme français en une sorte de modèle alternatif à Versailles qu’à l’instar de Mirabeau on vient voir sur place pour s’en inspirer et le proposer en exemple ; il l’est enfin par le pélerinage effectué à Potsdam par Napoléon après la victoire d’Iéna et Auerstaedt, pélerinage au cours duquel l’empereur vint s’incliner sur la tombe de Frédéric II dans la crypte de l’église de la garnison, décida de considérer Sans-Souci « comme Palais Impérial » et plaça le château « sous sa sauvegarde spéciale ».

  • 23 G. von Fürst, Curieuse Reisen durch Europa..., Sorau, 1739, p. 214, cité par B. Struck, Ideal, Kli (...)
  • 24 Th. W. Gaehtgens, Anton von Werner. Die Proklamierung des Deutschen Kaiserreiches. Ein Historienbi (...)
  • 25 J.-Cl. Allain, « Le château de Versailles », in H. Möller, J. Morizet (dir.), Allemagne-France. Li (...)

16Quant à Versailles, après plus d’un siècle d’admiration inconditionnelle de la part des voyageurs allemands qui y voient « la huitième merveille du monde » et sont unanimes à souligner, comme le jeune noble silésien Georg von Fürst, « qu’il n’y a aucun endroit au monde, où se trouvent rassemblées autant de choses précieuses »23, sa promotion en un « lieu de mémoire allemand » date du 18 janvier 1871 et de la proclamation de Guillaume Ier comme empereur dans la Galerie des Glaces, sous les fresques de Le Brun glorifiant le passage du Rhin par Louis XIV « en présence de ses ennemis ». Le choix de Versailles et de la Galerie des Glaces, il est vrai, relevait avant tout de considérations pragmatiques. Mais magnifiée et transfigurée par Anton von Werner qui, agissant en « propagandiste de la politique gouvernementale du moment » (Th. Gaehtgens), n’hésite pas à « l’actualiser » et à la « mettre à jour », cette scène, popularisée, reproduite et diffusée à l’infini, prend très vite les dimensions d’un « mythe fondateur » de l’Allemagne de la fin du xixe et du début du xxe siècles24. « Lieu de mémoire allemand », Versailles le devient plus encore un demi-siècle plus tard avec la signature, le 28 juin 1919, du traité de paix imposé à l’Allemagne vaincue et qui sanctionne sa défaite, dans les lieux mêmes où avait été proclamé l’Empire. Avant même la fin de la guerre, le ministre des Affaires Étrangères français, Stephen Pichon justifiait ce choix en ces termes : « C’est sur notre territoire, à Versailles, aux portes de notre capitale, que l’Allemagne a jeté les bases de sa domination universelle, édifiée sur la violation de la liberté des peuples. N’est-ce pas là même, comme un symbole du triomphe de la justice, que doit se réunir le congrès dont le principe essentiel sera le libre droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ? »25 Ce geste délibéré de revanche et d’humiliation à l’effet renforcé par la sévérité des clauses du traité et, en particulier, de l’article 231, allait faire de Versailles le symbole honni de la défaite et de la honte. « Provocation permanente » (Hagen Schulze), Versailles après 1919 unifie dans un commun refus toutes les forces politiques de la République de Weimar et sape dans ses fondements la première expérience démocratique allemande.

17Aujourd’hui, Versailles et Potsdam s’efforcent de faire oublier les récupérations et les instrumentalisations multiples qui furent les leurs au cours des siècles et dont la conférence de Potsdam de l’été 1945 fut le dernier avatar. Hauts lieux d’un tourisme culturel de masse (trois millions de personnes visitent Versailles chaque année), inscrits tous deux sur la liste du patrimoine mondial, ils sont avant tout perçus comme des musées. Pris en charge par des administrations publiques et des services culturels qui, dans l’esprit de la loi de sauvegarde de Versailles de 1953, privilégient la restauration et la mise en valeur du patrimoine ancien, ils peuvent à l’occasion servir encore de décor aux fastes républicains et aux conférences internationales. Mais la réconciliation franco-allemande, la réunification allemande et la fin de la coupure de l’Europe en deux ont cessé d’en faire des enjeux de mémoire et de pouvoir, les libérant plus sûrement des fantômes qui les hantaient que n’avaient pu le faire les dynamitages des ruines du Stadtschloβ et de la Garnisonskirche de Potsdam par le régime de la RDA. Dans une Europe enfin retrouvée, Versailles et Potsdam pourront-elles enfin s’employer à présenter une image apaisée et consensuelle qui souligne leur universalité et l’harmonieuse synthèse de leurs héritages ?

Notes

1 L. Réau, L’Europe française au siècle des Lumières, Paris 1re éd. 1938, cité d’après la réédition de 1971, Paris, Albin Michel, collection l’Evolution de l’Humanité, n°31, pp. 237-238.

2 L’expression est ainsi utilisée par l’actuel directeur des châteaux de Potsdam, H.-J. Gietsberg dans le chapitre « 1740-1786, Absolutismus und Aufklärung, Sanssouci und Neues Palais » qu’il a rédigé dans l’ouvrage collectif Potsdamer Schlösser in Geschichte und Kunst, Leipzig, F. A. Brockhaus, 1984, pp. 28-31 (citation p. 28).

3 Rainer A. Müller, Der Fürstenhof in der frühen Neuzeit, Munich, Oldenbourg, 1995 (« Enzyklopädie deutscher Geschichte » 33), p. 65.

4 Ce rôle de la chasse dans les origines de Potsdam est rappelé aujourd’hui encore par le fait que la porte la plus ancienne de la ville - elle date de 1733 - est précisément la Jägertor.

5 J. Cornette, Versailles. Le palais du roi Louis XIV, Paris, Sélection du Readets’Digest, 1999, p. 27.

6 En 1648, la ville de Potsdam n’aurait compté que soixante dix neuf maisons.

7 À la fin du xviiie siècle, Potsdam compte plus d’habitants que n’en comptait Berlin deux siècles plus tôt ; hissée au 17e rang des villes allemandes, elle est de même taille que Nuremberg ou Brunswick.

8 Aux quelque cinq cents autorisations de construire données à Versailles de 1682 à 1708 par la surintendance des bâtiments royaux font ainsi écho les six cents autorisations délivrées à Potsdam pendant le règne de Frédéric II.

9 Sur l’évolution démographique de Versailles, voir B. Lepetit, « Une création urbaine : Versailles de 1661 à 1722 », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 25, 1978, pp. 604-618 ; pour Berlin et Potsdam, voir H. Schultz, Berlin 1650-1800. Sozialgeschichte einer Residenz, Berlin, Akademie Verlag, 1987.

10 D. Roche, Le Peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au xviiie siècle, Paris, Aubier, 1981, p. 27.

11 En 1939, les effectifs de la garnison de Potsdam étaient de 15 000 hommes - avec en particulier le fameux régiment d’infanterie n°5, surnommé « Regiment Graf » en raison de l’origine aristocratique de ses officiers et qui fut, de toutes les unités de la Wehrmacht, celle qui compta le plus de résistants au nazisme.

12 À la fin du xviiie siècle, Berlin s’est hissée au deuxième rang des villes de l’Empire tant par le nombre de ses hommes de lettres que par celui de de ses titres publiés ; Potsdam en revanche est absente de la liste des 33 premières villes d’édition allemandes ainsi que de la liste des 34 villes comptant le plus grand nombre d’hommes de lettres, alors que les villes de Brunswick et de Nuremberg qui ont la même taille qu’elle y figurent toutes deux en bonne place, E. François, « The German Urban Network between the Sixteenth and Eighteenth Centuries : Cultural and Demographic Indicators », in Ad. van der Woude, A. Hayami & J. de Vries (ed.), Urbanization in History. A Process of Dynamic Interactions, Oxford, New York, Clarendon, Oxford U. P., 1990, pp. 84-100.

13 R. Mandrou, L’Europe « absolutiste ». Raison et raison d’Etat, 1649-1775, Paris, Fayard, 1977, p. 186.

14 L’un d’entre eux a même gardé jusqu’à nos jours le nom de Marlygarten.

15 E. Spanheim, Relation de la cour de France en 1690, éd. établie et annotée par Emile Bourgeois et présentée par M. Richard, Paris, Mercure de France, 1973.

16 J. Cornette, « Le palais du plus grand roi du monde », in Versailles, le pouvoir et la pierre, Les collections de l’Histoire, n°2, juillet 1998, p. 8. Voir également E. Pommier, « Versailles, l’image du souverain », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Il La Nation, vol. 2, pp. 193-234, Paris, Gallimard, 1986.

17 Frédéric II, L’Anti-Machiavel, in Frédéric II, roi de Prusse, Œuvres philosophiques, Paris, Fayard, 1985, « Corpus des œuvres de philosophie en langue française », chap. 10, p. 47.

18 Pendant toute la durée de son règne personnel, Louis XIV ne serait rendu que vingt-quatre fois à Paris.

19 D. Poulot, « Versailles, lieu de mémoire », in Versailles, le pouvoir et la pierre, op. cit., p. 40. Voir égalemenr H. Himelfarb, « Versailles, fonctions et légendes », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire II La Nation vol. 3, op. cit., pp. 235-292.

20 Thomas W. Gaehtgens, Versailles : de la résidence historique au Musée historique. La Galerie des batailles dans le Musée Historique de Louis-Philippe, Paris, Albin, Michel, 1984.

21 Dans la géographie imaginaire de la rhétorique politique, Versailles, de ce point de vue, rejoint Coblence comme lieu de l’arbitraire et du despotisme, du luxe aristocratique et du cosmopolitisme antipatriote.

22 Th. Fontane, Aus den Tagen der Okkupation. Eine Osterreise durch Nordfrankreich und Elsaß-Lothringen 1871, in Sämtliche Werke, t. XVI, Munich, Nymphenburger Verlagsbuchhandlung, 1962, p. 496.

23 G. von Fürst, Curieuse Reisen durch Europa..., Sorau, 1739, p. 214, cité par B. Struck, Ideal, Klischee und Wirklichkeit : Frankreich im Spiegel der deutschen Reiseliteratur im 17. und 18. Jahrhundert, Freie Universität Berlin, Magisterarbeit, 1999, p. 33.

24 Th. W. Gaehtgens, Anton von Werner. Die Proklamierung des Deutschen Kaiserreiches. Ein Historienbild im Wandel preußischer Politik, Francfort/M, Fischer Taschenbuch Verlag, 1990.

25 J.-Cl. Allain, « Le château de Versailles », in H. Möller, J. Morizet (dir.), Allemagne-France. Lieux et mémoire d’une histoire commune, Paris, Albin Michel, 1995, pp. 75-84 (citation p. 81) ; voir également dans le même volume l’article de H. Möller, « De chaque côté du miroir. Potsdam, Berlin, la Prusse », pp. 85-95.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540