Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Conclusions générales

p. 115-123


Texte intégral

1L’objectif premier de cet ouvrage était de reconstituer les formes d’encadrement des circulations des biens dans le territoire de la province d’Égypte, en adoptant comme angle d’approche la fiscalité douanière au cours des trois premiers siècles de la domination romaine. S’agissant d’un domaine marqué par l’interaction entre les pouvoirs publics d’une part et les privati ayant obtenu la ferme des impôts douaniers de l’autre, nous avons également tenté d’éclairer la manière dont la géographie fiscale des douanes s’inscrivait dans la géographie administrative de la province, de reconstituer les processus d’élaboration de connaissances spécifiques aux douanes et de mesurer leur contribution à la prise de décision politique par les pouvoirs publics.

2Dans un premier temps, nous avons privilégié une approche documentaire des pratiques du contrôle douanier, en centrant notre analyse sur le vocabulaire fiscal, sur les typologies des écrits douaniers et sur les formes d’authentification de ces derniers. Il est apparu que dans la province d’Égypte, plusieurs réalités documentaires coexistèrent au long de la période étudiée, ces spécificités régionales étant le reflet d’autant de pratiques de contrôle développées en fonction de l’organisation territoriale et fiscale de la région. Le nome Arsinoïte est le district qui a conservé la plus grande masse documentaire et pour lequel notre reconstitution se fait par conséquent la plus précise. À la richesse et à la spécialisation du vocabulaire fiscal, notamment dans les appellations spécifiques des taxes prélevées et dans celle adoptée pour désigner les bureaux douaniers, s’associe la variété des typologies documentaires produites, laissez-passer (avec et sans prescrits épistolaires), quittances (en forme objective et épistolaires), comptes et registres (inventoriant ou pas les montants encaissés). Il a été possible de retracer l’évolution des pratiques documentaires dans la région, marquées par un processus de standardisation du vocabulaire et des formulaires, communs à tous les postes de douane du district et à tous les impôts. En effet, après un demi-siècle marqué par l’usage de donner et exécuter des ordres de laissez-passer, entre la fin du ier siècle et le début du iie siècle, les personnels douaniers développèrent un formulaire plus spécifique, qui soulignait la fonction d’intermédiaire financier jouée par les bureaux douaniers responsables des prélèvements fiscaux, par l’expression δι (ὰ) πύλ (ης) accompagnée du toponyme et suivie du génitif de la taxe acquittée. Pendant plusieurs décennies, ce formulaire se stabilisa et amena au développement et à l’affirmation progressive d’un vocabulaire fiscal spécialisé, marqué par l’usage du verbe τελωνέω, au parfait indicatif moyen-passif. Dérivé du même composé ayant donné lieu à la formation du nom d’agent, τελώνης, et du substantif neutre τελώνιον, le verbe τελωνέω peut être défini comme un élément propre au vocabulaire fiscal des douanes de l’Égypte romaine, dont l’emploi s’affirma dès le dernier quart du ier siècle. La nature des informations renseignées dans ces documents de même que les modalités de leur enregistrement se retrouvent également dans la catégorie documentaire des registres, inventoriant les passages à la douane et les montants perçus. Cela témoigne selon nous d’une présence accrue de l’État dans les contrôles douaniers qui s’affiche aussi par l’introduction de formes de validation spécifiques des écrits douaniers. Tel n’est pas le cas des trois nomes documentés de la Haute-Égypte, dans lesquels le vocabulaire fiscal et les typologies documentaires se font moins riches. Les deux appellations spécifiques de taxe recensées, révélatrices de l’application d’un seul et unique taux de prélèvement, étaient la seule spécificité du vocabulaire douanier dans la région, toute appellation propre aux bureaux douaniers responsables des prélèvements faisant défaut. De la même manière, les typologies documentaires développées, des quittances épistolaires et des comptes sur ostracon présentaient des formulaires peu standardisés, qui variaient au gré des pratiques des personnels préposés à la rédaction de ces documents. Dans ce même sens peut être interprété le recours au verbe de la fiscalité douanière τελωνέω, dans quatre des quittances conservées. Ces dernières n’affichaient d’ailleurs pas des outils d’authentification comparables à ceux que l’on a retrouvés dans les textes de l’Arsinoïte. La reconstitution proposée pour le désert Oriental est pour sa part fondée sur un corpus documentaire à la chronologie beaucoup plus restreinte, concentrée dans le ier siècle apr. J.-C., et à la représentativité géographique limitée à Bérénice, port romain de la mer Rouge. Le vocabulaire fiscal se démarque par le développement d’un seul mot spécifique de taxe (τετάρτη) pour les produits importés depuis l’Inde et l’Arabie et par l’absence de toute appellation spécifique pour la taxe frappant les exportations, que nous avons par commodité nommée τέλος ἐξαγωγικόν, « impôt pour l’exportation ». L’adoption du mot πύλη pour désigner le poste de douane de Bérénice reflète en revanche les réalités topographiques sans pour autant suggérer des attributions fiscales et financières comparables aux πύλαι de l’Arsinoïte. Une seule catégorie documentaire fut développée dans ce contexte, celle des laissez-passer, tous rédigés sur ostraca et échappant à toute tentative d’uniformisation des formulaires ; ces laissez-passer révèlent la rapidité et l’intensité des activités de la production documentaire qui se déroulaient dans un bureau douanier situé à l’autre bout de la route de Bérénice. Plus généralement, l’approche documentaire des pratiques du contrôle douanier nous a incitée à nous intéresser aux acteurs de la production documentaire et à leur contribution au développement de connaissances spécifiques à la fiscalité douanière qui s’affichaient dans les documents de la pratique conservés.

3Le deuxième temps de notre étude a donc été centré sur les acteurs à l’origine de la production documentaire des douanes, sur les modalités de leur intégration à la hiérarchie douanière et sur les milieux ethniques et sociaux de leur recrutement. Dans ce champ d’analyse, les spécificités régionales émergent comme un élément caractéristique de l’organisation douanière de la province. Ainsi, dans le nome Arsinoïte, la présence d’acteurs nommément identifiés à l’origine des documents douaniers fut de très courte durée. Elle est limitée notamment à la catégorie documentaire des laissez-passer épistolaires et des quittances épistolaires, qui affichaient trois catégories d’acteurs : les premiers portaient le titre de πρὸς τῇ πύλῃ, « préposé à la douane », et avaient été affectés aux postes douaniers de Soknopiou Nesos, Bakchias et peut-être Tebtynis, avaient été habilités à émettre des ordres de laissez-passer consécutifs à l’acquittement des impôts douaniers de l’ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή et du λιμὴν Μέμφεως ; les seconds affichaient le titre de μισθωταί, fermiers de la taxe de l’ἐρημοφυλακία καὶ παρόδιον, et intervenaient dans la production documentaire de quittances épistolaires, émises par l’intermédiaire d’assistants et secrétaires ; les troisièmes, portant le titre de πραγματευταί de la taxe pour la garde du désert et du παρόδιον, avaient des prérogatives semblables. Les fermiers et agents avaient obtenu la ferme de ces impôts frappant les circulations terrestres entre le nome Arsinoïte (Soknopaiou Nesos et Dionysias) et les nomes Prosopopite et Latopolite en Basse-Égypte ainsi que deux régions nommées Libye et Maréotis, correspondant respectivement aux territoires désertiques frontaliers de la province d’Afrique proconsulaire et à la côte méditerranéenne occidentale. C’est en revanche l’institution de la douane elle-même, nommée πύλη, qui apparaît comme l’autorité responsable des quittances en forme objective, catégorie documentaire la plus amplement attestée dans le district. Les γραμματεῖς, secrétaires des bureaux douaniers du districts, apparaissent pour leur part dans la production des documents, des registres essentiellement, que les bureaux douaniers devaient remettre aux autorités publiques du nome et qui certifiaient les montants perçus et reversés dans les caisses de l’État. Ces acteurs venaient à intégrer différents niveaux de la hiérarchie douanière, ayant à ses fondements les « préposés à la douane » des villages du nome et les scribes anonymes des quittances en formes objectives. Suivaient les γραμματεῖς, secrétaires affectés à l’enregistrement des transactions liées à chacune des taxes attestées. Au sommet de cette hiérarchie se situaient, enfin, les fermiers et les fermiers généraux dont relevait le prélèvement des taxes, distinctes selon une organisation territoriale à géométrie variable. Ainsi, les fermiers et les agents de la taxe de la taxe de l’ἐρημοφυλακία καὶ παρόδιον avaient en charge plusieurs nomes, de la Basse-Égypte et des territoires frontaliers désertiques et côtiers ; le νομάρχης, fermier général du nome Arsinoïte, était chargé de la collecte de la taxe de l’ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή, tandis que le λιμενάρχης, fermier général de la douane de Memphis, percevait les revenus de la taxe due pour cette douane et frappant les circulations qui avaient lieu au sien de l’épistratégie de l’Heptanomie. La composante ethnique grecque dominait dans l’ensemble du personnel douanier de l’Arsinoïte, bien que des éléments allogènes, notamment sémitiques, apparaissent au plus bas niveau de la hiérarchie douanière. Si les gens issus des élites grecques romanisées des métropoles des nomes dominaient dans le milieu des fermiers et des fermiers généraux, le cas d’un Égyptien hellénisé ayant obtenu la ferme de l’ἐρημοφυλακία prouve que l’accès à l’affermage des Grecs romanisés ne se faisait pas de manière exclusive. La structure organisationnelle des douanes de l’Arsinoïte ne trouve pas de parallèles comparables dans les autres régions étudiées. Dans les trois districts de la Haute-Égypte documentés, en effet, les fermiers des taxes du cinquantième et de la douane de Syène, portant le titre emblématique de τελώνης, apparaissent comme acteurs exclusifs de la production documentaire. C’est en leur nom et sous leur autorité que l’acquittement des impôts avait lieu et que des quittances adressées aux contribuables étaient délivrées. Les τελῶναι et leurs collaborateurs, mentionnés dans les prescrits épistolaires de leurs quittances, doivent être situés au sommet de la hiérarchie douanière de Thèbes, Hermonthis et Syènes-Éléphantine. Au côté des τελῶναι, des ἐπιτηρηταί, qu’il convient d’identifier avec des superviseurs publics, avaient assuré pendant un laps de temps limité l’émission de quittances douanières et celles de comptes inventoriant les montants perçus pendant un ou plusieurs jours. En l’état actuel de la documentation, il est impossible de prouver si cette ferme dépassait les limites administrative et territoriale des villes, s’étendant ainsi à leurs nomes respectifs d’appartenance. Quant aux strates inférieures de l’organisation douanière de ces trois localités, on peut raisonnablement supposer la présence d’un personnel subordonné, comprenant, entre autres, des secrétaires, γραμματεῖς, et des assistants, βοηθοί. Nous constatons l’absence de toute référence écrite et explicite à l’institution de la douane ; les personnels qui y officiaient primaient dans les écritures fiscales. C’est aussi pour cela peut-être que les milieux de recrutement de ces acteurs étaient essentiellement les élites grecques romanisées de Thèbes et de Syène-Éléphantine, même si la composante égyptienne ne faisait pas complètement défaut. Dans le désert Oriental, l’organisation douanière rend compte des modalités particulières de l’encadrement des trafics dans la région du fait de ses spécificités géographique et administrative. Les acteurs de la production documentaire, chargés d’émettre des laissez-passer dans un poste douanier que nous pourrions situer à Coptos, ne précisaient pas leurs titres et noms de fonctions. En raison de leur supériorité hiérarchique par rapport à leurs interlocuteurs et selon un usage local, ils s’identifiaient uniquement par leurs idionymes et patronymes ; ils précisaient cependant les titres des gens qui étaient appelés à exécuter les ordres de laissez-passer au poste de douane de Bérénice, les « préposés à la douane » et les fermiers de la quintana, les quintanenses. Ces derniers auraient pu, pour leur part, intervenir dans la production des quittances et laissez-passer pour les gens qui arrivaient à Bérénice et se dirigeaient vers Coptos. Recrutés parmi des milieux grecs essentiellement, ces gens se trouvaient au bout de la chaîne organisationnelle de la douane du désert Oriental. À son sommet se trouvaient les fermiers généraux, les ἀραβάρχαι, responsables de la collecte des différents impôts frappant les importations et les exportations dans la région. Recrutés parmi les élites juive et grecque d’Alexandrie, parmi des négociants originaires de Pouzzoles et parmi des membres de l’administration procuratorienne équestre, les ἀραβάρχαι étaient peut-être secondés par des μισθωταί et πραγματευταί, à l’instar du fermier général de la douane de Memphis. Le constat, significatif à nos yeux, qui émerge de cette analyse est la faible présence de membres de la famille impériale, esclaves et affranchis notamment, dans les rangs de l’organisation douanière. Les pouvoirs publics mobilisèrent, en effet, d’autres dispositifs, de nature variée, pour s’assurer le contrôle des activités de collecte et d’enregistrement des revenus douaniers.

4Dans le troisième temps de notre étude, nous avons focalisé notre attention sur les dispositifs publics de contrôle des activités douanières, de nature fiscale et plus proprement territoriale ; cela nous a permis d’esquisser une reconstitution du maillage territorial des contrôles douaniers. Des fonctionnaires avaient été chargés de la supervision des écritures fiscales des douanes et des procédures visant au versement des revenus encaissés au bénéfice de l’État. L’institution de ces dispositifs de contrôle fiscal et financier, de même que leur fonctionnement, différaient selon les régions. Ainsi, les ἐπιτηρηταί étaient les superviseurs désignés dans le nome Arsinoïte et dans les trois nomes de la Haute-Égypte documentés ; la chronologie des attestations relevées semble suggérer que leur institution se fit vers la même époque, à savoir le premier quart du iie siècle apr. J.-C. Leurs prérogatives répondaient cependant à des exigences de contrôle spécifiques aux deux régions. Choisis parmi les milieux grecs aisés des métropoles des nomes, les ἐπιτηρηταί désignés dans les postes de douane des villages de Bakchias et de Soknopaiou Nesos dans le nome Arsinoïte étaient chargés de tenir des registres inventoriant les passages à la douane et les montants encaissés pour une taxe donnée, qui étaient finalement remis aux autorités fiscales du nome, le stratège notamment. Financièrement responsables des sommes déclarées à l’État, les ἐπιτηρηταί supervisaient également le transfert matériel des sommes dans les banques publiques, qui était réalisé à l’aide de trésoriers nommés ἀραβοτοξόται. Ces derniers avaient également un certain pouvoir de supervision et de surveillance des activités des ἐπιτηρηταί, qu’ils assuraient par la vérification des écritures comptables des ἐπιτηρηταί. Les compétences réservées aux ἐπιτηρηταί actifs à Thèbes et à Syène-Éléphantine étaient en revanche plus variées. Ces derniers apparaissent en effet comme les autorités responsables de perception des taxes douanières, peut-être en raison d’une vacance temporaire de fermiers, et de ce fait intervenaient dans l’émission de quittances destinées aux contribuables. Des comptes inventoriant les montants encaissés pour la taxe du cinquantième étaient rédigés en leur nom et sous leur autorité ; ces documents constituant peut-être le symétrique des comptes des ἐπιτηρηταί attestés dans le nome Arsinoïte vers la même époque. On ne sait par quels dispositifs ces sommes étaient finalement reversées à l’État et si des acteurs chargés de la trésorerie assuraient leur transfert dans les banques publiques. Recrutés pour la plupart parmi les milieux grecs et romanisés de Thèbes et Syène-Éléphantine, les ἐπιτηρηταί pouvaient être organisés en collèges. L’organisation de la supervision fiscale des activités douanières dans le désert Oriental semble avoir été mise en place à une époque antérieure, au plus tard au milieu du ier siècle apr. J.-C. Les inscriptions et ostraca qui en témoignent font état de l’adoption d’un titre spécifique dans cette région, celui de παραλημπτής, « percepteur ». Entre le ier et le iie siècle, des παραλημπταί furent affectés à des bureaux chargés d’inspecter les marchandises importées via Myos Hormos et Bérénice, d’en estimer la valeur et, probablement, de rédiger des documents comptables permettant de superviser l’établissement de l’impôt du quart. Le παραλημπτής officiant à Coptos aurait, pour sa part, supervisé les activités de calcul de l’impôt pour les marchandises importées et pour celles qui étaient en revanche destinées à une exportation. À leur côté officiaient des secrétaires, γραμματεῖς, recrutés parmi les milieux libres et affranchis grecs de Coptos. Le système de supervision publique des douanes était complété par des corps de garde ou par des détachements de l’armée assurant la sécurité des gouvernés et des revenus de l’État. Les solutions envisagées variaient selon les régions et s’appuyaient aussi sur les réalités préromaines du contrôle du territoire. En cela, la garde du désert (ἐρημοφυλακία), particulièrement développée dans le nome Arsinoïte, s’inscrivait dans la continuité de la période lagide, sinon dans le statut policier des ἐρημοφύλακες, du moins dans leur fonction de contrôle et de maintien de la sécurité aux portes d’entrée des villages, où l’on pouvait trouver des postes de douane, comme dans le nome Arsinoïte notamment. Associés parfois à des δεκανοί dans l’exercice de leurs fonctions, les gardes du désert doivent être dissociés de l’organisation douanière du district et relevaient, selon nous, de la sphère publique, qui en assurait le recrutement et la rémunération. Les fonctions des gardes du désert pouvaient varier selon les régions et c’est ainsi que les ἐρημοφύλακες du nome Oxyrhynchite, tout en portant le même titre que leurs homologues actifs au postes de douane de l’Arsinoïte, assuraient des missions différentes qui n’ont pas de rapports affichés avec les contrôles douaniers ; cette remarque peut être élargie aux δεκανοί, qui dans l’Arsinoïte patrouillaient aux postes de douane, mais qui dans les praesidia du désert Oriental et en Thébaïde intégraient les réseaux de transport caravanier. De même que dans le contrôle des voies de communication terrestres, les autorités romaines conservèrent le corps de garde fluvial, nommé ποταμοφυλακία, institué au iie siècle av. J.-C. par les Lagides pour la sécurisation des circulations fluviales. Financé par une taxe spécifique, l’impôt de répartition pour la garde du fleuve, attestée dans les nomes Arsinoïte, Péri-Thèbes et Éléphantine, le corps de la garde du fleuve n’avait pas vocation à intervenir dans les procédures de contrôle douanier qui, comme nous l’avons amplement vu, se déroulaient essentiellement dans un contexte terrestre. C’est pour ces raisons que les témoignages littéraires faisant état d’interactions entre contrôles douaniers et contrôles policiers dans les localités de Schédia et peut-être aussi de Thèbes et Hermopolis doivent être reconsidérés et ne peuvent pas être généralisés à l’ensemble de la province. La place effective des contrôles douaniers dans les transports fluviaux semble d’ailleurs limitée aux opérations de vérification des documents émis et authentifiés par les douanes terrestres.

5À l’issue de cette étude, nous pouvons donc remarquer que l’organisation de la fiscalité douanière dans le territoire provincial répondait à des réalités régionales spécifiques, de nature économique, liée donc aux flux d’hommes et de marchandises, de nature territoriale, liée aux axes de communications aménagées et à leur entretien, de nature administrative, liée aux modes et aux acteurs de l’encadrement établis dans un district donné. Dans chacune des régions étudiées, le nome Arsinoïte dans la Vallée, les nomes Péri-Thèbes, Pathyrite et Éléphantine en Haute-Égypte, la portion méridionale du désert Oriental, on constate cependant que la géographie fiscale des douanes ne recoupait que partiellement la géographie fiscale et administrative traditionnelle et qu’elle est révélatrice d’espaces fiscaux différents, qui reflètent les mouvements des biens et des personnes à une époque donnée. Ainsi, si la ferme de la taxe du centième et du cinquantième, concernant de nombreux villages du nome Arsinoïte, relevait en dernière instance du fermier général du nome, le νομάρχης, celle de la taxe de la douane de Memphis concernait une échelle administrative et territoriale plus large, s’étendant à l’épistratégie de l’Heptanomie, encadrant donc des connexions terrestres plus larges qui avaient pour épicentre le nome Arsinoïte. Bien plus complexe, en revanche, était la géographie de la taxe de garde du désert, qui, selon les époques, pouvait concerner des nomes du Delta occidental, les territoires côtiers situés à l’ouest d’Alexandrie et les régions désertiques occidentales, franchissant les limites territoriales de la province. La géographie fiscale des douanes du désert Oriental s’inscrivait, pour sa part, dans un contexte administratif spécifique, fortement militarisé. En son sein s’étaient organisés deux types symétriques de fiscalité douanière, dont l’un, qui frappait les exportations, convergeait depuis Coptos vers Bérénice (et peut-être Myos Hormos), tandis que l’autre concernait les importations depuis les ports de Myos Hormos et Bérénice et convergeait vers Coptos. Cela dit, la ferme de l’ἀραβαρχία de Coptos pouvait dépasser les limites administratives locales et s’élargir à la capitale provinciale, Alexandrie, où la taxe du quart frappant les exportations à l’extérieur de la province était, de fait, prélevée. L’organisation de la ferme douanière de Thébaïde avait comme centres administratif et fiscal les métropoles de Hermonthis, dans le nome Pathyrithe, de Thèbes, dans le nome Péri-Thèbes et de Syène-Éléphantine dans le nome Éléphantine. Il est difficile de dire si la géographie fiscale de ces douanes investissait d’autres centres urbains et s’étendait jusqu’à leurs districts respectifs. En effet, sur ce point précis, les données papyrologiques peuvent être difficilement conciliées avec celles transmises par Strabon, qui atteste la présence d’un bureau douanier (τελώνιον) au sud de Cynopolis, dans le nome Hermopolite, et dont la fonction aurait été d’encadrer les trafics qui franchissaient l’épistratégie de la Thébaïde. Cela dit, le témoignage du géographe augustéen n’en demeure pas moins instructif, dans la mesure où il suggère l’installation, dans un territoire relevant de l’épistratégie de l’Heptanomie, d’un bureau douanier chargé d’encadrer les trafics sortant de l’épistratégie de la Thébaïde. Là encore donc, la géographie fiscale des douanes franchirait les limites territoriales des nomes et des épistratégies.

6À l’absence d’uniformité territoriale dans l’implantation des bureaux douaniers correspond l’absence d’uniformité des formulaires et des typologies documentaires qui sont quant à eux révélateurs de pratiques différentes dans la constitution et la conservation de l’information fiscale. En ce sens, le développement de techniques spécifiques dans la production de l’information fiscale des douanes, dans leur conservation et, enfin, dans leur transmission semble avoir concerné de manière massive le nome Arsinoïte entre la fin du ier et le début du iie siècle apr. J.-C. Comme nous l’avons vu plus haut, les caractéristiques du vocabulaire fiscal, sa connotation spécifiquement douanière ainsi que l’affirmation d’un formulaire unique pour toutes les taxes prélevées dans le district laissent bien penser en ce cas au développement, au sein des bureaux des villages, de compétences techniques propres aux écritures fiscales des douanes. Il est très probable que ce processus ait été déterminé, voire accéléré, par une présence accrue de l’État dans les pratiques d’enregistrement des impôts douaniers et qui s’affichait tant par les marques de contrôle apposées aux documents que par la présence de superviseurs publics. Il est vraisemblable que le stock d’informations constitué par les personnels douaniers, puis mis à la disposition des fonctionnaires publics présents sur le terrain, relatif aux pratiques des prélèvements et de leur enregistrement, ait contribué à la prise de décision politique. Nous songeons plus particulièrement à l’édit du préfet datant de 133 au plus tard et visant à limiter les abus des douaniers et des contribuables, abus qui devaient consister aussi dans des modifications frauduleuses des quittances et dans la falsification des registres. Cette mesure s’avère concomitante avec l’introduction et la généralisation des marques d’authentification des quittances douanières, et de l’institution de superviseurs publics pour le contrôle des écritures comptables. Cette interaction entre prise de décision politique et connaissance des stocks d’information produits se fait cependant de manière ponctuelle et non pas systématique et semble avoir concerné plus particulièrement la région de l’Arsinoïte. C’est dès lors le caractère empirique de la prise de décision politique qui émerge et qui témoigne dans le même temps de la capacité de réponse et d’adéquation des pouvoirs publics à des exigences fiscales et administratives conjoncturelles.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.