Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire sociale et politique de l’économie

 | 
Danièle Fraboulet
, 
Philippe De Verheyde

Introduction

Danièle Fraboulet et Philippe Verheyde

Texte intégral

Joan Miró, Japan

Joan Miró, Japan

© Successió Miró / ADAGP, Paris, 2020

  • 1 Jacques Le Goff, Pierre Nora (dir.), Faire de l’histoire. Nouveaux problèmes, nouvelles approches, (...)
  • 2 Jean Bouvier, « L’économie, les crises économiques. Problématiques des crises économiques du xixe s (...)

1Pour une histoire sociale et politique de l’économie. Quelle signification donner à ce titre, qui évoque un parti pris et résonne comme un manifeste ? C’est bien sûr, en premier lieu, « Faire de l’histoire », pour reprendre le titre des trois volumes publiés par Jacques Le Goff et Pierre Nora il y a près d’un demi-siècle1. Plus précisément, s’intéresser à l’histoire économique, c’est-à-dire aux faits économiques, certes contextualisés, implique une articulation aux théories : « pas de science sans concepts2 », pour reprendre les mots de Jean Bouvier. Un séminaire, fondé il y a un quart de siècle par Michel Margairaz, qui a rassemblé autour de lui des spécialistes de cette question, a ainsi proposé aux étudiants et aux collègues d’étudier et de discuter un ensemble de travaux neufs et inédits. Ceux-ci dévoilent la variété et la richesse des problèmes, des approches et des objets, soulignent combien la recherche en histoire économique reste dynamique et révèlent, chemin faisant, les évolutions des pratiques. Ce séminaire a largement participé dans le temps à l’enrichissement et au renouvellement de ce domaine de l’histoire à travers plus de 200 communications. Sans doute le moment est-il venu moins d’en réaliser l’inventaire que de formaliser les tendances fortes qui s’en dégagent et de s’interroger quelque peu sur les contours de l’histoire économique telle que nous la voyons aujourd’hui ou telle que nous la souhaitons. Le départ à la retraite de Michel Margairaz est apparu comme le moment idoine pour s’y pencher. Les textes réunis dans le présent volume ont ainsi une triple vocation : amicale, scientifique et épistémologique. Ces trois objectifs, a priori distincts, sont en fait complémentaires.

Amical

2Les contributions de cet ouvrage ont été réunies tout d’abord pour rendre hommage à ses travaux, à sa pensée et à son talent de formateur et de pédagogue, qualités qui ne sont pas équitablement partagées. Rendre simple ou plus exactement compréhensible ce qui est complexe, complexifier en les clarifiant les schématisations ou les raccourcis rapides et une grande capacité de synthèse apparaissent véritablement comme des traits distinctifs des approches et des enseignements de notre collègue. Attentif et proche des étudiants, son enseignement est ainsi marqué par la rigueur intellectuelle et la bienveillance, qui expliquent que nombre d’entre eux ont voulu participer à ce volume. La tradition des hommages en vigueur dans le monde académique présente bien des vertus lorsqu’elle est évidemment librement consentie mais aussi lorsqu’elle apporte un éclairage sur la discipline elle-même. Les hommages témoignent notamment de l’importance des relations qui s’établissent, se construisent et s’affermissent entre les chercheurs tout au long d’une vie universitaire. Cette fonction véritablement historienne, faisant de chaque enseignant-chercheur un véritable passeur, favorise, moins la construction d’une école ou d’un réseau d’influence que l’émergence d’une pensée libre mais consciente de ce qu’elle doit au passé, lointain ou proche, et aux hommes qui le véhiculent. Et ces relations intellectuelles ne se confondent pas avec de quelconques relations verticales, mais se perçoivent davantage comme horizontales à travers échanges, discussions, débats et confrontations d’idées. La trentaine de textes réunis ici l’atteste.

Scientifique

3Mais, pour que la tradition des hommages reste et demeure une belle coutume, elle doit s’éloigner du folklore, de la routine ou d’une pratique convenue. Elle doit s’écarter des chemins trop bien balisés, voire figés. « Mélanges », « hommages », « témoignages de gratitude », peu importe le mot, ce qui donne sens, c’est bel et bien le contenu et la manière dont ceux-ci s’articulent à une pensée structurante. C’est ainsi que ce livre a été pensé et construit. Chacun des trente-deux auteurs de diverses nationalités a librement proposé dans son domaine de spécialité une communication en respectant, intégrant ou articulant, en partie ou en totalité, le triptyque défini par les directeurs de l’ouvrage : l’économie, les institutions et le politique. Il nous est apparu en effet que ces trois termes, à appréhender globalement, recouvraient les travaux et les centres d’intérêt de Michel Margairaz. L’effort ou le défi ainsi demandé aux auteurs consistait à proposer un texte inédit en interrelation entre ce triptyque et leurs propres objets de recherche.

4Les différents contributeurs viennent, en dehors de la France, de pays européens, la Suisse, la Grande-Bretagne, l’Italie et la Suède, mais aussi du Canada et surtout du Japon, dont les liens avec les historiens français de l’économie sont anciens et profonds. Leurs recherches s’intéressent essentiellement à l’Europe ; elles débutent à la seconde moitié du xviiie siècle et couvrent le xixe, le xxe, voire le début du xxie siècle.

5Trois thèmes se sont dégagés, même si nous sommes tout à fait conscients que toute opération de tri et de classement est affaire de choix et relève quelque peu de l’arbitraire. Nombre de communications auraient pu en effet se retrouver dans l’une ou l’autre des grandes parties, tant il est vrai que distinguer les politiques économiques du rôle des organisations ou de son financement relève parfois de l’opération chirurgicale.

6Le premier thème s’articule autour des relations entre les finances, les banques et l’État, de la seconde moitié du xviiie siècle au début du xxie siècle (France, Suisse, Allemagne, Italie). Il apporte un éclairage à différentes questions. Pour la France, elles concernent : les écritures comptables des Ponts et Chaussées au xviiie siècle, les banques françaises au travers de ses dirigeants (Caisse des dépôts et consignations, la haute banque – Rothschild) et les politiques financières : le contrôle des banques, les politiques du crédit au xxe siècle dans une banque de dépôt, la loi bancaire de 1984. Les études débordent nos frontières : le paradis fiscal suisse (fin xixe-début xxe siècle), la Grande Europe monétaire du IIIe Reich, l’action de la Banque mondiale lors de la décolonisation de la France, la création de l’euro étudiée au travers du témoignage de l’un de ses pères, Carlo Azeglio Ciampi.

7Les politiques économiques font l’objet de la seconde partie, de la Première Guerre mondiale à la fin du xxe siècle en France, en Italie et en Suède. Elles sont donc examinées en temps de guerre, de crise, de paix, sous des régimes autoritaires et libéraux. Elles portent sur des aspects divers de nos économies : la réévaluation des bilans comptables, les planifications, les interventions sectorielles de l’État (énergie, aménagement urbain), la gouvernance des territoires et l’adaptation à l’évolution du capitalisme et à l’environnement international.

8Enfin, la troisième partie de cet ouvrage porte sur les relations entre les organisations et l’État. Les études se sont concentrées sur la manière dont certaines organisations, patronales (Comité des Houillères, Fédération des industries ferroviaires) et ouvrières (Mouvement ouvrier français dont la CGT) ont participé ou non à la réglementation économique et sociale au niveau national et européen, sur l’action du patronat des États-Unis face aux promesses suscitées par la mise en place du marché commun européen, sur la façon dont l’État a dû prendre en compte les protestations du petit commerce (CID-UNATI) face aux profondes transformations structurelles de la distribution dans les années 1970.

9Les différents textes se proposent ainsi d’aborder une notion, un événement, une méthode ou une organisation dans des temporalités et des espaces distincts, mais le fil rouge qui guide chacune des contributions relève bel et bien des politiques publiques. Appréhender, analyser et comprendre celles-ci obligent à interroger le concept lui-même, mais aussi les moyens mis à disposition et les acteurs qui les promeuvent. Celles-ci ne relèvent pas exclusivement de l’État, la puissance publique se déclinant évidemment à plusieurs échelles, se présentant également sous des formes non publiques : privées, associatives, expertises…, qui déterminent, influencent ou légitiment l’action publique. Bref, il s’agit véritablement, en articulant les formes et moyens financiers, les politiques économiques et le rôle des organisations, de contribuer à la connaissance et de donner sens aux politiques publiques, comprises comme un fait social, économique et politique. En résumé, de faire de l’histoire.

Épistémologique

  • 3 On renvoie notamment parmi plusieurs contributions à Jean-Claude Daumas (dir.), L’histoire économiq (...)

10Cependant, faire de l’histoire économique de nos jours suppose de prendre en compte les évolutions que la discipline a connues depuis un demi-siècle. La formation et le parcours scientifique de Michel Margairaz ainsi que cet ouvrage s’inscrivent bel et bien dans les rythmes de l’histoire économique. Point n’est besoin ici de reprendre en détail les analyses et les réflexions menées ces dernières années par la profession sur la situation et l’avenir de la discipline3, mais force est de constater qu’au moment où la science économique s’invite dans chaque strate de la société et se vulgarise, l’histoire économique perd de son influence et de son prestige. On se contentera d’une courte réflexion sur les évolutions récentes perceptibles.

  • 4 François Dosse, L’histoire en miettes. Des Annales à la nouvelle histoire, Paris, La Découverte, 19 (...)
  • 5 Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion (1932-1952), Paris, (...)
  • 6 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II [1966], Paris, (...)

11La période d’une histoire totale, de longue durée, appuyée par ou sur l’analyse économique, dans la foulée de la revue des Annales d’histoire économique et sociale, semble aujourd’hui dépassée. L’éclatement, la fragmentation des approches, l’histoire en miettes – pour reprendre le titre du livre de François Dosse4 – a confiné l’histoire économique aux marges de la discipline. Une des clés pour comprendre cette évolution se situe, sans doute en partie, dans le déplacement du curseur qui relie ou unit l’individu au collectif, privilégiant le premier au détriment du second. À une époque où l’individu-roi devient la norme dans les sociétés occidentales, accentuée par les objets de la modernité, la place accordée aux grandes épopées collectives tend à disparaître. L’économie, cette science pourtant éminemment collective, apparaît alors sans doute moins comme un élément commun d’explication que comme une vertu favorisant la somme des intérêts individuels. Les grandes questions traditionnelles posées par l’histoire économique et sociale sur le long terme : l’industrialisation, le capitalisme, le profit, les luttes… apparaissent aujourd’hui obsolètes. Faut-il s’en plaindre ou s’en accommoder ? Cette inflexion de la recherche a permis d’introduire, plus exactement de réintroduire, les acteurs dans le champ des études historiques, non pas l’acteur forcément glorieux de l’histoire-bataille, mais l’individu ou le groupe d’individus qui intervient et agit dans la sphère publique ou privée. S’intéressant alors aux acteurs, on réduit nécessairement la temporalité, passant du séculaire ou multiséculaire au générationnel. Dans sa thèse d’État, Michel Margairaz souligne, dès l’introduction, son choix du temps moyen, « période propice à la mise en évidence de l’action d’hommes, ou mieux de groupes de responsables. Entre le temps long des structures peu mobiles [poursuit-il] et le temps court des fluctuations parfois brutales de la conjoncture, le temps moyen n’apparaît-il pas comme celui de l’intervention d’une génération de décideurs5 ? ». Ce moyen terme, abordé moins en opposition qu’en complémentarité du long terme, conserve de nos jours toutes ses vertus. L’accélération de la circulation des hommes, des capitaux et des marchandises nécessite de maintenir un regard qui dépasse la frénésie du (très) court terme, si l’on veut garder raison et donner du sens à des dynamiques qui ne peuvent se comprendre qu’en combinant le long, le moyen et le court terme. Structures, sociétés, individus, pour reprendre les notions chères à Fernand Braudel6, apparaissent toujours comme les fondements de la recherche historique. Mais, moins qu’une approche segmentée, telle qu’elle était perceptible, ce qui importe c’est l’articulation et les dynamiques à l’œuvre entre ces trois strates. À cette rapide analyse, il faut ajouter ce qui peut paraître une évidence mais qu’il est parfois nécessaire et utile de rappeler : l’historien est l’homme de son temps, il relève du présent. Ses questions, ses centres d’intérêt, ses méthodes, ses recours aux disciplines sœurs s’inscrivent bel et bien dans le temps présent. Mais cet artisan de l’histoire est conscient de ce qu’il doit aux héritages des travaux, des approches et des concepts abordés dans les périodes qui l’ont précédé. Si la recherche récente en histoire économique du monde contemporain a privilégié le moyen terme et le temps présent, et les textes publiés dans ce volume en témoignent, elle n’a pas abandonné son appétence pour questionner et apporter des éléments d’explication aux grandes questions qui traversent la société. C’est cette forme d’histoire, qui conjugue harmonieusement une heureuse fidélité à la fécondité des approches en histoire économique depuis un siècle aux questions et aux démarches d’aujourd’hui, qui nous paraît être menée dans ce livre. La vraie fidélité ne se définit ni par le mimétisme, ni par un regroupement de courtisans. Indissolublement associée à la liberté, elle est la meilleure expression d’une pensée autonome, sincère et loyale.

***

12Il est d’usage de terminer un ouvrage collectif en indiquant que les textes relèvent de la responsabilité de leurs auteurs, mais que toutes les erreurs incombent aux seuls directeurs. Nous acceptons ce rôle, bien peu déplaisant au regard de la satisfaction de voir achever ce volume. Que soient remerciées enfin les deux institutions qui ont permis la publication de cet ouvrage : l’IDHE. S, l’UMR créée en 1997 dont Michel Margairaz est l’un des fondateurs et qu’il a dirigée de 2014 à 2018, les sites de Paris 8 et de Paris 1 et la Banque de France. Merci à Olivier Feiertag qui a animé avec lui la Mission historique de la Banque de France, créée en 1992, à Arnaud Manas, directeur du service Patrimoine historique et archives de la Banque de France, à Fabienne Le Pendeven, secrétaire générale de l’IDHE. S et à Laurent Tournier, le responsable éditorial des Éditions de la Sorbonne, sans qui ce livre n’aurait pu voir le jour.

Notes

1 Jacques Le Goff, Pierre Nora (dir.), Faire de l’histoire. Nouveaux problèmes, nouvelles approches, nouveaux objets, 3 vol., Paris, Gallimard, 1974.

2 Jean Bouvier, « L’économie, les crises économiques. Problématiques des crises économiques du xixe siècle et analyses historiques : le cas de la France », ibid., vol. 2, p. 25.

3 On renvoie notamment parmi plusieurs contributions à Jean-Claude Daumas (dir.), L’histoire économique en mouvement, entre héritages et renouvellements, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2012 et Faire de l’histoire économique aujourd’hui, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2013.

4 François Dosse, L’histoire en miettes. Des Annales à la nouvelle histoire, Paris, La Découverte, 1987.

5 Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion (1932-1952), Paris, Imprimerie nationale/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, vol. 1, p. 3.

6 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II [1966], Paris, Armand Colin, 1985.

Table des illustrations

Titre Joan Miró, Japan
Crédits © Successió Miró / ADAGP, Paris, 2020
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/85439/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search