Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour des morts de guerre

 | 
Raphaëlle Branche
, 
Nadine Picaudou
, 
Pierre Vermeren

Les anciens combattants marocains et tunisiens de l’armée française

Enjeux d’histoire et de mémoire1

Christophe Giudice

Texte intégral

  • 1 Cette contribution est la synthèse de travaux menés dans le séminaire « L’image du combattant dans (...)

1En 2006, le film Indigènes de Rachid Bouchareb porte à l’écran le destin tragique de soldats maghrébins de l’armée française engagés dans la Seconde Guerre mondiale. Malgré les imperfections du film et les critiques formulées, cette fiction expose une page méconnue de l’histoire : la participation des troupes coloniales françaises à la victoire sur le nazisme.

  • 2 Ch. Levisse-Touzé, L’Afrique du Nord dans la guerre, 1939-1945, Paris, Albin Michel, 2000, p. 366.

2Entre 1939 et 1945, 239 000 Nord-Africains (132 000 Algériens, 85 000 Marocains et 22 000 Tunisiens) ont combattu en France (1939-1940 et 1944-1945), en Tunisie (1943), en Italie (1943-1944) et en Allemagne (1945)2. La guerre terminée en Europe, les troupes coloniales forment l’essentiel du corps expéditionnaire en Indochine. En 1945, des goumiers marocains et des tirailleurs sénégalais répriment à Sétif et Guelma. Et, en 1947, cinq bataillons marocains participent à la répression de l’insurrection malgache.

  • 3 J. Frémigacci, « La vérité sur la grande révolte de Madagascar », L’Histoire, 318 (mars 2007), p. (...)

3Le destin de ces hommes est marqué du double sceau de la victoire – héroïque – sur le nazisme et des défaites – parsemées d’exactions – de la décolonisation3. En 2008, 34000 anciens combattants de l’armée française sont enregistrés en Tunisie et au Maroc. Les entretiens que nous avons conduits avec ces hommes, relatifs à leur parcours et à leurs expériences, reviennent à s’interroger sur les stigmates coloniaux du Maghreb contemporain.

  • 4 Voir les actions soutenues par le service des anciens combattants : http://www.ambafrancema.org/am (...)
  • 5 On citera B. Simou, F. Garan, T. Dubois et al., Frères d’armes. Mémoire marocaine d’une histoire p (...)

4En 1999, à l’occasion de l’Année du Maroc en France, les autorités des deux pays encouragent le dévoilement de cette histoire. Le 14 juillet 1999, une délégation de vétérans marocains assiste, aux côtés du roi Hassan II, au défilé des Champs-Élysées, où se produit un détachement de la garde royale. L’objectif est de raviver la mémoire des combattants maghrébins de l’armée française4. Cette action est relayée à Tunis par le service des anciens combattants de l’ambassade de France. Plusieurs reportages, conférences, expositions et publications5 restaurent l’image de ces soldats nord-africains, page oubliée des histoires et des mémoires nationales.

  • 6 Travaux primés dans le cadre du Concours national de la Résistance et de la Déportation, sur le th (...)

5Des rencontres entre anciens combattants et élèves des lycées français du Maroc et de Tunisie ont été organisées par nos soins. Il en est résulté des travaux – dont certains primés6 –, qui ont honoré la mémoire de ces soldats et contribué à leur reconnaissance officielle. Cette question a été opportunément médiatisée grâce au film de Rachid Bouchareb, relayant les associations d’anciens combattants mobilisées contre la « cristallisation » des pensions.

  • 7 F. Garan, « Les soldats oubliés de la France », dans L’Histoire, 274 (mars 2003), p. 21-22.
  • 8 P. Miquel, Les oubliés de la Somme, juillet-novembre 1916, Paris, Tallandier, 2001.
  • 9 Cl. Liauzu, « Le contingent : du silence au discours ancien combattant », dans J.-P. Rioux (éd.), (...)

6En effet, en vertu de l’article 71 de la loi 59-1454 du 26 décembre 1959, les pensions des soldats coloniaux étaient bloquées à un niveau très inférieur à celui des pensions des soldats français, faisant d’eux des soldats de seconde zone7. Certes, les historiens savent que l’ancien combattant fait partie des oubliés de l’histoire8, les civils désirant tourner la page des années de guerre, et l’amnésie l’emportant souvent sur le souvenir9.

  • 10 H.-J. Lüsebrinck, « Les troupes coloniales dans la guerre : présences, imaginaires et représentati (...)
  • 11 L’article 100 de la loi de finances 2007 permet, à partir du 1er janvier 2007, la valorisation des (...)

7Mais dès l’entre-deux-guerres, les « coloniaux » ont été d’autant plus marginalisés que leur recrutement était controversé et que l’ampleur du sacrifice national (1,5 million de morts sur 9 millions de mobilisés) a contribué à occulter l’apport extérieur10. Après 1945, les circonstances de la décolonisation ont aggravé les choses. Même si des associations de défense des droits ont œuvré au maintien d’une mémoire collective, ces anciens combattants n’en sont pas moins oubliés. En France, ils sont regardés comme ayant appartenu à un corps de seconde catégorie, l’« armée d’Afrique », dissoute en 1962. Ce soupçon d’illégitimité s’est matérialisé dans la « cristallisation » des pensions. L’État français a mis presque un demi-siècle à restaurer une parité de traitement (d’ailleurs incomplète) entre pensionnés français et maghrébins11.

8Dans les sociétés du Maghreb, la participation de ces hommes aux guerres des Français est de moins en moins comprise, et même parfois violemment rejetée. Cela se traduit par leur exclusion des récits nationaux. Ce télescopage de destinées et d’histoires est peut-être moins brutal au Maroc, Mohammed V ayant été associé à la victoire. En 1944, le sultan est fait compagnon de la libération par de Gaulle.

9Rappelons que protectorats et colonies ont été mis d’emblée à contribution, fournissant à l’armée française les auxiliaires et soldats indispensables à la réussite de l’entreprise coloniale. De 1830 à 1962, les troupes d’Afrique du Nord sont de toutes les batailles : celles de la conquête, des guerres coloniales, des deux conflits mondiaux ou de la décolonisation. On les retrouve en Indochine, à Madagascar, au Maroc, en Tunisie et en Algérie, mais aussi en Crimée, au Mexique ou au Levant. Tous les colonisés sont sollicités.

  • 12 N. Delanoë, Poussières d’empire, Paris, PUF, 2001.

10Après la Seconde Guerre mondiale, la France mène dans ses colonies des combats contre des nationalistes, parfois anciens soldats de son armée. Des « coloniaux » sont tentés par le discours nationaliste et s’interrogent sur le bien-fondé de leur engagement. En 1954, le corps expéditionnaire d’Indochine est composé à 60 % de « coloniaux » (sur 194 000 hommes, on compte 36 000 Nord-Africains, 19 000 Africains et 60 000 Indochinois). Désertions et ralliements au Vietminh effraient l’état-major, mais concernent à parité Français et colonisés12.

  • 13 Cl. Liauzu, « Ancien combattant », dans Dictionnaire de la colonisation, Paris, Larousse, 2007, p. (...)

11La socialisation à la française des colonisés « dans » et « par » l’armée a été capitale. Les contraintes de la discipline, les souffrances endurées et la culture militaire ont dévoilé un monde jusqu’alors inconnu de ces hommes. Ces soldats ont ensuite été les premiers observateurs maghrébins de la métropole et des Français de métropole. Ils ont pris conscience des injustices subies dans leur pays. « Tuer Blancs, couper caboche aux Allemands… », disaient les tirailleurs sénégalais en 1914, illustrant la subversion des tabous coloniaux. L’invincibilité et la supériorité de l’« homme blanc » sont ainsi mises à mal13.

  • 14 On s’appuiera sur cette question de l’article d’Habib Belaïd, « Un exemple d’association d’encadre (...)

12En retour, l’expérience du feu change le regard des colons sur ces hommes. Les soldes ont amélioré leurs modestes conditions, tandis que des avantages leur sont accordés pour l’accès à la nationalité (très limité), au logement et à des emplois publics (gardes champêtres, gardiens, traducteurs…).L’« ancien combattant » est un nouveau type social au Maghreb, qui subvertit les rapports sociaux aux dépens des notables14. En Tunisie, les bourgeoisies urbaines et lettrées, exemptées de service militaire, sont hostiles à ces parvenus. Ce personnage embarrasse aussi les autorités coloniales qui lui sont reconnaissantes pour sa loyauté mais redoutent qu’il ne retourne ses armes contre elles. Pour les nationalistes enfin, ces soldats sont des traîtres, des victimes complaisantes du système colonial, qu’il convient de remettre dans le droit chemin.

13L’indépendance n’entraîne pas de rupture radicale avec cet « agent de l’oppression », loin s’en faut. Dans les protectorats, les « coloniaux » de l’armée d’Afrique deviennent l’ossature des armées nationales. En revanche, les anciens combattants de l’armée française sont relégués par les martyrs (chuhada) des luttes pour l’indépendance, partout honorés, et les héros du nouvel État indépendant.

14On observera comment ces hommes ont été réinsérés dans leur société durant la période coloniale, puis après les indépendances. Des entretiens menés au Maroc et en Tunisie rendront compte de la reconnaissance (ou de l’oubli) et de la mémoire de ces expériences anciennes. Nous présenterons d’abord les modalités de la participation des Marocains et Tunisiens à l’armée française. Puis nous évoquerons les difficultés de ces soldats à se réinsérer en tant qu’« ancien combattant » dans leur société. Nous verrons enfin comment les États ont détourné la symbolique commémorative de l’armée française au profit des martyrs et héros de l’indépendance, passant sous silence les soldats de l’armée d’Afrique.

I. Les anciens combattants d’Afrique du Nord, ancienneté et multiplicité d’expériences

1. Une longue expérience dans l’armée française

  • 15 A. Corvisier, Histoire militaire de la France, t. II et III, Paris, PUF, 1997.

15La contribution des étrangers aux armées françaises est ancienne, Louis VII, Louis XIV ou Napoléon Ier ayant recruté des régiments étrangers dans toute l’Europe15. L’expansion coloniale, en requérant davantage de soldats, accentue la tendance. Des unités spécifiques sont réservées à l’accueil de ressortissants étrangers. En mars 1831, Louis-Philippe crée la Légion étrangère, regroupant différentes nationalités dans un corps unique. En août, les premiers légionnaires débarquent à Alger, où ils s’illustrent rapidement. La faiblesse des effectifs conduit l’armée à recruter des soldats turcs présents sur place, puis des recrues locales.

16Les premières unités de fantassins, les zouaves (du nom de la tribu des Zouaoua), de cavaliers, les spahis, et de tirailleurs sont constituées dès le début de la conquête. Ces soldats algériens, nommés turco, portent des uniformes orientaux inspirés des armées ottomanes : la chéchia, le gilet et le pantalon bouffant rouge. En 1841, le premier régiment de tirailleurs indigènes d’Alger est créé. En 1856, il est rebaptisé 1er régiment de tirailleurs algériens (RTA).

  • 16 Maximilien, archiduc d’Autriche, est le frère de l’empereur d’Autriche François-Joseph. Napoléon I (...)
  • 17 Gal T. Le Pichon, « Tirailleurs indigènes, soldats au service de la France », dans Ch. Benoît, G. (...)

17À la même époque, des troupes tunisiennes se battent en Crimée contre les Russes, aux côtés des Britanniques et des Français. Puis, de 1862 à 1867, plusieurs régiments algériens sont envoyés au Mexique par Napoléon III pour œuvrer à la construction de l’éphémère empire de Maximilien d’Autriche16. Cette expérience du feu les conduit à participer à l’ensemble des guerres menées par la France. D’autres régiments coloniaux sont créés au gré des conquêtes. Les tirailleurs sénégalais apparaissent en 1857, les tirailleurs annamites en 187817.

  • 18 Le terme de « tirailleur sénégalais » est donné à tous les corps d’infanterie africaine, quelle qu (...)
  • 19 M. Michel, Les Africains et la Grande Guerre, Paris, Karthala, 1998.

18Lors de la conquête de la Tunisie, en 1881, deux régiments de marche de tirailleurs algériens et un régiment mixte de zouaves sont engagés. Rapidement des recrues tunisiennes sont intégrées, formant l’armature du 4e régiment de tirailleurs tunisiens (4e RTT). Par ailleurs, la conquête et la pacification de Madagascar sont assurées par des tirailleurs sénégalais encadrant des unités malgaches, issues de l’ex-armée royale ou composées d’esclaves affranchis de la côte est. De 1895 à 1903, trois régiments de tirailleurs malgaches voient le jour, permettant le contrôle et le maintien de l’ordre dans l’île rouge. Lors de la conquête du Maroc, Algériens, Tunisiens et Sénégalais18 sont également impliqués. Entre 1908 et 1912, 17 000 soldats d’Afrique de l’Ouest concourent à la conquête du pays et au maintien de l’ordre colonial19.

  • 20 E. Deroo, « Mourir : l’appel à l’empire », P. Blanchard, S. Lemaire (éd.), Culture coloniale, 1871 (...)
  • 21 L’ECPAD (Établissement de communication et de production audiovisuelle de la défense) dispose d’un (...)

19En métropole, les Français découvrent ces unités lors de l’Exposition universelle de 1889, à l’occasion du défilé des soldats africains de la mission Marchand20. Puis les deux conflits mondiaux donnent une autre dimension aux troupes coloniales. Au cours de la Grande Guerre, ces troupes stationnent et combattent en métropole pour la première fois. Uniformes et couleurs vives font à leur passage un spectacle apprécié, la propagande de guerre se chargeant du reste. En 1916, l’uniforme bleu horizon est généralisé à toute l’armée, mais l’attrait de ces troupes reste entier à l’occasion des danses ou fantasias21. Une riche iconographie se développe par le biais des cartes postales, affiches, figurines et fictions, suscitant admiration, respect et exotisme, et, pour certains, invitation au voyage.

  • 22 E. Deroo, S. Lemaire, L’illusion coloniale, Paris, Tallandier, 2006.
  • 23 Ch. Levisse-Touzé, L’Afrique du Nord dans la guerre, 1939-1945, Paris, Albin Michel, 1998.

20Dans les années 1930, les bureaux du ministère de la Guerre développent en métropole des arguments touristiques (exotisme, découverte de contrées nouvelles…) pour le recrutement des troupes coloniales22. La Seconde Guerre mondiale marque une nouvelle étape. Si certains exploits de mai-juin 1940sont oubliés, les troupes coloniales s’illustrent dans la libération de l’Europe du joug nazi23. L’image des coloniaux est utilisée par la propagande pour démontrer la fidélité des populations de ces territoires. Mais cette campagne de glorification est lancée alors que s’engage la décolonisation, qui implique des recrues coloniales…

  • 24 H. Belaïd, « Un exemple d’association d’encadrement… », op. cit., p. 186.

21Car, une fois les combats terminés, ces soldats retournent dans leur village, renouant avec le quotidien colonial, une situation insupportable pour eux. Car les longues années de régiment les ont transformés, souvent usés et moralement diminués. La France leur attribue le statut d’« ancien combattant », ce qui leur offre une assistance. Puis les indépendances font d’eux d’anciens soldats de l’« armée d’occupation24»…

2. Statut d’ancien combattant et moyens de l’acquérir

  • 25 A. Prost, Les anciens combattants et la société française, 1914-1939, Paris, Presse de la FNSP, 19 (...)

22Pour Antoine Prost, les « anciens combattants » sont à la fois ceux qui ont fait la guerre et ceux qui se sont structurés en associations. Les anciens combattants ne représentent pas un groupe social particulier. En France, il est difficile de les isoler de la population, toutes les strates de la société pouvant en être. Mais ils se reconnaissent dans un parcours commun sous le même drapeau25. Au Maghreb, les anciens combattants sont presque toujours d’extraction modeste et rurale, le critère économique ayant été déterminant dans leur engagement. Cela explique en partie l’attachement ultérieur aux pensions militaires, même « cristallisées »…

  • 26 H. Belaïd, « Un exemple d’association d’encadrement… », op. cit.

23Pour l’administration, les anciens combattants, français ou étrangers, sont classés par grades, par niveau d’instruction et par arme, mais aussi en fonction des opérations effectuées, des blessures et des dégâts subis. Les décorations, les médailles, les pensions ainsi que le pourcentage d’invalidité attestent de leur appartenance à ce groupe26. À l’époque coloniale, l’ancien combattant de l’armée française regroupe toutes les strates de la société coloniale (citoyen français, engagé maghrébin volontaire ou de force, soldat de troupe français, ou forces supplétives).

24Depuis les années 1950, le poids des anciens combattants n’est pas négligeable dans la société française. La place de la Seconde Guerre mondiale dans les programmes scolaires est longtemps soumise à l’approbation de leurs organisations. Il reste que l’adhésion à une association n’est pas obligatoire et que nul n’est tenu d’être « ancien combattant ». L’ancien soldat devient« ancien combattant » lorsque cette qualité lui est reconnue par l’obtention de la carte d’ancien combattant. Créée en 1926, elle peut être attribuée aux Français comme aux étrangers ayant combattu au sein des forces françaises.

  • 27 Cl. Petit, J.-L. Gatto, Guide social des anciens combattants et victimes de guerre : 1914-1918, 19 (...)
  • 28 Ibid.

25La condition pour l’obtenir est d’avoir appartenu à des unités engagées aux combats pendant quatre-vingt-dix jours. La liste de ces unités est établie par le ministère de la Défense à partir des journaux de leur marche27. On peut également l’obtenir après une captivité, une évacuation pour blessure ou une maladie contractée pendant le service et dans une unité combattante. Les séquelles reconnues par l’autorité militaire ou la citation individuelle avec croix de guerre constituent d’autres voies28.

  • 29 Ibid., p. 186.

26Ce statut est régi par le code juridique des pensions militaires, des pensions d’invalidité et des victimes de guerre. Il concerne les militaires qui ont combattu ou servi en temps de guerre. Des réparations sont prévues, à l’exception des opérations de « maintien de l’ordre », comme celles menées de 1952 à 1962 en Afrique du Nord (« événements » de Tunisie, du Maroc et « guerre d’Algérie »). En 1955, l’administration reconnaît le droit à réparation pour ces opérations, et son bénéfice est élargi aux opérations réalisées dans d’autres pays. Le cas des « forces supplétives » (collectivement connues sous le nom de harkis) n’est résolu qu’en 1974, par leur assimilation aux militaires pour les mêmes périodes29.

27Pour bénéficier d’une indemnité ou d’une pension, les combats doivent s’être déroulés durant le service militaire et en un lieu où il s’exerçait. La reconnaissance juridique dépend de l’appartenance à une unité ayant connu neuf actions de feu ou de combat. Enfin, le statut de « combattant » est donné à celui qui a participé personnellement à cinq actions de feu ou de combat. La détention par l’adversaire et la privation de la protection des conventions de Genève peuvent aussi conférer ce statut. Cette reconnaissance juridique est également financière. La carte permet de bénéficier de plusieurs droits (retraite du combattant à partir de 65 ans, pension militaire, pension d’invalide de guerre, port des insignes). Les titulaires de la carte bénéficient en outre de l’encadrement des services d’anciens combattants, délocalisés à Casablanca et à Tunis. Ces services regroupent les informations relatives à ces anciens combattants et à leurs besoins, et leur assurent une assistance morale, sociale, médicale et financière.

28En 2008, près de 9 500 anciens combattants, victimes civiles de guerre ou veuves, sont enregistrés à Tunis par les autorités françaises. Ce chiffre est de 24 857 au Maroc. Ces anciens combattants sont encadrés par des associations de défense des droits des soldats, qui visent une reconnaissance mémorielle et une égalité de traitement entre tous les anciens de l’armée française. Ces pensionnés sont les témoins vivants de l’armée d’Afrique.

  • 30 Son président, le capitaine Hédi Abdelkader, décédé le 2 février 2010, a œuvré toute sa vie pour d (...)
  • 31 Ch. Touron, « Les anciens combattants de l’armée française au Maroc », www.edulyautey. org/~maroco (...)

29Après les indépendances, les associations de vétérans au Maghreb ont fortement décliné. En Tunisie, seule a subsisté l’Association tunisienne des anciens combattants et victimes civiles de guerre30. En France, les amicales des anciens combattants français de Tunisie et du Maroc comptent quelques centaines de membres. Elles témoignent leur solidarité avec leurs frères d’armes en envoyant des dons. L’Association nationale des anciens combattants, sise à Rabat, possède des sections locales dans tout le pays. Depuis quelques années, les associations d’anciens combattants et de fils d’anciens combattants créent des liens entre porteurs de mémoire des deux rives de la Méditerranée, pour perpétuer le souvenir31.

  • 32 Un travail similaire a été mené auprès des vétérans marocains présents dans les foyers Sonacotra. (...)

30Ces instances nous ont permis d’approcher ces témoins et de relater leur implication dans l’armée française de 1939 à 1962, leur statut et leur rôle au sein de la société civile. Leur âge avancé rend l’exercice urgent et délicat. À partir des cas tunisiens, nous avons dégagé quelques itinéraires caractéristiques de soldats maghrébins ayant eu 20 ans à Monte Cassino ou Berchtesgaden32.

II. Les multiples visages du combattant d’Afrique du Nord

31Au cours de nos entretiens, nous avons constaté avec étonnement qu’un grand nombre de soldats aptes à témoigner ne maîtrisaient pas le français. Or leurs états de services attestent de plusieurs années passées dans l’armée française. La langue d’usage des entretiens fut l’arabe dialectal, mais des expressions ou mots d’argot français sont sortis au détour des souvenirs. L’origine paysanne de ces hommes et leur faible niveau d’instruction expliquent cette situation. En outre, l’usage du français dans l’armée était limité, l’habitude, le mimétisme et les traducteurs improvisés permettant de surmonter les difficultés de langage. Et quand le retour à la vie civile ne nécessitait pas l’usage du français, les rudiments acquis se sont évaporés.

32Antoine Prost a souligné que les conditions de vie et de combat durant la Première Guerre mondiale sont bien connues, les combattants ayant beaucoup écrit. Rien de tel au Maghreb où l’expérience de la troupe n’a pas été consignée. Notre objectif n’était pas de relater les conditions de vie des combattants. Mais pour percevoir les conditions de leur réinsertion dans la société, nous avons recouru aux seuls entretiens.

1. Itinéraire de vie et de soldat

  • 33 Propos recueillis lors d’une conférence de Hédi Abdelkader, au lycée Pierre-Mendès-France de Tunis (...)

33Nous avons choisi de présenter la figure d’un ancien combattant tunisien, le capitaine Hédi Abdelkader, qui illustre la posture d’un homme qui a choisi la France et l’armée comme seconde famille33.

  • 34 Fortifications construites sur le modèle de la ligne Maginot pour contrer d’éventuelles attaques i (...)

34Hédi Abdelkader est né le 20 mars 1918 à Douar Chott à Carthage. Il est issu d’une famille modeste dont le père est vétéran de la Première Guerre mondiale. Après plusieurs tentatives prématurées, il s’engage à 18 ans dans les rangs du 4e régiment de tirailleurs tunisiens. À partir de 1936, il participe à la construction de la ligne Mareth34 dans le Sud tunisien, où il découvre la rigueur de l’armée et du climat. En juin 1940, la mobilisation le conduit à Bizerte, Marseille et Beauvais, où il fait face à l’invasion allemande. En juin 1940, son bataillon est fait prisonnier. Il est alors affecté aux usines de moteurs Junker du Mans.

  • 35 Attestation d’appartenance aux Forces françaises de l’intérieur, n° 5448/DR/FFCI/AT, Rennes, 31 ma (...)
  • 36 Citation à l’ordre pour fait de guerre, le 12 janvier 1955. Attestation d’appartenance, Organisati (...)

35Bon footballeur, il est contacté pour jouer dans le club de la ville. L’entraîneur, M. Berger, membre des Forces françaises de l’intérieur (FFI), charge Hédi Abdelkader d’intégrer dans son atelier de jeunes Français afin qu’ils échappent au STO en Allemagne. Il est aussi approché par M. Belaffaf pour constituer un groupe de résistants nord-africains et prendre part aux actions armées dans la Sarthe35. Le football l’ayant porté vers les FFI, il participe à plusieurs sabotages lors du débarquement de Normandie, destinés à favoriser l’avance des Anglo-Américains. Il sera, pour ce fait d’armes, décoré de la croix de guerre avec étoile de bronze36.

  • 37 O. Garouia, « Un Tunisien tranquille dans la Résistance grenobloise », Hommes et Migrations, 1148 (...)
  • 38 E. Temime, « Immigrés et étrangers dans la libération de la Provence », dans Hommes et Migrations, (...)
  • 39 M. Rives, « Les tirailleurs malgaches et sénégalais dans la Résistance », Hommes et Migrations, 12 (...)

36Cet aspect de la participation maghrébine37 à la Résistance française est à rapprocher du cas des résistants étrangers, européens38 mais aussi africains et asiatiques. Plus de 5 000 tirailleurs sénégalais, malgaches, tunisiens et marocains, déserteurs ou évadés des camps de prisonniers après l’armistice de1940, rejoignent les rangs de la Résistance39. Après la guerre, Hédi Abdelkader reste fidèle à l’armée française. Affecté dans la région du Kef (Tunisie) à la tête d’un régiment de goumiers, le sous-officier assure la sécurité de fermes menacées par les maquis nationalistes. Parmi les rebelles qu’il désarme, d’anciens hommes du rang l’insultent. Hédi Abdelkader atteint son objectif, mais ses convictions sont écornées, et il doute.

37À l’indépendance, il est chargé d’organiser la logistique de l’armée tunisienne, grâce à son expérience des usines Junker. Hédi Abdelkader est une grande figure des combattants tunisiens de l’armée française. Présent aux différentes commémorations, il a œuvré à la reconnaissance des droits de ses compatriotes. Il a eu à cœur de présenter aux lycéens son engagement dans l’armée française, souhaitant partager son expérience de la guerre. Il incarne à lui seul les paradoxes et les contradictions des soldats de la « coloniale ».

2. Réserves et silences sur les témoignages40

  • 40 Nous présentons la synthèse d’une trentaine d’interviews réalisées entre 2002 et 2006 en Tunisie e (...)

38En 2004, à l’occasion de la venue à Tunis du président de la République Jacques Chirac, il est apparu que les « anciens combattants » tunisiens avaient perdu ou jeté leurs décorations. Or la remise d’une médaille est un moment fort dans la carrière d’un soldat : on y reconnaît sa gloire éphémère. La perte d’une décoration n’est donc pas anodine. Elle souligne le déclassement de l’« ancien combattant » colonial dans une Tunisie indépendante soucieuse de construire un pays neuf. Or ces hommes incarnent le mauvais choix. Ils ont voulu en effacer les traces. Ce n’est qu’à la retraite qu’ils se rapprochent du service des anciens combattants. Ils n’expriment d’ailleurs aucun regret, sauf celui d’avoir sacrifié leur jeunesse.

  • 41 A. Prost, Les anciens combattants et la société française, op. cit., p. 123.
  • 42 Ahmed Farhati, interviews au service des anciens combattants, Tunis, mars 2004 reprises sous la fo (...)

39Le silence de certains hommes de troupe est parfois plus explicite que celui des gradés : « Il fallait avoir été soldat, et je dis soldat, homme de troupe, car celui qui a été officier manquera toujours d’intelligence pour comprendre l’homme de troupe, qui reste un élément impénétrable41. » Certains « anciens combattants » restent muets, ne percevant pas l’intérêt d’évoquer leurs faits d’armes. Les récits récoltés sont-ils pour autant exploitables ? Plusieurs racontent la guerre qu’ils ont faite. D’autres, le souvenir qu’ils en gardent. Mais de quoi se souviennent-ils en 2004 ou en 2006 ? Quelle est la part respective du discours au présent et des « souvenirs » du passé ? Les témoignages des tirailleurs sont parfois imprécis, localisation et chronologie divergeant par rapport aux faits connus. Un soldat affirme qu’il était à la glorieuse bataille de Monte Cassino. Or le 4e RTT était positionné à Gargliemo… Cet homme voulait certainement dire que son régiment avait permis aux Américains de percer les lignes allemandes42.

40Quelques expériences ont collectivement marqué ces hommes : leur jeune âge au moment des faits, l’inexpérience, la mort, la disparition des autres, l’angoisse de la mort, la nécessité de tuer pour sauver sa peau… On décèle également l’affirmation d’une fraternité d’armes qui découle de l’appartenance à une communauté de destin. Cette fraternité par nécessité, c’est l’égalité devant la mort et l’entraide pour survivre au quotidien. Récits des soldats et images de propagande se rejoignent pour évoquer le partage des rations, des cigarettes, mais aussi les conditions dramatiques de la confrontation avec la mort.

  • 43 A. Prost, Les anciens combattants et la société française, op. cit., p. 134.
  • 44 C’est le cas d’Hédi Abdelkader.
  • 45 E. Deroo, « Mourir : l’appel à l’empire », op. cit., p. 116.
  • 46 Ch. Levisse-Touzé, L’Afrique du Nord dans la guerre…, op. cit, p. 235.

41Cette fraternité perdure rarement hors du milieu associatif. Elle dure le temps des rassemblements, les anciens n’ayant en commun que leurs souvenirs. La fraternité appartient souvent au passé43. Rares sont les ressentis négatifs envers cette expérience de jeunesse. Les principaux souvenirs touchent à la découverte de la France et de l’Europe, tant le changement était grand. Si le froid et la neige ont entraîné de réelles souffrances, la fierté d’avoir participé à la victoire l’emporte. Le débarquement en Provence et l’entrée à Fréjus, Toulon ou Marseille sont marqués par la fierté et l’étonnement. Les Français qu’ils découvrent sont différents de ceux qu’ils connaissent chez eux. Ils sont bien accueillis, partagent la nourriture et découvrent les femmes, qu’ils arrivent à charmer44. Au reste, cette expérience ne leur est pas propre, dans la mesure où leurs aïeux l’ont expérimentée durant la Grande Guerre45. L’arrivée en France est l’occasion d’évoquer les consignes et l’exigence d’un comportement irréprochable. Si certains ont commis des viols, des vols et des pillages en Italie, ils ont été sommés de bien se tenir en France46. Mais ces épisodes sont décrits avec pudeur. Nos interlocuteurs y ont-ils ou non participé ? Difficile de le dire.

  • 47 Voir à ce sujet J. Lunn, Memoirs of the Maelstrom. A Senegalese Oral History of the First World Wa (...)

42Les entretiens combattent plusieurs idées reçues sur les conditions de vie des hommes de troupe et l’emploi de l’armée coloniale comme chair à canon47. Ils n’ont pas été plus exposés que leurs homologues. Les témoignages confirment qu’il n’existait pas de différence devant le front. D’origine rurale, ces hommes ont été affectés dans l’infanterie, comme la plupart des paysans français durant la Grande Guerre. C’est l’arme qui a subi les plus lourdes pertes sur l’ensemble des terrains d’opération.

  • 48 H. Guertili, interview au service des anciens combattants, Tunis, 2004.

43La condition sociale de ces anciens combattants est souvent la cause du mutisme dans lequel ils se sont enfermés. L’absence d’usage du français pour se faire reconnaître a entravé la construction d’une mémoire de leur expérience à la fois ordonnée et susceptible d’être diffusée. Nos témoins ne font pas état de discrimination ni de ségrégation notoires, malgré l’usage de quolibets aujourd’hui choquants, mais qui relevaient du jargon militaire. En douze ans de service, Hédi Guertili rapporte qu’il a essuyé quelques insultes de la part de soldats (dont il ne dit ni les grades ni la nationalité). En 1943, blessé à la frontière algéro-tunisienne, alors qu’il vient d’intégrer les Forces françaises libres, il entend : « Laisse-le crever, c’est un Tunisien48 ! » Par chance, il est soigné grâce à l’intervention d’un gradé.

  • 49 H. Abdelkader, conférence lycée Pierre-Mendès-France, oct. 2003.

44Ce qui frappe dans ces entretiens, c’est la pudeur de ces soldats envers ce qu’ils ont accompli et ressenti à l’époque. Certains faits d’armes constituent d’authentiques prouesses et actes de bravoure. Ils les décrivent avec beaucoup de timidité et de retenue, et une certaine fatalité : « De toute façon, il fallait le faire. » Certains l’expliquent par leur jeunesse, leur insouciance, leur fougue et leur volonté de vivre une aventure49. La solde est citée furtivement, comme avec gêne, alors qu’elle a été un élément de motivation non négligeable. Elle permettait d’espérer un meilleur niveau de vie pour la famille et une ascension sociale du soldat.

45Tous font état d’un retour difficile en Tunisie. Une partie d’eux-mêmes s’est brisée sur les terrains d’opération, physiquement pour les blessés et moralement par la somme des épreuves subies. À leur retour, ils doivent affronter le regard des proches, d’autant plus qu’ils sont aussi démunis qu’au départ. Les soldats, redevenus fellahs, échappent à la prise en charge des associations, souvent urbaines. Dans l’ensemble, passé l’expérience du feu, ils sont retournés dans leurs montagnes, leurs villages et leurs champs. Tous ont été oubliés.

III. Les anciens combattants dans la cité, commémoration et lieux de commémoration

1. L’ancien combattant entre nationalistes et pouvoir colonial

46Les témoignages insistent sur la nécessité, pour les anciens combattants, de revenir à la vie civile sous la conduite des autorités coloniales et des associations d’anciens combattants. L’encadrement est assez sévère après la Seconde Guerre mondiale. Les activités des nationalistes deviennent menaçantes, et des maquis constitués agitent le Maroc et la Tunisie à partir de1952. Avec la « Toussaint rouge » de 1954, l’ancien combattant est l’objet de toutes les attentions.

  • 50 P. Sebag, Histoire de Tunis, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 441.

47À la fin de la Première Guerre mondiale, on souhaite offrir aux « anciens combattants » un retour confortable. Au Maroc et en Tunisie, les difficultés de logement dans les grandes villes incitent les autorités à lancer des programmes d’habitations à bon marché (HBM) pour cette population. Des lotissements sont créés à la périphérie des grandes villes, comme la « Cagna » dans la banlieue de Tunis (1921), en référence aux tranchées et abris ainsi dénommés parles terrassiers annamites50. En 1932, le « foyer du combattant » et plusieurs lotissements de HBM dont les appellations ou la voirie font référence à la Grande Guerre sont construits à Tunis. Une « cité des anciens combattants » est édifiée dans le quartier d’Aïn Chock à Casablanca, à partir de 1950.

  • 51 Cette mesure concerne principalement les associations italiennes d’anciens combattants qui s’étaie (...)
  • 52 H. Belaïd, « Un exemple d’association d’encadrement… », op. cit., p. 186.

48Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, on souhaite garder dans le giron de la France ces hommes éprouvés mais loyaux. Les autorités préconisent un contrôle politique, économique et culturel des anciens combattants. En 1943, toutes les associations sont tenues de fusionner51. C’est ainsi qu’est créée l’Association des anciens combattants et victimes de la guerre en Tunisie, dont la charte stipule que les autres seront dissoutes. Par ce biais, les autorités françaises entendent écarter le Néo-Des tour de l’encadrement des vétérans. Le résident général préconise un encadrement français. Des plaintes sont déposées par d’anciens combattants politisés du Parti communiste tunisien52, dénonçant la ségrégation envers les combattants tunisiens.

  • 53 Archives MAE, Fr carton 1786, rapport de 1945, F465.

49Si le statut d’ancien combattant permet d’obtenir un emploi dans une administration, à la poste, dans les chemins de fer ou les mines, le chômage est tel, après-guerre, que les demandes excèdent les offres. En 1947, le général Leclerc, en charge d’une mission d’inspection au Maroc, relève 280 demandes satisfaites de vétérans pour 10 000 dépôts ! Les anciens combattants sont un enjeu des luttes entre nationalistes et autorités coloniales. Pour ces dernières, il s’agit de les ériger en exemples, disciplinés, respectueux des Français et fidèles à la France. Ils doivent aider à l’encadrement politique du pays53.

50Le combat pour le contrôle des associations d’anciens combattants devient essentiel. Entre 1947 et 1951, les tensions sont vives au sein des organisations, des membres de l’UGTT et du Néo-Des tour souhaitant les investir. L’objectif est de développer un mouvement hostile à la présence française. Celui-ci prend de l’ampleur dans le Sud, où des manifestations, fortement réprimées, sont organisées contre le contrôle des organisations de vétérans.

51Au début des années 1950, un point de non-retour semble atteint. Les liens d’amitié et de camaraderie des champs de bataille européens s’effacent devant la politisation des mouvements d’anciens combattants. Des maquis se constituent dans le Sud, auxquels se joignent des anciens de l’armée française. Les frères d’armes s’affrontent, traîtres pour les uns, renégats pour les autres. Certains silences des interviewés en disent plus à cet égard que tous les discours. Les trajectoires sont souvent déterminées par les grades obtenus dans l’armée, puis par l’attitude à l’indépendance.

  • 54 Décret du 30 juin 1956, n° 52, Journal officiel tunisien.
  • 55 À l’issue des entretiens, Hédi Abdelkader affirme que sa carrière a été bloquée en raison de son g (...)

52Après l’indépendance, le niveau d’instruction et le grade occupé dans l’armée française déterminent l’avenir dans l’armée du nouvel État. En 1956, 9500 Tunisiens appartiennent à l’armée française. Un mois après la déclaration d’indépendance de la Tunisie, la création du ministère tunisien de la Défense jette les bases de la nouvelle armée nationale tunisienne. Le 30 juin 1956, elle intègre les Tunisiens de l’armée française et les membres de la garde beylicale, soit près de 2 000 hommes54. Pour le recrutement et l’organisation, on s’inspire des procédures régissant la levée de soldats tunisiens dans l’armée française. Habib Bourguiba veut porter à 20 000 hommes ces effectifs. Le guide suprême fait appel à la France pour former ses futurs officiers. Le 20 novembre 1956, 200 Tunisiens sont envoyés en France pour recevoir une formation militaire et assurer l’encadrement futur. Les états de service dans l’armée française sont des garanties de savoir55. Parallèlement à la filière française, Habib Bourguiba demande à l’Irak d’assurer la formation d’autres cadres militaires.

  • 56 A. El Merini, L’armée marocaine à travers l’histoire, Rabat, Dar Nach El Maarifa, 2000, p. 339.

53Au Maroc, à l’indépendance du 2 mars 1956, Mohammed V veille en personne à la création des Forces armées royales (FAR). La réalisation est confiée à une commission constituée de Mohammed Oufkir et Ahmed N’michi, le prince héritier Moulay Hassan étant nommé chef d’état-major, c’est-à-dire chef suprême. On rappelle les derniers officiers servant dans les armées coloniales, tels le colonel Moulay Ahmed El Alaoui, Absessalam Ben Amr et le lieutenant Ben Kirane. En avril 1956, le prince Hassan se rend en France pour connaître les modalités de mise en place d’une armée moderne. Un accord est signé en vue de constituer une armée de 15 000 hommes. Le14 mai 1957, les premiers contingents des FAR précédés du drapeau chérifien défilent devant Mohammed V : l’ancien 1er RTM avec son bélier, suivi de 10 bataillons de goumiers et d’un bataillon d’ex-tirailleurs des bataillons blindés d’Espagne. Car l’armée marocaine opère une fusion des officiers des armées française et espagnole, tandis que des négociations sont engagées avec l’Espagne pour intégrer aux FAR 10 000 Marocains de l’armée espagnole et que les détachements de l’Armée de libération du Maghreb (ALM), soit près de 5 000 hommes, y sont rattachés dès juillet 1956. Après un stage de neuf mois au camp Moulay Rachid de Benslimane, les grades de lieutenant, sous-lieutenant et aspirant sont affectés aux lauréats. Pour la formation des officiers, on fait appel aux écoles militaires françaises et espagnoles : 200 jeunes recrues sont envoyées à Saint-Cyr et Coëtquidan, et 200 autres à Tolède56.

  • 57 J.-L. Miège, « De l’histoire militaire du Maroc : de l’armée traditionnelle aux forces armées roya (...)
  • 58 Z. M’barek, « La désertion des soldats marocains de l’armée française à l’Armée de libération du M (...)
  • 59 B. Tahiri, Le temps des anciens : mémoires, clandestinité, récits, armée de libération marocaine, (...)

54L’assimilation des recrues de l’ALM ne se fait pas sans heurts57. Plusieurs combattants nationalistes sont d’anciens de l’armée française. Réaffectés au Maroc entre 1954 et 1956, ils avaient déserté et s’étaient engagés dans les rangs de l’ALM58. Leur attitude à l’égard de la discipline militaire et leur désertion sont régulièrement rappelées lors du stage de formation. Leur départ de l’armée française les dessert : ils sont notés comme indisciplinés et peu respectueux de la hiérarchie militaire. Certaines carrières sont bloquées du fait de ce passé59.

  • 60 N. Delanoë, « Les Marocains “ralliés” au Viêt Minh : une histoire virtuelle », dans La guerre d’Al (...)
  • 61 L. Benali, « Les derniers guerriers de l’Indochine », Le Matin du Sahara (13 février 2006), p. 10- (...)

55Rappelons pour mémoire le sort des soldats marocains déserteurs de l’armée française en Indochine60. Ils restent au Vietnam jusqu’en 1972, pour avoir commis l’erreur de suivre une propagande vietnamienne anticoloniale. La guerre froide et le soutien du Vietminh au Front Polisario ont fait du retour de ces soldats une question diplomatique délicate entre les deux anciens protectorats français. Leurs « mauvais choix » semblent se cumuler : engagement dans l’armée coloniale, désertion et soutien à la révolution vietnamienne. La presse marocaine a fait état de la difficulté de ses hommes à s’intégrer dans la société marocaine et plus encore de celle de leurs descendants61. Leur place dans l’histoire de la lutte contre le colonialisme est des plus ténue…

2. La place des commémorations

56De 1946 à 1955, les commémorations des 11 novembre et 8 mai sont l’occasion d’honorer les Tunisiens et Marocains décorés de leurs médailles et étendards. Tout un rituel est organisé autour des lieux de mémoire de l’effort de guerre de la colonie, tous situés au cœur des villes européennes. À Tunis, les cortèges se forment devant la Résidence ou le consulat d’Italie pour les Transalpins, puis se dirigent vers les cimetières chrétiens de Bab el Khadra et juif du Borgel, pour des dépôts de gerbe. La Seconde Guerre mondiale marque plus directement les villes du Maghreb. Il convient de distinguer entre plusieurs lieux commémoratifs. Des cimetières, nécropoles et ossuaires sont créés pour célébrer le sacrifice des soldats, comme à Gammarth (15 km de Tunis) où le monument est réalisé par l’architecte Bernard Zehrfuss.

57Des monuments qui honorent les vivants sont par ailleurs érigés dans les villes. Un monument pour la victoire et une tombe du soldat inconnu avec flamme sont édifiés face à la cathédrale et la Résidence de France à Tunis. L’avenue principale de la ville coloniale est ornée par la marque du sacrifice de la nation. Les cortèges traversent le cœur de la cité : une revue militaire est organisée avenue Jules-Ferry (actuelle avenue Bourguiba), avec remise de médailles, activation de la flamme du soldat inconnu et dépôt de gerbe. Une messe est célébrée dans la cathédrale, puis les cimetières de Bab el Khadra, du Borgel et de Gammarth sont honorés. Les cérémonies s’achèvent par un dîner au casino avec un grand bal.

58Les témoins tunisiens rapportent que ces cérémonies créent un sentiment d’égalité perceptible chez ceux qui défilent. Les modestes vêtements élimés par les années accueillent fièrement les décorations décernées. Les autorités françaises souhaitent alimenter par ce biais la fascination pour l’armée française et mettre en relief la relation franco-tunisienne.

  • 62 Cl. Carlier, « Georges Guynemer : sacrifice et mythe d’un as », dans Ch. Benoît et al. (dir.), Le (...)

59À Casablanca, sur la place administrative, face à la statue équestre de Lyautey, est érigé un monument aux morts commémoratif des deux guerres mondiales. Tous les 11 novembre et 8 mai, un cortège s’y rend et dépose une gerbe. Jusqu’en 1956, le culte du sacrifice est diffusé en direction du public scolaire, comme celui des lycéens parisiens d’octobre 1940. Il s’agit d’honorer les membres de la communauté scolaire perdus durant la guerre. À partir de 1947, on multiplie les monuments aux morts à l’intérieur des établissements scolaires : chaque lycée possède sa plaque. Le lycée Carnot de Tunis affiche en plus une liste de noms de professeurs et d’élèves, et une stèle en l’honneur de Guynemer, symbole de l’engagement total pour la patrie. Cette icône de l’esprit de sacrifice est destinée à instruire les plus jeunes62. La présence d’élèves aux cérémonies est systématique afin de les associer au souvenir et au devoir de mémoire. Ces monuments honorent surtout des Français d’Afrique du Nord. Rares sont les Tunisiens ou les Marocains qui y apparaissent.

60Le 15 août marque le jour du souvenir du débarquement en Provence des troupes d’Afrique du Nord. Des cérémonies sont organisées dans les trois pays, des regroupements de soldats des deux rives ont lieu chaque année sur les plages de Provence, symbole d’une éphémère fraternité retrouvée. Mais, depuis l’indépendance de la Tunisie et du Maroc, les lieux, les moments et les cérémonies de commémoration ont été bousculés, accentuant, chez les « anciens combattants », le sentiment d’avoir été rayés des histoires officielles. Ils restent néanmoins sollicités par les autorités françaises qui perpétuent discrètement la commémoration des deux guerres mondiales (au cimetière militaire de Rabat, où sont enterrés des centaines de soldats de la coloniale, Français et coloniaux réunis, dans les lycées Pierre-Mendès-France de Tunis [ex-Carnot] ou Descartes de Rabat [ex-Gouraud], etc.).

3. Cérémonies et nouvelles figures du martyr et du sacrifice

61Depuis les indépendances, les lieux de commémoration les plus visible sont été gommés. Les cortèges d’anciens combattants de l’armée française ont disparu de l’espace public. Les cérémonies se déroulent dans les cimetières et les lycées, organisées exclusivement par les autorités françaises. Les dates des 11 novembre et 8 mai ne sont pas célébrées par les autorités tunisiennes ni intégrées à l’histoire officielle du pays.

62En revanche, au Maroc les autorités accompagnent les cérémonies. Une première manifestation se déroule dans la cour du consulat et de l’ambassade de France, puis dans les différents cimetières, notamment celui de Ben’msik à Casablanca, en présence des responsables religieux des trois confessions monothéistes. Ces événements mobilisent les autorités marocaines sans entrer dans le cadre de commémorations de l’État marocain qui célèbre notamment les dates du 6 novembre 1974, date anniversaire de la Marche verte, et du 16 novembre 1955, date du retour du sultan Mohammed V au Maroc.

  • 63 Driss Basri, ancien Premier ministre de Hassan II, inhumé le 30 juillet 2007 ; Abdelkrim El Khatib (...)

63La majorité des cérémonies sont liées au roi et à l’unité retrouvée du pays. Le cimetière des martyrs de Rabat, créé à des fins patriotiques, compte un large éventail de personnalités politiques et de notabilités, mais peu de véritables martyrs63. Les soldats marocains sont enterrés, comme ceux de l’armée britannique, sur les lieux de décès. On retrouve des sépultures de Marocains sur tous les terrains d’opération. Lors de la visite de Mohammed VI en Syrie en juin 2002, un hommage a été rendu aux victimes marocaines de la guerre du Kippour de 1973 par le dépôt d’une gerbe de fleurs.

64En Tunisie, la symbolique est différente. Parmi les jours fériés, on célèbre le 20 mars, l’indépendance de la Tunisie ; le 9 avril, la mémoire des martyrs de la répression coloniale de 1938. Un monument a été érigé à l’ouest de Tunis, pour célébrer la mémoire des dix morts de cette journée et des patriotes tombés à partir de 1951. Les chefs d’État en visite officielle y déposent une gerbe. Les présidents français se rendent ensuite au cimetière de Gammarth, pour le souvenir français (J. Chirac en 1995 et 2003, N. Sarkozy en 2008).D’autres monuments aux martyrs ont été érigés. À Bizerte, le monument est dédié aux victimes de la résistance tunisienne face aux troupes françaises en 1961. À Monastir, non loin du mausolée de Habib Bourguiba, un cimetière accueille des patriotes morts pour l’indépendance de la Tunisie.

65En 1982 (année de l’édification du monument des martyrs d’Alger), la Tunisie édifie un monument aux martyrs sur les rives de la sebkha Sejoumi, à l’ouest de Tunis. Depuis 1987, ces dates fondatrices de la nation moderne sont éclipsées par les festivités du 7 novembre 1987, le « renouveau » du président Zine el-Abidine Ben Ali. Cependant, en 2001, un musée de la Mémoire nationale a été créé : le peuple tunisien en armes luttant pour sa liberté est mis en exergue, aux côtés des victimes de la répression coloniale. En 2002 enfin, un monument est inauguré à Ghardimaou, dans les locaux de l’ancien QG de l’ALN algérienne, dans le cadre de la construction d’une mémoire commune tuniso-algérienne.

  • 64 A. Moussaoui, « Les morts de la guerre d’Algérie. Des martyrs fondateurs », intervention à la jour (...)

66Il n’en demeure pas moins que le militant du Néo-Des tour est plus honoré que le maquisard ou le patriote. La figure du résistant reste problématique dans la construction des discours nationalistes tunisien et marocain, à l’opposé de l’Algérie, où le peuple en armes et ses martyrs incarnent le nationalisme64.

Conclusion

67Les « anciens combattants » marocains et tunisiens de l’armée française, dont nous avons recueilli quelques témoignages, ont souvent été oubliés et dénigrés. Ces oubliés de l’histoire le sont en tant qu’« anciens combattants ».Mais ils l’ont d’autant plus été que leur engagement dans l’armée coloniale, à une époque où la puissance coloniale vacillait, est de plus en plus incompris. Ces hommes ont été fidèles jusqu’au sacrifice du sang, mais sans que les conditions historiques permettent de leur rendre justice. L’histoire a été injuste avec ceux qui ont offert une partie de leur jeunesse à l’armée française.

68La reconnaissance de la France officielle est réelle durant la période coloniale, où les 11 novembre et 8 mai donnent lieu à des cérémonies du souvenir. Mais il en va autrement dans la vie quotidienne, tant à la période coloniale qu’après les indépendances. Les nouveaux pouvoirs se méfient de ces combattants expérimentés, et l’histoire officielle, fondée sur la résistance et le nationalisme anticoloniaux, passe sous silence leur vécu. Si l’on ajoute que la France a « cristallisé » leurs pensions (ce qui les a durablement appauvris) pour mieux les oublier à son tour, le bilan est loin d’être positif.

69Récemment, les soubresauts médiatiques et politiques relatifs aux pensions ont permis de revenir sur l’histoire de la « coloniale ». Ce bref moment passé, l’oubli l’emporte à nouveau. Il reste que les anciens combattants des trois pays du Maghreb sont traités très différemment d’un pays à l’autre. Cela tient au statut des territoires coloniaux, aux modalités de la décolonisation et aux relations entretenues avec la France depuis les indépendances.

  • 65 Agence de l’enseignement français à l’étranger.
  • 66 R. Aouad-Badoual et B. Tamer, manuel d’histoire 3e, Le Maroc de 1912 à nos jours, Rabat, Centre d’ (...)
  • 67 P. Vermeren, Le Maroc, idées reçues, Paris, Le Cavalier bleu, 2007, p. 105.

70Les Marocains sont assez complaisants à l’égard des anciens de l’armée française. Le sultan marocain a appelé lui-même ses hommes à combattre pour la France en son nom. Les défilés de troupes marocaines sur les Champs-Élysées en 1999 s’inscrivent dans un héritage ancien. Dans les lycées français du Maroc, dits de l’AEFE65 (dont le public est marocain à 90 %), les programmes d’histoire ont été aménagés de concert entre l’inspection générale française et le ministère du pays d’accueil. Au Maroc, les manuels bilingues traitent de l’engagement du Maroc dans la Seconde Guerre mondiale et de sa place dans la victoire66. Durant la guerre froide, la France a fait du Maroc un partenaire de choix. Les anciens combattants de l’armée française y ont trouvé leur place de « soldats courageux67 ».

  • 68 D. Rivet, Le Maghreb à l’épreuve de la colonisation, Paris, Hachette, 2002, p. 426.

71La Tunisie de Bourguiba ne repose pas sur un tel socle. La participation du pays à la guerre a été moindre que celle du Maroc, et Bourguiba ne s’estime redevable d’aucune dette envers la France, ce qui n’est pas tout à fait le cas de la monarchie chérifienne68. La place des « anciens combattants » marocains et tunisiens fluctue donc au gré des conjonctures historiques et des histoires nationales. En Algérie, c’est une autre histoire, les dizaines de milliers d’anciens combattants ayant été divisés par des fractures aussi dramatiques qu’irrémédiables.

À gauche, couverture de Ch. Touron, J. P. Riéra, Ana! Frères d’armes marocains dans les deux guerres mondiales, Casablanca, Senso Unico, 2006; à droite, couverture de E. Deroo, P. Le Pautremat, Héros de Tunisie, Tunis, Cérès Éditions, 2005, 173 p.

Défilés des troupes marocaines sur les Champs-Élysées le 11 novembre 1944 (cliché ECPAD).

Stèle d’un martyr de la lutte pour l’indépendance de la Tunisie. Cimetière des martyrs, Sedjoumi, Tunis (cliché Ch. Giudice, juillet 2011).

Sergent de Zouaves, 1846. Gravure rehaussée à l’aquarelle, 1850; 16 x 26 cm (anonyme).

La 5e compagnie du 4e régiment de tirailleurs tunisiens, Sousse, 1935 (cliché H. Tourte et M. Petitin, Archives d’outre-mer, cote 8 Fi : 199).

Monument aux morts de la division marocaine tombés en 1915. Parc mémorial canadien de Vimy (cliché Ch. Giudice, juillet 2009).

Le capitaine Abdelkader dépose une gerbe pour la célébration du 11 novembre. Cimetière de Gamarth, Tunisie (cliché L. Garza, Tunis, novembre 2003).

Célébration du 11 novembre en présence des délégations françaises et tunisienne (cliché L. Garza, Tunis, novembre 2003).

Cimetière de Gammarth, Tunis, réalisé par B. Zehrfuss (cliché L. Garza, novembre 2003).

Soldats marocains dans la cagna (mot annamite signifiant « abri ») lors de la Première Guerre mondiale (cliché ECPAD), http://www.ecpad.fr.

Monument au soldat inconnu, rapatrié au cimetière de Gammarth (cliché L. Garza, novembre 2003).

Cérémonie du 11 novembre en présence des élèves du lycée français Pierre-Mendès-France de Tunis et des anciens combattants (cliché L. Garza, novembre 2003).

Cimetière militaire de B’msik, Casablanca (cliché Ch. Giudice, mai 2008).

Cimetière des martyrs de Tunis (cliché Ch. Giudice, juillet 2011).

Notes

1 Cette contribution est la synthèse de travaux menés dans le séminaire « L’image du combattant dans les sociétés maghrébines au xxe siècle », animé par Raphaëlle Branche, Nadine Picaudou et Pierre Vermeren de l’université de Paris I. J’avais présenté dans ce cadre le cas des anciens combattants nord-africains de l’armée française, de leur statut d’ancien combattant et de leur participation à la construction des sociétés maghrébines postcoloniales.

2 Ch. Levisse-Touzé, L’Afrique du Nord dans la guerre, 1939-1945, Paris, Albin Michel, 2000, p. 366.

3 J. Frémigacci, « La vérité sur la grande révolte de Madagascar », L’Histoire, 318 (mars 2007), p. 41.

4 Voir les actions soutenues par le service des anciens combattants : http://www.ambafrancema.org/ambassade/anciens-combattants-detail.cfm.

5 On citera B. Simou, F. Garan, T. Dubois et al., Frères d’armes. Mémoire marocaine d’une histoire partagée, Paris/Rabat, Centre d’études d’histoire de la défense/Commission marocaine d’histoire militaire, 1999, 115 p. ; Ch. Touron, J.-P. Riéra, Ana ! Frères d’armes marocains dans les deux guerres mondiales, Casablanca, Senso Unico, 2006 ; E. Deroo, P. Le Pautremat, Héros de Tunisie, Tunis, Cérès Éditions, 2005.

6 Travaux primés dans le cadre du Concours national de la Résistance et de la Déportation, sur le thème « Les Français libres » : F. Jelidi, L. Mezghani, M. Gribaa, « Des Français particuliers, une mémoire assumée, une mémoire partagée », ainsi que A. Harazi, A. Lili, « Des Français libres particuliers : les soldats du 4e RTT », dans E. Deroo, P. Le Pautremat, Héros de Tunisie, op. cit., p. 126-127.

7 F. Garan, « Les soldats oubliés de la France », dans L’Histoire, 274 (mars 2003), p. 21-22.

8 P. Miquel, Les oubliés de la Somme, juillet-novembre 1916, Paris, Tallandier, 2001.

9 Cl. Liauzu, « Le contingent : du silence au discours ancien combattant », dans J.-P. Rioux (éd.), La guerre d’Algérie et les Français, Paris, Fayard, 1990, p. 509-516.

10 H.-J. Lüsebrinck, « Les troupes coloniales dans la guerre : présences, imaginaires et représentations », dans N. Bancel, P. Blanchard, L. Gervereau (éd.), Images et colonies, Nanterre/ Paris, BDIC/ACHAC, 1993, p. 82.

11 L’article 100 de la loi de finances 2007 permet, à partir du 1er janvier 2007, la valorisation des pensions des ressortissants des troupes coloniales et établit la parité entre anciens combattants français et étrangers.

12 N. Delanoë, Poussières d’empire, Paris, PUF, 2001.

13 Cl. Liauzu, « Ancien combattant », dans Dictionnaire de la colonisation, Paris, Larousse, 2007, p. 101.

14 On s’appuiera sur cette question de l’article d’Habib Belaïd, « Un exemple d’association d’encadrement : les anciens combattants de Tunisie, 1950-1951 », dans La Tunisie de 1950 à 1951, VIe colloque international de l’ISHMN, Tunis, ISHMN, 1993, p. 181-193.

15 A. Corvisier, Histoire militaire de la France, t. II et III, Paris, PUF, 1997.

16 Maximilien, archiduc d’Autriche, est le frère de l’empereur d’Autriche François-Joseph. Napoléon III le soutient dans l’établissement de cet empire, espérant un rapprochement avec l’empire d’Autriche-Hongrie. L’opération est un échec, le prestige du Second Empire terriblement entaché.

17 Gal T. Le Pichon, « Tirailleurs indigènes, soldats au service de la France », dans Ch. Benoît, G. Boëtsch, A. Champeaux, E. Deroo (éd.), Le sacrifice du soldat, corps martyrisé, corps mythifié, Paris, CNRS/ECPAD, 2009, p. 159.

18 Le terme de « tirailleur sénégalais » est donné à tous les corps d’infanterie africaine, quelle que soit l’origine réelle du soldat, ibid.

19 M. Michel, Les Africains et la Grande Guerre, Paris, Karthala, 1998.

20 E. Deroo, « Mourir : l’appel à l’empire », P. Blanchard, S. Lemaire (éd.), Culture coloniale, 1871-1931, Paris, Autrement, 2004, p. 108.

21 L’ECPAD (Établissement de communication et de production audiovisuelle de la défense) dispose d’un fonds photographique important montrant des soldats marocains ou africains en train de « se détendre » par des danses traditionnelles ou des simulations de combats. Voir Ch. Touron, J.-P. Riéra, Ana ! Frères d’armes…, op. cit., p. 102-105.

22 E. Deroo, S. Lemaire, L’illusion coloniale, Paris, Tallandier, 2006.

23 Ch. Levisse-Touzé, L’Afrique du Nord dans la guerre, 1939-1945, Paris, Albin Michel, 1998.

24 H. Belaïd, « Un exemple d’association d’encadrement… », op. cit., p. 186.

25 A. Prost, Les anciens combattants et la société française, 1914-1939, Paris, Presse de la FNSP, 1977¸vol. I, p. 7.

26 H. Belaïd, « Un exemple d’association d’encadrement… », op. cit.

27 Cl. Petit, J.-L. Gatto, Guide social des anciens combattants et victimes de guerre : 1914-1918, 1939-1945, TOE, Indochine, Tunisie, Maroc, Algérie, Paris/Limoges, Lavauzelle, 1986, p. 181.

28 Ibid.

29 Ibid., p. 186.

30 Son président, le capitaine Hédi Abdelkader, décédé le 2 février 2010, a œuvré toute sa vie pour diffuser auprès du jeune public son parcours et ses convictions. Nous lui rendons hommage dans cet article.

31 Ch. Touron, « Les anciens combattants de l’armée française au Maroc », www.edulyautey. org/~marocomb, 2007 : le site du souvenir des deux guerres au Maroc, lycée Lyautey, Agence de l’enseignement français à l’étranger.

32 Un travail similaire a été mené auprès des vétérans marocains présents dans les foyers Sonacotra. Voir à ce sujet, M. Wanaïm, « Les foyers Sonacotra en France et les anciens combattants marocains de l’armée française », Cahiers de la Méditerranée [en ligne], 75 (2007), mis en ligne le 21 juillet 2008 ; M. Wanaïm, Goumiers, spahis et tirailleurs marocains de l’armée française. Engagements, parcours, oubli (1908-2006), université Paris I, thèse soutenue en 2008 sous la direction de D. Rivet.

33 Propos recueillis lors d’une conférence de Hédi Abdelkader, au lycée Pierre-Mendès-France de Tunis, en octobre en 2003, à l’occasion de l’organisation du Concours national de la Résistance et de la Déportation sur le thème « Les Français libres ».

34 Fortifications construites sur le modèle de la ligne Maginot pour contrer d’éventuelles attaques italiennes.

35 Attestation d’appartenance aux Forces françaises de l’intérieur, n° 5448/DR/FFCI/AT, Rennes, 31 mai 1947.

36 Citation à l’ordre pour fait de guerre, le 12 janvier 1955. Attestation d’appartenance, Organisation civile et militaire, réf. 8023, statut du combattant volontaire de la Résistance.

37 O. Garouia, « Un Tunisien tranquille dans la Résistance grenobloise », Hommes et Migrations, 1148 (novembre 1991), p. 45.

38 E. Temime, « Immigrés et étrangers dans la libération de la Provence », dans Hommes et Migrations, 1148 (novembre 1991), p. 48-52.

39 M. Rives, « Les tirailleurs malgaches et sénégalais dans la Résistance », Hommes et Migrations, 1276 (novembre-décembre 2008), p. 50.

40 Nous présentons la synthèse d’une trentaine d’interviews réalisées entre 2002 et 2006 en Tunisie et au Maroc.

41 A. Prost, Les anciens combattants et la société française, op. cit., p. 123.

42 Ahmed Farhati, interviews au service des anciens combattants, Tunis, mars 2004 reprises sous la forme d’un journal intime imaginaire (le soldat est analphabète), par F. Jelidi, L. Mezghani, dans E. Deroo, P. Le Pautremat (éd.), Héros de Tunisie, op. cit.

43 A. Prost, Les anciens combattants et la société française, op. cit., p. 134.

44 C’est le cas d’Hédi Abdelkader.

45 E. Deroo, « Mourir : l’appel à l’empire », op. cit., p. 116.

46 Ch. Levisse-Touzé, L’Afrique du Nord dans la guerre…, op. cit, p. 235.

47 Voir à ce sujet J. Lunn, Memoirs of the Maelstrom. A Senegalese Oral History of the First World War, Porthmouth, Heinnemann, 1999, qui conteste cette thèse.

48 H. Guertili, interview au service des anciens combattants, Tunis, 2004.

49 H. Abdelkader, conférence lycée Pierre-Mendès-France, oct. 2003.

50 P. Sebag, Histoire de Tunis, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 441.

51 Cette mesure concerne principalement les associations italiennes d’anciens combattants qui s’étaient multipliées après la Première Guerre mondiale.

52 H. Belaïd, « Un exemple d’association d’encadrement… », op. cit., p. 186.

53 Archives MAE, Fr carton 1786, rapport de 1945, F465.

54 Décret du 30 juin 1956, n° 52, Journal officiel tunisien.

55 À l’issue des entretiens, Hédi Abdelkader affirme que sa carrière a été bloquée en raison de son grand attachement à la France et son attitude à l’égard des maquis. Il n’a pas dépassé le grade de capitaine.

56 A. El Merini, L’armée marocaine à travers l’histoire, Rabat, Dar Nach El Maarifa, 2000, p. 339.

57 J.-L. Miège, « De l’histoire militaire du Maroc : de l’armée traditionnelle aux forces armées royales », Maroc-Europe, 7 (1994), p. 19-33.

58 Z. M’barek, « La désertion des soldats marocains de l’armée française à l’Armée de libération du Maghreb (ALM) : rôle militaire, impact psycho-politique, 1955-1956 », Maroc-Europe, 7 (1994), p. 235-271.

59 B. Tahiri, Le temps des anciens : mémoires, clandestinité, récits, armée de libération marocaine, Rabat, impr. Omnia, 2003, p. 176.

60 N. Delanoë, « Les Marocains “ralliés” au Viêt Minh : une histoire virtuelle », dans La guerre d’Algérie au miroir des décolonisations françaises. Actes du colloque en l’honneur de Charles-Robert Ageron, Paris, Éditions de la Société française d’histoire d’outre-mer, 2000, p. 307-325.

61 L. Benali, « Les derniers guerriers de l’Indochine », Le Matin du Sahara (13 février 2006), p. 10-11.

62 Cl. Carlier, « Georges Guynemer : sacrifice et mythe d’un as », dans Ch. Benoît et al. (dir.), Le sacrifice du soldat, op. cit., p. 144.

63 Driss Basri, ancien Premier ministre de Hassan II, inhumé le 30 juillet 2007 ; Abdelkrim El Khatib, enterré le 28 septembre 2008 ; l’homme de lettres Abdelkebir Khatibi, inhumé en avril 2009, ou le journaliste Abdelfettah Fakihani, en juin 2009.

64 A. Moussaoui, « Les morts de la guerre d’Algérie. Des martyrs fondateurs », intervention à la journée d’étude « Autour des morts de guerre », université Paris 1, mars 2009.

65 Agence de l’enseignement français à l’étranger.

66 R. Aouad-Badoual et B. Tamer, manuel d’histoire 3e, Le Maroc de 1912 à nos jours, Rabat, Centre d’études arabes, 2006.

67 P. Vermeren, Le Maroc, idées reçues, Paris, Le Cavalier bleu, 2007, p. 105.

68 D. Rivet, Le Maghreb à l’épreuve de la colonisation, Paris, Hachette, 2002, p. 426.

Table des illustrations

Légende À gauche, couverture de Ch. Touron, J. P. Riéra, Ana! Frères d’armes marocains dans les deux guerres mondiales, Casablanca, Senso Unico, 2006; à droite, couverture de E. Deroo, P. Le Pautremat, Héros de Tunisie, Tunis, Cérès Éditions, 2005, 173 p.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/852/img-1.jpg
Fichier image/, 344k
Légende Défilés des troupes marocaines sur les Champs-Élysées le 11 novembre 1944 (cliché ECPAD).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/852/img-2.jpg
Fichier image/, 544k
Légende Stèle d’un martyr de la lutte pour l’indépendance de la Tunisie. Cimetière des martyrs, Sedjoumi, Tunis (cliché Ch. Giudice, juillet 2011).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/852/img-3.jpg
Fichier image/, 319k
Légende Sergent de Zouaves, 1846. Gravure rehaussée à l’aquarelle, 1850; 16 x 26 cm (anonyme).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/852/img-4.jpg
Fichier image/, 320k
Légende La 5e compagnie du 4e régiment de tirailleurs tunisiens, Sousse, 1935 (cliché H. Tourte et M. Petitin, Archives d’outre-mer, cote 8 Fi : 199).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/852/img-5.jpg
Fichier image/, 576k
Légende Monument aux morts de la division marocaine tombés en 1915. Parc mémorial canadien de Vimy (cliché Ch. Giudice, juillet 2009).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/852/img-6.jpg
Fichier image/, 443k
Légende Le capitaine Abdelkader dépose une gerbe pour la célébration du 11 novembre. Cimetière de Gamarth, Tunisie (cliché L. Garza, Tunis, novembre 2003).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/852/img-7.jpg
Fichier image/, 404k
Légende Célébration du 11 novembre en présence des délégations françaises et tunisienne (cliché L. Garza, Tunis, novembre 2003).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/852/img-8.jpg
Fichier image/, 240k
Légende Cimetière de Gammarth, Tunis, réalisé par B. Zehrfuss (cliché L. Garza, novembre 2003).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/852/img-9.jpg
Fichier image/, 546k
Légende Soldats marocains dans la cagna (mot annamite signifiant « abri ») lors de la Première Guerre mondiale (cliché ECPAD), http://www.ecpad.fr.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/852/img-10.jpg
Fichier image/, 504k
Légende Monument au soldat inconnu, rapatrié au cimetière de Gammarth (cliché L. Garza, novembre 2003).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/852/img-11.jpg
Fichier image/, 237k
Légende Cérémonie du 11 novembre en présence des élèves du lycée français Pierre-Mendès-France de Tunis et des anciens combattants (cliché L. Garza, novembre 2003).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/852/img-12.jpg
Fichier image/, 388k
Légende Cimetière militaire de B’msik, Casablanca (cliché Ch. Giudice, mai 2008).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/852/img-13.jpg
Fichier image/, 414k
Légende Cimetière des martyrs de Tunis (cliché Ch. Giudice, juillet 2011).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/852/img-14.jpg
Fichier image/, 323k

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540