Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Capitales culturelles, capitales symboliques

 | 
Christophe Charle
, 
Daniel Roche

Première partie. Capitales symboliques

Paris et Berlin sous les armes. Fêtes militaires et festivités dans les capitales allemande et française (1871-1914)

Jakob Vogel

Texte intégral

Introduction

  • 1 Je remercie vivement T. Jacob de sa traduction de mon texte ainsi que de ses commentaires importan (...)

1Paris et Berlin étaient, à la fin du xixe siècle, les capitales de deux pays profondément différents à maints égards1. D’un côté, Paris, cœur d’un État national ancien et reposant sur une longue tradition de centralisme, de l’autre, Berlin, centre symbolique d’un Empire fédéral nouvellement fondé, et ne s’affirmant que lentement face aux capitales demeurées politiquement et culturellement influentes des autres États confédérés allemands. D’une part, le centre du pouvoir d’un État républicain qui devait avant tout chercher à enraciner progressivement dans l’espace urbain des modèles de représentation qui lui soient propres. D’autre part, l’ancienne capitale prussienne qui pouvait puiser dans des modèles et des lieux déjà éprouvés d’autoreprésentation monarchique. Enfin avec Paris et Berlin se faisaient face deux villes qui incarnaient, pour la première, le symbole de la défaite, pour la seconde, le symbole de la victoire de la guerre de 1870-1871.

2Malgré ces profondes différences, se développèrent néanmoins entre 1871 et 1914, à Paris comme à Berlin, des modèles similaires de festivités et de fêtes militaires, telles les parades annuelles des troupes, la mise en scène militaire des visites d’État et les cérémonies officielles ou semi-officielles de commémoration de la guerre. Cette évolution quasi parallèle mer à jour toute une série de critères contextuels qui revêtaient la même importance pour les deux capitales et, par delà, pour les deux pays. Dans les deux pays, l’établissement du service militaire obligatoire (ou de son renforcement dans le cas prussien) promut tout particulièrement l’armée comme symbole de la nation. Dans les deux pays, le rôle central joué par l’armée dans la mise en scène de l’État se concentrait de plus en plus dans les capitales, qui devinrent ainsi à la fin du xixe siècle le centre naturel de représentation de l’État. Ces éléments de contexte partagés agirent de telle façon, qu’à la fin du xixe siècle, Paris et Berlin présentaient beaucoup plus de similitudes qu’on ne pourrait le supposer à première vue. Cependant, des différences indéniables sont également à l’œuvre dans la culture festive militaire des deux pays et renvoient aux contextes spécifiques qui continuaient d’imprégner l’expression formelle de ces festivités.

  • 2 Pour une analyse plus détaillée, se reporter à mon livre : J. Vogel, Nationen im Gleichschritt. De (...)

3L’analyse comparée des cultures festives militaires à Paris et à Berlin présentée ici, aura pour objectif de mettre à jour les dynamiques qui promurent les deux capitales comme hauts lieux symboliques de la représentation militaire dans les deux pays2. L’étude essaiera aussi d’analyser en quoi cette culture de la représentation militaire structurait l’espace public des deux capitales. Plus précisément, elle prendra en compte trois thématiques :

  1. La constitution d’un rituel codifié de parades militaires annuelles faisant des capitales le centre symbolique de la « Nation en armes ».
  2. La représentation publique de l’Etat trouvant son expression privilégiée dans la mise en scène des visites d’État.
  3. La question de savoir en quoi les deux capitales incarnaient une culture du souvenir militaire propre à chacun des deux pays.

Les capitales d’une culture festive militaire et nationale

  • 3 Pour Paris : A. Corbin, « La fête de souveraineté », in A. Corbin, N. Gérôme, D. Tartakowsky (dir. (...)
  • 4 Sur le Second Empire, voir également : R. Sanson, « Le 15 août : La Fête nationale du Second Empir (...)

4Les fêtes militaires ne constituent naturellement, pas plus à Paris qu’à Berlin, une création de l’époque de l’après-guerre franco-allemande3. Les parades militaires et les revues appartenaient déjà au quotidien des capitales princières du xviiie siècle. Mais ce que l’on observe dans la seconde moitié du xixe siècle, c’est une ritualisation accrue de ces cérémonies militaires à travers une formalisation du rituel, une nouvelle périodisation et une focalisation géographique. Surtout, ces parades n’étaient désormais plus mises en scène pour le public restreint de la Cour ou des militaires, mais visaient de plus en plus un très large public. Si, dans la première moitié du xixe siècle, en France comme en Allemagne, les parades militaires avaient en effet lieu de façon irrégulière et sur des sites changeants4, dans les années 1870 et 1880 en revanche, elles s’institutionnalisèrent annuellement, à date fixe et sur des sites incarnant spatialement la représentation militaro-nationale. Parallèlement à ce processus, on assiste de plus à une concentration croissante des fêtes militaires dans les capitales, qui devinrent ainsi le lieu privilégié de la représentation militaire de la Nation. Jusqu’à la Première Guerre mondiale, et pour Paris bien après encore, les grandes parades militaires rythmèrent désormais la vie festive des deux capitales.

  • 5 Sur les festivités du 14 juillet en général, voir aussi : R. Sanson, Les 14 juillet. Fête et consc (...)

5À Paris, le terrain de Longchamp fut choisi bien avant 1880, l’année de l’instauration du rituel militaire annuel du 14 Juillet5 comme le site des grandes cérémonies militaires de la garnison parisienne. Et ce, pour des raisons pratiques : le Champs de Mars, lieu traditionnel d’accomplissement de ces cérémonies, n’était en effet plus en état depuis l’Exposition universelle de 1867. Ainsi, le 29 juin 1871, les troupes parisiennes défilèrent au Bois de Boulogne devant Thiers, le chef de l’État, sous les yeux des troupes allemandes occupant encore la France, car les Tuileries ainsi que d’autres lieux de la capitale portaient encore trop les traces des combats de la Commune.

  • 6 Le Temps, 15/16 juillet 1884, 15/16 juillet 1885 ; Le Gaulois, 15 juillet 1884.
  • 7 Cet élément explique, entre autres, l’immense popularité du général Boulanger auprès d’un public p (...)
  • 8 Sur l’imporrance de l’intervention de l’État dans la production d’une imagerie républicaine du 14 (...)

6Ce n’est cependant qu’avec l’avènement de la Troisième République que fut établi à partir de 1880 un rituel immuable de parade annuelle des troupes à Longchamp. Peu de temps avant sa tenue, cette parade fut cependant à nouveau déplacée en 1884 sur les Champs-Élysées par peur du choléra qui sévissait alors. La presse critiqua avec véhémence le choix d’un lieu n’offrant que des capacités restreintes de place ainsi qu’une visibilité réduite pour les spectateurs, traduisant ainsi le fait que les parades militaires devaient avant tout constituer un véritable spectacle pour le grand public6. En 1886, le général Boulanger, alors ministre de la Guerre, décida donc de transférer de nouveau la parade au Bois de Boulogne7. L’originalité de la Troisième République résida alors moins dans la création d’un nouveau type de festivités que dans leur ritualisation et dans leur mise en scène délibérément orientée vers et pour le public. Cependant, ce ne fut que grâce au recours massif, d’ailleurs souvent sollicité par l’État, d’images, d’articles de presse et de chansons propageant le mythe de la « fête populaire » de Longchamp que les fêtes parisiennes du 14 Juillet incarnèrent progressivement le symbole de la nouvelle armée républicaine et nationale8. Symbole qui, aujourd’hui encore, incarne l’image de la fête nationale telle que la véhiculent les livres d’histoire.

7Les parades impériales berlinoises renouaient en revanche avec la pratique des parades militaires régulières instituées par Guillaume Ier dans les années 1860. Elles avaient lieu deux fois par an : une petite parade des troupes de la garnison berlinoise, à la fin du mois de mai, et une plus grande parade au cours de laquelle défilaient l’ensemble des régiments des Gardes du Corps, début septembre. Ce n’est qu’à partir de 1874 que les fêtes militaires furent organisées de façon régulière deux fois par an sur le Tempelhofer Feld, au sud de Berlin. À travers l’institutionnalisation à Berlin d’une parade militaire annuelle, la capitale de la Prusse s’établit alors, après la guerre de 1870-1871, comme le centre symbolique de la nouvelle nation militaire allemande. Tout comme le terrain de Longchamp, le Tempelhofer Feld offrait aux spectateurs de très bonnes conditions pour assister au spectacle haut en couleur de la parade des troupes. Alors qu’originellement, les festivités militaires étaient organisées au bénéfice exclusif de la Cour et des militaires, le public important des fêtes militaires berlinoises s’est formé de façon quasi spontanée sur la base d’une participation en masse de la population. Ainsi, alors qu’à Paris les festivités du 14 Juillet furent délibérément et dès leur début organisées pour un public le plus large possible, en Allemagne, ce fut au contraire la très forte participation de la population berlinoise à ces parades qui transforma le caractère de ces festivités et en fit le moment privilégié d’une culture festive militaire tout à la fois populaire et nationale.

  • 9 A. Corbin, « Paris-province », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire III Les France, vol. 1, Par (...)

8L’institutionnalisation des fêtes militaires à Paris et à Berlin souligne ainsi clairement la position hautement symbolique des deux capitales à l’intérieur de leur contexte national respectif9. Elles constituaient désormais le cœur d’une topographie nationale des fêtes militaires ; fêtes militaires qui se fixaient pour objectif d’ancrer profondément l’union symbolique de la communauté tout à la fois militaire, politique et nationale dans le quotidien de la population.

  • 10 Voir aussi M. Agulhon (dir.), Cultures et folklores républicains, Paris, Édirions du C.T.H.S., 199 (...)

9Mais les structures politiques et étatiques très différentes ainsi que des traditions de fête et de culture festive propres à chaque pays expliquent que la physionomie du « paysage » militaro-national laisse apparaître de profondes différences entre la France et l’Allemagne. En France, le folklore militaire républicain est fortement ancré au niveau local10 : en effet une parade du 14 Juillet est organisée dans toutes les villes de garnison selon le modèle parisien. En Allemagne, en revanche, les fêtes militaires nationales s’articulent autour des visites d’inspection militaire que l’Empereur, en tant que chef suprême des armées entreprenait annuellement dans diverses régions de l’Empire. Dans les États confédérés non prussiens, la présence de l’Empereur aux manœuvres militaires annuelles de septembre prenait le caractère d’une visite d’État. Ainsi, à la différence de Berlin, capitale de l’Empire où avaient lieu chaque année des fêtes militaires, les autres régions allemandes n’étaient qu’assez rarement, une fois tous les sept ou neuf ans, le théâtre d’un tel spectacle militaro-national.

10Cette structuration divergente de la culture festive militaire dans les deux pays reflète une différence fondamentale dans la position de la capitale au sein de chacun des contextes nationaux. Alors que la fête du 14 Juillet s’incarnait de façon privilégiée dans la capitale française, comme lieu des cérémonies officielles de l’État républicain et des élites nationales, la présence régulière de l’Empereur allemand dans les différentes provinces allemandes avait au contraire pour but de consolider les structures fédérales de l’Empire et de relier le centre symbolique de la Nation et les différents États confédérés allemands.

11L’une des conséquences du centralisme français fut que les fêtes militaires parisiennes représentèrent une attraction particulièrement attrayante pour l’ensemble de la population française. Dès 1880, les provinciaux désireux d’assister à la revue du 14 Juillet avaient la possibilité de gagner la capitale par trains spéciaux en provenance de l’ensemble des régions françaises. A Berlin en revanche, on n’eut jamais recours à de tels moyens de transport lors des fêtes militaires. Comme ces parades berlinoises étaient organisées lors de jours ouvrables, la venue dans la ville de spectateurs issus d’autres régions de l’Empire se trouvait forcément limitée. Néanmoins, à en croire les guides de touristiques de l’époque les touristes étrangers présents dans la capitale de l’Empire allemand appréciaient tout particulièrement cette possibilité d’admirer l’Empereur et le déploiement de force de la monarchie prusso-allemande. Les différences dans la composition sociale du public des parades militaires à Paris et à Berlin mettent ainsi en évidence les fortes différences du rapport capitale/province dans les deux pays.

La représentation militaire de l’Etat

  • 11 Dès lors l’erreur de toute une tradition de l’historiographie allemande de ne parler que d’une fêt (...)

12Le retentissement particulier des fêtes militaires organisées dans les capitales n’était pas uniquement dû aux très nombreux spectateurs et à l’importance des troupes défilant lors de la parade, mais surtout à la présence de personnalités influentes du monde politique et social, proches des milieux du pouvoir et de l’État. L’analyse comparatiste des fêtes entre Paris et Berlin montre clairement que les différences manifestes entre les deux régimes politiques jouaient un rôle fondamental. Les fêtes militaires parisiennes constituaient avant tout la mise en scène d’une élite étatique républicaine. Une importance fondamentale était accordée à la mise en valeur du Parlement et des représentants civils et bourgeois de l’État. À Berlin, au contraire, les fêtes militaires constituaient une autoreprésentation de la monarchie. La dynastie des Hohenzollern et la Cour formaient le cœur symbolique des parades impériales, tandis que le Reichstag et les autres institutions civiles étaient exclus de l’espace de représentation militaire11. Si on laisse cependant de côté les dimensions politiques opposées, apparaissent alors toute une série de similitudes étonnantes, qui plongent leurs racines dans les origines communes de la représentation militaro-étatique ainsi que dans des emprunts respectifs, particulièrement forts dans ce domaine. Ainsi l’État républicain et bourgeois français n’avait, par exemple, pas renoncé à un décorum militaire, qui trouvait notamment sa traduction dans l’escorte militaire des plus hauts dignitaires de la République à Longchamp. Le terme même de « Garde Républicaine » renvoie à la continuité relative d’anciennes formes de représentation monarchique dans le contexte d’une France pourtant républicaine.

  • 12 De plus, le rituel établi à l’occasion de la visite des différents souverains européens à Paris lo (...)
  • 13 Voir par exemple les manuels de cérémoniel de la monarchie prussienne : R. Graf Stillfried-Alcanrr (...)

13La très forte présence militaire déployée lors des visites d’État organisées dans les deux capitales met encore mieux en lumière les similitudes existant dans la mise en scène militaire des États français et allemand. Il est nécessaire d’insister sur le fait que c’est seulement dans la seconde moitié du xixe siècle que se met en place le modèle de la visite d’État, tel qu’il subsiste aujourd’hui encore dans ses grandes lignes12. À la différence du xviiie siècle, les visites d’État de la fin du xixe siècle ne s’adressaient désormais plus à la seule personne du Monarque, mais à la Nation tout entière. La visite symbolique de la capitale, et non plus la seule visite de la résidence du chef de l’État, devint de plus en plus une composante incontournable du programme officiel13.

14Du fait du long isolement diplomatique de la Troisième République, les possibilités de développement d’une véritable pompe étatique ne trouvaient, en comparaison avec d’autres pays européens, que plus rarement des occasions de s’exprimer à Paris. Pour cette raison, l’État républicain attachait une importance toute particulière à doter de tels événements d’un brillant décorum. Déjà, sous la présidence de Mac Mahon, la visite du Shah d’Iran à Paris en 1873 fut célébrée à grand renfort de pompe militaire et par une parade des troupes. Ce déploiement de décorum militaire fut bien plus important encore en 1896, à l’occasion de la première visite officielle du Tsar dans la capitale française. Pour donner à cette visite un apparat encore plus brillant, quatre bataillons de Tirailleurs Algériens, de Zouaves et de Chasseurs d’Afrique furent acheminés d’Alger à Paris tout exprès pour l’occasion. Le nombre de soldats participant à la parade solennelle en l’honneur du Tsar était tellement important qu’elle n’eut exceptionnellement pas lieu à Longchamp mais à Châlons.

15Mais, à côté des grandes parades militaires, passage obligé de visites de cet ordre, ce fut surtout la mise en scène militaire des festivités de l’entrée du Tsar dans Paris qui retint tout particulièrement l’attention du gouvernement français. De longues rangées de soldats paraient l’itinéraire qui partait de la Gare de Ranelagh, passait par l’Arc de Triomphe, se poursuivait par la descente des Champs-Élysées pour aboutir enfin à la Place de la Concorde. Les soldats saluaient le passage du Tsar, le long d’un itinéraire qui marquait symboliquement déjà depuis le début du xixe siècle l’entrée solennelle dans l’espace public parisien. Ainsi, comme dans les « Entrées » du Monarque sous l’Ancien Régime, les uniformes militaires, drapeaux et musique constituaient un élément fondamental du décor mettant en scène l’entrée festive du chef d’État étranger dans la capitale française.

  • 14 D. E. Barclay, Anarchie und guter Wille. Friedrich Wilhelm IV. und die preufische Monarchie, Berli (...)

16La mise en scène des visites d’État à Paris ne se distinguait ainsi pas fondamentalement des festivités organisées de plus en plus pompeusement dans le Berlin impérial de la fin du xixe siècle à l’occasion des visites princières14. Dans la capitale de l’Empire allemand, les troupes déployées en rang le long de l’itinéraire parcouru par les chefs d’État faisaient, comme à Paris, tout autant partie intégrante du répertoire classique des entrées festives dans la ville. L’avenue Unter den Linden représentait la même « via triumphalis » que les Champs-Élysées et le franchissement de la Porte de Brandebourg marquait également symboliquement l’entrée du visiteur étranger dans l’espace de la capitale. Les uniformes très bigarrés des régiments prussiens de la Garde conféraient aux visites d’Etat à Berlin toutefois un aspect plus coloré, plus « monarchique », à la différence des haies de soldats parisiennes où dominaient le bleu et le rouge. Mais la seule vraie différence du cérémoniel berlinois résidait dans l’accueil officiel que le Maire de la Ville de Berlin offrait aux visiteurs à la Porte de Brandebourg – symbole du poids important que les autorités municipales conservaient dans le contexte de l’Allemagne impériale.

  • 15 Kaiser Wilhelm II., Aus meinem Leben. 1859-1888, Berlin, Koehler, 1927, p. 262.

17Ainsi que le suggère la description de Guillaume II de sa visite d’État à Londres, la compétition internationale entre les différents pays conduisait à la fin du xixe siècle à donner un caractère de plus en plus magnificent à ces visites d’État15 Ainsi, comme le nombre de régiments stationnés à Berlin avait été jugé insuffisant pour pourvoir à l’éclat nécessaire aux visites d’État, l’Empereur décida de pallier ce déficit en augmentant le nombre de régiments de la Garde déjà stationnés dans la capitale. Ainsi, dans les capitales française et allemande, plus que l’architecture éphémère (un autre moyen utilisé habituellement pour mettre en scène des relies cérémonies) ce fur donc en premier lieu un plus grand déploiement de décorum militaire qui fut sollicité pour se mettre au diapason des autres pays européens.

Capitales de la mémoire ?

  • 16 F. Roth, La guerre de 1870, Paris, Fayard, 1990, pp. 607-726 ; A. Maas, « Der Kult der toten Krieg (...)

18L’issue opposée pour l’Allemagne et la France de la guerre de 1870-1871 ne resta naturellement pas sans conséquence sur les modalités de la culture festive militaire dans les deux capitales. Leur position privilégiée de centre symbolique de l’État et de la Nation fit que la politique officielle de commémoration s’y illustra beaucoup plus que dans les autres parties du pays. Dans les régions françaises touchées par la guerre franco-allemande, se mirent en place, souvent dès 1871, des cérémonies commémoratives des combats locaux16. À Paris en revanche, et ce dans une grande mesure à cause du souvenir ambigu des événements de la Commune, la commémoration officielle de la guerre fut pendant très longtemps inexistante. La célèbre parole de Gambetta : « Pensons-y toujours, n’en parlons jamais », servait de ligne de conduite. La situation était en revanche tout autre à Berlin. Le souvenir du passé glorieux des « guerres de l’unification nationale » constituait le point de référence de la culture festive militaire dans les premières décennies de l’Empire. Depuis l’institution par l’Empereur Guillaume Ier des parades d’automne organisées annuellement à Berlin le 2 septembre (jour de la bataille de Sedan), la capitale prusso-allemande détenait ainsi à l’intérieur du pays un statut de centre officiel er national de mémoire de la guerre contre la France.

  • 17 En dehors des études mentionnées ci-dessus, voir pour l’Allemagne également : F. Schellack, Nation (...)

19L’image d’une culture festive militaire antagoniste dans les deux capitales, découlant de l’issue contraire de la guerre franco-allemande, se modifia cependant au tournant du siècle. L’historisation grandissante des événements de cette guerre atténua en effet l’importance que l’État portait à sa commémoration. Elle tendit également à rapprocher considérablement la culture du souvenir à l’œuvre dans les capitales, de celle pratiquée dans l’ensemble du pays17. Les représentants de cette culture du souvenir étaient désormais les vétérans de guerre qui, de plus en plus, assumaient seuls l’organisation des cérémonies publiques de souvenir à Paris et à Berlin.

  • 18 Ces associations de vétérans de la guerre de 1870-71 sont absentes de l’étude magistrale d’A. Pros (...)

20Ainsi se mirent en place à Paris toute une série de fêtes commémoratives organisées par les associations de vétérans18, qui, sans détenir le statut de manifestations étatiques officielles, furent cependant encouragées par les institutions républicaines. L’une des commémorations les plus importantes organisées par les associations de vétérans était, depuis 1905, la marche annuelle de la Société de Vétérans (société proche du Gouvernement) jusqu’au Monument de La Défense situé aux portes de la ville. Mais si lors de cette fête, le gouverneur militaire de Paris présidait la parade des anciens soldats, un rituel de fêtes étatiques commémoratives ne vit pour autant jamais véritablement le jour à Paris.

21À Berlin, les modalités de commémoration de la guerre se modifièrent tout autant. Avec l’avènement de Guillaume II en 1888, la date anniversaire de la Bataille de Sedan cessa d’être célébrée par une parade militaire annuelle. Si dans un premiers temps, la Ville de Berlin continua à se charger de l’organisation des festivités du 2 septembre, après 1895, année du 25e anniversaire de la guerre franco-allemande, ce furent désormais les seuls vétérans de guerre qui assumèrent la commémoration publique de cette guerre à Berlin.

22L’éloignement temporel de la guerre eut ainsi pour conséquence que les deux capitales présentèrent de plus en plus des formes similaires de culture festive militaire, sans pour autant que s’efface complètement ses différences originelles.

Conclusion

  • 19 C’est l’interprétation classique de l’historiographie allemande depuis la chute de la monarchie, v (...)
  • 20 Cette idée transparaît dans l’article de Ch. Rearick, « Festivals in Modem France: The Expérience (...)

23D’un point de vue berlinois, l’Empire wilhelminien peut facilement apparaître comme une époque de représentation exacerbée de l’Etat militaire prusso-allemand, représentation que Guillaume II, admirateur invétéré du cérémoniel militaire, aurait portée à son paroxysme19. Cette image s’avère cependant tout aussi réductrice que l’image d’une Troisième République tout entière tournée vers la fête et qui aurait créé avec la parade annuelle de Longchamp une fête populaire, républicaine et nationale originale20. En réalité, la comparaison des modalités de la culture festive militaire entre les deux capitales met au jour l’importance fondamentale du contexte international et de son évolution ainsi que celle de la compétition réciproque entre les différentes capitales européennes. En effet, à la fin du xixe siècle, chaque capitale européenne cherchait, à travers la représentation de la splendeur des troupes, à renforcer sa position de centre de gravité symbolique d’une « nation en armes ». Longchamp tout comme le Tempelhofer Feld devinrent ainsi, en France et en Allemagne, synonymes d’une affirmation rituelle annuelle de cette communauté militaro-nationale. Dans le même temps, le spectacle de masse des soldats défilant dans leurs uniformes colorés offrait une toile de fond privilégiée à la mise en scène théâtrale de l’État dans l’espace public des deux capitales.

  • 21 Seule une brève cérémonie militaire, sans participation de public, subsiste dans le rituel d’accue (...)

24Au-delà des antagonismes politiques, les similitudes relativement fortes qui s’étaient développées dans les cultures festives parisienne et berlinoise du début du xxe siècle, furent ruinées par les conséquences des deux guerres mondiales. À Paris, et ce jusqu’à aujourd’hui encore, la fête militaire du 14 Juillet continue d’avoir lieu sur les Champs-Élysées sous la forme ritualisée d’une parade de la victoire. En Allemagne, au contraire, la chute de la Monarchie en 1918 ainsi que l’utilisation intempérante par le régime national-socialiste des défilés et parades publiques conduisit après 1945, du moins en République fédérale, à un rejet des formes classiques de la représentation militaire. À leur place s’établit un cérémoniel fait de stricte retenue et d’austérité formelle qui, jusqu’à aujourd’hui encore, distingue l’Allemagne de la plupart des autres pays dans les formes de la mise en scène de la représentation d’État21. La reprise pure et simple dans le Berlin actuel de ces traditions européennes de la représentation militaro-monarchique apparaît comme très peu plausible. Le souvenir des marches et parades organisées à Berlin d’abord par le régime impérial, puis par le régime national-socialiste et enfin par le gouvernement de la RDA est encore bien trop présent dans les esprits. Dans ce contexte, la question de savoir quelles formes alternatives de représentation de l’État et de la Nation seront retenues dans les années à venir dans la nouvelle capitale de l’Allemagne réunifiée apparaît tout particulièrement captivante.

Notes

1 Je remercie vivement T. Jacob de sa traduction de mon texte ainsi que de ses commentaires importants qui m’ont aidé à façonner mes propos en Français.

2 Pour une analyse plus détaillée, se reporter à mon livre : J. Vogel, Nationen im Gleichschritt. Der Kult der ,Nation in Waffen‘ in Deutschland und Frankreich 1871-1914, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1997.

3 Pour Paris : A. Corbin, « La fête de souveraineté », in A. Corbin, N. Gérôme, D. Tartakowsky (dir.), Les usages politiques des fêtes aux xixe-xxe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, pp. 25-38, 33.

4 Sur le Second Empire, voir également : R. Sanson, « Le 15 août : La Fête nationale du Second Empire », in A. Corbin et ai, Les usages politiques des fêtes, op. cit., pp. 117-136, 128, 129.

5 Sur les festivités du 14 juillet en général, voir aussi : R. Sanson, Les 14 juillet. Fête et conscience nationale 1789-1975, Paris, Flammarion, 1976 ; J.-P. Bois, Histoire des 14 juillet. 1789-1919, Rennes, Éditions Ouest-France, 1991.

6 Le Temps, 15/16 juillet 1884, 15/16 juillet 1885 ; Le Gaulois, 15 juillet 1884.

7 Cet élément explique, entre autres, l’immense popularité du général Boulanger auprès d’un public proche de l’armée et par delà l’incident fameux du défilé du 14 Juillet de 1886. Cet événement ne prit cependant toute sa dimension politique que quelque temps après dans le contexte de la propagande développée autour des nouvelles aspirations politiques du général. Plus détaillé sur cette affaire : Vogel, op. cit., pp. 231-237.

8 Sur l’imporrance de l’intervention de l’État dans la production d’une imagerie républicaine du 14 juillet, voir M.-L. Plessen (dir.), Marianne und Germania. zwei Welten - Eine Revue, Berlin, Argon, 1996.

9 A. Corbin, « Paris-province », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire III Les France, vol. 1, Paris, Gallimard, 1992, pp. 777-823 ; O. Janz, P. Schiera, H. Siegrist (dir.), Zentralismus und Föderalismus im 19.-20. Jahrhundert. Deutschland und Italien im Vergleich, Berlin, Duncker & Humblot, 2000 [ital.: Centralismo et federalismo tra Otto e Nove cento. Italia e Germania a confronto, Bologne, il Mulino, 1997].

10 Voir aussi M. Agulhon (dir.), Cultures et folklores républicains, Paris, Édirions du C.T.H.S., 1995.

11 Dès lors l’erreur de toute une tradition de l’historiographie allemande de ne parler que d’une fête militaro-monarchique et de nier son caractère populaire. Voir G. L. Mosse, Die Nationalisierung der Massen. Politische Symbolik und Massenbewegungen von den Befreiungskiegen bis hin zum Dritten Reich, 2e éd., Francfort/M., Campus, 1993, p. 114 ; F. Schellack, Nationalfeiertage in Deutschland von 1871 bis 1945, Francfort/M., Lang, 1990.

12 De plus, le rituel établi à l’occasion de la visite des différents souverains européens à Paris lors de l’Exposition universelle de 1867 représenta une innovation importante et constitua dans ce long processus d’établissement du cérémoniel des visites d’Etat un point de référence (voir l’étude en cours sur les visites d’Etat du xixe siècle menée actuellement par Johannes Paulmann à Munich).

13 Voir par exemple les manuels de cérémoniel de la monarchie prussienne : R. Graf Stillfried-Alcanrra, Ceremonial-Buch fur den Königlich Preufischen Hof Berlin, 1877.

14 D. E. Barclay, Anarchie und guter Wille. Friedrich Wilhelm IV. und die preufische Monarchie, Berlin, Siedler, 1995, p. 92.

15 Kaiser Wilhelm II., Aus meinem Leben. 1859-1888, Berlin, Koehler, 1927, p. 262.

16 F. Roth, La guerre de 1870, Paris, Fayard, 1990, pp. 607-726 ; A. Maas, « Der Kult der toten Krieger. Frankreich und Deutschland nach 1870/71 », in E. François, H. Siegrist, J. Vogel (dir.), Nation und Emotion. Deutschland und Frankreich im Vergleich. 19. und 20. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprechr, 1995, pp. 215-231.

17 En dehors des études mentionnées ci-dessus, voir pour l’Allemagne également : F. Schellack, Nationalfeiertage in Deutschland von 1871 bis 1945, Francfort/M., Lang, 1990. U. Schneider, Politische Festkultur im 19. Jahrhundert. Die Rheinprovinz von der französischen Zeit bis zum Ende des Ersten Weltkrieges (1806-1918), Essen, Klartext, 1995, pp. 238-263 ; A. Confino, The Nation as a Local Metaphor. Wurttemberg, Impérial Germany, and National Memory. 1871-1918, Chapel Hill, Univ. of North Carolina Press, 1997.

18 Ces associations de vétérans de la guerre de 1870-71 sont absentes de l’étude magistrale d’A. Prost, Les Anciens Combattants et la société française 1914-1939, Paris, Presses de la F.N.S.P., 1977.

19 C’est l’interprétation classique de l’historiographie allemande depuis la chute de la monarchie, voir déjà W. Rathenau, Der Kaiser. Eine Betrachtung, Berlin, Fischer, 1919.

20 Cette idée transparaît dans l’article de Ch. Rearick, « Festivals in Modem France: The Expérience of the Third Républic », Journal of Contemporary History 12, 1977, pp. 435-460.

21 Seule une brève cérémonie militaire, sans participation de public, subsiste dans le rituel d’accueil des chefs d’État étrangers.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540