Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour des morts de guerre

 | 
Raphaëlle Branche
, 
Nadine Picaudou
, 
Pierre Vermeren

Les métamorphoses du martyrologe algérien du 8 mai 1945

1945-2009

Jean-Pierre Peyroulou

Texte intégral

  • 1 Sur le 8 mai 1945 en Algérie : R. A. Tabet, Le mouvement du 8 mai 1945 en Algérie, Alger, OPU-ENAP (...)

1Le contentieux politique et mémoriel franco-algérien s’est déplacé ces dernières années de la guerre d’Algérie vers les massacres du Constantinois du mois de mai 1945 qui firent plusieurs milliers de morts dans la région de Sétif, de Kherrata et de Guelma1. En Algérie, ces massacres coloniaux sont officiellement un génocide. Si, chaque 8 mai, ils polarisent l’attention du régime et d’une partie de la société, en revanche, le statut mémoriel des Algériens massacrés pendant les mois de mai et de juin 1945 demeure indéfini.

2Étaient-ils des combattants de la cause nationale algérienne ? Les autorités algériennes ne les considèrent pas comme des moudjahidine. Cette qualification officielle est réservée aux soldats de l’ALN de la guerre d’Algérie. L’Algérie qualifie les morts du 8 mai 1945 de « martyrs » du colonialisme. Mais, à la différence des enfants de chuhada de la guerre d’Algérie, leurs descendants n’ont pas pu prétendre dans l’Algérie devenue indépendante en1962 à l’ouverture de droits spécifiques compensant une perte qui remontait, il est vrai, à plus d’une quinzaine d’années.

3Combattants ou victimes ? Martyrs anonymes et abstraits ou bien incarnés ? Depuis 1945 s’est élaboré un martyrologe algérien dont les métamorphoses résultent de différentes opérations mémorielles et politiques. Entre1945 et 1954, dans l’Algérie coloniale, le premier martyrologe fut une ressource politique répondant aux besoins politiques des formations nationalistes.

4Pendant la période comprise entre la guerre d’Algérie (1954-1962) et les années 1980, marquée par le monopole du FLN dans la production d’une histoire édifiante et unanimiste, le martyrologe de la guerre d’indépendance éclipsa pour les besoins de la construction de l’État et de la nation celui du 8 mai 1945.En fin durant la guerre interne que traversa l’Algérie dans les années 1990, puis au cours de la décennie 2000, les morts du 8 mai 1945 prirent une importance croissante et éclipsèrent parfois ceux de la guerre d’indépendance.

I. Le premier martyrologe (1946-1954)

5Les violences du 8 mai 1945 eurent pour effet d’interdire les partis nationalistes et d’emprisonner leurs militants. La répression judiciaire fut régulée en 1946 par une amnistie. Elle permit d’élargir des militants nationalistes, en particulier Abbas et Messali, d’autoriser la reprise d’une vie politique nationaliste légale. Ferhat Abbas créa une formation reprenant l’héritage du Manifeste du peuple algérien et des AML, l’Union démocratique du manifeste algérien (UDMA). Le PPA clandestin disposa d’une vitrine légale, le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD). Ils participèrent aux élections de 1947.

6Le martyrologe n’eut pas d’abord une visée idéologique et nationale. Il fut avant tout une réaction aux décisions prises par les pouvoirs publics français qui déployèrent une raison d’État destinée à assurer l’impunité des civils européens qui avaient tué des Algériens, en particulier dans la région de Guelma, et détruit les cadavres enterrés dans des charniers en les brûlant par centaines au cours du mois de juin 1945, de façon à rendre impossible l’établissement des preuves de leur culpabilité. Cette raison d’État prit diverses formes. Les pouvoirs publics niaient les exécutions et la destruction des corps, et considéraient ces personnes comme des « disparus ». Ils refusaient de délivrer des actes de décès aux familles qui en faisaient la demande selon le motif que les personnes soi-disant portées « disparues » pouvaient réapparaître à tout moment. Les pouvoirs publics couvrirent l’achat du retrait des plaintes contre de l’argent de façon à mettre hors de cause les chefs miliciens de Guelma qui étaient depuis 1945 des élus de la ville et de la région. Ils refusaient en fin d’indemniser les familles des « musulmans » dont les biens avaient été détruits ou volés par des miliciens et par des soldats au prétexte qu’ils étaient considérés comme des insurgés.

  • 2 Égalité, août 1947.

7Le but des familles concernées était tout simplement d’obtenir justice et réparation. Pour cela, il fallait proposer un récit des événements différent de celui des pouvoirs civils et de la presse française, justifiant le refus de la justice de procéder à des inculpations de façon à assurer l’impunité des anciens miliciens. C’est ce que fit au cours du mois d’août 1947 Abdelkader Safir dans l’hebdomadaire de l’UDMA, dans une série de huit articles sous le titre « La tragédie du 8 mai2 ». A. Safir mettait en cause de façon nominative les miliciens et les responsables civils, et donnait les noms des personnes tuées. Personne ne démentit ou ne poursuivit le journal. Il fallait aussi rassembler des témoignages et déposer des plaintes. Le PPA joua alors un rôle de premier plan localement. Il fallut en fin établir des listes de personnes tuées. Liberté, un journal communiste, et non pas la presse du PPA ou de l’UDMA, publia en 1950 une première liste à l’occasion d’une brève arrestation de l’ancien sous-préfet de Guelma, André Achiary, et posa la question de savoir ce que les personnes tuées étaient devenues. Il fallait sortir les personnes assassinées de leur statut de « disparus » dans lequel les pouvoirs publics les enfermaient. Bien sûr, ce premier martyrologe que représentait la liste de noms des Guelmois tués n’aboutit à rien : ni à l’inculpation des auteurs des crimes ni même à la délivrance d’un certificat de décès à leurs proches.

8Sur cette question, le PPA, principal instigateur des manifestations du 8 mai, restait dans le registre du collectif. L’UDMA en revanche mettait des noms de personnes sur ces événements et ces morts. La personnalisation la plus accomplie vint des communistes algériens. On voit déjà poindre sur cette question l’unanimisme national du PPA : c’était le peuple algérien tout entier qui était la victime collective du « génocide » colonial. Au contraire, l’UDMA et le PCA, situant leur action dans le cadre légal français, étaient occupés à obtenir justice, ce qui était d’ailleurs totalement illusoire. C’est pourquoi il fallait dresser un martyrologe, sans pour autant faire de publicité au PPA qui était bien dans les faits le « parti des fusillés » algériens des mois de mai et de juin 1945. Il en tirait d’ailleurs une légitimité supplémentaire pour parler au nom des Algériens. On voyait ainsi s’établir une autre fonction du 8 mai 1945 : celle de légitimer le nationalisme et les partis politiques qui s’en revendiquaient.

9À ces fonctions du martyrologe, s’en ajoutait une autre : construire une histoire nationale édifiante dans un contexte de domination et de lutte anticoloniales. Comment ? Deux figures prirent place.

  • 3 T. Carlyle, « On history », dans Critical and Miscellaneous Essays, vol. I, Londres, Chapman & Hal (...)
  • 4 R. Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, traduit de l’all (...)
  • 5 M. Rahal, L’Union démocratique du Manifeste algérien (1946-1956). Histoire d’un parti politique. L (...)

10À Sétif, ce fut celle de Saâl Bouzid, le premier Algérien tué. Il portait le drapeau, était PPA. Il semble le pendant algérien du petit Bara, ce jeune garçon tué pendant les guerres de Vendée et devenu un symbole de la Révolution sous la Troisième République. Sa figure de héros ne se détache pas encore suffisamment des autres personnes tuées à Sétif pour devenir symbolique. Dans les récits de la manifestation de Sétif que donnèrent les nationalistes avant 1954, il est associé au drapeau algérien et au chant patriotique De nos montagnes… « L’histoire est l’essence d’innombrables biographies », écrivait Thomas Carlyle3 à la fin du xixe siècle quand on faisait de l’histoire un recueil d’exemples et d’expériences dont il fallait s’instruire pour le présent4. Jusqu’en 1945, les héros du nationalisme algérien en cours de constitution étaient rares et mal identifiés. Abdelkader n’était pas encore le héros national qu’il est devenu après 1962. Mokrani était trop kabyle, et Abdelkrim trop rifain pour l’arabisme du PPA. Quant à Ben Badis, il était davantage une figure pour l’UDMA, liée à l’Association des oulémas5. Saâl Bouzid commence à apparaître comme un héros du PPA, mais seulement en creux.

  • 6 Sur la figure du za’im, B. Stora, Messali Hadj – 1898-1974. Fondateur du mouvement nationaliste al (...)
  • 7 Messali avait 46 ans quand il sortit de prison en 1946. La barbe le vieillissait fortement, la jeu (...)
  • 8 O. Carlier, « Messali et son look », art. cit., p. 289.

11Il ne s’agissait pas de faire de l’ombre au seul véritable héros national du PPA, le za’im Messali6, fondateur de l’Étoile nord-africaine en 1926, du PPA en 1936, l’homme qui connut les épreuves de la prison, puis les travaux forcés au bagne de Lambèse, la résidence forcée à Boghari et à Chellala, la déportation en fin à Brazzaville jusqu’au 1er août 1946, avant d’être assigné à résidence sur les hauteurs d’Alger. Patriarche7, prophète, il porte la chéchia puis le fez, le burnous sur le costume et la cravate, et s’appuie non sur une canne, mais sur un bâton de paysan. Il est le Père de la nation dont il porte la barbe8 et devint Sid el Hadj en 1946, avant même d’avoir accompli le pèlerinage à La Mecque. Quand il eut l’autorisation de quitter Alger, les jeunes gens se rassemblèrent pour l’admirer, le toucher comme un marabout et le vénérer, comme faisaient naguère leurs parents avec les saints, avant que les oulémas ne les expurgent de la religion. Le culte du héros national hésitait entre la soumission au souverain

  • 9 Ibid.
  • 10 A. Enders, « Le héros national, problème d’histoire contemporaine », C. Mayeur-Jaouen (éd.), Saint (...)
  • 11 Elle est dé finie par M. Weber, Économie et société, Paris, Plon/Agora, 1995 (1re éd. 1922), t. 1  (...)
  • 12 H. Aït Ahmed, Mémoires d’un combattant, Paris, Sylvie Messinger, 1983, p. 83.

12– plus personne ne tutoya Messali après 19469 – et la dévotion aux saints10. Cette Algérie des années d’après-guerre, en transition entre d’une part l’organisation traditionnelle fondée sur la communauté et sur le sacré et d’autre part la bureaucratie de l’État-FLN à venir, était un moment propice à l’émergence puis à la domination d’une « personnalité charismatique » comme Messali11. Comment la vénération du « Vieux », comme on désignait désormais Messali, pouvait-elle laisser une place suffisante pour qu’émergeât la figure du jeune militant nationaliste tué en mai 1945, Saâl Bouzid ? Le vieux patriarche, qui jouait sur l’imaginaire musulman et paysan, ne pouvait pas être concurrencé par un jeune héros, scout et urbain, représentant la nouvelle génération du nationalisme ayant émergé à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Dans le refus de Messali de créer un espace suffisant pour l’émergence d’autres figures édifiantes du nationalisme, cette fois tout droit sorties de mai 1945, on retrouve la manifestation de la crise du PPA pendant ces années : d’abord la confrontation entre la petite bourgeoisie centraliste, tentée par le jeu électoral colonial, et la paysannerie que Messali cherchait à incarner, puis l’opposition entre les jeunes radicaux, partisans de la lutte armée au sein de l’Organisation spéciale (OS)puis du FLN et ayant renoncé au « personnage de légende12 » de Messali, et la vieille génération fidèle à Messali (le MNA).

13Dans la construction de cette histoire nationale, le rôle des Scouts musulmans algériens (SMA) dans les premiers rangs des manifestations du 8 mai était mis en avant, en particulier la troupe des scouts En Noudjoum, décimée dans les jours qui suivirent, mais dont n’étaient guère cités les noms de la quarantaine de membres. Dans les chants scouts, le 8 mai 1945 avait essentiellement pour fonction d’alimenter le nationalisme algérien. La répression permit d’ériger la figure anonyme du martyr, justifiant l’engagement nationaliste en termes de sacrifice : sacrifice des mères donnant leurs fils à la patrie algérienne, sacrifice des fils donnant leur vie au nationalisme, comme l’exprime le chant qu’adressaient en arabe les jeunes scouts nationalistes, en première ligne le 8 mai 1945, à leurs mères.

Mère ! Pourquoi pleures-tu à mon sujet ?
Ton fils est mobilisé par la cause du nationalisme
L’amour de l’Algérie est un devoir pour moi
Ma vie et mon bien [je les donne] au nationalisme

Mère ! Pourquoi pleures-tu à mon sujet ?
Ton fils s’est sacrifié pour la cause de la liberté
Jeunes de mon pays ! Debout ! Ensemble
La vie d’humiliation est exécrable

  • 13 M. Kaddache, Histoire du nationalisme algérien, t. II, 1939-1951, Paris/Alger, Éditions Paris Médi (...)

Mon sang je l’offre
Ma vie, je la sacrifie
Je les donne à ma patrie
[pour combattre] le gouvernement français13 .

  • 14 Ibid., p. 897.

14Un second chant scout14 est plus explicite sur le 8 mai 1945. Enjoignant la jeunesse de rejoindre le mouvement national, il ne distingue pas l’Algérie du reste du « Nord de l’Afrique » au moment où les nationalistes maghrébins ouvrent au Caire un Bureau du Maghreb arabe.

Saluez le Nord ! Ô jeunesse !
Saluez le Nord de l’Afrique
Saluez le Nord ! Debout !
Rejoignez le parti nationaliste
Les yeux versent des larmes
Comment ne le feraient-ils pas ?
Les yeux versent des larmes
Pour ceux qui sont morts dans les prisons.

15Il associe le 8 mai aux manifestations du 1er mai qui se déroulèrent partout en Algérie et qu’il considère comme un « soulèvement ».

  • 15 Ibid.

Le premier mai ! L’Algérie !
Le premier mai ! Ô jeunesse !
Le premier mai se sont soulevés
Les jeunes de la Patrie. Ô jeunesse15 !

16Le chant évoque ensuite les Sétifiens et la répression à Guelma par l’aviation, qui toucha indistinctement les douars mitraillés, mais n’évoque pas la destruction des corps des nationalistes de la région. Ce qui montre que dans les massacres – le mitraillage de civils par des avions et la destruction des corps par le feu en l’occurrence – la hiérarchie de la gravité et de la douleur n’est pas la même selon les temporalités. Les scouts mettaient en avant le mitraillage alors qu’aujourd’hui les Algériens placent au premier plan la destruction des corps.

  • 16 Ibid.

Pour les Sétifiens ! Grande est ma douleur !
Pour les Sétifiens ! Morts pour la Liberté !
Avec leurs avions la France ! Avec leurs avions à Guelma
Avec leurs avions ils ont tué femmes et fillettes16.

  • 17 Sur cet aspect loin d’être singulier à l’Algérie, pour la France de la Révolution et du xixe siècl (...)
  • 18 Rapport du commissaire Bordier, chef de la police des renseignements généraux du département de Co (...)

17La construction de cette histoire nationale passait aussi par des moments de deuil. La fraternité de deuil prolongeait la fraternité de sang17. Le ramadan de 1945, qui suivit de quelques mois le massacre, fut très suivi18. L’Aïdes-Seghirne fut pas fêté avec joie. Mais la dimension nationale du 8 mai 1945 apparut en1947 quand l’UDMA proposa de faire du 8 mai, à compter de cette année, une journée de commémoration et de deuil national. Elle entrait en concurrence et en opposition avec le 8 mai des Européens. C’était la première fois que des morts écrivaient l’histoire de l’Algérie et surtout que l’on considérait que la célébration de la mémoire de ces morts était l’occasion d’affirmer l’existence d’une nation algérienne distincte de la nation française. Le deuil devint donc un moyen de différenciation. Pour les uns, le 8 mai était un jour de fête, pour les autres, un jour de deuil.

  • 19 Coloniser, c’est d’abord bâtir, nommer, décorer : des rues, des places, des monuments. Les symbole (...)
  • 20 Au sujet du cimetière comme lieu du politique, on lira les réflexions de D. Tartakowsky à propos d (...)
  • 21 Rapport du capitaine de La Garde, commandant la gendarmerie de Guelma, 19 mai 1945, ANAOM, ministè (...)
  • 22 A. Meddeb, « L’interruption généalogique », Esprit, réédité dans Les violences en Algérie, Paris, (...)
  • 23 Rapport de la police de renseignements généraux du département de Constantine, 11 juillet 1948, AN (...)
  • 24 Rapport du commissaire Poulard au sous-préfet de Guelma, 8 août 1948, ANAOM, préfecture de Constan (...)
  • 25 Ibid.

18Cette histoire s’écrivait en fin dans les seuls lieux qui n’étaient pas marqués par la colonisation19, le cimetière musulman et la mosquée. Le rôle du cimetière20 comme gardien de la mémoire face à l’agression coloniale ne date pas de mai 1945. Après la répression de l’émeute antijuive de Constantine en 1934, le docteur Bendjelloul rassembla ses partisans au cimetière pour protester contre les excès de la répression. L’interdiction faite aux « musulmans » de manifester sur la voie publique par le Code de l’indigénat fit du cimetière l’un des seuls lieux de rassemblement, de protestation et d’expression politique. La manifestation du 8 mai 1945 partit à Guelma du cimetière Khermate21. Il était donc bien déjà un lieu du politique, comme le café maure ou la médersa. Mais à la différence de ces derniers, la proximité avec les morts obligeait à un regard sur le passé. En privant les Algériens tués à Guelma au printemps 1945 de sépulture, le colonisateur coupait la chaîne reliant le passé et le présent, les morts et les vivants. Il interrompait une généalogie22. On observe sa reconstitution à l’occasion d’un événement qui se produisit à Guelma au mois de juin 1948 : la mort d’Ali Chorfi, un militant du PPA-MTLD, ancien élève de la Zitouna de Tunis, issu d’une vieille famille citadine et ayant perdu au cours des tueries de1945 son père et son frère23. En 1946, il se bagarra avec Cheymol, colon et maire de Millesimo, une commune proche de Guelma, et qui fut l’un des principaux miliciens en 1945. Condamné à deux mois de prison, Chorfi fut assassiné en1948, peu après. Le meurtrier reçut le soutien des autorités locales. La rumeur circula : des colons auraient payé le meurtrier pour qu’il supprime Ali Chorfi. Les scouts et les élèves des médersas de la ville vendirent sa photographie. L’argent récolté servit à l’érection d’une stèle en son souvenir au cimetière Khermate. Le 3 juin, un grand cortège accompagna son corps vers sa sépulture. Les funérailles furent l’occasion d’un rassemblement nationaliste. À la fin du deuil, 200 femmes se réunirent autour de sa sépulture. Le rapport de police souligne que c’était la première fois à Guelma que des femmes participaient à ce type de manifestation politique et mémorielle. Sa tante fit un discours militant : « Un jour viendra où notre cause triomphera24. » « Sois loué, toi qui es mort pour le salut de tes frères25. » Il ne semble pas que ce héros fît l’objet par la suite d’une forme de sanctification nationaliste locale avec un pèlerinage s’y greffant. On en restait donc à un héros, vénéré les années qui suivirent le drame parce qu’il eut le courage d’affronter Cheymol.

  • 26 B. Stora, Messali Hadj – 1898-1974. Fondateur du mouvement nationaliste algérien, op. cit., vol. 2 (...)
  • 27 M. Harbi, Une vie debout. Mémoires politiques, t. 1 : 1945-1962, Paris, La Découverte, coll. « Cah (...)
  • 28 Dossier Messali. Voyage dans le Constantinois. ANAOM, préfecture de Constantine, Service de liaiso (...)

19On retrouve cette fonction politique et mémorielle du cimetière au cours du dernier voyage qu’effectua Messali Hadj au printemps 1952 dans le Nord-Constantinois afin de récolter de l’argent pour son parti (le PPA-MTLD)divisé entre messalistes et centralistes26, et d’affirmer la solidarité des Algériens avec les Tunisiens après les émeutes du Cap Bon. L’accès aux principales villes lui étant interdit, il traversa les petites villes de la région, fiefs du PPA, Le Khroub, Oued Zenati, Guelma, El Arrouch, pour finir par Philippeville avant d’être expulsé du département de Constantine. Il rassembla des foules considérables et connut un succès populaire qu’aucun chef d’État de l’Algérie indépendante ne reçut spontanément, selon l’historien Mohammed Harbi, natif d’El Arrouch27. Dans toutes les villes, il évoqua les « martyrs de 1945 » et reçut chez son hôte – les réunions publiques étaient interdites –, dans son apparat de za’im (fez stambouli, burnous, grande barbe), les sympathisants nationalistes venant en délégation depuis les cimetières de la ville28.

20Dans tous les cas, ces « martyrs » de 1945 n’étaient pas des combattants mais des « victimes du génocide du colonialisme », thèse soutenue dès 1947par le PPA. Il n’y a donc pas d’hésitation sur leur statut : ce ne sont pas des combattants mais des victimes d’une répression, ce qui au passage invalide la thèse d’une insurrection nationaliste organisée par le PPA en 1945.

21Mais, pendant cette période antérieure au début de la guerre d’indépendance, les usages des violences de mai-juin 1945 furent sensiblement différents selon les tendances du nationalisme algérien, et le 8 mai entretient des rapports de concurrence avec d’autres événements fondateurs du nationalisme algérien.

  • 29 M. Rahal, L’Union démocratique du Manifeste algérien, op. cit., p. 79-82.
  • 30 Ibid., p. 85.
  • 31 Ibid., p. 88.

22Fondée au printemps 1946, l’UDMA hésitait entre deux commémorations. La première était celle du Manifeste du 10 février 194329. Elle célèbre finalement l’union des nationalistes autour d’un projet modéré, une Algérie fédérée à la France, dont l’UDMA était l’héritière. Pour l’UDMA, c’était l’an I de la nation algérienne. Chaque 10 février, Égalité puis le journal qui lui succéda, La République algérienne, célébraient le Manifeste. L’UDMA souhaitait faire du 10 février le jour anniversaire d’une fête nationale algérienne. Elle était condamnée à rester virtuelle dans une Algérie française. La seconde était celle du 8 mai 1945, jour de deuil. Chaque 8 mai, la presse udmiste revenait sur cet événement : rassemblements en hommage aux morts, lecture de versets du Coran, prières. En 1954, l’UDMA publia un calendrier. On y voyait des photographies de Ferhat Abbas, de Roosevelt, en référence au trusteeship et à la charte des Nations unies, et de Neguib, le leader égyptien, avec pour la première fois la présence d’une illustration du 8 mai 1945, sous la forme d’une gravure représentant des « miséreux pleurant le 8 mai 194530 ». Mais plus le temps passait, plus l’exercice devenait « stéréotypé », estime Malika Rahal31. Au tableau du 8 mai et des « martyrs de la cause nationale », d’autres motifs s’ajoutèrent : le décès en 1949 d’une grande figure des AML, le docteur Saâdane, ou bien, après les premiers soubresauts dans les deux protectorats du Maghreb en 1951, les nationalismes tunisiens et marocains. C’est ainsi que le 8 mai 1945 devint un temps un motif national incorporant et unificateur des nationalismes maghrébins avant que l’accession à l’indépendance de la Tunisie et du Maroc n’eût raison du rêve d’unité maghrébine.

23Dans la construction d’une histoire nationale, l’UDMA n’avait qu’une alternative à proposer au 8 mai 1945 : la commémoration du 10 février 1943. Le PPA au contraire avait pour lui d’autres moments symboliques, dont le souvenir était capable de mobiliser les énergies politiques : la fondation de l’ENA en 1926, du PPA en 1936, la création de l’Organisation spéciale (OS) en 1947, formation paramilitaire du PPA, l’arrestation d’une partie de ses militants en 1950, le « martyre » de Messali Hadj, expulsé d’Algérie en 1952 pour la France métropolitaine. Ils n’empêchèrent toutefois pas sa division profonde et son incapacité à choisir entre la participation au jeu politique électoral français dans le cadre du MTLD et la lutte armée avec l’OS, si bien que, entre 1954 et 1957, les messalistes qui semblaient pourtant disposer de la légitimité historique payèrent physiquement et politiquement le nouveau rapport de force politique établi par le FLN-ALN le 1er novembre 1954. Le Père de la nation était progressivement mis hors du champ politique algérien et avec lui le 8 mai 1945, pour un long moment.

II. La disparition et l’abstraction des « martyrs » de 1945 dans la mémoire algérienne (1954-1988)

24Pendant les années de la guerre d’indépendance et durant les trois premières décennies de construction de l’État et de la nation sous la direction du FLN, l’événement 8 mai 1945 disparut à quelques nuances près de l’histoire et de la mémoire algériennes.

  • 32 M. Gadant, Islam et nationalisme en Algérie d’après » El Moudjahid », organe central du FLN de 195 (...)

25Au cours des années de guerre, l’évocation du 8 mai 1945 par le FLN se limitait à un rappel dans le journal du FLN, El Moudjahid32. Le 8 mai 1945 était présenté seulement comme un événement préparant l’insurrection du1er novembre 1954, représentant désormais l’an I de la « révolution algérienne ». La proclamation du 1er novembre 1954, appelant à l’indépendance de l’Algérie, devint le texte fondateur de la nation algérienne et écarta le Manifeste de 1943 dont le fédéralisme était dépassé.

  • 33 Sur ces aspects, G. Meynier, Histoire intérieure du FLN, Paris, Fayard, 2002, p. 186-189.
  • 34 B. Stora, Messali…, op. cit.
  • 35 Mohammed Harbi a le premier analysé cette logique : M. Harbi, Le FLN, mirage et réalité, des origi (...)

26Cet effacement des morts du 8 mai 1945 était une nécessité politique pour les hommes du 1er Novembre. Ils venaient certes du PPA, mais avaient rompu avec l’attentisme des messalistes en passant à l’action armée. Cette dernière mettait les différents courants du nationalisme, à l’intérieur du PPA ou ceux de l’UDMA et du PCA, devant un choix : condamner le 1er Novembre et passer du côté de la France ou se saborder en tant qu’organisation et rejoindre le FLN33. Les messalistes ne reconnurent pas l’autorité du FLN et constituèrent le Mouvement national algérien (MNA), surtout implanté dans l’émigration en métropole contre lequel le FLN-ALN mena une guerre implacable. Évoquer le 8 mai 1945, c’était évoquer un ennemi34, Messali Hadj ; c’était aussi rappeler l’existence d’autres courants nationalistes qui ne s’étaient pas ralliés au FLN. Non seulement le 8 mai 1945 ne devait pas avoir une fonction légitimante, dévolue au seul 1er Novembre, mais en plus il devait rester une abstraction, la révolte d’un peuple abstrait et indifférencié contre le colonialisme. Cette logique continua après la guerre35. L’élaboration d’une histoire et d’une mémoire nationales répondait aux besoins idéologiques de la construction du nouvel État-nation dans un cadre autoritaire, celui du parti-État FLN, dominé par l’armée, dépositrice de l’intérêt national, et dans un cadre islamique. La guerre d’indépendance, la « révolution » comme elle est encore désignée en Algérie, assurait de façon exclusive la légitimité d’un pouvoir autoritaire et militaire sous Houari Boumédiène, qui devint déliquescent sous Chadli Bendjedid ; elle auréolait l’Algérie d’un prestige qui fit d’Alger dans les années 1960 et 1970l’une des capitales du tiers-monde. Tous ces facteurs expliquent l’éclipse du8 mai 1945 dans l’histoire et la mémoire algérienne pendant plus de trente ans. À ce tableau, il y a toutefois deux nuances à apporter.

  • 36 Pour une utilisation historique du roman : M. Ozouf, Les aveux du roman. Le dix-neuvième siècle en (...)
  • 37 La production critique sur Kateb Yacine est immense : C. Bonn (dir.), Bibliographie Kateb Yacine, (...)
  • 38 Un fragment parut dans Esprit en décembre 1953 puis le roman au Seuil en 1956.
  • 39 Il parut en deux temps dans Esprit, dans les numéros de décembre 1954 et de janvier 1955.

27La première vient de la littérature36. Elle n’a pas les mêmes impératifs idéologiques que la politique et la guerre. Elle a toutefois accompagné la guerre d’indépendance puis la construction nationale quand le français était la langue dans laquelle les Algériens s’adressaient au monde avant l’arabisation des années 1970, en particulier l’œuvre de Kateb Yacine37. Ce fut peu avant et au début de la guerre d’Algérie que Kateb Yacine publia son roman, Nedjma38, et sa pièce de théâtre, Le cadavre encerclé39. Ces deux textes ne parlent pas de la guerre d’indépendance qui venait pourtant de commencer, ils évoquent le traumatisme du 8 mai 1945 et ses suites. C’est l’un des paradoxes apparents : le 8 mai 1945 apparaît pour la première fois dans la littérature algérienne de langue française au moment où, dans les faits, il est éclipsé par le 1er novembre 1954. La politique et la littérature n’ont pas toujours les mêmes temporalités. Les personnages du roman déambulent dans ce Nord-Constantinois à la recherche de cette étoile (nedjma) nationale qu’ils ne trouvent pas. Peut-être la trouveront-ils le 1er Novembre ? Mais le roman n’évoque pas les débuts de la guerre. Nedjma n’est pas le roman du nationalisme triomphant. Il est celui de l’abandon des mirages, un préalable à l’insurrection de novembre 1954.

28Il y a un deuxième canal par lequel cette mémoire des morts du 8 mai fut transmise. L’insurrection paysanne du 20 août 1955 dans le Nord-Constantinois marque la véritable généralisation de la guerre. Elle n’était jusqu’alors qu’une réalité aurésienne. Le 20 août 1955, jour du deuxième anniversaire de la déposition par la France du sultan du Maroc Mohammed V, des paysans organisés par les djounoud de la wilaya II attaquaient des centres européens à Philippeville, en particulier à la mine d’El Alia, à Guelma, à Aïn Abid et à Constantine, faisant de nombreux morts européens. La paysannerie entrait dans la guerre. Elle s’étendait désormais à tout l’Est de l’Algérie. Cet événement de portée maghrébine intégrait l’Algérie dans le combat de l’Afrique du Nord pour l’indépendance qui avait commencé plus tôt en Tunisie et au Maroc. La répression fut meurtrière et aveugle. L’événement eut une portée considérable aussi bien pour les Français que pour les Algériens. Non seulement il marquait les véritables débuts de la guerre d’Algérie, mais surtout il réactivait auprès des populations les violences de mai 1945. Tout y concourait en effet. La géographie d’abord. Les violences furent centrées sur le Nord-Constantinois en 1955 comme en 1945, même si Sétif ne fut pas touchée par l’insurrection du 20 août. Le choc des violences ensuite. La soudaineté et la simultanéité des attaques dans les différents centres frappèrent les populations. Le caractère massif de la répression militaire en fin. Elle fit basculer les indécis du côté de l’ALN. L’histoire de 1945 semblait se répéter en 1955. Dans les mémoires algériennes comme françaises, les deux événements et leur cortège de martyrs anonymes déteignaient les uns sur les autres pour former une sorte de matrice de la violence brute qui saisit les deux populations, si bien que les mémoires ne les distinguent plus toujours. Le film documentaire de Mehdi Lalaoui sur le 8 mai 1945 montrait en 1995 les images d’un gendarme mettant en joue et abattant un Algérien désarmé. Or, cette image ne datait pas de 1945, pas plus qu’elle ne venait de la région de Sétif. Elle fut prise à Aïn Abid en août 1955et passa aux actualités filmées américaines, ce qui d’ailleurs embarrassa les autorités françaises. Il ne faudrait pas seulement voir dans cette confusion l’un des innombrables exemples d’utilisation d’images déplacées de leur contexte ; il faut aussi y observer le recouvrement d’un événement par un autre.

  • 40 M. Lacheraf, Des noms et des lieux. Mémoires d’une Algérie oubliée, Alger, Casbah Éditions, 1998, (...)

29Le 8 mai 1945 resta commémoré pendant les années d’indépendance. Il faisait toutefois pâle figure à côté des journées du 1er Novembre et du 5 Juillet, comme le raconte l’ancien conseiller politique de la délégation extérieure du FLN, Mostefa Lacheraf, en déplacement à Guelma le 8 mai 1978 alors qu’il était ministre de l’Éducation40 : journée corsetée par le régime autoritaire, absence cruelle de signification politique.

III. Le martyrologe du 8 mai 1945 : au centre de la mémoire algérienne de la colonisation dans les années 1990 et 2000

30Il fallut attendre que le 1er novembre 1954 cessât de jouer ce rôle de légitimation du pouvoir dans les années 1990 pour voir réapparaître dans l’espace public algérien le 8 mai 1945 et son cortège de morts avec une force assez inattendue et suffisamment affirmée pour effacer pour un temps le1er Novembre. Les causes de ce retour au premier plan sont nombreuses.

  • 41 Cité par B. Stora, Histoire de l’Algérie depuis l’indépendance, Paris, La Découverte, coll. « Repè (...)
  • 42 Ibid.
  • 43 H. Roberts, « The Algerian state and the challenge of democracy », conférence prononcée au Royal I (...)

31Dans les années 1980, l’Algérie entrait dans une période de crise générale qui dérégla le système FLN et celui de l’économie administrée établis sous Boumédiène, provoquant les émeutes de la jeunesse en octobre 1988 et leur répression par l’armée. L’instauration de la démocratie dans les mois qui suivirent et dans des conditions chaotiques libéra l’expression. Tout de suite, l’histoire fut convoquée pour établir des filiations. Quelques jours après le référendum du 3 novembre 1988 approuvant la modification de la Constitution de 1976 ouvrant la voie au multipartisme, le journal Algérie Actualités écrivait le 24 novembre 1988 : « Les enfants d’octobre 1988 ressemblent étrangement à ceux du 8 mai 194541 […] » et réclamait un « examen lucide de notre histoire » et de « recouvr[ir] notre mémoire, toute notre mémoire, sans sélection de couleurs42 ». Des témoins et des acteurs d’un autre nationalisme commençaient à s’exprimer. La découverte pour les jeunes générations de l’histoire du nationalisme antérieur à 1954 accompagnait l’établissement de la démocratie. Le travail d’appropriation du passé allait de pair avec celui de l’apprentissage de la démocratie dans les conditions particulières de la montée d’un islamisme, incarné par le Front islamique du salut ( FIS), cherchant à conquérir le pouvoir politique par des mobilisations de masses et par les urnes43. L’étau de l’histoire officielle se desserrait. Pendant ce temps, la démocratie profitait au FIS qui était sur le point de gagner les élections législatives que l’armée interrompit, entre les deux tours, le 11 janvier 1992. Elle destitua le président Chadli, rendu responsable de la montée du FIS, et transféra les pouvoirs à un Haut Comité d’État (HCE) présidé par Mohammed Boudiaf, l’organisateur du 1er novembre 1954, qui offrait une légitimité historique à un régime n’ayant pas celle des urnes.

  • 44 M. Harbi, dans « Algérie soleil noir 1954-2004 », Le Croquant, 44-45 (janvier 2005), p. 38.
  • 45 L. Martinez, « La guerre civile en Algérie », Recherches internationales, Paris, Karthala, 1998, I (...)
  • 46 « Chaque société surgit à ses propres yeux en se donnant la narration de sa violence », Jean-Pierr (...)

32La guerre civile entre les islamistes et le pouvoir qui suivit l’arrêt des élections législatives et surtout l’assassinat de M. Boudiaf, le 29 juin 1992, commandité par les « hommes de l’ombre », interrogeait le sens d’une histoire-propagande édifiante depuis 196244. La guerre que traversaient les Algériens, l’extrême violence des groupes armés et de l’État reposaient les questions de la nation, à un moment où elle semblait s’effondrer dans une terrible guerre civile45, et de la légitimité de l’État, à un moment où il ne reposait plus sur une Constitution. Or, ces deux questions n’avaient pas été abordées depuis la crise politique de l’été 1962. Elles renvoyaient à l’origine, à ce Manifeste de 1943, qui posait justement les questions de la nation et de l’État dans des termes différents, et au 8 mai 1945. Des figures nouvelles réapparaissaient : Messali, Abbas, aux côtés de Boudiaf. D’autres nationalismes que celui du FLN étaient redécouverts : ceux de l’UDMA, du PPA, du PCA. Le présent réactivait ce passé dans la violence. Les « martyrs » des uns et des autres, tués par les islamistes, par les forces de police ou les différentes milices armées, réactivaient d’une certaine façon ceux de 1945. Il fallait donner un sens à ces violences et les intégrer à une narration46. L’histoire remaniée par la mémoire offrait une possible mise en récit.

  • 47 M. Kaddache, Histoire du nationalisme algérien. 1919-1951, Paris/Alger, Éditions Paris Méditerrané (...)
  • 48 M. Kaddache, Histoire…, t. II, p. 563-685, en particulier le chapitre XXI : « Les manifestations d (...)
  • 49 « Les troubles du Nord-Constantinois en mai 1945 : une tentative insurrectionnelle ? », Vingtième (...)

33Or, les progrès de la connaissance historique sur le 8 mai 1945 ont coïncidé à peu près avec l’ébranlement du système FLN et avec la guerre civile. La grande thèse de l’historien algérien, ancien militant du MTLD, Mahfoud Kaddache, Histoire du nationalisme algérien (1919-1951), parut en Algérie en 198047, à peu près au moment même où Mohammed Harbi livrait son analyse critique du FLN dans laquelle il disséquait son fonctionnement bureaucratique et autoritaire, et où Benjamin Stora exhumait de l’oubli Mes-sali. M. Kaddache consacrait aux causes, aux événements du printemps 1945 et à ses conséquences la première étude historique d’ampleur48 à laquelle il fallait ajouter en 1984 le premier article historique publié en France sur le sujet par Charles-Robert Ageron49. L’article remettait en cause l’idée d’une insurrection dirigée par le PPA et retenait l’idée d’une insurrection spontanée de la paysannerie du Nord-Constantinois à la suite de la répression des manifestations. Mais ces deux travaux ne dépassèrent pas le cercle des historiens spécialistes du sujet.

  • 50 Ibid.
  • 51 B. Mekhaled, Chronique d’un massacre. 8 mai 1945. Sétif, Guelma, Kherrata, Syros, Paris, Éditions (...)

34Il fallut attendre les années 1990 pour que les sociétés s’emparent d’un savoir historique en plein développement. La première salve vint de l’ensemble documentaire rassemblé dans les archives de l’armée de terre en 1990 par l’équipe de Jean-Charles Jauffret50. Elle offrait un tableau complet de l’événement vu à partir de l’institution qui fut chargée de sa répression. Elle fut suivie par la soutenance à Paris de la thèse d’un historien oranais, Boucif Mekhaled, sur la répression militaire et civile du 8 mai, évoquant pour la première fois un bilan du côté algérien. Sa parution en 1995 fut reprise par la presse algérienne et alimenta en connaissances, en particulier en chiffres de victimes, la première commémoration d’ampleur de l’événement en Algérie51.

  • 52 Ch.-A. Julien, L’Afrique du Nord en marche. Algérie-Tunisie-Maroc 1880-1952, Paris, Omnibus, 2002 (...)
  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid. La même année, paraissait l’ouvrage d’Henri Alleg, Mémoire algérienne, Alger, Casbah Édition (...)
  • 55 J.-P. Peyroulou, Guelma, 8 mai 1945. Une subversion européenne dans le département de Constantine, (...)
  • 56 R. Vétillard, Sétif, mai 1945 : massacres en Algérie, préface de Guy Pervillé, Versailles, Édition (...)

35Les travaux se multipliaient au cours des années 2000 en France. En 2001, l’ancienne élève de Charles-André Julien qui avait le premier écrit au début des années 1950 sur le 8 mai 194552, Annie Rey-Goldzeiguer, livrait une étude de cet événement, élargi à la Seconde Guerre mondiale en Algérie, et dans lequel elle voyait les « origines de la guerre d’Algérie53 ». En 2006, Jean-Louis Planche dressait le tableau d’un massacre colonial54. En 2007, ma thèse, centrée sur la ville de Guelma, montrait qu’il y avait différentes logiques à l’œuvre et que nous étions en présence à Guelma d’un mouvement subversif des Européens de la région55. En 2008, Roger Vétillard, médecin natif de Sétif, produisait une enquête très fournie en archives56. Tous ces travaux élargissaient la question ou bien se concentraient sur un de ses aspects, renouvelaient la compréhension de cet événement et en approchaient le bilan humain. La connaissance historique progressait. On mesurait mieux le tournant que représenta cet événement dans l’histoire contemporaine de l’Algérie.

  • 57 La loi du 3 avril 1990 mit fin au monopole de l’État sur la presse. On comptait, en 1990,169 pério (...)
  • 58 C’était le cas du Watan du 8 mai 2005. La Tribune adopta une position plus distanciée.

36La mémoire du 8 mai 1945 suivit de près la trajectoire différente de l’histoire. Les groupes porteurs de mémoire, et en particulier les Algériens qui avaient été précédés jusque-là au plan mémoriel par les Français originaires d’Algérie, se saisirent de l’histoire pour justifier leurs revendications mémorielles. Dans la diffusion d’un savoir transformé par la mémoire, la presse jouait un rôle essentiel. El Moudjahid évoquait régulièrement le 8 mai 1945lors des journées de commémoration mais sans lui accorder une place de premier plan. Mais dans les années 1990, l’essor de la presse privée francophone et arabophone donne au 8 mai 1945 une couverture médiatique que cet événement n’avait pas auparavant57. Les journaux, El Watan et La Tribune en particulier, publient des suppléments le jour des commémorations : récits des manifestations et de la répression, témoignages d’Algériens, entretiens avec des historiens, évocation de colloque, publications de photographies ou de documents iconographiques, fac-similés de la presse nationaliste ou communiste de l’époque. Le personnage de Saâl Bouzid revient systématiquement et se détache des autres acteurs. Passé la couverture qui évoque généralement le « génocide » de mai 194558, l’historien reconnaît que ces suppléments d’une vingtaine de pages sont bien faits, de bonne qualité historique, plus nuancés que le titre ne le laisserait paraître. Ils diffusent, auprès de lecteurs pour lesquels les livres ne sont pas toujours accessibles, un savoir historique beaucoup plus intéressant que les harangues nationalistes sur le seul massacre colonial et l’idéalisation de la violence dont les manuels d’histoire algériens abreuvent les élèves. Ils rendent finalement accessible une partie du contenu des livres d’histoire tout en opérant souvent une sélection dans ceux-ci, de façon à rendre ce savoir conforme aux thèses politiques défendues.

  • 59 Sur la reconnaissance : A. Honneth, La société de la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf, 2000 (...)
  • 60 Un certain 8 mai 1945, documentaire 52 minutes, 1995.
  • 61 Mémoires du 8 mai 1945, documentaire 52 minutes, 2008.
  • 62 L’autre 8 mai 1945, documentaire 52 minutes, 2008.

37Il faut aussi souligner le rôle essentiel de l’immigration algérienne en France dans la résurgence du 8 mai 1945. Elle a su créer des structures associatives nécessaires à son expression dans l’espace public d’une société française multiculturelle, où la citoyenneté ne s’exprime plus seulement en termes de lutte pour des droits sociaux et civiques mais aussi en termes de luttes pour la reconnaissance59. La mémoire historique faisant partie de l’identité, le passé colonial en général, et les massacres de Sétif et Guelma en particulier se trouvent au premier plan de ces luttes pour la reconnaissance. Ce fut d’ailleurs à cette occasion que les Indigènes de la République ont émergé pour la première fois en manifestant à Paris, place de la République, le jour du 8 mai 2005.Certaines associations – Au nom de la mémoire, ou Génériques – sont liées à l’histoire et à la mémoire ; certaines sont des associations berbères – c’est le cas des Berbères de Bagnolet – ; d’autres se situent dans le giron du Front des forces socialistes (FFS), comme au Blanc-Mesnil ; d’autres en fin sont assez proches d’élus de la Mairie de Paris. Les trois documentaristes du 8 mai 1945 en Algérie, Mehdi Lalaoui60, Yasmina Adi61 et Meriem Hamidat62, sont d’ailleurs des Français dont les parents sont natifs d’Algérie. Leur travail, délivrant un message plus concentré que celui des livres d’histoire, trouve à travers la télévision un large public dans les deux pays. Le travail de Yasmina Adi fait émerger des témoins sétifiens qui ne s’étaient jamais manifestés car on ne leur avait jamais rien demandé : Aïssa Cheraga, un porte-drapeau du 8 mai, Lahcène Bekhouche et Messaoud Merghem, tous deux condamnés à mort par le tribunal militaire de Constantine en 1945 puis graciés et emprisonnés jusqu’à leur libération en 1962 quand l’Algérie devint indépendante. Aussi la mémoire algérienne du 8 mai 1945 est-elle paradoxalement plus vivante en France qu’en Algérie. Un 8 mai 2005 à Guelma, la grande affaire de la ville n’était pas la célébration de l’événement mais le match de football auquel devait participer l’ancien champion du ballon rond algérien, Lakhdar Belloumi.

38En Algérie, la Fondation du 8 mai 1945 n’est pas seulement née en 1990pour honorer la mémoire des Algériens tués – on est frappé par l’absence d’un musée à Guelma ou à Sétif à ce sujet, par la lenteur à rassembler des documents significatifs sur le 8 mai 1945, sans parler de l’état dans lequel se trouvent les principaux lieux de détention à Guelma, les anciennes geôles étant habitées par des familles –, mais avant tout afin de déposer plainte contre la France devant l’ONU et de faire de la journée du 8 mai une fête nationale à l’instar du1er Novembre et du 5 Juillet. Créée par Bachir Boumaza, un ancien ministre de Boumédiène, originaire de Kherrata, la Fondation a repris le thème qui était celui du PPA après 1945 : celui du « génocide » et du « crime contre l’humanité ». Elle diffuse les chiffres de 45 000 ou 80 000 morts. Chaque année, elle organise un colloque à Sétif et à Guelma, le jour du 8 mai, en relation avec les universités de ces villes et les autorités politiques. En 2005, l’ancien avocat du FLN, Jacques Vergès, développait à Guelma un argumentaire servant de base à une imputation de crime contre l’humanité.

39L’historien s’intéressant à ces questions aurait tort de penser que, doté de son seul savoir, il puisse rester en surplomb. L’instrumentalisation politique de l’histoire de mai-juin 1945 est une constante depuis l’origine.

  • 63 A. Moussaoui, De la violence en Algérie, Arles/Aix-en-Provence, Actes Sud/MMSH, 2006, p. 228-229.
  • 64 H. Védrine, Les mondes de François Mitterrand. À l’Élysée 1981-1985, Paris, Fayard, 1996, p. 681-6 (...)
  • 65 H. Souaïdia, La sale guerre, Paris, La Découverte, 2001, 340 p.
  • 66 Ibid, p. 259-262.
  • 67 J.-P. Peyroulou, Guelma…, op. cit., p. 14.

40Elle devient effective en Algérie lors des commémorations de 1995 qui se déroulèrent en pleine guerre civile. L’Algérie était depuis janvier 1994 dirigée par le général Liamine Zeroual. La guerre avait fait depuis 1992 entre 25 000et 30 000 morts. Les principaux chefs du FIS étaient en résidence surveillée, 18 000 militants du FIS détenus dans les camps du Sud. Les Algériens restés fidèles au FIS les considéraient à leur tour comme des « martyrs », victimes d’un pouvoir arbitraire qui leur avait volé les élections. Certains chefs des groupes armés accédaient au rang de « héros63 ». La nation était déchirée par les violences des deux camps en guerre pour le contrôle de la population. Le13 janvier 1995, les dirigeants du FIS, du FFS, du FLN proposaient à Rome à l’initiative de la communauté San Egidio un « contrat national » pour le retour à la paix et aux urnes. L’armée le repoussa. Elle avait fait le choix de l’éradication de l’islamisme armé tout en restaurant une vitrine civile grâce à la préparation des premières élections depuis 1991. La France se trouvait confrontée à cette guerre64 : des Pères blancs tués en Kabylie, des passagers français d’un avion d’Air France pris en otage par le GIA à Alger et libérés, le 26 décembre 1994, parle Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) à l’aéroport de Marseille. Au printemps 1995, aucune issue ne semblait apparaître à la guerre. L’Armée islamique du salut (AIS), la branche armée du FIS et les GIA avaient l’ascendant dans des nombreuses régions. La « sale guerre » rendait difficile la compréhension de l’origine des violences65. En mai 1995, l’armée lançait un grand ratissage dans la wilaya de Boumerdès66. Le pouvoir se trouvait dans les plus grandes difficultés : une dette record, une insécurité généralisée, une absence totale de légitimité politique, une image de marque internationale catastrophique. C’était dans ce contexte que, le 8 mai 1995, le chef du gouvernement Mokdad Si fi déclarait : « La célébration de ce douloureux massacre de plus de 45 000 Algériens et Algériennes constitue une nouvelle occasion pour interpeller notre conscience sur le sort réservé à ce grand pays qui est le nôtre, aux prises avec une redoutable crise multidimensionnelle67. »

41Le chef du gouvernement algérien établissait un lien direct entre la commémoration du 8 mai 1945 et la guerre civile – qu’il ne fallait surtout pas désigner comme telle –, entre les massacres de mai 1945 et ceux des années 1992-1995. En revendiquant l’héritage de mai 1945, le pouvoir algérien entendait ne pas céder aux islamistes le drapeau du nationalisme. C’était l’un des atouts en sa possession dans la guerre contre les islamistes. L’élimination de la tendance islamo-nationaliste du FIS au profit des djihadistes l’y aida. Il fallait se battre sur le terrain de la mémoire historique contre l’ancienne puissance coloniale. La commémoration du 8 mai 1945 souffrait moins que celle du 1er novembre 1954 de la crise de légitimité du pouvoir algérien. Après une trentaine d’années de propagande officielle sur la « révolution », cet événement avait dans les années 1990 le grand avantage d’apparaître comme neuf. D’une certaine façon, avec le 8 mai 1945, il y avait un stock de mémoire encore disponible auprès d’Algériens tombés dans le chaos de la guerre fratricide alors que, avec le référent du 1er novembre 1954, le lien que l’on pouvait établir entre d’une part le coup de force de l’été 1962, dénouement de la « révolution »par lequel l’Armée des frontières s’imposa contre les wilayas de l’intérieur et contre le GPRA, et d’autre part celui du 11 janvier 1992, qui interrompait les premières élections législatives pluralistes de l’Algérie et démissionnait Chadli, était beaucoup trop évident.

  • 68 Sur cet aspect, voir l’introduction de J.-P. Peyroulou, Guelma…, op. cit., et la préface de G. Per (...)

42L’instrumentalisation du 8 mai 1945 s’accentua après l’élection d’Abdelaziz Bouteflika à la tête de l’Algérie en 199968. Le 15 juin 2000, le chef de l’État algérien portait le fer au cours d’un discours devant l’Assemblée nationale française lors d’un voyage censé améliorer les relations entre les deux pays. Il demandait que la France fasse « repentance » pour les crimes de la colonisation. Le président de la République, Jacques Chirac, ne voulut rien entendre. Il proposa à l’Algérie un traité d’amitié sur le modèle de celui que la France et la République fédérale d’Allemagne signèrent en 1963. Dès lors, le 8 mai 1945 devint un moyen pour l’Algérie de conditionner sa signature à l’acte de repentance de la France et, plus largement, un moyen parmi d’autres de régler sa diplomatie avec l’ancienne puissance coloniale. Au début de l’année 2005, au cours d’un discours prononcé à Sétif, l’ambassadeur de France qualifia le 8 mai de « tragédie inexcusable ». Lors des cérémonies du 8 mai de la même année, A. Bouteflika compara la destruction des corps des Algériens tués à Guelma aux fours crématoires nazis. Le jeu des enchères et des concessions mémorielles continua malgré l’abandon du projet de traité d’amitié par le nouveau président de la République, Nicolas Sarkozy, élu en2007. Le 5 décembre 2007, à Constantine, il qualifia d’« impardonnables » les « fautes du passé colonial ». Le 27 avril 2008, l’ambassadeur de France parla d’« épouvantables massacres » à propos de mai 1945 et assura que « le temps de la dénégation était fini ».

43C’est dans ce contexte que le martyrologe du 8 mai 1945 accusa de nouvelles inflexions.

  • 69 Voir en particulier celui du 8 mai 2005.
  • 70 P. Centlivres, D. Fabre, F. Zonabend (éd.), La fabrique des héros, Paris, MSH, 1999, 318 p.
  • 71 Ibid., p. 2.
  • 72 Supplément du Watan (8 mai 2005).
  • 73 Ibid.
  • 74 Ibid.

44À Sétif, la figure du jeune manifestant Saâl Bouzid, le porte-drapeau tué le premier le 8 mai, s’est rapidement détachée de celles des autres manifestants tués. Elle prospéra avec le temps. Il devient le seul véritable héros national de mai 1945 et s’incarne beaucoup plus dans une biographie69 que chaque année le supplément du Watan enrichit de nouveaux détails. De cette « fabrique » du héros70 que constitue la presse, il ressort le portrait d’un jeune homme dans lequel on espère qu’une partie de la jeunesse pourra s’identifier. Conformément à la fonction de ce genre, on y trouve récapitulée71 une histoire algérienne arabo-nationaliste : une famille nombreuse et paysanne, une éducation fondée sur l’arabe et l’islam, l’ardeur au travail, un nationalisme intense. Saâl Bouzid est né le 8 janvier 1919 dans une famille de cinq enfants, trois filles et deux garçons, d’origine rurale, au douar Ziari à El Ouricia. Son père lui inculque les « vertus de l’amour de la patrie et de l’instruction ». Il ne va pas à l’école française mais à la médersa. Après la mort de son père, sa mère s’installe à Sétif où elle s’emploie comme domestique. À 15 ans, il travaille pour aider sa mère : d’abord commis chez un torréfacteur, un nommé Blon, puis à la « charcuterie juive Zara » (sic).Le jeune Saâl approfondit ses convictions nationalistes. Sa mère s’inquiète qu’il rentre tard ; ses amis témoignent : « Si je tombe au champ d’honneur, lance à ma mémoire des youyous », aurait-il dit à sa mère72. Le 7 mai 1945, son frère Boudjemâa découvre l’emblème national. Il appelle sa mère : « Viens voir ce qu’a fait ton fils que tu considères comme un saint73. » « Le lendemain, Bouzid se réveille comme à l’accoutumée à l’aube, me demande un café – raconte sa mère – et part à jamais74. » La mère est citée au présent comme si elle était vivante lors de ce récit. C’est un quotidien francophone qui publie ce récit. La veine est franchement arabo-nationaliste, mais sans insistance religieuse.

  • 75 Témoignage à la Bibliothèque nationale d’Alger, Organisation des moudjahidine de la wilaya d’Alger

45Cette vie de saint nationaliste doit être croisée avec le récit de la fabrication du drapeau algérien pour le 8 mai 1945 tel qu’il est raconté par le Dr Chawki Mostefaï, le 8 mai 200375. On y trouve la géométrie de la nation. L’ancien dirigeant du PPA raconta comment il chercha un exemplaire du drapeau avec lequel Messali dé fila à son retour en Algérie, en 1937, du champ de manœuvre à la grande poste d’Alger. Sa recherche fut infructueuse, si bien qu’il se réunit, avec deux autres dirigeants du PPA, pour mettre au point, au mois d’avril 1945, le drapeau algérien. Ils utilisèrent l’équerre et le compas pour positionner l’étoile et le croissant sur le drapeau, racontait-il en 2003.La nation algérienne, dont la formule hésitait entre le fédéralisme et l’indépendance, reposait sur de solides bases géométriques à la fin de la Seconde Guerre mondiale, quand les manifestants des 1er et 8 mai devaient annoncer au monde son existence.

46À Guelma, la mémoire du 8 mai 1945 fut entretenue plus tardivement qu’à Sétif, semble-t-il. Mais, depuis quelques années, le projecteur historico-mémoriel est davantage braqué sur cette ville. C’est le résultat de l’action de l’université et de la wilaya car les villes sont aussi en concurrence pour capter ce passé. Mais à la différence de Sétif, cette mémoire ne s’incarne pas à travers un héros bien identifié. Une personnalisation et une identification trop grandes feraient-elles concurrence à la mémoire de Houari Boumédiène, natif de la région, dont la statue monumentale est installée au principal carrefour de la ville en face de la wilaya.

  • 76 M. Lacheraf, Des noms et des lieux, op. cit., p. 327-329.
  • 77 Entretien avec Ahmed Benyahia, Constantine, octobre 2007.

47Le premier monument du 8 mai 1945 – une sculpture présentant deux bras enchaînés sortant d’un socle, telle une tombe d’où s’élèverait le martyr –, fut installé à Guelma en 1977. La commémoration consistait alors en un dé filé, retraçant le chemin de la manifestation via les différentes stations76. À l’origine, l’œuvre du sculpteur constantinois Ahmed Benyahia n’avait pas grand-chose à voir avec le 8 mai 1945. Elle fut réalisée à Paris peu après le massacre des Palestiniens par les soldats jordaniens lors de Septembre noir 197177. Inspirée par le travail de Zadkine, la sculpture d’Ahmed Benyahia évoquait le martyr palestinien. Elle fut exposée en 1972 à Alger pour le 10e anniversaire de l’indépendance, puis fut moulée avec de la poudre de marbre utilisée pour la construction de la mosquée Emir Abdelkader de Constantine que réalisaient les Égyptiens. Elle se retrouva à Guelma en 1977 près du théâtre romain, avant de disparaître dans le secteur militaire attenant puis de réapparaître au début des années 2000 sur la place du 8 mai 1945. C’est donc par l’alchimie de la poudre de marbre arabo-musulmane de la mosquée Abdelkader, censée affirmer l’identité islamique de la nation, qu’une statue inspirée par un massacre palestinien, soulignant la tragédie d’un peuple sans État, devint le symbole du « martyr » de mai 1945 à Guelma.

48Mais depuis 1986, le principal monument autour du 8 mai 1945 est le Mountalaq el massira, un ensemble de neuf statues se détachant d’un grand bloc de pierre. Les unes évoquent des Algériens tués qui gisent au sol. Les autres, bien dressées, en particulier la plus haute, brandissent haut le bras et le poing, et ressemblent davantage à un soldat de l’ALN qu’à un manifestant de 1945. La présence de ces neuf statues, à l’esthétique assez lourde et aux formes hiératiques, s’explique par le nombre des années qui séparent 1945 et 1954, suggérant ainsi que le martyr de 1945 prépara l’insurrection réussie de 1954. Le 8 mai 1945 est non seulement anonyme mais il n’existe que par rapport au 1er Novembre 1954. L’événement n’a pas d’autonomie. On installa d’ailleurs, à l’occasion des commémorations du 8 mai en 2006, un buste monumental de Boudjemâa Souidani, l’un des dirigeants de l’OS, puis des vingt-deux qui préparèrent le 1er novembre. En ville, quelques plaques installées sur le mur de l’ancien local de la troupe scoute En Noudjoum, décimée, ou celle de l’école complémentaire Abdou donnent une vision moins abstraite des morts algériens de mai 1945.

49Mais le monument le plus singulier se trouve à Kef el Boumba, au nord de Guelma, sur l’emplacement du principal lieu d’exécution et du charnier où furent ensevelis les corps avant qu’ils ne soient déterrés en juin 1945 pour être brûlés afin de les soustraire à la vue du ministre de l’Intérieur qui se rendait à Guelma. Sur le monument aux morts de couleur blanche, une stèle – l’inscription En reconnaissance pour nos glorieux martyrs… est précédée d’un verset du Coran – accompagne une liste de noms de personnes tuées. C’est le seul monument gardant le souvenir d’un massacre de façon non pas abstraite et anonyme mais bien nominative.

  • 78 L. Addi, « Les disparitions comme expression des rapports d’autorité non institutionnels », dans D (...)

50Nommer les morts dans l’espace public pour en garder la mémoire représente certainement le rapport le plus simple et le plus sain au passé. L’Algérie n’avait pas pu le faire après 1945. L’espace public lui était interdit. Après le 1er novembre 1954, l’Algérie lui préféra l’abstraction d’un martyr collectif en raison de son obsession à vouloir faire de 1945 une pré figuration de 1954, à héroïser son passé et à l’instrumentaliser à des fins idéologiques, arabo-nationalistes essentiellement, mais aussi à partir des années 1990, en raison du présent. En effet, les listes d’Algériens tués en 1945 ne peuvent que ramener à un passé immédiat, d’une autre nature certes mais tout aussi cruel. Il s’agit d’une part des milliers d’Algériens disparus, à la suite de leur arrestation par les services dits de sécurité pendant la guerre civile, dont l’ignorance de leur sort, le mensonge à leur égard et l’absence de sépulture rendent la réconciliation voulue par le chef de l’État impossible78, et d’autre part des milliers d’Algériens massacrés par les islamistes armés sans qu’on en connaisse précisément les auteurs. Le présent réactive le passé qui, à son tour, vient buter sur le présent. Les morts des différentes répressions se tiennent en effet par une chaîne symbolique et mystérieuse. Aussi, dans un pays où le rapport au passé souffre de la difficulté à établir des filiations et des généalogies, ce n’est peut-être pas complètement un hasard si les chaînes qui liaient les mains des « martyrs » dans la statue originelle ont disparu de la sculpture d’Ahmed Benyahia que l’on voit aujourd’hui à Guelma. Elles seront peut-être un jour réinstallées.

Notes

1 Sur le 8 mai 1945 en Algérie : R. A. Tabet, Le mouvement du 8 mai 1945 en Algérie, Alger, OPU-ENAP, 1987, 318 p. ; J.-C. Jauffret (éd.), La guerre d’Algérie par les documents, t. 1: L’avertissement. 1943-1946, Vincennes, Service historique de l’armée de terre, 1990, 550 p. ; M. Kaddache, Il y a trente ans, le 8 mai 1945, Paris, Éditions du Centenaire, 1973, 39 p. ; B. Mekhaled, Chronique d’un massacre. 8 mai 1945. Sétif, Guelma, Kherrata, Paris, Syros, 1995, 232 p. ; J.-P. Peyroulou, Guelma 1945. Une subversion française dans l’Algérie coloniale, préface de M. O. Baruch, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui », 2009, 404 p. ; J.-L. Planche, Sétif 1945. Histoire d’un massacre annoncé, Paris, Perrin, 2006, 422 p. ; A. Rey-Goldzeiguer, Aux origines de la guerre d’Algérie 1940-1945. De Mers-el-Kébir aux massacres du Nord-Constantinois, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui », 2001, 402 p. ; R. Vétillard, Sétif. Mai 1945 : massacres en Algérie, préface de G. Pervillé, Versailles, Éditions de Paris, 2008, 590 p.

2 Égalité, août 1947.

3 T. Carlyle, « On history », dans Critical and Miscellaneous Essays, vol. I, Londres, Chapman & Hall, 1869, p. 255.

4 R. Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, traduit de l’allemand par J. Hoock et M.-C. Hoock, Paris, EHESS, 2005, chapitre 2, « Historia magistra vitae. De la dissolution du topos dans l’histoire moderne en mouvement », p. 37-62.

5 M. Rahal, L’Union démocratique du Manifeste algérien (1946-1956). Histoire d’un parti politique. L’autre nationalisme algérien, thèse de doctorat d’histoire, Paris, INALCO, 2007, vol. I, 477 p., vol. II : Annexes, 422 p.

6 Sur la figure du za’im, B. Stora, Messali Hadj – 1898-1974. Fondateur du mouvement nationaliste algérien, thèse de doctorat de 3e cycle, sous la direction de Charles-Robert Ageron, Paris, EHESS, 1978, 2 vol., 380 p., publiée sous le titre Messali Hadj, Paris, L’Harmattan, 1986 (1re éd. 1982), 306 p. ; O. Carlier, « Messali et son look. Du jeune Turc citadin au za’im rural, un corps physique et politique construit à rebours ? », O. Carlier, R. Nollez-Goldbach (éd.), Le corps du leader. Construction et représentation dans les pays de Sud, Paris, Paris 7/SEDET/L’Harmattan, 2008, p. 263-299.

7 Messali avait 46 ans quand il sortit de prison en 1946. La barbe le vieillissait fortement, la jeunesse n’était pas encore un atout politique.

8 O. Carlier, « Messali et son look », art. cit., p. 289.

9 Ibid.

10 A. Enders, « Le héros national, problème d’histoire contemporaine », C. Mayeur-Jaouen (éd.), Saints et héros du Moyen-Orient contemporain, actes du colloque des 11-12 décembre 2000, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002, p. 37-46, ici p. 43.

11 Elle est dé finie par M. Weber, Économie et société, Paris, Plon/Agora, 1995 (1re éd. 1922), t. 1 : Les catégories de la sociologie, chap. III, 4 : « La domination charismatique », p. 320-326.

12 H. Aït Ahmed, Mémoires d’un combattant, Paris, Sylvie Messinger, 1983, p. 83.

13 M. Kaddache, Histoire du nationalisme algérien, t. II, 1939-1951, Paris/Alger, Éditions Paris Méditerranée/EDIF 2000, 2003, Annexes, p. 896-897.

14 Ibid., p. 897.

15 Ibid.

16 Ibid.

17 Sur cet aspect loin d’être singulier à l’Algérie, pour la France de la Révolution et du xixe siècle : J.-C. Martin, Violence et Révolution. Essai sur l’histoire d’un mythe national, Paris, Seuil, 2006 ; J.-C. Caron, Frères de sang. La guerre civile en France au xixe siècle, Paris, Champ-Vallon, coll. » La chose publique », 2009, en particulier le chapitre IV : « Violence et guerre civile », p. 77-105.

18 Rapport du commissaire Bordier, chef de la police des renseignements généraux du département de Constantine, 30 août 1945, ANAOM, GGA, 9H31.

19 Coloniser, c’est d’abord bâtir, nommer, décorer : des rues, des places, des monuments. Les symboles de l’Algérie française sont exclusifs. Voir M. Agulhon, « La statuomanie et l’histoire », Histoire vagabonde, t. I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 1988, p. 137-185.

20 Au sujet du cimetière comme lieu du politique, on lira les réflexions de D. Tartakowsky à propos du Père-Lachaise, « “Un autre Panthéon” pour le mouvement ouvrier », Nous irons chanter sur vos tombes. Le Père-Lachaise, xix-xxe siècles, Paris, Aubier, « Collection historique », 1999, 275 p.

21 Rapport du capitaine de La Garde, commandant la gendarmerie de Guelma, 19 mai 1945, ANAOM, ministère des Affaires algériennes (MAA), 81F866 ; M. Reggui, Les massacres de Guelma. Enquête sur les furies des milices coloniales, préface de J.-P. Peyroulou, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2006, p. 76.

22 A. Meddeb, « L’interruption généalogique », Esprit, réédité dans Les violences en Algérie, Paris, Odile Jacob, coll. « Opus », 1998, p. 191-207.

23 Rapport de la police de renseignements généraux du département de Constantine, 11 juillet 1948, ANAOM, préfecture de Constantine, 93/4260.

24 Rapport du commissaire Poulard au sous-préfet de Guelma, 8 août 1948, ANAOM, préfecture de Constantine, 93/4260.

25 Ibid.

26 B. Stora, Messali Hadj – 1898-1974. Fondateur du mouvement nationaliste algérien, op. cit., vol. 2, p. 280.

27 M. Harbi, Une vie debout. Mémoires politiques, t. 1 : 1945-1962, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2001, p. 88-90.

28 Dossier Messali. Voyage dans le Constantinois. ANAOM, préfecture de Constantine, Service de liaison nord-africain (SLNA), 93/4301.

29 M. Rahal, L’Union démocratique du Manifeste algérien, op. cit., p. 79-82.

30 Ibid., p. 85.

31 Ibid., p. 88.

32 M. Gadant, Islam et nationalisme en Algérie d’après » El Moudjahid », organe central du FLN de 1956 à 1962, Paris, L’Harmattan, 1988, 221 p.

33 Sur ces aspects, G. Meynier, Histoire intérieure du FLN, Paris, Fayard, 2002, p. 186-189.

34 B. Stora, Messali…, op. cit.

35 Mohammed Harbi a le premier analysé cette logique : M. Harbi, Le FLN, mirage et réalité, des origines à la prise du pouvoir (1945-1962), Paris, Éditions Jeune Afrique, 1980, ix-446 p. G. Meynier a poursuivi son analyse dans Histoire intérieure du FLN, op. cit.

36 Pour une utilisation historique du roman : M. Ozouf, Les aveux du roman. Le dix-neuvième siècle entre ancien et nouveau régime, Paris, Fayard, coll. « L’esprit de la cité », 2001, 348 p.

37 La production critique sur Kateb Yacine est immense : C. Bonn (dir.), Bibliographie Kateb Yacine, Paris/Montréal, L’Harmattan, coll. « Études littéraires maghrébines », 11, 1997, 184 p.

38 Un fragment parut dans Esprit en décembre 1953 puis le roman au Seuil en 1956.

39 Il parut en deux temps dans Esprit, dans les numéros de décembre 1954 et de janvier 1955.

40 M. Lacheraf, Des noms et des lieux. Mémoires d’une Algérie oubliée, Alger, Casbah Éditions, 1998, p. 327-329.

41 Cité par B. Stora, Histoire de l’Algérie depuis l’indépendance, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 1995, p. 80.

42 Ibid.

43 H. Roberts, « The Algerian state and the challenge of democracy », conférence prononcée au Royal Institut for International Affairs, le 25 février 1992, et publiée dans The Battle field. Algeria 1988-2002. Studies in a Broken Polity, Londres/New York, Verso, 2003, p. 105-124.

44 M. Harbi, dans « Algérie soleil noir 1954-2004 », Le Croquant, 44-45 (janvier 2005), p. 38.

45 L. Martinez, « La guerre civile en Algérie », Recherches internationales, Paris, Karthala, 1998, I, « La formation de la guerre », p. 45-151 ; B. Stora, Histoire…, op. cit., chapitres VII et VIII, p. 80-101, et les réflexions d’Omar Carlier, Entre nation et jihad. Histoire sociale des radicalismes algériens, Paris, Presses de Sciences-Po, 1995, chapitre 11 et conclusion, p. 340-409.

46 « Chaque société surgit à ses propres yeux en se donnant la narration de sa violence », Jean-Pierre Faye, Dictionnaire politique portatif en cinq mots. Démagogie, répression, terreur, tolérance, violence, Paris, Gallimard, 1982, p. 203.

47 M. Kaddache, Histoire du nationalisme algérien. 1919-1951, Paris/Alger, Éditions Paris Méditerranée/EDIF 2000, 2003, 2 t., 981 p.

48 M. Kaddache, Histoire…, t. II, p. 563-685, en particulier le chapitre XXI : « Les manifestations de mai 1945 », p. 651-685

49 « Les troubles du Nord-Constantinois en mai 1945 : une tentative insurrectionnelle ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 4 (1984), réédité dans Genèse de l’Algérie algérienne, Saint-Denis, Bouchène, 2005, p. 467-485.

50 Ibid.

51 B. Mekhaled, Chronique d’un massacre. 8 mai 1945. Sétif, Guelma, Kherrata, Syros, Paris, Éditions Syros, 1995, 232 p.

52 Ch.-A. Julien, L’Afrique du Nord en marche. Algérie-Tunisie-Maroc 1880-1952, Paris, Omnibus, 2002 (1re éd. 1952), p. 261-267.

53 Ibid.

54 Ibid. La même année, paraissait l’ouvrage d’Henri Alleg, Mémoire algérienne, Alger, Casbah Éditions, 2006, consacrant un chapitre à la question de mai 1945, p. 97-128.

55 J.-P. Peyroulou, Guelma, 8 mai 1945. Une subversion européenne dans le département de Constantine, Algérie française. Le système colonial à l’épreuve des réformes politiques et du nationalisme, thèse d’histoire sous la direction de Marc Olivier Baruch, Paris, EHESS, publiée en janvier 2009 (Guelma, une subversion française dans l’Algérie coloniale, op. cit.)

56 R. Vétillard, Sétif, mai 1945 : massacres en Algérie, préface de Guy Pervillé, Versailles, Éditions de Paris, 2008, 590. p.

57 La loi du 3 avril 1990 mit fin au monopole de l’État sur la presse. On comptait, en 1990,169 périodiques. Le contrôle de l’État sur la presse, que l’on qualifie plus volontiers de privée que de libre, continua toutefois de s’effectuer par l’octroi de publicités et par le verrouillage de l’information dite « sécuritaire » à la suite de l’arrêté interministériel du 7 juin 1994. Algérie, le livre noir, Paris, La Découverte, 1997, et D. Malti, La nouvelle guerre d’Algérie. Dix clés pour comprendre, préface de J. Garçon, Paris, La Découverte, coll. « Sur le vif », 1999, p. 33-44.

58 C’était le cas du Watan du 8 mai 2005. La Tribune adopta une position plus distanciée.

59 Sur la reconnaissance : A. Honneth, La société de la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf, 2000, 232 p. Sur les questions pas très claires des sulbatern, cultural, postcolonial studies : F. fistetti, Théories du multiculturalisme. Un parcours entre philosophie et sciences sociales, postface de A. Caillé et P. Chanial, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui/Bibliothèque du Mauss », 2009, 227 p.

60 Un certain 8 mai 1945, documentaire 52 minutes, 1995.

61 Mémoires du 8 mai 1945, documentaire 52 minutes, 2008.

62 L’autre 8 mai 1945, documentaire 52 minutes, 2008.

63 A. Moussaoui, De la violence en Algérie, Arles/Aix-en-Provence, Actes Sud/MMSH, 2006, p. 228-229.

64 H. Védrine, Les mondes de François Mitterrand. À l’Élysée 1981-1985, Paris, Fayard, 1996, p. 681-689, et L. Aggoun, J.-B. Rivoire, Françalgérie. Crimes et mensonges d’États, Paris, La Découverte, 2004, chapitre 22 : « 1995 : la terreur contre la paix », p. 413-433.

65 H. Souaïdia, La sale guerre, Paris, La Découverte, 2001, 340 p.

66 Ibid, p. 259-262.

67 J.-P. Peyroulou, Guelma…, op. cit., p. 14.

68 Sur cet aspect, voir l’introduction de J.-P. Peyroulou, Guelma…, op. cit., et la préface de G. Pervillé, dans R. Vétillard, Sétif. Mai 1945, op. cit.

69 Voir en particulier celui du 8 mai 2005.

70 P. Centlivres, D. Fabre, F. Zonabend (éd.), La fabrique des héros, Paris, MSH, 1999, 318 p.

71 Ibid., p. 2.

72 Supplément du Watan (8 mai 2005).

73 Ibid.

74 Ibid.

75 Témoignage à la Bibliothèque nationale d’Alger, Organisation des moudjahidine de la wilaya d’Alger.

76 M. Lacheraf, Des noms et des lieux, op. cit., p. 327-329.

77 Entretien avec Ahmed Benyahia, Constantine, octobre 2007.

78 L. Addi, « Les disparitions comme expression des rapports d’autorité non institutionnels », dans Devoir de mémoire/A Biographie of Disappearence, Algeria 1992, Londres, Autograph ABP, 2007, p. 30-37.

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540