Version classiqueVersion mobile

De l’Aragon au Frioul : esquisse d’une géographie des plafonds peints médiévaux

 | 
Monique Bourin
, 
Maud Pérez-Simon
, 
Georges Puchal

Chapitre 10. Ouvertures en guise de conclusion

Texte intégral

  • 1 Le volume des Actes des rencontres de Lagrasse ne traduit pas exactement l’état des connaissances (...)
  • 2 Maud Pérez-Simon apporte désormais sa compétence en littérature médiévale, essentielle pour saisir (...)
  • 3 Monique Bourin, Roland May (dir.), Plafonds peints médiévaux en Europe. Connaissance, conservation (...)

1Cinq ans plus tard1, une première remarque s’impose : si les plafonds peints médiévaux ne sont pas encore tout à fait identifiés par le savoir académique comme un objet d’histoire des représentations, le groupe de chercheurs qui les étudie s’est étayé et étendu. Il est fort de jeunes doctorants et d’étudiants qui apportent leur enthousiasme et leur dynamisme. Le réseau traverse les montagnes. Il a aussi franchi les frontières disciplinaires2 en s’adossant aux recherches en littérature médiévale, à la fois pour repérer les allusions littéraires, souvent très sommaires, sur les plafonds et pour user d’autres approches pour analyser le discours narratif qui organise la succession des closoirs. À l’autre extrémité du spectre, si l’on peut dire, les contacts avec les restaurateurs, à propos de plusieurs chantiers, ont focalisé l’attention sur la réalisation matérielle des décors. À cet égard, le colloque organisé à Marseille et Fréjus a beaucoup facilité les contacts et confirmé la nécessité de multiplier les observations techniques, photographiques et physico-chimiques, sur les plafonds3. Le besoin de croiser les approches est plus que jamais évident.

2Dans la dynamique que la réunion de Lagrasse a enclenchée, la géographie esquissée s’est à la fois confirmée et nuancée. Le choix des régions auscultées lors de ces premiers repérages dessinait une sorte d’arc méditerranéen qui n’est pas remis en cause. Il convient certes d’être prudent : on sait bien que les cartographies sont le reflet principal de l’activité des chercheurs. Et depuis que l’attention s’est tournée vers les charpentes peintes, on en découvre là où l’on n’en connaissait pas encore. Mais ce sont bien les régions qui s’étendent du royaume de Valence au Frioul qui demeurent la zone par excellence où ont fleuri des décors domestiques incluant les charpentes peintes comme une pièce maîtresse. Le réseau de chercheurs qui s’est tissé à Lagrasse il y a cinq ans s’est conforté ; il s’est enrichi de nouvelles participations ; elles ont apporté leur connaissance d’autres châteaux et d’autres hôtels urbains. La carte des plafonds connus dans l’arc méditerranéen s’est considérablement densifiée.

Dans l’arc méditerranéen et au-delà.

3Dès l’année 2017, deux initiatives renforcèrent les contacts entre les chercheurs qui s’étaient rencontrés à Lagrasse, confirmant l’importance de l’arc méditerranéen dans l’histoire des plafonds peints médiévaux. Au mois de mars, Pedro Luis Hernando Sebastián, directeur du Musée diocésain de Teruel, et la RCPPM réunissaient à Teruel, dans le cadre du campus de l’université de Saragosse, une rencontre avec étudiants et universitaires espagnols sur les plafonds peints de l’ancien royaume d’Aragon dans le but d’explorer leurs relations avec ceux de l’arc méditerranéen. Un réseau hispanique de chercheurs commença à prendre forme. Ce fut aussi l’occasion de créer une exposition itinérante pour la sensibilisation du grand public qui, depuis, a voyagé principalement dans le sud de la France et continue aujourd’hui de s’enrichir de nouveaux sujets.

  • 4 Monique Bourin, Mario Marubbi, Giorgio Milanesi (dir.), Storie di animali e di iconografie lontane(...)
  • 5 Depuis lors, une journée d’étude a été organisée à Nicosie par Licia Buttà et Lella Russo, le 21 s (...)
  • 6 Voir l’ouvrage issu de la thèse de doctorat de Francesco Fratta de Tomas, Soffiti lignei in Friuli(...)

4En octobre de cette même année, la Società Storica Viadanese, à l’initiative de son président Giuseppe Flisi, rassembla chercheurs italiens et français, dont la plupart avaient appris à se connaître à Lagrasse, et avaient alors pris un premier contact avec l’énorme matériau qui y avait été présenté. De cette rencontre, dans une petite ville accueillante au bord du Pô, dans le pays de Mantoue, naquit un fascicule, le onzième, des Quaderni della Società Storica Viadanese4,sans doute l’un des premiers à présenter une mosaïque de cas et de réflexions d’ensemble. La connaissance des cas sicilien et frioulan, déjà largement présentés à Lagrasse, y fut précisée par l’exemple spectaculaire de la cathédrale de Nicosia5 (fig. 1) et par l’étonnante redécouverte d’un plafond du palais Moises à Udine6. La Lombardie y fut scrutée à plus grande échelle, tout particulièrement les environs de Mantoue et de Crema où la célébrité de l’atelier des Bembo n’était évidemment plus à démontrer : on y découvrit les richesses de Lodi et notamment le palais Cadamosto ; mais aussi les cycles décoratifs inédits du palais De Beni à Bergame ou de la demeure des Cazzaniga à Soncino. Mario Marubbi avait mis en lumière à Lagrasse les souffrances de certains plafonds lombards, vendus à des amateurs fortunés en Italie ou aux Etats-Unis ; à Viadana, un exemple en fut présenté, le plafond du palais Secco-Pastore à San Martin Gusnago, aujourd’hui dispersé en diverses collections muséales et privées.

Fig. 1 : Soldat hybride lisant

Fig. 1 : Soldat hybride lisant

© Museo Civico A. Parazzi, Viadana.

  • 7 Voir notamment dans Mariano Vignoli (dir.), Corte castello di Casalmoro. Storia erestauro di una d (...)
  • 8 Giovanni Donato (dir.), Quando i cavalli avevano le mani. Il soffitto quattrocentesco di Giovanard (...)

5Les études monographiques se sont multipliées dans cette partie de la Lombardie, comme celle qui rapporte la remarquable entreprise de restauration de Corte castello di Casalmoro7. Parallèlement, le Piémont offre aussi un nouveau corpus d’études. Le très beau livre dirigé par Giovanni Donato consacré au plafond commandité par Giovanardo Bertone vers 1455-1460 en apporte une étude très fouillée, avec un « atlas » complet des closoirs8. Cet ensemble d’études monographiques allié à une identification archéologique sans cesse plus dense des plafonds peints antérieurs aux années 1550 change notre perception du phénomène : loin d’être des exceptions « anormales », ils sont largement répandus et font partie de tout programme décoratif d’une salle d’apparat ou parfois de tout un palais.

  • 9 Maria del Mar Valls Fusté, Cels pintats en les arquitectures de la Corona d’Aragó : sobre els repe (...)
  • 10 Malheureusement ces plafonds sont encore peu étudiés. Pour l’abbaye de Silos on peut consulter Ana (...)

6Si cette explosion est indiscutable en Italie du Nord, un phénomène comparable, bien que sans doute plus modeste, vaut pour l’île de Majorque et pour la Catalogne où des thèses en cours révèlent un corpus en partie inconnu9. En Castille aussi, dans l’Espagne nord-occidentale, les plafonds peints s’avèrent très nombreux surtout dans le cadre religieux. La très large majorité ne comporte pas de figures. Mais à partir de la fin du xive siècle, autour de la région de Burgos et de Palencia, sont conservés de nombreux plafonds comprenant figurations et héraldique. Celui, peint vers 1380, qui couvre le cloître roman de l’abbaye de Silos reste inégalé par sa qualité et son étendue10.

7Un groupe de recherche se constitue actuellement au Portugal, à l’Université de Coimbra, pour promouvoir la restauration et la valorisation de plafonds peints, en commençant par ceux de la superbe cathédrale Nossa Seinhora da Oliveira (xiv-xve siècles) à Guimarães, sur lesquels on distingue de l’héraldique mais aussi des scènes historiées.

8Même en Languedoc, de nouvelles découvertes font se résorber les poches qui semblaient avoir ignoré les plafonds peints, même dans la seconde moitié du xve siècle : ainsi à Nîmes, rue dorée (fig. 2 a et b). Et voici qu’aux portes du Languedoc méditerranéen, le Toulousain et Quercy apportent les premiers signes de l’existence de plafonds peints médiévaux : dans l’ancienne région de Midi-Pyrénées, Albi ne serait donc pas autant une exception qu’on a pu le penser.

Fig. 2 a et b : Nîmes, 10 rue Dorée, closoirs

Fig. 2 a et b : Nîmes, 10 rue Dorée, closoirs

Photo Georges Puchal. © RCPPM

  • 11 Helmut Stampfer, « Un soffitto della prima meta del cinquecento a Egna (BZ) » et Tea Sunsanj Proti (...)
  • 12 Sabine Sommerer, Wo einst die schönsten Frauen tanzten: Die Balkenmalereien im “Schönen Haus”, Bâle (...)
  • 13 Merci à Adèle Bernard de l’information qu’elle a communiquée à la RCPPM. Voir son Étude d’un décor (...)
  • 14 Nathalie Pascarel, Le décor des demeures de l’élite urbaine à la fin du Moyen Âge. Les plafonds pei (...)
  • 15 Elle contribue aussi à la connaissance de la structure des charpentes, peintes ou non. La publicat (...)

9Non seulement il apparaît clairement désormais que, dans tout l’arc méditerranéen, la charpente peinte fait partie intégrante du décor d’un palais, mais aussi qu’il faut repousser les limites de ce qui apparaissait en 2015 comme l’espace des plafonds peints. Un colloque organisé à Udine en novembre 2019 a ainsi révélé l’existence de plafonds peints dans la région de Bolzano et plus à l’est qu’on ne le pensait, à Rijeka, en Istrie11. On en connaissait en Suisse, pas seulement l’inouï plafond de l’église de Saint-Martin de Zillis, mais aussi des décors dans des maisons de Bâle12 ou celui de la maison de la guilde des tisserands d’Augsbourg, aujourd’hui conservé au Bayerisches national Museum. La découverte d’un plafond peint dans une maison canoniale à Noyon13 laisse penser que la pratique d’inclure le plafond dans le décor domestique ne se limitait pas à l’arc méditerranéen, même étendu jusqu’à l’Auvergne et au Lyonnais. Les plafonds messins, qui ont entre-temps bénéficié du remarquable éclairage de la thèse de Nathalie Pascarel14, ne sont peut-être pas aussi uniques qu’on ne le pensait. On perçoit bien qu’il faudra, dans les années à venir, étendre le champ des investigations, tout en mettant en lumière les différences entre Nord et Sud, tant dans le travail de charpenterie15 que dans l’iconographie.

Que faire de milliers et milliers d’images ?

10Le développement des recherches a abouti très rapidement à constituer un corpus qui se compte sans doute en dizaine de milliers d’images. Ce qu’on peut en attendre est évident : l’accroissement du nombre de plafonds répertoriés et la densification régionale permettront de varier la focale d’étude, de la monographie aux recherches sérielles.

  • 16 Vera Segre, « Carnevale, giochi e trasgressione nei soffitti dipinti tardo-medievali da Bellinzona (...)

11Les connaissances architecturales y gagneront : quelles pièces des palais recevaient un plafond peint ? Le plus souvent, la salle d’apparat, au premier étage. Mais les situations sont multiples et méritent d’être étudiées. Ainsi, dans les maisons qui entourent la place de la halle à Lagrasse, le rez-de-chaussée comme le premier étage sont décorés d’un plafond peint, aussi bien dans les plus petites d’entre elles où le rez-de-chaussée est un ouvroir que dans les très grands hôtels qui se déploient autour d’une cour. S’il est désormais assez simple de faire apparaître, à grands traits, les points communs de l’imaginaire représenté aux plafonds comme sur les murs des salles d’apparat, l’ampleur du corpus permettra de préciser les variations chronologiques, régionales, individuelles. On perçoit déjà aisément les décalages des goûts et des thématiques entre les plafonds de la France méridionale et le goût de l’antique qui a envahi dans les mêmes années les closoirs de l’Italie de la Renaissance. On rapprochera les premiers de l’univers des marges enluminées et des stalles ; les seconds, des illustrations des romans. On pourra approfondir la présence ou l’absence de certains thèmes, les analyser en termes comparatifs, comme Vera Segre a commencé à le faire pour celui du monde à l’envers et les accents carnavalesques16. On pourra suivre les avatars de sujets très communs, qui traversent les régions et les époques, et peut-être suggérer les chemins de certains carnets de modèles ; ou bien au contraire chercher les hapax. Les potentialités de ces milliers d’images inédites sur notre connaissance des représentations médiévales sont immenses. Elles sont si nombreuses que le risque est grand de se lancer dans des comparaisons fragiles, sur la foi de rapprochements entre des images repérées ici et là. Il est indispensable que se mettent en place des outils de repérage, comme il en existe pour les enluminures. Il faudrait aller vers des bases de données iconographiques interopérables à l’échelle européenne.

12De tels instruments permettraient aussi de comparer non seulement les closoirs, mais tout l’appareil décoratif qui les accompagne et qui est beaucoup plus répétitif. Même si elles sont souvent et longtemps réalisées non pas au pochoir mais à main levée, les planchettes ornées de rinceaux et les quarts-de-rond et cimaises décorés de rubans sont peints sur des éléments de menuiserie de grande longueur, aboutés les uns aux autres, dans une recherche d’efficacité et d’économie. Une même inspiration court sur ces planchettes décorées de volutes de feuilles et de fleurs, de Teruel à Montpellier (fig. 3). Ces éléments pourraient être une piste pour repérer les plafonds émanant d’un même atelier.

Fig. 3 : Décor de l’ostal des Carcassonne à Montpellier (maison du patrimoine de Lagrasse, Aude)

Fig. 3 : Décor de l’ostal des Carcassonne à Montpellier (maison du patrimoine de Lagrasse, Aude)

Photo Georges Puchal. © RCPPM

  • 17 Elle est accessible sur le site rcppm.org. Il faut remercier Delphine Grenet qui a assuré la réali (...)

13La carte interactive des plafonds peints17 couplée à des notices est un premier instrument de mise en ordre de ce corpus inédit. Elle a pour objectif le recensement exhaustif de tous les plafonds peints médiévaux connus de l’espace domestique, conservés ou disparus. Dans un domaine d’études aussi récent, elle est inévitablement en constant réajustement, aisément modifiable. Elle est le travail collectif d’un réseau de chercheurs et se développe, au fil de leurs recherches, sous une forme collaborative. Mais les bornes de cette cartographie ne sont pas faciles à fixer : en premier lieu, la frontière de l’espace domestique, qu’on pourrait aussi qualifier de profane, n’a pas vraiment de sens pas plus que n’en a celle entre espace public et espace privé. Dans quelle catégorie faut-il inscrire la salle de justice qui est aussi la salle d’apparat d’un hôtel urbain ? Peut-on comprendre les thématiques des décors domestiques sans les comparer à ceux des églises paroissiales proches ? Peut-on étudier les plafonds peints des espaces domestiques sans relation à la cathédrale de Teruel, au cloître de Fréjus, à celui de Silos (fig. 4) ou à celui de Santo Stefano de Bologne ; sans référence à la tribune de Millas ? Et pour être complet, il faudrait aussi prendre en compte les charpentes non peintes pour les comparer, en densité locale comme en structure, aux charpentes peintes. Pour être complètement satisfaisante, la tâche est immense.

Fig. 4 : Cloître de l’abbaye de Silos

Fig. 4 : Cloître de l’abbaye de Silos

Photo Jean-Michel Sauget. © RCPPM

D’ouest en est

  • 18 Monique Bourin, Georges Puchal (dir.), Les plafonds peints de Narbonne, Montpellier, Montpellier, (...)

14L’amplification du corpus a également donné plus d’assurance à la chronologie des charpentes peintes, du moins dans l’arc méditerranéen. Elle confirme que les années 1450-1530 sont par excellence celles de leur expansion. Aucune région alors ne leur échappe. La stylistique, l’héraldique et les analyses dendrochronologiques constituent des indices croisés de datation. On suit donc désormais les grandes lignes de la progression des charpentes peintes, qu’on peut résumer comme un cheminement de l’ouest vers l’est. On savait déjà qu’en terres chrétiennes, c’est le plafond du palais archiépiscopal de Narbonne qui, dans l’état actuel de nos connaissances, est le plus ancien18 ; il conviendra sans doute d’en chercher l’inspiration dans la péninsule Ibérique, musulmane et chrétienne, mais peut-être aussi dans les charpentes des cathédrales normandes d’Italie du Sud ou à la chapelle palatine de Palerme.

  • 19 À ce jour, parmi les plafonds connus de Castille-León, aucun plafond comprenant des figures humain (...)

15En Catalogne et dans le proche Aragon, au temps de la Reconquista, le dernier tiers du xiiie siècle et le premier tiers du xive siècle connaissent un grand dynamisme des plafonds peints19. Dans ces années-là, de nombreuses charpentes peintes fleurissent dans les espaces sacrés en Aragon – dans la cathédrale de Teruel, mais également dans des églises beaucoup plus humbles, à Barluenga, Camañas ou Argente, dans le sud de la Catalogne, et également dans le royaume de Valence. Toutes ces charpentes ont en commun de développer une iconographie figurée foisonnante et marquent la volonté de conquérir par l’image ces terres anciennement islamiques. Parallèlement ce type de décor sur charpente se développe également dans les espaces domestiques à Palma de Majorque. À Barcelone, nous savons que huit demeures sont décorées de riches charpentes peintes dans ces années-là, mélangeant thèmes chevaleresques et motifs ornementaux d’influence islamique claire, et selon un style iconographique et une structure dont la similitude révélerait le travail d’un même atelier (fig. 5). Ainsi dans ces régions se développent une pratique du décor très voisine de celles qui ont à Narbonne, à Perpignan ou à Montpellier dans les mêmes années.

Fig. 5 : Barcelone, plafond du palais des marquis de Lio

Fig. 5 : Barcelone, plafond du palais des marquis de Lio

© Hugo Chatevaire

  • 20 Voir supra, chap. 7, fig. 1, 3, 10, 11.
  • 21 Voir supra, chap. 9 : « “In un vago giardino” : Antonio Baietto et la peinture de closoirs en Frio (...)
  • 22 Voir chapitre 8 du présent volume : « ’Col suo cielo dipinto’ : plafonds de bois en Frioul du xve  (...)

16Les charpentes peintes franchissent les Alpes au plus tard dans les toutes premières années du xive siècle. On les trouve dans le Piémont, à Alba, à Asti, à Chieri. Un siècle plus tard, elles sont déjà en Frioul qui semble les avoir appréciées particulièrement vite. C’est au milieu du xve siècle que se produit un renversement dans l’art du plafond peint : l’atelier des Bembo à Crema20, au succès foudroyant, répand la mode de closoirs verticaux, et les plafonds qui envahissent les palais deviennent des galeries de portraits dans un cadre de colonnettes. On imagine aisément comment une étude sérielle de ces portraits et de ces armoiries pourra informer sur l’image que les familles patriciennes souhaitaient donner de leur réseau d’alliance et s’ils y intégraient une profondeur lignagère. On imagine aussi aisément comment Léonard de Vinci, concevant le décor de la Salle delle asse au château Sforza comme une continuité entre murs et plafonds, a pu rendre obsolètes ces monotones galeries de portraits, soulignant la rupture entre la verticalité des murs et l’horizontalité du plafond. Mais nombre de plafonds ont un véritable intérêt pictural ; qu’on pense en Frioul au travail d’Antonio Baïetto identifié par Francesco Fratta de Tomas21 ou à celui de Marco Bello au palais Pisenti Stringher qu’évoque Maurizio d’Arcano Grattoni22.

Interroger la « norme » sociale

  • 23 Christian de Mérindol, Images du royaume de France au Moyen Âge. Décors monumentaux peints et armo (...)

17La fréquence des plafonds peints au xve siècle modifie le questionnement historique auquel on peut les soumettre. Loin d’être exceptionnelle, la commande d’un plafond peint comme élément d’un décor est presque une norme sociale. Tous semblent traduire un moment de plénitude et de réussite dans l’histoire d’un homme, d’une famille ou d’une alliance de familles. Comment en lire la temporalité, entre affirmation d’une perspective d’avenir et mémoire d’un événement marquant ? Cette temporalité s’intègre dans un contexte politique autant qu’elle renvoie à un événement précis. La présence des armes royales sur les plafonds de la France méridionale a souvent fait penser qu’il s’agissait d’un décor préparant le passage du roi. On peut en douter désormais : le roi serait passé partout ! Mais elles sont une affirmation de loyalisme, de même que la présence des armes de l’évêque ou de l’archevêque est la reconnaissance de leur autorité. Christian de Mérindol a fait le lien entre la floraison des plafonds peints de la France méridionale au milieu du xve siècle et la paix retrouvée ; il a commenté en ce sens les thématiques des closoirs23. On peut chercher les savoureux arrière-plans des plafonds peints de l’Italie du Nord dans l’enchevêtrement des rivalités princières et des renversements d’alliance.

  • 24 Gil Bartholeyns, Monique Bourin, Pierre-Olivier Dittmar (dir.), Images de soi dans l’univers domes (...)

18Décors d’un entre-soi social24 ? Malgré le grand nombre redécouvert aujourd’hui, la perception que nous avons du décor des plafonds est sans doute biaisée par leur inégale conservation. Des éléments textuels, des baux à prix fait, signalent l’existence de plafonds modestement décorés qui n’ont pas survécu. Il faut y chercher des signes d’une probable démocratisation des plafonds décorés. Même si les changements de goût ont fait occulter bien des plafonds appartenant à l’élite sociale ou si les aléas de la fortune ont ravagé de luxueuses demeures, ce sont ceux-ci que l’on retrouve aujourd’hui. Ils ne représentent sans doute qu’une petite partie du travail des charpentiers et des peintres médiévaux, mais jouent le rôle d’« influenceurs » dans la formation des modèles.

19Un premier bilan d’une première observation renvoie une image d’homogénéité du décor des plafonds de l’arc méditerranéen entre le xiiie et le début du xvie siècle. Une homogénéité technique en premier lieu, même si les ateliers les plus célèbres procédaient de manière plus raffinée, notamment dans la qualité de la préparation des fonds. Tous les peintres procèdent avec un petit nombre de pigments, en général de valeur modeste, où les rouges dominent. Tous aussi soulignent les sujets qu’ils peignent de ce même cerne noir, au tracé léger, à tel point que les restaurations se signalent souvent par l’échec à le reproduire. La plupart des plafonds peints sont des chantiers rapides dont le coût est contrôlé, ce qui n’empêche pas des peintres réputés d’y participer.

  • 25 Voir Jérôme Hayez, « La marque, le blason et la figure. Usage de signes identitaires dans l’entour (...)

20À regarder à grands traits, l’homogénéité thématique des closoirs est aussi frappante. Partout, de l’Aragon ou de Castille-Léon jusqu’au Frioul, c’est un monde aux mêmes composantes que les commanditaires aiment à faire représenter ; y figurent côte à côte l’héraldique, le monde animal fait d’animaux domestiques, familiers, exotiques (fig. 6) et fantastiques et toute une imagination d’hybrides. Au xve siècle, les visages deviennent fréquents ; puis ils s’individualisent en portraits. L’écrit aussi s’invite, tardivement, dans les closoirs, pour nommer les personnages historiques représentés ou sous forme de maximes, d’aphorismes, de proverbes ou de brefs fragments de poèmes. Sur le tard aussi, le commanditaire est mentionné, dès la fin du xive siècle à Palerme, mais seulement au début du xvie à la commanderie hospitalière de Rayssac, près d’Albi. Le plus surprenant est qu’il faudra une analyse fine pour distinguer les choix du chanoine pour son hôtel, celui du seigneur en son château ou dans son palais urbain ou celui du marchand ; ils partagent les mêmes représentations. À l’exception d’une différence notable, fortement identitaire : tant qu’il est fier de son état, et avant qu’il ne rejoigne les rangs de l’aristocratie, le marchand fait représenter sa marque plus volontiers que ses armes : ainsi en va-t-il au rez-de-chaussée de l’hôtel Bellissen, rue de Verdun à Carcassonne ou un peu plus tard, chez Jean Dymes à Narbonne25.

Fig. 6 : Alba, Palazzo Serralunga (Piémont, prov. Coni), éléphant

Fig. 6 : Alba, Palazzo Serralunga (Piémont, prov. Coni), éléphant

Photo Georges Puchal. © RCPPM

  • 26 On trouve par exemple des thèmes issus de Pyrame et Thisbé et de La Pulzella Gaia dans le Frioul, (...)

21Mais ce monde d’images partagées a ses particularités régionales, dont on ne donnera ici que deux signes. Un plafond languedocien est truffé de saynètes comiques, truculentes, et même scatologiques, ancrées dans les appréhensions humaines et le rire. Un plafond italien peut jouer sur des références littéraires26, mais montre une prédilection pour les portraits. Le premier appartient à un monde où une même culture semble bien imprégner l’ensemble de la société ; le second est déjà dans l’urbanité de la Renaissance. Un plafond italien déroule les séries de closoirs comme autant d’épisodes romanesques ; en général un plafond languedocien se compose d’images-flash, instantanées, brièvement évocatrices. Leur narrativité est différente.

22Cinq ans plus tard, les plafonds peints réalisés entre le xiiie siècle et les débuts du xvie siècle n’apparaissent donc plus comme des exceptions, en Italie encore moins que dans le reste des régions méditerranéennes, mais comme un moyen habituel et apprécié d’habiller d’un décor agréable, drôle, fantastique ou poétique, au moins chez les plus riches et les plus puissants, les poutres qui soutiennent le plancher de l’étage supérieur. Parfois ce plafond plein d’images et de couleurs est partie intégrante d’un décor qui se développe sur les murs, comme à la Chambre du cerf au Palais des papes, à la livrée de Viviers ou au château de la Manta. Mais plus souvent, les murs sont seulement colorés d’un effet de fausses pierres. C’est aussi simple que cela et ce sont des milliers d’images inédites.

Notes

1 Le volume des Actes des rencontres de Lagrasse ne traduit pas exactement l’état des connaissances en 2015. Du temps avait été laissé aux auteurs pour rédiger ces synthèses régionales que leur nouveauté rendait difficile ; de ce fait, leurs versions écrites tiennent compte de découvertes, d’approfondissement ou d’études un peu plus récentes que leur présentation initiale.

2 Maud Pérez-Simon apporte désormais sa compétence en littérature médiévale, essentielle pour saisir bien des allusions de certains closoirs, comme en témoigne son programme à l’IUF, « Textes et images sur les plafonds peints médiévaux. Littérature, iconographie narrative et argumentation visuelle dans l’espace domestique (xiiie-xve siècle) ».

3 Monique Bourin, Roland May (dir.), Plafonds peints médiévaux en Europe. Connaissance, conservation et restauration : méthodes et approches scientifiques, actes des 9rencontres de la RCPPM (Marseille-Fréjus, 29 septembre-1er octobre 2016) (http ://cicrp. info/wp-content/uploads/2019/10/PLAFONDPEINT-eBook-light.pdf).

4 Monique Bourin, Mario Marubbi, Giorgio Milanesi (dir.), Storie di animali e di iconografie lontane, actes du colloque (Viadana, 21-22 octobre 2017), Viadana, Società Storica Viadanese, 2018.

5 Depuis lors, une journée d’étude a été organisée à Nicosie par Licia Buttà et Lella Russo, le 21 septembre 2019, pour approfondir l’étude de cette richissime charpente peinte occultée par une voute moderne. Douze travées sur quatorze ont conservé leur peinture originale. L’héraldique, rare, révèle les armes de la maison Aragon-Sicile et celles du pape Nicola V. De part et d’autre de grandes figures de saints appariées comme pour une procession en direction de l’autel, foisonnent, sur les chevrons et les planches, oiseaux, scènes de chasse, animaux exotiques aux vives couleurs ponctués ça et là de quelques visages d’une grande finesse d’exécution. Un grand alphabet occupe le côté d’une travée. D’autres plafonds non figuratifs des environs de 1500 sont conservés dans la région. Voir la monographie de Giovanni De Francesco, Il soffitto dipinto della cattedrale di Nicosia, Enna, Il Lunario, 1997.

6 Voir l’ouvrage issu de la thèse de doctorat de Francesco Fratta de Tomas, Soffiti lignei in Friuli, Milan, Silvana (Biblioteca d’arte), 2019, qui offre un précieux catalogue raisonné des plafonds peints du Frioul, sur le plan iconographique et technique.

7 Voir notamment dans Mariano Vignoli (dir.), Corte castello di Casalmoro. Storia erestauro di una dimora quattrocetesca, Casalmoro, Comune di Casalmoro, 2018, l’article de Roberta Aglio, « Il soffitto ligneo a tavolette dipinte », p. 39-75.

8 Giovanni Donato (dir.), Quando i cavalli avevano le mani. Il soffitto quattrocentesco di Giovanardo Bertone a Chieri, Chieri, 2019. L’atlante fotografico se trouve p. 144-177.

9 Maria del Mar Valls Fusté, Cels pintats en les arquitectures de la Corona d’Aragó : sobre els repertoris iconogràfics dels sostres dels Regnes de València i Mallorca [segles xiii-xv] / Plafonds peints dans les architectures de la Couronne d’Aragon : les répertoires iconographiques des plafonds des royaumes de Valence et de Majorque [xiiie-xve siècle], Thèse de doctorat sous la direction de Licia Buttà, université Rovira i Virgili, Tarragona, Espagne ; Hugo Chatevaire, Les charpentes peintes domestiques dans les territoires ibériques de la Couronne d’Aragon (milieu du xiiie siècle-début du xvie siècle), thèse en cotutelle sous la direction de Licia Buttà, université Rovira i Virgili, Tarragona, Espagne, et Patrick Henriet, EPHE, Paris, France.

10 Malheureusement ces plafonds sont encore peu étudiés. Pour l’abbaye de Silos on peut consulter Ana Carrassón de Latona, « Nuevas aportaciones sobre la pintura del alfarje mudéjar del Monasterio de santo Domingo de Silos (Burgos) », Patrimonio Cultural de España, t. 1, 2009, p. 291-302. Mais l’étude iconographique de cet immense ensemble reste à faire. Voir aussi : María Teresa Diez, El arte mudéjar en Burgos y su provincia, thèse sous la direction de Balbina Martinez Caviró, Universidad complutense de Madrid, 1999 ; Basilio Pavón Maldonado, « Techumbres arabes y mudéjares en España. Origen y evolución de su decoración geomética » (http://www.basiliopavonmaldonado.es/Documentos/Techumbres.pdf).

11 Helmut Stampfer, « Un soffitto della prima meta del cinquecento a Egna (BZ) » et Tea Sunsanj Protić, « Un cielo dipinto adriatico. Il soffitto ligneo del palazzo Patris Moise a Cherso », dans Cieli dipinti. Soffitti lignei nell’Europe meridionale fra Medioevo et Rinascimento, convegno internazionale (Udine et Cividale del Friuli, 8-10 novembre 2019).

12 Sabine Sommerer, Wo einst die schönsten Frauen tanzten: Die Balkenmalereien im “Schönen Haus”, Bâle, Schwabe, 2003.

13 Merci à Adèle Bernard de l’information qu’elle a communiquée à la RCPPM. Voir son Étude d’un décor peint sur charpente de la fin du Moyen Âge dans l’Oise : Le plafond peint de l’ancienne maison de chanoine n° 5 place du Parvis, Noyon, mémoire d’étude (1re année de 2cycle) en histoire de l’art, sous la direction de Stéphanie Celle, Paris, École du Louvre, 2019.

14 Nathalie Pascarel, Le décor des demeures de l’élite urbaine à la fin du Moyen Âge. Les plafonds peints de Metz (xiiie-xve siècle), thèse soutenue le 1er décembre 2018 à l’université de Paris Sorbonne, sous la direction de Philippe Lorentz.

15 Elle contribue aussi à la connaissance de la structure des charpentes, peintes ou non. La publication de l’ouvrage écrit par Émilien Bouticourt, à partir de sa thèse, le très remarquable Charpentes méridionales. Construire autrement : le Midi rhodanien à la fin du Moyen Âge, Arles, Honoré Clair, 2016, est une avance exceptionnelle dans ce domaine. On renverra notamment au glossaire qu’il contient p. 306-321. Il est co-auteur au sein d’un groupe international de recherche sur le vocabulaire de la charpenterie, en ligne sur le site du Lamop : http://vocabulairedelacharpenterie.lamop.fr/

16 Vera Segre, « Carnevale, giochi e trasgressione nei soffitti dipinti tardo-medievali da Bellinzona a Carcassonne », Archivio storico Ticinese, 159, mai 2016, p. 4-35.

17 Elle est accessible sur le site rcppm.org. Il faut remercier Delphine Grenet qui a assuré la réalisation de la carte et en assure encore efficacement la maintenance. Plusieurs chercheurs l’ont aidée à rassembler les informations portées sur cette carte. Elle a reçu l’appui de Lannie Rollins et Hugo Chatevaire. Mais la tâche est considérable et elle sera ravie de toute autre aide participative.

18 Monique Bourin, Georges Puchal (dir.), Les plafonds peints de Narbonne, Montpellier, Montpellier, Direction générale des affaires culturelles du Languedoc-Roussillon (DUO), 2016 (http://rcppm.org/blog/2016/02/plafonds-peints-de-narbonne-un-nouvel-ouvrage-de-la-collection-duo-vient-de-paraitre/).

19 À ce jour, parmi les plafonds connus de Castille-León, aucun plafond comprenant des figures humaines ne semble antérieur aux années 1380, deux siècles après la reconquête de ces terres. Il y a eu des plafonds peints sans doute dès le xie siècle, mais ils sont purement géométriques. La propagande chrétienne par l’image semble être une caractéristique du royaume d’Aragon.

20 Voir supra, chap. 7, fig. 1, 3, 10, 11.

21 Voir supra, chap. 9 : « “In un vago giardino” : Antonio Baietto et la peinture de closoirs en Frioul dans la première moitié du xve siècle ».

22 Voir chapitre 8 du présent volume : « ’Col suo cielo dipinto’ : plafonds de bois en Frioul du xve et xvie siècle ».

23 Christian de Mérindol, Images du royaume de France au Moyen Âge. Décors monumentaux peints et armoriés. Art et histoire, Conseil général du Gard, 2013, p. 158 et suiv.

24 Gil Bartholeyns, Monique Bourin, Pierre-Olivier Dittmar (dir.), Images de soi dans l’univers domestique (xiiie-xvie siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

25 Voir Jérôme Hayez, « La marque, le blason et la figure. Usage de signes identitaires dans l’entourage de Francesco Datini (Toscane, vers 1400) », dans ibid., p. 189 et suiv.

26 On trouve par exemple des thèmes issus de Pyrame et Thisbé et de La Pulzella Gaia dans le Frioul, à Pordenone. Francesco Fratta de Tomas, Soffiti lignei in Friuli, op. cit., p. 54-55, 143-144. L’exemple le plus remarquable est le Palais Steri/Chiaramonte en Sicile (1377) qui comprend de nombreux cycles narratifs issus de la Bible (David et Goliath, Judith, Suzanne…), de romans antiques (Troie, Énée), de cantari, Tristan et Iseut, le lai d’Aristote. De nombreuses scènes restent non identifiées. Licia Buttà, « Storie per governare. Iconografia giuridica e del potere nel soffitto dipinto della Sala Magna del palazzo Chiaromonte Steri di Palermo », dans Licia Buttà (dir.), Narrazione, “exempla”, retorica. Studi sull’iconografia dei soffitti dipinti nel Medioevo Mediterraneo, Palerme, Caracol, 2013, p. 69-126 ; F. Vergara Caffarelli (dir.), Il Soffitto dello Steri di Palermo. Rilievo fotogrammetrico digitale, Palerme/Florence, CRICD/IGM, 2009.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Soldat hybride lisant
Crédits © Museo Civico A. Parazzi, Viadana.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/86739/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 918k
Titre Fig. 2 a et b : Nîmes, 10 rue Dorée, closoirs
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/86739/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Crédits Photo Georges Puchal. © RCPPM
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/86739/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Fig. 3 : Décor de l’ostal des Carcassonne à Montpellier (maison du patrimoine de Lagrasse, Aude)
Crédits Photo Georges Puchal. © RCPPM
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/86739/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9M
Titre Fig. 4 : Cloître de l’abbaye de Silos
Crédits Photo Jean-Michel Sauget. © RCPPM
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/86739/img-5.JPG
Fichier image/jpeg, 5,4M
Titre Fig. 5 : Barcelone, plafond du palais des marquis de Lio
Crédits © Hugo Chatevaire
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/86739/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9M
Titre Fig. 6 : Alba, Palazzo Serralunga (Piémont, prov. Coni), éléphant
Crédits Photo Georges Puchal. © RCPPM
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/86739/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 10M

© Éditions de la Sorbonne, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search