Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Troisième partie. La supervision publique des contrôles douaniers

p. 89-113


Texte intégral

1Les indices d’une présence de l’État dans les pratiques du contrôle douanier ne se limitent pas aux pratiques de la production documentaire ou bien aux modalités de recrutement des responsables de la ferme. Suivant des développements variables selon les régions, entre le milieu du ier siècle et le début du iie siècle, la présence publique se concrétisa par la désignation de fonctionnaires chargés d’assurer la supervision des contrôles douaniers, tant d’un point de vue strictement fiscal et financier, que d’un point de vue policier et militaire et, plus généralement, territorial.

Les superviseurs fiscaux

2Les superviseurs préposés aux contrôles des obligations financières que les douaniers avaient contractées avec l’État portaient le titre d’ὁ ἐπιτηρητής, οἱ ἐπιτηρηταί, suivi du génitif du toponyme de la douane et/ou du nom de la taxe concernée. Nom d’agent formé sur le verbe τηρέω, le titre d’ἐπιτηρητής est attesté uniquement dans la documentation papyrologique d’époque romaine, dans le domaine de la fiscalité directe et indirecte1. Les comptes et les registres sur papyrus et ostraca ainsi qu’une pétition permettent de préciser les fonctions des ἐπιτηρηταί, les milieux sociaux d’appartenance et leur place au sein de l’organisation de la perception douanière.

3Dans l’Arsinoïte comme dans la Haute-Égypte, les ἐπιτηρηταί affectés aux douanes étaient chargés de vérifier que les douaniers déclarent les sommes effectivement perçues dont ils étaient redevables envers l’État. Ces supervisions se faisaient au moyen du contrôle de la production documentaire des personnels douaniers et de la rédaction de registres adressés aux autorités nomiques, ainsi que le suggère le prescrit d’un registre de Bakchias, daté de 114. Ici, l’ἐπιτηρητής Chairas fils de Chairemon adressait le registre au stratège de la μερίς d’Hérakleidès du nome Arsinoïte, dont relevait d’un point de vue administratif le poste de douane de Bakchias2. Il devait en aller de même pour le registre, conservé fragmentaire, concernant la πύλη de Soknopaiou Nesos, rédigé sous la responsabilité de l’ἐπιτηρητής Pabous fils de Satabous dans une année non précisée du iie siècle3. Dans ces registres, les ἐπιτηρηταί précisaient toutes les informations relatives aux dates et aux jours des paiements, à l’identité des payeurs, à la nature de la transaction et des biens taxés ainsi qu’aux montants encaissés. Les données conservées dans les registres que nous pouvons assurément attribuer aux ἐπιτηρηταί laissent penser que ces personnels de supervision avaient un accès régulier aux écrits produits par les douaniers. Il devait s’agir de comptes rédigés avec une fréquence journalière, hebdomadaire et mensuelle, dans lesquels on reportait le contenu des quittances livrées. En effet, les rubriques des registres conservés suivaient de manière presque systématique l’ordre selon lequel étaient notifiées les informations dans les laissez-passer sans prescrit épistolaire et dans les quittances en forme objective. Cela suggère que le report des informations pouvait se faire soit en annotant ces informations au moment de la rédaction de la quittance, soit en recopiant le contenu des quittances, dont un exemplaire restait en la possession du bureau douanier4. La présence de scribes professionnels était requise, peut-être de façon systématique, pour la rédaction des registres que les ἐπιτηρηταί adressaient aux fonctionnaires nomiques ; elle l’était moins peut-être lors des contrôles réguliers que les ἐπιτηρηταί étaient censés assurer dans les bureaux douaniers. Ainsi, dans la pétition adressée à l’épistratège de l’Arsinoïte par un ἀραβοτοξότης dénonçant les violences subies par un superviseur de la douane de Soknopaiou Nesos, il est question d’un ἀντί[γρα]/φον (…) ἰδι[ογ]ραφιων /ἀναγραφίων τῶν διὰ τῆς πύλης εἰσαχθέντων /[κ]αὶ ἐξαχθ[έντων, « une copie des listes autographes des importations et des exportations (taxées) par l’intermédiaire du bureau douanier » de Soknopaiou Nesos5. Le mot ἀναγράφιον est un hapax ; il avait été préféré au plus courant ὁ λόγος6. Qualifié par l’adjectif ἰδιόγραφον, il désignait ici les listes autographes qu’un dénommé Harpagathes avait rédigées de façon frauduleuse. Cet individu n’avait pas agi seul, il était associé à Polydeukes qui, au moment du déroulement des faits, revêtait pour la quatrième fois la charge de superviseur de la douane de Soknopaiou Nesos7. Des excerpta des listes prises de la main de l’ἐπιτηρητής Harpagathes étaient jointes à la pétition pour prouver le bien-fondé des propos de l’ἀραβοτοξότης8 . Elles contenaient les informations suivantes : dates de passage, identité des payeurs, types et quantités des marchandises taxées, moyens de transport employés ; les montants acquittés faisaient en revanche défaut. Ce texte montre deux faits : d’une part, que les superviseurs faisaient régulièrement un suivi écrit des mouvements des gens passant par la douane, que l’on se doit de distinguer des registres finalement consignés aux fonctionnaires nomiques qui eux comprenaient les montants perçus ; d’autre part, que les ἐπιτηρηταί devaient officier près des lieux où se faisaient les contrôles des marchandises que l’on taxait. Les registres idiographes devaient servir à l’ἐπιτηρητής dans l’exercice de ses tâches, notamment pour la rédaction des registres adressés aux autorités nomiques. Dans les registres remis aux stratèges, les ἐπιτηρηταί déclaraient également avoir assuré l’organisation du transfert matériel des recettes douanières aux banques publiques du nome Arsinoïte, qu’ils confiaient à des ἀραβοτοξόται.

4Les ἐπιτηρηταί de la πεντηκοστή et leurs collaborateurs actifs à Thèbes, Hermonthis et Syène-Éléphantine avaient des fonctions plus variées que leurs homologues de l’Arsinoïte. Ils étaient en premier lieu chargés de collecter les impôts douaniers prélevés au titre de la πεντηκοστή, à Thèbes et à Hermonthis, et de la πεντηκοστὴ λιμένος Σοήνης à Syène-Éléphantine. Les ostraca conservés, au nombre de sept, sont précisément datés et prouvent que des ἐπιτηρηταί officiaient à Hermonthis dès 114, à Thèbes dès 197 et à Éléphantine dès 144 ; il est possible qu’ils avaient été institués dans les trois localités à la même époque, i.e. dans le premier quart du iie siècle, ce qui correspond à la chronologie des premières attestations d’ἐπιτηρηταί de l’Arsinoïte. Ils assuraient ici les fonctions traditionnellement attribuées aux douaniers, aux τελῶναι que nous avons vu actifs dans ces mêmes localités dès le milieu du ier siècle9. Pour ces raisons il ne nous est pas aisé de définir la nature des comptes rédigés au nom des ἐπιτηρηταί actifs à Thèbes entre 172 et 19310. Plusieurs éléments laissent en effet penser que ces comptes peuvent être rapprochés davantage des comptes des personnels douaniers que de ceux des ἐπιτηρηταί de l’Arsinoïte. Il s’agit de l’intitulé des documents, qui pourrait se référer aux ἐπιτηρηταί collecteurs aussi bien qu’aux ἐπιτηρηταί superviseurs et de la présence d’un personnel, dont la fonction n’est pas explicitée, préposé à signer/valider les comptes ainsi émis11. Quant au rôle des ἐπιτηρηταί de la Haute-Égypte dans l’organisation des transferts des recettes fiscales au bénéfice de l’État, nous ne disposons d’aucune information.

5Les milieux de recrutement des ἐπιτηρηταί étaient assez diversifiés d’un point de vue ethnique ; ils devaient l’être moins d’un point de vue censitaire, étant donné les fonctions qui leur étaient reconnues par l’État. Le recensement des données onomastiques illustre en effet que dans l’Arsinoïte comme en Haute-Égypte des Grecs, des Égyptiens, des citoyens romains, des Éthiopiens pouvaient assurer ces fonctions. Ainsi, des quatre ἐπιτηρηταί connus de l’Arsinoïte, deux portaient des noms et des patronymes grecs, Chairas fils de Chairemon et Polydeukes, le premier étant assurément un habitant de la métropole du nome Arsinoïte ; tandis que les deux autres affichaient clairement une identité égyptienne par des idionymes assez rares et propres au nome Arsinoïte, tel Pabous fils de Pataboutis et Harpagathes12. Plus variée était en revanche la composition ethnique des ἐπιτηρηταί de la Haute-Égypte. Si à Syène-Éléphantine des citoyens romains, tel Nemonius Longus, officiaient aux côtés de gens issus de milieux égyptiens, tel un dénommé Pekesis, les milieux grecs dominaient dans la Thèbes romaine13. Nous connaissons cinq des ἐπιτηρηταί ayant officié en qualité de collecteurs de la πεντηκοστή thébaïne et ayant émis des comptes entre 172 et 197. Tous portaient des noms grecs très répandus en Égypte tel Apollonios, ou de tradition macédonienne, tel Alexandros fils d’Alexandros, ou bien encore des patronymes grecs typiques de la région Thébaine, tel Apollonios fils de Tauros. On enregistre enfin le cas d’un Égyptien portant un préfixe latin, en l’occurrence Titianus, attesté cent une fois et presque exclusivement dans la région thébaïne, souvent employé comme simple idionyme ou cognomen14. Le seul ἐπιτηρητής connu d’Hermonthis affichait pour sa part une identité égyptienne, par l’idionyme Psenmonthes, et peut-être des origines éthiopiennes, par le patronyme Pekysis15.

6Les ἐπιτηρηταί étaient nommés pour un an et pouvaient être désignés à plusieurs reprises ainsi que le suggèrent les ostraca se référant à Nemonius Longus, ἐπιτηρητής de la πεντηκοστὴ λιμένος Σοήνης en 144 et peut-être en 138, et un passage de la pétition de l’ἀραβοτοξότης de Soknopaiou Nesos que nous avons évoquée plus haut. Dans ce passage, le plaignant dénonçait la nomination à ἐπιτηρητής du grec Polydeukes pour la quatrième année contrairement à ce qui était prescrit. Il est impossible de savoir si la dénonciation portait simplement sur le nombre d’années ou sur le fait qu’aucune interruption n’avait eu lieu entre un mandat et l’autre16. Au même titre que les ἐπιτηρηταί affectés à d’autres domaines de la fiscalité, les superviseurs des douanes étaient organisés en collèges, dans l’Arsinoïte et en Haute-Égypte17. Cela dit, le fait que deux registres avaient été remis aux autorités publiques sous la responsabilité d’un seul ἐπιτηρητής montre que cette organisation était susceptible de varier tantôt en raison de la disponibilité effective d’ἐπιτηρηταί, tantôt peut-être en raison de la capacité financière de la personne recrutée, comme cela aurait pu être le cas du métropolitain de l’Arsinoïte Chairas, fils de Chairemon.

7En effet, en raison du rôle qui leur était conféré dans le contrôle des recettes fiscales, les ἐπιτηρηταί étaient financièrement responsables vis-à-vis de l’État des éventuelles incohérences constatées dans les registres remis. Ainsi, l’ἐπιτηρητής de la douane de Bakchias certifiait dans un serment écrit au nom de l’empereur l’exactitude des montants déclarés et se disait passible de saisie (ἔνοχος) en cas de fausse déclaration18. C’est notamment de la dénonciation des tentatives de fraude par les ἐπιτηρηταί qu’était né le contentieux opposant ces derniers et l’ἀραβοτοξότης Pabous fils de Stotoetis, qui avait finalement porté l’affaire à l’attention de l’épistratège19. Ce dernier était très probablement le fonctionnaire responsable des poursuites dans les affaires de police impliquant des ἐπιτηρηταί et un ἀραβοτοξότης tandis que le stratège devait être responsable des poursuites en cas de défaillances financières qui auraient porté atteinte au trésor public. Il est probable, mais difficilement démontrable, qu’une organisation similaire s’appliquait également aux ἐπιτηρηταί de Syène-Éléphantine, Thèbes et Hermonthis.

8Au nombre des personnels de supervision des activités douanières dans le domaine des écritures fiscales et, plus généralement, financier nous avons intégré les hommes désignés par le nom de fonction ἀραβοτοξότης. Le mot résulte de la juxtaposition de l’ethnique (ou toponyme) Ἄραβος et du nom d’agent désignant l’archer, τοξότης et est traduit par « archer arabe20 ». Il compte vingt-six attestations dans les papyrus, dont deux seulement d’époque lagide ; toutes se réfèrent aux nomes Arsinoïte et Hérakélopolite21. Des vingt-quatre documents d’époque romaine, cinq concernent les ἀραβοτοξόται employés dans les douanes et la plupart datent des années 113-11422. Comme nous l’avons évoqué plus haut, deux registres prouvent que les ἀραβοτοξόται étaient chargés du transfert matériel des sommes encaissées au bénéfice des banques publiques. Il en est ainsi pour les revenus des πύλαι de Bakchias, Soknopaiou Nesos et Kainê, les deux premiers documentés dans les registres, la dernière évoquée dans deux quittances émises par la banque où l’argent avait été déposé23. Un seul registre, non précisément daté et assez fragmentaire, fait état de l’emploi du seul verbe διαγράφω pour désigner l’acte du paiement des revenus douaniers auprès d’une banque publique, tandis que dans les autres documents conservés il est question d’un transfert (διαπέμπω) par l’intermédiaire (διά) des ἀραβοτοξόται. La pétition de l’ἀραβοτοξότης Pabous fils de Stotoetis permet pour sa part de préciser les fonctions de ce personnel dans le domaine du contrôle des écritures comptables et de l’argent encaissé. En effet, la mésaventure de l’ἀραβοτοξότης Pabous avait commencé lorsqu’il avait décidé de dénoncer les agissements des ἐπιτηρηταί qui soustrayaient de l’argent des recettes douanières dues à l’État. Ils faussaient les registres, en inventoriant dans leurs copies personnelles des transports qu’ils ne reportaient pas dans les registres officiels finalement remis aux autorités publiques. Pabous aurait été poursuivi et battu afin qu’il ne remette pas les copies idiographes des ἐπιτηρηταί de la douane aux ἐπιτηρηταί de la nomarchie de l’Arsinoïte24. Cela suggère que les ἀραβοτοξόται avaient accès aux documents comptables inventoriant les recettes des douanes et qu’ils avaient peut-être un certain droit de vérification quant à la conduite des superviseurs qui y officiaient.

9Les modalités de leur recrutement demeurent très obscures. Tout au plus pouvons-nous envisager une implication du stratège (et/ou de l’épistratège) et supposer des procédures proches de celles mises en œuvre pour la désignation des ἐπιτηρηταί, fondées donc sur les listes du recensement. On soulignera que les milieux de recrutement des ἀραβοτοξόται étaient civils et, dans une moindre mesure, militaires. Dans un cas assuré, on sait que les personnels des sanctuaires pouvaient revêtir la charge d’ἀραβοτοξότης ; il s’agit de Pabous fils de Stotoetis, petit-fils de Panemieus qui évoquait son statut de ἱερεύς du village de Soknopaiou Nesos dans la pétition adressée à l’épistratège en 13925. Les autres ἀραβοτοξόται attestés étaient issus de milieux grecs et égyptiens et il est probable que, comme dans le cas de Pabous, le recrutement se fît localement26. Les ἀραβοτοξόται étaient rémunérés par le trésor public. Leurs salaires étaient en effet soustraits des recettes douanières. Ils étaient déclarés dans les registres remis par les ἐπιτηρηταί aux côtés de la période au titre de laquelle le salaire était versé, le plus souvent un mois. Les deux seuls montants attestés à ce jour s’équivalent : un ἀραβοτοξότης percevait ainsi au début du iie siècle un salaire de seize drachmes par mois27.

10Ces éléments amènent, nous semble-t-il, à reconsidérer la nature de la fonction d’ἀραβοτοξότης tout comme l’étendue géographique de la charge, qui était de toute évidence circonscrite au nome Arsinoïte, malgré la connotation géographique que le mot paraît contenir28. Impliqués davantage dans le domaine des contrôles fiscaux, ils n’étaient pas investis de fonctions militaires ou policières, si ce n’est à une époque beaucoup plus tardive, où ils furent appelés, avec des gardes, à exécuter un ordre d’arrestation29. De ce fait, nous aurions tendance à les rapprocher de trésoriers qui officiaient aux côtés des ἐπιτηρηταί plutôt que des corps de police rattachés aux douanes.

11Des personnels agissant en qualité de superviseurs des activités douanières, représentant dans les postes de douane les autorités publiques, sont également attestés pour les régions orientales de l’Égypte où transitaient les marchandises importées depuis l’Inde ou l’Arabie ou bien provenant de la Vallée et destinées soit à une exportation, soit à une redistribution locale.

12Situés à un niveau hiérarchique comparable à celui des ἐπιτηρηταί, des παραλημπταί, « percepteurs », officiaient dans le principal poste douanier de la Haute-Égypte, Coptos, et dans les ports de Myos Hormos et Bérénice. Comme le titre de παραλημπτής le suggère30, ces personnels intervenaient dans le cadre d’opérations fiscales ayant trait à l’établissement des impôts frappant différents types de produits importés en Égypte par les ports de la mer Rouge31. C’est ce qu’indiquent d’une part, les données toponymiques venant compléter les titulatures de παραλημπτὴς Βερενίκης, « percepteur de Bérénice » et παραλημπτὴς Ἐρύθρας θαλάσσης, « percepteur de la mer Érythrée »32, et, d’autre part, à défaut de compléments toponymiques dans les titulatures, les lieux d’invention des documents, à savoir Myos Hormos et Coptos33. R. Ast et R. S. Bagnall ont récemment soutenu qu’à ces fonctionnaires revenait la tâche de produire des documents nécessaires aux autorités publiques afin de surperviser les prélèvements douaniers et la circulation des marchandises entre les ports de déchargement, Myos Hormos et Bérénice, et le poste de douane de Coptos, où la taxe connue sous le nom de la « (taxe du) quart » était calculée34. Les données onomastiques conservées illustrent que le recrutement des παραλημπταί se faisait au sein des milieux grecs et romains des métropoles égyptiennes. Ainsi, le premier παραλημπτής connu, officiant dans les années 60 du ier siècle, Apollonios fils de Ptolemaios, stratège du nome Ombite et des régions de Syène et de Philae, était issu des milieux grecs alexandrins ; cinq ans plus tard il obtint la citoyenneté romaine. Claudius Chrysermos, stratège et παραλημπτής à Coptos en 103, affichait par ses duo nomina l’appartenance aux élites romanisées de Coptos. Avitus, παραλημπτής (et probablement stratège) officiant à Myos Hormos en 108 ainsi que Gaius Iulius Faustinus, παραλημπτής de Bérénice en 112 appartenaient eux aussi aux milieux romanisés d’Égypte35.

13Des secrétaires, γραμματεῖς, étaient affectés aux bureaux des παραλημπταί officiant à Bérénice ; on peut raisonnablement supposer que des homologues s’y trouvaient également dans les bureaux de Coptos et de Myos Hormos. Il n’est pas aisé de déterminer les milieux sociaux dont étaient issus ces γραμματεῖς. L’un, Eirenaios fils d’Harpochration, présentait un idyonime extrêmement rare en Égypte et un patronyme que l’on aurait tendance à rapprocher de milieux égyptiens36 ; l’autre, Gaius Iulius Eucharistos, aux côtés des duo nomina impériaux, affichait un cognomen tout aussi rare en Égypte ; il n’est pas impossible qu’il fût l’affranchi du παραλημπτής Gaius Iulius Faustinus, auquel il offrait l’inscription retrouvée et une statue37. Si les personnels affectés aux localités portuaires de la mer Rouge étaient davantage concernés par les contrôles et la production d’écritures fiscales relatives aux marchandises importées en Égypte et destinées à y transiter, le παραλημπτής présent à Coptos devait très probablement être chargé aussi des produits transportés vers les ports de la mer Rouge, qu’il s’agisse d’un commerce local ou extérieur à la province.

Entre police et armée : ἐρημοφύλακες, δεκανοί et ποταμοφύλακες

14Les dispositifs de supervision publique dans les domaines fiscal et financier étaient associés à d’autres formes d’encadrement visant à assurer la sécurité des opérations de contrôle et des trafics transitant par les postes de douane. Il s’agissait de corps de garde, nommés ἐρημοφύλακες et δεκανοί, déployés dans les différents postes douaniers du nome Arsinoïte. En revanche, les fonctions des ποταμοφύλακες, corps de garde fluviale, dans le contexte des douanes, sont plus difficiles à cerner38.

15Les ἐρημοφύλακες sont mentionnés dans huit documents se rapportant aux douanes, à savoir six laissez-passer épistolaires, une quittance de δημόσιον ὄνου et une requête pour le paiement de la taxe de capitation, la λαογραφία39 . Tous proviennent du nome Arsinoïte, notamment des villages de Soknopaiou Nesos et de Philadelphie ; un seul document laisserait penser à une provenance de la Basse-Égypte, notamment des nomes Prosopite et Letopolite. Ils se répartissent de façon plutôt inégale sur la période étudiée, sept documents datant du ier siècle et un seul du début du iiie siècle. Dans les laissez-passer, ils étaient mentionnés comme destinataires des quittances émises par les préposés à la douane et par les χειρισταί. Ces documents faisant état des contrôles que les πρὸς τῇ πύλῃ avaient effectués sur les payeurs, on est en droit de supposer que les ἐρημοφύλακες devaient autoriser le passage de ces derniers par la porte du village de Soknopaiou Nesos. Dans deux de ces laissez-passer, ils étaient associés à des δεκανοί, bien attestés dans les ostraca de Didymoi, du mons Claudianus et de Thèbes40. Les ἐρημοφύλακες qui officiaient à la πύλη de Soknopaiou Nesos entre l’année 18 et la fin du ier siècle n’étaient pas impliqués dans la production documentaire mais s’assuraient simplement que les gens transitant par la πύλη du village avaient passé les contrôles obligatoires.

16Un document datant de 98, de provenance inconnue, montre que trois ἐρημοφύλακες, se nommant Ision, Patermouthis, Didymion et provenant des nomes Prosopite et Letopolite, avaient rédigé une quittance pour la réception d’un δημόσιον ὄνου, « (contribution) publique au titre d’un âne (?) »41. Le groupe nominal δημόσιον ὄνου est un hapax dans les papyrus et a été interprété comme un paiement fait au titre d’une taxe douanière, dont le nom et le montant feraient défaut. Cette hypothèse a été proposée sur la base d’une comparaison avec les quittances émises par les fermiers de l’ἐρημοφυλακία καὶ παρόδιον entre 154 et 198 au titre du σύμβολον καμήλου, le reçu autorisant les chameaux à parcourir les routes caravanières entre les nomes du Delta occidental et le village de Soknopaiou Nesos. D’autre part, le prélèvement de la taxe de l’ἐρημοφυλακία sur les marchandises et les bêtes de somme transitant par le nome Arsinoïte à la même époque aurait justifié un tel type de prélèvement. Pour expliquer le fait inhabituel que des ἐρημοφύλακες aient été les auteurs d’une quittance, on a supposé l’absence du personnel qui était d’ordinaire préposé à ces tâches, à savoir des scribes et/ou des assistants agissant au nom des fermiers de l’ἐρημοφυλακία καὶ παρόδιον des nomes Prosopite, Letopolite, de Libye, de Mareotis et d’autres nomes42. Cela ne résout cependant pas un certain nombre de problèmes qui avaient été déjà en partie soulevés par P. J. Sijpesteijn, liés notamment à l’absence de parallèles de l’expression δημόσιον ὄνου. Plusieurs éléments sont en effet discordants avec les documents douaniers connus. Tout d’abord, le formulaire du prescrit épistolaire présente un titre méconnu pour des ἐρημοφύλακες. Ces derniers étaient en effet toujours identifiés par le village d’affectation, tant dans l’Arsinoïte que dans l’Oxyrhynchite, et non pas par les nomes, comme dans la quittance de 98. Cette formule se rapproche en fait davantage de celles employées par les fermiers de l’ἐρημοφυλακία καὶ παρόδιον des nomes Prosopite et Letopolite. La deuxième partie de la quittance trouve pour sa part beaucoup de parallèles dans les documents fiscaux, qui relevaient de l’administration fiscale ou bien que des particuliers échangeaient pour le paiement de loyers, pour des restitutions de prêts. Elle ne trouve pas de parallèles dans les quittances émises au titre d’impôts douaniers, dont on soulignera qu’il n’est pas fait mention explicite dans le corps de la quittance43. Il nous semble par conséquent que les données textuelles empêchent de considérer ce texte comme une quittance douanière, que la simple présence d’ἐρημοφύλακες ne peut pas justifier, à moins de considérer que ces variations de formulaires s’expliquent parce que les ἐρημοφύλακες auteurs de la quittance étaient peu à l’aise avec ces documents.

17La requête relative au paiement de la taxe de capitation (λαογραφία) pour des ἐρημοφύλακες prouve pour sa part qu’en 222 des ἐρημοφύλακες stationnaient au poste de douane de Philadelphie et qu’ils étaient redevables de la taxe de capitation au même titre que les autres provinciaux. Il est probable que des ἐρημοφύλακες stationnaient également près de la πύλη de Tebtynis au sud de nome Arsinoïte, ainsi que les « billets adressés aux ἐρημοφύλακες » découverts dans ce secteur de la ville semblent le suggérer44. On relèvera que les lieux de stationnement des ἐρημοφύλακες étaient situés aux limites territoriales des μερίδες de Themistos (Soknopaiou Nesos), Hérakleidès (Philadelphie) et Polemon (Tebtynis), chacun des villages concernés étant le lieu de départ de routes et pistes désertiques assurant les communications entre le nome Arsinoïte d’une part, les nomes occidentaux du Delta et l’Oxyrhynchite de l’autre. Au ier siècle, d’autres ἐρημοφύλακες officiaient dans le nome Oxyrhynchite, notamment dans la métropole et dans les villages occidentaux de la toparchie méridionale45. Les documents qui les concernent montrent qu’ils étaient mobilisés pour assurer la sécurité des circulations terrestres et pour exécuter des ordres d’arrestation, tel un corps de police, et que dans ce contexte ils n’ont rien à voir avec un poste de douane quelconque du nome Oxyrhynchite46.

18En effet, ainsi que le montre l’histoire du composé ἐρημοφύλαξ dans le grec d’Égypte, les ἐρημοφύλακες étaient des gardes qu’il faut dissocier de la taxe de l’ἐρημοφυλακία et des corps de police proprement dits. Institués au iiie siècle av. J.-C., ils sont attestés uniquement dans le nome Arsinoïte où ils semblent avoir intégré, dès le milieu du iie siècle av. J.-C., les derniers rangs de la hiérarchie policière du nome, devancés par les φυλακίται et relevant de l’autorité de l’ἐπιστάτης φυλακίας ou de l’ἀρχιφυλακίτης47. Ces éléments, qui découlent probablement de l’institution assez tardive de la charge, se reflètent également dans le vocabulaire employé et notamment dans l’usage de φύλαξ au lieu de φυλακίτης au second terme du composé ἐρημοφύλαξ. L’affectation des ἐρημοφύλακες à des πύλαι douanières est pour sa part un phénomène tardif qui vint connoter des réalités du contrôle dans le nome Arsinoïte à l’époque romaine. Cela n’implique pas à notre avis que les ἐρημοφύλακες intégrèrent les personnels douaniers48.

19De fait, le trésor public, τὸ δημόσιον, était la source de financement pour les rémunérations des ἐρημοφύλακες et, plus généralement, pour l’entretien de la garde du désert. Deux documents évoquent les caisses et les fonctionnaires responsables du versement des salaires des gardes du désert. Le plus ancien, datant de 92, est une requête pour le paiement des salaires mensuels des ἐρημοφύλακες affectés aux villages occidentaux de la toparchie méridionale de l’Oxyrhynchite ; le prescrit de la requête étant en lacune, nous ne connaissons ni l’identité ni les fonctions des correspondants49. Il est probable, ainsi que les éditeurs le suggèrent, que les fonctionnaires concernés fussent le stratège du nome et le βασιλικòς γραμματεύς ; quant aux expéditeurs, on peut arguer que des membres du corps des gardes du désert agissaient ici en qualité de représentants des ἐρημοφύλακες mentionnés, à l’instar de la requête de 222 faite par trois des vingt-cinq ἐρημοφύλακες affectés à la πύλη de Philadelphie50. Par l’expression ἐκ δημοσίου, les auteurs de la requête explicitaient que le montant des trente-deux salaires mensuels était prélevé sur le « trésor public » ; la source de financement dans le nome Oxyrhynchite était la μερισμός ἐρημοφυλακίας51. De la même manière, dans le nome Arsinoïte, le trésor public et non pas les caisses douanières, était chargé de couvrir les frais d’entretien des ἐρημοφύλακες affectés aux douanes, ainsi que le suggère le prescrit de la requête. La requête concernait le paiement de la λαογραφία pour l’année et était adressée à l’affranchi impérial Aurelius Phainos, assistant du procurateur impérial Aurelius Agathonikos. Elle illustre que les sommes nécessaires à l’entretien des gardes étaient prélevées sur les recettes de φόροι ἐρημοφυλακίας versés au bénéfice de la πύλη de Philadelphie. Il est probable que l’argent réservé à l’entretien des ἐρημοφύλακες fût comptabilisé dans des registres confectionnés par les ἐπιτηρηταί du poste de douane de Philadelphie responsables de la remise à l’État des revenus de l’ἐρημοφυλακία, à l’instar des salaires des ἀραβοτοξόται évoqués dans les registres de la douane de Bakchias ou de Soknopaiou Nesos au iie siècle52.

20La place des ἐρημοφύλακες dans la hiérarchie militaire ou policière de la province est difficile à établir, étant donné le défaut d’informations concernant leur statut et les modalités de leur recrutement. L’onomastique suggère pour sa part que les milieux égyptiens dominaient au sein des gardes du désert, mais la représentativité des données conservées est très limitée, en raison du nombre et de la chronologie des documents53. En nous fondant sur la nature des tâches qui leur incombaient dans les contrôles douaniers, dans le maintien de la sécurité des circulations terrestres et dans l’exécution des ordres d’arrestation, on peut affirmer que les ἐρημοφύλακες de l’Arsinoïte et de l’Oxyrhynchite intégraient le dispositif de contrôle du territoire s’articulant en stationes et en φυλακαί, corps de garde aux fonctions diversifiées, dont des parallèles se retrouvent en Thébaïde54. Cela ne suffit cependant pas à en faire des militaires, considérés comme un numerus, à l’instar des burgarii, ou moins certainement des σκοπελάριοι de la Thébaïde et du désert Oriental.

21Aux côtés des ἐρημοφύλακες stationnant à Soknopaiou Nesos au ier siècle officiaient également des δεκανοί55. Ils apparaissent dans deux laissez-passer des πρὸς τῇ πύλῃ, sont évoqués par leur seul nom de fonction (toujours au pluriel) et, d’après le formulaire employé, on aurait tendance à les situer au même niveau hiérarchique que les ἐρημοφύλακες. Comme ces derniers, ils devaient exécuter les instructions des πρὸς τῇ πύλῃ et surveiller les passages par la douane de Soknopaiou Nesos. Les parallèles les plus proches de nos textes se retrouvent dans les ostraca thébains, où des δεκανοί sont placés à la tête de groupes de gardes aux fonctions diversifiées (ἡμεροφύλακες, νυκτοφύλακες, σκοπελάριοι), mentionnés dans des listes ; R. Bagnall en faisait des civils recrutés pour des services de police locale56. Selon D. Hagerdon, cette hypothèse est contredite par le fait que dans les ostraca thébains, entre 69 et 114, des δεκανοί avaient acquitté les taxes κυνηγίδες et μερισμòς ἐρημοφυλακίας, ce qui a amené D. Hagerdon à rapprocher les δεκανία d’associations professionnelles. Plus récemment, H. Cuvigny a repris le dossier des δεκανοί/δεκανία égyptiens et plus particulièrement du désert Oriental, en montrant que les δεκανοί de Didymoi et de Bérénice appartenaient aux milieux professionnels des transporteurs et que les δεκανία de ces localités pourraient être rapprochées des décuries des collèges professionnels bien documentés dans l’Occident romain. L’apparition des δεκανία résulterait d’une réorganisation du système de transport caravanier dans le désert Oriental qui prit place dès 69, date de la première attestation d’une taxe sur une décanie57.

22Le dossier papyrologique des δεκανοί et des δεκανία de l’Arsinoïte se distingue de celui de la Thébaïde et du désert Oriental en raison du nombre bien moindre de documents et des typologies très variées des textes conservés58. Seize documents concernent le nome Arsinoïte, dont quatre datant du ier siècle, six du iie siècle, trois du iiie siècle et un du ive siècle59. L’étude diachronique des usages des mots δεκανός/δεκανία dans l’Arsinoïte montre que dans la première moitié du ier siècle des δεκανοί étaient affectés aux douanes et à l’escorte de personnages importants et qu’ils devaient surveiller la πενθημερία, période de cinq jours de travaux d’entretien des digues dont étaient redevables les habitants du nome Arsinoïte60. Trois documents attestent le prélèvement, dès 138, d’un impôt nommé δεκανικός, dont étaient redevables des pêcheurs et des gens ayant exploité des navires de pêche. À la même époque, des δεκανοί percevaient des paiements en blé et en argent61. Font presque complètement défaut en revanche les textes qui affichent une relation entre δεκανία et transport terrestre, si ce n’est un fragment de liste conservé sur le verso du P.Fay. 156, datant du iie siècle, dans lequel on précisait l’identité de personnes ayant fourni des ânes, au total vingt ânes, en clôturant cette partie de la liste par le mot δεκανία précédé par le chiffre huit. Trois listes, datant des iiie et ivesiècle, peuvent être enfin rapprochées des δεκανία thébaines, dont elles évoquent la structure. La chronologie des δεκανοί/δεκανία de l’Arsinoïte croise par certains aspects celle reconstituée par H. Cuvigny pour le désert Oriental. En effet, si les documents de δεκανοί des douanes laissent penser qu’on avait attribué à ces civils des fonctions policières/de surveillance, semblables à celles confiées aux δεκανοί d’époque lagide et en cela analogues aux fonctions des ἐρημοφύλακες, les documents du iie siècle témoignent pour leur part d’une évolution de la δεκανία proche de celle envisagée par H. Cuvigny pour les transporteurs de Didymoi et de Bérénice, à savoir une nouvelle forme d’encadrement des associations professionnelles impliquées dans le transport caravanier.

23Aux dispositifs de contrôle terrestre venait s’intégrer celui établi pour la surveillance des voies d’eau navigables, le Nil et ses ramifications naturelles et artificielles, à l’aide d’un corps de garde fluvial nommé ποταμοφυλακία62. Les rapports existants entre ce corps de garde et les contrôles douaniers sont difficiles à cerner, pour deux raisons. La première est que si des prélèvements douaniers spécifiques aux transports fluviaux furent effectués, ceux-ci n’ont laissé aucune trace dans la documentation, qui, comme nous l’avons vu, s’inscrit dans un contexte éminemment terrestre. La seconde est liée à la nature de notre documentation, très hétérogène et difficile à appréhender dans sa globalité.

24Les témoignages les plus explicites sont de nature littéraire ; il s’agit de l’auteur anonyme du Bellum Alexandrinum, de Strabon et de Flavius Josèphe. Le premier suggère qu’à la fin de l’époque lagide, des navires stationnaient aux embouchures du Nil pour assurer la sécurité des prélèvements douaniers. La fonction de surveillance que l’on avait attribuée à ces navires était exprimée par le syntagme « custodiae portorium exigendi causa » aux entrées maritimes de l’Égypte63. Ce témoignage peut être rapproché d’un passage de Flavius Josèphe qui, dans le second livre du contra Apion, faisait l’éloge de la confiance dont la communauté juive d’Alexandrie bénéficiait auprès des souverains lagides et, dès 30 av. J.-C., auprès des empereurs. Il apportait pour preuve le fait que les Juifs avaient conservé la tâche de la « fluminis custodia », la garde du fleuve, ce qui leur aurait assuré aussi un pouvoir de supervision sur toutes les voies d’accès à la province64. Si des navires préposés à la surveillance du Nil et des circulations fluviales continuèrent d’exister à l’époque romaine, rien ne prouve qu’ils aient exercé les mêmes fonctions et notamment qu’ils aient patrouillé aux postes de douane. Strabon, enfin, fait état de l’existence au barrage douanier de Schédia d’un « ναύσταθμον τῶν θαλαμηγῶν πλοίων », un port pour le stationnement de navires du type θαλαμηγός, qui étaient employés par les préfets d’Égypte pour remonter et inspecter le fleuve65. Un poste de garde méridional (κάτω φυλακή) est effectivement attesté à Schédia par un registre postal datant de 270 av. J.-C. et les nauclères étaient tenus de s’acquitter d’une taxe pour le service de garde66. Au même endroit se trouvait, selon Strabon, le poste de douane (τὸ τελώνιον) chargé des prélèvements douaniers sur les marchandises qui entraient et sortaient de la χώρα. Le géographe augustéen témoigne donc ici de la coexistence possible à Schédia d’institutions préposées à la sécurisation des circulations, de nature paramilitaire, et d’institutions fiscales pour les contrôles fiscaux. Il laisse ainsi ouverte l’hypothèse d’une interaction entre ces deux types de contrôles dans celui qui devint le véritable port d’entrée ou de sortie de la χώρα à l’époque romaine. La documentation papyrologique ne permet pas de corroborer les dires de Strabon, ni de les infirmer ; elle fournit tout de même des éléments de comparaison intéressants qui illustrent que les contrôles policiers sur le Nil, désignés sous le nom de ποταμοφυλακία, « garde du fleuve », dans les autres districts de la province ne concernaient pas les contrôles douaniers67.

25Corps de garde fluviale institué au iie siècle av. J.-C.68, la ποταμοφυλακία fut conservée pendant la domination romaine de l’Égypte et un impôt de répartition, la μερισμòς ποταμοφυλακίας69 , fut institué pour l’entretien de ce corps de garde, notamment pour les rémunérations destinées aux gardes du fleuves, les ποταμοφύλακες, et pour l’entretien des navires qui en desservaient les activités sur le Nil, les ποταμοφυλακίδες νῆες70. Le dossier papyrologique de la ποταμοφυλακία d’époque romaine se constitue d’ailleurs presque entièrement des quittances relatives au versement de l’impôt de répartition, à raison de cent neuf documents sur les cent treize textes d’époque romaine. Les lieux de prélèvement de ces impôts sont aussi ceux dans lesquels se trouvaient des bureaux douaniers : Soknopaiou Nesos, Bakchias et Tebtynis dans le nome Arsinoïte, Thèbes et Syène-Éléphantine dans la Haute-Égypte. Cependant, comme nous l’avons évoqué dans la première partie de cette étude, en aucun cas les quittances que les bureaux douaniers avaient émises ne concernaient des marchandises transportées par voie d’eau ; les prélèvements douaniers s’inscrivaient, nous l’avons vu, dans un contexte éminemment terrestre. À des considérations similaires amènent les documents qui montrent les « gardes du fleuve » d’époque romaine dans l’exercice de leurs fonctions, patrouillant sur le fleuve71, surveillant le transport du courrier officiel72 ou bien encore stationnant à Alexandrie73. Relevant dès le ier siècle apr. J.-C. de l’autorité du préfet de la flotte militaire d’Alexandrie, les gardes du fleuve constituaient un corps de garde non spécialisé, probablement recruté sur la base de besoins conjoncturels liés au maintien de la sécurité74 que nous nous devons de dissocier des contrôles douaniers, dont la protection était confiée à des corps de garde terrestre ou bien à des composantes de l’armée.

Le maillage territorial du contrôle

26Dans leur ensemble, la géographie documentaire des douanes d’une part, celle relative aux détachements de l’armée et aux corps de garde/police d’autre part, éclairent certains aspects des procédures du contrôle à différentes échelles du territoire égyptien (locale, nomique, régionale et provinciale). Nous nous attarderons sur les études de cas les mieux documentés, l’Arsinoïte et le désert Oriental75. On distinguera deux volets des contrôles, l’un factuel (τὰ πράγματα) et l’autre écrit (τὰ γεγραμμένα), chacun représentatif de différentes étapes des procédures de contrôle. Avec K. Vandorpe, on assumera que les procédures de contrôle commençaient dans le lieu de départ du transporteur76. Elles pouvaient se multiplier in itinere en fonction des contextes géographique, administratif et fiscal.

27Dans le nome Arsinoïte, la première étape des contrôles était assurément factuelle ; elle consistait dans le contrôle des marchandises par les personnels douaniers qui devait se dérouler dans des entrepôts77. À la suite de l’inspection des marchandises, étaient calculés les montants des taxes dues, dont le transporteur devait s’acquitter. Dans les bureaux douaniers, situés probablement à proximité de la πύλη du village et des entrepôts mêmes, on procédait ensuite à la production d’un ou de deux documents destinés au transporteur-payeur et d’un document destiné aux personnels douaniers. Un laissez-passer était produit afin que le transporteur puisse franchir la douane. Ce laissez-passer était censé assurer que toutes les opérations fiscales préalables avaient bien été accomplies ; de ce fait il pouvait comporter, comme signe d’authentification, les signatures, des marques de contrôle ou des sceaux. Qu’il présente ou pas un prescrit épistolaire, le laissez-passer devait être destiné aux personnels stationnant à la porte d’entrée du village, à savoir des ἐρημοφύλακες et des δεκανοί au ier et au iie siècle. Dans le même temps, on devait peut-être remettre au transporteur-payeur une quittance qui aurait pu servir de preuve en cas de contrôles ultérieurs après le passage à la douane. De ces documents nous n’avons pas gardé de trace pour le ier siècle. Ces pratiques sont documentées pour un laps de temps limité, correspondant grosso modo au ier siècle de la domination romaine78.

28Dès le dernier quart du ier siècle, la production de laissez-passer se raréfia jusqu’à disparaître au cours du iie siècle ; elle fut progressivement remplacée par la production de quittances qui évoquent de très près le formulaire des laissez-passer sans prescrit épistolaire79. Protégeant à la fois le fisc et les contribuables des risques de fraude, les quittances furent produites de manière systématique dès 114 ; elles étaient émises, selon nous, en double exemplaire, dont l’un destiné au transporteur-payeur, l’autre aux personnels douaniers. Cela, nous semble-t-il, permet d’expliquer pourquoi cinq quittances délivrées par la douane de Tebtynis et de Dionysias ont été retrouvées dans le nome Oxyrhynchite ; quatre d’entre elles étaient relatives au paiement de l’ἐρημοφυλακία pour une exportation au départ de Tebtynis (à destination de l’Oxyrhynchite), tandis qu’une quittance certifiait le paiement de l’ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή par un habitant d’Oxyrhynchos qui importait dix ânes et quatre chameaux dans le nome Arsinoïte. Deux quittances, émises par la douane de Memphis (διὰ λιμένος Μέμφεως), avaient été délivrées au nom de deux habitants de Soknopaiou Nesos qui importaient deux ânesses depuis la Basse-Égypte ; elles ont été retrouvées dans le nome Arsinoïte80. De même, on comprend mieux pourquoi deux quittances émises au nom de la même personne à deux dates différentes se trouvaient sur le même feuillet de papyrus. Cela amènerait à considérer que les quittances retrouvées au même endroit, comme dans le village de Soknopaiou Nesos, étaient en fait la copie des quittances réservée aux personnels douaniers81. La présence sur ces dernières des sceaux ou des marques de validation devait pouvoir prévenir les risques de fraude par les douaniers82. Après cela, dans le bureau douanier, on procédait au report des données contenues dans les quittances sur des registres. En suivant un formulaire qui évoque de très près le formulaire et l’ordre d’énonciation des informations des quittances, au point que l’on pourrait penser que le scribe recopiait simplement le contenu de ces dernières, on notifiait chaque passage et chaque paiement, jour par jour83.

29Les procédures de contrôle à l’échelle locale prenaient fin avec le franchissement de la douane par le transporteur-payeur. Ce dernier, muni de sa quittance, aurait pu l’exhiber en cas de contrôles le long de son parcours. Alors que les contrôles de la taxe de l’ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή pouvaient concerner tous les transporteurs qui entraient ou sortaient du nome, dans n’importe quel village, et que ceux de l’ἐρημοφυλακία concernaient tous ceux qui empruntaient les pistes désertiques du nord, depuis Soknopaiou Nesos, Bakchias, Philopator alias Theogenous, de l’ouest depuis Dionysias, ou du sud depuis Tebtynis, les contrôles du λιμὴν Μέμφεως concernaient des transports au départ de la frange septentrionale du nome Arsinoïte. Il ne serait pas surprenant toutefois que les bureaux du λιμὴν Μέμφεως eussent des agents dans les villages méridionaux du nome pour que les paiements soient effectués sur place avant le départ84.

30Les procédures de vérification au sein des bureaux douaniers se poursuivaient ; les écrits produits dépassaient la simple échelle locale et trouvaient leur validité fiscale et administrative à l’échelle du nome et de l’épistratégie. Elles se constituaient d’au moins trois étapes, toutes ayant affaire aux écritures fiscales. La première était à la charge des ἐπιτηρηταί (ou d’un seul ἐπιτηρητής) et se déroulait avec une fréquence journalière ; elle consistait en la rédaction de registres permettant un suivi régulier des passages par la douane, susceptibles d’être utilisés comme éléments de vérification des registres tenus par les personnels douaniers85. Ensuite, peut-être munis de documents idiographes en plus des registres douaniers, ces superviseurs publics se chargeaient des λόγοι inventoriant les revenus de la πύλη supervisée. Ils le faisaient avec une fréquence mensuelle, en présence des fermiers généraux des impôts concernés, à savoir le νομάρχης pour l’ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή, le λιμενάρχης pour le λιμὴν Μέμφεως, et peut-être les μισθωταί de l’ἐρημοφυλακία (καὶ παρόδιον) pour la taxe de l’ἐρημοφυλακία, ou bien en présence des subordonnés de ces derniers. Les registres étaient donc remis aux stratèges des μερίδες dont relevaient d’un point de vue administratif les villages où se trouvaient les bureaux de douane, notamment la μερίς d’Hérakleidès pour Bakchias, celle de Themistos pour Soknopaiou Nesos, celle de Polemon pour Tebtynis. Enfin, avait lieu le transfert des revenus mensuels ou plurimensuels de la douane dans les banques publiques. Les ἀραβοτοξόται qui en étaient chargés recevaient une quittance reportant le montant de la somme versée, au nom des ἐπιτηρηταί. Les découpages administratifs et territoriaux ne correspondaient donc pas forcément aux découpages de la fiscalité douanière, qui pouvaient dépasser les limites territoriales du nome, comme dans le cas du λιμὴν Μέμφεως prélevé à Bakchias ou bien encore de l’ἐρημοφυλακία καὶ παρόδιον prélevée à Soknopaiou Nesos et à Dionysias.

31Cet emboîtement des échelles dans l’organisation des douanes se produisait aussi dans le désert Oriental, selon une articulation différente des contrôles, dictée premièrement par les spécificités géographiques de la région et des aménagements routiers. Les considérations exposées ci-dessous se fondent à la fois sur notre étude documentaire et sur la vaste littérature scientifique parue sur le sujet86.

32Les procédures du contrôle pour les transports de marchandises se dirigeant depuis la Vallée jusqu’à Bérénice ou Myos Hormos peuvent être distinguées en trois étapes majeures, dont la première consistait, comme dans le nome Arsinoïte, en l’inspection des marchandises et au calcul de l’impôt à acquitter dans les entrepôts publics de Coptos87. Les transporteurs devaient s’acquitter d’un τέλος ἐξαγωγικόν (ἐξαγώγιον) dont l’appellation spécifique nous échappe, et d’un impôt pour les bêtes de somme mobilisées ; ceux qui devaient s’embarquer depuis les ports de Bérénice (et peut-être aussi de Myos Hormos ?) payaient un ἀποστόλιον dont le montant était établi en fonction du statut professionnel. Ces paiements donnaient lieu ensuite à la production de plusieurs documents : un laissez-passer que l’on devait présenter aux contrôles de la douane de Bérénice, accompagné peut-être d’une quittance restant en la possession du transporteur ; un πιττάκιον pour que les animaux de transport puissent parcourir la route caravanière et enfin un ἀπόστολος pour ceux qui s’embarquaient. La dernière étape des contrôles se déroulait à Bérénice ; elle mettait en scène des préposés au poste de douane et des fermiers de la quintana. Elle consistait dans le contrôle des marchandises transportées, vraisemblablement dans des entrepôts, et dans le contrôle des laissez-passer émis à Coptos, que les transporteurs laissaient aux personnels douaniers lorsqu’ils passaient la douane.

33Les contrôles des marchandises en provenance de l’Inde ou de l’Arabie, déchargées sur les quais de Bérénice ou de Myos Hormos et transitant par la Vallée à destination d’Alexandrie, devaient commencer dans les ports de la mer Rouge. Il est probable que ces premières vérifications, placées sous la responsabilité d’un fonctionnaire public, le παραλημπτής, et se déroulant dans des entrepôts (ἀποθῆκαι), aboutissaient à la production de documents destinés aux fonctionnaires officiant à Coptos dans les δημοσίαι ἀποθῆκαι παραλημπτικαί, les « entrepôts publics de la perception », et à l’apposition de sceaux sur les marchandises88. L’on sait, par une inscription récemment trouvée à Bérénice, que les bureaux situés dans ce port étaient spécialisés dans les vérifications d’ἀρωματικά, les épices provenant d’Arabie (myrrhe, cinnamon, ladanum) et Inde (malabathron et poivre). Nous ne sommes, en revanche, pas en mesure d’affirmer si des bureaux spécialisés dans d’autres types de biens, tels les pierres précieuses et l’ivoire importés d’Inde, avaient été aménagés dans le port de Bérénice. Il est probable que les documents produits à ce stade ne fussent envoyés qu’aux superviseurs publics présents à Coptos et qu’ils aient donc servi comme moyen de vérification des marchandises lors de leur arrivée dans les entrepôts publics de Coptos. Dans les ports de la mer Rouge se trouvaient les chameliers ou âniers professionnels, tels Nikanor et ses employés, pour assurer le transport des marchandises jusqu’à Coptos89. Ici, dans les entrepôts publics de la perception, commençaient les contrôles des marchandises qui étaient destinées à être expédiées à Alexandrie par voie fluviale ; ils étaient finalisés au calcul de l’impôt du quart. D’une part, on scellait séparément les marchandises dues pour la τετάρτη ; d’autre part on rédigeait peut-être un document inventoriant le quart de la cargaison dû pour la τετάρτη. Le marchand aurait pu le présenter en cas de contrôles le long du trajet fluvial et il est vraisemblable qu’il ait dû le remettre aux personnels présents à Alexandrie responsables du prélèvement effectif de la taxe. La deuxième étape des contrôles prenait place durant le trajet fluvial, notamment lors des arrêts que le bateau pouvait effectuer pour des raisons techniques et conformément à la réglementation en vigueur90. Au cours de ces contrôles intermédiaires le marchand pouvait être obligé par le τελώνης à décharger le navire ; en cas de marchandises non conformes à ce qui avait été déclaré par écrit, ces dernières auraient été confisquées. Dans le cas contraire le marchand aurait été indemnisé91. Une déclaration écrite était rédigée par le douanier à l’intention du marchand, qui l’aurait conservée en cas d’inspections ultérieures. La dernière étape des contrôles avait lieu à Alexandrie, dans les entrepôts publics de la τετάρτη. Ici, tant les documents rédigés à Coptos relatifs au calcul de la τετάρτη que les marchandises scellées devaient passer au crible des personnels douaniers. La production d’une quittance relative à l’acquittement de la τετάρτη devait clôturer les procédures de contrôle de ces biens avant que d’autres ne fussent entamées pour les biens qui quittaient la province depuis le port d’Alexandrie92.

Conclusions

34Les dispositifs de contrôle déployés par les autorités publiques pour la supervision des activités douanières étaient de nature variée ; ils concernaient tant le domaine fiscal et financier que celui policier et plus largement territorial. Par leur chronologie et la nature des relations entretenues avec les personnels douaniers, ces dispositifs variaient selon les régions.

35Les acteurs préposés à la supervision dans le domaine proprement fiscal et financier sont bien documentés dans les trois régions concernées par notre étude. Dans le nome Arsinoïte et dans la Haute-Égypte, ces superviseurs prenaient le nom d’ἐπιτηρηταί et furent institués probablement au début du iie siècle apr. J.-C. ; dans le désert Oriental, les superviseurs publics se nommaient παραλημπταί et apparaissent dès le ier siècle. Leurs prérogatives, généralement semblables, présentent un certain nombre de spécificités selon les régions. Ainsi, les ἐπιτηρηταί de l’Arsinoïte étaient chargé de rediger des registres et de transmettre ces informations aux autorités nomiques, le stratège notamment, et étaient financièrement responsables des éventuels déficits dans les montants perçus par l’État. Ils étaient épaulés par des trésoriers, les ἀραβοτοξόται, chargés des transferts des revenus douaniers dans les banques publiques et exerçant en même temps un certain contrôle sur les activités des superviseurs. Dans la Haute-Égypte, les ἐπιτηρηταί, assistés par des collaborateurs, pouvaient également être chargés de la collecte des revenus douaniers et rédiger les quittances qui en découlaient, tout en restant responsables de la rédaction des registres comptabilisant les montants encaissés. Les prérogatives des παραλημπταί du désert Oriental consistaient dans l’établissement de documents fiscaux pour le calcul des impôts sur les biens importés à Bérénice et à Myos Hormos, tandis qu’à Coptos ces activités devaient concerner aussi les biens destinés à l’exportation. Les παραλημπταί pouvaient être appelés, selon les circonstances, à cumuler la charge avec celle, militaire et civile à la fois, de stratège. Le système de supervision fiscale était complété par des dispositifs de contrôle territorial ayant comme acteurs des corps de garde récrutés et rémunérés par l’État. La seule région pour laquelle nous sommes le mieux renseignés est le nome Arsinoïte. Ici, des ἐρημοφύλακες, « gardes du désert » et des δεκανοί étaient préposés à la surveillance des contrôles qui se déroulaient aux postes de douane. Survivance d’une institution policière d’époque lagide, le corps de la garde du désert fut impliqué dans la surveillance des contrôles douaniers du ier au iiie siècle apr. J.-C. et peut être considéré, en ce sens, comme une spécificité de l’organisation douanière du nome Arsinoïte. Aux côtés des ἐρημοφύλακες officièrent pendant un laps de temps plus restreint des δεκανοί ; ils sont connus également dans d’autres régions d’Égypte, à Thèbes et dans le désert Oriental notamment, mais ils y assuraient des fonctions différentes. Il est possible que des configurations semblables avaient été disposées à Thèbes, Hermonthis et Syène-Éléphantine en Haute-Égypte, ainsi qu’à Coptos et à Bérénice dans le désert Oriental, par l’intégration de corps de garde civils et de détachements de l’armée, mais la documentation rassemblée est muette à ce sujet. On relèvera, enfin, que le corps de la garde du fleuve, au vu de la documentation disponible, n’était pas directement impliqué dans la surveillance des contrôles douaniers, tout en étant responsable de la sécurisation des circulations fluviales.

36Les contrôles finalisés au calcul et au prélèvement des impôts douaniers se déroulaient en effet dans un contexte éminemment terrestre et se constituaient de deux dimensions précises, l’une matérielle, l’autre écrite. La reconstitution du maillage territorial du contrôle que nous avons proposée pour les régions les mieux documentées, le nome Arsinoïte et le désert Oriental, montre bien comment la fiscalité douanière s’affranchissait des limites administratives et fiscales traditionnelles. Ainsi, une géographie administrative et fiscale propre aux douanes peut être dessinée, qui encadrait les flux des hommes et des marchandises, selon des dynamiques spécifiques à chaque région.

Notes de bas de page

1 Sh. Wallace, Taxation in Egypt…, op. cit., p. 288 ; voir également l’index s.v. ἐπιτηρητής pour la variété des domaines fiscaux concernés. Le Papyrological Navigator recense 521 occurrences du terme, dont 2 attestations d’époque préromaine, le O.Wilck. II 1229 et le SB 24 16252.

2 P.Wisc. II 80, l. 1-5 : Ἀπολονίωι στ̣ρ̣ (ατηγῷ) Ἀρσι (νοίτου) Ἡρακλείδ (ου) μερίδος /παρὰ̣ Χαιρᾶ το (ῦ) Χα[ιρή]μονος ἀπὸ τῆς μητροπ (όλεως) /ἀναγρ̣ (αφομένου) ἐπʼ ἀμφόδου Θ̣αραπίας καθεσταμένου /ὑπὸ σοῦ ἐπιτηρητοῦ πύλης Βακχιάδος ὑπο̣/πιπτούσης τῷ τῆς Μέμφεως λιμένι.

3 P. Customs 573/596 (= P. Lond. III 1169, col. 1-3).

4 Les registres inventoriant les revenus des banques publiques pour les impôts de capitation et les impôts de répartition dont des exemplaires sont conservés dans le village de Théadelphie semblent en effet avoir été confectionnés ainsi, voir P. Col. I 4, avec l’introduction des éditeurs particulièrement éclairante.

5 P.Amh. II 77, l. 11-14 : ἀντί[γρα]/φον ὧν εἶχ̣[ο]ν τοῦ Ἁρπαγάθου ἰδι[ογ]ραφιων /ἀναγραφίων τῶν διὰ τῆς πύλης εἰσαχθέντων /[κ]αὶ ἐξαχθ[έντων.

6 LSJ, s.v. ἀναγράφιον, τό. Voir P.Wisc. II 80, l. 6-7 : λόγος τῶν περιγεγονότων ἀπὸ ἐπιτη/ ρέσεως τῆς αὐτῆς πύλης ; P. Customs 573/596 (= P. Lond. III 1169 col. 1-3) l. 102-103 : Παβοῦς Σαταβοῦτ (ος) ἐπιδέδωκα τὸν λό̣γ (ον) /κ̣[αθὼς πρό]κειτ (αι (?)) διὰ Μελανᾶτ (ος) γρ̣ (αμματέως) ; P. Customs 691-732, l. 46 : λόγος Μεχίρ.

7 P.Amh. II 77, l. 6-9 : ἀ]λλὰ ὁρῶν τὸν φίσκον /περιγραφόμενον ὑπὸ Πολυδεύκους τετραετεῖ / ἤδη χρόνωι παρὰ τὰ ἀπειρημένα ἐπιτηροῦν/τὸς τὴν προκειμένην πύλην.

8 P.Amh. II 77, l. 34-42 : ἔστι δὲ τ[ὸ] ἀντίγραφον τῶν ἰδιογράφων /τ[οῦ] Ἁρπαγάθο[υ] ἀναγρ[αφ] ίων·/β (ἔτους) Ἀντω[νί]νου Κ[αίσαρος τ]οῦ κ[υρίου] Ἐπεὶφ/ζ. Στοτοῆ[τις̣]ο ἐξ[(άγων) ̣ ̣ ̣ ̣ ̣] καμήλ (ους) β./ὁμοίως [Στο]τοῆ[τ]ις ἐλ̣[αίο (υ)] καμήλους γ [γεν]ή (ματος) ιγ (ἔτους) ̣ [-ca.?-]/ Ἐριε[ῦς - ca.9 -]ε οἴνο (υ) κερ (άμια) λ./ιβ Ἐρ[ι]ε̣[ῦς - ca.13 - γ]ενή (ματος) κβ (ἔτους). /ιγ̣ [̣ ̣ ̣ ̣ ̣] ἐ̣ξ (άγων) [ἐπὶ καμ]η̣λ () [-ca.?-].

9 Voir Sh. Wallace, Taxation in Egypt…, op. cit., p. 300 ; M.-L. Bonsangue, « Les relations commerciales entre Pouzzoles et l’Égypte au iie siècle ap. J.-C. », CCG 12, 2001, p. 201-202.

10 O.Bodl. II 1093 : ὀνό (ματος) Ἀλεξάνδρο (υ) /Ἀλεξάνδρο (υ) ὑπ (ὲρ) τέλ (ους) πεντηκ (οστῆς) ; O.Bodl. II 1089 : ὀνό (ματος) Τιτιενο̣ (ῦ)/Φ̣θο̣υμώ̣ν̣θο̣ (υ) καὶ μ (ετόχων) ἐπι (τηρητῶν) /πεντη̣κ (οστῆς) /[λα] (ἔτους) ; O.Bodl. II 1090 : ὀνό (ματος) Ἀπολλω (νίου)/καὶ μ (ετόχων) ἐπιτ (ηρητῶν) τέλ (ους) πεντηκ (οστῆς) τοῦ λβ (ἔτους) ; O.Bodl. II 1091, voir 1092 : ὀνό (ματος) /Ἀπολλωνίο (υ) Ταύρωνο̣ (ς) /ἐπιτ (ηρητοῦ) πεν̣τη̣κ (οστῆς). Voir P.Heilporn, Thèbes et ses taxes. Recherches sur la fiscalité en Égypte romaine (ostraca de Strasbourg II), Paris, De Boccard (Études d’archéologie et d’histoire ancienne), 2009, p. 27-28. Selon l’auteur les epitêrêtai et les telônai de Thèbes sont tous deux des fermiers.

11 Voir O.Bodl. II 1093 : Παν (ίσκος) σ (εσ) η (μείωμαι) ; O.Bodl. II 1089 : Ἀμ̣ώ (νιος) ̣ ̣ ̣ σ (εσ) η (μείωμαι). ; O.Bodl. II 1090 : Λ̣ () σεσημείωμαι.

12 Chairas : P.Wisc. II 80, l. 1-4 : Ἀπολονίωι στ̣ρ̣ (ατηγῷ) Ἀρσι (νοίτου) Ἡρακλείδ (ου) μερίδος / παρὰ̣ Χαιρᾶ το (ῦ) Χα[ιρή]μονος ἀπὸ τῆς μητροπ (όλεως)/ἀναγρ̣ (αφομένου) ἐπʼ ἀμφόδου Θ̣αραπίας καθεσταμένου/ὑπὸ σοῦ ἐπιτηρητοῦ ; P.Amh. II 77, l. 7-10 : ὑπὸ Πολυδεύκους τετραετεῖ /ἤδη χρόνωι παρὰ τὰ ἀπειρημένα ἐπιτηροῦν/τὸς τὴν προκειμένην πύλην καὶ ὑπὸ /[Ἁρπαγ]άθ[ου το]ῦ̣ Ερο̣[̣ ̣]τ̣α̣κος. Paboutis fils de Pataboutis : P. Customs 573/596 (= P. Lond. III 1169 col. 1-3) ; Arpagathes : P.Amh. II 77, l. 10 : καὶ ὑπὸ /[Ἁρπαγ]άθ[ου το]ῦ̣ Ερο̣[̣ ̣]τ̣α̣κος.

13 Nemonius Longus : P.Eleph. Wagner I 58 ; O.Cair. 83 ; O.Stras. I 250, voir M.-L. Bonsangue, « Les relations commerciales… », art. cité, p. 206-210. Pekesis : P.Eleph. Wagner I 61.

14 Apollonios : O.Leid. 149 ; O.Bodl. II 1090 ; Alexandros : O.Bodl. II 1093 ; Apollonios fils de Tauros : O.Bodl. II 1091 et 1092 ; Titianus Phthoumonthes : O.Bodl. II 1089.

15 O.Bodl. II 1088.

16 P.Amh. II 77, l. 7-9 : ὑπὸ Πολυδεύκους τετραετεῖ /ἤδη χρόνωι παρὰ τὰ ἀπειρημένα ἐπιτηροῦν/ τὸς.

17 Voir Sh. Wallace, Taxation in Egypt…, op. cit., p. 298-300.

18 P.Wisc. II 80, 191-196 : Χα[ι]ρᾶς /Χαιρήμονος τοῦ Ἀπολλωνίου ὀμνύω Α̣ὐτο̣κράτορα / Καίσαρα Νέρουα Τραϊανοῦ Σεβασ̣τ̣ο̣ῦ Γερμ̣α̣νικοῦ /Δακικοῦ ἐξ ὑγιοῦς καὶ ἀπʼ ἀληθε̣ί̣ας ἐπι̣δεδω/ κέναι τὸν προκίμενον λόγον κα̣[ὶ] μηδὲν διεψεῦ/σθαι ἢ ἔνοχος ἴην τῷ ὅρκωι.

19 P.Amh. II 77, l. 7-8 : ἀ]λλὰ ὁρῶν τὸν φίσκον /περιγραφόμενον […] et 14-16 : ἀ]ξ̣ι̣ῶ̣ν̣ τὴν ἐξέτασιν αὐ̣[τ]ῶν /γ̣[ε]ν̣έσ̣[θαι εἰς] τὸ ἐ̣π̣[ιγ]ν̣ῶναι εἰ προσετ̣έ̣[θη] /αὐτῶν τά τέλη τῷ κυριακῶι λόγωι. J. D. Thomas, The Epistrategos in Ptolemaic and Roman Egypt, 2, The Roman Epistrategos, Opladen, Westdeutscher Verlag (Papyrologica Coloniensia), 1982, p. 139-140 et 164-165.

20 Voir P. J. Sijpesteijn, Customs Duties…, op. cit., p. 94 ; D. Hennig, « Arabotoxotai und Eremophylakes im römischen Ägypten », Chiron 34, 2004, p. 267-276 ; M. El S. Abd El Ghany, « The Arabs in Ptolemaic and Roman Egypt through Papyri and Inscriptions », dans G. Geraci, L. Criscuolo (dir.), Egitto e storia antica. Atti del Colloquio internazionale. Bologna, 31.8-2.9.1987, Bologne, CLUEB, 1989, p. 233-242.

21 D. Hennig, « Sicherheitskräfte zur Überwachung der Wüstengrenzen und Karawanenwege im ptolemäischen Ägypten », Chiron 33, 2003, p. 165-168.

22 Voir D. Rathbone, « Koptos the “Emporion” : Economy and Society, I-III AD », dans Autour de Coptos. Actes du colloque organisé au musée des Beaux-Arts de Lyon (17-18 mars 2000), Topoi. Orient-Occident. Supplément 3, Lyon, 2002, p. 183 ; D. Hennig, « Arabotoxotai und Eremophylakes… », art. cité, p. 268-272.

23 SB XX 15021 et 15022, voir P. J. Sijpesteijn, Customs Duties…, op. cit., p. 94 ; C. Gallazzi, P. J. Sijpesteijn, « Receipts Issued to an Overseer of a Custom Station », ZPE 78, 1989, p. 119-122.

24 P.Amh. II 77, voir J. D. Thomas, The Epistrategos in Ptolemaic and Roman Egypt, op. cit., p. 139-140.

25 P.Amh. II 77, l. 1-5 : Ἰουλίωι Πετρωνιανῷ τῶι κρατ[ί]στῳ ἐπιστρατήγῳ /παρὰ Παβοῦτ[ο]ς τοῦ Στοτοήτεως Πανομιέως /ἱερέως ἀπὸ κώμης [Σ]οκνοπαίου Νήσου τῆς /Ἡρακλείδου μερίδος [τοῦ Ἀ]ρσ[ι]νοίτου νομοῦ Ἀραβο/τοξότου πύλη[ς] τῆς αὐτῆς Σοκνοπαίου Νήσου.

26 Grecs : Paniskos (SB XX 15021), Ision et Ammonios (P.Wisc. II 80), Theogeiton (P. Customs 573-596), Dioscoros (P. Lond. III 1124a) ; Égyptien : Papontos (SB XX 15022).

27 P.Wisc. II 80, 114, 16 drachmes ; P. Lond. III 1124a (= P. Customs, Addenda, p. 1-3), 76-100, 16 drachmes ; voir P. J. Sijpesteijn, Customs Duties…, op. cit., p. 94 ; D. Hennig, « Arabotoxotai und Eremophylakes… », art. cité, p. 271.

28 Voir P. J. Sijpesteijn, Customs Duties…, op. cit., p. 94-95 ; D. Rathbone, « Koptos the « emporion »… », art. cité, p. 183, s’exprime en ces termes : « Like other customs dures and tolls in Egypt, it was collected by a group or institutions called the arabarchia, whose chief officiers were called « arabarchs », and whose minor functionaries, in the Fayyum area anyway, were called arabotoxotai, « Arab archers »». Ces considérations mériteraient à notre avis d’être nuancées, car les arabotoxotai étaient impliqués certes dans certaines activités fiscales, mais pas dans de celle de l’ἀραβαρχία.

29 Sur ces documents, voir D. Hennig, « Arabotoxotai und Eremophylakes… », art. cité, p. 272-274.

30 Le mot « agent », παραλημπτής est dérivé du verbe παραλαμβάνω ; il désigne donc la personne préposée d’abord à la réception d’un produit donné, puis à la perception des impôts frappant le produit/bien en question. Pour une étude détaillée des attestations papyrologiques du terme et pour l’état des recherches, voir R. Ast, R. S. Bagnall, « The Receivers of Berenike… », art. cité, p. 178-179.

31 Ces considérations avaient pû être inférées jusqu’à ce jour à partir d’un seul document papyrologique, le papyrus de Muzyris (SB XVIII 13167), et d’un passage du Périple de la mer Érythrée, 19. Pour des études détaillées de ces textes, voir F. De Romanis, « Commercio, metrologia, fiscalità… », art. cité, p. 17-19. Les inscriptions découvertes à Bérénice viennent désormais enrichir le dossier des παραλημπταί. En ce qui concerne la nature des produits relevant des παραλημπταί, l’expression ἀποθήκη ἀρωματική, « entrepôt d’épices », est employée pour définir le bureau d’affectation du secrétaire du παραλημπτής Gaius Iulius Faustinus officiant à Bérénice. Cela pourrait suggérer que les activités de supervision concernaient davantage ces types de produits. Voir R. Ast, R. S. Bagnall, « The receivers of Berenike… », art. cité, p. 174-175 et infra § 3.3, p. 105.

32 Texte : R. Ast, R. S. Bagnall, « The Receivers of Berenike… », art. cité, p. 174 ; OGIS 202 ; SEG XLIX 2341 A+B.

33 I. Portes 70 ; O.Krok. 1, auquel il faut ajouter un ostracon inédit de Myos Hormos, voir R. Ast, R. S. Bagnall, « The Receivers of Berenike… », art. cité, p. 180-181.

34 Voir ibid., p. 181-182.

35 Voir ibid. ; F. Burkhalter Arce, « Les fermiers de l’arabarchie… », art. cité, p. 50-51.

36 Voir R. Ast, R. S. Bagnall, « The Receivers of Berenike… », art. cité, p. 172.

37 Voir ibid., p. 174.

38 ἐρημοφύλακες : D. Hennig, « Arabotoxotai und Eremophylakes… », art. cité, p. 267-284 ; P. J. Sijpesteijn, Customs Duties…, op. cit., p. 94, n. 22 ; J.-M. Carrié, « Portarenses (douaniers), soldats et annones dans les archives de Douch, Oasis Major », dans C. Balmelle, P. Chevalier, G. Ripoll (dir.), Mélanges de l’Antiquité tardive, vol. 5, Studiola in honorem N. Duval, Turnhout, Brepols (Bibliothèque de l’Antiquité tardive 5), 2004, p. 261-274. Δεκανοί : R. S. Bagnall, « Army and police… », art. cité ; H. Cuvigny (dir.), La route de Myos Hormos, op. cit., p. 220-222 ; H. Cuvigny, Didymoi : une garnison romaine dans le désert oriental d’Égypte, vol. 2, Les textes (Fouilles de l’IFAO 67), Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 2012, p. 57-67. ποτᾰμοφύλακες : Th. Kruse, « The Nile Police… », art. cité, p. 172-184 ; L. Rossi, « La “garde du fleuve”… », art. cité, p. 121-150.

39 P.Rein. II 95 ; P.Fouad. I Univ 34 ; BGU XIII 2305 ; 2306 ; 2307 ; P. Customs 299 ; P.Harr. II 199. À ces documents il faut ajouter la quittance conservée dans Stud. Pal. XXII 156, que nous avons préféré dissocier des documents émanant des paiements pour les douanes. Voir infra.

40 R. S. Bagnall, « Army and police… », art. cité ; H. Cuvigny, Didymoi, op. cit., p. 57-67.

41 Stud. Pal. XXII 156 : Ἰσίων καὶ Π[α]θ[ε]ρμοῦθις καὶ /Διδυμίων ἐρημωφύλακε[ς] /Προσοπίτου καὶ Λητοπο/λίτου Ἑριεῦτι χ (αίρειν). ἔχο/μεν παρὰ σοῦ τὸ δημο/σ[ι]ν ὄνου ἑνὸς τοῦ πρώ-/του ἔτους <Τραιανοῦ> Καίσαρος/τ[ο]ῦ κυρίου Παχὼν κβ.

42 P. J. Sijpesteijn, Customs Duties…, op. cit., p. 20, n. 26.

43 Quant à l’hapax τὸ δημο/σ[ι]ν ὄνου ἑνὸς, nous nous demandons en effet s’il ne conviendrait plutôt de rapprocher l’usage du mot dêmosion de l’appellation qui paraît désigner collectivement les phylakes de l’époque romaine. Voir R. S. Bagnall, « Army and Police… », art. cité, p. 68 et n. 18.

44 N. Grimal, « Travaux de l’Institut français… », art. cité ; C. Gallazzi, « La ripresa degli scavi… », art. cité.

45 P.Oxy. XLIX 3467 ; P.Oxy. XLVII 3333.

46 P.Oxy. XLII 3061, ier siècle : un ἐρημοφύλαξ exécute un ordre d’arrestation, voir SB XXII 15628, iiie siècle.

47 Les premières attestations se trouvent dans le SB X 10448 et dans le P. Cair. Zen. II 59172, où un ἐρημοφύλαξ agit en qualité de garant d’un fermier des travaux de réfection d’une route. Nombreux sont les ἐρημοφύλακες titulaires d’un κλῆρος dans plusieurs villages du nome Arsinoïte. Les références aux documents suivent une progression chronologique, du plus ancien au plus récent. P.Tebt. IV 1121, 125-101 av. J.-C., l. 5 ; P.Tebt. I 81, 125-101 av. J.-C., l. 24 ; P.Tebt. IV 1108, 124- 121 av. J.-C., l. 12-14 ; P.Tebt. I 62, 119-118 av. J.-C., l. 52-55, voir l. 94 et suiv. ; P.Tebt. IV 1117, 119 av. J.-C., l. 155-156 ; P.Tebt. I 61, 117 av. J.-C., l. 6-7 ; P.Tebt. IV 1118, 117 av. J.-C., l. 160 ; P.Tebt. I 63r, 116-115 av. J.-C., l. 46-50 ; P.Tebt. IV 1112, 115-114 av. J.-C., l. 17-19 ; P.Tebt. IV 64, 115 av. J.-C., l. 20-23, voir l. 33 et 35 ; P.Tebt. IV 1110, 115 av. J.-C., l. 53-55 ; P.Tebt. IV 1113, 114-113 av. J.-C., l. 6-9 ; P.Tebt. IV 1114, 113-112 av. J.-C., l. 28-30 ; P.Tebt. I 85, 112 av. J.-C., l. 77-79 ; P.Tebt. IV 1147, 112 av. J.-C., l. 53-57 ; P.Tebt. IV 1115, 111-110 av. J.-C., l. 9-11. Concernant la place des ἐρημοφύλακες dans la hiérarchie de la police du nome, voir P.Tebt. III 903, iie s. av. J.-C., Arsinoïte, l. 4-8 : « τοῖς ἐν Βε[ρενι]κίδι Θεσμοφόρου/ ἐπιστάταις καὶ ἀρχιφυλακίταις / καὶ τοπογραμματεῖ καὶ κω[μογρ (αμματεῖ)] / καὶ μαχίμοις καὶ ἐρ[ημοφύ (λαξι)] / καὶ κτην̣[οτρό] φ̣[οις » ; P.Tebt. III 709, 159 av. J.-C., Tebtynis, l. 2-4 : « τῶι ἐν Ταλὶ ἐπ[ι]στάτ[ηι καὶ ἀρχι]/φυλακίτηι κα[ὶ] φυλακειταις καὶ ἐρημοφύλαξι καὶ κω[μάρχηι] / καὶ κωμογραμματεῖ χαίρειν. » ; P.Tebt. III 904, 115 av. J.-C., Oxhyrhyncha, l. 1-3 : « Μάσυλλος τῶι ἐν Ὀ[ξυρύγχοις ἀρχιφυλακίτηι (?)] / καὶ φυλακίταις καὶ ἐρ[ημοφύλαξι καὶ τοῖς] / ἄλλοις τοῖς τὰ βασιλι[κὰ πραγματευομένοις χαίρειν.] », voir également l’ordre dans lequel ces officiers sont évoqués dans la pétition rédigée par l’embaumeur Ammoneus en 188 av. J.-C., voir P.Tarich 4a, l. 33-42 : « ἀξι⟦ῶ̣ ο̣ῦ̣ν⟧οῦμ\εν/ ἡμᾶς γράψαι / ὧι καθήκει ἀποστεῖλαι /ἐφ’ ὑμᾶς Κλέωνα τὸν /ἀρχιφυλακίτην ὧι παρε/δόθη⟦ν⟧μ\εν/ καὶ τοὺς φυλακίτας /οἷς παρέδωκεν ⟦με⟧ ἡμ\ᾶς/ ὧν τὰ /ὀνόματα vac.? Ἐσερ̣χῆς, /Εὔπορος, Ὀννῶφρις, /Ἡρακλείδην ἐρημοφύλακα /ὃς συνιστορεῖ ».

48 Contra, J.-M. Carrié, « Portarenses (douaniers), soldats et annones… », art. cité, p. 269-270.

49 P.Oxy. XLVII 3333.

50 P.Harr. II 199, l. 1-6 : Αὐρηλίῳ Φαινῷ Σεβα̣σ̣του\ων/ ἀπε̣λ (ευθέρῳ) β̣οηθῷ /Αὐρηλίω Ἀγαθο̣ν̣εικ̣ω̣ τω̣ κρατίστω ἐπιτρόπ (ου)/παρὰ Αὐρηλίων Πᾶ̣σι Πᾶ̣σ̣ι̣ καὶ Π̣νε̣φαιρῶτος/Σαμβᾶ καὶ Πᾶσι Ἁτ̣ρῆ κ̣α̣ὶ τῶν λοιπῶν εἰς σ̣υν/πλήρ̣ωσιν ἀνδρῶν κβ ἐρημοφυλάκων πύ̣λης Φι/λαδελφίας.

51 P.Oxy. XLVII 3333, l. 1-7 : [̣ ̣]̣ ̣ ̣ ̣ ε[̣ ̣ ̣ ̣ ̣ ̣]̣ vac.? /[̣ ̣]̣ ̣ ̣ ̣ [̣ ̣]̣ ̣ ου Διονυσίου καθεστα̣/̣ ̣ ̣̣ ἐρμοφυλά̣κ̣ων κάτω τοπαρχίας. δε̣ -/̣ ̣ [ἐπισ]ταλῆναι ἐκ τοῦ δημοσίου τοῖς τῆς προκειμένης / τοπαρ̣χ̣ί̣ας ἐρημοφύλαξι οὖσι τὸν ἀριθμὸν λβ εἰς λόγο (ν) /ὀψω̣νίου τοῦ διελθόντος μηνὸς Τῦβι τοῦ ἐνεστῶτος /ια (ἔτους) Αὐτοκράτορος Καίσαρος Δομιτιανοῦ Σεβαστοῦ Γερμανικο (ῦ) ; voir supra.

52 P.Harr. II 199, l. 6-9 : ἔθος ὄντος κύ̣ρ̣ιε παρὰ̣ σ[οῦ] δέχε̣[σ]θαι /ἡμεῖν διὰ τῶν παρασ̣̣̣̣̣ ω̣ν̣ ἀπ̣ὸ̣ φόρ̣ω̣ν̣ ἐρημο̣φυ/λακείας τῆς προκειμένης πύλ̣η̣ς ὑ̣πὲρ λ̣α̣ο̣γ̣ραφίας /ἡμῶν. Même après la transformation de la plupart des phylakai en liturgie, les erêmophylakes continuèrent de percevoir un salaire mensuel. Ils sont absents des listes de liturgies évoquées par Bagnall (voir R. S. Bagnall, « Army and Police… », art. cité, p. 83, n. 16) et mises à jour par Lewis en 1997, voir N. Lewis, The Compulsory Public Services of Roman Egypt, Florence, Gonnelli (Papyrologica Florentina 28) 1997, s.v. phylakia.

53 P.Oxy. XLVII 3333 ; Stud. Pal. XXII 156 ; P.Harr. II 199.

54 Voir R. S. Bagnall, « Army and Police… », art. cité, p. 70-71.

55 Voir R. S. Bagnall, The Florida Ostraka (O.Florida). Documents from the Roman Army in Upper Egypt, Durham, Duke University (Greek, Roman and Byzantine Monographs 7), 1976, p. 25-27 ; H. Cuvigny, Didymoi, op. cit., p. 57-67.

56 Voir P. Lips. II 132, 25, Hermopolite ; R. S. Bagnall, « Army and Police… », art. cité, p. 75-76.

57 O.Petrie 126, voir H. Cuvigny, Didymoi, op. cit., p. 59-62, en particulier 61-62.

58 24 textes pour l’Oxyrhynchite, l’Hérakléopolite, l’Arsinoïte et le Memphite.

59 ier siècle : P.Mich. II 123 ; P.Princ. II 40 ; P.Rein. II 95 ; P.Fouad. I Univ. I 34. iie siècle : δεκανικόν : Stud. Pal. XXII 183, 138, Soknopaiou Nesos ; P.Ryl. II 196, 196 ; P. Louvre I 4, 166 ; δεκανός : PSI VIII 921, 143-144 ; δεκανία : BGU III 834, 125 ; BGU VII 1716, iie siècle ; O.Mich. IV 1136. iiie-ive siècle : δεκανός : P.Flor. II 278, 203 ; O.Mich. I 82, iiie siècle ; O.Mich. I 137, iiie siècle ; δεκανία : O.Lund. 23, 276-325 ; δεκανία : O.Mich. IV 1136, 301-325.

60 P.Mich. II 123, Tebynis, 45-49 ; P.Princ. II 40 : le δεκανός Haunes fils d’ Harthotes appartenait à une famille de fermiers fiscaux, mais on n’en sait pas plus. Sur la πενθημερία, voir Sh. Wallace, Taxation in Egypt…, op. cit., p. 141-143.

61 BGU III 834, 125, Boubastos ; BGU VII 1716, Philadelphie, iie siècle.

62 Voir L. Rossi, « La “garde du fleuve”… », art. cité. L’acception particulière que prend le mot ποταμός dans le grec d’Égypte permet d’arguer que la « garde du fleuve » concernait non seulement le Nil, mais également ses ramifications naturelles et artificielles, en Moyenne comme en Haute-Égypte. D’après D. Bonneau, le mot désignerait différentes réalités hydrauliques selon que l’on se réfère au Delta ou à la Moyenne-Égypte : dans les papyrus se référant au Delta, le mot ποταμός désignerait à la fois le Nil et ses ramifications naturelles ou artificielles ; dans les textes concernant les régions en amont du Delta, le mot se référerait au Bahr Youssouf et à ses prolongements dans le Fayoum, ayant donc une valeur géographique propre. Voir D. Bonneau, Le régime administratif des eaux du Nil dans l’Égypte grecque, romaine et byzantine, Leyde/New York/Cologne, E. J. Brill (Probleme der Ægyptologie 8), 1993, p. 7-11.

63 Pseudo-César, B. Alex. (fin ier s. av. J.-C.), 13 : Erant (naues) omnibus ostiis Nili custodiae exigendi portorii causa dispositae.

64 Flavius Josèphe, Contra Apion, II, 63-64 : maximam uero eis fidem olim a regibus datam conseruauerunt, id est fluminis custodiam totiusque custodiae.

65 Strabon, XVII, 1, 16 : διέχει δὲ τετράσχοινον τῆς Ἀλεξανδρείας ἡ Σχεδία, κατοικία πόλεως, ἐν ᾗ τὸ ναύσταθμον τῶν θαλαμηγῶν πλοίων, ἐφ´ οἷς οἱ ἡγεμόνες εἰς τὴν ἄνω χώραν ἀναπλέουσιν· ἐνταῦθα δὲ καὶ τὸ τελώνιον τῶν ἄνωθεν καταγομένων καὶ ἀναγομένων· οὗ χάριν καὶ σχεδία ἔζευκται ἐπὶ τῷ ποταμῷ, ἀφ´ ἧς καὶ τοὔνομα τῷ τόπῳ.

66 P.Hib. I 110 : « ἀνήλωμα τοῦ σίτ[ο]υ ἐφʼ Ἱερᾶι Νήσωι σάκκους β (τετρώβολον), /φυλακιτικὰ ἀφʼ Ἱερᾶς Νήσου ἕως Ἀλεξανδρείας (δραχμαὶ) ιδ, /ἐπὶ φυλακῆς γρ[α]μματικὸν (δραχμαὶ (?)) δ, τῶι παρε̣ρ̣̣ ̣ η̣ρι̣ο̣[̣] (δραχμὴ) α̣, /ἐμ Μέμφει γραμματικὸν (δραχμὴ) α̣, ἐπὶ τῆς κ̣ά̣τ̣ω φ̣υ̣[λα]κ̣ (ῆς)/ [ἐν] Σχεδίαι (δραχμαὶ) δ, [̣ ̣]λ̣α̣̣ [̣ ̣]ν̣ (δραχμαὶ) ι, ἐν Ἀ̣[λεξ]αν̣[δρείαι] /Τ̣εισά̣[ρχ]ω̣ι (δραχμαὶ) ε, γραμματικὸν (δραχμαὶ) [̣̣ ̣̣̣ ̣̣] (πυρῶν) /τὴν (ἀρτάβην (?)) (ἡμιωβέλιον), (γίνονται) (δραχμαὶ) κδ (τριώβολον), [̣]̣ ν̣ετ̣̣̣ α κρ (ιθῆς) (δραχμαὶ) ζ̣ [(διώβολον)] ».

67 Les périphrases Nili custodia et fluminis custodia ont été considérées comme les équivalents latins du composé grec ἡ ποταμοφυλακία, qui au IIe s. intégrait la titulature de la préfecture de la flotte militaire d’Alexandrie qu’avait revêtue L. Valerius Proculus au début d’un cursus qui s’achèvait par la préfecture de l’annone et celle d’Égypte. CIL II 1970, iie siècle, Baetica Malaga : praefectus classis Alexandrin (ae) / et Potamophylaciae. Voir TLL s.v. Potamophylacia : potamophylacia, -ae f., ποταμοφυλαϰία. significantur stationes ad custodiam Nili positae et portorium exigentes.

68 P.Heid. IX 428, 158 av. J.-C., Hérakléopolite ; Ἀσφεῖ ποταμοφύ̣ (λακι) » ; P.Hels. I 26, 162 av. J.-C., Hérakléopolite, l. 31 : « ἐν Ἀσφεῖ ποταμοφυ (λακίδος) ζυ (τηρᾶς) Ἀνκυ (ρῶν) πό (λεως) ». Du premier on soulignera qu’il s’éloigne du vocabulaire usité à l’époque lagide pour définir les corps de police, formé sur le nom d’agent φυλακίτης, -ου, tandis que du second on relèvera les parallèles littéraires, prouvant l’existence de navires employés spécifiquement pour des fonctions de garde, φυλακίδες (voir Diodore de Sicile XX, 16, 5 ; 93, 2 ; 112, 3 ; Appien, BC, V, 8, 72 et 11, 101 ; Théodore, Encomium in sanct. Petr., 255). Voir Th. Kruse, « The Nile police… », art. cité.

69 L. Rossi, « La “garde du fleuve”… », art. cité, p. 124-126.

70 Cette appellation suggère en effet que des navires pouvaient être mobilisés précisément dans le cadre de la garde du fleuve, mais n’en dit pas davantage sur la typologie, militaire ou de charge, et encore moins sur le statut, public ou privé, de ces bâtiments de transport. On soulignera tout de même le caractère assez marginal de ces navires dans le paysage nautique égyptien et le silence (assez frappant) de Lionel Casson à ce sujet, L. Casson, Ships and Seamanship in the Ancient World, Princeton/ Oxford, Princeton University Press, 1971, notamment le chapitre 8, consacré aux navires marchands.

71 Le plus ancien d’entre eux, daté de 88, affiche le militaire T(itus) Flavius Celer appelé à servir, pendant une durée de temps impossible à préciser, sur un navire potamophylacis. ChLA I, 7, 88, provenance inconnue : T(itus) Flavius Celeṛ [-ca.?-]/exit cum potamofulacide ạ[nno iii Imp (eratoris) Titi - ca.10 -].

72 P.Brem. 11.

73 P.Flor. I 91 ; P.Oxy. XLIV 3184. Voir N. Lewis, The Compulsory Public Services…, op. cit., s.v. ποταμοφύλαξ.

74 Voir L. Rossi, « La “garde du fleuve”… », art. cité, p. 137-140.

75 Concernant Thèbes et Syènes-Éléphantine, étant donné les données conservées dans les documents douaniers, il serait hasardeux de proposer des reconstitutions des procédures de contrôle.

76 K. Vandorpe, « Seals in and on the Papyri… », art. cité, p. 252.

77 Des structures situées à proximité des voies d’accès à l’habitat de Soknopaiou Nesos pourraient être interprétées comme des lieux pour le contrôle des marchandises entrant et sortant du village, voir M. Capasso, P. Davoli (éd.), Soknopaiou Nesos Project – I (2003-2009), Pise/Rome, F. Serra (Biblioteca degli « studi di egittologia e di papirologia » 9) 2012, p. 79. Les entrepôts du village de Karanis ont fait l’objet de recherches de l’université de Michigan ; les résultats de ces fouilles furent publiés par E. M. Husselmann en 1952 : le complexe d’entrepôts fouillés se trouvait dans les quartiers périphiques septentrionaux du village. Cependant il est impossible de savoir quelle était l’organisation des voies de communication urbaine dans ce secteur du village et encore moins la nature des communications entre ce secteur et les voies d’accès au village. Voir E. M. Husselmann, « The Granaries of Karanis », TAPhA 83, 1952, p. 56-58. Les fouilles italo-égyptiennes dans le village de Bakchias ont mis au jour des structures pour le stockage dont le bâti et la planimétrie sont bien conservés. Elles sont situées à proximité de la porte septentrionale d’entrée au village. Des vestiges de la route caravanière provenant de Memphis ont été également conservés et étudiés, voir E. Giorgi, P. Buzi (dir.), Bakchias. Dall’archeologia alla Storia, Bologne, Bononia University Press (Collana DiSCi), 2014, p. 155-156. Quant aux structures documentées dans les villages de Dionysias et Tebtynis, si, dans le premier cas, les vestiges et les textes demeurent à présent encore inédits, dans le cas de Tebtynis, nous disposons d’études relativement récentes, qui laissent penser à la présence d’une tour carrée à l’entrée méridionale du village. Des structures qui puissent être interprétées comme entrepôts ou comme locaux destinés au contrôle des marchandises font à présent défaut.

78 Laissez-passer épistolaires : BGU XIII 2304 ; P.Rein. II 95 ; P.Fouad. I Univ. 34 ; BGU XIII 2305 ; BGU XIII 2306 ; BGU XIII 2307 ; laissez-passer sans prescrit épistolaire : P. Customs 188 ; P.Koeln VI 276 ; P.Fay. 67 ; BGU XIII 2316 ; P. Lond. III 1265a et b ; BGU III 766 ; SB XII 10906 ; Stud. Pal. XXII 105 ; BGU XIII 2309 ; P. Customs 213 ; P. Customs 19 ; P. Customs 20 ; P. Coll. Youtie I 47 ; P. Lond. II 316C ; P. Customs 299.

79 Les transformations les plus significatives consistent en l’emploi du verbe τελωνέω et, parfois, en la mention du montant acquitté, l’authenticité du document étant établie par le recours à des sceaux et à des marques de contrôle, plus rarement par des signatures, voir supra § 1.3, p. 58.

80 P. Customs 451 et 452 ; voir P.Stras. VII 630.

81 Voir P. J. Sijpesteijn, Customs Duties…, op. cit., p. 28 ; K. Vandorpe, « Seals in and on the Papyri… », art. cité, p. 252, proposent deux hypothèses différentes : l’un considère que ces quittances avaient été collectées par les responsables d’associations professionnelles de transporteurs, l’autre pense que les payeurs étaient tenus de remettre aux douaniers les quittances à la fin de leur voyage, lorsque la transaction d’exportation ou d’importation était désormais achevée.

82 Voir P.Princ. II 20 et P.Amh. II 77.

83 Huit des seize registres et fragments de registres conservés contenaient ces données. Le payeur étant muni de sa quittance (et jusqu’à un certain temps aussi du laissez-passer), il pouvait désormais s’apprêter à franchir la douane. Doit-on imaginer que ce passage était aussi contrôlé et notifié dans un registre, que l’on devrait distinguer de celui reportant les montants encaissés ? Cela pourrait être suggéré par trois documents, renseignant les entrées et les sorties, les produits et les animaux employés mais pas les montants acquittés.

84 Voir P. Lond. III 1265c et d prouvent que des paiements pouvaient être faits à l’avance, P. J. Sijpesteijn, Customs Duties…, op. cit., p. 9-10.

85 P.Amh. II 77, voir P. Lond. III 929 et P. Lond. III 964.

86 R. S. Bagnall, « Rôles publics et privés dans l’économie impériale… », art. cité ; R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 1, op. cit. ; F. Burkhalter, « Le “tarif de Coptos”… », art. cité ; H. Cuvigny (éd.), La route de Myos Hormos, op. cit. ; F. Morelli, « Dal Mar Rosso ad Alessandria… », art. cité.

87 F. Burkhalter, « Le “tarif de Coptos”… », art. cité.

88 L. Rossi, « Entrepôts et commerce… », art. cité.

89 F. Morelli, « Dal Mar Rosso ad Alessandria… », art. cité.

90 Voir R. Bagnall, « Some Notes on P.Hib. 198 », BASP 6/3-4, 1969, p. 93-96.

91 P.Oxy. I 36, l. 10-11 : ἐὰν μὲν εὑρεθῇ τ[ι] ἕτε/ρον ἢ ὃ ἀπεγράψατο.

92 Voir en particulier F. Morelli, « Dal Mar Rosso ad Alessandria… », art. cité, p. 231-233.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.