Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 7-18


Texte intégral

1L’étude que nous proposons s’intéresse aux formes d’organisation que les autorités publiques mettaient en œuvre dans la vie économique de l’Empire romain et, plus précisément, à la manière dont l’État encadrait la circulation des individus et des marchandises dans les territoires relevant de sa souveraineté, en s’assurant des revenus fiscaux et en garantissant la sécurité des gouvernés.

2Un vaste ensemble de compétences était déployé dans l’administration, dans la fiscalité et dans la juridiction, aboutissant à l’encadrement des commerces dans les territoires provinciaux. Dans ce domaine de la vie économique des sociétés antiques, le développement d’un ensemble de connaissances, que nous nommerons savoirs d’État, acquis par l’expérience du gouvernement, par l’élaboration de la décision politique et par sa mise en pratique, est aussi le reflet des relations que les autorités publiques nouaient avec des acteurs issus du domaine privé et qui étaient appelés à intervenir dans l’exécution de tâches relevant de la sphère publique. L’expression « savoirs d’État » permet de souligner l’importance du travail intellectuel (par des actions ou des écrits réitérés) qui aboutit à la création d’un système organisé, lié au perfectionnement des techniques d’administration et de contrôle du territoire et participa à l’émergence de la construction empirique de l’État, notamment dans le domaine de la fiscalité1. Or, l’organisation douanière chez les Romains, sous la République et le Haut-Empire, se caractérise précisément par cette relation d’interaction entre pouvoirs publics et acteurs privés, recrutés par le biais d’enchères comprenant l’affermage d’un ou de plusieurs impôts dans une circonscription territoriale donnée.

3Les modalités de déroulement des enchères concernant les portoria, « droits de douane », varièrent au cours des époques et selon les régions. Ainsi, à l’époque républicaine, les enchères se déroulaient à Rome sous la supervision des censeurs et, en dernière instance, du Sénat, institution responsable des finances publiques de la République. Elles comprenaient un affermage des droits de douane et, dans certains cas, également d’autres impôts indirects, pour la durée de cinq ans, au bénéfice de particuliers. Le plus souvent réunis en societates, ils étaient nommés publicains en raison de leur implication dans la collecte des revenus fiscaux publics (publica). Les gouverneurs provinciaux supervisaient ensuite la mise en œuvre de la perception et réglaient les contentieux surgis entre percepteurs et contribuables2. Avec l’avènement de l’Empire, en particulier dès les principats augustéen et julio-claudien, l’organisation de l’affermage des portoria provinciaux subit une certaine évolution : si le Sénat demeurait l’institution responsable de l’affermage des portoria et des autres impôts provinciaux, des bureaux spécifiques, placés sous la supervision d’un procurator, furent désormais chargés à Rome de la rédaction du cahier de charge, de la réalisation de l’affermage, de la tenue de la comptabilité relative aux revenus douaniers ainsi que de la gestion des relations entre les sociétés de publicains et l’État. À la fin du ier siècle apr. J.-C. survint une transformation majeure, marquée par la progressive disparition des sociétés de publicains au profit de fermiers individuels (conductores) et aboutissant, sous Trajan, à une réorganisation générale des modalités de la perception fiscale : des fermiers généraux (conductores) furent chargés de la perception des seuls portoria tandis que des fonctionnaires impériaux se virent confier la collecte des autres impôts, directs et indirects. Ce n’est qu’au début du iiie siècle apr. J.-C. et selon une évolution progressive, que la perception directe des impôts douaniers s’imposa dans les territoires provinciaux, marquant ainsi l’intervention des autorités publiques à tous les niveaux et dans toutes les étapes de l’organisation et de la réalisation de la collecte fiscale3. L’Égypte paraît avoir échappé à cette organisation dans la mesure où l’affermage, annuel et renouvelable, prenant place dans la province sous la haute supervision du préfet d’Égypte, se faisait au bénéfice de particuliers issus des élites métropolitaines des nomes, voire des élites alexandrines, n’ayant pas intégré, au cours de leur carrière, les rangs de l’administration de la province4.

4L’unité territoriale concernée par les affermages pouvait varier, selon les époques et les régions, de telle sorte qu’en Sicile à l’époque républicaine, par exemple, plusieurs sociétés de publicains avaient été chargées de la perception des impôts douaniers de différents districts fiscaux, tandis qu’en Asie, une seule société de publicains avait pris à ferme la collecte des impôts douaniers de toute la province, bien que celle-ci s’articulât en de nombreux districts fiscaux5. Les époques augustéenne et julio-claudienne marquent un tournant majeur dans l’organisation territoriale de la perception douanière, caractérisée par la formation progressive de circonscriptions douanières incluant d’abord la totalité du territoire provincial, puis plusieurs provinces à la fois6. La relation entre géographie fiscale provinciale et organisation territoriale de la perception douanière apparaît donc très étroite et on est en droit de se demander dans quelle mesure l’organisation fiscale de la province orientait les modalités de répartition territoriale de l’affermage des impôts douaniers. Dans les territoires relevant de l’administration romaine, en Orient comme en Occident, cette organisation était susceptible de varier en adéquation avec les exigences administratives et fiscales locales et conjoncturelles. Il s’agit d’une considération qui, comme nous le verrons, revêt un intérêt tout particulier pour l’Égypte romaine.

5La géographie administrative et fiscale de l’Égypte romaine reflète d’une manière générale l’organisation que les Lagides avaient définie au cours des trois siècles de gouvernement du pays7. Elle était structurée autour d’une unité administrative majeure, le νομός (nome), articulé en des divisions administratives mineures, μερίδες (divisions, régions), τόποι (lieux), κῶμαι (villages) et possédant un chef-lieu, généralement nommé μετροπόλις (métropole). Demeurés plus ou moins stables en nombre et en étendue au cours des époques lagide et romaine, les nomes s’inscrivaient dans trois unités territoriales majeures, qui reflètent la géographie physique de l’Égypte, profondément marquée par le cours du Nil descendant vers la Méditerranée. Il s’agit de la « terre du haut » (ἄνω χώρα) au sud, que l’on appellera Haute-Égypte et que l’on identifiera avec la Thébaïde, et de la « terre du bas » (κάτω χώρα) au nord, que nous nommerons Basse-Égypte et que l’on identifiera avec le Delta. Le territoire compris entre la κάτω χώρα et l’ἄνω χώρα, délimité respectivement par Memphis au nord et Ptolémaïs au sud, correspond à la Vallée. À l’époque romaine, cette région reçut l’appellation d’Ἑπτὰ νομοί, « Les sept nomes » ou Heptanomie ; dans sa portion nord-occidentale se trouvait un huitième district, un territoire lagunaire assaini par les Lagides, désigné dès cette époque comme nome Arsinoïte8. À l’ouest et à l’est de la Vallée, se situaient deux régions désertiques, nommées respectivement Libye et Arabie. Leur organisation fiscale et administrative, du fait de la géographie physique et humaine de ces espaces, différait de celle que nous venons d’évoquer, en premier lieu parce que les divisions territoriales et administratives majeures, les nomes, y faisaient généralement défaut. C’est par le biais d’autres dispositifs, de nature essentiellement militaire, que les autorités lagides et romaines y assurèrent le gouvernement9.

6Les modalités d’organisation des prélèvements douaniers de l’Égypte romaine s’inscrivent ainsi dans un contexte administratif et fiscal spécifique, où l’unité territoriale de l’affermage pouvait être le nome aussi bien que des circonscriptions territoriales plus larges, tels plusieurs nomes, ou des régions entières, telle l’Arabie. Cet état de fait incite à considérer les évolutions historiques de l’organisation douanière de l’Égypte, et plus généralement de l’Empire romain, comme le fruit d’une interaction continuelle entre les pratiques d’exercice du pouvoir administratif et fiscal d’une part, et les savoirs de gouvernement qui pouvaient en découler de l’autre.

7Suite à l’affermage des portoria, un ou plusieurs individus étaient donc responsables de l’organisation, sur le territoire, des postes douaniers, du recrutement et de la gestion du personnel douanier, de la perception et du versement des revenus à l’État, ce dernier garantissant aux fermiers l’accumulation de bénéfices, en nature et en argent. En même temps qu’autorité souveraine veillant à la satisfaction des obligations contractées, l’État devait garantir la protection des contribuables face aux abus qui pouvaient se produire dans les procédures de contrôle.

8L’ensemble de ces activités donnait lieu à une production documentaire remarquable par la variété et la quantité des pièces produites : du cahier des charges définissant les obligations respectives des parties, nommé en grec νόμος τελωνικός, « règlement fiscal », en latin lex censoria portorii, « règlement censorien sur la douane », aux amendements successifs modifiant une ou plusieurs clauses des susdits cahiers des charges, des registres mensuels faisant état des sommes perçues pour le compte de l’État aux reçus émis suite à l’acquittement des impôts, des laissez-passer autorisant la circulation des personnes à ceux qui autorisaient le transport des marchandises dédouanées, des déclarations de fouille aux plaintes dénonçant les abus des personnels douaniers10. Les documents ainsi produits, auxquels tant les personnels douaniers que les représentants de l’autorité souveraine avaient accès, constituaient un stock précieux d’informations, faisant état des revenus encaissés au bénéfice de l’État aussi bien que des pratiques d’administration. Ils constituaient dès lors un ensemble de savoirs concrets et immédiatement disponibles à partir desquels les autorités publiques, ou mieux encore, les fonctionnaires présents sur le terrain pouvaient élaborer des nouveaux dispositifs d’encadrement des activités de prélèvement et collecte des impôts douaniers et de leur enregistrement.

9Les documents de la pratique égyptiens sont donc à ce jour l’une des sources les plus précieuses pour reconstituer les modalités de fonctionnement de la fiscalité douanière, les évolutions qu’elle a subies au cours du temps et les apports de ce champ de l’administration fiscale aux pratiques et aux savoirs de gouvernement dans l’Empire.

Le corpus documentaire des douanes égyptiennes

10Le corpus de documents relatifs aux douanes de l’Égypte romaine se constitue essentiellement de papyrus et ostraca et, dans une moindre mesure, d’inscriptions lapidaires. Ainsi, les textes papyrologiques disponibles aujourd’hui s’élèvent à cinq cent quatre-vingt-douze documents ; les inscriptions exploitables sont en revanche au nombre de six et viennent enrichir, voire compléter, l’ensemble des informations conservées dans la documentation papyrologique11. Notre étude est donc essentiellement fondée sur l’analyse des textes papyrologiques disponibles, que nous avons organisés au sein d’un corpus, dont nous allons à présent préciser les modalités d’établissement et les caractéristiques chronologiques et géographiques.

11Une bonne partie des textes rassemblés dans notre corpus avait fait l’objet d’éditions et d’études spécifiques, notamment par P.J. Sijpesteijn dans le dix-septième volume des Studia Amstelodamensia, identifiés depuis lors sous l’appellation de P. Customs et rassemblant les documents provenant du nome Arsinoïte12 et de l’Heptanomie ; les trois volumes des ostraca de Bérénice (O.Ber.), édités sous la direction de R.S. Bagnall, constituent pour leur part les œuvres de référence pour les textes retrouvés dans le désert Oriental, notamment à Bérénice, port romain sur la mer Rouge13.

12Nous avons pu compléter cet ensemble documentaire par des recherches ciblées que nous avons effectuées à partir du moteur de recherche papyrologique Papyrological Navigator, en mobilisant comme mots-clés les appellations des impôts douaniers connus ainsi que les formes verbales spécifiques à la fiscalité douanière, auxquels nous avons réservé un traitement spécifique dans cette étude. Ces recherches nous ont ainsi permis de recenser les textes édités et/ou réédités après 1978, de collecter l’ensemble de la documentation relative à la fiscalité douanière de la Haute-Égypte et d’établir deux corpus annexes, que nous n’avons pas intégrés au corpus papyrologique des douanes et dont l’analyse n’est que partiellement convoquée ici. Il s’agit des textes relatifs au corps de la garde fluviale (ποταμοφυλακία)14 et des textes relatifs au transport caravanier entre Coptos et les ports romains sur la mer Rouge, Myos Hormos et Bérénice15. On signalera enfin qu’un nombre, à présent non quantifiable, de documents n’a pas pu être intégré à ce corpus. Il s’agit des textes provenant de Tebtynis, village situé dans la portion méridionale du nome Arsinoïte, retrouvés lors des fouilles de 1994, inédits depuis lors et auxquels il ne nous a pas été possible d’avoir accès16.

13Il nous a paru bon d’organiser le corpus documentaire ainsi constitué en des dossiers distincts, selon deux critères principaux, la provenance géographique des textes et le type d’impôt concerné. Ainsi, quatre dossiers relatifs aux impôts de l’ἐρημοφυλακία, « (impôt de la) garde du désert », de l’ἐρημοφυλακία καὶ παρόδιον, « (impôt de la) garde du désert et (taxe) routière », du λιμὴν Μέμφεως, « impôt douanier de Memphis », de l’ ἑκατοστὴ καὶ πεντηκοστή, « (impôt du) centième et (du) cinquantième » concernent l’Arsinoïte et l’Heptanomie ; un cinquième dossier rassemble les comptes et les fragments de registres qui ne présentent pas un nom de taxe précis : le nome Arsinoïte rassemble à lui seul la quasi-totalité de la documentation, tandis que les nomes Oxyrhynchite et Memphite y sont faiblement représentés. La Haute-Égypte a, pour sa part, conservé deux dossiers documentaires, l’un relatif à la taxe du λιμὴν Σοήνης, « impôt douanier de Syène », l’autre à celle de la πεντηκοστή, « (impôt du) cinquantième ». Enfin, le désert Oriental fournit un dossier considérable, relatif à un τέλος frappant les exportations, qui aurait pu se nommer ἐξαγώγιον mais dont l’appellation précise nous est inconnue à ce jour. On soulignera ici que les localités de Coptos, Bérénice et Pselchis dans le désert Oriental sont aussi les seules à avoir conservé des documents épigraphiques ; c’est en effet de là que proviennent quatre des six inscriptions que nous avons intégrées à notre étude. Parmi les « blancs » de la documentation on signalera la place privilégiée occupée par les localités de Schédia en Basse-Égypte, ainsi que d’Alexandrie et de Péluse, phénomène que l’on explique aisément par les caractéristiques climatiques et environnementales de la région (figure 1)16.

Figure 1 – La distribution géographique et chronologique de la documentation

Image

14La répartition chronologique des dossiers est assez hétérogène. Dans les dossiers en provenance de la Vallée, on relèvera avant tout la prédominance du nome Arsinoïte sur les autres districts de la région. En son sein on peut observer, face à un nombre de textes très faible au ier siècle, une augmentation massive des documents au iie siècle, qui s’affaiblit ensuite au cours du iiie siècle (figure 2). À l’inverse, dans les dossiers de la Haute-Égypte, les textes sont plus abondants au ier siècle et se font plus rares au iie siècle. Dans le désert Oriental, seul le ier siècle est documenté par un corpus d’ostraca quantitativement très significatif (figure 3).

Figure 2 – La distribution géographique et chronologique de la documentation dans la Vallée

Image

Figure 3 – La distribution géographique et chronologique de la documentation en Haute-Égypte et dans le désert Oriental

Image

Le renouvellement de la recherche

15L’étude que nous présentons ici est tributaire d’une vaste littérature scientifique. Afin de mieux illustrer l’état de la recherche dans le domaine de la fiscalité douanière et d’en discuter les apports, nous traiterons séparément de la production scientifique relative à l’édition documentaire et de celle propre au domaine disciplinaire de l’histoire institutionnelle et fiscale.

16La première occupe bien entendu une place centrale dans notre propos. Outre les œuvres majeures de P.J. Sijpesteijn et R.S. Bagnall, nous évoquerons celles tout aussi importantes d’Hélène Cuvigny relatives aux sites du désert Oriental de Myos Hormos, Krokodilos et Didymoi qui ont fourni un apport majeur pour la compréhension du fonctionnement du réseau routier du désert Oriental et de la place jouée par les hommes qui y officiaient dans les pratiques du contrôle fiscal et militaire de la région17. Dans ce contexte, les contributions respectives de R. Ast, F. Burkhalter et R. S. Bagnall sont venues éclairer les informations contenues dans les inscriptions lapidaires de Coptos et de Bérénice et, par là, ont apporté des contributions majeures pour la reconstitution des mécanismes d’établissement et de prélèvement des impôts frappant la circulation d’hommes et de marchandises au départ de la Vallée et à destination de la mer Rouge ou, inversement, de Bérénice à Coptos18. Mais il ne s’agit ici que d’une présentation succincte des principaux apports de la science papyrologique dans le champ de l’administration militaire, fiscale et, plus généralement, économique de l’Égypte romaine.

17Comme nous l’évoquions plus haut, un deuxième volet de la production historiographique, centré sur l’étude des institutions fiscales impériales, a été convoqué dans cette étude. Pas moins riches et abondantes que les précédentes, ces œuvres se sont attachées davantage à l’étude de la fiscalité douanière, en rendant compte des types et des montants des taxes qui frappaient les marchandises circulant dans le territoire égyptien19. Le plus souvent, elles s’inscrivaient dans une réflexion relative aux bénéfices que l’État tirait du contrôle des activités commerciales et, plus généralement, des activités économiques dans les territoires soumis à sa souveraineté. Les contributions de S. De Laet et de Sh. Wallace pour l’époque romaine, celles d’A. Andréadès et de Cl. Préaux pour l’époque lagide sont issues de ce courant historiographique. Les deux premières occupent une place de choix dans notre réflexion en ce qu’elles ont le mérite, pour l’une, de proposer une reconstitution, certes par certains aspects dépassée, de l’organisation douanière de l’Égypte romaine, pour l’autre de fournir un cadre aussi exhaustif que possible de la fiscalité directe et indirecte de l’Égypte romaine.

18Notre propos tire donc ses origines de l’ensemble de la production historiographique évoquée ci-dessus. Il vise, d’une part, à proposer une étude globale du fonctionnement des douanes égyptiennes, par la prise en compte de l’ensemble de la documentation existante, et, d’autre part, à tenter une reconstitution historique des pratiques du contrôle douanier et de la manière dont ces pratiques ont abouti au développement de formes variées d’encadrement de la mobilité commerciale dans les territoires de la province d’Égypte.

L’administration des douanes : pratiques et acteurs

19Le corpus documentaire des douanes égyptiennes, en raison de la qualité des textes conservés et de leur représentativité chronologique et géographique, présente plusieurs atouts, découlant de leur nature même de documents de la pratique.

20En effet, les documents de la pratique permettent de s’attarder sur les modalités de la production documentaire dans ses dimensions textuelle et matérielle. Concernant la dimension textuelle, ils témoignent des différents formulaires usités dans le domaine de la fiscalité douanière et permettent de s’interroger sur la spécialisation progressive du vocabulaire fiscal, notamment dans les appellations spécifiques des taxes instituées et de la sémantique verbale. Les données textuelles fournissent également maintes informations sur les acteurs qui étaient à l’origine de cette production documentaire et illustrent la manière dont ces acteurs énonçaient leur identité officielle et personnelle, celle de leurs homologues ainsi que celle des contribuables. Elles délivrent ainsi des informations précieuses ayant trait aux milieux sociaux et ethniques qui intervenaient dans les procédures des contrôles douaniers. Les données textuelles, associées aux données extratextuelles, principalement les supports d’écriture et les lieux de conservation et/ou d’invention des documents, viennent nourrir l’étude fonctionnelle des documents douaniers, et ce pour tous les acteurs impliqués, des personnels employés par les compagnies douanières aux hommes qui en avaient obtenu la ferme, des autorités publiques qui les supervisaient aux contribuables. Il est ainsi possible de s’intéresser aux différentes compétences qui revenaient à ces hommes dans l’exercice de leurs fonctions, qu’il s’agisse des écritures fiscales ou bien encore des contrôles matériels dans les postes de douane.

21Le nombre considérable des textes conservés ainsi que les informations relatives à leur chronologie assurent, pour leur part, la faisabilité d’une étude sérielle des papyrus et des ostraca rassemblés. L’étude des séries documentaires permet notamment de préciser les évolutions au cours du temps des pratiques textuelles et matérielles du contrôle et de déceler les éventuelles spécificités régionales aux différentes échelles de la géographie administrative de la province, dont nous considérerons principalement les villages et les métropoles, les nomes ainsi que des régions plus étendues, tel le désert Oriental. Dans ce contexte, la documentation conservée permet d’interroger les rapports d’interaction et d’interférence entre la géographie fiscale de la province et l’organisation territoriale des contrôles douaniers ; d’examiner la manière dont les différents domaines de la fiscalité, directe et indirecte, furent organisés sur le territoire provincial à différentes époques ; d’identifier les éventuels écarts entre la géographie administrative et fiscale d’une part et la géographie des contrôles douaniers de l’autre.

22Pour ces raisons, les documents de la pratique égyptiens nous placent au cœur même de la fabrique de l’État romain et fondent la réflexion relative aux processus de construction de l’État dans le domaine de la vie économique, plus précisément, dans l’encadrement de la mobilité commerciale au sein du territoire provincial. Comme nous l’évoquions plus haut, la documentation produite dans les différentes étapes d’organisation de la perception douanière, à savoir l’affermage des impôts à des acteurs privés, la réalisation des contrôles et l’émission de laissez-passer et de reçus à l’attention des contribuables, l’enregistrement des revenus encaissés, puis leur déclaration aux autorités publiques chargées de la supervision, constituait un stock d’informations précieux à la disposition des autorités publiques. Ces informations renseignaient les représentants de l’autorité publique présents sur le terrain, tant sur les montants encaissés par les douaniers à un moment donné dans un lieu donné que sur la manière dont les contrôles étaient effectués et ensuite enregistrés. Ils constituaient dès lors des savoirs susceptibles d’orienter les processus de prise de décision et les éventuelles adéquations de l’organisation douanière aux contextes fiscal et économique qui se présentaient. C’est pourquoi il importe d’abord d’interroger la manière dont les processus de décision se réalisaient et leur caractère éphémère ou systématique ; puis de questionner le caractère empirique de l’élaboration des savoirs d’État dans ce domaine précis de la fiscalité indirecte ; enfin de mesurer son apport à la construction d’un système organisé de la fiscalité douanière et des dispositifs administratifs et juridiques qui l’encadraient20.

23Dès lors, il nous a paru pertinent de mener en premier lieu une étude des pratiques documentaires du contrôle douanier avant de nous attarder sur les acteurs à l’origine de ces écrits et de tenter de mesurer leur rôle dans la production de savoirs techniques. Ces éléments fonderont enfin la reconstitution des procédures de contrôle et celle des processus d’élaboration des savoirs d’État dans la gestion des douanes égyptiennes.

Notes de bas de page

1 Voir J. Dubouloz, S. Pittia, G. Sabatini (dir.), L’« imperium romanum » en perspective. Les savoirs d’empire dans la République romaine et leur héritage dans l’Europe médiévale et moderne, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2014 ; C. Landrea, L. Rossi (dir.), Penser les savoirs sociaux dans l’Antiquité. Pratiques, acteurs, normes, DHA 42/2, 2016.

2 S. De Laet, Portorium. Étude sur l’organisation douanière chez les Romains, surtout à l’époque du Haut-Empire, New York, Arno Press, 1975, p. 97-112. Pour la province d’Asie, voir M. Cottier (dir.), The Customs Law of Asia, Oxford/New York/Auckland, Oxford University Press (Oxford Studies in Ancient Documents), 2008.

3 S. De Laet, Portorium, op. cit., p. 370-376, 384-388, 403-415.

4 Ibid., p. 415-420. Les conclusions auxquelles était parvenu De Laet se trouvent confirmées par notre étude.

5 Ibid., p. 65-70 et 71-76 ; M. Cottier, The Customs Law, op. cit., p. 165-201.

6 S. De Laet, Portorium, op. cit., p. 363-366.

7 M.-R. Falivene, « Geography and Administration in Egypt (332 BCE-642 CE) », The Oxford Handbook of Papyrology, Oxford/New York, Oxford University Press (Oxford Handbook 8), 2009, p. 521-540.

8 M.-R. Falivene, « Geography and Administration… », art. cité, p. 522-524.

9 M.-R. Falivene, « Geography and Administration… », art. cité, p. 523 ; H. Cuvigny (dir.), La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert oriental d’Égypte, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale (Publications de l’Institut français d’archéologie orientale, 904), 2006, p. 295-301 sur le fonctionnement du réseau routier et de fortins militaires et p. 321-333 sur les fonctions des praesidia.

10 Nous avons gardé la trace de la lex censoria portorii relative à la province d’Asie, voir M. Cottier (dir.), The Customs Law of Asia, op. cit. D’autres leges ont été conservées pour la province d’Afrique, que l’on identifiera plutôt avec des tarifs officiels établissant les montants des prélevements douaniers frappant les marchandises qui transitaient par le poste douanier concerné. Sur ces documents voir S. De Laet, Portorium, op. cit., p. 263-271 et, plus récemment, J. France, « Normes douanières et réglementation des échanges. Trois questions simples sur le tarif de Zaraï », Antiquités africaines 50, 2014, p. 93-110. Sur le tarif de Palymre, voir J. Teixidor, « Le tarif de Palmyre. I, Un commentaire de la version palmyrénienne », Aula orientalis 1, 1983, p. 235-252 ; Id., Un port romain du désert. Palmyre et son commerce d’Auguste à Caracalla, Paris, A. Maisonneuve (Semitica, 34), 1984. Pour la province d’Égypte nous n’avons conservé que quelques extraits, assez fragmentaires, des règlements officiels relatifs aux tarifs de prèlevement. Voir infra.

11 Le nombre de documents mentionné par Adams et Gonis (C. E. Adams, N. Gonis, « Two Customs-House Receipts from the Bodleian Library », ZPE 126, 1999, p. 213) ne correspond pas au nombre effectif de documents publiés. Il est en effet tiré de la liste des quittances élaborées par Sijpesteijn en 1987. La particularité de cette liste découle du fait que l’auteur a attribué un numéro de document aussi aux transports mentionnés dans les registres. Pour notre part, nous avons préféré numéroter les documents individuellement. Lorsque deux quittances distinctes sont rédigées sur le même feuillet de papyrus, nous les avons numérotées séparément. Voir R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 1, Greek Ostraka from the 1996-1998 Seasons, Bruxelles, Fondation égyptologique Reine-Élisabeth (Papyrologica Bruxellensia 31), 2000, p. 10, n. 5, souligne aussi cette particularité de la numérotation adoptée par Sijpesteijn. Pour les documents papyrologiques, papyrus et ostraca, voir le corpus ci-après. Les six textes épigraphiques intégrés à notre étude sont les suivants : AE 1999, 418 ; I. Portes 70 ; OGIS 674 ; OGIS 202 (voir SEG 49 2341) ; deux inscriptions relatives aux paralêmtai de Bérénice ont été éditées par R. Ast et R. S. Bagnall, voir R. Ast, R. S. Bagnall, « The Receivers of Berenike. New Inscriptions from the 2015 Season », Chiron 45, 2015, p. 171-185.

12 P. J. Sijpesteijn, Customs Duties in Graeco-Roman Egypt, Zutphen, Terra Publ (Studia Amstelodamensia 17), 1987.

13 Voir R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (dir.), Documents from Berenike, vol. 1, op. cit. ; R. S. Bagnall, Ch. Helms, A. M. Verhoogt (éd.), Documents from Berenike, vol. 2, Texts from the 1999-2001 Seasons, Bruxelles, Fondation égyptologique Reine-Élisabeth (Papyrologica Bruxellensia 33), 2005 ; R. Ast, R. S. Bagnall (éd.), Documents from Berenike, vol. 3, Greek and Latin Texts from the 2009-2013 Seasons, Bruxelles, Association égyptologique Reine-Élisabeth (Papyrologica Bruxellensia 36), 2016 ; R. Ast, R. S. Bagnall, « The Receivers of Berenike… », art. cité ; R. S. Bagnall, « Rôles publics et privés dans l’économie impériale : nouvelles découvertes provenant du Désert oriental en Égypte romaine », dans J.-J. Aubert (dir.), Tâches publiques et entreprise privée dans le monde romain. Actes du Diplôme d’études avancées, universités de Neuchâtel et de Lausanne, 2000-2002, Neuchâtel/ Genève, université de Neuchâtel, Faculté des lettres et sciences humaines/Droz, 2003, p. 289-303.

14 Le dossier hellénistique et romain de la potamophylakia a fait l’objet d’études récentes, voir Th. Kruse, « The Nile Police in the Ptolemaic Period », dans K. Buraselis, D. Thompson, M. Stefanou (dir.), The Ptolemies, the sea and the Nile : Studies in Waterborne Power, Cambridge, Cambridge University Press, 2013, p. 172-184 et L. Rossi, « La “garde du fleuve” dans l’Égypte hellénistique et romaine », Journal of Egyptian History 9, 2016, p. 121-150.

15 On trouvera une édition récente des archives dans M. S. Funghi, G. Messeri, C. E. Römer (éd.), Ostraca greci e bilingui del Petrie Museum of Egyptian Archaeology (O.Petr. Mus.). Parte Seconda, Florence, Gonnelli (Papyrologica florentina 42), 2012, p. 143-164. Voir également, A. Fucks, « Notes on the Archive of Nicanor », JJurP 5, 1951, p. 207-216 et K. Ruffing, « Das Nikanor-Archiv und der römische Süd- und Osthandel », MBAH 12, 1993, p. 1-26.

16 Le Delta est une région humide et marécageuse et, de ce fait, elle ne présente pas des conditions climatiques favorables à la conservation des papyrus, dont la plupart a été préservée dans de nombreuses localités de la Vallée au climat sec et aride. Voir O. Montevecchi, La papirologia, Milan, Vita e Pensiero, 2008, p. 24-26.

17 H. Cuvigny (dir.), Ostraca de Krokodilô : la correspondance militaire et sa circulation, O.Krok. 1-151, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale (Publications de l’Institut Français d’Archéologie Orientale, 923), 2005 ; Ead. (dir.), La route de Myos Hormos, op. cit. ; Ead. (dir.), Didymoi : une garnison romaine dans le désert oriental d’Égypte, II, Les textes, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale (Fouilles de l’IFAO 67), 2012.

18 R. Ast, R. S. Bagnall, « The receivers of Berenike… », art. cité, p. 171-185 ; R. Bagnall, « Rôles publics et privés dans l’économie impériale… », art. cité, p. 289-303 ; F. Burkhalter Arce, « Les fermiers de l’arabarchie : notables et hommes d’affaires à Alexandrie », dans J. Leclant (dir.), Alexandrie : une mégapole cosmopolite. Actes du 9e Colloque de la Villa Kérylos à Beaullieu-sur-Mer, les 2 & 3 octobre 1998, Paris, Académie des inscriptions et belles lettres (Cahiers de la Villa « Kérylos » 9), 1999, p. 41-54 ; F. Burkhalter, « Le “tarif de Coptos”. La douane de Coptos, les fermiers de l’apostolion et le préfet du désert de Bérénice », dans Autour de Coptos. Actes du colloque organisé au Musée des Beaux-Arts de Lyon (17-18 mars 2000), Topoi. Orient-Occident, Supplément 3, Lyon, 2002, p. 199-233.

19 A. Andréadès, « Des droits de douane prélevés par les Lagides sur le commerce extérieur », dans Mélanges Gustave Glotz, Paris, Presses universitaires de France, 1932, p. 7-48 ; Cl. Préaux, L’économie royale des Lagides, Bruxelles, Fondation égyptologique Reine-Élisabeth, 1939 ; M. Cottier, « The Customs Districts of Roman Egypt », dans T. Gagos, A. Hyatt (dir.), Proceedings of the 25th Congress of papyrology, Ann Arbor, July 29-August 4, 2007, Ann Arbor, University of Michigan Library (American studies in papyrology, Special edition), 2010, p. 141-148 ; S. De Laet, Portorium, op. cit., p. 297-330 ; Sh. Wallace, Taxation in Egypt from Augustus to Diocletian, Princeton/Londres, Princeton University press/Oxford university press (Princeton University studies in papyrology 2), 1938, p. 255-276.

20 Ces questionnements ne sauraient enfin négliger les phénomènes de transfert de savoirs administratifs préromains, lagides notamment, qui se seraient produits suite à l’intégration de l’Égypte dans le dispositif provincial romain. On entendra par « transfert des savoirs administratifs » les actes et les écrits qui en ont assuré la conservation et le passage entre les différents acteurs au cours du temps. En l’état actuel de la documentation, ces phénomènes sont particulièrement tangibles dans les dispositifs de contrôle du territoire, notamment dans le nome Arsinoïte, voir l’étude de la garde du désert infra § 1.1, p. 19-21 et § 3.2, p. 96.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.