Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Capitales culturelles, capitales symboliques

 | 
Christophe Charle
, 
Daniel Roche

Introduction. Pour une histoire culturelle et symbolique des capitales européennes

Christophe Charle

Texte intégral

1Le processus d’émergence et d’affirmation de l’identité nationale suppose que soient remplies un certain nombre de conditions préliminaires (linguistiques, politiques, économiques, etc.). Il s’appuie aussi sur des points d’ancrage d’ordre culturel qui facilitent l’identification d’une collectivité en tant que nation indépendante : une collectivité nationale a besoin de se reconnaître dans une histoire commune, dans une littérature (voire une écriture), dans des traditions culturelles et esthétiques (par exemple la musique), dans des lieux de mémoire matériels ou immatériels.

2Placée, par définition, au sommet des réseaux de commandement et d’organisation nationale dans les domaines politique, économique, social, culturel, artistique, éducatif, etc., la capitale offre, de ce point de vue, un lieu d’observation privilégié de ces phénomènes. Paris, capitale d’un État-nation très anciennement formé et centralisé autour de catégories d’abord politiques, s’impose pour la nation française comme la figure symbolique la plus forte de l’État, et la capitale regroupe, presque sans partage, toutes les fonctions de commandement (politiques, économiques et financières, intellectuelles). C’est sans doute un cas exceptionnel à l’aune européenne. Dans la plupart des autres pays où le substrat urbain antérieur était très fourni et où les catégories politiques nouvelles se sont difficilement imposées, les capitales nouvelles ont eu le plus grand mal à supplanter des « capitales » antérieures, devenues régionales, qui souvent réussirent à maintenir une partie de leur suprématie héritée.

3En partant du xviiie siècle pour aller jusqu’au milieu du xxe siècle, les auteurs de ce volume se sont proposé de mesurer s’il y a eu ou non convergence vers un modèle unique de capitale, résistance et permanence de traditions culturelles et nationales (ou régionales) datant de l’époque ancienne ou encore réinvention de nouveaux modes d’organisation des réseaux d’influence et de commandement des villes capitales.

  • 1 Pour un exemple d’étude d’une capitale d’Amérique latine dans cette perspective, voir le mémoire p (...)

4Il est évidemment impossible de réaliser une synthèse exhaustive de cette trentaine de contributions écrites par des chercheurs ou universitaires américains, français, allemands, autrichiens, italiens, espagnols et qui couvrent la plus grande partie de l’Europe continentale. On en proposera plutôt une lecture transversale afin de dégager un programme pour d’autres recherches visant à pallier les manques de ce premier bilan. Si notre chronologie faisait fi, et c’était nécessaire étant donné notre problématique, de la césure, arbitraire et variable selon les lieux, entre l’époque dite moderne et l’époque dite contemporaine, il est regrettable en revanche que l’espace britannique n’ait pu être abordé. Maurice Agulhon, dans son exposé liminaire, avait suggéré aussi l’intérêt qu’il y aurait, ultérieurement, à présenter une comparaison étendue à l’espace américain1.

5Ce bilan reprendra la division en deux parties présente dans le titre du livre : capitales symboliques, où l’on s’attachera surtout à la mémoire (politique, religieuse et historique) des pierres, et capitales culturelles, où l’on insistera sur les facteurs de rayonnement des capitales concurrentes dans l’espace européen.

La mémoire des pierres

Le palimpseste parisien

6La première originalité de la capitale française, liée à son ancienneté et à son rôle politique, tient à l’intensité de la présence de l’histoire et des lieux symboliques comme points de repères de la mémoire nationale.

7Emmanuel Fureix (Université Paris-I) a choisi un moment crucial, à cet égard : le lendemain du retour des Bourbon en 1815. Malgré la volonté affichée d’effacer les traces symboliques de la Révolution et de l’Empire, la réalisation de ce projet épurateur est restée incomplète : après 1815, des rues rappellent toujours des batailles de l’Empire, la rue Jean-Jacques Rousseau et la rue du Contrat-Social passent à la postérité, des emblèmes républicains subsistent même sur le Panthéon, malgré son retour au culte. En particulier, malgré l’enlèvement de l’inscription en lettres de bronze, « Aux grands hommes la patrie reconnaissante », leur trace resta sur la pierre comme une ombre du passé.

8L’arrivée des ultras au pouvoir correspondit à une radicalisation de l’effacement, proche d’un vandalisme contre-révolutionnaire. Mais le régime voulut aller plus loin encore et pratiquer la purification des crimes commis par l’érection de monuments expiatoires. En janvier 1816, une loi spéciale est votée à cette fin. Mais seuls les membres de la famille royale furent honorés à Paris, alors qu’en province on érigea également des monuments aux victimes « ordinaires » de la Terreur. Il s’agissait de rompre avec la banalisation de la statuaire officielle par le culte des grands hommes qui a partie liée avec la Révolution et les Lumières. Il s’agissait aussi de rétablir le lien rompu avec le peuple en sanctifiant la figure royale comme martyr (monument de la Madeleine) et comme incarnation chrétienne du pardon (chapelle expiatoire de Marie-Antoinette à la Conciergerie).

9Paradoxalement pourtant, l’effacement de la Terreur passait par une culture de l’effroi qui n’était que l’inversion du programme politique de la Terreur. Par ce rappel indirect, elle risquait, malgré tout, d’en perpétuer ainsi la mémoire. Surtout, le programme initial ne fut jamais accompli durablement : le monument projeté à Louis XVI, place de la Concorde, resta inachevé tout comme les bas-reliefs de la Madeleine. Plus qu’au manque de temps, cet inachèvement tint à une hésitation : fallait-il reprendre les procédés de l’émotion politique publique promue par les régimes antérieurs et adverses ? Malgré une volonté plus radicale chez Charles X, l’hésitation demeura : ancrer le souvenir du passé, c’était aussi contribuer à la perpétuation de la division, alors que les opposants libéraux prônaient l’oubli pour permettre la réunion des Français. Grâce à ces rappels involontaires des ultras, clergé en tête, la gauche héritière des Jacobins maintint ainsi en vie la mémoire révolutionnaire dans les générations suivantes, comme en témoignèrent certaines manifestations étudiantes et populaires. 1830 commença à son tour par un nouveau processus d’effacement, place de la Concorde et à la Madeleine, ou de réécriture de la chaîne des temps, avec l’érection de la colonne de Juillet sur la place de la Bastille.

10Un autre moment tournant de cette mémoire des pierres de la ville capitale, la troisième République, est au centre du propos de Danielle Tartakowsky (Université Paris VIII). Elle y retrouve le paradoxe parisien décrit par E. Fureix pour la Restauration : la saturation de l’espace par des souvenirs historiques conduit les régimes successifs à tenter de marquer celui-ci sans pour autant que des souvenirs antérieurs, susceptibles de faire renaître l’émotion et les combats, puissent resurgir. D. Tartakowsky montre aussi comment les mêmes lieux peuvent changer de signification ou comment les acteurs se les réapproprient différemment selon les conjonctures et les épisodes historiques. Ainsi, jusqu’aux années 1920, la géographie des manifestations investissait les grands boulevards, non en fonction des souvenirs historiques (on n’y trouvait ni statues, ni monuments), mais en raison de leur centralité pour l’information politique (c’était le siège des principaux journaux) et de leur commodité pour la convergence des foules provenant des faubourgs. Paradoxalement même, avec son étalage de luxe et de richesse, ce cadre urbain bourgeois pouvait servir de symbole négatif visible d’un monde injuste qui suscitait la hargne des manifestants populaires.

  • 2 Sur ce point, cf. l’essai de Maurice Agulhon, « Paris la traversée d’Est en Ouest », in P. Nora (d (...)

11En revanche, l’entre-deux-guerres, avec sa déferlante patriotique, vit l’appropriation de l’axe ouest, grands boulevards-Concorde-Champs-Élysées, par la droite nationale ou nationaliste manifestante, processus culminant avec le point d’orgue du 6 février 1934. En réponse à ce nouveau marquage de l’espace, la gauche se trouva donc dans l’obligation de redéfinir son territoire propre dans le triangle Bastille-République-Nation. Il s’agit donc d’une identification tardive et réactive, comme on le voit, alors qu’aux yeux des générations suivantes l’Est parisien pouvait sembler rétrospectivement prédestiné par l’histoire, la toponymie, la statuaire et l’environnement social des quartiers populaires2. Selon D. Tartakowsky, si la ville propose, ce sont les manifestants qui disposent. Les périodes de réinscription dans la capitale des mouvements de masse sont celles où l’on a le plus besoin de réactiver l’histoire imprégnée dans les pierres comme le montrent les années 1930.

Rome n’est plus dans Rome…

12Avec le cas romain, traité de façon complémentaire par Catherine Brice (École française de Rome) et Bruno Tobia (Université Roma III), on retrouve une perspective à la fois similaire et inverse. À la différence de Paris, Rome, après 1870, est un espace ouvert (226 022 habitants disposent de 16 000 hectares alors que 2 millions de Parisiens se serrent sur moins de 10 000 hectares). Comme Paris, Rome est une ville à dimension universelle en raison des souvenirs de l’Empire romain et du rayonnement international de la Papauté. Les autres villes italiennes, nées principalement du Moyen Âge, restent, elles, enfermées dans une culture municipale. Mais cette double universalité (antique et catholique) se devait d’être dépassée vers une universalité italienne encore à construire, alors que le Pape était toujours présent, enfermé dans son îlot du Vatican. Il existe alors une sorte de « mur de Rome » spirituel et politique qui a duré plus longtemps que le mur de Berlin.

  • 3 Pour plus de détails, cf. C. Brice, Monumentalité publique et politique à Rome. Le Vittoriano, Rom (...)

13En 1881, est votée une loi pour l’agrandissement de la ville. Elle marque l’entrée en force du capitalisme spéculatif au détriment des espaces préservés mais elle ne suffit pas à changer la mémoire des lieux. Selon Catherine Brice, le nouvel État était en effet gêné par la rivalité entre les trois pouvoirs présents dans la ville : le gouvernement, la commune et l’Église catholique (qui dispose du patrimoine immobilier des institutions religieuses). Il mit en œuvre deux stratégies : le détournement, avec la confiscation du Quirinal, seconde résidence du Pape, ou l’utilisation du Panthéon comme tombeau des rois d’Italie à l’occasion, en 1878, de la mort du roi Victor-Emmanuel II. Le marquage de l’espace fut plus tardif avec la décision de créer un monument spécifique, le Vittoriano, chargé de commémorer à la fois le roi défunt et l’Unité italienne3.

  • 4 Sur la très forte valeur symbolique du Capitole depuis l’époque moderne dans les représentations d (...)
  • 5 George L. Mosse, The Nationalization of the Masses, Political Symbolism and Mass Movements in Germ (...)

14L’ambition est de créer un nouveau centre symbolique aussi massif que Saint-Pierre : tournant le dos à la Rome pontificale, il réalise un court-circuit historique en s’adossant à la Rome antique, grâce à la proximité du Capitole4. Le monument se trouve au centre d’un « T inversé » qui définit le circuit moderne de la nouvelle Rome : gare Termini, via Nazionale, croisement du Corso sur la piazza Venezia en direction du Tibre ; les deux nouveaux quartiers post-unitaires se trouvent ainsi reliés entre eux sans passer par la Rome catholique traditionnelle. Celle-ci avait réussi à allier fonctionnalité et espace symbolique ; dans la nouvelle Rome italienne, à cause du poids symbolique et architectural du monument phare, les deux facteurs sont dissociés. Il en va de même pour tous les nouveaux monuments de Rome, trop dispersés pour créer des itinéraires concurrents originaux. L’explication de l’échec de l’italianisation de Rome est toutefois sociale autant qu’urbanistique : fidèle à une vision oligarchique de la nation, la nouvelle classe dirigeante ne parvint pas à susciter une religion patriotique de masse, concurrente de la religion tout court. George L. Mosse a montré l’importance de ces rituels dans le cas allemand pour l’émergence durable d’une conscience nationale5. L’Italie réunie semble démunie sur ce plan.

  • 6 Ilaria Porciani (Université de Bologne) a développé ce thème à propos des autres capitales italien (...)

15L’Italie post-unitaire utilise aussi les procédés familiers à la République française : les noms des rues du quartier de la gare évoquent les ancêtres de la maison de Savoie ou des hommes politiques libéraux ; des statues sont dédiées à Charles-Albert et à Humbert Ier, mais, peu visibles, elles ne donnent pas lieu à des liturgies politiques. Par leur multiplicité, les fêtes nationales (Statuto, XX septembre) ne parviennent pas non plus à marquer durablement l’année en raison des interférences entre le calendrier religieux et le calendrier de la Cour6. Le fascisme y réussit mieux en fonction de son nouvel idéal nationaliste, du lien charismatique entretenu entre le chef et les masses (impossible sous une monarchie) et de sa capacité nouvelle à mobiliser l’ensemble des Italiens, laïques et catholiques, après l’apaisement des tensions avec le Vatican.

Fêtes nationales à Paris et à Berlin

  • 7 Cf. aussi son livre : Nationen im Gleichschritt. Der Kult der ‘Nation in Waffen’ in Deutschland un (...)

16Ce thème du culte national se retrouve dans la comparaison des fêtes militaires mises en place à Paris et Berlin après 1870, réalisée par Jakob Vogel (TU Berlin)7. Malgré des points de départ très différents (un État centralisé, un État fédéral ; un pays vaincu, un pays victorieux ; une ville au passé complexe, une ville au passé unifié ; un climat de guerre civile, une période d’union nationale), les similitudes sont fortes entre les cultes militaires mis en place, après 1871, dans les deux capitales. La ritualisation est amplifiée, le calendrier modifié, l’espace urbain remodelé afin d’assurer une plus grande participation du public. Des dates et des lieux fixes sont ainsi choisis : Longchamp et le 14 juillet, dans le cas parisien, la plaine de Tempelhof, le 2 septembre (Sedanstag), dans le cas berlinois.

17La structure politique spécifique des deux États réapparaît cependant dans la relation de la fête centrale à l’espace national : les autres régions allemandes n’ont pas de fête militaire annuelle, sauf en cas de visite d’inspection de l’Empereur en tant que chef de l’armée nationale. En France en revanche, toutes les villes de quelque importance célèbrent l’armée et la nation à l’unisson le même jour. La centralité parisienne est illustrée par l’afflux de provinciaux vers Paris dès le premier 14 juillet officiel de 1880. Aucune migration similaire ne se produit à l’échelle allemande en direction de Berlin. En France, l’aspect militaire n’empêche pas la prééminence du personnel politique parlementaire qui est placé au centre du dispositif festif ; à Berlin, seules la monarchie, la Cour et l’armée sont parties prenantes des cérémonies tandis que les représentants élus sont exclus du cérémonial.

18Pour autant, la République ne se prive pas de réutiliser abondamment toute une partie du décorum monarchique (cf. l’expression maintenue de « garde » républicaine). Ce souci du faste se retrouve également dans l’éclat donné aux visites d’État qui associent la ville et sa population afin de masquer l’impression d’isolement et de déclin qui a suivi la défaite. On cherche aussi à renouer avec l’éclat de l’Exposition universelle de 1867, dite Exposition des empereurs : en témoignent l’éclat donnée à la visite du shah d’Iran en 1873 et l’accueil enthousiaste du tsar Nicolas II en 1896. Ce dernier événement fournit même l’occasion de faire venir spécialement des troupes coloniales, symboles de la grandeur retrouvée. La même pompe se déploie à Berlin où l’avenue Unter den Linden joue le rôle des Champs-Élysées. La guerre proprement dite, en revanche, n’est pas commémorée à Paris, afin d’effacer le souvenir cruel de la Commune, alors qu’elle est omniprésente à Berlin. Cependant, à mesure qu’on s’éloigne des événements, les rituels s’atténuent dans les deux pays et ne sont plus entretenus que par les vétérans.

Capitales culturelles/Capitales politiques

19Si l’articulation symbolique/politique au travers de la mémoire des pierres et des rituels nationaux est relativement facile à mettre en évidence, les relations entre la fonction culturelle et la fonction politique des capitales sont beaucoup plus complexes et variables selon les contextes nationaux et les domaines culturels. C’est ce que démontrent les démarches comparatives d’Étienne François et d’Ewa Bérard.

Paris/Berlin, Versailles/Potsdam

  • 8 L. Réau, L’Europe française au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1938 (nouvelle éd., 1971) (...)

20Étienne François (Université Paris I et TU Berlin) apporte un premier éclairage comparatif sur ces liens changeants à propos de ce qu’il appelle les « capitales bicéphales ». Il révoque l’idée reçue, depuis Louis Réau8, selon laquelle les rois de Prusse, avec le château et la ville de Potsdam, ont, en quelque sorte, reproduit le modèle de la double capitale Paris/Versailles, inauguré par Louis XIV et repris également par de nombreux princes ou souverains allemands du xviiie siècle. Sans doute existe-t-il un certain nombre d’analogies formelles entre les deux couples de villes : distance similaire entre les deux lieux de pouvoir, forte croissance démographique de Potsdam et de Versailles lorsque ces villes deviennent des résidences royales, déséquilibre marqué de leur structure professionnelle au profit des activités liées à l’État et à la Cour, régulation urbanistique qui contraste avec la relative anarchie du développement des deux anciennes capitales. Ce parallélisme renvoie au modèle de la double capitale dont on peut citer d’autres exemples en Europe (Brunswick-Wolfenbüttel, Stuttgart-Ludwigsburg).

21En revanche, pour la Prusse, la thèse habituelle de l’imitation d’une monarchie par l’autre est intenable. Frédéric II avait d’ailleurs lui-même ridiculisé ce mimétisme servile du Grand Roi par :

  • 9 Cité pat Étienne François, extrait de l’Antimachiavel ou examen du Prince de Machiavel, 1740, rééd (...)

« la plupart des petits princes, et nommément ceux d’Allemagne, (qui) se ruinent par la dépense, excessive à proportion de leurs revenus, que leur fait faire l’ivresse de leur vaine grandeur ; ils s’abîment pour soutenir l’honneur de leur maison, et ils prennent par vanité le chemin de la misère et de l’hôpital ; il n’y a pas jusqu’au cadet du cadet d’une ligne apanagée qui ne s’imagine d’être quelque chose de semblable à Louis XIV : il bâtit son Versailles, il a ses maîtresses, il entretient ses armées. »9

22Les différences dans les relations entre les châteaux royaux et les villes qui les accueillent l’emportent sur les similitudes : extraversion du palais vers la ville à Versailles, introversion du château, isolé volontairement de la cité à Potsdam. Aussi l’analogie réelle entre les capitales bicéphales se retrouve-t-elle surtout au plan symbolique ou mémoriel : Versailles et Potsdam, face à Paris et à Berlin, sont devenues des symboles de l’Ancien Régime, de la vieille France ou de la vieille Prusse, ou même de la réaction face à la révolution au cours du xixe siècle. À un niveau supérieur, du fait de l’entrelacement de l’histoire nationale franco-allemande, Versailles constitue un lieu de mémoire allemand majeur (proclamation de l’Empire dans la galerie des Glaces, le 18 janvier 1871, traité réglant la fin de la Première guerre mondiale signé au même endroit à dessein pour effacer la honte antérieure) ; de même Potsdam a fait ressentir son pouvoir symbolique ou politique au cœur de l’histoire française : édit d’hospitalité des Huguenots pris à Potsdam après la révocation de l’édit de Nantes (20 octobre-8 novembre 1685), pèlerinage de Napoléon après Iéna sur la tombe de Frédéric II, conférence de Potsdam de 1945 qui décide du sort de l’Europe, et donc de la France, sans que celle-ci y soit représentée.

Saint-Pétersbourg/Moscou

  • 10 Cf. aussi le livre qu’elle a dirigé sur ce thème : Saint-Pétersbourg, une fenêtre sur la Russie, 1 (...)

23Le cas russe, traité par Ewa Bérard (CNRS)10, est une sorte de test expérimental pour comprendre comment se développe ou ne se développe pas une capitale symbolique dans le contexte d’une construction ou d’une reconstruction nationale et d’une autre forme de bicéphalisme politique. Tout au long de ses trois siècles d’existence comme capitale politique nouvelle, Saint-Pétersbourg souffre d’une double menace : celle de la capitale ancienne, Moscou, la ville sainte du couronnement et la capitale historique de la nation russe contre les Mongols, et celle de la ville ordinaire, censée accompagner la croissance de la capitale administrative mais qui peut devenir un danger pour le pouvoir, comme l’a été Paris pendant la Fronde ou depuis la Révolution française. Jusqu’aux réformes libérales, Saint-Pétersbourg souffre de son gigantisme et de son aspect artificiel. Elle ne dispose pas d’autre espace public que celui de la parade des troupes et des ministères. Inversement, quand cet espace géométrique abstrait de l’Etat s’adosse enfin à une vraie ville industrielle, peuplée de bourgeois et de prolétaires, l’autocratie s’en éloigne et s’avoue dépassée par son projet modernisateur. C’est sa réponse à la menace révolutionnaire incarnée par l’assassinat d’Alexandre II en 1881. Alexandre III s’installe alors à vingt kilomètres, à Gatchina, et son successeur, Nicolas II, réside de plus en plus dans sa résidence extérieure de Tsarkoie Selo, sans qu’il y développe une quelconque vie de cour comme dans un nouveau Versailles.

24Le refus de toute réforme municipale, pour éviter un contre-pouvoir, aboutit aussi à un développement anarchique d’une ville industrialisée, mais non maîtrisée et donc ferment de troubles, à l’exemple du Paris des années 1790-1850 (cf. le Dimanche sanglant de 1905 où s’exprime la rupture définitive entre le tsar et le peuple urbain). Saint-Pétersbourg est tenue en tutelle, comme l’était le Paris impérial, sans avoir pour autant eu son Haussmann, alors qu’à Moscou des initiatives de la bourgeoise modernisatrice peuvent se donner libre cours grâce à l’éloignement du pouvoir.

25Malgré une centralisation qui rappelle le cas français, le modèle russe conserve donc un certain polycentrisme dont témoigne la rivalité des avant-gardes des deux villes pendant ce qu’on a appelé l’âge d’argent de la littérature et de l’art d’avant 1914.

26Ce polycentrisme est encore plus accentué, à l’évidence, dans le cas allemand, traité par Michel Espagne, Matthias Middell et Frédéric Barbier en ce qui concerne les espaces du livre.

Les capitales littéraires allemandes

27À partir d’une enquête lexicographique préalable, M. Espagne (CNRS) a mis en évidence la faible importance symbolique du terme capitale (Hauptstadt) en allemand. Il souligne aussi la dispersion géographique tant des auteurs, à toutes les époques, que des lieux de production de livres dans un espace germanique beaucoup plus large que les frontières politiques officielles, puisqu’il englobe aussi la Suisse alémanique et la partie germanophone de l’Europe centrale. Le même décalage se retrouve dans le processus de réception. Ainsi les Discours à la nation allemande de Fichte, publiés à Berlin, reçoivent, paradoxalement, un écho public beaucoup plus tôt en dehors de Berlin qu’à Berlin même. L’équipement en librairies est plus marqué dans les grandes villes, comme l’a montré Frédéric Barbier, mais Berlin ne l’emporte que tardivement sur Leipzig à cet égard. Leipzig pourrait bien passer pour une capitale littéraire au milieu du xviiie siècle en tant que centre de diffusion du livre, mais cette situation ne dure pas : en fait c’est le marché du livre, la littérature à dimension commerciale et les auteurs et revues à succès qui s’y concentrent surtout. En réaction en effet, se créent des centres tournés vers la littérature pour lettrés dont Weimar, avec Goethe et Schiller, est le premier exemple au début du xixe siècle, promu au rang de mythe international par Mme de Staël dans un passage célèbre de De l’Allemagne. Un nouveau déplacement se produit, après 1870, avec la montée en puissance de Berlin comme centre politique et centre des grands journaux de masse (les deux étant liés), puis centre d’innovation théâtrale majeur (que résument les noms de Max Reinhardt, de la Volksbühne et de Brecht après la Grande Guerre).

28Ces transferts de dominance entre grandes villes n’effacent d’ailleurs jamais complètement l’importance d’autres villes de taille et de statut fort divers : Vienne et Munich bien sûr, plus avant-gardistes et opposantes, avant 1900, que Berlin, mais aussi Tübingen, Iéna, Heidelberg à l’époque romantique, trois villes littéraires liées à de vieilles universités au rayonnement national, voire international. Après 1945, la multipolarité s’est encore accentuée avec la marginalisation de Berlin jusqu’à la réunification et le remplacement de Leipzig par Francfort-sur-le-Main comme capitale du marché du livre. Pour finir, Michel Espagne souligne le danger qu’il y aurait à plaquer un modèle français sur un espace obéissant à une tout autre logique et, pour compliquer encore le schéma comparatif, il rappelle le rôle des villes étrangères dans la structuration de l’espace littéraire allemand : Rome (tradition du voyage en Italie) et surtout Paris. Capitale de l’Antique et de la tradition pour la première, capitale de la Révolution et de la modernité pour la seconde, les deux villes servent, du xviiie au xxe siècle, de centres symboliques complémentaires à un espace allemand qui en manque paradoxalement à force d’en avoir trop.

  • 11 Norbert Bachleitner (Université de Vienne) présente une analyse complémentaire pour la Bibliothèqu (...)

29Matthias Middell (Université de Leipzig) complète et renforce l’analyse précédente en retraçant la genèse difficile d’une bibliothèque nationale allemande11. Non seulement celle-ci n’est créée que très tard en 1913 à Leipzig, donc bien après l’unité nationale, mais cette institution resta précaire et fut concurrencée par d’autres fonds, en particulier ceux des très riches et anciennes bibliothèques universitaires. La première pétition en faveur d’un réseau national est déposée en 1843 à l’Académie de Berlin et l’idée est reprise lors de l’Assemblée nationale de Francfort de 1848, mais le projet est abandonné dès 1849. C’est donc l’Association des libraires-éditeurs (Börsenverein), centrée sur Leipzig, qui joua un rôle national à travers son catalogue bibliographique. En 1906, un accord est enfin passé entre le ministre de l’Instruction et des cultes prussien et le chef du Börsenverein, tandis que l’Etat de Saxe et la ville de Leipzig votèrent une subvention pour la construction d’un bâtiment.

30Cette initiative privée et provinciale permit à Leipzig de garder son rôle central au moment où l’attraction de Berlin comme ville de la presse et de la littérature vivante, on l’a vu, commençait à produire ses effets. L’inauguration n’eut lieu, malheureusement, que le 2 septembre 1916 (jour anniversaire de Sedan, date à forte charge nationaliste liée au contexte guerrier mais sans rapport avec l’histoire du livre). Le fonds ne commence donc qu’en 1913, alors que les fonds anciens sont dispersés dans toute l’Allemagne et que cette jeune bibliothèque trouve comme rivale la bibliothèque d’Etat de Prusse dont la taille était déjà respectable à la même époque.

31Tous ces handicaps initiaux sont aggravés par la guerre (et donc le manque d’argent), l’inflation d’après-guerre, le délabrement de l’État sous Weimar, et les effets contradictoires de la politique nazie : loi sur le dépôt légal qui entraîne le retrait du Borsenverein, épuration idéologique des livres, destructions de la guerre. Après 1945, les États successeurs menèrent des politiques de bibliothèques nationales concurrentes et contradictoires (décentralisation et réseau fédéral, à l’Ouest, centralisation sous surveillance idéologique, à l’Est). En tout cas, l’idée de capitale du livre, comme celle de capitale littéraire, reste inadaptée à l’espace germanique fondé, comme l’a démontré F. Barbier à propos de Leipzig, sur une organisation en réseaux durable et originale.

Emblèmes culturels des capitales

Les musées comme métaphores du monde

  • 12 D. Poulot n’a pu fournir de texte. On résume ici sa communication orale dont on trouvera le conten (...)
  • 13 Cf. Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux : Paris, Venise, xvie-xviiesiècle, Pari (...)
  • 14 Cf. Brigitte Schtoeder-Gudehus & Anne Rasmussen, Les Fastes du progrès : le guide des Expositions (...)

32Si, dans le cas allemand, le modèle littéraire français s’avère inadaptable, il en va tout différemment pour les théâtres et les musées où l’on retrouve une certaine convergence, voire une émulation franco-prussienne puis franco-allemande. Pour Dominique Poulot (Université Paris I)12, il existe un lien nécessaire entre le musée et la grande ville, en raison de la double obligation de disposer conjointement d’un milieu porteur de collectionneurs et d’une position centrale par rapport au public13. Toutefois, le lien avec la capitale change selon les temps et les lieux. Le modèle français du xviiie siècle du musée encyclopédique ouvert à tous, réalisé à la faveur de la commotion révolutionnaire, musée-monde fondé sur l’exploitation de toutes les richesses artistiques de l’Europe à l’apogée de l’Empire napoléonien, a été très vite remis en question au xixe siècle. Il suscite une double réaction contre la dépossession (restitutions) ou la centralisation (musées de province), au nom du droit des nations à disposer de leur passé (mouvement européen des musées nationaux), mais aussi des traditions historiques, régionales ou locales (musées d’antiquités, musées médiévaux, musées de site et de ville), autant de modèles dissidents qui affaiblissent le musée de la capitale. Même celui-ci se démultiplie très vite en fonction d’autres clivages fonctionnels (Louvre/Luxembourg ; Invalides/Versailles). La ville-capitale, elle-même, revendique ses droits de cité contre l’État, en créant une institution spécifique (musée Carnavalet) au moment où le vieux Paris est détruit par le pouvoir central. L’encyclopédisme et l’universalité ne se maintiennent, de façon temporaire, qu’au sein des Expositions universelles dont Paris capte les plus importantes au long du xixe siècle14.

  • 15 Cf. Johann Georg Prinz von Hohenzollern & Peter-Klaus Schuster (hg.), Manet bis van Gogh : Hugo vo (...)

33Face à ce parcours heurté, où l’idéal des Lumières s’affaiblit mais demeure lisible, le processus de constitution progressif de l’île des Musées, retracé par Thomas Gaehtgens (Université Humboldt), repose sur une émulation franco-prussienne mais aussi germano-prussienne où l’on retrouve les vertus du polycentrisme de l’espace germanique déjà évoqué pour le champ littéraire. Alors que, dans le cas du Louvre, l’encyclopédisme est posé au départ puis révisé progressivement à la baisse, dans le cas des musées berlinois, c’est plutôt l’inverse. On part de la collection du souverain qui, de proche en proche, est portée par la dynamique de croissance de la ville et du pays, puis par la compétition internationale qui élargit encore l’ambition, à mesure que l’État prussien et allemand s’affranchit culturellement et politiquement. On voit naître ainsi une sorte de Louvre compartimenté, symboliquement réuni en un même lieu, l’île de la Sprée, palais de la mémoire situé face au Palais royal, dont la genèse s’étale sur cent ans. L’État n’est pas seule partie prenante, les importantes donations privées sous l’Empire ou les expéditions de fouilles en Orient (cf. le Pergamon Museum) permettent, comme dans le cas des musées des grandes villes américaines, de combler les vides et de coller à l’actualité artistique alors que le goût officiel retarde sur la modernité, non sans tensions ni conflits entre gouvernement, administrateurs éclairés et artistes autochtones15.

Madrid dans l’orbite de Paris

  • 16 C. E. Schorske, Vienne fin de siècle, politique et culture, trad. fse, Paris, Le Seuil, 1983, chap (...)

34Cette émulation franco-allemande autour des musées se retrouve paradoxalement aussi dans un pays et pour une capitale pourtant lourdement handicapés par leur déclin impérial à la fin du xixe siècle. Les partisans espagnols de la modernité se fixent comme norme culturelle de rattraper le modèle haussmannien. Virgilio Pinto Crespo (Université de Madrid) retrace ainsi les étapes au cours desquelles le Madrid de la Restauration (à partir de 1874) se dota des atouts d’une capitale moderne tout en conservant des traits d’une ville pauvre et sous-développée. D’énormes bâtiments officiels (ministères, musées, facultés, écoles d’ingénieurs, bibliothèques) s’implantèrent sur de nouveaux boulevards à la périphérie immédiate du centre historique, sans que celui-ci subisse les bouleversements qu’Haussmann avait imposés au centre de Paris. Ce compromis entre l’ancien et le nouveau rappelle le processus de transformation de Vienne (ou de Leipzig) autour du Ring qui préserva le vieux centre en dotant la capitale des bâtiments culturels d’une ville moderne16.

  • 17 « Madrid : du centre intellectuel à la capitale politique (1900-1931) ».

35Ces investissements de prestige dans la pierre, alors que l’Espagne souffrait de maux économiques et sociaux très profonds, soulignent le décalage entre le pays réel et le pays légal, mais aussi la persistance, malgré l’émergence de dissidences culturelles périphériques (mouvement catalaniste), de la centralisation intellectuelle à Madrid. Celle-ci est expliquée en détail par Paul Aubert (Université de Provence)17. On y retrouve bien des traits de la scène culturelle parisienne de la fin du siècle : afflux de jeunes provinciaux, sociabilité des cafés, des salons et des salles de rédaction, intense politisation, frustrations et inquiétudes des intellectuels madrilènes sur leur avenir et sur celui du pays. Lieu d’émergence des intellectuels comme groupe conscient, comme le fut le Paris de l’affaire Dreyfus, Madrid fut aussi un centre d’échanges avec le monde européen, et notamment avec Paris, er de formation de la génération politique qui fit de la ville la capitale de la Deuxième République.

Temples des arts et temples de Dieu

36Il est banal aujourd’hui de parler du culte de l’art comme d’une nouvelle religion séculière de sociétés déchristianisées. La continuité de la politique des musées, évoquée plus haut, est prolongée jusqu’à nos jours, comme le montre Gérard Monnier (Université Paris I), par ce qu’il nomme l’affirmation d’un « droit de cité aux artistes » dans la capitale française. Celui-ci formerait l’axe constant de l’action de l’État républicain et l’auteur en voit l’illustration dans les grands travaux contemporains qui ont fait du centre historique, le long des rives de la Seine, une sorte de « cité de l’art » depuis le Grand et le Petit Palais de 1900, le Jeu de Paume de l’entre-deux-guerres jusqu’au futur musée des Arts premiers du quai Branly en passant par l’Orangerie, le Trocadéro, Beaubourg, Orsay et le Grand Louvre. Mais, selon G. Monnier, ce droit de cité concerne autant et peut-être même surtout les artistes vivants grâce à une présence intense des lieux d’exposition fermés ou ouverts dans le périmètre historique qui va de la colline de Chaillot à l’Hôtel de Ville. La politique urbanistique berlinoise, relancée par la réunification et le retour du gouvernement dans l’ancienne capitale, qui a fait du second centre de la ville, autour de Potsdamerplatz, un Kulturforum saturé d’espaces culturels et museaux, semble comme une réponse parallèle à cette continuité parisienne. Cependant elle est placée, mondialisation oblige, dans l’ombre portée des gratte-ciels de verre du Sony Center, comme si, on passera sur cette comparaison approximative, la Défense encerclait le Louvre.

  • 18 Sur ce point, cf. C. E. Schorske, « Le musée dans un espace contesté. L’épée, le sceptre et le Rin (...)

37Mais ces temples de l’art peuvent revendiquer une généalogie plus ancienne, contemporaine des Lumières, des utopies d’architectes de la fin du xviiie siècle et du grand débat moral sur les vertus purgatives de la scène auquel ont participé notamment D’Alembert, Rousseau, Diderot, Lessing et Schiller. Qu’il s’agisse de projets restés dans les cartons comme les Opéras jamais construits à Paris, dont la contribution de Daniel Rabreau (Université Paris I) nous détaille la symbolique éclatante et aux multiples registres, ou de monuments devenus centraux pour les villes de résidence allemandes, comme les théâtres de cour néo-classiques de Munich, Berlin ou Dresde, analysés par Monika Steinhauser (Université de Bochum), dans les deux cas, le temple de l’art se veut le nouveau centre de la scène urbaine, égal, voire supérieur aux traditionnels temples dédiés à Dieu. C’est paradoxalement l’espace des capitales allemandes qui a le mieux traduit ce rêve de régénération de la vie urbaine par un lieu où les spectateurs sont mis en scène et où le public préfigure une opinion publique encore bridée par la censure et l’absence de vie politique. Semper, le futur architecte de la cité des musées de Vienne18, rêvait même d’un forum à Dresde dont le théâtre servirait de point de rencontre.

  • 19 Cf. ma propre communication : « Les théâtres et leurs publics : Paris, Berlin, Vienne, 1860-1914 »
  • 20 Cf. S. Delattre, Les douze heures noires. La nuit à Paris au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 200 (...)

38Par une sorte d’effet de miroir, si l’on met à part l’Odéon, brève réussite d’opération urbaine liée à une nouvelle salle, la capitale parisienne, par ailleurs centre européen des spectacles du xviiie au début du xxe siècle19, dut attendre Haussmann et l’Opéra de Charles Garnier pour qu’une avenue triomphale mène à l’une des scènes essentielles pour sa vie sociale et mondaine. M. Steinhauser et D. Rabreau suggèrent, chacun à leur façon, les raisons de cette inversion logique entre les deux espaces culturels. Fermement contrôlés par les princes, les théâtres de Cour allemands peuvent à la fois servir leur prestige et leur politique urbaine, tout en ouvrant un espace public et culturel idéal où le néohumanisme des intellectuels et des bourgeois allemands, frustrés d’une révolution à la française, trouve son lieu de culte. En France, les théâtres publics et privés sont gérés presque à l’identique, quel que soit leur statut, et le souci spéculatif détourne du grandiose architectural tant qu’un pouvoir fort (et argenté) n’a pu prendre à bras-le-corps des problèmes urbains non maîtrisés, comme le prouvent émeutes, épidémies et révolutions parisiennes entre 1789 et 1851. C’est ce pouvoir fort qui cherche même à détruire le fameux boulevard du Temple où voisinaient les scènes populaires et qui réalisait, dans la mixité des classes et de la flânerie des badauds, ce forum moderne d’une capitale dont rêvaient les architectes utopistes du siècle précédent20.

39Contestées par les théâtres comme lieux de rassemblement d’une société, les églises, malgré la fièvre de construction du xixe siècle et plusieurs tentatives appuyées par l’État, n’ont pas mieux su garder leur place dans l’espace de la capitale, comme le montrent les contributions complémentaires de Jacques-Olivier Boudon (Université de Rouen) et Jean-Michel Leniaud (EPHE). Le premier souligne la cohérence d’une haussmannisation religieuse parallèle à l’haussmannisation urbaine qui visait à faire de Paris une nouvelle Rome sous le Second Empire. Elle devait expier ainsi sa période déchristianisatrice et le clergé espérait aussi, par un meilleur encadrement, faire refluer la déchristianisation dans les faubourgs populaires, véritables terres de mission. Les événements tragiques qui marquent la Commune sanctionnèrent l’échec final de cette recléricalisation de l’espace urbain. Jean-Michel Leniaud, qui examine l’évolution de l’architecture religieuse parisienne sur le long terme, confirme la tendance mais souligne son effet paradoxal sur le plan architectural. Plus la moderne Babylone s’éloigne du catholicisme, plus l’architecture des nouvelles églises devient triomphaliste (dans un style néoroman, néogothique ou néobyzantin, comme au Sacré Cœur). Les autres cultes concordataires érigent, eux, des lieux de culte plus discrets bien qu’ils comptent de nombreux représentants au sein des élites républicaines. Les comparaisons rapides avec certaines villes allemandes ou anglaises suggèrent la spécificité de l’évolution française et, en France, de l’architecture religieuse parisienne. Temples de l’art et temples de Dieu rempliraient ainsi, à Paris, des fonctions urbaines inversées : plus les premiers sont pleins, moins leur décor et leur visibilité seraient l’objet de soins attentifs du pouvoir ; plus les seconds perdent leurs fidèles, plus l’État et les Églises chercheraient à les rendre visibles, sans pour autant réussir dans leur entreprise de reconquête.

40Cet inventaire des emblèmes urbains et architecturaux est, à l’évidence, incomplet : les universités, les lieux du pouvoir (ministères, palais nationaux, parlements), les lieux de délassement, les nécropoles, les équipements liés à l’émergence de l’État-providence, tout aurait pu donner matière à des comparaisons aussi éclairantes que celles des cultes anciens ou nouveaux sur lesquels nous avions concentré notre propos. La comparaison des manières de s’approprier l’espace urbain pour en faire un espace national, met en valeur des constantes transnationales. La spécificité parisienne irréductible demeure aussi car elle est produite par la rencontre entre une histoire longue et les tragédies renouvelées sur plus de deux siècles de l’événement singulier. Si Madrid, Rome, Saint-Pétersbourg ou Vienne peuvent s’apparenter à Paris sous l’un ou l’autre rapport à l’histoire nationale, aucune (et moins encore Berlin ou Londres) ne dispose des deux modalités conjointes et continues de ce rapport dialectique à l’histoire. En revanche, on y reviendra en conclusion, d’autres singularités parisiennes, trop vite postulées sans vérification, peuvent être remises en cause par l’exercice comparatif, celles qui concernent l’histoire proprement culturelle.

Notes

1 Pour un exemple d’étude d’une capitale d’Amérique latine dans cette perspective, voir le mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches d’Annick Lempérière, La très noble, très loyale et impériale cité de Mexico, La république urbaine et son gouvernement sous l’Ancien Régime, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, 1998 (à paraître).

2 Sur ce point, cf. l’essai de Maurice Agulhon, « Paris la traversée d’Est en Ouest », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, III, les France, tome 3, Paris, Gallimard, 1988, pp. 869-909.

3 Pour plus de détails, cf. C. Brice, Monumentalité publique et politique à Rome. Le Vittoriano, Rome, École française de Rome, 1998.

4 Sur la très forte valeur symbolique du Capitole depuis l’époque moderne dans les représentations de Rome, voir la communication de Sarah Benson (Cornell University) : « Une capitale culturelle à l’époque moderne : la colline du Capitole et la politique du patrimoine ».

5 George L. Mosse, The Nationalization of the Masses, Political Symbolism and Mass Movements in Germany from the Napoleonic Wars Through the Third Reich, New York, Howard Fertig, 1975.

6 Ilaria Porciani (Université de Bologne) a développé ce thème à propos des autres capitales italiennes : « Fêtes et célébrations dans les trois capitales italiennes », cf. aussi son livre, La Festa della nazione, Bologne, Il Mulino, 1997.

7 Cf. aussi son livre : Nationen im Gleichschritt. Der Kult der ‘Nation in Waffen’ in Deutschland und Frankreich 1871-1914, Goettingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1997.

8 L. Réau, L’Europe française au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1938 (nouvelle éd., 1971), p. 279.

9 Cité pat Étienne François, extrait de l’Antimachiavel ou examen du Prince de Machiavel, 1740, rééd., « Corpus des œuvres de philosophie de langue française », Paris, Fayard, 1985, chapitre 10, p. 47.

10 Cf. aussi le livre qu’elle a dirigé sur ce thème : Saint-Pétersbourg, une fenêtre sur la Russie, 1900-1935, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2000.

11 Norbert Bachleitner (Université de Vienne) présente une analyse complémentaire pour la Bibliothèque nationale autrichienne (« Bibliothèque de la cour, bibliothèque nationale à Vienne ») et, à bien des égards, similaire étant donné les discontinuités de l’histoire nationale autrichienne.

12 D. Poulot n’a pu fournir de texte. On résume ici sa communication orale dont on trouvera le contenu dans de nombreuses publications du même auteur, en particulier : Musée, nation, patrimoine : 1789-1815, Paris, Gallimard, 1997.

13 Cf. Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux : Paris, Venise, xvie-xviie siècle, Paris, Gallimard, 1987 ainsi que sa note critique : « Collections et musées », Annales ESC, novembre-décembre 1993, n° 6, pp. 1381-1401.

14 Cf. Brigitte Schtoeder-Gudehus & Anne Rasmussen, Les Fastes du progrès : le guide des Expositions universelles 1851-1992, Paris, Flammarion, 1992.

15 Cf. Johann Georg Prinz von Hohenzollern & Peter-Klaus Schuster (hg.), Manet bis van Gogh : Hugo von Tschudi und der Kampf um die Moderne, Munich, New York, Prestel, 1996.

16 C. E. Schorske, Vienne fin de siècle, politique et culture, trad. fse, Paris, Le Seuil, 1983, chapitre 2 ; sur Leipzig, voir les remarques de F. Barbier dans sa contribution « Construction d’une capitale : Leipzig et la librairie allemande, 1750-1914 » et le passage consacré au Ring viennois par M. Steinhauser dans son article : « Théâtre et théâtralité urbaine au xixe siècle en Allemagne. L’exemple des théâtres publics de Cour. »

17 « Madrid : du centre intellectuel à la capitale politique (1900-1931) ».

18 Sur ce point, cf. C. E. Schorske, « Le musée dans un espace contesté. L’épée, le sceptre et le Ring » trad. en français dans De Vienne et d’ailleurs. Figures culturelles de la modernité, Paris, Fayard, 2000, chapitre VII.

19 Cf. ma propre communication : « Les théâtres et leurs publics : Paris, Berlin, Vienne, 1860-1914 ».

20 Cf. S. Delattre, Les douze heures noires. La nuit à Paris au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 2000, p. 151 et s. er C. Naugrette-Christophe, Les théâtres et la ville sous le Second Empire : une mutation organisée, thèse Université Paris III, 1990, publiée sous le titre : Paris sous le Second Empire. Le Théâtre et la Ville, Paris, Librairie Théâtrale, 1998.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540