Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Capitales culturelles, capitales symboliques

 | 
Christophe Charle
, 
Daniel Roche

Première partie. Capitales symboliques

Révéler la mémoire des rues

Danielle Tartakowsky

Texte intégral

  • 2 M. Agulhon, Marianne au pouvoir. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1880 à 1914, Paris, (...)
  • 3 Cahiers de la Quinzaine, 5 janvier 1900, in Charles Péguy, Œuvres en prose complètes, Paris, Galli (...)

1Dans un texte sur lequel Maurice Agulhon a, le premier, attiré l’attention, Charles Péguy évoque l’inauguration du Triomphe de la République2 et montre comment la rue parisienne devient, ce jour, un espace symbolique, par la force de sa charge narrative modifiant soudain le sens de ce qui s’y déploie. Le cortège réuni pour la circonstance à l’initiative de La Petite République se veut porteur d’une exigence de justice. À son arrivée place de la Nation, il se mue en acte de foi : « Il est convenu qu’en passant devant Loubet on lui criera Mercier au bagne, Mercier pour lui signifier que le peuple ne veut pas de l’amnistie. Nous y sommes [...]. Tout à coup un grand cri s’élève devant nous : Vive la République. Nos prédécesseurs ont oublié Mercier. Nous mêmes sommes saisis devant la République de Dalou et nous crions comme eux : Vive la République. [...] Vive cette république de Dalou qui montait claire et dorée dans le ciel bleu clair, éclairée du soleil descendant. » Le phénomène se reproduit peu après quand les manifestants quittent la place en empruntant le faubourg Saint-Antoine : « Tout ignorants que nous soyons de l’histoire des révolutions passées qui sont le commencement de la prochaine révolution sociale, nous connaissons tous la gloire de légende et d’histoire du vieux faubourg. Nous marchions sur les pavés de cette gloire [...] poursuit Péguy. Le peuple descendait dans la foule et se nourrissait d’elle. »3

2Ce sont les modalités et les circonstances qui valent à l’Histoire cristallisée dans la pierre d’affleurer parfois de la sorte à la conscience collective en imposant alors « Paris » pour un acteur politique, invoqué et agissant, qui nous retiendront ici.

Les espaces dissociés de la mémoire et de l’action

3Si la relation décrite (ou construite) de la sorte par Péguy joue bien avant guerre, c’est plutôt négativement, aux fins, peut-être inconscientes, d’en empêcher l’effet.

  • 4 Cf. ci-dessus dans ce volume E. Fureix.
  • 5 A. Prost, « Mémoires locales et mémoires nationales : les monuments de 1914-1918 en France », Guer (...)

4Le conseil municipal de Paris et les pouvoirs publics qui rivalisent d’ardeur pour procéder au marquage symbolique de la capitale jusqu’à la saturation, de la décennie 1880 au tournant du siècle, sont en effet pareillement guidés pat une préoccupation, déjà dominante sous la Restauration4 : éviter de (re)constituer le cœur historique de la capitale en espace de l’émotion politique agissante. Antoine Prost a montré que les monuments aux morts de 1914-1918 ont été conçus ab initio pour accueillir une suite de cérémonies à laquelle on ne saurait attribuer de terme prévisible. Tous ordonnent en conséquence l’espace autour d’eux et définissent un devant et un arrière pour ainsi satisfaire une fonction qui n’est pas seulement de mémoire mais de culte5. Rien de tel s’agissant des monuments érigés, vingt années durant, par la ville ou l’État. Ils ne sont aucunement conçus pour être ou devenir des lieux de rassemblement. En atteste la situation des deux statues de la République, d’accès d’autant plus difficile que la circulation ira croissant ou, sur un autre mode, celle d’Etienne Marcel, aux finalités pourtant ouvertement politiques.

5Les démonstrations de souveraineté alors déployées se déroulent, de préférence dans les espaces périphériques (tel le champ de course de Longchamp qui abrite les revues du 14 Juillet) ou dans les lieux de la modernité, pat là vierges d’histoire (l’exposition de 1900). Font exception le Panthéon (dans les circonstances qui le requièrent) et, exceptionnellement, le Champ de Mars, espace signifiant de la Révolution s’il en est mais, précisément peut-être, vierge de tout marquage.

6L’appropriation d’espaces chargés de sens par des forces partisanes, telle qu’évoquée par Péguy, demeure exceptionnelle. Celles des forces d’opposition qui organisent les premières des « meetings sur la place publique » ou des défilés alors qualifiés de « processions » sont dépourvues d’expérience en la matière autant qu’exposées à de stricts interdits. Elles contournent ce double handicap en privilégiant les lieux ou circonstances impliquant un préalable de rassemblement de foule important pour s’abriter en lui ou se prévaloir de sa puissance et doivent à cette stratégie de parfois privilégier les inaugurations ou commémoration et, du même fait, les lieux symboliquement marqués. Ainsi, le 14 juillet 1883 quand des « sans travail », victimes de la crise qui sévit alors, se portent place de la République où doit être inaugurée la statue des frères Morice pour tenter de déployer brièvement un drapeau noir et de se faite entendre. C’est pareillement le cas, en novembre 1899, quand le gouvernement né de la victoire des dreyfusards inaugure le groupe du sculpteur Dalou dit le Triomphe de la République, place de la Nation ; cependant que le cortège de La Petite République, déjà évoqué, réunit des milliers de Parisiens sur des objectifs plus complexes. La tombe du député Baudin, durant la crise boulangiste, ou, plus tardivement et à des fins plus strictement identitaires, les statues d’Etienne Dolet, du Chevalier de la Barre, de Jeanne d’Arc ou le Mur des fédérés, cristallisent des phénomènes, sinon similaires, du moins de même ordre. Cet investissement d’espaces symboliquement marqués demeure cependant l’exception.

  • 6 Description réalisée à partir de diverses coupures de presse in APP BA 1522.
  • 7 L’Humanité, 26 juillet 1914.
  • 8 APP, BA 1614.
  • 9 Le Radical, 30 juillet 1888.
  • 10 Qui toutefois leur préfèrent le Quartier latin.
  • 11 Archives préfecture de police (A.P.P.), BA 1522, rapport du 8 février : « On a l’espoir que quelqu (...)
  • 12 A.P.P., BA 1522, Paris, 10 février 1885, Charles Laurent.

7Jusqu’à la guerre et encore dans les années 1920, les Grands Boulevards, lieux naturels de la promenade, du passage et de la rencontre, souvent sillonnés par les cortèges populaires déployés pour Mardi gras ou la Sainte-Catherine, et de surcroît alors bordés par les sièges des principaux journaux, accueillent fréquemment de puissants rassemblements spontanés dans les circonstances où l’opinion impatiente ou inquiète, mais toujours avide de nouvelles, se porte au devant d’elles et, par là, vers les autres. En se muant en espace de l’expression politique dans le Paris de la belle époque sans qu’il soit besoin d’un quelconque appel. Ainsi les soirs d’élections ou lors de certaines crises parlementaires ; le 25 octobre 1898, par exemple, quand on s’attend au renversement du ministère Brisson par les élus antidreyfusards. La foule, dense place de la Concorde, l’est plus encore sur les boulevards. Dès 20 heures, le moindre kiosque est cerné d’une centaine de personnes au moins, venues aux nouvelles. Sur un transparent lumineux allumé à la façade de La Libre parole, des lampions affichent « Vive la France, À bas les traîtres » puis, bientôt « le ministère Brisson renversé ». Depuis le balcon du journal, les rédacteurs haranguent tour à tour la foule. Des phénomènes similaires se produisent autour de L’Intransigeant. La police tente de disperser ces attroupements mais peine à le faire dès lors que la rue toute entière bruit de la sorte. Depuis les terrasses des cafés, prises d’assaut par les consommateurs, des jeunes gens crient « Vive l’armée ». Sur les impériales des omnibus ou depuis les voitures – la circulation n’a pas été interrompue –, les voyageurs manifestent leur joie à la chute du ministère. Fondus dans la foule6. Phénomène similaire le 25 juillet 1914. Une foule, énorme, stationne sur les boulevards et commente les nouvelles apportées par les éditions successives des journaux. Devant l’hôtel du Matin dont la « devanture flamboyante surexcite la foule rassemblée »7, des groupes acclament la Russie et chantent la Marseillaise en suscitant bientôt des réactions adverses que la police s’essaie à réprimer. C’est sur ces mêmes boulevards que la foule se retrouve spontanément à l’annonce de l’armistice : « dans l’espoir où l’on était de trouver une occasion, officielle ou non, de manifester son contentement. »8 Lors de la signature de la paix, pareillement. Cet espace doit aux atouts qu’il recèle d’aimanter les manifestations partisanes plus souvent qu’à leur tour. Cela vaut dans les décennies 1880 et 1890 dès lors que les journaux attirent autour de leurs sièges les mouvements qu’ils contribuent souvent à initier ; à moins qu’ils ne cristallisent les colères. En février 1885, des manifestants réunis place de l’Opéra à l’appel de la commission executive des « ouvriers sans travail » (d’obédience blanquiste) se massent d’abord autour des feuilles adverses. En juillet 1888, les terrassiers en grève décident de se rendre rue Montmartre, « ... du côté des journaux »9 et gagnent le Cri du peuple où les rédacteurs arborent le drapeau rouge à leur arrivée. Les boulangistes et leurs adversaires se succèdent aux mêmes fins sur les boulevards, ces mois durant, et parfois les étudiants10. Ainsi, en février 1897, pour soutenir les Grecs menacés par le Sultan. En ces diverses circonstances, l’encombrement de la chaussée et des trottoirs est sciemment mobilisé. On mise sut l’affluence des véhicules et sur l’indifférenciation de la foule pour paralyser l’action des forces de l’ordre11, ou du moins la ralentir. Au début des années 1930, il adviendra même qu’on accentue volontairement les handicaps à leur action en mobilisant les chauffeurs de taxis syndiqués pour embouteiller les alentours de l’Opéra et permettre le déploiement d’une manifestation sans intervention policière immédiate. On cherche aussi bien à se prévaloir de l’affluence constatée. Non sans de possibles succès décrits pour mieux les déplorer par la presse adverse. Ainsi, en février 1885 : « l’attitude énergique du gouvernement, les précautions salutaires prises par la police avaient, dès le principe, retiré toute chance de réussite au meeting projeté par les anarchistes. La curiosité, obtenue de 20 000 spectateurs a failli lui en rendre. Chacun voulait voir, chacun voulait « avoir vu ». Le bourgeois de Paris ne résiste pas à la tentation d’être informé par ses yeux, dut-il favoriser les plans de ces artisans du désordre... Mais comment leur interdire de passer par là ? un jour de manifestation sur la place de l’Opéra, comment prouver à un Parisien que ses affaires appellent du Palais-Royal au Luxembourg que son chemin ne passe point par le boulevard des Italiens. »12

  • 13 A.P.P., BA 1522.
  • 14 A.P.P., BA 1522, rapport du 7 février. Dans son roman de politique fiction intitulé En plein vol ( (...)
  • 15 A.P.P., BA 1531.

8En diverses circonstances, ils sont, en sus, désignés pour les lieux d’une richesse ostentatoire propre à catalyser la colère. « Votre misère côtoie dans la rue la débauche » proclame l’affiche apposée par la commission exécutive des sans travail pour la manifestation de février 1885 déjà évoquée. Et de les inviter à combattre le mal par le mal en venant « étaler [leurs] guenilles en face de la splendeur des riches et montre[r leur] misère aux accapareurs, non pour leur faire pitié, mais pour leur faire peur »13 place de l’Opéra, « choisie parce qu’elle est le centre de la richesse et des gros exploiteurs. »14 Elle le sera de nouveau le Mardi gras de cette même année puis derechef en 1891. « N’ayons pas honre d’étaler aux yeux des repus notre misère et nos loques », proclame une nouvelle affiche apposée. Tandis que L’Égalité commente « demain, devant ce superbe monument doré où la morgue bourgeoise éclate en un luxe insolent, la misère viendra s’affirmer. Ce sont réellement des ouvriers sans travail qui iront place de l’Opéra, crier aux oreilles des repus, de ceux qui ont des fourrures sur le dos, qui mangent et boivent à leur faim, contre les désespérances de l’hiver, toute la haine qu’ils ont au cœur. »15 Territoire tenu pour adverse à subvenir.

9Au tournant du siècle, les journaux cèdent à d’autres l’organisation des démonstrations. Les Grands Boulevards n’en persistent pas moins à abriter les mobilisations collectives, parfois catalysées par des atouts d’autre sorte.

  • 16 En 1937, un nouveau couplet est ajouté à La jeune garde, de la plume, dit-on, d’Aragon : « Demain (...)
  • 17 A.N., F7 13348, 27 juillet 1914.
  • 18 A.N., F7 13348, 28 juillet 1914, La Bataille syndicaliste.
  • 19 A.P.P. BA 1531, en 1891, la presse ouvrière la police d’avoir traqué préventivement casquettes et (...)
  • 20 L’Humanité, 25 août 1927.

10La présence de la Bourse du travail, érigée en 1892, et celle de banques, cafés et maisons de couture en grand nombre leur valent en effet d’abriter désormais fréquemment les démonstrations syndicales, lors de grèves ou le 1er Mai, quand la Bourse devient le possible repli de manifestants pourchassés, le 1er mai 1919 ; ou encore quand elle se donne plus exceptionnellement, pour l’épicentre d’une fantasmatique offensive, ainsi, le 10 novembre 1918, quand des militants sortis d’un meeting tenu là s’écrient « à l’Elysée », qu’ils n’atteignent évidemment pas. Joue encore et enfin la topographie parisienne. Les Boulevards, situés en contrebas des vieux faubourgs, sont en effet susceptibles de donner corps au mythe, mobilisateur, d’une « descente » de ces territoires sur le centre, à reconquérir16. Ils doivent, plus concrètement, à la multiplicité des artères venues confluer là de faciliter rassemblements et dispersions éclatées, capables de déjouer les prévisions policières pour permettre à telle action, empêchée, de se déployer ailleurs. Ainsi, le 27 juillet 1914. La presse ouvrière appelle à riposter là aux manifestations nationalistes plus haut évoquées dès lors qu’elle en tient les « journaux chauvins » pour responsables : « Que le Paris populaire se ressaisisse, écrit La Bataille syndicaliste. Sur les boulevards, face à l’immeuble du Matin, Belleville, Ménilmontant Saint-Antoine, Montparnasse, retrouvez votre belle tradition de jadis ». Et l’Humanité : « Devant les salles des dépêches des grands journaux [...] manifeste[z votre] volonté d’en finir une fois pour toute avec les « vive la guerre. »17 « Les grands boulevards sont envahis » titre le lendemain La Bataille syndicaliste18 qui les érige une fois encore en espace d’une nécessaire reconquête, ce soir là devenu possible : « C’est tout Paris populaire, c’est l’immensité travailleuse de la capitale qui a repris possession de la rue, sa rue à elle ». Phénomène similaire pareillement justifié par l’écart, ici provocateur, en août 1927 après que Sacco et Vanzetti ont été exécutés aux États-Unis. Les communistes et les anarchistes appellent à descendre sur les boulevards19, « au cœur du Paris bourgeois, ...sur les boulevards où les rastas se promènent »20 ; en ayant soin de porter le chapeau pour pouvoir franchir, par petits paquets les barrages, et éviter le filtrage de « tout ce qui n’a pas l’allure d’un habitué des grands cafés ou de chez Maxim’s » conseille L’Humanité. Avec, cette fois, un déferlement de violence qui n’entrait pas dans les visées des organisateurs mais ressort d’une vieille haine de classe, trouvant là motif et terrain.

  • 21 L’Humanité, 6 avril 1919.

11Ces années durant, il est d’autant moins question de symbolique que le tronçon République-Bastille n’est pratiquement jamais investi. Et si les socialistes qui plaident, en 1919, pour la reconnaissance du droit de manifestation et suggèrent au gouvernement de concéder des espaces dévolus à ces fins retiennent, entre autres, ces Grands boulevards, c’est en tant qu’ils sont « sans gêne pour la vie publique » et, comme les autres artères retenues dans ce plaidoyer, « de peu de circulation et peu encombrés. »21

La manifestation « moviment »22

  • 22 Selon un terme forgé par F. Ponge. Cf. plus bas.
  • 23 D. Tartakowsky, Le pouvoir est dans la rue, Paris, Aubier, 1998.
  • 24 J. Hargrove, Les statues de Paris, Albin Michel, 1989.
  • 25 Il faut attendre les années Mitterrand et les grands travaux du Président pour que se dessinent de (...)

12Cette non coïncidence entre les espaces des démonstrations collectives et de la symbolique signifiée par le marquage monumental est partiellement remise en cause après guerre. L’inauguration du Triomphe de la République marque un tournant dans l’histoire des investissements populaires de l’espace public en ce qu’elle exprime le passage des « manifestations de la tue » à la manifestation de rue, distincte de l’émeute, la révolte ou la révolution en ce qu’elle signifie la rupture avec le temps de l’action directe immédiate (ou prétendue telle) au profit du détour nécessaire, possible et admis. Soit ce moment où la rue, de sujet désigné de la politique qu’elle était, devient espace23. Mais un tournant d’une autre sorte s’amorce alors même. Cette inauguration d’une statue commandée par les pouvoirs publics coïncide en effet avec le basculement bien connu de la « statuomanie » à la « statuophobie »24. Il vaut au marquage symbolique de la capitale qui s’était opéré par et dans la piètre depuis près de vingt ans d’emprunter d’autres voies. En s’exprimant désormais à la faveur de pratiques collectives qui parfois réinterprètent le marquage symbolique pour ainsi donner ou redonner sens à l’espace25 : soit le passage d’une pétrification exprimant la certitude que la République, achevée, signifiait la fin de l’Histoire à des pratiques autorisant la fluidité du sens, à l’image d’une Histoire en marche comme en perpétuelle réécriture.

13Ce renversement s’exprime avec force lors de certaines manifestations de souveraineté de l’après-guerre : le 11 novembre 1920, quand la dépouille du Soldat inconnu est inhumée sous l’Arc de Triomphe, par exemple ou, quatre années plus tard, quand le transfert de Jaurès au Panthéon colore l’édifice et l’espace alentours de nuances nouvelles. Les organisations d’anciens combattants, l’Action Française et les ligues doivent au rapport de force qui prévaut durant les années 1920 de pouvoir s’engouffrer dans la brèche ouverte par les manifestations de souveraineté et dans l’espace, central et symboliquement marqué, qu’elles privilégient désormais. Elles inscrivent désormais leurs cortèges dans les espaces/temps définis par les rapports qu’ils entretiennent avec la patrie et se déploient presque exclusivement sur l’axe monumental qui part de l’Étoile, aux vertus redéfinies, et s’achève place des Pyramides, devant la statue de Jeanne d’Arc. Les organisations ouvrières, qui ont vainement réclamé le droit de manifester librement, persistent en revanche à investir des espaces qui ne doivent guère à la symbolique ; ainsi les Grands Boulevards, en recul, les espaces fonctionnels définis par la cible ou l’interlocuteur auquel elles prétendent, les espaces maîtrisés de la banlieue parisienne ou les parcs domaniaux et, enfin, les cimetières.

  • 26 A.P.P., BA 1860, 19 mai 1934.

14C’est après la crise ouverte en février 1934 que ces organisations (ou d’autres, situées dans leur mouvance) revendiquent et obtiennent l’usage d’espaces symboliques d’une autre sorte, en dehors de toute circonstance commémorative. Cette aspiration est explicitement formulée pour la première fois, à notre connaissance, en mai 1934 par l’union départementale des anciens combattants républicains. Cette organisation proche de la SFIO sollicite des pouvoirs publics d’organiser librement une manifestation qui partirait de la statue de la République, devant laquelle les anciens combattants prêteraient serment, et se dirigerait vers la place Vendôme. Elle argumente : « un changement de lieu ne permettrait pas de conserver à la manifestation le caractère symbolique auquel elle prétend. Un rassemblement aux Tuileries, à proximité du ministère des Finances, pourrait donner à penser qu’il s’agit d’une manifestation contre les décrets-lois. La Concorde évoquerait fâcheusement le souvenir du 6 février. »26

  • 27 Le ministre de l’Intérieur fait connaître que les Champs-Élysées doivent être réservés à la revue (...)

15C’est à partir de la fin 1934 que les confrontations symboliques entre l’extrême droite et les anti-fascistes tendent à l’emporter sur les affrontements physiques. A la faveur d’un partage de l’espace parisien qui entre alors dans les mœurs. L’axe Champs-Élysées-Pyramides, affichant la symbolique de la Patrie, est approprié par les organisations de droite tandis que les organisations antifascistes qui ont amorcé un processus de réappropriation de la centralité parisienne le 12 février 1934 s’inscrivent dans le triangle Bastille-République-Nation, appuyé sur les quartiers populaires de l’Est parisien mais aussi bien doté de forts marquages symboliques, de surcroît conformes aux messages politiques du moment. En abandonnant alors le segment des Grands Boulevards dépourvu de valeur symbolique pour cet autre, situé plus à l’Est, et, pour lui, borné de monuments signifiants. Les organisations antifascistes devenues bientôt de Front populaire conçoivent d’abord cet espace excentré comme un préalable aux espaces de souveraineté qu’elles investissent, le 11 novembre 1935, par anciens combattants interposés, puis revendiquent, après la victoire, le 14 juillet 1936. Elles y renoncent toutefois pour ainsi satisfaire aux souhaits du ministre de l’Intérieur avant qu’ils ne deviennent injonctions et, fortes de la victoire remportée et de la puissance des cortèges qu’elles ont su préalablement déployer dans l’Est parisien, acceptent finalement de s’y cantonner. En intériorisant d’autant mieux la partition de l’espace devenue norme27 qu’elles ne sauraient être alors soupçonnées de capitulation ou de repli. C’est assez dire que les relations qui se nouent entre les rues lourdes d’une Histoire et ce ou ceux qui les empruntent ne sont en rien linéaires.

  • 28 L. Marin, « Une mise en signification de l’espace social : manifestation, cortège, défilé, process (...)

16Louis Marin a montré comment le parcours d’un défilé « réactualise un mythe ou peut-être plus précisément récite un récit ou inscrit un texte dont il donne à lire la légende[...], le legendum, récit, légende, mythe déjà inscrit dans l’ordre des lieux et de leurs noms »28. Sans qu’il soit besoin de monuments préalablement chargés de donner le sens.

  • 29 Cité par I. Morzadec, Les manifestations de rue à Paris à l’époque de l’Affaire Dreyfus, Mémoire d (...)

17Certaines des manifestations déployées dans des espaces parisiens vierges de tout marquage, sociologiquement non populaires et n’ayant abrité aucun épisode signifiant de l’histoire des luttes révolutionnaires ou contre révolutionnaires ont su, de fait, réactiver, nonobstant, la mémoire des dits épisodes. Quand elles se voulaient l’expression de l’histoire, globale, de la rue, c’est-à-dire de Paris, et de son essence, invoquée et rejouée. C’est le cas, en octobre 1898, lors de l’Affaire Dreyfus dans l’un et l’autre camp. Que les dreyfusards en appellent au « Peuple » en l’adjurant d’être fidèle à son héritage révolutionnaire et Déroulède le défie aussitôt de pouvoir s’en réclamer : « Ils osent convier le peuple de Paris en lui demandant de venir avec eux acclamer le traître Dreyfus [...]. Je veux constater moi même comment le peuple de Paris, toujours, si ardemment français, patriote, répondra à cet appel », en s’ancrant, à l’encontre, dans un héritage social-patriote. La droite ligueuse répond à son appel en descendant, la première, dans la rue. C’est alors aux dreyfusards de leur contester la légitimité et d’inviter à se rassembler à Longchamp à l’occasion du Grand Prix pour acclamer le président de la République, hier conspué, et « montrer que la rue n’est pas à eux mais au peuple ». L’espace requis pour la démonstration est clos et rien moins que populaire mais la partie vaut ici pour le tout. Elle doit aux forces qui l’investissent et parfois l’habitent de pouvoir signifier la capitale et son histoire ; une histoire dont la rue, domaine et miroir du peuple, peut devenir synonyme quand ce « peuple » la réinvestit. Cette adéquation se retrouve affirmée peu après dans Le libertaires, propos d’une manifestation anarchiste : « Le peuple des faubourgs était descendu et avait repris possession de la rue, sa propriété. Hier Paris, le généreux Paris des grands mouvements d’émancipation, le Paris du droit, de la justice, de la liberté, a repris possession de son domaine. »29

18Les espaces symboliquement marqués ne sont pas épargnés par cette irruption du sens, soudain véhiculé par d’autres voies que la pierre. Les cortèges et défilés qui les investissent peuvent révéler ou réveiller le sens enfoui. C’est le cas lors de l’inauguration du groupe de Dalou, si l’on en croit Péguy, ou dans la phase de gestation puis de victoire du Front populaire, quand les monuments, situés places de la Bastille, de la République ou de la Nation depuis des décennies, intrinsèquement signifiants mais devenus sans résonance aucune dans la mémoire collective, sont soudain réappropriés, jusqu’à devenir essentiels à la dramaturgie politique qui se déploie sous leur égide et aux images qu’elle inspire. Images, photographies ici, à l’usage social intense autant qu’immédiat qui savent ériger Paris en acteur d’une Histoire en marche.

  • 30 Gil Blas, 28 octobre 1898.

19De telles démonstrations peuvent aussi bien altérer le sens d’espaces préalablement signifiants, comme on l’a vu s’agissant du 11 novembre 1920. Le 6 février 1934 en constitue un autre exemple. La complexité de l’Histoire dont Paris fut le théâtre a valu à certains espaces d’être à ce point saturés de sens qu’ils sont très tôt devenus polysémiques. C’est en particulier le cas de la place de la Concorde : « fêtes ou meurtres, apothéoses ou guillotinades, excitations aux émeutes, cortèges de triomphe ou obsèques nationales, il y a de tout place de la Concorde », peut-on lire dans le Gil Blas en pleine affaire Dreyfus. Le marquage symbolique qui pourrait apurer les comptes ne fait qu’ajouter à la complexité de l’ensemble et à sa polysémie, poursuit l’article, en substance, en évoquant les potentialités nouvelles offertes par la statue de Strasbourg mais également par la proximité de la Chambre des députés qui lui vaut d’être devenue « le vestibule du palais Bourbon. »30 La requête de l’union départementale des anciens combattants républicains plus haut citée permet de constater que la polysémie ne joue plus au même titre en 1934. Si les espaces revendiqués par elle le sont en raison de leur marquage monumental ou de leur fonction, ceux récusés préventivement le sont en vertu d’usages récents conférant aux espaces concernés un sens univoque (quand l’Histoire antérieure permettrait pourtant aux Tuileries comme à la Concorde de signifier la Révolution et, par elle, la République).

  • 31 B. Dufrene, « Monument ou moviment », Les cahiers de médiologie, 7, 1999, pp. 183-191.

20Dans un récent numéro des Cahiers de médiologie, Bernadette Dufrene revient sur la notion de moviment qui fut avancée par Francis Ponge pour décrire Beaubourg, « cet ’accélérateur culturel’, lieu d’échange avec l’environnement urbain, national, international et entre différents modes de culture. »31 Ce terme pourrait parfaitement convenir aux cortèges et manifestations du fait des rapports, complexes, qu’ils nouent avec le marquage monumental, la topographie de la ville, la sociologie des quartiers, les territoires préalablement construits et l’Histoire ou, plus souvent, les histoires, qu’ils charrient, pour mieux précipiter une histoire nouvelle et construire des territoires inédits. En conférant une mobilité certaine à la géographie symbolique de la ville, pourtant lestée de pesanteur.

Les vecteurs du sens

21Cette modalité nouvelle du marquage symbolique que sont l’usage social et les investissements collectifs inscrivent les lieux et/ou les monuments dans des territoires à géographie variable. Les cortèges déployés à l’occasion du centenaire de la Commune nous serviront d’exemple. Cet anniversaire qui se trouve à coïncider avec une phase d’extrême tension entre les diverses composantes de la gauche et de l’extrême gauche, trois ans après 1968, est cependant dépendant de cet espace/ temps obligé qu’est, à Paris, la fin mai au Mur des fédérés. La contradiction est résolue par l’inscription de cet épicentre obligé dans des territoires spécifiques à chacune des forces parties prenantes de la commémoration, aux fins d’en spécifier le sens.

  • 32 Une affiche de la Ligue communiste imprimée avant que l’interdiction soit signifiée proclame : « T (...)

22Les organisations non-communistes associent le Mur à des espaces ou monuments signifiants qui leur sont propres. La JCR envisage ainsi de manifester depuis la rue Gay-Lussac, espace de la Commune réactivée, jusqu’au Père-Lachaise « où l’on entrera. »32 La CFDT et la PSU défilent, pour elles, depuis le métro Charonne, symbole d’une autre sorte, et la SFIO au départ de la place Léon Blum, dans le XIe arrondissement, certes à proximité du cimetière, mais non moins signifiante. Les communistes qui se sont sentis menacés par le récent rejeu de la Commune sur le terrain de la rue en appellent à sa mémoire originelle et confortent leur emprise sur la nécropole intra muros en procédant à l’inhumation des cendres d’Adrien Lejeune, dernier des communards, décédé à Moscou en 1942, et dont la dépouille est rapatriée pour la circonstance. Face au Mur et aux côtés des intellectuels, résistants et dirigeants communistes. Cet épisode révélateur des potentialités de l’espace parisien l’est également de ses modalités symboliques. Une symbolique fondée sur les monuments qu’il abrite et sur la sacralité qu’ils recèlent, s’agissant, en la circonstance, des cortèges socialistes et communistes, mais aussi bien sur des pratiques (pareillement chargées de sacralité à la faveur du sang versé) pour ceux de l’extrême gauche et du PSU.

  • 33 A.N., F19 5636.
  • 34 L’Action française, 19 mai 1919.

23Une telle construction peut conduire à l’abandon de monuments chefs à la mémoire de ceux qui s’y attèlent mais par trop extérieurs au périmètre dessiné. Le cortège que l’Action Française organise avant-guerre pour la fête de Jeanne d’Arc relie ainsi la place Saint-Augustin au boulevard Saint-Marcel en passant par la place des Pyramides pour fleurir la quasi-totalité des effigies parisiennes de l’héroïne. C’est toutefois la section du XVIIIe arrondissement et elle seule qui tend hommage à celle située non loin de la porte de la Chapelle quand cette statue, certes excentrée, est, en soi, plus sacrée qu’aucune autre, bâtie qu’elle est à l’abri d’une église érigée sur l’emplacement de celle où, dit-on, Jeanne d’Arc, blessée, se serait arrêtée un temps pour y recevoir des soins33. En 1919, le cortège de Jeanne d’Arc qui revêt le caractère d’une fête civique se forme en conséquence boulevard Malesherbes pour se disloquer au Palais-Royal, soit un parcours plus ramassé mais également plus central. « C’est le Paris du baron Haussmann qu’[il] a surtout traversé, commente Charles Maurras [...] mais aussi la rue Saint-Honoré, pavé historique des anciennes révolutions, Saint-Roch où Bonaparte nous mitraillait il n’y a somme toute que 122 ans [...] Combien les choses changent. »34 Et, avec elles, le sens qu’elles confèrent à l’espace.

  • 35 Les cortèges qui défilent devant le siège de L’Humanité après que le journal communiste a quitté P (...)
  • 36 L. Chevalier, Les Parisiens, Paris, Hachette, 1971.

24Le transfert de sens de l’espace fondateur à la pratique qui l’investit puis de cette dernière, à son tour chargée de sens, vers des pratiques de même nature déployées dans des espaces vierges de tout marquage préalable mais à leur tour colorés par elles, peut permettre aux cortèges de s’autonomiser des lieux signifiants sans dommages majeurs35. En vertu de ce même processus qui permet à Louis Chevalier d’écrire des « pays parisiens » qu’ils ne « sont pas le monopole d’une ville », qu’ils « existent en banlieue. »36 Il peut a contrario interdire l’usage d’espaces demeurés fonctionnels et signifiants mais par trop chargés d’une histoire antérieure ; ainsi la place de la Concorde après le 6 février 1934 et avant que la manifestation gaulliste du 30 mai 1968 n’en autorise à nouveau l’usage. C’est encore vrai pour les tronçons Bastille-République et/ou Nation, assimilés en 1968 aux « manifestations-processions » alors décriées par l’extrême gauche et de ce fait rejetés, au cœur de la crise puis au-delà ; pour laisser place à des parcours qui, dès la décennie suivante, empruntent assez souvent la rive gauche, jusqu’alors peu mobilisée, sinon par les étudiants.

  • 37 S. Tisseron, « Antimémoire », Les cahiers de médiologie, 7, 1999, pp. 205-220.

25Dans un récent article, le psychanalyste Serge Tisseron déplorait que les monuments aient eu jusqu’ici pour but d’imposer à tous les liens censés unir un pays ou une collectivité. Il plaidait en regard pour des monuments d’autre sorte sur lesquels l’inscription « oublie ce monument, cultive tes souvenirs, pense à tes proches » se substituerait au « souviens-toi »37. La manifestation de rue pourrait bien avoir constitué et constituer encore une des voies de cette appropriation individuelle et familiale autant que collective des traces et de la mémoire ainsi revendiquée, seule à même de les intégrer à la mémoire vive. En participant de la sorte d’une inscription de l’individu et des groupes qu’elle contribue à construire dans un passé perpétuellement réinterprété par leurs luttes.

  • 38 « Combien de maisons étroites et lézardées étaient déjà là quand fut prise la Bastille, écrit Améd (...)
  • 39 La symbolique de la statue de Dalou et la mémoire de la démonstration en ayant rythmé l’inaugurati (...)

26Ces moments de symbiose entre la mémoire des pierres et un présent des luttes qui la réactive et la transforme (à moins qu’elle ne la crée) ne s’opèrent cependant pas en toutes circonstances et, par là même, à plein temps. Dans l’article déjà maintes fois cité ici, la démonstration qui s’achève place de la Nation évoque à Péguy « l’histoire des révolutions passées qui sont le commencement de la prochaine révolution. » La chanson qui nous sert d’exergue souligne pareillement le lien entre un passé réactivé et l’avenir, dessiné par la vertu d’une mise en relation qui vaut au temps de soudain s’organiser et, par là même, de s’orienter vers un devenir meilleur. Ce sont, dans l’un et l’autre cas, les événements chargés d’Histoire et d’affect, réactivés par et dans la rue, qui permettent de se projeter dans un avenir dont ils sont déjà porteurs. Les termes de la proposition nous paraissent devoir être retenus de manière plus générale à la condition, cependant, d’être renversés. Ce sont les moments où la mobilisation collective peut se prévaloir d’un devenir qui peine à s’énoncer et d’une charge utopique qui valent à Paris, à ses rues, ses monuments et l’Histoire qu’ils charrient d’être, soudain, sollicités. Pour dire le sens. En permettant une alchimie entre l’Histoire, les monuments ou simplement les rues qui la cristallisent, permettant à certaines manifestations de soudain signifier sinon plus qu’elles ne sont ou, du moins, plus qu’elles ne font. Une alchimie qui dès lors trouve plus facilement à s’exprimer dans les moments chargés d’espoir et d’utopie, tels l’inauguration du Triomphe de la République ou les manifestations de Front populaire,38 qu’en des circonstances plus défensives39.

27Toujours « lourd[e] de conséquences » en ce qu’elle est susceptible d’effets émotionnels et, pat là, politiques, cette alchimie ne se décrète pas. Elle ne se construit pas davantage a priori quand même certaines mesures volontaires, tel le choix du parcours et du moment, peuvent en faciliter l’émergence, ce fut le cas le 14 juillet 1935. Du moins ne sont elles jamais la condition suffisante, la condition nécessaire pas davantage : les manifestations de l’automne 1995 furent un moment de puissante réactivation du passé aux fins de dire le devenir, quand les parcours des cortèges parisiens n’investissaient pourtant aucun lieu symbolique, et la résurgence du « peuple » et de son mythe, alors constatée, due pour elle à la province plus qu’à Paris. Cristallisé par l’émotion qui parfois surgit quand il prend corps ou qui plus précisément lui donne corps en surgissant, il peut se résumer à l’acte qui ressuscite le passé tout en anticipant ce que demain sera. En permettant à la manifestation, à certaines plus qu’à d’autres, de s’imposer pour une expression nouvelle du mythe du « peuple de Paris », de la grève générale ou de la Révolution, ces autres figures du devenir, toutes susceptibles de donner sens à l’instant en le réinscrivant dans un temps signifiant. Ce que Péguy dit superbement quand il écrit, à propos de l’inauguration du Triomphe de la République : « Il se peut que nous ayons parfait la révolution sociale avant qu’un architecte de génie nous ait donné le poème ou le chant de la révolution universelle, de la cité nouvelle. Le flot de la vie universelle aura devancé les maturations de l’art individuel. » En conférant à cette éphémère œuvre d’art d’un type nouveau le soin de révéler le devenir en gestation. Sensible à la beauté du propos comme à sa force, nous en nuancerons cependant la portée.

  • 40 A. Pessin, Le mythe du Peuple et la société française, Paris, P.U.F., 1992.
  • 41 D. Tartakowsky, Nous irons chanter sur vos tombes. Le Père-Lachaise, xixe-xxe siècle, Paris, Aubie (...)

28Nous ignorons si le cortège qu’évoque Péguy fut vécu dans les termes qu’il retient et dans quelle mesure ses contemporains se sont appropriés la construction qu’il opère alors. Nous savons mieux ce que les mythes du peuple et de Paris, confondus, doivent à Victor Hugo, de Eugène Sue ou de Delacroix40 ; ou encore ce que cette construction, symbolique s’il en est, d’un panthéon communiste doit à Aragon et à Francis Jourdain41 ; pour ne rien dire du rôle de la photographie de Front populaire dans la construction et la transmission de la mémoire de l’événement ou de celui de ces médiateurs d’autre sorte qu’ont été, en 1968, la radio et les chercheurs en sciences humaines, prompts à imposer la « Commune étudiante », mise en son avant que de l’être en image. De simples slogans peuvent aussi bien jouer parfois ce rôle, tel le « tous ensemble » de 1995. Ces divers médiateurs capables de construire et d’imposer des représentations toutes chargées d’imaginaire n’ont, bien sûr, joué aucun rôle dans la mobilisation qu’ils réinterprètent, au mieux à chaud, le plus souvent, a posteriori. Nous émettons toutefois l’hypothèse qu’ils contribuent au premier chef à ériger certaines pratiques collectives, pour certaines indissociables de l’espace qui les abrite, en « chef[s] d’œuvre de politique et mystique », selon les termes de François Mauriac, autre écrivain catholique, on l’aura noté, destinés, sous sa plume, à caractériser une autre manifestation, celle organisée par les gaullistes le 30 mai 1968 qui sut redonner un avenir au gaullisme en l’inscrivant dans un espace et des pratiques chargées d’histoire ; pour ainsi précipiter l’issue politique de la crise de 1968. Ils favorisent par là la transmission et la circulation, parfois souterraine, de ce qui fût. Jusqu’en des moments qui lui valent d’être réactivés par la pratique, réinterprétés par elle et parfois relayés. Le cortège déployé lors de l’inauguration du Triomphe de la République et les manifestations de Front populaire de 1935-37, devenues des expressions nouvelles et substitutives des foules révolutionnaires, peuvent ainsi dispenser, ultérieurement, de leur évocation dès lors qu’elles en intègrent la substance, avant que les événements de 1968 et leur rapport complexe à l’Histoire ne leur fassent subir un sort identique.

  • 42 Cité par B. Dufrene, « monument ou moviment », art. cit.

29Dans les années 1920, l’essayiste soviétique Nicolas Poussine en appelait à des monuments susceptibles de « vivre de la vie politique et sociale de la ville » et à une « ville vivant avec eux »42. Les pratiques collectives déployées dans l’espace public, combinées avec l’intervention de médiateurs, nous paraissent avoir permis à quelques-uns des marquages monumentaux de Paris de satisfaire à cet objectif énoncé.

Notes

2 M. Agulhon, Marianne au pouvoir. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1880 à 1914, Paris, Flammarion, 1989.

3 Cahiers de la Quinzaine, 5 janvier 1900, in Charles Péguy, Œuvres en prose complètes, Paris, Gallimard, 1987.

4 Cf. ci-dessus dans ce volume E. Fureix.

5 A. Prost, « Mémoires locales et mémoires nationales : les monuments de 1914-1918 en France », Guerres mondiales, n° 167, 1992.

6 Description réalisée à partir de diverses coupures de presse in APP BA 1522.

7 L’Humanité, 26 juillet 1914.

8 APP, BA 1614.

9 Le Radical, 30 juillet 1888.

10 Qui toutefois leur préfèrent le Quartier latin.

11 Archives préfecture de police (A.P.P.), BA 1522, rapport du 8 février : « On a l’espoir que quelques gardiens de la paix s’y feront écraser ».

12 A.P.P., BA 1522, Paris, 10 février 1885, Charles Laurent.

13 A.P.P., BA 1522.

14 A.P.P., BA 1522, rapport du 7 février. Dans son roman de politique fiction intitulé En plein vol (1913), Albert Quantin imagine le Paris de l’an 2000 : les grands boulevards ont été rénovés « en mettant par terre le temple orgueilleux d’une société financière, massif symbole du capitalisme écrasant » au profit de parterres fleuris, de magasins, de théâtres et de lieux de plaisirs.

15 A.P.P., BA 1531.

16 En 1937, un nouveau couplet est ajouté à La jeune garde, de la plume, dit-on, d’Aragon : « Demain si l’peuple bouge/nous descendrons sur les Boulevards/la glorieuse armée rouge/fera trembler tous les richards », désignant ceux-ci pour l’un des lieux d’une révolution invoquée, demeurée devenir.

17 A.N., F7 13348, 27 juillet 1914.

18 A.N., F7 13348, 28 juillet 1914, La Bataille syndicaliste.

19 A.P.P. BA 1531, en 1891, la presse ouvrière la police d’avoir traqué préventivement casquettes et pantalons de velours. Même accusation, en novembre 1934 de la part de L’Humanité après une manifestation tentée sur les Boulevards contre l’occupation de la Ruhr.

20 L’Humanité, 25 août 1927.

21 L’Humanité, 6 avril 1919.

22 Selon un terme forgé par F. Ponge. Cf. plus bas.

23 D. Tartakowsky, Le pouvoir est dans la rue, Paris, Aubier, 1998.

24 J. Hargrove, Les statues de Paris, Albin Michel, 1989.

25 Il faut attendre les années Mitterrand et les grands travaux du Président pour que se dessinent de nouveaux espaces manifestants avec, en particulier, le parvis des droits de l’homme, au Trocadéro. Le parvis de la Défense, conçu comme un espace de rassemblement, n’a guère fonctionné comme tel hormis dans des circonstances officielles.

26 A.P.P., BA 1860, 19 mai 1934.

27 Le ministre de l’Intérieur fait connaître que les Champs-Élysées doivent être réservés à la revue des troupes, à l’exclusion de tout autre défilé. Il faudra attendre cette submersion de l’espace que fut l’après Mundial pour que l’Arc de triomphe serve pour la première fois de « support ».

28 L. Marin, « Une mise en signification de l’espace social : manifestation, cortège, défilé, procession. Notes sémiotiques », Sociologie du Sud Est, n° 37-38, juillet-décembre 1983, p. 20.

29 Cité par I. Morzadec, Les manifestations de rue à Paris à l’époque de l’Affaire Dreyfus, Mémoire de maîtrise, Université Paris I, 1985.

30 Gil Blas, 28 octobre 1898.

31 B. Dufrene, « Monument ou moviment », Les cahiers de médiologie, 7, 1999, pp. 183-191.

32 Une affiche de la Ligue communiste imprimée avant que l’interdiction soit signifiée proclame : « Tous à Paris de la rue Gay-Lussac au mur des Fédérés » La place des Fêtes est substituée à ce rendez-vous initial après l’interdiction.

33 A.N., F19 5636.

34 L’Action française, 19 mai 1919.

35 Les cortèges qui défilent devant le siège de L’Humanité après que le journal communiste a quitté Paris pour Saint-Denis demeurent porteurs d’une histoire, parfois évoquée dans les rangs, quand il atteint cet espace aujourd’hui anonyme. Le nouveau siège construit par Niemeyer n’induit en revanche aucune démonstration.

36 L. Chevalier, Les Parisiens, Paris, Hachette, 1971.

37 S. Tisseron, « Antimémoire », Les cahiers de médiologie, 7, 1999, pp. 205-220.

38 « Combien de maisons étroites et lézardées étaient déjà là quand fut prise la Bastille, écrit Amédée Dunois au soir du 14 juillet 1935. Combien de ces pauvres façades ont été en 1830, 1848, 1871 déchirées par les balles », 14 juillet 1935, brochure publiée par le comité d’organisation de la manifestation.

39 La symbolique de la statue de Dalou et la mémoire de la démonstration en ayant rythmé l’inauguration n’ont guère été mobilisées lors de la manifestation - défensive - du 12 février 1934. Le Populaire évoque « la population de la capitale rassemblée au même lieu, il y a 35 ans pour le triomphe de la République... » mais les photographies de presse ne jouent pas sur sa présence (elles donnent plus de visibilité, sans intention, aux colonnes du Trône).

40 A. Pessin, Le mythe du Peuple et la société française, Paris, P.U.F., 1992.

41 D. Tartakowsky, Nous irons chanter sur vos tombes. Le Père-Lachaise, xixe-xxe siècle, Paris, Aubier, 1999.

42 Cité par B. Dufrene, « monument ou moviment », art. cit.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540