Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Capitales culturelles, capitales symboliques

 | 
Christophe Charle
, 
Daniel Roche

Première partie. Capitales symboliques

Les itinéraires de la célébration : métamorphoses d’un modèle de l’Italie unitaire à l’Italie fasciste

Bruno Tobia

Texte intégral

  • 1 L. Calagna, Cavour, Bologne, Il Mulino, 1999.

1Italie, vieille nation, Italie jeune État ; Italie, communauté de cultures, Italie, agrégat politique. L’obsession et la crainte des classes dirigeantes face au Risorgimento et au Royaume unitaire à peine constitué entre 1859 et 1870 tiennent dans ces formules contrastées. On sait que Massimo d’Azeglio a exprimé la même préoccupation, dans une phrase qui lui a été attribuée : « A présent que l’Italie est faite, nous devons faire les Italiens ». Manière de dire qu’à la forme politique (nouvelle), il fallait encore faire correspondre un vrai contenu civil (moderne). Si l’on fait abstraction de la connotation morale et aristocratique de cette phrase, on peut aussi l’entendre comme l’expression d’un projet politique inscrit dans la lignée de celui de Cavour. Selon lui, en effet, le problème national italien dérivait essentiellement d’un problème de « civilisation », de progrès, d’entrée, pour la péninsule aussi, dans la modernité1.

  • 2 R. Romanelli, Il comando impossibile. stato e società nell’Italia libérale, Bologne, Il Mulino, 19 (...)
  • 3 E. Galli della Logia, L’identità italiana, Bologne, Il Mulino, 1998.

2C’est de cet impératif de la modernisation que découle, dans la construction de l’appareil unitaire, la nécessité de ce « commandement impossible », qui prescrit une liberté contrôlée et fait de l’État le grand pédagogue de la société italienne : une autorité qui supplée pour susciter, qui s’impose pour stimuler les énergies et les initiatives2. Paradoxalement, le résultat auquel on parvient n’est pas celui d’un État fort et influent, mais bien plutôt celui d’une élite nationale qui, par la politique, cherche à réduire la distance irréductible entre gouvernants et gouvernés. Cette tentative pour annuler ou, du moins, pour réduire le contraste entre les identités italiennes (le pays des cent cités) et l’identité nationale provoque, pour la communauté des habitants de la péninsule, le « tout politique, tout idéologique », mais aussi le « peu d’État. »3 Même l’engagement de l’Italie libérale dans un activisme politique pédagogique relève de ce surplus de politique et d’idéologie. De ce point de vue, Rome, avec son organisation urbaine symbolique et tous les usages de l’espace politique qu’elle offre, constitue un exemple spécifique et considérable de l’effort engagé sur le terrain.

31. À ce propos, notons une chose : le contraste entre une grande disponibilité territoriale et urbanistique au changement et, à l’inverse, une résistance tenace à la révolution politique symbolique. La Rome de 1870 est physiquement un espace ouvert. À peine plus de deux cents mille habitants vivent à l’étroit dans le méandre du Tibre et sa zone limitrophe, sur une superficie de 16 000 hectares. A l’exception de quelques rares rues plus larges, c’est principalement un labyrinthe de ruelles étroites et sinueuses, de maisons en mauvais état et souvent délabrées. Au cœur de cette densité emmurée, surgissent à l’improviste de magnifiques places, bordées d’élégants palais nobiliaires. Pour le reste, le périmètre correspondant à la muraille d Aurélien est le règne d’une campagne urbanisée, composée de potagers, de jardins, de parcs séculaires, semés de quelques rares bâtisses isolées et grandioses : couvents, basiliques, églises, villas, voire ruines antiques. Au-delà des murs, s’étend la vraie campagne, un désert infesté par la malaria, à peine égratigné par les voies de chemins de fer.

  • 4 F. Chabod, Storia della politica estera italiana dal 1870 al 1896, Bari, Larerza, 1965 et A. Carac (...)
  • 5 B. Tobia, « II Vittoriano », in M. Isnenghi (dir.), I luoghi della memoria. Simboli e miti dell’It (...)

4Rome est un espace ouvert, mais non un espace vide. L’élite libérale l’a voulue avec ténacité comme capitale de l’Italie, précisément à cause de son passé chargé de gloire et d’universalisme, précisément parce qu’elle était la seule ville italienne, c’est du moins ce que pensait Cavour, sans mémoire municipale, une ville face à laquelle les autres villes, jalouses, n’auraient pas été contraintes de s’incliner. Rome apaise tous les campanilismes, pour incarner l’Italie et renforcer la monarchie. Ainsi, la « neutralité » de Rome représente une valeur positive, un atout face à toutes les autres hypothèses de capitales qui avaient aussi été agitées4. Cependant les nouveaux conquérants, les Piémontais qui deviennent Italiens à Rome, ne sont pas confrontés à un exercice aisé. Il leur faut opérer la distinction, à partir de 1870, entre l’universalité de l’histoire de la ville « éternelle » et l’universalité de la religion catholique, deux universalités qui se sont confondues jusqu’alors de manière indissoluble à Rome. C’est la raison pour laquelle l’opération qui consiste à établir à Rome le centre du nouvel État n’est pas simple, ni ne relève de la politique ordinaire. C’est d’autant plus difficile à faire que se trouve à Rome le « prisonnier du Vatican », le pape, totalement hostile à l’État unitaire. Aussi la conquête de Rome constitue-t-elle, pour les Italiens, un défi permanent : il les contraint à imprimer une marque propre à la ville, dans une confrontation permanente avec le passé. Dans ce cas précis, imprimer une marque ne se réduit pas uniquement à redéfinir un rôle : c’est se trouver dans l’obligation de subvertir un souvenir. Le pari très osé est celui que la ville éternelle parvienne à devenir italienne et que l’Italie incarnée dans Rome puisse s’imaginer constituée5.

  • 6 G. Galasso, « La capitale inevitabile », in P. Piovani (dir.), Un secolo da Porta Pia, Naples, Gui (...)
  • 7 V. Vidotto, « Roma : una capitale per la nazione », Mélanges de l’École française de Rome, 1997, t (...)

5L’aspiration à une « Troisième Rome », après celle de l’Empire et celle des papes, constitue donc non seulement l’élan vers une capitale « inévitable »6, mais une tentative pour donner corps à l’idée du primat italien de Gioberti, ou à celle de « mission » moderne, de Mazzini. C’est un raccourci idéal qui absout et justifie l’arriération royale dans le mythe renouvelé : une hypertrophie idéologique qui englobe tous les temps historiques, qui inscrit dans une même temporalité toutes les gloires du passé, puisque au service de la politique du présent7. Il faut dire cependant que ce processus n’est pas immédiatement clair. Les idées de Quintino Sella sur la nécessité que Rome incarne les valeurs universelles de la culture et de la science, ne suffisent pas pour donner forme à un nouveau principe actif de subversion symbolique. Tout au plus ces idées peuvent-elles en constituer le fondement, voire la première stimulation. Le gigantesque ministère des Finances sur la via Pia, opportunément rebaptisée via XX settembre (date anniversaire de la libération de la ville), avec son projet, pour la cour intérieure, de statue de centurion romain prononçant la phrase fatidique « Hic manebimus optime » ; le proche et modernissime bâtiment de l’Institut géologique, le projet de construction d’une académie des sciences qui finira par se réduire à l’Accademia dei Lincei rénovée, et installée dans l’ancien palais, certes restauré, de la Lungara, toutes ces nouveautés ne suffisent pas, à elles seules, à impulser cette révolution symbolique tant désirée. Il en faut bien plus. Et précisément les changements arrivent : le développement des grandes opérations de spéculation immobilière, l’arrivée de la gauche au pouvoir, la mort du Roi, du père de la Patrie, Victor-Emmanuel II. En somme, il faut attendre les années 1880.

  • 8 F. Bartoccini, « Capitale e paese ; la prima « legge spéciale » per Roma nella discussione parlame (...)

6En 1881 est votée la loi sur le concours public pour l’agrandissement de la capitale. Il s’agit d’une loi spéciale qui octroie des fonds pour la réalisation des infrastructures modernes qui font encore défaut (caserne, Palais de Justice, Polyclinique, Palais des Beaux-Arts, etc.)8. Le crédit est consenti contre l’engagement d’un nouveau plan régulateur de la ville. Par ce biais, s’établit un lien particulièrement substantiel entre la Ville et le Pays, qui situe le marché foncier de Rome au cœur du système bancaire national, et donne le feu vert à la fièvre immobilière : la loi dessine à la capitale un visage dont les traits sont encore reconnaissables aujourd’hui. Elle est aussi extrêmement importante dans la mesure où elle perfectionne le processus tourbillonnant d’achat et de vente des zones constructibles, amorcé dès la prise de la ville, mais dont les conséquences, en termes de construction, étaient encore invisibles. Elle commence à faire apparaître le profil de cette ville virtuelle, encore couverte jusque là de villas et de jardins. Face à la spéculation, Rome se montre très malléable du point de vue urbanistique : on arrache les arbres, on détruit les parcs, on abat les palais et les gros immeubles surgissent. Mais Rome n’est pas pour autant conciliante sur le plan symbolique. La nouvelle civitas ne parvient à tirer ni la force ni la forme de la nouvelle urbs qui se prépare. Il faut qu’entre en jeu, et en première ligne, la politique, et ce, au plus haut niveau institutionnel et gouvernemental. Il faut, comme je le disais précédemment, le préambule de la mort du roi Victor-Emmanuel en 1878, et quatre ans plus tard, la décision du Président du Conseil Depretis de lui rendre les honneurs en lui consacrant un monument grandiose sur les flancs du Capitole.

  • 9 I. Porciani, « Stato e nazione : l’immagine debole dell’Italia », in S. Soldani et G. Turi (dir.), (...)
  • 10 U. Levra, Fare gli italiani. Memoria e celebrazione del Risorgimento, Torino, Comitato di Torino d (...)
  • 11 C. Brice, « La mort du toi : les traces d’une pédagogie nationale », Mélanges de l’École française (...)
  • 12 B. Tobia, « Una forma di pedagogia nazionale tra cultura e politica : i luoghi della memoria e del (...)
  • 13 C. Brice, Monumentalité publique et politique à Rome. Le Vittoriano, Rome, École française de Rome (...)

7L’image symbolique de l’Italie est faible9 : c’est la personnalisation de la figure du souverain qui viendra au secours des zélés tenants de l’idéologie du consensus centré sur les institutions nationales. Déjà les funérailles du roi en janvier (transport funèbre) et en février (obsèques) 1879 avaient été la première occasion pour inventer un culte patriotique centré sur le défunt10. Le caractère immédiatement stéréotypé des éloges funèbres du roi, liés à l’exaltation de sa lignée, indique une préoccupation précoce pour donner aux institutions une forte légitimité11. Pourtant, en tant qu’organisme urbain, Rome n’a été investie qu’en un seul lieu : le Panthéon, où se trouve la tombe du Roi, et qui a fourni un cadre exceptionnel pour ce rite civil12. La décision de Depretis, que je viens de rappeler, d’installer le gigantesque monument à Victor-Emmanuel, après l’échec du premier concours, sur les flancs du Capitole, a un sens totalement différent13 : économie (développement de la rente foncière et de la spéculation) et politique (exaltation rhétorique des institutions) se rencontrent, pour finalement, plus de dix ans après la libération de Rome, donner forme à un itinéraire de célébration. Si l’on voulait continuer à rester sur le plan métaphorique, on dirait que c’est une poignée de mains qui broie l’ancien appareil de célébration et d’éloge de la ville pontificale.

8La prescription de l’emplacement du monument en 1882 (le concours est fermé en 1884) définit un point précis dans la géographie romaine de la représentation, point qui avait eu beaucoup de difficulté à se définit jusque là. Le choix du Capitole révèle deux choses : en premier lieu, l’évocation rhétorique de la cité antique, sorte de piédestal pour l’exaltation de la nouvelle communauté, est irrésistible, malgré toutes les oppositions des défenseurs de l’art et de l’archéologie, inquiets des destructions que devait engendrer la réalisation du monument. À Rome, le vivant saisit le mort : pour la Cité Éternelle, il n’existe pas d’autre possibilité de légitimation réelle du présent, que celle de l’Antiquité, dût-elle être martyrisée er violentée par une masse monumentale aussi considérable. En second lieu, le choix du Capitole reflète la volonté d’indiquer un lieu d’excellence le long de la voie qui s’est constituée avec peine entre 1876 et 1883 : la via Nazionale qui descend de Termini, débouche sur la piazza Venezia, croise le Corso et se poursuit en direction du Tibre. Il s’agit d’un T renversé, il s’agit d’une révolution, de la révolution urbanistique de la célébration. On ne peut pas mesurer le poids du Vittoriano sans le mettre en rapport avec l’itinéraire que le monument tente de connoter. On ne peut pas exprimer de jugement sur le Vittoriano sans examiner ses abords et son contexte, ce qui ne signifie pas que le résultat final soit satisfaisant.

9Il faut ici établir une comparaison. La structure de la ville éternelle que les Italiens ont en face d’eux est essentiellement celle qu’a voulue le grand pape urbaniste Sixte V, à la fin du xvie siècle, et qui a ensuite été complétée, sur des points de détail, par ses successeurs. Les deux pôles politico-religieux de St Pierre et du Latran, ces deux évidences basilicales, ont été reliés par un chemin excentrique, connecté au grand Trident de la Porta Flaminia, l’entrée traditionnelle de Rome, et ponctué par des obélisques, qui sont comme des pinacles, des signets grandiloquents et splendides qui indiquent aux pèlerins l’itinéraire religieux et encomiastique de la dévotion et du pouvoir théocratique. A présent, la soudure xixe siècle de la via Nazionale et du Corso Vittorio Emmanuele au niveau de la Piazza Venezia (ce T renversé dont je parlais plus haut), qui part de la gare de Termini, la porte d’entrée moderne de la ville, a créé un axe urbain qui permet le déplacement entre les deux nouveaux quartiers post-unitaires, Esquilin-Viminale au nord-est, Prati, au sud-ouest. La construction des murs de soutènement du Tibre a détruit la via Trinitatis qui menait elliptiquement de la porta Flaminia vers le Vatican. Le résultat de cette opération n’est autre que la subversion de l’antique cité pontificale, la fixation d’un monocentrisme oublié depuis des siècles. Non seulement la construction du monument au Roi sur le Capitole confirme ce monocentrisme, en nette opposition avec la cité des papes, mais elle a une conséquence fondamentale sur la faiblesse de l’espace symbolique de la célébration de la Rome libérale.

  • 14 B. Tobia, L’Altare della Patria, Bologne, Il Mulino, 1998, p. 68.
  • 15 T. Rossi Kirk, « The politieization of the landscape of Roma capitale and the symbolic role of the (...)
  • 16 L. Berggren et L. Sjöstedt, L’ombra dei grandi. Monumenti e politica monumentale a Roma (1870-1895 (...)
  • 17 B. Tobia, Una patria per gli Italiani. Spazi, itinerari, monumenti nell’ltalia unita (1870-1900), (...)
  • 18 B. Tobia, Una patria per gli Italiani. Spazi, itinerari, monumenti neU’ltalia unita (1870-1900), o (...)

10Ceci n’est pas un paradoxe : la gigantesque masse du Vittoriano, plus énorme que St Pierre, avec sa superficie de 17 000 mètres carrés, produit un tel effet d’attraction que, sur le plan célébratif, elle brise en deux tronçons distincts cette unité axiale nouvelle, de direction nord-est/sud-ouest. Les deux tronçons ne sont à présent plus justifiés que par le point central de la Piazza Venezia, précisément parce que celle-ci est scellée par le Vittoriano. Désormais, les deux quartiers symbole de la ville libérale convergent vers le monument, sorte de calamité qui draine de nouveau vers le centre la nouvelle capitale de l’Italie. Toute la ville est soumise à une torsion et tourne le dos au Vatican. En termes formels, le prix à payer est élevé : la fonction d’axe routier de traversée de la ville se trouve séparée de sa fonction de célébration. Mieux, valeur urbanistique et valeur monumentale s’affrontent : traverser la ville en étant concentré sur le trafic devient une opération non seulement différente, évidemment, mais aussi opposée à celle qui consiste à la parcourir pour rendre hommage au Père de la Patrie. Les conséquences en sont graves sur le plan tant urbanistique que symbolique. Par rapport aux quartiers sur lesquels il s’installe, le Vittoriano est condamné à être une masse étrangère ; de son côté, la Via Nazionale - l’axe du Risorgimento -, ne peut se transformer en un véritable « itinéraire ». La confrontation avec la Rome des papes est frappante. Dans celle-là en effet, on était parvenu à unir, tant sur le plan de la célébration que sur celui de l’urbanisme, symbole et utilité. Les axes routiers ouverts par Sixte V étaient effectivement devenus des itinéraires. La Rome italienne, au contraire, divise intention de représentation et objectifs fonctionnels14. Ceci me semble d’autant plus exact que la machine de célébration, le paysage politique de la « Troisième Rome »15 restera toujours un ensemble aux contours indécis ; le caractère monumental des œuvres (par exemple le nouveau Palais de justice, énorme et envahissant) ne parviendra pas à cacher l’indétermination du raccord, ni non plus une absence de logique de fond : le gigantisme des bâtiments sera incapable de souder une monumentalité diffuse qui, en termes de pure efficacité célébrative, apparaît plutôt comme une dispersion impuissante. Un inventaire ponctuel des monuments romains construits entre 1870 et 189516 a permis d’en souligner une diffusion importante, impulsée par l’État, la municipalité ou des personnes privées, tout en confirmant la difficulté à individualiser un itinéraire, opportunément rythmé par des évidences représentatives, par des signes riches de sens et correspondant à un besoin d’identification (de reconnaissance) civile17. Du reste, on en a un bon contre-exemple. Jusqu’à la fin de la construction du Vittoriano, n’émergent concrètement à Rome ni un lieu, ni un parcours de célébration clair et bien défini. Certes, il faut préciser que les occasions de célébrations sont rares et qu’en outre, elles ne sont pas particulièrement recherchées par la classe dirigeante. On ne garde le souvenir que de deux moments chargés d’une signification nationale vivement appuyée politiquement. Le premier correspond au pèlerinage national sur la tombe de Victor Emmanuel II au Panthéon, à l’occasion du sixième anniversaire de sa mort et qui s’organise autour de trois défilés du peuples, à trois dates différentes, les 9, 15 et 21 janvier 1884. Ce sont au total environ soixante-dix mille personnes qui se rendent à Rome, sous la conduite de comités provinciaux, coordonnés par un comité central, sur l’initiative des maires, des associations politiques libéral-constitutionnelles, des corps de métiers, des associations mutualistes. Le pèlerinage fut un succès, avec son cortège d’hommages particuliers que les délégations provinciales des pèlerins rendirent dans toute la ville. Ainsi par exemple la délégation d’Utbino alla sur la tombe de Raphaël, située elle aussi au Panthéon ; les Milanais allèrent au Capitole où se trouvait le buste de leur compatriote Luciano Manara, mort pour la défense de Rome. Le pèlerinage fut un succès mais les critiques ne furent pas absentes. Celle de Francesco Crispi fut assez aigre : il aurait souhaité une participation populaire plus ample, et accusait le gouvernement Depretis de timidité face aux masses ouvrières qui avaient convergé vers Rome. Il stigmatisait précisément la fragmentation de la manifestation, le pèlerinage en miettes, « ridotto in pillole » comme il l’écrivait dans son journal, se plaignant du morcellement des cortèges le long d’un itinéraire qui ne lui paraissait pas aussi représentatif qu’il aurait dû. La via Nazionale et le Corso n’avaient pas été utilisés pour rejoindre le Panthéon, mais, avec des variantes, on avait suivi le parcours emprunté par le corbillard de Victor-Emmanuel six ans auparavant, et qui passait par la via Quattro Fontane, la Piazza Barberini, la via del Babbuino et une partie de via del Corso. Rien dans tout cela qui pût rappeler la Rome italienne : telle était la critique de Crispi18.

  • 19 L. Francescangeli, « Il ‘Comitato générale per solennizzare il XXV anniversaire della liberazione (...)

11C’est pourquoi l’organisation et le déroulement des manifestations du 20 septembre, en 1895, furent très différentes. Un enchaînement complexe d’initiatives fit des célébrations romaines un événement inédit, dans une ville parée pour la fête : ouverture de divers congrès scientifiques, réception au Capitole des délégations provinciales le 20, inauguration des monuments à Garibaldi sur le Janicule, dans la matinée du 21, de la colonne de la victoire à Porta Pia, l’après-midi, du monument à Cavour le 22, sur la place du même nom. Au Janicule, il y eut une foule de vingt mille personnes, mais cinquante mille, pour les cortèges des délégations venues de toute l’Italie pour l’inauguration de la statue de la victoire. Finalement, le rêve de Crispi se réalisait : la délimitation, sur le terrain, de la représentation de la politique nationale telle qu’il l’avait toujours entendue, la synthèse suprême entre la monarchie et le peuple. Les délégations provinciales, politiques, culturelles, sportives, de vétérans, de la Maçonnerie, la participation de gens venus des fameuses « terres irredentes » (Trentin et Trieste) témoignaient de la valeur indépendantiste et anticléricale que l’on voulut donner à la manifestation. Le parcours choisi était enfin jugé digne de l’Italie nouvelle. Depuis la Piazza del Popolo, en passant par le Corso, jusqu’à la piazza Venezia, où commençait à surgir de la terre la masse marmoréenne du Vittoriano en construction, puis de la via Nazionale jusqu’à la piazza Indipendenza, via Solferino e san Martino (tous toponymes du Risorgimento) pour rejoindre le piazzale de la brèche historique19.

12Si l’on voulait conclure et synthétiser brièvement on dirait que la séparation entre le parcours urbanistique et le parcours célébratif, qui caractérise la Rome libérale, se reflète aussi dans le caractère accidentel de la définition d’un itinéraire d’éloge. Celui-ci n’est jamais prédéterminé, mais simplement défini au coup par coup, en fonction de l’objectif de réévocation (de mémoire) et donc du lieu qui y correspond, et où se déroule le rite de l’appartenance civile des sujets de la nation.

132. Le fascisme propose un lien assez différent entre urbanisme et célébration. Pour être plus précis, il faudrait dire que l’on se trouve confronté à une situation opposée. Autant l’organisme urbain de l’ère libérale s’était montré rigide, voire réfractaire, face à des situations de célébrations, autant il finira par devenir plastique et modulable sous le fascisme. À l’origine de cette mutation essentielle se trouve la différence du rapport entre politique et masses, instauré par les deux régimes. Le soupçon évident des dirigeants libéraux envers les concentrations de foules, même à de seules fins de célébration (à l’unique et notable exception de Francesco Crispi dont je viens de parler) trouve sa traduction dans la parcimonie des manifestations. Par dessus tout, le pèlerinage évoqué précédemment ou les cérémonies du cinquantième anniversaire de l’Unité en 1911, avec l’inauguration du Vittoriano, montrent clairement ceci : le mécanisme émotionnel et participatif qui est convoqué entre les masses mobilisées et les valeurs politiques symbolisées répond, pour ainsi dire, à une théorie du miroir (du reflet), à une Wiederspielungs-theorie entre la masse réunie pour la célébration et l’objet symbole vers lequel elle est dirigée par l’intention encomiastique. Une distance s’installe, fonctionnellement ici, entre les deux termes de la relation politico-cérémonielle. L’émotion de l’appartenance identitaire doit se déclencher parmi les sujets qui, tout mis en action qu’ils sont, restent pourtant spectateurs par rapport à l’objet-symbole, c’est-à-dire face au point central du culte patriotique proposé, la dépouille du souverain, ou son simulacre, dans les deux cas que je viens de citer. En fait il est indubitable que le sentiment communautaire monarchico-national que l’on veut induire doit découler avant tout de la perception du sens de l’autorité et ce sentiment ne peut éclater qu’en présence d’une séparation réaffirmée, d’une distance entre gouvernants et gouvernés. En outre, ce sentiment est précisément construit pour mettre en valeur cette autorité qui, faute d’être imposée comme commandement absolu, doit au moins être entendue comme une prescription de fidélité. Ainsi, dans ce rapport de miroir émotionnel et participatif, s’incarne le sentiment d’une autorité politique forte, désormais réduite à ses propres prérogatives, c’est-à-dire arrivée démocratiquement à un compromis avec la nécessité de conquérir sa propre raison d’être par un travail permanent de persuasion. Cette limitation moderne exceptée, la célébration de ces rites civils post-risorgimentaux doit encore beaucoup aux anciens modèles.

  • 20 E. Gentile, Il culto del littorio. La sacralizzazione della politica nell’Italia fascista, Rome-Ba (...)
  • 21 G. Mosse, The Nationalization of the Masses. Political Symbolism and Mass Movements in Germany fro (...)

14Au contraire, à l’époque de la sacralité du politique, de la participation de la masse à la liturgie d’une nouvelle religion, qui se définit sous le fascisme20, émerge la spécificité du régime, qui tend à inclure les masses dans le cercle de célébration du rite orchestré par le Chef21. Il en découle une différence absolument capitale. Dans l’Italie libérale, y compris dans l’Italie giolitienne du suffrage élargi et des notabilités désormais gagnées par des formes de rapports entre politique et société neuves et plus modernes, le consensus à obtenir reste toujours le résultat résiduel de la politique, aussi important soit-il. Sous le fascisme, au contraire, pour la première fois le consensus est proposé comme un objectif en soi. Aussi, pour cet aspect du moins, la politique, en un certain sens, se sépare de son contenu et pose comme centrale la question de sa propre apparence. L’apparence de l’action politique est assumée comme une dimension digne d’être poursuivie pour elle-même et sans autre justification : il s’agit d’un objectif séparé de son objet. Si les choses sont ainsi, du point de vue du système urbain de communication en tant que lieu du langage politique, les conséquences qui en découlent sont considérables. L’échafaudage monumental et la structure axiale de la ville ne constituent plus le lieu du reflet, mais se transforment en un contenant inclusif dans lequel s’actualise, avec la célébration, la communion liturgique entre Chef et masses. La nécessité, l’obligation de l’inclusion d’une politique de consensus en direction des masses, posée en acte par le fascisme, détermine, voire sous-tend, la plasticité de Rome.

15Certes, cette poussée vers l’inclusion ne suffirait pas à modeler toute une ville et je souligne, toute une ville, en fonction d’une exigence envahissante de communication politique, selon l’obligation, comprise dans son sens fasciste, de structurer une nouvelle civitas sur les cendres de la vieille urbs. Mais alors pourquoi donc la ville (et donc avant tout la Rome fasciste, la capitale de la Révolution, puis de l’Empire) a-t-elle été remodelée ? Parce que les entreprises monumentales fascistes, contrairement à celles de l’ère libérale, plus tranquilles, intègrent une dimension temporelle, portent en elles, pour ainsi dire, une temporalité qui rend à l’éternité et jouissent ainsi d’une force éclatante inconnue des autres époques. Ici espace et temps interagissent avec une force inédite : l’utilisation différente et nouvelle de l’espace de célébration du régime ne serait pas totalement explicable sans cette référence à la conception, propre au fascisme, du temps de la fête.

  • 22 E. Gentile, Il culto del littorio. La sacralizzazione della politica nell’Italia fascista, op. cit (...)

16Dans le fascisme, comme du reste dans tout régime qui se veut révolutionnaire, le temps chronologique se transforme en un temps politique. Non seulement dans le sens extrinsèque et immédiatement évident de la création d’un calendrier, de l’introduction de fêtes rituelles neuves et spécifiques — toutes choses de toute façon significatives en elles-mêmes —, mais surtout par l’immersion du flux temporel du quotidien dans une ère née du fascisme, laquelle suppose une fin. Le temps fasciste contient, incorpore une fin civile, il est téléologiquement tendu vers l’objectif national-communautaire impérial de la constitution de l’Homme Nouveau : le Romain de la modernité22 : Ce temps est un temps très exigeant -puisque le temps mythique de la race incarnée à Rome est un temps absolu, si je puis dire – et c’est aussi un temps très violent, qui ne renvoie pas à une simple fin sérielle que l’on peut continuellement pousser en avant : il suppose au contraire un accomplissement, parce qu’il vous aspire, pour ainsi dire, de toutes ses forces.

  • 23 M. Rinaldi, « Il volto effimero e la città nell’età dell’impero e dell’autarchia », in La capitale (...)

17Les conséquences sont énormes du point de vue des possibilités de remodeler l’espace. Si Rome représente le temps mythique de la race qui s’affirme dans la pratique politique comme défi permanent à l’éternité, alors fatalement, dans la période fasciste, se réalise une circularité entre présent, passé et futur, suivant un ordre hiérarchique dans lequel les devoirs du présent ont inévitablement le dessus. Les réalisations de la via dell’Impero, l’actuelle via des Fori Imperiali qui relie la piazza Venezia au Colisée, de la via dei Trionfi, l’actuelle via san Gregorio, entre l’arc de Constantin et le Cirque Maxime, la réforme du viale Baccelli, la promenade qui longe les Termes de Caracalla, le projet de la via Impériale jusqu’à la zone prévue pour l’E42, l’Exposition Universelle, bien au-delà de l’actuelle via Cristo-foro Colombo, mais uniquement réalisée, au début de la guerre, sur un tout premier tronçon, tout ceci montre la grande capacité de modelage, à partir d’une idée, aussi criticable que l’on voudra, du présent. C’est là la capacité fasciste de résoudre les valeurs encomiastiques et célébratives et celles de l’urbanisme. En fait, on ne saurait définir cet imposant et organique axe routier Rome-la mer (naturellement, en faisant abstraction des différents points techniquement assez malheureux et irrésolus) autrement que comme un complexe axial et monumental dans lequel utilité et éloge non seulement ne s’opposent pas, mais apparaissent équivalents et interchangeables. Le parcours est pensé pour la ville : c’est une autoroute urbaine moderne, elle permet une traversée rapide et sert aussi, dans les espaces verts environnants, au délassement et à la promenade. Ce n’est pas un hasard si, à partir de 1937, on a organisé une série d’expositions, avec des zones de détente et de restauration, sur l’aire du Cirque Maxime : pendant l’été 1939, on y a inauguré le « village balnéaire », avec des structures éphémères dues à des architectes de renom. Le village a été visité par plus d’un demi-million de Romains. Théâtre, cinéma, restaurant, piscine, piste de danse et de patinage, terrains de tennis, pavillons de l’EIAR, c’est-à-dire la maison de la radio, avec orchestres en direct, le coin des amateurs, la salle d’enregistrement des disques et le studio télé expérimental, sont les éléments qui expliquent l’énorme succès de cette initiative qui s’est déroulée sous l’égide du Parti et de l’Opéra Nazionale Dopolavoro23. Le parcours, il ne faut pas l’oublier, a cependant été conçu pour les cérémonies du régime : pour les défilés militaires sur la via dell’Impero et la via dei Trionfi, pour le passage des cortèges d’Etat, comme à l’occasion de la venue de Hitler en mai 1938, et c’est un parcours rempli des signes du nouvel empire, comme les ministères des colonies, face au Palatin, décoré de l’obélisque d’Axum, arrachée à l’Ethiopie. C’est un parcours futuriste, fait pour les automobiles et les tanks.

  • 24 E. Guidoni, « L’E42, città della rappresentazione. Il progetto urbanistico e le polemiche sull’arc (...)
  • 25 E. Godoli, « L’E 42 e le Esposizioni universali », in M. Calvesi, E. Guidoni, S. Lux (dit.), E42 ; (...)
  • 26 E. Garin, « La civiltà italiana nell’Esposizione del 1942 », in T. Gregory et A. Tartaro (dir.), E (...)

18Ce parcours correspond enfin à une ambition inaboutie encore plus compréhensible et encore plus grande, de resserrer le rapport urbanisme-célébration, sans aucune friction. C’est celle d’être la cellule génératrice de la nouvelle ville impériale, en forme de comète, qui irradie depuis la piazza Venezia, depuis le tombeau du Soldat inconnu et qui rejoint la mer, pour souligner la destinée méditerranéenne du régime. L’E42 doit être le double moderne de la ville éternelle avec son mot d’ordre « Hier, aujourd’hui, demain »24. Les expositions de l’âge libéral ont été conçues comme des citadelles utopiques éphémères : l’effort pédagogique de la ville éphémère se situe dans le fait de vouloir être un miroir de la cité idéale, dans laquelle, science, travail, ordre social sont bien représentés comme modèles. Parfois, l’exposition libérale peut laisser quelques résidus non éphémères ou aussi fournir le prétexte à une réorganisation de certains quartiers de la ville ancienne. Tel fut le cas, à Rome, de l’exposition de 1911, à l’occasion des fêtes du cinquantenaire de l’unité. L’E42 en revanche n’est nullement un modèle : c’est une réalisation intégrale, conçue d’emblée comme stable25 L’exposition de l’âge libéral est une figuration de la cité idéale, une annonce, l’E42 est une cellule réelle de la ville réelle, après avoir été l’écrin des Olympiades de la Civilisation au cours desquelles l’Italie fasciste et la culture italienne séculaire devaient exceller26. Dans le rapport entre les deux villes, le fascisme cherche à resserrer les liens entre l’ancien et le nouveau, l’urbanisme et la célébration. Le sommet de cette recherche est atteint avec l’actualisation sans préjugés de l’ancien, que le régime réalise avec une décision et une assurance toute chirurgicale.

  • 27 L. Avetta, Roma. Via Impériale. Scavi e scoperte (1937-1950) nella costruzione di via delle Terme (...)
  • 28 M. Manieri Elia, Topos e progetto. Temi di archeologia urbana a Roma, Rome, Gangemi, 1998, pp. 17- (...)

19Ici, le discours se déplace inévitablement vers la via dell’Impero : la via Triumphalis exemplaire du fascisme27. Ici l’archéologie est soumise à l’urbanisme et à l’architecture, ici le projet pédagogique précède la fouille et la conditionne, son déroulement et son résultat en dépendent. Les entreprises monumentales ne pâtissent pas de la séparation-opposition entre urbanisme et usage public de l’histoire, pour la simple raison qu’elles intègrent parfaitement différentes temporalités, cette circularité entre présent, passé et futur, qui apparaît typique du fascisme. L’itinéraire des défilés officiels avec ses « décorations » archéologiques réalise la plus haute aspiration esthétique du fascisme : comme le disait Muñoz, le conservateur municipal des beaux-arts, les beautés de l’Antiquité doivent constituer la base de la beauté des cités vivantes. En opérant de la sorte, le fascisme transforme des restes en vestiges, en se focalisant sur la période augustéo-trajane, et en sacrifiant brutalement tout le reste à l’impératif scénographique de la promenade urbaine, de l’autoroute urbaine, du parcours de célébration. Le but est atteint. Mais il révèle ses limites dans cet espace que les urbanistes-architectes appellent « le problème de la marge, des bords »28. C’est le problème des modalités de structuration du rapport entre la ville vivante et les vestiges de la ville morte, de la liaison entre l’ancien et le nouveau par des zones de « contacts », afin que les deux parties respirent à l’unisson.

  • 29 E. Pallottino, « I restauri della Roma anrica », Roma moderna e contemporanea, 1994, n°13, pp. 721 (...)

20Avec la question des « marges », se pose, de manière quasiment tangible, sur le terrain, le problème du type de rapport que le présent entend entretenir avec le passé : le poids que le moderne est disposé à accorder à la tradition, dans l’usage de la ville. Il s’agit en fait de savoir jusqu’où on va respecter ce qui n’est plus. Un respect qui ne serait pas abstrait, mais qui s’exprimerait dans la forme concrète que recouvre, de temps à autre, l’utilisation de l’antique dans la projection du nouveau. En d’autres termes, dans le problème des « marges », se pose la question du degré d’occultation qu’on est disposé à provoquer pour permettre une production de mémoire correcte et fructueuse. L’idée que la naissance du souvenir sera permise par une orientation fétichiste et conservatrice, ou celle qu’elle sera interdite par une négligence destructrice complète relèvent seulement de la mauvaise conscience. On pourrait aller jusqu’à dire que, en étudiant attentivement ces marges, on peut identifier les traits saillants du rapport particulier entretenu par chaque époque avec sa propre mémoire. En ce sens alors, l’exaltation de la romanité par le fascisme provoque une contamination entre passé et présent29, tout en laissant à l’écart les problèmes d’une conservation sérieuse. Avec son obsession idéologique de l’éternité, il a essayé de supprimer la distance temporelle entre hier et aujourd’hui, en créant une ville grandiloquente, où les fouilles sont des formes urbaines, où les monuments vétustés deviennent des ornements modernes, où les ruines, réduites au rang de décor, ne sont plus que les coulisses du théâtre particulièrement prenant de la politique. La brutalité instrumentale du fascisme envers le passé, dans l’usage public de l’histoire opéré sans scrupules, est donc bien illustrée par la solution du problème des marges. Elles sont réduites à une fosse, à une façade, elles imposent une distance insurmontable entre l’objet et l’observateur. Celui-ci est condamné à ne pouvoir que regarder d’en haut, mais il ne peut voir ; il ne peut que deviner, mais ne peut comprendre ; il ne peut qu’admirer, sans avoir la possibilité de mesurer.

  • 30 E. Gentile, Il culto del littorio. La sacralizzazione della politica nell’ltalia fascista, Rome-Ba (...)
  • 31 G. Ciucci, Gli architetti eilfascismo. Architettura e città (1922-1944), Turin, Einaudi, 1989, pp. (...)
  • 32 V. Vannelli, Roma, architettura. La città tra memoria eprogetto, Rome, Kappa, pp. 111-150 ; et S. (...)
  • 33 M. Isnenghi, L’Italia in piazza. I luoghi della vita pubblica dal 1848 ai giorni nostri. Milan, Ar (...)

21Parce que la forma urbis est contrainte, par sa dimension célébrative, à se réduire à un emphatique couloir architectural décoré par l’archéologie, pour les manifestations du régime, elle a besoin, on pourrait même dire qu’elle exige un lieu de rassemblement, de recueillement où tout le mouvement de propagande se trouve résumé. La difficulté que le fascisme rencontre dans son rapport entre urbanisme et célébration se trouve seulement déplacée. Du reste elle correspond tout à fait à la tension inclus dans la masse liturgique que sollicite et organise la politique du fascisme : non plus une foule occasionnelle, mais une masse sacralisée30. Voici donc que s’offre à nous la place, en tant que lieu et unique point important dans le dispositif urbanistique du fascisme. Sur la place, la ville se concentre, s’annule en tant que système de communication, se réduit à un point de propagande. Sironi l’a dit de manière magistrale : la monumentalité fasciste est la voix du Chef, par-dessus la voix de la multitude. En attendant la piazza Impériale de l’E42 ou de l’Arengario della Nazione voisin du forum Mussolini, une fois écarté le gigantesque projet de la Casa littoria à deux pas du Colisée31, voici concrètement la piazza Venezia32. Là, depuis le palais du même nom, Mussolini parle à la nation, là, Rome semble être happée, prête ensuite à se répandre sur la place océanique radiodiffusée, dans chaque recoin du pays33 : ainsi, en faisant un écart significatif par rapport au régime libéral, le fascisme — religion de la politique -, reprend et amplifie la signification de la présence simultanée d’un peuple accouru de toutes parts pour écouter la parole du Duce. Désormais, la ville incarne l’Italie tout entière pour une célébration qui, avec cohérence et organisation, s’est muée en rite.

Notes

1 L. Calagna, Cavour, Bologne, Il Mulino, 1999.

2 R. Romanelli, Il comando impossibile. stato e società nell’Italia libérale, Bologne, Il Mulino, 1988.

3 E. Galli della Logia, L’identità italiana, Bologne, Il Mulino, 1998.

4 F. Chabod, Storia della politica estera italiana dal 1870 al 1896, Bari, Larerza, 1965 et A. Caracciolo, Roma capitale. Dal Risorgimento alla crisi dello Stato libérale, Rome, Editori Riuniti, 1999.

5 B. Tobia, « II Vittoriano », in M. Isnenghi (dir.), I luoghi della memoria. Simboli e miti dell’Italia unita, Rome-Bari, Laterza, 1996, p. 246.

6 G. Galasso, « La capitale inevitabile », in P. Piovani (dir.), Un secolo da Porta Pia, Naples, Guida, 1970, pp. 71-92.

7 V. Vidotto, « Roma : una capitale per la nazione », Mélanges de l’École française de Rome, 1997, tome 109, n°11, pp. 10-11.

8 F. Bartoccini, « Capitale e paese ; la prima « legge spéciale » per Roma nella discussione parlamentare del 1881 », in C. Corini et P. Melograni (dir.), Studi in onore di Paolo Alatri II. L’Italia contemporanea, Naples, Edizioni Scientifiche Italiane, 1991, pp. 79-95 ; A. Ciampani, « Politica nazionale e rappresentanza degli interessi : la legge per Roma del 1881 nell’istruttoria parlamentare della Caméra dei deputati », Rassegna storica del Risorgimento, ottobre-dicembre 1998, pp. 483-504.

9 I. Porciani, « Stato e nazione : l’immagine debole dell’Italia », in S. Soldani et G. Turi (dir.), Fare gli italiani. Scuola e cultura nell’ltalia contemporanea I. La nascita dello Stato nazionale, Bologne, Il Mulino, 1993, pp. 385-428.

10 U. Levra, Fare gli italiani. Memoria e celebrazione del Risorgimento, Torino, Comitato di Torino dell’Istituto per la storia del Risorgimento italiano, 1992, pp. 3-40.

11 C. Brice, « La mort du toi : les traces d’une pédagogie nationale », Mélanges de l’École française de Rome, 1997, tome 109, n°11, pp. 285-294.

12 B. Tobia, « Una forma di pedagogia nazionale tra cultura e politica : i luoghi della memoria e della rimenbranza », Il Risorgimento, 1995, n°11-2, pp. 194-207.

13 C. Brice, Monumentalité publique et politique à Rome. Le Vittoriano, Rome, École française de Rome, 1998 et B. Tobia, L’Altare della Patria, Bologne, Il Mulino, 1998.

14 B. Tobia, L’Altare della Patria, Bologne, Il Mulino, 1998, p. 68.

15 T. Rossi Kirk, « The politieization of the landscape of Roma capitale and the symbolic role of the Palazzo di Giustizia », Mélanges de l’Ecole française de Rome, 1997, tome 109, n°11, pp. 89-114.

16 L. Berggren et L. Sjöstedt, L’ombra dei grandi. Monumenti e politica monumentale a Roma (1870-1895), Rome, Artemide, 1996.

17 B. Tobia, Una patria per gli Italiani. Spazi, itinerari, monumenti nell’ltalia unita (1870-1900), Rome-Bari, Laterza, 1998, pp. 13-55.

18 B. Tobia, Una patria per gli Italiani. Spazi, itinerari, monumenti neU’ltalia unita (1870-1900), op. cit., pp. 100-142.

19 L. Francescangeli, « Il ‘Comitato générale per solennizzare il XXV anniversaire della liberazione di Roma’ ed il suo archivio », Mélanges de l’Ecole française de Rome, tome 109, n°11, pp. 185-276.

20 E. Gentile, Il culto del littorio. La sacralizzazione della politica nell’Italia fascista, Rome-Bari, Laterza, 1993.

21 G. Mosse, The Nationalization of the Masses. Political Symbolism and Mass Movements in Germany from the Napoleonica Wars through the Third Reich, New York, Howard Fertig, 1975.

22 E. Gentile, Il culto del littorio. La sacralizzazione della politica nell’Italia fascista, op. cit., pp. 146-154 et M. Cagnetta, « Il mito di Roma nel fascismo. La città riciclata », I viaggi di Erodoto, 1998, n°16, pp. 64-80.

23 M. Rinaldi, « Il volto effimero e la città nell’età dell’impero e dell’autarchia », in La capitale a Roma. Città e arredo urbano (1870-1945), Rome, Carte segrete, 1991, pp. 118-129.

24 E. Guidoni, « L’E42, città della rappresentazione. Il progetto urbanistico e le polemiche sull’architettura », in M. Calvesi, E. Guidoni, S. Lux (dir.), E42. Utopia e scénario del régime II. Urbanistica, architettura, arte e decorazione, Venise, Marsilio, 1992, pp. 17-73 ; V. Quilici, E42 Eur. Un centro per la metropoli, Rome, Olmo, 1996 ; A. Muntoni, « E 42, i concorsi », in M. Calvesi, E. Guidoni, S. Lux (dir.), E42. Utopia e scénario del régime II. Urbanistica, architettura, arte e decorazione, op. cit., pp. 83-100.

25 E. Godoli, « L’E 42 e le Esposizioni universali », in M. Calvesi, E. Guidoni, S. Lux (dit.), E42 ; Utopia e scénario del régime II. Urbanistica, architettura, arte e decorazione, op. cit., pp. 147-155.

26 E. Garin, « La civiltà italiana nell’Esposizione del 1942 », in T. Gregory et A. Tartaro (dir.), E42. Utopia e scénario del régime. I. Ideologia e programma per l’Olimpiade délia civiltà, Venise, Marsilio, 1992, pp. 3-16.

27 L. Avetta, Roma. Via Impériale. Scavi e scoperte (1937-1950) nella costruzione di via delle Terme di Caracalla e di via Cristoforo Colombo, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 1985 ; L. Barroero (et al.), Via dei Fori Imperiali. la zona archeologica di Roma : urbanistica, beni artistici e politica culturale, Rome, Banca di Roma, 1983.

28 M. Manieri Elia, Topos e progetto. Temi di archeologia urbana a Roma, Rome, Gangemi, 1998, pp. 17-47 ; et A. Ricci, « Luoghi estremi della cità. Il progetto archeologico tra ‘memoria’ et ‘uso pubblico della storia’ », Topos e progetto, 1999, n°11, pp. 97-127.

29 E. Pallottino, « I restauri della Roma anrica », Roma moderna e contemporanea, 1994, n°13, pp. 721-745.

30 E. Gentile, Il culto del littorio. La sacralizzazione della politica nell’ltalia fascista, Rome-Bari, Laterza, 1993.

31 G. Ciucci, Gli architetti eilfascismo. Architettura e città (1922-1944), Turin, Einaudi, 1989, pp. 139-146 ; et A. Muntoni, « I concorsi di architettura (1925-1940) », Roma moderna e contemporanea, 1994, n°13, pp. 653-692.

32 V. Vannelli, Roma, architettura. La città tra memoria eprogetto, Rome, Kappa, pp. 111-150 ; et S. Bertelli, « Piazza Venezia. La creazione di uno spazio rituale per un nuovo Stato-nazione », in S. Bertelli (dir.), La chioma della vittoria. Scritti sull’identità degli Italiani dall’Unità alla seconda Republica, Florence, Ponte alle Grazie, 1997, pp. 170-205.

33 M. Isnenghi, L’Italia in piazza. I luoghi della vita pubblica dal 1848 ai giorni nostri. Milan, Arnoldo Mondadori, 1994, pp. 310-327.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540