Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les dimensions relationnelles de l’art

 | 
Jean-Philippe Garric

Présentation du numéro

Texte intégral

1La première partie des Cahiers du CAP no 5 considère des objets aussi divers que la création musicale contemporaine (José Luis Besada), la mise en récit(s) de la photographie dans la seconde moitié du xxe siècle en France (Juliette Lavie) et la production de bronzes au xixe siècle sous l’angle de leurs processus créatifs (Élodie Voillot). La notion de processus créatif a bénéficié, ces dernières années, d’un large engouement dans le domaine des sciences humaines, au point même de susciter la critique. En envisageant l’œuvre d’une manière dynamique et en offrant à l’étude une temporalité complexe, cette notion ouvre des champs d’interprétation plus larges à des objets déjà étudiés. Sa méthode permet de développer une démarche généticienne appliquée à « rebours », c’est-à-dire de retrouver l’origine de l’œuvre, l’idée première, et de décomposer le feuilleté d’expériences dont elle est constituée ; ou, au contraire, de suivre la création dans son « événement », de documenter ses aléas jusqu’à son achèvement, sa diffusion, sa réception. En suivant le fil de la réalisation de l’œuvre via ses processus de conception, c’est le « monde » de la création dans son ensemble que l’on analyse, l’étude des œuvres dépasse leur unicité et leurs singularités pour s’ouvrir à leur dimension relationnelle.

2Dans la deuxième partie, les auteurs (Cécile Guillaume-Pey et Pénélope Patrix) analysent les espaces muséaux comme des « zones de contact » plus ou moins asymétriques et qui jouent aujourd’hui un rôle crucial dans la mise en valeur de pratiques et d’objets considérés comme mineurs ou marginaux. Le processus de reconnaissance et de valorisation d’éléments choisis de la culture matérielle ou immatérielle s’accompagne d’une reconfiguration des savoirs et des discours qui leur sont associés. Il s’agit donc de s’intéresser à la constitution de nouvelles connaissances, savoir-faire et expériences dans l’espace muséal, ainsi qu’aux récits – parfois contradictoires – qui légitiment leur exhibition. La patrimonialisation et l’« artification » engageant des acteurs multiples aux intérêts souvent divergents, on est particulièrement attentifs aux stratégies discursives déployées par les uns et les autres et à leurs éventuelles dissonances quant à ce qui est jugé « authentique » et méritant d’être conservé et exposé, et ce qui est à l’inverse disqualifié et rejeté dans l’oubli. Outre les modalités de constructions mémorielles opérées par la mise en musée, on prend en compte les éventuels remodelages « hors les murs » des pratiques que les institutions muséales entendent préserver et le reformatage des relations sociales, des hiérarchies et des valeurs qui leur sont associées.

3La dernière partie de ces Cahiers du CAP (Anne-Sophie Aguilar, Julie Métais et Mathieu Capel), propose d’interroger l’articulation entre culture et politique au regard de contextes sociaux, politiques et historiques distincts. Il permet d’apporter des éclairages différents sur les modalités différenciées de l’activité de médiation politique des artistes, sur les appropriations distinctes des registres et formes culturels et artistiques par le politique – et inversement, c’est-à-dire l’appropriation des registres et formes du politique par le champ artistique –, ainsi que sur les différentes acceptions en jeu de la dialectique privé/public.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540