Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Deuxième partie. Personnels douaniers et production documentaire

p. 67-88


Texte intégral

1Par l’étude du vocabulaire fiscal, des typologies des écrits douaniers et des formes de validation des documents produits nous avons précisé les spécificités des pratiques documentaires dans le domaine des douanes et leurs évolutions historiques. D’une manière générale, on y a relevé une progressive spécialisation, résultant parfois de l’interaction avec des pratiques propres à d’autres domaines de la fiscalité. Il convient dès lors de s’attarder sur les auteurs des écrits douaniers afin de préciser leur contribution au développement d’écritures fiscales propres au domaine des douanes et, par là, à la constitution d’un ensemble de savoirs techniques1.

Les pratiques d’énonciation de l’identité

2Nous commencerons par l’étude des pratiques d’identification affichées par les auteurs des différents écrits douaniers étudiés. Pour chacune des régions et circonscriptions administratives concernées, nous procéderons à l’étude des titres et des fonctions des acteurs impliqués dans l’émission des laissez-passer, des quittances et des registres.

3Les textes provenant du nome Arsinoïte font état de l’intervention de trois acteurs distincts dans l’émission des documents douaniers. Les acteurs les plus anciennement attestés portent le titre de ὁ/οἱ πρὸς τῇ πύλῃ, « le/les préposé(s) à la douane ». Les formules d’identification officielles présentent ainsi l’idionyme de l’auteur, suivi du titre ὁ/οἱ πρὸς τῇ πύλῃ ; ce dernier était complété par la mention du toponyme du village où la douane était située et par celle de la taxe concernée, au génitif. Dans la quasi-totalité des documents relevant des « préposés à la douane », il s’agissait de la douane de Soknopaiou Nesos, tandis que dans un laissez-passer mal conservé, les éditeurs ont lu Βα̣[- ca.11 -], ce qui laisse penser au village de Bakchias. Cette lecture et la restitution qui en découle sont problématiques, d’une part parce que Bakchias n’est jamais attestée dans ces quittances, d’autre part parce que le lieu d’invention du document semble avoir été Dîme, ie. Soknopaiou Nesos2. C’est peut-être selon ce même formulaire qu’étaient composés les « billets » adressés aux gardes du désert, retrouvés à Tebtynis durant les campagnes de fouille de 1994 et aujourd’hui encore inédits3. La titulature, se composant de l’article pronominal, suivi de la préposition πρός et du datif, dénote l’affectation de ces individus au poste de douane, et précisait par ce biais l’échelle administrative et géographique de leur ressort, le village4. Dans deux laissez-passer épistolaires, l’un datant de 42, l’autre de 184 ou de 216, les πρὸς τῇ πύλῃ étaient remplacés par un χειριστής, titre que l’on traduira littéralement par « gérant » ou « administrateur »5. Les πρὸς τῇ πύλῃ adressaient les ordres de laissez-passer aux ἐρημοφύλακες, les « gardes du désert », par la seule mention de leur nom de fonction, exprimé tantôt au singulier, tantôt au pluriel. Dans deux documents l’on retrouve des δεκανοί, associés aux ἐρημοφύλακες, en qualité d’exécutants des ordres6.

4Les deux autres noms de fonction apparaissent dans les quittances épistolaires ; il s’agit des μισθωταί, « fermiers » et des πραγματευταί, « agents » responsables de la taxe pour la garde du désert. Les formules d’énonciation de l’identité se composaient du nom de fonction précédé de l’idionyme et suivi du nom des taxes prises à ferme, dont on précisait les circonscriptions administratives concernées. Les taxes attestées sont l’ἐρημοφυλακία et celle, moins bien connue, du παρόδιον, toutes deux liées, comme nous l’avons vu dans la première partie de cette étude, à l’usage des routes désertiques, peut-être aménagées, reliant le nome Arsinoïte aux nomes de la Basse-Égypte au nord, au nome Oxyrhynchite au sud, et aux oasis libyennes à l’ouest. Dans les quittances conservées on précisait toujours l’étendue géographique de la ferme, en mentionnant les toponymes des nomes concernés et en évoquant, éventuellement, l’extension de la ferme à d’autres nomes par l’expression καὶ ἄλλοι νομοί, « et d’autres nomes ». Sont attestés les nomes Prosopite et Latopolite dans le Delta occidental, et les régions de Mareotis et Libye ; le nome Arsinoïte, lieu d’invention des quittances et vraisemblablement lieu de destination des transports, n’était pas mentionné. On relèvera que cette titulature ne trouve pas de parallèles dans les pièces de correspondance officielle concernant les μισθωταί de l’ἐρημοφυλακία, notamment une lettre adressée par le préfet d’Égypte à l’un de ses subordonnés, relative à la dissolution de la ferme d’un certain Kronion fils d’Haryotès, et une missive adressée au μισθωτής Serapammon7. Dans les deux cas, les auteurs des missives n’avaient pas estimé nécessaire de préciser l’étendue géographique de la ferme. Les technonymes éclairent les compétences de ces gens : le titre de μισθωτής, très largement employé dans les papyrus fiscaux, désigne généralement un individu ayant pris à ferme des impôts dans les domaines les plus variés8. Son usage coexiste avec celui du mot πραγματευτής, nom d’agent dérivé du verbe dénominatif πραγματεύομαι, « s’occuper de », « travailler à », « faire des affaires », désignant littéralement un agent et se référant de ce fait à des hommes d’affaires actifs dans des domaines tout aussi variés. Particulièrement bien documenté dans les papyrus d’époque romaine9, le mot apparaît trois fois dans les écrits douaniers. Dans un cas il se trouve au nominatif singulier dans la formule d’énonciation de l’identité du fermier et semble effectivement remplacer μισθωτής ; dans les deux autres, en revanche, il résulte de la restitution d’une lacune et s’inscrit dans une titulature plus complexe, dans laquelle l’idionyme et le nom de fonction d’un fermier étaient complétés par la mention des agents qui officiaient avec lui dans la collecte de la même taxe καὶ οἱ σ (ὺν) αὐτῷ πραγματευταὶ ἐρημοφυλακίας, « et les agents de (l’impôt de) la garde du désert ses collaborateurs »10. Les fermiers et les agents qui les représentaient, ou bien qui en assuraient les fonctions en vertu de la souscription d’un marché public pour une taxe donnée, participaient donc à la production documentaire. En effet, c’est en leur nom et sous leur autorité qu’étaient émises des quittances au bénéfice des payeurs et c’est aussi sous leur supervision que d’autres documents douaniers étaient produits. C’est ce que laisse penser un registre douanier provenant de Bakchias, daté de 114 apr. J.-C., relatif aux recettes du bureau douanier sis dans ce même village et relevant de la douane de Memphis. Un πραγματευτής était présent lors de la production de ce registre, en guise de représentant et agent du fermier général de la douane de Memphis, qui y était identifié par l’idionyme et le nom de fonction λιμενάρχης11. À l’instar des titres νομάρχης et ἀραβάρχης, désignant respectivement les fermiers généraux du nome Arsinoïte et d’Arabie, le titre λιμενάρχης désignait le fermier général de la douane de Memphis, couvrant la circonscription territoriale de l’épistratégie de l’Heptanomie. C’est précisément de l’autorité du λιμενάρχης que relevait le πραγματευτής présent au moment de la rédaction du registre. À en juger par les documents conservés, le rôle effectif du fermier général de la douane de Memphis dans la production documentaire et, plus généralement dans les pratiques locales du contrôle, était assez marginal ; des personnels subordonnés tels des agents et des secrétaires assuraient la réalisation de ces tâches.

5Les textes conservés dans la Haute-Égypte révèlent la présence de deux acteurs à l’origine des documents douaniers, quittances épistolaires et comptes, à savoir les τελῶναι, « fermiers » et les ἐπιτηρηταί, « superviseurs ». Si, par leur structure, les formules d’énonciation de l’identité peuvent être rapprochées des pratiques du nome Arsinoïte, les éléments d’identification révèlent un souci de précision remarquable qui ne trouve pas beaucoup de parallèles dans les documents homologues de l’Arsinoïte, tant dans les éléments d’identification personnelle que dans le vocabulaire des titres et des fonctions. Les données onomastiques du fermier ouvraient la formule ; contrairement aux pratiques attestées dans les quittances épistolaires de l’Arsinoïte, elles contenaient souvent la mention de l’idionyme et du patronyme, ou bien encore l’onomastique complète du fermier par le recours au tria nomina. Le nom de fonction ne suivait pas immédiatement ; à sa place nous retrouvons des périphrases rappelant que, dans la plupart des cas, le fermier était assisté par des collaborateurs : καὶ οἱ σ (ὺν) αὐτῷ (/αὐτοῖς) τελῶναι, « et les fermiers ses collaborateurs » ; καὶ μέτοχοι πεντηκοστῶναι, « et ses collègues fermiers de l’impôt du cinquantième » ; καὶ οἱ σὺν αὐτῷ ἐπιτηρηταί, « et les superviseurs ses collaborateurs ». L’on retrouve employé ici le titre de τελώνης, nom d’agent composé de τέλος et ὠνή, désignant souvent dans le grec littéraire et documentaire d’époque romaine le douanier. Le titre de τελώνης était accompagné du nom de la taxe affermée, la πεντηκοστὴ λιμένος Σοήνης ou la πεντηκοστή. Un certain nombre de textes font état de l’emploi, en qualité de titre, d’un nom d’agent formé sur le nom de la taxe affermée (πεντηκοστή + ὠνή) : ainsi, certaines formules présentent le mot πεντηκοστῶναι pour désigner les gens ayant pris à ferme la taxe de 2% prélevée à Hermonthis, à Thèbes et à Éléphantine, puis celle qualifiée du λιμὴν Σοήνης. Enfin, le titre d’ἐπιτηρητής vient aussi désigner les auteurs de quelques quittances épistolaires des localités susmentionnées. Désignant littéralement des superviseurs, le terme est bien attesté dans les papyrus d’époque lagide et romaine. La nature de ce titre dans les quittances douanières soulève quelque question, étant donné que le terme est d’usage dans la fiscalité directe et indirecte12 et que dans la documentation contemporaine de l’Arsinoïte, les ἐπιτηρηταί sont des superviseurs nommés par le stratège dans un bureau douanier donné. Ces derniers intervenaient d’ailleurs dans la rédaction de registres attestant les montants perçus par la douane et reversés à l’État13. Compte tenu de la répartition chronologique des quittances émises par les ἐπιτηρηταί, la présence de ce titre apparaît plutôt comme irrégulière et discontinue ; elle s’explique probablement par des conjonctures particulières que nous ne sommes à présent pas en mesure de reconstituer avec précision. Dans la totalité des quittances émises par les fermiers, les destinataires des documents étaient explicitement mentionnés par leur simple idionyme ; il s’agissait des payeurs qui s’étaient acquittés des impôts douaniers évoqués.

6Les auteurs des quatre comptes sur ostracon conservés à Thèbes énonçaient l’identité des autorités supervisant leur rédaction selon des formules qui reflètent très probablement des pratiques documentaires régionales. Ainsi, après avoir notifié la date de rédaction du document, les auteurs introduisaient les formules d’identification par un génitif du terme ὄνομα, dans le but peut-être de distinguer, d’une part, l’autorité responsable du compte et, d’autre part, la personne qui effectivement rédigeait et signait le document. Étaient ensuite explicités les éléments d’identification personnelle, à savoir l’idionyme et le patronyme, puis le nom de fonction, ἐπιτηρητής suivi du nom de la taxe affermée. Comme d’usage dans les autres documents de la Haute-Égypte, le nom de fonction pouvait être précisé aussi par les formules évoquant les collaborateurs (μέτοχοι). Comme nous l’avons souligné, la nature du titre d’ἐπιτηρητής dans les écrits douaniers de la Haute-Égypte est problématique et elle semble bien se rapprocher davantage de celle d’un superviseur temporairement chargé de la collecte des taxes douanières que d’un fermier, un τελώνης ou un μισθωτής.

7Le dossier du désert Oriental se caractérise, pour sa part, par l’absence de tout technonyme qui permette d’identifier les titres et les fonctions précises des acteurs qui intervenaient dans la production documentaire. Cela pourrait s’expliquer, selon les éditeurs de ces ostraca, par leur supériorité hiérarchique vis-à-vis des exécutants de ces ordres. Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit là de pratiques spécifiques aux douaniers qui officiaient entre Coptos et Bérénice durant les principats augustéen, julio-claudiens et flaviens14. Certains des auteurs des ostraca de Bérénice précisaient tout de même quelques éléments de leur identité personnelle, par leurs idionymes et patronymes ; ils étaient en revanche bien plus précis en ce qui concerne les éléments d’identification personnelle et professionnelle des destinataires qui exécutaient les ordres de laissez-passer. Ainsi, au sein de formules épistolaires très variées15, deux technonymes émergent, celui d’ἐπὶ τῇ πύλῃ et celui de quintanensis.

8Identifiés uniquement par leur nom de fonction, à l’instar des ἐρημοφύλακες du nome Arsinoïte, « les préposés à la douane » présentent un titre qui évoque de près la titulature attestée à la même époque dans les laissez-passer épistolaires du nome Arsinoïte. Elle se distingue de cette dernière par l’emploi systématique, à trois exceptions près, de la préposition ἐπί suivie du datif16. L’acception que prend la préposition ἐπί dans cette titulature étant très proche de l’acception de la préposition πρός du nome Arsinoïte, nous pourrions considérer qu’il s’agit simplement d’une variante régionale du même titre. Les gens placés à la tête du poste de douane de Bérénice étaient donc censés exécuter les ordres de laissez-passer émis à Coptos par leurs supérieurs hiérarchiques ; cela dit, rien ne permet d’exclure qu’ils intervenaient dans la rédaction de laissez-passer semblables pour les gens qui se dirigeaient, depuis Bérénice, dans la Vallée.

9Le deuxième destinataire des laissez-passer, très fréquemment attesté, était le quintanensis ; identifié régulièrement par son idionyme, il pouvait agir seul ou bien en binôme avec un collègue17. Le titre de quintanensis désigne ici le fermier de l’impôt nommé quintana, dont la nature et les montants pouvaient varier selon les régions. Ainsi, sous l’acception générale de « taxes de marchés », le nom quintana désignait une taxe sur les prostituées dans les praesidia du désert Oriental et une taxe sur les transporteurs à Bérénice18. Même dans ce cas, on ne peut pas exclure une éventuelle implication du quintanensis dans la production des laissez-passer et documents destinés aux marchands et aux transporteurs qui quittaient le port de la mer Rouge à destination de Coptos19.

10Les formules d’énonciation de l’identité montrent ainsi la diversité des fonctions que les contrôles douaniers requéraient, notamment en ce qui concerne la production documentaire. Préposés aux postes de douane, fermiers et agents de fermiers, collecteurs-superviseurs, personnels militaires et/ou policiers s’affichaient en qualité de responsables de l’émission documentaire ou de leur contrôle selon des articulations qui varient dans chacune des régions considérées. Font défaut dans ce contexte les professionnels des écritures fiscales, les γραμματεῖς, « secrétaires », dont l’existence au sein de la hiérarchie douanière est attestée par deux pièces de correspondance. Les formules d’énonciation de l’identité de ces γραμματεῖς se rapprochent de celles des autres personnels douaniers, puisqu’elles comprenaient les éléments d’identification personnelle et de fonction, à savoir l’idionyme suivi du titre abrégé γραμματεύς. Des éléments d’identification secondaires apparaissent, permettant de préciser, comme dans le cas des fermiers, le nom de la taxe et le lieu d’affectation, à savoir l’ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή de Ptolemais Hormou et le λιμὴν Μέμφεως20 . Dans quelques autres documents, des γραμματεῖς ayant affaire à la production documentaire des douanes sont évoqués, mais selon des formules différentes. Ainsi, entre la fin du iie et le début du iiie siècle, un secrétaire ayant assuré la rédaction d’un registre des recettes mensuelles de la douane de Soknopaiou Nesos était identifié par son idionyme et par son nom de fonction abrégé en γρ (αμματεύς) sans qu’aucun qualificatif de nature fiscale ou géographique fût explicité. De la même manière, les secrétaires par l’intermédiaire desquels les fermiers des taxes de l’ἐρημοφυλακία et du παρόδιον avaient émis des quittances étaient identifiés par leur idionyme et nom de fonction abrégé21. S’agit-il de γραμματεῖς intégrant les douanes ou bien l’absence de qualificatifs du nom de fonction doit-elle suggérer qu’ils étaient issus d’autres domaines de l’administration fiscale ? Cela paraît admissible, tout comme pourrait l’être l’hypothèse d’une différenciation des pratiques d’énonciation de l’identité découlant du type et de la fonction des documents produits. Rien ne permet de trancher sur la question. Quoi qu’il en soit, des scribes professionnels devaient être certainement à l’origine des quittances en forme objective, où l’on authentifiait les documents par différents signes écrits telles les expressions χωρὶς χαρακτῆρος, χωρὶς σφραγῖδος ou par l’apposition d’un sceau.

11L’élément régional émerge encore une fois comme un facteur discriminant entre les acteurs de la production documentaire. Dans le nome Arsinoïte, la présence d’acteurs, nommément identifiés comme étant à l’origine de la production documentaire, est très limité dans l’espace et dans le temps. Ainsi, les « préposés à la douane » étaient intervenus seulement pendant un demi-siècle pour la rédaction de laissez-passer, tandis que les fermiers et les agents de la taxe pour la garde du désert et du παρόδιον furent désignés comme autorités responsables des quittances de manière ponctuelle et probablement en raison de modalités de paiement de l’impôt différentes. C’est en revanche l’institution même de la douane, la πύλη, qui l’emporte comme autorité responsable de l’émission de laissez-passer et quittances autorisant la circulation des gens qui les possédaient. Peut-être pourrait-on parler de dépersonnalisation formelle des pratiques documentaires, derrières lesquelles se cachaient bien entendu les calames infatigables des scribes professionnels des douanes. Tout autre est le tableau que nous avons reconstitué pour les nomes de la Haute-Égypte et pour le désert Oriental. Dans les uns, les fermiers des taxes douanières et les superviseurs qui les épaulaient ou qui les remplaçaient apparaissent comme source unique de la production documentaire des douanes, cette dernière étant limitée aux quittances épistolaires et aux comptes. Dans l’autre, des personnels aux technonymes inavoués étaient à l’origine de l’émission de laissez-passer, destinés à des exécutants qui intégraient peut-être eux aussi la production documentaire de la douane de Bérénice. Ces éléments sont révélateurs des relations hiérarchiques internes aux douanes dans les différents districts de la province.

La hiérarchie douanière à la lumière des pratiques documentaires

12D’une manière générale, les formulaires employés par les fonctionnaires dans les échanges épistolaires peuvent révéler les relations hiérarchiques existantes entre les expéditeurs et les destinataires des missives. Selon cette approche ont été étudiés la correspondance officielle de Menches, κωμογραμματεύς, « secrétaire du village » de Kerkeosiris dans le dernier quart du iie s. av. J.-C. et les laissez-passer du désert Oriental22. Pour notre part, nous tenterons de préciser la place de chacun des acteurs de la production documentaire dans la hiérarchie douanière des régions documentées, en nous aidant également des conclusions de ces études. En raison des spécificités de notre corpus, nous suivrons un classement géographique, qui tient compte des différentes unités administratives identifiées, à savoir les villages, les nomes et les groupements de nomes.

13Les documents conservés dans l’Arsinoïte permettent de reconstituer avec une certaine précision la pyramide organisationnelle des douanes dans le district. Ainsi, les « préposés à la douane », les πρὸς τῇ πύλῃ, affectés aux villages de Soknopaiou Nesos et de Bakchias, avaient été chargés au ier siècle d’émettre des documents certifiant sinon qu’un impôt douanier avait été acquitté, du moins que le transporteur avait soumis les produits transportés et les moyens de transport mobilisés, ânes et chameaux, aux contrôles de ces personnels. Les « préposés à la douane » avaient donc été dotés d’une autorité suffisante pour autoriser les contribuables à passer la douane et à émettre les documents nécessaires à cet effet, dont ils pouvaient certifier la validité par leur signature. En cela, leurs fonctions différaient de celles attribuées au gens portant le même titre et affectés à la douane de Bérénice, qui étaient appelés, parmi d’autres acteurs, à exécuter les ordres de laissez-passer émanant des personnels douaniers stationnant, très probablement, à Coptos23. Le nom de fonction laisse penser que les πρὸς τῇ πύλῃ de Soknopaiou Nesos officiaient dans des bureaux douaniers voisins de la porte d’entrée du village24. Il est probable que des tâches fiscales leurs aient été attribuées, ainsi que le suggère le formulaire du prescrit épistolaire précisant également le domaine fiscal de compétence, à savoir le λιμὴν Μέμφεως et l’ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή. Ces tâches consistaient peut-être en l’encaissement des recettes douanières, ce qui aurait légitimé l’émission de laissez-passer. Ils étaient assistés dans l’exercice de leur fonction par des χειρισταί, titre que l’on a traduit par « gérants », « administrateurs ». La présence de χειρισταί est attestée seulement par deux documents ; elle pouvait découler de l’indisponibilité d’un πρὸς τῇ πύλῃ. Quant à savoir si les πρὸς τῇ πύλῃ étaient employés par les douanes ou s’il s’agissait de fonctionnaires publics, il est difficile de trancher. En effet, si leurs fonctions laissent penser que ce personnel relevait de la hiérarchie douanière, le titre qu’ils portent se rattache davantage à un contexte administratif, documenté à l’époque lagide dans la gestion des ressources en céréales et des navires pour le transport du blé25. Les πρὸς τῇ πύλῃ apparaissant au début de la période, la possibilité d’une dérivation de ce nom de fonction des titres d’époque lagide susmentionnés ne peut pas être exclue.

14À la même époque, aux côtés des πρὸς τῇ πύλῃ de Soknopaiou Nesos, officiaient les auteurs « anonymes » de laissez-passer. Des homologues de ces auteurs anonymes étaient actifs également à Karanis, Philadelphie et Tebtynis. Il est probable que ces gens occupaient une position hiérarchique proche de celles des « préposés à la douane ». Comme ces derniers, ils disposaient de l’autorité pour émettre des documents, en l’occurrence des ordres de laissez-passer, après avoir contrôlé les marchandises et peut-être encaissé les montants des taxes évoquées, à savoir l’ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή, l’ἐρημοφυλακία et le λιμὴν Μέμφεως. Dans ce cas aussi, les procédures de contrôle devaient avoir lieu dans des structures situées à proximité de la πύλη, tels des entrepôts. Ces auteurs anonymes n’avaient pas l’habitude de marquer par leur signature la validité du document émis, mais disposaient dans leurs bureaux de sceaux gravés au nom et à l’effigie de l’empereur régnant. Nous aurions tendance à voir dans ces auteurs « anonymes » des scribes professionnels, que nous situerions volontiers à un stade immédiatement antérieur à (ou contemporain de) la formation des formulaires des quittances en forme objective, avec qui les laissez-passer partagent des similarités frappantes26. On ne peut pas prouver avec certitude que ces scribes faisaient partie des personnels recrutés par les douanes, mais l’hypothèse paraît vraisemblable. On pourrait de ce fait supposer que ces personnels relevaient des secrétaires (γραμματεῖς) des douanes, dont un est attesté dans le village portuaire de Ptolemais Hormou et supervisait les prélèvements dus pour la taxe du centième et du cinquantième (ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή). L’élément commun entre ces personnels douaniers est essentiellement le fait que leurs domaines de compétence ne dépassaient pas l’échelle géographique du village, ou plus précisément du bureau douanier du village.

15À un niveau hiérarchique supérieur se situaient les fermiers, μισθωταί et πραγματευταί, intervenant dans la production documentaire de l’Arsinoïte de manière limitée et dans la plupart des cas par l’intermédiaire d’un personnel subordonné, secrétaires et assistants. Pouvant prendre à ferme plus d’une taxe pour un ou plusieurs nomes, leur sphère de compétence était définie par le préfet d’Égypte, qui avait la possibilité de donner en concession ou de retirer la ferme annuelle à un fermier. À ce jour sont attestées seulement les μισθωταί de l’ἐρημοφυλακία et de l’ἐρημοφυλακία καὶ παρόδιον, ces derniers étant responsables de nomes de la Basse-Égypte27. Ainsi, le préfet d’Égypte Mettius Rufus s’adressait à l’un de ses subordonnés pour mettre fin à la ferme de l’ἐρημοφυλακία qu’un certain Kronion fils d’Haryotes avait obtenue. Il est probable que le lieu d’exercice des fonctions de ces μισθωταί et πραγματευταί se situait dans la métropole du nome concerné et que, dans le cas d’une ferme étendue à plusieurs nomes, ils déléguaient à des personnels subordonnés. Ayant pris à ferme des taxes douanières, ils étaient responsables des recettes déclarées à l’État dans les registres mensuels et annuels et disposaient probablement de sceaux personnels, à l’instar des fermiers généraux nommés λιμενάρχης et ἀραβάρχης28. Il est impossible de se prononcer avec précision sur la nature des rapports que les μισθωταί et les πραγματευταί de l’ἐρημοφυλακία entretenaient avec le λιμενάρχης, personnel en chef de la douane de Memphis, faisant office de bureau douanier de l’épistratégie de l’Heptanomie. Un seul indice pourrait suggérer qu’il existait aussi des πραγματευταί du λιμὴν Μέμφεως : il s’agit du prescrit du registre douanier de Bakchias datant de 114 qui fait état de la présence du πραγματευτής Kollouthes en qualité d’agent subordonné du λιμενάρχης Claudius Herakleides. Le nom de fonction πραγματευτής n’était pas connoté par un qualificatif de nature fiscale ou géographique ; il pourrait donc s’agir aussi d’un simple agent qui représentait le λιμενάρχης absent lors de la rédaction du registre. Quant aux rapports existant entre les μισθωταί de l’ἐρημοφυλακία et le νομάρχης dans le nome Arsinoïte, il convient, avec F. Reiter, de les situer à un même niveau hiérarchique. Fermier spécifique au nome Arsinoïte, le νομάρχης d’époque romaine était chargé de la collecte de la taxe de l’ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή, ainsi que l’illustrent une pétition et un extrait du γνώμων, texte émanant des autorités publiques et fixant les montants officiels des prélèvements pour telle ou telle autre taxe douanière29. La sphère géographique des compétences du νομάρχης était celle du nome Arsinoïte ; de son autorité relevaient les responsables de la collecte de la taxe, tels les préposés à la douane de l’ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή, et les responsables de la production documentaire qui en découlait, notamment le γραμματεύς affecté au village de Ptolemaïs Hormou30.

16À l’échelle de l’épistratégie de l’Heptanomie, nous devons situer la ferme du λιμὴν Μέμφεως, dont étaient responsables les λιμενάρχαι, qui n’étaient visiblement pas impliqués dans la production documentaire résultant des contrôles. En raison du titre qu’ils affichent, ils doivent être distingués des μισθωταί et des πραγματευταί. En cela, comme F. Burkhalter l’a fait remarquer, la position hiérarchique du λιμενάρχης devait se rapprocher de celle des fermiers de l’ἀραβαρχία de Coptos et de Péluse. Moins évidents sont en revanche les rapprochements possibles avec le νομάρχης, dont la collecte de l’ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή relevait. Le lieu d’exercice des fonctions du λιμενάρχης était, selon toute probabilité Memphis. Cela permettrait d’ailleurs d’expliquer la présence d’un agent, subordonné du fermier général de la douane de Memphis, portant le titre de πραγματευτής λιμνάρχου, en 114 à Bakchias lors de la rédaction d’un registre mensuel. Du λιμενάρχης devait relever un personnel subordonné considérable, assurément des πραγματευταί présents dans les lieux de prélèvement et assurant la collecte effective de la taxe, et des γραμματεῖς responsables des écritures comptables, dont l’un est attesté dans une lettre du iie ou iiie siècle. Peut-être devrions-nous également inclure parmi les personnels subordonnés de la ferme les « préposés à la douane » qui affichaient dans leur titulature un lien avec la taxe du λιμὴν Μέμφεως.

17La hiérarchie organisationnelle des fermes douanières dans la Haute-Égypte s’éloigne de celle que l’on vient d’étudier. Si à son sommet on peut aisément situer les fermiers à l’origine des quittances conservées, il est en revanche beaucoup moins aisé de reconstituer les niveaux les plus bas de cette hiérarchie. De premier abord, les ostraca de Thèbes, Hermonthis et Syène-Éléphantine, qu’ils concernent la taxe de la πεντηκοστή ou la taxe de la (πεντηκοστὴ) λιμένος Σοήνης, laissent penser à l’absence de tout personnel intermédiaire entre les fermiers (τελῶναι) et leurs collaborateurs (οἱ σὺν αὐτῷ/αὐτοῖς ; οἱ μέτοχοι) d’une part et les payeurs de l’autre. Plusieurs éléments de réflexion pourraient contribuer à éclairer ce phénomène. D’abord, l’organisation territoriale de la ferme : dans chacune des localités représentées il y avait un groupe de fermiers spécifiquement préposés à la perception des taxes du cinquantième ; ces bureaux douaniers, contrairement à ceux de l’Arsinoïte ou de Bérénice, ne relevaient pas de bureaux douaniers supérieurs, telles la limenarchie de Memphis, qui s’étendait à l’épistratégie, et l’arabarchie de Coptos qui concernait la portion méridionale de la région denommée Arabie. Peut-être l’intensité moindre des trafics transitant par ces localités avait-il engendré une hiérarchie administrative moins articulée. Ensuite, l’organisation des groupes de douaniers : comme nous l’avons remarqué, les fermiers des douanes de la Haute-Égypte mentionnaient systématiquement des collaborateurs qui participaient aux activités de collecte des impôts douaniers et d’enregistrement des paiements par l’émission de ces reçus. Quoique absents des documents conservés, des secrétaires et des assistants pouvaient aussi figurer parmi les personnels subordonnés des τελῶναι de la πεντηκοστή du λιμὴν Σοήνης et de la πεντηκοστή, tout comme des personnels chargés de procéder aux contrôles des marchandises taxées.

18Ces personnels et les tâches qu’ils assuraient dans la production documentaire sont en revanche bien visibles dans le dossier du désert Oriental. Or, comme nous l’avons vu, la nature des informations conservées permet certainement de connaître l’identité personnelle des auteurs des documents mais pas leurs fonctions précises. R. Bagnall a à juste titre mis en avant le fait que si les auteurs des laissez-passer de Bérénice ne sentaient pas la nécessité de mentionner leurs titres, cela était dû moins à des pratiques documentaires spécifiques qu’au caractère répété des opérations qu’ils assuraient et des laissez-passer qu’ils émettaient31. Ils faisaient très probablement partie du personnel douanier et doivent, pour cela, être distingués de certains des exécutants de ces ordres, notamment les fermiers de la quintana, quelques effectifs de l’armée et les « préposés à la douane », οἱ ἐπὶ τῇ πύλῃ. Comme nous l’avons évoqué plus haut, le rôle des « préposés à la douane » du désert Oriental est inversé par rapport à ce que nous font connaître les documents de l’Arsinoïte, puisqu’ils se situaient au bout de la chaîne de la douane de l’arabarchie de Coptos. Dans cette région, les auteurs des laissez-passer se situaient plus probablement à un niveau hiérarchique supérieur ; en leur sein nous retrouvons un marchand, ἔμπορος, le seul auteur qui ait précisé son nom de fonction, peut-être parce que ce rôle ne lui était pas habituel ; mais aussi l’affranchi d’un affranchi impérial impliqué dans le commerce des produits transportés32. Le lieu d’exercice des fonctions des auteurs des laissez-passer, ainsi que R. Bagnall l’a soutenu, devait se situer à proximité des lieux où les marchandises étaient effectivement dédouanées et les taxes acquittées. Peut-être s’agissait-il de Coptos, où se trouvaient des entrepôts publics, nommés ἀποθῆκαι, qui auraient servi de lieu de contrôle des marchandises importées et de celles destinées à l’exportation33. À un niveau hiérarchique supérieur se situaient les fermiers des taxes prélevées sur les marchandises, sur les voyageurs (ἀποστόλιον) et sur les moyens de transport (πιττάκιον). Le papyrus de Myziris, couplé à l’inscription de l’ἀποστόλιον, laisse bien penser que les ἀραβάρχαι, à l’instar du νομάρχης dans l’Arsinoïte, assuraient, par l’intermédiaire de μισθωταί, la ferme des taxes douanières frappant la circulation de biens dans la région34. Nous ne nous attarderons pas davantage sur l’ἀραβάρχης, et renvoyons aux études récentes parues sur la question35. Nous nous limiterons à souligner ici la spécificité de l’organisation douanière du désert Oriental et les relations qu’elle devait nécessairement avoir avec les postes de contrôle établis le long du Nil d’une part, et avec les bureaux douaniers alexandrins d’autre part. Ces relations étaient assurées par la production documentaire à la charge des personnels de l’ἀραβαρχία de Coptos : ainsi, le calcul de la τετάρτη conservé sur le verso du papyrus de Myziris, accompagné d’une déclaration écrite du marchand, devait porter les sceaux ou les signatures des personnels de l’arabarchie36. Ces mesures étaient nécessaires pour valider les écritures établies à Coptos que le marchand aurait dû transporter avec les marchandises scellées jusqu’à Alexandrie. Là, dans l’entrepôt réservé au prélèvement de la taxe du quart (τῆς τετάρτης παραλημπτικὴ ἀποθήκη), les personnels de l’arabarchie auraient émis la quittance de paiement37.

Les milieux de recrutement des personnels douaniers

19Il convient à présent de s’intéresser à la manière dont les différents milieux ethniques présents en Égypte se distribuaient au sein de la hiérarchie douanière et à la façon dont s’articulait la présence de Rome, notamment du pouvoir impérial, dans les milieux douaniers. Compte tenu des limites de représentativité de notre documentation, en nous fondant sur la reconstitution hiérarchique que nous venons d’esquisser, on peut arguer que la présence romaine dans l’Arsinoïte et en Basse-Égypte était peu significative.

20Ainsi, les « préposés à la douane » de Soknopaiou Nesos, s’identifiant par leur seuls idionymes, affichaient dans la plupart des cas une identité grecque : aux côtés de l’idionyme Diogenes, fréquemment attesté dans les papyrus d’époque lagide et romaine, et qui s’affirme particulièrement au iiie siècle, on relève des idionymes grecs moins fréquents, tels Phanias et Sotas38. Le premier est attesté 237 fois dans les papyrus ; la répartition chronologique des attestations montre que cet idionyme, fréquent au iiie s. av. J.-C., après un succès temporaire au ier siècle, eut tendance à disparaître progressivement. Le second est en revanche un idionyme spécifique à l’époque romaine : pratiquement absent à l’époque ptolémaïque, il commença à se diffuser au ier s. av. J.-C. et s’affirma entre les iie et ive siècle. La présence des milieux non grecs et romains est marginale parmi les « préposés à la douane », puisqu’on relève un idionyme sémitique et un gentilice impérial Iulius. Le nom araméen Satabous fit son apparition dans les sources se référant à l’Égypte au ier s. av. J.-C. ; il devint très fréquent au ier et au iie siècle, pour ensuite progressivement diminuer aux siècles suivants. Quant à Iulius, il révèle selon toute vraisemblance la présence d’un esclave ou d’un affranchi impérial au sein des personnels douaniers ; il s’agit également du seul πρὸς τῇ πύλῃ ayant validé par sa propre signature le laissez-passer émis. Des deux χειρισταί attestés, nous connaissons seulement l’onomastique du plus récent, Aelius Eudaimon. Ayant obtenu la citoyenneté romaine sous Hadrien, ce χειριστής portait un nom grec très courant dans l’Égypte romaine dès le iie siècle39. On soulignera enfin l’absence de milieux égyptiens dans ce contexte.

21À des considérations similaires conduit l’étude onomastique des fermiers, μισθωταί et πραγματευταί, de l’ἐρημοφυλακία et de l’ἐρημοφυλακία καὶ παρόδιον des nomes Prosopite, Letopolite, Mareotis et Libye. Parmi les noms relevés, un seul témoigne du phénomène des filiations mixtes par l’association d’un idionyme grec et d’un patronyme égyptien. Tel est le cas du fermier de l’ἐρημοφυλακία Kronion fils d’Haryotes qui avait rompu, pour des raisons que nous ignorons, son contrat avec l’État entre 91 et 9240. Si le patronyme égyptien Haryotes est attesté sans solution de continuité entre le iiie s. av. J.-C. et le ier siècle apr. J.-C., l’idionyme Kronion est en revanche un nom spécifique à l’époque romaine, qui s’affirma ex nihilo aux ier et iie siècle41. Le fermier de l’ἐρημοφυλακία Serapammon portait un nom encore moins fréquent, lui aussi typique de la grécité égyptienne d’époque romaine, la totalité des attestations conservées datant du iie au ve siècle42. Le grec qui avait pris à ferme l’ἐρημοφυλακία καὶ παρόδιον des années 154, 156 et 157 affichait pour sa part un idionyme très commun dans l’onomastique de l’Égypte romaine, Kastor43. Les quatre autres fermiers connus portaient des noms grecs et, dans un cas, sémitique : ainsi, Abouthas, fermier de l’ἐρημοφυλακία καὶ παρόδιον pour l’année 164, portait un idionyme d’origine sémitique ayant fait son apparition en Égypte au iie s. av. J.-C. et étant redevenu courant au iie siècle, après deux siècles de disparition. L’un des deux fermiers de l’année 189 Ammonios était probablement issu d’un milieu grec et portait un nom très diffusé dans l’onomastique théophore d’Égypte. Quant à son collaborateur Hersis, il s’agit d’un idionyme peu connu, dont l’origine est difficile à cerner44. Il est enfin probable que parmi les πραγματευταί de l’ἐρημοφυλακία καὶ παρόδιον, l’on retrouve un Grec fils de Grec, ayant obtenu la ferme en 198, ainsi que le suggère le patronyme Ammonas conservé dans deux documents de la collection d’Aberdeen. Comme la plupart des cas que nous venons d’étudier, le nom Ammonas était peu fréquent en Égypte et doit être inscrit au nombre des idionymes grecs caractéristiques de l’époque romaine45.

22Les données onomastiques relatives aux γραμματεῖς clairement identifiés concernent uniquement le iie siècle. Les deux secrétaires qui affichaient dans leur nom de fonction une marque d’appartenance à la hiérarchie douanière étaient issus de milieux grecs aisés du nome Arsinoïte. Ils portaient des noms rarement attestés dans les papyrus : Attios, nom du secrétaire de l’ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή de Ptolémaïs Hormou, n’apparaît que dix-neuf fois, dont deux au iie siècle qui concernent l’élite alexandrine et celle oxyrhynchite ; Phanias, secrétaire du λιμὴν Μέμφεως, portait un nom grec plus fréquent à l’époque lagide, mais qui disparut progressivement à l’époque romaine. Le γραμματεύς Malanas, qui avait été chargé de rédiger un registre du bureau douanier de Soknopaiou Nesos au iie siècle, portait un nom grec spécifique à l’onomastique romaine d’Égypte et particulièrement attesté au iie siècle. À titre de comparaison, il est intéressant de constater que parmi les γραμματεῖς des μισθωταί et πραγματευταί de l’ἐρημοφυλακία καὶ παρόδιον des nomes de la Basse-Égypte, des signes, bien que faibles, de la présence égyptienne apparaissent. Des deux scribes identifiables, Claudius Anoubion portait un nom de dérivation égyptienne et avait été décoré de la citoyenneté romaine, tandis que Neikon affichait un nom grec qui évoque les traditions onomastiques préromaines46. La présence sémitique est attestée aussi dans le domaine des écritures fiscales par la présence du γραμματεύς Abouthas dans une quittance de 154 ; dix ans plus tard, ce dernier avait accédé à la ferme de l’ἐρημοφυλακία des nomes Prosopite et Letopolite.

23Les données onomastiques dont nous disposons sur les fermiers généraux de la taxe du λιμὴν Μέμφεως se limitent à deux cas et leur représentativité est par conséquent très limitée. On relèvera néanmoins que les deux seuls λιμενάρχαι identifiés portaient des gentilices impériaux et des idionymes grecs, Flavius Herakleides et Chaireas. Concernant le premier, l’idionyme Herakleides, très fréquent à l’époque lagide et tombé en désuétude à l’époque romaine, révèle l’appartenance de ce fermier à des milieux grecs. Il devait s’agir d’un membre des élites grecques, peut-être originaire du nome Arsinoïte, ayant acquis la citoyenneté romaine par concession de l’empereur, ainsi que le suggère le gentilice Flavius. Ce λιμενάρχης peut être identifié avec le Flavius Herakleides ayant assuré la charge de νομάρχης en 10847. L’anthroponyme Chaireas est pour sa part très peu attesté en Égypte : relativement bien documenté au Ier s. av. J.-C., il tomba progressivement en désuétude aux siècles suivants48. La parenté de ce λιμενάρχης avec le gymnasiarque Dionysios, qu’il appellait κύριος ἀδελφός dans le prescrit de la lettre qu’il lui adressait, suggère que Chaireas était issu des élites grecques d’Oxyrhynchos.

24Les milieux romains et grecs sont bien représentés parmi les fermiers, τελῶναι et πεντηκοστῶναι, des taxes du cinquantième prélevées à Syène-Eléphantine, à Thèbes et à Hermonthis.

25L’onomastique romaine est attestée dans l’affermage de la πεντηκοστὴ λιμένος Σοήνης entre 95 et 129 pour deux des cinq fermiers identifiés. Ainsi, des deux fermiers ayant assuré la collecte de la taxe au ier siècle, l’un portait le nom Oual[-e, l’autre l’idionyme Apollonios très largement attesté en Égypte49. Il est probable que le fermier Oual[-e doive être identifié avec Pompeius Valens, fermier des années 95-96 et qui portait une onomastique très peu attestée en Égypte50. Un Caius Iulius Maximus avait exercé les fonctions de fermier en 100 et il constitue à ce jour le seul exemple de tria nomina dans les quittances douanières51. Le gentilice impérial Iulius est particulièrement bien attesté entre la fin du ier siècle av. J.-C. et la fin du iiie siècle et pourrait suggérer que les ancêtres de cet homme avaient obtenu la citoyenneté romaine sous Auguste, tandis que le cognomen Maximus est pour sa part bien plus rare en Égypte et commença à se diffuser davantage au iie siècle52, en particulier dans le désert Oriental et, dans une moindre mesure, à Éléphantine et à Alexandrie. Les deux autres fermiers identifiés étaient issus de milieux grecs ou de milieux hellénisés, tel Ammonios, qui portait un nom caractéristique de l’onomastique grecque d’époque romaine en Égypte, et Nikomachos, idionyme spécifique à la période lagide, employé ici comme second nom53.

26La plupart des τελῶναι de la πεντηκοστή prélevée à Thèbes, Hermonthis et Syène-Eléphantine étaient issus de milieux grecs et égyptiens ; deux seulement sont des cas d’onomastique romaine. Les filiations mixtes sont très rares, seul le fermier Phthoumonthes, fils de Ptolemaios affichant, en 71, un idionyme égyptien et un patronyme grec54. Le second cas d’onomastique complète s’inscrivait en revanche dans un milieu éminemment grec et associait un idionyme typique de l’époque romaine, Ammonios, au patronyme Apollonios, dont l’usage se raréfia à l’époque romaine55. Herakleides, Hierax, Kallimachos sont les autres idionymes grecs attestés dans le dossier de la πεντηκοστή thébaïne56. Si le premier est une survivance des traditions onomastiques lagides, les deux autres sont couremment attestés à l’époque romaine. Les idionymes égyptiens Phatres, Pamonthes et Psenthotes reflètent pour leur part le maintien des traditions onomastiques égyptiennes préromaines57. Cornelius Rhetor et Germanus, enfin, sont les seuls noms que l’on puisse associer à des milieux occidentaux58. Si, pour ce qui est de Cornelius Rhetor, nous pouvons vraisemblablement penser qu’il s’agissait d’un citoyen romain, membre de la gens Cornelia ayant adopté le très rare cognomen Rhetor, concernant Germanus on soulignera que vers la même époque, cet idionyme était en usage à Thèbes chez des gens issus de milieux grecs et égyptiens59.

27Les données onomastiques que les ostraca de Bérénice ont conservées sont nombreuses. Les éditions de 2000 et 2005 dirigées par R.S. Bagnall demeurent les références en la matière60. Nous en rappelons ici brièvement les résultats, en nous focalisant sur l’identité ethnique des auteurs des laissez-passer. La plupart des auteurs de ces laissez-passer affichaient une appartenance à des milieux grecs et portaient des noms très usités à l’époque lagide, qui disparurent progressivement à l’époque romaine. Tel est le cas de Sosibios, auteur de trente-cinq laissez-passer, le nom étant bien documenté au ier siècle av. J.-C. dans le nome Hérakéopolite, puis au ier siècle dans les ostraca de Bérénice61. Ces considérations peuvent être élargies aux idionymes Herakles (ou Herakleides) et Alexandros, qui révèlent des survivances onomastiques macédoniennes62. Parmi les noms grecs théophores on relèvera la présence de Sarapion et de Sarapion fils de Casius63. Le patronyme Casius ne doit pas être confondu avec le latin Cassius, mais se réfère bien au grec Kasion, dont l’étymologie pourrait rappeler la localité syrienne Kasion64. Comme dans les autres dossiers évoqués, les filiations mixtes sont très rares ; un seul cas a été recensé, relatif à Pakoibis, fils de Ptolemaios. Les milieux égyptiens ne sont presque pas attestés parmi les auteurs des laissez-passer, la seule attestation étant celle de Psenapathes, fils de Pakoibis. Quant aux marques de romanité, les données collectées illustrent une présence assez faible d’affranchis et esclaves impériaux, tels Claudius Philetos, Tiberius et Epaphrodeitos, (esclave) de Delias, (esclave) d’Aimnestos, (esclave) de César, dont les fonctions se rapprochaient cependant davantage d’un marchand que d’un personnel douanier65. On signalera, parmi les milieux allogènes, le nom Rhobaos, dont on a envisagé une possible origine sémitique66. Attesté exclusivement au ier siècle dans les ostraca de Bérénice, il constituerait l’indice de l’intégration de milieux sémitiques aux personnels douaniers, à l’instar de Satabous, « préposé à la douane » de Soknopaiou Nesos.

28Quant aux ἀραβάρχαι, les milieux ethniques d’extraction de ces fermiers ont été amplement étudiés et une prosopographie de ces fermiers a été dressée par F. Burkhalter en 1999. Cette liste peut désormais être enrichie des données conservées sur quelques bouchons d’amphores, étudiés par E. Denecker et K. Vandorpe, et dans un monument épigraphique sur lequel est revenu très récemment J. Bingen67. Entre la fin du ier siècle av. J.-C. et la fin du ier siècle, l’arabarchie de Coptos avait été l’apanage de membres de l’élite juive d’Alexandrie, notamment en la personne d’Alexander Iulius Alexander, de membres de la gens putéolitaine des Annii Plocami, en la personne de Publius Annius Plocamus, d’affranchis impériaux, tel Claudius Aniketos, et également des membres de l’élite procuratorienne équestre, tel Apollonios, fils de l’arabarque Ptolemaios et Tiberius Claudius Geminus alias Isidorus68.

29On constate donc que les milieux grecs eurent un accès sinon exclusif, du moins privilégié, à la ferme douanière et à l’intégration de cette organisation tant dans la Basse-Égypte que dans le nome Arsinoïte. Parmi ces Grecs s’immisçaient parfois des éléments allogènes, proches peut-être de la cité marchande de Palmyre, tandis que la présence d’esclaves et affranchis impériaux s’avère très peu significative. À l’inverse, les membres de l’élite grecque décorés de la citoyenneté romaine apparaissent aux niveaux les plus élevés de la hiérarchie douanière par l’exercice des fonctions de fermier, μισθωτής, et de fermiers généraux du nome Arsinoïte (νομάρχης) et de la douane de Memphis (λιμενάρχης). Cette situation s’éloigne par certains aspects de celle que restituent les textes de la Haute-Égypte. Tout en tenant compte des limites posées par la documentation, notamment le fait qu’elle occulte les strates inférieures de la hiérarchie douanière, on soulignera la présence de citoyens romains portant les duo et les tria nomina parmi les fermiers (τελῶναι), acteurs de la production documentaire de Syène-Éléphantine, qui se fait moins significative à Thèbes et à Hermonthis. Concernant le désert Oriental, nous avons un tableau plus complet, mais sur une période plus restreinte, montrant, d’une part, que les auteurs des écritures douanières présents sur les lieux du contrôle portaient des noms grecs et, d’autre part, que l’intégration de milieux romains, libres ou serviles, plus ou moins directement liés à la famille impériale, ne se faisait pas de façon massive. Il n’en va pas de même pour le milieu des ἀραβάρχαι, dont la plupart avait intégré l’élite alexandrine ou les rangs de l’administration équestre de la province.

Conclusions

30À l’issue de l’étude des acteurs des contrôles, nous pouvons émettre des considérations sur les rôles respectifs des personnels douaniers dans la production documentaire et dans le développement de compétences techniques liées à la production des écritures fiscales des douanes.

31La documentation conservée dans le nome Arsinoïte montre que la présence de personnels douaniers nommément identifiés dans les laissez-passer et dans les quittances fut de courte durée, tels les cas des « préposés à la douane » de Soknopaiou Nesos et des « fermiers » et « agents » responsables de la ferme des taxes de la « garde du désert » et du παρόδιον. C’est en revanche l’institution même de la douane qui s’imposa comme autorité dont émanaient les écrits douaniers, notamment dans les quittances en forme objective, dont les auteurs anonymes étaient des scribes professionnels employés dans les différents bureaux du nome. Les γραμματεῖς, spécialistes des écritures comptables des douanes, intervenaient pour leur part dans la production des écritures fiscales destinées à l’État. À leurs côtés officiaient les fermiers et agents des différentes taxes dans le but de superviser, pour le compte des douanes, la rédaction des registres qui comptabilisaient les revenus reversés à l’État. Ces fermiers et agents, issus essentiellement des milieux grecs et romanisés du nome, relevaient des fermiers généraux connus sous les titres de λιμενάρχης et νομάρχης. Situés au sommet de la pyramide organisationnelle des douanes et recrutés parmi les élites grecques et romanisées des métropoles des nomes, les fermiers généraux n’intervenaient pas dans la production documentaire, leur domaine de compétence étant davantage de nature financière.

32Dans la Haute-Égypte, dans les nomes Pathyrite, Péri-Thèbes et Éléphantine, les fermiers des impôts douaniers, qui prenaient ici l’appellation spécifique de « douaniers », τελῶναι, et leurs collaborateurs s’affichaient comme les seules autorités responsables de la production documentaire. Ces acteurs jouèrent, tout au long de la période, un rôle majeur dans la production des quittances adressées aux contribuables. Aux côtés de ces fermiers, des personnels portant le titre d’ἐπιτηρηταί et que l’on pourrait identifier avec des « superviseurs », intervenaient comme auteurs des quittances, ainsi que de comptes inventoriant les revenus douaniers sur un ou plusieurs jours. Contrairement à ce que l’on relève dans l’Arsinoïte, c’étaient ces gens qui assuraient la validité des quittances et des paiements qu’ils reportaient, l’institution douanière n’y apparaissant pas. Les milieux grecs et romains apparaissent comme le principal vivier de recrutement des fermiers, face à une composante égyptienne minoritaire, mais tout de même présente.

33Dans le désert Oriental, enfin, nous sommes confrontés à une étude de cas tout aussi spécifique. Si les auteurs des écrits douaniers précisaient leur identité personnelle à l’attention de leurs collaborateurs et/ou subordonnés, jamais ils ne faisaient état de leurs technonymes. Ces données étaient en revanche constamment renseignées dès lors qu’il s’agissait d’identifier les destinataires/ exécutants de ces ordres. Parmi ces derniers l’on peut identifier « les préposés à la douane » et les « fermiers de la quintana », qui, malgré leurs rôles nettement distincts dans l’organisation douanière, revêtaient ici des prérogatives identiques, à savoir la vérification des laissez-passer et des marchandises des contribuables. Issus essentiellement des milieux grecs, ces gens occupaient ainsi le dernier échelon de la ferme douanière de la région. À son sommet se trouvaient les fermiers généraux, les ἀραβάρχαι membres des élites grecque, romaine et juive d’Alexandrie et de Pouzzoles.

34Un constat émerge de l’ensemble des cas étudiés : la présence très faible d’esclaves et affranchis impériaux comme instruments de contrôle et de contrainte au sein des différentes douanes de la province. Autres furent les dispositifs que les pouvoirs publics déployèrent afin de superviser les contrôles et les documents qui en découlaient et de garantir, in fine, la protection de ses revenus fiscaux et celle des gouvernés.

Notes de bas de page

1 Deux contributions majeures, l’une relative à la correspondance échangée entre le scribe du village de Kerkeosiris et d’autres fonctionnaires à la fin du iie s. av. J.-C., voir A. M. Verhoogt, Menches, Komogrammateus of Kerkeosiris : The Doings and Dealings of a Village Scribe in the Late Ptolemaic Period (120-110 B.C.), Leyde/New York/Cologne, Brill (Papyrologica Lugduno-Batava 29), 1998, p. 70-82, l’autre relative au dossier des laissez-passer de Bérénice (R. S. Bagnall, « Rôles publics et privés dans l’économie impériale… », art. cité, p. 289-303), ont été d’une aide précieuse dans notre réflexion.

2 Voir BGU XIII 2304, 136.

3 Voir N. Grimal, « Travaux de l’Institut français… », art. cité ; C. Gallazzi, « La ripresa degli scavi… », art. cité.

4 Voir LSJ, s.v. πρός B. II : « to express close engagement ».

5 P.Fouad. I Univ. 34, avec la lecture χειριστής proposée par Z. Borkowski, « Reçus d’octroi provenant de l’Arsinoïte », Cd’É 45, 1970, p. 328-331 ; P. Customs 299. Le titre de χειριστής, évoquant par son étymologie une sphère de compétences liées à la gestion et à l’administration, est particulièrement bien attesté dans les documents résultant de la collecte des impôts directs (de capitation ainsi que d’imposition foncière) qui était à la charge des πράκτορες ἀργυρικῶν. Les χειρισταί ont été traditionnellement identifiés avec des assistants de ces collecteurs, voir Sh. Wallace, Taxation in Egypt…, op. cit., p. 306 et 309-311.

6 P.Rein. II 95 ; P.Fouad. I Univ. 34.

7 BGU XI 2057, 91-92 ; P. Lond. III 964, 176-300.

8 Voir Sh. Wallace, Taxation in Egypt…, op. cit., p. 505 s.v. misthôtês

9 Chantraine s.v. πράσσω, p. 935 ; LSJ, s.v. πραγματεύομαι, 2. D’après le Papyrological Navigator, parmi les occurrences papyrologiques des mots en πραγματευτ-, seulement 2 datent de l’époque ptolémaïque, UPZ I 39 et 40. Le substantif est ici marqué par un a privatif : UPZ I 39, l. 20-22 : ὑφʼ ἡμῶν ἐν τῶι ἱερῶι ὄντος / ἀπραγματεύτου καὶ τὴν περὶ τούτων / οἰκονομίαν ; UPZ I 40, l. 15-16 : ὑφʼ ἡμῶν ἐν τ[ῶ]ι ἱερῶι ὄντο[ς ἀ]πραγματεύτου κ[α]ὶ [τὴ]ν / περὶ τούτων οἰ[κο]νομίαν.

10 On aimerait savoir sur la base de quels parallèles les éditeurs de deux papyrus d’Aberdeen ont proposé ces restitutions ; peut-être se sont-ils inspirés des documents homologues émis à la même époque en Haute-Égypte.

11 Le titre de λιμενάρχης se retrouve dans un seul autre document datant du iie ou du iiie siècle, relatant un échange épistolaire entre un λιμενάρχης et un gymnasiarque, P.Oxy. I 117. Dans la formule épistolaire, l’expéditeur s’identifie par son idionyme et nom de fonction λιμενάρχης, sans précisions ultérieures ; il s’adresse à son interlocuteur, qu’il identifie par son seul idionyme par la formule Χαιρέας Διονυσίωι τῶι/κυρίωι ἀδελφῷ χαίρειν. Par la missive l’on apprend qu’il s’agissait du gymnasiarque, auquel le λιμενάρχης s’adressait pour des affaires privées, voir P.Oxy. I 117, 20 : Διονυσίωι γυμνασι (άρχῳ) παρὰ Χαιρέου λιμενάρχου.

12 Sh. Wallace, Taxation in Egypt…, op. cit., p. 288-289.

13 Dans le prescrit du registre P.Wisc. II 80, de l’ἐπιτηρητής on avait précisé l’idionyme, le patronyme et le lieu de résidence, introduit par la préposition ἀπό, avant de donner son nom de fonction, ὁ ἐπιτηρητής, « le superviseur », et la localisation de la douane d’affectation, tandis qu’en clôture du texte on avait simplement évoqué les éléments d’identification personnelle, à savoir l’idionyme et le patronyme. Les autres personnels de supervision attestés sont des ἀραβοτοξόται, « archers arabes », identifiés par l’idionyme et par le nom de fonction. Selon ces mêmes pratiques on avait procédé à l’identification de l’ἐπιτηρητής de la douane de Soknopaiou Nesos et de l’ἀραβοτοξότης qui l’assistait dans ses fonctions dans un registre daté du iie ou du iiie siècle.
La fonction du document pouvait également orienter les pratiques d’énonciation de l’identité de leurs auteurs, comme l’illustre la pétition adressée par un prêtre, nommé ἀραβοτοξότης, de la douane de Soknopaiou Nesos. Ce dernier y énonce l’idionyme, le patronyme et le papponyme, la provenance, introduite par la préposition ἀπό, ainsi que le nom de fonction et le lieu d’affectation, voir P.Amh. II 77, l. 1-5 : Ἰουλίωι Πετρωνιανῷ τῶι /κρατ[ί]στῳ ἐπιστρατήγῳ / παρὰ Παβοῦτ[ο]ς τοῦ Στοτοήτεως Πανομιέως / ἱερέως ἀπὸ κώμης [Σ]οκνοπαίου Νήσου τῆς / Ἡρακλείδου μερίδος [τοῦ Ἀ]ρσ[ι] νοίτου νομοῦ Ἀραβο/τοξότου πύλη[ς] τῆς αὐτῆς Σοκνοπαίου Νήσου.

14 Voir R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 2, op. cit., p. 3 ; R. Ast, R. S. Bagnall (éd.), Documents from Berenike, vol. 3, op. cit., p. 4-5.

15 Dans l’édition des ostraca de Bérénice et dans les études qui ont suivi, R. Bagnall a identifié plusieurs groupes de documents en fonction de l’identité des auteurs. Voir la synthèse en R. S. Bagnall, « Rôles publics et privés dans l’économie impériale… », art. cité, p. 293-294 ; R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 2, op. cit., p. 3-5.

16 LSJ, s.v. ἐπί, B, III 6 : « of persons in authority ».

17 οἱ ἐπὶ τῇ πύλῃ : O.Ber. 1, 36-49 ; 89-93 ; 146 ; quintanesis : O.Ber. 1 50 ; 54 ; 79 ; 86 ; O.Ber. 2 145 ; 184-188. Il n’est pas aisé de préciser la nature des fonctions des quintanensis officiant à Bérénice. Ainsi que R. S. Bagnall le souligne, ce nom de fonction doit être mis en rapport avec la taxe de la quintana, qui frappait les bêtes de somme employées dans les trafics du désert Oriental ainsi que les propriétaires ou les exploitants de ces bêtes de somme, chameaux et ânes essentiellement. Voir R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 2, op. cit., p. 5-6. Quelles étaient les relations entre les préposés au poste de douane de Bérénice et les quintanensis, eux aussi destinataires d’odres de laissez-passer, il est à présent, difficile de le préciser. On peut, avec R. S. Bagnall, supposer qu’il s’agissait de subordonnés des préposés au poste de douane, chargés temporairement des opérations de contrôle qui se déroulaient au poste de douane de Bérénice. Voir R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 2, op. cit., p. 7. Dans un certain nombre d’ostraca (O.Ber. 1 70-71 ; 75-77) un autre nom de fonction apparaît dans sa forme abrégée ; il s’agit κουδ (), probable translittération grecque du latin quad (). Le développement de ces abréviations demeure épineux, notamment en l’absence de parallèles latins comme grecs. Voir R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 1, op. cit., p. 13.

18 O.Ber. I 51-53 ; 55-67 ; Voir H. Cuvigny, La route de Myos Hormos, op. cit., 2006, p. 690-692.

19 Variante (a) : O.Ber. I 1-35 ; O.Ber. I 69 ; 72 ; 73-74 ; 78 ; 87-88 ; O.Ber. II 152 ; variante (b) : O.Ber. I 68 ; variante (c) : O.Ber. II 153-163 ; 165 ; 166-183.

20 P.Oxy. LXXVIII 5179 et P. Coll. Youthie 54.

21 P.Aberd. 37, 38, 39 ; P. Lond. II 318 ; BGU XV 2543.

22 A. M. Verhoogt, Menches, komogrammateus, op. cit., p. 70-82 ; R. S. Bagnall, « Rôles publics et privés dans l’économie impériale… », art. cité, p. 289-303.

23 R. S. Bagnall, « Rôles publics et privés dans l’économie impériale… », art. cité, p. 299-300.

24 Nous pourrions en effet supposer que ces bureaux se situaient à proximité d’entrepôts (θησαυροί, ἀποθῆκαι) où les marchandises étaient soumises aux vérifications certifiées dans les textes conservés.

25 Il s’agit du πρὸς τῆι σιτηρᾶι (τῆς ἐξαιρέσεως) et des πρὸς τῆι ναυλώσει ; les premières attestations de ces fonctions proviennent du nome Arsinoïte, notamment des archives d’Oxyrhyncha, voir P.Erasm. II 28 (153-152 av. J.-C.) ; P.Erasm. II 25 (13 août 152 av. J.-C.) ; les deux fonctions sont également attestées dans les archives hérakléopolitaines du Ier s. av. J.-C., voir BGU XVIII.1 2736 (87-86 av. J.-C.) ; 2737 (1er août 86 av. J.-C.) ; 2740 (87-86 av. J.-C.) ; 2755 (78-77 av. J.-C.) ; 2756 (78-77 av. J.-C.) ; P.Berl. Salm. 17 (28 janvier 77 av. J.-C.) ; SB V 8754 (77 av. J.-C.) ; BGU VIII 1741 (5 ou 18 juillet 63 av. J.-C.) ; BGU XVIII.1 2759 (milieu Ier siècle av. J.-C.).

26 Voir supra, § 1.2, p. 33 et suiv.

27 P. Lond. III 964 ; BGU XI 2057.

28 Pour les λιμενάρχαι, voir P.Oxy. I 117. Pour les sceaux des ἀραβάρχαι, voir E. Denecker, K. Vandorpe, « Sealed Amphora Stoppers and Tradesmen in Greco-Roman Egypt : Archaeological, Papyrological and Inscriptional Evidence », BABesch 82, 2007, p. 122-123.

29 P.Amh. II 77, l. 10-12 : ἐπέδωκα /τ[ο]ῖ̣ς̣ τῆς [νομαρχίας ἐπι]τηρητα[ῖ]ς ἀντί[γρα-]/φον. ; P.Oxy. Hels. 16, 133 : μέρος γ̣νώμον (ος) (ἑκατοστῆς) καὶ (πεντηκοστῆς) [νομ (αρχίας)] /Ἀρσινοείτου/ μόσχου ἢ̣ ταύρ̣ου ἢ δαμάλε-/ως (δραχμὰς) ϛ (διώβολον)/μέρος γνώμονος ἐρημοφυλα̣[κίας]/ βοὸς (δραχμὰς) β/μόσχου (δραχμὰς) β ; P.Wisc. II 80, 114, l. 6-10 : λόγος τῶν περιγεγονότων ἀπὸ ἐπιτη/ρέσεως τῆς αὐτῆς πύλης ἀπ̣ὸ α ἕως λ/τοῦ Θὼθ μηνὸς το (ῦ) ἐνεστῶτος ιη (ἔτους)/Τραιανοῦ Καίσαρος τοῦ κυρίου κατὰ τὸν/γνώμονα.

30 P.Oxy. LXXVIII 5179 verso : Ἀττίωι γρ (αμματεῖ) (vacuum ?) (ἑκατοστῆς) καὶ (πεντηκοστῆς) Πτο (λεμαΐδος) Ὅρμ (ου).

31 R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 1, op. cit., p. 4-7.

32 O.Ber. I 94 ; voir R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 2, op. cit., p. 74-78.

33 SB XVIII 13167, voir F. Morelli, « Dal Mar Rosso ad Alessandria… », art. cité, p. 231. Cette hypothèse est en effet corroborée par les archives de Nikanor, parce qu’elles prouvent que les marchandises destinées aux ports de Bérénice et de Myos Hormos étaient prises en charge à Coptos ; quelle que fût l’imposition fiscale prélevée, elle avait dû être acquittée dans cet ἐμπόριον et c’est là que les laissez-passer pouvaient être délivrés. Cela ne permet pas pour autant de savoir pourquoi on n’a retrouvé aucune quittance, ni parmi les ostraca de Bérénice, ni parmi ceux provenant de Coptos. Par les quittances que lui adressaient ses clients on sait qu’un ou deux des produits dont Nikanor et ses agents assuraient le transport, notamment le φάρμακον et l’argenterie, pouvaient faire l’objet d’une exportation (voir H. Cuvigny [dir.], La route de Myos Hormos, op. cit., p. 275) ; ils devaient par conséquent être dédouanés, au même titre que les produits qui quittaient la Vallée pour une redistribution dans les deux ports. Doit-on dès lors supposer que Nikanor ne conservait pas ses quittances ou bien que l’acquittement des taxes douanières était à la charge du propriétaire des marchandises ? Difficile de savoir. Sur cette catégorie d’entrepôts, voir L. Rossi, « Entrepôts et commerce. Études de cas de l’Égypte hellénistique et romaine », CCG (manuscrit soumis pour expertise).

34 SB XVIII 13167, l. 9-10 : « ταῖς/[τοῦ πλο]ί̣ου ἀπὸ τοῦ νῦν μέχρι τεταρτολογίας δαπάναις πάσαις », voir verso, l. 11-12 : « τῶν δὲ λοιπῶν ὑπὸ τῶν ἀραβαρχῶν πλείω ὑπὲρ/τῆς τεταρτολογίας » ; I. Portes 67, l. 2-5 : ὅσα δεῖ τοὺς μισθω/τὰς τοῦ ἐν Κόπτωι ὑποπείπτον/τος τῆι ἀραβαρχίᾳ ἀποστολίου πράσ/σειν κατὰ τὸν γνώμονα̣ ; 21-22 et suiv. : « πιττακίου καμήλων ὀβολὸν ἕνα, / σφραγισμοῦ πιττακίου ὀβολοὺς δύο »

35 F. Burkhalter, « Les fermiers de l’arabarchie… », art. cité ; Id., « Le “tarif de Coptos”… », art. cité ; F. De Romanis, « Commercio, metrologia, fiscalità… », art. cité ; F. Morelli, « Dal Mar Rosso ad Alessandria… », art. cité ; A. Tchernia, Les Romains et le commerce, Naples, Centre Jean-Bérard (Études-Centre Jean-Bérard 8), 2011, p. 62-64 et 72-73.

36 Voir P.Oxy. I 36, 9-12 : ὁ ἔμπορος ἐκφορτιζέ[τ]ω, /καὶ ἐὰν μὲν εὑρεθῇ τ[ι] ἕτε/ρον ἢ ὃ ἀπεγράψατο, στερή/σιμον ἔστω.

37 Pour les entrepôts d’Alexandrie, voir SB XVIII 13167. Voir P.Oxy. I 36, col. 3. D’après les restitutions proposées par les éditeurs, le document ferait état de l’obligation pour les douaniers de rédiger un chirographe certifiant les contrôles effectués sur les marchandises transitant sur le Nil : « καὶ παρὰ τῶν ἐ[γλαβόντων] /τὰ τέλη χερογραφ[ίαν] [λαμβ]α/νέτωσαν ἵνα εἰς τὸ μέλ/λον ἀσυκοφάντητοι /ὧσιν ».

38 Diogenes : BGU XIII 2305 et 2306 ; l’idionyme est attesté 1302 fois d’après Trismegistos People ; Phanias : P.Rein. II 95 ; Sotas : BGU XIII 2304.

39 Voir Trismegistos People, s.v. Eudaimon.

40 BGU XI 2057.

41 L’idionyme Kronion est attesté 947 fois d’après le Trismegistos People.

42 P. Lond. III 964, le nom Sarapammon est attesté 718 fois dans le Trismegistos People, la plupart des attestations sont concentrées entre les IIIe et IVe siècles.

43 Stud. Pal. XXII 122 ; SBVI 9197 ; P. Lond. II 318. L’idionyme Kastor est attesté 1388 fois d’après le Trismegistos People.

44 BGU XV 2543. L’idionyme Ammonios est attesté 3979 fois dans le Trismegistos People. Il est attesté dès le iiie siècle av. J.-C., mais il devient plus fréquent à partir du siècle suivant. L’idionyme Hersis est attesté en revanche seulement deux fois, la seconde attestation se trouvant dans un document daté du ive siècle (SB XVIII 13948).

45 P.Aberd. 37 et 38. Le nom Ammonas (gen. Ammonatos) est attesté 208 fois d’après Trismegistos people ; très peu attesté aux ier siècle av. J.-C.- ier siècle apr. J.-C., il devient plus fréquent dès le iie siècle.

46 L’assistant (βοηθόος) Arteos (ou Atreos) n’a pas été intégré à notre étude. D’après les éditeurs, l’idionyme Arteos résulte peut-être d’une métathèse et nous devrions dans ce cas lire Atreos. Ce nom est tout de même très rare ; il pourrait révéler l’appartenance de cet assistant à un milieu grec.

47 L’editio princeps des deux fragments dont est constitué le document, P.Merton I 15 et Clauson, voir N. Y. Clauson, « Customs house registry from Roman Egypt (P.Wisconsin 16) », Aegyptus 9, 1928, p. 240-280, a donné lieu à deux lectures différentes du gentilice impérial, que le deuxième éditeur (P.Wisc. II 80) n’a pas signalées. Le numéro d’identifiant de ce Flavius Herakleides doit aussi être rectifié. Les lectures étant assurées dans les deux cas, il faudrait alors supposer, avec les éditeurs du P.Merton I 15, une faute du scribe (voir P.Wisc. II 80). Voir F. Reiter, Die Nomarchen des Arsinoites, op. cit., p. 38.

48 Le moteur de recherche de Trismegistos People recense seulement 81 attestations de cet idionyme.

49 P.Eleph. Wagn. I 60. L’idionyme Apollonios est bien attesté entre les iiie et ier av. J.-C. siècles ; son usage persiste pendant les trois premiers siècles de la domination romaine.

50 O.Wilck. 43.

51 SB V 7579.

52 Cet idionyme compte 555 attestations d’après Trismegistos People.

53 Ammonios : SB V 7580 ; O.Wilck. 150 ; P.Brookl 64 ; P.Eleph. Wagner I 57. Nikomachos : P.Eleph. Wagner I 56. L’emploi de Nikomachos comme second nom est un unicum dans le dossier des quittances douanières de la Haute-Égypte.

54 O.Bodl. II 1083. L’idionyme Phthoumonthes est attesté 391 fois d’après Trismegistos People et essentiellement à l’époque romaine. Le patronyme Ptolemaios, qui évoque l’onomastique de l’époque lagide, est attesté sans solution de continuité depuis le iiie siècle av. J.-C.

55 O.Leid. 44, 12-13, voir également O.Bodl. II 1082 daté de 65, où le fermier de l’année porte le nom d’Ammonios.

56 Herakleides : O.Ont. Mus. I 10 ; O.Bodl. II 1086 ; O.Wilck. 1076 ; Hierax : O.Wilck. 1569, O.Wilck. 801 ; Kallimachos : O.Heid. 260, 199.

57 Phatres : O.Bodl. II 1084, O Camb. 140 ; Pamonthes : O.Bodl. II 1085 ; Psenthotes : O.Heid. 260, 199.

58 O.Wilck. 1056, O.Theb. 91.

59 Milieux grecs : O.Wilck. II 1049 (85), O.Wilck. II 464 (86) ; milieux égyptiens : O.Bodl. II 1910 ; O.Bodl. II 1913.

60 R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 1, op. cit., p. 24-32 ; vol. 2, op. cit., p. 9-14.

61 Les occurrences de ce terme s’estompent, d’après le Trismegistos People, après le ier siècle.

62 Le premier compte 12 occurrences, le deuxième 2. R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 1, op. cit., p. 26 ; vol. 2, op. cit., p. 10.

63 R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 1, op. cit., p. 26 ; vol. 2, op. cit., p. 10.

64 Voir Trismegistos People s.v. Kasios.

65 Claudius Philetos : O.Ber. I 89-93 ; Tiberius : O.Ber. I 54 ; Epaphrodeitos, (esclave) de Delias, (esclave) d’Aimnestos, (esclave) de César : O.Ber. II 184-188.

66 R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 1, op. cit., p. 27.

67 F. Burkhalter Arce, « Les fermiers de l’arabarchie… », art. cité ; E. Denecker, K. Vandorpe, « Sealed Amphora Stoppers and Tradesmen… », art. cité ; J. Bingen, « Un nouvel épistratège et arabarque alexandrin », ZPE 138, 2002, p. 119-120.

68 Publius Annius Plocamus : voir A. Tchernia, Les Romains et le commerce, op. cit., p. 62-64 avec les références bibliographiques plus anciennes ; Claudius Aniketos : E. Denecker, K. Vandorpe, « Sealed Amphora Stoppers and Tradesmen… », art. cité, p. 121-122 ; Apollonios, fils de Ptolemaios : F. Burkhalter Arce, « Les fermiers de l’arabarchie… », art. cité, p. 50-51 ; Tiberius Claudius Geminus : J. Bingen, « Un nouvel épistratège et arabarque… », art. cité, p. 119-120.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.