Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire sociale et politique de l’économie

 | 
Danièle Fraboulet
, 
Philippe De Verheyde

Partie 2. Les politiques économiques

Le plan Barre (1976)

Origine historique de l’adaptation de l’économie française à l’environnement international moderne

Yasuo Gonjo

Texte intégral

  • 1 Archives nationales (AN), 65AG3/2623, propositions de Jean Ripert à Jacques Chirac pour le septième (...)

1Depuis 1945, la plupart des gouvernements successifs français ont poursuivi une politique de demande globale inspirée par la théorie keynésienne, s’appuyant sur une monnaie relativement faible. Cette politique consiste à comprimer la demande globale en serrant fortement le budget et la masse monétaire lorsque l’économie surchauffe et, une fois atteints les objectifs, à enlever les freins pour que l’économie reparte et pour que le plein-emploi redevienne assuré. C’est le fameux stop and go. Toutefois, avec la récession profonde (stagflation) en 1974- 1976, cette politique ne montre plus autant son efficacité qu’auparavant. Depuis lors, la performance de l’économie française change radicalement. Dès le 31 mars 1976, Jean Ripert, commissaire au Plan, écrivait : « La crise économique et sociale des années 1974-1975 désigne une rupture structurelle1. »

  • 2 Le Colloque Walter Lippmann, Paris, Librairie de Médicis, 1939 ; Jacques Rueff, Les fondements phil (...)

2À l’automne 1976, Raymond Barre, qui cumule deux postes, Premier ministre et ministre de l’Économie et des Finances, présente un programme d’action économique d’ensemble, connu sous le nom de « plan Barre ». Ce plan est composé de diverses mesures de responsabilité fondée sur l’économie de marché, marquant une discontinuité avec la ligne de conduite précédente de la politique économique. Raymond Barre est un économiste présenté comme néolibéral. À ce propos, il convient de signaler que son libéralisme est hérité de celui de l’école franco-allemande, dont l’origine remonte au colloque Walter Lippmann de 1938. D’après cette école, le libéralisme n’est pas contre l’État, il ne condamne pas l’intervention de l’État à moins qu’elle ne soit incompatible avec le mécanisme des prix. En ce qui concerne le marché, il s’inscrit dans les règles légales qui permettent l’exercice de la concurrence libre d’une part et la coordination du marché et des exigences sociales des masses d’autre part : il n’est donc pas un « état de nature » comme le pensaient les manchestériens au xixe siècle2.

3 Afin de connaître plus précisément les idées de Raymond Barre sur le libéralisme ou le néolibéralisme, citons quelques-uns de ses propos :

  • 3 Raymond Barre, Entretien avec Jean-Michel Djian, Paris, Flammarion, 2001, p. 56-57.
  • 4 Raymond Barre, Jacques Fontanel, Principes de politique économique, Grenoble, Presses universitaire (...)

Le libéralisme économique, c’est l’économie de marché […] il n’y a pas de marché sans règles et sans institutions. Si vous entendez par libéralisme économique la doctrine du laissez faire, laissez passer, alors je ne suis certainement pas de ce libéralisme-là. Si vous entendez par libéralisme économique la gestion décentralisée d’une économie moderne, assurée par des institutions et des centres de décision privés, et comportant une intervention régulatrice de l’État, alors vous pouvez me tenir pour un libéral3
Je ne suis pas de ceux qui pensent que l’économique précède le social. Nous vivons aujourd’hui une période où ce qu’on appelle le social est intimement lié à l’économique parce que le dynamisme et la créativité de l’économie reposent sur la cohésion sociale et sur le dialogue social, qui est un facteur décisif du progrès4.

  • 5 Yasuo Gonjo, « Comment le néolibéralisme est-t-il arrivé à dominer la société économique française  (...)

4La politique économique largement orientée vers le marché, lancée par Raymond Barre, fut toutefois abandonnée sous le gouvernement de gauche au pouvoir en 1981. Cependant, quelques années plus tard, elle retrouve en gros sa ligne initiale. Puis, du milieu des années 1980 aux années 1990, des réformes de structures avanceront à un rythme rapide avec les progrès de la mondialisation et l’approfondissement de l’union économique et monétaire européenne5. Ainsi, le plan Barre peut être considéré comme un événement marquant le début d’un tournant majeur dans l’histoire de la politique économique française. Quelles conditions historiques ont amené l’apparition du plan Barre ? Depuis Raymond Barre, exception faite de quelques années du premier septennat de François Mitterrand, pourquoi la nouvelle direction de la gestion économique est-elle parvenue à s’installer en France ? Notre propos est de faire la lumière sur ces questions.

Préhistoire : la société corporatiste et les tentatives de la réformer

5Commençons par voir ce que la société économique française était dans les années 1960. Il semble approprié de la définir comme une société de type corporatiste. Car l’héritage de Vichy a été transposé, à la Libération, dans l’organisation du CNPF et des syndicats professionnels. Depuis lors, la coordination est faite au sein de chaque groupement professionnel ou entre groupements professionnels, et l’État accorde des subventions ou des avantages fiscaux pour certains secteurs et entreprises. Dans une telle société, bien qu’il y ait certes un marché, c’est un marché fragmenté où les mécanismes du marché ne débouchent pas vers l’établissement d’une règle d’unicité des prix pour la quasi-totalité de produits de même nature. C’est un marché étroit, rigide et sujet à l’inflation. Les deux cas suivants en témoignent bien.

  • 6 Rapport sur le marché monétaire et les conditions du crédit, Paris, La Documentation française, s.d (...)

6Tout d’abord, les systèmes monétaire et bancaire. La Banque de France, investie du privilège exclusif d’émission de billets en tant que monnaie légale, estimait depuis sa création en 1800 que sa propre mission résidait dans l’intervention sur le marché de l’escompte malgré la crainte d’une concurrence entre elle et les autres banques. En outre, depuis 1944, la Banque appliquait différents taux d’intérêts en fonction de l’emploi des fonds : le total de ces taux atteignait 14 à la fin janvier 1969. Dans le Rapport sur le marché monétaire et les conditions du crédit, appelé depuis « rapport MSW », établi le 8 avril 1969, trois sages, Robert Marjolin, Jean Sadrin et Olivier Wormser, ont critiqué sévèrement ces systèmes traditionnels en déclarant que « le tout formé par le réescompte d’une part et le marché monétaire d’autre part n’est pas ce qu’on appelle généralement un marché6 ». D’un point de vue différent, la fonction principale de la Banque de France était la répartition sélective des crédits, et non « le maintien de la stabilité financière du système », c’est-à-dire la fonction qui est considérée comme la tâche fondamentale de la Banque centrale moderne.

7Outre les banques privées, les organismes financiers publics et semi-publics à statut légal spécial jouaient un rôle important dans le secteur financier français. Ce sont des institutions financières qui participent au financement d’opérations à long terme. Elles bénéficiaient de certains privilèges, surtout de privilèges fiscaux, et elles disposaient de leurs propres réseaux de collecte des disponibilités et de financement par voie administrative accordé à certains secteurs spécifiques. C’est-à-dire qu’elles fonctionnaient en dehors des lois du marché.

8En somme, les systèmes monétaire et bancaire français étaient caractérisés par la « division » et la « discrimination », ce qui correspond exactement à une société corporatiste. Cela explique pourquoi, en France, à la différence des pays anglo-saxons, le marché monétaire où se forme, sous la surveillance de la Banque centrale, l’équilibre d’ensemble de la totalité des trésoreries des institutions financières s’est peu développé.

  • 7 AN, 5AG3/2628, note de Michel Albert pour Valéry Giscard d’Estaing, 4 janvier 1980.
  • 8 Ibid., note de Michel Albert pour Raymond Barre, 4 juillet 1980.

9Passons au deuxième cas. Il concerne la planification française dite « indicative ». Comme on le sait bien, dans sa conception originale, elle avait pour objectif essentiel de définir une hiérarchie des grandes urgences nationales. Cependant, surtout après le IVe Plan (1962-1965), la nature du Plan subit une grande transformation. Le Plan comporte des projections économiques d’ensemble de caractère normatif. Les objectifs majeurs sont des normes chiffrées. Des projets d’équipement enregistrés dans le Plan sous la pression des organisations professionnelles et des collectivités locales seront subventionnés par l’État. Plus tard, en 1980, Michel Albert, commissaire au Plan, écrivait dans une note adressée à Valéry Giscard d’Estaing : « Ayant fixé le taux de la croissance, [le Plan] en répartissait d’avance les fruits, notamment en irriguant tout le Pays des subventions de l’État. Cela s’appelait inscription au Plan7. » Il s’agissait, toujours selon Michel Albert, « du corporatisme traditionnel qui faisait si facilement l’accord des intérêts sectoriel sur le dos de l’État8 ».

10La société corporatiste révèle ses limites historiques depuis la fin des années 1950, par suite de l’apparition de trois faits : la création du marché commun européen, le développement du marché des eurodevises et la libéralisation des changes. Ces trois faits ont fortement contribué à resserrer les relations économiques internationales et à intensifier la concurrence internationale. Cela signifie que l’économie française a été soumise de plus en plus profondément aux « contraintes extérieures », expression très souvent employée à l’époque. Depuis que la France avait choisi l’économie ouverte, son économie domestique devait tout naturellement être ajustée avec souplesse en fonction de l’évolution de l’environnement économique international. Pourtant, dans une société corporatiste comme la France où le marché est fragmenté, pareils ajustements ne fonctionnent pas bien. C’est pourquoi des plans, recommandations et réformes visant à apporter des modifications aux structures traditionnelles de l’économie française, sources de rigidités, se sont succédé de la fin des années 1950 aux années 1960 : le plan Pinay-Rueff (1958), le plan Rueff-Armand (1959), les réformes Debré-Haberer (1966-1967), le rapport Nora (1967), le rapport MSW (1969), etc. C’est toutefois seulement après la crise de 1974-1976 que le Gouvernement procède à une conversion complète des lignes de politique économique.

La voie vers le plan Barre (1971-1976)

11Avec la première crise pétrolière et l’effondrement du régime de Bretton Woods survenus au début des années 1970, la politique traditionnelle du gouvernement français perd toute son efficacité. Pour expliquer les raisons pour lesquelles cela s’est produit, les hauts fonctionnaires à la tête des grandes directions ou institutions et les membres des cabinets ministériels parviennent, jusqu’au milieu des années 1970, à partager les analyses suivantes. D’abord, en régime de changes flexibles, en particulier dans les pays industrialisés de petite et moyenne taille comme les pays européens dont l’économie est largement ouverte sur l’extérieur, lorsque la monnaie est dévaluée, se produisent des choses qui ne pouvaient jamais être imaginées en régime de changes fixes : la monnaie continue à se déprécier sur le marché des changes, tandis que l’économie intérieure souffre d’une spirale inflationniste. L’équilibre extérieur n’est plus restauré par les manipulations monétaires. D’autre part, puisque le pétrole est un produit non substituable, les importations de matières premières liées à ce produit ne diminuent pas malgré leur enchérissement. La détérioration massive des termes de l’échange qui s’ensuit correspond à un prélèvement sur le pouvoir d’achat du revenu issu de la production domestique.

12Dans de telles circonstances, il n’y a, au moins sur le plan technique, d’autres moyens de surmonter la crise que ces deux options : avoir une monnaie assez forte, supprimer l’inflation et promouvoir la concurrence ; ajuster les formes de production et de consommation en fonction des changements qui se produisent sur le marché international. En un mot, il s’agit de mettre en œuvre des réformes de structures. Mais il n’était pas facile pour le gouvernement français d’abandonner immédiatement sa politique traditionnelle. Deux cas concrets confirmeront ce fait : l’un concerne la préparation du septième Plan (1976-1980) ; l’autre, les mesures conjoncturelles prises par Jean-Pierre Fourcade, ministre des Finances et de l’Économie, de 1974 à 1976.

  • 9 À cet égard, la Banque de France a fixé implicitement depuis 1973 un objectif annuel de croissance (...)
  • 10 Centre des archives économiques et financières (CAEF), B64916, note du Trésor pour le groupe « Monn (...)
  • 11 Ibid.
  • 12 CAEF, B50525, note de la Division des opérations financières, 15 octobre 1973. Lors d’une interview (...)

13Dans les travaux de préparation du septième Plan menés, de 1971 à 1974, par le groupe « Monnaie-prix-croissance », présidé par André de Lattre, sous-gouverneur de la Banque de France, un débat brûlant s’est déroulé au sujet de la gestion de l’inflation et de la politique à suivre. Les experts de la Prévision, de l’Insee, du Commissariat au Plan et de la Banque de France, dont la plupart étaient eux-mêmes économétriciens et familiers avec le monétarisme de Milton Friedman, ont été unanimes à affirmer que, d’après des recherches empiriques, il existe une relation significative entre l’inflation et la croissance de la masse monétaire à moyen terme, et que des objectifs monétaires devraient donc être introduits au sein du septième Plan pour maîtriser l’inflation9. En revanche, seuls les experts du Trésor (Jean-Michel Bloch-Lainé, Pasturau) ont souligné l’importance particulière de la politique monétaire à court terme et se sont fermement opposés à l’adoption de pareils objectifs. Pour eux, « la politique monétaire est d’un maniement extrêmement souple et rapide, exempte de formalisme juridique qui en font un moyen irremplaçable de pilotage de l’économie10 ». D’ailleurs, ils attachent plus d’importance au problème du chômage qu’à celui de l’inflation ; et le système monétaire est, selon eux, mieux adapté pour éviter le chômage que pour juguler l’inflation. La conclusion qu’ils ont tirée était la suivante : « en l’état actuel des connaissances, la fixation de telles normes ne serait ni souhaitable, ni réaliste et la politique monétaire doit rester un instrument de réglage conjoncturel susceptible d’être utilisé discrétionnairement par les pouvoirs publics11 ». Un des grands enjeux pour ces hauts fonctionnaires est d’éviter que certains instruments du pilotage de l’économie ne deviennent trop « politiques », soumis au vote du Parlement et à l’action de l’opinion. Le refus du changement est aussi un moyen de conserver une capacité discrétionnaire et technocratique. Autrement dit, le Trésor n’a jamais voulu supprimer le stop and go. Une note établie à cette occasion signale qu’« il ne fait aucun doute que les conceptions du Trésor sont partagées par un grand nombre de hauts responsables du ministère de l’Économie12 ».

  • 13 ABF, procès-verbal du Conseil général de la Banque de France, 29 juillet 1976 ; VIIe Plan de dévelo (...)

14Reflétant les graves divergences de vues sur la stratégie de croissance au sein des autorités, le septième Plan non seulement manquait d’uniformité mais portait également un caractère contradictoire. Pour la première fois dans l’histoire de la planification française, il a été précisé que la masse monétaire doit croître à un rythme voisin de celui de la production intérieure brute en valeur nominale ; malgré cela, aucun objectif quantitatif à moyen terme de la croissance de la masse monétaire n’a été fixé. Par ailleurs, bien que le Plan ait énoncé le principe anti-inflationniste, la croissance et le plein-emploi ont toujours été considérés comme des programmes d’action prioritaires. Et par conséquent, des projets d’équipements financés par le budget de l’État ont été enregistrés dans le Plan, ce qui fait de celui-ci, comme dans le passé, un énorme catalogue de dépenses publiques obligatoires sur cinq ans13.

  • 14 AN, 5AG3/2641, note de Lionel Stroléru pour Valéry Giscard d’Estaing, 20 décembre 1974.
  • 15 Ibid.

15Un autre cas illustrant l’embarras des autorités concerne les mesures prises par Jean-Pierre Fourcade. Les premières mesures que ce dernier a adoptées en juin 1974 étaient celles, classiques, destinées à limiter l’inflation, c’est-à-dire le retour à l’équilibre budgétaire et des restrictions monétaires. Bien qu’elles aient certainement conduit à un ralentissement économique et à l’augmentation du chômage, elles n’ont pas eu un impact important sur les prix et les revenus nominaux, contrairement aux attentes. De cette expérience, la plupart des experts économiques affiliés au Gouvernement ont réaffirmé que la crise à laquelle ils étaient confrontés était complètement différente des précédentes. Dans une note datée du 20 décembre 1974 à l’intention de Valéry Giscard d’Estaing, le conseiller Lionel Stoléru écrivait : « les données nouvelles mondiales créent un risque de chômage permanent en 1975-1976 indépendant de toute action de stabilisation économique : les réformes de structures pour garantir le plein-emploi en croissance modérée […] demeurent la priorité des priorités pour 1975-197614 ». Toutefois, Lionel Stoléru pensait qu’il restait encore du temps avant que le Gouvernement ne change sa politique. Ainsi, en ce qui concerne les prochains six ou neuf mois, il conseille au chef de l’État de « faire de la relance conjoncturelle classique, en ouvrant les vannes du Budget15 » lorsque le ralentissement ira plus loin. En outre, il rappelle comment la distribution du pouvoir d’achat par les accords de Grenelle en mai 1968 a été efficace pour maintenir la croissance. À ce propos, il convient d’ajouter que la direction du Trésor avait également un point de vue similaire.

  • 16 AN, 5AG3/2649, Projet de note confidentielle de Michel Albert pour Jacques Chirac, 25 mai 1976.
  • 17 Ibid.

16Ce que Jean-Pierre Fourcade a choisi à l’automne 1975 pour relancer l’économie était donc une politique économique fondée sur le développement de l’investissement public, des mesures fiscales et des crédits accordés aux familles nombreuses et aux personnes âgées. Toutes ces mesures ont cependant conduit à des résultats fâcheux. L’énorme accroissement des revenus généré par ces mesures est resté dans les ménages sans être dépensé sur le marché. Au printemps 1976, diverses données chiffrées annoncent que le risque d’inflation augmente nettement. La situation devenait préoccupante. À partir de ce moment-là, les circonstances entourant la politique économique changent totalement. Michel Albert, commissaire adjoint au Plan, fut le premier à entreprendre une percée vers un changement radical de la politique économique. Dans un projet de note confidentielle datée du 25 mai 1976 adressée à Jacques Chirac, Premier ministre, il l’avertit qu’à l’automne prochain, le dérapage inflationniste « le plus grave depuis le début de la Ve République » commencera. Pour éviter ce danger, il préconise de lancer « une opération choc de style gaullien […] un plan de rééquilibre analogue au plan Pinay-Rueff »16, c’est-à-dire un plan de caractère néolibéral. Ici, l’auteur utilise le terme « néolibéral » parce que, parmi les mesures proposées par Michel Albert, figuraient « des dispositions pour stimuler la relance des investissements productifs », et que la nécessité de « rendre acceptable par les travailleurs l’effort qui leur serait demandé »17 était également abordée dans la même note. Sans doute, Michel Albert avait-il en tête la politique désinflationniste pratiquée à cette époque en Allemagne fédérale et en Angleterre.

  • 18 AN, 5AG3/2649.

17En juillet, Jean Ripert, commissaire au Plan, et cinq directeurs aux Finances (Prévision, Budget, Concurrence et des Prix, Trésor et Insee) adressent des notes à Jean-Pierre Fourcade en vue de l’encourager à apporter des changements majeurs aux orientations de la politique économique18. La note du 27 juillet signée par Jacques de Larosière nous apprend que la direction du Trésor a déjà modifié considérablement son ancienne conception sur la politique économique. Elle se conclut en ces termes :

  • 19 AN, 5AG3/2649, note de Jacques de Larosière pour Jean-Pierre Fourcade, 27 juillet 1976.

Le plein-emploi des hommes devait être désormais moins recherché par la poursuite d’une forte croissance de la PIB, génératrice d’inflation, que par la mise au point de politiques sectorielles en matière de formation. Quant à l’investissement privé, sa reprise dépendra essentiellement des perspectives que les industriels se feront sur la solidité de la monnaie et sur les chances d’une croissance dans la stabilité19.

  • 20 AN, 5AG3/2649, note de Jean-Pierre Ruault pour Valéry Giscard d’Estaing, 16 août 1976.

18Toutes les notes mentionnées ci-dessus ont également été remises à l’Élysée. Le conseiller Jean-Pierre Ruault y a immédiatement réagi. Dès la fin de juin, il rédige rapidement des notes pour Valéry Giscard d’Estaing, dans lesquelles il lui conseille de prendre l’initiative dans trois directions, c’est-à-dire de rompre avec la politique keynésienne qui ne fait que reproduire les structures existantes, d’entreprendre des réformes de structures et d’adopter une politique désinflationniste. En ce qui concerne la politique désinflationniste, Jean-Pierre Ruault dit qu’en France, où il n’y a pas de relation contractuelle entre patrons et travailleurs, il n’est pas possible d’obtenir des accords d’organisations professionnelles et syndicales similaires à ceux conclus dans les deux pays voisins. Ce qu’il suggère à Valéry Giscard d’Estaing était donc « une troisième voie » qui consiste, en particulier, en deux actions : « chercher un accord social sur un objectif chiffré de désinflation » et « s’adresser directement aux Français en faisant appel à leur bon sens »20 sans passer par les organisations syndicales.

19Tout ce qui précède nous permet de dire que les grandes lignes du plan Barre avaient été déjà bien préparées avant l’arrivée de Raymond Barre au pouvoir en août 1976.

Le plan Barre : la mise en œuvre d’un programme d’ensemble à caractère néolibéral

20Le 22 septembre 1976, un mois après que Raymond Barre ait été nommé au poste de Premier ministre, le Conseil des ministres adopte le programme de lutte contre l’inflation comportant des mesures conjoncturelles. Puis, le 12 octobre, Raymond Barre, dans un discours à l’Assemblée nationale, indique les mesures concernant les structures. Trois types de dispositions sont les piliers du programme du gouvernement de Raymond Barre. En premier lieu, gel des prix et salaires pendant trois mois pour éliminer les anticipations inflationnistes. En deuxième lieu, encourager l’investissement (y compris l’investissement public) par des moyens non inflationnistes afin de soutenir la croissance et par conséquent l’emploi. Troisièmement, faire des réformes de structures à moyen terme qui tendent à éliminer les facteurs de rigidités de l’économie et à encourager la concurrence.

  • 21 R. Barre, J. Fontanel, Principes de politique économique, op. cit., p. 140-141.

21Une caractéristique particulièrement frappante du plan Barre dans l’histoire de la politique économique française est que l’emploi n’est plus considéré comme une priorité absolue. Plus tard, Raymond Barre expliquera lui-même la politique qu’il a menée quand il était au pouvoir. Selon lui, le premier objectif de la politique du Gouvernement était d’obtenir « une croissance non inflationniste ». L’emploi est « la résultante de la croissance économique et de la maîtrise des prix », et il « n’est donc pas une priorité qui s’impose aux autres objectifs ». Quant à la croissance, elle est réalisée par « une politique générale qui tend à développer la compétitivité de l’économie et la productivité des entreprises, c’est-à-dire une politique d’incitation à la recherche et à l’investissement »21.

  • 22 Conférence de presse de Raymond Barre, 22 septembre 1976 (Bibliothèque du ministère de l’Économie e (...)
  • 23 8e plan de développement économique et social 1981-1985, Direction des journaux officiels, s.d., p. (...)
  • 24 AN, 5AG2/2632, note de Jean-Pierre Ruault pour Giscard d’Estaing, 15 septembre 1980.
  • 25 AN, 5AG2/2632, note de Michel Albert pour Raymond Barre, 23 septembre 1980.

22Se pose ici la question de savoir comment développer l’investissement tout en maintenant l’équilibre extérieur. Ceci était précisé par Raymond Barre lui-même lors de sa conférence de presse du 22 septembre 197622 : il faut avant tout que les entreprises développent leurs investissements autofinancés ; pour cela, les fonds propres des entreprises doivent être renforcés, de sorte qu’il est nécessaire de freiner les augmentations de salaire, d’alléger les impôts sur les entreprises et de réduire le fardeau des dépenses de sécurité sociale pour les entreprises. Une telle stratégie de croissance sera déployée de manière beaucoup plus détaillée et plus claire dans le texte du huitième Plan (1981-1985) qui a été formulé sous le gouvernement de Raymond Barre23. En ce qui concerne ce huitième Plan, il faut bien noter qu’il rompait, à la suggestion de Raymond Barre, avec la conception traditionnelle de la planification française24. En effet, à la différence des plans antérieurs, il ne comportait pas de programme sur cinq ans de crédits budgétaires, mais de simples actions programmées : il était donc moins rigide et de caractère plus stratégique. Par ailleurs, il était marqué par une innovation majeure : « le rejet du corporatisme25 ».

  • 26 R. Barre, J. Fontanel, Principes, op. cit., p. 134-135.
  • 27 Valéry Giscard d’Estaing, Les Français. Réflexions sur le destin d’un peuple, Paris, Plon, 2000, p. (...)

23L’idée économique de Raymond Barre était nettement différente du keynésianisme qui considère l’emploi comme une priorité absolue et met l’accent sur la « demande ». D’un autre côté, dans la mesure où il appelle à des investissements publics pour assurer la croissance, sa position était également différente des Supply Side Economics américains qui accordent de l’importance à l’offre et revendiquent la déréglementation et les abattements fiscaux. Le point de vue de Raymond Barre se caractérisait par le fait qu’il ne négligeait jamais la demande, même s’il accordait de l’importance à l’offre. Selon lui, ceci est justifié par le fait que les politiques réelles sont soumises à diverses contraintes, y compris notamment celles d’ordre social26. Des idées similaires se trouvent à la fois dans « L’agenda du libéralisme » adopté lors du colloque Lippmann et dans les rapports des deux comités Pinay-Rueff et Rueff-Armand. En passant, Valéry Giscard d’Estaing appelait la politique économique promue par Raymond Barre « l’économie sociale de marché27 », à la manière des Allemands. En bref, le plan Barre incarnait le néolibéralisme de l’école franco-allemande.

24Le succès ou l’échec du plan Barre dépendait pour l’instant de deux conditions : d’abord, que les travailleurs et les patrons acceptent de geler les salaires ; puis, qu’ils se mettent d’accord pour maintenir les salaires dans la fourchette d’augmentation de la productivité. C’est pourquoi, dès que le plan a été annoncé, le président de la République, le Premier ministre et les autres responsables du Gouvernement sont apparus activement dans les médias pour promouvoir le dialogue social. Cela veut dire que le Gouvernement a choisi la « troisième voie » recommandée par Jean-Pierre Ruault.

  • 28 AN, 5AG3/2652, Communication de Raymond Barre, 31 août 1977.

25À partir de la fin de l’année 1976, les prix commencent à se stabiliser et la balance des paiements montre des signes d’amélioration. Le 31 août 1977, Raymond Barre peut communiquer devant le Conseil des ministres qu’« il apparaît que les objectifs que poursuivait le Gouvernement ont été atteints, même si des points d’ombre subsistent28 ». Profitant d’une telle conjoncture favorable, et également aidé par la division des partis politiques de gauche, le parti au pouvoir l’emporta lors des élections législatives de mars 1978. Encouragé par ces résultats, Raymond Barre commence à libéraliser les prix qui étaient strictement contrôlés par l’administration depuis 1945. Mais sa gestion de l’économie fut entravée par la crise économique que la deuxième crise pétrolière provoqua à partir de l’été 1978. Devant le chômage croissant, le mécontentement du public à l’égard du Gouvernement augmenta rapidement en même temps que la cote de popularité de Raymond Barre diminuait considérablement. Dans ces conditions, le huitième Plan ne devait plus être approuvé par le Conseil économique et social, et il n’est finalement pas soumis au Parlement. Or, si on veut considérer le plan Barre dans une perspective historique, il faut bien reconnaître les relations particulières qui existaient entre ce plan, d’une part, et la reconnaissance officielle des changes flottants par le gouvernement français et la création du SME, d’autre part.

  • 29 Pour plus de détails, voir Yasuo Gonjo, L’origine historique de l’union monétaire européenne (1957- (...)
  • 30 Ibid., p. 396-400 ; Amaury de Saint Périer, La France, l’Allemagne et l’Europe monétaire de 1974 à  (...)
  • 31 Raymond Barre, L’expérience du pouvoir. Conversations avec Jean Bethorel, Paris, Fayard, 2007, p. 2 (...)
  • 32 Pour plus de détails, voir Yasuo Gonjo, L’origine historique, op. cit., p. 208-225.

26La France a été le seul pays, parmi ceux de l’OCDE, qui s’est opposé au régime de changes flottants jusqu’à la fin. C’est seulement en novembre 1975 et après une longue négociation secrète poursuivie avec les autorités américaines que le gouvernement français décide finalement d’accepter ce « non-système » monétaire international et signe un accord avec le gouvernement américain. Par la suite, lors du comité intérimaire du FMI tenu à Kingston (Jamaïque) en janvier 1976, les changes flottants ont été légalisés. Depuis lors, la France, pays industrialisé de taille moyenne et à forte ouverture extérieure, est obligée de disposer d’une monnaie assez forte pour s’adapter au nouveau régime de change29. En ce qui concerne le SME, il a été conçu par Valéry Giscard d’Estaing et créé en décembre 1979 à son initiative et à celle d’Helmut Schmidt, le chancelier allemand. Les notes établies à l’époque au sein du gouvernement français confirment trois choses : ce système permet de régler la moitié du commerce extérieur français à un taux de change fixe ; en contrepartie, il liera le franc au mark, la monnaie forte ; pour que la France reste dans ce système, il est essentiel de mener à bien une politique de stabilité mise en place par Raymond Barre, celle-ci permettant de faire du franc une monnaie forte30. Quant à Helmut Schmidt, d’après les souvenirs de Raymond Barre, il a confié aux journalistes français qu’« il ne se serait pas lancé dans cette opération [la création du SME] si le barrisme ne lui avait pas semblé implanté en France31 ». Les documents historiques démontrent qu’il n’y avait pas d’erreur dans cette remarque du Chancelier32.

  • 33 Pierre Mauroy, Mémoires. « Vous mettrez du bleu au ciel », Paris, Plon, 2003, p. 267.

27De ce qui précède, on peut avancer que le plan Barre, d’une part, et l’acceptation des changes flottants par le gouvernement français et la création du SME, d’autre part, étaient inséparables et intégrés. Autrement dit, le plan Barre devait finalement permettre à la France d’accepter les doubles contraintes extérieures, l’une étant la concurrence avec l’économie allemande très compétitive sur le marché européen et l’autre étant le règlement à taux de change flottant sur des marchés autres que l’Europe. Si le Gouvernement veut abandonner la conception économique de Raymond Barre, il n’aura d’autre choix que d’envisager de se retirer du SME, comme François Mitterrand en 1983. Si c’est le cas, le franc va fluctuer contre toutes les monnaies et il deviendra très rapidement une victime de la spéculation internationale : tout cela aura tôt ou tard des incidences catastrophiques sur l’économie française. C’est exactement ce que Michel Camdessus, gouverneur de la Banque de France, analysera auprès de Laurent Fabius, ministre délégué au Budget, en mars 198333. Cela explique aussi pourquoi Valéry Giscard d’Estaing avait peu de possibilités de remplacer le Premier ministre impopulaire avant l’élection présidentielle de mai 1981.

28Certes, la privatisation des entreprises publiques n’était pas prévue dans le plan Barre. Par ailleurs, à l’époque, la libéralisation des exportations de capitaux à long terme était à peine avancée et, par conséquent, la mondialisation n’en était encore qu’à ses débuts. Mais il est certain que le plan Barre a été la première opportunité pour la France d’accepter les contraintes provenant à la fois de l’Europe et du monde, en engageant des réformes de structures à moyen et à long terme.

29Pour conclure cette modeste étude, citons un passage d’une étude que Gabriel Vangrevelinghe, sous-directeur de la direction de la Prévision, a adressée à Jean-Pierre Ruault, conseiller de l’Élysée, à la date du 23 mars 1979 :

  • 34 5AG3/9699, étude adressée à Jean-Pierre Ruault par Gabriel Vangrevelinghe, 23 mars 1979.

En conclusion, le modèle de développement basé sur une relative faiblesse de la monnaie, qui a été utilisé systématiquement et avec succès par la France pendant un quart de siècle, est aujourd’hui révolu. À l’ère de Bretton Woods a succédé celle des changes flottants, et c’est maintenant une monnaie aussi forte que possible qui permet à un pays industriel largement ouvert sur extérieur de tirer parti au maximum de ses possibilités d’expansion. Cette idée explique pour une large part la politique économique du gouvernement français et sa volonté d’entrer dans le Système Monétaire Européen. Elle suppose une remise en cause de conceptions devenues traditionnelles, si bien qu’une nouvelle querelle des Anciens et des Modernes s’est ouverte qui opère un clivage non entre la majorité et l’opposition, mais au sein même de la plupart des organisations politiques, économiques et sociales du pays. D’où la diversité des réactions devant l’accord monétaire européen34.

Notes

1 Archives nationales (AN), 65AG3/2623, propositions de Jean Ripert à Jacques Chirac pour le septième Plan, 31 mars 1976. Voir Paul Dubois, « La rupture de 1974 », Économie et statistique (Insee), 124, août 1980.

2 Le Colloque Walter Lippmann, Paris, Librairie de Médicis, 1939 ; Jacques Rueff, Les fondements philosophiques des systèmes économiques, Paris, Payot, 1967, p. 459-471 ; Id., Œuvres complètes de Jacques Rueff, III, vol. 1, Politique économique 1, Paris, Plon, 1979, p. 29-43, 113-117 et passim ; François Denord, « Aux origines du néo-libéralisme en France. Louis Rougier et le Colloque Walter Lippmann de 1938 », Le mouvement social, 195, avril-juin 2001 ; Néo-libéralisme version française. Histoire d’une idéologie française, Paris, Demopolis, 2007 ; Yasuo Gonjo (dir.), Le néolibéralisme et les capitalismes depuis 1945 (en japonais), Tokyo, Nihonkeizai-Hyoronsha, 2006, p. 1-58.

3 Raymond Barre, Entretien avec Jean-Michel Djian, Paris, Flammarion, 2001, p. 56-57.

4 Raymond Barre, Jacques Fontanel, Principes de politique économique, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1991, p. 131.

5 Yasuo Gonjo, « Comment le néolibéralisme est-t-il arrivé à dominer la société économique française ? (1958-1999) » (en japonais), Bulletin du Collège de commerce de Yokohama, octobre 2016.

6 Rapport sur le marché monétaire et les conditions du crédit, Paris, La Documentation française, s.d., p. 32.

7 AN, 5AG3/2628, note de Michel Albert pour Valéry Giscard d’Estaing, 4 janvier 1980.

8 Ibid., note de Michel Albert pour Raymond Barre, 4 juillet 1980.

9 À cet égard, la Banque de France a fixé implicitement depuis 1973 un objectif annuel de croissance maximum de la masse monétaire (M2) en vue de contrôler les liquidités de l’économie (Didier Bruneel, La monnaie, Paris, La Revue Banque Éditeur, p. 277 et suiv.). Mais cela ne signifie pas que cette banque a accepté les thèses du monétarisme. Renaud de La Genière, gouverneur de la Banque de France, a déclaré devant le Conseil général ce qui suit : « à la Banque de France on n’a jamais été monétariste à tout crin. On a certes toujours pensé, ici, que la politique monétaire était un élément important de la lutte contre l’inflation mais on ne s’est jamais senti prisonnier d’une doctrine déterminée » (Archives de la Banque de France [ABF], Procès-verbal du Conseil général, 7 septembre 1978).

10 Centre des archives économiques et financières (CAEF), B64916, note du Trésor pour le groupe « Monnaie-prix-croissance », 13 septembre 1973.

11 Ibid.

12 CAEF, B50525, note de la Division des opérations financières, 15 octobre 1973. Lors d’une interview avec l’auteur le 7 septembre 2010, Jacques de Larosière, directeur du Trésor de 1974 à 1978, a affirmé que les hauts fonctionnaires de son département ne se préoccupaient, depuis de longues années, que de la politique à court terme. Selon lui, ils sont venus à sortir d’une telle tradition, mais c’est après que Raymond Barre, en tant que ministre de l’Économie et des Finances, leur a fait comprendre l’importance d’élaborer la politique à court terme en liaison avec les politiques à moyen et à long terme.

13 ABF, procès-verbal du Conseil général de la Banque de France, 29 juillet 1976 ; VIIe Plan de développement économique et social 1976-1980, La Documentation française, s.d.

14 AN, 5AG3/2641, note de Lionel Stroléru pour Valéry Giscard d’Estaing, 20 décembre 1974.

15 Ibid.

16 AN, 5AG3/2649, Projet de note confidentielle de Michel Albert pour Jacques Chirac, 25 mai 1976.

17 Ibid.

18 AN, 5AG3/2649.

19 AN, 5AG3/2649, note de Jacques de Larosière pour Jean-Pierre Fourcade, 27 juillet 1976.

20 AN, 5AG3/2649, note de Jean-Pierre Ruault pour Valéry Giscard d’Estaing, 16 août 1976.

21 R. Barre, J. Fontanel, Principes de politique économique, op. cit., p. 140-141.

22 Conférence de presse de Raymond Barre, 22 septembre 1976 (Bibliothèque du ministère de l’Économie et des Finances à Savigny-le-Temple).

23 8e plan de développement économique et social 1981-1985, Direction des journaux officiels, s.d., p. 60-61, 65, 86-87, 174-175 et suiv.

24 AN, 5AG2/2632, note de Jean-Pierre Ruault pour Giscard d’Estaing, 15 septembre 1980.

25 AN, 5AG2/2632, note de Michel Albert pour Raymond Barre, 23 septembre 1980.

26 R. Barre, J. Fontanel, Principes, op. cit., p. 134-135.

27 Valéry Giscard d’Estaing, Les Français. Réflexions sur le destin d’un peuple, Paris, Plon, 2000, p. 132.

28 AN, 5AG3/2652, Communication de Raymond Barre, 31 août 1977.

29 Pour plus de détails, voir Yasuo Gonjo, L’origine historique de l’union monétaire européenne (1957- 1981). Une grande transformation dans le monde capitaliste et le choix des pays européens (en japonais), Tokyo, Nihon-Keizai-Hyoronsha, 2013, p. 208-225.

30 Ibid., p. 396-400 ; Amaury de Saint Périer, La France, l’Allemagne et l’Europe monétaire de 1974 à 1981, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2013, p. 202-204.

31 Raymond Barre, L’expérience du pouvoir. Conversations avec Jean Bethorel, Paris, Fayard, 2007, p. 204.

32 Pour plus de détails, voir Yasuo Gonjo, L’origine historique, op. cit., p. 208-225.

33 Pierre Mauroy, Mémoires. « Vous mettrez du bleu au ciel », Paris, Plon, 2003, p. 267.

34 5AG3/9699, étude adressée à Jean-Pierre Ruault par Gabriel Vangrevelinghe, 23 mars 1979.

© Éditions de la Sorbonne, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search