Version classiqueVersion mobile

Au-delà de l’art et du patrimoine

 | 
Jean-Philippe Garric

Partie 1 : Passages. Trajectoires diachroniques de fragments culturels

La maison individuelle suburbaine

Normalisation et standardisation d’un type à l’origine de l’habitat pavillonnaire

The Suburban Detached House. Normalisation and Standardisation of a Type that has Shaped Low-density Districts

Claire Ollagnier

Résumé

À la fin du xviiie siècle, le programme architectural des maisons faubouriennes offre une voie de convergence, un mode de résolution des multiples tensions induites par les attentes de l’élite : être en ville et voir la campagne, afficher une distinction aristocratique et vivre bourgeoisement, rayonner publiquement et sauvegarder une vie intime. Autant de réflexions qui accompagnent la mise en place du programme de la maison individuelle. Toutefois, sa définition comme un type d’habitat alternatif à celui de la maison urbaine mitoyenne ou de l’immeuble intervient dans les premières décennies du xixe siècle. Si le phénomène des périphéries pavillonnaires est jusqu’alors plutôt attribué aux retombées de la révolution industrielle et à la création de cités ouvrières, ses prémices en sont donc antérieures. Ainsi, en analysant les fondements architecturaux, mais également idéologiques et socio-anthropologiques de la maison individuelle, l’article souhaite apporter de nouvelles clés de compréhension aux questions que continue de poser aujourd’hui l’implantation d’un habitat pavillonnaire.

Texte intégral

1La villégiature est une pratique qui remonte à la Rome antique et qui, en France, se développa considérablement sous l’Ancien Régime. Il était alors de bon ton pour le roi et sa cour de posséder une demeure seigneuriale campagnarde. Le mode d’occupation de ces châteaux était saisonnier : les maîtres des lieux y habitaient à la belle saison pour profiter d’un air vif et contrôler la production agricole des terres rattachées au domaine ; ils s’y rendaient également l’automne pour la chasse, sport favori de l’élite aristocratique.

  • 1 L’organisation de l’appartement aristocratique répondait jusqu’alors à un certain nombre de critère (...)
  • 2 Voir Claire Ollagnier, Petites maisons, du refuge libertin au pavillon d’habitation en Île-de-Franc (...)

2Au xviiie siècle, un glissement s’opère et l’on observe un phénomène inédit de peuplement des proches abords de la capitale. À Paris notamment, les quartiers suburbains se couvrent de maisons aux allures diverses, mais répondant aux mêmes critères architecturaux et dont l’observation mène à un constat similaire : diffusion du modèle pavillonnaire de plan massé et situation du nouveau bâti dans un environnement paysager. Ces caractéristiques, impliquant à la fois une mutation des dispositifs conventionnels1 et une réduction de la taille des appartements, sont liées aux aspirations nouvelles d’une société en pleine évolution, et conduisent dès lors à la mise en place d’un habitat moderne. C’est en effet à travers le programme architectural, très protéiforme, des maisons faubouriennes que les praticiens tentent de trouver une voie de convergence, un mode de résolution des multiples tensions induites par les attentes de l’élite : être en ville et voir la campagne, afficher une distinction aristocratique et vivre « bourgeoisement », rayonner publiquement et sauvegarder les prémices d’une vie intime. Autant de réflexions qui accompagnent le développement de la maison individuelle2.

  • 3 Voir Claire Ollagnier, « La petite maison : un concept architectural au service d’une sociabilité n (...)

3Ces nouvelles pratiques sont liées à l’évolution des façons de vivre et de penser : la philosophie rousseauiste a une grande influence sur l’élite éclairée qui cherche à établir un rapport plus intime avec l’environnement naturel ; la promenade ou l’herborisation sont prônées autant pour leur valeur psychique que physique. À cela, vient s’ajouter une quête de loisirs sous toutes ses formes (jeu, théâtre, spectacle pyrotechnique, libertinage, etc.) qui se développent davantage en périphérie du centre urbain, dans ces espaces en marge où il est plus facile d’échapper à la contrainte de l’étiquette et où les parcelles, vastes, offrent une plus grande liberté d’expression architecturale3. Du point de vue des usages, cette petite villégiature suburbaine diffère de celle saisonnière : à Paris, la proximité de ces demeures avec le centre permet une occupation à la fois plus régulière et moins longue ; il s’agit d’une habitation conçue pour l’agrément du citadin, située dans un contexte campagnard.

4À la veille de la Révolution, la capitale est ainsi entourée d’une couronne de petites maisons modèles, répondant à un programme nouveau : celui d’un habitat individuel – c’est-à-dire monofamilial – et pavillonnaire, donc isolé en cœur de parcelle, les quatre faces étant en interaction avec la nature. Dès lors, les bases d’une nouvelle conception de l’occupation de l’espace et du logement sont posées ; mais ces recherches conduisent-elles pour autant à l’émergence d’un habitat pavillonnaire ?

  • 4 Henri Raymond, Marie-Geneviève Dezès, Nicole et Antoine Haumont, L’habitat pavillonnaire, Paris, L’ (...)
  • 5 Bruno Fortier, « L’invention de la maison, un nouvel espace de projet », Architecture mouvement con (...)
  • 6 Henri Raymond, Marie-Geneviève Dezès, Nicole et Antoine Haumont, L’habitat pavillonnaire, op. cit., (...)

5Jusqu’à ce jour, la majeure partie des études qui tendent à replacer le phénomène de peuplement suburbain dans une perspective historique se fonde sur l’habitat ouvrier qui se développe en périphérie des centres urbains à partir des décennies 1840-18604. Selon Bruno Fortier, qui assure que le programme architectural de la maison émerge dans les premières années du xixe siècle, cette véritable révolution fut largement ignorée de l’historiographie contemporaine5. Si les historiens définissent en effet le pavillon comme une « maison individuelle urbaine ou suburbaine, entourée d’un jardin par opposition à la fois à l’immeuble collectif des villes et à la maison rurale6 », ce n’est pas, selon eux, dans la ville pré-industrielle qu’il apparaît. Ainsi les travaux passés et actuels n’évoquent-ils pas la possibilité d’une origine plus bourgeoise, reposant en partie sur des valeurs de loisir et de divertissement.

  • 7 Isabelle Rabault-Mazières, Aux origines de la banlieue résidentielle : la villégiature parisienne a (...)

6Dans cette unanimité quasi générale, il faut toutefois mentionner la thèse d’histoire sociale d’Isabelle Rabault-Mazières, intitulée Aux origines de la banlieue résidentielle : la villégiature parisienne au xixe siècle7. Cette étude, très peu connue car non publiée à ce jour, apporte un éclairage fondateur. Elle contribue notamment à répondre à la première question que soulève notre sujet : comment passe-t-on d’une couronne parisienne de villégiature élitiste à une banlieue résidentielle – autrement dit de résidence secondaire à principale ? Néanmoins, si cette thèse permet de confirmer l’intuition d’une filiation entre la villégiature et la formation des banlieues, elle n’a pas pour vocation d’étudier la facette architecturale du phénomène.

  • 8 Voir Jean Nicolas Louis Durand, Précis de leçons d’architecture données à l’École royale polytechni (...)

7Or, dès le début du xixe siècle, l’essor de la bourgeoisie influence les recherches architecturales qui se poursuivent autour du programme de la maison individuelle de type pavillonnaire. Nous pouvons dès lors envisager une possible filiation entre cette mode de la « petite villégiature » qui s’est répandue aux abords de la capitale au siècle des Lumières et l’occupation résidentielle progressive des banlieues. Certes, les modalités d’insertion urbaine et les procédés distributifs tardent à se systématiser, mais les innovations architecturales et les changements de mode de vie mettent à mal la typologie traditionnelle de l’habitat dès la fin de l’Ancien Régime. En outre, le développement sans précédent d’une société bourgeoise en quête de confort et de rationalité conduit à l’émergence d’un appartement moderne, tout autant adapté à un habitat de plain-pied qu’à la maison individuelle. Enfin, au début du xixe siècle, la diffusion de nouveaux principes théoriques8 trahit une démocratisation progressive de la conception de la maison ainsi qu’une mise à disposition, par le biais de la standardisation des principes constructifs, d’un habitat modulable à l’envi particulièrement adapté à la forme pavillonnaire.

  • 9 Voir Colette Vallat (dir.), Pérennité urbaine, ou la ville par-delà ses métamorphoses, volume 3, Pa (...)
  • 10 Voir Françoise Dubost, « Le choix du pavillonnaire », dans Alina Faure (dir.), Les premiers banlieu (...)

8De ce module architectural émerge en outre un sentiment d’indépendance et l’idée – toujours d’actualité – que le jardin entourant la demeure valorise les conditions de logement et qualifie l’habitat. Dès cette époque, celui-ci se conçoit à partir d’un espace se déployant autour de la maison et participant au développement d’une économie domestique9. Cet espace extérieur devient ainsi une véritable extension du logement, un support d’activité, une « pièce verte » supplémentaire. Plusieurs décennies plus tard, la conquête de l’espace de l’habitat par le truchement de son extérieur s’impose toujours comme une marque récurrente du phénomène pavillonnaire de la banlieue, largement à l’origine d’un choix résidentiel10.

9Mais quelles sont, dans ce contexte, les conséquences architecturales et esthétiques de ce phénomène sociologique ? Comment s’opère le processus de banalisation ? Cette généalogie offre-t-elle une clé de compréhension au rejet que suscite aujourd’hui, et depuis plusieurs décennies, le lotissement des banlieues, sous sa forme pavillonnaire notamment ? Autant de questions sur lesquelles repose cet article qui, dans un premier temps, rappellera le contexte historique et social qui voit naître le phénomène de peuplement des zones suburbaines, puis exposera les fondements théoriques d’une telle évolution, avant d’analyser enfin les diverses formes que celle-ci a prises dans les premières décennies du xixe siècle, en Île-de-France notamment.

La maison monofamiliale : enjeux social et architectural

  • 11 Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, 1863-1872, cité dans Michelle Perrot, La vie de (...)
  • 12 Ibid. p. 156.

10Au milieu du xixe siècle, diffusant une idée datant probablement des années 1820, Émile Littré écrit dans le Dictionnaire : « La vie privée doit être murée. Il n’est pas permis de chercher et de faire connaître ce qui se passe dans la maison d’un particulier11. » Le domaine privé par excellence est bien celui du logement, fondement matériel de la famille depuis le début de l’ère industrielle et pilier de l’ordre social12. Plus encore : la maison est le miroir de celui qui l’habite, elle devient morale et politique. D’une part, son aspect organisationnel – la distribution et le confort de son intérieur – en fait un maillon indispensable dans la quête de bonheur et de bien-être ; d’autre part, son caractère foncier – propriété, objet d’investissement et de placement – la distingue comme forme majeure de patrimoine.

  • 13 François Loyer, Histoire de l’architecture française. De la Révolution à nos jours, Paris, Mengès, (...)
  • 14 Claude-Nicolas Ledoux, L’architecture, éd. posthume de Daniel Ramée, Paris, Lenoir, 1847, tome II, (...)

11Or, dans les premières décennies du xixe siècle, on assiste à un renouveau architectural à travers la conception de lotissements constitués de maisons individuelles situées en marge de la ville. La prolifération des termes « pavillon » et « villa » exprime alors la rupture qui s’opère avec la tradition des bâtiments contigus et accolés1314. Plusieurs réalisations trahissant l’émergence d’un habitat collectif, ou communautaire, périurbain ont déjà vu le jour durant la période révolutionnaire. Entre 1792 et 1796, Claude-Nicolas Ledoux conçoit notamment, rue Saint-Georges, un projet tout à fait original pour un riche propriétaire de plantations à Saint-Domingue. Sur le vaste terrain qu’il vient d’acquérir, Jean-Baptiste Hosten désire élever, en plus de sa propre demeure, une série de maisons individuelles destinées à la location et s’ouvrant à la fois sur les rues Saint-Georges et Saint-Lazare. Le projet initial prévoit quinze édifices bâtis sur une parcelle aux contours irréguliers [fig. 1].

Fig. 1 : Claude-Nicolas Ledoux, hôtel et maison Hosten, plan général14

Fig. 1 : Claude-Nicolas Ledoux, hôtel et maison Hosten, plan général14

© Claire Ollagnier

  • 15 Claude-Nicolas Ledoux s’entoure d’artistes réputés dont Hubert Robert, lequel réalise certains des (...)
  • 16 Dès 1788, François-Joseph Bélanger conçoit rue Saint-Georges à Paris une série de trois maisons acc (...)

12Chacun est conçu comme une maison locative monofamiliale, avec toutes les commodités associées, et s’organise de façon non hiérarchisée autour d’un jardin paysager commun à tous, y compris au propriétaire, et ouvert sur la rue. L’architecte imagine des appartements simples mais confortables, sur un même schéma : cuisine et salle à manger au rez-de-chaussée, chambres et salon dans les deux étages supérieurs, chambres des domestiques dans les combles. Il s’agit d’un projet d’habitat communautaire relativement luxueux15 et, si sur les quinze maisons qui furent projetées, six seulement sont achevées en 1795, la construction en série connaît ici ses prémices. Par leur caractère collectif, ces logements s’intègrent dans un nouveau type de développement urbain, accentué par la présence d’une grille marquant la limite entre la rue et la propriété et dont la transparence crée un double point de vue. D’autres projets, plus modestes certes mais non moins révélateurs des recherches que mènent les praticiens autour d’un renouveau de l’habitat, pourraient être cités16.

  • 17 Claude-Nicolas Ledoux, L’architecture, op. cit.
  • 18 Daniel Rabreau, La saline royale d’Arc-et-Senans. Un monument industriel : allégorie des Lumières, (...)

13Dans son livre d’architecture17, Ledoux, visionnaire, avait imaginé une ville composée d’un centre urbain – notamment formé par des monuments publics et une usine, la saline royale d’Arc-et-Senans18 – entouré d’une zone résidentielle témoignant d’emblée de la possibilité d’une banlieue pavillonnaire. Dans cette cité idéale complexe, qui tend à représenter un échantillon de la société à travers le statut de ses habitants, les monuments sont à l’image de leur fonction et les maisons rendent compte avec une inédite clarté de l’activité de chacun. Mais Ledoux conçoit un projet d’une autre ambition. Pour lui, l’architecture ne doit plus refléter la condition sociale du propriétaire ou de l’usager, mais exprimer les activités artisanales et professionnelles qu’ils exercent ainsi que leur contexte social. L’habitat n’est donc plus rattaché à la notion de « convenance » – conforme à la hiérarchie sociale – mais à l’éducation et à la fonction. Par ailleurs, la conception utilitariste qui se dégage de son projet n’est formulée par aucun autre théoricien à cette époque, et elle renouvelle la notion de vie urbaine. Les différences architecturales distinguant les maisons de ville des maisons de campagne étant de moins en moins flagrantes, l’œuvre théorique de Ledoux marque la naissance d’un programme fondamental et universel : celui de l’habitat. Ainsi, l’immense production dessinée au tournant du xixe siècle, à la fois incarnée mais aussi insufflée par le livre de Ledoux, implique-t-elle l’émergence de ce programme architectural comme corollaire d’un phénomène socioculturel qui vise à accorder à l’homme une « place » nouvelle dans la société.

  • 19 Auguste Guenepin premier prix et Jean-Nicolas Huyot deuxième prix.

14Quelques années plus tard, en 1805, le sujet du prix de Rome soumis aux étudiants en architecture – « Six maisons pour six familles » [fig. 2] – confirme l’importance accordée à ces recherches19 et entérine d’emblée la vision monofamiliale de la demeure en même temps qu’il conduit les futurs praticiens à travailler sur un type de regroupement collectif novateur.

Fig. 2 : Jean-Nicolas Huyot, « Six maisons pour six familles », plan général.

Fig. 2 : Jean-Nicolas Huyot, « Six maisons pour six familles », plan général.
  • 20 Jean-Nicolas Huyot, « Six maisons pour six familles », plan général. Projet pour le prix de Rome d’ (...)

Projet pour le prix de Rome d’architecture, 180520

© ENSBA

  • 21 Voir Bernard Marchand, Paris, histoire d’une ville, xixe-xxe siècle, Paris, Seuil, 1993, p. 9-27.

15Là encore, il s’agit bien pour le bâtisseur de faire « œuvre » d’architecture, de réaliser une demeure originale dans la forme et innovante d’un point de vue organisationnel, mais reposant sur des techniques sûres, éprouvées. Cet ensemble de six maisons ne connut pas de suite dans la pratique mais, à cette époque, l’accroissement démographique de Paris21 conduit bien à la création de nouveaux quartiers à la périphérie. Ceux-ci se développent surtout au nord-ouest, dans les espaces libres qui s’étendent entre le noyau de l’ancien Paris et le mur d’octroi. Ainsi, le nouveau quartier Poissonnière ou le quartier de l’Europe naissent-ils dans cette zone. À une distance plus grande du centre, les villas bourgeoises – cellules monofamiliales par excellence et symboles du triomphe de l’individualisme – se multiplient. Mais comment s’opère la transition entre espace de villégiature et banlieue résidentielle ?

16La cartographie de la villégiature dans la première moitié du xixe siècle montre que les zones investies sont situées à l’ouest de Paris – dans la plus grande tradition d’Ancien Régime, où l’élite penchait à l’ouest notamment à cause des séjours prolongés du roi et de sa cour à Versailles. Les principales villes concernées, dans les décennies 1800-1840, sont Meudon, Neuilly et Maisons-Laffitte. Dans chacun de ces cas, il s’agit du lotissement d’anciennes propriétés aristocratiques : Château de Bellevue, Folie Saint-James, Château de Maisons. Ces réalisations « primitives » en entraîneront d’autres, conçues sur des espaces suburbains encore forestiers tel Le Vesinet en 1884, dont il ne sera pas question ici. Au fil du siècle, la mode de la villégiature contribue donc à qualifier certaines zones suburbaines, c’est-à-dire à renchérir le parc immobilier, suscitant de fait une sorte d’engouement auprès d’une classe bourgeoise de mieux en mieux établie.

  • 22 Voir Isabelle Rabault-Mazières, « Villégiature et formation des banlieues résidentielles. Paris au (...)

17Mais cet espace n’est alors pas l’unique territoire d’une bourgeoisie en villégiature22. Dans un premier temps, celle-ci s’accommode des activités industrielles et artisanales de la banlieue – notamment en raison de ses propres besoins de main-d’œuvre. Les lieux de villégiature attirent bientôt les activités artisanales et domestiques, contribuant ainsi à créer un espace de mixité sociale. On peut donc établir un lien fondateur entre zone de villégiature bourgeoise et géographie socio-économique de la banlieue. Il s’agit même d’un facteur de la transition résidentielle : sur le long terme, la bourgeoisie stimule la vocation résidentielle des communes suburbaines. Mais en quelques décennies, la tendance s’inverse. Avec l’accroissement démographique et industriel de Paris, la proche banlieue concentre de plus en plus d’activités bruyantes et malodorantes, reléguées aux portes de la capitale. Si bien qu’au tournant du xixe et du xxe siècle, les plus aisés fuient cette première couronne pour s’installer à une distance plus importante du centre urbain, l’arrivée du chemin de fer rendant possible cet éloignement nouveau. Autrement dit : la ville chasse la campagne, le résidentiel chasse la villégiature.

  • 23 Voir Isabelle Rabault-Mazières, Aux origines de la banlieue résidentielle…, op. cit., p. 51-96.

18Pour évaluer cette transition, on dispose de plusieurs outils23 : évolution foncière, étude du marché de la maison suburbaine à travers les achats et les ventes, etc. lesquels ont déjà été exploités. Arrêtons-nous alors sur deux marqueurs particuliers : les guides de voyages et les bottins mondains. Issus d’une tradition plus ancienne, les premiers se développent, concernant les alentours de Paris, tout au long du xixe siècle. Toutefois, au fil du temps, ils se montrent de moins en moins prolixes au sujet des villas franciliennes. Doit-on pour autant en déduire que moins de maisons sont construites ? Il est selon nous préférable d’y voir une banalisation du phénomène : de plus en plus de gens ayant accès à la petite villégiature, celle-ci perd son caractère exceptionnel et intéresse dès lors moins les auteurs de guides touristiques. Si les bottins mondains ne commencent quant à eux à paraître qu’à la fin du xixe siècle, leur lecture permet cependant d’évaluer la localisation des maisons de l’élite, qu’il s’agisse de résidences principale ou secondaire. Ainsi découvre-t-on que la bourgeoisie préfère vivre à Paris et possède des maisons de campagne de plus en plus éloignées du centre.

19Dans un premier temps la mode de la villégiature contribue donc à qualifier les espaces situés en bordure de la capitale, il s’y développe une certaine mixité sociale avec d’une part la bourgeoisie en visite occasionnelle et d’autre part une activité artisanale et domestique résidentielle, la seconde étant plus ou moins générée par la première. Dans un deuxième temps, on constate que si l’on fait de moins en moins cas du phénomène dans la presse et dans les guides de voyageurs, c’est parce qu’il se démocratise progressivement. Or, c’est précisément lorsque les abords de la capitale deviennent résidentiels que la bourgeoisie décide de transférer plus loin ses lieux de villégiature. Autrement dit, le passage au résidentiel ne concerne les classes aisées qu’à la marge ; celles-ci ne souhaitent en aucun cas sortir de leur équilibre de double résidence : l’appartement au cœur de la ville et la villa dans un environnement champêtre préservé de toutes formes de nuisance (industrielles et humaines).

Le glissement théorique

20Si la maison individuelle monofamiliale occupe une place centrale dans la formation du lotissement résidentiel, elle marque durablement l’évolution de la discipline architecturale. Dans l’introduction de son Architecture civile, Louis-Ambroise Dubut annonce ainsi les prémices d’un embourgeoisement certain des modes de vie :

  • 24 Louis-Ambroise Dubut, Architecture civile, op. cit., introduction [n. p.].

L’architecture que nous traitons dans cet ouvrage a pour objet l’habitation du citadin, soit à la ville soit à la campagne. Quoique cette partie de l’art ne paraisse pas la plus élevée, c’est néanmoins une des plus utiles, c’est celle dont on a le plus souvent besoin, et à laquelle cependant la plupart des jeunes architectes s’attachent le moins […]. Est-il rien de plus agréable qu’une maison où nos besoins sont parfaitement satisfaits ? Elle fait le charme de notre vie, et contribue à nous faire passer des jours heureux24.

21À travers ces quelques lignes, l’habitat fait figure de témoin du passage entre une civilisation pré-industrielle et une civilisation industrielle. De fait, les publications consacrées au thème de la maison sont en augmentation dans les premières décennies du xixe siècle. Parmi ces sources, on peut différencier deux types d’ouvrages : les traités d’architecture – qui sont des supports d’enseignement – et les recueils, compilation offrant un panorama large de divers types de maisons conçues ou conceptualisées par les architectes, sous forme de planches (plan/coupe/élévation). Ces derniers permettent la diffusion de modèles de maisons qui, la plupart du temps, ont bien été édifiées, mais dont l’identification, la localisation et souvent même la datation ne sont pas aisées…

  • 25 Jean-Charles Krafft, Nicolas Ransonnette, Plans, coupes, élévations des plus belles maisons & des h (...)
  • 26 Louis Marie Normand, Paris moderne ou choix de maisons construites dans les nouveaux quartiers de l (...)

22La plupart des planches des recueils de Jean-Charles Krafft25 ou de Louis Marie Normand26 montrent ainsi une vue extérieure de l’édifice ainsi qu’un ou plusieurs plans distributifs ; certaines maisons sont présentées au cœur de leur parcelle, offrant au lecteur la possibilité de comprendre les relations qu’elles entretiennent avec leur environnement. Mis à part quelques dispositifs exceptionnels alliant le motif de la grotte à celui de la fontaine, de manière générale les élévations sont simples, réglées sur les mêmes proportions. Conformément à la mode répandue depuis plusieurs dizaines d’années, les édifices sont souvent surmontés d’un belvédère. Les plans, carrés pour la plupart, ne révèlent que peu d’originalité, se rattachant aux modèles en vigueur à la charnière du xviiie et du xixe siècle. Toutefois, la conception du décor extérieur couvre un registre très éclectique. Ainsi observe-t-on entre 1789 et 1840 une grande variété de registre, allant du palladianisme au rustique, du pittoresque au classique. Certaines maisons revêtent un style « flamand » alors que d’autres rappellent les volumes simples et élégants de Palladio et d’autres encore sont conçues dans le genre pittoresque. Les matériaux utilisés (pierre, brique, bois, moellon, etc.) contribuent autant que la modénature à véhiculer cette richesse d’aspect.

23Au travers de ces sources nombreuses, l’habitat, dont l’intérêt était jusqu’alors relatif au statut social du propriétaire, semble érigé au rang de production noble et la demande des propriétaires est telle qu’elle incite à ne plus considérer la maison individuelle comme un art mineur. Aussi cette dernière occupe-t-elle peu à peu une place centrale dans la formation de l’architecte. Des cours d’architecture complets à destination des élèves ingénieurs se consacrent désormais à la maison.

  • 27 Voir Claire Ollagnier, « La maison selon Charles François Mandar : l’enseignement d’un programme », (...)
  • 28 Charles François Mandar, Détails de construction d’une maison donnés pour l’instruction des élèves (...)
  • 29 Charles François Mandar, Études d’architecture civile, Paris, Carilian-Goeury, 1826, p. 87.
  • 30 Jean-Charles Krafft, Recueil d’architecture civile, op. cit.

24Dès 1796, Charles François Mandar, professeur d’architecture à l’École des ponts et chaussées, décide par exemple de fonder une part de son enseignement sur un exemple précis. Il fait alors lithographier l’ensemble de la documentation relative à l’édification de la maison de Mme Dugazon, projet sur lequel il a travaillé en 179227. Ces Détails de construction d’une maison sont tirés à 250 exemplaires et diffusés à partir de 1818 auprès des élèves de l’école28. L’idée est alors de pallier aux difficultés que rencontraient les élèves « à satisfaire au premier programme de maison d’habitation qui leur était donné29 ». L’entreprise de l’architecte paraît d’autant plus originale au regard de la description que fit Krafft du pavillon en 1812 : « Cette maison est agréable ; mais elle ne présente rien d’assez remarquable pour qu’il en soit fait une description détaillée30. » Mais sans doute est-ce là l’ambition de Mandar : établir un cours à partir d’un objet non pas exceptionnel, donc rare, mais « banal », « modeste », autant d’adjectifs qui pourraient être dépréciatifs dans l’esprit de l’architecte d’Ancien Régime, mais qui le sont sans doute moins dans celui de l’ingénieur du début du xixe siècle, soucieux de répondre à une demande, non pas certes de masse, mais grandissante, celle d’une nouvelle classe de propriétaires bourgeois qui n’aura de cesse de s’affermir tout au long du siècle.

  • 31 Cette version a été étudiée par Katia Frey, « Distribution et décoration intérieure : les Études d’ (...)

25Face au succès que remporte ce cours, le directeur de l’École des ponts et chaussées alloue à Mandar un budget exceptionnel pour lui permettre de réaliser une publication de plus grande ampleur. Vingt nouvelles planches font leur apparition et un texte accompagne désormais la gravure, permettant à l’architecte d’exposer précisément sa conception de l’édifice31. Le projet ayant évolué, la portée du discours théorique et pratique change nécessairement. L’intérêt de ce document réside dans le témoignage d’une continuité qu’il offre aux chercheurs que nous sommes. En effectuant ce passage entre la réalisation d’une part et la théorisation d’autre part, Mandar nous présente une clé de compréhension des évolutions qui sous-tendent l’architecture domestique à la charnière du xviiie et du xixe siècle. Le fait d’ajouter des notices explicatives à chaque gravure permet à l’architecte de passer d’un mode de divulgation de son savoir oral – dans le cadre de son enseignement à l’École des ponts et chaussées – à un mode de diffusion plus large. Si l’auteur souhaite – il le formule clairement dans son introduction – s’adresser aux ingénieurs et aux architectes, en réalité la forme convient tout aussi bien à l’élève qu’à l’amateur.

  • 32 Urbain Vitry, Le propriétaire architecte, Paris, Audot, 1827.
  • 33 Ibid., p. 18.

26Ces informations, propres à éduquer les futurs praticiens, peuvent également se révéler une source de renseignements utile à toute personne souhaitant prendre une part active à la construction de sa maison, au propriétaire qui voudrait s’improviser architecte. Les Détails de construction d’une maison font en quelque sorte écho à la publication d’Urbain Vitry, Le propriétaire architecte32, qui se concentre exclusivement sur « les maisons particulières qui servent à loger le propriétaire33 » et s’impose comme un véritable manuel de construction. Il n’est ici plus question de distinguer la conception de la maison de ville de celle de la maison de campagne : son auteur y détaille indifféremment toutes parties indispensables au bon fonctionnement d’un habitat individuel.

27L’engouement que suscitent l’architecture privée et surtout la maison dans la formation des ingénieurs français de la première moitié du xixe siècle doit être mis en rapport avec l’expansion des commandes de ce type de projets trahissant l’affirmation d’une nouvelle classe de propriétaires. L’architecture domestique est le sujet privilégié des publications parisiennes jusqu’en 1850 et même au-delà. Progressivement, ces ouvrages témoignent du désir du propriétaire de prendre une part plus active dans la conception de sa maison. On voit ainsi fleurir les manuels de construction qui s’adressent à l’amateur. Est-ce l’un des marqueurs de la démocratisation du phénomène ? Sans douxte, car pour rendre plus intelligible le savant travail de conception de la demeure, les architectes auteurs de ce type de manuels vont poursuivre une tendance observée depuis le début du xixe siècle dans le domaine de la théorie architecturale : la systématisation des procédés distributifs et la variation des effets extérieurs.

28Faisons un saut dans le passé pour mieux comprendre cette notion : dans les dernières décennies du xviiie siècle, l’architecture domestique connut une période d’expérimentation fondamentale. Concernant les intérieurs, les formules aristocratiques traditionnelles ne satisfaisant plus l’élite en quête de confort, les architectes mettent en œuvre des formules organisationnelles inédites qui aboutissent au cours du siècle suivant à la conceptualisation de l’appartement moderne, qualifié de « bourgeois », dans le sens de commode, confortable et moins contraint par le devoir de représentation que ne l’était l’appartement noble. Du côté des extérieurs par contre, la fin de l’Ancien Régime est marquée par l’extrême richesse des influences (antique, pittoresque, rustique, chinoise, flamande), une variété d’inspiration qui perdurera durant tout le xixe siècle, souvent qualifié d’ « éclectique ». Cette double tendance, largement éprouvée, va ainsi faciliter l’appropriation de la demeure par le propriétaire : à partir d’un plan unique et fonctionnel – systématisé –, celui-ci va pouvoir choisir le « style » de sa maison [fig. 3].

  • 34 Louis-Ambroise Dubut, Architecture civile. Maisons de ville et de campagne de toutes formes et de t (...)

Fig. 3 : Maison pour une famille décorée de deux genres différents34

Fig. 3 : Maison pour une famille décorée de deux genres différents34

© Jean-Philippe Garric

29Si l’on tire un peu plus loin le fil de cette réflexion, on constate qu’il n’y a de là qu’un pas à faire pour proposer une variation autour du thème de la villa, accessible à une clientèle moins fortunée, mais aspirant à une respectabilité bourgeoise.

30De la banalisation de la villégiature, exposée précédemment, découle une perte d’intérêt progressive pour l’objet architectural, pour l’« œuvre » de l’artiste. Ainsi s’opère le passage de la demeure issue du modèle aristocratique, unique en son genre, au lotissement bourgeois témoignant d’une construction en série, parfois d’un luxe ostentatoire rapidement jugé vulgaire par les contemporains. Cela ne signifie pas que la maison d’architecte n’existe plus ; elle reste l’apanage de l’élite. Mais l’impact des classes moyennes, en quête d’individualisme et sensibles à l’idée selon laquelle pour loger décemment sa famille il faut une maison individuelle, conduit progressivement à la conception d’une maison plus populaire, peu coûteuse et guère « digne d’intérêt » d’un point de vue architectural. De fait, deux raisons expliquent l’amoindrissement du coût d’une maison individuelle pavillonnaire : les dépenses de construction deviennent moins importantes à mesure que l’on systématise les procédés permettant la préfabrication de certains éléments et la clientèle intéressée étant plus modeste, les architectes doivent s’adapter. Un glissement s’opère et la maison individuelle tient bientôt plus de la maisonnette que de la grande demeure bourgeoise.

L’idéologie à l’épreuve du bâti

31Il convient à présent de mettre ces idées à l’épreuve du bâti. Si elle semble évidente, cette démarche manque d’étude architecturale. Il faut reconnaître que d’emblée le chercheur se trouve confronté à une double difficulté : d’un côté, il est souvent difficile de retrouver un témoignage concret des édifices qui figurent dans les recueils gravés – les informations sont trop lapidaires pour constituer un point de départ suffisant au travail d’archive et certains édifices n’ont pas été construits – ; de l’autre, les édifices encore existants ont souvent subi de grandes modifications et on ne garde pas ou peu de trace de leur historique. Ainsi avons-nous choisi un corpus clairement délimité et comportant une certaine documentation, bien que peu étudié sous l’angle pressenti : il s’agit d’anciennes propriétés aristocratiques loties dans les premières décennies du xixe siècle. Au lendemain de la Révolution, la vente des Biens nationaux a des conséquences immédiates : une partie du patrimoine foncier de la noblesse et du clergé entre sur le marché et fait l’objet de nombreuses transactions commerciales ; ces lotissements spéculatifs vont devenir les terrains de jeu où se met en œuvre la réforme de l’habitat domestique.

32Ces nouveaux lotissements préfigurent la ville disséminée actuelle en créant un nouveau rapport entre le bâti et la nature. L’émergence d’une classe moyenne, bourgeoise par essence, va permettre le développement de ce type d’habitat. Ainsi voit-on apparaître, en superposition de la zone suburbaine dévolue depuis des dizaines d’années à la villégiature aristocratique, une banlieue bourgeoise souhaitant profiter des avantages à la fois de la ville et de la campagne. L’échelle miniaturisée, évidente du point de vue des spéculateurs qui cherchent à rentabiliser au mieux leur investissement, se traduit de fait par une forme de démocratisation de cet habitat pavillonnaire, économique par définition. Cette banlieue résidentielle bourgeoise, qui se superpose à l’ancienne zone de villégiature aristocratique, précède donc de quelques décennies le développement d’une banlieue encore plus modeste, ouvrière cette fois-ci. Les exemples de lotissement pavillonnaire bourgeois à Paris et dans ses environs ne manquent pas dans les premières décennies du xixe siècle ; nous nous sommes arrêtés plus particulièrement sur trois d’entre eux : le quartier Beaujon, le Nouveau-Bellevue et le parc Laffitte.

Le quartier Beaujon

  • 35 René Dupuis, « La chartreuse et le quartier Beaujon », Bulletin de la société de l’histoire de Pari (...)
  • 36 Les travaux datent sans doute des années 1798-1800 ; voir Alexandre Gady, « Folie Beaujon et Chapel (...)

33L’histoire du domaine de Beaujon, connu sous le nom de « chartreuse », a fait l’objet de plusieurs études approfondies35 dont nous reprenons ici la substance. Nicolas Beaujon, fermier général et conseiller d’État sous Louis XV, habite l’hôtel d’Évreux – l’actuel palais de l’Élysée – depuis plusieurs années lorsqu’il acquiert, au début des années 1780, plusieurs parcelles situées à l’extrémité du faubourg du Roule. Si quelques-uns des terrains acquis comportent des édifices que Nicolas Beaujon conserve, il ambitionne immédiatement de se faire construire un nouveau pavillon d’habitation et charge l’architecte Nicolas Claude Girardin d’en réaliser les plans. La propriété devient vite un sujet de curiosité pour l’élite parisienne ; il est même possible de la visiter avec un billet du maître des lieux. Beaujon décède en 1786 et la propriété change plusieurs fois de main avant d’arriver en possession de M. et Mme Vanlerberghe à la fin des années 1790. Ceux-ci font agrandir le pavillon36 et le parc est progressivement loti.

  • 37 Le Moniteur universel, 29 juillet 1825.
  • 38 Ce nouveau quartier est bien représenté sur un tableau d’Auguste Jean Baptiste Cadolle, Paris depui (...)
  • 39 Voir Alexendre Gady, « Folie Beaujon et Chapelle Saint-Nicolas », art. cité, p. 362.

34En mars 1825, l’ensemble est vendu pour 500 000 francs à une Société du quartier de la Chartreuse Beaujon constituée de trois associés : Jean Joseph Rougevin, architecte et spéculateur, Alexandre Pierre Cottin, ancien notaire à Paris, et Mme Fortunée Hamelin. Ceux-ci entreprennent de créer à cet endroit un nouveau quartier, sur « la plus belle position de Paris, offrant tout à la fois la vue de l’immense capitale et des campagnes environnantes, jusqu’à Saint-Denis37 », composé d’habitations entourées de jardins38. Trois voies privées sont ouvertes (Fortunée, Châteaubriant et Lord Byron), le terrain est divisé en 44 lots et le quartier neuf est fermé de grilles [fig. 4]. Si l’opération ne remporte qu’un demi-succès, elle permet toutefois la naissance d’un beau quartier, où jardin et bâti font part égale39. Toutefois, les investisseurs ne parvenant pas à amortir les frais se voient malheureusement contraints de vendre à nouveau la propriété en 1840. Le nouvel acquéreur poursuit l’entreprise de lotissement perçant de nouvelles voies et créant dès 1842 des parcelles supplémentaires. Dans la seconde moitié du siècle, Paris revêt un nouveau visage sous l’impulsion de Napoléon III et du baron Haussmann et les plans d’expropriation se succèdent avant de voir l’ensemble disparaître complètement sous les nouveaux aménagements urbains.

  • 40 Michelle Perrot, La vie de famille au xixe siècle, op. cit., p. 161-162.
  • 41 Ibid., p. 161.

35L’observation du plan d’ensemble du projet de 1825 nous indique qu’il s’agit de pavillons de forme et de superficie équivalentes, la plupart du temps isolés en cœur de parcelle et disposant d’un jardin conséquent à l’avant comme à l’arrière de la demeure. L’entrée de chacune des parcelles est dotée de petits édifices d’un seul niveau, conformément aux conventions aristocratiques des siècles précédents. Nous n’avons à ce jour pas retrouvé de description de l’intérieur de ces quarante maisons mais dans son ouvrage sur La vie de famille au xixe siècle, Michelle Perrot fait l’hypothèse d’une relative unité du mode de vie bourgeois et des manières d’habiter au fil du siècle40. Selon elle, grâce à la circulation européenne des types architecturaux, de Paris à Londres et de Vienne à Saint-Pétersbourg, l’habitat bourgeois se caractérise par un même « mélange de rationalité fonctionnelle, d’un confort bien réduit et de nostalgie aristocratique, particulièrement vive dans les pays où subsiste une vie de cour41 ».

36

  • 42 Jean Jacques Rougevin, Projet du lotissement du jardin Beaujon, 1825, Archives nationales, M.C.N., (...)

Fig. 4 : Projet du lotissement du jardin Beaujon, 182542

Fig. 4 : Projet du lotissement du jardin Beaujon, 182542

© Claire Ollagnier

Le Nouveau-Bellevue à Meudon

37À la même époque, le domaine de Bellevue suit une évolution similaire. Érigé en 1751 pour la marquise de Pompadour, le château de Bellevue entre six ans plus tard dans le domaine royal. En 1775, il est vendu aux tantes de Louis XVI, Mesdames Adélaïde et Victoire, qui s’y installent pour jouir d’une vie paisible loin de Versailles et de Paris. Leur bonheur s’achève à la Révolution. Pendant leur exil en 1792, le domaine est confisqué et mis en vente comme bien national. Il est acheté et revendu plusieurs fois avant d’être cédé pour la somme de 315 000 francs à Achille Guillaume. L’acquisition se fait dans le seul but de le lotir et non de restaurer le château, lequel est d’ailleurs démoli très rapidement. Deux ans plus tard, le 6 février 1824, le plan du morcellement du domaine est prêt [fig. 5].

38Le lotissement s’ordonne selon une trame orthogonale simple, héritée du tracé de l’ancien domaine de la marquise de Pompadour. La grande avenue Mélanie – l’actuelle avenue du 11 novembre 1918 –, bordée d’arbres, en est l’artère maîtresse. C’est une voie majestueuse qui aboutit à l’ancienne terrasse du château, d’où la vue plonge sur Paris. Entrecoupée par deux places, elle dessert deux rangées de lots d’une superficie identique. Deux rues parallèles, plus modestes, sont destinées à desservir les propriétés n’ayant pas de débouché sur l’avenue. Cet ensemble de voies parallèles très espacées est recoupé par deux rues déjà existantes, la rue du Bassin et la rue Léonie, laquelle délimite la partie basse du lotissement, située à l’emplacement de l’ancien château de Bellevue. Alors que la partie supérieure forme un damier, l’organisation est ici plus complexe, les lots étant d’orientation diverse et dans l’ensemble nettement plus petits.

39D’un point de vue urbanistique, le spéculateur joue sur la situation paysagère ; ainsi peut-on lire dans la presse de l’époque à propos du site :

  • 43 Cité dans Isabelle Rabault-Mazières, Aux origines de la banlieue résidentielle…, op. cit., p. 29.

Bellevue est l’endroit désigné pour les Parisiens qui ont besoin d’une cure d’air […] On y goûte une fraîcheur délicieuse, que donnent la hauteur et le voisinage des arbres : les poumons y retrouvent l’oxygène si nécessaire à la pureté du sang, loin des rues poussiéreuses. Huit ou quinze jours de séjour à Bellevue peuvent refaire une santé ébranlée par la vie enfiévrée de l’hiver43.

  • 44 Voir les dossiers de l’Inventaire n° IA00129855 et n° IA00129852

40Guillaume respecte le hameau. Il reprend le plan général du domaine, trace des parcelles, y fait bâtir quelques maisons par l’architecte Auguste Guenepin – celui-là même qui avait obtenu le premier prix d’architecture de 1805 –, comme celle située 62 route des Gardes et, peut-être, celle du 20 rue du Bassin44.

41Mais, malgré son histoire prestigieuse et sa localisation avantageuse, les Parisiens rechignent à habiter Meudon, alors mal desservi. Pour les faire venir, Guillaume entreprend alors une campagne publicitaire, il fait composer un superbe ouvrage – L’album du Nouveau Bellevue –, met en avant les souvenirs du château royal qu’il vient de faire démolir et organise des fêtes sur la place principale. Divers articles paraissent dans la presse, comme celui-ci, daté du 18 mai 1827 :

  • 45 Le Figaro, 18 mai 1827.

Le charmant village du Nouveau Bellevue près Meudon, promet d’être très suivi cette année. Nous croyons faire plaisir aux visiteurs et aux curieux en leur apprenant que de nouvelles voitures très commodes et très élégantes, partant à heure fixe commenceront demain samedi leur service entre la capitale et le nouveau Bellevue45.

42Le succès tarde pourtant à venir. Ce n’est qu’en 1838, lors du percement de la voie ferrée qui traverse le lotissement, qu’il trouve un regain d’intérêt ; il est désormais à quelques minutes seulement de la capitale.

Le parc Laffitte à Maisons-Laffitte

  • 46 Plusieurs réalisations de quartiers lotis de maisons résidentielles dans Paris : notamment le quart (...)

43Le château de Maisons-Laffitte, que René de Longueil, surintendant des Finances, avait fait construire en 1641 par l’architecte François Mansart, connaît une histoire également similaire. Confisqué en 1791 au comte d’Artois, il est revendu plusieurs fois avant d’être acheté le 18 septembre 1818 par Jacques Laffitte. Il ne s’agit pas à l’origine de spéculation, mais les ennuis financiers contraignent cependant le banquier parisien à lotir le parc, réalisant ainsi en 1834 le premier très grand lotissement des environs de Paris, réalisation de l’architecte parisien Auguste Constantin, qui n’en est pas à sa première opération de ce type46. Mais l’ancien domaine du comte d’Artois fournit à l’architecte l’occasion de mettre en pratique ses idées à une vaste échelle – environ 300 hectares.

  • 47 Bibliothèque nationale de France (BnF), Ge D 9119.

Fig. 5 : Plan du lotissement du domaine de Bellevue, 182447

Fig. 5 : Plan du lotissement du domaine de Bellevue, 182447

© BnF

44Constantin ne partait pas de rien puisque le parc, largement boisé, était percé, selon une trame toute classique, d’un ensemble de voies rayonnant depuis quelques places-carrefours : il se trouvait ainsi sillonné d’allées rectilignes se croisant de manière

45désordonnée, sans constituer une forme géométrique identifiable. Pour rompre la monotonie et faciliter les communications, l’architecte se contente de créer des cercles concentriques autour du carrefour de Fromainville – l’actuelle place Napoléon – et des demi-cercles autour de la place Marine, du carrefour du Diable – place Turenne aujourd’hui – et de la nouvelle place Poniatowski. Certaines allées furent prolongées, d’autres ouvertes, afin de réaliser un effet de symétrie. Des voies orthogonales à celles-ci furent également créées. L’architecte recherche également un effet de symétrie au sud-est, de part et d’autre de la place Charlemagne. Il crée ainsi les squares Grétry et Lekain ainsi que les petites places Sully et Montaigne. Au total, ces voies parallèles et orthogonales, ces allées rayonnantes et ces cercles aboutissent à faire de la colonie Laffitte un ensemble relativement confus, le contraire des plans en damier de Bellevue [fig. 6].

  • 48 Archives municipales de Maisons-Lafitte, 2 S 6.

Fig. 6 : Plan du parc de Maisons-Laffitte, 184848

Fig. 6 : Plan du parc de Maisons-Laffitte, 184848

© BnF

46Si le lotissement se distingue par son refus d’une géométrie simple, il se différencie plus encore par la part exceptionnelle réservée aux espaces libres. Le cahier des charges prévoyait que 170 hectares seraient lotis, 136 autres étant quant à eux exclus du découpage, ce qui comprenait certes les squares, places et avenues mais aussi de nombreuses et grandes parcelles boisées devant impérativement le rester. C’est dire la place privilégiée occupée par la nature. Loin d’être un simple agrément pour les occupants, elle est au cœur du projet. Il s’agissait d’insérer les habitations humaines dans un environnement naturel et non de recréer des éléments de nature autour de l’homme.

47Au bout de la chaîne qui mène du parc nobiliaire à la propriété bourgeoise, se profile donc le lotissement du domaine qui trahit un urbanisme à deux facettes. Avec le quartier Beaujon et le Nouveau-Bellevue naît un modèle destiné à la bourgeoisie parisienne, mais malgré l’importance des éléments naturels, la voirie structure le quartier et l’alignement des clôtures sur la voie est fidèle à la tradition urbaine. Si importante qu’elle soit, la nature n’a qu’un rôle d’agrément. Loin d’être le lieu de « l’anti-ville », le lotissement est au contraire un espace urbain original qui intègre en son sein les éléments naturels, dans la continuité finalement de ce qui se faisait déjà au xviiie siècle. Le parc Laffitte, quant à lui, relève plus d’un nouveau type de lotissement que l’on peut qualifier de « paysager », dans le sens où il s’intègre à un paysage authentique. Dans un cas comme dans l’autre, les spéculateurs ont curieusement beaucoup de mal à vendre leurs lots…

Conclusion : de la banalisation au rejet

48Pourquoi ces formules de lotissement, qui témoignent à cette époque d’une qualité indéniable, ne remportent-elles pas un plus grand succès, alors même qu’elles se sont pérennisées dans d’autres villes européennes, telles que Londres ? On a d’ailleurs longtemps pensé que les architectes et spéculateurs français tiraient leur inspiration du modèle anglais. Dès 1806 par exemple, le Journal de l’Empire annonce :

  • 49 Journal de l’Empire, 11 juin 1906.

Des particuliers, propriétaires de terrains situés entre la rue Neuve du Colysée, celle du faubourg Saint-Honoré, et les avenues de Matignon et des Tuileries, ont formé le projet d’y bâtir de cent à cent cinquante petites maisons, dans le genre de celles de Londres, et dont le loyer ne coûterait pas plus cher que celui d’un bel appartement dans les hôtels, où l’on a le désagrément de se trouver avec d’autres locataires. Ce vaste emplacement tient aux promenades les plus fréquentées. Les façades des maisons seront, comme les distributions intérieures, aux choix et suivant le goût des acquéreurs ; mais il régnera devant toutes les maisons, des trottoirs, de petits fossés avec des grilles (à l’instar de ce qui vient d’être fait aux Tuileries devant le pavillon de Flore), et il sera posé à toutes les issues, des grilles plus grandes, qui resteront ouvertes pendant le jour, et où veilleront des portiers pendant la nuit. Ces maisons, pour la plupart, auront des jardins, ce qui contribuera tout à la fois à l’agrément et à la salubrité. Afin d’éviter le bruit et l’odeur, des bâtiments séparés de toutes les maisons, mais à la portée de toutes, seront disposés pour des écuries et des remises. Enfin, un corps de garde, de la garde de Paris, et un autre pour les pompiers, y inspireront une entière sécurité49.

  • 50 C’est ce qu’affirme Louis de Lanzac de Laborie dans le tome II de Paris sous Napoléon, Paris, Plon- (...)
  • 51 Philippe Gresset, « The Picturesque Democratic House at the Edge of the Neo-Classical City », dans (...)

49Il s’agit bien d’un habitat standardisé, développé à partir d’un module pavillonnaire très souvent répété et pourtant à même de satisfaire les goûts et les intérêts de chacun des propriétaires à travers la flexibilité affichée des distributions intérieures – en somme, un habitat personnalisé. Ce projet n’aboutira pas et certains affirmèrent qu’il déroutait trop les habitudes parisiennes pour pouvoir réussir5050. Philippe Gresset, qui a récemment étudié ce type de lotissements dans une perspective comparatiste5151, affirme quant à lui que contrairement à une idée reçue, il n’y a pas vraiment d’antériorité britannique dans la conception de ces lotissements pavillonnaires. Toutefois, les modes de vie et donc d’habiter en France et en Angleterre sont très opposés. César Daly dénonce même en 1840 :

  • 52 César Daly, « De l’architecture domestique monumentale », Revue générale de l’architecture et des t (...)

En Angleterre, où le respect pour le foyer domestique a engagé les familles à s’entourer de précaution pour en rendre l’accès difficile, et où chaque famille a été conduite à occuper seule une maison entière […], cet aspect à la fois conservateur et anti-social qui avait poussé à l’extrême le morcellement dans le logement privé donnait un caractère tellement mesquin aux habitations, et imprimait une tristesse tellement profonde à l’aspect des rues, que l’on a été conduit, dans les nouveaux quartiers, à faire une seule façade pour plusieurs maisons, afin de pouvoir y appliquer un style d’architecture un peu plus grand5252.

  • 53 Philippe Panerai, Analyse urbaine, Marseille, Éditions Parenthèses, 1999, p. 113.
  • 54 Voir Isabelle Rabault-Mazières, Aux origines de la banlieue résidentielle…, op. cit., p. 155.

50L’absence de monumentalité de l’habitat pavillonnaire érigé en lotissement expliquerait-elle le rejet qu’il suscite auprès des classes bourgeoises ? De fait, ces expérimentations trahissent en France l’hésitation entre différents types possibles – immeuble de rapport, maison bourgeoise, cité-ouvrière, cité-jardin –, et ce durant tout le xixe siècle et la première moitié du xxe siècle5353. Alors que dans les années 1850, les conceptions architecturales sont destinées à une élite bourgeoise préférant souvent le confort et la modernité de leur appartement de plain-pied au sein des immeubles de rapport récemment construits dans les quartiers en vogue de la capitale, les architectes s’adressent dès 1880 aux propriétaires les plus modestes puis, au tournant du siècle, aux milieux ouvriers5454. On passe dès lors de la villa bourgeoise à la maison ouvrière.

Bibliographie

Dezès, Marie-Geneviève, La politique pavillonnaire, Paris, L’Harmattan, 2001 [1re éd. 1966].

Foucault, Michel (dir.), Politiques de l’habitat (1800-1850), Paris, Comité de la recherche et du développement en architecture, 1977.

Faure, Alina (dir.), Les premiers banlieusards : aux origines des banlieues de Paris (1860-1940), Paris, Créaphis, 1991.

Rabault-Mazières, Isabelle, Aux origines de la banlieue résidentielle : la villégiature parisienne au xixe siècle, thèse, Tours, université François-Rabelais, 1998.

Rabault-Mazières, Isabelle, « Villégiature et formation des banlieues résidentielles. Paris au xixe siècle », Histoire urbaine, 41, 2014, p. 63-82.

Raymond, Henri, Dezès, Marie-Geneviève, Haumont, Nicole, Haumont, Antoine, L’habitat pavillonnaire, Paris, L’Harmattan, 2001 [1re éd. 1966].

Notes

1 L’organisation de l’appartement aristocratique répondait jusqu’alors à un certain nombre de critères essentiellement liés à la position sociale du propriétaire ; voir à ce sujet Norbert Elias, La société de cour, Paris, Flammarion (Champs), 2002 [éd. originale 1969].

2 Voir Claire Ollagnier, Petites maisons, du refuge libertin au pavillon d’habitation en Île-de-France au siècle des Lumières, Bruxelles, Mardaga, 2016.

3 Voir Claire Ollagnier, « La petite maison : un concept architectural au service d’une sociabilité nouvelle », Lumen, 35, 2016, p. 37-46.

4 Henri Raymond, Marie-Geneviève Dezès, Nicole et Antoine Haumont, L’habitat pavillonnaire, Paris, L’Harmattan, 2001 [1re éd. 1966] ; Michel Foucault (dir.), Politiques de l’habitat (1800-1850), Paris, Comité de la recherche et du développement en architecture, 1977 ; Marie-Geneviève Dezès, La politique pavillonnaire, Paris, L’Harmattan, 2001 [1re éd. 1966].

5 Bruno Fortier, « L’invention de la maison, un nouvel espace de projet », Architecture mouvement continuité (AMC), 51, 1980, p. 31.

6 Henri Raymond, Marie-Geneviève Dezès, Nicole et Antoine Haumont, L’habitat pavillonnaire, op. cit., p. 32.

7 Isabelle Rabault-Mazières, Aux origines de la banlieue résidentielle : la villégiature parisienne au xixe siècle, thèse, Tours, université François-Rabelais, 1998.

8 Voir Jean Nicolas Louis Durand, Précis de leçons d’architecture données à l’École royale polytechnique, Paris, Firmin Didot, 1819-1821 ; Charles François Mandar, Études d’architecture civile, ou plans, élévation, coupes et détails nécessaires pour élever, distribuer et décorer une maison et ses dépendances, Paris, Carilian-Goeury, 1826 ; Louis-Ambroise Dubut, Architecture civile. Maisons de ville et de campagne de toutes formes et de tous genres projetées pour être construites sur des terrains de différentes grandeurs, Paris, J.-M. Heberhart, 1803.

9 Voir Colette Vallat (dir.), Pérennité urbaine, ou la ville par-delà ses métamorphoses, volume 3, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 81.

10 Voir Françoise Dubost, « Le choix du pavillonnaire », dans Alina Faure (dir.), Les premiers banlieusards : aux origines des banlieues de Paris (1860-1940), Paris, Créaphis, 1991, p. 185-215.

11 Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, 1863-1872, cité dans Michelle Perrot, La vie de famille au xixe siècle, suivie de Anne Martin-Fugier, Les rites de la vie privée bourgeoise, Paris, Points, 2015, p. 155.

12 Ibid. p. 156.

13 François Loyer, Histoire de l’architecture française. De la Révolution à nos jours, Paris, Mengès, 1999, p. 58.

14 Claude-Nicolas Ledoux, L’architecture, éd. posthume de Daniel Ramée, Paris, Lenoir, 1847, tome II, planche 178.

15 Claude-Nicolas Ledoux s’entoure d’artistes réputés dont Hubert Robert, lequel réalise certains des grands paysages qui décorent l’intérieur des demeures.

16 Dès 1788, François-Joseph Bélanger conçoit rue Saint-Georges à Paris une série de trois maisons accolées de même proportion et de même hauteur ; quelques années auparavant, entre 1776 et 1779, Charles De Wailly initiait cette nouvelle configuration rue de la Pépinière.

17 Claude-Nicolas Ledoux, L’architecture, op. cit.

18 Daniel Rabreau, La saline royale d’Arc-et-Senans. Un monument industriel : allégorie des Lumières, Paris, Belin-Herscher, 2002 ; Katia Frey, « Les projets de maisons de campagne pour la ville idéale : programme, caractère, fonction de l’habitat champêtre chez Claude-Nicolas Ledoux », dans Daniel Rabreau, Dominique Massounie (dir.), Claude-Nicolas Ledoux et le livre d’architecture en français, suivi de Étienne-Louis Boullée. L’utopie et la poésie de l’art, Paris, Éditions du Patrimoine, 2006.

19 Auguste Guenepin premier prix et Jean-Nicolas Huyot deuxième prix.

20 Jean-Nicolas Huyot, « Six maisons pour six familles », plan général. Projet pour le prix de Rome d’architecture, 1805. Encre de chine et aquarelle, sur papier (entoilé au xxe siècle). École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA), PRA 132-1.

21 Voir Bernard Marchand, Paris, histoire d’une ville, xixe-xxe siècle, Paris, Seuil, 1993, p. 9-27.

22 Voir Isabelle Rabault-Mazières, « Villégiature et formation des banlieues résidentielles. Paris au xixe siècle », Histoire urbaine, 41, 2014, p. 63-82.

23 Voir Isabelle Rabault-Mazières, Aux origines de la banlieue résidentielle…, op. cit., p. 51-96.

24 Louis-Ambroise Dubut, Architecture civile, op. cit., introduction [n. p.].

25 Jean-Charles Krafft, Nicolas Ransonnette, Plans, coupes, élévations des plus belles maisons & des hôtels construits à Paris & dans les environs entre 1771 et 1802, Paris, s. n., 1802 ; Jean-Charles Krafft, Recueil d’architecture civile, Paris, Bance aîné, 1812.

26 Louis Marie Normand, Paris moderne ou choix de maisons construites dans les nouveaux quartiers de la capitale ou dans les environs, Paris, Bance et Carilian-Goeury, 1837-1839.

27 Voir Claire Ollagnier, « La maison selon Charles François Mandar : l’enseignement d’un programme », Les arts réunis. Études offertes à Daniel Rabreau, Paris, Nouvelles éditions Latines, à paraître.

28 Charles François Mandar, Détails de construction d’une maison donnés pour l’instruction des élèves de l’École royale des Ponts et Chaussées, Paris, École royale des ponts et chaussée, 1818.

29 Charles François Mandar, Études d’architecture civile, Paris, Carilian-Goeury, 1826, p. 87.

30 Jean-Charles Krafft, Recueil d’architecture civile, op. cit.

31 Cette version a été étudiée par Katia Frey, « Distribution et décoration intérieure : les Études d’architecture civile de Charles-François Mandar », Art + architecture en Suisse, 2, 2004, p. 14-19.

32 Urbain Vitry, Le propriétaire architecte, Paris, Audot, 1827.

33 Ibid., p. 18.

34 Louis-Ambroise Dubut, Architecture civile. Maisons de ville et de campagne de toutes formes et de tous genres projetées pour être construites sur des terrains de différentes grandeurs, Paris, J.-M. Heberhart, 1803, planche III.

35 René Dupuis, « La chartreuse et le quartier Beaujon », Bulletin de la société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 1935, p. 97-132 ; Alexandre Gady, « Folie Beaujon et Chapelle Saint-Nicolas », dans Béatrice de Andia, Dominique Fernandès (dir.), Rue du Faubourg-Saint-Honoré, Paris, Délégation à l’action artistique de la ville de Paris, 1994, p. 354-363.

36 Les travaux datent sans doute des années 1798-1800 ; voir Alexandre Gady, « Folie Beaujon et Chapelle Saint-Nicolas », art. cité, p. 359.

37 Le Moniteur universel, 29 juillet 1825.

38 Ce nouveau quartier est bien représenté sur un tableau d’Auguste Jean Baptiste Cadolle, Paris depuis l’arc de Triomphe, conservé au musée Carnavalet à Paris.

39 Voir Alexendre Gady, « Folie Beaujon et Chapelle Saint-Nicolas », art. cité, p. 362.

40 Michelle Perrot, La vie de famille au xixe siècle, op. cit., p. 161-162.

41 Ibid., p. 161.

42 Jean Jacques Rougevin, Projet du lotissement du jardin Beaujon, 1825, Archives nationales, M.C.N., IV 1204, 2 et 3 juillet 1825 (Garnot, notaire), copie à la Bibliothèque historique de la ville de Paris, G 1011.

43 Cité dans Isabelle Rabault-Mazières, Aux origines de la banlieue résidentielle…, op. cit., p. 29.

44 Voir les dossiers de l’Inventaire n° IA00129855 et n° IA00129852

45 Le Figaro, 18 mai 1827.

46 Plusieurs réalisations de quartiers lotis de maisons résidentielles dans Paris : notamment le quartier François-1er et le quartier Saint-Georges (nouvelle Athènes). Sur cette question voir Pierre Pinon, Paris biographie d’une capitale, Paris, Hazan, 1999 ; Bernard Rouleau, Le tracé des rues de Paris. Formation, typologie, fonctions, Paris, Éditions du CNRS, 1975 ; id., Villages et faubourgs de l’ancien Paris. Histoire d’un espace urbain, Paris, Seuil, 1985.

47 Bibliothèque nationale de France (BnF), Ge D 9119.

48 Archives municipales de Maisons-Lafitte, 2 S 6.

49 Journal de l’Empire, 11 juin 1906.

50 C’est ce qu’affirme Louis de Lanzac de Laborie dans le tome II de Paris sous Napoléon, Paris, Plon-Nourrit, 1905, p. 289.

51 Philippe Gresset, « The Picturesque Democratic House at the Edge of the Neo-Classical City », dans Andrew Ballantyne (dir.), Rural and Urban: Architecture between Two Cultures, Londres, Routledge, 2010, p. 89-109.

52 César Daly, « De l’architecture domestique monumentale », Revue générale de l’architecture et des travaux publics, I, 1840, col. 197-205, cité par Philippe Gresset, « L’art de lotir et la banlieue pavillonnaire : Paris-Londres, 1760-1850 », dans Dana Arnold, Jean-Louis Cohen (dir.), Paris-Londres, Paris, Institut national d’histoire de l’art, 2015, p. 185.

53 Philippe Panerai, Analyse urbaine, Marseille, Éditions Parenthèses, 1999, p. 113.

54 Voir Isabelle Rabault-Mazières, Aux origines de la banlieue résidentielle…, op. cit., p. 155.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Claude-Nicolas Ledoux, hôtel et maison Hosten, plan général14
Crédits © Claire Ollagnier
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/8547/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Fig. 2 : Jean-Nicolas Huyot, « Six maisons pour six familles », plan général.
Légende Projet pour le prix de Rome d’architecture, 180520
Crédits © ENSBA
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/8547/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Fig. 3 : Maison pour une famille décorée de deux genres différents34
Crédits © Jean-Philippe Garric
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/8547/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 4 : Projet du lotissement du jardin Beaujon, 182542
Crédits © Claire Ollagnier
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/8547/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 5 : Plan du lotissement du domaine de Bellevue, 182447
Crédits © BnF
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/8547/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Titre Fig. 6 : Plan du parc de Maisons-Laffitte, 184848
Crédits © BnF
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/8547/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

Auteur

Claire Ollagnier est docteure en histoire de l’art de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et chercheuse associée au sein de l’équipe d’accueil Histoire culturelle et sociale de l’art (HiCSA). Sa thèse est parue sous le titre Petites maisons. Du refuge libertin au pavillon d’habitation, en Île-de-France au siècle des Lumières (Mardaga, 2016). Elle a codirigé également les actes du colloque Jacques-Germain Soufflot ou l’architecture régénérée (Picard, 2015) ainsi que les mélanges offerts à Daniel Rabreau, Les arts réunis. Études offertes à Daniel Rabreau (Nouvelles Éditions latines, 2016). Ses travaux actuels portent sur l’architecture domestique aux xviiie et xixe siècles.

© Éditions de la Sorbonne, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search