Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Capitales culturelles, capitales symboliques

 | 
Christophe Charle
, 
Daniel Roche

Première partie. Capitales symboliques

La ville coupable. L’effacement des traces de la capitale révolutionnaire dans le Paris de la Restauration, 1814-1830

Emmanuel Fureix

Texte intégral

  • 1 Michelet fut le premier à le constater avec force : « Alors que l’Empire à sa colonne et la Royaut (...)

1Lieu privilégié de mise en scène du pouvoir, la capitale politique concentre les traces contradictoires des régimes qui l’ont façonnée, traces imaginaires autant que matérielles. En 1814, les emblèmes de l’Empire côtoient les vestiges de la monarchie, et les stigmates de la Révolution. La priorité de la Restauration fut l’anéantissement des symboles napoléoniens. Mais elle prit aussi pour cible l’espace imaginaire de la capitale révolutionnaire. La Révolution, on le sait, n’a légué à Paris que le vide du Champ-de-Mars1. Il incombait à la monarchie restaurée de s’attaquer aux traces immatérielles de la Révolution, restes d’aspirations utopiques, nouveaux noms de rues, et lieux de mémoire sanglants. Elle mit en place une politique maladroite, parfois difficilement lisible, d’effacement des signes de la Révolution dans l’espace de la ville. Les héritages les plus visibles, le Panthéon et les nouveaux noms de rue, en furent les premières victimes. Mais l’effacement des traces visait aussi à purifier un espace public souillé par les crimes de la Révolution, en particulier par le premier d’entre eux, le régicide. La véritable originalité de la Restauration fut de multiplier les monuments expiatoires aux victimes royales de la Révolution. L’ambition ultime était l’avènement d’une nouvelle capitale politique, utopique elle aussi, et demeurée à l’état de projet : la capitale de l’expiation, capitale d’une contre-révolution triomphante.

  • 2 La source principale pour une telle approche est en effet constituée par les mémoires publiés.

2Nous nous proposons d’esquisser une histoire de ces pratiques d’effacement, en privilégiant les aménagements de l’espace : les transformations du Panthéon retourné au culte, la politique des noms de rue, et surtout la monumentalité expiatoire sous ses diverses formes, réalisées ou non. Il s’agit d’une histoire en creux, qui rende compte des lenteurs d’exécution, des échecs et des formes de bricolage, irréductible par conséquent aux réalisations effectives et aux proclamations officielles. Une histoire aux regards démultipliés, qui ne se satisfasse pas d’une approche par les pouvoirs, et qui suppose de traquer, là où elle est inattendue, la parole d’individus singuliers. Les pratiques d’effacement des signes de la Révolution se sont en effet enracinées dans l’opinion : elles relevaient pour une part d’initiatives individuelles, perceptibles dans des pétitions envoyées à la Chambre, et ont suscité des réactions parfois véhémentes, plus difficiles à saisir2. Une histoire qui traduise les résistances de la mémoire aux injonctions du politique, véritable clef de l’échec de l’expiation. Une histoire enfin qui fasse leur part aux représentations, attentive à la mise en scène du pouvoir induite par les aménagements de l’espace public.

L’élision des traces

Un combat hésitant contre la mémoire

  • 3 Cette politique de l’espace sous la Révolution a été étudiée incidemment par M. Ozouf dans La fête (...)
  • 4 B. Baczko, op. cit., p. 363.
  • 5 E. Quinet l’exprime avec netteté : « En mêlant à Voltaire et à Rousseau des dignitaires obscurs, s (...)
  • 6 Voir J. Cousin, « De la nomenclature des rues de Paris », Mémoires de la Société de l’Histoire de (...)
  • 7 Voir le classique L. Réau, Histoire du vandalisme. Les monuments détruits de l’art français, Paris (...)

3Le Paris imaginaire de la Révolution, travaillé par l’utopie de la Cité Nouvelle, s’inspirait de la volonté de républicaniser l’espace, de former les citoyens par l’image et le monument3. Il s’agissait de fonder un ordre rationnel, transparent et de rendre lisible la victoire du peuple sur le despotisme, par des monuments festifs, des lieux de prestige où le pouvoir révolutionnaire se donnait à voir, et des temples civiques. De cette ambition, la Révolution a surtout accouché de l’éphémère ou du virtuel, projets, modèles, esquisses ou monuments de plâtre, mais aussi de quelques aménagements symboliques de l’espace : de nouvelles dénominations de rue, et le Panthéon. De ce chantier où « l’imagination s’empare de la ville »4, la Restauration n’hérite que d’un fragment. Le Consulat et l’Empire furent en effet les premiers maîtres d’œuvre de l’effacement des traces de la Révolution. Le Panthéon avait manifestement perdu son sens et son âme sous l’Empire5. Les révisions successives de l’an IX, de 1804 et de 1806 avaient démantelé le bouleversement général des noms de rues de 1792. Les noms trop politiques, évoquant des valeurs révolutionnaires abstraites - Égalité, Droits de l’Homme, Raison, Réunion, Loi..., ou le moment terroriste - la rue des Sans Culottes, avaient été les premiers supprimés6. L’Empereur avait même ordonné la destruction du donjon du Temple ayant servi de prison pour Louis XVI et Marie-Antoinette, en 1808, premier exemple de « vandalisme sentimental »7.

4Face aux dernières traces de la Révolution, la Restauration mena une politique plus incohérente, mêlant inextricablement lenteurs et précipitations, dogmatisme revanchard et prudence politique.

5Pour saisir ces ambiguïtés, il faut distinguer les affirmations officielles, ouvertement contre-révolutionnaires, et les pratiques concrètes d’effacement, faites d’hésitations, de compromis et d’inachèvements. Il faut aussi réinscrire les aménagements de la capitale restaurée dans le temps court de la politique, pour comprendre combien les oscillations du régime ont influé sur le rythme d’effacement des traces.

  • 8 Le recensement des transformations des noms de rues sous la Restauration a été réalisé à partir de (...)
  • 9 Ordonnance royale du 9 juillet 1815.
    « Louis, par la grâce de Dieu, Roi de France et de Navarre,
    Vou (...)
  • 10 L’ordonnance du 10 juillet 1816 fixe en termes fermes le monopole royal en matière d’hommage publi (...)
  • 11 Ordonnance royale dul2 avril 1816.
  • 12 Rapport du Directeur des Travaux Publics de Paris, Bruyère, au ministre de l’Intérieur, le 22 Mars (...)

6Si l’on arrête la lecture historique au seuil des décisions proclamées, on a pourtant le sentiment d’une négation totale de la césure révolutionnaire. Dès le 27 avril 1814, avant même l’entrée de Louis XVIII à Paris, un arrêté préfectoral débaptise 34 rues aux noms d’origine révolutionnaire ou impériale, 27 d’entre eux remontant à la Révolution8. Lors de la seconde Restauration, en juillet 1815, une ordonnance confirmait et amplifiait ces changements, rétablissant le nom des places, ponts et édifices publics antérieur à 17909. Idéologiquement restauratrice, cette ordonnance replaçait la capitale des rois dans sa continuité historique. Elle rappelait également la prérogative royale en matière de politique de l’espace et de l’hommage publics10. Un même volontarisme politique fut affiché à propos du Panthéon. Sous la seconde Restauration, l’ordonnance royale du 12 avril 1816 annonce, comme conséquence du retour au culte de l’église Sainte-Geneviève, la « suppression de tous les ornements et emblèmes étrangers au culte catholique ». Il s’agit, en prétendant achever l’œuvre de 1’« auguste aïeul » Louis XV11, d’entretenir la fiction d’un retour au temps éternel de la capitale d’Ancien Régime, et de nier une nouvelle fois la parenthèse révolutionnaire. Sont alors visés l’inscription « Aux grands hommes la patrie reconnaissante », mais aussi les bas-reliefs du fronton et du portique, et les pendentifs des petites coupoles, porteurs d’emblèmes de la République et d’allégories philosophiques, « dont l’inconvenance avait été remarquée depuis longtemps. »12. Faut-il alors conclure, comme le firent nombre d’historiens, au dogmatisme revanchard et contre-révolutionnaire de la Restauration, faisant table rase du passé encombrant de la capitale de la Révolution ?

  • 13 Nous n’évoquons pas ici les rues nouvellement percées sous l’Empire et dont les noms ne furent pas (...)
  • 14 Baptisée ainsi en 1792.
  • 15 Elle prit ce nom en 1790.
  • 16 Le nom de Rousseau fut effacé de « sa » rue en 1816, puis rétabli sans explication.

7Seule l’analyse des pratiques permet à ce niveau de détecter les impuissances d’une élision proclamée. S’impose en effet une attention particulière aux gestes concrets d’effacement, pour en décrypter la lenteur, fruit d’atermoiements et de prudence, et en saisir les significations politiques. L’exécution des décisions demeura largement inaccomplie, par un singulier mélange de négligence et de prudence. Une dizaine de noms de rues d’origine révolutionnaire restèrent ainsi inchangées13. La rue du Contrat-Social14 et la rue Jean-Jacques Rousseau15 conservèrent après quelques hésitations16 leur nom révolutionnaire, tandis qu’Helvétius et Mably disparaissaient de la toponymie parisienne. L’élimination des Lumières de l’espace public de la capitale se trouvait ainsi inachevée.

  • 17 Relayées par le préfet de la Seine, puis par le ministre de l’Intérieur. Archives Nationales (A.N. (...)
  • 18 Voir A.N. F13/1141 et F21/578.
  • 19 P.-F.-L. Fontaine, Journal. 1799-1853, Paris, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, 1987, tom (...)

8L’impuissance de la politique d’effacement est encore plus patente à propos du Panthéon. Deux ans après le retour de Louis XVIII, en juin 1816, l’inscription du fronton demeure intacte. Au moment même où triomphe encore la Chambre Introuvable, les signes d’un culte laïc trahissent, en plein cœur de Paris, la permanence de la Révolution. Le fait provoque les réclamations scandalisées de l’opinion royaliste17. En 1819, les lettres de bronze ont enfin été prélevées, mais l’inscription reste encore lisible18. Toutes ces lenteurs avaient, au-delà de la négligence de l’administration des Beaux-Arts, un sens politique : une volonté, parfois cantonnée dans le non-dit, de ménager une mémoire douloureuse de la Révolution. Il suffit pour s’en convaincre de comparer les rythmes d’enlèvement des traces du régime impérial avec ceux de l’effacement des symboles révolutionnaires. Dès avril 1814 les signes extérieurs et intérieurs relatifs à Napoléon sont supprimés au Panthéon. En 1815, l’architecte Fontaine témoigne : « Partout on supprime, on gratte, on enlève avec une recherche scrupuleuse les objets qui offrent la plus petite réminiscence du règne passé. La passion toujours active a cette fois pris une grande part dans cette affaire. »19

  • 20 Notes de Baltard sur les transformations de l’église Sainte-Geneviève, 20 février 1816. A.N. F13/1 (...)
  • 21 Ancien élève de Moitte, auteur du bas-relief du fronton.
  • 22 A.N. F13/1141. Gaulle proposa ainsi comme sujets la religion couronnant Sainte-Geneviève, et la vi (...)
  • 23 A.N. F13/1142.

9Le régime inventa à cet égard une politique originale de dissimulation et de bricolage dans l’élision des traces. Ainsi, en 1816, sur les conseils de Baltard, architecte du monument, le Directeur des travaux publics de Paris suggère-t-il d’échafauder l’ensemble du fronton et l’intérieur de l’église, afin de « faire disparaître [l’inscription] sans donner le temps de faire naître aux observations et aux conjectures du public »20. De même, un projet, conçu par Gaulle21, prévoyait de maquiller les allégories révolutionnaires du bas-relief du fronton, et de les travestir en allégories à tonalité religieuse22. Enfin, en janvier 1822, lors de la cérémonie de consécration de l’église Sainte-Geneviève, les bas-reliefs révolutionnaires sont encore simplement masqués par des toiles23. Il faudrait alors parler destompage, plutôt que d’effacement des traces de la Révolution.

Vers un vandalisme contre-révolutionnaire ?

  • 24 Chateaubriand parle, parmi d’autres, de second vingt-et-un janvier pour évoquer la mort du duc de (...)
  • 25 Rapport au ministre de l’intérieur, 20 octobre 1830. A.N. F21/578.

10Tout change à partir de l’assassinat du duc de Berry et de la mise en place d’un ministère ultra fin 1821. Le sentiment d’une répétition du régicide et d’une intrusion brutale de la Révolution en plein dix-neuvième siècle24 radicalise les velléités iconoclastes du régime. Le pouvoir agit alors à visage découvert, n’hésitant plus à se livrer à un vandalisme d’un nouveau type, de nature contre-révolutionnaire. Le ministre de l’Intérieur Corbière, ultra, et le nouvel archevêque de Paris, très influent pour l’aménagement de l’église Sainte-Geneviève, ont désormais la même vision du passé révolutionnaire. Le projet conciliateur de Gaulle est rejeté par Mgr Quélen, qui propose et obtient en 1823 de remplacer entièrement le bas-relief par une croix de pierre dans une gloire, exorcisant ainsi toute note païenne. Les bas-reliefs de Moitte sont donc démolis et échouent inexorablement à l’Ile-des-Cygnes, l’archevêque ayant même refusé le démontage délicat des figures. De même, les sculptures allégoriques des pendentifs sont supprimées en 1826. On retiendra de ces gestes destructeurs, après 1830, l’émergence du « pieux vandalisme des missionnaires. »25

11La politique de la mémoire suivait ainsi les oscillations du temps politique de la Restauration.

  • 26 Ces derniers se livrèrent partout à une bataille contre les « mauvais livres » d’inspiration philo (...)
  • 27 AN. F13/679.
  • 28 Une pétition de Gauthier de Claubry, adressée à la Chambre des députés en avril 1816, demandait le (...)
  • 29 E. Quinet, op. cit.
  • 30 Le Constitutionnel affirme que les cendres de Voltaire et de Rousseau ont quitté l’enceinte du Pan (...)
  • 31 Pétition de Legrand, architecte. 21 avril 1828. A.N. C*/2412 (inventaire) et C/2095 (texte).

12Le vandalisme contre-révolutionnaire ne se limita pas à la destruction d’un décor, il visa l’anéantissement définitif de la religion civique dont le Panthéon avait été le foyer. Les ombres tutélaires du monument, Voltaire et Rousseau, cibles privilégiées des ultras et des missionnaires26, furent les victimes de cette évolution. Il s’agissait de déposséder le monument de toute mémoire clandestine. Des pèlerinages auprès des tombeaux des grands hommes des Lumières étaient en effet attestés au début de la Restauration27. L’archevêque de Paris, en harmonie avec le courant ultra-royaliste28, exige et obtient de soustraire aux regards du public les sarcophages de Voltaire et de Rousseau. Cette « victoire clandestine sur des ossements »29 donna lieu à bien des rumeurs hostiles parlant parfois - à tort - de profanation des tombes, montrant la résistance du peuple parisien à la manipulation de sa mémoire30. Une pétition adressée à la Chambre des Députés en 1828 s’offusquait encore de cet « esprit d’abjection » et demandait la réhabilitation des deux grands hommes et le transfert de leurs cendres au Père-Lachaise, aux côtés de Molière et La Fontaine31. Le symbole le plus évident de la capitale révolutionnaire n’en était pas moins démantelé et vidé de son sens. L’éradication des traces de la Révolution semblait plus ou moins achevée.

La purification de l’espace public

L’espace de l’expiation

  • 32 A. Corbin, « Le sang de Paris. Réflexions sur la généalogie de l’image de la capitale », Le temps, (...)
  • 33 Auxquels on ajouta la plus célèbre victime de l’Empire, le duc d’Enghien.
  • 34 Sur la question des monuments expiatoires de la Restauration, la bibliographie est à la fois ample (...)
  • 35 Il y eut, dans l’élaboration d’une loi du deuil expiatoire du 21 janvier (loi du 19 janvier 1816) (...)
  • 36 À la mémoire de Louis XVI et de Marie-Antoinette, célébrées dans toutes les églises de la capitale (...)
  • 37 Célébrées chaque année aux Carmes, mais non encadrées par le pouvoir.

13La politique d’expurgation de la capitale révolutionnaire ne pouvait s’arrêter au domaine du visible. Il fallait aussi traiter l’impalpable souillure des « crimes de la Révolution », ces lieux obscurs d’une mémoire douloureuse, où affleuraient massacres, guillotine et régicide. Tout un travail d’expulsion de l’horreur fut alors mis en œuvre dans ce « désert d’épouvante »32 que demeurait la capitale dans l’imaginaire contre-révolutionnaire. L’obsédant souvenir du régicide, des morts de la famille royale33, des victimes des massacres de septembre, appelait une réparation matérielle. L’aménagement de monuments expiatoires34, avorté ou non, répondit à cette fonction. Il fut le prolongement d’un travail forcé de mémoire, érigé en loi35, et de cérémonies expiatoires qui scandaient le calendrier religieux et politique : cérémonies anniversaires du 21 janvier et du 16 octobre36, commémorations plus ponctuelles du 2 septembre37, cérémonies de l’amende honorable lors des missions de 1821-1822 et 1826. En étudiant ce traitement de l’espace par une expiation monumentale, nous voudrions montrer qu’elle transforma, en retour, les modes classiques de mise en scène du pouvoir dans la capitale.

  • 38 L’architecte Pâris revendique la paternité d’une telle idée, qu’il aurait transmise à Louis XVIII (...)
  • 39 L’expression est utilisée par M. Pollak. Voir notamment « Mémoire, oubli, silence », in Une identi (...)
  • 40 Voir A.N. F7/6798.
  • 41 Voir à ce sujet notamment les Mémoires du chancelier Pasquier, (tome 3, pp. 61-62), ou le Journal (...)
  • 42 C’est dans la discrétion et la solitude que Fontaine procède à cette pose. Voir Fontaine, op. cit. (...)
  • 43 Le vingt-et-un janvier, par M. de Chateaubriand, Paris, Le Normant, 1815, in-8°. Pièce. BN Lb45-41 (...)
  • 44 À propos de sa brochure, Chateaubriand commente : « Voilà ce qui fut commandé par le Roi » (Archiv (...)
  • 45 Où étaient en particulier célébrés des services à la mémoire de Louis XVI chaque 21 janvier.

14Les origines de cette politique sont complexes. L’idée même de monument expiatoire s’inspirait, explicitement, du modèle londonien : la monarchie anglaise restaurée avait décidé l’érection d’un monument à la mémoire de Charles Ier, sur les lieux mêmes de son exécution. L’érection de monuments expiatoires dans la capitale fut le fruit d’initiatives individuelles autant que de l’action des pouvoirs. Les premiers projets firent leur apparition bien avant la Restauration, dès 1796-179738, et plusieurs pétitions adressées à la Chambre des députés exigent dès 1814 l’érection à Paris d’un monument d’expiation du régicide. L’expiation monumentale ne peut se comprendre sans ce réseau d’individus « entrepreneurs de mémoire. »39. Cette mémoire souterraine fut relayée par les pouvoirs. C’est à l’initiative de Decazes que le 16 octobre 1816, jour anniversaire de la mort de la reine, fut inauguré le monument expiatoire de Marie-Antoinette à la Conciergerie40. La volonté royale, bien évidemment, fut aussi déterminante. La découverte, douteuse41 mais symboliquement décisive, des restes du roi et de la reine entraîne Louis XVIII à ordonner la pose de la première pierre de la future Chapelle Expiatoire rue d’Anjou, et d’un monument virtuel place Louis XV42, le 21 janvier 1815, à l’occasion de la translation de leurs cendres à Saint-Denis. Chateaubriand, dans un court essai méconnu43, se fit le héraut de ces projets royaux44, et dessina les contours de deux monuments à la mémoire de Louis XVI. Dans le même temps, Louis XVIII décide de remettre le Temple, ou ce qu’il en restait, aux Bénédictines du Saint-Sacrement et à Louise de Condé, qui se chargea de l’édification d’une chapelle publique destinée à l’expiation45. Les Chambres jouèrent également un rôle considérable dans cet écheveau d’initiatives. En janvier 1816, une loi d’initiative parlementaire engage la nation dans l’entreprise d’expiation du régicide par la pierre :

  • 46 Loi du 19 janvier 1816 sur le deuil du 21 janvier.

« Art. 3. En expiation du crime de ce malheureux jour, il sera élevé, au nom et aux frais de la nation, dans tel lieu qu’il nous plaira de désigner, un monument dont le mode sera réglé par nous. »46

  • 47 Art. 4.

15À ce monument explicitement expiatoire furent adjoints dans la loi trois monuments à la mémoire des autres victimes royales de la Révolution, Louis XVII, Marie-Antoinette et Madame Elisabeth47.

16La mise en place de cette politique, nous le verrons, fut plus lente à se dessiner. Le 14 février 1816, une ordonnance royale précise l’emplacement de ces monuments, y compris celui qui représentait Louis XVI, dans l’église de la Madeleine, temple de la Gloire érigé en temple de l’expiation. Le 21 janvier 1824, la chapelle expiatoire de la rue d’Anjou, financée par Louis XVIII, est enfin consacrée, et inaugurée officiellement par Charles X deux ans plus tard. Le projet de monument expiatoire place Louis XV, oublié pour un temps, est réactivé par Charles X à l’occasion du Jubilé, donnant lieu à une seconde pose de première pierre lors de la procession expiatoire du 3 mai 1826. En 1830, le piédestal du monument demeure inachevé.

La gloire et la douleur

  • 48 L’intégration en 1821 des restes du général Précy dans un tombeau individuel en modifie toutefois (...)
  • 49 Voir l’ensemble des Travaux de J.-C. Martin, et plus particulièrement, La Vendée de la mémoire : ¡ (...)
  • 50 Situé près du parc Monceau, ce cimetière rassemblait plus de 1700 victimes de la Révolution, dont (...)
  • 51 Voir A.N. F21/4859, et J. Hargrove, Les statues de Paris. La représentation des grands hommes dans (...)
  • 52 La chapelle expiatoire de la rue d’Anjou, sur l’emplacement du cimetière de la Madeleine, ne célèb (...)
  • 53 Voir à ce propos G. de Bertier de Sauvigny, « Nouvelles statues royales », in G. Bresc-Bautier (di (...)

17Comment interpréter cette politique expiatoire, dans la perspective d’une refondation de la capitale monarchique ? Il est tout d’abord remarquable que les monuments expiatoires parisiens furent exclusivement consacrés aux membres de la famille royale victimes de la Révolution. La comparaison avec les expériences provinciales n’en est que plus éclairante. À Lyon, le monument des Brotteaux est de nature collective, voire anonyme, et célèbre la mémoire de l’ensemble des victimes du siège de Lyon, assimilés à des martyrs du royalisme48, de même que les émigrés du monument de Quiberon. En Vendée, la religion du souvenir prend une tonalité moins expiatoire qu’à Paris, allie commémoration collective et commémoration individuelle, en privilégiant la célébration du sacrifice des généraux49. La spécificité de la capitale réside donc dans l’absence de commémoration, dans l’espace public, des victimes anonymes de la Révolution : le cimetière de Picpus, le cimetière des Mousseaux50 ne devinrent pas des lieux de mémoire consacrés par le régime ; les guillotines de la place du Trône renversé, ou de la place de la Bastille, ne furent pas expiées par un monument ad hoc. Le seul hommage public à une victime non royale de la Révolution fut consacré à un grand serviteur de la monarchie, Malesherbes, dont le monument, financé par souscription, fut placé dans la Salle des Pas-Perdus du Palais de Justice51. La peur de l’indistinction, de la confusion du sacré et du profane, de l’aristocratie et de la populace, des morts révolutionnaires et contre-révolutionnaires, permet sans doute d’expliquer pour une part cette stratégie52. Mais plus profondément, c’est l’essence même de capitale monarchique qui était en jeu. Les monuments expiatoires furent indissociablement des monuments du souvenir et de la gloire, des monuments individuels et dynastiques. Parallèlement au rétablissement des statues équestres des rois détruites par la Révolution, prévu par l’ordonnance de février 181653, l’érection de monuments expiatoires traduisait la volonté d’inscrire la majesté royale dans la ville.

  • 54 Ordonnance royale du 27 avril 1826.
  • 55 Le modèle en plâtre, au tiers de la grandeur d’exécution, est conservé au Musée historique de Vers (...)
  • 56 Voir à ce propos les remarques éclairantes de C. Langlois, Les sept morts du roi, Paris, Anthropos (...)

18Inscrire et non pas rétablir. Ces monuments, en effet, transformaient la représentation traditionnelle de la majesté dans la capitale. Il ne s’agissait plus vraiment, comme pour une statue équestre, de montrer au cœur de l’espace urbain la centralité du souverain dans l’édifice politique. Les monuments expiatoires du régicide devaient figurer une exception historique, évoquer la mise à mort d’un roi et préserver son caractère sacré. Le monument projeté place Louis XV, devenue place Louis XVI, incarnait cette double majesté blessée et restaurée de la monarchie. Officiellement, le monument se voulait dédié « à la mémoire de Louis XVI, au centre de la place »54, dans la tradition, par conséquent, du monument dynastique. La statue inexécutée de Cortot55, de fait, respectait la sacralité du souverain : Louis XVI y était représenté en costume de sacre. La représentation du régicide, impensable, y était également éludée, comme dans toute l’iconographie royaliste depuis la Révolution56. Mais le monarque y était également figuré en martyr, tenant la palme de la main droite, le bras gauche étendu dans la position de l’invocation au Tout-Puissant. La coexistence du sacre et de la mort, même exemplaire, dans un monument qui n’était pas un tombeau, ni même un cénotaphe, trahissait un écart significatif avec les représentations classiques de la gloire dynastique.

  • 57 Voir A. Jourdan, « Ch. 1. L’éclipse d’un soleil », in Les monuments de la Révolution, 1770-1804. U (...)
  • 58 Voir M.-Cl. Chaudonneret, op. cit., p. 178.
  • 59 AN F13/1245. Minute d’un rapport au roi de Héricart de Thury, directeur des Travaux Publics de Par (...)

19La représentation du monarque et celle du grand homme tendaient aussi à s’unir, poursuivant un mouvement déjà amorcé avant la Révolution57. Le monument expiatoire de la place Louis XVI prolongeait d’ailleurs les statues des serviteurs de la monarchie du pont Louis XVI, en référence implicite à la série d’Angivillier58, et un projet officiel prévoyait de compléter l’ornementation de la place par l’érection de statues dédiées aux arts, aux sciences et aux lettres sur les Champs-Elysées59. Insensiblement, c’est une nouvelle forme de mise en scène du pouvoir qui se dessinait dans la capitale des Bourbons.

  • 60 A.N. F21/582. Minute du ministre de l’Intérieur. 29 janvier 1816. Lors du premier concours de 1829 (...)
  • 61 A.N. F13/1149. Lettre du ministre de l’intérieur Laîné à Bruyère, 10 octobre 1816.
  • 62 Rapport de la commission sur la proposition du Vicomte de la Rochefoucauld, relative au deuil du 2 (...)
  • 63 A.N. F21/582.

20La frontière entre le roi et le grand homme, si elle demeurait, était dessinée par le sublime - sublime d’un sacrifice digne du martyre, et sublime d’un pardon partout exhibé. Le projet de 1816 pour le fronton de la Madeleine, approuvé par Louis XVIII, prévoyait que serait « sculpté un groupe d’anges prêt à enlever Louis XVI au ciel. »60. Louis XVIII arrêta parmi les sujets de tableaux destinés à la décoration intérieure de la Madeleine 1’« arrivée de Louis XVI au séjour des élus »61, confiée à Girodet. Mais c’est surtout le pardon de Louis XVI que l’on se plaît à mettre en scène, à travers un testament « où s’est empreinte son âme divine. »62. Le programme d’aménagement de la Madeleine prévoyait que soit représenté au fond du chœur Louis XVI « son testament à la main. »63 De fait, le de Louis XVI exécutée par Bosio présentait, gravé en lettres d’or, le testament de Louis XVI. Sur le monument expiatoire de la place de la Concorde, Chateaubriand préconisait dès 1815 de graver « le testament de Louis XVI, où on lira, en plus gros caractères, cette ligne évangélique :

  • 64 Le vingt-et-un janvier... op. cit.

JE PARDONNE DE TOUT MON CŒUR
À CEUX QUI SE SONT FAITS MES ENNEMIS »64

  • 65 Inscription effacée lors des événements de juillet 1830. Voit J.-M. Darnis, op. cit., ch. 6.

21De même, la chapelle expiatoire dédiée à Marie-Antoinette à la Conciergerie comportait, au pied de l’autel, cette inscription extraite de la lettre à madame Elisabeth : « Je pardonne le mal qu’ils m’ont fait. »65

22Fonction commémorative et fonction incitative coïncidaient alors : le pardon royal invitait à l’imitation. Les monuments expiatoires devaient ainsi devenir les lieux paradoxaux de l’unité retrouvée du peuple post-révolutionnaire. Cette ambition allait s’avérer bien illusoire, mais elle devait dans l’esprit du régime permettre d’esquisser dans la capitale un nouveau lien entre le monarque et ses sujets.

L’amour et l’effroi

  • 66 Maine de Biran en est dans doute l’un des témoins les plus lucides. Évoquant un conversation avec (...)
  • 67 Bordeaux, siège de la « révolution du 12 mats » 1814, fut la première à proclamer son allégeance à (...)
  • 68 Chambre des députés. Comité secret du 28 décembre 1815, A.P., t. XV, p. 619.
  • 69 Adresse de la Chambre des députés à Louis XVIII, adoptée le 18 janvier 1816 (AP, t. XVI, pp. 35-36 (...)

23Le lien d’amour entre le roi et son peuple, spontané dans la monarchie absolue, ébranlé, voire brisé par l’expérience de la Révolution66, devait être montré dans la pierre, et entretenu simultanément par elle. L’évocation du martyre, engendrant la compassion, devait éterniser la douleur de tout un peuple. La capitale du royaume s’affichait alors comme capitale de la fidélité. Il s’agissait de déléguer aux monuments parisiens le message d’hommage de tout un peuple à un roi et à une famille. Le député Kergorlay souhaitait ainsi rivaliser avec Bordeaux67 pour exprimer l’adhésion de la ville au roi et à la duchesse d’Angoulême, fille du roi-martyr : « Les Parisiens, qui n’ont pas été appelés à la défendre, ne voudront pas se laisser surpasser à l’aimer. Leurs sentiments cherchent un langage, et nous le leur offrons. La fille de notre roi et de notre reine immolés au milieu de nous, sentira nos douleurs se mêler aux siennes. »68. Le monument devenait, sans métaphore, serment de fidélité, singulièrement après les Cent-Jours où la question de la trahison de la capitale pouvait être posée. En témoigne l’insistance des représentants en janvier 1816 pour inscrire sur le monument expiatoire projeté le serment de leur allégeance au monarque : « Tant que votre illustre race existera, nous lui serons fidèles : jamais nous ne reconnaîtrons pour nos rois légitimes que les princes qui en seront issus, et à qui l’ordre de primogéniture en aura imprimé le caractère. Nous le jurons devant Dieu et devant les hommes. [...] Nous supplions Votre Majesté d’ordonner que, gravé sur l’airain et souscrit du nom de tous les membres de la Chambre des députés, il soit attaché au monument expiatoire que la douleur nationale prépare. »69

  • 70 Philosophie et politique monumentales, ou des monuments publics bourboniens, des places, des fonta (...)
  • 71 Encore revendiquée par ailleurs. Dans un rapport au roi sur la politique monumentale, Decazes écri (...)
  • 72 L’exhibition des blessures et des cadavres en est le phénomène le plus spectaculaire. Voir notamme (...)
  • 73 Ces diverses fonctions apparaissent aussi dans les monuments de la Révolution étudiés par A. Jourd (...)
  • 74 A.P., t. XV, p. 610.
  • 75 Lettre du ministre de l’Intérieur Laîné à Bruyère, 10 octobre 1816. A.N. F13/1149.
  • 76 29 janvier 1816. A.N. F21/582.

24La volonté d’entretenir par la déploration et la compassion l’amour du souverain renouvelait l’image et les fonctions d’une capitale monarchique. L’esprit des Lumières, voire un certain sensualisme s’étaient insinués dans la politique monumentale. Elle réactivait l’espérance quasi révolutionnaire de forger, et d’élever par le regard le sujet-citoyen, et ainsi de créer un nouvel art moral « bourbonien » : « La France matérielle et monumentale formera la France morale et politique, l’éducation de la sensation, et des nobles émotions des images vertueuses mettra une telle harmonie entre les pensées des sujets citoyens des Bourbons et les vertus du prince que tout concourra, comme dans les lois générales de la nature, à l’ordre et au bonheur de l’ensemble. »70 C’était reconnaître que l’harmonie de l’ordre politique n’était pas donnée d’emblée, et conférer à la capitale une autre fonction politique que la mise en scène de la gloire71. La régénération attendue des sujets politiques passait par une culture de l’effroi, qui croise là de manière inattendue un des traits de la mise en scène politique sous la Terreur72. Incitatifs, les monuments expiatoires devaient être aussi dissuasifs73, et rappeler la nature sacrilège des principes révolutionnaires. Le rapport législatif sur la proposition de monument expiatoire témoigne de cette volonté : « Les peuples y verraient avec effroi à quels terribles excès peuvent conduire l’infraction des lois politiques et l’oubli des antiques institutions. »74 L’effroi suscité par l’horreur du régicide devait en empêcher le renouvellement, l’histoire inscrite dans la pierre dessinant l’interdit politique pour demain. Les monuments expiatoires de la Restauration faisaient ainsi coexister les quatre temps de la politique bourbonienne : la gloire éternelle de la monarchie, incarnée dans le sacré ; la parenthèse révolutionnaire, non représentée mais évoquée ou invoquée comme repoussoir ; le présent du monarque qui donne existence au monument ; et l’avenir prescrit par l’interdit. Le programme iconographique de la Madeleine donnait corps à cette ambition : les tableaux du chœur devaient placer Louis XVI à la fin de la « chaîne des temps » de la monarchie très chrétienne, depuis la conversion de Clovis jusqu’à Bouvines en passant par la prédication de saint Denis75. Sous le péristyle devaient être placés des bas-reliefs représentant Louis XVIII ordonnant l’érection des monuments expiatoires, inscription de la majesté royale dans le présent76. Le passé révolutionnaire était figuré par l’allégorie, mêlant expiation et souvenir : sur l’autel devait être érigée « la statue de Sainte Madeleine représentée sous les traits de la France et dans l’attitude du repentir ». Quant au groupe représentant Louis XVI assisté par un ange, sculpté par Bosio, il devait par le pathétique de la scène édifier les générations à venir : Louis XVI, agenouillé, le visage et les bras tendus vers le Ciel, était victime plus encore que roi.

  • 77 A.P., t. XVI, p. 6, Chambre des Pairs, Séance du 9 janvier 1816.

25La représentation de l’expiation nationale dans les monuments de la capitale était pensée comme éternelle, figeant la mémoire dans un temps sans retour possible. Mais de l’éternité de la gloire propre à la monarchie absolue on passait à l’éternité d’un souvenir, au ressassement du malheur. Il s’agissait, pour paraphraser de Sèze, d’éterniser le souvenir du crime, et d’éterniser l’horreur qu’il a inspirée77. Cette volonté, après la césure révolutionnaire, d’imposer par la loi, par les rites ou par les monuments, un sentiment d’éternité, est caractéristique de la pensée contre-révolutionnaire, et de deux moments spécifiques de la Restauration : l’après Cent-Jours, et les années suivant l’assassinat du duc de Berry, qui avaient mis au jour, précisément, l’instabilité du temps politique de ce siècle. Ils correspondent aux phases d’accélération de l’effacement des traces de la capitale révolutionnaire, par la destruction ou l’expiation.

L’impossible avènement d’une capitale contre-révolutionnaire

Inachèvement et illisibilité

26Les symboles de la capitale révolutionnaire éradiqués, le régicide et les morts princières expiées par quelques monuments, Paris était-elle devenue la capitale d’une contre-révolution perceptible dans l’espace public ?

  • 78 J. Fiévée, Histoire de la Session de 1815, Paris, Le Normant, 1816, p. 442.

27À l’aune des projets réalisés en 1830, on ne peut que prendre la mesure d’un inachèvement qui n’est pas fortuit. Le monument de la place Louis XVI, annoncé par Chateaubriand en 1815, « enterré » par Louis XVIII et « exhumé » par Charles X n’a pas encore pris forme en 1830, réduit à un simple piédestal ; les monuments expiatoires de la Madeleine sont en cours de réalisation ; d’autres monuments appelés de leurs vœux par nombre de Parisiens n’ont jamais vu le jour. Aucun monument expiatoire ne commémore l’ensemble des victimes de la Révolution, aux grands regrets de l’ultra Fiévée : « On aurait pu voter aussi un monument aux Français qui sont morts victimes de fureurs révolutionnaires ; quand l’inscription n’aurait fait que constater le nombre des victimes, cela aurait été d’une grande instruction pour les siècles suivants, en supposant que l’expérience des temps passés serve à l’avenir. »78 Le monument expiatoire consacré à la mémoire de Madame Elisabeth, sur les lieux de sa sépulture, sollicité par un citoyen, et soutenu par l’archevêché, n’a pas non plus été réalisé. L’inachèvement matériel de la capitale repentante était donc patent à la veille des Trois Glorieuses.

  • 79 Voir M. Ozouf, op. cit.
  • 80 M. Agulhon en fait un des éléments d’une doctrine contre-révolutionnaire de l’hommage public. Voit (...)
  • 81 Place Louis XV.
  • 82 Il est vrai que Louis XVIII eut à souffrir sous la première Restauration de rumeurs diffuses l’acc (...)

28Mais il était aussi symbolique. La politique expiatoire eut à souffrir d’un manque de lisibilité. Louis XVIII hésita en effet à transformer l’espace public de la capitale en un espace d’émotion politique. Sous son règne, les monuments expiatoires furent insérés dans des espaces clos, de nature religieuse, et parfois aux frontières du public et du privé. C’était rompre avec le goût révolutionnaire des espaces ouverts79 et renoncer à la pédagogie politique. En février 1816, lorsqu’il élit l’église de la Madeleine comme site expiatoire, Louis XVIII donne à l’expiation une résonance sacrée, mais en atténue les résonances politiques. Le monument expiatoire tendait à demeurer dans les limites du cénotaphe ou du monument-tombeau80. Le « champ du sang »81, théâtre du régicide évoqué par Chateaubriand, fut en conséquence abandonné à lui-même jusqu’en 1826, pour éviter la résurgence des passions politiques. De même, la chapelle expiatoire ne put devenir vraiment un lieu de pèlerinage politique en raison d’une confusion volontaire entre le public et le privé. Financée par la cassette personnelle de Louis XVIII, sur un terrain acheté par lui, elle relevait certes d’un culte public, mais gardait en quelque sorte l’empreinte du cimetière qui lui préexistait : elle était surtout conçue comme un enclos funéraire, lieu de recueillement pour la famille royale et pour les familles des victimes. Nulle trace de l’expiation collective dans la statuaire ou l’inscription commémorative adoptées. La chapelle de la rue d’Anjou donnait à voir la piété, voire le rachat d’un individu, et non d’une société tout entière82.

  • 83 Voir A.N. F19/5522.

29Plus généralement, Louis XVIII fut plus attaché à l’exaltation d’un lignage qu’à l’exhibition des drames politiques. Lorsqu’on lui soumet le projet d’un monument expiatoire à la mémoire de Madame Elisabeth, sur le lieu de sa sépulture, il en rejette l’idée et ordonne une recherche de ses restes pour les transférer dans la nécropole royale de Saint-Denis83.

  • 84 Le duc d’Orléans en témoigne dans ses Souvenirs : « Le jubilé ne pouvait finir sans que le clergé (...)

30Seul Charles X chercha véritablement à inscrire l’expiation nationale au cœur de l’espace public. En ordonnant l’érection d’un monument expiatoire sur le théâtre du régicide, il voulut forger un lieu de mémoire politique. La procession expiatoire pour la pose de la première pierre apparut comme un rite de revanche sur la Révolution84. L’empressement qu’il manifesta, ainsi que la duchesse d’Angoulême, pour l’exécution du monument, témoignait d’une volonté politique de placer l’expiation au cœur du gouvernement de la mémoire. Pour autant, le temps et les moyens financiers firent défaut, et le projet de capitale expiatoire ne put prendre vraiment corps.

Effacement et ressassement : les paradoxes de l’expiation

31L’échec de la capitale contre-révolutionnaire tient plus profondément aux contradictions du traitement de la mémoire. La politique de l’espace oscillait entre le désir d’effacement de la Révolution, et le ressassement constant des souvenirs douloureux qui lui étaient associés. L’élision des traces et la purification de l’espace public se fondaient sur des logiques opposées de la mémoire. D’un côté le retranchement d’un passé douloureux et litigieux, de l’autre son incorporation dans un travail de deuil et de libération d’une souillure affectant l’ensemble de la cité. D’une part, l’interdit de mémoire, de l’autre, la prescription d’une mémoire corrigée par le repentir.

  • 85 E.-J. Delécluze, Journal. 1824-1826, Paris Grasser, 1948. 21 janvier 1827 : « C’est aujourd’hui l’ (...)
  • 86 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, tome II, Paris, Le Livre de Poche, 1992, pp. 302-303.
  • 87 Voir à ce propos N. Loraux, La cité divisée. L’oubli dans la mémoire d’Athènes, Paris, Payot, 1997
  • 88 Notamment Le Censeur dans un article consacré en 1815 au monument de Quiberon, « De l’apothéose de (...)
  • 89 Delécluze, Journal p. 348.

32L’expiation monumentale, en éternisant la tragédie révolutionnaire, redonnait vie aux drames politiques des événements commémorés. Les monuments expiatoires renouvelaient le reproche adressé à toute une nation, et unissaient dans une même condamnation la génération née avec la Révolution et celle qui en fut acteur. Les vertus édifiantes de la mémoire étaient annulées par la reviviscence du conflit toujours présent de 1793, la « grande querelle entre les peuples et les rois. »85 Chateaubriand, grand architecte de la déploration, en fut bien conscient lui-même, a posteriori, qui écrivit à propos du monument expiatoire projeté sur le lieu du régicide : « J’ai désiré assez longtemps que l’image de Louis XVI fût placée dans le lieu même où le martyr répandit du sang : je ne serais plus de cet avis. [...] Par le temps actuel, il serait à craindre qu’un monument élevé dans le but d’imprimer l’effroi des excès populaires donnât bien le désir de les imiter : le mal tente plus que le bien, en voulant perpétuer la douleur, on ne fait souvent que perpétuer l’exemple. Les siècles n’adoptent point les legs de deuil, ils ont assez de sujet présent de pleurer sans se charger de verser encore des larmes héréditaires. »86 Le modèle grec de l’oubli en politique, fondé sur la dénégation des divisions de la cité87, n’a pas été suivi par le régime de la Restauration. Les libéraux, qui citaient en exemple la « loi de Thrasybule »88, ne cessèrent de dénoncer ce ressassement du régicide. La pose de la première pierre du monument à Louis XVI le 3 mai 1826 fut perçue par la jeunesse comme « un genre d’humiliation qu’elle supportait impatiemment. »89

  • 90 Lettre du Directeur des travaux publics à Grillon, architecte du monument, 11 mars 1829. A.N. F13/ (...)

33La politique expiatoire conduisit à un excès de mémoire dans l’espace de la capitale. A la mémoire spontanée des lieux se surimposait une mémoire forcée, indélicate. Les monuments du repentir étaient greffés sur des espaces déjà saturés de mémoire. Ce fut le cas à l’évidence du monument expiatoire place Louis XVI. En 1829, en pleins travaux d’aménagement du futur monument, un échafaudage est détruit sur ordre des autorités, tant il est perçu comme le simulacre tragique de la guillotine : « L’échafaud et la toiture qui ont abrité pendant l’hiver les constructions commencées au monument de Louis XVI ont provoqué de nombreuses réclamations, par leur aspect désagréable et les déplorables souvenirs qu’ils rappelaient. »90

  • 91 A.N. F13/1143.

34Inversement, l’interdit de mémoire par l’élision des traces de la Révolution se heurtait au surgissement toujours possible d’une mémoire latente. On l’a vu à propos du Panthéon qui demeura sous la Restauration, malgré tous les efforts du régime, un lieu de mémoire révolutionnaire. Les étudiants de 1830, qui n’ont jamais connu le Panthéon civique de la Révolution, choisirent pourtant ce monument comme lieu de réunion politique, et y développèrent un culte aux grands hommes de l’opposition libérale à la Restauration. Ils y introduisirent en août 1830 les bustes de Ney, Foy, Manuel, et exigèrent l’ouverture au public des tombeaux de Voltaire et de Rousseau91. Ces gestes trahissent la permanence d’une mémoire clandestine sous la Restauration, malgré les effacements successifs des symboles de la Révolution.

Utopies contre-révolutionnaires d’une capitale régénérée

35La capitale contre-révolutionnaire, phare de la Restauration, n’eut donc pas vraiment d’existence concrète. Elle n’en fut pas moins imaginée par une fraction de l’opinion. Cette capitale de papier, capitale imaginaire, mérite d’être restituée à l’histoire. C’est ici que l’histoire d’une capitale croise le destin d’individus singuliers. Le clergé parisien, de l’archevêque aux missionnaires, mais aussi des sujets isolés, appartenant au petit peuple royaliste, dessinèrent cette capitale de la régénération.

  • 92 L’Ami de la religion et du roi, t. IX, pp. 191-192.

36Les représentations de la capitale expiatoire émanant du clergé parisien esquissent une véritable utopie politique de la pénitence collective. La capitale demeurait au fond entachée du péché originel de la Révolution, incarné dans le régicide et le triomphe du paganisme. Lors de la mission du calvaire de 1816, l’abbé de Rauzan, supérieur général des missions de France, parle de « ville coupable, [...] centre et [...] source de tant d’iniquités »92. Après le régicide, le rapport du sujet et du souverain était analogue à celui de la créature et du Créateur après le péché originel : le salut politique ne pouvait advenir que par l’expiation.

  • 93 Cité dans R. Limouzin-Lamothe, Monseigneur de Quélen, archevêque de Paris. Son rôle dans l’église (...)

37L’utopie réside dans la croyance en une régénération de l’espace et des cœurs de la capitale, qui inverserait le rapport politique traditionnel entre Paris et la province. Dès 1815, le mandement publié lors de l’anniversaire du régicide proclame l’espérance d’une telle purification : « Tel est, N.T.C.F., l’acte d’amende honorable auquel nous vous appelons, afin que, par la participation de chacun de vous à cette expiation, le peuple se purifie, et que de même que le crime commis dans la capitale a flétri le sol français, l’expiation solennelle qui se fera dans cette Cité, soit comme une sorte d’aspersion qui efface la tache contractée par la Nation entière. [...] La religion va donc donner, N.T.C.F., une nouvelle face à l’événement du 21 Janvier ». Mêmes accents dans les paroles de Mgr Quélen lors de la mission de 1826 : « Cette cité trop fameuse, rougie du sang de son roi et de ses prêtres, se lavera dans les eaux de la pénitence. [...] Après avoir été le centre de tant de maux et le théâtre de tant de crimes, réconciliée avec son Dieu et avec elle-même, elle s’enorgueillira d’être la capitale de la France régénérée. »93

  • 94 Ludovico decimo sexto
    regi christanissimo
    impie necato
    ann. 1793
    Gallia moerens
    posuit
    Regnante
    Carolo De (...)
  • 95 Souligné par nous.
  • 96 Lettre à Corbière, ministre de l’Intérieur, 25 avril 1826. Archives de l’Archevêché, D.I.

38Ces prophéties politiques expliquent que le clergé parisien ait été en quelque sorte le fer-de-lance des initiatives d’effacement des traces de la capitale révolutionnaire. C’est sous les ordres de Mgr Quélen que furent détruites les allégories politiques du Panthéon, c’est à son initiative que furent mêlés monumentalité expiatoire et exercices de mission lors du jubilé de 1826. L’inscription qu’il suggère d’insérer sur le monument de la place Louis XVI pose les termes d’une politique ouvertement contre-révolutionnaire94 : allusion explicite au régicide sacrilège, expression d’une expiation nationale, et réaffirmation de la majesté royale. De même, le monument expiatoire qu’il eut l’audace de proposer au roi traduisait en allégories la soumission de la nation au double principe sacré et dynastique de la monarchie française, plaçant ainsi l’expiation très au-dessus de la commémoration individuelle : « Une croix nue, de bronze ; une statue de marbre blanc représentant la France à genoux95, couvrant du manteau royal des urnes funèbres ; autour, quelques groupes d’anges portant les palmes de la religion et les attributs de la Royauté ; une simple inscription de ces paroles qui ont mérité le salut du monde : Pater, ignosce Mis. »96

  • 97 Pétition de d’Anglade, propriétaire, à la Chambre des députés. 4 juin 1822. A.N. C/2069.
  • 98 Chevalier Bolangier de, pétition à la Chambre des députés, 21 mars 1825. A.N. C/2075.
  • 99 Il était prévu de rétablir la place dans son ordonnancement d’Ancien Régime, avec en son centre un (...)
  • 100 Pétition de Bolangier de Fougerolles.

39Un petit peuple royaliste négligé par l’historiographie, contribua lui aussi à l’imaginaire de la capitale contre-révolutionnaire. Les pétitions réclamant l’érection de monuments expiatoires, adressées à la Chambre des députés, offrent un témoignage unique de cette sensibilité peu étudiée. Ces pétitions proviennent généralement de petites gens, nobles déclassés, parfois proches de l’illettrisme, anciens militaires ou fonctionnaires, se réclamant toujours de la cause de la fidélité aux Bourbons. Ces pétitions préconisent une mise en scène politique spectaculaire. Le lieu d’élection privilégié pour les monuments expiatoires est « le lieu même qui fut arrosé du sang de Louis XVI »97 : sur 16 pétitions parisiennes à la Chambre des députés relatives à l’érection d’un monument expiatoire à la mémoire de Louis XVI, 10 proposaient l’emplacement de la place Louis XV. L’empreinte du sang devait donner au monument une force émotionnelle incomparable : un des pétitionnaires souhaite « qu’il soit à cette place l’épouvante du régicide et de ses adhérents, et qu’ils reculent à son aspect comme les supports [sic] de Satan à la vue de l’ange exterminateur. »98 L’opposition à la politique de Louis XVIII était sur ce point manifeste : l’abandon du « champ du sang », réduit à un véritable champ de boue99, choquait les royalistes les plus fervents. Il était interprété comme une trahison politique, fruit d’une compromission avec la Révolution, « concession à la classe jacobine, en le [le monument] faisant détourner de leurs yeux. »100

  • 101 Ainsi Fleury, dans une pétition de 1814, suggère-t-il un bûcher expiatoire en présence de représen (...)

40La mise en scène expiatoire reposait aussi sur la croyance dans les vertus purificatrices de l’eau et du feu. Plusieurs projets proposent de brûler au centre de la place Louis XV l’acte de condamnation de la Convention, comme préalable à tout monument expiatoire101. D’autres projettent des saules pleureurs autour de la place, ou des fontaines lustrales, dont l’écoulement permanent signifierait à la fois la permanence de la douleur du peuple de Paris, et la purification lente du « champ du sang » :

  • 102 Pétition de Martine, rue du faubourg du Temple, s.d. (session 1825). A.N., C/2076.

« Aux quatre coins de la place, sur quatre rochers seraient placées les figures emblématiques des quatre grands fleuves de la France accompagnés de leurs principaux affluents, laissant échapper de leur urne une nappe d’eau se divisant ensuite en plusieurs branches qui, suivant différentes directions sinueuses, sembleraient laver la place de ses nombreuses et criminelles souillures, et après avoir serpenté sur le gazon, iraient se perdre dans des conduits souterrains ; deux fontaines placées, l’une en avant, l’autre en arrière du monument, compléteraient cette perpétuelle purification. »102

  • 103 Pétition de d’Anglade, 4 juin 1822. A.N. C/2069.
  • 104 Voir A.N. F21/582. Offrandes de la gendarmerie d’Eure-et-Loir (1 015 fr.), de la ville de Metz (12 (...)
  • 105 Pétition du Chevalier d’Antibes la Chambre des députés, 24 février 1816. A.N C/2033.

41La capitale imaginée devait aussi traduire les lignes de partage du nouvel espace politique, l’exclusion des régicides allant de pair avec l’exhibition de la patrie véritable, identifiée avec les royalistes de cœur. Les monuments expiatoires devaient donner à voir cette séparation de la faction et de la nation. En montrant simultanément l’adhésion et l’opprobre, la contre-révolution confinait à la « révolution contraire » décriée par Joseph de Maistre. Il s’agissait, par la religion des souvenirs, de « blesser les yeux de la révolution »103, et, dans le même temps, d’associer explicitement le vrai peuple aux monuments de l’expiation. Certains préconisaient le lancement d’une souscription nationale pour financer le monument à Louis XVI, et accompagnaient leur demande d’une obole104. D’autres voulaient voir inscrits sur le piédestal les noms des sujets restés fidèles, en particulier des otages de Louis XVI et de Marie-Antoinette, et montrer ainsi « qu’il fut, indépendamment des armées catholiques et royales de l’Ouest et du Midi, et des illustres compagnons d’infortune de notre Roi chéri et de nos princes bien aimés [...] sur tous les points de la France et dans les trois ordres de l’Etat, et aussi dans presque toutes les classes d’autres Français [qui] n’en surent pas moins conserver bien religieusement, comme le feu sacré, dans toute leur pureté, dans toute leur énergie, l’honneur français et notre amour antique pour nos Rois. »105

  • 106 Pétition de Simon à la Chambre des députés, 27 mai 1821. A.N. C/2063.

42Paris devait ainsi devenir un modèle pour l’Europe, la capitale d’une contre-révolution exemplaire, absoute du régicide. L’honneur de la France était en cause, mais aussi le sens même de la politique : il s’agissait, en même temps que d’écrire l’histoire pour l’éternité, de rappeler sans masque le sens de la Révolution, et de rétablir une lisibilité politique, qu’aurait obscurcie la dérive libérale du régime. Un des pétitionnaires, évoquant le refus d’ériger un monument à Louis XVI sur le lieu du crime, parle de « concession impolitique », qui aurait « rendu équivoque le sens de plusieurs mots de notre langue : en effet il serait difficile d’expliquer ce qu’on entend aujourd’hui dans le style administratif par union, oubli, modération, exagération, etc. »106 La capitale contre-révolutionnaire devait être une capitale de la séparation, des limites, autant qu’une capitale de l’éclat et de la gloire.

  • 107 Voir sur cette importante question, M.-Cl. Chaudonneret, op. cit.

43La politique de fabrication d’image d’une nouvelle capitale politique, régénérée et repentante, avait manifestement échoué. Les velléités d’effacement s’étaient heurtées à la résistance, et à l’excès de la mémoire révolutionnaire. La difficulté de représenter le mal, et de rappeler les fautes d’une nation dans l’espace public explique également cet échec. La prudence du régime fut de ne pas ériger Paris en capitale du martyre collectif, en évitant de commémorer par des monuments publics les massacres et les victimes anonymes de la Révolution. Mais la Restauration ne sut pas toujours mettre en œuvre une politique cohérente de l’espace public. Les responsabilités en matière de politique monumentale relevaient d’un écheveau confus, de la Préfecture de la Seine au roi, dépositaire théorique de la souveraineté en matière d’hommage public107. Les oscillations politiques dans le temps court ont aussi compromis la lisibilité de l’effacement des traces. Les contradictions entre mémoire et oubli ont paralysé toute la mise en scène du pouvoir, et, au total, le régime semble avoir trahi le pacte d’union et d’oubli promis par Louis XVIII. Le peuple parisien ne put souscrire durablement à l’imposition de cette image de capitale expiatoire. Les gestes iconoclastes des insurgés de 1830 sont à cet égard éloquents. Ils détruisirent dans la fonderie du Roule la statue de Louis XVI projetée pour la place de la Concorde. Les inscriptions de la chapelle expiatoire de la Conciergerie furent partiellement effacées. Le régime de la Monarchie de Juillet ne s’y trompe pas, et ordonne la destruction du piédestal du monument de la place Louis XVI, annule le programme expiatoire de la Madeleine, et abroge la loi du deuil national du 21 janvier.

Notes

1 Michelet fut le premier à le constater avec force : « Alors que l’Empire à sa colonne et la Royauté le Louvre, la Révolution a pour monument... le vide. Son monument, c’est le sable, aussi plan que l’Arabie... Un tumulus à droite et un tumulus à gauche, comme ceux que la Gaule élevait, obscurs et douteux témoins de la mémoire des héros... », Histoire de la Révolution Française, Préface de 1847.

2 La source principale pour une telle approche est en effet constituée par les mémoires publiés.

3 Cette politique de l’espace sous la Révolution a été étudiée incidemment par M. Ozouf dans La fête révolutionnaire 1789-1799, Paris, Gallimard, 1975, et surtout par B. Baczko, « Une ville nommée Liberté. L’utopie et la ville », in Lumières de l’utopie, Paris, Payot, 1978, pp. 283-400, et plus récemment dans la thèse d’A. Jourdan, Les monuments de la Révolution Française. Le discours des images dans l’espace parisien, 1789-1804, Amstetdam, 1993.

4 B. Baczko, op. cit., p. 363.

5 E. Quinet l’exprime avec netteté : « En mêlant à Voltaire et à Rousseau des dignitaires obscurs, sans lendemain, on ôta bientôt au Panthéon son auréole. Le nom lui resta, la pensée en fut retirée. Ce ne fur plus ni Sainte-Geneviève, ni le Panthéon, mais une chose sans âme, tombée en désuétude, sépulcre vide d’une révolution morte ». (E. Quinet, « La Panthéon », in Paris - guide par les principaux écrivains et artistes de la France. Première partie. La science et l’art, Paris, Lacroix, 1867, pp. 658-670). Voir également M. Ozouf, « Le Panthéon », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire I, La République, Paris, Gallimard, 1984, pp. 139-166, et Le Panthéon. Symbole des révolutions. De l’Eglise de la nation au Temple des grands hommes, Paris, Centre canadien d’architecture, Caisse Nationale des Monuments Historiques et des Sites, 1989. Ce dernier ouvrage aborde avec précision le destin du Panthéon au xixe siècle.

6 Voir J. Cousin, « De la nomenclature des rues de Paris », Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Ile-de-France, t. XXVI, 1899, pp. 1-24, mais aussi M. Heid, Les noms de rues de Paris à travers l’histoire. Problèmes linguistiques et sociologiques, thèse de doctorat allemande, Bamberg, 1972, faible sur les analyses politiques, et enfin D. Milo, « Le nom des rues », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire II, La Nation, vol. 3, Paris, Gallimard, 1986, pp. 283-31 5.

7 Voir le classique L. Réau, Histoire du vandalisme. Les monuments détruits de l’art français, Paris, Robert Laffont, 1994 [rééd.], p. 574.

8 Le recensement des transformations des noms de rues sous la Restauration a été réalisé à partir de F. et L. Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues et monuments de Paris, reprint, Paris, Maisonneuve et Larose, 1994 [1855,2e éd.], J. de la Tynna, Dictionnaire topographique, historique et étymologique des rues de Paris, Paris, Smith, 1817, et de N.-M. Maire, Nomenclature des rues de Paris, pour servir à la recherche des rues, culs-de-sac, passages, etc., sur le plan de Paris..., Paris, 1816. Les rares analyses des changements de noms de rues sous la Restauration sont doublement erronées : le nombre de rues débaptisées s’élève à 63 (chiffre supérieur à celui qu’a retenu l’historiographie), et les transformations ne furent pas imputables à la seule ordonnance royale de 1815. L’interprétation politique s’en trouve donc nuancée.

9 Ordonnance royale du 9 juillet 1815.
« Louis, par la grâce de Dieu, Roi de France et de Navarre,
Voulant rendre leur véritables noms aux anciens édifices publics de notre bonne ville de Paris, et en donner aux nouveaux qui ne rappellent que des époques de réconciliation et de paix, ou leur utilité particulière pour les habitants,
Nous ordonnons ce qui suit :
Art. 1er : Les places, ponts et édifices publics de notre bonne ville de Paris reprendront les noms qu’ils portaient au 1er janvier 1790, et toute inscription contraire sera effacée.
2. En conséquence, le pont qui communique de la rue de la Concorde et de la place Louis XV au palais du Corps Législatif, reprendra son nom de pont de Louis XVI.
Celui qui communique du palais des Tuileries à la rue du Bac, son nom de Pont-Royal ;
Celui qui communique du quai des Bonshommes au Champ-de-Mars, prendra le nom de Pont-Des-Invalides ;
Celui qui communique de la Rapée au Jardin du Roi, prendra le nom de Pont du Jardin du Roi ».

10 L’ordonnance du 10 juillet 1816 fixe en termes fermes le monopole royal en matière d’hommage public.

11 Ordonnance royale dul2 avril 1816.

12 Rapport du Directeur des Travaux Publics de Paris, Bruyère, au ministre de l’Intérieur, le 22 Mars 1816.

13 Nous n’évoquons pas ici les rues nouvellement percées sous l’Empire et dont les noms ne furent pas transformés, suscitant l’indignation des ultras. Une pétition adressée à la Chambre des députés en 1816, puis en 1817, se plaignait ainsi de la non-application de l’ordonnance de juillet 1815 et proposait de donner aux rues percées sous l’Empire les noms des principales victimes de la Révolution. Voir la pétition de Brière AN C*/2396 (inventaire), et C/2029 (texte de la pétition). C’est aussi ce qui fait dire à D. Milo (art. cit.) que sous la Restauration, « les Parisiens vont continuer à évoluer dans une ville fortement « napoléonisée » : Rivoli, Ulm, les Pyramides, Kléber, Desaix, Montebello sont toujours là pour leur rappeler la gloire de l’Empire ».

14 Baptisée ainsi en 1792.

15 Elle prit ce nom en 1790.

16 Le nom de Rousseau fut effacé de « sa » rue en 1816, puis rétabli sans explication.

17 Relayées par le préfet de la Seine, puis par le ministre de l’Intérieur. Archives Nationales (A.N.) F21/578.

18 Voir A.N. F13/1141 et F21/578.

19 P.-F.-L. Fontaine, Journal. 1799-1853, Paris, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, 1987, tome I, p. 471.

20 Notes de Baltard sur les transformations de l’église Sainte-Geneviève, 20 février 1816. A.N. F13/1141.

21 Ancien élève de Moitte, auteur du bas-relief du fronton.

22 A.N. F13/1141. Gaulle proposa ainsi comme sujets la religion couronnant Sainte-Geneviève, et la ville de Paris qui se découvre au nouveau culte.

23 A.N. F13/1142.

24 Chateaubriand parle, parmi d’autres, de second vingt-et-un janvier pour évoquer la mort du duc de Berry.

25 Rapport au ministre de l’intérieur, 20 octobre 1830. A.N. F21/578.

26 Ces derniers se livrèrent partout à une bataille contre les « mauvais livres » d’inspiration philosophique, et en particulier contre les œuvres de Voltaire et de Rousseau, allant même jusqu’à l’autodafé. Voir M. Lyons, « Fires of expiation: book-burnings and catholic missions in Restoration France », French history, juin 1996, pp. 240-266.

27 AN. F13/679.

28 Une pétition de Gauthier de Claubry, adressée à la Chambre des députés en avril 1816, demandait le retrait des caveaux de Sainte-Geneviève des corps de Voltaire et de Rousseau, « malheureux auteurs de la destruction de la Religion et de nos institutions sociales ». A.N. C*2400 (inventaire) et C/2032 (texte).

29 E. Quinet, op. cit.

30 Le Constitutionnel affirme que les cendres de Voltaire et de Rousseau ont quitté l’enceinte du Panthéon, démenti par les journaux proches du ministère Villèle. Un demi-siècle plus tard, E. Quinet (art. cit.) voit, non sans quelque excès, dans cet acte de la Restauration une inconsciente « fureur de se perdre » : « elle osa ouvrir les tombeaux de Voltaire et de Rousseau, en piller les restes, en remplir des sacs, les jeter au loin, je ne sais pas dans quel égout, près de la Seine, représailles des sépultures royales er des spectres dispersés de Saint-Denis. Que serait-il arrivé si nous l’eussions surprise en flagrant délit, la main dans les tombeaux ? Mais, avec un reste de prudence que l’on n’aurait pas imaginée dans ses témérités, elle avait choisi la nuit pour cette œuvre de nuit. »

31 Pétition de Legrand, architecte. 21 avril 1828. A.N. C*/2412 (inventaire) et C/2095 (texte).

32 A. Corbin, « Le sang de Paris. Réflexions sur la généalogie de l’image de la capitale », Le temps, le désir et l’horreur. Essais sur le dix-neuvième siècle, Paris, Aubier, 1991, pp. 215-226.

33 Auxquels on ajouta la plus célèbre victime de l’Empire, le duc d’Enghien.

34 Sur la question des monuments expiatoires de la Restauration, la bibliographie est à la fois ample, précieuse du point de vue de l’érudition, mais lacunaire du point de vue de l’analyse politique. Voir notamment R. Anchel, « La commémoration des rois de France à Paris pendant la Restauration. », in Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et l’Ile-de-France, 1924, t. 4, pp. 173-208 ; J.-M. Darnis, Les monuments expiatoires à la mémoire de Louis XVI et de Marie-Antoinette, Paris, Union parisienne d’imprimerie, 1981 ; La famille royale à Paris. De l’histoire à la légende. Catalogue d’exposition du musée Carnavalet, Paris, 1994 ; De la Place Louis XV à la Concorde, Catalogue d’exposition, Musée Carnavalet, 1982. Les réflexions récentes de M.-Cl. Chaudonneret apportent un éclairage nouveau sur la question, envisagée comme l’une des formes majeures de la commande publique du système des Beaux-Arts sous la Restauration. Voir M.-Cl. Chaudonneret, L’Etat et les Artistes. De la Restauration à la monarchie de Juillet (1815-1833), Paris, Flammarion, 1999, pp. 162-166.

35 Il y eut, dans l’élaboration d’une loi du deuil expiatoire du 21 janvier (loi du 19 janvier 1816) une inscription originale de l’histoire dans le droit.

36 À la mémoire de Louis XVI et de Marie-Antoinette, célébrées dans toutes les églises de la capitale, ainsi qu’à Saint-Denis.

37 Célébrées chaque année aux Carmes, mais non encadrées par le pouvoir.

38 L’architecte Pâris revendique la paternité d’une telle idée, qu’il aurait transmise à Louis XVIII en exil. Un autre Projet de pompe funèbre à célébrer à perpétuité..., publié en 1797 chez Lenormant, prévoyait l’édification d’une chapelle expiatoire à la mémoire de Louis XVI, place Louis XV.

39 L’expression est utilisée par M. Pollak. Voir notamment « Mémoire, oubli, silence », in Une identité blessée, études de sociologie et d’histoire, Paris, A.-M. Métailié, 1993, pp. 15-39.

40 Voir A.N. F7/6798.

41 Voir à ce sujet notamment les Mémoires du chancelier Pasquier, (tome 3, pp. 61-62), ou le Journal de l’architecte Fontaine (tome 1, p. 439).

42 C’est dans la discrétion et la solitude que Fontaine procède à cette pose. Voir Fontaine, op. cit., p. 440.

43 Le vingt-et-un janvier, par M. de Chateaubriand, Paris, Le Normant, 1815, in-8°. Pièce. BN Lb45-412.

44 À propos de sa brochure, Chateaubriand commente : « Voilà ce qui fut commandé par le Roi » (Archives Parlementaires, tome 16, Chambre des Pairs, Séance du 9 janvier 1816).

45 Où étaient en particulier célébrés des services à la mémoire de Louis XVI chaque 21 janvier.

46 Loi du 19 janvier 1816 sur le deuil du 21 janvier.

47 Art. 4.

48 L’intégration en 1821 des restes du général Précy dans un tombeau individuel en modifie toutefois quelque peu la signification. Sur cette question du monument expiatoire lyonnais, voir E. Hardouin-Fugier, « le souvenir des victimes de 1793 à Lyon : du cénotaphe (1795) aux chapelles (1906) », in Pratiques religieuses dans l’Europe révolutionnaire. 1770-1820. Actes du colloque de Chantilly, Paris, Brépols, 1988, pp. 660-668, et J. Davallon (dir.), Politique de la mémoire. Commémorer la Révolution, Lyon, P.U.L., 1993.

49 Voir l’ensemble des Travaux de J.-C. Martin, et plus particulièrement, La Vendée de la mémoire : ¡800-1980, Paris, Le Seuil, 1989, pp. 37-86, ainsi que C. Petitfrère, « Fête et commémoration en Vendée militaire (1815-1914) », Annales historiques de la Révolution Française, 1982, pp. 476-490, et J.-C. Garcia et U. Treuttel, « Monuments contre-révolutionnaires en Vendée (1815-1832) », Monuments historiques, 1986, n° 144, pp. 59-76.

50 Situé près du parc Monceau, ce cimetière rassemblait plus de 1700 victimes de la Révolution, dont Malesherbes et Madame Elisabeth.

51 Voir A.N. F21/4859, et J. Hargrove, Les statues de Paris. La représentation des grands hommes dans les rues et les places de Paris, Paris, Albin Michel, 1989, chapitre 6 « La Restauration de la Monarchie ».

52 La chapelle expiatoire de la rue d’Anjou, sur l’emplacement du cimetière de la Madeleine, ne célèbre que par un cénotaphe sans plaque commémorative les victimes anonymes de la Révolution.

53 Voir à ce propos G. de Bertier de Sauvigny, « Nouvelles statues royales », in G. Bresc-Bautier (dir.), Art ou politique ? Arcs, statues et colonnes de Paris, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 1999, pp. 106-110, ainsi que M.-Cl. Chaudonneret, op. cit., p. 161. Il est d’ailleurs significatif qu’une même ordonnance règle le 14 février 1816 l’emplacement des monuments expiatoires de la Madeleine, et le rétablissement des statues royales.

54 Ordonnance royale du 27 avril 1826.

55 Le modèle en plâtre, au tiers de la grandeur d’exécution, est conservé au Musée historique de Versailles. Le Musée Carnavalet possède également un dessin de la statue par Duvivier, D8915.

56 Voir à ce propos les remarques éclairantes de C. Langlois, Les sept morts du roi, Paris, Anthropos, 1993, chapitre 1, « La septième mort du roi ».

57 Voir A. Jourdan, « Ch. 1. L’éclipse d’un soleil », in Les monuments de la Révolution, 1770-1804. Une histoire de représentation, Paris, Champion, 1997.

58 Voir M.-Cl. Chaudonneret, op. cit., p. 178.

59 AN F13/1245. Minute d’un rapport au roi de Héricart de Thury, directeur des Travaux Publics de Paris, 14 janvier 1830.

60 A.N. F21/582. Minute du ministre de l’Intérieur. 29 janvier 1816. Lors du premier concours de 1829 pour le fronton de la Madeleine, sept des concurrents représentent Louis XVI au milieu des saints. Le projet choisi, de Lemaire, ne représente pas Louis XVI. Voir I. Leroy-Jay Lemaistre, « L’église de la Madeleine de la Restauration à la Monarchie de Juillet : un mécénat d’Etat », in La sculpture française au xixe siècle, Paris, Éditions de la Réunion des Musées Nationaux, 1986, pp. 197-207.

61 A.N. F13/1149. Lettre du ministre de l’intérieur Laîné à Bruyère, 10 octobre 1816.

62 Rapport de la commission sur la proposition du Vicomte de la Rochefoucauld, relative au deuil du 21 janvier. A.P., t. XV, p. 610.

63 A.N. F21/582.

64 Le vingt-et-un janvier... op. cit.

65 Inscription effacée lors des événements de juillet 1830. Voit J.-M. Darnis, op. cit., ch. 6.

66 Maine de Biran en est dans doute l’un des témoins les plus lucides. Évoquant un conversation avec un jeune homme, il écrit dans son Journal le 30 avril 1814 : « Il était question du sentiment d’amour pour nos fois qui semblait être naturel aux Anciens, et qui, après avoir été comprimé sans être effacé par vingt-cinq ans de révolutions, se manifeste aujourd’hui avec un enthousiasme si général. Mon jeune homme, qui, comme tous les enfants nés dans la Révolution, ne peut connaître ce sentiment, soutenait qu’il était uniquement relatif à l’intérêt personnel, et qu’il dépendait de Bonaparte de l’exciter aussi vivement que Louis XVIII ».

67 Bordeaux, siège de la « révolution du 12 mats » 1814, fut la première à proclamer son allégeance à Louis XVIII, et, pendant les Cent-Jours, lui demeura fidèle.

68 Chambre des députés. Comité secret du 28 décembre 1815, A.P., t. XV, p. 619.

69 Adresse de la Chambre des députés à Louis XVIII, adoptée le 18 janvier 1816 (AP, t. XVI, pp. 35-36).

70 Philosophie et politique monumentales, ou des monuments publics bourboniens, des places, des fontaines et des rues de Paris, par Auguste Hus, Paris, imp. de Rougeron, s.d., in-8°. Pièce. BN Lb48-2427, p. 2-3.

71 Encore revendiquée par ailleurs. Dans un rapport au roi sur la politique monumentale, Decazes écrit en 1819 : « Votre Majesté convaincue que ce n’est pas seulement par les institutions politiques, mais aussi par les monuments des arts que les peuples prennent leur place dans l’histoire, s’occupe à la fois de ce qui, sous l’un et l’autre rapport, peut garantir le bonheur de ses sujets et ajouter à la gloire de la nation » (22 avril 1819), A.N. F13/1141.

72 L’exhibition des blessures et des cadavres en est le phénomène le plus spectaculaire. Voir notamment A. de Baecque, La gloire et l’effroi. Sept morts sous la Terreur, Paris, Grasset, 1997.

73 Ces diverses fonctions apparaissent aussi dans les monuments de la Révolution étudiés par A. Jourdan (op. cit., conclusion).

74 A.P., t. XV, p. 610.

75 Lettre du ministre de l’Intérieur Laîné à Bruyère, 10 octobre 1816. A.N. F13/1149.

76 29 janvier 1816. A.N. F21/582.

77 A.P., t. XVI, p. 6, Chambre des Pairs, Séance du 9 janvier 1816.

78 J. Fiévée, Histoire de la Session de 1815, Paris, Le Normant, 1816, p. 442.

79 Voir M. Ozouf, op. cit.

80 M. Agulhon en fait un des éléments d’une doctrine contre-révolutionnaire de l’hommage public. Voit son article pionnier « La statuomanie et l’histoire », Ethnologie française, 1978, pp. 145-172.

81 Place Louis XV.

82 Il est vrai que Louis XVIII eut à souffrir sous la première Restauration de rumeurs diffuses l’accusant d’une certaine responsabilité dans le régicide. Le Bulletin de Paris (rapport de la préfecture de police) indiquait ainsi, à la date du 20 septembre 1814 : « Des avis secrets donnent à connaître que l’on fait imprimer en ce moment hors de Paris une lettre que l’on attribue au Roi (alors Monsieur), dans laquelle il approuverait la mort de Louis XVI, son frère. Des ordres très particuliers ont été donnés pour connaître les auteurs de cette calomnie et pout s’assurer si le fait de l’impression a réellement lieu », A.N. F7/3836.

83 Voir A.N. F19/5522.

84 Le duc d’Orléans en témoigne dans ses Souvenirs : « Le jubilé ne pouvait finir sans que le clergé donnât lui aussi, comme tout ce qui avait pouvoir alors, le coup de pied de l’âne à cette Révolution qu’on insultait alors, parce qu’on ne la craignait plus. » (Ferdinand-Philippe, duc d’Orléans, Souvenirs. 1810-1830. Texte établi, annoté et présenté par Hervé Robert, Genève, Droz, 1983).

85 E.-J. Delécluze, Journal. 1824-1826, Paris Grasser, 1948. 21 janvier 1827 : « C’est aujourd’hui l’anniversaire de la mort de Louis XVI, et l’on fait un service funèbre dans toutes les églises de France à cette occasion. Il y a trente-quatre ans d’écoulés depuis la mort de ce prince. Depuis ce temps, la grande querelle entre les peuples et les rois se continue, et au moment où j’écris, les événements politiques et l’état de l’opinion sur la question des rois sont à peu près revenus au point où ils étaient en 1793 ».

86 Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, tome II, Paris, Le Livre de Poche, 1992, pp. 302-303.

87 Voir à ce propos N. Loraux, La cité divisée. L’oubli dans la mémoire d’Athènes, Paris, Payot, 1997.

88 Notamment Le Censeur dans un article consacré en 1815 au monument de Quiberon, « De l’apothéose des vendéens et des chouans », t. III pp. 242-246.

89 Delécluze, Journal p. 348.

90 Lettre du Directeur des travaux publics à Grillon, architecte du monument, 11 mars 1829. A.N. F13/1261.

91 A.N. F13/1143.

92 L’Ami de la religion et du roi, t. IX, pp. 191-192.

93 Cité dans R. Limouzin-Lamothe, Monseigneur de Quélen, archevêque de Paris. Son rôle dans l’église de France de 1815 à 1839 d’après ses archives privées, Paris, Vrin, 1955, p. 125.

94 Ludovico decimo sexto
regi christanissimo
impie necato
ann. 1793
Gallia moerens
posuit
Regnante
Carolo Decimo
Anno jubilaei
MDCCCXXVI.

95 Souligné par nous.

96 Lettre à Corbière, ministre de l’Intérieur, 25 avril 1826. Archives de l’Archevêché, D.I.

97 Pétition de d’Anglade, propriétaire, à la Chambre des députés. 4 juin 1822. A.N. C/2069.

98 Chevalier Bolangier de, pétition à la Chambre des députés, 21 mars 1825. A.N. C/2075.

99 Il était prévu de rétablir la place dans son ordonnancement d’Ancien Régime, avec en son centre une statue équestre de Louis XV. En 1824, la place était en réalité dans un « état d’abandon [...] dont l’œil du public s’étonne et s’afflige » A.N. F13/867.

100 Pétition de Bolangier de Fougerolles.

101 Ainsi Fleury, dans une pétition de 1814, suggère-t-il un bûcher expiatoire en présence de représentants des trois ordres corresponsables du régicide : « le prêtre principal ayant une torche à la main mettrait le feu au bûcher. Le noble et le représentant du peuple prendraient tous les papiers contenus dans la corbeille et les livreraient aux flammes en signe des regrets qu’ils ont d’avoir osé signer la réprobation et la mort d’un si bon Roi », A.N. F1 cI, 106, Esprit public.

102 Pétition de Martine, rue du faubourg du Temple, s.d. (session 1825). A.N., C/2076.

103 Pétition de d’Anglade, 4 juin 1822. A.N. C/2069.

104 Voir A.N. F21/582. Offrandes de la gendarmerie d’Eure-et-Loir (1 015 fr.), de la ville de Metz (12 000 fr.), de l’archiconfrérie du Saint-Sépulcre de Jérusalem (1 000 fr)...

105 Pétition du Chevalier d’Antibes la Chambre des députés, 24 février 1816. A.N C/2033.

106 Pétition de Simon à la Chambre des députés, 27 mai 1821. A.N. C/2063.

107 Voir sur cette importante question, M.-Cl. Chaudonneret, op. cit.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540