Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fictions et frictions culturelles

 | 
Jean-Philippe Garric

Partie 3 : Mémoire, histoire et institutions de conservation

Les chantiers de la mémoire

Quelles archives audiovisuelles pour le Rwanda ?

Work in Progress on Memory. What Audiovisual Archives Should Rwanda Have?

Nathan Réra

Résumé

Au Rwanda, plus de vingt ans après le génocide contre la minorité tutsi, l’urgence est à la préservation du patrimoine audiovisuel du pays. En dépit de pillages et de destructions massives durant les événements de 1994, beaucoup d’archives demeurent intactes ; beaucoup d’autres, détenues par des institutions occidentales, sont pour l’heure inaccessibles aux Rwandais. Afin d’engager une étape nécessaire dans la sauvegarde de ce riche patrimoine, menacé de diverses manières, plusieurs programmes sont actuellement menés par des structures rwandaises publiques ou privées, avec le concours d’institutions ou de fondations étrangères. Le Genocide Archive Rwanda, premier centre de documentation basé dans l’enceinte du mémorial de Gisozi à Kigali, a ainsi lancé un ambitieux projet de collecte et de préservation des archives des procès Gacaca ; dans le même temps le centre IRIBA pour le patrimoine multimédia tente péniblement d’abriter et de rendre accessible plus d’un siècle d’archives audiovisuelles. L’étude de ces deux projets permet d’engager une réflexion sur l’état de la mémoire au Rwanda, la sauvegarde des archives audiovisuelles relevant d’enjeux politiques, économiques et symboliques forts.

More than twenty years after the genocide of the Tutsi minority in Rwanda, it is a matter of urgency to preserve the country’s audiovisual heritage. Despite massive looting and destruction during the 1994 events, many archives remain untouched; many more, held by Western institutions, are currently inaccessible for Rwandans. To advance in safeguarding this rich heritage, under threat in many ways, a number of programmes are currently being conducted by public and private bodies in Rwanda, with the support of international institutions and foundations. The Genocide Archive of Rwanda, the main documentation centre, housed in the Gisozi Memorial in Kigali, has launched an ambitious project to collect and preserve the archives of the Gacaca courts; and the IRIBA centre for multimedia heritage is striving to store and make available more than a century of audiovisual archives. The study of these two projects leads to an examination of the state of memory in Rwanda, because the preservation of audiovisual archives involves powerful political, economic and symbolic questions.

Note de l’auteur

La présente réflexion sur la gestion du patrimoine audiovisuel rwandais s’est inscrite dans un programme de recherche dirigé par Sylvie Lindeperg au sein du Laboratoire d’excellence Création, Arts et Patrimoines (Labex CAP), sur l’étude des processus de sauvegarde et de valorisation des archives audiovisuelles en situations de post-conflit. Aboutissement de deux séjours de recherche au Rwanda en février et décembre 2014, accomplis grâce au soutien financier du Labex CAP, ce texte est également le fruit de riches discussions avec Sylvie Lindeperg et Agnès Devictor, que je remercie pour leur relecture attentive. Il n’aurait pas été aussi complet sans les nombreux échanges que j’ai pu avoir, en France et au Rwanda. J’adresse mes plus vifs remerciements à Violaine Baraduc, Nelly Bazikamwe, Michaël Courmont, Alexandre Dauge-Roth, Sabine Didier, Hélène Dumas, Jean-Pierre Dusingizemungu, Mimi Frank, Aimée Ishimwe, Yves Kamuronsi, Rémi Korman, Aloys Mahwa, Alphonse Mudasigwa, Assumpta Mugiraneza, Paul Rukesha, et François Woukoache. Merci au Labex CAP, à son directeur Philippe Dagen et à Zinaïda Polimenova pour avoir rendu possible cette recherche postdoctorale, dans les meilleures conditions sur le terrain. Enfin, une pensée affectueuse pour Jean-Pierre Sagahutu, dont l’assistance au Rwanda a été essentielle.

Texte intégral

  • 1 Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil (Points Histoire), 1997 [1989], p. 70.

« L’archive n’est pas un stock dans lequel on puiserait par plaisir, elle est constamment un manque1. »

  • 2 Sur le déroulement du génocide et les événements qui y ont mené, voir, à titre d’exemple : Gérard P (...)

1Vingt années séparent le Rwanda de son histoire traumatique : le génocide contre la minorité tutsi qui fit, en un peu moins de cent jours, plus de 800 000 victimes2. Au lendemain de l’événement, le pays, entièrement dévasté, est considéré comme le plus pauvre du monde. Tous les secteurs de la société sont exsangues. Avec comme fer de lance Paul Kagame, son leader charismatique mais non moins controversé, le nouveau gouvernement entreprend alors de relever les défis de l’après-génocide. Deux décennies plus tard, le Rwanda passe désormais pour un « Singapour africain ». Routes asphaltées, infrastructures en cours de modernisation, politique verte, système d’assurance maladie, gestion rigoureuse des finances publiques : la progression du pays est, dans bien des domaines, spectaculaire. Cette « renaissance », régulièrement vantée par les médias, ferait presque oublier que le Rwanda reste, en dépit d’un taux de croissance annuel du produit intérieur brut (PIB) de près de 8 %, un pays aux fortes inégalités sociales. Le paysage en mutation de la capitale, où fleurissent buildings et quartiers résidentiels cossus, offre ainsi un flagrant contraste avec les conditions de vie précaires qui règnent encore dans les bidonvilles et dans les campagnes.

  • 3 Rémi Korman, « L’État rwandais et la mémoire du génocide. Commémorer sur les ruines (1994-1996) », (...)
  • 4 Claudine Vidal, « Les commémorations du génocide au Rwanda », Les Temps modernes, 613, mars-avril-m (...)
  • 5 La théorie du « double génocide » est particulièrement en vogue auprès de certains intellectuels, u (...)
  • 6 « Justice sur l’herbe », en kinyarwanda. La Gacaca est inspirée par la manière traditionnelle dont (...)
  • 7 Retirés dès 1994 parce qu’ils véhiculaient l’idéologie génocidaire, les manuels d’histoire de l’ère (...)

2Le « miracle économique » tendrait surtout à occulter les lacunes d’une nation qui, délibérément tournée vers l’avenir, néglige dans une large mesure les traces de son histoire. Très tôt, la mémoire du génocide des Tutsi est pourtant apparue comme une priorité pour l’État rwandais qui, dès la fin 1994, entreprend de commémorer et d’inhumer en dignité les victimes de l’extermination3. Ravivée par la semaine de deuil national chaque mois d’avril, la mémoire du génocide se polarise rapidement autour des sites des massacres, où la monstration des restes humains — crânes, ossements, vêtements des victimes, corps entiers recouverts de chaux — sert à témoigner frontalement de l’horreur. Sans entrer dans les détails de ce processus mémoriel, ni dans les débats qu’il a pu susciter4, soulignons qu’il revêt une double fonction pour le gouvernement rwandais : lutter contre les discours négationnistes5 et servir, à partir des années 2000, la politique de « réconciliation » également mise en avant par le biais des juridictions Gacaca6. Dans le même temps, la crainte du divisionnisme et le gel de l’enseignement de l’histoire dans les écoles7 paralysent les modes de transmission d’un passé tour à tour refoulé ou instrumentalisé.

  • 8 Laurent Veray, Les images d’archives face à l’histoire. De la conservation à la création, Futurosco (...)

3Un tel contexte incite à interroger la place réservée par l’État rwandais à la gestion de son patrimoine audiovisuel. Les images d’archives — c’est désormais un lieu commun — jouent un rôle majeur dans la fabrication et la transmission de l’histoire. Elles sont même, ainsi que l’écrit Laurent Veray, « l’un des vecteurs culturels privilégiés de cette construction », en ce qu’elles forment « un gisement immense, un formidable champ d’investigation, un réservoir iconographique qui façonne, sur bien des points, notre relation au passé »8.

  • 9 Rebaptisé République démocratique du Congo, depuis la prise de pouvoir par Laurent-Désiré Kabila en (...)
  • 10 Rémi Korman, « Butare (2) », 15 septembre 2011 (en ligne : http://rwanda.hypotheses.org/199, consul (...)
  • 11 Si l’on excepte les Archives nationales, qui ont récemment bénéficié d’un travail d’inventaire et d (...)

4Le patrimoine rwandais dans son ensemble a évidemment souffert du génocide : des lieux d’archives ont été détruits ou pillés, beaucoup de documents emportés par l’armée hutu et les responsables du régime génocidaire lors de leur fuite vers le Zaïre9 voisin. Cependant, des nuances s’imposent, ainsi que le suggère Rémi Korman : « S’il y a bien sûr eu de nombreuses destructions, celles-ci eurent souvent lieu après le génocide, dans une période d’instabilité et de pillage généralisé. Mais pour de nombreuses institutions, les archives restèrent intouchées, n’intéressant absolument pas les pillards10. » L’état de ces archives qui ont échappé à la rage destructrice n’en demeure pas moins préoccupant. Cette inquiétude, qui concerne de manière générale tous les fonds d’archives au Rwanda11, se vérifie particulièrement dans le domaine de l’audiovisuel : alors que l’Occident reste détenteur de la majeure partie du patrimoine photographique et cinématographique rwandais (de la colonisation au génocide), les efforts pour collecter et préserver les images d’archives éparpillées dans le pays ont été quasi nuls au cours des deux dernières décennies.

  • 12 « Loi portant création de l’Office rwandais des archives et services des bibliothèques (RALSA) et d (...)
  • 13 Le thème de l’année 2014 était « Archives at Risk: Much More to Do ».

5L’année 2014 a-t-elle marqué un infléchissement significatif à ce sujet ? Dans le sillage de la vingtième commémoration du génocide, le gouvernement rwandais s’est en effet prononcé à plusieurs reprises en faveur de la sauvegarde de son patrimoine. Le 14 février 2014, le Sénat votait ainsi, dans le cadre de sa séance plénière, un projet de loi portant sur la création de l’Office rwandais des archives et service de bibliothèques (RALSA). Sur le papier, cet organisme se voit confier la mission de « mobiliser et collecter des fonds », d’« acquérir des documents publics et privés, les traiter, les conserver et les rendre disponibles pour consultation publique », mais également de « conseiller le gouvernement sur les politiques et stratégies relatives à la gestion des archives »12. Quelques mois plus tard, à l’occasion du World Day for Audiovisual Heritage13, le ministre des Sports et de la Culture, Joseph Habineza, révélait un vaste projet de création d’un centre pour préserver les archives de l’histoire rwandaise — documents audiovisuels compris.

  • 14 Linda M. Kagire, « National Archive Construction Set to Start — Minister Habineza », The NewTimes, (...)

« C’est très important pour nous en tant qu’individus et en tant que pays. Dans le futur, nous aurons à expliquer notre histoire à nos enfants et à nos petits-enfants. L’archive nationale est une chose que nous voyons comme très urgente et comme une priorité, dès à présent14. »

  • 15 « La source », en kinyarwanda.

6À l’heure de la vingtième commémoration du génocide, la sauvegarde du patrimoine culturel semblait donc revêtir pour l’État rwandais un sens particulier. Quels enjeux politiques, mémoriels ou symboliques en découlent ? Le projet colossal d’un centre pour partie dédié à la préservation des archives Gacaca — qui retiendra notre attention dans un deuxième temps de cet article — intervient alors même que d’autres structures rwandaises non officielles tentent, depuis quelques années déjà et avec moult difficultés, de sauver les archives en péril. Le cas du centre IRIBA15 — dont nous retracerons dans un troisième temps la genèse — nous apparaît à ce titre symptomatique des enjeux institutionnels et des logiques économiques qui conditionnent à bien des degrés les expressions de la mémoire. Par ailleurs, l’analyse de ces processus de patrimonialisation entraînera un questionnement sur les modalités de sauvegarde des fonds d’archives audiovisuelles au Rwanda. Alors que se multiplient les technologies numériques, quelles sont les compétences des institutions rwandaises qui développent des programmes de sauvegarde des archives ? Qu’implique la préservation des images, en termes logistiques et financiers ? Quelle place occupent les institutions occidentales dans ce processus, et quels modèles sont convoqués ? Enfin, les Rwandais ayant été largement laissés à la porte de leur histoire, des rapatriements de fonds d’archives détenus par l’Occident ont-ils eu lieu ou sont-ils envisagés ?

Un vivier d’images inégalement préservé

7Identifier et localiser l’ensemble du patrimoine audiovisuel rwandais est loin d’être un exercice aisé. Si une grande partie des fonds d’archives est détenue par des institutions étrangères qui conservent et valorisent ces derniers, d’autres fonds plus méconnus sont dispersés à l’intérieur même du Rwanda, menacés de disparaître faute de moyens, de compétences ou d’intérêt.

Les fonds d’archives à l’étranger

  • 16 Le fonds d’archives comporte, pour le Rwanda, le Burundi et la République démocratique du Congo réu (...)
  • 17 Centre de documentation et de recherche : religion, culture, société.
  • 18 Patricia Van Schuylenbergh, « Les collections audiovisuelles du Musée royal de l’Afrique centrale à (...)
  • 19 Voir en ligne : www.africamuseum.be/museum/research/general/research-picture/filmheritage_suite

8Dépositaires d’un patrimoine important, plusieurs institutions belges telles que le Musée royal de l’Afrique centrale à Tervuren16, le Katholiek Documentatie en Onderzoekscentrum (KADOC)17 à Louvain ou la Cinémathèque royale de Belgique détiennent une grande partie des archives filmiques et photographiques de la période coloniale. On dénombrerait au total un millier de films, tous genres confondus, tournés dans la région des Grands Lacs par les colonisateurs belges entre 1912 et 1960. Cette collection, extrêmement précieuse pour mieux percevoir la construction du schéma racial, a déjà fait l’objet de plans de préservation et de transferts sur support numérique. Citons notamment le projet de sauvegarde et de rapatriement des films du Congo, du Rwanda et du Burundi, débuté en janvier 2008 par le Musée royal de l’Afrique centrale — avec le concours d’universités étrangères, de centres belges d’archives et d’institutions africaines18. 178 films représentatifs de la période coloniale ont été numérisés dans quatre formats différents, et plusieurs coffrets DVD édités19, pour permettre la restitution de ce patrimoine dans ses pays d’origine.

  • 20 Pour une analyse circonstanciée de ces images, voir François Robinet, Les conflits africains au reg (...)

9De tels programmes font pour l’instant défaut en ce qui concerne les images de la période du génocide. Entre avril et juillet 1994, quelques dizaines de reporters occidentaux, photographes et cameramen, ont réalisé des images au Rwanda dans des conditions périlleuses. Très peu de ces archives montrent les tueries en train d’avoir lieu ; elles n’en constituent pas moins des témoignages de premier plan pour appréhender la chronologie des événements et le rôle joué par les acteurs nationaux et internationaux durant le génocide. Les images d’archives renseignent plus particulièrement sur les modalités des massacres et les pratiques de cruauté des tueurs, sur le rôle des militaires français dans le cadre des opérations Amaryllis et Turquoise, ou sur la guerre civile entre les forces gouvernementales et le Front patriotique rwandais (FPR). Elles permettent également de cerner les enjeux politiques et les phénomènes d’instrumentalisation ou de censure qui se jouèrent durant la couverture médiatique de l’événement20.

10Les photographies de la période du génocide réalisées par les reporters occidentaux sont généralement la propriété des agences qui les employaient : citons, parmi les plus réputées, Magnum, Gamma, Sygma, Sipa, l’Associated Press ou Reuters. L’accès aux images peut se faire par le biais des archives des périodiques qui les ont publiées, ou par les bases de données des agences sur Internet — même si les modalités de mise en ligne de ces photographies ne sont pas exemptes de critiques, surtout en termes d’indexation.

  • 21 Les images sont accessibles dans les collections de l’institution via plusieurs modes de recherche. (...)

11En France, plusieurs centres d’archives audiovisuelles conservent les images de 1994. Lieu de passage obligé pour tout chercheur travaillant sur le sujet, l’Institut national de l’audiovisuel (INA) rassemble ainsi tous les reportages sur le Rwanda diffusés sur les trois principales chaînes de la télévision française (TF1, France 2 et France 3) pendant la période du génocide21. À partir des collections de l’Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (ECPAD) à Ivry-sur-Seine, sont également consultables les images réalisées par le service cinématographique de l’armée française durant les opérations Amaryllis et Turquoise.

12Cette énumération rapide, à laquelle il faudrait encore ajouter les fonds d’archives d’organisations non gouvernementales (ONG) telles que Médecins sans frontières (MSF) ou le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), ainsi que les milliers d’images non sourcées probablement détenues par des particuliers (militaires, journalistes, photographes, humanitaires, missionnaires, etc.), donne un aperçu de la masse documentaire encore très largement inaccessible aux Rwandais.

Les archives au Rwanda

  • 22 Rémi Korman, « Butare (2) », art. cité. Toujours selon l’auteur, on trouverait de telles images dan (...)

13A contrario, quelles archives audiovisuelles trouve-t-on au Rwanda ? Des images de la période coloniale, de l’époque des deux Républiques et de la guerre civile de 1990 sont éparpillées dans le pays, détenues par des institutions ou par des personnes privées. En l’état actuel des choses, il est cependant impossible d’en évaluer le volume archivistique, y compris dans les institutions à vocation patrimoniale. À titre d’exemple, le musée national de Butare conserve quelques films super-8, ainsi que des photographies antérieures à la période du génocide. Rémi Korman évoque « plusieurs milliers de cassettes audio et de photos [qui] dorment dans des cartons22 », sans projet d’inventaire ou de numérisation.

  • 23 On relève les mêmes problèmes dans d’autres pays du continent africain. Voir Ndèye Marème Diallo, « (...)
  • 24 Alphonse Mudasigwa, directeur de la société Images Média à Kigali, fait ainsi partie de ces Rwandai (...)

14Si les collections d’archives occidentales nous confrontent principalement à deux types de difficultés — la massification des données et le passage au support numérique —, un bref recensement des principaux lieux d’archives au Rwanda démontre que le pays, en dépit de son penchant pour les nouvelles technologies, se débat encore avec des problèmes d’un autre âge : manque de locaux appropriés pour le stockage et la préservation des archives, non-respect des conditions environnementales permettant la bonne conservation des supports, absence d’archivistes ou de documentalistes de métier, obsolescence du matériel technique23. Ces écueils, que l’on ne saurait seulement imputer à l’insuffisance des moyens financiers, découlent d’une absence de prise de conscience collective quant à la valeur du patrimoine archivistique, tant à l’échelle de l’État que des institutions dont la tâche consiste à pérenniser la mémoire du pays. Aux risques liés aux détériorations en tous genres s’ajoute, par ailleurs, l’inflation de la production de documents audiovisuels — images des commémorations, témoignages des rescapés, procès Gacaca, etc. —, qui génère depuis 1995 de nouvelles archives qu’il faut aussi sauvegarder24.

  • 25 Créé en 1974 par Juvénal Habyarimana peu de temps après son coup d’État, l’ORINFOR rassemblait à la (...)
  • 26 Idi Said Mutanguha, Stratégies pour la sauvegarde et la valorisation du patrimoine audiovisuel du R (...)
  • 27 Nelly Bazikamwe, De la peur de se voir disparaître à la menace de se retrouver illisible : création (...)
  • 28 À la fois pour les programmes rwandais et pour les émissions produites par les radios et les télévi (...)

15Les fonds d’archives audiovisuelles les plus importants antérieurs à 1995, ceux de Radio Rwanda et de la Télévision rwandaise (TVR), dépendent de l’Office rwandais de l’information (ORINFOR)25. Selon les inventaires successifs dressés par Idi Said Mutanguha26 et Nelly Bazikamwe27, ces archives sont conservées sur divers supports (bandes magnétiques, disques vinyles ou CD pour l’audio, cassettes U-matic ou Betacam-SP pour la vidéo). Leurs contenus, très variables, vont des bulletins d’information aux discours politiques, en passant par les programmes culturels, musicaux ou éducatifs28. Les fonds les plus anciens de Radio Rwanda datent de 1963. Ceux de la TVR sont beaucoup plus récents : les archives remontent à fin 1991, année du lancement officiel de la télévision nationale. Elles s’interrompent durant la période du génocide — jusqu’en 1997 —, en raison de l’endommagement des installations de la TVR par les combats entre les forces gouvernementales et le FPR.

  • 29 Voir le témoignage de Benoît Karenzi rapporté dans Nathan Réra, Rwanda, entre crise morale et malai (...)
  • 30 Ibid., p. 63.

16On sait toutefois que les opérateurs rwandais ont bien filmé dans les rues de Kigali pendant le génocide, sous l’autorité du gouvernement intérimaire29. Leurs images, d’une rare violence, montrent des hordes de miliciens armés de gourdins et de machettes, des contrôles effectués par les tueurs aux barrages, des rangées de cadavres, des victimes agonisantes maculées de sang. Elles ont été retrouvées à l’ORINFOR après le génocide, notamment par le juge d’instruction belge Damien Vandermeesch30, et utilisées dans plusieurs films documentaires retraçant les événements de 1994 et leurs conséquences — comme Bruxelles-Kigali (2011) de Marie-France Collard.

  • 31 Nous voulons parler de la diffusion du reportage Rwanda, the Untold Story le 1er octobre 2014 sur l (...)
  • 32 Pendant longtemps, les opérateurs de la télévision ont pratiqué le recyclage, en effaçant les casse (...)

17En l’absence d’un réel travail d’indexation, la connaissance des fonds de l’ORINFOR s’avère toutefois très vite limitée. Les modalités de « conservation » — un bien grand mot, le terme de « stockage » serait sans doute plus approprié — ne garantissent en aucun cas la survie des archives, entassées sans distinction aucune, souvent à même le sol, dans des locaux où les conditions basiques de température et d’hygrométrie ne sont pas respectées (fig. 1 et 2). Rebaptisé Rwanda Broadcasting Agency (RBA) en 2013, l’ORINFOR a déménagé certaines de ses installations vers d’autres bâtiments. Difficilement accessibles aux chercheurs étrangers — en particulier depuis le scandale de la BBC31 —, les stocks d’archives seraient toujours, d’après les témoignages que nous avons pu recueillir, dans un état de délabrement avancé32.

Fig. 1 : Lieu de stockage des archives dans l’un des dépôts de l’ORINFOR, 2013

Fig. 1 : Lieu de stockage des archives dans l’un des dépôts de l’ORINFOR, 2013

© IRIBA Center for Multimedia Heritage.

Fig. 2 : Lieu de stockage des archives dans l’un des dépôts de l’ORINFOR, 2013

Fig. 2 : Lieu de stockage des archives dans l’un des dépôts de l’ORINFOR, 2013

© IRIBA Center for Multimedia Heritage.

  • 33 Nelly Bazikamwe, De la peur de se voir disparaître…, op. cit., p. 20.
  • 34 Un disquaire de Kigali nous confiait avoir mis la main sur des cassettes réalisées par les opérateu (...)

18Les archives sonores de la Radio-Télévision libre des Mille Collines (RTLM), principal organe de propagande des extrémistes hutu, et de Radio Muhabura, canal de communication du FPR, nous confrontent à d’autres types de problèmes. Utilisées pour les procès du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), « empruntées » par des chercheurs étrangers ayant travaillé sur les médias de la haine, les bandes de la RTLM sont éparpillées entre Arusha, la France et les États-Unis. À notre connaissance, aucun travail de regroupement et de restitution de ces archives n’a été effectué à ce jour. Quant aux archives de Radio Muhabura, elles sont aujourd’hui « enfermées dans les locaux appartenant au [FPR], peu accessibles au citoyen lambda33 ». Un sort identique est probablement réservé aux images (méconnues) filmées par les opérateurs du Front patriotique rwandais pendant la guerre civile et le génocide34. Là encore, il y a matière à s’interroger sur leur état de conservation.

  • 35 Cette organisation a été créée en 2000 par les frères James et Stephen Smith, fondateurs du Nationa (...)

19Des pans entiers du patrimoine audiovisuel rwandais menaçant de disparaître, des projets de collecte et de sauvegarde se sont péniblement mis en place, avec l’aide d’institutions et de bailleurs de fonds internationaux. La fondation britannique Aegis Trust35, qui milite pour la mémoire de la Shoah, semble jouer un rôle particulièrement actif à cet égard. Elle est à l’origine de la création d’un centre audiovisuel pionnier à Kigali : le Genocide Archive Rwanda, matrice d’un projet de grande envergure destiné à accueillir les archives manuscrites et audiovisuelles des Gacaca. Dans le même temps, un autre projet indépendant a vu le jour : le Centre IRIBA pour le patrimoine multimédia, dont l’ambition est aussi de sauvegarder les archives audiovisuelles du Rwanda et d’envisager des partenariats avec des institutions étrangères pour le rapatriement de fonds numérisés. Comment ces deux projets, concurrents sur le papier, s’articulent-ils dans la réalité ? Quelles sont leurs missions respectives, et comment négocient-ils le traitement des archives, à la fois d’un point de vue technique et stratégique ? Sur quels modèles mémoriels fondent-ils leur approche ?

Le Genocide Archive Rwanda

Un modèle américain

  • 36 Nathan Réra, « Gisozi, Kigali : itinéraires de la mémoire et de l’oubli », Génocides et politiques (...)

20La « mémoire de la Shoah » s’est rapidement affirmée, dans la mise en place des politiques commémoratives, comme le principal modèle pour l’État rwandais. Ce lien s’est renforcé lors de la visite de Paul Kagame au mémorial de Yad Vashem à Jérusalem en 1996, le futur président rwandais appelant de ses vœux la construction d’un édifice similaire à Kigali. Sous le patronage des frères Smith, fondateurs d’Aegis Trust, un musée du génocide voit alors le jour sur la colline de Gisozi en 2004 (fig. 3)36.

Fig. 3 : Le Centre mémorial du génocide à Kigali, 2010

Fig. 3 : Le Centre mémorial du génocide à Kigali, 2010

Cliché : Nathan Réra.

  • 37 Officiellement créée en 2008, cette commission autonome est en charge de la mémoire du génocide. El (...)
  • 38 D’après nos informations, 3 000 témoignages auraient déjà été accumulés, pour un total de 2 000 cas (...)

21Il faut attendre six autres années pour qu’un centre de documentation, le Genocide Archive Rwanda, soit inauguré dans l’enceinte du mémorial, le 10 décembre 2010 (fig. 4). Fruit d’une collaboration entre Aegis Trust et la Commission nationale de lutte contre le génocide (CNLG)37, ce lieu constitue une exception au Rwanda. La visite de la petite pièce — 20-25 m2 environ — où sont conservées les archives (photographies, documents, cassettes MiniDV) laisse d’emblée une impression professionnelle : celle d’un endroit sécurisé qui respecte les normes en matière d’hygrométrie et de température — un système d’air conditionné maintient continuellement la pièce à 16 °C. Les cassettes vidéo sont stockées et indexées dans des casiers métalliques ; une partie des photographies, dont certaines datent d’avant 1994, sont protégées par des enveloppes sans acide achetées en Angleterre et aux États-Unis. Seuls 20 % des fonds d’archives sont consultables par les visiteurs, via la base de données accessible dans la bibliothèque du centre et sur Internet (fig. 5). Outre des photographies documentant les mémoriaux et les commémorations — très largement issues des fonds de la principale association de rescapés, Ibuka —, on y trouve des plans interactifs, des archives papier numérisées — les revues Kangura ou Umurangi —, des documents scannés par le mémorial — cartes d’identité des victimes, transcriptions des archives de la RTLM issues du TPIR —, quelques images des Gacaca et surtout des dizaines de témoignages filmés38.

Fig. 4 : Le Genocide Archive Rwanda, 2014

Fig. 4 : Le Genocide Archive Rwanda, 2014

Cliché : Nathan Réra.

Fig. 5 : Première version du site Internet du Genocide Archive Rwanda

Fig. 5 : Première version du site Internet du Genocide Archive Rwanda

http://www.genocidearchiverwanda.org.rw/​index.php/​Welcome_to_Genocide_Archive_Rwanda, créé en 2010

  • 39 Idi Said Mutanguha, Stratégies pour la sauvegarde et la valorisation du patrimoine audiovisuel du R (...)
  • 40 Kemit dispose d’un fonds d’archives d’environ 400 heures, sur cassettes DVCAM. La plupart des témoi (...)
  • 41 Quelques centaines d’heures ont été filmées ; Taylor Krauss envisage de les verser aux fonds de l’u (...)
  • 42 Bernard Stiegler, « De quelques nouvelles possibilités historiographiques », dans Sylvie Lindeperg (...)
  • 43 Créé en 1979, ce fonds de témoignages filmés des rescapés de la destruction des Juifs d’Europe a in (...)
  • 44 Créée sous l’impulsion de Steven Spielberg après la réalisation de La liste de Schindler (1993) et (...)
  • 45 Inauguré en 1995, cet institut a pour mission de rechercher, sauvegarder et partager les archives e (...)
  • 46 Yves Kamuronsi est survivant du génocide, comme le directeur du Centre mémorial de Kigali, Freddy M (...)

22Le projet de collecte des témoignages mené par Aegis Trust n’est pas le premier du genre au Rwanda. D’autres organisations, étrangères mais aussi rwandaises, se sont impliquées dans ce domaine : citons en particulier l’association Ibuka, qui disposerait de « plusieurs milliers de témoignages […] des survivants du génocide recueillis en 200039 », et les studios Kemit du cinéaste camerounais François Woukoache, dont l’équipe a filmé des témoignages de rescapés mais aussi de prisonniers au tournant de la dixième commémoration du génocide40. En 2006, le journaliste et réalisateur américain Taylor Krauss a également fondé Voices of Rwanda, une organisation à but non lucratif destinée à collecter et archiver les récits des survivants du génocide41. Ces entreprises d’enregistrement des témoignages s’inscrivent pour partie dans un phénomène « d’industrialisation de la mémoire42 » très largement calqué sur les principaux modèles américains : le Fortunoff Video Archive for Holocaust Testimonies43 et l’USC Shoah Foundation44. Après avoir conclu un partenariat avec le Documentation Center of Cambodia (DC-CAM)45 en 2008, l’USC Shoah Foundation a mené des interviews pilotes au Rwanda en 2009. Deux ans plus tard, quatre membres du centre de documentation du mémorial de Kigali (dont Yves Kamuronsi, son directeur46) ont intégré l’équipe de la Fondation pour un stage de deux mois, destiné à les familiariser avec les méthodes d’enregistrement, de sauvegarde et d’indexation de la fondation. Ce partenariat s’est poursuivi sur la durée, le personnel rwandais d’Aegis Trust effectuant régulièrement des séjours de formation aux États-Unis.

  • 47 Nous avons pu voir les pages principales de la version de ce site alors en chantier dans le cadre d (...)
  • 48 Genocide Archive Rwanda : http://www.genocidearchiverwanda.org.rw

23En 2013, 65 témoignages de survivants du génocide des Tutsi sont conjointement versés aux fonds de la Visual History Archive — la base de données en ligne de l’USC Shoah Foundation — et du Genocide Archive Rwanda. La même année, l’équipe du « pôle archives » d’Aegis Trust s’étoffe et passe de douze à vingt-deux membres. Son principal chantier réside dans la conception d’un nouveau site Internet47, qui doit remplacer la première version, devenue obsolète. Le design, créé avec l’aide d’une société basée en Angleterre, évoque fortement le site web du DC-CAM. Outre une base de données répertoriant l’ensemble des témoignages collectés, l’équipe prévoit des visites virtuelles des mémoriaux rwandais (en 3D), de nouveaux plans interactifs, ainsi que de nouvelles sections — l’une d’elles, intitulée « Post-Genocide Reconstruction », doit offrir un large aperçu des programmes conçus par le gouvernement Kagame ou par des associations de rescapés pour renforcer la politique d’« unité et réconciliation ». De nouvelles méthodes d’indexation sont également conçues pour pouvoir naviguer dans les témoignages vidéo à partir de mots-clés, pensés en kinyarwanda puis traduits en français et en anglais. Initialement prévue pour la commémoration d’avril 2014, la mise en ligne du nouveau site, après un report pour permettre de régler des « problèmes techniques », a finalement lieu en 201548.

Vers un nouveau centre de documentation ?

  • 49 Le Nederlands Instituut voor Oorlogsdocumentatie, fondé en 1945, est aujourd’hui doté d’un centre p (...)
  • 50 Ce département ministériel britannique a pour principale mission de faire reculer l’extrême pauvret (...)
  • 51 Selon le recensement officiel, le fonds audiovisuel contiendrait 14 250 DVD, 385 VHS, ainsi que des (...)
  • 52 On a rapporté des cas de suspects ayant dérobé des cahiers ou arraché des pages qui contenaient des (...)

24Mais Aegis Trust voit beaucoup plus loin. Entre août 2013 et février 2014, la fondation mène, en partenariat avec l’Institut néerlandais pour la documentation de guerre (NIOD)49 et avec l’appui financier du Department for International Development (DFID)50, une étude de faisabilité sur la manière de sauvegarder et de rendre accessible les archives des procès Gacaca — 60 millions de pages le plus souvent manuscrites (fig. 6) et près de 8 000 documents audiovisuels51. Les résultats de cette expertise ont été rendus publics lors d’une réunion officielle à Kigali — à laquelle nous avons été conviés —, le 11 décembre 2014, en présence du ministre des Sports et de la Culture, des principaux représentants de la CNLG, d’Aegist Trust et des institutions partenaires du projet. À l’unisson, les intervenants ont mis l’accent sur les conditions précaires de conservation des archives au Rwanda. Au risque, grandissant de jour en jour, de voir celles-ci devenir illisibles, s’ajoute le besoin de sécuriser l’ensemble des documents issus des Gacaca et de les prémunir contre les actes potentiels de malveillance52 — pour cette raison, les cartons d’archives ont été provisoirement transférés dans les locaux de la police nationale.

Fig. 6 : Stockage des archives des Gacaca

Fig. 6 : Stockage des archives des Gacaca

© CNLG / NIOD.

  • 53 Un site Internet a été créé pour suivre les avancées du projet : http://gacaca.rw/
  • 54 Dix kilomètres d’étagères professionnelles ont déjà été mis à disposition par le NIOD.
  • 55 Pour ce faire, deux scanners de pointe ont été installés au siège des archives Gacaca ; le King’s C (...)
  • 56 « Concept developed to build a state of the art Gacaca Archive », 28 janvier 2015 (en ligne : http: (...)
  • 57 D’autres travaux ont récemment été menés dans l’enceinte du mémorial de Gisozi, avec la constructio (...)

25En partenariat avec le NIOD, le King’s College de Londres et l’USC Shoah Foundation, la CNLG et Aegis Trust ont donc élaboré un plan d’action en trois phases pour indexer, numériser et valoriser l’intégralité des archives Gacaca53. La première étape (de décembre 2014 à juillet 2015) vise à réunir les conditions matérielles nécessaires au bon déroulement du travail des archivistes : acquisition d’équipements54, mise en place d’infrastructures adaptées, formation du personnel de la CNLG par le NIOD, etc. La numérisation, à titre expérimental, d’un échantillon des archives55, ainsi que la réalisation d’un guide de recherche exhaustif marqueront la deuxième phase du projet (d’août 2015 à juillet 2017). La troisième et dernière étape (d’août 2017 à juillet 2020) étendra les méthodes d’archivage à l’ensemble du fonds, afin de le rendre accessible au public et aux chercheurs rwandais et étrangers. À ce calendrier prévisionnel ambitieux — mais largement irréaliste — s’ajoute, à l’horizon 2018, le projet d’édification d’un bâtiment qui abritera l’ensemble des archives du génocide, un centre de recherche ainsi que des salles de projection, de lecture et de réunion56. Ce complexe architectural pharaonique conjuguera fonctionnalité, technologie et symbolisme : enterré aux trois quarts, le bâtiment reposera sur une structure de cent colonnes, pour évoquer les cent jours du génocide57.

26Divers enjeux motivent la sauvegarde et la valorisation des archives Gacaca. Outre la nécessité, vingt ans après le génocide, de disposer d’une archive numérique pour faciliter l’exercice de la recherche et de la justice, ce projet revêt un potentiel symbolique évident pour le gouvernement rwandais.

  • 58 Thierry Cruvellier, Le tribunal des vaincus. Un Nuremberg pour le Rwanda ?, Paris, Calmann-Lévy, 20 (...)
  • 59 André Guichaoua, « L’instrumentalisation politique de la justice internationale en Afrique centrale (...)
  • 60 « ICTR to Digitize Video Recordings of its Trial Proceedings », 4 mars 2010 (en ligne : http://unic (...)
  • 61 « Le Rwanda réclame les archives du TPIR », Jeune Afrique, 21 octobre 2009 (en ligne : http://www.j (...)

27D’une part, on peut y voir une réponse au travail mené par le Tribunal pénal international à Arusha. Le Rwanda s’est toujours opposé à la création du TPIR, installé à l’extérieur du pays pour juger les « cerveaux » du génocide : à la fois pour des raisons pénales — les autorités rwandaises voulaient que la peine de mort soit appliquée, ce qui ne fut pas le cas —, mais aussi parce que le TPIR s’était assigné la mission de « traiter tous les crimes commis en 1994, c’est-à-dire y compris ceux perpétrés par le FPR58 ». Au cours de ces années d’enquête, « des centaines de spécialistes accumulèrent des milliers de pages d’écrits et de transcriptions de témoignages, qui forment aujourd’hui un corpus documentaire considérable59 ». Les procès ont été systématiquement filmés, l’intégralité de l’archive représentant un volume d’images de plus de 30 000 heures. Un projet de numérisation du fonds serait mené à l’heure actuelle60, mais aucun rapatriement à Kigali n’a été planifié, en dépit des demandes répétées du gouvernement rwandais61. Donner un accès à l’ensemble des archives Gacaca relève par conséquent d’un enjeu stratégique et mémoriel fort pour les autorités rwandaises, qui peuvent ainsi réaffirmer leur propre modèle de justice et lui garantir une visibilité internationale.

  • 62 Propos tenus lors du discours d’ouverture de la présentation du « Gacaca Archive Project » au Lemig (...)
  • 63 Marie-Odile Godard, « Se souvenir et dire… Mais à quel prix ? », Les Temps modernes, 680-681, octob (...)
  • 64 Valérie Rosoux, Aggée Shyaka Mugabe, « Le cas des Gacaca au Rwanda. Jusqu’où négocier la réconcilia (...)

28D’autre part, il s’agit de mettre en avant le modèle d’« unité nationale » vanté par l’État : les Gacaca auraient mené le pays vers la voie de la « réconciliation ». Telle est en tout cas la version relayée par les ministres du gouvernement Kagame, Joseph Habineza en tête : « Après vingt ans, les gens vivent en paix et en harmonie au Rwanda. C’est le résultat des Gacaca62. » Or, ce discours officiel doit nécessairement être pondéré par le bilan que dressent les chercheurs et les organisations de défense des droits de l’homme, après la clôture officielle des juridictions en 2012 : les Gacaca, si elles ont parfois permis de faire éclater la vérité, ont aussi ravivé l’antagonisme entre tueurs et rescapés en rejouant la violence traumatique du génocide63 et en donnant lieu à un odieux « marchandage des culpabilités64 ». À travers le projet d’un centre d’archives dédié aux Gacaca, l’État rwandais entend toutefois donner une image pacifiée de la nation, en fédérant ses citoyens autour de leur patrimoine.

Le centre IRIBA

Un modèle franco-cambodgien65

  • 65 Les pages qui suivent ont été enrichies par plusieurs rencontres à Kigali avec Assumpta Mugiraneza, (...)
  • 66 Elle est l’auteure de quatre films ayant pour sujet les juridictions Gacaca et la cohabitation entr (...)
  • 67 Kickstarter : https://www.kickstarter.com/

29Le projet du centre d’archives mené par la CNLG et Aegis Trust étouffe, de par son caractère imposant et la diversité de ses partenariats, d’autres initiatives du même ordre, dont le Centre IRIBA pour le patrimoine multimédia. Fin juin 2011, la réalisatrice franco-américaine Anne Aghion66 annonce la création d’un centre d’archives audiovisuelles à Kigali. Par le biais du site participatif Kickstarter67, une campagne de levée de fonds est rapidement mise en place. Son but : récolter, en l’espace de huit semaines, 40 000 dollars de dons.

  • 68 Entretien avec Assumpta Mugiraneza, Kigali, 10 février 2014.

30Porté à bras-le-corps par la cinéaste, qui lui assure une visibilité internationale, le projet IRIBA est en réalité le fruit d’une longue réflexion menée par une Rwandaise, psychologue de formation, Assumpta Mugiraneza. Les deux femmes se connaissent depuis plus de dix ans. Au cours de ses années d’études en France, Assumpta Mugiraneza a tissé des liens avec le personnel du Centre de documentation juive contemporaine, où s’est précisé son intérêt pour les archives. De retour au Rwanda, elle a d’abord assisté Anne Aghion comme traductrice sur ses tournages, avant de l’épauler dans l’organisation de projections itinérantes de ses films, dans les prisons et auprès d’un public de rescapés. L’idée d’un centre de ressources audiovisuelles finit par germer dans son esprit : un lieu qui puisse « accompagner la population rwandaise dans le processus de réappropriation de son histoire, tout en créant des espaces de parole68 ». Lorsqu’elle souligne à Anne Aghion l’urgence de préserver le patrimoine culturel du Rwanda, mis en danger par l’absence de stratégies d’archivage, la cinéaste se montre extrêmement réceptive. À travers la création d’un centre multi-média, cette dernière voit surtout la possibilité de valoriser les quelque 350 heures d’images accumulées au cours de ses dix années de tournage — 550 cassettes qu’elle stocke alors sous son lit, dans son appartement new-yorkais, et dont elle souhaite se « débarrasser » faute de place…

  • 69 « Kickstart IRIBA CENTER FOR MULTIMEDIA HERITAGE in Rwanda », newsletter d’Anne Aghion du 28 juin 2 (...)
  • 70 Tout en assurant la préservation et la diffusion des fonds d’archives audiovisuelles sur l’histoire (...)
  • 71 L’INA a d’abord donné au centre une copie de la totalité de ses fonds sur le Cambodge (plus de 500  (...)

31Le plan stratégique d’IRIBA s’appuie d’emblée sur une triple mission, en définitive assez proche des objectifs d’Aegis Trust : collecter et sauvegarder plus d’un siècle de documents visuels et sonores (films, photographies, émissions de radio, enregistrements musicaux) ; rapatrier, en partenariat avec des institutions occidentales (type INA), les archives disséminées à l’étranger ; enfin, valoriser l’ensemble du fonds en proposant à tous les Rwandais d’y avoir un « accès public libre et gratuit69 ». Au contraire du centre de documentation de Gisozi, bâti sur le modèle anglo-saxon, IRIBA s’inspire des initiatives de Gaston Kabore (fondateur de l’institut Imagine à Ouagadougou), de Max Stahl (créateur d’un centre audiovisuel au Timor Leste) et surtout de Rithy Panh. En mai 2010 au Festival de Cannes, Anne Aghion rencontre le cinéaste cambodgien, venu présenter au Pavillon du cinéma des mondes le centre de ressources audiovisuelles Bophana70 qu’il a créé quatre ans plus tôt à Phnom Penh — avec le soutien, entre autres, de l’INA71. Lorsqu’elle lui fait part de ses difficultés pour trouver un endroit où abriter ses archives, le cinéaste invite alors sa consœur à faire le voyage au Cambodge pour visiter les installations de Bophana. Deux mois plus tard, la réalisatrice découvre les lieux et fait la connaissance de l’équipe du centre, en compagnie d’Assumpta Mugiraneza.

  • 72 « From Rwanda to Cambodia and Back: the Impact of Film », newsletter d’Anne Aghion du 6 juillet 201 (...)
  • 73 Peter Monaghan, « The Audio-Visual Record of a Brutalized Nation », 15 août 2011 (en ligne : http:/ (...)

32À travers Bophana, les deux collaboratrices voient rapidement se dessiner les contours de leur propre projet : un centre qui puisse servir de plateforme pour les chercheurs occidentaux et pour les cinéastes, mais qui soit avant tout un lieu de mémoire et d’histoire pour les Rwandais en général. « Le Centre Bophana a été comme une révélation concrète de ce qu’on pouvait rapidement mettre en place au Rwanda autour de notre histoire commune72 », explique la future directrice d’IRIBA. En raison du faible niveau de vie dans les campagnes, les deux femmes envisagent même de constituer une unité itinérante afin de faire voyager les archives dans tout le pays, et de permettre ainsi aux Rwandais de « se reconnecter à leur histoire73 ».

  • 74 Ce sont notamment les ouvrages et les images des photographes Christophe Calais et Marco Longari, a (...)

33Durant la campagne de financement participatif, Anne Aghion affiche son optimisme et communique abondamment par le biais d’Internet, pour donner la pleine mesure des avancées d’IRIBA. Outre la promesse faite, par l’ambassade de France à Kigali, de mettre un bâtiment à disposition du futur centre, la cinéaste livre un aperçu des premières contributions d’archives74. Mais, en dépit de ces soutiens, la collecte de fonds paraît stagner aux premiers jours du mois d’août 2011. Ce ralentissement n’est pas sans effets : l’échec de la levée de fonds, à quelques centaines de dollars près, signifierait la perte définitive de l’argent déjà récolté et l’abandon probable du projet.

  • 75 Branche néerlandaise de l’organisation internationale Oxfam, Ofxam-Novib a pour mission de lutter c (...)

34Très active sur les réseaux sociaux, la réalisatrice met les bouchées doubles. À trois jours du terme de la campagne, alors que 5 750 dollars manquent encore à l’appel, elle envoie une newsletter dans laquelle elle relate la visite du bâtiment qui abritera le futur centre. Plusieurs officiels rwandais et internationaux, dont l’ambassadeur de France, Laurent Contini, y participent. L’objectif est clair : présenter IRIBA non comme un projet utopique, mais comme une réalité concrète dont l’aboutissement dépend de l’implication des donateurs potentiels. La pugnacité de la cinéaste finit par payer : le lendemain, deux jours avant le terme de la campagne de financement, le pallier des 40 000 dollars de dons est atteint (fig. 7). Peu de temps avant, IRIBA avait reçu une première subvention internationale de 25 000 dollars de la part de la fondation néerlandaise Oxfam-Novib75. Soulagées et euphoriques, les fondatrices d’IRIBA savourent leur réussite. Mais le chantier qui les attend est immense…

Fig. 7 : La campagne de la levée de fonds sur Kickstarter pour la création du centre IRIBA, 2011

Fig. 7 : La campagne de la levée de fonds sur Kickstarter pour la création du centre IRIBA, 2011
  • 76 IRIBA Center for Multimedia Heritage : http://www.iribacenter.org/
  • 77 Entretien avec Assumpta Mugiraneza, Kigali, 10 février 2014.

35Début 2012, IRIBA se dote d’un site Internet76 — qui est resté pendant plus de trois ans à l’état d’une page web « en construction » (fig. 8)… — et acquiert le statut juridique de « société à but non lucratif ». Assumpta Mugiraneza prend la direction de la structure légale tandis qu’Anne Aghion, souhaitant être plus en retrait, occupe la fonction purement honorifique de présidente d’honneur. Très vite, il apparaît urgent de constituer une équipe de consultants et de bénévoles, « afin de créer et de mettre en œuvre une politique d’identification et d’acquisition d’archives77 ».

Fig. 8 : Le site Internet en construction du centre IRIBA

Fig. 8 : Le site Internet en construction du centre IRIBA

http://www.iribacenter.org/​

  • 78 Sabine Didier, courriel adressé à l’auteur, 8 décembre 2014.
  • 79 D’autres organismes, comme le Rwanda Cinema Center (rebaptisé Kwetu Film Institute) dirigé par Eric (...)
  • 80 Limonade & Co conçoit à cette occasion le projet de la plateforme internationale Never Lost Images, (...)

36Approchée par Anne Aghion en juillet 2011 sur les conseils d’Agnès Sénemaud (l’épouse et collaboratrice de Rithy Panh), l’agence française Limonade & Co, spécialisée dans le traitement et la sauvegarde des fonds d’archives, se voit confier la mission d’apporter « une expérience et une expertise en ingénierie de projet dans le domaine des archives audiovisuelles78 ». En concertation avec Assumpta Mugiraneza, Sabine Didier, la cofondatrice de l’agence, œuvre à l’élaboration d’un plan d’action : sont étudiés dans les grandes lignes la structuration du centre, la recherche de fonds et de partenariats, l’aménagement des locaux, la constitution d’une équipe, le repérage, la collecte et la numérisation des documents audiovisuels, l’intégration d’une base d’archives, le traitement documentaire (catalogage et indexation), la communication et, enfin, la valorisation des collections. Solliciter Limonade & Co semble coller à l’ambition clairement affichée par les fondatrices d’IRIBA : faire de leur centre un équivalent rwandais de Bophana, le volet « formation aux métiers de l’audiovisuel » en moins79. C’est d’ailleurs sur la base de son expérience aux côtés de Rithy Panh, entre 2007 et 2008, que Sabine Didier conçoit le plan d’action pour le futur centre rwandais, sans avoir fait toutefois le déplacement à Kigali80. Il est même prévu de transférer la base de données pédagogique Hanuman, utilisée par le centre Bophana pour la présentation de ses collections, et de l’adapter aux besoins d’IRIBA. Mais sans véritable enquête de terrain, le plan d’action imaginé par Limonade & Co reste relativement abstrait.

  • 81 « News to Start the Year », newsletter d’Anne Aghion, 18 janvier 2012.

37Du côté de l’ambassade de France, les négociations se poursuivent. Non plus une, mais deux maisons, « superbement situées dans un quartier d’écoles81 », semblent désormais promises à IRIBA. Une mise à disposition, avec la signature d’une convention d’occupation pour une durée de quinze à vingt ans, est envisagée. Deux architectes réalisent une évaluation pour la réhabilitation des lieux, lesquels se décomposent en une maison principale et une « maison de passage » — sorte de résidence pour les invités du centre. Les travaux de rafraîchissement et d’aménagement des locaux sont estimés à près de 120 000 euros. Le budget total, qui englobe à la fois la réhabilitation des bâtiments, l’achat et l’installation du matériel informatique ainsi que le traitement des premières archives, avoisine les 350 000 euros.

Les impasses d’IRIBA

  • 82 « France-Rwanda : l’ambassadeur Contini sur le départ, remplacé par Hélène Le Gal », Jeune Afrique, (...)
  • 83 En 2006, le juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière concluait à la responsabilité du Front patriot (...)
  • 84 Alain Juppé occupe alors le poste de ministre des Affaires étrangères du gouvernement Sarkozy, une (...)

38La dynamique du projet est cependant menacée lorsque l’ambassadeur Laurent Contini, soutien d’IRIBA, est évincé de son poste sur insistance d’Alain Juppé en novembre 201182. Cette décision intervient alors que les relations diplomatiques entre la France et le Rwanda s’étaient distendues83, après la visite de Nicolas Sarkozy à Kigali le 25 février 2010 et la réception de Paul Kagame à l’Élysée, le 11 septembre de l’année suivante. Assumpta Mugiraneza n’ignorait pas les difficultés auxquelles l’ambassadeur faisait face. Proche de Bernard Kouchner et acteur du rapprochement entre le Quai d’Orsay et Kigali, Laurent Contini agace Alain Juppé, farouche opposant au président rwandais et défenseur de « l’honneur » de l’action française au Rwanda avant et pendant le génocide84. Aux Affaires étrangères, tout le monde n’est pas favorable à la mise à disposition d’un bâtiment de l’ambassade de France pour une institution rwandaise. Des problèmes de documents relatifs à la propriété foncière retardent les pourparlers. La mise à pied de l’ambassadeur intervient alors qu’IRIBA est toujours dans l’expectative et qu’aucun accord n’a été signé. Alain Juppé propose Hélène Le Gal, qui occupe alors la fonction de consul de France au Québec, pour le remplacer ; mais sa nomination est rejetée par les autorités rwandaises.

39Faute de successeur, Laurent Contini reste au Rwanda jusqu’en février 2012. Lorsqu’il quitte le pays, l’ambassade de France, sans représentant officiel, se retrouve dans une situation de blocage diplomatique. Le centre IRIBA en fait directement les frais : le projet de réhabilitation des bâtiments est mis entre parenthèses. La situation perdure jusqu’à ce que, sous la présidence de François Hollande, soit proposé un nouvel ambassadeur à Kigali : Michel Flesch, alors en poste en Guinée-Bissau. Sa nomination validée, ce dernier prend ses fonctions en septembre 2012. La directrice d’IRIBA, qui n’entretient pas de mauvais rapports avec le nouvel ambassadeur, ressent néanmoins de l’indécision et de la crispation dans leurs discussions : le projet d’occupation des bâtiments n’est manifestement plus à l’ordre du jour.

  • 85 Entretien avec Assumpta Mugiraneza, Kigali, 10 février 2014.

40Le recul de l’ambassade affecte directement l’évolution d’IRIBA qui, en l’absence de siège social, ne bénéficie d’aucune visibilité dans la capitale. Faute de mieux, Assumpta Mugiraneza envisage alors de louer une maison, dans l’attente de trouver les moyens d’acquérir une parcelle et d’y construire un bâtiment. Mais le temps presse, car le travail de collecte des archives n’a toujours pas commencé, faute de locaux, de matériel et surtout de personnel qualifié. La directrice opte alors pour « un positionnement stratégique pragmatique85 » : organiser des activités (colloques, projections, ateliers) pour gagner en visibilité, tout en continuant à solliciter des partenaires pour le centre. Cette stratégie présente l’inconvénient de disperser les énergies et de brouiller la principale raison d’être d’IRIBA : la sauvegarde et la valorisation du patrimoine audiovisuel rwandais.

  • 86 L’INA, qui a avancé les frais, prévoit de se rembourser sur les reventes des images, puis de partag (...)

41Au printemps 2013, l’INA annonce la prise en charge des 350 heures d’archives d’Anne Aghion. Le partenariat conclu avec la cinéaste prévoit non seulement la numérisation de la totalité des archives, mais également leur indexation et leur valorisation par l’institution. En plus d’avoir trouvé un mode de diffusion et d’exploitation adéquat, l’opération s’avère excellente sur le plan comptable : l’institution prend en charge le matériel, s’occupe intégralement de la numérisation et communique autour du fonds, qui est intégré à ses collections partenaires86. La nouvelle est évidemment de bon augure pour IRIBA. Même si le centre reste extérieur aux négociations entre la cinéaste et l’institution française, il en tire parti puisque le reversement d’une copie de l’intégralité du fonds à IRIBA est prévu dans le partenariat.

42Nelly Bazikamwe, qui a rejoint l’équipe d’IRIBA, commence à travailler aux côtés des documentalistes de l’INA dans le cadre d’un stage. Après avoir réalisé un premier inventaire du fonds Aghion, elle participe à la création de notices documentaires tout en suivant de près le processus de numérisation des archives. Son rôle consiste notamment à identifier les images filmées simultanément mais sous des angles différents — Anne Aghion tournait avec deux caméras —, pour éviter aux documentalistes de l’INA de commettre des erreurs d’indexation. La plupart des rushes n’étant pas traduits, la présence de la chercheuse burundaise, qui a une excellente maîtrise du kinyarwanda, est un atout pour l’équipe responsable du traitement des archives. Alors que les documentalistes sont encore en phase de défrichage, Assumpta Mugiraneza se déplace également à Bry-sur-Marne pour avoir un aperçu du traitement documentaire de l’ensemble du fonds. Elle en profite pour donner quelques informations utiles au processus d’indexation, sur le fonctionnement des Gacaca et sur les tournages des films.

  • 87 À la même période, la directrice d’IRIBA engage également un dialogue avec Radio France internation (...)

43Par-delà « l’archive Aghion », la directrice d’IRIBA voit surtout l’opportunité d’envisager un nouveau partenariat pour rapatrier d’autres archives de l’INA, former les futurs documentalistes de son propre centre et obtenir des soutiens pour l’acquisition et l’usage de matériel professionnel87. Un possible partenariat reste toutefois suspendu à la mise à disposition d’une maison par l’ambassade… qui n’aura jamais lieu.

  • 88 L’Institut français du Rwanda (IFR), inauguré le 15 novembre 2010, a remplacé l’ancien Centre d’éch (...)
  • 89 Il s’agit du deuxième atelier de ce type organisé en 2015, en association avec l’université Paris 8 (...)

44Au printemps 2014, une nouvelle subvention d’Oxfam-Novib permet enfin à IRIBA de louer le premier étage d’une maison, située à deux pas de l’école belge de Kigali (fig. 9 et 10). La petite équipe du centre, encore très frêle — et sans archiviste —, s’installe dans les locaux avec le strict minimum : des bureaux et quelques étagères. La directrice fournit la « bibliothèque » avec ses propres livres et quelques DVD acquis en France ou offerts par des cinéastes. Aidée par l’Institut français88, elle achète également deux caméras et un Mac équipé d’un logiciel de montage. Les principales activités du centre se déclinent dans le domaine de l’audiovisuel : projections du film Mon voisin mon tueur dans le cadre de groupes de parole, production d’un documentaire, constitution d’archives filmiques pour rendre compte des mutations de la capitale et de la destruction de son patrimoine architectural… Des ateliers « post-mémoire et création » sont également organisés, en partenariat avec des institutions et des universités françaises ; celui d’octobre 2015, intitulé « Art et post-mémoire au Rwanda89 », s’est d’ailleurs tenu dans le prolongement de la journée mondiale du patrimoine audiovisuel de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), qui avait pour thème « Archives en danger : protéger les identités mondiales ».

Fig. 9 : L’enceinte et la maison du centre IRIBA, 2014

Fig. 9 : L’enceinte et la maison du centre IRIBA, 2014

Cliché : Nathan Réra.

Fig. 10 : L’enceinte et la maison du centre IRIBA, 2014

Fig. 10 : L’enceinte et la maison du centre IRIBA, 2014

Cliché : Nathan Réra.

45Cependant, le travail sur la préservation des archives en tant que tel est toujours au point mort, en dépit des tentatives pour sauver des stocks à l’abandon — des repérages ont été réalisés aux locaux de l’ORINFOR, mais n’ont abouti à aucune collaboration. La copie de l’archive Anne Aghion, que l’INA a pourtant remise à la réalisatrice sur disque dur, n’a toujours pas rejoint les locaux du centre, faute d’installations adéquates. Après quatre années d’espoirs et d’âpres négociations, le rêve de la cinéaste, celui de faire d’IRIBA « une sorte de Cinémathèque » rwandaise, semble bel et bien dans l’impasse.

Conclusion

46Quel avenir pour les fonds d’archives audiovisuelles au Rwanda ? L’état des lieux que nous venons de dresser, à partir de quelques projets récents (le Gacaca Archive Project, le centre IRIBA), nous empêche pour l’heure de tirer des conclusions définitives quant à la gestion et la préservation du patrimoine audiovisuel rwandais. Tout au plus pouvons-nous formuler quelques remarques, en guise d’anticipations pour l’avenir.

47D’une part, il ressort que le fossé qui sépare le Rwanda de ses modèles occidentaux en matière de stratégies de préservation du patrimoine audiovisuel est loin d’être comblé. Si des fondations et des centres de recherche étrangers (Aegis Trust, l’USC Shoah Foundation, le NIOD, le King’s College de Londres) s’investissent aux côtés de l’État et des institutions mémorielles, en participant notamment à la formation d’archivistes rwandais, c’est une course contre la montre qui s’engage désormais, au vu de l’ampleur de la tâche qui reste à accomplir.

  • 90 Ainsi que nous l’a souvent fait remarquer Sylvie Lindeperg, particulièrement au fait de la situatio (...)

48Les autorités rwandaises, après avoir délaissé la francophonie pour des raisons stratégiques et politiques, ont très largement épousé le modèle anglo-saxon, à la fois pour la conception des dispositifs muséographiques, le traitement des archives et la collecte des témoignages. Les deux principaux projets dédiés à la sauvegarde et à la valorisation du patrimoine audiovisuel rwandais semblent toutefois marquer une opposition entre, d’une part, une mémoire officielle calquée sur le modèle américain et, d’autre part, une mémoire plus émancipée, sensible aux actions menées par les institutions françaises (en particulier l’INA) dans les zones de post-conflit. Cette situation paraît décalquer la configuration cambodgienne, où le DC-CAM et le centre Bophana se partagent le paysage mémoriel et audiovisuel, en mettant en œuvre des stratégies et des méthodologies diamétralement opposées90.

49Mais le centre IRIBA a plus d’une longueur de retard sur son illustre modèle, d’autant que la place occupée par Anne Aghion — simple médiatrice étrangère — au Rwanda est très différente de celle de Rithy Panh — survivant, témoin et cinéaste — dans son propre pays. Prisonnier de l’imbroglio politico-diplomatique avec la France, écrasée par l’emprise de la CNLG sur les questions mémorielles, la trajectoire d’IRIBA dans les mois et les années à venir semble difficile à évaluer. À défaut d’avoir pu constituer une équipe prête à intervenir sur le terrain pour le repérage et la sauvegarde des archives, IRIBA abandonne son champ d’action à Aegis Trust, seule institution à avoir formé des archivistes et à disposer d’installations et d’équipements de base pour engager les prémisses d’un tel travail. La fondation offre donc une alternative plausible au gouvernement, décidé depuis peu à accélérer le chantier de la préservation des archives.

50Pour autant, le pari des autorités rwandaises, qui ont délégué à la CNLG et à Aegis Trust la mission d’indexer, de numériser et de valoriser les archives Gacaca, n’est pas gagné d’avance. De nombreux problèmes restent encore à résoudre, à la fois en termes techniques, éthiques et juridiques. Combien d’archivistes seront formés pour opérer la classification et la numérisation de ce fonds colossal ? Quel budget le gouvernement rwandais a-t-il prévu d’investir dans ce processus de sauvegarde ? Comment la confidentialité des données issues des procès sera-t-elle garantie ?

51À ces questions s’ajoutent, pour qui connaît les conditions précaires dans lesquelles les opérateurs rwandais ont eu à travailler, des doutes légitimes quant à la réelle valeur du fonds d’images filmées des Gacaca — alors même que d’autres archives autrement plus capitales sont oubliées. Sous cet aspect, IRIBA, qui dispose d’une archive cinématographique d’une tout autre qualité, parviendra peut-être à tirer son épingle du jeu, à la condition que le centre se dote rapidement des installations nécessaires au rapatriement des images. L’INA pourrait alors devenir un partenaire de premier plan pour épauler le centre dans ses diverses missions et pour lui assurer la visibilité et la stature qu’il peine à acquérir.

  • 91 Patricia Van Schuylenbergh, « Les collections audiovisuelles du Musée royal de l’Afrique centrale à (...)
  • 92 Francine Gauthier, « L’impact des technologies numériques sur la préservation », dans Françoise Hir (...)
  • 93 Le 22 janvier 2015, l’atelier organisé par la CNLG avait pour thème : « Enabling the Digital Societ (...)

52Enfin, pour clore temporairement notre analyse, évoquons un dernier problème qui nous paraît déterminant pour le futur du patrimoine audiovisuel rwandais : l’engouement très récent du pays pour le numérique — l’anglicisme « digitaliser » est désormais sur toutes les lèvres ! — pourrait bien éclipser « les risques, la fragilité, et le caractère instable de cette solution91 ». Incertitudes liées à ces technologies, rapide obsolescence des hardwares et des softwares, migrations périlleuses vers les formats plus récents92 : ces paramètres ont-ils été pris en compte dans les plans de sauvegarde des archives ? Si le numérique s’affirme comme une solution incontournable pour la consultation des archives, à la fois pour prémunir les documents originaux de l’usure et pour garantir leur valorisation, il est cependant loin d’offrir une solution pérenne pour leur préservation stricto sensu. Avant de penser au « numérique », les institutions rwandaises auront donc à engager, avec leurs partenaires étrangers, une réflexion de fond sur la manière de réunir les conditions matérielles nécessaires à la sauvegarde des archives93. C’est à cette seule condition que les traces audiovisuelles de l’histoire rwandaise pourront être transmises aux générations futures.

Annexes

Le Rwanda en quelques dates clés

1933 Les Belges, qui administrent les territoires du Rwanda et du Burundi, incluent la mention ethnique (Hutu, Tutsi, Twa) dans les livrets d’identité.

1959 Les Hutu se révoltent contre la monarchie tutsi et organisent des pillages et des violences contre les Tutsi du nord, qui se réfugient au Burundi et en Ouganda.

1962 Le Rwanda acquiert son indépendance, et Grégoire Kayibanda est nommé président de la République. Durant les années qui suivent, les Tutsi de l’intérieur du pays sont victimes de vagues de massacres perpétrées par les extrémistes hutu.

1973 En juillet, le général-major Juvénal Habyarimana prend le pouvoir par un coup d’État.

1987 Le Front patriotique rwandais (FPR), une armée d’opposition composée de soldats tutsi et d’opposants au régime de Juvénal Habyarimana, voit le jour en Ouganda.

1990 En octobre débute une guerre civile qui oppose l’armée gouvernementale et le FPR. Les Hutu repoussent l’envahisseur avec le concours de la Belgique et de la France, qui participe à la formation des militaires du régime de Juvénal Habyarimana.

1993 En août, Juvénal Habyarimana signe les accords d’Arusha (Tanzanie), qui prévoient notamment la tenue d’élections multipartites ouvertes au FPR.

1994 6 avril Juvénal Habyarimana trouve la mort dans un attentat perpétré contre son avion.

1994 7 avril Après avoir éliminé les opposants au régime, les extrémistes hutu commencent l’extermination systématique des Tutsi.

1994 8-15 avril Les paras-commandos français et belges évacuent les expatriés dans le cadre des opérations Amaryllis et Silverback. Leurs missions ne prévoient pas le sauvetage des Tutsi.

1994 22 juin L’armée française lance officiellement l’opération Turquoise, pour garantir une « zone humanitaire sûre » dans le sud du pays. Des rescapés du génocide des Tutsi sont sauvés, mais dans le même temps des officiers et des membres du régime hutu sont exfiltrés au Zaïre.

1994 4 juillet Le FPR s’empare de Kigali. Dans les jours qui suivent, l’armée et les miliciens hutu fuient les représailles des vainqueurs : plus d’un million de civils s’exile au Zaïre. Dans les camps de réfugiés de la région de Goma, une épidémie de choléra se déclare et frappe les auteurs du génocide contre les Tutsi. L’aide humanitaire internationale se déploie pour enrayer la pandémie.

1994 19 juillet Un nouveau gouvernement d’unité nationale est constitué au Rwanda.

1994 8 novembre Le Tribunal pénal international pour le Rwanda est créé à Arusha, pour juger les responsables du génocide.

1995 4 000 à 8 000 réfugiés hutu sont massacrés par l’Armée patriotique rwandaise (APR) dans le camp de Kibeho, le 22 avril.

1996 500 000 réfugiés hutu quittent les camps du Zaïre pour revenir au Rwanda.

1998 Paul Quilès préside une mission d’information parlementaire sur le Rwanda, pour mettre en lumière le rôle joué par la France dans le génocide.

2005 Les juridictions Gacaca sont officiellement mises en route au Rwanda.

2006 Le juge antiterroriste français Jean-Louis Bruguière réclame des poursuites internationales contre Paul Kagame et neuf de ses proches, soupçonnés d’avoir perpétré l’attentat contre Juvénal Habyarimana. Le 24 novembre, les autorités rwandaises annoncent la rupture des relations diplomatiques avec la France.

2008 Le rapport Mucyo diligenté par l’État rwandais conclut à la participation active de la France dans la préparation et l’exécution du génocide. Après la rétractation d’un témoin clé, Jean-Louis Bruguière est dessaisi de son enquête.

2009 Le Rwanda devient membre du Commonwealth et rétablit ses relations diplomatiques avec la France.

2010 Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme publie le « rapport Mapping », qui dénonce les exactions commises par l’APR dans les camps de réfugiés hutu au Congo.

2012 En juin, les autorités rwandaises annoncent la clôture officielle des Gacaca.

2014 Pascal Sibikangwa, ex-capitaine de la garde présidentielle de Juvénal Habyarimana, est le premier Rwandais accusé de participation au génocide à être jugé en France. Le 14 mars, il est condamné à vingt-cinq ans de réclusion.

2015 Fin octobre, les députés rwandais donnent leur accord pour un projet de réforme constitutionnelle, qui devrait permettre à Paul Kagame de briguer un troisième mandat en 2017.

Notes

1 Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil (Points Histoire), 1997 [1989], p. 70.

2 Sur le déroulement du génocide et les événements qui y ont mené, voir, à titre d’exemple : Gérard Prunier, Rwanda : le génocide, trad. D. Luccioni, Paris, Éditions Dagorno, 1999 [1995] ; Jean-Pierre Chrétien et al., Rwanda, les médias du génocide, Paris, Karthala, 1995 ; Human Rights Watch, Fédération internationale des Ligues des droits de l’homme, Aucun témoin ne doit survivre. Le génocide au Rwanda, éd. par Alison Des Forges, Paris, Karthala (Hommes et sociétés), 1999 ; Linda Melvern, Complicités de génocide. Comment le monde a trahi le Rwanda, trad. M. Ba, Paris, Karthala, 2010 [2009]. Pour un bref aperçu de la chronologie de l’histoire rwandaise, nous renvoyons le lecteur à l’encadré « Le Rwanda en quelques dates clés », à la fin du présent article.

3 Rémi Korman, « L’État rwandais et la mémoire du génocide. Commémorer sur les ruines (1994-1996) », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 122, avril-juin 2014, Le génocide des Tutsi rwandais, vingt ans après, p. 87-98.

4 Claudine Vidal, « Les commémorations du génocide au Rwanda », Les Temps modernes, 613, mars-avril-mai 2001, p. 1-46 ; Valérie Rosoux, « La gestion du passé au Rwanda : ambivalence et poids du silence », Genèses, 61/4, 2005, p. 37 ; Célestin Kanimba Misago, « Les instruments de la mémoire. Génocide et traumatisme au Rwanda », Gradhiva, 5, 2007, Sismographie des terreurs (en ligne : http://gradhiva.revues.org/745, consulté le 9 mars 2016) ; Sara Guyer, « Rwanda’s Bones », Boundary, 36/2, été 2009, p. 155-175 ; Hélène Dumas et Rémi Korman, « Espaces de la mémoire du génocide des Tutsi au Rwanda. Mémoriaux et lieux de mémoire », Afrique contemporaine, 238/2, 2011, p. 11-27.

5 La théorie du « double génocide » est particulièrement en vogue auprès de certains intellectuels, universitaires et hommes politiques (Pierre Péan, Bernard Lugan, Charles Onana, Filip Reyntjens, Hubert Védrine…). Elle consiste à renvoyer dos à dos les extrémistes hutu et les Tutsi du Front patriotique rwandais (FPR), ces derniers étant accusés d’avoir orchestré un « autre génocide » contre les réfugiés hutu au Congo, après 1994. Afin d’étayer leur thèse, ces complotistes revoient considérablement à la baisse le chiffre des victimes du génocide contre les Tutsi, pour le mettre en concurrence avec le nombre de victimes des exactions commises par le FPR au Congo.

6 « Justice sur l’herbe », en kinyarwanda. La Gacaca est inspirée par la manière traditionnelle dont les Rwandais réglaient les litiges. Ce principe de justice participative réunit, sur les lieux mêmes du crime, les acteurs du génocide (survivants, témoins et accusés), pour tenter d’identifier les coupables et de définir leur part de responsabilité dans les massacres. Élus par la population, des juges dits « intègres » (inyangamugayo) encadrent les procès et déterminent les peines infligées aux coupables.

7 Retirés dès 1994 parce qu’ils véhiculaient l’idéologie génocidaire, les manuels d’histoire de l’ère du président Juvénal Habyarimana n’ont toujours pas été remplacés. De nouveaux ouvrages sont toutefois annoncés pour 2016.

8 Laurent Veray, Les images d’archives face à l’histoire. De la conservation à la création, Futuroscope, SCÉRÉN/CNDP-CRDP, 2011, p. 7-8.

9 Rebaptisé République démocratique du Congo, depuis la prise de pouvoir par Laurent-Désiré Kabila en 1997.

10 Rémi Korman, « Butare (2) », 15 septembre 2011 (en ligne : http://rwanda.hypotheses.org/199, consulté le 9 mars 2016).

11 Si l’on excepte les Archives nationales, qui ont récemment bénéficié d’un travail d’inventaire et de numérisation. Les archives audiovisuelles représenteraient toutefois un très faible pourcentage de ce fonds. Voir Rémi Korman, « Un jour, une source : les Archives nationales du Rwanda », 21 mai 2013 (en ligne : http://rwanda.hypotheses.org/546, consulté le 9 mars 2016).

12 « Loi portant création de l’Office rwandais des archives et services des bibliothèques (RALSA) et déterminant ses missions, son organisation et son fonctionnement », Official Gazette, 26, 30 juin 2014, p. 8.

13 Le thème de l’année 2014 était « Archives at Risk: Much More to Do ».

14 Linda M. Kagire, « National Archive Construction Set to Start — Minister Habineza », The NewTimes, 30 octobre 2014.

15 « La source », en kinyarwanda.

16 Le fonds d’archives comporte, pour le Rwanda, le Burundi et la République démocratique du Congo réunis, quelque 400 000 photographies et 700 films.

17 Centre de documentation et de recherche : religion, culture, société.

18 Patricia Van Schuylenbergh, « Les collections audiovisuelles du Musée royal de l’Afrique centrale à l’heure du numérique », dans Françoise Hiraux (dir.), Les archives audiovisuelles. Politiques et pratiques dans la société de l’information, Louvain-la-Neuve, Bruylant-Academia (Publications des archives de l’université catholique de Louvain), 2009, p. 116-118.

19 Voir en ligne : www.africamuseum.be/museum/research/general/research-picture/filmheritage_suite

20 Pour une analyse circonstanciée de ces images, voir François Robinet, Les conflits africains au regard des médias français (1994-2008). Construction, mise en scène et effets de narrations médiatiques, thèse de doctorat sous la direction de Christian Delporte, université de Versailles - Saint-Quentin-en-Yvelines, Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, décembre 2012 ; Nathan Réra, Rwanda, entre crise morale et malaise esthétique. Les médias, la photographie et le cinéma à l’épreuve du génocide des Tutsi (1994-2014), Dijon, Les Presses du réel (Œuvres en sociétés), 2014.

21 Les images sont accessibles dans les collections de l’institution via plusieurs modes de recherche. Une recherche avancée, avec le mot « Rwanda » comme critère, fait apparaître 1 554 documents pour la période du 6 avril 1994 (jour de l’attentat contre le président Habyarimana) au 22 août 1994 (fin du dispositif Turquoise au Zaïre). L’INA a également conçu une sélection thématique de 259 documents, dont 16 extraits et 243 programmes, classés par catégories : « “Sélection” Rwanda : le génocide » (28), « Avant le génocide de 1994 » (11), « Génocide » (96), « Génocide : les suites » (99), « La France accusée de “complicité de génocide” » (58).

22 Rémi Korman, « Butare (2) », art. cité. Toujours selon l’auteur, on trouverait de telles images dans les centres religieux, ainsi qu’à l’Institute of Scientific and Technological Research (IRST). Elles seraient « gardées comme un trésor » par le directeur, en dehors des archives liées à la production de l’institut (courriel adressé à l’auteur, 21 janvier 2015).

23 On relève les mêmes problèmes dans d’autres pays du continent africain. Voir Ndèye Marème Diallo, « Archives audiovisuelles : historique, spécificités et perspectives », Journal Warbica, 6, septembre 2011, La gestion des archives audiovisuelles en Afrique de l’Ouest : spécificités et perspectives, p. 7-8.

24 Alphonse Mudasigwa, directeur de la société Images Média à Kigali, fait ainsi partie de ces Rwandais qui ont très tôt documenté les étapes de l’après-génocide. Très actif pendant les premières commémorations, qu’il photographiait et filmait pour les ministères, il a également travaillé pour le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) à la réalisation d’un film sur le procès des médias, intitulé Au-delà de la justice (2007). Ses fonds d’images (pellicule, film 8 mm, VHS, DVCAM) ont été soigneusement indexés mais n’ont pas été numérisés. En outre, pour diminuer le coût du loyer, Alphonse Mudasigwa a dû réduire la surface où il stockait ses archives.

25 Créé en 1974 par Juvénal Habyarimana peu de temps après son coup d’État, l’ORINFOR rassemblait à la fois la radio, la presse écrite et la télévision.

26 Idi Said Mutanguha, Stratégies pour la sauvegarde et la valorisation du patrimoine audiovisuel du Rwanda, mémoire de master professionnel en gestion du patrimoine culturel, Alexandrie, Université Senghor, 2007.

27 Nelly Bazikamwe, De la peur de se voir disparaître à la menace de se retrouver illisible : création d’un centre pour la sauvegarde et la valorisation du patrimoine audiovisuel rwandais, mémoire de master en développement, spécialité « Communication et médias », sous la direction de Jean-Emmanuel Casalta et Jean-François Fau, Alexandrie, Université Senghor, 2013.

28 À la fois pour les programmes rwandais et pour les émissions produites par les radios et les télévisions partenaires. Nelly Bazikamwe, De la peur de se voir disparaître…, op. cit., p. 16.

29 Voir le témoignage de Benoît Karenzi rapporté dans Nathan Réra, Rwanda, entre crise morale et malaise esthétique, op. cit., p. 64-65.

30 Ibid., p. 63.

31 Nous voulons parler de la diffusion du reportage Rwanda, the Untold Story le 1er octobre 2014 sur la BBC. Réalisé par Jane Corbin, ce « documentaire d’investigation » entreprend de réécrire l’histoire du génocide en mettant à l’honneur les thèses de chercheurs réputés pour leur discours négationniste et la parole d’ex-officiers du FPR aujourd’hui opposants à Kagame. L’émoi suscité par le film au Rwanda a entraîné la fermeture de tous les programmes de la BBC en kinyarwanda et une suspicion renouvelée à l’encontre des journalistes et des chercheurs occidentaux. Dans ce contexte, les locaux de la télévision rwandaise ne sont accessibles qu’en possession d’une lettre officielle délivrée par le ministère.

32 Pendant longtemps, les opérateurs de la télévision ont pratiqué le recyclage, en effaçant les cassettes pour y enregistrer de nouvelles images. Il est probable que de très nombreuses archives ont ainsi été perdues.

33 Nelly Bazikamwe, De la peur de se voir disparaître…, op. cit., p. 20.

34 Un disquaire de Kigali nous confiait avoir mis la main sur des cassettes réalisées par les opérateurs du Front patriotique rwandais entre 1990 et 1993, avant qu’elles ne soient saisies et placées en lieu sûr, de toute évidence au siège du FPR. Les copies qu’il conserve dans une remise, avec des centaines d’autres cassettes VHS et DVD, sont dans un état d’usure avancée.

35 Cette organisation a été créée en 2000 par les frères James et Stephen Smith, fondateurs du National Holocaust Centre en Angleterre, suite aux événements du Rwanda et de la Bosnie. Aegis Trust a pour principales missions la commémoration des victimes d’exterminations ainsi que la reconnaissance et la prévention des situations potentielles de génocide.

36 Nathan Réra, « Gisozi, Kigali : itinéraires de la mémoire et de l’oubli », Génocides et politiques mémorielles, exposition virtuelle conçue par Françoise Blum, Centre d’histoire sociale du xxe siècle, Paris, 2011 (en ligne : http://chs.univ-paris1.fr/genocides_et_politiques_memorielles).

37 Officiellement créée en 2008, cette commission autonome est en charge de la mémoire du génocide. Elle se compose dès l’origine de trois grandes unités : « Mémoire et prévention du génocide », « Plaidoirie et assistance aux rescapés du génocide », « Recherche, documentation et diffusion ». Rémi Korman, « La politique de mémoire du génocide des Tutsi au Rwanda : enjeux et évolutions », Droit et cultures. Revue internationale interdisciplinaire, 66, 2013, Espace des politiques mémorielles. Enjeux de mémoire, p. 87-101.

38 D’après nos informations, 3 000 témoignages auraient déjà été accumulés, pour un total de 2 000 cassettes. Il ne nous a pas été possible d’obtenir une estimation probante du volume horaire.

39 Idi Said Mutanguha, Stratégies pour la sauvegarde et la valorisation du patrimoine audiovisuel du Rwanda, op. cit., p. 23.

40 Kemit dispose d’un fonds d’archives d’environ 400 heures, sur cassettes DVCAM. La plupart des témoignages ne sont pas traduits. François Woukoache avait réfléchi à un projet pour numériser l’intégralité du fonds. L’acquisition d’un logiciel d’archivage et la création d’un site web pour donner accès aux témoignages en trois langues n’ont pu se faire, faute de financement.

41 Quelques centaines d’heures ont été filmées ; Taylor Krauss envisage de les verser aux fonds de l’université de Yale, dont il est un ancien étudiant. Le site Internet de son organisation offre un très bref aperçu de l’archive et de la méthodologie employée : http://voicesofrwanda.org.

42 Bernard Stiegler, « De quelques nouvelles possibilités historiographiques », dans Sylvie Lindeperg (dir.), Clio de 5 à 7. Les actualités filmées de la Libération : archives du futur, Paris, CNRS Éditions, 2000, p. 288-292.

43 Créé en 1979, ce fonds de témoignages filmés des rescapés de la destruction des Juifs d’Europe a intégré deux ans plus tard les collections de l’université de Yale. Au total, 4 400 témoignages sont archivés par l’institut, soit plus de 10 000 heures d’enregistrement.

44 Créée sous l’impulsion de Steven Spielberg après la réalisation de La liste de Schindler (1993) et liée depuis 2006 à l’University of Southern California (USC), la Fondation a pour objet d’enregistrer les témoignages des survivants de la destruction des Juifs d’Europe avant qu’ils ne disparaissent. En l’espace d’une quinzaine d’années, près de 52 000 témoignages ont été recueillis et filmés, constituant ainsi l’archive la plus importante de ce type au monde.

45 Inauguré en 1995, cet institut a pour mission de rechercher, sauvegarder et partager les archives et les témoignages de l’histoire de la période khmer rouge. D’abord établi grâce au Cambodian Genocide Program de l’université de Yale, le DC-CAM est devenu en 1997 une organisation non gouvernementale, subventionnée par les aides internationales des gouvernements américain, canadien, australien, japonais et européens.

46 Yves Kamuronsi est survivant du génocide, comme le directeur du Centre mémorial de Kigali, Freddy Mutanguha.

47 Nous avons pu voir les pages principales de la version de ce site alors en chantier dans le cadre d’une réunion de travail aux locaux d’Aegis Trust à Kigali, en compagnie de Sylvie Lindeperg, le 8 décembre 2014.

48 Genocide Archive Rwanda : http://www.genocidearchiverwanda.org.rw

49 Le Nederlands Instituut voor Oorlogsdocumentatie, fondé en 1945, est aujourd’hui doté d’un centre pour l’Holocauste et les Genocide studies.

50 Ce département ministériel britannique a pour principale mission de faire reculer l’extrême pauvreté dans le monde. Il soutient des projets dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’environnement et du climat, de l’économie et de la prévention des conflits.

51 Selon le recensement officiel, le fonds audiovisuel contiendrait 14 250 DVD, 385 VHS, ainsi que des centaines d’enregistrements audio. Ces chiffres nous paraissent cependant abstraits, en l’absence d’informations précises sur le volume horaire de l’intégralité de l’archive vidéo. Aegis Trust, qui a filmé des séances de Gacaca dans des camps de solidarité en 2005, dispose par ailleurs de 81 cassettes, pour un volume horaire total de 67 heures.

52 On a rapporté des cas de suspects ayant dérobé des cahiers ou arraché des pages qui contenaient des informations déterminantes pour les procès.

53 Un site Internet a été créé pour suivre les avancées du projet : http://gacaca.rw/

54 Dix kilomètres d’étagères professionnelles ont déjà été mis à disposition par le NIOD.

55 Pour ce faire, deux scanners de pointe ont été installés au siège des archives Gacaca ; le King’s College de Londres doit assurer la formation du staff rwandais pour leur utilisation. « Gacaca Archives Update: State-of-the-art scanners arrive in Rwanda », 1er octobre 2015 (en ligne : http://gacaca.rw/gacaca-archives-update-state-of-the-art-scanners-arrive-in-rwanda, consulté le 9 mars 2016).

56 « Concept developed to build a state of the art Gacaca Archive », 28 janvier 2015 (en ligne : http://gacaca.rw/state-of-the-art-archive-to-be-constructed-to-preserve-gacaca-collection, consulté le 9 mars 2016).

57 D’autres travaux ont récemment été menés dans l’enceinte du mémorial de Gisozi, avec la construction d’un nouvel espace d’accueil pour les visiteurs et d’un amphithéâtre en contrebas du musée.

58 Thierry Cruvellier, Le tribunal des vaincus. Un Nuremberg pour le Rwanda ?, Paris, Calmann-Lévy, 2006, p. 27.

59 André Guichaoua, « L’instrumentalisation politique de la justice internationale en Afrique centrale », Revue Tiers Monde, 205/1, 2011, p. 71.

60 « ICTR to Digitize Video Recordings of its Trial Proceedings », 4 mars 2010 (en ligne : http://unictr.unmict.org/en/news/ictr-digitize-video-recordings-its-trial-proceedings, consulté le 9 mars 2016).

61 « Le Rwanda réclame les archives du TPIR », Jeune Afrique, 21 octobre 2009 (en ligne : http://www.jeuneafrique.com/157737/politique/le-rwanda-r-clame-les-archives-du-tpir/, consulté le 9 mars 2016).

62 Propos tenus lors du discours d’ouverture de la présentation du « Gacaca Archive Project » au Lemigo Hotel, Kigali, 11 décembre 2014.

63 Marie-Odile Godard, « Se souvenir et dire… Mais à quel prix ? », Les Temps modernes, 680-681, octobre-décembre 2014, Le génocide des Tutsi 1994-2014. Quelle histoire ? Quelle mémoire ?, p. 252-256.

64 Valérie Rosoux, Aggée Shyaka Mugabe, « Le cas des Gacaca au Rwanda. Jusqu’où négocier la réconciliation ? », Négociations, 9/1, 2008, p. 29-40.

65 Les pages qui suivent ont été enrichies par plusieurs rencontres à Kigali avec Assumpta Mugiraneza, que nous remercions vivement pour sa disponibilité.

66 Elle est l’auteure de quatre films ayant pour sujet les juridictions Gacaca et la cohabitation entre génocidaires et survivants : Gacaca, revivre ensemble au Rwanda ? (2002), Au Rwanda on dit... La famille qui ne parle pas meurt (2004), Les Cahiers de la mémoire et Mon voisin mon tueur (2009).

67 Kickstarter : https://www.kickstarter.com/

68 Entretien avec Assumpta Mugiraneza, Kigali, 10 février 2014.

69 « Kickstart IRIBA CENTER FOR MULTIMEDIA HERITAGE in Rwanda », newsletter d’Anne Aghion du 28 juin 2011.

70 Tout en assurant la préservation et la diffusion des fonds d’archives audiovisuelles sur l’histoire du Cambodge, le centre offre également des formations professionnelles dans le domaine de l’audiovisuel, remplissant ainsi une double fonction (mémorielle et pédagogique).

71 L’INA a d’abord donné au centre une copie de la totalité de ses fonds sur le Cambodge (plus de 500 documents audiovisuels), avant de signer un accord avec le gouvernement cambodgien pour numériser 210 boîtes de films (une quarantaine d’heures d’images pour la période de 1975 à 1979). Cinq documentalistes cambodgiens ont également été formés par les équipes de l’INA.

72 « From Rwanda to Cambodia and Back: the Impact of Film », newsletter d’Anne Aghion du 6 juillet 2011.

73 Peter Monaghan, « The Audio-Visual Record of a Brutalized Nation », 15 août 2011 (en ligne : http://www.movingimagearchivenews.org/the-audio-visual-record-of-a-brutalized-nation/, consulté le 9 mars 2016).

74 Ce sont notamment les ouvrages et les images des photographes Christophe Calais et Marco Longari, ainsi que la trilogie documentaire de Danièle Lacourse et Yvan Patry (Chronicle of a Genocide Foretold, 1996).

75 Branche néerlandaise de l’organisation internationale Oxfam, Ofxam-Novib a pour mission de lutter contre l’injustice et la pauvreté dans le monde, notamment dans les zones de conflit ou de post-conflit.

76 IRIBA Center for Multimedia Heritage : http://www.iribacenter.org/

77 Entretien avec Assumpta Mugiraneza, Kigali, 10 février 2014.

78 Sabine Didier, courriel adressé à l’auteur, 8 décembre 2014.

79 D’autres organismes, comme le Rwanda Cinema Center (rebaptisé Kwetu Film Institute) dirigé par Eric Kabera, ou les studios Kemit créés par le cinéaste camerounais François Woukoache, assuraient déjà de telles formations.

80 Limonade & Co conçoit à cette occasion le projet de la plateforme internationale Never Lost Images, un outil censé faciliter le repérage, la sauvegarde et la valorisation des archives : http://www.limonadeandco.fr/never-lost-images/

81 « News to Start the Year », newsletter d’Anne Aghion, 18 janvier 2012.

82 « France-Rwanda : l’ambassadeur Contini sur le départ, remplacé par Hélène Le Gal », Jeune Afrique, 14 novembre 2011 (en ligne : http://www.jeuneafrique.com/178561/politique/france-rwanda-l-ambassadeur-contini-sur-le-d-part-remplac-par-h-l-ne-le-gal/, consulté le 9 mars 2016).

83 En 2006, le juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière concluait à la responsabilité du Front patriotique rwandais dans l’attentat contre le président Habyarimana. Suite aux poursuites contre Paul Kagame et neuf proches de son régime, les autorités rwandaises annoncèrent la rupture des relations diplomatiques avec la France le 24 novembre. Elles ne furent rétablies que trois ans plus tard, une fois le juge Bruguière dessaisi du dossier, après plusieurs incohérences majeures dans son enquête. Marc Trévidic et Nathalie Poux ont repris l’enquête, mais les auteurs de l’attentat n’ont toujours pas été nommément identifiés.

84 Alain Juppé occupe alors le poste de ministre des Affaires étrangères du gouvernement Sarkozy, une fonction qui avait déjà été la sienne sous l’ère Mitterrand entre 1993 et 1995, notamment pendant le génocide des Tutsi.

85 Entretien avec Assumpta Mugiraneza, Kigali, 10 février 2014.

86 L’INA, qui a avancé les frais, prévoit de se rembourser sur les reventes des images, puis de partager le reste des recettes avec la société de la réalisatrice, Gacaca Productions.

87 À la même période, la directrice d’IRIBA engage également un dialogue avec Radio France internationale (RFI), intéressée par l’acquisition de fonds d’archives de la radio.

88 L’Institut français du Rwanda (IFR), inauguré le 15 novembre 2010, a remplacé l’ancien Centre d’échanges culturels franco-rwandais. Actif dans le domaine de la coopération culturelle, l’institut réalise de multiples actions, qui vont de l’organisation d’expositions et de colloques à des cours de langue, en passant par des formations dans le domaine de l’informatique, des projections de films ou des animations autour du livre.

89 Il s’agit du deuxième atelier de ce type organisé en 2015, en association avec l’université Paris 8 Vincennes - Saint-Denis et avec le soutien du Fonds d’Alembert. IRIBA s’inspire une nouvelle fois de l’exemple cambodgien, puisqu’il s’agit d’une transposition d’un projet mis en place par Soko Phay-Vakalis et Pierre Bayard au centre Bophana à partir de 2008. À l’instar de la version cambodgienne, la version rwandaise ambitionne d’articuler création artistique et réflexion théorique, autour des questions de mémoire et de transmission.

90 Ainsi que nous l’a souvent fait remarquer Sylvie Lindeperg, particulièrement au fait de la situation cambodgienne. Sylvie Lindeperg et Annette Wieviorka, « Rapport de mission pour le groupe de recherche franco-cambodgien “Mémoire, archives, création” », février 2009.

91 Patricia Van Schuylenbergh, « Les collections audiovisuelles du Musée royal de l’Afrique centrale à l’heure du numérique », art. cité, p. 114.

92 Francine Gauthier, « L’impact des technologies numériques sur la préservation », dans Françoise Hiraux (dir.), Les archives audiovisuelles…, op. cit., p. 74 ; Laurent Veray, Les images d’archives face à l’histoire, op. cit., p. 86-89.

93 Le 22 janvier 2015, l’atelier organisé par la CNLG avait pour thème : « Enabling the Digital Society: An Impact Plan for the Gacaca Archive Project ». Les débats ont été conduits par Marilyn Deegan, professeure d’humanités numériques au King’s College de Londres.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Lieu de stockage des archives dans l’un des dépôts de l’ORINFOR, 2013
Crédits © IRIBA Center for Multimedia Heritage.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/8439/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 2 : Lieu de stockage des archives dans l’un des dépôts de l’ORINFOR, 2013
Crédits © IRIBA Center for Multimedia Heritage.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/8439/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 3 : Le Centre mémorial du génocide à Kigali, 2010
Crédits Cliché : Nathan Réra.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/8439/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 4 : Le Genocide Archive Rwanda, 2014
Crédits Cliché : Nathan Réra.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/8439/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 5 : Première version du site Internet du Genocide Archive Rwanda
Légende http://www.genocidearchiverwanda.org.rw/​index.php/​Welcome_to_Genocide_Archive_Rwanda, créé en 2010
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/8439/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 6 : Stockage des archives des Gacaca
Crédits © CNLG / NIOD.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/8439/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 7 : La campagne de la levée de fonds sur Kickstarter pour la création du centre IRIBA, 2011
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/8439/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 8 : Le site Internet en construction du centre IRIBA
Légende http://www.iribacenter.org/​
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/8439/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 9 : L’enceinte et la maison du centre IRIBA, 2014
Crédits Cliché : Nathan Réra.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/8439/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 10 : L’enceinte et la maison du centre IRIBA, 2014
Crédits Cliché : Nathan Réra.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/8439/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 570k

Auteur

Nathan Réra est maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université de Poitiers. Ses recherches portent sur les relations entre les arts et sur les représentations visuelles des génocides. Sa thèse de doctorat, sous la direction de Pierre Wat et de Sylvie Lindeperg, avait pour thème les représentations du génocide des Tutsi dans les médias, la photographie et le cinéma (Rwanda, entre crise morale et malaise esthétique. Les médias, la photographie et le cinéma à l’épreuve du génocide des Tutsi (1994-2014), Les Presses du réel, 2014). Il est l’auteur également de De Paris à Drancy ou les possibilités de l’art après Auschwitz, Rouge Profond, 2009 ; Au jardin des délices. Entretiens avec Paul Verhoeven, Rouge Profond, 2010 ; Les Chambres Noires de David Fincher, Rouge Profond, 2014 ; Un destin rwandais, avec Christophe Calais, Neus Editions, 2014.

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540