Version classiqueVersion mobile

De Dante à Rubens : l’artiste engagé

 | 
Étienne Anheim
, 
Patrick Boucheron

Poésie et persuasion politique : le cas d’Eustache Deschamps

Laura Kendrick

Texte intégral

  • 1 Après avoir étudié les arts libéraux et le droit civil, Deschamps est entré au service d’Isabelle d (...)

1Eustache Deschamps, né Morel à Vertus en Champagne, a passé sa vie à servir les princes du sang et à soutenir la monarchie française et le royaume de France1 à une époque où leur pérennité semblait être mise en question par des rébellions de villes contre la lourdeur des impôts, l’interminable guerre contre l’Angleterre, la dépopulation des campagnes, le Grand Schisme de l’Église, la faiblesse du roi Charles VI (d’abord à cause de sa jeunesse, ensuite à cause de sa folie). Le poète-officier a exprimé, parfois, le sentiment d’être « embarqué » et en péril de naufrage :

  • 2 Toutes les citations de Deschamps proviennent des Œuvres complètes d’Eustache Deschamps, éd. par le (...)

La chief fault, l’Eglise chancelle,
La seignourie et la foy bransle,
Justice, Loy et Vertu tramble,
En peril est nostre nasselle2.

  • 3 Dès 1903, dans son introduction aux Œuvres complètes…, op. cit., t. 11, p. 254, G. Raynaud a remarq (...)

2Stabiliser la monarchie dans l’intérêt du « bien commun » le préoccupe ; il conçoit son rôle comme celui de conseiller et se sert de son art poétique pour influencer le prince et son entourage, pour donner son avis, instruire, informer des problèmes ou critiquer les conduites3.

  • 4 Je laisse de côté les poèmes de circonstance que Deschamps a écrits pour célébrer les grands événem (...)
  • 5 Pour l’analyse des conseils et avis de Deschamps sur l’alimentation, la cuisine, la santé, la médec (...)
  • 6 L’autorité de ces catégories a été renforcée par les traductions de l’Éthique et de la Politique d’ (...)

3La plus grande partie de sa production poétique4, qui s’étend de 1368 à 1404, peut être classée thématiquement d’après les trois catégories aristotéliciennes de gouvernance : éthique (concernant la gouvernance de soi-même)5, économique (concernant la gouvernance d’une « maison » ou d’un héritage familial) et politique (concernant la gouvernance de la « cité » ou du royaume)6. Ces catégories se chevauchent, particulièrement dans une monarchie héréditaire comme la France où l’économique (le bon ou le mauvais gouvernement de la « maison » et du domaine royal) était inséparable de la politique de gouvernance du royaume. Ce qui nous intéressera ici sont les critiques de nature politico-économiques que Deschamps a exprimées de nombreuses fois et de diverses manières à travers sa poésie, en particulier contre la cupidité rampante et la recherche du « singulier profit », la recherche de « finance » à tout prix, l’imposition des impôts non consentis par le peuple, le gaspillage des ressources du domaine royal et du royaume et l’importance croissante dans le gouvernement du royaume des « manieurs d’argent » (au détriment des sages instruits dans des arts et des sciences plus nobles).

Du lyrisme courtois à la poésie engagée

  • 7 Dans son Art de dictier, Deschamps évoque la pratique « anciennement et encores » de la récitation (...)
  • 8 « Arcien » (artiste) est le mot que Deschamps utilise pour désigner quelqu’un ayant maîtrisé les ar (...)
  • 9 La grande compilation des œuvres de Deschamps, Paris, BNF, ms. fr. 840, entièrement visible sur le (...)
  • 10 Pour l’analyse des formes strophiques des 989 ballades et 138 chansons royales de Deschamps, voir S (...)

4Avant d’examiner plus en détail quelques ballades où Deschamps traite de ces thèmes, il faut considérer le contexte qui a amené le poète, disciple du poète-musicien Guillaume de Machaut, à se servir des formes fixes de la poésie lyrique courtoise (ballades et chansons royales, rondeaux, virelais, lais), formes réservées jusque-là à l’expression amoureuse, pour donner son avis sur des problèmes politico-économiques. En les dégageant du chant vocal et de la musique instrumentale7, Deschamps se servait des formes fixes pour exprimer la sagesse érudite (d’arcien8 et de juriste) et proverbiale (« des champs »)9. Il a fait un grand usage de l’envoi pour terminer ses ballades, celles de trois strophes (où l’envoi n’était pas conventionnel avant lui) et celles de cinq strophes (« chansons royales », où l’envoi était déjà de rigueur)10. Sa forme préférée était la ballade composée de trois strophes rimées sur le même refrain, auquel il a souvent ajouté une strophe plus courte d’envoi adressé, par son premier mot, au « Princes », interpellation suivie de la leçon ou de l’argument en abrégé du poème. Par le moyen de ces formes fixes, Deschamps a pu présenter aux princes et aux seigneurs laïcs, d’une manière percutante et persuasive, ses conseils pour faire durer une « maison » ou une monarchie. La forme de la ballade (ou chanson royale) cadre bien avec le message, car l’économie et la régulation stricte de la parole renforcent ses leçons de bonne gouvernance (auto-régulation, modération) et ses mises en garde contre des conduites excessives ou déréglées.

Rhétorique et politique

  • 11 L’ouverture des formes de la lyrique courtoise aux problèmes d’actualité du xive siècle est l’équiv (...)
  • 12 Li Livres dou Trésor a été beaucoup copié pour les collections princières et seigneuriales des xive(...)
  • 13 « Cis livres est apielés Tresors. Car si come li sires ki vuet en petit lieu amasser cose de grandi (...)
  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid., livre III, partie I, p. 317 : « Et Tuilles dist que la plus haute science de cité governer s (...)
  • 16 Ibid., livre III, partie II, p. 319 : « Et sachiés que rectorique est desoz la science de cité gove (...)

5L’élargissement du champ thématique de la poésie lyrique aux sujets politico-économiques reflète l’engagement du poète avec les problèmes du moment11 et met en pratique l’idée, véhiculée par les traducteurs et interprètes de la philosophie morale d’Aristote, que la bonne gouvernance est une gouvernance par la parole, par la persuasion verbale, l’art de la rhétorique. L’influent Livres dou Trésor de Brunetto Latini, écrit pendant que le notaire florentin était exilé en France entre 1260 et 1267, a beaucoup fait pour promouvoir l’art de la rhétorique12. Latini a thésaurisé, sous forme de courtes citations et paraphrases, la pensée d’Aristote, de Cicéron (De inventione) et d’autres autorités antiques. Il compare la sagesse compilée dans son Livres dou Trésor aux joyaux les plus précieux que le seigneur amasse, « non seulement pour son plaisir, mais pour augmenter son pouvoir et assurer son état13 ». Filant la métaphore du trésor, Latini explique que la sagesse de la première partie de son livre, « sur la nature de toutes choses en somme », est comme de la petite monnaie pour acheter les nécessités de tous les jours (« deniers contans, pour despendre toujours es coses besoignables ») ; la deuxième partie, qui traite des vices et des vertus, « est de precieuses pieres », tandis que la troisième partie « est de fin or » car elle enseigne le plus noble des arts, l’art de la rhétorique, l’art de bien parler pour gouverner les hommes : « car si comme li ors sormonte toutes manieres de metal, autresi est la sience de bien parler et de governer gens plus noble de nul art du monde14 ». Pour Cicéron, toujours d’après Latini, la rhétorique, la science de bien parler, est la plus haute science politique15. Dans le troisième livre de son Livres dou Trésor, qu’il présente comme une « traduction » de la Politique d’Aristote, Latini explique que la rhétorique appartient à la science de gouverner la cité (la politique), de la même manière que l’art de faire des mors et des selles appartient à la chevalerie16. Y a-t-il de l’humour dans cette comparaison de l’art de faire des harnais de chevaux à l’art de la rhétorique, dont le but est de diriger et de conduire les gens par la parole ?

  • 17 Ibid., livre III, partie II, p. 319-320 : « Pour ce sont il deceu, cil ki cuident que raconter fabl (...)
  • 18 Brunetto Latini, Li Livres dou Trésor, op. cit., livre III, partie X, p. 327, sous la rubrique « De (...)
  • 19 Ibid., livre III, partie IV, p. 322 : « Or dist li mestres [Cicéron] que la science de rectorique e (...)

6Latini définit la rhétorique non pas par ses formes, mais par son intention de convaincre et son contenu argumentatif (démonstration [louange, blâme], conseil, jugement). Il conteste d’autres acceptions sophistiques : raconter des fables et des contes n’a rien à faire avec la rhétorique ; utiliser les artifices de la parole, non plus17. Les vers, pourtant, ne sont pas exclus comme moyen de « parler ». Selon Latini, la rime est plus directive, plus exclusive que la prose, qui ressemble à la « commune parleure » : « le chemin de la rime est plus étroit et plus fort, comme s’il était clos et fermé de murs et de palissades, c’est-à-dire par le pied et le nombre et la mesure que l’on ne doit pas enfreindre18 ». Latini n’exclut pas l’écriture non plus comme moyen de « parler », car on peut parler de deux manières : avec la bouche ou par lettres que l’on envoie19. D’après les critères du Livres dou Trésor, les ballades et chansons royales avec envois que Deschamps a écrites par centaines sont des formes appropriées pour la persuasion politique, pour convaincre un prince et son entourage.

La pratique de la rhétorique d’après Deschamps

  • 20 Œuvres complètes…, op. cit., ballades nos 123 et 124, t. 1, p. 243-246.
  • 21 Ibid., ballade no 123, t. 1, p. 243, v. 2-4.
  • 22 Voir E. Faral, Les arts poétiques du xiie et du xiiie siècle : recherches et documents sur la techn (...)

7Dans deux ballades composées à la mort de Guillaume de Machaut en 1377, Deschamps a choisi l’épithète « le noble rethorique » pour clore les refrains identiques de deux ballades d’éloge du poète-compositeur décédé20. Deschamps semble considérer le terme « rethorique » (rhéteur) plus digne que celui de poète, si l’on juge par les noms de « faiseurs en français » et « toute poéterie » qu’il emploie dans la ballade no 123 pour désigner des poètes dans sa convocation de pleurants : « Clers, musicans, faititres en françois, / Tous sophistes, toute poeterie, / Tous ceulx qui ont melodieuse voix […]21 ». En désignant Machaut comme « noble rethorique », en assurant qu’il a parlé d’amour d’une manière éthique (« Onques d’amours ne parla en folie », v. 9), en attirant l’attention sur son auditoire princier (« Complains sera de princes et de Roys », v. 21) et sur sa « bonne pratique » (v. 22), Deschamps semble vouloir dépasser un ancien sens plus technique, plus « sophistique », de la rhétorique qui l’identifiait à la poésie et aux artifices de l’écriture22.

  • 23 Œuvres complètes…, op. cit., ballade no 1367, t. 7, p. 209, v. 21-30 : « Et qui delesse ou fuit par (...)
  • 24 Œuvres complètes…, op. cit., ballade no 1367, t. 7, p. 208, v. 1-10 : « Qui bien sçavoir veult l’ar (...)

8Dans la ballade no 1367, annoncée par la rubrique « Comment tout homme de pratique doit parler selon rethorique », Deschamps donne sa propre recette pour la bonne « pratique » de la rhétorique, qu’il compare à la pratique du médecin, car il faut connaître les fondamentaux de l’art pour porter remède23. D’après lui, le rhétoricien doit parler brièvement, hardiment, sagement, et substantiellement24. Pour rendre le sens clair, il doit diviser sa matière en parties et prononcer sa parole d’une manière assurée et d’une voix plaisante. La ballade de conseil argumenté, spécialité de Deschamps, est conforme à cette recette, avec sa division en trois ou cinq strophes, sa brièveté assurée par la forme, son message résumé ou souligné par le refrain et rappelé par le résumé de l’envoi.

Contextes d’appréciation d’une poésie sur la gouvernance

  • 25 Le Songe du Vergier, éd. par M. Schnerb-Lièvre, Paris, Éd. du Centre national de la recherche scien (...)
  • 26 Dans son prologue à l’Éthique, Nicole Oresme déclare que « la science de moralité » est contenue pr (...)
  • 27 D’après Christine de Pizan, Le Livre des faits et bonnes mœurs du roi Charles V le Sage, trad. par (...)
  • 28 Qu’un premier groupe de 303 ballades soit présenté sous la rubrique « ballades de moralité » suggèr (...)

9D’après le témoignage du Songe du Vergier, terminé en 1378, Charles V lisait ou faisait lire tous les jours à haute voix des passages des traductions d’Aristote ou d’autres « moralités » pour apprendre à mieux gouverner : « Chascun jour il lit ou fait lire devant luy de Ethyques, de Pollitiques ou de Yconomiques, ou d’autres moralités, pour savoir que appartient au gouvernement de tout seigneur naturel, et conment il doit justement et virtusement vivre, et son pueple garder d’oppressions et deffendre25 ». À quoi correspondent, dans cette phrase, les « autres moralités » venant à la suite des traductions françaises des trois œuvres de la « philosophie morale » d’Aristote26 ? S’agit-il de la lecture d’autres œuvres d’autorité que Charles V a fait traduire27 ? S’agit-il d’œuvres qui lui ont été offertes sur les thématiques de gouvernance de soi-même, de sa maison et de son peuple ? Huissier d’armes, Deschamps faisait partie de l’entourage du roi à la fin des années 1370. A-t-il pu participer à ces séances de lecture ? Pouvait-il espérer y trouver un auditoire pour ses propres « balades de moralitez », comme elles ont été intitulées au début de la compilation de ses œuvres dans le manuscrit Paris, BNF, ms. fr. 84028 ?

  • 29 Deschamps a pourtant fait, peut-être de sa propre initiative, un abrégé et une traduction libre d’u (...)
  • 30 Voir Philippe de Mézières, Le Songe du Vieil Pelerin, éd. par G. W. Coopland, Cambridge, Cambridge (...)

10Charles V ne semble pas avoir commandité à son huissier la traduction d’un texte d’autorité de la sorte qu’il faisait lire à haute voix et collectionnait dans sa bibliothèque du Louvre29. Deschamps s’est néanmoins engagé dans le programme d’instruction laïque commencé sous l’égide de Charles V. À travers les micro-doses, les brèves « ordonnances » de ses poèmes à formes fixes, Deschamps a distillé la matière de ces prestigieuses traductions sur la gouvernance : celles des œuvres d’Aristote, faites récemment par Nicole Oresme, mais aussi des leçons tirées de l’Ancien Testament et des traductions de l’histoire romaine, entre autres. Dans la liste de lectures recommandées à Charles VI en 1389 par son ancien précepteur, Philippe de Mézières, se trouve la poésie didactique de Deschamps : « Tu puez bien lire aussi et ouyr les dictez vertueulx de ton serviteur et officier Eustache Morel30 ». À travers le personnage allégorique de la reine Vérité, Philippe de Mézières conseille à Charles VI de faire « lire devant toy » la Cité de Dieu de saint Augustin et le Policratique de Jean de Salisbury (deux des autorités que Charles V a fait traduire), juste avant de lui recommander les « dictez vertueulx » de Deschamps, et « toutes autres escriptures vrayes, honnestes et catholiques, tendans a bonne edification ».

  • 31 Œuvres complètes…, op. cit., chanson royale no 338, t. 3, p. 51.

11À une date inconnue, peut-être peu après le couronnement de Charles VI en 1380, Deschamps a eu l’audace de recommander au roi de faire lire « pluseurs foys » sa propre chanson royale, miroir pour princes en abrégé31 :

Princes et roys de bon entendement,
Qui avez prins vostre couronnement,
Faictes lire ma chançon pluseurs foys ;
Se bien y a, faites le doucement,
Et lors serez en vo gouvernement
Preux et vaillant, doulz, larges et courtois. (v. 51-56)

  • 32 L’éditeur des Œuvres complètes a corrigé l’orthographe de « faictes lay » dans le manuscrit (Paris, (...)

12Dans cet envoi adressé au prince, l’injonction « Faictes lire » est suivie immédiatement par une autre injonction : « faites le32 ». Le poète incite le prince à mettre sa leçon en action. Il demande une lecture à haute voix dans le but d’influencer, persuader, agir sur le prince et son entourage. Si le programme de vulgarisation de la sagesse antique soutenu par Charles V a donné l’occasion à Deschamps de « parler » au prince et aux décideurs à travers ses ballades et chansons royales, il a continué d’exploiter cette opportunité pendant le règne de Charles VI et de promouvoir ses idées par son choix et son traitement de sujets.

La hardiesse du poète-rhétoricien

  • 33 Œuvres complètes…, op. cit., chanson royale no 348, t. 3, p. 71-72.

13Dans la chanson royale no 348, au refrain de « Que nulz prodoms ne doit taire le voir33 », Deschamps se défend contre ceux qui l’accusent d’être « trop hardis » en critiquant les vices des grands ; il explique que c’est son devoir de dire la vérité et qu’il prend soin de ne nommer personne individuellement :

Aucuns dient que je suis trop hardis,
Et que je parle un pou trop largement
En reprouvant les vices par mes dis
Et ceuls qui font les maulx villainement.
Mais leur grace sauve certainement
Verité faiz en general sçavoir,
Sans nul nommer fors que generalement.
Que nulz prodoms ne doit taire le voir. (v. 1-8)

  • 34 Ibid., chanson royale no 348, t. 3, p. 72, v. 41-45 : « Princes, je traiz en hault hardiement, / Sa (...)

14Le poète insiste sur le fait qu’il ne parle pas pour nuire, mais pour instruire : « Se j’en parle, c’est pour enseignement » (v. 23), et il revendique l’exemple du blâme des mauvais dans le Nouveau et l’Ancien Testament (v. 25-28). Il refuse de se laisser corrompre et crie : « Blasmons les maulx, fi d’or et fi d’argent ! » (v. 39). Dans l’envoi adressé au « Princes », le poète se compare à un archer et revendique sa propre hardiesse en tirant les flèches de ses paroles critiques « en haut », mais ce n’est pas de sa faute si certaines personnes se sentent blessées, car elles avaient le temps de fuir et de se protéger de la chute des flèches (critiques)34. Le langage figuré attire l’attention en même temps qu’il cache les noms de ceux qui sont ciblés par la critique. Cette chanson royale est une belle démonstration de l’utilisation des ressources de la poésie dans un but de persuasion.

Figures d’engagement politique

  • 35 Dans « Pour une préhistoire… », art. cité, J.-C. Mühlethaler juge que l’engagement politique est «  (...)
  • 36 Œuvres complètes…, op. cit., chanson royale no 387, t. 3, p. 155-157.
  • 37 Ibid., chanson royale no 388, t. 3, p. 157-159.
  • 38 Ibid., ballade no 112, t. 1, p. 228-229. La figure du corps dans cette ballade est celle de la « da (...)
  • 39 Sur l’incorporation figurative de la France chez Deschamps et ses sources d’inspiration, voir T. La (...)
  • 40 Œuvres complètes…, op. cit., chanson royale no 387, t. 3, p. 155-157, v. 1-10 : « N’a pas long temp (...)

15L’emploi de fables et de figures qui frappent l’imaginaire pour dénoncer et corriger les abus de pouvoir et des aberrations dans le gouvernement du royaume n’enlève rien à l’engagement politique du poète35. Certaines figures, loin d’être des diversions ou des voiles, claironnent des intentions politiques. Tel est le cas, par exemple, de la figure du tyran Roboam, dont nous parlerons plus loin, ou des figures corporelles du royaume de France (corps prosterné par manque d’une bonne tête36 ou par manque d’un cœur courageux37, corps dépecé et donné en morceaux38). Deschamps anime, met en danger et dramatise la figure du corps étatique déjà employé par Jean de Salisbury dans le Policratique (traduit pour Charles V en 1372) pour représenter la hiérarchie et l’interdépendance des différents membres du royaume39. Par exemple, dans sa chanson royale no 387 sur le refrain de « Riens ne me fault, mais que j’aye bon chief », Deschamps décrit sa vision en rêve d’un grand corps armé qui gît par terre et se plaint de son manque d’une bonne tête40. La description de sa forme (sa grandeur, sa pureté) et de son entourage (richesse en or et argent, en peuple, en régions) rend évidente l’identité du corps gisant :

Esbahy fu, car illecques veoie
Corps sanz teste de si grant estature
Que sa biauté descripre ne pourroye
Ne sa grandeur, ne sa fourme si pure
Qui, comme mort, gisoit sur la verdure.
Il avoit or et argent
Environ lui, maint peuple, mainte gent,
Riche pays, mais a eulz fu trop grief
De ce qu’il brait et crie horriblement :
Riens ne me fault, mais que j’aye bon chief. (v. 11-20)

16Néanmoins, Deschamps se sert de l’envoi adressé aux « Prince » (forme plurielle) pour expliquer que cette figure du corps souffrant par manque d’un « bon chief » représente la France :

Prince, vray est que, quant je m’esveilloie,
Je vy ce corps par lequel figuroie
France qui a long temps souffert meschief,
Qui se plaingnoit et regretoit Montjoye,
Disant : J’aray encor soulas et joye ;
Riens ne me fault, mais que j’aye bon chief. (v. 52-57)

  • 41 Œuvres complètes…, op. cit., chanson royale no 388, t. 3, p. 157-159.

17Cette chanson royale, ainsi que la suivante dans le manuscrit BNF, ms. fr. 840 – no 388, au refrain de « J’ay terre et corps, mais je n’ay point de cuer41 » –, incitent le jeune roi Charles VI, vers la fin de ses huit années de tutelle (1380-1388), à prendre la tête de l’armée et du royaume. En novembre 1388, au retour de l’expédition militaire victorieuse de Gueldre, Charles VI s’est affranchi de la tutelle de ses oncles, à l’instigation d’anciens conseillers et officiers de Charles V, dont Deschamps faisait partie.

Tailler dans le vif

  • 42 Ibid., chanson royale no 318, t. 3, p. 7-9. Charles V a aboli l’impôt direct du fouage (levé sur le (...)

18Loin d’être une diversion, la fable animalière sous forme de ballade donne la parole aux bêtes de la ferme pour critiquer, d’une manière même plus incisive, l’imposition des impôts non consentis et les exactions en tous genres subies par le peuple. La chanson royale no 318 est un bel exemple de l’utilisation d’une fable animalière pour dénoncer la « taille », cet impôt direct qui a remplacé, sous Charles VI, le fouage que Charles V avait révoqué en 1380 sur son lit de mort42. Les bêtes parlent de leurs souffrances et, en particulier, d’être tellement tondues et rasées de leur laine ou de leurs poils qu’elles semblent écorchées vives. La deuxième strophe témoigne des souffrances des bêtes « tondues » trop souvent et de trop près :

Lors li chevauls dit : Trop m’ont fait de mal ;
Jusques aux os m’ont la char entamée :
Soufrir ne puis cuilliere ne poitral.
Les buefs dient : Nostre pel est pelée.
La chievre dit : Je suis toute affolée.
Et la vache de son veel se plaingnoit,
Que mangié ont. Et le brebis disoit :
Panduz soit il qui fist forces premiers ;
Car trois foiz l’an n’est pas de tondre droit.
Pour ce vous pri, gardez vous des barbiers. (v. 11-20)

  • 43 M. Jeay remarque que, sous la plume de Deschamps, « le terme qui revient le plus souvent pour ident (...)
  • 44 Voir L. Scordia, « Le roi doit vivre du sien » : la théorie de l’impôt en France (xiiie-xve siècles (...)

19On tond les bêtes ; on taille ou rase les cheveux humains. Avec chaque refrain de mise en garde, la ballade glisse du contexte animal au contexte humain. Les bêtes de la ferme figurent le peuple et leur sujétion à la taille, l’impôt trop lourd et trop fréquent imposé par les « barbiers », c’est-à-dire les officiers du roi, désignés dans la cinquième strophe comme les « Singes et loups [qui] ont ceste loy trouvée / Et ces gros ours du lion curial / Qui de no poil ont la gueule estoupée » (v. 42-44). L’envoi de cette chanson royale, adressée non pas au « Princes » mais à « Noble lion », met Charles VI en garde contre l’imposition des impôts excessifs qui épuisent les forces vives de son royaume. Il rappelle au prince sa propre dépendance envers son peuple : « Qui trop le tond, il se gaste et deçoit, / Et au besoing nulle rien ne reçoit » (v. 54-55). On dirait aujourd’hui que trop d’impôt tue l’impôt. Pour les courants de pensée de l’époque, fortement influencés par l’étude d’Aristote, la représentation du peuple comme du bétail43 tondu n’est pas risible ; elle frôle l’accusation de tyrannie, car grever de force ses sujets, bafouer leur franchise coutumière, est l’acte rapace d’un tyran44.

Roboam, figure du tyran

  • 45 Voir, dans Œuvres complètes…, op. cit., les ballades no 141, t. 1, p. 267 ; no 284, t. 2, p. 152 ; (...)
  • 46 Ibid., chanson royale no 1203, t. 6, p. 6-8. Cette chanson royale a un refrain à deux vers : « Pour (...)
  • 47 Voir L. Scordia, « Le roi doit vivre du sien »…, op. cit., p. 253 : « L’immense trésor de Charles V (...)

20Deschamps se sert souvent de la figure biblique du jeune roi Roboam, fils du roi Salomon, pour avertir Charles VI qu’il court à sa perte, qu’il perdra son royaume et son peuple s’il refuse de suivre la sagesse de son père et de ses anciens conseillers, c’est-à-dire s’il refuse la modération et grève son peuple d’impôts45. Parfois, l’exemple de Roboam enfonce le clou, renforce la leçon de l’envoi ; c’est le cas, par exemple, de la chanson royale no 120346, où Deschamps raconte, d’une manière figurée, l’épuisement des ressources du domaine royal ou du royaume par un jeune héritier qui refuse de suivre l’exemple de son père. Le « jouvenciaulx / Qui en ce lac a tant de pescheurs mis / Que les poissons ont esté afoiblis » (v. 23-25) fait allusion à Charles VI, à l’épuisement rapide du trésor de son père, et au rétablissement des impôts excessifs47. Dans l’envoi, Deschamps évoque le mauvais exemple de Roboam, qui n’a pas retenu les « gens loyaulx » de son père (v. 51), et « par les jeunes consaulx / Perdit pais, sa terre et ses vaisseaulx » (v. 54-55).

  • 48 Œuvres complètes…, op. cit., ballade no 1249, t. 6, p. 263.

21La ballade no 1249, entièrement consacrée aux exemples tyranniques des rois Roboam et Balthazar, ravisseurs des biens de leurs sujets, est annoncée par une longue rubrique qui fait la part belle à Roboam : « comment roboam fut destruit et perdit son royaume pour sa grant convoitise pour ce qu’il crut le conseil des jeunes foulz et oultrecuidiez, et despita cellui des anciens prodommes48 ». Adressée aux anciens conseillers du père de « Roboam », la première strophe les incite à le fuir :

Fuiez, viellars, ne vous monstrez jamais,
Car Roboan ne ne vous a point en grace ;
Il ne veult pas telz gens en son palays
Ne ensuir de son pere la trace ;
Aux jeunes foulz se deduit et soulace,
Prant et ravit par le conseil d’iceulx,
Croire ne veult les prodommes ne ceulx
Que Salomon avoit mis en office ;
De les oir est fel et despiteux :
L’en het par tout droit, raison et justice. (v. 1-10)

  • 49 Voir Nicole Oresme, Traictie de la première invention des monnoies de Nicole Oresme et Traité de la (...)
  • 50 Nicole Oresme, Traictie de la première invention…, op. cit., p. LVIII : « Icelluy mesme Roboam, pou (...)
  • 51 Ibid., p. LXXVI : « [le bon roi ou prince] mect l’utilité publicque devant la sienne privée et prop (...)
  • 52 Ibid.
  • 53 Ibid., p. LXXVII. Deschamps se sert de cette maxime, par exemple, dans la ballade no 959 (Œuvres co (...)
  • 54 Nicole Oresme, Traictie de la première invention…, op. cit., p. LXXX-LXXXI. À l’opposé de Roboam, O (...)

22La figure de Roboam avait déjà une forte charge critique avant Deschamps. Nicole Oresme l’avait utilisée dans son Traictie de la première invention des monnoies49, écrit en 1356-1357, pendant la captivité de Jean le Bon et la régence du jeune Charles V, contre la politique de dévaluation de la monnaie comme technique fiscale. D’après Oresme, Roboam est l’exemple du roi qui devient tyran en grevant lourdement ses sujets ; en conséquence, il perd la plupart de son royaume50. Tandis que le « bon roy ou prince » aime le bien commun et la franchise de son peuple51, le tyran cherche son propre profit aux dépens de « l’utilité commune de ses subgectz52 ». Cependant, le royaume qui devient tyrannie ne peut pas durer, car l’asservissement d’un peuple franc est une violence et, « comme dit Aristote, choses violentes tantost se corrumpent53 ». Pour faire durer un royaume, Oresme conseille l’utilisation modérée des pouvoirs en citant la règle d’Aristote : « laquelle est que le prince n’amplie pas trop sa seigneurie sur ses subgectz, qu’il ne face exactions ou aucunes prises et detencions d’iceulx, hors les termes de justice, et que le droit veult qu’il leur laisse leurs franchises, s’ilz en ont ; et s’ilz n’en ont, qu’il leur en donne54 ».

La conservation des ressources du royaume

  • 55 Évrard de Trémaugon, docteur en droit civil et canon et maître des requêtes de l’hôtel de Charles V (...)
  • 56 Philippe de Mézières, conseiller de Charles V de 1373 à 1380, était influent dans l’éducation de Ch (...)
  • 57 L. Scordia, « Le roi doit vivre du sien »…, op. cit., p. 202-205.
  • 58 À l’instar des traductions d’Aristote par Oresme, Deschamps utilise les mots « bien commun » (parfo (...)

23La nécessité d’une utilisation plus modérée des ressources du royaume pour assurer sa pérennité est un thème majeur de la poésie de Deschamps. Le poète traduit dans des formes brèves et frappantes, souvent figuratives, des idées exprimées dans la traduction et glose de la Politique d’Aristote par Nicole Oresme, ainsi que dans son propre Traictie de la première invention des monnoies, dans le Songe du Vergier d’Évrard de Trémaugon55, et dans le Songe du Vieil Pelerin de Philippe de Mézières56. Ce courant de pensée, auquel adhèrent des hommes instruits à l’université, et surtout au collège de Navarre, se méfie de l’importance croissante des impôts comme moyen de financer les besoins de la monarchie et de l’administration du royaume57. Il se méfie aussi de l’importance croissante dans l’administration du royaume des officiers et du personnel de finance, avec lesquels les juristes, ayant fait des études plus longues, se trouvent en compétition. Nous reviendrons plus loin sur les diatribes poétiques de Deschamps contre la montée en puissance des « manieurs d’argent ». D’après ce courant de pensée, dont Deschamps est le porte-parole volontaire, les vraies ressources du royaume sont humaines, et non pas monétaires. Sans peuple productif et prospère, le royaume ne peut pas l’être, ni le roi. Le plus grand bien est le « bien commun », à l’opposé du « singulier profit58 ».

  • 59 Voir, par exemple, la fable animalière de la chanson royale no 341 (ibid., t. 3, p. 56-57), où Desc (...)
  • 60 Pour un exemple du domaine royal ou du royaume figuré comme jardin, voir la ballade no 299 (ibid., (...)
  • 61 Voir la chanson royale no 1103 (ibid., t. 6, p. 6-8).
  • 62 Ibid., chanson royale no 402, t. 3, p. 189-191.

24Pour critiquer le gaspillage par convoitise des ressources du royaume et pour avertir du danger imminent de leur épuisement total, Deschamps représente ces ressources par différentes figures : une ferme avec son bétail59, un jardin de plantes fructueuses60, un lac ou un étang poissonneux61. Examinons de plus près la chanson royale no 402 (reproduite en annexe)62. Le « je » qui parle ne peut être qu’une personnification de la France ou du royaume, qui décrit le déclin de son « vivier » ou étang, auparavant bien rempli de gros poissons grâce aux trois réservoirs d’élevage de petits poissons et grâce aussi au bon entretien des bords de l’étang et à l’interdiction de la pêche. Maintenant, les réservoirs « refroidis » produisent moins de frai, les carpes gênées par la végétation envahissante ont du mal à se reproduire, et les petits poissons sont attrapés par les hérons, cormorans et loutres qui pêchent sans contrôle. Le grand poisson dans l’étang s’en aperçoit trop tard, quand le frai manque et que les brochets les plus forts mangent les plus faibles. Sans petits poissons, les hérons, cormorans et loutres meurent, l’étang est épuisé et les oiseaux de proie meurent de faim. L’éco-système clos de la pisciculture est détruit par manque de modération, car la survie des uns dépend de la survie des autres.

  • 63 Cette annotation en marge de la chanson royale no 402 a été interprétée comme une notation pour une (...)

25Dans le manuscrit Paris, BNF, ms. fr. 840, fol. 138 ro, le scribe a, exceptionnellement, écrit « Alegorie» en encre brune dans la marge à gauche du début de la cinquième strophe de cette chanson royale pour signaler l’explication (plutôt une complication) de cette histoire de pisciculture échouée63. Nous apprenons que les trois « mères » qui remplissent les réservoirs « pour peuple edifier » et pour faire « tout fructifier » sont Franchise, Raison et Justice. Le frai (« la fourse »), qui se multipliait auparavant grâce aux bonnes conditions des amples réservoirs, est le peuple, la « force » productive du royaume, auparavant protégée par Franchise, Raison et Justice, mais maintenant « détruit » car tenu « trop roit » (trop étroitement). Dans cette mise en scène de prédation incontrôlée, la première cause de la déperdition de la « fourse » (du peuple) est son manque de « Franchise ». Tout l’éco-système dépend de la nourriture fournie par le « frai », le peuple en tant que ressource de base du royaume. L’explication de la cinquième strophe identifie le grand poisson avec le prince, qui laisse faire les prédateurs jusqu’à épuisement des ressources du « regne et vivier » (v. 49). Les loutres, cormorans et hérons peuvent figurer les fermiers d’impôts et les officiers profiteurs des taxes collectées au nom du roi. L’envoi demande au Prince de remettre en état les ressources du royaume : « Ce bon foursier et peuple resourdroit » (v. 52). Pour ce faire, pour retrouver les conditions propices à la restauration des forces vives du royaume, il faut rétablir Franchise, Raison et Justice, c’est-à-dire protéger le peuple et ses droits.

« Compter, getter et mannier argent »

  • 64 « Compter, getter et mannier argent » est le refrain de la ballade no 300 (Œuvres complètes…, op. c (...)
  • 65 Dans la ballade no 299 (Œuvres complètes…, op. cit., t. 2, p. 160, v. 24), Deschamps représente les (...)
  • 66 Voir la ballade no 1223 (ibid., t. 6, p. 221-222) adressée aux « gens de pratiques, / Marchans d’ar (...)
  • 67 L. Scordia, « Le roi doit vivre du sien »…, op. cit., p. 471-480, inclut dans ses annexes sur la «  (...)
  • 68 Il faudrait, par exemple, examiner de plus près les multiples résonances entre les commentaires cri (...)

26Son opposition à la taxation d’un peuple franc contre son gré et ses dénonciations de la convoitise de ceux qui profitent des impôts néfastes au « bien commun » sont des expressions des convictions idéologiques de Deschamps, celles d’un homme de loi formé d’abord à l’université, ensuite à la cour de Charles V, et profondément influencé, dans les deux milieux, par les écrits d’Aristote. Mais il y a aussi un côté auto-défensif et partisan dans la véritable guerre verbale que Deschamps a menée, à travers ses ballades et chansons royales, non seulement contre cette taxation injuste et gaspilleuse des ressources du royaume, mais aussi contre la montée en puissance des officiers et personnels chargés des finances du royaume. Les deux maux vont de pair. Deschamps s’en prend surtout aux hommes nouveaux sachant peu sauf « compter, getter et mannier argent64 » ; grâce à cette compétence limitée, ils deviennent plus importants et plus respectés que les « sages preudommes » ayant fait de longues études de textes d’autorité. Il critique le prince qui élève ces « nonsaichants65 » et appelle à la diminution de leur nombre66. Ce combat verbal engagé par Deschamps a été, jusqu’à présent, peu analysé67 ; sa compréhension demande une mise en contexte plus approfondie qu’il n’est possible ici68, où il s’agit surtout de poser quelques jalons.

  • 69 Nicole Oresme, Traictie de la première invention…, op. cit., p. LXII-LXIII : « changeurs, marchans (...)
  • 70 Œuvres complètes…, op. cit., chanson royale no 1166, t. 6, p. 106-108. Oresme, dans son Traictie de (...)

27Nicole Oresme sonne l’alarme dans le Traictie de la première invention des monnoies, où il fait le tri entre les états utiles à la « chose publique » (ecclésiastiques et religieux, juges, chevaliers, marchands, cultivateurs, artisans) et les occupations « non nécessaires » qui drainent les ressources de la communauté et l’empêchent de croître en prenant une trop grande partie pour eux-mêmes : changeurs, marchands de monnaies, monnayeurs et percepteurs69. Deschamps, à son tour, s’attaque à la catégorie foisonnante des offices et occupations non utiles, ou carrément néfastes, au bien commun. Dans sa chanson royale no 1166, qui parodie le Liber generationis (nom donné à la liste des ancêtres du Christ au début des Évangiles de Matthieu et de Luc), le poète mélange la liste généalogique de qui a engendré qui, remplace la constatation « x autem genuit y » avec la question « qui fuit x ? » et prétend interroger ces personnages bibliques aux noms exotiques sur leurs occupations70. Les dénominations de leurs offices ne sont que trop familières ; tous sont employés dans la gestion et perception des finances d’une manière ou d’une autre :

  • 71 Celui qui vérifie les rôles ou registres, ou qui tient un registre en double.
  • 72 Officier du grenier à sel qui juge, en première instance, les différends relatifs aux gabelles.
  • 73 Percepteur d’impôt.
  • 74 Généraux des finances, grands responsables des revenus extraordinaires venant des impôts.

Qui fuit Sadoch et Naason ?
Qui est cilz au bleu chaperon ?
L’un respont qu’il est receveur,
Et l’autre dit contreroleur71.
Qui fuit Naon ? grenetier72,
Qui fut Natham ? impositeur73 :
Tout va ce que devant derrier.
Qui fuit Boos li esbahis ?
Sergens de l’imposicion.
Qui fuit Eber li hais ?
Generaulx74 en conclusion. (v. 5-15)

28Par cette parodie délibérément désordonnée et excessive du Liber generationis, Deschamps suggère qu’un officier financier en génère un autre et qu’il y en a bien trop.

  • 75 Voir la ballade no 979 (Œuvres complètes…, op. cit., t. 5, p. 221-222), au refrain de « Regner ne v (...)
  • 76 Ibid., ballade no 53, t. 1, p. 143.

29Souvent, les critiques verbales contre les gens de finance sont une manière de défendre l’utilité des hommes qui ont suivi un cursus plus long d’études des arts libéraux. Il ne cesse de souligner le paradoxe que les moins méritants ont les meilleurs offices. Dans une série de ballades, le poète dénigre l’arithmétique comparée aux autres arts75. Par exemple, dans la ballade no 53, dont le refrain constate l’importance de la « finance » (ressources pécuniaires) pour avoir une position d’importance, Deschamps juge que l’arithmétique est le « moindre » des arts, car elle a le moins à faire avec la vertu et la sagesse. Le service financier n’est pas un beau vasselage76 :

De tous les .VII. ars qui sont liberaulx,
Lequel est plus au jour d’ui en usaige ?
Cellui de tous qui mendres est entr’aulx,
Et qui moins tient de vertu et de saige :
C’est de compter et tenir or en caige,
De convoitier et faire demonstrance
D’argent trouver. Est ce beau vassellaige ?
Nulz n’a estat que sur fait de finance. (v. 1-8)

30Dans la deuxième strophe, il nomme les occupations – receveur, changeur, monnayeur – qui permettent de s’enrichir et mènent ainsi à la noblesse (on les appelle « seigneur ») et aux grands offices (« généraux » des finances) :

Uns receveur, un changeur s’il est caux,
Un monnoier, ceuls sont en haulte caige,
Et les claime on seigneurs et generaulx,
Et c’est bien droiz : grant est leur heritaige ;
L’or et l’argent passent par leur passaige,
Villes, chasteaulx ferment par leur puissance ;
Aux clers lettrez vault petit leur langaige ;
Nul n’a estat que sur fait de finance. (v. 9-16)

  • 77 Voir la ballade no 1079 (ibid., t. 5, p. 381-383), au refrain de « Saichiez qui a mangié le lart !  (...)

31Deschamps joue sur deux sens du mot « ferment » : la puissance de ces financiers vient de la « ferme » des impôts (c’est-à-dire que le fermier avance l’argent au roi et ensuite collecte les impôts en prenant un maximum de profit pour lui-même)77 ; leur puissance avide épuise et ainsi « ferme » des villes et des châteaux. Savoir compter et savoir lever les fonds (« faire demonstrance / D’argent trouver », v. 6-7), compétences d’arithmétique, mène aux positions de pouvoir, tandis que les compétences langagières des « clers lettrez » ne valent pas grand-chose.

32Dans la troisième strophe, Deschamps tire ses flèches critiques « en haut » en identifiant la cause de cette perte de pouvoir des « bons » : c’est le manque de discernement et l’ignorance des princes, qui ne reconnaissent pas la valeur et l’expertise des clercs lettrés, mais se laissent guider par convoitise :

Petit puelent aux autres : c’est deffaulx
D’entendement, de congnoissance saige
Qui ne congnoist des vaillans les travaulx,
Ne des expers le sens et le couraige :
Convoitise gouverne, qui enrraige
D’argent tirer, qui les bons desavance,
Et fait a tous sçavoir par son messaige :
Nulz n’a estat que sur fait de finance. (v. 17-24)

  • 78 Voir aussi la ballade no 937 (Œuvres complètes…, op. cit., t. 5, p. 148-150), au refrain de « Subgi (...)

33Deschamps fait énoncer le refrain, qui sonne comme une règle, par Convoitise (la passion « d’argent tirer ») ; cette figure (personnification) ne voile guère la responsabilité du prince. C’est lui qui favorise et fait monter, au détriment des bons clercs lettrés, les gens de finance adeptes de « l’extraction » d’argent. C’est aussi aux « Prince » que la brève leçon de l’envoi est adressée78.

Rivalités professionnelles

  • 79 Ibid., ballade no 1013, t. 5, p. 278-279.

34La concurrence entre gens de justice et gens de finance à l’intérieur de l’administration du royaume est le sujet de plusieurs ballades, par exemple la ballade no 1013 au refrain de « Car on ne het fors les gens de Justice79 ». Auparavant, les bons clercs en droit civil et canon conduisaient le gouvernement du royaume et de l’Église ; ils étaient « Le plus chieri, craint, et plus honouré » (v. 2), mais ils ont été remplacés depuis par les « manieurs d’argent » qui les détestent :

Et qui les het ? Ly manieur d’argent
Qui es estas sont plus avant bouté,
Qui font le monde et le peuple indigent,
Fondent chasteauls, et tant ont acquesté
Que par eulx sont maint homme a povreté,
Et les mauvais, crueux, plains de malice,
Sur les juges ont leur venin getté,
Car on ne het fors les gens de Justice. (v. 17-24)

35Dans l’envoi adressé aux « Prince », le poète leur annonce la vérité concernant ce monde à l’envers : les « nonsaichans » ont « l’auctorité », tandis que « li saichant n’ont estat ni office » ; ils sont foulés aux pieds par les ignorants, et les « vaillants » sont déboutés d’office.

  • 80 Ibid., ballade no 952, t. 5, p. 171-173.
  • 81 Ibid., ballade no 1110, t. 6, p. 18-19.

36Juriste et bailli de Senlis, Deschamps se rebiffe contre le contrôle des gens de justice par les gens de finance dans la ballade no 952 au refrain de « Serfs gouverneurs, seneschaulx et baillis80 ». Cette ballade est adressée à « Vous, gouverneurs, baillis et seneschaulx » pour leur annoncer, dès la première strophe, qu’ils sont obligés de rester « esclaves » ou « serfs » dans leurs juridictions à cause d’une « nouvelle ordonnance » qui les soumet aux « contreroleurs […] / Les recepveurs ou royaume de France ». Dans la deuxième strophe, il insiste lourdement sur l’humiliation des grands, qui ne seront plus gouverneurs de leurs territoires, car forcés de s’incliner aux moindres (« mendre ») qu’eux, aux « procureurs » et « receveurs » (v. 11-14). À la troisième strophe, il accuse les arrivistes de la finance de vouloir fouler aux pieds Justice, c’est-à-dire la loi, mais aussi les hommes responsables de l’exécution de la loi. La ballade no 1110 traite du même sujet, mais elle est plus personnelle et plus explicite, et cela dès la première phrase : « Je ne vueil plus estre bailli81 ». C’est Deschamps qui parle, s’adressant à un interlocuteur qui lui pose des questions auxquelles il répond simplement et directement, sans figures ni fables :

Je ne vueil plus estre bailli.
— Pour quoy ? — Pour ce que de present
Il est contre loy establi
Que le maistre serve au servant.
— Je ne vous entens pas ; comment ?
— C’est à dire qu’un receveur
De bailliaige ou un procureur
Les baillis contrerolera,
Et s’ilz vont hors veoir le leur,
Chascuns d’eulx ses gaiges perdra. (v. 1-10)

  • 82 Œuvres complètes…, op. cit., ballade no 1111, t. 6, p. 20-21, v. 1-10 : « Je voy toute restrinction (...)

37Quand l’interlocuteur ne comprend pas comment le maître est obligé de servir le servant, à l’encontre de la loi, Deschamps explique qu’il s’agit du contrôle des finances du bailli par le receveur ou le procureur. L’interlocuteur demande ensuite si le procureur et le receveur sont aussi contrôlés. « Nenil, car de l’or sont ami, / Ne leur chaut s’ilz sont negligent », répond Deschamps (v. 13-14). Tandis que les baillis sont traités avec rigueur, la compagnie nombreuse des officiers de finance, qui prennent tout, ne connaît aucune restriction : « On ne restraint pas le convent / Ou il a .III. foiz trop de gent / Qui happent le fruit et la fleur » (v. 24-26). Dans la ballade suivante, no 1111, le « je » témoigne de l’humiliation des gens de justice par « le moien d’arismetique », qui devrait servir plutôt aux calculs du couvreur et de l’arpenteur. Dans ce monde à l’envers, les sots qui maîtrisent le calcul dominent, et les autres sciences sont dévalorisées82.

  • 83 Ibid., ballade no 97, t. 1, p. 205-206, v. 1-8 : « Je ne finay depuis longtemps / De ramentevoir le (...)
  • 84 Voir M.-H. Tesnière, « Les manuscrits copiés par Raoul Tainguy : un aspect de la culture des grands (...)
  • 85 Voir la ballade no 24 (Œuvres complètes…, op. cit., t. 1, p. 103-104), au refrain de « Plus ne pres (...)

38Quelle efficacité avaient ces tentatives de persuasion politique ? De toute évidence, Deschamps n’a pas changé le cours de l’histoire avec sa croisade poétique contre l’importance croissante de la « finance » et des « manieurs d’argent ». Il ne s’y attendait pas, si l’on en juge par quelques ballades où il se moque du peu d’effet de ses efforts poétiques. Par exemple, dans la ballade no 97, au refrain de « Tu bas bien l’eaue d’un pilet » (« Tu essaies d’écraser l’eau avec un pilon »)83, les tentatives du poète pour « promouvoir les vertus, blâmer les vices et remettre le sens dessus » sont critiquées par un homme « bossu » qui emploie toute une série de proverbes pour le convaincre de la futilité de ses efforts. Ses courts poèmes à formes fixes, conçus pour être envoyés par écrit et lus à haute voix dans les cercles du pouvoir princier de son époque, auraient pu disparaître comme tant de feuilles volantes. Ils ont survécu en grand nombre dans un seul manuscrit, Paris, BNF, ms. fr. 840, et cela probablement grâce au chancelier de France, Arnaud de Corbie, qui a fait compiler le manuscrit par un de ses scribes habituels84 à partir de versions, aujourd’hui perdues, que Deschamps avait conservées et, pendant sa vie, mises à la disposition de ceux qui voulaient les copier chez lui85.

Annexe : chanson royale no 402

Je vi jadis que j’oy un grant vivier
Empres lequel avoit une foursiere
Qui me faisoit mon estanc poissonnier
Et le peuploit en temps de ça arriere
De grant poisson et par bonne maniere, 5
Car trois meres en cel fourcier avoit
Qui de peupler mon estanc gouvernoit
Par leur moien, qui maint bien m’ont rendu ;
Mais ce fourcier est devenu trop froit,
Dont mon estanc est de tous poins perdu. 10

Plus n’y peulent carpes fructifier,
Car entour a trop de male bruiere,
Loutres aussi qui ne font que peschier,
Et les herons vont devant et derriere ;
Les cosmarans, nul n’est d’eulx qui ne quiere 15
Poissons pour lui, et pas ne s’en perçoit
Le grant poisson qui en l’estanc se joit,
Qui des oiseaulx s’est assez deffendu ;
Mais le meschief pas encore ne voit,
Dont mon estanc est de tous poins perdu. 20

Car il vivoit de ce peuple au premier
Dont la pesson devoit avoir treschiere,
Tant qu’il y ot garde et bon garennier
Qui deffendoit des oiseaulx la riviere ;
Loutre n’y vint, ne avant ne arriere, 25
Car le loutrier a ses chiens les chaçoit,
Et le people laiens se nourrissoit,
Qui de present est mort et confondu.
Ce sont les poins, fouls est qui ne le croit,
Dont mon estanc est de tous poins perdu. 30

Or convendra ces luz amaigroier,
Car plus n’aront pasture qui affiere,
Et le plus fort le plus foible mangier ;
Hairons feront adonc dolente chiere :
Le pueple mort, les fauldra mettre en biere, 35
La loutre après mourra de faim par droit ;
Les cosmarans seront a grant destroit,
Et tout sera par leur coulpe advenu ;
Chascuns saiges assez par ce congnoit,
Dont mon estang est de tous poins perdu. 40

alegorie

Les .III. meres pour peuple edifier,
Qui mortes sont, est Franchise premiere ;
Raison aussi pour tout fructifier,
Et Justice est auques la derreniere ;
Et la fourse est du peuple la matiere, 45
Que l’en destruit par les tenir trop roit ;
Li grans poissons, li princes se deçoit,
Li noble oisel en seront malostru ;
Regne et vivier monstrent par cest esploit
Dont mon estanc est de tous poins perdu. 50

l’envoy

Prince, pour Dieu, qui ci s’adviseroit,
Ce bon foursier et peuple resourdroit,
Et les meres qu’avez ci entendu,
Et cel estanc, ce regne en peupleroit
Et les oiseauls et bestes chaceroit 55
Dont mon estanc est de tous poins perdu.

Notes

1 Après avoir étudié les arts libéraux et le droit civil, Deschamps est entré au service d’Isabelle de France, devenue comtesse de Vertus à son mariage en 1360 avec Jean Galéas Visconti, dont le poète figure comme juré dès 1367. Il a servi comme bailli de Valois de 1375 à 1380, à Philippe, duc d’Orléans, et à sa veuve Blanche. Dans le même temps, il a dû être engagé auprès du roi Charles V comme huissier d’armes, office renouvelé, après supplications de sa part, à l’avènement de Charles VI en 1380. Après la prise de pouvoir effectif de Charles VI en novembre 1388, Deschamps a été élu bailli de Senlis, office qu’il a occupé de 1389 jusqu’à 1404, sans pour autant perdre l’office d’huissier d’armes. À partir de 1393, il a cumulé ces offices avec celui de maître d’hôtel de Louis, duc d’Orléans, frère de Charles VI. Il y a trace du paiement des gages de Deschamps comme huissier jusqu’en 1396 ; dans le document le destituant de l’office de bailli de Senlis en 1404, peu avant sa mort, il est toujours désigné comme huissier d’armes du roi. Sur la vie de Deschamps, voir I. S. Laurie, « Eustache Deschamps : 1340(?)-1404 », dans D. M. Sinnreich-Levi (dir.), Eustache Deschamps, French Courtier-Poet : his Work and his World, New York, AMS, 1998, p. 1-72, et la bibliographie de H. Millet dans J.-P. Boudet, H. Millet (dir.), Eustache Deschamps en son temps, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 9-20.

2 Toutes les citations de Deschamps proviennent des Œuvres complètes d’Eustache Deschamps, éd. par le marquis de Queux de Saint-Hilaire et G. Raynaud, Paris, Société des anciens textes français, 1878-1903, 11 t. Les vers en question sont énoncés par le personnage d’Admiracion (Étonnement) dans une prophétie dialoguée de forme changeante (ibid., no 1041, t. 5, p. 321, v. 23-26). Pour appeler à la réforme avant que « tout perit », c’est d’habitude aux « Prince » (forme plurielle) ou au « Princes » (forme singulière) que le poète s’adresse dans l’envoi de ses chansons royales et ballades : « Prince, chascun quiert singulier profit / Et le commun a chascun en despit, / En convoitant terres, or et finance, / Qui destruisent le corps et l’esperit / Dont au jour d’ui voit on que tout perit, / Et si n’est nul qui en ait congnoissance. » (Ibid., ballade no 1072, t. 5, p. 371, v. 31-36.) Le naufrage ou la grande « mutacion » prévu(e) prend parfois une allure apocalyptique, par exemple dans l’envoi d’une autre ballade : « Prince, pensons a la pugnicion / De Dieu qui fist nostre creacion, / Et retournons humblement dessoubz sele, / Ou brief verrons tresgrant mutacion / De royaumes et renovacion, / Larmes de sang et vengence cruele. » (Ibid., ballade no 1340, t. 7, p. 115, v. 31-36.) Sur les prophéties politiques de Deschamps, voir T. Lassabatère, La Cité des Hommes : Eustache Deschamps, expression poétique et vision politique, Paris, Champion, 2011, p. 83-225.

3 Dès 1903, dans son introduction aux Œuvres complètes…, op. cit., t. 11, p. 254, G. Raynaud a remarqué l’attitude critique de Deschamps envers Charles VI : « le poète, rarement élogieux, est au contraire d’une franchise et aussi d’une sévérité qui nous étonnent et nous choquent même parfois. On doit, dit-il, la vérité aux rois, comme aux malades ».

4 Je laisse de côté les poèmes de circonstance que Deschamps a écrits pour célébrer les grands événements de la monarchie et de la cour (naissances, mariages, sacres, tournois, victoires) et pour pleurer les morts.

5 Pour l’analyse des conseils et avis de Deschamps sur l’alimentation, la cuisine, la santé, la médecine, les tenues vestimentaires, le ménage, le mariage, le voyage, voir K. Becker, Le lyrisme d’Eustache Deschamps : entre poésie et pragmatisme, Paris, Classiques Garnier, 2012.

6 L’autorité de ces catégories a été renforcée par les traductions de l’Éthique et de la Politique d’Aristote par Nicole Oresme dans les années 1370 à la demande de Charles V. Le roi et sa famille possédaient aussi un miroir des princes organisé en trois parties consacrées à l’éthique, à l’économique et à la politique selon le modèle d’Aristote : Le livre du gouvernement des roys et des princes, traduction faite en 1282 par Henri de Gauchy à partir du De regimine principum de Gilles de Rome.

7 Dans son Art de dictier, Deschamps évoque la pratique « anciennement et encores » de la récitation « en disant » de la poésie à forme fixe (« chançons royaulx » et « balades ») devant le prince élu du « puy d’amours » pendant les concours poétiques qui ont lieu sous son autorité (Œuvres complètes…, op. cit., t. 7, p. 271). Par contre, c’est pour s’adresser au prince héréditaire que Deschamps se sert de ces mêmes formes fixes et de la pratique de la récitation sans musique.

8 « Arcien » (artiste) est le mot que Deschamps utilise pour désigner quelqu’un ayant maîtrisé les arts libéraux.

9 La grande compilation des œuvres de Deschamps, Paris, BNF, ms. fr. 840, entièrement visible sur le site Internet Gallica, contient plus de 1 500 pièces à formes fixes organisées dans des ensembles en fonction de leur forme, comme c’est le cas dans beaucoup de chansonniers de la poésie d’oc et d’oïl, et dans L’Art de dictier, le petit manuel que Deschamps a composé en 1392 sur la composition des formes fixes du lyrisme courtois (Œuvres complètes…, op. cit., t. 7, p. 266-292).

10 Pour l’analyse des formes strophiques des 989 ballades et 138 chansons royales de Deschamps, voir S. Bliggenstorfer, Eustache Deschamps : aspects poétiques et satiriques, Tübingen/Bâle, Francke, 2005, p. 181-197. Dans Paris, BNF, ms. fr. 840, les chansons royales sont parfois regroupées, parfois mélangées avec les ballades à trois strophes sous la rubrique « balade » ou « autre balade » ; la chanson royale semble être une sorte de ballade aux yeux du scribe, Raoul Tainguy, qui a fait la compilation et ajouté les rubriques peu après la mort de Deschamps, sans doute à partir des collections, cahiers et papiers gardés par le poète lui-même.

11 L’ouverture des formes de la lyrique courtoise aux problèmes d’actualité du xive siècle est l’équivalent du « refus du confinement de la littérature dans le domaine des “belles lettres” » qui marque, d’après J.-P. Sartre, l’engagement de « l’écrivain-citoyen » du xxe siècle. Voir J.-C. Mühlethaler, « Pour une préhistoire de l’engagement littéraire en France : de l’autorité du clerc à la prise de conscience politique à la fin du Moyen Âge », Versants, 55/1, 2008, p. 11-32, ici p. 11. J.-C. Mühlethaler considère que « le règne de Charles VI (1380-1422) marque l’entrée du poète dans le champ politique », mais il commence son histoire de l’auteur français engagé avec Christine de Pizan et Alain Chartier.

12 Li Livres dou Trésor a été beaucoup copié pour les collections princières et seigneuriales des xive et xve siècles. Une copie a été destinée à Charles d’Anjou, frère de Louis IX. Le manuscrit fait pour Jean de Berry, Paris, BNF, ms. fr. 568, fabriqué entre 1380 et 1403, est visible sur le site Internet Gallica, ainsi que le ms. fr. 571, copié, d’après la notice complète, vers 1326, comme cadeau de mariage de Philippa de Hainaut à son époux, Édouard III d’Angleterre. Ce manuscrit a été ensuite possédé par le fils d’Édouard, Jean de Gand, avant d’être acheté pour Louis d’Orléans en 1396 (à l’époque où Deschamps faisait partie de ses maîtres d’hôtel).

13 « Cis livres est apielés Tresors. Car si come li sires ki vuet en petit lieu amasser cose de grandisme vaillance, non pas pour son delit solement, mes pour acroistre son pooir et pour aseurer son estat en guerre et en pais, i met les plus chieres choses et les plus precieus joiaus k’il puet, selonc sa bonne entencion ; tout autresi est li cors de cest livre compilés de sapience, si come celui ki est estrais de tous les membres de philosophie en une somme briement ». Voir Brunetto Latini, Li Livres dou Trésor, éd. par F. J. Carmody, Berkeley/Los Angeles, University of California Press, 1948, livre I, partie I, p. 17.

14 Ibid.

15 Ibid., livre III, partie I, p. 317 : « Et Tuilles dist que la plus haute science de cité governer si est rectorique, c’est-à-dire la science du parler ».

16 Ibid., livre III, partie II, p. 319 : « Et sachiés que rectorique est desoz la science de cité governer, selonc ce q’Aristotles dist en son livre, ki est translaté en romans ça en ariere, autresi com art de frains faire et de selles est sous l’art de chevalerie ».

17 Ibid., livre III, partie II, p. 319-320 : « Pour ce sont il deceu, cil ki cuident que raconter fables ou ancienes istores, ou quanque on puet dire, soient matire de rectorique ; mais çou que l’om dist de bouche ou que l’om mande par ses letres apenseement por faire croire, ou por contençon de loer ou de blasmer ou de conseil avoir sor aucune besoigne ou de choses qui requierent jugement, tout çou est de la maniere de rectorique. Mais tout ce que l’on ne dist artificielement, c’est a dire par nobles paroles, griès et replaines de bonnes sentences, ou par aucunes choses devant dites, est hors de ceste science et loins de ses riules. Pour ce dist Aristotles que la matire de cestui art est sour .iii. choses seulement, c’est demoustrement, conseil, et jugement ».

18 Brunetto Latini, Li Livres dou Trésor, op. cit., livre III, partie X, p. 327, sous la rubrique « De .II. manieres de parler, ou en prose ou en risme » : « La grant partison de tous parliers est en .ii. manieres, une ki est en prose et .i. autre ki est en risme. Mais li ensegnement de rectorique sont commun d’ambes .ii., sauve ce que la voie de prose est large et pleniere, si comme est ore la commune parleure des gens, mais li sentiers de risme est plus estrois et plus fors, si comme celui ki est clos et fermés de murs et de palis, c’est a dire de pois et de nombre et de mesure certaine de quoi on ne puet ne ne doit trespasser ».

19 Ibid., livre III, partie IV, p. 322 : « Or dist li mestres [Cicéron] que la science de rectorique est en .ii. manieres, une ki est en disant de bouche et une autre que l’om mande par letres ; mais li enseignement sont commun ».

20 Œuvres complètes…, op. cit., ballades nos 123 et 124, t. 1, p. 243-246.

21 Ibid., ballade no 123, t. 1, p. 243, v. 2-4.

22 Voir E. Faral, Les arts poétiques du xiie et du xiiie siècle : recherches et documents sur la technique littéraire du Moyen Âge, Paris, Champion, 1924, p. 52 et suiv.

23 Œuvres complètes…, op. cit., ballade no 1367, t. 7, p. 209, v. 21-30 : « Et qui delesse ou fuit par voie oblique / Ces .IIII. poins, qui sont li vray moyen / De bien parler, ou l’un d’eux, il s’embrique, / Si comme fait le foul phisicien / Qui veult ouvrer, et n’est praticien / Es corps humains, dont pluseurs sont en biere ; / Qui l’art ne scet, en celli ne se fiere / Pour en ouvrer, car c’est perdicion ; / Ces .IIII. poins donc retiengne et acquiere : / Rethorique a en ce parfection. » La source de cette comparaison entre rhétorique et médecine, qui insiste sur la brièveté du traitement, pourrait être Brunetto Latini, Li Livres dou Trésor…, op. cit., livre III, partie II, p. 319 : « li office de fisicien est a faire cures et medecines penseement por saner, et sa fins est saner par ses medecines et briefment. L’office de rectorique est a parler penseement selonc les ensegnemens de l’art, et la fins est cele chose pour quoi il parole ».

24 Œuvres complètes…, op. cit., ballade no 1367, t. 7, p. 208, v. 1-10 : « Qui bien sçavoir veult l’art de theorique, / Avant qu’il soit bon rethoricien, / .IIII. poins fault avoir en sa pratique : / Parler briefment, en substance et bien, / Hardiement et saigement, et que rien / Ne soit obmis qui a son fait affiere ; / Par membres doit diviser sa matiere, / En tout moien moustrer s’entencion / Par douce voix et par seure manière : / Rethorique a en ce parfection. » Sur la ballade no 1367, voir L. Kendrick, « Rhetoric and the Rise of Public Poetry : the Career of Eustache Deschamps », Studies in Philology, 80/1, 1983, p. 4-10.

25 Le Songe du Vergier, éd. par M. Schnerb-Lièvre, Paris, Éd. du Centre national de la recherche scientifique, 1982, t. 1, p. 222.

26 Dans son prologue à l’Éthique, Nicole Oresme déclare que « la science de moralité » est contenue principalement et spécialement dans « l’Ethique et la Politique » d’Aristote. Voir Le Livre de Ethiques d’Aristote, éd. par A. D. Menut, New York, Stechert, 1940, p. 97. Comme maître de théologie au collège de Navarre, Oresme avait enseigné les œuvres d’Aristote avant de recevoir de Charles V la commande pour les traductions de l’Éthique, la Politique et aussi l’Économique (œuvre attribuée à Aristote) ; Oresme a accompli ce travail entre 1370 et 1377. À propos des manuscrits de ses traductions, voir C. Richter Sherman, Imaging Aristotle : Verbal and Visual Representation in Fourteenth-Century France, Berkeley/Los Angeles, University of California Press, 1995.

27 D’après Christine de Pizan, Le Livre des faits et bonnes mœurs du roi Charles V le Sage, trad. par E. Hicks et T. Moreau, Paris, Stock, 1997, livre II, chap. 12, p. 217, Charles V a donné « d’excellents gages » aux « maîtres les plus réputés et les plus compétents dans leur science ou discipline » pour traduire en français les livres « les plus importants » pour la transmission des « enseignements et savoirs nécessaires à la pratique de la vertu ». Elle nomme la Bible et ses exégèses, les ouvrages de saint Augustin, d’Aristote, de Végèce, de Valère Maxime, de Tite-Live, le Livre des propriétés des choses et le Policratique, ainsi que beaucoup d’autres.

28 Qu’un premier groupe de 303 ballades soit présenté sous la rubrique « ballades de moralité » suggère que cette collection existait déjà. D’autres groupes de ballades ayant autant à faire avec la moralité, mais qui ne sont pas ainsi désignées, viennent plus tard dans le manuscrit. Sur l’organisation de Paris, BNF, ms. fr. 840, voir le premier chapitre de C. Dauphant, La poétique des Œuvres complètes d’Eustache Deschamps (ms. BNF fr. 840) : composition et variation formelle, Paris, Champion, 2015.

29 Deschamps a pourtant fait, peut-être de sa propre initiative, un abrégé et une traduction libre d’un texte d’autorité : le De contemptu mundi sive de miseria humanae conditionis du pape Innocent III. Une traduction complète en prose française, intitulée Le livre de la misère et chaitiveté de la povre et misérable condition humaine, se trouve à la fin d’une compilation de traductions françaises de « Traités philosophiques et morales » utiles pour l’éducation des princes, dont la traduction du Regimine principum par Henri de Gauchy (Besançon, bibl. mun., ms. 434, à partir du fol. 377). Ces deux traductions semblent être indépendantes. La version très abrégée de Deschamps prend la forme virtuose d’un double lai, « De la fragilité d’umaine nature ». D’après le colophon (fol. 29 vo) dans un mince « livret » avec enluminures en grisaille (Paris, BNF, ms. fr. 20029), ce texte a été présenté par Deschamps au roi Charles [VI] en 1383. Visible sur le site Internet Gallica, la mise en page est très soignée : la traduction en vers français (écrite en lettres plus grandes) est juxtaposée aux passages du texte latin (écrits en face en lettres beaucoup plus petites). La copie de ce texte dans la compilation des œuvres de Deschamps, plus tardive, est sans enluminures et fait suivre texte et traduction dans la même colonne ; voir Paris, BNF, ms. fr. 840, fol. 82-93, sur le site Internet Gallica, et Œuvres complètes…, op. cit., t. 2, p. 237-305.

30 Voir Philippe de Mézières, Le Songe du Vieil Pelerin, éd. par G. W. Coopland, Cambridge, Cambridge University Press, 1969, t. 2, p. 223.

31 Œuvres complètes…, op. cit., chanson royale no 338, t. 3, p. 51.

32 L’éditeur des Œuvres complètes a corrigé l’orthographe de « faictes lay » dans le manuscrit (Paris, BNF, ms. fr. 840, fol. 111 vo) en « faites le ».

33 Œuvres complètes…, op. cit., chanson royale no 348, t. 3, p. 71-72.

34 Ibid., chanson royale no 348, t. 3, p. 72, v. 41-45 : « Princes, je traiz en hault hardiement, / Sans nul ferir s’entechié ne se sent / Et que sur lui laist mon carrel cheoir, / Dont il se puet garder legierement / Par le fuir ; et dy, en concluent, / Que nulz preudoms ne doit taire le voir. » Les mots « hardis » et « hardiement » font le lien entre sa pratique poétique d’exprimer des vérités critiques et le troisième point de la bonne pratique rhétorique telle qu’il la définit dans sa ballade no 1367 (ibid., t. 7, p. 208, v. 1-6). Que le poète tire « hardiement » ses flèches verbales « en haut » suggère qu’il cible des personnes haut placées.

35 Dans « Pour une préhistoire… », art. cité, J.-C. Mühlethaler juge que l’engagement politique est « indirect » dans le cas de critiques exprimées par des moyens figuratifs, par exemple l’allégorie ou la fable animalière, car le « locuteur évite de s’exposer » (p. 26-27) et le « travail de décodage » demandé au lecteur/auditeur bloque tout appel à l’action (p. 18).

36 Œuvres complètes…, op. cit., chanson royale no 387, t. 3, p. 155-157.

37 Ibid., chanson royale no 388, t. 3, p. 157-159.

38 Ibid., ballade no 112, t. 1, p. 228-229. La figure du corps dans cette ballade est celle de la « dame » bien-aimée du poète, qu’il voit perdre sa santé et sa renommée, et, réduite à l’état de gisante, être grotesquement dépecée par les dons des uns aux autres (« Tantost n’ara ne boudin ne jambon », v. 24). Tous ces malheurs arrivent à la dame, d’après le refrain, « Par le default d’estre bien gouvernée ». On aura compris : le corps de la Dame diminué et dépecé représente le domaine royal ou le royaume de France.

39 Sur l’incorporation figurative de la France chez Deschamps et ses sources d’inspiration, voir T. Lassabatère, La Cité des Hommes…, op. cit., p. 240-255.

40 Œuvres complètes…, op. cit., chanson royale no 387, t. 3, p. 155-157, v. 1-10 : « N’a pas long temps que grant sommeil avoie / Par trop veiller, qui m’est grief chose et dure ; / Si m’endormi assez prés d’une voie, / Mais en dormant trouvay une avanture : / Ce fu un corps, comme de creature, / Qui armez fu richement ; / Gembes avoit, ventre, bras ensement, / Et un long col, mais la gist a meschief, / Et donnoit voix en disant proprement : / Riens ne me fault, mais que j’aye bon chief. »

41 Œuvres complètes…, op. cit., chanson royale no 388, t. 3, p. 157-159.

42 Ibid., chanson royale no 318, t. 3, p. 7-9. Charles V a aboli l’impôt direct du fouage (levé sur les villes et sur le plat pays) le 16 septembre 1380 ; deux mois plus tard, à la demande des États généraux, toute imposition a été abolie. La décision du conseil du jeune Charles VI, dès le début de 1382, de rétablir la gabelle (impôt sur le sel) et les aides pour la guerre a provoqué des révoltes. M. Rey, Le domaine du roi et les finances extraordinaires sous Charles VI, 1388-1413, Paris, Service d’édition et de vente des publications de l’Éducation nationale, 1965, t. 2, p. 163, remarque que, sous Charles VI, « l’impôt constitue le revenu essentiel, le moyen principal qui lui permet de vivre et de remplir sa tâche de gouvernement. [L’impôt] a perdu le caractère provisoire que l’on se plaisait à lui reconnaître encore dans les périodes précédentes ». Pour la période 1388-1413 en France, M. Rey juge que « le trait caractéristique […] est la naissance des appétits et des convoitises, provoqués par l’apparition de revenus réguliers dans les caisses royales. […] Les ressources du roi […] étaient trop riches et, de ce fait, ardemment convoitées » (ibid., t. 1, p. 609-611). Eustache Deschamps était de cet avis : les maîtres mots de ses ballades sont « convoitise » et « finance ».

43 M. Jeay remarque que, sous la plume de Deschamps, « le terme qui revient le plus souvent pour identifier le peuple soumis aux prédations est celui de “bétail”, transposé en “poulaille” dans le contexte aviaire de la Fiction de l’Aigle » : M. Jeay, « Pour dépasser la polémique, la leçon d’une fable “écologique” (ballade 1103) », dans T. Lassabatère, M. Lacassagne (dir.), Eustache Deschamps, témoin et modèle : littérature et société politique (xive-xvie siècles), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2008, p. 117-130, ici p. 123.

44 Voir L. Scordia, « Le roi doit vivre du sien » : la théorie de l’impôt en France (xiiie-xve siècles), Paris, Institut d’études augustiniennes, 2005.

45 Voir, dans Œuvres complètes…, op. cit., les ballades no 141, t. 1, p. 267 ; no 284, t. 2, p. 152 ; no 1215, t. 6, p. 209 ; no 1249, t. 6, p. 263-264 ; no 1589, « La Fiction de l’Aigle », t. 6, p. 167 ; la chanson royale no 1203, t. 6, p. 8.

46 Ibid., chanson royale no 1203, t. 6, p. 6-8. Cette chanson royale a un refrain à deux vers : « Pour ce qu’il n’est tresor qui par oultrage / N’eaue si grant ne se puist espuisier ».

47 Voir L. Scordia, « Le roi doit vivre du sien »…, op. cit., p. 253 : « L’immense trésor de Charles V a frappé les esprits. Pendant des années, les Français avaient été pressurés d’impôts qui avaient servi à la guerre et à remplir les coffres du roi à l’abri des regards. Le 16 septembre 1380, le roi abolit le fouage et remet à ses exécuteurs 200 000 francs pris dans le trésor. Entre la fin de l’année 1380 et le début de l’année 1381, le trésor se vide. Le coup de balancier est violent. Les états sont réunis pour trouver des fonds ».

48 Œuvres complètes…, op. cit., ballade no 1249, t. 6, p. 263.

49 Voir Nicole Oresme, Traictie de la première invention des monnoies de Nicole Oresme et Traité de la monnoie de Copernic, éd. par L. Wolowski, Paris, Guillaumin, 1864. La figure du tyran Roboam paraît aussi dans la chronique en latin de Michel Pintoin pour l’année 1381 : « La cupidité, ce gouffre avide du bien d’autrui, avait dans ce temps rendu Louis, comte de Flandre, odieux à ses sujets. Comme un autre Roboam, il accablait son peuple d’impôts inaccoutumés » et provoquait leur révolte contre lui. Voir La Chronique du religieux de Saint-Denys contenant le règne de Charles VI de 1380 à 1422, éd. et trad. par L. Bellaguet, Paris, Éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1994 [éd. orig. : 1842], p. 109.

50 Nicole Oresme, Traictie de la première invention…, op. cit., p. LVIII : « Icelluy mesme Roboam, pour ceste honte [il remplace l’or des écus par le cuivre] et autres, perdit la seigneurie de dix lignées de son peuple d’Israel, pour ce que, du commencement de son Regne, il greva trop excessivement et tyranniquement ses subgectz ».

51 Ibid., p. LXXVI : « [le bon roi ou prince] mect l’utilité publicque devant la sienne privée et propre, et par dessus toutes choses, après Dieu et son âme, il ayme le bien et liberté publicque de ses subgectz ».

52 Ibid.

53 Ibid., p. LXXVII. Deschamps se sert de cette maxime, par exemple, dans la ballade no 959 (Œuvres complètes…, op. cit., t. 5, p. 184-186, v. 32-34), au refrain de « Pou dure chose violent ». Il y compare les grandes rivières qui débordent et inondent (Seine, Rhône, Loire et Rhin) aux petites rivières plus stables ayant moins d’affluents, et il en tire une leçon aristotélicienne dans l’envoi adressé aux Princes : « Ne soit homme trop acquerant, / Tiengne le moien et pourchace : / Pou dure chose violent ».

54 Nicole Oresme, Traictie de la première invention…, op. cit., p. LXXX-LXXXI. À l’opposé de Roboam, Oresme cite l’exemple de modération de Théopompe, roi antique qui a renoncé à certains impôts à son arrivée au pouvoir : « quant il fut venu à sa seigneurie, il delaissa et quicta à ses subgectz plusieurs tribuz et exactions que ses prédécesseurs leurs avoient imposez ». Aux critiques de sa femme, Théopompe réplique : « Je faiz mon royaume perpétuel », réponse qu’Oresme interprète « comme s’il voulsist dire : J’ay plus acreu mon royaume par duracion de temps qu’il n’avoit esté diminué par modéracion de puissance » (Nicole Oresme, Traictie de la première invention…, op. cit., p. LXXXI). Charles V se souvenait peut-être de l’exemple de Théopompe quand il a aboli, sur son lit de mort en 1380, l’impôt très impopulaire des fouages. Voir L. Scordia, « Théopompe est-il un roi tutélaire de la royauté française ? », dans A.-H. Allirot, G. Lecuppre, L. Scordia (dir.), Royautés imaginaires (xiie-xvie siècles), Turnhout, Brepols, 2006, p. 33-51.

55 Évrard de Trémaugon, docteur en droit civil et canon et maître des requêtes de l’hôtel de Charles V, a écrit le texte latin du Somnium viridarii à la demande de Charles V en 1376 ; la traduction, Le Songe du Vergier, op. cit., date de 1378.

56 Philippe de Mézières, conseiller de Charles V de 1373 à 1380, était influent dans l’éducation de Charles VI, pour lequel il a écrit Le Songe du Vieil Pelerin, op. cit., terminé en 1389.

57 L. Scordia, « Le roi doit vivre du sien »…, op. cit., p. 202-205.

58 À l’instar des traductions d’Aristote par Oresme, Deschamps utilise les mots « bien commun » (parfois simplement « le commun »), « bien communal », « chose publique », et « utilité publique ». Pour exprimer l’idée opposée, il emploie « singulier profit » et « bien singulier ». Deschamps définit le « bien commun » (ou « proufit de tous ») et la « chose publique » dans deux poèmes, la ballade no 1263 et le rondeau no 1264 (Œuvres complètes…, op. cit., t. 6, p. 285-287).

59 Voir, par exemple, la fable animalière de la chanson royale no 341 (ibid., t. 3, p. 56-57), où Deschamps parodie le cri des bergers pour faire avancer leurs moutons, « Ça hei ! », dans le refrain « Sa de l’argent, ça de l’argent ! ». Cette commande « moult auctorisée » est répétée par les loups et les renards « au povre bestail » (brebis, bœuf, vache, chèvre, truie). Le « peuple » animalier se plaint de n’avoir de quoi payer ces exactions. La brebis a été « quatre fois plumée / Cest an ci » (v. 11-12), et la réponse que la truie reçoit confirme l’intention des loups de rendre le bétail « indigent » en lui extorquant autant que possible : « La truie qui fut desesperée, / Dist : Il fault que truande soye, / Et mes cochons ; je n’ay derée / Pour faire argent. — Ven de ta soye, / Dist li loups, car ou que je soye, / Le bestail fault estre indigent. / Jamais pitié de toy n’aroye : / Sa de l’argent, sa de l’argent ! » (v. 25-32).

60 Pour un exemple du domaine royal ou du royaume figuré comme jardin, voir la ballade no 299 (ibid., t. 2, p. 159-161), au refrain de « Qui chetif plant eslieve, il se destruit ». Le seigneur qui « plante » des mauvaises herbes détruit les plantes qui portaient de bons fruits, ruinant ainsi son jardin. Le poète explique le sens métaphorique dans la troisième strophe (ibid., v. 21-30), toujours en généralisant. Les plantes – les ressources – les plus profitables à un seigneur sont des hommes « sachants », c’est-à-dire instruits et expérimentés : « Tel figure ramener qui voulroit / Pourroit assez a moralité grant / De maint seignieur, qui ainsi se deçoit / Par eslever le chetif nonsaichant / Et le planter, esrachier le sachant, / Et ainsi pert tout ce qui l’onoura ; / Et au derrain l’un l’autre destruira. / Or advisent a ce toutes et tuit, / Et pour certain chascuns veoir pourra / Qui chetif plant eslieve, il se destruit. » Voir aussi la ballade no 27 (ibid., t. 1, p. 107-108), au refrain de « Bonne herbe est mise en nonchaloir », la ballade no 941 (ibid., t. 5, p. 156-157) et l’envoi de la ballade no 987 (ibid., t. 5, p. 235). Dans une variante plus osée dans la chanson royale no 339 (ibid., t. 3, p. 51-53), au refrain de « Il ne regne au jour d’ui que fols », Deschamps joue sur le mot « fols » (hêtres/fous), en répétant les plaintes des paysannes : leurs champs et leurs bois sont envahis par de mauvaises plantes et leurs enfants, leur bétail et les souches de leurs vignes dégénèrent. L’envoi, adressé aux « Prince » (forme plurielle), conseille aux sages d’apprendre comment choisir « Le bon plant et les bons estos » (v. 53) pour arrêter la dégradation générale. Fait-il allusion aussi à la folie de Charles VI ?

61 Voir la chanson royale no 1103 (ibid., t. 6, p. 6-8).

62 Ibid., chanson royale no 402, t. 3, p. 189-191.

63 Cette annotation en marge de la chanson royale no 402 a été interprétée comme une notation pour une rubrique manquante par l’éditeur des Œuvres complètes, dont la mise en page est reproduite en annexe.

64 « Compter, getter et mannier argent » est le refrain de la ballade no 300 (Œuvres complètes…, op. cit., t. 2, p. 161-162), écrite dans la forme d’un dialogue entre un jeune homme soucieux de sa carrière qui demande à un autre lequel des sept arts libéraux « vaut » actuellement le plus et permet « d’avoir finance » rapidement. La réponse, désabusée, met « Arismetique » en tête : « Elle enrrichist, elle giette, elle compte, / Finance fait venir de mainte gent » (ibid., v. 7-8). La troisième strophe fait miroiter la belle carrière des « receveurs », « tresoriers » et « monnoiers » qui ont passé leur enfance assis au banc de change (ibid., v. 23-25) et maintenant « Qui gouvernent maint Roy, maint duc, maint comte, / Dont maint pais est povre et indigent » (ibid., v. 27-28). L. Scordia, « Le roi doit vivre du sien »…, op. cit., p. 205, rappelle qu’il y a un partage des tâches à la Chambre des Comptes et que « ceux qui comptent [avec des jetons, d’où le terme « getter »] ne sont pas ceux qui enregistrent ». Par « mannier » dans son refrain, Deschamps veut dire manipuler l’argent manuellement, mais peut-être aussi le convertir, le changer.

65 Dans la ballade no 299 (Œuvres complètes…, op. cit., t. 2, p. 160, v. 24), Deschamps représente les « nonsaichant » comme des mauvaises herbes qui envahissent le « jardin » du prince et ne portent pas de fruits. Dans une autre ballade, no 939 (ibid., t. 5, p. 152-153), au refrain de « Mais des .VI. ars voy la destruction », c’est la personnification de Grammaire qui se plaint des gens qui ne veulent lire et entendre que le français, qui vont aux changes à l’étranger pour apprendre à « getter et compter » et veulent par ce seul art (arithmétique) dominer les six autres, faisant disparaître Justice et Raison et abandonner l’étude des textes d’autorité (« science auttorisée », ibid., v. 34).

66 Voir la ballade no 1223 (ibid., t. 6, p. 221-222) adressée aux « gens de pratiques, / Marchans d’argent, exigeurs de finance » qui sont devenus « ydropiques » (gonflés) et ont besoin d’une bonne purge « par ordonnance » (ibid., v. 1-4). Voir aussi la ballade no 1377 (ibid., t. 7, p. 224-225), où le poète appelle à la réforme pour mieux protéger le « bien commun » et permettre au peuple de se rétablir ; il conseille l’élection aux offices (plutôt que l’achat) et la diminution du nombre des officiers de finance (avides bâtisseurs), pour restreindre leurs exactions : « Face l’en prevostez garder / Tant que le peuple se reface, / Et les finances gouverner / Par po de gent, car maint amasse / Des gouverneurs et se soulace / En faire edificacion, / Chasteaulx en mainte region. » (Ibid., v. 21-27.)

67 L. Scordia, « Le roi doit vivre du sien »…, op. cit., p. 471-480, inclut dans ses annexes sur la « poésie fiscale » des extraits de deux fables animalières de Deschamps, « La Fiction de l’Aigle » et « La Fiction du Lyon », mais elle laisse de côté ses poèmes à formes fixes. T. Lassabatère, La Cité des Hommes…, op. cit., p. 356-366, trouve que la vision fiscale de Deschamps correspond au programme initial des anciens conseillers de Charles V, les « Marmosets », tel que F. Autrand l’a résumé : « pour les finances, diminution des dépenses publiques, diminution des impôts et donc restauration du Domaine royal afin que le roi en tire des revenus suffisants pour “vivre du sien” sans briser la force productrice de ses sujets par une décourageante fiscalité » (F. Autrand, Charles VI, Paris, Fayard, 1986, p. 200).

68 Il faudrait, par exemple, examiner de plus près les multiples résonances entre les commentaires critiques de Deschamps concernant la taxation et son gaspillage et celles de Michel Pintoin dans La Chronique du religieux de Saint-Denys…, op. cit. Les efforts poétiques de Deschamps sont aussi à mettre en relation avec l’admiration exprimée par le moine, en plusieurs occasions, pour le pouvoir de persuasion de « l’orateur » aux moments difficiles de la monarchie, s’agissant d’hommes comme Arnaud de Corbie avec lesquels Deschamps avaient des rapports de complicité. « Corbie » participait, avec Deschamps, à un drôle de concours poétique (voir le rondeau no 148, Œuvres complètes…, op. cit., t. 1, p. 275).

69 Nicole Oresme, Traictie de la première invention…, op. cit., p. LXII-LXIII : « changeurs, marchans de Monnoies, billonneurs et telz semblables […] receveurs qui traictent et reçoivent moult de pecunes ».

70 Œuvres complètes…, op. cit., chanson royale no 1166, t. 6, p. 106-108. Oresme, dans son Traictie de la première invention…, op. cit., p. LI, rappelle que saint Matthieu était changeur avant d’abandonner cette occupation pour le Christ.

71 Celui qui vérifie les rôles ou registres, ou qui tient un registre en double.

72 Officier du grenier à sel qui juge, en première instance, les différends relatifs aux gabelles.

73 Percepteur d’impôt.

74 Généraux des finances, grands responsables des revenus extraordinaires venant des impôts.

75 Voir la ballade no 979 (Œuvres complètes…, op. cit., t. 5, p. 221-222), au refrain de « Regner ne voy fors l’art d’arismetique », et son envoi synthétique : « Prince, au jour d’ui bon clerc ne chevalier / Ne se puelent chevir de leur mestier, / Car biens ne sens n’est prisiez une crique / Fors que l’argent, et qui s’en scet aidier : / Soit ez palais, en ville ou en moustier, / Regner ne voy fors l’art d’arismetique » (v. 37-42).

76 Ibid., ballade no 53, t. 1, p. 143.

77 Voir la ballade no 1079 (ibid., t. 5, p. 381-383), au refrain de « Saichiez qui a mangié le lart ! ». Comme le maître d’une maison peut identifier, par la fumée de sa graisse corporelle, l’homme qui a volé le lard du plat de fèves commun, le prince n’a qu’à regarder qui achète et construit des résidences pour savoir qui lui vole plus que sa part de la collecte des impôts. L’envoi explique le sens figuré de l’histoire : « Prince, maint sont mal gouvernant, / Sur finances d’or et d’argent / Qui en prannent plus que leur part ; / La gresse a leur bouche leur part, / S’acquestent et vont maisonnant : / Saichiez qui a mangié le lart ! » (Ibid., v. 31-36.)

78 Voir aussi la ballade no 937 (Œuvres complètes…, op. cit., t. 5, p. 148-150), au refrain de « Subgiez tiennent tous les offices », où Deschamps joue cartes sur table dès la première strophe : « Le mendre de tous les .vii. ars, / Fondé sur pure convoitise, / Regne au jour d’ui de toutes pars / Tant es grans cours comme en l’eglise, / Car ceuls de cel art ont grant mise / D’argent, pour compter et getter ; / A ceuls voit on terre achater, / Faire chasteaulx et edifices / Et dessus tous estas regner : / Subgiez tiennent tous les offices. » (Ibid., v. 1-10.) Dans l’envoi adressé aux « Prince », le poète insiste sur les facteurs qui font durer les royaumes : « Justice, sens, peuples ». Abandonner l’essentiel pour promouvoir « telz compteurs » est une sottise : « Prince, vueillez considerer / Ce qui fait les regnes durer, / Justice, sens, peuples ; car nices / Est qui fait ces trois deserter / Par telz compteurs trop eslever : / Subgiez tiennent touz les offices. » (Ibid., v. 31-36.)

79 Ibid., ballade no 1013, t. 5, p. 278-279.

80 Ibid., ballade no 952, t. 5, p. 171-173.

81 Ibid., ballade no 1110, t. 6, p. 18-19.

82 Œuvres complètes…, op. cit., ballade no 1111, t. 6, p. 20-21, v. 1-10 : « Je voy toute restrinction / Faire sur le fait de justice, / Le subgiet dominacion / Avoir sur le chief de l’office, / Le serf franchir, lever le nice, / Et le noble franc asservir / Et son justissable servir / Par le moien d’arismetique / Qui deust arpenter et couvrir : / Autre science n’a pratique. »

83 Ibid., ballade no 97, t. 1, p. 205-206, v. 1-8 : « Je ne finay depuis longtemps / De ramentevoir les vertus, / Des vices blamer, et les sens / De mon pouoir remettre sus : / Et lors vint a moy un bossus / Qui me dit : “Dieu gart le varlet / Qui prant les asnes a la glus ! / Tu bas bien l’eaue d’un pilet ».

84 Voir M.-H. Tesnière, « Les manuscrits copiés par Raoul Tainguy : un aspect de la culture des grands officiers royaux au début du xve siècle », Romania, 426-427, 1986, p. 282-368, ici p. 283-289.

85 Voir la ballade no 24 (Œuvres complètes…, op. cit., t. 1, p. 103-104), au refrain de « Plus ne prestray livre quoy qui aviengne ». Deschamps y annonce qu’il ne prêtera plus ses livres ni ses « papiers » (v. 19), car il en a déjà trop perdu ainsi, mais qu’on peut les copier gratuitement chez lui : « Donner le vueil liement, non pas vendre, / Mais qu’on face de l’escripre devoir / En mon hostel » (ibid., v. 15-17).

Auteur

Dynamiques patrimoniales et culturelles (EA 2449), Institut d’études culturelles et internationales, université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines

© Éditions de la Sorbonne, 2020

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

lcdpu.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search