Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Capitales culturelles, capitales symboliques

 | 
Christophe Charle
, 
Daniel Roche

Première partie. Capitales symboliques

Fêtes et célébrations dans les trois capitales italiennes

Ilaria Porciani

Texte intégral

Non pas une, mais trois capitales

  • 1 Voir A. Caracciolo, « Le tre capitali d’Italia : Torino, Firenze, Roma », in Le città capitali, éd (...)

1Le cas italien met en place une situation singulière par rapport au problème de la capitale. D’abord, comme dans tout cas d’État-nation de formation récente qui se constitue par l’unification d’une pluralité d’États régionaux dont quelques-uns bien enracinés dans la tradition historique, on est en présence d’une ville qui, capitale de l’un de ces États régionaux, assume bien d’autres fonctions par une nouvelle représentation politique et administrative, et, en même temps, efface les compétences et les attributions des autres capitales anciennes. La spécificité italienne par rapport à d’autres capitales européennes consolidées par une longue tradition d’État national ne s’arrête pourtant pas là, puisque les premières années de l’État unitaire sont caractérisées non pas par une, mais par trois capitales1.

2Turin, la première capitale italienne, était aussi l’ancienne capitale du Royaume de Sardaigne, qui fut, comme on le sait, le point de départ du processus de l’unification sous la direction des Piémontais. Florence devint capitale en 1865, certainement sans le vouloir, à la suite de la ‘convenzione di settembre’ (signée à Paris le 15 septembre 1864), c’est-à-dire à la suite des accords diplomatiques pour négocier le retrait des troupes françaises de Rome. Rome enfin, ville au fort poids symbolique, avait été définie comme la vraie capitale d’Italie par Cavour au Parlement dès mars 1861 mais ne devint capitale qu’en janvier 1871.

3Cette contribution – qui s’occupe de la période comprise entre 1861 et 1914 mais avec quelques retours en arrière, notamment sur la décennie antérieure à 1861 – se concentre sur l’espace politique, symbolique et social des trois villes pour mettre en évidence les ressemblances et les différences dans la représentation de la ville capitale en tant que telle.

4Il faut d’abord souligner que l’expression « les trois capitales » est un syntagme précis très utilisé à partir des années 1880, mais également auparavant. Il occupe une place spécifique dans le discours sur l’Italie après l’unification. Dans le mouvement de redéfinition et presque de construction des identités locales qui se développe parallèlement au procès de construction (d’invention) de l’identité nationale, parmi celles qu’on appelle les cent villes (« le cento città »), les trois capitales jouent un rôle de premier plan. Umberto Levra l’a très bien démontré dans son travail Fare gli italiani quand il a montré la forte résistance de la ville de Turin à l’abandon de son statut de capitale. Continuer donc à l’appeler ‘la première capitale’, ce qu’on peut remarquer, même aujourd’hui, dans le panneau d’accès à une ville qui a été ensuite caractérisée dans l’histoire italienne plutôt comme une ville industrielle et le siège de Fiat, constitue en effet une sorte de compensation à laquelle Turin ne renonce pas sur le plan symbolique.

5La toponymie est très claire à ce sujet, et garantit à Turin une place remarquable dans le nouveau classement des villes par rapport à la nation dans le nom des rues et des places à Rome et dans d’autres villes : c’est pourquoi on remarque tant de Via et Piazza Torino dans presque toutes les villes italiennes.

6Pour Florence, capitale rétive, l’enjeu est différent. Elle reste à l’arrière-plan, tout de suite après Turin, et jouit d’un rôle assez important mais tout de même secondaire dans le classement de la nouvelle dénomination patriotique. Elle est très présente dans le nom des rues, et aussi dans les noms des ‘bagni di mare’ tout comme dans les magasins (« la città di Firenze »). Elle risque pourtant d’être assez tôt oubliée dans son rôle de capitale après la grande occasion des célébrations du cinquantenaire, en 1911. Bientôt elle bâtira son identité sur l’enjeu bien plus fort de l’identité toscane qui devient visible entre le xixe et le xxe siècles et surtout à la fin du xixe siècle : elle sera davantage la ‘capitale de la Renaissance’.

  • 2 Elle n’arrivera à en écrire que deux : La ville forte, La città forte, dédié à Turin, et La città (...)

7C’est autour de cette date que De Amicis dédie encore aux « Trois capitales » un livre bien connu et qu’une des premières historiennes italiennes, Dora Melegari, envisage le projet, qu’elle n’arrivera malheureusement pas à terminer, de trois « romans parlementaires » à forte connotation féminine, qui auraient dû s’appeler encore une fois ‘les trois capitales’2.

8À l’occasion du cinquantenaire, l’iconographie n’est pas en reste. Avec leurs armes, leurs monuments, et même leurs caricatures (Turin, un corps avec la tête d’un taureau ; Florence, une femme avec des lys dans les mains ; Rome avec le casque romain) les trois capitales dominent les autres villes. Pourtant, même à cette occasion on remarque une ‘infériorité’ florentine. Ce sont en effet Turin et Rome les vrais protagonistes du discours et même des caricatures sur les capitales italiennes. Ce n’est donc pas par hasard que, dans une série de cartes postales du cinquantenaire, il ne s’agit plus des trois capitales mais d’une triade allégorique différente. Au centre, l’allégorie féminine de l’Italie (qui occupe la place centrale et met en évidence la croix de Savoie pour qu’on ne se trompe pas sur le rôle de la monarchie). À côté d’elle, les deux allégories féminines de Turin et de Rome, doublées par la spécification des armes (le taureau et le bouclier avec SPQR) et celle des monuments : le château et le capitole. En 1911, ce sera surtout Turin qui rivalisera avec Rome comme siège d’un concours gymnique des enfants des écoles et surtout comme siège d’une des expositions nationales.

  • 3 Cité dans D. Maldini, « Piazze e folle dalla Restaurazione allo Statuto », in Valerio Stronovo (éd (...)

9Turin, Florence et Rome sont des villes très différentes tant sur le plan de la topographie que sur le plan de la tradition, ce qui n’est pas sans importance par rapport à la fête qui évidemment met en scène le pouvoir dans des espaces urbains qui sont aussi des espaces sociaux et bâtit des parcours qui se modèlent sur les parcours établis du sacré. On pourrait aussi objecter qu’il ne s’agit pas seulement de trois capitales mais aussi de trois villes très différentes, qu’à Turin, comme la marquise D’Azeglio l’écrivait à son fils, les gens ont un caractère froid et ne sont pas du tout prêts à l’enthousiasme3. D’ailleurs, un scepticisme similaire se remarque même à Florence, comme les voyageurs étrangers le mettent en évidence. À Rome au contraire, il y a une tradition de grandes cérémonies religieuses, avec beaucoup de processions et une large participation populaire. Ce sont des éléments qui ont une certaine importance dans ce qu’on appelait ‘l’esprit public’ et il faudrait en tenir compte davantage, même s’il faut se méfier du piège du ‘pittoresque’.

10Une considération s’impose : ces trois villes deviennent et restent capitales à des époques différentes : on ne peut pas comparer Turin, capitale en 1861, et Rome, capitale en 1911, sans tenir compte de la forte diachronie qui explique certains phénomènes.

11Certains de ces éléments seront mis en évidence. Au contraire, je glisserai sur beaucoup d’éléments distinctifs et même centraux des rituels publics pour me concentrer sur la combinaison de ces éléments : d’un côté la fête publique, de l’autre la capitale ou plutôt les capitales dans leur signification symbolique. Les questions auxquelles je voudrais répondre sont les suivantes : dans quelle mesure la fête se caractérise-t-elle de manière différente dans la capitale ? Dans quelle mesure la capitale se rend-elle visible en tant que telle et met-elle en valeur son rôle par rapport à la fête ? À l’autre extrême, que se passe-t-il quand une capitale perd son rôle ? Est-ce que ce fait se reflète sur le plan des rituels ? Est-ce que la fête nationale est l’une des possibilités pour une ex-capitale de maintenir son identité et de garder la mémoire de son rôle dans le passé ?

12Pour répondre à ces questions dans une géographie multiple, j’ai été obligée de me limiter aux rituels de la fête nationale, qu’il convient donc de définir préalablement.

La fête du statut : préhistoire et histoire jusqu’à 1861

  • 4 Cf. I. Porciani, « L’effimero di Stato », in Angelo Varni (ed.), I « Giacobini » nelle legazioni. (...)

13Exemple classique de la continuité institutionnelle, comme le numéro dans l’appellation du roi et la numération des législatures, que l’on n’eut pas la nécessité de changer en passant du Royaume de Sardaigne au Royaume d’Italie, la fête du Statut a été en effet créée en 1851. Tandis que tous les autres États pré-unitaires expérimentaient une restauration autoritaire, pour laquelle on aurait bien envie d’adopter la définition de ‘Neuabsolutismus’ utilisée par l’historiographie autrichienne, après la faillite de 1848, parmi les États italiens, le Royaume de Sardaigne fut notamment le seul qui garda les institutions constitutionnelles, à partir justement de la Charte octroyée par Charles-Albert. C’est à cette charte que la nouvelle fête nationale instituée en 1851 était dédiée. C’est donc à ce moment-là qu’il faut remonter. Dès son invention, la fête nationale représente une innovation. En premier lieu, on ne célèbre plus la monarchie seule mais – par la monarchie – la nation. Par ailleurs, elle se distingue des autres manifestations typiques de l’ancien régime dans la mesure où elle reprend le programme de la fête nationale qui avait pris forme dans l’Italie jacobine et napoléonienne à l’exemple de ce qui avait été réalisé en France après la Révolution de 17894. C’est dans l’Italie jacobine et napoléonienne que s’était imposée l’idée d’une fête nationale construite sur trois moments-clé : la parade militaire le matin, le Te Deum, la fête scolaire en fin de matinée ou dans l’après-midi et enfin les feux d’artifices et la musique dans la soirée.

14Une forte accentuation du côté institutionnel constitue certainement le trait distinctif des fêtes nationales. En lisant les comptes rendus des débats parlementaires de 1851 et la préoccupation pour la discipline sociale qui apparaît évidente, on ne peut s’empêcher de rappeler les grandes manifestations de rue pour demander la Constitution qui, même en Piémont, avaient constitué un moyen de pression sur le roi hésitant jusqu’à la dernière minute à octroyer une constitution. Ces fêtes s’étaient inscrites dans le pittoresque et la multiplicité inventive des manifestations de joie et des mobilisations politiques du ’long quarante-huit des Italiens’, souvent proches d’une explosion dangereuse et incontrôlée. Toute la population y avait participé : une population non pas distinguée par ses ‘états’, et ses groupes sociaux, mais une population, comme le dit l’un des députés qui prit part à la discussion parlementaire consacrée à la fête, sans distinction de hiérarchie, de prestige, par rapport à la place dans la société ou à l’argent, où tout le monde était mêlé et uni. Dans toutes ces démonstrations, il y avait eu – comme quelqu’un le dit clairement – une vraie folie. La nouvelle fête, établie par la loi en 1851, avait eu la signification et le but d’en finir avec la chaîne de fêtes plus ou moins populaires, certainement caractérisées par une certaine spontanéité et ambiguïté qui pouvait entraîner le risque d’échapper à tout contrôle. La fête du Statut avait donc représenté la tentative d’octroyer au peuple un événement surtout ‘tempéré’ et fortement centré sur la monarchie, tout comme c’était le roi qui avait octroyé la constitution, une charte caractérisée de plus par l’ambiguïté et son très ancien nom de ‘Statut’. Il ne s’agissait pas d’une occasion pour boire et danser : en effet toute boisson alcoolique était implicitement défendue. Il ne s’agissait pas non plus de banquets, sinon dans une proportion extrêmement réduite. Il s’agissait plutôt d’un rituel bien conçu pour représenter en même temps le nouvel État constitutionnel, la monarchie, qui est au centre, et enfin les hiérarchies socio-politiques. La journée commençait avec un Te Deum, défilé militaire particulièrement important dans la capitale puisque c’était le roi qui passait en revue les troupes. Dans la cathédrale, dans une unité parfaite de temps et de lieu, toutes les hiérarchies pouvaient se manifester, chacune à la place qui lui était propre. C’était surtout dans la capitale que le monarque et sa famille, les plus hautes personnalités des institutions civiles et militaires pouvaient se rendre visibles, en sacralisant la nation et leur propre position par rapport au sacre de la religion.

  • 5 A. Caracciolo, Le tre capitali, art. cit, p. 196.

15En 1851, l’établissement de la fête comme fête nationale, très évidemment réglée, avaient représenté en effet une vraie coupure : il ne s’agissait plus d’une fête de la communauté qui se célèbre elle-même, mais d’une représentation des institutions et du pouvoir. Au centre de la fête était, d’un côté, la discipline militaire et, de l’autre, la discipline scolaire, qui étaient, comme on vient de le dire, constitutifs du modèle même de fête nationale mais aussi, il faut bien le souligner, des traits distinctifs de la tradition piémontaise, dans laquelle l’armée et le système éducatif avaient, depuis la fin du xviiie siècle, joué un rôle décisif. De plus, ce sont justement ces deux éléments qui gagnèrent en importance dans cette décennie cruciale entre 1851 et 1861, que l’historiographie italienne appelle la ‘décennie de préparation’. C’est dans cette période que la ville s’équipe en tant que capitale politique et administrative : comme Alberto Caracciolo l’a écrit, « Torino si ‘attrezzava’ da grande città e da città capitale [...] Corte, Camere, Governo, ‘aziende’ vi si erano installati e vi erano cresciuti di pari passo con l’addensarsi di opifici, di capitali, di infrastrutture dedicate a un’economia in trasformazione. »5

Turin ou la continuité

16La fête nationale du Royaume d’Italie n’est pas différente de celle du Royaume de Sardaigne après 1851 : face à la difficulté pour choisir un événement dans lequel la mémoire nationale pouvait se reconnaître de façon consensuelle, sans rouvrir une discussion sur la participation et les mérites des démocrates dans le processus d’unification nationale, le 5 mai 1861, le Parlement choisit en effet de garder comme fête nationale du nouveau Royaume celle qui était déjà la fête du Royaume de Sardaigne.

17S’il est vrai que l’Italie unifiée conservera cette fête, en 1861, Turin, ancienne et nouvelle capitale, est le lieu où se déploie une grande continuité, notamment dans une fête qui est, en soi, un élément de continuité entre le Royaume de Sardaigne et le nouvel État tout comme dans les institutions et dans le numéro du titre du Roi (qui reste Victor-Emmanuel II et non pas Victor-Emmanuel Premier comme Roi d’Italie).

  • 6 Cf.W. Barberis, Le armi del principe, Turin, Einaudi, 1988.

18À Turin, la parade du premier dimanche de juin (pour éviter que les gens perdent un jour de travail, la fête nationale se tient le dimanche, est une fête mobile et n’a pas de date fixe) ne représente donc pas une nouveauté. Il s’agit d’une parade militaire dans le style de la capitale du Piémont, de la ville des ‘armes du prince’ pour citer le titre d’une œuvre de Walter Barberis6 : le rôle de l’armée étant central dans les rituels comme dans la société piémontaise. La fête scolaire ne fait d’ailleurs que mettre en évidence l’un des points forts du programme des modérés piémontais. L’école avait en effet joui d’une attention remarquable dans la politique du gouvernement constitutionnel entre 1848 et l’Unification.

19Les espaces et le temps de la nouvelle fête du pouvoir ne sont donc pas différents de ce qu’ils étaient dans les années précédentes.

  • 7 Cf. I. Porciani, La festa della nazione, op. cit., pp. 180-181.

20À Turin, où la fête se situe dans une continuité remarquable, l’absence de l’Église représente la seule rupture profonde. La fête du Statut du Piémont pré-unitaire était, en effet, centrée sur le Te Deum, la grande cérémonie solennelle dans la cathédrale. Prévus par la loi de 1851, la Messe et le Te Deum ne le seront plus après 1861 : les tensions entre l’Église et l’État empêchaient désormais le déroulement d’un rituel catholique que le Pape ne permettait plus. Ce sera bientôt la parade militaire qui englobera la messe : il ne s’agira donc plus d’une grande messe officielle dans la cathédrale, lieu fermé où toutes les hiérarchies pouvaient prendre place et se reconnaître, mais d’une messe de camp, célébrée par le chapelain de l’armée, tenue à ciel ouvert sur le terrain de la parade : ce sera, quelques années plus tard, la solution adoptée à Florence. Pourtant, en 1861-62 c’est surtout dans la capitale – Turin – qu’on essaye de célébrer le Te Deum même en l’absence de l’évêque : on pourra le faire grâce au clergé libéral qui n’a pas encore été tout à fait écrasé par Rome7.

  • 8 C. Correnti [1854], Confidenze postume, Scritti scelti, édiré par Tulio Massarani, Rome, Frozani, (...)

21Au milieu de la ‘décennie de préparation’ Cesare Correnti avait remarqué : « Au Piémont, la tradition a des racines profondes. Dans les solennités de l’État on voit encore les toges en velours écarlate, et les crosses dorées, les galons et les traînes des parlementaires français que Emmanuel Philibert a nommé sénats, et qui maintenant, dans le langage constitutionnel, sont devenus les cours d’appel et de révision. Parfois on voit dans la ville du miracle des hommes du xvie et du xviie siècle avec une pompe sérieuse et béate. »8

  • 9 Il faudrait développer ce point dans une perspecrive comparative, en considérant par exemple Londr (...)

22C’est précisément dans la capitale, et seulement là, que les galons, les toges et les carrosses tirés par un train de six chevaux ne seront pas oubliés de si tôt. Au risque de sembler anachronique et de confirmer la thèse de Arno Mayer sur la longue durée de l’Ancien Régime, il faut malgré tout se rappeler que quelques années plus tard dans la Rome capitale, non pas à l’occasion de la fête nationale mais lors de l’ouverture solennelle de la législature, le roi intervient encore lors de la séance des Chambres réunies de la façon la plus somptueuse, solennelle et royale possible, comme s’il voulait insister sur ses prérogatives statutaires contre le Parlement lui-même9.

23On ne saurait cependant surestimer ces legs du passé.

24Si l’on constate une « étrange continuité » entre la fête nationale des années 1850 et celle des premières années après l’Unification, cinq ans après, en revanche, on assiste à une rupture très nette lorsque la capitale est déplacée à Florence, un choix qui provoque des désordres violents, une centaine de blessés et même des dizaines de morts. Le rapport entre la ville et la dynastie était tellement fort que le risque de perdre le rôle de capitale — surtout si la nouvelle capitale devait être Florence – n’était pas supportable. À partir de ce moment-là, Tutin devient une ancienne capitale, mais les classes dirigeantes locales et même le ‘peuple’ – avec toute l’ambiguïté que ce terme contient – n’oublient pas le statut de capitale et le rapport privilégié avec la Maison de Savoie, comme on le verra à l’occasion des funérailles de Victor-Emmanuel II en 1878.

25A l’occasion de la mort du roi, la manifestation pour le deuil est particulièrement forte. L’ancienne capitale se présente comme capitale, comme la vraie ‘petite patrie’ et les autres villes d’Italie, qui envoient des télégrammes de condoléances au maire de Turin, la reconnaissent bien comme telle. La tentative d’édifier un temple national du Risorgimento, dans la Mole antonelliana, s’inscrit encore dans ce contexte.

26Sur le plan de la mémoire historique du Risorgimento, Turin reste la première capitale : cela apparaît comme une évidence dans le guide des visiteurs du temple du Risorgimento Italiano rédigé pour l’exposition de 1884. Bien avant 1884, le deuxième événement révélateur est celui de la visite de Humbert Ier et de la Reine Marguerite à Turin en juillet 1878, c’est-à-dire six mois après la mort de Victor-Emmanuel II. La première sortie officielle du couple royal est précisément une visite à Turin où les souverains séjournent pendant vingt jours : vingt jours durant lesquels la « très chère Turin » (la diletta Torino) — qui a alloué à cette fin quarante mille lires — met en scène des feux de joie, des musiques, des spectacles, des défilés, toutes sortes de déjeuners, dîners et autres réceptions, des promenades musicales, des rencontres avec les industriels et les ouvriers, avec le concours d’une foule incroyable, encouragée par une politique de réduction des billets de train.

27Si Turin avait été le siège d’une des grandes expositions de 1911, elle le sera à nouveau à l’occasion du centenaire de l’Unification : « talia sessantuno ».

Florence, capitale réticente

  • 10 Cf. P. Oselli, O. Fantozzi Micali, B. Ragoni, E. Spilotros, Nascita di una capitale, Florence, Ali (...)

28C’est par la fête nationale que Florence s’aperçoit vraiment qu’elle est devenue la capitale de l’Italie. Ce sont les drapeaux tricolores qui mettent en valeur la topographie complexe et nouvelle des ministères, des casernes, de tous ces bâtiments réaménagés de façon à recevoir la nouvelle bureaucratie ‘piémontaise’ que les Toscans n’aiment pas. Toute la topographie du centre est modifiée : les couvents sont transformés en ministères et en casernes, le Palazzo Vecchio devient le siège de la Chambre des députés et du ministère des Affaires Étrangères ; les Offices deviennent le siège du Sénat du Royaume ; le couvent de la SS. Annunziata et celui de Santa Caterina cèdent la place au ministère de la guerre et à de nombreuses casernes10. Florence avait été choisie comme capitale ‘provisoire’ pour son emplacement central et surtout parce qu’il s’agissait d’une ville assez grande pour recevoir la Cour et toute la bureaucratie du nouvel État. Elle ne l’était pas tout à fait. Les élites florentines se sentent envahies et dépossédées de leur identité. De plus, tout de suite après l’unification, le conseil communal qui était responsable des allocations pour la fête avait été assez réticent pour dépenser de l’argent pour des parades ou des manifestations de masse. Fort élitiste, peu encline à parler aux passions et aux enthousiasmes des foules, la Droite historique à Florence avait essayé de réduire la fête nationale à très peu de chose.

  • 11 Cf. L. Zangheri, Feste e apparati nella Toscana dei Lorena 1737–1859, Florence, Olschki, 1996.
  • 12 P. Gori, Le feste florentine attraverso isecoli. Le feste per San Giovanni, Florence, Bemporad, 19 (...)

29À Florence, de plus, presque tous les aspects de la fête nationale sont relativement nouveaux. Le Grand-Duché de Toscane ne connaît guère de rituels en armes11. La grande fête du Grand-duc était plutôt centrée sur la cathédrale : c’est le cas de l’ancienne festa degli omaggi mais aussi de la fête patronale de San Giovanni. Dans cette occasion, le Grand-duc, la Grande-duchesse et toute la famille se rendaient dans la Cathédrale en tenue de gala, précédés par deux laquais, entourés de palefreniers et suivis par les gardes nobles et par cinq voitures pour écouter la messe solennelle. De là, ils se rendaient au Baptistère de St. Jean pour rendre hommage à la relique. Fête du pouvoir et de sa sacralisation le matin, la fête de Saint Jean était vraiment païenne l’après-midi et le soir, avec des courses de chevaux et des feux d’artifice12. C’était pourtant la cathédrale qui était le véritable centre de la fête.

30Quand, en 1865, Florence devient capitale, l’opposition de l’évêque est marquée : la cathédrale ferme véritablement ses portes à la fête du nouvel Etat qui a ruiné les États pontificaux. C’est un silence énorme que les contemporains remarquent.

  • 13 De Amicis, Torino 1880, [1880], Turin, Lindau, 1991, pp. 8-9.

31Turin offrait un emplacement parfait pour les parades militaires. Elles étaient inscrites dans la nature même de la ville et même dans sa topographie, avec des rues larges et de grandes places. Comme le grand écrivain Edmondo De Amicis l’a remarqué dans son guide de la ville mis au point pour l’exposition de 1884 : « En passant par ces rues on se souvient de la discipline de l’armée de Sardaigne, des anciennes habitudes militaires de la population, de la raideur de la bureaucratie, de l’omnipotence des règlements ». À l’époque des voyageurs et même des touristes, la description de la ville impliquait une comparaison avec Florence aux ruelles étroites et tortueuses, pittoresques mais en même temps peu appropriées aux défilés militaires13. C’est Turin qui reste la ville des parades. C’est Rome qui va en devenir une, entre autres, par l’élargissement de quelques rues comme le corso Vittorio Emanuele.

  • 14 Cf. E. Derti, Firenze scomparsa Florence, Vallecchi, 1970 ; G. Fanelli, Firenze, Rome-Bari, Laterz (...)

32Il faut penser à cette description quand on remarque le premier changement important dans la parade militaire lorsqu’on passe de Turin à Florence. Là, le lieu naturel de la parade était la place du Castello. Ici, il n’y a pas de place pour une parade dans le centre, surtout dans le centre qui a gardé son caractère du Moyen Âge avant les démolitions de l’architecte Poggi. Le vieux centre médiéval n’a pas de larges rues et de grandes places carrées où la revue militaire puisse se déployer de la même façon qu’à Turin : les transformations profondes qui allaient créer les allées et la large Piazza Vittorio-Emanuele (aujourd’hui Piazza della Repubblica) seront réalisés plus tard14. La parade, qui représente une nouveauté, ne peut plus se dérouler dans les espaces classiques de la fête du pouvoir, entre les Offices, le Palazzo Vecchio et la cathédrale : elle doit sortir du centre de la ville et être déplacée tout à fait en dehors, sur le Piazzale delle Cascine. La cathédrale restant fermée à la fête, la messe aussi se déplace au milieu du rituel militaire : une messe de camp.

33Il n’y a pas grand’monde à la parade. Quelques notables y assistent de leurs landaus, alors que les petites gens, pressés le long du parcours, assistent au passage de l’armée. Il s’agit néanmoins d’une occasion pour remarquer la présence massive des troupes dans une ville qui, auparavant, en était presque dépourvue. L’Unification d’abord, mais en particulier le déplacement de la capitale commencent à transformer la destination de beaucoup de bâtiments : la fête est également l’occasion pour remarquer l’invasion des bureaucrates et des militaires piémontais.

34Il s’agit bien sûr aussi d’une occasion pour voir le roi. La fête se confirme comme un rituel tout à fait centré sur le souverain. Malgré l’objet de la célébration, le Statut, il s’agit d’une fête qui célèbre la monarchie et le régime parlementaire. C’est un aspect que l’on peut bien remarquer surtout dans la capitale : le Parlement, les ministres mêmes n’ont pas de place dans la fête. Même le premier ministre ne fera par la suite qu’une apparition discrète : il s’agira, encore une fois dans la capitale, mais cette fois-ci à Florence, de Luigi Federico Menabrea. Il s’agit pourtant d’un noble piémontais, d’un général, qui conquiert le droit d’être présent à la parade plutôt par ces qualités que par son rôle de chef du gouvernement. De plus, il s’agit d’un premier ministre dont l’action est caractérisée par un conservatisme remarquable, par une interprétation restrictive du Statut et en général d’une phase de renforcement du pouvoir du roi.

35Si la parade représente une nouveauté, la fête scolaire ne l’est pas moins.

36Malgré sa réputation de ‘berceau de la langue italienne’, malgré le culte de Dante, qui d’ailleurs va s’épanouir justement dans l’année où la ville toscane accueille, bon gré mal gré, la capitale, Florence n’a pratiquement aucun système d’écoles publiques. La Toscane tend à accepter à contrecœur l’idée même de l’école publique et un système étatique semblable à celui en vigueur au Piémont. Il y a en revanche une importante valorisation du système d’éducation privée. L’école est précisément le terrain sur lequel les Toscans, jaloux de leur identité, et les Piémontais qui essayent d’entreprendre une politique de « piémontisation », luttent pour l’hégémonie au niveau culturel.

37Pourtant, les élites toscanes essayent de jouer la carte de l’ancienne primauté culturelle pour peser plus lourd dans le nouvel équilibre. Les drapeaux qui mètrent en évidence les bâtiments de la nouvelle université fondée par le gouvernement provisoire avec l’ambition de devenir une sorte de Collège de France, d’un côté, et la fête scolaire très importante, de l’autre, ne sont que deux des moments dans lesquels la capitale provisoire essaye de se présenter, le jour de la fête nationale, comme capitale culturelle.

  • 15 Voir Santa Croce nell’Ottocento, Florence, Alinari, 1986.
  • 16 Archivio di Stato di Firenze, Centenario di Dante, Busta 4522. Je dois cette information à la cour (...)
  • 17 Cf. I. Porciani, « Stato e nazione : l’immagine debole dell’Italia » in Fare gli italiani, édité p (...)

38D’ailleurs, la grande fête ‘nationale’ italienne à Florence fut plutôt, dans toute son ambiguïté, le centenaire de Dante en 1865, qui culmina avec l’inauguration de la grande statue du poète en face de l’église de Santa Croce, le nouveau Panthéon des grands Italiens15. L’auteur de la Divine Comédie n’était pas seulement une gloire italienne mais surtout une gloire florentine, et l’organisation des célébrations resta étroitement aux mains des élites culturelles et politiques de Florence. Il ne faut d’ailleurs pas oublier que ce fut à ce moment-là que 50 000 Italiens, dont 30 000 non florentins, les représentants de 543 municipalités, de 31 conseils provinciaux, de 15 corps de la Garde Nationale, 113 académies, 159 des universités et écoles, 208 des sociétés de secours mutuel, 44 des comités professionnels et environ 10 journaux se rendirent à Florence16. Il n’est pas question d’évaluer si les célébrations furent, comme le dit le poète Giosuè Carducci, franchement « affreuses. »17 Elles furent vraiment nationales.

39Florence est surtout une capitale rétive. Ses élites – peut-être encore plus aristocratiques et rigides que celles du Piémont – ne sont guère portées à investir dans une image populaire. Peut-être sont-elles rétives à se réjouir pour un rôle de capitale nationale qu’elles n’aiment pas, d’autant plus qu’elles essaient de résister au processus de piémontisation. C’est pour toutes ces raisons que le Conseil communal préfère allouer plus d’argent pour une fête très florentine, celle du saint patron saint Jean que pour la nouvelle fête de l’Italie unifiée.

Rome : une capitale symbolique

  • 18 G. Brice, « Introduction », in M.A. Visceglia et C. Brice (dir.), Cérémonial et Rituel à Rome (xvi(...)

40« On sait le poids du symbolique dans le choix de Rome comme capitale – a écrit Catherine Brice – [...]. Mais l’investissement du territoire romain par les Piémontais se heurta à un double obstacle : la permanence de la Rome sacrée, d’une part et, d’autre part, l’incompréhension, de la part des classes dirigeantes, de la dimension ‘affective’ que devait avoir une politique d’image efficace : à l’époque de l’analyse des masses comme potentiellement dangereuses parce qu’irrationnelles (Gustave Le Bon, Scipio Sighele), la méfiance de l’affect l’emportait sur sa possible manipulation. En outre, la difficulté à accrocher les nouveaux espaces, les nouvelles liturgies dans un ensemble de références communes qui ne soit pas le catholicisme constitua sans aucun doute un obstacle majeur.18 »

  • 19 Cf. B. Tobia, Una patria per gli Italiani. Spazi, itinerari, monumenti nell’ Italia unita (1870-19 (...)

41Si la fête nationale dans la ville capitale signifie avant tout la présence du roi, décliner le binôme Rome capitale – roi introduit une première considération sur la façon dont Victor-Emmanuel entre dans la ville. Il ne s’agit pas d’une entrée triomphale comme dans d’autres ex capitales et même dans d’autres villes. L’entrée de Victor-Emmanuel au contraire se fait remarquer par son manque de sacralité : Victor-Emmanuel, dont la conscience catholique était touchée par la réaction papale, n’entre pas ‘en empereur’ mais ‘en roi citoyen’19 après l’inondation du Tibre.

  • 20 U. Levra, Fare gli Italiani, Turin, Comitato di Torino per la Storia del Risorgimento, 1993. On at (...)

42Une deuxième célébration dont l’importance ne peut pas être exagérée est celle des funérailles de Victor-Emmanuel : un rituel imposant qui, dans la mémoire de la presse catholique, sera opposé au silence de l’enterrement du Pape mort la même année : un enterrement qui s’effectua sans pompe, dans la nuit par crainte des démonstrations cléricales. Le fait que les rituels pour l’enterrement de Victor-Emmanuel se déroulèrent à Rome n’est pas sans signification pour notre propos sur la capitale. En effet les Piémontais auraient voulu que le corps du roi revienne à Turin. Le conflit entre la faction piémontaise et la faction romaine et nationale pour la localisation du tombeau du roi est évident, comme Umberto Levra l’a bien montré20 : c’est au moment de la mort du roi que le conflit entre les deux capitales se déclenche et il comporte tout un problème d’identité.

  • 21 Cf. C. Brice, Monumentalité publique et politique à Rome. Le Vittoriano, Rome, École française de (...)
  • 22 Cf. G. Arnaldi, « XX settembre 1895 », in Studi romani, III, 1955, pp. 564-579 ; G. Verucci, « Il (...)

43Pourtant, dans la nouvelle capitale, c’est autour du roi que chaque fête publique tourne, et non seulement la fête toute monarchique du Statut, où il y triomphe en soldat, en chef de l’armée dans les défilés militaires qui sont – à Rome comme à Florence – tout à fait nouveaux. C’est surtout par la parade militaire -qui fait son retour dans le centre de la ville, et traverse la plus grande partie des rues – que la fête publique aide à recomposer un espace fort monumental mais aussi interrompu, parcellisé par les grands vides qui se situent au milieu de la ville, les quartiers étant des espèces de villages. Elle se situe aussi dans un espace resacralisé par les liturgies de la patrie et en forte transformation, bien entendu. Un espace dans lequel le poids de la monarchie commence à devenir très lourd non seulement par la présence du roi même au Quirinal, mais aussi par la présence de la mémoire de Victor-Emmanuel, enterré au Panthéon et, à la fin de la période que nous considérons, présent en effigie avec le grand monument équestre au Vittoriano21. Cette valorisation monarchique apparaît très clairement dans l’ensemble des célébrations : non seulement dans la fête du Statut, mais aussi dans celle du XX septembre, qui, à Rome, se transforme dans une réplique de la célébration du Statut : centrée comme elle l’est autour du Panthéon, lieu central de la célébration même plus que la ‘breccia’ même22.

  • 23 Archivio Capitolino titolo XV spettacoli pubblici 1907. Manifesto per il XX settembre.
  • 24 La Perseveranza, 27 septembre 1871.
  • 25 « La vita dell’ Italia légale in questa seconda metà di settembre d’è tutta dispiegata in Roma », (...)

44Il faut rappeler que le XX septembre n’est proclamé ‘fête civile’ – une sorte de fête nationale de deuxième rang – qu’en 1895. Avant cette date (que les affiches de la Municipalité romaine appelleront ‘la date initiatrice du nouvel âge historique de la patrie’23) en dehors de Rome, elle n’existe pas au niveau officiel, ni officieux. Elle n’existe donc que dans la capitale. Ici, tout de suite après l’annexion, on commence à la célébrer. Il s’agit d’abord d’un charivari irrévérencieux24, mais bientôt il s’agit d’un rituel assez officiel, avec une procession d’abord au Panthéon, puis à la Porta Pia. Les autorités participent en grand nombre, et le roi même tient un discours officiel bien avant 1895 : la Civiltà Cattolica ne manque pas de souligner cette ‘sacralisation impropre’ du corps du roi et des lieux sacrés de la patrie, d’un côté, et le parallélisme entre la nouvelle fête italienne et celle du 14 juillet en France, de l’autre : les deux seules fêtes nationales qui célèbrent des « delitti di sangue », des crimes sanguinaires. Nous ne pouvons pas suivre ici les développements de la fête du XX septembre dans son ambiguïté polysémique qui la rendra chère aux institutions et à un président du Conseil autoritaire comme Crispi, mais aussi à l’« extrême » gauche radicale et démocratique, qui choisira d’habitude de se manifester par une célébration distincte, riche d’éléments de protestation et caractérisée par un parcours alternatif. Il est pourtant nécessaire de mentionner les grandes célébrations nationales du vingtième anniversaire de la prise de Rome. En 1895, le XX septembre est vraiment la fête de la capitale : c’est le vingt-cinquième anniversaire et, comme le journal des Jésuites le dira, l’« Italie officielle se concentre à Rome. »25 À l’aide d’une réduction du tarif des chemins de fer, qui rend le voyage plus économique, plusieurs organisations envoient leurs membres dans la capitale. Les rapports de police nous permettent d’en avoir presque le portrait un par un. L’Italie laïque organise donc une grande fête laïque qui doit rappeler les fêtes œcuméniques de la chrétienté.

45Dans la nouvelle capitale, les fêtes publiques sont multiples : à côté de la fête du Statut et de l’anniversaire du roi, caractérisées surtout par des parades militaires dans les grands espaces de la capitale et, dans une moindre mesure, celui de la Reine et du Prince de Piémont, la fête du plébiscite et la fête du XX septembre. Il ne faudrait pas oublier non plus le 21 avril, le « natali di Roma », qui prend une importance remarquable déjà à partir de la fin du xixe siècle, dans le cadre de la mise en valeur de la mythologie de la romanité. Il s’agit d’une fête qui aura beaucoup plus d’importance avec le fascisme. Bien sûr, ces « natali di Roma » n’ont pas l’importance des autres fêtes : il n’y a de la musique que dans la Piazza Colonna et il n’y a vraiment de fête qu’au Palatin où l’administration municipale invite les écoles à commémorer cette date historique tandis que, le soir de la fête du Statut, il y a de la musique dans beaucoup de quartiers.

46Il faudrait pourtant réfléchir de plus près aussi sur la fête du plébiscite (2 octobre), car il s’agit, à la différence de ce qui se passait à Florence, d’une célébration importante, et même très importante. Il s’agit de la mise en valeur de la médiation des élites modérées par rapport à la célébration du XX septembre, dont on vient de souligner l’ambiguïté, il s’agit aussi d’une fête qui présente – dans les premières années du xxe siècle, à l’époque de la ‘giunta bloccarda’, de l’administration laïque et progressiste de Nathan – des caractères marqués de modernisation. La Gazzetta d’Italia écrit le 2 octobre 1908 : « Les usages du grand monde ont été popularisés. La mairie a donc organisé une ‘garden-party’ aux Thermes de Caracalla. Il n’y a pas de pelouses comme dans les vraies garden-parties anglaises, mais la solennité de l’ambiance est extraordinaire. Les enfants arrivent de toutes les écoles amenés par les enseignants de gymnastique et, pour augmenter le nombre des enfants, la mairie leur a demandé de se faire accompagner par leurs frères ». 1 500 jeunes gens arrivent. La nouvelle administration de la capitale veut bien se distinguer en offrant une nourriture ‘nouvelle’ et ‘moderne’ : on n’offre plus de vin aux petits mais des jus et des sandwiches. D’ailleurs, à la fin de l’ère Giolitti, beaucoup de choses ont changé et pas seulement sur le plan des fêtes. Les parades sont déplacées dans les nouveaux hippodromes en dehors de la ville, qui, de plus, ont l’avantage d’avoir des tribunes pour les spectateurs. À Rome, la parade devient de plus en plus populaire et, puisque dans la capitale la bureaucratie est nombreuse, c’est une vraie foule d’employés qui s’y rend pour applaudir les soldats et organiser une sorte de déjeuner sur l’herbe.

47Enfin, c’est surtout dans la grande parade militaire de la capitale qu’il est possible de mettre en valeur la nouvelle présence du clergé à partir de 1911. La guerre de Libye était fort intéressante pour le Vatican qui avait à Tripoli des intérêts considérables, et bientôt se produit le ralliement des catholiques à l’occasion de l’extension du suffrage.

48Dans la capitale, plus qu’ailleurs, le jour du Statut est aussi une célébration du monde de la politique et de l’administration. Plus que dans les autres villes, l’attribution des décorations du nouvel État est un vrai événement. Des croix vont aussi aux académiciens, et c’est à l’Académie nationale fondée à Rome par Quintino Sella, l’Accademia dei Lincei, qu’une partie importante de la fête se déroule. C’est aussi une façon de mettre en valeur la capitale en tant que capitale culturelle. Mais, à Rome, ce n’est pas facile. Les vraies capitales culturelles sont plutôt Turin, ou Naples, avec une université énorme qui réunit des milliers d’étudiants et dont la bibliothèque universitaire est la plus fréquentée d’Italie avec ses 90 000 lecteurs par an, à côté des autres bibliothèques de la ville qui reçoivent 200 000 lecteurs par an.

49Enfin, c’est dans la capitale que les feux d’artifice sont vraiment splendides : il faut en effet rivaliser avec les grandes célébrations de l’Église.

Conclusion. La fête nationale dans les capitales perdues

50Le regard porté sur Rome nous a aidé à analyser un changement sur la longue période, qui intéresse plusieurs aspects essentiels dans la morphologie de la fête et centraux aussi dans la mise en valeur de l’ensemble rituel politique-ville-capitale. On a donc pu signaler toute la portée d’un changement de perspective, la montée du nationalisme qui a gagné de l’importance par rapport à l’Église. On a pu mettre en évidence l’impact énorme d’un climat nouveau qui, après la guerre de Libye, commence à mettre déjà en place tous les éléments qui vont, en l’espace de quelques années, jouer un rôle décisif dans la mobilisation pour le consensus en faveur de la guerre mondiale : les parades et l’usage des rituels scolaires et gymniques.

51Tout en restant sur le terrain de l’ensemble ville capitale-rituels de la patrie, nous avons déplacé notre regard sur le thème du changement.

52En conclusion, il faut pourtant revenir sur une perspective plus large pour voir ce que la fête nationale ou civile signifie dans les anciennes capitales qui, à partir de la proclamation de l’État national, ont perdu leurs prérogatives. On pourrait les appeler les capitales perdues.

53Il s’agit d’une typologie qui met en évidence deux séries : d’abord les deux capitales du Royaume d’Italie, Turin et Florence, ensuite les anciennes capitales des autres États italiens.

54Là aussi, il ne s’agit pas d’entités strictement homologues : les petites capitales ne se ressemblent pas toujours. Il y a une différence entre Modène, Parme ou Lucques, sobre et frugale, qui ne connaît vraiment les splendeurs de la Cour, et donc de grandes fêtes publiques laïques, qu’avec Elisa Baciocchi. Il faudrait aussi considérer Palerme, qui n’est pas une capitale après 1815 mais qui — à cause de la force du séparatisme sicilien – a l’ambition de se proposer comme capitale à plusieurs reprises lors des émeutes et des révolutions politiques de 1820, 1830 et 1848.

  • 26 Cf. l'éditorial signé « i compilatori » de l'Archivio Storico Campano, a I n. 1, p. iii.

55L’écroulement des anciens États signifie en effet la disparition de l’espace politique (et même d’une certaine façon social) du petit État. Il signifie la perte du rôle de capitale pour nombre de villes. Silvio Lanaro a repris les mots de l’intellectuel lombard Carlo Tenca à son amie la comtesse Maffei, qui tenait le salon le plus important de Milan : « Cette nouvelle Italie est un corps qui n’a pas trouvé une âme. Et maintenant c’est l’âme de notre vieille Milan qui s’en va. » Il a donc souligné : « Milan vit son entrée dans l’État unitaire presque comme une régression humiliante et une amputation brutale. » Il n’est pas question ici de suivre le parcours (pourtant très intéressant et apparenté à notre thème) de la construction de l’identité régionale des différentes villes italiennes après l’unification. Mais il faut considérer l’idée très répandue que les différentes villes avaient sacrifié sur l’autel de la patrie les prérogatives étatiques et des intérêts moraux et matériels avec la conscience d’avoir contribué à rendre l’Italie libre et unie26. La conscience du sacrifice est naturellement plus forte dans les villes capitales, qui ont le plus à perdre dans la nouvelle répartition des prérogatives entre les villes opérée par l’État. Il s’agit donc de compenser ce sacrifice par la construction d’un rôle prioritaire ou bien d’un rôle quand même fort sur le plan des titres de noblesse nationale. Il s’agit de construire une noblesse nationale de l’héroïsme et du sacrifice. À partir de là, on insiste beaucoup, au niveau local dans les fêtes publiques, pour valoriser les événements liés à la mémoire historique locale.

56À Florence, c’est la mémoire des ‘caduti’ toscanes, dont la mémoire sera longuement perpétuée dans une célébration précise de l’anniversaire de la bataille de Curtatone et Montanara.

57À Milan, c’est la célébration des ‘Cinque giornate’ de 1848, sur laquelle Bruno Tobia a attiré l’attention d’abord dans son livre et plus récemment dans sa contribution aux lieux de mémoire italiens, en soulignant l’ambiguïté d’une célébration qui met longtemps en cause la participation démocratique comme alternative possible à l’unification monarchiste. Un événement que je voudrais plutôt réinterpréter dans le sens de la valorisation du rôle de la ville pour compenser la perte de l’identification en tant que capitale par un procédé de substitution. C’est par la célébration et la mise en valeur des ‘Cinque Giornate’ que Milan, qui a perdu son identité de capitale, acquit par rapport à la nation l’identité de « ville des Cinque giornate. » Et c’est encore pour compenser la perte d’identité comme capitale qu’à Milan un membre de la famille royale assistera presque toujours à la parade militaire pendant la fête nationale. Ce n’est pas un cas unique. Milan reste la « capitale morale », la ville dans laquelle se déroulent quelques-unes des expositions nationales les plus importantes, notamment celle de 1906.

  • 27 . Mancini, Feste ed apparati civili e religiosi in Napoli..., Naples, Edizioni scientifiche italian (...)
  • 28 P. Macry, Napoli nel secondo Ottocento, in Civiltà dell’ Ottocento. Cultura e società, Naples, Ele (...)

58Le même sentiment de perte est perceptible à Naples, l’ancienne capitale baroque célèbre pour de majestueuses fêtes du pouvoir27 : une capitale qui se trouve entre deux mondes, la fin du Règne des Bourbons et la nationalisation de la ville, une ville qui est devenue tout d’un coup une capitale sans royaume mais qui reste le centre matériel et idéal de l’Italie du Sud28.

  • 29 M. Marmo, « Ordine e disordine. La camorra napoletana nell’ 800 », Meridiana, n. 7-8, 1990, p. 172

59Naples présente encore par rapport à la dynamique des célébrations un autre problème. Là où, plus qu’ailleurs, l’écroulement de l’Etat représente un traumatisme, le préfet Liborio Romano confie le contrôle de la ville à la Camorra, après avoir favorisé l’entrée de ses chefs dans la Garde nationale29. Le grand succès de la fête nationale, dans laquelle la Garde nationale joue un rôle de premier plan, dépend donc paradoxalement de la Camorra, qui l’utilise comme moyen de visibilité dans le nouvel espace politique et social de la nation. Une donnée qu’il faudrait vérifier aussi dans le rôle de la Mafia pour le contrôle de la Garde nationale à Palerme. Si la parade des fêtes nationales est décisive comme représentation de l’intégration horizontale des élites, on remarque là un terrain de complicités et d’ambiguïtés.

  • 30 Cf. O. Janz, P. Schiera, H. Siegrist (éd.), Centralismo e fédéralismo nell’Ottocento e nel Novecen (...)

60Il n’est pas possible de développer ici le thème des capitales perdues dans toute sa complexité. Il me paraît important de le proposer comme un terrain de réflexion qui met en valeur une autre spécificité italienne. En effet, si l’on pense à l’exemple le plus proche d’un État-nation de formation récente, celui de l’Allemagne, il faut tout de suite mettre en évidence une différence essentielle, due à la structure fédérale de l’Empire, qui valorise énormément le rôle de Berlin mais qui n’abolit quand même pas les autres capitales, qui gardent donc leurs priorités et traditions. Même en ce qui concerne les parades militaires, comme Jacob Vogel l’a bien montré dans ce livre, le rôle des autres capitales est bien mis en valeur. Sur ce terrain, le paradoxe du centralisme italien30 joue peut-être encore un rôle très important.

Notes

1 Voir A. Caracciolo, « Le tre capitali d’Italia : Torino, Firenze, Roma », in Le città capitali, édité par Cesare De Seta, Rome-Bari, Laterza, 1985, pp. 195-200.

2 Elle n’arrivera à en écrire que deux : La ville forte, La città forte, dédié à Turin, et La città del giglio, la ville du Lys, dédié à Florence. Sur Dora Melegari, voir I. Porciani, « Les historiennes et le Risorgimento », Rome, Mélanges de l’Ecole Française de Rome, 2000, vol. 112-1, pp. 317-357.

3 Cité dans D. Maldini, « Piazze e folle dalla Restaurazione allo Statuto », in Valerio Stronovo (éd.), Storia illustrata di Torino, ed. Valerio Castronovo, Milan, Sellino, 1992, p. 309.

4 Cf. I. Porciani, « L’effimero di Stato », in Angelo Varni (ed.), I « Giacobini » nelle legazioni. Gli anni napoleonici di Bologna e Ravenna, tome II, Bologne, Costa, 1999, pp. 337-359.

5 A. Caracciolo, Le tre capitali, art. cit, p. 196.

6 Cf.W. Barberis, Le armi del principe, Turin, Einaudi, 1988.

7 Cf. I. Porciani, La festa della nazione, op. cit., pp. 180-181.

8 C. Correnti [1854], Confidenze postume, Scritti scelti, édiré par Tulio Massarani, Rome, Frozani, 1892, p. 395.

9 Il faudrait développer ce point dans une perspecrive comparative, en considérant par exemple Londres, mais aussi Berlin, Vienne et Budapest ; sut celle-ci voir aussi les images publiées par A. Sàgvàri, « Evolution of capitals in Eastern Europe : Budapest from the 19th to the 20th Century », in A. Sàgvàri, The Capitals of Europe : a guide to the sources for the history of their architecture and construction, Munich, New York, K.G. Saur, 1980, pp. 149-174 de l’édition italienne, image p. 161.

10 Cf. P. Oselli, O. Fantozzi Micali, B. Ragoni, E. Spilotros, Nascita di una capitale, Florence, Alinéa, 1985.

11 Cf. L. Zangheri, Feste e apparati nella Toscana dei Lorena 1737–1859, Florence, Olschki, 1996.

12 P. Gori, Le feste florentine attraverso isecoli. Le feste per San Giovanni, Florence, Bemporad, 1926, p. 10.

13 De Amicis, Torino 1880, [1880], Turin, Lindau, 1991, pp. 8-9.

14 Cf. E. Derti, Firenze scomparsa Florence, Vallecchi, 1970 ; G. Fanelli, Firenze, Rome-Bari, Laterza, 1980.

15 Voir Santa Croce nell’Ottocento, Florence, Alinari, 1986.

16 Archivio di Stato di Firenze, Centenario di Dante, Busta 4522. Je dois cette information à la courtoisie de Mahnaz Yousefzadeh, qui est en train de terminer sous ma co-direction un doctorat sur le Centenaire de Dante.

17 Cf. I. Porciani, « Stato e nazione : l’immagine debole dell’Italia » in Fare gli italiani, édité par S. Soldani et G. Turi, Bologne, Il Mulino, 1993, vol. I, p. 404.

18 G. Brice, « Introduction », in M.A. Visceglia et C. Brice (dir.), Cérémonial et Rituel à Rome (xvie-xixe siècle), Rome, École Française de Rome, 1997, p. 25.

19 Cf. B. Tobia, Una patria per gli Italiani. Spazi, itinerari, monumenti nell’ Italia unita (1870-1900), Rome-Bari, Laterza, 1991, p. 5.

20 U. Levra, Fare gli Italiani, Turin, Comitato di Torino per la Storia del Risorgimento, 1993. On attend une traduction française prochaine de ce livre.

21 Cf. C. Brice, Monumentalité publique et politique à Rome. Le Vittoriano, Rome, École française de Rome, 1998.

22 Cf. G. Arnaldi, « XX settembre 1895 », in Studi romani, III, 1955, pp. 564-579 ; G. Verucci, « Il XX settembre » in M. Isnenghi (éd.), I Luoghi délia memoria. Personaggi e date delt’Italia unita, Rome-Bari, Laterza, 1997, pp. 87-100. Puisque cet article se concentre sur les fêtes officielles, il n’est pas question ici de discutet la nature double de la célébration du XX septembre, dans laquelle les radicaux et les démocrates organisent leurs propres commémorations concurrentes, et de suivre les aspects plus aggressifs et intempérants de cette commémoration dans les milieux de ’gauche’ à l’âge de Giolitti.

23 Archivio Capitolino titolo XV spettacoli pubblici 1907. Manifesto per il XX settembre.

24 La Perseveranza, 27 septembre 1871.

25 « La vita dell’ Italia légale in questa seconda metà di settembre d’è tutta dispiegata in Roma », Civiltà Cattolica, cronache settembre 1895.

26 Cf. l'éditorial signé « i compilatori » de l'Archivio Storico Campano, a I n. 1, p. iii.

27 . Mancini, Feste ed apparati civili e religiosi in Napoli..., Naples, Edizioni scientifiche italiane, 1997.

28 P. Macry, Napoli nel secondo Ottocento, in Civiltà dell’ Ottocento. Cultura e società, Naples, Electa, 1987, p. 19.

29 M. Marmo, « Ordine e disordine. La camorra napoletana nell’ 800 », Meridiana, n. 7-8, 1990, p. 172.

30 Cf. O. Janz, P. Schiera, H. Siegrist (éd.), Centralismo e fédéralismo nell’Ottocento e nel Novecento in Italia e in Germania a confronta, Bologne, Il Mulino, 1997.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540