Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Première partie. Les pratiques du contrôle douanier : une approche documentaire

p. 19-65


Texte intégral

1Le corpus documentaire des douanes égyptiennes, résultant des pratiques écrites du contrôle, se distingue par la quantité et la qualité remarquables des textes conservés. Provenant essentiellement de la vallée du Nil et du désert Oriental, représentatifs des trois premiers siècles d’administration de la province par Rome, ces textes permettent de mener une étude du vocabulaire fiscal, des typologies documentaires et des formes de validation des écritures fiscales des douanes.

Le vocabulaire fiscal

2La première étape de notre analyse porte sur l’étude du vocabulaire fiscal et vise à identifier la nature des impôts prélevés, les taux de prélèvement pratiqués ainsi que les relations entretenues entre le vocabulaire de la fiscalité douanière d’époque romaine et les realia du contrôle des circulations de biens et de marchandises sur l’ensemble du territoire provincial. Nous commencerons par l’étude des appellations des impôts relevés et poursuivrons avec l’étude des appellations que prenaient les bureaux douaniers bénéficiaires des paiements.

3Le relevé des noms des taxes douanières témoigne d’emblée de la variété des impositions pratiquées dans les différents districts administratifs concernés par notre étude, plus précisément le nome Arsinoïte dans la Vallée, les nomes Éléphantine, Pathyrite et Péri-Thèbes en Haute-Égypte et, enfin, la portion méridionale du désert Oriental, ayant à ses extrémités Coptos dans la Vallée et Bérénice sur la côte de la mer Rouge. D’une manière générale, le mot τέλος, dans l’acception de taxe, impôt, qualifié par les adjectifs dérivés d’ἐξαγωγή, « exportation » ou εἰσαγωγή, « importation », désigne les charges fiscales frappant les exportations et les importations, tant dans le grec littéraire que dans les sources documentaires épigraphiques et papyrologiques1. De même que le terme τέλος sans qualificatif précisant la nature de la taxe, l’adjectif τελωνικός peut se référer à des impositions fiscales sans rapport avec les douanes2. La famille des composés ayant en premier terme τέλος au sens de taxe et, en second terme ὠνή, « fermage » se référant au domaine des taxes affermées, a pour sa part produit de mots spécifiques pour désigner les personnels ayant pris à ferme ces impôts (τελώνης) et les établissements où ils exerçaient leurs fonctions (τελώνιον). Cependant, les termes qu’emploie le grec d’Égypte pour désigner les impôts douaniers sont autres ; ils évoquent les taux du prélèvement, les réalités préromaines du contrôle et les institutions préposées à la collecte ; leur nombre et leur variété diffèrent selon les régions.

4Dans le nome Arsinoïte, nous avons relevé quatre noms spécifiques de taxe : l’ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή, « (impôt du) centième et (du) cinquantième », l’ἐρημοφυλακία, « (impôt de la) garde du désert », le παρόδιον, « (taxe) routière » et le λιμὴν Μέμφεως, « impôt douanier de Memphis ».

5La taxe de l’ἑκατοστή καὶ πεντηκοστή, « (impôt du) centième et (du) cinquantième », tire son nom des taux de prélèvement pratiqués, respectivement de 1 % et 2 %. D’après P. J. Sijpesteijn cette appellation, désignant l’imposition de deux prélèvements distincts, l’un s’élevant à 1 %, l’autre à 2 %, pourrait suggérer qu’il s’agissait à l’origine de deux taxes différentes. Cette interprétation s’appuie également sur des quittances faisant état du paiement de deux impôts différents, dont celui de 1 % aurait été en vigueur dès le premier siècle de domination romaine, celui de 2 % aurait été, en revanche, institué sous Trajan3. Le nom de la taxe est complété dans cinq documents par la mention de la nomarchie du nome Arsinoïte, exprimée au génitif. Il s’agit de trois quittances, l’une datant de 142 les deux autres de 145, d’un extrait de compte daté de 134 et d’un extrait du γνώμων de la taxe, document officiel précisant les montants à prélever, datant de 1334. Ces textes suggèrent que la collecte de l’ἑκατοστή καὶ πεντηκοστή était organisée à l’échelle du nome et qu’elle était l’apanage du νομάρχης, collecteur privé du nome Arsinoïte5. Neuf étaient les villages concernés par le paiement de cette taxe, dont six situés à la frontière septentrionale du nome (Dionysias, Soknopaiou Nesos, Philopator alias Theogenus, Karanis, Bakchias, Philadelphie), un situé à la frontière méridionale (Tebtynis), et enfin les villages portuaires de Ptolemaïs Hormou et de Kainê, relevant respectivement des μερίδες d’Hérakleidès et de Polemon et assurant les communications par voie d’eau avec les localités situées au nord et au sud du nome. Cet impôt s’appliquait aux marchandises transportées à l’aide d’ânes et de chameaux.

6Évoquant par son nom le corps des gardes du désert institué sous les Lagides, puis maintenu sous la domination romaine de l’Égypte, la taxe de l’ἐρημοφυλακία, « (impôt de la) garde du désert », fut prélevée sans solution de continuité entre l’année 41 et le iiie siècle dans le nome Arsinoïte. Comme le suggère l’étude du vocabulaire, cette taxe s’appliquait aux transports de marchandises qui empruntaient les routes désertiques au départ du nome Arsinoïte. En effet, le mot ἐρημοφυλακία est un composé tardif du grec d’Égypte résultant de la juxtaposition des mots ἐρῆμος et φυλακία. Dans le grec littéraire, le terme ἐρῆμος était avant tout un adjectif qualifiant des lieux/espaces solitaires et abandonnés et pouvait se référer également à des personnes6. Dans les papyrus, l’adjectif ἐρῆμος se réfère dans la plupart des cas à la terre, dont il exprime l’état d’abandon ou d’inutilisation par son improductivité, et aux biens immobiliers en gardant la même acception de lieu désert et inhabité7. Le substantif ἐρημία se réfère aussi dans la plupart des cas à des lieux, villages et terres8. Dans le composé ἐρημοφυλακία, l’acception du terme ἐρῆμος était probablement plus large et devait se référer aux zones désertiques situées aux limites territoriales des nomes Arsinoïte et Oxyrhynchite en direction des oasis occidentales. La notion d’ἐρῆμος recouvrirait ici une réalité géographique naturelle et artificielle à la fois, notamment les routes et pistes désertiques spécifiques à cette partie de la Vallée, où le mot est particulièrement diffusé9. En cela, le terme ἐρῆμος peut être rapproché du mot ὄρος, notamment à l’acception que ce dernier prend dans le grec de la Haute-Égypte et du désert Oriental, désignant les zones désertiques situées entre Coptos et les ports de Bérénice et Myos Hormos10. Quant au terme φυλακία, il s’agit d’un dérivé tardif du verbe φυλάσσω (φυλάττω), qui dans l’Égypte romaine désigne des corps de garde, dont la nature de civils ou militaires fait l’objet de débat11. La documentation papyrologique fait état de plusieurs variantes de l’appellation de la taxe, dont deux, ἐρημοφυλακία et ἴχνος ἐρημοφυλακία, se réfèrent au nome Arsinoïte, une, μερισμὸς ἐρημοφυλακίας, se réfère au nome Oxyrhynchite12. Concernant les premières, deux pièces de correspondance officielle, aux côtés des quittances et des laissez-passer, prouvent que le φόρος ἐρημοφυλακίας prélevé dans le nome Arsinoïte était bien un impôt ad valorem, dont le calcul était fondé sur la valeur de la marchandise13. Il est difficile de dire si les appellations ἐρημοφυλακία et ἴχνος ἐρημοφυλακία désignaient un seul et unique impôt ou bien s’il agissait de deux taxes différentes prélevées à la même époque dans le nome Arsinoïte. En faveur de la première hypothèse on peut évoquer, avec P. J. Sijpesteijn, les parallèles du τέλος πεντηκοστῆς et de la πεντηκοστή et faire valoir le témoignage de la lettre du préfet mentionnant un seul φόρος ἐρημοφυλακίας14. L’hypothèse d’une séparation des deux taxes pourrait d’autre part être étayée par le P.Harr. II 199, évoquant des φόροι ἐρημοφυλακίας, donc plusieurs impôts inhérents à la garde du désert, ainsi que par la spécificité du terme ἴχνος, qualifiant ici l’ἐρημοφυλακία15. Signifiant littéralement « marque de pieds » et dans une acception figurée « trace », « vestige », « empreinte », le mot ἴχνος est très peu attesté dans les papyrus et se réfère dans la plupart des cas à l’impôt de l’ἐρημοφυλακία16. Le terme, interprété dans une acception éminemment topographique, pourrait être considéré comme un synonyme de ὁδός, ainsi que le suggère la Suda17. Compte tenu de la distribution chronologique et géographique des documents présentant le syntagme ἴχνος ἐρημοφυλακία, il est impossible de déterminer si l’adoption de ce terme est liée à des transformations des aménagements routiers dans les localités concernées ou bien s’il s’agit simplement de l’introduction d’un nouveau formulaire fiscal, qui coexisterait avec celui qui contient simplement le mot ἐρημοφυλακία. Prélevée dans tous les villages de la frange septentrionale du nome Arsinoïte, ainsi qu’à Tebtynis, l’ἐρημοφυλακία frappait les produits importés et exportés à dos d’âne ou de chameau en direction des nomes septentrionaux et méridionaux, ainsi que des oasis occidentales. Différente était, selon nous, la nature de ce que les papyrus du nome Oxyrhynchite nomment μερισμὸς ἐρημοφυλακίας, « impôt de répartition pour la garde du désert ». Ayant une appellation proche de celle que prenaient les impôts de répartition dans le nome Arsinoïte à la même époque, la μερισμὸς ἐρημοφυλακίας était collectée par les πρακτόρες ἀργυρικῶν et était associée à l’impôt de capitation, la λαογραφία18. D’autre part, les ἐρημοφύλακες du nome Oxyrhynchite étaient affectés à des villages situés aux limites occidentales du nome ainsi qu’à l’entrée de la métropole, où des postes douaniers ne sont pas attestés19. Pour ces raisons, il nous a paru préférable de rapprocher la μερισμὸς ἐρημοφυλακίας du nome Oxyrhynchite, d’une part de la μερισμὸς μαγδωλοφυλακίας de l’Arsinoïte et, d’autre part, de la μερισμὸς σκοπέλων de la Haute-Égypte20, plutôt que d’une taxe douanière, dont le nome Oxyrhynchite n’a pour l’heure livré aucun témoignage probant21.

7La taxe du παρόδιον, « (taxe) routière », apparaît dans cinq documents provenant des villages de Soknopaiou Nesos et de Dionysias dans le nome Arsinoïte22. Le mot παρόδιον est une forme substantivée de l’adjectif παρόδιος « situé sur la route » et, dans ce contexte, tient à désigner une taxe routière dont on devait s’acquitter pour parcourir, au moyen de chameaux, les routes caravanières reliant les villages de Soknopaiou Nesos et de Dionysias, dans le nome Arsinoïte, aux nomes Prosopite et Letopolite, situés dans le Delta occidental23. Le montant du παρόδιον était probablement de deux drachmes par chameau ; dans les documents que nous avons conservés, ce montant venait s’ajouter à celui versé pour l’obtention d’un σύμβολον καμήλου ou καμήλων, un « reçu pour un chameau » s’élevant à six drachmes par chameau24. La taxe du παρόδιον fut prélevée entre 154 apr. J.-C. et 164 apr. J.-C. et il n’est pas invraisemblable de supposer que son institution fût liée à des travaux d’aménagement des axes routiers concernés. Sa collecte était du ressort des fermiers de la taxe pour la garde du désert des nomes Prosopite et Letopolite25. À ces derniers revenait également la collecte de la taxe aboutissant à l’émission du σύμβολον καμήλου, un « reçu pour un chameau », s’élevant à 6 drachmes par chameau, dont les prélèvements eurent lieu entre 154 et 198 apr. J.-C.26. Cette taxe concernait les circulations terrestres entre les villages de Soknopaiou Nesos et de Philopator alias Theogenous dans le nome Arsinoïte d’une part, les nomes Prosopite et Letopolite, la côte égyptienne occidentale (Mareotis) et la Libye de l’autre.

8La taxe du λιμὴν Μέμφεως, que nous traduirons par « impôt douanier de Memphis » est attestée dans cent vingt-trois documents ; l’appellation ne présente pas de variantes significatives et apparaît dans la plupart des cas dans sa forme abrégée, selon des typologies d’abréviations assez variées27. À cet impôt se réfère également le composé λιμενάρχης désignant les hommes ayant pris à ferme la taxe et assurant sa collecte28. La taxe était acquittée dans les villages de Dionysias, Soknopaiou Nesos, Karanis, Philopator alias Theogenous, Bakchias, Philadelphie, situés dans les portions septentrionale et occidentale du district. Ces villages étaient les lieux d’arrivée ou de départ de transports qui empruntaient les voies caravanières reliant le nome Arsinoïte aux nomes septentrionaux de l’Heptanomie et aux nomes de la Basse-Égypte. Un fragment de compte atteste en outre que des prélèvements pour le λιμὴν Μέμφεως avaient eu lieu au iiie siècle dans les villages d’Apias, Arsinoê ἐπὶ τοῦ ζεύγματος, Alexandrou Nesos, Hermopolis, Theoxenis, Magais, Philagris – Perkethayt, de la μερίς de Themistos, située au sud du nome Arsinoïte29. Les marchandises que frappait le λιμὴν Μέμφεως étaient exportées ou importées au moyen d’ânes et de chameaux, tandis que des transports par voie d’eau ne sont jamais attestés30. En raison du sens premier du mot λιμήν, désignant littéralement un port, la plupart des interprètes ont identifié cet impôt avec une taxe frappant les marchandises transitant par le port fluvial de Memphis dont le produit aurait été destiné à l’entretien des structures portuaires de la ville31. Or, cette hypothèse se heurte à une donnée majeure issue de notre documentation, à savoir le fait que les transports attestés se faisaient tous par voie terrestre. Il convient dès lors de se pencher davantage sur les sens et les champs d’application du mot λιμήν dans la documentation papyrologique d’Égypte. Comme dans la littérature érudite des géographes antiques, le mot λιμήν peut se référer à des ports naturels, non nécessairement aménagés par l’homme, situés essentiellement dans un contexte maritime32. Le terme est concurrencé par le substantif ὅρμος, se référant généralement à un mouillage33, et employé massivement à l’époque hellénistique et romaine pour désigner les aménagements portuaires sur le Nil et sur la côte érythréenne34. Le recensement des occurrences papyrologiques illustre que le mot λιμήν, dont on compte à ce jour cent trente-cinq attestations, fait son apparition massive à l’époque romaine, les attestations d’époque ptolémaïque s’élevant à quatre et se référant aux ports de Gaza, Séleucie et, dans un cas contesté, à Memphis ou à une localité syrienne35. Compte tenu de ces éléments, il nous paraît plus pertinent de donner au mot λιμήν une acception davantage fiscale et de le rapprocher du latin portus, « douane ». L’expression grecque λιμὴν Μέμφεως se réfère donc selon nous moins à la réalité topographique de Memphis qu’à sa fonction de bureau douanier, dont relevaient certains postes de douane, comme celui de Bakchias qui, en 114, dépendait de la douane de Memphis, ainsi que le suggère l’expression « πύλη Βακχιάδος ὑπο̣πιπτούσα τῷ τῆς Μέμφεως λιμένι », « douane de Bakchias dépendant de la douane de Memphis »36. En ce sens peuvent être interprétés également trois reçus douaniers faisant état de paiements effectués διὰ λιμένος Μέμφεως « par l’intermédiaire de la douane de Memphis »37. Des éléments de comparaison intéressants se retrouvent dans les lois épigraphiques africaine et palmyrénienne portant l’intitulé leges portus, le mot portus prenant dans ces textes l’acception fiscale de douane dans un contexte terrestre38. L’acception fiscale du mot λιμήν dans le grec de l’Égypte romaine n’était pas exclusive et pouvait coexister avec celle, plus traditionnelle mais assurément moins fréquente, de port, que l’on trouve attestée en rapport avec les localités portuaires d’Alsos et de Ptolemaïs Hormou dans le nome Arsinoïte39.

9Les produits que ces impôts frappaient étaient de nature végétale et animale. Une variété extraordinaire de produits végétaux, dont l’inventaire a été établi en premier lieu par P. J. Sijpesteijn, peut y être recensée et évoque les produits attestés dans les quittances de la Haute-Égypte. Le commerce d’animaux d’espèces variées, notamment des ânes et des chameaux, est bien documenté, tandis que celui du poisson y apparaît de manière très marginale40.

10En Haute-Égypte, dans les nomes Pathyrite, Péri-Thèbes et Éléphantine, les appellations de taxes douanières sont deux ; il s’agit de la πεντηκοστή et de la taxe du λιμὴν Σοήνης. La taxe dite πεντηκοστή, « (impôt du) cinquantième », prélevée à Hermonthis, à Thèbes et à Éléphantine, tirait son nom du taux d’imposition, de 2 %, qui frappait les marchandises transitant par les localités susmentionnées de la Haute-Égypte. Il ne nous est pas donné de savoir quelle fut l’organisation de la collecte de cet impôt à une échelle supérieure à celle des villes, et si une centralisation quelconque à la charge d’un seul collecteur ou fermier fut mise en place pour des unités administratives supérieures aux villages, tel le nome par exemple.

11La taxe portant l’appellation de λιμὴν Σοήνης est attestée uniquement dans la localité de Syène-Éléphantine. Documentée par onze quittances, la titulature de la taxe du λιμὴν Σοήνης comprend une variante qui évoque le taux d’imposition pratiqué, s’élevant à 2 %, par l’expression πεντηκοστὴ λιμένος Σοήνης, « (impôt du) cinquantième de la douane de Syène ». Le taux de prélèvement était donc le même que celui pratiqué dans les villes de Thèbes et d’Hermonthis. Les quittances conservées montrent que la taxe frappait les importations et les exportations réalisées par voie terrestre41. Il nous semble dès lors raisonnable d’attribuer au mot λιμήν l’acception fiscale de douane, dont un parallèle est constitué par la douane de Memphis. Il est difficile de préciser quelle était la circonscription territoriale relevant du λιμὴν Σοήνης. Au vu de la documentation conservée, à Syène et dans la Haute-Égypte, il nous paraît prudent de limiter à la ville de Syène la circonscription administrative concernée par ce bureau douanier. Nous soulignerions tout de même l’importance de ce bureau dans la régulation des trafics transitant par cette ville frontière entre la Haute-Égypte et les territoires nubiens.

12Les taxes de la πεντηκοστή prélevées à Thèbes, Hermonthis et Syène-Éléphantine concernaient des marchandises très variés, transportées au moyen de bêtes de somme, essentiellement des ânes42. Les produits que nous avons pu recenser évoquent les données inventoriées pour le nome Arsinoïte : des végétaux (céréales, dattes, légumineuses, coton, lin), des conteneurs (bouteilles vides ou contenant du vin et amphores de vin), des matériaux (bois et cordages de lin) et beaucoup plus rarement des animaux, des bœufs notamment43.

13Dans le désert Oriental, nous avons relevé à ce jour une seule appellation spécifique de taxe, la τετάρτη ; un autre impôt est également attesté mais son appellation nous échappe. La τετάρτη, « (taxe du) quart », s’élevant donc à 25 %, était prélevée sur les marchandises importées depuis les ports de la mer Rouge, Myos Hormos et Bérénice, transitant par Coptos à destination d’Alexandrie et enfin de Rome. Nous n’avons pas conservé de documents attestant les prélèvements de cet impôt, hormis un contrat de prêt souscrit entre un créancier alexandrin et un ἔμπορος, « marchand », travaillant entre l’Égypte et Myziris, en Inde44. Le recto du document avait été destiné à la rédaction du contrat, dans lequel le marchand-débiteur s’engageait à effectuer un certain nombre d’opérations visant le transport et la sécurisation des marchandises, depuis l’arrivée à Bérénice et jusqu’à leur déchargement à Alexandrie. Elles comprenaient, entre autres, des opérations de nature fiscale visant le calcul et le versement de la taxe du quart et impliquant pour cela le dépôt des marchandises d’abord dans les entrepôts publics de Coptos, puis dans les entrepôts de la douane du quart à Alexandrie45. Le verso du document avait été en revanche utilisé pour la rédaction d’un compte, probablement par le marchand lui-même, inventoriant les quantités et types de produits dus pour la taxe du quart. Ces informations trouvent des éléments de comparaison intéressants dans un passage de la Géographie de Strabon46. D’après le géographe augustéen, l’Égypte aurait tiré un double droit, τὰ τέλη διπλάσια, des marchandises importées depuis l’Inde et l’Arabie et destinées à une exportation en Méditerranée, τὰ μὲν εἰσαγωγικὰ τὰ δὲ ἐξαγωγικά47 . La combinaison de ces informations a amené un certain nombre d’auteurs à supposer que le taux de prélèvement de la τετάρτη en Égypte s’élevait à 50 % sur la valeur des marchandises, dont 25 % acquittés à Coptos, les autres 25 % à Alexandrie48. Plus récemment, F. Morelli est revenu sur la question et a démontré que ces conclusions résultaient d’une mauvaise interprétation du verso et du recto du document et de leurs fonctions respectives dans la transaction. Selon F. Morelli, en effet, les marchandises importées à Bérénice auraient été dédouanées et scellées dans les entrepôts de Coptos, où avait lieu effectivement l’établissement de la τετάρτη due au fisc. Cet impôt, collecté en nature, était effectivement prélevé dans les entrepôts de la τετάρτη d’Alexandrie et s’élevait à 25 % de la valeur de la marchandise49. La reconstitution proposée par F. Morelli s’enrichit désormais des découvertes épigraphiques récentes dans les ports de la mer Rouge, Myos Horms et Bérénice, qui font état de la présence dans ces ports d’entrepôts (ἀποθῆκαι), placés sous la supervision d’un παραλημπτής, un « percepteur », spécialisé dans les trafics de la mer Rouge50. Cela pourrait suggérer, en effet, que des estimations prévisionnelles de la valeur de la marchandise étaient déjà élaborées dans les ports d’arrivée ; elles auraient été destinées au calcul de la « (taxe du) quart » qui devait avoir lieu dans les entrepôts publics de Coptos51. Les produits concernés étaient des épices, des aromates et des biens précieux, tandis que les moyens de transport employés étaient des ânes pour le transport terrestre dans le désert Oriental, des navires pour l’acheminement des produits à Alexandrie52.

14Les activités d’exportation depuis la Vallée à destination des ports romains de la mer Rouge en vue d’une redistribution locale ou d’une exportation sont documentées par les dossiers des laissez-passer de Bérénice53. Cet ensemble documentaire, comme nous l’évoquions plus haut, ne fait aucune mention des noms des impôts prélevés, que nous pourrions désigner généralement par le syntagme τέλος ἐξαγωγικόν, « taxe pour l’exportation » ou par le mot « ἐξαγώγιον ». Cet impôt concernait les trafics empruntant les routes désertiques de Coptos à Bérénice, effectués à dos d’âne. L’ensemble des produits qui passaient la douane de Bérénice a été recensé et étudié dans les éditions des ostraca de Bérénice ; il s’agissait majoritairement de vin, italien et syrien notamment, moins fréquemment de vin produit dans les Cyclades ou en Asie Mineure ; différentes variétés d’huile et d’autres biens de consommation y sont également documentés54.

15Nous évoquons brièvement ici deux autres impôts, attestés dans l’inscription connue sous le nom de « tarif de Coptos » et datée de 90 ; il s’agit de la taxe nommée ἀποστόλιον et d’une autre taxe aboutissant à l’émission d’un document nommé πιττάκιον par les personnels de la douane de l’arabarchie55. La taxe de l’ἀποστόλιον, ainsi que l’étymologie du mot le suggère, autorisait les détenteurs du document nommé ἀπόστολος à quitter la province par bateau56 ; elle frappait donc non pas des marchandises mais des personnes et les montants étaient établis en fonction des statuts professionnels de ces gens. Pour ces raisons, la taxe de l’ἀποστόλιον doit être exclue de notre étude. Dans la même inscription, il est question d’un πιττάκιον, littéralement un billet, dont l’obtention était soumise à l’acquittement d’un droit. Ce dernier s’appliquait aux personnes, aux bêtes de somme et à des objets, qui étaient dès lors autorisés à parcourir les routes caravanières au départ de Coptos57. La fonction de ce document, et par conséquent la nature de l’impôt versé pour son obtention, évoque de près celle du σύμβολον καμήλου que l’on délivrait pour parcourir les axes routiers reliant les villages septentrionaux du nome Arsinoïte au Delta occidental, à la côte méditerranéenne et à la Libye58.

16De même que les appellations des taxes douanières, les noms que recevaient les postes de douane dans les documents de la pratique varient selon les régions. Ils présentent en cela des nombreuses spécificités par rapport aux termes que nous revèlent les textes littéraires et les inscriptions conservées dans les autres régions de l’Empire, notamment la lex portorii Asiae. Les appellations que privilégie le grec d’Égypte évoquent à plusieurs égards les réalités topographiques dans lesquelles s’inscrivaient les procédures du contrôle fiscal59.

17Ainsi, dans le nome Arsinoïte, la douane en tant que lieu où se déroulaient les contrôles et en tant qu’institution fiscale et administrative prenait le nom de πύλη. Désignant littéralement une porte, tant dans le contexte d’une habitation que dans celui d’un village, le terme πύλη, accompagné systématiquement d’éléments toponymiques, désignait les postes de douane situés à l’entrée de certains villages du nome Arsinoïte60. Ainsi que le soulignait P. Sijpesteijn, les formulaires attestés, notamment la proposition qui certifiait le paiement de la taxe, suggèrent que les πύλαι des villages servaient d’intermédiaires (διά) entre les payeurs et les μισθωταί ayant pris à ferme l’impôt en question61. De ce fait, on pourrait attribuer aux nombreuses πύλαι des villages du nome Arsinoïte le rôle d’intermédiaire financier, assurant à l’échelle locale la collecte des taxes dont l’affermage s’étendait à des circonscriptions administratives plus amples. En cela, le rôle des πύλαι pourrait être rapproché de celui des banques publiques de la χώρα, par l’intermédiaire desquelles les contribuables pouvaient s’acquitter, entre autres impôts, de la taxe de capitation et des impôts de répartition pour la garde du fleuve, la garde des prisons et la garde des tours de guets62. Les πύλαι instituées dans les villages des bornes septentrionales et méridionales du nome Arsinoïte s’inscrivaient dans une organisation fiscale plus large, relevant de la douane de Memphis, le λιμὴν Μέμφεως63 .

18La douane de Memphis se nommait donc dans les documents de la pratique λιμὴν Μέμφεως. Comme nous l’avons démontré plus haut, cette appellation se réfère à la réalité administrative et fiscale de la douane plutôt qu’à une réalité topographique. Nous considérons, en effet, que le terme λιμήν résulte ici de la traduction du latin portus, employé par les Romains pour désigner les institutions douanières dans les lois épigraphiques de Zarai et de Lambèse64. Au vu de la documentation conservée, il est impossible de préciser la localisation précise des bureaux de la douane de Memphis au sein de l’espace urbain et de corroborer ou infirmer la proximité avec les structures portuaires de la ville que de nombreux auteurs ont supposée en raison du sens premier du mot λιμήν. De la même manière, il est extrêmement difficile de se prononcer sur les relations topographiques et administratives qu’auraient pu entretenir la douane de Memphis et les postes de garde, nommés φυλακαί, qu’attestent un certain nombre de papyrus. Situés au nord et au sud de la ville, les φυλακαί étaient les lieux où, à l’époque lagide, stationnaient les corps de police préposés au contrôle des circulations humaines transitant par Memphis65. Or, si les corps de police lagide disparaissent pendant la domination romaine de l’Égypte, on ne sait quel fut le sort des postes de garde qui leurs avaient été consacrés et si ces lieux furent finalement exploités pour les activités liées à la douane66.

19Si l’on s’en tient aux données conservées dans les documents de la pratique, les douanes établies dans les villes de Thèbes et Hermonthis en Haute-Égypte n’avaient pas reçu d’appellations spécifiques. En effet, hormis la douane de Syène, désignée comme Memphis par l’expression λιμὴν Σοήνης, ce sont les personnels chargés de la ferme et de la collecte des impôts douaniers qui apparaissent dans les quittances et les comptes conservés à Thèbes et à Hermonthis. Doit-on en déduire que ces bureaux douaniers n’avaient pas de noms spécifiques ? Peut-on supposer qu’ils se nommaient chez les gens de l’époque τελώνια, comme les douaniers s’appelaient τελῶναι ? De fait, les sources littéraires fournissent des éléments lexicaux différents, dont l’interprétation n’est pas aisée. Ainsi, d’après Agatharchidès de Cnide, Strabon et Ptolémée, c’est par le nom φυλακή que l’on désignait les postes douaniers de la Haute-Égypte, en qualifiant le substantif φυλακή par les adjectifs en – ikos dérivés des toponymes Hermopolis et Thèbes67. Ces localités, dont la première n’a pas livré de documents relatifs aux douanes, auraient constitué respectivement les limites septentrionales et méridionales de l’épistratégie de la Haute-Égypte.

20Dans le désert Oriental nous connaissons uniquement l’appellation du poste douanier de Bérénice, πύλη68. Si le terme évoque les πύλαι du nome Arsinoïte, le contenu des documents conservés ne permet pas d’établir des comparaisons pertinentes et de supposer d’éventuelles similarités de fonctions financières entre la πύλη de Bérénice et celles de l’Arsinoïte. Au contraire, comme l’a montré F. Burkhalter, la situation géographique de la πύλη et la nature des communications avec la Vallée rendent plus plausible l’hypothèse d’une concentration des institutions financières des douanes à Coptos69. Ces considérations sont valables tant pour les circulations de biens en direction de la mer Rouge que pour celles dirigées vers Coptos et la Vallée70. À Coptos, les taxes frappant les marchandises, les personnes et les moyens de transport qui quittaient la Vallée étaient versées au bénéfice de l’ἀραβαρχία de Coptos, circonscription douanière dont l’appellation évoque la région désertique située à l’est du Nil71. Le dédouanement des marchandises circulant dans la région comprise entre Péluse et Memphis, dans le Delta oriental, devait en revanche être à la charge d’un autre bureau douanier, l’ἀραβαρχία de Péluse, dont un seul témoignage épigraphique nous apprend l’existence72.

21L’étude du vocabulaire fiscal illustre ainsi les différents degrés de spécialisation dans les prélèvements douaniers selon que l’on se place dans le nome Arsinoïte, en Haute-Égypte, ou bien dans la portion méridionale du désert Oriental. Le nome Arsinoïte se démarque par la variété des taxes prélevées, qui sont un reflet de l’intensité des échanges gravitant autour du district, en direction ou en provenance de la Basse-Égypte au nord, des oasis occidentales à l’ouest, de l’Oxyrhynchite et des autres nomes de l’Heptanomie au sud. De ce fait, certains postes de douane, situés au nord du nome, relevaient du bureau douanier de Memphis, relatif à l’ensemble des nomes de l’épistratégie de l’Heptanomie. Les appellations relevées témoignent dans le même temps des contaminations qui se sont produites entre les dispositifs de contrôle ptolémaïques et la fiscalité adoptée par les Romains dans l’Arsinoïte. Ici, le nom des bureaux douaniers, πύλαι, évoque les spécificités topographiques des contrôles se déroulant à l’entrée des villages. Les nomes de la Haute-Égypte, Pathyrite, Péri-Thèbes et Éléphantine, font état du développement d’un impôt unique s’appliquant aux trois nomes. Cette taxe avait pris une dénomination spécifique à Syène-Éléphantine, où la douane jouait peut-être une fonction particulière du fait de son statut administratif de localité frontière. L’absence d’appellations spécifiques pour les bureaux douaniers situés à Thèbes et à Hermonthis est probablement révélatrice d’une organisation topographique différente des contrôles douaniers dans ces localités. Dans le désert Oriental, enfin, territoire soumis à un fort encadrement administratif, fiscal et militaire à l’époque romaine, le vocabulaire fiscal se caractérise par l’absence, hormis la taxe du quart, de toute appellation spécifique pour les taxes prélevées sur les marchandises en direction de la mer Rouge. L’acception que prenait le mot désignant le poste douanier de Bérénice (πύλη) était peut-être d’ailleurs simplement administrative, les opérations fiscales étant vraisemblablement concentrées à Coptos.

22Il convient dès lors de voir dans quelle mesure ces spécificités régionales se reflètent dans les pratiques documentaires et notamment dans la spécialisation des écrits résultant des contrôles douaniers.

Laissez-passer, quittances, registres : formes et fonctions des écrits douaniers

23D’une manière générale, les cinq cent quatre-vingt-douze papyrus et ostraca recensés peuvent être regroupés au sein d’une grande famille documentaire, celle des documents publics relatifs aux interactions entre l’État et l’individu, plus précisément aux prestations pour l’État73. Au sein de cette catégorie se distinguent trois sous-catégories, établies en fonction du vocabulaire fiscal et de la diplomatique : les laissez-passer, contenant un ordre de laissez-passer, les quittances, certifiant le paiement d’une taxe, et les registres, inventoriant les sommes encaissées et/ou les passages par la douane avec une cadence journalière, mensuelle ou plurimensuelle. La catégorie documentaire de la correspondance officielle est pour sa part très peu représentée74. Deux de ces catégories, les receipts et les registres, avaient été identifiées par P.J. Sijpesteijn dans son ouvrage sur les customs duties de l’Égypte romaine paru en 1987. L’auteur incluait dans la même catégorie les textes contenant des ordres de laissez-passer et ceux qui certifiaient un paiement, en gommant ainsi, nous semble-t-il, les nuances de vocabulaire et de fonction qui différencient ces documents75. En 2004, F. Reiter, dans son étude sur la nomarchie du nome Arsinoïte, est revenu sur les documents conservés dans ce district en précisant les formulaires et le vocabulaire employés76. Les découvertes récentes de plusieurs centaines d’ostraca dans le désert Oriental n’ont pas modifié sur le fond les distinctions typologiques précédemment attestées ; ces textes, représentatifs de la typologie des laissez-passer, font état des spécificités du vocabulaire et du formulaire des documents douaniers produits dans le désert Oriental au ier siècle77. Nous connaissons les appellations spécifiques que ces documents prenaient dans le grec d’Égypte, les laissez-passer étant nommés πρόσγραφα et les registres, λόγοι78. Seule la catégorie des quittances/reçus ne trouve pas de correspondants grecs précis dans nos textes ; en nous fondant sur trois quittances douanières79 et sur la comparaison avec d’autres contextes fiscaux, nous pourrions envisager les appellations πιττάκιον ou, moins probablement, σύμβολον.

24L’étude diplomatique permet d’affiner davantage la typologie. La famille documentaire des laissez-passer se caractérise par la présence d’un ordre de laissez-passer, exprimé à la deuxième personne du singulier ou du pluriel de l’aoriste moyen du verbe παρίημι (πάρες, πάρετε) ; un ordre de laissez-passer est évoqué également par le verbe ἀπολύω, exprimé à la deuxième personne du singulier de l’impératif aoriste actif (ἀπόλυσον). Dans trente-trois ostraca du désert Oriental, le verbe employé est διαποστέλλω, à l’impératif aoriste actif (διαπόστειλον), exprimant l’ordre de consigner des marchandises ; ce verbe ayant ici la même fonction que les ordres de laissez-passer, il nous a paru admissible d’inclure ces textes au sein de la même famille documentaire80. La diplomatique permet de distinguer deux groupes principaux, par la présence ou l’absence d’un prescrit épistolaire, à savoir la formule de salutation par laquelle l’auteur du document s’adresse à son destinataire en ouverture du texte81. Le nome Arsinoïte a conservé vingt-cinq laissez-passer, datés de 18 à 184, sept avec prescrit épistolaire et dix-huit sans82. Les premiers émanent des πρὸς τῇ πύλῃ, les « préposés à la douane », qui s’identifiaient par leur idionyme et leur nom de fonction, complété par le nom de la taxe (λιμὴν Μέμφεως et ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή) et par le toponyme de la douane concernée (Soknopaiou Nesos ; Bakchias). Ils s’adressaient aux ἐρημοφύλακες, les « gardes du désert », dont ils ne précisaient jamais l’identité, ainsi qu’aux δεκανοί, par la formule de salutation en χαίρειν. L’ordre de laissez-passer, exprimé par le verbe παρίημι, était suivi de l’énonciation de l’identité du payeur ; dans deux laissez-passer épistolaires, émis l’un en l’an 49 et l’autre dans une année non précisée du ier siècle, les auteurs du document avaient précisé, par le recours au participe présent actif des verbes εἰσάγω et ἐξάγω, qu’il s’agissait d’une importation et d’une exportation83. Étaient ensuite précisées la qualité et la quantité des biens transportés, ainsi que le type et le nombre de bêtes de somme mobilisées à cet effet. En clôture du document figurait la date de rédaction du texte, qui devait correspondre à celle du paiement. Le nombre et la répartition chronologique des laissez-passer épistolaires de l’Arsinoïte montrent que cette typologie documentaire a été rapidement remplacée, au milieu du ier siècle, par des laissez-passer sans prescrit épistolaire, annonçant la progressive affirmation d’une autre pratique documentaire dans le nome. Peut-être la production de laissez-passer épistolaires dans l’Arsinoïte était-elle étroitement liée à la présence de personnels connus comme « préposés à la douane », auteurs exclusifs de ce type de document84.

25Un exemple de laissez-passer avec prescrit épistolaire

26BGU XIII 2306, 5 janvier 51, Soknopaiou Nesos
Δ[ιογένη (ς) καὶ Ἰ]ούλ (ιος) οἱ πρ[ὸ (ς)] τ̣[ῇ πύλ (ῃ)]
Νή (σου) Σοκ (νοπαίου) λι (μένος) Μ̣[έ (μφεως) ἐ]ρη (μοφύλαξι) χ (αίρειν)· πάρετ (ε)
Δίδυμ (ον)
ἐλαίο (υ) ὄνο (ν) ἕνα μετ (ρητὰς) δύο (γίνονται) με[τ (ρηταὶ)] β· (ἔτους) ι[α]
Τιβερίου Κλαυδίου Καίσαρος Σεβαστοῦ
5 Γερμανικοῦ Αὐτοκράτορος
Τῦβι ι· (hand 2) Ἰούλιος σεσημ (είωμαι)· Δίδυμ (ον) πάρ (ετε)
ὄνο (ν) ἕνα ἐλαίου μετρητὰς δυω (*) ἐλ (αίου) β̣
(ἔτους) ια Τῦβι δεκατου (*)

27Apparat

28l. 7 δύο ; l. 8 δεκάτῃ.

29Traduction

30Diogenes et Iulius, préposés à la douane de Soknopaiou Nesos (en charge de) l’impôt douanier de Memphis, aux gardes du désert, salut. Laissez-passer Didymos : un âne d’huile soit deux métrètes, cela fait 2 métrètes ; an 11 de l’Empereur Tibère Claude César Auguste Germanicus, le 10 de Tybi. (2nde main) (Je soussigné) Iulius ai signé ; laissez passer Didymos : un âne d’huile, soit deux métrètes d’huile, 2. An 11, le dixième de Tybi.

Image 10000000000001160000012E090FD453897F4BD9.jpg

31Dans le second groupe, constitué de dix-huit documents produits entre 41 et 145, l’ordre de laissez-passer se trouve en incipit du texte ; suivent la mention de la douane bénéficiaire du paiement, par laquelle transitait le payeur, introduite par la préposition διά, et celle de la taxe payée (ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή, ἐρημοφυλακία et λιμὴν Μέμφεως), au génitif. Le bénéficiaire y était identifié par l’idionyme, au datif85 ; tandis qu’on indiquait à l’accusatif les moyens de transport mobilisés, les types et les quantités des produits taxés. Dans trois documents on retrouve associé l’emploi du verbe παρίημι à l’impératif et celui du participe présent des verbes εἰσάγω ou ἐξάγω pour préciser la direction du transport86. La date de l’émission du laissez-passer clôturait le document. Le formulaire des laissez-passer sans prescrit épistolaire, notamment l’introduction de la formule indiquant que l’autorisation de passage se faisait par l’intermédiaire de la douane, annonce de près le formulaire des quittances les plus largement répandues dans le nome Arsinoïte. Dans ces dernières, comme dans les laissez-passer que nous venons d’étudier, ce sont les institutions douanières responsables de l’encaissement des impôts, et non pas des personnels nommément identifiés, qui assurent la validité administrative et fiscale de la quittance. Un certain nombre d’indices semble suggérer que le bureau douanier de Soknopaiou Nesos, village septentrional du nome, joua un rôle majeur dans le processus de transformation de ces formulaires, car c’est de ce bureau que proviennent les derniers laissez-passer et les premières quittances documentées87.

32Un exemple de laissez-passer sans prescrit épistolaire

33BGU III 766, 10 novembre 92, Karanis
[πά]ρες (*) διὰ πύλης Καρανίδος (ἑκατοστῆς)
[καὶ (πεντηκοστῆς) Ἀ]νοῦφις ἐλαίου (*) ὄνο (ν) ἕνα μετ (ρητὰς)
δύο ἡμύσους (*) καὶ ἐφʼ ἑτ (έρῳ) (*) μετρητὴν α
[ἔτ]ους δωδεκάτου Δο̣μετ\ι/ανοῦ (*)
5 [τοῦ] κυρίου μηνὸς Νέου Σεβαστοῦ
τέσσαρες καὶ δεκάτῃ, ιδ.

34Apparat

35l. 1 BL 8.33 : [τετέ]λ̣εσ (ται) prev. ed. ; l. 2 BL 8.33 ; voir 1.65 : [̣̣]νοῦφις Σαλίου prev. ed. ; l. 3 ἡμίσους ; l. 3 BGU III p. 5 : ἐφεγ () prev. ed. ; l. 4 Δομιτιανοῦ.

36Traduction

37Laisse passer par la douane de Karanis (en charge) du centième et du cinquantième pour Anoubis : un âne d’huile soit deux métrètes et demi et sur un autre 1 métrète. An 12 de (notre) seigneur Domitien, mois de Neos Sebastos, le quatorzième, 14.

Image 1000000000000146000000F8608604A1FB44323A.jpg

38Le dossier des laissez-passer du désert Oriental, représentatif du ier siècle, est constitué de cent cinquante-trois ostraca provenant de Bérénice et émis probablement à Coptos88 ; ils ont été tous édités et étudiés sous la direction de R. Bagnall89. Nous y retrouvons des caractéristiques proches de celles des laissez-passer du nome Arsinoïte, notamment par la présence d’un prescrit épistolaire, dont on relève plusieurs variantes90. La première comprend la présence des seuls idionymes pour identifier l’auteur aussi bien que le destinataire ; la deuxième présente l’idionyme de l’auteur et le seul nom de fonction des destinataires, à savoir les « préposés à la douane », οἱ ἐπὶ τῇ πύλῃ91 ; la troisième associe, d’une part, la mention de l’idionyme de l’auteur, et d’autre part, celle de l’idionyme et du nom de fonction du destinataire, le quintanensis, « le fermier de la quintana92 » ; la quatrième omet pour sa part l’idionyme de l’auteur et précise l’idionyme et le nom de fonction du destinataire, à savoir le quintanensis93. La variété des prescrits que nous relevons au sein des ostraca du désert Oriental, tout en témoignant probablement de spécificités fonctionnelles des auteurs et des destinataires des laissez-passer, sur lesquelles nous reviendrons, est probablement aussi le reflet de pratiques régionales de la production documentaire. La deuxième partie du laissez-passer, introduite par l’ordre de laissez-passer ou de remettre des produits, comprenait la mention du bénéficiaire au datif, identifié souvent par son onomastique complète, et celle des biens faisant l’objet du transport, à l’accusatif. On relèvera que, contrairement au nome Arsinoïte, dans ces ostraca faisaient défaut la mention du bureau douanier bénéficiaire du paiement, celle du τέλος ἐξαγωγικόν concerné et, à quelques exceptions près, la date d’émission du document94.

39Exemples de laissez-passer avec prescrit épistolaire

40A) O.Ber. I 11, 26-75, Bérénice

41Σωσίβ (ιος) Ἀνδο̣υρω (ι) χα (ίρειν)· πάρες Ἀνδο̣υρω (ι)
Παχ () οἴ (νου) ἰτα (λικὰ) ϛ.

42Traduction

43Sôsibios à Andouros salut. Laisse passer pour Andouros, fils de Pach (…) 6 italika de vin.

Image 10000000000000C50000009F522E5402E3AED817.jpg

44B) O.Ber. I 46, 33-70, Bérénice

45Ῥοβαος τοῖς ἐπὶ τῇ πύλῃ
χα (ίρειν)· πάρετε Πεταρουήρι
Πετεασμηφις (*) οἴνου λαδικ (ηνὰ)
δ εἰς ἐξαρτισμόν.

46Apparat

47l. 3 Πετεασμήφιος.

48Traduction

49Rhobaos aux préposés à la douane, salut. Laissez passer pour Petaroueris fils de Pateasmephis 4 ladikena de vin pour une exportation.

Image 1000000000000119000000BCDEDEA5305439ED0A.jpg

50C) O.Ber. II 145, 50-75, Bérénice

51Ἀλέξανδ (ρος) Θεοδώρ̣ω̣ι̣
κουιντανησις (*) χα (ίρειν)·
πάρετε Κλαυ̣δ̣[ίῳ]
Θεοδώρωι οἴνου̣
5 λαδικ (ηνοῦ) κερ (άμια) ιη.

52Apparat

53l. 2 κουιντανησίῳ.

54Traduction

55Alexandros à Theodoros quintanensis, salut. Laissez passer, pour Claudius Theodore, 18 keramia de vin de Laodicée.

Image 10000000000000F1000000C40AFAAFFD6D562FDD.jpg

56D) O.Ber. I 53, 33-70, Bérénice

57Ἀνδουρῳ κουιντανησίῳ·
πάρες Τιβερίου Κλαυδίου Δωρίωνο (ς)
Πακοίβι Ἀριστοβούλου ἰταλικὰ
δεκατέσσαρα, (γίνεται) ἰ̣τα̣λ (ικὰ) ιδ.

58Traduction

59À Andouros quintanensis, laisse passer de Tiberius Claudius Dorion, pour Pakoibis fils d’Aristoboulos, quatorze italika, cela fait 14 italika.

Image 10000000000000F800000168CD2C11FFF674FC07.jpg

60Dans la famille documentaire des quittances, on peut distinguer deux typologies : les quittances en forme objective, dans lesquelles les auteurs du document enregistraient le paiement effectué auprès d’un bureau douanier et pour une taxe donnée et l’identité du payeur, sans préciser leur propre identité et leur nom de fonction ; les quittances épistolaires, émises par des personnels douaniers, qui s’identifiaient nommément et qui s’adressaient aux contribuables. Ces typologies documentaires sont représentatives du nome Arsinoïte, ainsi que des nomes Éléphantine, Péri-Thèbes et Pathyrites, en Haute-Égypte, mais avec des spécificités régionales assez frappantes. Ainsi, dans le nome Arsinoïte, les quittances en forme objective dominent la production documentaire tout au long de la période. Émanant de tous les bureaux douaniers attestés, elles concernaient trois taxes : l’ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή, « (impôt du) centième et (du) cinquantième », l’ἐρημοφυλακία, « (impôt de la) garde du désert », le λιμὴν Μέμφεως « impôt douanier de Memphis ». Aux côtés de ces quittances apparaissent également des quittances épistolaires, dont l’émission est limitée en temps et en nombre ; ces quittances concernaient les taxes de l’ἐρημοφυλακία καὶ παρόδιον. La typologie des quittances épistolaires est la seule en revanche qui ait été produite dans les trois nomes documentés de la Haute-Égypte ; elles concernaient le paiement des impôts nommés λιμὴν Σοήνης, « impôt douanier de Syène » et πεντηκοστή, « (impôt du) cinquantième ».

61Résultant d’un développement et d’une spécialisation progressive des formulaires des laissez-passer produits dans le nome, les quittances en forme objective ont été conservées uniquement dans le nome Arsinoïte. Il s’agit de loin de la catégorie documentaire la mieux représentée, comportant un formulaire et un vocabulaire fiscal très rapidement figés. Trois des quatre taxes douanières attestées dans le nome y étaient évoquées : l’ἐρημοφυλακία, le λιμὴν Μέμφεως et ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή, à raison respectivement de soixante-neuf documents, datés de 42 au iiie siècle, cent quatre documents datés de 42 au iiie siècle, cent quarante-sept documents datés de 83 au iiie siècle. Les textes proviennent des villages septentrionaux du nome Arsinoïte, à savoir Dionysias, Soknopaiou Nesos, Philopator alias Theogonis, Karanis, Bakchias et Philadelphie. Le seul village méridional concerné est Tebtynis, les taxes attestées étant pour l’heure l’ἐρημοφυλακία et l’ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή. Trois reçus évoquaient enfin le village portuaire de Kainê ; tandis qu’un seul reçu relatif à l’ἑκατοστή provient de l’Oasis Parva. La diplomatique de ces textes se reproduit de manière presque immuable pour les trois taxes au long de la période étudiée. Le reçu s’ouvrait par le verbe certifiant l’acte du paiement, τελωνέω, exprimé toujours à la troisième personne du singulier du parfait indicatif moyen et dans sa forme abrégé selon trois variantes principales : τετελ (ώνηται), τε (τελώνηται) et τετε (λώνηται). Se référant au contribuable mentionné au nominatif peu après, on le traduira par « [le contribuable] s’est acquitté de95 ». La préposition διά introduisait la mention de la douane au titre de laquelle se faisait le paiement et par laquelle transitaient les produits taxés. La taxe acquittée était mentionnée après, au génitif et dans sa forme abrégée. Commençait ensuite la section du reçu notifiant l’identité du payeur, évoqué par son idionyme au nominatif, la direction du mouvement, exprimée par le participe présent actif des verbes εἰσάγω ou ἐξάγω. Le type et la quantité des moyens de transport employés, chameaux et ânes essentiellement96, soit étaient à l’accusatif, suivi du génitif du produit transporté et de l’accusatif de la quantité, soit étaient introduits par la préposition ἐπί suivie du datif, le type et la quantité des produits transportés figurant alors respectivement au génitif et à l’accusatif. La date relative au paiement et à la production concomitante du reçu était mentionnée, le cas échéant, en clôture du document97. Dans cinq reçus, en lieu et place du verbe τελωνέω, nous retrouvons en incipit du document l’expression παρῆξεν ὁ δεῖνα, « un tel a amené », complétée de la mention d’un billet émis par la douane (ἐκ πιττακίου) autorisant le passage ou tout simplement de la douane, selon l’expression courante διὰ πύλης. Comme dans les autres quittances, la taxe concernée, le moyen de transport utilisé et les produits acheminés étaient précisément identifiés par la suite98. Dans trois de ces textes, le verbe τελωνέω apparaît dans la deuxième partie de la quittance, suivi de la date à laquelle le paiement avait été effectué, témoignant ainsi de la pratique du paiement décalé par rapport au passage par la douane99. Trois autres quittances font état de l’usage du verbe ἀντισυμβολέω, « je donne un contre-reçu », conjugué à la première personne du singulier de l’aoriste indicatif actif, permettant ainsi aux personnels douaniers de notifier la délivrance d’un contre-reçu, dont la diplomatique demeure à présent difficile à reconstituer, mais que l’on peut raisonnablement supposer proche des quittances connues100.

62Comme nous l’évoquions plus haut, le verbe le plus largement employé dans les quittances en forme objective est τελωνέω, conjugué à la troisième personne du singulier du parfait indicatif moyen-passif. S’agissant d’un verbe spécifique à la fiscalité indirecte, douanière notamment, il convient d’en approfondir l’analyse. Formé sur les mots τέλος et ὠνέομαι, le verbe τελωνέω évoque par sa racine l’affermage public des impôts. Son usage dans les papyrus est massif à partir de la première moitié du Ier s. et caractérise davantage les quittances émises dans l’Arsinoïte que celles produites dans la Haute-Égypte. Dans la totalité des documents recensés il est employé au parfait indicatif moyen passif, à la troisième personne du singulier et plus rarement au pluriel. L’usage du parfait est en effet presque exclusif à l’époque romaine, puisque seulement une occurrence sur les trois cent deux relevées par le papyrological navigator date assurément de l’époque ptolémaïque101. La valeur résultative du parfait explique que dans ces documents, destinés à certifier que l’acquittement de l’impôt avait bien eu lieu avant le passage à la douane, il ait été préféré à un autre temps verbal, tel par exemple l’aoriste indicatif. On relèvera en même temps que le substantif τελώνης est formé sur la même racine, et que le mot est employé à l’époque romaine pour désigner particulièrement les fermiers des impôts douaniers, tant dans le grec d’Égypte que dans le grec d’Asie Mineure, dont un témoignage est conservé dans la lex portorii Asiae102. Le verbe τελωνέω en revanche n’apparaît jamais dans la loi du portorium d’Asie Mineure et, en l’état actuel de la documentation, peut être considéré comme un verbe spécifique à la fiscalité douanière de l’Égypte romaine103. Dans trois documents, le verbe τελωνέω se trouve au participe aoriste actif, prédicatif du sujet, « (le contribuable) ayant payé (la taxe due) », précédé par l’indicatif aoriste du verbe ἀντισυμβολέω, qui se réfère quant à lui à l’auteur de la quittance104. Composé de συμβολέω, ce verbe désignerait l’émission d’un document nommé « ἀντισύμβολον », un contre-reçu. Son usage dans les papyrus est rare, puisqu’on le retrouve uniquement dans quatre documents douaniers. Le mot dérivé de ce verbe, ἀντισύμβολον, est tout aussi rare. Le Papyrological Navigator en recense cinquante-sept occurrences, toutes d’époque lagide105. Elles résultent de l’enregistrement des transports du blé fiscal pour le compte de l’État, des livraisons de blé au bénéfice de l’armée ou des paiements faits auprès des banques publiques. D’après P.J. Sijpesteijn et, plus récemment, F. Reiter, l’usage du verbe συμβολέω s’explique par le fait que les taxes avaient été acquittées auprès des banques publiques. Selon ces mêmes auteurs, le σύμβολον délivré par ces dernières aurait ensuite permis au payeur d’obtenir une quittance par les personnels douaniers106.

63Exemples de quittances en forme objective

64A) BGU XI 2030, 194, Philadelphie

65τετελ (ώνηται) δι (ὰ) πύλ (ης) Φιλα
δελφίας (ἑκατοστῆς) καὶ (πεντηκοστῆς)
Σαραπίων ἐξάγων
ἐπὶ ὄνοις τέτρασι
5 δ ὀσπρέων ἀρτάβας
δέκα ἕξ, γ (ίνονται) (ἀρτάβαι) ιϛ.
(ἔτους) β Παῦνι δευ
τέρᾳ καὶ εἰκάδι, κ̣[β, ]
χω̣ρὶς χαρακ[τῆρος.]

66Traduction

67S’est acquitté, par l’intermédiaire de la douane de Philadelphie, (de l’impôt) du centième et du cinquantième Sarapion exportant sur quatre ânes, 4, seize artabes de légumineuses, cela fait 16 artabes. An 2, le vingt-deuxième de Pauni, 22, sans marque.

68B) P.Heid. IV 316, 182-214, Philopator alias Theogenus (Arsinoites)

69τετελ (ώνηται) δι (ὰ) πύλ̣ (ης) Φιλ (οπάτορος) τῆς καὶ
Θεογένους λ̣ι̣μ̣ (ένος) Μέμφεως

Image 10000000000001270000017E447C6AB7C9D0DA11.jpg

70Ἀμμωνᾶς ἐξ (άγων) ἐπὶ ὄνο (ις)
δ̣υ̣σὶ ὀρόβ (ου) (ἀρτάβας) ἕξ.
5 (ἔτους) κγ Ἁδρι (ανοῦ) ἑπτ̣α̣-
[κ]α̣ι̣δεκ̣άτῃ ιζ̣.

71Traduction

72S’est acquitté, par l’intermédiaire de la douane de Philopator alias Theogenus, de l’impôt douanier de Memphis, Ammonas exportant sur deux ânes six artabes de vesce. An 23, le dix-septième (du mois) d’Hadrien, 17.

Image 10000000000000D0000001010905A739A86EE95C.jpg

73C) Stud. Pal. XXII 62, 163, Soknopaiou Nesos

74τετελ (ώνηται) διὰ π̣ύ̣λ (ης) Σοκνοπ (αίου)
Νήσου ἐρημιφυλα̣κί̣α̣ς (*)
Σώτας̣ ἐξ (άγων) ἐπὶ ὄνου
ἑνὶ (*) σκε̣υ (οφόρῳ) ὀρό (βου) (*) ὄνον
5 ἕνα τέλ (ος) δραχ (μὴ) μία.
(ἔτους) γ Ἀντωνίνου
καὶ Οὐρου (*) τῶν
κυρίων Σεβαστῶν
Φαμενὼθ νομη-
10 νίᾳ (*) α
χωρὶς χαρακτῆρ (ος) (*).

75Apparat

76l. 2. ἐρημοφυλακίας ; l. 4 ἑνὸς ; l. 4 BL 9.352 : σκοφόρου (l. σκευοφόρου) prev. ed. ;
l. 7. corr. ex οηου, l. Οὐήρου ; l. 9-10 νεομη|νίᾳ ; l. 11. BL 9.352 : χαραγμοῦ prev. ed.

77Traduction

78S’est acquitté, par l’intermédiaire de la douane de Soknopaiou Nesos, (de l’impôt) de la garde du désert, Sotas exportant sur un âne avec attelage, un âne de vesce ; la taxe (s’élève à) une drachme. An 3 d’Antonin et Verus, seigneurs Augustes, le premier de Phamenoth,

791. Sans marque.

Image 100000000000008700000108F7325607DD0580D4.jpg

80D) P. Louvre I 27, 149, Soknopaiou Nesos

81Παρῆξεν Σάτυρος ἐ̣[κ] πιττακ (ίου)
πύλ (ην) Σοκνοπ (αίου) Νήσου ρ̣ [κ]αὶ ν
ἐπὶ καμήλ (οις) δυσὶ ἐλαίου μετρητ (ὰς)
ἐννέα. τετελ (ώνηται) ἐπὶ τῆς ἕκ-
5 της. (ἔτους) ιβ Ἀντ̣ων[ί]νο̣υ̣ (*)
Καίσαρος τοῦ κυρίου, Ἐπεὶφ
ἑβδόμῃ, ζ.

82Apparat

831.5. Ἀν[τ]ων̣[εί]ν[ο]υ.

84Traduction

85Satyros a amené, conformément au billet de la douane de Soknopaiou Nesos (en charge de l’impôt) du centième et du cinquantième, sur deux chameaux neuf métrètes d’huile. Il a payé le six. An 12 d’Antonin César seigneur, le septième d’Epeiph, 7.

86E) P.Fay. 73, 209, Bakchias

87ἀντεσυμβόλ (ησα) (*) Παῆσις τελ (ωνησάμενος) (*)
διὰ πύλ (ης) Βακχι (άδος) ρ´ καὶ ν´
ἰσά (γων) (*) ἐπὶ ὄνοις πέντε
οἴνου κεράμια εἴκοσι ὀ-
5 κτώ. (ἔτους) ιη, Θὼθ τρίτῃ, γ.

88Apparat

89l. 1 BL 1.130 : ἀντεσύμβολ (ον) (l. ἀντισύμβολ (ον)) prev. ed. ; BL 1.130 : τε (τέ) λ (εσται)
prev. ed. ; l. 3 εἰσά (γων).

90Traduction

91J’ai délivré un contre-reçu ; Paesis s’est acquitté, par l’intermédiaire de la douane de Bakchias, (de l’impôt) du centième et du cinquantième, important sur cinq ânes vingt-huit keramia de vin. An 18, le troisième de Thôth, 3.

Image 1000000000000138000000D8D3BE404BDE02343C.jpg

92Les quittances épistolaires conservées dans le nome Arsinoïte s’élèvent à neuf documents, datés entre 145 et 198107 ; elles concernent les douanes de Soknopaiou Nesos et de Dionysias108. Émises sous l’autorité des fermiers (μισθωταί) et des agents (πραγματευταί) de l’ἐρημοφυλακία καὶ παρόδιον des nomes Latopolite, Prosopite, Mareotis et Libye, ces quittances étaient rédigées dans certains cas par des scribes (γραμματεῖς) et des assistants (βοηθοί) qui s’identifiaient dans les textes par leurs idionymes et moins souvent par leurs technonymes109. Par leur intermédiaire (διά), les fermiers de l’ἐρημοφυλακία certifiaient l’acquittement d’une taxe qui permettait la délivrance d’un σύμβολον καμήλων, document autorisant le déplacement de chameaux et l’usage concomitant d’un axe de communication terrestre. Ces documents étaient émis au bénéfice des contribuables, dont l’identité était précisément notifiée110. Destinataires des quittances, les contribuables y étaient identifiés par leur idionyme, au datif, et provenance, par la préposition ἀπό suivie du génitif du toponyme. Les auteurs des documents prenaient soin ensuite de préciser le type et le nombre de bêtes de somme employées, toujours des chameaux111, sans évoquer la direction du mouvement, et notifiaient les montants acquittés112. En clôture des textes figurait la date à laquelle on avait produit la quittance et effectué le paiement. Le verbe employé dans sept de ces quittances est διαγράφω, conjugué à la troisième personne du singulier du parfait indicatif moyen-passif, que l’on traduira par « a acquitté » ou « s’est acquitté de »113. Dans deux autres quittances, en revanche, les auteurs privilégiaient l’emploi du verbe ἔχω, conjugué à l’aoriste indicatif actif, et que l’on traduira par « j’ai reçu », désignant tout simplement l’acte de la réception du montant de l’impôt par les personnels des fermiers. Désignant littéralement l’acte de transcrire (διά + γράφω), le verbe peut prendre des significations assez variées, comme la production d’une liste, la rédaction d’un ordre écrit, ou bien encore l’acte du paiement, ce dernier étant le sens le plus largement attesté dans les papyrus114. À l’époque romaine, l’usage de ce verbe est caractéristique des contributions fiscales directes, notamment des paiements effectués auprès des banques publiques115. On peut, de ce fait, s’interroger sur les raisons de l’emploi de διαγράφω au lieu d’ἔχω et émettre, avec P.J. Sijpesteijn, l’hypothèse d’un paiement des montants dus pour le σύμβολον des chameaux et le παρόδιον auprès d’une banque publique. La rareté de cette taxe dans la documentation provenant de Soknopaiou Nesos, et plus généralement du nome Arsinoïte, amène également à s’interroger sur le caractère exceptionnel et circonstancié de ces prélèvements, et permettrait par conséquent d’expliquer, d’une part l’usage du verbe διαγράφω dans des documents émis par les fermiers d’un impôt douanier et, d’autre part, la pratique du paiement auprès d’une banque publique et non pas d’un bureau douanier116.

93Un exemple de quittance épistolaire

94Stud. Pal. XX 122, 3 février 154, Soknopaiou Nesos
Κάστωρ μισθωτὴς ἐρημοφυλακ (ίας)
Προσωπ (ίτου) διὰ Ἀβουθᾶτος γραμμα (τέως)
Παβοῦτι Ἁρπα[γ]άθου ἀπὸ Νήσου χαίρ (ειν).
διαγέγρ (απται) παρὰ σοῦ ὑπὲρ συμβόλου
5 καὶ παροδίου καμήλων τριῶν δρα
χμὰς εἴκοσι [τ]έσσαρες (*), γ (ίνονται) (δραχμαὶ) κδ.
(ἔτους) ιζ ((s-etous)) Ἀντωνείνου Καίσαρος τοῦ κυρίου Μεχεὶρ θ.

95Apparat

96l. 6. τέσσαρας.

97Traduction

98Kastor, fermier (de l’impôt) de la garde du désert du (nome) Prosopite, par l’intermédiaire d’Abouthas secrétaire, à Pabous fils d’Harpagathes de (Soknopaiou) Nesos salut. A été versé par toi pour le reçu et pour la taxe routière de trois chameaux (le montant de) vingt-quatre drachmes, cela fait 24 drachmes. An 17 d’Antonin César seigneur, le 7 de Mecheir.

Image 10000000000001020000010A8FDD6F7658EC9686.jpg

99Les quittances conservées en Haute-Égypte appartiennent toutes à la catégorie des quittances épistolaires ; on en a conservé trente-six exemplaires, datés de l’an 12 à la fin du iie siècle117. Ces documents avaient été produits par des fermiers (τελῶναι) et par des superviseurs (ἐπιτηρηταί) des douanes. Ces derniers s’identifiaient en mentionnant leur idionyme et leur nom de fonction ; ils ne faisaient pas souvent mention de scribes ou d’assistants par l’intermédiaire desquels les quittances auraient été rédigées. Les fermiers et superviseurs des douanes de Thèbes, Syène-Éléphantine et Hermonthis évoquaient, selon des formulaires assez variables, leurs collaborateurs : ὁ δεῖνα καὶ μέτοχοι πεντηκοστῶναι, « un tel et ses collègues fermiers de l’impôt du cinquantième » ; ὁ δεῖνα (/καὶ ὁ δεῖνα) καὶ οἱ σ (ὺν) αὐτῷ τελῶναι, « un tel et ses collègues fermiers » ; ὁ δεῖνα καὶ οἱ σ (ὺν) αὐτῷ ἐπιτηρηταί, « un tel et ses collègues superviseurs »118. Les noms de fonction étaient complétés par le génitif de la taxe affermée. Il s’agissait dans onze cas de la taxe du λιμὴν Σοήνης, dans vingt-six cas de la πεντηκοστή. Le payeur, auquel les fermiers adressaient la quittance, était identifié par l’idionyme et parfois par le patronyme, dans la formule de salutation marquée par χαίρειν, « salut ». Le corps du reçu suit des formulaires assez variables selon qu’il s’agisse de la taxe du λιμὴν Σοήνης ou de la πεντηκοστή. Dans la plupart des cas, cette section du texte s’ouvrait par le verbe désignant la réception du paiement par les fermiers, ἀπέχω ou ἔχω, « je reçois », souvent exprimé au présent de l’indicatif actif, dans deux cas seulement à l’aoriste, et par l’évocation du payeur par le complément « παρὰ σοῦ », « de toi ». Par ce biais, et selon une pratique amplement diffusée en Égypte dans maints reçus et quittances officiels et privés, les auteurs des documents certifiaient la réception du paiement de l’impôt par le contribuable à qui l’on avait adressé la quittance. Cinq quittances témoignent de l’usage du verbe τελωνέω, à la troisième personne du parfait indicatif de la voix moyenne-passive, que l’on traduira par « a payé119 ». Suivaient la mention de la taxe acquittée (τέλος) ainsi que la nature du transport en entrée (εἰσάγω, « j’importe »/ « j’introduis ») ou en sortie (ἐξάγω, « j’exporte »/ « je fais sortir »). Étaient évoqués ensuite les types et les quantités des produits transportés. La date de l’émission du reçu clôturait le document.

100Exemples de quittances épistolaires

101A) O.Wilck. 801 (= W. Chr. 292), 16 juillet 107, Hermonthis

102Ἱέραξ καὶ μέτοχ (οι) τελ (ῶναι) (πεντηκοστῆς) Ἑρμωνθ (ίτου) Λον
γῖνος (*) Κρίσπος (*) οὐετρανὸς (*) χαίρ (ειν).
τετελ (ώνηται) (*) ἐν Ἑρμώνθ (ει) ἐξά (γων) πυροῦ ἀρ
τάβας ἑκατὸν πεντήκοντα
5 (
γίνονται) (πυροῦ) ρν καὶ φακοῦ ἀρτάβας ὀκτ[]
(
γίνονται) (ἀρτάβαι) η. (ἔτους) ι Τραιανοῦ Καίσαρος
τοῦ κυρίου Ἐπεὶφ κβ.

103Apparat

104l. 1-2 Λογ|γίνῳ ; l. 2 Κρίσπῳ ; l. 2 οὐετρανῷ ; l. 3 voir BL 7.302 : τετελ (ώνησαι)

105prev. ed.

106Traduction

107Hierax et ses collègues fermiers (de l’impôt) du cinquantième de l’Hermonthite à Longinus Crispus vétéran, salut. (Longinus Crispus) a payé à Hermonthis, exportant cent-cinquante artabes de blé, cela fait 150 artabes de blé et huit artabes de lentilles, cela fait 8 artabes. An 10 de Trajan César seigneur, le 22 d’Epeiph.

108B) O.Bodl. II 1086, ier siècle, Thèbes

109Ἡρακλείδ (ης) κα (ὶ) μέτοχ (οι) τελ (ῶναι) (πεντηκοστῆς)
Πετεαρουή (ρει) χα (ίρειν). ἔχω (μεν) (*)
παρὰ (σοῦ) τέλ (ος) ἐξαγό (ντων)
κρό (τωνα) ὄνω (ν) β κα (ὶ) (πυροῦ) (ἀρτάβας) ι̣ κα̣ (ὶ)
5 οἴνο (υ) κε (ράμια) μβ. Τῦβ (ι) ι.

110Apparat

111l. 2 ἔχο (μεν).

112Traduction

113Herakleides et ses collègues fermiers du cinquantième à Peteharoeris salut. Nous recevons de toi l’impôt pour les deux ânes qui exportent du ricin, 10 artabes de blé et 42 keramia de vin. Le 10 de Tybi.

114C) SB V 7580, 128, Éléphantine

115(o)
Ἀμμώνιος καὶ οἱ σὺν αὐτῷ
τελ (ῶναι) πεντ (ηκοστῆς) λιμ (ένος) Σοήν (ης) διʼ Ἀμμωνιδ̣[-ca.?-]
γραματ (*) Πετορσμῆτι Σωκρά
τους χα (ίρειν). ἀπεχό (μεθα) παρὰ σοῦ τω (*) γι-
5 νόμεν (ον) τέλ (ος), ὁ͂ν (*) ἐξηγ (είωχας) κεραμ (ίων), (δραχμὰς) ϛ.
(ἔτους) ιγ Ἁδριανοῦ Καίσαρος τοῦ κυρίου,
Ἁθὺρ κβ.

116Apparat

117l. 3 γραμ<μ>ατ (έως) ; l. 4 τὸ ; l. 5 ὧν.

118Traduction

119Ammonios et ses collaborateurs fermiers du cinquantième de la douane de Syène, par l’intermédiaire d’Ammonid (es ?) secrétaire, à Petosorsmetis fils de Sokrates salut. Nous recevons de toi l’impôt prélevé pour les keramia que tu as exportés, soit 6 drachmes. L’an 13 d’Hadrien César seigneur, le 22 d’Athur.

120La troisième grande catégorie documentaire identifiée est celle des comptes et des registres, les λόγοι, inventoriant les sommes encaissées par les personnels douaniers et les passages par le poste de douane, durant une période donnée. Les distinctions typologiques au sein de cette famille documentaire se font moins aisées, en raison du faible nombre de documents conservés et de l’état de conservation très fragmentaire du plus grand nombre d’entre eux. Seulement deux registres, provenant des villages de Bakchias (114) et de Soknopaiou Nesos (iie-iiie siècle), nous sont parvenus complets ; des vingt autres, plus ou mois fragmentaires, sept proviennent assurément de Soknopaiou Nesos et sont datés des iie et iiie siècles120 . La Haute-Égypte n’a conservé aucun registre comparable, si ce n’est cinq comptes très succincts, rédigés sur ostraca, datant du dernier quart du iie siècle121. Parmi les registres conservés dans l’Arsinoïte, on peut distinguer deux groupes majeurs, l’un comprenant les registres inventoriant les montants perçus122, l’autre les λόγοι qui enregistraient seulement les passages par la douane123. Ainsi, dans les premiers, après la mention du nom du document (λόγος) et de la période à laquelle les données enregistrées se référaient, à savoir un ou plusieurs mois, on procédait à la création des différentes rubriques ordonnées par date. Le nombre du jour du mois concerné introduisait l’inventaire des passages enregistrés pour ce jour-là ; pour chaque passage on précisait l’idionyme du contribuable, la direction du transport, le type et la quantité du produit transporté, le nombre et le type des moyens de transport mobilisés et enfin, le cas échéant, le montant acquitté. Des synthèses partielles des montants encaissés aussi bien que des passages enregistrés étaient notifiées, soit pour chaque jour, soit pour plusieurs jours. Il est probable que la fréquence des passages par la douane imposait des synthèses plus régulières dans certains registres, tandis que des flux de personnes et de marchandises moins importants rendaient suffisantes des synthèses partielles regroupant plusieurs jours. Les montants encaissés pour le mois étaient mentionnés à la fin de l’inventaire mensuel des passages, avant qu’une nouvelle section du registre ne fût entamée pour l’inventaire des passages enregistrés le mois suivant. Les impôts au titre desquels ces versements étaient enregistrés n’étaient pas mentionnés en ouverture des rubriques qui notifiaient les passages et les montants encaissés. En nous fondant sur les noms de fonction des personnels impliqués dans la rédaction de deux de ces registres, à savoir le λιμενάρχης et l’ἐπιτηρητής de l’ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή, on pourrait supposer que les impôts concernés étaient précisément la taxe du λιμὴν Μέμφεως et celle de l’ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή124 . Il est dès lors raisonnable de supposer que les registres inventoriaient les revenus spécifiques à chaque taxe. On relèvera enfin le recours, en clôture du registre le mieux conservé, au verbe διαγράφω pour désigner l’acte du versement des revenus au trésor public par l’intermédiaire d’une banque publique, l’un des moyens de paiement étant le transfert matériel du numéraire encaissé dans les banques publiques des villages125.

121Exemples de registres inventoriant les montants encaissés

122A) P. Lond. III 1169, iie-iiie siècle, Soknopaiou Nesos, l. 34-39 (extrait)

123[ιε] Π̣ανοῦφ̣ι̣ς̣ ἐξάγ (ων) ἐπ (ὶ) ὄν (ῳ) α̣ ἐ (λαίου) μετ (ρητὰς) β (δραχμαὶ) η (διώβολον)
35 Παβοῦς ἰσ̣ά̣γ (*) (ων) ἐπ (ὶ) καμ (ήλοις) γ ο[ἴ]νου κεράμ (ια) ιβ (δραχμαὶ) η
ιϛ [Ἀρ]χ̣ε̣λ̣ᾶς ἐξάγ (ων) ἐπ (ὶ) ὄν (οις) β ἐ (λαίου) μετ (ρητὰς) δ (δραχμαὶ) ιϛ (τετρώβολον)
Παβοῦς ὁμ (οίως) ἐπ (ὶ) ὄν (ῳ) α ἐ (λαίου) μετ (ρητὰς) β (δραχμαὶ) (διώβολον)
Ἀφρικανὸς ὁμ (οίως) ἐπ (ὶ) ὄν (ῳ) α ἐ (λαίου) μ̣ετ (ρητὰς) β (δραχμαὶ) η (διώβολον)
ιζ Διονύσις ἰσάγ (ων) (*) οἴνου κεράμ (ια) δ (δραχμαὶ) β (τετρώβολον)

124Traduction

125Le 15, Panouphis exportant sur un âne 2 métrètes d’huile, 8 drachmes et un demi-obole ; Pabous important sur trois chameaux 12 keramia de vin, 8 drachmes.
Le 16, Archelaos exportant sur deux ânes 4 métrètes d’huile, 16 drachmes et un tetrobolos ;
Pabous de même sur un âne 2 métrètes d’huile, (?) drachmes et un demi-obole ;
Africanus de même sur un âne 2 métrètes d’huile, 8 drachmes et un demi-obole.
Le 17, Dionysios important 4 keramia de vin, 2 drachmes et un tetrobolos.

126B) P.Wisc. II 80, 114, Bakchias, l. 35-45 (extrait de registre douanier)

12735 δ Φαῆσι εἰσάγ (οντι) φα̣κ (οῦ) ὄνο (ν) α (ἀρτάβας) δ ὡς τῆ (ς) (ἀρτάβης) (ἡμιωβέλιον),
(γίνεται) (διώβολον)
Φαῆσις ἐραυνητ (ικοῦ) ἐρίων πό̣κ (ου) α ἀνγίο (υ) (*) λ, (γίνεται) (ἡμιωβέλιον) (γίνεται)
τῆς ἡμέρας (ὀβολοὶ) β ⎳.
ε Ὡρίωνι κυάμ (ου) μέλ (ανος) ὄνο (υς) β̣ (ἀρτάβας) η ὡς τῆς (ἀρτάβης) (ὀβολὸς) α ⎳,
(γίνονται) (δραχμαὶ) β
καὶ ὀρυβο (υ) (*) ὄνο (ν) α̣ (ἀρτάβας) δ ὡς τῆς (ἀρτάβης) (ἡμιωβέλιον), (γίνεται)
(διώβολον)
Καπιτωλ () ὄξο (υς) κεράμ (ια) γ ὡς τ̣ο (ῦ) κεραμ (ίου) (δραχμὴ) α (ὀβολὸς) α ⎳, (γίνονται)
(δραχμαὶ) γ (ὀβολοὶ) δ ⎳
40 Ἀβουτ () φοίνικ (ος) πατητ (οῦ) ὄνο (υς) β̣ {α} (ἀρτάβας) η ὡς τῆς (ἀρτάβης) (δραχμὴ)
α (ὀβολὸς) α ⎳, (γίνονται)
(δραχμαὶ) ι
καὶ κυάμ (ου) μ̣έλ (ανος) ὄνο (ν) α (ἀρτάβας) δ ὡς (ἀρτάβης) (ὀβολὸς) α ⎳, (γίνεται)
(δραχμὴ) α
Ἀμωνιο () ἐλαίο (υ) ὄνο (ν) α μετ (ρητὰς) β καὶ ἐφʼ ἑτέρων̣ μετ (ρητὴν) α ⎳ ὡς το (ῦ)
μετ (ρητοῦ) (δραχμαὶ) ε, (γίνονται)
(δραχμαὶ) ιζ (τριώβολον)
Ἠλιτ () ἐλαίο (υ) ὄνο (ν) α μετ (ρητὰς) β̣ καὶ ἐφʼ ἑτέρω (ν) μετ (ρητὴν) α ⎳
ὡς το (ῦ) μετ (ρητοῦ) (δραχμαὶ) ε, (γίνονται) (δραχμαὶ) ιζ (τριώβολον)
45 (γίνονται) τῆς ἡμέρας (δραχμαὶ) ν̣β (ἡμιωβέλιον).

128Traduction

129Le 4, pour Paesis important 1 âne des lentilles soit 4 artabes, à un demi-obole par artabe, cela fait 2 oboles ;
Paesis pour l’inspection du bois, 1 toison de laine, 30 balles (de laine ?), cela fait 1 demi-obole. Total du jour 2 oboles et ½.
Le 5, pour Horion 2 ânes de fèves noires soit 8 artabes, à 1 obole et ½ par artabe, cela fait 2 drachmes et 1 âne de vesce soit 4 artabes, à un demi-obole par artabe, cela fait deux oboles ;
pour Capitol (inus), 3 keramia de vinaigre, à 1 drachme et 1 obole et ½ par keramion, cela fait 3 drachmes 4 oboles et ½ ;
pour About (as ?) 2 ânes de dattes (juteuses) soit 8 artabes, à 1 drachme et 1 obole et ½
par artabe, cela fait 10 drachmes et 1 âne de fèves noires soit 4 artabes, à 1 obole et ½
par artabe, cela fait 1 drachme ;
pour Ammonios 1 âne d’huile soit 2 métrètes et avec d’autres (ânes) 1 métrète et ½, à 5 drachmes par métrète, cela fait 17 drachmes et 3 oboles ;
pour Elit (…) 1 âne d’huile soit 2 métrètes et avec d’autres (ânes) 1 métrète et ½, à 5 drachmes par métrète, cela fait 17 drachmes et 3 oboles.
Total du jour 52 drachmes et un demi-obole.

130Registre sans inventaire des montants encaissés

131P. Lond. III 929, 180-181 ou 212-213, Soknopaiou Nesos, l. 20a-27

132Φαρμοῦθι
20 δ Ψονοῦφι̣ς̣ [ἐξ (άγων)] ἐλέο (υ) (*) κάμ (ηλον) α
Μέλας ἐξ (άγων) [φοί]νι (κος) ὄνους (*) β
ε Μέλας ἐξ (άγων) λ̣α̣χ̣ά (νου) καμ (ήλους) β ὄνο (ν) α
Ε[ἰ]ρην̣ᾶ̣ς̣ ἐξ (άγων) σχο̣ι̣ν (ίου) σεβεννίν (ου) (*) ὄνο (ν) α
[ζ] Μέλας [ἐξ (άγων)] (πυροῦ) (*) καμ (ήλους) ε
25 Ἑριεὺς (*) ἐξ (άγων) (πυροῦ) καμ (ήλους) δ
Μέλας ἐξ (άγων) (πυροῦ) καμ (ήλους) β ὄνο (ν) α
Ψονοῦφις (*) ἐξ (άγων) (πυροῦ) καμ (ήλους) β

133Apparat

134l. 20 ἐλαίο (υ) ; l. 21 BL 9.132 : [(πυροῦ) ἡ]μιόνους prev. ed. ; l. 23 σεβενίν (ου) ; l. 24
BL 9.133 : [ἐξ (άγων) ̣ ̣ ̣] prev. ed. ; l. 25 BL 9.133 : [̣ ̣]ευς prev. ed. ; l. 27 BL 9.133 : [- ca.?-] prev. ed.

135Traduction

136Pharmouthi :
Le 4, Psonouphis exportant 1 chameau d’huile ;
Melas exportant 2 ânes de dattes.
Le 5, Melas exportant 2 chameaux et 1 âne de fourrage ;
Eirenas exportant 1 âne de cordage de palmier.
Le 7, Melas exportant 5 chameaux de blé ;
Herieus exportant 4 chameaux de blé ;
Melas exportant 2 chameaux et 1 âne de blé ;
Psonouphis exportant 2 chameaux de blé.

137Les comptes provenant de la Haute-Égypte, notamment de Thèbes, témoignent, pour leur part, de pratiques documentaires différentes. Les textes conservés sont des inventaires journaliers, comptabilisant les sommes perçues pour la taxe de la πεντηκοστή126. Après la mention de la date de rédaction du compte, comportant le jour, le mois et l’année, on précisait l’identité du personnel au nom duquel le compte était rédigé, par la mention de l’idionyme, voire parfois du patronyme, et du nom de fonction. La nature de l’impôt au titre duquel les versements avaient été faits est suggérée par la titulature du fermier, à savoir, la taxe de la πεντηκοστή. On précisait ensuite le montant encaissé, sans détailler les passages par la douane127. Un seul document fait état de l’enregistrement sur le même ostracon des montants encaissés sur deux jours, le formulaire étant toujours le même et comportant donc uniquement le montant total encaissé128. Quatre comptes présentent une signature en clôture du document, faite par un personnel qui se limitait simplement à évoquer son idionyme sans préciser son nom de fonction ; peut-être s’agissait-il d’assistants ou de secrétaires des fermiers aux noms desquels les documents étaient rédigés. Se démarquant des registres provenant du nome Arsinoïte par leur caractère succinct et elliptique, ces comptes ne faisaient pas mention du versement et du transfert des montants encaissés au trésor public. S’agissant de comptes journaliers, les données qu’ils contenaient devaient peut-être faire l’objet d’une notification consécutive dans un registre inventoriant les revenus cumulés pendant un ou plusieurs mois et transférés dès lors dans les caisses du trésor public.

138Exemple de registre inventoriant les montants encaissés

139O.Bodl. II 1091, 9 juillet 193, Thèbes

140Ἐπ̣ε̣ὶ̣φ ιε τοῦ α (ἔτους) ὀνό (ματος)
Ἀπολλωνίο (υ) Ταύρωνο̣ (ς)
ἐπιτ (ηρητοῦ) πεν̣τη̣κ (οστῆς) (δραχμὰς) τεσσαρά
κοντα (γίνονται) (δραχμαὶ) μ.

141Traduction

142Epeiph, le 15 de l’an 1. Au nom d’Apollonios fils de Tauron, collecteur (de l’impôt) du cinquantième, quarante drachmes, cela fait 40 drachmes.

143L’étude typologique nous a permis d’éclairer les rapports existant entre le formulaire employé dans chaque type de document et la fonction du document, l’évolution des pratiques documentaires et leurs éventuelles spécificités régionales. Ainsi, la famille documentaire des laissez-passer se distingue par la mention d’un ordre de laisser franchir la douane, exprimé par des verbes de mouvement à l’impératif (παρίημι, ἀπολύω). C’est pourquoi ces textes comprenaient comme informations principales les biens et les bêtes qui transitaient par le poste de douane et, très souvent, l’identité de la personne à laquelle ils appartenaient. Les spécificités régionales sont significatives dans ce contexte. Ainsi, les textes conservés dans le nome Arsinoïte font état d’un emploi de laissez-passer contenant un prescrit épistolaire uniquement pendant la première moitié du ier siècle ; étant donné le nombre élevé des bureaux douaniers dans le nome et la variété des taxes prélevées, ces informations étaient renseignées dans les prescrits. Après un demi-siècle, à cette pratique se substitua progressivement celle des laissez-passer sans prescrit : les auteurs des documents omettaient désormais leurs identité et fonction et se limitaient à préciser par quel poste de douane et pour quelle taxe le passage devait être autorisé. C’est à partir de ce formulaire, apparu entre la fin du ier siècle et le début du iie siècle, que se développa, dès le premier quart du iie siècle, celui des quittances en forme objective. Cela suggère donc que, si au début de la période les personnels émetteurs des documents étaient tenus de s’identifier et d’identifier leurs collaborateurs stationnant au poste de douane, cette nécessité n’avait plus raison d’être au début du iie siècle, lorsque prirent place le processus de standardisation des formulaires et la réorganisation concomitante des personnels douaniers dans les bureaux des différents villages. Les laissez-passer du désert Oriental s’inscrivent dans la même fourchette chronologique des documents homologues du nome Arsinoïte : le ier siècle. Ils témoignent de pratiques documentaires spécifiques, relevant des contextes géographique et administratif de la région. Outre l’emploi exclusif d’ostraca, on signalera l’usage de prescrits épistolaires, plus ou moins détaillés, tout au long du siècle et surtout l’absence d’éléments d’identification du poste de douane et de la taxe concernée. Cela pourrait s’expliquer par le fait que le bureau douanier responsable de l’émission des laissez-passer était unique, situé à Coptos, et qu’un seul type d’impôt, un τέλος ἐξαγωγικόν, frappait les marchandises acheminées depuis la Vallée.

144La famille documentaire des quittances, pour sa part, qu’il s’agisse de quittances en forme objective ou de quittances épistolaires, se distingue par l’emploi de verbes attestant que le paiement de l’impôt avait bien été effectué (τελωνέω/ διαγράφω) par le contribuable au bénéfice du bureau douanier concerné ou bien que les personnels douaniers avaient bien reçu (ἔχω/ἀπέχω) la somme due pour l’impôt. Cela s’explique par la fonction primaire de ce document, celle de certifier que le passage à la douane se faisait après l’acquittement de l’impôt dû pour les produits et les bêtes de sommes acheminés ; elle était destinée à rester aux mains des contribuables en cas de contrôles ultérieurs au moment du passage à la douane. Au sein de cette famille documentaire on décèle plusieurs spécificités régionales. Dans le nome Arsinoïte, où les quittances épistolaires ne concernaient que l’impôt dû pour le cheminement des chameaux le long des routes caravanières reliant les villages septentrionaux du nome à plusieurs nomes de la Basse-Égypte, un seul type de formulaire s’affirma et s’uniformisa entre la fin du ier siècle et le début du iie siècle pour toutes les taxes perçues à l’entrée et à la sortie du district. Il s’agit du formulaire des quittances objectives, marqué par l’emploi quasi exclusif du verbe τελωνέω et comprenant en ouverture du document la mention du bureau douanier et de la taxe concernée. Cela suggère un fonctionnement quasi identique des différents bureaux douaniers du nome et des pratiques standardisées pour les différents personnels qui y officiaient. Il n’en va pas de même pour la Haute-Égypte, où les quittances épistolaires émises par les personnels douaniers témoignent de pratiques documentaires locales tout au long de la période et ne sont pas concernées par le processus d’uniformisation des formulaires que révèle le nome Arsinoïte. Au contraire, les variations que nous relevons dans ce contexte se faisaient au gré des individualités des fermiers et de leurs secrétaires.

145Les registres et comptes douaniers conservés corroborent les spécificités régionales que nous avons relevées dans les pratiques de rédaction des documents, notamment dans les nomes Arsinoïte et Péri-Thèbes. Ainsi, si dans l’un, les registres, rédigés sur papyrus, comprenaient des informations détaillées sur les passages à la douane, à l’entrée et à la sortie, les contribuables, les biens acheminés, les bêtes de somme employées et, le cas échéant, les montants encaissés, dans l’autre, seule l’identité du fonctionnaire responsable du compte et le montant encaissé étaient notifiés. La fréquence de rédaction de ces registres était variable : dans l’Arsinoïte, les registres conservés concernaient un ou plusieurs mois, les passages à la douane et les montant encaissés étant notifiés jour après jour ; à Thèbes en revanche, ils portaient sur un seul jour, voire deux ou trois jours ; peut-être des registres couvrant des périodes plus amples étaient ensuite élaborés à partir de ces comptes journaliers. Ces éléments viennent éclairer la fonction de ce type de document. Avant même de constituer des inventaires précis des revenus encaissés permettant aux personnels douaniers et à leurs supérieurs hiérarchiques de comptabiliser les recettes pour une période donnée, ils servaient d’instrument de vérification à la disposition des autorités publiques, notamment des superviseurs présents sur le terrain qui assuraient le transfert des montants perçus par les douanes dans les caisses de l’État. Les écarts existant entre les pratiques documentaires des districts de l’Arsinoïte et de Péri-Thèbes s’expliquent peut-être aussi bien par des pratiques des personnels douaniers responsables de la tenue des registres que par des organisations différentes des dispositifs de contrôle public des douanes.

La validation des écrits douaniers

146L’authenticité des écrits douaniers était établie par différents moyens, notamment des références à des marques ou à des sceaux, des croix et des signatures qui étaient apposés aux laissez-passer et aux quittances. Conférant leur unicité aux documents qui les portaient, ces signes visaient à empêcher les tentatives de reproduction ou de modification frauduleuses129. La présence de ces marques de contrôle n’est pas homogène dans le corpus des douanes, elle varie selon les contextes géographiques et les époques.

147Ainsi, le nome Arsinoïte est à ce jour le seul district ayant conservé des références écrites à des marques ou à des sceaux, ainsi que des sceaux dans les laissez-passer et dans les quittances relatives à l’acquittement des impôts de l’ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή, de l’ἐρημοφυλακία et du λιμὴν Μέμφεως, à raison de trente-six, dix-sept et neuf occurrences. Cet usage n’apparaît pas en Haute-Égypte ou dans le désert Oriental, certainement parce qu’il aurait été difficile de sceller des ostraca, support d’écriture privilégié dans ces régions. Les expressions χωρὶς χαρακτῆρος ou χωρὶς σφραγῖδος, « sans marque » ou « sans sceau », tenaient à préciser que le document n’avait pas été marqué avec un sceau par la personne qui l’avait émis et/ou écrit. L’intérêt d’une telle mesure s’explique assez bien si l’on songe à la fonction de la quittance qui la portait, qui était de prouver le paiement de l’impôt. À la différence des laissez-passer, qui généralement restaient aux mains des personnels douaniers après que les contrôles avaient été effectués, les quittances, ou un exemplaire des quittances, restaient en la possession du contribuable et étaient donc susceptibles de subir des modifications illicites130. En cela, il est significatif que les quatre quittances émises à Tebtynis au bénéfice de transporteurs qui se dirigeaient à l’extérieur du nome Arsinoïte, probablement dans l’Oxyrhynchite, lieu d’invention des documents, portent toutes l’expression χωρὶς χαρακτῆρος. Il s’agissait, selon nous, des duplicata de quittances restés en la possession des payeurs, résidant dans un village non précisé du nome Oxyrhynchite131. Les sceaux dont vingt et une quittances ont gardé la trace avaient probablement une fonction similaire ; le choix devait être dicté par la disponibilité effective de sceaux dans le bureau émetteur au moment de la rédaction du reçu132. Par leur contenu inscrit et imagé, les sceaux évoquaient le bureau douanier émetteur, la taxe affermée et le toponyme du bureau douanier ainsi que l’empereur régnant. Une typologie des inscriptions et des représentations des sceaux a été dressée par K. Vandorpe133. La chronologie de l’apparition des sceaux et des formules χωρὶς χαρακτῆρος ou χωρὶς σφραγῖδος est plutôt homogène dans les trois types de prélèvements documentés et illustre bien que ces mesures furent adoptées de façon plus ou moins systématique au milieu du iie siècle134. Leur apparition coïncide avec les transformations de formulaires que nous avons reconstituées dans les familles documentaires des laissez-passer sans prescrits épistolaires et des quittances en forme objective ; elle reflète, en tout état de cause, la présence accrue de l’État dans les procédures de contrôle douanier.

148Sur un nombre moins important de reçus, des croix avaient été apposées à la fin du texte ; leur nombre varie d’un reçu à l’autre. Elles apparaissent pour la première fois sur une quittance très fragmentaire datée de la fin du ier siècle, relative à la taxe du λιμὴν Μέμφεως et associée à la signature du personnel émetteur135. Les quittances précisément datées sont en revanche relativement tardives et sont concentrées entre 184 et 205136. Vers la même époque, s’en servit également l’auteur d’une lettre adressée à un μισθωτής de l’ἐρημοφυλακία137. Un seul document, relatif au paiement du λιμὴν Μέμφεως, par sa chronologie assez tardive, associe enfin la formule χωρὶς χαρακτῆρος et une série de cinq croix138. Ainsi que l’envisageait P. Sijpesteijn, ces croix servaient à empêcher que d’autres certifications de paiement soient ajoutées et limitaient ainsi les abus tantôt des douaniers tantôt des payeurs139.

149La pratique de la signature des documents est en revanche documentée, selon des proportions variables, dans toutes les régions concernées par notre étude. Cette pratique consistait en une déclaration que l’auteur du document faisait par le recours au verbe σημειόω, « je marque d’un signe », conjugué au parfait indicatif moyen-passif, accompagné de l’idionyme du signataire du document au nominatif. Dans le nome Arsinoïte, la première attestation de signature se trouve sur un laissez-passer émis par le préposé à la douane de Soknopaiou Nesos en 51 pour le paiement de la taxe du λιμὴν Μέμφεως, le signataire étant un affranchi ou un esclave impérial140. Dans le dossier de la taxe du λιμὴν Μέμφεως, on compte au total trois signatures, dont l’une figure dans une pièce de correspondance officielle141. Le dossier de l’ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή présente neuf documents signés, parmi lesquels figure un fragment de compte rédigé par un subordonné des ἐπιτηρηταί datant de 134142. Dans le dossier de l’ἐρημοφυλακία, la pratique de la signature n’est pratiquement pas attestée143.

150En Haute-Égypte, c’est uniquement dans le dossier de la πεντηκοστή thébaine que la signature fait son apparition, où seuls des comptes, rédigés au nom des superviseurs (ἐπιτηρηταί) qui collectaient la πεντηκοστή, sont concernés144. ÀThèbes, cette formule n’était pas spécifique à la fiscalité douanière mais caractérisait au contraire un certain nombre d’impôts directs, notamment la taxe de capitation (λαογραφία) et les impôts de répartition (μερισμοί)145. Dans ce dernier cas, les signataires des quittances s’identifiaient parfois par leurs noms de fonction, à savoir πράκτωρ (ἀργυρικῶν). C’est probablement par la présence d’acteurs relevant de la sphère publique ou par des interactions avec ces derniers que s’explique l’usage de cette formule dans les écrits des douanes146.

151Dans le désert Oriental enfin quatorze ostraca contiennent une signature par le recours au simple verbe σημειόω, conjugué au parfait indicatif moyen-passif. Il s’agit des ordres de livraison de marchandises rédigés par un certain Sarapion fils de Kasion adressés aux employés de la douane présents à Bérénice. Nous ignorons quels étaient le statut et la fonction de Sarapion fils de Kasion, mais il est probable que cette initiative découlait moins d’une pratique propre au fonctionnement des bureaux douaniers de Coptos que d’un choix personnel qui demeure pour l’heure unique dans le dossier des ostraca de Bérénice147.

152Globalement, l’étude des formes de validation des écrits douaniers suggère une présence accrue de l’État dans le contrôle de la documentation écrite des douanes, qui prit une ampleur considérable dans le nome Arsinoïte et qui demeura en revanche beaucoup moins visible en Haute-Égypte et dans le désert Oriental. L’ensemble des dispositifs de contrôle que nous avons étudiés pour le nome Arsinoïte, notamment les sceaux et les références à ces derniers, ainsi que les croix apposées sur les quittances, se généralisèrent au milieu du iie siècle. À cette même époque, le préfet d’Égypte avait cherché par un édit à mettre fin à des abus commis tant par les douaniers que par des transporteurs et des marchands148. Le préfet s’exprimait ainsi : « Je suis informé du fait que les fermiers ont employé de manière excessive des moyens astucieux avec ceux qui traversent (la province), qu’ils exigent des paiements supplémentaires qui ne leur sont pas dus, qu’ils retiennent ceux qui sont pressés afin que certains achètent un départ plus rapide. Je leur ordonne de se départir d’une telle cupidité149. » Il est ainsi très probable que l’institution de ces dispositifs de contrôle des écrits douaniers figurait au nombre des mesures visant à limiter les risques de contraventions par les douaniers et par les contribuables. De ces dispositifs nous connaissons la nature et les caractéristiques uniquement dans le nome Arsinoïte ; c’est probablement par d’autres moyens que l’on garantit le contrôle public des douanes dans la Haute-Égypte et dans le désert Oriental.

Conclusions

153La première partie de cette étude nous a permis de procéder, par l’analyse du vocabulaire fiscal, des typologies des écrits douaniers et des marques d’authentification de ces écritures fiscales, à la reconstitution des pratiques documentaires des contrôles douaniers. On y a relevé des spécificités régionales marquées, dont nous avons tâché de préciser, dès lors que la documentation le permettait, les évolutions au cours de la période étudiée.

154Il est apparu que les écrits douaniers produits dans le nome Arsinoïte subirent des transformations notables entre le milieu du ier s. apr. J.-C. et le début du iie s. apr. J.-C., aboutissant à la stabilisation des formulaires en une catégorie documentaire qui progressivement s’imposea dans le nome et qui est celle des quittances en forme objective. Ces éléments, de même que les marques de contrôle qui y figuraient, semblent témoigner d’une réorganisation des postes de douane du district, quelle que fût la taxe concernée ; seuls quelques paiements, peut-être exceptionnels, s’éloignent de ce tableau. Tout autre est la reconstitution que nous pouvons proposer pour les trois districts documentés de la Haute-Égypte et pour le désert Oriental. En Haute-Égypte, où la douane n’était pas identifiée par le recours au substantif πύλη et par une localisation précise, ce sont les quittances épistolaires qui dominent tout au long de la période, selon des formulaires assez variables et propres à cette région. Quelques indices probables de contamination du vocabulaire apparaissent, notamment par le recours au verbe des paiements douaniers τελωνέω, mais leur faible nombre et leur chronologie semble plutôt suggérer qu’il s’agissait de l’initiative d’un ou de plusieurs personnels douaniers et non pas d’une tentative quelconque d’uniformisation du vocabulaire et des typologies d’écrits. La présence de l’État dans ces procédures de contrôle avait pris des formes différentes que dans le nome Arsinoïte et reposait davantage sur les personnels ayant accès à la ferme. Les textes conservés dans le désert Oriental témoignent aussi de modalités spécifiques de la production documentaire dans la région, en raison des caractéristiques topographiques et fiscales qu’y prenaient les contrôles douaniers. Quelques centaines de laissez-passer, rédigés à la hâte par des personnels dont nous peinons à identifier les fonctions, font état du caractère succinct des formulaires et de l’absence de spécialisation du vocabulaire fiscal. Les bureaux douaniers situés à Coptos semblent avoir ainsi privilégié au cours du ier siècle une seule catégorie documentaire, celle des laissez-passer, qui répondait bien à la nécessité d’encadrer un trafic constant au rythme soutenu, entre la Vallée et le port de Bérénice.

155Il convient dès lors de s’intéresser à l’étude des agents qui intervenaient dans ces contrôles et qui étaient les acteurs véritables de la production des écrits douaniers et de leurs transformations dans le temps.

Notes de bas de page

1  Voir H. G. Liddell, R. Scott (dir.), A Greek-English Lexicon, Oxford, At the Clarendon Press, 1883 [désormais LSJ] s.v. τέλος, n. 8 ; voir F. Preisigke (dir.), Wörterbuch der griechischen Papyrusurkunden, mit Einschluss der griechischen Inschriften, Aufschriften, Ostraka, Mumienschilder usw. aus Ägypten, Heidelberg, Berlin, 1925-1931 [désormais WB], I s.v. τέλος. Strabon, XVII, 1, 13, emploie les adjectifs ἐξαγωγικός/εἰσαγωγικός, qui sont en effet des hapax : ὥστε τὰ τέλη διπλάσια συνάγεται τὰ μὲν εἰσαγωγικὰ τὰ δὲ ἐξαγωγικά. Le règlement fiscal de Caunos (SEG 14 629), daté du ier siècle, mentionne des telê exagôgiou/eisagôgiou, identifiés comme des taxes frappant les produits importés/ exportés. Dans la lex portorii Asiae on avait employé un vocabulaire similaire, voir M. Cottier (dir.), The Customs Law of Asia, op. cit., § 16-20.

2  WB, s.v. τελωνικός. Sur les τελωνικοì νόμοι d’époque lagide, voir J. Bingen, Le papyrus revenue laws : tradition grecque et adaptation hellénistique, Opladen, Westdeutscher (Vorträge Geistwissenschaften 231), 1978.

3  Sh. Wallace, Taxation in Egypt…, op. cit., p. 268-271 ; P. J. Sijpesteijn, Customs Duties…, op. cit., p. 23-25 ; F. Reiter, Die Nomarchen des Arsinoites : ein Beitrag zum Steuerwesen im römischen Ägypten, Paderborn/Munich/Vienne, Ferdinand Schöningh (Papyrologica Coloniensia 31), 2004, p. 248-250 et 242-248 ; M. Cottier, « The Customs Districts… », art. cité, p. 145.

4  Stud. Pal. XXII 104 ; P.Grenf. II 50a ; P.Grenf. II 50b ; SB XIV 12135 ; P.Oxy. Hels. 16.

5  Stud. Pal. XXII 104 ; P.Grenf. II 50a ; P.Grenf. II 50b ; SB XIV 12135 ; P.Oxy. Hels. 16, voir F. Reiter, Die Nomarchen des Arsinoites, op. cit., p. 237 ; voir P.Oxy. I 78, p. 173.

6  Parmi les substantifs dérivés figure le mot ἐρημία, désignant à la fois la solitude et le désert ; le mot, suivi d’un complément, permet d’exprimer le manque ou la privation, voir P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck, 1968-1980, s.v. ἐρῆμος.

7  Ce n’est qu’à partir d’une époque très tardive qu’il aurait commencé à se référer aux personnes dans le sens de démuni, pauvre.

8  Voir WB, I, s.v. ἐρῆμος, -ον.

9  Le Papyrological Navigator recense 377 occurrences du terme ἐρῆμος (simple ou composé), dont 65 concernent la Haute-Égypte (Antinoopolis, 7 ; Antaiopolite, 38 ; Bauit 1 ; Hermopolite, 15 ; Mons Claudianus, 2 ; Haute-Égypte, 1 ; Taruntis, 1).

10  H. Cuvigny (dir.), La route de Myos Hormos, op. cit., p. 298-299.

11  Voir R. S. Bagnall, « Army and Police in Roman Upper Egypt », JARCE 14, 1977, p. 68-69.

12  ἐρημοφυλακία : 39 attestations ; ἴχνος ἐρημοφυλακία : 34 attestations ; μερισμὸς ἐρημοφυλακίας : 2 attestations.

13  BGU XI 2057, l. 4 ; P.Harr. II 199, l. 7-8.

14  P. J. Sijpesteijn, Customs Duties…, op. cit., p. 21, n. 35 ; BGU XI 2057.

15  P.Harr. II 199, l. 6-9 : ἔθος ὄντος κύ̣ρ̣ιε παρὰ̣ σ[οῦ] δέχε̣[σ]θαι /ἡμεῖν διὰ τῶν παρασ̣̣ ̣ ̣ ̣ ω̣ν̣ ἀπ̣̣ φόρ̣ω̣ν̣ ἐρημο̣φυ/λακείας τῆς προκειμένης πύλ̣η̣ς ̣πὲρ λ̣α̣ο̣γ̣ραφίας/ἡμῶν.

16  Sur les 49 attestations recensées par le Papyrological Navigator concernant le mot ἴχνος, 35 se réfèrent à la taxe de l’ἴχνος ἐρημοφυλακία. Dans 8 documents le terme est en fait contenu dans un idionyme ; dans un memorandum des archives de Zénon daté de 275 ou 266 av. J.-C., il est employé dans l’acception de « trace », voir P. Cair. Zen. III 59475 ; dans une pétition de 41-65 (P.Mich. VI 421) provenant de Karanis, il constitue la racine du verbe ichnoskopeô employé ici au participe actif ; enfin il apparaît dans deux ostraca coptes du viiie siècle (O. Frange 8 et 17).

17  Voir Suda, s.v. ἴχνος, ὁδός ; voir H. Verreth, A Survey of Toponyms in Egypt in the Graeco-Roman Period, Cologne/Leuven, (Trismegistos Online Publications II) 2008, s.v. ὁδοί.

18  P.Oxy. XII 1436 ; SB XII 11026, voir Sh. Wallace, Taxation in Egypt…, op. cit., p. 151-152.

19  Pour les ἐρημοφύλακες, voir infra, § 3.2, p. 96.

20  H. Cuvigny (dir.), La route de Myos Hormos, op. cit., p. 207-233, en particulier p. 216-225.

21  6 quittances douanières proviennent du nome Oxyrhynchite mais en aucun cas les bureaux ayant encaissé les paiements ne se situent dans ce nome. En effet, les documents avaient été rédigés à Dionysias (P.Oxy. LXIX 4740), à Tebtynis (P.Oxy. LXIX 4741, 4742, 4743, 4744) dans le nome Arsinoïte, à Hermopolis dans l’Hermopolite (P.Oxy. XII 1440) et dans l’Oasis Parva (P.Oxy. XII 1439, datant de 70). Ce dernier document concerne un impôt de 1 % (ἑκατοστή) acquitté dans l’Oasis Parva pour la traversée du désert à destination de l’Oxyrhynchite.

22  Stud. Pal. XXII 122, 154 ; SB VI 9197, 156 ; P. Lond. II 318, 157 ; P. Lond. II 330, 164 ; P.Aberd. 39, 164 ca.

23  Bailly, s.v. παρόδιος ; LSJ, s.v. παρόδιος II.2. Voir Sh. Wallace, Taxation in Egypt…, op. cit., p. 272-273.

24  Voir Sh. Wallace, Taxation in Egypt…, op. cit., p. 272-273. Stud. Pal. XXII 122 : versement fait au titre du σύμβολον et du παρόδιον, 3 chameaux pour un montant de 24 drachmes, versem ; P. Lond. II 330 : versement fait au titre du σύμβολον et du παρόδιον, 4 chameaux pour un montant de 32 drachmes. Dans SB VI 9197 et dans P. Lond. II 318, le montant pour le symbolon est de 6 drachmes par chameau.

25  P. Lond. II 330, voir SB VI 9197 ; P. Lond. II 318 ; P.Aberd. 39. Dans Stud. Pal. XXII 122, Kastôr porte le titre de fermier de la taxe pour la garde du désert, mais est chargé de la collecte des impôts pour le σύμβολον et le παρόδιον. Il s’agit probablement du même fermier de SB VI 9197, daté de 156 ; son titre est en revanche ici celui de fermier de la taxe pour la garde du désert et de la taxe routière.

26  P.Grenf. II 58 ; BGU XV 2543 ; P.Aberd. 37 ; P.Aberd. 38.

27  Nous avons rélevé 10 types d’abréviations différentes. Les plus fréquentes sont : λιμ (ένος) Μέμφ (εως), attestée dans 7 documents (P.Heid. III 235, Stud. Pal. XXII 153, Stud. Pal. XXII 13, P.Fay. 69, P.Hamb. I 77 ; P. Customs 266, 459 et 356) ; λι (μένος) Μέμφεως, attestée 19 fois (P.Alex. Giss. 11, P.Aberd. 40d, 40e, 40f, 40h, BGU XI 2109, P. Lond. II 469b, P. Customs 271, 132a, 451, 452, 382, 417, 422, 486, P.Hamb. I 78, SB V SB V 7822, SB V 7566, SB XXII 15758, P.Ryl. II 197c et 197d, P.Grenf. II 50k ; λι (μένος) Μέμφ (εως) attestée dans 9 documents (BGU VII 1592, P.Strasb. IV 250f, P.Koeln II 93, BGU III 768 ; P. Customs 378, 454, 398, 498, 500).

28  P.Oxy. I 117 ; P.Wisc. II 80 ; P.Alex. Giss. 10. Voir LSJ et Bailly donnent comme traduction « chef du port », qu’il conviendrait, du moins en ce qui concerne le contexte égyptien, de rectifier, voir infra.

29  P. Lond. III 1107, Voir Sh. Wallace, Taxation in Egypt…, op. cit., p. 261.

30  S. De Laet, Portorium, op. cit., p. 318-321, parle d’impôts douaniers prélevés dans le nome Oxyrhynchite au titre de la taxe du λιμὴν Μέμφεως, frappant les transports fluviaux. Il s’agit notamment de trois comptes de dépenses, P.Oxy. XIV 1650 ; 1650a et 1651. L’auteur définit comme « surtaxes » associées aux impôts douaniers proprement dits les impôts inventoriés dans les trois comptes, et considère que le syntagme « λόγος Μέμφεως » désigne un compte de taxe à payer pour le λιμὴν Μέμφεως. Or, ces comptes font simplement état de taxes dont s’acquittaient les armateurs, parmi lesquelles figure un ἐραυνητικόν, peut-être un impôt payé pour des contrôles douaniers. Cette taxe est en effet attestée dans le registre douanier de Bakchias datant de 114 conservé dans le P.Wisc. II 80 et concerne des toisons de laine non encore travaillée, voir P.Wisc. II 80, l. 28 : « [γ] [- ca.9 -] [ἐ]ραυνητ (ικοῦ) ἐρίω (ν) πόκ (ων) η̣ » ; l. 33 : « - ca.9 -] [ἐ]ρ̣αυνητ (ικοῦ) ἐρίω (ν) πόκ (ων) η » ; l. 36 : « Φαῆσις ἐραυνητ (ικοῦ) ἐρίων πό̣κ (ου) α ». Dans les comptes de l’Oxyrhynchite, cette taxe s’applique à des cargaisons de blé (P.Oxy. XIV 1650, l. 1-3 : « λόγος Μέμφεω (ς) κθ·/ λόγος πάκτωνος ⟦ (ἀρταβῶν (?))⟧ / (πυροῦ) (ἀρταβῶν) φν »), de fèves (P.Oxy. XIV 1650a, l. 1 : « [-ca.?- ]̣, λόγος Μέμφεος (*)· κεάμου (*) (δραχμαὶ) ριθ ») et de keramia de vin (P.Oxy. XIV 1651, l. 1 : « τῶν υ κερα (μίων) ἐκ (ὀβολῶν) δ ⎳ (δραχμαὶ) τ »). Ces documents ont été rapprochés du P.Oxy. IV 919, évoquant des τέλη Μέμφεως en rapport avec un transport fluvial depuis le nome Arsinoïte, qui ne peuvent pas être identifiés ab silentio avec des impôts douaniers. On soulignera à ce sujet la diversité d’impôts que peut désigner le terme τέλος dans la koinê d’Égypte. Sh. Wallace, Taxation in Egypt…, op. cit., p. 262-266 est plus nuancé sur l’apport de ces documents pour attester l’existence de bureaux douaniers terrestres et fluviaux dans le nome Oxyrhynchite.

31  Sh. Wallace, Taxation in Egypt…, op. cit., p. 261 ; P. J. Sijpesteijn, Customs Duties…, op. cit., p. 22-23 ; M. Cottier, « The Customs Districts… », art. cité, p. 145-156 ; Id., « A New Customs Receipt from Philadelphia at Philadelphia and the λιμὴν Μέμφεως », ZPE 161, 2007, p. 146. L’auteur évoque une comparaison très intéressante avec l’organisation dounaière des Gaules romaines et mobilise la notion de cordon douanier en reprenant sur ce point les conclusions de l’étude de J. France sur la quadragesima Galliarum, voir J. France, Quadragesima Galliarum. L’organisation douanière des provinces alpestres, gauloises et germaniques de l’Empire romain : ier siècle avant J.-C.- iiie siècle après J.-C., Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome 278), 2001. L’auteur expliquerait ainsi la distribution territoriale des prélèvements douaniers faits au titre du λιμὴν Μέμφεως, dont aucun ne paraît transiter par Memphis, ni encore moins par son port.

32  En en seul cas, la toponymie fait état de l’usage du terme λιμήν en contexte nilotique, Alsos limen, voir H. Verreth, A Survey of Toponyms in Egypt in the Graeco-Roman Period, Cologne/Leuven (Trismegistos Online Publications II), 2008, p. 54. Deux autres attestations papyrologiques se réfèrent à des ports de la côte érythréenne, Leukos Limên et Berenikis limên, SB 5 8007, première moitié ive siècle.

33  LSJ, s.v. λιμήν ; WB. s.v. λιμήν ; voir P. Arnaud, « Notes sur le Stadiasme de la Grande Mer (1) : la Lycie et la Carie », Geographia antiqua 18, 2009, p. 173-174.

34  LSJ, s.v. ὅρμος, 2 : « roadstead, anchorage, esp. the inner part of a harbour or basin ». Voir H. Verreth, A Survey of Toponyms…, op. cit., s.v. ὅρμος.

35  P. Cair. Zen. I 59006, P. Cair. Zen. V 59804, Chr. Wilck. 1. ; P. Cair. Zen. I 59034, voir G. H. Renberg, W. S. Bubelis, « The Epistolary Rhetoric of Zoilos of Aspendos and the Early Cult of Sarapis : Re-Reading P. Cair. Zen. I 59034 », ZPE 177, 2011, p. 177.

36  P.Wisc. II 80, l. 4-5. Déjà Rostovtzeff avait mis en avant cette hypothèse et les éditeurs du P.Mert. I 15 l’avaient suivi dans cela, voir P.Mert. I, p. 65. Voir F. Burkhalter, « Le “tarif de Coptos”… », art. cité, p. 226-227.

37  P. Customs 451 : τετελ (ώνηται) διὰ λι (μένος) Μέμφεως /Ἀνκῶφις ἀπὸ τῆς Σοκνοπ (αίου) /Νήσου τοῦ Ἀρσινοί (του) νομοῦ /ὄνον θήλ (ειαν) λευ (κὴν) μ[ίαν]./[ια (ἔτους)] Ἁθὺρ κη ; P. Customs 452 : [τετε]λ (ώνηται) διὰ λι (μένος) Μέμφεως /[Σ]ώ̣τας ἀπὸ τῆς Σοκνοπ (αίου)/[Νή]σου ὄνον θήλιαν/ μίαν. ἔχι δὲ ἐν τῇ/[σ]ι̣α̣ (γόνι) ο̣ (ὐλήν). ια (ἔτους)/Ἁθὺρ κη. ; P.Stras. VII 630 : τετελ (ώνηται) δι (ὰ) λιμέ (νος) Μέ (μ) φεως δι̣ [̣]ορ./ἐπ̣ (ι) σκε̣ () Σαραπίω (ν) φ̣ ̣ ̣ [-ca.?-]/ἓν καὶ ῥητίνης ὑγρᾶς μ̣ν̣[ᾶς - ca.?-]/δώδεκα τ̣̣̣̣ [̣]̣̣̣̣ [-ca.?-]/εις Θὼθ κ.

38  J. France, « Normes douanières et réglementation des échanges… », art. cité, p. 97-98.

39  Le P. Coll. Youtie I 31, daté de 199, est un registre rédigé par les superviseurs de la taxe due par les exploitants des navires de pêche, ayant importé du poisson (l. 3-5 : παρὰ Διδύμου [κα]ὶ̣ τ̣ῶ̣ν̣ σὺν αὐτ[ῷ] /ἐπιτηρητ (ῶν) π̣[ρ]ο̣θ (μείου) ἁλ̣ι̣ (ευτικῶν) πλοί̣[ων]/εἰσαγ (όντων) ταρ̣[ι]χη̣ρ̣ὰ̣[ν] ἰχθύα[ν] ; 6-7 : λόγος τῶν περιγενομ (ένων) ἀπὸ τῆς [προκ (ειμένης)] /ἐπιτηρήσεως). Le mot λιμήν désigne ici les aménagements portuaires de Alsos et Ptolemaïs Hormou, voir l. 11 et 17 : λιμένος Ἄλσους μητροπ (όλεως) ; Πτολεμαίδος Ὅρμου ὁμοί (ως). Le sens du mot dans l’expression τέλος ὀρό̣βων λιμένος /Πτολεμαίδο (ς) Ὅρμ̣ο̣υ̣ (δραχμαὶ) δ (ὀβολοὶ) ιϛ, conservée dans le P.Mil. Vogl. VII 301 (143-144), un compte relatif à des revenus et des dépenses fiscaux, est plus douteux et semble en effet se rapprocher davantage d’une acception fiscale. Voir SB V 8007, daté du ve siècle, où le mot limenos résulte d’une restitution et désignerait ici une localité portuaire dénommée Berenikê qui n’est pas référencée dans Trismegistos places, voir SB V 8007, 3-4 : τοῦ προκειμένου βεβαιωτοῦ ὑπὸ Αὐρηλίου Ἀήτου κ̣α̣τ̣αειταει /ἀπὸ {ἀπὸ} λ[ιμένο]ς Βερνίκης δούλην Α[ἰλα]νοῦν ὀνόματι Καλημέραν.

40  P. J. Sijpesteijn, Customs Duties…, op. cit., p. 58-70. Nous consacrerons une étude spécifique à la nature des produits qui faisaient l’objet de ces transports en Moyenne et en Haute-Égypte et plus généralement au commerce de biens de consommation l’échelle régionale.

41  O.Wilck. 43 ; SB V 7579 ; P.Eleph. Wagner I 56 ; SB V 7580 ; O.Wilck.150 ; P.Brookl 64 ; P.Eleph. Wagner I 57 ; O.Stras I 250 ; O.Cair 83 ; P.Eleph. Wagner I 60 ; P.Brookl 164.

42  Thèbes : O.Bodl. II 1082, O.Bodl. II 1085, O.Camb. 140 ; SB I 1675, O.Theb. 91 ; Hermontis : O.Bodl. II 1088.

43  Thèbes : Céréales : O.Bodl. II 1082 ; dattes : O.Bodl. II 1083, O.Bodl. II 1084, O.Bodl. II 1085, O.Camb. 140, O.Bodl. II 1996 ; graines légumineuses : O.Camb. 140 ; tissus : O.Bodl. II 1070 ; lin : O.Heid. 259 et 260 ; coton : O.Leid. 393 ; bœufs : O.Leid. 149 ; ânes chargés de blé : SB I 1675, O.Theb 91 ; blé : O.Bodl. II 1086, ricin : O.Bodl. II 1086 ; amphores de vin : O.Bodl. II 1086 ; fourrage vert : O.Bodl. II 1692 ; bois : O.Wilck. 1076. Éléphantine : jarres vides : O.Wilck. 43, O.Wilck. 150 ; jarres de vin : SB V 7579, P.Eleph. Wagner I 56 ; amphores : SB V 7580 ; cordages de lin : SB V 7579 ; lin : P.Eleph. Wagner I 55 ; blé : P.Brookl 64 ; dattes pressés : P.Eleph. Wagner I 57 ; plantes : O.Cair. 83 ; P.Eleph. Wagner I 58 ; ânes : P.Eleph. Wagner I 61. Hermontis : cordages de lin : O.Bodl. II 1087 ; blé : O.Wilck. 801, O.Wilck. 806 ; ânes chargés de poids chiche : O.Bodl. II 1088. Provenance inconnue : blé : SB I 2087.

44  SB XVIII 13167. Sur ce document nous renvoyons à la contribution très récente de F. Morelli qui rend compte de la bibliographie plus ancienne. Voir F. Morelli, « Dal Mar Rosso ad Alessandria. Il verso (ma anche il recto) del “papiro di Muziris” (SB XVIII 13167) », Tyche 26, 2011, p. 199-233.

45  SB XVIII 13167, l. 3-4 : καὶ ἀνοίσω διὰ τοῦ ὄρους μετὰ παραφυλακῆς καὶ ἀσ̣φ̣α̣λεί̣ας /[εἰς τὰ]ς̣ ἐπὶ Κόπτου δημοσίας παραλημπτικὰς ἀποθήκας […] et 7-9 : καὶ κατοίσω εἰς τὴν /[ἐν Ἀλεξ] ανδρείᾳ τῆς τετάρτης παραλημπτικὴν ἀποθήκην καὶ /[μοίω]ς̣ ποιήσω ὑπὸ τὴν σὴν τῶν σῶν ἐξουσίαν καὶ σφραγεῖδα.

46  Strabon, XVII, 1, 13 : « Comme en effet les plus précieuses marchandises viennent de ces deux contrées d’abord en Égypte, pour se répandre de là dans le monde entier, l’Égypte en tire un double droit (droit d’entrée, droit de sortie), d’autant plus fort que les marchandises elles-mêmes sont plus précieuses » ; Pline l’Ancien, NH, VI, 84.

47  Strabon XVII, 1, 13 : κἀντεῦθεν πάλιν εἰς τοὺς ἄλλους ἐκπέμπεται τόπους, ὥστε τὰ τέλη διπλάσια συνάγεται τὰ μὲν εἰσαγωγικὰ τὰ δὲ ἐξαγωγικά· τῶν δὲ βαρυτίμων βαρέα καὶ τὰ τέλη. καὶ γὰρ δὴ καὶ μονοπωλίας ἔχει.

48  Voir F. De Romanis, « Commercio, metrologia, fiscalità. Su P. Vindob. G 40.822 verso », MEFRA 110, 1998, p. 13-19, pour un état de la question et la bibliographie précédente ; F. Morelli, « Dal Mar Rosso ad Alessandria… », art. cité, p. 231-233.

49  F. Morelli, « Dal Mar Rosso ad Alessandria… », art. cité, p. 229-233. Certaines des conclusions de l’étude de F. De Romanis s’accordent avec cette interpétation, voir F. De Romanis, « Commercio, metrologia, fiscalità… », art. cité, p. 27-30.

50  Le titre de παραλημπτής en Égypte est connu grâce à une documentation très diversifiée, que R. Ast et R. S. Bagnall ont collectée et discutée à l’occasion de l’édition de deux inscriptions de παραλημπταί, retrouvées en 2015 à Bérénice, voir R. Ast, R. S. Bagnall, « The Receivers of Berenike », art. cité, p. 171-185, en particulier p. 178-179 et 180-181.

51  R. Ast, R. S. Bagnall, « The receivers of Berenike », art. cité, p. 181-182. L’hypothèse très intéressante trouverait en outre des parallèles dans la pratique de confection des registres douaniers par les epitêrêtai connus dans le nome Arsinoïte, voir infra § 3.1, p. 87.

52  Sur les produits acheminés par le marchand du papyrus de Myziris, voir F. Morelli, « Dal Mar Rosso ad Alessandria… », art. cité, p. 221-226 ; F. De Romanis, Cassia, cinnamomo, ossidiana. Uomini e merci tra oceano indiano et Mediterraneo, Rome, « L’Erma » di Bretschneider (Saggi di Storia Antica 9), 1996, p. 52-70 ; chap. 4, p. 167.

53  Voir R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 1, op. cit. ; R. S. Bagnall, « Rôles publics et privés dans l’économie impériale… », art. cité ; R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 2, op. cit. Pour les archives de Nikanor, voir A. Fucks, « Notes on the Archive… », art. cité, p. 207-216 ; K. Ruffing, « Das Nikanor-Archiv… », art. cité, p. 1-26.

54  R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 1, op. cit., p. 14-24.

55  Le document reporte la décision du préfet d’Égypte, Mettius Rufus, concernant le montant des droits prélevés, non pas sur des marchandises mais sur certaines catégories de voyageurs transitant par Coptos en direction de la côte érythréenne, dont étaient exclus les militaires et les commerçants, voir Sh. Wallace, Taxation in Egypt…, op. cit., p. 273-275 ; F. Burkhalter, « Le “tarif de Coptos”… », art. cité, en particulier p. 210-220 ; H. Cuvigny (dir.), La route de Myos Hormos, op. cit., p. 273.

56  Les simples voyageurs qui souhaitaient entreprendre un voyage dans et à l’extérieur de la province devaient eux aussi acquitter ce droit, voir F. Burkhalter, « Le “tarif de Coptos”… », art. cité, p. 217- 218 ; H. Cuvigny (dir.), La route de Myos Hormos, op. cit., p. 375. Il est tout aussi probable que les gens qui assuraient le transport fluvial du blé pour le compte de l’État devaient se munir de ce même document pour appareiller leurs navires et franchir les limites des nomes à destination d’Alexandrie, voir L. Rossi, « Le problème des “laissez-passer” dans le commerce égyptien (époque hellénistique et romaine) », dans A.-F. Baroni et al. (dir.), Échanger en Méditerranée. Acteurs, pratiques et normes dans les mondes anciens, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 77-92 ; G. Geraci, « Uscire dall’Egitto in età romana », Iuris Antiqui Historia 7, 2015, p. 117-128.

57  F. Burkhalter, « Le “tarif de Coptos”… », art. cité, p. 220-223 ; H. Cuvigny (dir.), La route de Myos Hormos, op. cit., p. 375.

58  Voir supra.

59  Strabon (XVII.1, 16) nomme τελώνιον, τελώνια les bureaux douaniers. Ce terme est employé également das la loi épigraphique d’Éphèse, voir M. Cottier (dir.), The Customs Law of Asia, op. cit., p. 28-29, ll. 7-11, § 1-2 ; voir LSJ, s.v. τελώνιον ; voir WB, I, s.v. τελώνιον.

60  Voir WB I s.v. πύλη, LSJ, s.v. πύλη, 4.

61  P. J. Sijpesteijn, Customs Duties…, op. cit., p. 12.

62  Sur ces taxes, voir Sh. Wallace, Taxation in Egypt…, op. cit., p. 135-169.

63  Voir F. Burkhalter Arce, « Les fermiers de l’arabarchie : notables et hommes d’affaires à Alexandrie », dans J. Leclant (dir.), Alexandrie : une mégapole cosmopolite. Actes du 9e Colloque de la Villa Kérylos à Beaullieu-sur-Mer, les 2 et 3 octobre 1998 (Cahiers de la Villa « Kérylos » 9), Paris, Académie des inscriptions et belles lettres, 1999, p. 47 ; Id., « Le “tarif de Coptos”… », art. cité, p. 227 ; Sh. Wallace, Taxation in Egypt…, op. cit., p. 258-259 et 268-269 ; S. De Laet, Portorium, op. cit., p. 313-316 ; P. J. Sijpesteijn, Customs Duties…, op. cit., p. 22-23.

64  J. France, « Normes douanières et réglementation des échanges… », art. cité. Voir Thesaurus Linguae Latinae en ligne [désormais TLL], s.v. portus, C peculiaria.

65  Voir D. J. Thompson, Memphis under the Ptolemies, Princeton/Oxford, Princeton University Press, 2012, p. 61-62, qui commente les documents témoignant du prélèvement d’un telos dans la phylakê de Memphis.

66  Pour la φυλακή de Memphis, voir H. Verreth, A Survey of Toponyms, op. cit., s.v. Phylakê (south) et Phylakê (north), p. 584. Voir également H. Hauben, « The Guard Posts of Memphis », ZPE 60, 1985, p. 184-185 ; voir P.Zen. Pestman 61, 246-245 av. J.-C., l. 1-5 ; P. Louvre 96, milieu du iie siècle av. J.-C., l. 14 ; UPZ I 125, 89 av. J.-C. Concernant la φυλακή de Schédia, les sources directes sont rares, voir P.Hib. I 110.

67  M. Drew-Bear, Le Nome Hermopolite. Toponymes et Sites, Missoula (Montana), Scholars Press (American Studies in Papyrology 21), 1979, p. 319-320.

68  Des attestations de bureaux douaniers dans l’autre port sur la mer Rouge bien documenté par les ostraca, Myos Hormos, font défaut à ce jour, voir H. Cuvigny (dir.), La route de Myos Hormos, op. cit., p. 24-25 et 291-293 ; A. Bülow-Jacobsen, H. Cuvigny, J.-L. Fournet, « The Identification of Myos Hormos. New Papyrogical Evidence », BIFAO 94, 1994, p. 27-42.

69  F. Burkhalter, « Le “tarif de Coptos”… », art. cité, p. 229.

70  L’ἔμπορος revenant de Myziris sur le navire Hermapollon au iie siècle aurait soumis ses marchandises aux contrôles des douaniers non pas dans les entrepôts de Bérénice mais dans l’ἀποθήκη de Coptos. F. Morelli, « Dal Mar Rosso ad Alessandria… », art. cité, p. 231-232.

71  Strabon, XVIII, 1 30 et 21. Voir F. Burkhalter Arce, « Les fermiers de l’arabarchie… » art. cité, p. 47.

72  AE 1999, 418 : [D(is) M(anibus)] / [3]si M(arci) [f (ilii)] / Bassi / decurialis / armamentari (i) et / architecti et / plebei adiutori[s] / procurationis / alabarchiae Pelusi ; P. Sabbatini Tumolesi, « Un inédito dazio doganale : l’alabarchia Pelusi », MEFRA 105/1, 1993, p. 55-61.

73  B. Palme, « The Range of Documentary Texts. Types and Categories », dans The Oxford Handbook of Papyrology, Oxford/New York, Oxford University Press (Oxford Handbook 8), 2009, p. 361.

74  Nous avons rencesé 6 lettres officielles et privées sur toute la période.

75  P. J. Sijpesteijn, Customs Duties…, op. cit., p. 8-9 ; également dans P. J. Sijpesteijn, « Customhouse Receipts », Cd’É 54/107, 1979, p. 139-141.

76  F. Reiter, Die Nomarchen des Arsinoites, op. cit., p. 238-239.

77  Voir R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 1, op. cit. ; R. S. Bagnall, « Rôles publics et privés dans l’économie impériale… », art. cité, p. 289-303, en particulier p. 292-295 ; R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 2, op. cit., p. 59-78.

78  O.Ber. II 184, 5.

79  P. Lond. III 1265c et d ; P. Louvre I 27 évoquent un πιττάκιον contenant vraisemblablement l’autorisation à passer la douane, voir P. Lond. III 1265c, l. 1-2 : παρῆξεν Στοτοῆτις ἐκ πι (ττακίου)/ πύλ (ην) Σοκ[ν]ο (παίου) Νήσ (ου) ; P. Lond. III 1265d, l. 1-2 : παρ̣ῆ̣ξε[ν] Πανοῦφ̣[ι]ς ἐκ π̣[ι (ττακίου)] /πύλ (ην) Σοκνο (παίου) Νήσ (ου) ; P. Louvre I 27 : Παρῆξεν Σάτυρος ἐ̣[κ] πιττακ (ίου)/πύλ (ην) Σοκνοπ (αίου) Νήσου.

80  Voir sur ce point R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 2, op. cit., p. 63.

81  Voir Tableaux récapitulatifs des typologies des écrits douaniers, s.v. « Laissez-passer » (a).

82  Laissez-passer avec prescrit épistolaire sont les suivants : BGU XIII 2304 ; P.Rein. II 95 ; P.Fouad. I Univ 34 ; BGU XIII 2305 ; 2306 ; 2307 ; P. Customs 299. À ces laissez-passer il faut ajouter un nombre non précisé de textes encore inédits, retrouvés lors des fouilles de Tebtynis en 1994. N. Grimal, « Travaux de l’Institut Français d’Archéologie Orientale en 1993-1994 », BIFAO 94, 1994, p. 409-410 ; C. Gallazzi, « La ripresa degli scavi a Umm-el-Breigât (Tebtynis) », ACME 48, 1995. Laissez-passer sans prescrit épistolaire : P.Koeln VI 276 ; P. Customs 188 ; P.Oxy. XII 1439 ; BGU XIII 2315 ; P.Fay. 67 ; P. Customs 16 ; BGU XIII 2316 ; P. Lond. III 1265 a ; P. Lond. III 1265 b ; BGU III 766 ; Stud. Pal. XXII 105 ; SB XII 10906 ; BGU XIII 2309 ; P. Customs 213 ; P. Customs 19 ; P. Customs 20 ; P.Strasb. IV 250i ; P. Coll. Youtie I 47 ; P. Lond. II 316c.

83  P.Rein. II 95, 49 ; BGU XIII 2307.

84  À cet égard, il est significatif que le dernier laissez-passer épistolaire, P. Customs 299 datant de 184 ou 216, donc postérieur de plus de 150 ans au dernier laissez-passer des πρὸς τῇ πύλῃ, émane d’un χειριστής, un gérant.

85  Certains documents présentent un nominatif en lieu et place du datif, comme celui dont nous proposons la traduction ci-après. Il s’agit d’une erreur du scribe d’après Sijpesteijn 1979, p. 141-142, n. 7. La confusion entre les deux cas peut s’expliquer par la proximité phonique entre le datif et le nominatif. Dans le cas de BGU III 766, on peut avancer également un argument paléographique, à savoir la proximité graphique entre le sigma lunaire de Ἀ]νοῦφις et l’epsilon d’ἐλαίου.

86  Stud. Pal. XXII 105, 93 ; SB XII 10906, 96 ; P. Customs 20, 113.

87  Sur ces éléments voir également R. S. Bagnall, voir R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 1, op. cit., p. 9-10.

88  Voir Tableaux récapitulatifs des typologies des écrits douaniers, s.v. « Laisser-passer » (b).

89  R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike. Volume 1, op. cit. ; R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike. Volume 2, op. cit., p. 63 ; R. Ast, R. S. Bagnall (éd.), Documents from Berenike, vol. 3, op. cit., p. 180-183.

90  À ce jour, seuls les O.Ber. I 80, 81, 82, 83, 84, 85, qui constituent le dossier de C. Iulius Epaphroditus, font exception à ce tableau, dans la mesure où ils ne présentent ni de prescrit épistolaire ni de verbe enjoignant l’ordre de laissez-passer.

91  (a) l’idionyme de l’expéditeur + le nom de fonction du destinateur O.Ber. I 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 89, 90, 91, 92 ; O.Ber. II 146.

92  (b) l’idionyme de l’expéditeur + l’idionyme et le nom de fonction du destinateur (κουιντανησίος), O.Ber. I 50, 54, 86 ; O.Ber. II 145, 184, 185, 186, 187, 188.

93  (c) l’idionyme et le nom de fonction du destinateur (κουιντανησίος) O.Ber. I 51, 52, 53, 55, 56, 57, 58, 59, 60, 61, 62, 63, 64, 65, 66, 67.

94  R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 1, op. cit., p. 7 ; ibid., vol. 2, op. cit., p. 4-5. Les seuls documents dont on ait conservé la datation sont les suivants : O.Ber. II, 167, 168, 173, 177, 178, 181, 182 ; O.Ber. III 488.

95  LSJ, s.v. « τελωνέω », II, c. acc.

96  P. J. Sijpesteijn, Customs Duties…, op. cit., p. 51-57.

97  Ibid., p. 9-10. Il convient de souligner ici que les quittances objectives ne mentionnent que très rarement le montant acquitté par le payeur, voir Stud. Pal. XXII 104 ; P. Customs 192 ; P. Customs 200 ; SB XII 10911 ; P. Lond. III 1265e; Stud. Pal. XXII 148 ; P.Fay. 76a ; P.Hamb. III 214 ; SB XII 10915 ; P. Lond. II 316b ; P. Coll. Youtie I 48 ; Stud. Pal. XXII 140 ; P. Customs 225 ; P.Stras. IV 250e ; P.Stras. VII 650 ; P.Fay. 68 ; P.Ryl. II 197a ; Stud. Pal. XXII 62 ; P. Customs 233 ; P.Stras. V 384 ; P.Stras. IV 250g ; BGU XI 2029.

98  P. Customs 467, 208 ; P. Lond. III 1265c et d, 83-177 ; P. Louvre I 27, 149 ; Stud. Pal. XXII 148, 150-173.

99  P. Lond. III 1265 (c) et (d), 83-177 ; P. Louvre I 27, 149.

100  P.Fay. 73-74, BGU III 882 ; P. Customs 467. Ces quittances, du fait de l’emploi du verbe ἀντισυμβολέω à la première personne du singulier ou du pluriel ne peuvent pas être considérées comme des quittances en forme objective stricto sensu. Dans trois de ces textes, le verbe τελωνέω apparaît au participe aoriste, avec fonction prédicative du sujet ou de l’objet, se référant dans les deux cas aux contribuables qui y sont identifiés au nominatif et à l’accusatif.

101  Le papyrus P.Tebt. I 5, datant de 118 av. J.-C., contient le verbe τελωνέω dans une clause relative aux contrôles effectués sur les marchandises transportées par voie fluviale à Alexandrie. Les contrôles avaient lieu sur les quais, dans le secteur du port dit ἐξαίρεσις, voir P.Tebt. I 5, l. 25-27 : μηδὲ ἐπιλαμβάνεσθ̣α̣ι̣ ἐὰν μὴ ἐπὶ τῶν κατʼ Ἀλεξά (νδρειαν) ὅρ[μων] / [ἐ]π̣ὶ̣ τῆς ἐξαιρεως εὑ̣ρ̣ί̣[σκ] ηι τι τῶν μὴ τετελωνημ̣έ̣ν[ων] /ἢ̣ τῶν ἀπορρήτων̣, τ̣[αῦ]τα δὲ ἀνάγειν ἐπὶ τὸν διοικητήν.

102  Voir O. van Nijf, « The Social World of Tax Farmers and their Personnel », dans M. Cottier (éd.), The customs law of Asia, Oxford/New York/Auckland, Oxford University Press (Oxford studies in ancient documents), 2008, p. 285-287.

103  Voir LSJ s.v. τελωνέω, WB, I, s.v. τελωνέω.

104  P.Fay. 74, P.Fay. 73, BGU III 882 ; dans P. Customs 467, on trouve uniquement le verbe ἀντισυμβολέω.

105  Voir à titre d’exemple les ordres de chargement de blé fiscal et pour la flotte : P.Erasm. II 35 ; BGU XVIII.1 2736 ; BGU XVIII.1 2738 ; BGU XVIII.1 2740 ; BGU XVIII.1 2741 ; BGU XVIII.1 2755 ; P.Berl. Salm. 17 ; SB V 8754 ; BGU XVIII.1 2759 ; BGU VIII 1742 ; BGU VIII 1743.

106  En cela ces 4 symbola, pourraient peut-être être rapprochés des σύμβολα καμήλων attestés dans les quittances émises sous l’autorité des fermiers de l’ἐρημοφυλακία καὶ παρόδιον. Aux arguments proposés par Sijpesteijn on ajoutera le fait que le verbe exprimant l’acte du paiement est διαγράφω, voir infra.

107  Voir Tableaux récapitulatifs des typologies des écrits douaniers, s.v. « Quittances épistolaires » (a) et (b).

108  Stud. Pal. XXII 122 ; SB VI 9197 ; P. Lond. II 318 ; P.Aberd. 39 ; P. Lond. II 330 ; P.Grenf. II 58 ; BGU XV2543 ; P.Aberd. 37 ; P.Aberd. 38.

109  Stud. Pal. XXII 122 : « μισθωτὴς ἐρημοφυλακ (ίας) Προσωπ (ίτου) » ; SBVI 9197 : « μισθ (ωτὴς) ̣ρημοφ (υλακίας) κ̣ (αὶ) παροδ (ίου)/ Προσω (πίτου) κ (αὶ) Λ[ητ]οπ (ολίτου) » (voir égalment P. Lond. II 318 ; P.Aberd. 39 ; P. Lond. II 330 ; P.Grenf. II 58) ; BGU XV 2543 : « μισθ (ωταὶ (?)) ἡγε[μονικῆς (?) ἐρημοφ (υλακίας)] / Μαρεώτου καὶ Λιβύης καὶ Πρ̣οσωπ[ί]τ̣ου καὶ ἄλλ̣ω̣ν̣ » ; P.Aberd. 37 : « [πραγματευταὶ ἐρημοφυλακίας]/[̣ 5 κ]α̣̣ [Μ]α̣ρ̣υ̣ώτ (ου) κα̣ Προ̣σω[πί]τ̣[ου καὶ Λητοπολίτου (?) καὶ] [ἄλλων] ν̣ο̣μ̣̣ν » (voir également P.Aberd. 38). P. Lond. II 318, P.Aberd. 39, BGU XV 2543, P.Aberd. 37 et 38 évoquent la présence d’un γραμματεύς ou d’un βοηθόος.

110  Dans deux documents le prescrit épistolaire se limite à la seule mention de l’identité des μισθωταί, les données relatives aux contribuables et la formule de salutation faisant défaut. Voir SB VI 9197 et P. Lond. II 330.

111  Stud. Pal. XXII 122 : « καμήλων τριῶν » ; SB VI 9197 : « καμήλ (ου) ἑνὸς » ; P. Lond. II 318 : « καμήλ (ου) ἑν̣[ο (ς)] » ; P.Aberd. 39 ; P. Lond. II 330 : « καμήλω̣ν̣ τεσσάρ[ων] / ὑπὸ σκεύη » (quatre chameaux avec équipement) ; P.Grenf. II 58 : « καμήλων /[τεσσάρων » ; BGUXV 2543 : « <κα>μήλου ἑνὸς » ; P.Aberd. 37 : « καμ (ήλων)] τ̣ρ̣ιῶν » ; P.Aberd. 38 : « καμ (ήλου) α ».

112  On relèvera que les montants perçus différaient selon qu’il s’agissait d’un seul chameau ou de plusieurs chameaux, à raison de 6 et 8 drachmes par unité. P. J. Sijpesteijn, Customs Duties…, op. cit., p. 20-21 ; Sh. Wallace, Taxation in Egypt…, op. cit., p. 272-273.

113  Stud. Pal. XXII ; SB VI 9197 ; P. Lond. II 318 ; P.Aberd. 39 ; P. Lond. II 330 ; P.Grenf. II 58 ; BGU XV 2543 ; P.Aberd. 37 ; P.Aberd. 38.

114  Voir Wb, sv. Διαγράφω voir LSJ, sv. Διαγράφω, n. 5 : « pay by banker’s draft ; pay ».

115  Tel est le sens qu’il convient de donner à l’aoriste indicatif διέγραψα, dont se sert l’auteur du registre douanier rédigé en 114 à Bakchias, pour désigner l’acte du versement des revenus douaniers au trésor par l’intermédiaire d’une banque publique. Voir P.Wisc. II 80, l. 187-190 : [λοιπ (αὶ)] (δραχμαὶ) Α̣θ̣ (ὀβολὸς) /ἃς καὶ διέγραψα εἰς τὸ δημόσι̣ο̣[ν τῇ τ]ε̣τράδ (ι) /δ τοῦ ἐνεστῶτος μηνὸς Φαῶφι ε̣[ἰς ἀρίθ]μησιν̣ /Θὼθ. Voir SB XX 15021 et 15022.

116  Les attestations du terme παρόδιον (παρόδι-) relevées par le Papyrological Navigator s’élèvent à 18, dont 7 dans les quittances des μισθωταί de l’ἐρημοφυλακία, 5 idionymes, 4 fenêtres donnant sur la rue ; 1 mur donnant sur la rue ; 1 παροδικὸν (voir P.Oxy. L 3555)

117  Voir Tableaux récapitulatifs des typologies des écrits douaniers, s.v. « Quittances épistolaires » (a) et (b).

118  τελῶναι : O.Leid. 44 ; O.Bodl. II 1082 ; O.Bodl. II 1083 ; O.Ont. Mus. I 10 ; O.Bodl. II 1084 ; O.Camb. 140 ; O.Bodl. II 1085 ; P.Eleph. Wagner I 56 ; O.Bodl. II 1087 ; O.Wilck. 801 ; O.Wilck. 1056 ; O.Wilck. 806 ; O.Bodl. II 1070 ; O.Wilck. 1569 ; SB V 7580 ; O.Wilck. 150 ; P.Brookl 64 ; P.Eleph. Wagner I 57 ; O.Heid. 260 ; SB I 1675 ; O.Bodl. II 1086 ; O.Theb. 91 ; O. Heid. 259 ; O.Wilck. 1076 ; πεντηκοστῶναι : O.Wilck. 43 ; SB V 7579 ; ἐπιτηρηταί : O.Bodl. II 1088 ; O. Stras. I 250 ; O.Cair. 83 ; P.Eleph. Wagner I 58 ; O.Leid. 149 ; P.Eleph. Wagner I 61 ; O. Leid. 393 ; ὑποτελώνης : P.Eleph. Wagner I 55.

119  O.Bodl. II 1084 ; O.Camb. 140 ; O.Bodl. II 1085 ; O.Bodl. II 1087 ; O.Wilck. 801 ; O.Bodl. II 1088.

120  P.Wisc. II 80 ; P. Lond. III 1169 col. 1-3 (= P. Customs 573/596). P. Lond. III 1124 a (= P. Customs Addenda) ; BGU XIII 2326 ; P. Lond. III 929 ; BGU XIII 2327 ; P. Customs 652/658 (= P.Berol. Inv. 25088) ; P. Customs 686/690 (= P.Berol. Inv. 25089) ; SB XXII 15813 + P. Customs 733-884 + P. Customs 691-732 ; P. Customs 691/884 (= P.Mich. Inv. 6124, col. 1-2) ; P.Mich. Inv. 6131 ; P. Customs 885/894 (= P.Oslo Inv. 1331) ; P. Customs 895/905 (= Stud. Pal. XXII 63) ; P. Customs 906/911 (= Stud. Pal. XXII 64) ; P.Amh. II 77 et P. Lond. III 964 sont des excerpta de registres. Sur ces documents voir les contributions de P. Sijpesteijn : P. J. Sijpesteijn, « A Money-Account of Customs Duties ? », ZPE 78, 1989, p. 100-102 ; P. J. Sijpesteijn, « New Customshouse Documents », ZPE 79, 1989, p. 191-193 ; P. J. Sijpesteijn, « P. Customs 691-884 : An Addendum », ZPE 107, 1995, p. 277-278. Trois autres documents, appartenant à la catégorie des comptes, évoquent, entre autres taxes, les taxes douanières de l’ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή (P.Wash. Univ. II 80 et P.Bour. 31) et un λιμήν (probablement un portorium) (P.Mil. Vogl. VII 301).

121  O.Bodl. II 1093 ; O.Bodl. II 1089 ; O.Bodl. II 1090 ; O.Bodl. II 1091 ; O.Bodl. II 1092.

122  P.Wisc. II 80 ; P. Lond. III 1169 col. 1-3 (= P. Customs 573/596). P. Lond. III 1124 a (= P. Customs Addenda) ; BGU XIII 2327 ; SB XXII 15813 + P. Customs 733-884 + P. Customs 691-732 ; P. Customs 691/884 (= P.Mich. Inv. 6124, col. 1-2) ; P.Mich. Inv. 6131 ; P. Customs 885/894 (= P.Oslo Inv. 1331) ; P. Customs 895/905 (= Stud. Pal. XXII 63) ; P. Customs 906/911 (= Stud. Pal. XXII 64) ; SB XX 15012.

123  P. Lond. III 1124 a (= P. Customs Addenda) ; BGU XIII 2326 ; P. Lond. III 929 ; P. Customs 652/658 (= P.Berol. Inv. 25088) ; P. Customs 686/690 (= P.Berol. Inv. 25089) ; P.Amh. II 77 et P. Lond. III 964, l. 1-7 (il s’agit pour ce texte simplement de l’extrait d’un registre précédant une lettre privée échangée entre un fermier de la taxe pour la garde du désert et l’un de ses collaborateurs).

124  P.Wisc. II 80 ; P. Lond. III 1169 col. 1-3 (= P. Customs 573/596).

125  Voir P.Wisc. II 80, l. 187-190 : [λοιπ (αὶ)] (δραχμαὶ) Α̣θ̣ (ὀβολὸς) /ἃς καὶ διέγραψα εἰς τὸ δημόσι̣ο̣[ν τῇ τ]ε̣τράδ (ι) /δ τοῦ ἐνεστῶτος μηνὸς Φαῶφι ε̣[ἰς ἀρίθ]μησιν̣ /Θὼθ. Le transfert du numéraire était désigné par le verbe μεταπέμπω, voir P. Customs 573/596 (= P. Lond III 1169) et. Composé du verbe πέμπω et signifiant « envoyer vers » ou « envoyer chercher », le verbe μεταπέμπω est relativement peu attesté dans la documentation papyrologique, on en relève seulement 97 attestations, toutes époques et provenances confondues. Le transfert était effectué sous la supervision des ἀραβοτοξόται (voir SB XX 15021 et 15022), personnels affectés à la surveillance des activités de perception des impôts et de rédaction des registres par les douaniers. Pour les ἀραβοτοξόται, voir infra. § 3.1.

126  O.Bodl. II 1093 ; O.Bodl. II 1089 ; O.Bodl. II 1090 ; O.Bodl. II 1091 ; O.Bodl. II 1092.

127  O.Bodl. II 1093 ; O.Bodl. II 1089 ; O.Bodl. II 1091 ; O.Bodl. II 1092.

128  O.Bodl. II 1090.

129  K. Vandorpe, « Seals in and on the Papyri of Greco-Roman and Byzantine Egypt », dans M.-Fr. Boussac, A. Invernizzi (dir.), Archives et sceaux du monde hellénistique. Actes du congrès, Turin, Villa Gualino, 13-16 janvier 1993, BCH Supplément 29, Athènes, 1996, p. 250-256 ; K. Vandorpe, « Seals : an Overview », [en ligne] : http://www.trismegistos.org/seals/overview_A.html, est une version enrichie de l’article de 1996.

130  Seulement deux laissez-passer portent un sceau, les P. Lond. III 1265a et P. Lond. III 1265b. Voir infra pour une étude plus large sur l’évolution des pratiques documentaires et sur les interprétations proposées.

131  P.Oxy. LXIX 4741 ; P.Oxy. LXIX 4743 ; P.Oxy. LXIX 4742 ; P.Oxy. LXIX 4744. La quittance relative à l’importation d’ânes et de chameaux dans le nome Arsinoïte par un transporteur d’Oxyrhynchos ne porte pas de sceaux ou d’autres marques de contrôle. Voir infra pour un traitement plus complet des procédures de contrôle.

132  K. Vandorpe, « Seals in and on the Papyri… », art. cité, p. 253 ; P. J. Sijpesteijn, Customs Duties…, op. cit., p. 13-14.

133  K. Vandorpe, « Seals in and on the Papyri… », art. cité, p. 253-254 ; catalogue, nos 208-264 ; C. E. Adams, N. Gonis, « Two Customs-House Receipts… », art. cité, p. 217-218.

134  ἐρημοφυλακία / ἴχνος ἐρημοφυλακία : 1ère attestation de sceau, SB XII 10914, 147 ; 1re attestation de χωρὶς χαρακτῆρος, Stud. Pal. XXII 62, 163 ; λιμὴν Μέμφεως : 1re attestation de sceau, Stud. Pal. XXII 13, 149 ; 1ère attestation de χωρὶς χαρακτῆρος P. Customs 191, 143 ; ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή : 1re attestation de sceau BGU III 803, 165-166 ; 1re attestation de χωρὶς χαρακτῆρος BGU XI 2108, 153.

135  BGU XIII 2315.

136  ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή : P.Mert. I 20, 184 - 216 ; λιμὴν Μέμφεως, SB XXII 15758, iie siècle ; P. Customs 462, 205-234 ; ἐρημοφυλακία : P. Customs 448, 202-231. Une quittance pour le paiement de la taxe du λιμὴν Μέμφεως associe l’usage des croix et d’une ligne continue pour marquer la fin de la quittance, voir M. Cottier, « A New Customs Receipt… », art. cité, p. 187-190.

137  P. Lond. III 964, 176-300.

138  BGU III 763, iiie siècle, Philadelphie : τετελ (ώνηται) δι (ὰ) πύλ (ης) Φιλαδελ (φίας) λιμέ/νος Μέμφεως Αὐρήλιος/Ἀϊὼν̣ ἐξάγων ἐπὶ ὄ-/νῳ ἑνὶ α ὀσπρέων/ἀρτάβας (ἀρτάβας) δύο β (ἔτους) α/ Ἐπεὶφ δευτέρᾳ β χωρὶ̣ς̣/χαρακτῆρος XXXXX.

139  P. J. Sijpesteijn, Customs Duties…, op. cit., p. 12-13.

140  BGU XIII 2306, l. 6 : Ἰούλιος σεσημ (είωμαι)·, voir l. 1 : Δ[ιογένη (ς) καὶ ]ούλ (ιος) οἱ πρ[ (ς)] τ̣[ πύλ ()].

141  BGU XIII 2306 ; BGU XIII 2315 ; P. Customs 132a.

142  SB XIV 12135 (compte) ; P.Stras. VII 650 ; P.Stras. IV 250g ; P. Lond. III 1265e ; Stud. Pal. XXII 105 ; SB XII 10906 (ἑκατοστή) ; SB XII 10909 (ἑκατοστή) ; SB XII 10910 (ἑκατοστή) ; SB XII 10911 (ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή). Voir Z. Borkowski, « Toll-Receipts for “hekatoste, r’ kai n’” and “eremophulakia” from Berlin », JJurP 16-17, 1971, p. 131-139.

143  Seules les quittances émises sous l’autorité des μισθωταί de l’ἐρημοφυλακία font état de la présence de γραμματεῖς et de βοηθοί, qui ne signent cependant pas les documents émis, en affichant en cela des pratiques différentes de leurs homologues ayant rédigé les quittances pour la ποταμοφυλακία en Haute-Égypte ; voir supra.

144  O.Bodl. II 1093 ; O.Bodl. II 1089 ; O.Bodl. II 1092.

145  16 quittances de la ποταμοφυλακία, émises à Thèbes (SB XXII 15872 (= O.Heid 55), 79 ; O.Wilck. 1408, 83 ; O.Wilck. 1413, 88 ; O.Wilck. 507, 113 ; O.Theb. 93, 113 ; O.Bodl. II 839, 121 ; O.Wilck. 1241, 121 ; O.Bodl. II 861, 150) et à Éléphantine (SB XXII 15872, 79 ; O.Wilck. 92, 113- 114 ; P.Bingen 84, 133 ; O.Wilb. 23, 137, SB XX 15052, 137 ; SB XX 15051, 137 ; P.Worp. 44, 137 ; O.Wilck. 1274, ier-iiie siècle) contiennent la formule en σεσημείωμαι, précédée par le nominatif de l’idionyme du signataire.

146  Le titre ὁ πράκτωρ se trouve une fois abrégé (P.Bingen 84, 133) ; dans les autres cas on déduit par l’onomastique qu’il s’agit de l’un des deux πράκτορες ayant émis le reçu (O.Bodl. II 861, 150 ; P.Worp 44, 137 ; SB XX 15051, 137 ; SB XX 15052, 137).

147  R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 1, op. cit., p. 11-12.

148  P.Princ. II 20. Voir O. Van Nijf, « The Social World of Tax Farmers… », art. cité, p. 293 ; O. W. Reinmuth, « Two Prefectural Edicts Concerning the Publican », CPh 31/2, 1936, p. 146-162.

149  P.Princ. II 20, l. 1-12 : [-ca.?- ἔπαρχος] /Αἰγύπτου λέγει·/κατηχοῦμαι τοὺς τελώνας /δι̣[ν]̣ς σο̣φί̣σ̣ασθαι τοῖς διε̣ρ/χ̣ο̣μ̣έ̣νοις καὶ ἀπαιτεῖν τ̣ /μ̣̣ ὀφιλόμενα αὐτοῖς ἐπὶ πλεῖ/[ον] κ̣α̣̣ κρατεῖν τοὺς ἐπιγομέν̣[ο]υ̣ς /[ἵνα] καὶ τὸ τάχιον ἀποχωρῖν̣ τι/νὲς ̣ξωνήσωνται. παραγγέλ/λω [δὲ] οὖν αὐτοῖς παύσασθαι τῆς/[τοιαύ]της πλ[ε]ονεξίας παρ̣[α-]/[χρῆμα (?) ̣]̣ ατ̣ε̣[-ca.?-]. Voir O. W. Reinmuth, « Two Prefectural Edicts… », art. cité, p. 158-161.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.